Desktop versionMobile version

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Les apparences et leur interprétation : régions limites

Le limes interne de Maurétanie césarienne au IVe siècle, et la famille de Nubel

Denis Lengrand

Full text

  • 1 R. Cagnat, L'Armée Romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les Empereurs, Par (...)
  • 2 S. Gsell, Atlas Archéologique de l’Algérie,, Alger-Paris, 1902-1911, P 27, p. 7, no 27.
  • 3 M. Benabou, La résistance africaine à la Romanisation, Paris, 1976, p. 201-240 ; J. Desanges, Comme (...)
  • 4 J.F. Matthews, article cité, p. 175.

1Au début du Ve siècle, d’après la Notifia Dignitatum, la Maurétanie Césarienne possédait, outre le Limes protégeant la frontière extérieure de la province, une série de limites permettant de contenir les populations susceptibles de se révolter1. Parmi ces dernières, figure le limes tubusupditanus, c’est-à-dire le limes de Tubusuptu, écrit également Tubusuctu, Tupusuctu, la moderne Tiklat2. Cette cité, située dans la vallée de la Soumame à 29 kilomètres au sud de Saldae (Bougie autrefois, Bedjaïa aujourd’hui), était une ancienne colonie de vétérans d’Auguste. Prospère dans la première moitié du IIIe siècle, la région avait connu de sérieux troubles dans la seconde, ce qui explique probablement la constitution de ce limes3. Or, les troupes de Maurétanie Césarienne avaient de tous temps été peu nombreuses ; il leur fallait en priorité surveiller le limes présaharien. C’est pourquoi J.F. Matthews, se fondant sur un extrait d’une loi impériale, a suggéré que les lignes de défense intérieures avaient pu être confiées à des gentes fidèles à Rome et il a donné pour exemple le château de Pétra construit à Mlakou, dans la vallée de la Soumame par un prince maure, Sammac4. Or, il semble bien que cette forteresse, construite peu avant 370 et détruite par le Comte Théodose en 372 n’eut qu’une existence éphémère, ce qui s’accorde mal avec l’idée d’un rempart solide construit pour contenir durablement les populations hostiles : c’est pourquoi nous nous proposons dans cet article de reprendre la question.

2Dans son article, J.F. Matthews s’appuyait sur une loi d’Honorius datant de 409, dont voici le texte :

  • 5 C. Th. VII, 15, 1 ; J.F. Matthews, article cité, p. 170.

3Terrarum spalia, quae gentilibus propter curam munilionemque limitis atque fossati antiquorum hurnana fuerant provisione concessa, quoniam conperimus aliquos retinere, sicorum cupiditate vel desiderio retinentur, circa curam fossati tuitionemque limitis studio vel labore noverint servierulum ut illi, quos huic operi antiquitas deputarat. Alioquin sciant haec spatia vel ad gentïles, si potuerint inveniri, vel certe ad veteranos esse non inmerito transferenda, ut hac provisione servata fossati limitisque nulla in parte timoris esse possit suspicio5.

4Nous proposons la traduction suivante :

5“Pour les espaces des terres qui furent concédés par la prévoyance humaine des Anciens aux gentïles en vue de la construction ou l’entretien et de la réparation du limes et du fossatum, puisque nous avons appris que certains les gardent pour eux, s’ils sont ainsi accaparés à cause de la cupidité ou de l’avidité de ces gens, ceux-ci doivent reprendre à l’entour l’entretien du fossé et la tuitio du limes avec zèle ou application comme ceux-là que les anciens temps avaient désignés pour cet ouvrage. Autrement, qu’ils sachent que ces espaces doivent être transférés sans injustice soit à des gentiles, s’il s’en trouve, soit assurément à des vétérans afin que, par cette prévision maintenue, on ne puisse être soupçonné de crainte nulle part sur le fossatum et le limes.

6Dans cette loi destinée au vicaire d’Afrique Gaudentius, Honorius fait état de l’accaparement des terres à l’origine destinées à assurer l’entretien des limitanei.

  • 6 P. Romanelli, Storia delle Provincie Romane dell’Africa, Rome, 1959, p. 619-620.

7Après P. Romanelli, J.F. Matthews relève que la défense, tuitio du limes et du fossatum était donc confiée parfois aux gentiles, c’est-à-dire selon P. Romanelli “aux populations indigènes qui, tout en reconnaissant la souveraineté de Rome, conservaient de fait leur indépendance et, dans la condition de foederati, cultivaient les terres le long de la frontière, assumant l’obligation de la défendre en échange du droit de les occuper”6.

8Pour J.F. Matthews, limes and fossatum were to be maintened and defended by the tribesmen”. Il faut ici remarquer que, si nous acceptons cette thèse, cela suppose une situation profondément différente d’autres régions comme la Germanie. En effet, là, sur le limes, des fédérés montent effectivement la garde, mais il s’agit de peuples qui, à l’origine, étaient extérieurs à l’Empire, et qui furent installés sur la frontière pour mettre leur talent belliqueux au service de Rome, au lieu de la combattre. La Maurétanie Césarienne, au contraire, était tout entière romaine depuis le règne de Claude ; les gentes étaient dirigées par des praefecti, ou des principes, c’est-à-dire par des officiers romains, ou des chefs reconnus ou désignés par Rome. Cela signifie que malgré les trois siècles de présence romaine, des populations d’une importance non négligeable n’avaient pas été assimilées par Rome, alors que d’autres, mieux intégrées, s’employaient à contenir les premières. Enfin, cette situation n’était pas nouvelle. En 409, la loi d’Honorius emploie le terme antiquitas pour définir le temps où fut organisé ce système de défense ; cela n’oblige pas nécessairement de remonter à une date très reculée, mais à plusieurs générations assurément.

9Pour illustrer son propos, J.F. Matthews donne l’exemple de la forteresse de Petra, dont une inscription a gardé le souvenir :

1 Praesidium aeternae firmat prudentia paciS
2 Rem quoque romanam fida tutat undique dextrA
3
Amni praepositum firmans munimine monteM
4 E
cuius nomen vocitavit nomine PetraM
5 D
enique finitimae gentes deponere bellA
6 I
n tua concurrunt cupientes foedera, SammaC
7 U
t virtus comitata fidem concordet in omnI
8 M
unere, Romuleis semper sociata triumfiS

Nous proposons la traduction suivante :

La précaution d’une paix éternelle renforce cette place forte.
Celle-ci fortifie aussi l’Etat Romain grâce à une complète loyauté
La forteresse surveille le fleuve devant lequel elle est placée, tout en renforçant le mont par un rempart
Et son nom répète celui de la montagne : Petra
Enfin, les peuples voisins désireux de cesser la guerre accourent dans ton alliance, Sammac
Afin que la bravoure alliée à la fidélité, unie par les triomphes des descendants de Romulus, s’accorde en toute action”.

  • 7 S. Gsell, Atlas Archéologique de l’Algérie, ouvrage cité, P 6 no 148 ; idem, “Une inscription d’Igh (...)

10Le texte nous apprend donc que Sammac avait fait édifier à Petra un ensemble qui était à la fois le centre d’un domaine - praedium et une forteresse - praesidium -, que l’on peut identifier avec le fundus Petrensis, cité par Ammien Marcellin comme appartenant à un certain Salmaces, frère de Firmus7. D’autre part, ce Sammac a réuni sous sa domination les tribus voisines qui, auparavant, étaient en conflit sans que nous sachions pourquoi, ni contre qui. Enfin, Sammac, qui déclare avoir œuvré au profit de Rome, semble un homme seul, isolé.

11Or, une série de textes nous apporte des renseignements sur sa famille :

  • 8 XXIX, 5, 2.

Nubel, velut regulus per nationes mauricas potentissimus, vita digrediens, et legitimos et natos e concubinis reliquit filios, e quibus Zammac comiti nomine Romano acceptas, latenter a fratre Firmo peremptus, discordias excitavit, et bella8.

12Nous proposons la traduction suivante :

13“Nubel était en quelque sorte un petit roi exerçant un grand pouvoir sur les nations maures ; il laissa à sa mort des fils légitimes et d’autres issus de concubines ; parmi ces derniers, Sammac, reçu dans la clientèle du Comte Romanus, suscita des discordes et des guerres. Il fut tué secrètement par son frère Firmus”.

14Par ailleurs, Ammien donne les noms d’autres fils, Macsizel, Dion, Mazuca, et Gildon, et d’une fille, Cyria. Il ne nous fournit aucun autre détail sur cette famille. Cependant, une inscription de Rusguniae (Cap Matifou) pourrait compléter nos renseignements :

  • 9 CIL VIII - 9255 = ILCV 1822.

/_ D _/e Sancto Ligno Crucis Christi Salvatoris adlato adq(ue) hic sito Flavius Nuvel ex praepositis equitum armicerorum/i/unor/um/, filins Saturnini viri perfectissimi, ex comitibus et Collcial ( ?) honestissimae feminae, primepos (= pronepos) Eluri Laconiq(ue ?), basilicam voto promissam adq(ue) oblatam cum coniuge Nonnica ac suis omnibus dedicavit9.

  • 10 Y. Duval, Loca Sanctorum Africae, Rome-Paris, 1982, p. 352.

15Nous proposons de reprendre ici la traduction d’Y. Duval : “Un fragment du Saint Bois de la Croix du Christ Sauveur ayant été apporté et placé ici, Flavius Nuvel, ancien commandant de cavalerie des Armigeri Iuniores, fils de Saturninus, perfectissime, ancien comte, et de Colecia, femme très honorable, arrièrepetit-fils d’Elurus Laconicus ( ?), a dédié la basilique qu’il a promise par un vœu, et offerte avec sa femme Nonnica, et tous les siens”10.

  • 11 A.H.M. Jones, J.R. Martindale, J. Morris, Prosopography of the Later Roman Empire, I, Cambridge, 19 (...)
  • 12 S. Gsell, “Observations géographiques”, article cité, Scripta varia, ouvrage cité, p. 115, note 3 ; (...)

16La pierre semble avoir été en mauvais état, et la lecture d’un certain nombre de mots est mal assurée, en particulier celle du mot pronepos, du nom de la mère, et de l’arrière-grand-père. La restitution pronepos est parfois mise en doute, mais la plupart des commentateurs l’admettent. La datation elle-même est mal assurée. A.H.M. Jones, J.R. Martindale et J. Morris ont proposé une date tardive parce que “ces reliques n’étaient pas communes jusqu’à la fin du IVe siècle”11. En fait, S. Gsell, et après lui C. Lepelley et Y. Duval, optent pour le IVe siècle, après 347, date de la dispersion des fragments de la Vraie Croix12. L’inscription elle-même possède une particularité assez peu courante en épigraphie latine. Non content de citer son père, Flavius Nuvel fait remonter sa généalogie jusqu’à son arrière-grand-père, sans mentionner le grand-père lui-même.

17Il reste enfin une inscription lacunaire, trouvée au col des Béni Aïcha, proche de Thenia, l’ancienne Ménerville, et restituée comme suit par S. Gsell :

  • 13 CIL VIII - 9011. S. Gsell, “Observations géographiques”, article cité, p. 120-121. Y. Duval, ouvrag (...)

Spes in nomine Dei ! Per te, Nubel, ista vidermus Firme possideas cum tius ! Bonis bene !13.

  • 14 S. Gsell, “Le Mausolée de Blad-Guitoun”, CRAI, 1898, p. 249-297, repris dans Scripta Varia, ouvrage (...)

18Gsell commente ainsi ce texte : ‘firme est sans doute ici un adverbe, synonyme de firmiter. Mais le calembour était en faveur chez ces gens de ce temps-là : les œuvres de saint Augustin nous en fournissent de fâcheux exemples et, pour ne citer qu’une inscription, nous rappellerons la dédicace bien connue de Tipasa : Martyr est Salsa, dulcior nectare. On est donc en droit de se demander si le “poète” n’a pas équivoqué sur le nom de Firmus, qui était peut-être le fils aîné de Nubel, qui, en tout cas, était un des principaux membres de la famille. Le castellum du col de Beni Aïcha aurait donc été la résidence de Nubel, résidence où Firmus vivait auprès de lui, et qu’il dut posséder après sa mort”. On peut ajouter que, à côté du château de Nubel, s’élevait le Mausolée de Blad Guitoun, dont les dispositions s’inscrivent dans une tradition remontant au Medracen, et dont Gsell déclare qu’il y avait des raisons de penser qu’il était lié à la demeure du prince africain14.

19A examiner le dossier, il est bien certain qu’il ne fournit pas de preuve formelle de l’identité des deux Nubel. Cependant, il existe un très fort faisceau de présomptions en faveur de cette hypothèse. Le nom de Nubel est assez rare pour ne se rencontrer en Afrique que dans l’inscription de Rusguniae. Le père de Firmus, qui eut au moins six enfants, mourut peu avant 370, et cette datation coïncide avec celle de l’inscription. Enfin, Rusguniae n’est qu’à quelques dizaines de kilomètres de Thenia-Ménerville. Il serait difficile d’admettre que tout cela n’est dû qu’à une coïncidence purement fortuite, et je crois qu’il est raisonnable de penser que les deux Nubel se confondent.

  • 15 S. Gsell, “Observations Géographiques”, article cité, p. 116.
  • 16 F. Jacques et J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, Paris, 1990, p. 281-282.
  • 17 G. Clemente, La Notifia Dignitatum, Cagliari, 1968, p. 319-342.

20Th. Mommsen a noté qu’au quatrième siècle, le gentilice Flavius est commun à de nombreux chefs barbares auxquels un membre de la dynastie constantinienne a conféré le droit de cité15. Si, comme l’a suggéré S. Gsell, ce fut le cas de Flavius Nuvel, alors ce fait soulève la question de l’application de l’Edit de Caracalla de 212, qui donnait le droit de cité à tous les habitants libres de l’Empire, hors les déditices. En effet, les chefs barbares auxquels Th. Mommsen faisait allusion, venaient de l’extérieur de l’Empire, et leurs aïeux n’avaient pas été concernés par l’Edit. Au contraire, que l’on identifie Nubel à Nuvel, ou non, la natio à laquelle le second appartenait au début du IIIe siècle devait se situer à l’intérieur de la Césarienne, et pourtant ses ancêtres ne reçurent pas la cité romaine. Il n’est pas exclu que sa tribu d’origine ait fait partie des “déditices” auxquels un papyrus fait allusion, et qu’elle n’ait pas pu bénéficier de la décision impériale16. Quoi qu’il en soit, le père, Saturninus, perfectissime, est un honoratus, ayant sans doute reçu le titre d’ex Comitibus à titre honoraire. Lui-même fut commandant d’un détachement dépendant du Comte d’Afrique17.

Les tribus maures du IVe siècle et les zones de la guerre de firmus d’après Courtois, Les Vandales et l’Afrique

21Sammac n’apparaît plus comme un individu isolé, qui a dû faire sa fortune lui-même, mais comme un membre d’une grande famille à la fois profondément romanisée, et puissante dans le monde indigène. Ammien ne précise ni l’étendue du pouvoir de son père Nubel, ni sa nature, mais son récit permet d’en reconstituer les grandes lignes. Sa tribu d’origine, les lubaleni, est située près d’Auzia, mais le château du col de Beni Aïcha se trouve très au nord ; le fundus de Mazuca se trouve au sud-ouest de Césaréa et Petra, dont nous essaierons de montrer plus loin qu’il devait s’élever dans la zone d’influence familiale, s’élève à l’Est.

  • 18 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 28

22L’expression “regulus per nationes Mauricas potentissimus” suppose que ces domaines ne sont pas seulement des villae, des centres d’exploitation rurale, mais à l’image de Petra un centre de commandement des tribus locales. Ammien emploie à ce propos une expression étrange. Parlant des nationes proches du municipium Addense, il dit qu’elles étaient dissonas cultu et sermonum varietate : différentes dans leur genre de vie et leur langage18.

  • 19 S. Gsell, Histoire Ancienne de l’Afrique du Nord, V, Paris, 1927, p. 39 ; P. Romanelli, ouvrage cit (...)

23Le contexte ne permet pas de savoir ce qu’Ammien avait en tête pour le premier point, s’il s’agissait d’un mélange de montagnards et de gens de la plaine, de nomades et de sédentaires. Pour le second, on peut penser soit à des variétés de parlers berbères, soit à la juxtaposition de berbérophones, de locuteurs utilisant le punique, le latin. Il apparaît en tout cas clair que, comme beaucoup d’historiens l’ont dit, la population berbère était extrêmement morcelée. Pourtant lorsque Macsizel et Dio se présentent à plusieurs reprises devant les tribus pour obtenir leur aide, celles-ci la leur accordent apparemment sans problème, alors que Sammac avait dû soumettre des gentes par la force. Pour expliquer le succès de Cyria, soeur de Firmus, qui galvanise les nationes ralliées à la révolte, Ammien, trivialement, affirme qu’elle leur promettait du butin. P. Romanelli, plus joliment, parle d’”il suo ascendente di donna”. Mais ces peuples auraient-ils si facilement accepté de suivre cette princesse, si celle-ci n’avait pu se prévaloir d’une légitimité liée à sa parenté, comme le suggère S. Gsell P19

24L’ensemble de ces éléments amène à conclure que les membres de la famille de Nubel jouissaient d’une autorité reconnue par des populations qui, par ailleurs, gardaient leurs propres dirigeants, ainsi Belles, princeps Mazicum capturé par le Comte Théodose. Tout se passe comme si un clan familial dominait, par l’intermédiaire de ses chefs, un ensemble de populations qui reconnaissaient la légitimité de cette autorité.

  • 20 S. Gsell, H.A.A.N., V. ouvrage cité, p. 121-167 ; J. Desanges, “l’Afrique romaine et libyco-berbère (...)

25L’organisation que nous venons de décrire à partir du récit d’Ammien ressemble trait pour trait au tableau que S. Gsell avait tracé des royaumes berbères antérieurs à la conquête romaine20. Il écrivait que le Roi n’était à l’origine qu’un chef de tribu qui avait étendu sa domination sur les populations voisines.

  • 21 J.G. Février, “L’inscription funéraire de Micipsa”, Revue d’Assyriologie, 1951, p. 142-150.

26L’inscription funéraire de Micipsa (148-118 av. J.C.) à Iol qualifie l’héritier de Masinissa de Roi, MLK, Melek en punique, terme que l’on retrouve sur ses monnaies, comme sur les autres inscriptions qui le concernent. “Roi” des Massyles, la tribu d’où sa famille est originaire, il est en même temps chef des Princes - MMLKT, Mamleket en punique, c’est-à-dire des chefs d’une tribu : nous retrouvons ici la même structure que celle qui voit Firmus commander AUX principes gentis21.

  • 22 J.G. Février, “La borne de Micipsa”, Cahiers de Byrsa, VII, 1957, p. 119-121 ; idem, “La constituti (...)

27Cette royauté n’appartient pas à un homme, mais à une famille dont les membres occupent les fonctions de haut fonctionnaire ou de général, leur pouvoir étant légitimé par l’exposé de leur généalogie. Les inscriptions consacrées à Masinissa, Micipsa, Hiempsal II, ou Juba II, aux sufètes de Volubilis comme au préfet du district de Tuskat étalent la liste de leurs ancêtres jusqu’au fondateur de la dynastie, ou au plus célèbre22.

  • 23 R. Cagnat, Cours d'Epigraphie Latine, Paris, 1913, p. 61 ; CIL. IX-1160 (Acclanum).

28Avant de comparer cette pratique avec la généalogie de Flavius Nuvel telle que l’expose l’inscription du Rusguniae, je préfèrerais replacer cette dernière dans un contexte romain. Nuvel mentionne son père, perfectissime et ex Comitibus, “oublie” son grand-père, et remonte à un arrière-grand-père au nom mal assuré, Elurus Laconicus. R. Cagnat, utilisant une inscription du IIe siècle, d’Aeclanum, inscription qui mentionne jusqu’au trisaïeul (abnepos) d’un certain C. Neratius, affirme qu’il s’agit là d’indiquer que ce personnage ne descend pas d’affranchis, mais bien de citoyens romains23.

  • 24 CIL. VIII-1888 = Il Alg 3068 (Théveste). On peut signaler aussi une inscription de Dougga : Z.B. Be (...)
  • 25 CIL. XIII-1036, 1042-1045 (Saintes).

29Compte tenu du fait que Nuvel cite des caractéristiques qui ne figurent pas dans le texte d’Aeclanum, je crois préférable de rappeler que certains personnages aiment à rappeler leurs glorieux ancêtres, ainsi cet inconnu de Théveste qui mentionne son père, flamine perpétuel, et son grand-père chevalier romain et pontife24. Mais l’inconnu en question n’aurait pas cité un arrière-grand-père sans titre. Si l’on devait trouver absolument un point de comparaison, on pourrait citer deux inscriptions de Saintes, du 1er siècle après J.C. Dans la première, C. Iulius Gedemon, arrière-petit-fils d’Epotsorovidus, est prêtre de Rome et d’Auguste, comme C. Iulius Victor, fils de Conconnetodubnus, petit-fils d’Agedomopas25.

  • 26 L. Maurin, Saintes Antique, Saintes, 1978, p. 182-183.
  • 27 CIL II - 3417 (Carthagène).
  • 28 S. Gsell, H.A.A.N. VIII, Paris, 1928, p. 207-208 ; commentaire CIL II - 3417.
  • 29 J.F. Matthews, “The Libri Punici of King Hiempsal”, Am. J. Philol, 93 (1972), p. 331, n. 5. On peut (...)

30Comme le dit L. Maurin dans son commentaire, les prêtres d’Auguste et de Rome n’hésitaient pas à publier des “fastes familiaux”, sans mentionner les honneurs éventuels auxquels leurs ancêtres avaient pu accéder dans le cadre des cités indigènes26. Le fait que ces ancêtres n’aient pas possédé la cité romaine ne semble pas constituer un obstacle, la légitimité familiale s’ancrant dans la cité des Santons. Ces textes montrent qu’un dignitaire romain pouvait, dans le cadre local, arguer d’une double fidélité. Une inscription de Carthagène dédiée à Juba II offre la même caractéristique que celle de Rusguniae : l’omission d’un ancêtre. En effet, elle cite, parmi les ascendants du roi, Juba 1er, Hiempsal, Gauda, Masinissa, mais elle omet le père de Gauda, Mastanabal27. Deux arguments ont été avancés pour expliquer cela. Mommsen défendait l’idée que le vocabulaire romain de l’époque, qui n’utilisait pas les termes abnepos, ou adnepos, présentait des difficultés pour exprimer le degré de parenté entre Juba II et Mastanabal28. Cet obstacle n’avait pas empêché l’emploi de l’expression contournée Regis Masinissae pronepotis nepoti. Plus récemment J.F. Matthews a émis l’idée que Mastanabal avait été omis parce qu’il n’avait pas “vraiment” 29 régné29.

  • 30 A. Berthier et R. Charlier, Le sanctuaire punique d’El Hofra à Constantine, Paris, 1955, p. 59-61, (...)

31Or, deux documents, une stèle du sanctuaire punique d’El Hofra, et une dédicace de Rhodes, mentionnent Mastanabal ; le premier date de son règne conjoint avec Micipsa et Gulussa, le second le présente comme grand-père du roi Hiempsal : il fut un temps où l’on ne l’”oubliait” pas dans les généalogies royales30. Il n’est pas exclu que le lapicide ait fait une grosse faute ; peut-être aussi, Juba II a-t-il, par cette omission, voulu signifier l’existence d’un problème de légitimité familiale, dont l’histoire ne nous est pas parvenue. Toujours est-il que ce genre d’oubli est possible, même dans une inscription concernant un souverain. A Rusguniae, Flavius Nuvel mentionne les dignités romaines de son père. En remontant jusqu’à un arrière-grand-père dont le nom n’implique pas qu’il ait possédé la cité romaine, il affirme la légitimité de la famille dans le milieu indigène. L’omission du grand-père peut, elle, être mise en relation avec les troubles intervenus deux générations avant la sienne dans la région : sans doute était-il mal venu d’invoquer un ancêtre qui avait tenu un mauvais rôle à ce moment-là. L’exposé de sa généalogie par Flavius Nuvel servait à proclamer une double fidélité, à Rome d’abord, mais aussi au monde indigène.

  • 31 XXIX, 5, 20.
  • 32 XXIX, 5, 48. Pour le port du sagum en Afrique : G. Ch. Picard, La Civilisation de l’Afrique Romaine (...)
  • 33 Zosime, Histoire Nouvelle IV, 16, 3, traduction de F. Paschoud, éd. Les Belles Lettres, CUF, Paris, (...)
  • 34 Contra Epist. Parm. I, 10, 16 et 11, 17.

32Il reste un dernier élément, qui a donné lieu à beaucoup de discussions : le couronnement de Firmus. Ammien rapporte en effet qu’un tribun d’une unité romaine ralliée au rebelle, les pedites Constantiani, passa un torque sur la tête de Firmus en guise de diadème : torquem pro diademate capiti imposuit Firmi31. Par ailleurs, l’historien décrit le manteau que portait le chef maure comme un sagus puniceus, un manteau militaire rouge32. Zosime, lui, déclare : “C’est pourquoi les Africains... offrirent la pourpre à Firmus et le proclamèrent Empereur”33. Certains historiens ont du coup prétendu que le révolté avait voulu usurper le pouvoir, malgré le témoignage de saint Augustin qui, africain et contemporain des événements, n’a jamais appelé Firmus que Rex Maurorum34.

  • 35 T. Kotula, “Firmus, fils de Nubel, était-il un usurpateur ou roi des Maures ?” Acta Antiqua Academi (...)
  • 36 S. Gsell, “Observations géographiques”, article cité.
  • 37 S. Gsell, H.A.A.N., o.c., p. 127.

33Actuellement, l’hypothèse de l’usurpation est généralement rejetée. En particulier, T. Kotula a cru pouvoir montrer que la scène du couronnement de Firmus ne serait chez Ammien qu’un doublet de la proclamation de Julien Auguste à Paris35. Il fonde également son analyse sur la méconnaissance que Ammien aurait eue de l’Afrique. Or, celui-ci a la réputation de s’être bien documenté. Il est douteux qu’il ait négligé de bien s’informer, alors qu’en retraçant les campagnes du comte Théodose, il vantait les mérites d’un personnage qu’il estimait particulièrement. D’autre part, la reconstitution de la géographie de la guerre de Firmus opérée par S. Gsell au début de ce siècle montre au contraire la précision des informations de l’historien : malgré notre ignorance relative de la topographie antique de ces régions, il a été possible de reconstituer l’itinéraire du Comte uniquement grâce à l’analyse interne du document36. C’est pourquoi, je crois que l’on peut rechercher si, dans la tradition africaine, on ne peut pas retrouver une origine à ce “couronnement”. Or, nous savons, par leurs monnaies, que les Rois africains, s’inspirant de la tradition hellénistique, portaient le diadème37. Un document récemment publié, et dont T. Kotula ne put avoir connaissance, va dans ce sens.

  • 38 Catalogue De Carthage à Kairouan, Paris, 1982, p. 104 ; Mh. Fantar, Le Bardo, un musée, Tunis, 1989 (...)
  • 39 F. Bertrandy, “A propos du cavalier de Simitthu (Chemtou)”, Antiquités Africaines, 22, 1986, p. 57- (...)

34Il a été en effet découvert vers 1980 un relief, à Henchir Abalessa, à 2 kilomètres de Chemtou, l’antique Simitthu. Présenté en 1982-1983 à Paris à l’occasion de l’exposition “De Carthage à Kairouan”, il était exposé en 1989 au musée de Bulla Regia et figure aujourd’hui au Catalogue du Musée du Bardo à Tunis (fig. 1)38. Il représente un personnage à cheval, marchant à droite. Devant la monture, est sculpté un palmier. La chevelure du cavalier, disposée en “tresses calamistrées” est serrée dans un bandeau, assimilé à un diadème. Sa tunique est recouverte d’un manteau baptisé chlamyde par F. Bertrandy39, en fait un manteau militaire attaché sur l’épaule droite, seule visible, par une fibule. Le pied du personnage est chaussé d’une socque à semelle nattée ou tressée, en tous cas très inhabituelle chez un Numide”. L’équipement du cheval comprend, outre les rênes, une selle posée sur un tapis à franges.

35Ce relief, daté par ses découvreurs du 1er siècle avant J.C., l’a été de façon plus précise par F. Bertrandy de la fin du règne de Juba 1er, vers 50-46 avant J.C. Pour appuyer sa proposition, ce savant oppose cette représentation de cavalier berbère, aux figurations habituelles qui, des monnaies masaesyles et des sculptures indigènes à la Colonne Trajane montrent toujours les Berbères pieds nus et montant à cru. Il en déduit que Juba a choisi de se faire représenter à l’image de la cavalerie équipée à la romaine qu’il avait formée pour combattre auprès des Pompéiens contre César. Pour expliquer que le personnage ne portait pas d’arme, F. Bertrandy avance que l’on a “affaire davantage à un relief commémoratif, marque de révérence à l’égard d’un personnage, qu’à un relief funéraire exprimant la profession exercée par le personnage représenté”.

  • 40 M. Leglay, Saturne Africain, Histoire, Paris, 1966, p. 146-150 ; A. Parrot, M.H. Chehab, S. Moscati (...)
  • 41 Mh. Fantar, Le Bardo, ouvrage cité, p. 40 et 45.
  • 42 G. Ch. Picard, La Civilisation de l’Afrique Romaine, deuxième édition Etudes Augustiniennes, Paris, (...)

36De fait, on voit mal une cité élever un monument à la gloire de Juba 1er dans la province nouvellement créée d’Africa Nova. Il y a cependant un détail, qui permet de mieux comprendre l’absence d’armes : le palmier, qui occupe une place non négligeable dans l’ensemble. Considéré comme l’arbre de vie dans l’Orient Ancien, il figure comme symbole de fertilité et d’immortalité sur de nombreuses stèles et monnaies puniques, et dans ce dernier cas, associé au cheval40. Réinterprété ainsi, le relief apparaît composé de façon cohérente. L’absence d’armes, qui avait intrigué F. Bertrandy, se comprend si l’on admet qu’il s’agit de la représentation en majesté d’un personnage lié à des notions de paix et de fertilité. De plus, aucun des éléments ne permet réellement de rattacher le traitement du cavalier avec la représentation traditionnelle des Africains, et surtout pas la chevelure qui était, pour F. Bertrandy, le seul détail typiquement africain. Sur le même site que celui où a été trouvé le cavalier, à Bordj Hellal, près de Chemtou, a été exhumé un autre relief représentant sept dieux et une déesse libyques (fig. 2). Les fouilleurs lui ont assigné une date proche de celle du cavalier41. Les dieux aussi sont vêtus d’une tunique recouverte par une chlamyde agrafée sur l’épaule droite par une fibule. A l’exception de celui situé le plus à gauche, tous sont barbus. Si l’on considère le traitement des cheveux et de la barbe, on s’aperçoit qu’on peut leur appliquer la description que G. Ch. Picard a donnée de la chevelure des cavaliers maures de la Colonne Trajane : “des cheveux crépus, retombant sur les épaules en longues mèches tire-bouchonnées”42.

  • 43 Pour la colonne Trajane : R. Bianchi Bandinelli, Rome, Le Centre du Pouvoir, illustration no 268 p. (...)

37Après les Egyptiens et les Grecs, les Romains ont souvent utilisé ce type de coiffe pour caractériser les Africains, noirs ou blancs, et le relief des huit dieux de Chemtou montre que les Libyens eux-mêmes ont parfois procédé de la même façon pour signifier l’”africité” d’une représentation humaine43. Nous sommes très loin ici de ce que F. Bertrandy appelle les “tresses calamistrées du cavalier de Chemtou. En fait, un examen visuel nous a confirmé que le sculpteur avait représenté de la même manière les cheveux et la barbe du cavalier, la crinière et la queue du cheval. Ce relief est sans doute une imitation d’un modèle hellénistique et le sculpteur a réinterprété ce modèle selon sa technique propre, sans vouloir attribuer au cavalier un caractère africain particulier. Enfin, le personnage partage avec la déesse de l’autre monument de Bordj Hellal le port du diadème. Dans le dernier cas, elle est même la seule à le porter, des dieux représentés. Compte tenu de la position presque centrale de la déesse, et du fait qu’elle soit la seule à avoir cet ornement, nous pouvons penser que le sculpteur a voulu ici marquer sa prééminence sur les dieux masculins. Le cavalier lui-même porte un diadème, et c’est précisément ce qui a fait dire à F. Bertrandy qu’il s’agissait d’un roi. S’il n’est pas possible de négliger l’éventuelle référence aux équites frenati de Juba 1er pour expliquer et l’équipement du cheval et du cavalier, je crois que l’on peut se tourner vers une explication plus simple.

38L’artiste s est inspire d’un modèle “classique” pour figurer un roi - ou un dieu. Pour marquer son rang, au-dessus des simples hommes, il a doté le personnage du diadème qui était depuis longtemps dans les royaumes maure et numide le symbole du pouvoir et de la puissance.

  • 44 S. Gsell, H.A.A.N. VIII, Paris, 1928, p. 279.
  • 45 Procope, La Guerre Vandale XXV, 5-8 ; traduction de Ph. Leveau, “L’aile II des Thraces, La tribu de (...)

39Il est un autre aspect de la royauté africaine qu’il convient d’évoquer avant de revenir à Firmus. Masinissa avait été proclamé roi par Scipion l'Africain sur le front des troupes romaines, et le Sénat, ensuite, lui avait fait parvenir de somptueux cadeaux, dont deux sagulae purpurae. Par la suite, les souverains numides Micipsa, Gauda, Hiempsal, ne régnèrent qu’avec l’accord des Romains ; Juba II reçut la Maurétanie des mains d’Auguste, et son fils Ptolémée obtint en 24, les titres de roi, d’allié, et d’ami de la part du Sénat : “c’était là une reconnaissance officielle qui suivait son avènement”44. Sous l’Empire, Rome reconnaissait principes gentis et reges ; au besoin, on nommait un princeps gentis qui était alors qualifié de constitutus. Décrivant des faits survenus en 533, Procope de Césarée écrivait : “Selon la coutume des Maures, nul ne pouvait exercer le commandement, même s’il était ennemi des Romains, avant que l’Empereur des Romains ne lui remette les insignes du gouvernement. Or, ils avaient déjà reçu ces insignes de la part des Vandales, mais ils ne considéraient pas leur pouvoir comme sûr. Ces insignes sont : un bâton d’argent doré ; une coiffure en argent qui ne couvre pas toute la tête, mais se tient autour, comme une sorte de couronne faite de bandes en argent ; un manteau blanc qui s’attache sur l’épaule droite par une agrafe en or, comme la chlamyde thessalienne ; un chiton blanc brodé ; une chaussure dorée”45.

  • 46 Y. Moderan, “Koutzinas-Cusina, Recherches sur un Maure du VIe siècle”, Africa Romana VII, Sassari, (...)
  • 47 G. Lepelley, “La Préfecture de tribu dans l’Afrique du Bas Empire”, Mélanges W. Seston, Paris, 1974 (...)

40A partir de ce texte, et d’un passage de Servius affirmant que les praefecti gentis recevaient un bâton de commandement, Ph. Leveau, et après lui Y. Modéran, ont prétendu que ces chefs indigènes étaient des préfets46. En réalité, il n’en est rien. Il convient tout d’abord de remarquer que cette pratique remontait au Bas Empire, et que les Vandales n’avaient fait que la reprendre. Ensuite, sous le Bas Empire comme auparavant, le praefectus gentis était un agent de Rome qui dirigeait certaines tribus, celles dont la conduite inspirait des inquiétudes. Les autres pouvaient être commandées par “leur roitelet, leurs chefs coutumiers, selon leurs institutions et leur droit coutumier”47. Les chefs Maures de Procope ne sont pas imposés par Rome. Ils sont déjà en place, mais ils attendent de Rome une reconnaissance officielle, comme Gauda, Hiempsal, Ptolémée ou les principes gentis, les reguli avant eux.

41En acceptant le diadème, Firmus suivait la tradition. Mais s’il lui fut offert à ce moment-là, c’est qu’auparavant l’Empereur ne l’avait pas reconnu. Compte tenu de la lenteur supposée des démarches administratives, de la distance, de l’instruction de l’assassinat de Sammac, cela se comprend. Après avoir été accepté comme chef par ses congentiles, Firmus répète à six siècles de distance la scène de la proclamation de Masinissa. Mais c’est un officier romain traître à ses armes qui tient la place de Scipion l’Africain. En fait, l’épisode peut être un doublet du couronnement de Julien, il se présente aussi comme une réminiscence de Tite-Live - sur le mode dérisoire.

42La famille de Nubel contrôlait donc un ensemble de populations occupant une série de positions stratégiques en Maurétanie Césarienne. A partir du col de Beni Aïcha, et de Petra, il était possible de surveiller les massifs du Djurdjura, des Bibans, des Babors, de protéger les voies menant de Saldae à Sitifis d’une part, à Auzia de l’autre, voies dont la campagne du Comte Théodose allait confirmer l’importance. Du fundus Mazucanus, situé dans la vallée du Chélif au sud-ouest de Caesarea, au col de Beni Aïcha, on pouvait veiller sur le Dahra et l’Ouarsenis. Il est loin d’être assuré que l’étendue sur laquelle l’autorité de la famille de Nubel s’exerçait ait été continue. Elle pouvait être fractionnée par des territoires de cité ; les tribus obéissant aux praefecti gentium dépendaient sans doute directement des autorités romaines. Il n’empêche que l’on a le sentiment que Nubel contrôlait une zone parallèle à la côte et au limes présaharien, zone qui s’était signalée dans la deuxième moitié du IIIe siècle par une série de révoltes. Si l’on examine la localisation du limes intérieur de la Césarienne, telle que C. Courtois l’a reconstituée, et tout en tenant compte des incertitudes touchant telle ou telle de ses parties, on constate que l’espace soumis à Nubel coïncide à peu près à son tracé. Les historiens ont souvent relevé que ces régions de Césarienne avaient été troublées de tout temps. Mais on n’a pas assez remarqué sur, pendant plus de deux générations, de l’intervention de Maximien à la révolte de Firmus, le calme avait régné : les princes indigènes avaient su faire montre de loyauté et d’efficacité.

43Cela supposait une forte cohésion familiale, et la reconnaissance d’une légitimité par les tribus soumises vis-à-vis du clan de Nubel. A l’inverse, Sammac sème le désordre, crée des troubles dans la région, troubles qu’il se vantera par la suite d’avoir calmés. Au lieu de s’inscrire dans la durée comme le fait son clan familial, il crée une nouvelle puissance, ce qui ne correspond pas à ce qu’impliquait la loi d’Honorius.

44En Maurétanie Césarienne, les relations de pouvoir régissant les sociétés berbères au IVe siècle après J.-C. semblent donc très proches de celles que l’on a observées dans les royaumes indigènes de l’époque de l’indépendance. L’autorité légitime est toujours détenue par des clans familiaux qui dominent un ensemble de chefs de tribus. Les insignes du pouvoir - en particulier le diadème - n’ont pas changé. Mais il n’y a pas de mur entre le monde indigène et le monde romain. Les chefs du clan peuvent commander des troupes romaines, accéder aux honores comme Saturninus.

45De la même façon, à la légitimité reconnue dans le cadre traditionnel s’ajoute la reconnaissance par Rome. Les reguli voient leur puissance affermie par la puissance dominante, et bénéficient des promotions liées à la cité romaine. Rome y gagne de ne pas immobiliser de troupes pour assurer la surveillance d’un limes interne destiné à contenir les tribus susceptibles de se révolter.

Notes

1 R. Cagnat, L'Armée Romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les Empereurs, Paris, 1892, p. 753-755 ; C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p.84-86 ; J.F. Matthews, “Mauretania and the Notitia”, dans : R. Goodburn et Ph. Bartholomew, Aspects of the Notitia Dignititatum, BAR, Supplementary Series 15, Oxford, 1976, p. 169.

2 S. Gsell, Atlas Archéologique de l’Algérie,, Alger-Paris, 1902-1911, P 27, p. 7, no 27.

3 M. Benabou, La résistance africaine à la Romanisation, Paris, 1976, p. 201-240 ; J. Desanges, Commentaire de : Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre V, Paris,1980, p.‘l79-181.

4 J.F. Matthews, article cité, p. 175.

5 C. Th. VII, 15, 1 ; J.F. Matthews, article cité, p. 170.

6 P. Romanelli, Storia delle Provincie Romane dell’Africa, Rome, 1959, p. 619-620.

7 S. Gsell, Atlas Archéologique de l’Algérie, ouvrage cité, P 6 no 148 ; idem, “Une inscription d’Ighzer-Amokrane”, CRAI 1901, p. 176 ; idem, “Observations géographiques sur la révolte de Firmus”, Recueil de notices et mémoires de la Société Archéologique de Constantine, 36, 1903, p. 22, no 1, repris dans : S. Gsell, Etudes sur l’Afrique Antique, Scripta Varia, Lille, 1981, p. 114, n. 1. ILS 9351 ; CLE 1916.

8 XXIX, 5, 2.

9 CIL VIII - 9255 = ILCV 1822.

10 Y. Duval, Loca Sanctorum Africae, Rome-Paris, 1982, p. 352.

11 A.H.M. Jones, J.R. Martindale, J. Morris, Prosopography of the Later Roman Empire, I, Cambridge, 1971, p. 634 et 636.

12 S. Gsell, “Observations géographiques”, article cité, Scripta varia, ouvrage cité, p. 115, note 3 ; C. Lepelley, Les cités de l’Afrique Romaine, I, Paris, 1979, p. 384, n. 64 ; Y. Duval, ouvrage cité, p. 353.

13 CIL VIII - 9011. S. Gsell, “Observations géographiques”, article cité, p. 120-121. Y. Duval, ouvrage cité, p. 353.

14 S. Gsell, “Le Mausolée de Blad-Guitoun”, CRAI, 1898, p. 249-297, repris dans Scripta Varia, ouvrage cité, p. 37-55 ; “Observations géographiques”, article cité, p. 122-123.

15 S. Gsell, “Observations Géographiques”, article cité, p. 116.

16 F. Jacques et J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, Paris, 1990, p. 281-282.

17 G. Clemente, La Notifia Dignitatum, Cagliari, 1968, p. 319-342.

18 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 28

19 S. Gsell, Histoire Ancienne de l’Afrique du Nord, V, Paris, 1927, p. 39 ; P. Romanelli, ouvrage cité, p. 589.

20 S. Gsell, H.A.A.N., V. ouvrage cité, p. 121-167 ; J. Desanges, “l’Afrique romaine et libyco-berbère”, dans C. Nicolet, dir., Rome et la conquête du monde méditerranéen, II, Paris, 1978, p. 647-649.

21 J.G. Février, “L’inscription funéraire de Micipsa”, Revue d’Assyriologie, 1951, p. 142-150.

22 J.G. Février, “La borne de Micipsa”, Cahiers de Byrsa, VII, 1957, p. 119-121 ; idem, “La constitution municipale de Dougga à l’époque numide”, Mélanges de Carthage, 1964-1965, p. 85-91 ; J. Février, Inscriptions Antiques du Maroc, I, Inscriptions puniques et néopuniques, Paris 1966, no 4, p. 89-97 ; V.N. Kantorini, “Le roi Hiempsal II de Numidie et Rhodes”, Antiquité classique, 44, 1975, p. 89 à 99.

23 R. Cagnat, Cours d'Epigraphie Latine, Paris, 1913, p. 61 ; CIL. IX-1160 (Acclanum).

24 CIL. VIII-1888 = Il Alg 3068 (Théveste). On peut signaler aussi une inscription de Dougga : Z.B. Ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, Rome, 1986, no 226, p. 89-90 = AE 1987, 1023. Il s’agit d’une dédicace à Titus et Domitien, par un Rufinus, fils de Rufus, petitfils de Nimlilis. D’après M. Christol et Z.B. Ben Abdallah, nous serions en présence de l’usage sémitique qui consiste à nommer le père et le grand-père du dédicant. Si l’usage attesté en bien d’autres endroits que Théveste ou Dougga, comme à Thuburo Maius (IL. Afr 254, 256, IL Tun 709) a pu se conserver dans les milieux indigènes, cela fait ressortir a contrario l’étrangeté de la généalogie de Nubel.

25 CIL. XIII-1036, 1042-1045 (Saintes).

26 L. Maurin, Saintes Antique, Saintes, 1978, p. 182-183.

27 CIL II - 3417 (Carthagène).

28 S. Gsell, H.A.A.N. VIII, Paris, 1928, p. 207-208 ; commentaire CIL II - 3417.

29 J.F. Matthews, “The Libri Punici of King Hiempsal”, Am. J. Philol, 93 (1972), p. 331, n. 5. On peut se demander cependant si la façon de dénommer l’arrière-grand-père dans l’inscription de Cherchell n’est pas liée à un usage punique. En effet, à Leptis Magna, une inscription néopunique mentionne : “Caius, fils de HN’, au nom de Caius, fils de son fils Macer (= petit-fils de Macer)”. G. Levi della Vida et M.G. Amadasi Gruzzo, Iscrizioni Puniche della Tripolitania (1927-1967), Rome, 1987 no 26 p. 63.

30 A. Berthier et R. Charlier, Le sanctuaire punique d’El Hofra à Constantine, Paris, 1955, p. 59-61, no 63 ; V.N. Kontorini, “Le roi Hiempsal II”, article cité.

31 XXIX, 5, 20.

32 XXIX, 5, 48. Pour le port du sagum en Afrique : G. Ch. Picard, La Civilisation de l’Afrique Romaine, Paris 1990 p. 200.

33 Zosime, Histoire Nouvelle IV, 16, 3, traduction de F. Paschoud, éd. Les Belles Lettres, CUF, Paris, 1979, p. 277.

34 Contra Epist. Parm. I, 10, 16 et 11, 17.

35 T. Kotula, “Firmus, fils de Nubel, était-il un usurpateur ou roi des Maures ?” Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, 18, 1970, p. 1.37-146.

36 S. Gsell, “Observations géographiques”, article cité.

37 S. Gsell, H.A.A.N., o.c., p. 127.

38 Catalogue De Carthage à Kairouan, Paris, 1982, p. 104 ; Mh. Fantar, Le Bardo, un musée, Tunis, 1989, p. 44. Une inscription bilingue libyque et néopunique a été découverte sur le site : RIL 72 et M. Sznycer, “Le texte néopunique de la bilingue de Bordj Hellal”, Semitica XXVII, 1977, p. 47-57.

39 F. Bertrandy, “A propos du cavalier de Simitthu (Chemtou)”, Antiquités Africaines, 22, 1986, p. 57-71.

40 M. Leglay, Saturne Africain, Histoire, Paris, 1966, p. 146-150 ; A. Parrot, M.H. Chehab, S. Moscati, L’Univers des Phéniciens, Paris, 1975, p. 273, no 342.

41 Mh. Fantar, Le Bardo, ouvrage cité, p. 40 et 45.

42 G. Ch. Picard, La Civilisation de l’Afrique Romaine, deuxième édition Etudes Augustiniennes, Paris, 1990, p. 124.

43 Pour la colonne Trajane : R. Bianchi Bandinelli, Rome, Le Centre du Pouvoir, illustration no 268 p. 243 ; pour la représentation de l’Africain dans l'art antique : J. Vercoutter, J. Leclant, Franck M. Snowden, Jr, J. Desanges, L'image du Noir dans l'art occidental, 1, Des Pharaons à la chute de l’Empire Romain, l’Office du Livre, Fribourg, 1976, en particulier no 25-26 n 61 59 n 84, 242 p. 193, 252 p. 198, 258 p. 203, 304 p. 231.’P.

44 S. Gsell, H.A.A.N. VIII, Paris, 1928, p. 279.

45 Procope, La Guerre Vandale XXV, 5-8 ; traduction de Ph. Leveau, “L’aile II des Thraces, La tribu des Mazices, et les Praefecti gentis en Afrique du Nord (à propos d’une inscription nouvelle d’Oppidum Novum et de la pénétration romaine dans la partie orientale des plaines du Ghelif)”, Antiquités Africaines 7, 1973,p. 188.

46 Y. Moderan, “Koutzinas-Cusina, Recherches sur un Maure du VIe siècle”, Africa Romana VII, Sassari, 1990, p. 402-403.

47 G. Lepelley, “La Préfecture de tribu dans l’Afrique du Bas Empire”, Mélanges W. Seston, Paris, 1974, p. 294.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search