Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Les apparences et leur interprétation : régions limites

Clausurae (les Cluses, P.-O.) : forteresses-frontière du Bas Empire romain

Georges Castellvi

Résumé

La question de la localisation précise des différentes lignes frontières pyrénéennes durant l’Antiquité découle d’abord de l’identification du monument de Panissars avec le trophée de Pompée (71 av. J.-C.) et, de là, de la relecture des sources antiques liées à ce monument, à la localisation de l’étape du summum Pyrenaeum et enfin à l’histoire des forteresses des Cluses. Les dernières données archéologiques issues des fouilles de Panissars et des Cluses semblent démontrer ce glissement de la frontière en deçà des cols pyrénéens vers le milieu du IVe s. ou peu après.

Texte intégral

1 - LA PREMIÈRE FRONTIÈRE ROMAINE A L’EST DES PYRÉNÉES (Ier s. av. J.-C. - IVe s. ap. J.-C. ( ?))

1 - 1. Le monument romain de Panissars : trophée de frontière

  • 1 Strabon,Géo. IV, 1, 3 ; Castellvi 1987, 1989, 1991.

1L’un des premiers auteurs connus de l’Antiquité à avoir mentionné les limites de la Gaule et de l’Hispanie est Strabon, géographe grec dont l’œuvre fut écrite aux temps d’Auguste et de Tibère. Le passage le plus explicite - et qui fut longtemps aussi le plus sujet à controverses - demeure celui où l’auteur situe précisément la frontière, d’une part au sanctuaire d’Aphrodite, d’autre part au trophée de Pompée1.

2Avec la découverte des fondations du monument républicain du col de Panissars (3,5 km au sud des Cluses) situé à la frontière franco-espagnole, et leur identification depuis aux vestiges du trophée de Pompée, l’interprétation du passage de Strabon est devenue fort claire : il découle que la frontière romaine, en usage au début du Ier s. ap. J.-C., était visible en deux points caractéristiques, d’une part au sanctuaire d’Aphrodite, sorte de point - phare pour la route maritime - à localiser vraisemblablement vers Port-Vendres (Portus Veneris) -, d’autre part au trophée de Pompée, situé sur l’axe terrestre de la voie domitienne. A l’époque où Strabon écrit, cette frontière est celle de la Narbonnaise d’avec la Tarraconaise ; était-elle pour autant celle de la Transalpine d’avec la Citérieure, antérieurement aux réformes augustéennes de 27 av. J-C. ? L’implantation du monument de Pompée au col de Panissars en 71 av. J.-C., à la limite de partage des eaux des bassins du Tech, au Nord, et du Llobregat d’Empordà, au Sud, semble le démontrer ; c’est en outre le point le plus élevé de la via Domitia, point à l’origine de l’appellation “sommet [routier] des Pyrénées”, soit summum Pyrenaeum dans les Itinéraires antiques.

  • 2 Plutarque Sert.. 6 ; Etienne 1955 : 306.

3Si l’on considère que le trophée de Pompée est un trophée de frontière, prototype de celui qu’Auguste élèvera quelques années plus tard (7 - 6 av. J.-C.) dans les Alpes, à la limite des anciennes provinces de Transalpine et de Cisalpine, il ne faut pas y voir pour autant la preuve que la frontière administrative ait été, antérieurement à Auguste, effectivement marquée - et encore moins contrôlée - au niveau des cols du Perthus et de Panissars. Nous n’en voulons pour preuve que le passage de Sertorius en 83 av. J.-C., obligé de payer aux Indikètes le droit d’entrer en Espagne par l’un de ces deux cols2.

  • 3 Ebel 1976

4On découvre, depuis une vingtaine d’années, que si les provinces romaines d’Espagne et du Sud de la Gaule ont été effectivement créées dans le courant du IIe s. av. J-C., respectivement en 197 et en 120, il n’est pas pour autant établi que celles-ci aient été bornées très exactement au moment de leur création3. On sait par ailleurs, suite aux résultats des fouilles récentes (Emporiae, Ruscino), que la véritable romanisation de ces provinces, c’est-à-dire la prise en main totale, administrative, infrastructurelle et économique, ne s’est faite qu’à partir de César puis d’Auguste.

5Quoiqu’il en soit, la réforme augustéenne (27 av. J.-C.) confirme ou concrétise la frontière pyrénéenne au col de Panissars. Durant trois siècles, sinon plus, celle-ci restera en vigueur durant le même temps où fonctionnera l’étape routière du summum Pyrenaeum.

1 - 2. La disparition de l’étape-frontière du summum Pyrenaeum et la ruine du trophée de Pompée

6En ce qui concerne ce tronçon de la via Domitia, les itinéraires antiques indiquent tous - sans exception - l’étape du summum Pyrenaeum (nombreuses variantes graphiques). Les itinéraires les plus tardifs demeurent d’une part ceux d’Antonin (généralement datés du règne de Dioclétien, v. 280-290), et d’autre part la Table de Peutinger (fig. 1) et l’Anonyme de Ravenne dont les origines remonteraient également au IIIe s. Nous avons donc un “trou” de six siècles entre cette période et l’itinéraire suivant, le Chronicon Albeldense daté de 883, qui fait état de Clausulas (Les Cluses) comme étape intermédiaire entre Ruscilione (Château-Roussillon) et Gerunda (Gérone). Qu’est devenu entre-temps le relais-étape augustéen du summum Pyrenaeum ? Seule l’archéologie peut prétendre apporter quelques éléments de réponse à cette question (fig. 3).

  • 4 Castellvi 1991.
  • 5 Site découvert par C. Gavage et P. Dupouy, du Perthus, en janvier 1993.

7Le site de Panissars a livré, depuis le début des fouilles en 1984, un lot de mobilier archéologique, essentiellement céramique, dont la typologie donne une datation comprise entre le Ier s. av. J.-C. et le début du VIe s. ap. J.-C.4. Mais ce mobilier a été mis au jour dans les ruines du monument lui-même et certains indices (comme une relative abondance de tegulae et d'imbrices) laissent penser qu’un habitat romain du Bas Empire a dû s’implanter sur les ruines du trophée de Pompée. Ce mobilier remanié ne peut donc être pris en compte pour conjecturer de l’existence ou d’une station routière au summum Pyrenaeum. Celle-ci, si elle a réellement existé, devait se situer à proximité du monument, peut-être à une centaine de mètres, sur le versant nord, au niveau des ruines du mas actuel de Panissars dont l’établissement est lié, semble-t-il, à la présence de trois sources proches soit encore à proximité de la via Augusta, sur le versant sud de Panissars. En l’absence de sondages, le seul mobilier recueilli en prospection se compose dans le secteur du mas de deux ou trois fragments de sigillées sud-gauloises (3e tiers du Ier s. ap. J.-C.), et de fragments plus nombreux de sigillées et de céramiques communes sur l'autre point, versant sud (site de Cal Reis)5.

8En l’état de la recherche, on ne peut donc dire si la station du summum Pyrenaeum a effectivement existé et si, dans l’affirmative, elle a persisté au-delà du IIIe s. (mentions des itinéraires routiers) ou même du Ier s. ap. J.-C. - le toponyme de summum Pyrenaeum ayant pu localiser entre ces deux dates le monument même de Pompée -.

  • 6 Les ruines romaines, non visibles, étaient surmontées de celles du prieuré médiéval de Ste-Marie de (...)

9Si nous ne savons donc quasiment rien de cette étape-relais, l’on en sait cependant beaucoup plus concernant la ruine et la mise en carrière du trophée de Pompée. La fouille6 a démontré que la plupart des fondations en grand appareil de grès des deux soubassements ont été mises en carrière sous les règnes des fils de Constantin ou peu après, c’est à dire grosso modo vers le milieu du IVe s. ou peu après. C’est dire que dès ce moment-là, hormis les deux noyaux rocheux hauts respectivement de 2 m à l’Est et de 6,40 m à l’Ouest, plus aucun indice architectural ne permettait d’établir la fonction du monument, détruit jusqu’aux fondations (fig. 4 ; 5). Ainsi s’expliquerait la disparition rapide de la localisation du trophée de Pompée ainsi que de toute trace toponymique susceptible de renvoyer à l’origine du monument de Panissars.

10Si la désertion du site de Panissars est contredite, comme nous l’avons vu plus haut, par la fixation d’un habitat rustique à même les ruines du monument, le rôle géopolitique du lieu disparaît, repris par les forteresses des Cluses, probablement bâties à ce moment-là, en partie avec les matériaux de construction de Panissars. Cette hypothèse se voit confortée par la recherche menée sur les forteresses des Cluses : ainsi quelques blocs de grès en grand appareil, utilisés dans la construction du fort de la Cluse Haute (fig. 11), du Caslell dels Moros ou de la Porte des Cluses (fig. 10) apparaissent comme des remplois (par ex. la présence d’une queue d’aronde sans liaison aucune avec un autre bloc, visible sur la face latérale d’un bloc - au lieu de la face supérieure ou face d’attente - dans la harpe en grès de l’angle S-E du fort de la Cluse Haute). Il est donc temps d’étudier les origines et l’histoire des forteresses des Cluses.

2 - LE SYSTÈME DÉFENSIF DES CLUSES, FORTERESSES-FRONTIÈRE DES IVe ET Ve S.

2 - 1. Sources historiques

  • 7 Orose, VII, 40, 6 à 9.
  • 8 Orose, VII, 40, 6.
  • 9 Isidore de Séville, Historia Wandalorum, 71.

11Orose7 est le premier auteur à citer nommément les Cluses dès 408. L’année auparavant l’usurpateur Constantin, général élu empereur par les armées de Bretagne, s’établit en Gaule, faisant fuir à Ravenne les représentants d’Honorius, empereur d’Occident. Au printemps suivant (408), Constantin envoya vers l’Espagne une troupe aux ordres de son fils aîné, Constant, dans le but d’écraser un soulèvement en faveur de l’empereur légitime Honorius. A la tête de ce mouvement trois frères, parents de celui-ci. Leur objectif tactique était d’arriver au plus tôt aux Cluses, afin de barrer le passage des Pyrénées vers l’Espagne : ad Pyrenaei claustra tendebant 8. Isidore de Séville9 rapporte à son tour le fait que les parents d’Honorius s’enfermèrent dans les forteresses des Cluses : Pyrenaei claustra tuebantur. Mais Constantin envoya des renforts au mois de septembre sous le commandement du général Gérontius. Le soulèvement fut maté ; Constant rentra en Arles et Gérontius resta quelques temps en Tarraconaise. Des soldats barbares, dénommés Honoriaci, furent alors affectés à la garde des cols pyrénéens : prodita Pyrenaei custodia claustrique.

12La relation de ces faits nous indique que les forteresses des Cluses avaient été construites bien avant l’année 408.

  • 10 Jordanès,Getica, 165.

13D’autres sources citent encore les Cluses au-delà de cette date. Jordanès10 signale leur existence en 415 quand les Wisigoths, qui venaient quelques mois auparavant de faire mouvement d’Aquitaine en Tarraconaise, durent rencontrer les troupes du praticien Constantius à hauteur des Cluses : Vallias rex Gothorum... ad claustra Pyrenei occurit..

14Il est certes possible que les claustra Pyrenaei, cités par Orose et Jordanès, ne désignent pas uniquement les forteresses des Cluses, mais d’autres forts également situés aux divers passages des Pyrénées ; cependant il est très probable que dès le début du Ve siècle ce terme générique désigne déjà spécifiquement celles des Cluses car étant situées sur la principale route d’Espagne, la via Domitia.

  • 11 Gaffiot 1969 : 326.
  • 12 Julien de Tolède, Historia Wambae regis.
  • 13 Julien de Tolède, Hist. Wambae, 11.

15Le terme de claustra est ensuite remplacé par celui de clausurae, signifiant à la fois “portes” et “châteaux-forts”11. Les Clausurae sont ainsi mentionnées en 672 et 673 au moment de la rébellion des troupes du duc Paul puis de leur écrasement par les armées de Wamba12. Par lettre, Paul somma d’abord Wamba de se rendre aux Cluses pour se mesurer à lui : descende usque ad Clausuras (Epistola Pauli). Quelques mois plus tard, les forteresses des Cluses seront alors reprises par Wamba en même temps que les forts de Collioure, Ultrère et Livia, castraque Pyrenaica quae vocatur Caucoliberi, Vulturaria et castrum Libyae. La prise des Cluses a mérité une mention spéciale de la part de Julien de Tolède : “Nam in castrum quod vocatur Clausuras, missis ante se exercitibus, per duces duos irruptio facta est13.

  • 14 Demougeot 1974 : 109, note 72.
  • 15 M. Chalon et M. Gayraud 1980 : 49 et note 93. Eydoux 1979 : 405 propose une datation quelque peu po (...)

16Aucun texte ne nous renseigne directement sur la construction de ces forteresses. E. Demougeot14 a proposé de rapporter leur construction aux événements de 352-353, quand Constance II ferma l’Espagne à Magnence. Cette hypothèse a été reprise par M. Chalon et M. Gayraud.15

  • 16 Zosime 11, 44 à 53 ; Demougeot 1979 : 78 à 82.
  • 17 Julien Or., I, 33 ; Paschoud 1971 : 261, note 68.

17Constance II, empereur d’Orient - dont le frère, Constant, empereur d’Occident, avait été assassiné à Elne en 350 en cherchant à gagner l’Espagne - entra en guerre contre l’usurpateur Magnence, proclamé Auguste par l’armée gauloise. Au mois de septembre 351, eut lieu à Mursa (Pannonie) une bataille qui ne fut décisive ni pour l’un ni pour l’autre. Afin d’empêcher toute retraite des armées de Magnence vers l’Afrique du Nord l’année suivante, Constance II arma une flotte qui lui permit de faire débarquer en Sicile, en Afrique et en Espagne, son armée, reconstituée des soldats vaincus de Magnence et des légionnaires de Valérie et des Pannonies16. Grâce à ces troupes amenées par voie maritime, Constance II parvint à bloquer les Pyrénées17. A cette occasion les légionnaires valériens et pannoniens auraient pu ainsi entreprendre la construction du système défensif des Cluses...

2 - 2. Description des vestiges architecturaux

18L’ensemble défensif des Cluses est composé des ruines de trois éléments distincts et complémentaires à la fois (fig. 6, 7) :

  1. Sur la rive gauche, un fort allongé dans le sens nord-sud, de 80 m de large sur 140 m de long, connu sous le nom catalan de Castell dels Moros ou “Château des Maures” en français ;

  2. A l’aplomb de celui-ci, une porte fortifiée établie à même le passage de la voie taillée en corniche ;

  3. Sur la rive droite, un deuxième fort, implanté est-ouest, à l’extrémité d’un éperon rocheux, confronté au sud par le village médiéval de la Cluse Haute.

19Le Castell dels Moros (fig. 8) domine sur une centaine de mètres le tracé de la voie domitienne parallèle au cours du torrent. C’est un grand quadrilatère irrégulier, sorte de trapèze rectangle dont la petite base, au nord, de près de 70 m de large, est flanquée de trois tours de plan carré. La plus basse des trois, située à l’angle nord-est de la construction, comporte à sa base une citerne, aujourd’hui remblayée jusqu’à l’ouverture. Deux accès avaient été pratiqués sur le flanc nord : une porte s’ouvrait au milieu de la courtine s’étendant entre la tour médiane et la tour la plus basse ; un second accès semble avoir été aménagé immédiatement à l’ouest de la tour la plus haute. Une poterne s’ouvre également au milieu de la moitié nord de la courtine occidentale. Tout le long des courtines courait un chemin de ronde établi sur un niveau de mortier de tuileau et défendu par un parapet. Des escaliers maçonnés permettaient d’accéder aux courtines. Au sud, au point le plus élevé du site, s’élevait une autre tour de plan carré, qui participait à la défense des courtines. Une partie au moins de la place semble avoir été aménagée de constructions en dur : on peut distinguer immédiatement au nord-est de cette dernière tour les fondations d’un bâtiment de 7 X 17 m de dimensions.

20L’ensemble de la construction couvre une superficie de près d’un hectare pour un dénivelé atteignant près de 40 m d’ouest en est. Les murs ont été montés en moellons tout venant formant une sorte de petit appareil irrégulier recouvert d’un crépi de mortier encore en place sur la plupart d’entre eux. En certains endroits formant saillie (angles de la tour sud-ouest, saillie de la courtine occidentale) on distingue l’emploi de blocs de grès en grand appareil.

  • 18 Freixe (1900 : 226 à 228 ; 1907 : 499 à 501), Grau (1985 : 107 à 118) et Castellvi, dans Castellvi, (...)

21La Porte des Cluses (fig. 9, 10) a fait l’objet d’études particulières de la part de Freixe, de Grau et de nous-même18. Deux murs maçonnés subsistent sur une longueur de près de 10 m, parallèles aux bords de la voie. Le mur oriental, bâti du côté de la rivière, repose sur une solide fondation de dalles de schiste et de blocs de grès en grand appareil qui atteint une épaisseur de près de 2 mètres ; la paroi rocheuse, au bord occidental de la voie, a été retaillée à la hauteur de ce mur, soit 3,70 m.

22Au-dessus du niveau rocheux s’élève le mur occidental dont la base comporte les trous d’encastrement des solives d’un plancher. L’extrémité nord du mur faisait retour au-dessus de la voie ; ainsi le mur oriental devait-il atteindre la hauteur du mur occidental en vis-à-vis. A l’aplomb de l’amorce de ce retour, sur la voie, on peut observer une mortaise de 0,30 m de diamètre qui n’est autre que la crapaudine d’un des deux vantaux de la porte qui fermait ou ouvrait le passage de la structure ; la bande de roulement de la voie porte encore la trace d’usure du vantail occidental ainsi que l’amorce de celle du vantail oriental. L’empattement de chacun d’eux est de 1,48 m, ce qui donnait une largeur utile du passage de 3 m environ ou 10 pieds romains à 0,296 m l’unité. Cette structure s’apparente ainsi à une sorte de tour-porche, fermant au nord mais ouverte au sud.

  • 19 Castellvi, Gavage, Laforgue 1987 : 24, 25.

23On observe sur cette construction comme sur le Castell dels Moros l’emploi - mieux, le remploi - de blocs de grès en grand appareil (fig. 10). Les blocs de la première assise ont été utilisés aussi bien en carreaux qu’en boutisses, côte à côte, non jointifs. L’assise no 2 comporte un seul bloc en boutisse, tandis que l’assise no 3 a utilisé quatre blocs en boutisse espacés d’environ une longueur. L’assise no 4 ne présente pas de blocs apparents. D’après les traces qu’il en subsiste et les dimensions des trous de récupération, deux blocs avaient été disposés en parpaing, de chant, dans l’assise no 5 et un seul - semble-t-il - de même, dans l’assise no 6, en quinconce par rapport aux deux précédents. L’ensemble des blocs détermine deux séries de modules : la première (assises no 1, 2, 5 et 6) avec 0,22 < h < 0,27 m, la seconde (assise no 3) avec 0,36 < h < 0,415 m. La largeur des blocs des deux séries est comparable : 0,57 à 0,64 m pour les blocs de la première ; 0,52 à 0,57 m pour ceux de la seconde19.

24Aux blocs de la seconde série s’apparente celui utilisé en remploi et encore in situ sur le rocher du Pila servant de base centrale au franchissement de la Rom, immédiatement au nord du col du Perthus ; ses dimensions sont comparables : 1 = 0,57 m et h = 0,36 m. Le pont du Pilό a pu donc être construit ou reconstruit au même moment où fut érigée la tour-porche des Cluses. En outre, cette structure ainsi que le Castell dels Moros semblent avoir été construits conjointement pour faire face à un ennemi potentiel venant du nord, donc de Gaule, ce qui illustrerait la thèse défendue par E. Demougeot (voir ci-dessus).

25Quant au fort de la Cluse Haute (fig. 11), il semble avoir été construit pour contrôler essentiellement le passage de la voie de crête. Il s’étend d’Ouest en Est sur une longueur de 110 m pour une largeur maximale de 35 m, dessinant une sorte de polygone irrégulier muni de redans et de contreforts. Un accès s’ouvre au sud mais, compte-tenu de l’état d’arasement de certaines portions de courtines, il n’est pas impossible qu’une autre issue ait été pratiquée au nord de la construction. La courtine occidentale n’est longue que de 6 m contre le quadruple pour la face orientale longée par la voie de crête.

26Toutes les saillies (contreforts, angles des redans) ainsi que l’assise de réglage du mur oriental sont construites en blocs de grès aux modules du type de la deuxième série utilisée à la Porte des Cluses et au Pilό. D’autres blocs de ce type ont été utilisés en fondations, au moins en deux autres endroits de la courtine méridionale. L’un des blocs utilisés dans la harpe de l’angle sud-est de la forteresse présente, comme nous l’avons vu ci-dessus, une queue d’aronde sur la face latérale visible : il est indéniable qu’il s’agit d’un bloc utilisé en remploi. Le reste de la construction est monté en petit appareil régulier de schiste d’une hauteur de 0,12 m à 0,15 m par assise. La hauteur d’un bloc de grès correspond exactement à trois assises de schiste. D’une manière générale l’appareil de la Cluse Haute est plus soigné qu’au Castell dels Moros ; il n’a donc pas nécessité, semble-t-il, l’adjonction d’un crépi au contraire de cette dernière construction. Aucune fouille n’a encore été pratiquée ni l’intérieur ni à l’extérieur du fort de la Cluse Haute ; seul donc l’emploi des blocs de grès au module de ceux utilisés dans l’assise no 3 du mur oriental de la porte des Cluses fournit unedatation relative proche de cette dernière structure, ainsi que du pont du Pilό et du Castell dels Moros. L’ensemble défensif des Cluses apparaît donc comme un ensemble cohérent construit dans la même foulée, peut-être pas simultanément mais dans un ordre que les fouilles à venir pourront peut-être définir.

2 - 3. Premières données archéologiques

Castell dels Moros

  • 20 Grau, 1979-70.

27Le Castell dels Moros a été en partie fouillé par l’archéologue illibérien Roger Grau entre 1960 et 1979. Les déblaiements effectués à l’intérieur de la place, le long des courtines, ont livré “des tessons d’amphores et un fragment de lampe à huile de type paléochrétien” ; un sondage implanté “au point sud a donné, à 0,80 m de profondeur, les tessons d’un vase à décor à impression qu’on peut dater de la seconde moitié du IVe., ainsi qu’un fer de javelot”20.

28L’examen de la photographie publiée du “vase à décor” permet de dire qu’il s’agit d’une céramique dérivée des sigillées paléochrétiennes (DSP) grise - ou une imitation - de forme Rigoir 18. Le décor occupe tout le vase : sur le col, on distingue une frise de chevrons alternant, en haut et en bas, avec des palmettes stylisées en forme de losange ; sur la panse, trois frises se succèdent de haut en bas : tout d’abord une frise de palmettes du même style, accolées sans régularité, puis une frise d’arceaux et enfin une frise de triangles isocèles. Les poinçons rappellent ceux utilisés sur les sigillées nord-africaines (claire D) et datés par Hayes (1972) des années 380 à 450.

• La Cluse Haute

29Le fort de la Cluse Haute a fait l’objet, en 1991, d’une campagne de consolidations et de restaurations, ce qui a nécessité quelques travaux de terrassements. A cette occasion nous avons pu collecter une série de tessons de céramiques des Xe - XIe s. accompagnés également en remanié de quelques fragments antiques. Parmi ceux-ci, nous avons distingué un tesson d’amphore nord-africaine à pâte rouge, probablement du Bas Empire ainsi qu’un tesson de céramique luisante provenant de la Vallée du Rhône (forme Lamboglia), datée des IIIe-IVe s.

• Porte des Cluses

30En préparation aux travaux de consolidations de la Porte des Cluses, nous avons effectué, en 1991, une fouille à l’ouest de cette construction. Entre le flanc de la montagne et le mur occidental était accumulé sur près d’un mètre de hauteur un ensemble de niveaux d’origine anthropique ou naturelle. Si les rares fragments de céramiques communes mis au jour dans les fondations n’ont pas apporté d’éléments nouveaux en vue de la datation de l’édifice, par contre un des niveaux du comblement s’est avéré fort intéressant pour dater l’occupation de la structure ou celle du Castell dels Moros qui la surplombait.

31Sous un niveau quasiment stérile de toute trace humaine épais de 0,30 m et constitué de terre organique et de pierres provenant de la paroi montagneuse, a été mis au jour un comble ment anthropique de près de 0,30 m d’épaisseur, représentant unm3 de sédiments et d'objets accumulés. Il s’agissait d’une partie de dépotoir constitué de déchets domestiques et de gravats rejetés soit à partir de la Porte elle-même ou encore du fort du Castell dels Moros surplombant l’édifice, la voie et la rivière. Aucune pièce entière n’a pu être ainsi remontée ; il s’agit pour la plupart de tessons isolés ou recollant à quelques-uns, le reste ayant roulé ou ayant été rejeté directement dans la rivière.

32L’étude de la céramique fait apparaître la présence de céramiques communes tournées à cuisson réductrice d’origine locale ou micro-régionale (10 à 13 pièces possibles) et l’usage de céramiques importées : amphores, 3 pièces possibles dont 2 en provenance de Bétique (Sud de l’Espagne) ; céramiques fines ou semi-fines à cuisson oxydante, d’origine indéterminée (représentant 6 pièces) ; et céramiques de table d’origine nord-africaine (1 sigillée claire D, forme Hayes 61), ou languedocienne-provençale (7 dérivées de sigillées paléochrétiennes orangées ou grises - DSP - ou imitées).

L’analyse détaillée de l’ensemble des céramiques alimentaires donne une datation de la première moitié du Ve s.

1°) Les céramiques de table (fig. 12)

33No 3-1 : Sigillée Claire D, formes Hayes 61.

34Cette pièce peut être considérée comme une forme de transition entre le type A, généralement daté entre 325 et 400/420, et le type B, daté entre 400 et 450. Du type A, elle présente le même type de bord incurvé avec lèvre faisant un angle de 45° environ avec la panse (Hayes 61.7, 13, 21) ; par contre la présence d’un rebord saillant dégageant une gorge entre la lèvre et la panse (type lèvre en amande) annonce les pièces plus ouvertes du type B au bord plus redressé (Hayes 61. 29, 30, 33).

35No 3-2, 3-3 : DSP orangée, DSP grise, formes Rigoir 18.

36C’est la forme la plus courante des sigillées paléochrétiennes ou céramiques estampées, dont les centres de production semblent avoir été établis dans la région de Narbonne (groupe Narbonnais-Languedocien) et dans la région provençale.

37Les pièces trouvées ne présentent pas le bord épais ourlé caractéristique des formes considérées comme les plus anciennes (Rigoir 1968 : 207). Par ailleurs, l’absence de tout décor sur le col pourrait-elle être un élément de datation tardive ?

38Les poinçons :

39En dehors de la terminologie employée pour décrire les poinçons des céramiques paléochrétiennes, nous n’avons pas trouvé, pour ce type de céramique, d’études chronologiques ; nous avons cependant tenté un parallèle avec l’étude de Hayes (1972) portant sur les poinçons des sigillées claires africaines.

  • La pièce 3-2 présente une frise de palmettes ovoïdes, accolées, au sommet allongé, hachurées d’une nervure centrale se ramifiant en 9 nervures latérales tournées vers le haut (h = 21). Ce poinçon s’apparente au type 3 de Hayes, couramment utilisé dans les sigillées claires africaines entre 350 et 425 (styles Aii et B).

  • La pièce 3-3 est décorée d’une frise d’arceaux accolés formés d’une vingtaine de guillochis (L d’un arceau = 25 +/-2). Ce poinçon se rapproche du type 73 de Hayes qui a été utilisé entre 350 et 470 (styles Aii - Aiii). Il est proche également du poinçon 9014 de Kauffmann et alii (1987 : 71), présent sur une panse de forme Rigoir 18 et datée du Vè s.

40No 3-4 : Bord de DSP ou imitation grise, forme apparentée à Rigoir 18 ( ?), probablement un bol ou plutôt un gobelet d’après son diamètre (100 +/-10). Présente un décor de rouelles composées d’une ligne interne simple et d’une ligne de points externes (0 = 9 ; espace entre deux rouelles = 4). Ce type de décor sur col est fréquent dans la tradition provençale (ateliers de Nîmes, Marseille) (Rigoir 1968 : 186). Mais ce type spécifique n’est pas représenté dans Hayes ; chez ce dernier l’usage des lignes de points en ligne externe de cercles concentriques (types Hayes 31 à 37) est à rattacher aux styles Aii-Aiii (350 - 470).

41No 3-5 : Imitation DSP grise, type forme Rigoir 8 (0>200).

42La pâte contient des paillettes de mica. La forme est sommairement tournée, la largeur de la lèvre est variable. Selon Rigoir (1968 : 204) cette forme s’inscrit plutôt dans la mouvance des ateliers provençaux. Cette forme a donné des variantes postérieures mais le profil de notre pièce se rapproche plutôt des exemplaires du type “classique” défini par Rigoir (1968 : 203, 204).

43No 3-6 : DSP grise ou imitation.

44Fragment de panse décoré à deux niveaux, peut-être un ensemble d’arceaux guillochés (type 73 de Hayes, style Aii-Aiii, soit : 350-470).

45No 3-8 : DSP orangée ou bien luisante.

46Font plat à bourrelet proche du type Kauffmann et alu (1987 : 71) no 9078 (niveau Ve s.).

  • 21 Rigoir 1968.
  • 22 Hayes, 1972.

47L’ensemble de ce mobilier de table serait donc datable du Ve s. dans une fourchette large21 et plus précisément de la première moitié de ce siècle d’après le type des poinçons utilisés, proches de ceux répertoriés par Hayes22 dans son étude des sigillées africaines.

48Il faut souligner que l’ensemble des DSP recueillies semblent être toutes des productions “méditerranéennes” (formes et décors) et que les imitations s’inspirent également de formes provençales. Aucun tesson recueilli ne semble donc devoir être rattaché aux productions des ateliers du Sud-Ouest.

2°) Les céramiques fines, semi-fines à cuisson oxydante (fig. 13)

  • 23 Parodi, Raynaud, Roger - 52 1987 : 52, fig. 35.

49Il faut noter la présence d’une cruche (21 fragments appartenant à la partie supérieure) No 3-9, à pâte fine de couleur ocre-jaune. L’anse (peut-être bifide ?) se rattache directement à la lèvre ; ce fait serait plus proche du Ve s. (Kauffmann et alii, 1987 : 78 fig 13-51) que du VIe s. (époque durant laquelle l’anse s’accroche sur le col et non sur la lèvre23.

3°) Les céramiques communes tournées à cuisson réductrice (fig 13)

  • 24 Raynaud 1990.

50La céramique commune tournée à cuisson réductrice représente en nombre de fragments 58,5 % de l’ensemble de la céramique à usage alimentaire (No 3-19 à 27). Tous les bords - à l’exception d’un seul (No 3-23) - caractérisent des formes fermées de type cruche (No 3-19), urne ou marmite (No 3-20, 21, 22). Hormis le No 3-19 (lèvre évasée), l’ensemble des lèvres sont obliques. Il faut noter l’absence de toute lèvre triangulaire qui est, selon Cl. Raynaud24, un élément caractéristique de datation qui n’apparaît pas avant le milieu du Ve s. A noter également : la liaison de l’anse sur la lèvre de la pièce (3-21), ainsi que le fond plat et épais du lot 3-23 qui s’inscrivent dans une tradition antiquisante.

4°) Les amphores

51Quelques fragments d’amphores ont été mis au jour représentant 3 ou 4 pièces (No 3-10, 11, 12, 13) (No 3-11 et 12) ; deux de ces pièces proviennent d’Espagne selon J.M. Nolla (Université de Gérone), une plus précisément de Bétique, de la région du Guadalquivir.

52Le niveau 3 a également livré :

  • Un ensemble de 30 fragments de verre coloré, de tonalité jaune ou vert, de faible épaisseur (1 à 2 mm) (No 3-28 à 31) ;

  • Un fragment probable de lampe à huile (No 3-18) ;

  • Un lot de clous à tête quadrangulaire plate (9) ou étêtés (4) (No 3-32) ; deux de ces clous ont l’extrémité recourbée à 60 mm de la base de la tête ce qui donne l’épaisseur de la structure en bois pour laquelle ils avaient été utilisés (porte ?) ;

  • Une scorie de fer de 65 g (No 3-33) ;

  • Un fragment de tôle de bronze (No 3-34) ;

  • 152 fragments d’ossements d’animaux dont 59 brûlés, 19 dents ou fragments de dents d’ovi-caprinés ou de cervidés (ident. J. Pernaud, musée de Tautavel ; et P. Berlie) et un fragment d’os iliaque de bovidé ;

  • Enfin, notons la présence de tegulae et d’imbrices d’épaisseurs diverses, en tout 39 fragments, et de calcaires brûlés (7), de fragments d’enduits de mortier de chaux (7) et de deux grès dont un brûlé.

53En conclusion, l’apport archéologique confirme l’occupation des forteresses des Cluses aux IVe et Ve s.

3 - LA FRONTIÈRE ADMINISTRATIVE DES CLUSES, DU VIIe AU XIIe S.

  • 25 Concil. max. Hispcollect. p. 735-753, d’après Alart 1878 : 60.

54Nous avons déjà vu que lors de la déclaration de sécession de la Septimanie par le duc Paul (672), celui-ci invite le roi Wamba à se rendre aux Cluses pour se mesurer à lui. Cette injonction est hautement symbolique car elle fixe aux Cluses la limite méridionale du territoire en cause. Or l’ensemble des textes connus de l’époque wisigothique et carolingienne consacrent ensuite la frontière pyrénéenne des anciennes provinces de Narbonnaise et de Tarraconaise à ce même endroit. Ainsi, lors du Concile de Tolède de 694, qui édicta certaines dispositions à l’encontre des Juifs, les Cluses apparaisent comme la limite méridionale de la province gauloise du royaume wisigoth Illis tantumdem Hebraeis ad preaesens reserratis qui Galliae provinciae videlicet ultra [pour intra] clausuras noscuntur habitatores existere25.

  • 26 Marca 1688 : 800
  • 27 Devic, Vaissète 1733 : II-IX.

55La Reconquête franque ne fait qu’entériner l’état de fait de l’époque wisigothique et la limite de la Septimanie (anc. Narbonnaise) d’avec les provinces espagnoles du royaume wisigoth devient dès lors la limite des trois comtés limitrophes de Roussillon (au Nord), de Besalu (au Sud-Ouest) et d’Empuries (au Sud-Est). Aussi est-il normal de trouver le lieu de Panissars, cité pour la première fois en 87826, rattaché au terme d’Agullana, qui sera ensuite situé en comté de Besalu tout au long du Moyen Age. Un acte de 889 fixe ainsi les possessions de l’abbaye de Saint-Polycarpe situées au-delà des Cluses, en comté d’Empuries : [...] et ultra Clusa in comitatu Impuritanensium27.

  • 28 Marca 1688 : 840.

56De même, en 916, dans l'acte de consécration de l’église d’Elne, l’évêque Elmerad offre sa propriété de Monasterolium située dans le territoire de ses prérogatives, “en deçà des Cluses d’Espagne” : offero [...] de exiguis facultatibus meis citra clusas spaniae proprietatis meae quens Monasteriolum vocant28.

57Une autre preuve de l’établissement de la frontière aux Cluses nous est donnée par l’itinéraire du Chronicon Albeldense, daté de 883, qui signale cette étape au même titre que les grandes villes situées sur le parcours de Cadix à Constantinople, via la Gaule :

  • 29 Chr. Albeldense, X.

[....] De Gerunda ad Clausulas milliaria XL
De Clausulas ad Ruscilionem milliaria XX
De Ruscilione ad Narbonam milliaria XL [...]
29.

  • 30 Marca 1688 : 1379
  • 31 Gastellvi 1991 : 17.

58Citons enfin un acte de 1185 qui ne permet pas de fixer aussi sûrement la frontière méridionale du Roussillon. Dans cet acte Alphonse Ier d’Aragon et Raymond, comte de Toulouse, se promettent mutuelle assistance a portu Clusae usque ad Alpes montis Genui30. S’agit-il encore des Cluses ou bien, à nouveau comme au temps du Haut Empire Romain, du col de Panissars ? On pourrait alors penser que l’on serait revenu à la frontière “naturelle” de Panissars à l’occasion du rattachement du Comté de Roussillon au royaume d’Aragon (1172). Ce qui est certain, c’est qu’aux XIIIe et XIVe s. le lieu de Panissars marquera la frontière entre les royaumes de Majorque et d’Aragon et, à partir de 1659, celle des royaumes de France et d’Espagne31.

CONCLUSIONS

  • 32 Demougeot, 1974 et Chalon et Gayraud, 1978-80.

59Les textes démontrent que la frontière pyrénéenne romaine du Bas Empire est étroitement liée à la présence des forteresses des Cluses. Orose et Jordanès témoignent de leur existence dès le début du Ve siècle ; l’analyse des événements de 352-353 nous permet de penser, à la suite de E. Demougeot, puis de M. Chalon et M. Gayraud32, que leur construction pourrait être le fait de Constance II. Les données archéologiques fournies par les fouilles du monument de Panissars semblent étayer en partie cette hypothèse ; seule l’étude complète du système des Cluses pourrait venir confirmer ou nuancer celle-ci.

60En tout cas, on a lieu de croire que la nouvelle frontière romaine est davantage la reconnaissance d’un état de fait militaire (contrôle de l’entrée en Espagne aux Cluses) que la conséquence d’une réorganisation des provinces au IIIe ou au IVe s.

Bibliographie

SOURCES CITEES

1 - SOURCES ANTIQUES ET HAUT-MEDIEVALES

STRABON : Strabon, Géographie, Livres III-IV, 2, texte établi, traduit et commenté par F. LASSERRE, Paris, Les Belles Lettres, 1966.

PLUTARQUE : Plutarque, Vies, VIII, Sertorius-Eumène-Agésilas-Pompée, texte établi et traduit par R. FLACELIERE et E. CHAMBRY, Paris, Les Belles Lettres, 1973.

JULIEN : L’Empereur Julien, Œuvres Complètes, I-1, Discours de Julien César, éd., traduit et commenté par J. BIDEZ, Paris, Les Belles Lettres, 1932.

ZOSIME : Zosime, Histoire Nouvelle, I-1, 2, éd., traduit et commenté par F. PASCHOUD, Paris, Les Belles Lettres, 1971.

OROSE : Pauli Orosii Historiarum adversurn Paganos, VII, éd. C. ZANGEMEISTER, Lipsiae, Teubner, 1889.

ISIDORE DE SEVILLE : “Historia Gothorum, Opera omnia Isidori Hispalensis”, Patrologiae latinae cursus completus, 83 ou LXXXIII, J.-P. MIGNE, Paris, Petit-Montrouge.

JORDANES :Iordanis Romana et Getica, Monumenta Germaniae historica, éd. Th. MOMMSEN, Berlin, Weidmann, 1882.

JULIEN DE TOLEDE : Iulani Toletani Historia Wambae Regis, Monumenta Germaniae historica, éd. W. LEVISON, Berlin, Weidmann, 1910.

DULCIDIUS ( ?) “Chronicon Albeldense Auctore forte Dulcidio Salmaticensi episcopo, continuatore autem Vigila, monacho Albeldensi”, Patrologiae latinae cursus completus, CXXIX, J.-P. MIGNE, Paris, Petit-Montrouge, 1853, col. 1123-1128.

2 - SOURCES MODERNES ET CONTEMPORAINES

2 - 1. Manuscrits, plans

B. Iglesia Nacional Espanola de Santiago y Montserrat, Roma :

Fonds des codices de l’Ambassade d’Espagne auprès du Saint-Siège, no 483, Lunardo OTTHOBON “1567. Viagio di Spagna de Sigismondo Cavali ambasciator...”, f° 41, 42, 43.

B.M., Perpignan :

Rés., Chevalier de BEAULIEU, Plans et cartes de Roussillon et Catalogne, Paris, 1653 : “Plan des cols de Pertus et de Panisas, 1649”.

2 - 2. Ouvrages, travaux scientifiques et universitaires

ALART Bernard, 1878 Notices historiques sur les communes du Roussillon, 2° série, Perpignan, Latrobe, 1878.

BLANGY Marie-Louise 1981 “Notre-Dame de Panissars”, prieuré oublié des Pyrénées-Orientales”, Archéologia, 152, Dijon, 1981, pp. 62-65.

CASAS I GENOVER Josep 1982-84 “Les vies de comunicaciό al Pirineu Català oriental”, Hannibal Pyrenaeum Transgreditur, 5° colloque de Puigcerdà, 1982, Puigcerdà, Institut d’Estudis Cerretans, 1984, pp. 39-60.

CASTELLVI Georges 1985 Le monument romain de Panissars : trophée de Pompée ?, 1 (texte), 2 (Fig.), dact., mémoire de D.E.A., Histoire Antique, Univ. P. Valéry, Montpellier, 1985.
1987 “Localisation du trophée de Pompée : essai d’historiographie, XlVe-XXe siècles”, Etudes Roussillonnaises offertes à P. Ponsich, Perpignan, Le Publicateur, 1987, pp. 187-222.
1989 “Données archéologiques nouvelles sur la frontière orientale des Pyrénées à l’époque romaine (IIe s. av. J-C.-IVe s. ap. J-C.). Région du Perthus, Panissars, Les Cluses”, Etudes Roussilonnaises, IX, Perpignan, 1989, pp. 11-20.
1991 “Le monument romain de Panissars (trophées de Pompée ?) et le franchissement pyrénéen de la voie domitienne, thèse de doctorat, Histoire et Civilisations de l’Antiquité, Univ. P. Valéry, Montpellier, 1991.

CASTELLVI Georges, GAVAGE Christian, LAFORGUE Jean 1987 Etudes sur la Via Domitia entre le LXè et le LXVè mille de Narbonne (Ad Centuriones - Summum Pyrenaeum), Rapport de prospection 1987 (commune des Cluses et du Perthus), Dact., Service Régional de l’Archéologie, Montpellier, 1987.
1989 Idem, Rapport intermédiaire 1989 et Opération de débroussaillement et de sondage La Porte des Cluses avec la coll. de Théo TRAUTMANN, dact., Service Régional de l’Archéologie, Montpellier, 1989.

CASTELLVI Georges, NOLLA Josep Maria, RODA Isabel 1992 “Els trofeus de Pompeu i l'altar de César al coll de Panissors”, Roma a Catalunya, Barcelone, Institut Català d'Estudis Mediterranis, 1992, p. 22-25. 1993 a « Les excavacions, arqueologiques a Santa Maria de Panissars...” Tribuna d'Arquelògia, Barcelona, Dept. Cultura de la Generalitat, 1992, p. 22-25. 1993 a « Les excavations, arquolùgiques a Santa Maria de Panissars... » Tribuna d'Arqueologia, Barcelona, Dept. Cultura de la generalitat, 1992 (93), p. 63-71.
1993 b « Els trofeus de Pompeu », La ciutat en el mon Romà, Pre-Actes XIV Congrès Int. d'Arquelològia Clàssica, II, Tarragona, 1993, p. 86.

CHALON Michel, GAYRAUD Michel 1980 “Géographie de la partie orientale des Pyrénées chez les auteurs antiques”, Conflent, Vallespir et montagnes catalanes, Féd. hist. du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Prades, 1978, Montpellier, 1980, pp. 37-50.

DEVIC Dom Claude, VAISSETE Dom Joseph [1730] 1872 Histoire Générale de Languedoc, Toulouse, 1730, rééd. Toulouse, Privat, 1872.

DEMOUGEOT Emilienne 1974 “Constantin III, l’empereur d’Arles”, Hommage à André Dupont, Féd. hist. du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1974, pp. 83-125.

EBEL Charles 1976 Transalpine Gaul, the Emergence of a Roman province, Studies of the Dutch Archeological and Historical Society, vol. IV, Leiden, E.J. Brill, 1976.

ESPERANDIEU Emile 1936 Répertoire archéologique du département des P-O., Montpellier, 1936.

ETIENNE Robert 1955 “Les passages transpyrénéens dans l’Antiquité, leur histoire jusqu’en 25 av. J-C.”, Annales du Midi, 67-32, Toulouse, Privat, pp. 295-310.

EYDOUX Henri-Paul 1979 “La forteresse romaine de l’Ecluse”, Monuments méconnus, Languedoc et Roussillon, Paris, Perrin, 1979, pp. 391-421.

EREIXE Jacques 1900 “Le Summum Pyreneum”, R.H.A.R., I., Perpignan, 1900, pp. 225-242.
1901 “Tracé de la voie domitienne de Narbonne à Gerona”, R.H.A.R., II., Perpignan, 1901, pp. 387-405.
1907 “La voie romaine du Roussillon et ses embranchements”, Congrès archéologique de France, 73° session, Carcassonne-Perpignan, 1906, Paris, Picard, 1907, pp. 485-508.

GAFFIOT Félix 1969 Dictionnaire illustré Latin-Français, Paris, Hachette, 1969.

GRAU Roger 1979 “Un fort romain à sauver, le Castell dels Moros de l’Ecluse” ; Archeologia, 124, Dijon, 1978, pp. 64-70.
1985 “Le passage de la voie antique à les Cluses (Portorium et enceinte)”, Les routes du sud de la France, 110° Congrès des sociétés savantes, Paris, Comité des travaux hist. et sc., 1985, pp. 107-118.

Guide Bleu 1988 Guide Bleu, Languedoc-Roussillon, Paris, Hachette, 1988.

Guides Bleus 1964 Guides Bleus, Pyrénées-Gascogne, Paris, Hachette, 1964.

Guides Joanne 1912 Guides Joanne, Pyrénées, Paris, Hachette, 1912.

HAYES J.W. 1972 Late Roman Pottery, The British School at Rome, Londres, 1972.

KAUFFMANN A., PELLETIER J.P., RIGOIR J., RIGOIR Y., 1987 “Les céramiques de l’antiquité tardive au XI° siècle dans les fouilles de la place Jean Jaurès à Apt (Vaucluse). Premières étudesˮ.Archéologie du Midi Médiéval, 5, Carcassonne, 1987, pp. 61-84.

MARCA Pierre de 1688 Marca hispanica sive limes hispanicus, Paris, F. Muguet, 1688.

NOLLA Josep Maria, CASAS Josep 1984 Carta arqueologica de les comarques de Girona, Girona, Centre d’investigations Arqueologiques de Girona, 1984.

PASCHOUD François 1971 : Voir ZOSIME

PUIG I CADAFALCH Josep 1934 L’arquitectura romana a Catalunya, Barcelona, 1934.

RADKE Gerhard [1971] 1981 Viae pubicae romanae, éd. all. 1971, trad. it. par G. Sigismondi, Bologna, Capelli, 1981.

RAYNAUD Claude 1990 “Nîmes - Palais de justice (Gard)”, Enquête sur les céramiques languedociennes du Haut Moyen Age (VIIè-XIè 5.), C.A.T.H.M.A., Aix en Provence, feuillets dact., (à paraître).

RIGOIR Jacqueline 1968 “Les sigillées paléochrétiennes grises et orangées”, Gallia, XXVI, 1968, fasc. 1, pp. 196-244.

La table de Peutinger, Copie Von Scheyb, 1753, Bulletin de la Société d’Histoire, d’Archéologie et de Tradition Gauloises, Paris, éd. Gaule, 1965.

Annexes

De 1567 à 1984, les Cluses considérées comme l’un des sites propres à la localisation du trophée de Pompée.

Les Clausurae furent considérées par certains historiens comme l’un des douze ou treize sites où l’on devait localiser les vestiges du trophée élevé par Pompée dans les Pyrénées en 71 av. J.-C....

Depuis le XVe s. au moins la route du col du Perthus au départ du Boulou passe et ce, jusqu’en 1896, par les hameaux de la Cluse del Mitg et de la Cluse Haute (fig. 2).

En 1567, ce tronçon est emprunté par l’équipage de Sigismondo Cavalli, nommé ambassadeur de Venise auprès du roi d’Espagne. L’accompagne Lunardo Ottobon ou Otthobon, son secrétaire particulier, auteur d’une relation de ce voyage en Espagne et au Portugal.

Parti de Venise le 24 mars l’équipage arrive dans l’après-midi du 14 mai à hauteur de la Cluse Haute. Otthobon identifie alors les murs de la forteresse romaine confrontant la route à l’ouest aux ruines du trophée de Pompée et le Perthus au “sommet des Pyrénées” :

Usciti di Bolou.. a doi miglia pur ascendento trovamo un loci di due case che chiamano la Chiusa, dove vi è anco certe reliquie di antichità, che dicono che anticamente qui si chiamava Trophea Pompeii. Da queste loco si ascende ancora per un poco fino alla summità del Pirineo, dove vi sono forse 3 case che chiamano il Pertuso, et qui si entra in Cathelogna.

Nous savons maintenant que cette identification n’est pas le reflet d’une tradition écrite italienne mais bien le résultat d’une démarche intellectuelle propre à Otthobon33.

D’autres auteurs ont cependant proposé la même localisation du trophée aux Cluses mais selon une démarche différente. On sait que les forts des Cluses ont garanti la frontière pyrénéenne durant de longs siècles à partir du Bas Empire Romain. En 672, la Septimanie (nom donné à la Narbonnaise première intégrée au royaume wisigoth d’Espagne) se révolta à l’avènement du roi Wamba. Le duc Paul, envoyé en Gaule pour mettre fin aux troubles, prit fait et cause pour la sécession et s’installa aux Cluses afin de barrer le passage aux armées de Wamba. Des Cluses Paul envoya au roi une lettre injurieuse, lui ordonnant de venir se mesurer à lui, qui se termine de la sorte : Descende usque ad Clausulas. Nam ibi invenies Oppopumbeum grandem, cum quo legitime possis concertare.

Or cette formule oppopumbeum grandem fut prise tour à tour par un certain Alvar Gomez (au XVIe s.) puis par Freixe qui le cite, comme l’altération de oppidum Pompei Grandis 34.

Marca en son temps, Chalon de nos jours35, ont démontré que le terme oppopumbeum ou opopompeum renvoyait en fait à une expression grecque, apopompaios, tirée des Saintes Ecritures qui signifie “champion” ; de telle sorte qu’il faut traduire, selon Chalon :

“Descends jusqu’aux Clausurae. C’est là que tu trouveras le grand champion à qui tu puisses valablement te mesurer”.

Dans le système de Freixe, la forteresse romaine du village de la Cluse Haute protégeait le trophée de Pompée et celle de la rive gauche de la Rom, le Castell dels Moros (ou “château des Maures”), l’autel élevé par Jules César. Quant au summum Pyrenaeum, il s’agirait pour cet auteur36 de l’ensemble de la ligne de crête reliant le col du Perthus au col de Panissars par le sommet de Bellegarde, le principal passage étant situé au col du Perthus37.

L’hypothèse de la Cluse Haute fut reprise, à partir de Freixe, par les Guides Joanne et, à leur suite, par les Guides Bleus38.

Hormis le conservatisme de ces Guides, peu d’auteurs ont souscrit à la localisation de Freixe ; encore ne l’ont-ils fait sans émettre quelques réserves39.

Casas40, un moment séduit par l’hypothèse argumentée de Freixe, avait situé à la Cluse Haute la station du summum Pyrenaeum, tout en préférant le site de Bellegarde à la localisation du trophée de Pompée. Revenu sur la question en 198441 il a alors placé au même lieu à Bellegarde la station et le trophée. Cette même année, les fondations du trophée de Pompée furent mises au jour au col de Panissars, à l’Ouest de la colline de Bellegarde. Ainsi se terminait une quête commencée au XVes.

Fig 1. Table de Peutinger. Segment I (Gaule - Afrique du Nord) De gauche à droite, étapes de Declana (v. La Jonquera), In Summo pyreneo (col de Panissars), Ad centenarium (Saint-Martin de Fenollar), Illiberre (Elne), Ruscione (Château-Roussillon), Narbone. Dans la mer, Promont. Pyreneo (Cap Béar ?), et vignette représentant un temple sur une île : certains auteurs ont cru y voir la représentation du “sanctuaire d’Aphrodite” (Sources : Peutingeriana Tabula Itineraria, cura F.C. Von Scheyb, 1753, repr. 1965).

Fig 2. Vue scénographique du col de Panissars (emplacement du trophée de Pompée) et des deux forteresses romaines des Cluses, en 1649 (Sources : Beaulieu, 1653, B.M. Perpignan, cl. G. Castellvi, 84.2.1 A.).

Fig 3. Le réseau de la voie domitienne au franchissement des Pyrénées (Dessin : G. Castellvi, S. Got-Castellvi, 1990).

Fig 4. Monument romain de Panissars. Plan de la voie (via Domitia/Via Augusta) et des deux soubassements du trophée turriforme de Pompée. En pointillés : blocage de mortier (opus caementicium) ; les nombres indiquent les cotes d’altitude en cm ; en tiretés : la frontière du traité des Pyrénées. (Dessin : G. Castellvi, S. Got-Castellvi, 1990).

Fig 5. Monument romain de Panissars. Angle N.-E. du soubassement oriental. Fondations en grand appareil de grès (3° assise) : les faces d’attente portent les signes de Part de bâtir des Grecs et des Romains : trous de louve (au centre de gravité des blocs), queues d’aronde (pour recevoir un goujon de bois) et trous de pince (pour prendre appui afin de bloquer les blocs de la 4° assise) (cl. G. Castellvi, 85. 14. 16).

Fig 6. Les Cluses. Plan du système défensif du Bas Empire (Dessin G. Castellvi et S. Got-Castellvi, d’après Louis Bousquet, 1989).

Fig 7. Entrée des gorges de la Rom (côté Nord) commandées par les forts des Cluses : à g. la Cluse Haute, à dr.Castell dels Moros (cl. G. Castellvi, 88. 5. 30).

Fig 8. Fort Romain du Castell dels Moros (IVe s.). On distingue : à droite, les trois tours quadrangulaires de la courtine nord ; en haut à gauche, la tour sommitale au point sud ; en bas, les ruines de la Porte des Cluses et le passage de la voie domitienne taillé dans le rocher au-dessus de la Rom (cl. G. Castellvi, 88. 5. 26).

Fig 9. La Porte des Cluses. Vue prise depuis le sud. En haut à gauche, le mur occidental derrière lequel a été fouillé le dépotoir de la première moitié du Ve s. (cl. G. Castellvi, 88. 5. 32).

Fig 10. La Porte des Cluses. Vue, prise de l’est, sur les deux murs parallèles et la voie domitienne. On remarquera au premier plan, dans le mur oriental, le remploi de blocs de grès en grand appareil provenant certainement de Panissars, à 3,5 km en amont vers le sud. (cl. G. Castellvi, 88. 5. 34).

Fig 11. Fort romain de la Cluse Haute (IVe s). Courtine orientale avec contreforts. A l’angle S.-E., remarquer la harpe bâtie en blocs de grès remployés depuis le col de Panissars (cl. G. Castellvi, 88. 5. 22).

Fig 12. Partie du mobilier céramique provenant de la fouille du dépotoir accumulé derrière le mur occidental de la Porte des Cluses (1ère moitié du Ve s.). Céramique de table : DSP ou imit. formes Rigoir 18 (3 - 2, 3 - 3, 3 - 4 ?), Rigoir 8 (3 - 5), non dét. (3 - 6, 3 - 8) ; sigillée Claire D, forme Hayes 61 (3 - 1). (Des. G. C., S. Got - Castellvi).

Fig 13. La Porte des Cluses. Céramique fine : cruche (3 - 9) ; céramiques communes tournées à cuisson réductrice (pièces 3 - 19, 3 - 20, 3 - 21 ; lots 3 - 22, 3 - 23) (Des. G. Castellvi, S. Got-Castellvi).

Notes

1 Strabon,Géo. IV, 1, 3 ; Castellvi 1987, 1989, 1991.

2 Plutarque Sert.. 6 ; Etienne 1955 : 306.

3 Ebel 1976

4 Castellvi 1991.

5 Site découvert par C. Gavage et P. Dupouy, du Perthus, en janvier 1993.

6 Les ruines romaines, non visibles, étaient surmontées de celles du prieuré médiéval de Ste-Marie de Panissars signalées par M.-L. Blangy en 1981. Après deux campagnes de déblaiement effectuées par l'association « Rempart » (1983-84) nous avons mené une fouille programmée en site de 1984 à 1993 ; de 1990 à 1993, une équipe sud-catalane dirigée par J.M. Nolla et I. Rodà (Univ. de Gérone et Barcelone-Bellaterra) a fouillé le secteur espagnol du site. L’ensemble des résultats devrait paraître dans gallia. En attendant : Castellvi, Nolla, Rodà 1992 ; 1993 a et b.

7 Orose, VII, 40, 6 à 9.

8 Orose, VII, 40, 6.

9 Isidore de Séville, Historia Wandalorum, 71.

10 Jordanès,Getica, 165.

11 Gaffiot 1969 : 326.

12 Julien de Tolède, Historia Wambae regis.

13 Julien de Tolède, Hist. Wambae, 11.

14 Demougeot 1974 : 109, note 72.

15 M. Chalon et M. Gayraud 1980 : 49 et note 93. Eydoux 1979 : 405 propose une datation quelque peu postérieure, attribuant la construction du Castell dels Moros au règne de Valentinien (375-392).

16 Zosime 11, 44 à 53 ; Demougeot 1979 : 78 à 82.

17 Julien Or., I, 33 ; Paschoud 1971 : 261, note 68.

18 Freixe (1900 : 226 à 228 ; 1907 : 499 à 501), Grau (1985 : 107 à 118) et Castellvi, dans Castellvi, Gavage, Laforgue, Trautmann, (1989-8 p. et doc). Freixe (1900 : 227 ; 1907 : 498) puis Grau (1979 : 66 ; 1985 : 107-118) ont pensé que la Porte assurait une fonction de douane. Pour illustrer cette hypothèse, ces auteurs ont signalé la présence, à 17 km des Cluses, à Théza, d’une inscription relative à l'impôt du Quarantième des Gaules. Pour Grau (1985 : 108), les ruines seraient “les restes du poste de douanes ou portorium où était perçue la taxe, le siège administratif se trouvant à Elne, à 4 km de Théza. a été reprise par Radke (1981 : 365).

19 Castellvi, Gavage, Laforgue 1987 : 24, 25.

20 Grau, 1979-70.

21 Rigoir 1968.

22 Hayes, 1972.

23 Parodi, Raynaud, Roger - 52 1987 : 52, fig. 35.

24 Raynaud 1990.

25 Concil. max. Hispcollect. p. 735-753, d’après Alart 1878 : 60.

26 Marca 1688 : 800

27 Devic, Vaissète 1733 : II-IX.

28 Marca 1688 : 840.

29 Chr. Albeldense, X.

30 Marca 1688 : 1379

31 Gastellvi 1991 : 17.

32 Demougeot, 1974 et Chalon et Gayraud, 1978-80.

33 Otthobon 1567 : 42. Excluant l’idée d’une tradition orale d’origine locale, nous pensions à tort que le témoignage d’Otthobon pouvait se rattacher à une tradition écrite d’origine italienne (Castellvi 1987 : 497). Otthobon doit apparaître comme un homme de son temps, un humaniste, érudit et parfait conaisseur des textes antiques ; c’est ainsi qu’il nomme les étangs languedociens sous le nom de stagne volcarum ou signale encore non loin de Perpignan les vestiges de la cité antique de Ruscino-qu’il semble n’avoir pas vus lui-même- : “Lasciamo fa mano manca alcuni vestigii di una città antica la qual dicono che era Russino “(f° 40).

34 Freixe 1900.

35 Marca 1688 : 60 ; Chalon, 1985 - inédit, cité dans Castellvi 1985 : 58-59.

36 Freixe 1900 : 242 ; 1906 [07] : 504.

37 Freixe 1901 : 387.

38 Guides Joanne 1912 : 441. Guides bleus 1964 : 580 ; 1988 : 159, 1603.

39 Puig 1934 : 183 ; Espérandieu 1936 : 34 ; Chalon et Gayraud 1978 : 48, 49.

40 Casas 1982 : 52.

41 Nolla, Casas 1984 :56.

Table des illustrations

Légende L’analyse détaillée de l’ensemble des céramiques alimentaires donne une datation de la première moitié du Ve s.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig 1. Table de Peutinger. Segment I (Gaule - Afrique du Nord) De gauche à droite, étapes de Declana (v. La Jonquera), In Summo pyreneo (col de Panissars), Ad centenarium (Saint-Martin de Fenollar), Illiberre (Elne), Ruscione (Château-Roussillon), Narbone. Dans la mer, Promont. Pyreneo (Cap Béar ?), et vignette représentant un temple sur une île : certains auteurs ont cru y voir la représentation du “sanctuaire d’Aphrodite” (Sources : Peutingeriana Tabula Itineraria, cura F.C. Von Scheyb, 1753, repr. 1965).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Fig 2. Vue scénographique du col de Panissars (emplacement du trophée de Pompée) et des deux forteresses romaines des Cluses, en 1649 (Sources : Beaulieu, 1653, B.M. Perpignan, cl. G. Castellvi, 84.2.1 A.).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig 3. Le réseau de la voie domitienne au franchissement des Pyrénées (Dessin : G. Castellvi, S. Got-Castellvi, 1990).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig 4. Monument romain de Panissars. Plan de la voie (via Domitia/Via Augusta) et des deux soubassements du trophée turriforme de Pompée. En pointillés : blocage de mortier (opus caementicium) ; les nombres indiquent les cotes d’altitude en cm ; en tiretés : la frontière du traité des Pyrénées. (Dessin : G. Castellvi, S. Got-Castellvi, 1990).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig 5. Monument romain de Panissars. Angle N.-E. du soubassement oriental. Fondations en grand appareil de grès (3° assise) : les faces d’attente portent les signes de Part de bâtir des Grecs et des Romains : trous de louve (au centre de gravité des blocs), queues d’aronde (pour recevoir un goujon de bois) et trous de pince (pour prendre appui afin de bloquer les blocs de la 4° assise) (cl. G. Castellvi, 85. 14. 16).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig 6. Les Cluses. Plan du système défensif du Bas Empire (Dessin G. Castellvi et S. Got-Castellvi, d’après Louis Bousquet, 1989).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig 7. Entrée des gorges de la Rom (côté Nord) commandées par les forts des Cluses : à g. la Cluse Haute, à dr.Castell dels Moros (cl. G. Castellvi, 88. 5. 30).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig 8. Fort Romain du Castell dels Moros (IVe s.). On distingue : à droite, les trois tours quadrangulaires de la courtine nord ; en haut à gauche, la tour sommitale au point sud ; en bas, les ruines de la Porte des Cluses et le passage de la voie domitienne taillé dans le rocher au-dessus de la Rom (cl. G. Castellvi, 88. 5. 26).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig 9. La Porte des Cluses. Vue prise depuis le sud. En haut à gauche, le mur occidental derrière lequel a été fouillé le dépotoir de la première moitié du Ve s. (cl. G. Castellvi, 88. 5. 32).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig 10. La Porte des Cluses. Vue, prise de l’est, sur les deux murs parallèles et la voie domitienne. On remarquera au premier plan, dans le mur oriental, le remploi de blocs de grès en grand appareil provenant certainement de Panissars, à 3,5 km en amont vers le sud. (cl. G. Castellvi, 88. 5. 34).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig 11. Fort romain de la Cluse Haute (IVe s). Courtine orientale avec contreforts. A l’angle S.-E., remarquer la harpe bâtie en blocs de grès remployés depuis le col de Panissars (cl. G. Castellvi, 88. 5. 22).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig 12. Partie du mobilier céramique provenant de la fouille du dépotoir accumulé derrière le mur occidental de la Porte des Cluses (1ère moitié du Ve s.). Céramique de table : DSP ou imit. formes Rigoir 18 (3 - 2, 3 - 3, 3 - 4 ?), Rigoir 8 (3 - 5), non dét. (3 - 6, 3 - 8) ; sigillée Claire D, forme Hayes 61 (3 - 1). (Des. G. C., S. Got - Castellvi).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig 13. La Porte des Cluses. Céramique fine : cruche (3 - 9) ; céramiques communes tournées à cuisson réductrice (pièces 3 - 19, 3 - 20, 3 - 21 ; lots 3 - 22, 3 - 23) (Des. G. Castellvi, S. Got-Castellvi).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5657/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search