Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Les apparences et leur interprétation : régions limites

L'Hérault, un fleuve-frontière durant la Protohistoire

Dominique Garcia

Texte intégral

1. PRÉSENTATION

1L’Hérault est le fleuve côtier le plus important du Bas-Languedoc. Il naît à 1400 mètres d’altitude sur le versant méridional du Mont-Aigoual et se jette dans la mer, au Grau d’Agde, après un parcours d’environ 120 kilomètres. Il draine un bassin versant d’environ 2550 km2. Son régime est caractérisé par de gros débits en saison froide, un étiage très marqué en été et des crues de printemps et d’automne particulièrement brusques et violentes.

2L’origine du nom Hérault est sans doute pré-indoeuropéenne. Il provient du radical hydronymique AR suivi du suffixe AUS. La première mention connue o rauraris date du premier siècle de notre ère (Strabon, Géographie, IV, 1, 5-6). Toujours au premier siècle, Pomponius Mela (II,5) donne la graphie arauris, d’où découlent toutes les formes ultérieures. Au second siècle, le géographe Ptolémée (Géographie. II, 10, 2) nous parle des “embouchures” de l’arauriu, car le fleuve finissait alors par un delta où fut fondée Agde, qualifiée d’île par Ptolémée.

  • 1 Par exemple en dernier lieu par M. Py Culture, économie et société protohistoriques dans la région (...)
  • 2 La dernière grande synthèse sur “l’ibérisation “du Languedoc, et qui fait encore autorité et le tra (...)
  • 3 Sur l’analyse des passages de ce poème concernant les côtes languedociennes on se référera en derni (...)
  • 4 Citation et traduction d’après M. Bats, art. cit., p. 122.

3L’Hérault et ses affluents furent, durant une partie de la Préhistoire récente et toute l’Antiquité, de véritables voies de communication vers l’arrière-pays, en particulier vers les zones riches en minerai de cuivre. Mais c’est le rôle “d’espace-frontière” que joue ce fleuve durant une grande partie de l’Age du Fer que je voudrais ici préciser. Si cet aspect a été souvent signalé1, force était de constater l’absence de documents archéologiques probants2 ; le constat reposant essentiellement sur quelques vers de l’Ora maritima d’Avienus3. Cet auteur du IVe siècle de notre ère, mais aux sources d’inspiration multiples des Ve et IVe siècles avant J.-C., place près de l’étang Taurus (étang de Thau), sur le fleuve Oranus (Hérault), la frontière entre “la terre ibère et les rudes Ligures” (v. 611-613)4.

  • 5 En particulier : A. Nickels, “Le site protohistorique de Mont-Joui à Florensac, Hérault”, RANarb, 2 (...)
  • 6 A. Nickels et al, Agde, la nécropole du premier age du Fer, Paris, 1989 (Suppl. 19 à la RANarb), 49 (...)
  • 7 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures. Moyenne vallée de l’Hérault et Lodévois protohistoriques, Paris (...)

4Je tenterai ici, à l’aide d’une abondante et récente documentation provenant principalement de fouilles d’habitats stratigraphiés5, de nécropoles6 et d’études micro-régionales7, de préciser l’ampleur, la durée et la nature de cet “espace-frontière” entre Ibères et Ligures.

2. DÉBUT DU PREMIER AGE DU FER : UNE TERRE ÉLISYQUE

  • 8 A. Nickels et al., Agde, la nécropole...op. cit.
  • 9 J.-L. Espérou et al., “La nécropole du premier Age du Fer de “La Cartoule” à Servian, Hérault”, Arc (...)
  • 10 A. Nickels, “Essai sur le développement...” art. cit.
  • 11 J. Giry,”Nécropole de Bonne-Terre à Tourbes, Hérault”, CLPA, 10, 1961, p. 128-145.
  • 12 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 31-33 et 289-290.
  • 13 B. Dedet, Rites funéraires protohistoriques dans les Garrigues du Languedoc, Paris, 1991 (Suppl. 24 (...)
  • 14 A. Bouscaras et A. Hugues, “La cargaison des bronzes de Rochelongues, Agde, Hérault”, RSL, 33, 1972 (...)
  • 15 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 235-252.
  • 16 Garcia, “Le dépôt de bronzes launacien de Roque-Courbe, Saint Saturnin, Hérault”, DocAMérid, 10, 19 (...)
  • 17 A. Nickels et al, Agde, la nécropole...op. cit., p. 449-454 et D. Garcia, Entre Ibères et Ligures.. (...)
  • 18 Ce faciès a été particulièrement bien caractérisé par A. Nickels (Agde, la nécropole...op. cit., p. (...)

5Pour la période antérieure à la fin du VIe s. av. J.-C., l’analyse du mobilier métallique et céramique issu des nécropoles à incinération d’Agde8, de Servian9, de Pézenas10 et de Tourbes11, des sépultures isolées de Campagnan12, mais également des tumulus des garrigues13, des dépôts de bronzes de Rochelongue14, de Péret15 et de Saint-Saturnin16 ainsi que des habitats autorise le rattachement des sites de la basse et de la moyenne vallée de l’Hérault17 aux faciès Grand Bassin I18 et Grand-Bassin II définis à la suite des fouilles des nécropoles du premier Age du Fer de Mailhac (Aude).

  • 19 G. Barruol, “Les Elisyques et leur capitale Naro/Narbo”, dans Narbonne, Archéologie et Histoire, 1, (...)

6Le faciès Grand-Bassin I, qui est issu de l’évolution sur place du mailhacien I, serait celui des Elisyques19, l’une des plus anciennes populations historiquement connues dans l’Occident méditerranéen dont Narbonne (Naro) serait la capitale et Béziers une des agglomérations principales. Ce faciès serait donc commun aux populations des bassins de l’Aude, de l’Orb et de la partie occidentale du bassin de l’Hérault. Il s’agit là d’un substrat culturel et ethnique commun à la vallée de l’Hérault et au reste du Languedoc occidental et sur lequel va se développer la culture ibéro-languedocienne. Cette vallée apparaît dès cette phase comme une frontière ethnique et culturelle puisqu’elle constitue les marges orientales du domaine Elisyque.

7Dans ce contexte “Grand-Bassin”, ou plus simplement Elisyque, on notera la découverte, dans la basse vallée et dès la fin du VIIe s. avant J.-C., de deux types d’objets, véhiculant des caractères franchement “ibéro-puniques”.

  • 20 Découvertes effectuées dans les tombes 116, 121 et 130 ; cf. A. Nickels et al, Agde, la nécropole.. (...)
  • 21 Découvertes effectuées dans les tombes 2, 10, 13/14, 27, 31, 39, 50, 83, 114, 115, 135, 146 et 186  (...)
  • 22 Exemplaires signalés dans par Y. Solier, “La culture.../art. cil., p. 222-225 et G. Rancoule et, O. (...)
  • 23 Il s’agit d’une urne tournée à anses bifides d’origine punique datée du début du VIIe av. J.-C., dé (...)

8Il s’agit, d’une part, de trois agrafes de ceinturon de “type Acébuchal” mises au jour dans le secteur nord-est de la nécropole indigène d’Agde20, probables témoins de relations avec le domaine ibéro-punique et, d’autre part, de treize urnes-sacs en céramique non tournée engobée de rouge21 qui sont très certainement des imitations indigènes de vases puniques. On notera que ces documents sont à peu près contemporains des pièces les plus anciennes (vases importés et imitations locales), appartenant au même faciès culturel, reconnues en Languedoc occidental, dans la vallée de l’Aude, par exemple au Cayla de Mailhac, à la grotte du Roc de Buffens à Caunes-Minervois, à Carsac à Carcassonne22 ou dans la nécropole à incinération de Roquefort-des-Corbières23. Ce courant d’influences puniques et/ou ibéro-puniques qui se met en place dès la fin du VIIe s. av. J.-C. en Languedoc occidental-vallée de l’Hérault comprise-sur le substrat indigène Grand-Bassin véhicule un faciès culturel que l’on ne peut qualifier que d’ibérique et qui est contemporain de celui reconnu dans le Nord-Est de l’Espagne.

3. LES VIe ET Ve SIECLES : LA PRÉSENCE IBÈRE

9Mais ce phénomène ne connaîtra son plein développement qu’aux VIe et Ve s. av. J.-C. Pour en apprécier la teneur, nous allons prendre comme témoins de ce courant deux types de documents : le mobilier métallique-en particulier les agrafes de ceinturon-et la céramique peinte.

3.1. Le mobilier métallique

10L’étude du mobilier métallique, en particulier des armes et de la parure, montre un développement des influences ibériques sur la culture matérielle de la vallée de l’Hérault au VIe s. av. J.-C., développement consécutif à l’apport de pièces d’autres régions ibériques et peut-être à la production sur place d’objets de typologie ibérique.

  • 24 Sur ce type de documents voir en particulier E. Pons i Brun, “Sivelles de cinturo de talo rectangul (...)
  • 25 M. Feugère, “Une agrafe de ceinturon du Premier Age du Fer au Rec de Bragues (Florensac, Hérault)”,(...)
  • 26 N. Houlès et T. Janin, “La tombe à incinération du premier Age du Fer de Castelnau-de-Guers (Héraul (...)
  • 27 J. Giry, “La nécropole préromaine de Saint-Julien, commune de Pézenas, Hérault”, RSL, 31, 1965, p.  (...)
  • 28 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 45, n. 21.
  • 29 J. Vallon, Les tertres funéraires protohistoriques des environs du Pic Saint-Loup (Hérault), Montpe (...)

11Ce fait est particulièrement probant lorsque l’on dresse l’inventaire des découvertes d’agrafes de ceinturon de type ibérique24. Nous en rencontrons, le long de la vallée et du Sud vers le Nord : au moins trente exemplaires dans le dépôt de Rochelongue daté du début du VIe s., un exemplaire isolé dans une tombe du deuxième quart du VIe s. à Florensac25, un dans une autre tombe à Castelnau-de-Guers26 datée du 3è quart du VIe s. ; vingt-cinq exemplaires ont été découverts lors des fouilles de la nécropole de Saint-julien à Pézenas datée entre la fin du VIIe s. et le début du Ve s. av. J.-C.27, un au Pouget28 daté du VIe s. et un autre, enfin, a été retrouvé dans la haute vallée de l’Hérault, dans le tumulus du Cayla du Frouzet29 daté également du courant du VIe s. av. J.-C.

12Au total, c’est une soixantaine d’agrafes de ceinturons qui a été découverte le long de l’Hérault, principalement dans la basse et la moyenne vallée. Il s’agit en quasi-totalité de pièces à un seul crochet et à appendices latéraux pour lesquelles on pourrait même envisager une fabrication régionale. Une étude de leur répartition fait bien apparaître une concentration notable le long de la vallée de l’Hérault et une absence quasi totale à l’est du fleuve.

  • 30 A. Nickels, “Essai sur le développement...”, art. cit.

13La nécropole de Saint-Julien à Pézenas est un site qui permet, grâce à l’abondance de sa documentation et à la dernière étude dont elle a bénéficié30, de bien cerner les périodes d’apparition et de diffusion de ce type d’objet. En effet, les agrafes de ceinturon de type ibérique, exceptionnelles avant 590 av. J.-C., feront une apparition massive dans les tombes du secteur II défini par A. Nickels et bien daté de la période 590-570 av. J.-C. Leur usage-ou du moins leur dépôt dans les tombes-sera par la suite régulier mais moins courant jusqu’au début du Ve s. av. J.-C.

  • 31 Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 277.

14Nous pourrions citer d’autres exemples de la marque du caractère ibérique sur le faciès du mobilier métallique de la vallée de l’Hérault durant ce premier Age du Fer. A l’exception de quelques pièces isolées, proches du faciès suspendien31, l’analyse globale du mobilier métallique permet de rattacher la vallée de l’Hérault au faciès du Languedoc occidental.

  • 32 Rites funéraires...op. cit., p. 191-192, 346 et 379.
  • 33 Ibidem, p. 192.

15Si, comme je le crois volontiers, ce faciès reflète l’évolution progressive d’une culture matérielle locale stimulée par des apports étrangers et des contacts régionaux, quelques découvertes originales pourraient induire la présence effective d’individus étrangers. B. Dedet32 a bien mis en évidence le caractère spécifique de la sépulture B1 du Frouzet (Saint-Martin-de-Londres, dans la haute-vallée de l’Hérault) : il s’agit d’une tombe exceptionnelle par son architecture, ses proportions, la nature de l’incinération qu’elle abrite et surtout par le riche mobilier qui constitue le dépôt funéraire. Celui-ci se compose d’une série de trois céramiques non tournées dont une pièce pourrait révéler des influences occidentales, d’une coupe de céramique grecque d’Occident-document rarissime dans les sépultures tumulaires des Garrigues languedociennes-mais également d’un lot d’objets métalliques : un bracelet en or, une agrafe de ceinturon dont nous avons déjà parlé, un passant, trois boutons en bronze recouverts d’argent ou d’argent et d’or sur une face, une passoire et une coupe en bronze, un élément probable de cuirasse en bronze, une pointe de lance et une épée en fer de type falcata. Devant une telle énumération, plusieurs questions se posent : le défunt était-il un “prince” ou un “chef” local ? A-t-il bénéficié de cadeaux diplomatiques comme le suggère B. Dedet33 ? Ou bien a-t-on affaire à la tombe d’un Ibère de la plaine languedocienne ou d’outre-Pyrénées venu explorer l’hinterland d’un territoire aux marges septentrionales difficilement cernables ?

  • 34 A. Nickels, “Essai sur le développement...”, art. cit., p. 24.
  • 35 Idem.
  • 36 Ibidem, p. 25.

16Une impression voisine découle de l’étude du mobilier métallique de la tombe à incinération de Castelnau-de-Guers datée du deuxième tiers du VIe s. av. J.-C. : une agrafe de ceinturon, mais également un couteau en fer, une grande fibule en fer, un soliferrum... tous de type ibérique. A Pézenas où, comme on l’a vu avec les agrafes, le mobilier métallique est très abondant, d’autres objets de type ibérique abondent, surtout durant la phase II : fibules, plus particulièrement, et grands couteaux à dos arqué en fer, mais également solliferums dont la typologie paraît être plus ibérique que grecque ou étrusque comme A. Nickels34 le supposait. En effet, la présence des lances à très longs fers, mais également des fragments de cnémide et des éléments de cuirasse mis au jour doivent plus probablement être associés à la présence d’Ibères qu’à mettre au compte des apports grecs (“les nouveaux arrivants fournissent aux indigènes des armes offensives et défensives de toute première qualité35). ” Notons que ce mobilier appartient à une phase chronologique qui verra le changement de pratiques funéraires et l’utilisation d’un espace d’ensevelissement réservé aux tombes de “guerriers”36. On peut ainsi, à titre d’hypothèse, imaginer la présence d’individus, peut-être étrangers à la région, mais appartenant en tous cas à la même sphère éthno-culturelle. Ils seraient venus se mêler, sur ces marges orientales du monde ibérique, aux actifs trafics commerciaux qui se mettent en place avec l’arrivée des Grecs dès la première moitié du VIe s. av. J.-C. dans la basse vallée et défendre-pourquoi pas ?-les frontières d’un territoire récemment conquis.

3.2. Le mobilier céramique

  • 37 C’est sans aucune conviction que nous utiliserons cette appellation générique qui pourrait probable (...)

17Pour la céramique, nous prendrons comme unique exemple les urnes peintes de type ibérique dont certaines sont probablement importées mais dont une grande partie pourrait être de fabrication locale, mais nous tiendrons également compte des amphores ibéro-puniques37, témoins de rapports commerciaux avec des régions extrême-occidentales. Les céramiques peintes forment une catégorie de mobilier maintenant mieux datée grâce aux stratigraphies des différents sites explorés dans la vallée de l’Hérault qui permettent de bien sentir l’évolution de cette “ibérisation”.

Le VIe siècle

18Les céramiques peintes ibériques et les amphores ibéro-puniques sont reconnues sur les sites occupés dès la première moitié du VIe s. av. J.-C. mais ces pièces, encore assez rares (environ 1 % du total de la céramique), ne se retrouvent pas dans l’arrière-pays.

  • 38 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 78 et 206, fig. 94.
  • 39 Ibidem, p. 204.

19Elles seront plus nombreuses dans la basse vallée dans la seconde moitié du VIe s. et leur diffusion atteindra tous les sites de la vallée, y compris la zone méridionale des Grands-Causses, à plus de 50 km de la côte : l’attestent les découvertes effectuées dans la grotte des Soulatgets à Saint-Maurice-de Navacelle38 ou celle des Roquets à Saint-Etienne-de-Gourgas39. Ces documents apparaissent sur ces sites de l’arrière-pays à la même période que les autres importations méditerranéennes, étrusques ou grecques. Le développement de cette culture ibérique dans la vallée de l’Hérault est, comme nous l’avons vu, concomitante à la tentative d’installation des Phocéens dans l’Agadès lors de la création du comptoir phocéen d’Agde.

  • 40 Ibidem, p. 317.

20Très certainement en liaison avec ce dernier point, le monde indigène connaît, durant cette deuxième moitié du VIe s. av. J.-C. une très forte restructuration, processus que j’ai déjà analysé40 et sur lequel je ne reviendrai ici que très schématiquement : sédentarisation ; regroupement des populations sur des habitats, en majorité fortifiés, implantés sur les premières hauteurs qui dominent le fleuve ; consommation jusqu’aux pieds du Massif-Central de vin et de céramiques fines en provenance d’Etrurie, de Grèce, de Marseille, mais surtout rapports économiques étroits avec le comptoir phocéen d’Agde ; production agricole et minière indigène accrue.

Le Ve siècle

  • 41 A. Nickels, “La Monédière à Bessan...” art. cit., en part. p. 116 et suiv.
  • 42 Fouilles d’A. Nickels, inédites.
  • 43 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 69-71.
  • 44 Ibidem, p. 35-40.
  • 45 D. Garcia et D. Orliac, “Les Courtinals à Mourèze (Hérault). Premières approches de l’habitat proto (...)

21Pour les deux premiers tiers du Ve s., la présence de produits ibéro-puniques est très forte dans la basse vallée ; nous n’avons malheureusement pas de chiffres pour l’arrière-pays. Aux environs de 480 av. n. è., nombre des habitats indigènes vont être abandonnés ou, du moins, verront se réduire leur surface d’occupation. Des remaniements consécutifs à une destruction sont observés à Florensac et à Bessan dans la basse vallée de l’Hérault41, mais également en Agde42. Dans la moyenne vallée et le Lodévois, les gisements les plus significatifs indiquent des changements-voire des bouleversements importants : abandon de sites comme à Saint-Bauzille-de-la-Sylve43, ou rupture dans la stratigraphie comme sur l’oppidum de La Ramasse à Clermont l’Hérault44, augmentation du pourcentage de la céramique non tournée et forte baisse des céramiques et produits importés, ou absence d’évolution technique comme à Mourèze45.

  • 46 Y. Solier, “La culture...” art. cit., p. 211-214.

22Les données de la vallée de l’Hérault confirment l’idée d’une période de rupture en Languedoc occidental au Ve s., hypothèse émise à la suite des observations effectuées à Pech-Maho et Mailhac dans l’Aude46.

  • 47 A. Nickels, “La Monédière...”, art. cit., p. 18-119.

23La documentation archéologique du premier Age du fer et du début du second laisse entrevoir les grands mouvements qui semblent se produire dans la région d’Agde durant cette période47 et que l’on peut interpréter comme un recul probable des Grecs pour des raisons diverses. Cet état de fait se traduit donc par une restructuration des unités territoriales et de l’économie locale et profite sinon au développement de la culture ibérique, du moins au commerce avec la péninsule ibérique si l’on en juge par l’accroissement des découvertes de vin importé (amphores) et de céramiques peintes dans les habitats de cette époque.

  • 48 Ibidem.

24Le site de Bessan48 fournit des données particulièrement intéressantes concernant ces périodes. Pour la céramique peinte de type ibérique, et par rapport à l’ensemble des céramiques à l’exception des amphores, on passe à un taux de moins de 2 % durant la phase Bessan I (600-540 av. J.-C.) qui correspond à une occupation indigène, à plus de 40 % durant la phase Bessan II (540-500), qui est celle des maisons grecques à absides ; à 76 % dès la phase Bessan IIIa (500-475) et plus de 40 %, encore, durant la phase Bessan IV (475-425 av. J.-C.), ces deux dernières phases marquant le retour à un faciès indigène du site.

25Sur le total des amphores, les exemplaires ibéro-puniques représentent moins de 7 % durant le VIe s. mais plus de 80 % dès la phase Bessan IIIa (500-475) et 12,5 % à partir de 475 av. J-C.

  • 49 E. Sanmarti-Greco, “Massalia et Emporion : une origine commune, deux destins différents”, Etudes Ma (...)

26A la fin du Ve s., les taux de représentation des céramiques de type ibérique et des amphores ibéro-puniques vont baisser sensiblement sur les sites côtiers et ces productions vont disparaître dans l’arrière-pays. Le phénomène sera encore plus flagrant au IVe s. La fondation par les Massaliotes, dès la fin du Ve s., de la colonie d’Agathé réalisée, selon les mots de Strabon (IV, 1, 5), “contre les Barbares”, semble stopper totalement le “processus d’ibérisation” des populations indigènes de la vallée de l’Hérault alors qu’il va se poursuivre ailleurs régulièrement, notamment dans le bassin de l’Orb avec des sites comme Montfau, Béziers cm Ensérune ; les marges du territoire ibérique seraient repoussées vers l’Ouest à partir des alentours de 400 av. J.-C. Ces régions qui vont se trouver sous l’emprise économique d’Emporion auront des relations apparemment moins tendues que celles mises en place en domaine massaliote, en Languedoc central49.

4. DES 400 AV. J.-C. LA PRÉSENCE MASSALIOTE STOPPE LE PROCESSUS D’IBÉRISATION

  • 50 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 191-196.

27A partir de 400 av. n. è., cette phase verra la création de nouvelles agglomérations protohistoriques dans la vallée et le réaménagement profond d’anciens habitats dont celui de l’oppidum de la Ramasse à Clermont-l’Hérault qui se situe nettement dans l’aire d’influence massaliote d’Agde. Les documents caractérisant la culture ibéro-languedocienne sont totalement absents au IVe s. av. sur la totalité des sites explorés. A partir de 350 av., on notera tout de même la production dans ce secteur géographique d’une catégorie de céramique-le sub-géométrique héraultais50 dans laquelle on retrouve certaines influences ibériques, tant dans la forme des vases que dans le répertoire décoratif. Cette production qui ferait suite à celle de la grise monochrome, correspond, dans des ateliers probablement situés plus près des zones de consommation indigène, à une céramique proche des goûts et des besoins locaux et témoigne d’influences diverses.

  • 51 Ibidem, p. 202-209.

28Il faudra ensuite attendre le début du IIIe s. av. n. è., et surtout les IIe et Ier s. av. n. è., pour retrouver des pichets de la côte catalane, quelques exemples de vernis noirs de Rosas et des céramiques peintes de type sombrero de copa en particulier51. On notera que les petits pichets gris de la côte catalane sont très largement diffusés, y compris au-delà du Causse du Larzac où ils constituent la majorité du mobilier mis au jour dans certaines grottes-sanctuaires de l’Aveyron et de la Lozère.

  • 52 Ibidem, p.211-218.

29Dans cette région, et en cette fin de l’Age du fer, la présence de céramiques ibériques souligne tout simplement la normalité des relations commerciales entre Agathe et Emporion. La circulation monétaire52, quant à elle, montre que les émissions les plus nombreuses sont d’origine massaliote ; les monnaies ibériques sont pratiquement absentes. Bien que représentés, les monnayages de l’intérieur “monnaies à la croix” et ceux, à légende ibérique, émis au nom de “chefs gaulois” de la région “Narbonne-Béziers”, sont largement minoritaires. Aucun témoignage de l’utilisation de l’alphabet ibérique n’est reconnu dans la vallée de l’Hérault alors qu’un document tel que le chapiteau d’Aumes53 paraît être le monument inscrit en gallo-grec situé le plus à l’Ouest.

5. CONCLUSIONS

30Confins orientaux du territoire Élisyque jusqu’au VIIe s. av. J.-C., la vallée de l’Hérault va connaître, dès la fin du VIIe s., une ibérisation semblable à celle reconnue dans les bassins de l’Orb, de l’Aude ou en Roussillon. Ce processus sera concomitant aux activités commerciales que se livrent Étrusques et Grecs en Languedoc central. Ce marché, initialement partagé, subira une période de crise consécutive à la tentative de mainmise des Phocéens sur l’arrière-pays. Après une phase de développement de la culture ibérique dont la vallée forme frontière durant le Ve s., Marseille, désireuse de protéger son marché occidental, créera un comptoir à l’embouchure du fleuve vers 400 av. J.-C. Ce moment marquera la fin de l’autonomie économico-culturelle des populations indigènes qui se trouveront directement sous le joug du pouvoir massaliote.

31Dès lors, les marges du territoire ibéro-languedocien seront repoussées vers l’Ouest, la vallée de l’Hérault formant non plus une frontière-ligne comme le laissait uniquement supposer la lecture d’Aviénus, mais une véritable zone tampon entre le Languedoc ibère et le Languedoc rhodanien.

Les peuples préromains du midi de la Gaule au VIe s. av. n. è. (carte)

Carte de répartition des agrafes de ceinturon de type ibérique dans la vallée de l’Hérault.

Carte de répartition des jarres peintes de type ibérique dans la vallée de l’Hérault.

Notes

1 Par exemple en dernier lieu par M. Py Culture, économie et société protohistoriques dans la région nimoise, Rome, 1980 (Collection de l’Ecole française de Rome, 131), p. 144 : “il est désormais acquis que la zone d’Agde et la vallée de l’Hérault constituent la limite orientale extrême de la diffusion de la culture ibérique” ou par Y. Roman De Narbonne à Bordeaux, un axe economique au ler S. av. n. è., Lyon, 1983, p. 44 : “l’Hérault prit, dans le courant du premier âge du fer, une importance grandissante quand le Languedoc vit s’affronter la civilisation des Ligures et celle des Ibères”

2 La dernière grande synthèse sur “l’ibérisation “du Languedoc, et qui fait encore autorité et le travail d’Yves Solier,”La culture ibéro-languedocienne aux Vl-Ve siècles”, Ampurias, 38-40, 1976-1978, p. 211-264.

3 Sur l’analyse des passages de ce poème concernant les côtes languedociennes on se référera en dernier lieu à l'article de D. Ugolini et de Chr. Olive, “Béziers et les côtes languedociennes dans l’Ora maritima d’Aviénus”, RANarb, 20, 1987, p. 143-154 et à la mise au point de M. Bats (“La logique de l’écriture d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique”, RANarb, 21, 1988, p. 122 et note 3).

4 Citation et traduction d’après M. Bats, art. cit., p. 122.

5 En particulier : A. Nickels, “Le site protohistorique de Mont-Joui à Florensac, Hérault”, RANarb, 20, 1987, p. 3-41 et A. Nickels, “La Monédière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches”, DocAMérid, 12, 1989, p. 51-120.

6 A. Nickels et al, Agde, la nécropole du premier age du Fer, Paris, 1989 (Suppl. 19 à la RANarb), 498 p. ; A. Nickels, “Essai sur le développement topographique de la nécropole de Pézenas”, Gallia, 47, 1990, p. 1-27.

7 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures. Moyenne vallée de l’Hérault et Lodévois protohistoriques, Paris, 1993 (Suppl. 26 à la RANarb), 355 p.

8 A. Nickels et al., Agde, la nécropole...op. cit.

9 J.-L. Espérou et al., “La nécropole du premier Age du Fer de “La Cartoule” à Servian, Hérault”, Archéologie en Languedoc, 1980, p. 93-102.

10 A. Nickels, “Essai sur le développement...” art. cit.

11 J. Giry,”Nécropole de Bonne-Terre à Tourbes, Hérault”, CLPA, 10, 1961, p. 128-145.

12 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 31-33 et 289-290.

13 B. Dedet, Rites funéraires protohistoriques dans les Garrigues du Languedoc, Paris, 1991 (Suppl. 24 à la RANarb), 416p. et D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 285-287.

14 A. Bouscaras et A. Hugues, “La cargaison des bronzes de Rochelongues, Agde, Hérault”, RSL, 33, 1972, p. 173-184.

15 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 235-252.

16 Garcia, “Le dépôt de bronzes launacien de Roque-Courbe, Saint Saturnin, Hérault”, DocAMérid, 10, 1987, p. 9-29.

17 A. Nickels et al, Agde, la nécropole...op. cit., p. 449-454 et D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 274, 277, 290 et 316.

18 Ce faciès a été particulièrement bien caractérisé par A. Nickels (Agde, la nécropole...op. cit., p. 413-457) à la suite de l’étude de la nécropole indigène d’Agde et des autres ensembles funéraires contemporains.

19 G. Barruol, “Les Elisyques et leur capitale Naro/Narbo”, dans Narbonne, Archéologie et Histoire, 1, Montlaurès et les origines de Narbonne, Montpellier, 1973, p. 49-63 et A. Nickels et al., Agde, la nécropole...op. cit., p. 453-457.

20 Découvertes effectuées dans les tombes 116, 121 et 130 ; cf. A. Nickels et al, Agde, la nécropole...op. cil., p. 334.

21 Découvertes effectuées dans les tombes 2, 10, 13/14, 27, 31, 39, 50, 83, 114, 115, 135, 146 et 186 ; cf. A. Nickels et al., Agde, la nécropole...op. cit., p. 304.

22 Exemplaires signalés dans par Y. Solier, “La culture.../art. cil., p. 222-225 et G. Rancoule et, O. et J. Taffanel, “Une amphore phénicienne à Mailhac (Aude)”, Archéologie en Languedoc, 16, 1992, p. 49.

23 Il s’agit d’une urne tournée à anses bifides d’origine punique datée du début du VIIe av. J.-C., découverte en 1979 par Y. Solier et signalée par A. Nickels dans Agde, la nécropole...op. cit., p. 430.

24 Sur ce type de documents voir en particulier E. Pons i Brun, “Sivelles de cinturo de talo rectangular i placa poligonal trobades al N. E. de Catalunya”, Cypsela, II, 1977, p. 91-120 et M.-L. Cerdano-Serrano, “Los broches de cinturon peninsulares de tipo celtico”, Trabajos de Prehistoria, 35, 1978, p. 279-306.

25 M. Feugère, “Une agrafe de ceinturon du Premier Age du Fer au Rec de Bragues (Florensac, Hérault)”, Archéologie en Languedoc, 1, 1986, p. 13-15.

26 N. Houlès et T. Janin, “La tombe à incinération du premier Age du Fer de Castelnau-de-Guers (Hérault)”, RANarb, à paraître ; dans l’attente cf. D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 288, n. 2.

27 J. Giry, “La nécropole préromaine de Saint-Julien, commune de Pézenas, Hérault”, RSL, 31, 1965, p. 117-235.

28 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 45, n. 21.

29 J. Vallon, Les tertres funéraires protohistoriques des environs du Pic Saint-Loup (Hérault), Montpellier, 1985, p. 87 et B. Dedet, Rites funéraires...op. cit., p. 379, fig. 124.

30 A. Nickels, “Essai sur le développement...”, art. cit.

31 Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 277.

32 Rites funéraires...op. cit., p. 191-192, 346 et 379.

33 Ibidem, p. 192.

34 A. Nickels, “Essai sur le développement...”, art. cit., p. 24.

35 Idem.

36 Ibidem, p. 25.

37 C’est sans aucune conviction que nous utiliserons cette appellation générique qui pourrait probablement désigner des récipients de provenances diverses : punique, ibérique...

38 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 78 et 206, fig. 94.

39 Ibidem, p. 204.

40 Ibidem, p. 317.

41 A. Nickels, “La Monédière à Bessan...” art. cit., en part. p. 116 et suiv.

42 Fouilles d’A. Nickels, inédites.

43 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 69-71.

44 Ibidem, p. 35-40.

45 D. Garcia et D. Orliac, “Les Courtinals à Mourèze (Hérault). Premières approches de l’habitat protohistorique et de son territoire”, DocAMérid, 13, 1990, p. 15-35.

46 Y. Solier, “La culture...” art. cit., p. 211-214.

47 A. Nickels, “La Monédière...”, art. cit., p. 18-119.

48 Ibidem.

49 E. Sanmarti-Greco, “Massalia et Emporion : une origine commune, deux destins différents”, Etudes Massaliètes, 3, 1992, p. 38-39.

50 D. Garcia, Entre Ibères et Ligures...op. cit., p. 191-196.

51 Ibidem, p. 202-209.

52 Ibidem, p.211-218.

Table des illustrations

Légende Les peuples préromains du midi de la Gaule au VIe s. av. n. è. (carte)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Carte de répartition des agrafes de ceinturon de type ibérique dans la vallée de l’Hérault.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Carte de répartition des jarres peintes de type ibérique dans la vallée de l’Hérault.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Maître de conférences à l'Université de Provence, Centre Camille-Jullian

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540