Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Les apparences et leur interprétation : régions limites

La « frontière militaire » de la Numidie, de Trajan à 238

Yann Le Bohec

Texte intégral

  • 1 Voir notre article cité note suivante.
  • 2 G. Forni, Limes, dans E. De Ruggiero, Dizionario Epigrafico di Antichità Romane, Rome, IV, 1959, (...)
  • 3 G. Forni, article cité du Dizionario epigrafico, p. 1076 (p. 215 de la coll. Mavors).

1L’expression de “frontière militaire” correspond assurément, dans plus d’un esprit, à ce que les historiens appellent “limes” ; il s’agit d’un ensemble de constructions effectuées par l’armée et occupées par des soldats. Nous mettons à ce mot des guillemets parce que nous pensons que les modernes en ont fait un usage abusif ; en effet, il ne se rencontre que très rarement dans les textes anciens1. Dans une enquête désormais classique2, le regretté G. Forni avait montré que ce “limes" ne correspondait pas à une ligne mais à une bande de terrain, qu’il était “bi-dimensionnel”3.

  • 4 Pour des références plus amples, nous renvoyons à nos deux ouvrages : Y. Le Bohec, La Troisième Lég (...)

2L’étude de ces deux notions peut être abordée de différentes manières. Puisqu’il est impossible de traiter de concepts aussi riches dans le cadre modeste d’un article, il reste la solution d’étudier un exemple précis et concret. On peut ainsi espérer apporter une petite pierre à un édifice qui sera assurément plus vaste. Dans ces conditions, il a paru expédient de borner le propos de la présente réflexion à un espace géographique, la Numidie, à un seul aspect, l’aspect militaire, et à une période limitée, le siècle des Antonins et l’époque des Sévères4.

3Nous serons ainsi amenés à poser trois questions. 1° Le limes” correspondait-il à la “frontière militaire” ? 2° Dans le cas où la réponse serait négative, cette dernière doit-elle être perçue de manière linéaire, ou, également, “bi-dimensionnelle” ? 3° Enfin, les “mentalités collectives” avaient-elles conçu la notion de “frontière militaire” et, dans l’affirmative, comment l’avaient-elles saisie ?

4On nous pardonnera de commencer par une définition simple : il nous paraît indispensable de préciser le sens des termes sur lesquels nous allons débattre. Tout en sachant bien que notre propos simplifie à l’extrême une réalité qui sera certainement discutée dans le présent ouvrage, nous demandons au lecteur d’admettre que la “frontière” est simplement une ligne imaginaire qui entoure un État, lui donne ses dimensions, et, par extension, la ligne qui sépare deux États. Cette ligne reste imaginaire, même dans le cas d’une “frontière naturelle”, côte, fleuve ou relief. Il faut en effet qu’intervienne la volonté de l’homme, une décision politique, pour qu’un obstacle physique constitue réellement une séparation entre deux autorités : beaucoup de fleuves, par exemple la Garonne, la Seine, ne correspondaient pas, et ne correspondent toujours pas, à des frontières. Et on pourrait trouver de nombreuses montagnes qui ne jouent pas non plus ce rôle. D’un autre côté, les frontières totalement artificielles, qui existent assurément, sont rares : il est plus facile de s’appuyer sur la nature. De part et d’autre d’une frontière, on trouve donc deux États, c’est-à-dire deux pouvoirs, deux autorités : chacun a son armée, sa police, ses douanes, son droit, éventuellement sa culture, sa langue, etc. Mais la frontière n’est pas seulement ce qui sépare, elle est aussi ce qui unit : elle doit être perméable, mais contrôlée. Du point de vue militaire, le problème paraît simple ; il consiste à empêcher un éventuel ennemi de passer, et à laisser passer l’ami, mais seulement à certains points qui sont surveillés.

  • 5 J. Despois, L’Afrique blanche, I, L’Afrique du nord, Paris, 1964, 3e édit., 622 p. (dorénavant cité (...)

5Les militaires romains, en raison surtout de la faiblesse des moyens techniques dont ils disposaient, devaient tenir compte au premier chef de la géographie5. Pour une étude stratégique, deux éléments jouent un rôle primordial : l’eau et le relief.

  • 6 J. Despois, Afrique du nord, p. 3 et 31, insiste sur l’importance du climat, qui fait l’originalité (...)
  • 7 H. Isnard, Maghreb, p. 7, pense que le relief joue le principal rôle.
  • 8 H. Isnard, Maghreb, p. 19.
  • 9 J. Despois, Afrique du nord, p. 69. Sur l’opposition entre montagne et plaine en Afrique, on dispos (...)
  • 10 J. Despois, Afrique du nord, p. 70.

6On peut se poser la question de savoir ce qui caractérisait le mieux la géographie de l’Afrique dans l’Antiquité, du climat6 ou du relief7 ; les géographes accordent beaucoup d’attention à l’un et à l’autre. En fait, ces deux éléments sont liés, géographiquement parce que les hauteurs reçoivent des précipitations supérieures8, et militairement parce que ces mêmes montagnes ont un double rôle qu’aucun état-major ne saurait ignorer. Elles peuvent en effet être un obstacle, une barrière, et constituer un point d’appui : les militaires les utilisent comme un mur auquel ils s’adossent ; cette situation peut se rencontrer en Afrique du nord9 où on trouve des montagnes jeunes, peu érodées, massives. En sens contraire, il leur arrive de faciliter certains passages en les fixant à des endroits déterminés, cols ou dépressions, qu’il importe alors de contrôler. Dans nos régions, elles rendent plus facile la circulation est-ouest10, conformément à la disposition générale.

  • 11 Carte hypsométrique dans J. Despois, Afrique du nord, p. 32, fig. 11.

7Celle-ci est bien connue ; encore faut-il ne pas oublier que la province d’Afrique, territoire dont la surveillance incombait à la IIIe Légion Auguste et à ses auxiliaires, ne correspondait pas aux divisions politiques actuelles : elle excluait l’Algérie occidentale ou Maurétanie Césarienne, et en revanche s’étendait jusqu’au désert de Tripolitaine, que nous laisserons de côté dans la présente étude. Trois ensembles se dégagent alors si on examine l’Afrique maghrébine à l’ouest du méridien passant par Djerba et au nord du parallèle qui traverse la même île11.

  • 12 Voir, en dernier lieu, l’important ouvrage de J. Peyras, Le Tell nord-est tunisien dans l’Antiquité (...)
  • 13 J. Despois, Afrique du nord, p. 47 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.
  • 14 J. Despois, Afrique du nord, p. 56 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.
  • 15 J. Despois, Afrique du nord, p. 58.
  • 16 J. Despois, Afrique du nord, p. 59 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.
  • 17 H. Isnard, Maghreb, p. 8.
  • 18 J. Despois, Afrique du nord, p. 64 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.
  • 19 J. Despois-R. Raynal, Afrique du nord-ouest, p. 18.

8Au nord, une longue chaîne encadre quelques dépressions et plaines côtières, l’Atlas Tellien12 ; elle peut dépasser les mille mètres, mais elle se situe généralement en-dessous de cette altitude13. Au sud, parallèle à celle-ci, l’Atlas saharien est en réalité formé par une série de chaînons isolés14, et il ne comporte qu’un seul massif original, l’Aurès15, qui culmine à 2321 mètres au Djebel Mahmel ; à partir des Nementchas, la direction change, passe au nord-ouest, pour rejoindre l’Atlas Tellien, et former la Dorsale Tunisienne16, qui est bordée au nord par la profonde coupure de la Medjerda, et dont l’aboutissement est formé par le Cap Bonl17. Entre ces deux montagnes, les Hautes Plaines, jadis appelées à tort Hauts Plateaux, allongées et étroites, qui se rétrécissent vers l’est18, se situent à une altitude moyenne de 900 mètres. Dans l’extrême sud, le Grand Erg Oriental de l’actuelle Algérie présente, sauf dans le Souf, l’aspect d’un vrai désert ; dans cette vaste étendue de sable19, nul ne le contestera, c’est le problème de l’eau qui l’emportait de beaucoup dans les préoccupations quotidiennes. On constate donc qu’a existé une unique zone de déplacement aisé, les Hautes Plaines, protégée des espaces sahariens par un massif, l’Atlas Saharien, qui comporte des passages.

  • 20 H. Isnard, Maghreb, p. 25-26 ; on trouvera une carte détaillée des précipitations dans cet ouvrage (...)
  • 21 Ibidem, p. 15 et 25.
  • 22 J. Despois, Afrique du nord, p. 15.
  • 23 Ibidem, n. 39.
  • 24 H. Isnard, Maghreb, p. 26.
  • 25 J. Despois-R. Raynal, Afrique du nord-ouest, p. 25.
  • 26 H. Isnard, Maghreb, p. 24 ; J. Despois, Afrique du nord, p. 17.

9Quand il est question d’un pays africain, l’eau, par sa présence ou son absence, prend une énorme importance : nécessaire à la vie, elle est rare, ainsi qu’en témoigne la médiocrité des totaux annuels. Ceux-ci présentent l’avantage de pouvoir être représentés sur une carte ; ils délimitent trois bandes grossièrement parallèles20. Au nord, la “façade menteuse”, qui correspond au Tell21, et couvre un tiers de la superficie22, reçoit au moins quatre cents millimètres par an23 ; c’est, à cet égard, la zone riche, celle où l’agriculture est possible sans irrigation. Immédiatement au sud, se trouve la steppe, qui reçoit de deux cents à quatre cents millimètres, pays d’élevage où les cultures sèches sont encore possibles. Enfin, on appelle “méditerranéen désertique” un type de climat caractérisé par un total inférieur à deux cents millimètres24 : la vie sédentaire en est exclue, les hommes doivent aller à la recherche de l’eau et, quand ils l’ont trouvée, elle est le plus souvent insuffisante. En outre, le caractère excessif des précipitations25 aggrave le phénomène de rareté : tout tombe en quelques jours, provoquant la crue des ouadi (pluriel du mot oued)26 ; et encore est-ce avec une grande irrégularité : on trouve de mauvaises années, comme celles que connut le Sahel de 1971 à 1974, et plus récemment encore, et aussi de bonnes années.

  • 27 Voir, à ce propos, Du Coudray La Blanchère, “L’aménagement de l’eau et l’installation rurale dans l (...)
  • 28 G.-Ch. Picard, “Néron et le blé d’Afrique”, CT, XIV, 1956, p. 163-173.
  • 29 Dr Carton, “Historiens et physiciens à propos de l’étude de la climatologie de l’Afrique ancienne”,(...)
  • 30 S. Gsell, article cité, p. 343.
  • 31 Parmi les nombreuses publications de P. Trousset consacrées à cette évolution, mentionnons R. Pasko (...)
  • 32 S. Gsell, article cité, p. 389.
  • 33 S. Gsell, article cité, p. 369.
  • 34 S. Gsell, article cité, p. 361-362.
  • 35 J. Despois, “La bordure saharienne de l’Algérie orientale”, RAf, LXXXVI, 1942, p. 196-219, pense qu (...)
  • 36 A. Poidebard, La trace de Rome dans le désert de Syrie, Paris, 1934, p. 66 et pl. LXIII : Mleke.

10On peut se demander, bien sûr, s’il en allait de même dans l’Antiquité, et l’importance des travaux hydrauliques27 a pu faire croire qu’ils présentaient un caractère de plus grande nécessité que de nos jours ; en sens contraire, la légendaire richesse de l’Afrique, et son importance dans l’approvisionnement de Rome28, ont pu donner à penser que les difficultés étaient moindres. En réalité, la stabilité l’a emporté29 ; vingt siècles, c’est peu au regard des millénaires nécessaires pour entraîner un changement notable30. Des travaux récents ont cependant permis de suivre une évolution : l’humidité était plus abondante, et les lignes de rivage ont changé31. Les sources littéraires ont montré qu’il n’y a pas eu de modification profonde, de révolution climatique, en Berbérie32 ; pas plus qu’au Sahara33, qui était un désert, et cela pour la période qui va depuis Hérodote jusqu’au VIIe siècle de notre ère34. Dans ces conditions, on voit clairement la double tâche qui incombait à l’armée : d’une part, elle devait protéger ceux qui avaient assez d’humidité, les sédentaires, contre ceux qui n’en avaient pas assez, les nomades35 ; et, d’autre part, pour mieux surveiller ces derniers, il lui était nécessaire de contrôler les points d’eau, principalement là où celle-ci était rare. On sait que les militaires romains, en Orient, avaient bâti des forts autour de puits importants36. Cet exemple prouve assez le rôle déterminant des précipitations dans les pays arides.

  • 37 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 405-430, 430-437 et 485-486.

11Pour décrire la géographie militaire de cette région, nous disposons de sources relativement abondantes mais disparates. Certains postes sont connus uniquement par l’épigraphie (elle ne mentionne que l’unité qui y a été présente), d’autres uniquement par l’archéologie (on ne se fait une idée que de l’importance du camp) ; ce n’est, que par exception que nous pouvons combiner les deux types de documents. On constate néanmoins l’existence de ce que nous avons appelé des “systèmes défensifs” ; ceux-ci, au nombre de deux dans le secteur concerné, sont complémentaires : le “système aurasien” entoure l’Aurès, et le “système du Sahara de Numidie” recoupe le précédent, en bordant la montagne par le sud. On y a repéré les trois éléments qui constituent ce que la tradition appelle abusivement un “limes”, à savoir des obstacles linéaires (l’un naturel, l’Aurès, et l’autre artificiel, un mur), des obstacles ponctuels, forts, tours et camps, et, élément fondamental, une route37.

  • 38 P. Romanelli, Storia delle province romane dell’Africa, Rome, 1959, p. 293.
  • 39 Corpus Inscriptionum Latinarum (dorénavant abrégé : CIL), VIII, 22348 et suiv. ; P. Romanelli, Prov (...)
  • 40 CIL, VIII, 10186=22282, 10210 ; L’Année épigraphique (dorénavant abrégée : AE), 1969-1970, 709. ‘
  • 41 CIL, VIII, 22348.
  • 42 CIL, VIII, 22349.
  • 43 Recueil de la Société Archéologique de Constantine, XLIV, 1910, p. 25.

12La route vient en premier, également du point de vue chronologique ; c’est d’ailleurs le sens originel du mot limes. On a supposé, non sans raisons, qu’une première voie avait atteint l’Aurès vers 76, parce que la IIIe Légion Auguste venait de s’installer à Tébessa, et que, par la suite, en 81, elle a installé un poste pour une cohorte environ à Lambèse38. Sous Trajan, assurément, l’Aurès est encerclé. C’est en premier lieu un axe méridional qui est attesté39 ; il passe par l’Hr Besseriani (Ad Maiores) et Ad Medias. Des bornes milliaires ont été trouvées entre Lambèse et Tébessa40, vers Taddert41, à Bir Djali42 (à 34 km de l’Hr Besseriani) et à Bir Douhali43 (à 22 km de Taddert).

1. Système défensif aurasien

1. Système défensif aurasien

La Troisième Légion Auguste, Paris, CNRS, 1989, p. 407, fig. 45

2. Système défensif du Sahara de Numidie

2. Système défensif du Sahara de Numidie

Ibidem, p. 431, fig. 72

  • 44 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 370 et 486.
  • 45 B. Jones, llritannia, XI, 1980, p. 323-326.

13D’autre part, cette région s’abritait derrière une importante défense linéaire, la Seguia bent El-Krass44. Cet obstacle s’étend sur plus de 60 km, et dessine un arc de cercle. Du sud vers le nord, il comprend un glacis, une berme, un fossé et une seconde berme, puis un mur, le plus souvent en pierre. La ressemblance de cette structure avec le mur d’Hadrien en Bretagne a incité plusieurs chercheurs à la dater de l’époque d’Hadrien, à qui on a beaucoup prêté. En fait, peut-être convient-il d’être moins précis, et de se contenter de parler de “siècle des Antonins”. On a également supposé que des restaurations avaient été effectuées à l’époque de Gordien III. Enfin, plus au nord, dans les environs d’El-Kantara, un chercheur britannique a repéré une autre défense linéaire, qu’il attribue à la première moitié de ce même IIe siècle45.

14En ce qui concerne les postes, on possède des renseignements sur nombre d’entre eux. On doit d’abord constater que leur implantation répond toujours à des impératifs géographiques, et qu’elle s’est faite tout au long de l’Empire : l’élaboration de ces systèmes défensifs constitue une œuvre jamais achevée.

15A propos du système aurasien, on constate que les historiens ont été trop impressionnés par les guerres menées par les Français au moment de la conquête, au milieu du XIXsiècle, et entre 1954 et 1962 ; ils ont cherché à reconstituer la même situation dans l’Antiquité. Or, il semble que l’Aurès n’ait été alors que peu peuplé ; aucune opposition à la conquête romaine n’est attestée. De ce fait, ce massif a plutôt constitué un point d’appui, un mur derrière lequel la légion pouvait se protéger, ou contre lequel elle s’appuyait.

3. La Seguia bent el-Krass (J. Guey, M.E.F.R., LVI, 1939, p. 186)

3. La Seguia bent el-Krass (J. Guey, M.E.F.R., LVI, 1939, p. 186)

Ibidem, p. 429, fig. 70

4. Le site de Lambèse (Cahiers du groupe de recherche sur l'armée romaine et les provinces, I, 1977)

4. Le site de Lambèse (Cahiers du groupe de recherche sur l'armée romaine et les provinces, I, 1977)

Ibidem, p. 408, fig. 46

5. Lambèse, Grand Camp, Plan de F. Desnier et Y. Le Bohec

5. Lambèse, Grand Camp, Plan de F. Desnier et Y. Le Bohec

Ibidem, p. 415, fig. 53

  • 46 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 407-417, fig. 46-64, et p. 485.
  • 47 La Troisième, Légion Auguste, 1989, p. 407.
  • 48 AE, 1957,85.
  • 49 CIL, VIII, 2634 : retour de la légion en 253.
  • 50 AE, 1973, 629.
  • 51 CIL, VIII, 18248, d’après AE, 1969-1970,706.
  • 52 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 407.
  • 53 Une édition de ce texte avait été préparée au séminaire d’épigraphie de M. Le Glay ; elle sera repr (...)

16Le quartier-général se trouvait à Lambèse46, sur le piémont nord du massif. Sur ce site, on a repéré trois enceintes. La première, le camp de 81 (148 m sur 120), abritait une cohorte (500 hommes environ)47 ; il était toujours en service sous Commode48. Le Grand Camp, construit dans les années 115120, mesurait 420 m sur 500 ; il occupe un terrain en pente légère, descendant de 1190 à 1172 m d’altitude, et il reproduit le plan le plus classique qu’on puisse imaginer pour ce type de monument. Nous en avons proposé une restitution, car un quart de sa superficie a été détruit sous Napoléon III, pour la construction d’un pénitencier. Il était occupé essentiellement par la IIIe légion Auguste, dissoute en 238 et reconstituée en 25349 ; sous Septime Sévère, sont attestés des équites singulares, la garde du gouverneur,50 et il semble bien, si on veut suivre une proposition de lecture que nous avons faite, que la VIe Cohorte de Commagéniens s’y trouvait également à cette époque (on appelle cohorte auxiliaire une unité de 500 ou 1000 fantassins de seconde ligne)51. La troisième enceinte, le pseudo “camp des auxiliaires”, était en réalité un terrain d’exercice, un champ de manœuvres52, un campus et non des castra-, elle était constituée par un mur mince, de 60 cm d’épaisseur, et de 200 m de côté ; on y a trouvé un monument qui portait l’inscription dite “des discours d’Hadrien”53.

6. Lambèse, terrain de manœuvres (B.C.T.H., 1901, p. 321)

6. Lambèse, terrain de manœuvres (B.C.T.H., 1901, p. 321)

Ibidem, p. 408, fig. 47

  • 54 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 418.

17Un seul poste avait été installé à l’intérieur de l’Aurès, à notre connaissance du moins, celui de Menaa54. Des soldats de la IIIe Légion Auguste, placés sous les ordres d’un décurion d’aile, l’occupaient (une aile est une unité de 500 ou 1000 cavaliers). Ils sont attestés depuis 197 jusqu’au temps de Sévère Alexandre, et ils sont morantes in procinctu ; cette expression, qui a fait couler beaucoup d’encre, signifie simplement qu’ils sont “en tenue de combat”, soit pour être prêts à intervenir au moindre désordre, soit pour l’exercice, soit parce qu’ils vivent loin de leurs casernements.

  • 55 H. Lieb, “Expleta statione”, dans Mélanges E. Birley, Durham, 1965, p. 139-144.
  • 56 CIL, VIII, 2226=17619, 10717=17628, 10718=17626, 10723=17634, 10724=17635, 17625, 17637 ; La Troisi (...)
  • 57 CIL, VIII, 2251.
  • 58 CIL, VIII, 10733=17673.
  • 59 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 424 ; Unités auxiliaires, p. 85-88, et 91-93.
  • 60 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 425 ; Unités auxiliaires, p. 91-93.
  • 61 CAL, VIII, 17723, 17725-17728 ; AE, 1960, 96.
  • 62 AE, 1894,87.

18Dans l’angle nord-est de l’Aurès, la présence militaire est attestée sur au moins trois points. A Zoui (Vazaiui), une statio ou poste de police55 chargée de surveiller les routes, a abrité des militaires venus d’unités diverses, entre 165 et le début du IIIe siècle56. Un autre poste se trouvait très certainement à Khenchela (Mascula) ; il était occupé par des auxiliaires de la IIe Cohorte de Thraces57 ou de la VIIe Cohorte de Lusitans58 ; des allusions à la légion sont également perceptibles dans le matériel épigraphique59. Enfin, on s’est demandé si Hr el-Hammam (Aquae Flauianae) avait servi de lieu de pèlerinage ou de garnison60. De 76 à 208, de nombreux textes font connaître des soldats de la légion61, ainsi que de la IIe Cohorte de Thraces62.

  • 63 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 425 et 485.
  • 64 CIL, VIII, 4322=18527.
  • 65 Y. Le Bohec, “Encore les numeri collati”, dans L’Africa romana, Sassari (1985), III, 1986, p. 233-2 (...)
  • 66 Cette province a existé de fait depuis Caligula jusqu’au temps de Septime Sévère, de droit ensuite.
  • 67 AE, 1942-1943,77.
  • 68 Unités auxiliaires, p. 28-33.
  • 69 CIL, VIII, 4527=18645 ; Unités auxiliaires, p. 79-82.
  • 70 CIL, VIII, 4526 (de formulaire plus tardif) ; Unités auxiliaires, p. 73-76.
  • 71 AE, 1937, 36, 38, et 1939, 159 ; Unités auxiliaires, p. 28-33.

19On n’a repéré qu’un centre militaire au nord de l’Aurès, El-Mahder (Casae)63. Une inscription, gravée en 198-209, a été martelée en 212 (on a enlevé le nom de Géta), puis à nouveau en 238 (cette fois, c’est le nom de la légion qui a été frappé), et regravée en 25364. Elle nous apprend que ce territoire appartenait à la légion ; elle coupait le foin qu’elle y trouvait. Une autre dédicace, de 208, mentionne un numerus collatus, unité analogue aux détachements normalement appelés uexillationes65. Au nord-est de l’Aurès, à la jonction des systèmes défensifs de Numidie66 et de Maurétanie Césarienne, seuls deux petits postes sont attestés. Au début de l’époque de Sévère Alexandre, l’Aile Flavienne67, en partie sans doute, occupait El-Aroug (Fauces Vazubi : toponyme intéressant)68. A Zraia (Zarai), une cohorte anonyme, en tout ou en partie, a occupé le poste jusqu’en 202, puis elle en est partie ; il s’agit plutôt de la Ire Cohorte Flavienne 69 que de la VIe Cohorte de Comma-géniens70. Elle a été remplacée par des cavaliers de l’Aile Flavienne71.

  • 72 H.-I. Marrou, “La collection G. de Vulpillières à El-Kantara”, MEFR, L, 1933, p. 42-86 ; La Troisiè (...)
  • 73 CIL, VIII, 18026 ; Unités auxiliaires, p. 120-140.
  • 74 Unités auxiliaires, p. 115-120.
  • 75 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 425.
  • 76 CIL, VIII, 2495.
  • 77 CIL, VIII, 2494 ; Unités auxiliaires, p. 115-120.
  • 78 J. Baradez, Fossatum Africae, Paris, 1949, p. 298-299.
  • 79 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 297.
  • 80 CIL, VIII, 2490.
  • 81 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 225 et 254-255.
  • 82 CIL, VIII, 2488 ; J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 14 et 257-258, et “Deux amphithéâtres inéd (...)
  • 83 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 265.
  • 84 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 272.

20La partie occidentale de ce système aurasien est constituée par une série de postes qui s’alignent du nord vers le sud, tout au long de la passe d’El-Kantara, un couloir essentiel entre le Sahara et les Hautes Plaines. Le point d’appui principal de l’armée romaine se trouvait à El-Kantara (Calceus Herculis), où de nombreux documents prouvent une présence militaire importante72, et d’abord celle de la IIIe Légion Auguste en 176-177 (et peut-être même dès 158, selon une hypothèse de J. Carcopino) ; c’est surtout le numerus de Palmyréniens qui est bien attesté sur ce site, depuis 167-169 jusqu’au temps de Gordien III (on appelle numerus une unité d’auxiliaires barbares)73 ; il a reçu le renfort du numerus d’Héméséniens au moins sous Septime Sévère74. Non loin de là, deux burgi speculatorii ont été construits pour surveiller les routes et assurer la tranquillité des voyageurs75. Celui de Ksar sidi el-Hadj date de Commode76 ; on le connaît mal. Celui de Kherbet el-Bordj a laissé plus de traces ; une inscription apprend que, sous Caracalla, le numerus Hemesenorum l’occupait77. Il se présente sous la forme d’un carré de 40 m de côté, pourvu de murs épais (2 m). Les principia, la partie centrale et officielle, mesuraient 12 m sur 15. Quatre tours d’angles incitent à penser à des remaniements au plus tôt dans une partie avancée du IIIe siècle. On est moins sûr de la chronologie à attribuer aux deux enceintes suivantes, repérées sur photographie aérienne. Au Zebaret et-Tir, on a vu deux camps, un grand fort sans doute “dioclétianique”, c’est-à-dire d’un type fréquent au début du IVe siècle, parce qu’il ressemble à celui d’Aqua Viua, fixé à cette époque grâce à une inscription ; un second, plus petit, ne fait que la moitié du premier, et lui serait “antérieur”’78. On hésite également à fixer au Haut-Empire le fort de Mchaïeb79. On a plus de chance avec l’Hr Sellaouine, car on possède à la fois une inscription80 et un plan81. Le texte nous apprend la présence sur ce site d’un détachement, une uexillatio, de la VIe Légion Ferrata, attestée dans l’Aurès en 145. Le camp, carré, mesure 60 m de côté, et possède des principia également carrés, de 18 m sur 18. Il n’est pas impossible que ce plan carré soit le résultat de transformations “tardives” ( ?). Plus au sud, un site anonyme, appelé par commodité et tradition Mesarfelta, correspond en fait à un point situé par 38° 95’N, et 3° 61’E. En 176-178, la VIe Cohorte de Commagéniens y a construit un amphithéâtre82. Restent deux autres enceintes qui n’offrent aucune garantie de chronologie. A la Montagne de Sel, un rempart de 81 m sur 125, épais de 2 m, pourvu de tours, pourrait être tardif : ses principia ont été bâtis sur plan basilical, dès l’origine ou à la suite de remaniements83. Quant au site du Confluent, il se présente avec des angles arrondis, des tours à cheval sur un mur de 105 m sur 75, épais de 3 m ; les principia, carrés, font 24 m de côté84.

7. Le poste de l'Hr Sellaouine (J. Baradez, Fossatum, 1949, p. 225)

7. Le poste de l'Hr Sellaouine (J. Baradez, Fossatum, 1949, p. 225)

Ibidem, p. 428, fig. 68

8. Le site de Mesarfelta (J. Baradez, Fossatum, 1949, p. 48)

8. Le site de Mesarfelta (J. Baradez, Fossatum, 1949, p. 48)

Ibidem, p. 429, fig. 69

  • 85 CIL, VIII, 23166 ; M. Euzennat, “Le castellum Thigensium", BCTH, 1971, p. 229-239.
  • 86 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 430-432.
  • 87 Sur cette troupe : Unités auxiliaires, 1989, p. 84-85.
  • 88 Sur ce site : J. Baradez, “Deux amphithéâtres inédits”, dans Mélanges J. Carcopino, Paris, 1966, p. (...)
  • 89 CIL, VIII, 2482=17976.

21On voit que le système aurasien dessine approximativement un rectangle dont les angles se trouveraient à Zoui au nord-est, à Zraia au nord-ouest, au camp du Confluent au sud-ouest et à l’Hr Besseriani au sud-est. Il recoupe sur une partie le système du Sahara de Numidie. La liaison avec le système de Tripolitaine se faisait peut-être par l’intermédiaire de l’hypothétique fort de l’Hr Ragoubet Saïeda : une inscription85 atteste l’existence en ce lieu d’un castellum Thigensium ; mais on ignore s’il faut prendre ici le mot de castellum au sens civil ou militaire ; on n’a pas trouvé d’enceinte. Le premier poste commun avec le système aurasien se trouvait à l’Hr Besseriani (Ad Maiores)86. De ce point, on pouvait surveiller la passe de Négrine, un autre couloir important pour les communications avec le Sahara. Construit en 104-105, le camp est mal connu. Le rempart, percé de quatre portes, mesurait 116 ou 130 m sur 80 ou 76, pour une épaisseur qui varie elle-aussi suivant les archéologues entre 0,80 et 1 m. On y a vu des thermes. La présence de bastions aux angles constitue un remaniement ultérieur, à moins qu’il ne s’agisse d’une erreur des modernes, qui auraient pris pour des bastions d’angle les éboulements issus des tours. Une tuile estampillée mentionne la IIe Cohorte d’Espagnols87. Toujours dans le même ensemble, mais plus à l’ouest, le camp d’El-Kasbat ou Gemellae surveillait lui-aussi, mais par le sud, la passe d’El-Kantara88. De plan classique, il faisait 190 m sur 150. Le rempart, épais de 2,75 m, était également percé de quatre portes ; il comprenait des tours internes, enserrait trente-deux chambrées, des principia. Hors du camp, on a repéré un amphithéâtre, des thermes. La première garnison avait été constituée par la Ière Cohorte de Chalcidéniens dès 125-126, par des soldats de la IIIe Légion Auguste en 131-132, et par la 1re Aile de Pannoniens, depuis 140 jusqu’à l’époque de Gallien ; en 253, la IIIe Légion Auguste y envoya à nouveau des hommes89.

  • 90 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 486 ; Unités auxiliaires, 1989, p. 125.
  • 91 Ibidem.

22A une époque tardive, après la dissolution de la IIIe légion Auguste, qui eut lieu en 238, deux postes ont complété le dispositif existant, affaibli par le départ des soldats d’élite. On connaît mal l’unité et le camp de Sadouri (Ausum), dont on sait seulement qu’il existait en 242 ou 24890 ; à El-Gahra, en revanche, le numerus des Palmyréniens a manifesté sa présence sous Gordien III91.

9 a. Hr Besseriani (Guenau, B.C.T.H., 1907, p. 323).

9 a. Hr Besseriani (Guenau, B.C.T.H., 1907, p. 323).

Ibidem, p. 432, fig. 73-74

9 b. Hr Besseriani (Baudot, R.S.A.C. XVII, 1875, pl. XV).

9 b. Hr Besseriani (Baudot, R.S.A.C. XVII, 1875, pl. XV).

Ibidem, p. 432, fig. 73-74

10. El-Kasbat (P. Trousset, XIe Congrès du limes, 1978, p. 571)

10. El-Kasbat (P. Trousset, XIe Congrès du limes, 1978, p. 571)

Ibidem, p. 434, fig. 76

11. El-Gahra (J. Carcopino, Syria, VI, 1925, p. 46).

11. El-Gahra (J. Carcopino, Syria, VI, 1925, p. 46).

Ibidem, p. 436, fig. 78

12. Messad (G. - Ch. Picard, Castellum Dimmidi, 1947)

12. Messad (G. - Ch. Picard, Castellum Dimmidi, 1947)

Ibidem, p. 437, fig. 79

  • 92 E. T. Hamy, “Nouvelles observations archéologiques”, CRAI, 1896, p. 10-1 5
  • 93 S. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Paris, 1911, feuille 47, no 1 ; J. Carcopino, RA, 1924, (...)
  • 94 CIL, VIII, 8793=18019=AE, 1929, 70 ; Unités auxiliaires, 1989, p. 28-33.
  • 95 G.-Ch. Picard, Castellum Dimmidi, Paris, 1947, 229 p.-XIX pl.

23Cette zone se caractérisait en outre par la présence de plusieurs avant-postes, situés au-delà du secteur normalement occupé. On n’est pas bien sûr qu’il y en ait eu un au sud, à Kef el-Nagi92. Mais on en compte trois en direction du sud-ouest. A El-Gahra93, S. Gsell avait vu une enceinte de 480 sur 360 m, ce qui paraît beaucoup ; sur le même site, J. Carcopino signalait seulement un rempart de 57 m sur 34, ce qui semble plus raisonnable. Quatre inscriptions, entre Septime Sévère et Caracalla, mentionnent des soldats de la IIIe Légion Auguste ; sous Gordien III, c’est le numerus de Palmyréniens qui les a remplacés. Non loin, un détachement de l’Aile Flavienne est attesté à Aïn Rich en 22794. Enfin, tout au sud, se trouvait un camp très connu grâce à des fouilles bien faites et grâce à une publication exhaustive95, le castellum Dimmidi, Messad, aujourd’hui totalement détruit par une route moderne. Il avait été construit en 198, par des détachements de la IIIe Légion Auguste et de la IIIe Légion Gallica, protégés par des cavaliers de la Ire Aile de Pannoniens. De 198 à 225, c’est la IIIe Légion Auguste qui a assuré la défense du rempart ; cette mission a été confiée au numerus de Palmyréniens, assisté de cavaliers de l’Aile Flavienne, de 226 à 235 ; de 235 à 238, la IIIe Légion Auguste est revenue et, en 238, le poste a été définitivement abandonné. L’enceinte, irrégulière, suivait la forme du terrain, et couvrait une superficie d’un demi-hectare, avec une épaisseur de 2 m. Elle n’était percée que d’une porte. A l’intérieur, on a repéré des casernements, des principia originaux, formés par un petit temple sur podium, une chapelle des dieux palmyréniens, et, peut-être, des thermes.

24Un bilan provisoire montre que la région étudiée était défendue par la IIIe légion Auguste, qui a reçu le renfort de détachements de la VIe Ferrata et de la IIIe Gallica. Comme auxiliaires, nous pouvons mentionner deux ailes (Flavienne, Ire de Pannoniens), quatre cohortes (VIe de Commagéniens, IIe d’Espagnols, IIe de Thraces et VIIe de Lusitans), ainsi que deux numeri (Palmyréniens et Eléméséniens). Du point de vue de l’architecture militaire, nous connaissons le Grand Camp de Lambèse, et le camp de 81 sur le même site. Pour le reste, sont assurées douze enceintes du système aurasien (sept au nord, cinq à l’ouest), et cinq du système du Sahara de Numidie. Les camps possibles, mais non assurés, sont au nombre de huit (pour le système aurasien, un au nord et quatre à l’ouest, pour le système du Sahara de Numidie trois).

  • 96 Pour ce paragraphe, nous nous inspirons de W. Seston, “Le droit au service de l’impérialisme romain (...)
  • 97 Virgile Énéide, VI, 853.

25Les questions qui se posent, maintenant, sont de savoir si cette “frontière” était voulue ou imposée, et comment les “mentalités collectives” la percevaient. Pour répondre, il faut dépasser le cadre africain96. En théorie, le pouvoir de Rome ne connaît aucune limite. En effet, il repose sur l'imperium : ce dernier, assurément conféré par le peuple, n’en est pas moins de nature divine ; ce pouvoir, comme les dieux, ne connaît pas de limites, juridiques, morales ou religieuses. Dans ces conditions, le destin de Rome est d’étendre sa domination sans cesse. C’est ce que veut dire Virgile dans un vers célèbre97 : Tu regere imperio populos, Romane, memento, “Quant à toi, Romain, souviens-toi de gouverner les peuples en les soumettant à ton imperium". Il existe un paradoxe de Virgile qui, d’un côté, certes, exalte la paix, mais en fait une paix qui ne vient que comme une conséquence de la victoire, et qui, d’un autre côté, approuve la guerre de conquête. La présence d’avant-postes, situés en territoire virtuellement ennemi, donne la confirmation archéologique de ce propos de Virgile : Rome ne craint pas de s’installer là où besoin en est ; rien ne peut l’en empêcher. C’est ainsi que le droit romain justifie les entreprises militaires. Pour cette raison, l’impérialisme romain ne connaît pas de limite théorique au sud, en Numidie ; mais il connaît une limite qui lui est imposée, dans la pratique, par l’intérêt économique et par les effectifs dont disposent les généraux.

26Nous pouvons maintenant apporter des réponses, au moins provisoires et sous forme d’hypothèses pour certaines, aux questions posées au début de ce texte.

27Une région militaire a bien existé au sud de l’Afrique. Elle correspond à ce que les historiens appellent le ''limes", mais ce mot n’a pas été trouvé sur les inscriptions pas plus que dans les textes. Le "limes" est donc bien “bi-dimensionnel” : il se présente sous la forme d’un rectangle irrégulier, lié à l’Aurès, délimité au sud par une route et par une défense linéaire. Il a été lentement élaboré : il a suivi une longue évolution, n’a pas subi de révolution.

28Une “frontière militaire” a également bien existé dans les faits. Elle résultait de la mise en place de la zone militaire, et correspondait en gros à la Seguia bent El-Krass et à la route d’El-Kasbat à l’Hr Besseriani. Elle résultait de nécessités : l’au-delà présentait peu d’intérêt humain et économique ; de toute façon, Rome ne disposait pas d’effectifs assez importants pour étendre plus loin sa domination. Cette ligne séparait le monde romain du monde barbare. Elle les séparait, mais aussi elle les unissait, et permettait des contrôles. Il faut bien voir, en outre, que ce “limes” se caractérisait par une grande originalité : l’organisation défensive variait en fonction des régions de l’empire : le modèle germanique ou breton, le plus souvent présenté dans les manuels d’histoire, ne constituait pas une règle, mais une exception. De plus, toutes les frontières de l’empire n’étaient pas militaires, du moins pas de la même façon ; la Numidie présentait elle aussi ses caractères originaux, même si on y trouve les composantes essentielles, communes à tous les secteurs (défenses linéaires, ponctuelles et routes).

29Les mentalités collectives refusaient cette notion de frontière. Elle n’existait pas en droit ; elle n’était que le résultat de contraintes imposées par la réalité. L’imperium de Rome, sans limites en théorie, n’avait de limites que dans les faits.

Notes

1 Voir notre article cité note suivante.

2 G. Forni, Limes, dans E. De Ruggiero, Dizionario Epigrafico di Antichità Romane, Rome, IV, 1959, p. 1074-1094, repris dans Esercito e marina di Roma antica, Raccolta di contribua, Coll. Mavors, Stuttgart, V, 1992, p. 213-238, et, du même, “Limes : nozioni e nomenclature”, dans Il confine net mondo classico, Milan, 1987, p. 272-294, également repris dans Mavors, cité, p. 240-202. Voir aussi Y. Le Bohec, “La genèse du “limes” dans les provinces de l’empire romain”, RD, LXIX, 3, 1991, p. 307-330.

3 G. Forni, article cité du Dizionario epigrafico, p. 1076 (p. 215 de la coll. Mavors).

4 Pour des références plus amples, nous renvoyons à nos deux ouvrages : Y. Le Bohec, La Troisième Légion Auguste, Paris, 1989, 632 p. (dorénavant cité : Troisième Légion Auguste), et Les unités auxiliaires de l'armée romaine en Afrique Proconsulaire et Numidie sous le Haut-Empire, Aix-Marseille, 1989, 220 p. (dorénavant cité : Unités auxiliaires).

5 J. Despois, L’Afrique blanche, I, L’Afrique du nord, Paris, 1964, 3e édit., 622 p. (dorénavant cité : J. Despois, Afrique du nord) ; J. Despois et R. Raynal, Géographie de l’Afrique du nord-ouest, Paris, 1967, 510 p.(dorénavant cité : J. Despois-R. Raynal, Afrique du nord-ouest) ; H. Isnard, Le Maghreb, coll. Magellan, Paris, 1971, 2e édit., 273 p. (dorénavant cité : H. Isnard, Maghreb). Le deuxième volume de L'Afrique blanche, cité plus haut et consacré au Sahara, 1953, 564 p., est également utile pour notre propos, ainsi, bien sûr, que les nombreuses remarques éparpillées dans les publications consacrées à l’Afrique.

6 J. Despois, Afrique du nord, p. 3 et 31, insiste sur l’importance du climat, qui fait l’originalité de l’Afrique du nord à ses yeux.

7 H. Isnard, Maghreb, p. 7, pense que le relief joue le principal rôle.

8 H. Isnard, Maghreb, p. 19.

9 J. Despois, Afrique du nord, p. 69. Sur l’opposition entre montagne et plaine en Afrique, on dispose de plusieurs études de Ph. Leveau ; on verra, en particulier, Ph. Leveau, “L’opposition de la montagne et de la plaine dans l’historiographie de l'Afrique du nord antique”, Annales de Géographie, no 484, mars-avril 1977, p. 201-205.

10 J. Despois, Afrique du nord, p. 70.

11 Carte hypsométrique dans J. Despois, Afrique du nord, p. 32, fig. 11.

12 Voir, en dernier lieu, l’important ouvrage de J. Peyras, Le Tell nord-est tunisien dans l’Antiquité, Paris, 1991, 537 p.

13 J. Despois, Afrique du nord, p. 47 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.

14 J. Despois, Afrique du nord, p. 56 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.

15 J. Despois, Afrique du nord, p. 58.

16 J. Despois, Afrique du nord, p. 59 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.

17 H. Isnard, Maghreb, p. 8.

18 J. Despois, Afrique du nord, p. 64 ; H. Isnard, Maghreb, p. 7.

19 J. Despois-R. Raynal, Afrique du nord-ouest, p. 18.

20 H. Isnard, Maghreb, p. 25-26 ; on trouvera une carte détaillée des précipitations dans cet ouvrage aux p. 22-23, fig. 7.

21 Ibidem, p. 15 et 25.

22 J. Despois, Afrique du nord, p. 15.

23 Ibidem, n. 39.

24 H. Isnard, Maghreb, p. 26.

25 J. Despois-R. Raynal, Afrique du nord-ouest, p. 25.

26 H. Isnard, Maghreb, p. 24 ; J. Despois, Afrique du nord, p. 17.

27 Voir, à ce propos, Du Coudray La Blanchère, “L’aménagement de l’eau et l’installation rurale dans l’Afrique ancienne”, Nouvelles Archives des Missions Scientifiques et Littéraires, VII, 1897, p. 1-110 ; S. Gsell, “Enquête administrative sur les travaux hydrauliques anciens en Algérie”, ibidem, X, 1902, p. 163-208 ; J. Birebent, “Aquae romanae”, Recherche d'hydraulique romaine dans l’Est algérien, Alger, 1962, 523 p.

28 G.-Ch. Picard, “Néron et le blé d’Afrique”, CT, XIV, 1956, p. 163-173.

29 Dr Carton, “Historiens et physiciens à propos de l’étude de la climatologie de l’Afrique ancienne”, Bulletin de l’Académie d’Hippone, XXVIII, 1895, p. 77 et suiv. ; S. Gsell, “Le climat de l’Afrique du nord dans l’Antiquité”, RAf LV, 1911, p. 343-410 ; E. Demougeot, Annales (ESC), XV, 1960, p. 211. Voir notes suiv.

30 S. Gsell, article cité, p. 343.

31 Parmi les nombreuses publications de P. Trousset consacrées à cette évolution, mentionnons R. Paskoff, H. Slim et P. Trousset, “Le littoral de la Tunisie dans l’Antiquité : cinq ans de recherches géoarchéologiques”, CRAI, 1991, p. 515-546 (avec bibliographie des travaux antérieurs).

32 S. Gsell, article cité, p. 389.

33 S. Gsell, article cité, p. 369.

34 S. Gsell, article cité, p. 361-362.

35 J. Despois, “La bordure saharienne de l’Algérie orientale”, RAf, LXXXVI, 1942, p. 196-219, pense que Rome, après avoir encerclé les massifs au IIe siècle (p. 210), n’a jamais occupé que le Tell, région où la vie sédentaire est possible, le “limes” se réduisant à une étroite bande encore enrichie par les eaux du Tell ; il voit dans cette situation une cause de faiblesse (p. 211). Il ajoute que l’on pourrait faire les mêmes remarques pour l’Algérie occidentale (p. 213) et le Sud Tunisien (p. 212). Reste à prouver que le "limes” ait été aussi étroit, et que cette politique ait entraîné un échec de Rome. Pour le rôle de la montagne, voir plus loin (Ph. Leveau).

36 A. Poidebard, La trace de Rome dans le désert de Syrie, Paris, 1934, p. 66 et pl. LXIII : Mleke.

37 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 405-430, 430-437 et 485-486.

38 P. Romanelli, Storia delle province romane dell’Africa, Rome, 1959, p. 293.

39 Corpus Inscriptionum Latinarum (dorénavant abrégé : CIL), VIII, 22348 et suiv. ; P. Romanelli, Province, p. 317.

40 CIL, VIII, 10186=22282, 10210 ; L’Année épigraphique (dorénavant abrégée : AE), 1969-1970, 709. ‘

41 CIL, VIII, 22348.

42 CIL, VIII, 22349.

43 Recueil de la Société Archéologique de Constantine, XLIV, 1910, p. 25.

44 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 370 et 486.

45 B. Jones, llritannia, XI, 1980, p. 323-326.

46 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 407-417, fig. 46-64, et p. 485.

47 La Troisième, Légion Auguste, 1989, p. 407.

48 AE, 1957,85.

49 CIL, VIII, 2634 : retour de la légion en 253.

50 AE, 1973, 629.

51 CIL, VIII, 18248, d’après AE, 1969-1970,706.

52 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 407.

53 Une édition de ce texte avait été préparée au séminaire d’épigraphie de M. Le Glay ; elle sera reprise par ses élèves.

54 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 418.

55 H. Lieb, “Expleta statione”, dans Mélanges E. Birley, Durham, 1965, p. 139-144.

56 CIL, VIII, 2226=17619, 10717=17628, 10718=17626, 10723=17634, 10724=17635, 17625, 17637 ; La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 419-424.

57 CIL, VIII, 2251.

58 CIL, VIII, 10733=17673.

59 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 424 ; Unités auxiliaires, p. 85-88, et 91-93.

60 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 425 ; Unités auxiliaires, p. 91-93.

61 CAL, VIII, 17723, 17725-17728 ; AE, 1960, 96.

62 AE, 1894,87.

63 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 425 et 485.

64 CIL, VIII, 4322=18527.

65 Y. Le Bohec, “Encore les numeri collati”, dans L’Africa romana, Sassari (1985), III, 1986, p. 233-241 (avec bibliographie antérieure).

66 Cette province a existé de fait depuis Caligula jusqu’au temps de Septime Sévère, de droit ensuite.

67 AE, 1942-1943,77.

68 Unités auxiliaires, p. 28-33.

69 CIL, VIII, 4527=18645 ; Unités auxiliaires, p. 79-82.

70 CIL, VIII, 4526 (de formulaire plus tardif) ; Unités auxiliaires, p. 73-76.

71 AE, 1937, 36, 38, et 1939, 159 ; Unités auxiliaires, p. 28-33.

72 H.-I. Marrou, “La collection G. de Vulpillières à El-Kantara”, MEFR, L, 1933, p. 42-86 ; La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 425.

73 CIL, VIII, 18026 ; Unités auxiliaires, p. 120-140.

74 Unités auxiliaires, p. 115-120.

75 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 425.

76 CIL, VIII, 2495.

77 CIL, VIII, 2494 ; Unités auxiliaires, p. 115-120.

78 J. Baradez, Fossatum Africae, Paris, 1949, p. 298-299.

79 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 297.

80 CIL, VIII, 2490.

81 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 225 et 254-255.

82 CIL, VIII, 2488 ; J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 14 et 257-258, et “Deux amphithéâtres inédits”, dans Mélanges J. Carcopino, Paris, 1966, p. 55-57 et 63-65.

83 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 265.

84 J. Baradez, Fossatum Africae, 1949, p. 272.

85 CIL, VIII, 23166 ; M. Euzennat, “Le castellum Thigensium", BCTH, 1971, p. 229-239.

86 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 430-432.

87 Sur cette troupe : Unités auxiliaires, 1989, p. 84-85.

88 Sur ce site : J. Baradez, “Deux amphithéâtres inédits”, dans Mélanges J. Carcopino, Paris, 1966, p. 55-69, et “Les thermes légionnaires de Gemellae”, dans Mélanges E. Swoboda, Graz, 1966, p. 14-22 ; P. Trousset, “Le camp de Gemellae”, dans XIe Congrès du limes, Budapest, 1978, p. 559-576 ; La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 432-435

89 CIL, VIII, 2482=17976.

90 La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 486 ; Unités auxiliaires, 1989, p. 125.

91 Ibidem.

92 E. T. Hamy, “Nouvelles observations archéologiques”, CRAI, 1896, p. 10-1 5

93 S. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Paris, 1911, feuille 47, no 1 ; J. Carcopino, RA, 1924, II, p. 318, et Syria, VI, 1925, p. 46 et 52.

94 CIL, VIII, 8793=18019=AE, 1929, 70 ; Unités auxiliaires, 1989, p. 28-33.

95 G.-Ch. Picard, Castellum Dimmidi, Paris, 1947, 229 p.-XIX pl.

96 Pour ce paragraphe, nous nous inspirons de W. Seston, “Le droit au service de l’impérialisme romain”, dans Scripta varia, Paris-Rome, 1980, p. 53-63.

97 Virgile Énéide, VI, 853.

Table des illustrations

Titre 1. Système défensif aurasien
Crédits La Troisième Légion Auguste, Paris, CNRS, 1989, p. 407, fig. 45
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 2. Système défensif du Sahara de Numidie
Crédits Ibidem, p. 431, fig. 72
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 3. La Seguia bent el-Krass (J. Guey, M.E.F.R., LVI, 1939, p. 186)
Crédits Ibidem, p. 429, fig. 70
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 4. Le site de Lambèse (Cahiers du groupe de recherche sur l'armée romaine et les provinces, I, 1977)
Crédits Ibidem, p. 408, fig. 46
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 5. Lambèse, Grand Camp, Plan de F. Desnier et Y. Le Bohec
Crédits Ibidem, p. 415, fig. 53
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre 6. Lambèse, terrain de manœuvres (B.C.T.H., 1901, p. 321)
Crédits Ibidem, p. 408, fig. 47
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 7. Le poste de l'Hr Sellaouine (J. Baradez, Fossatum, 1949, p. 225)
Crédits Ibidem, p. 428, fig. 68
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 8. Le site de Mesarfelta (J. Baradez, Fossatum, 1949, p. 48)
Crédits Ibidem, p. 429, fig. 69
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 9 a. Hr Besseriani (Guenau, B.C.T.H., 1907, p. 323).
Crédits Ibidem, p. 432, fig. 73-74
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 9 b. Hr Besseriani (Baudot, R.S.A.C. XVII, 1875, pl. XV).
Crédits Ibidem, p. 432, fig. 73-74
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 10. El-Kasbat (P. Trousset, XIe Congrès du limes, 1978, p. 571)
Crédits Ibidem, p. 434, fig. 76
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 11. El-Gahra (J. Carcopino, Syria, VI, 1925, p. 46).
Crédits Ibidem, p. 436, fig. 78
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 12. Messad (G. - Ch. Picard, Castellum Dimmidi, 1947)
Crédits Ibidem, p. 437, fig. 79
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5660/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search