Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Les apparences et leur interprétation : régions limites

Le limes d'Afrique à l'épreuve de nouveaux concepts (Apport du point de vue “systémique” à la notion de limite et de frontière)1

Philippe Leveau

Texte intégral

  • 1 Sur la question : J.-W. Lapierre, L'analyse de Système. L'application aux sciences sociales, Paris, (...)
  • 1 Passant en revue les emplois du mot, B. Isaac montre dans un article récent (“The Meaning of the Te (...)

1Le point de vue militaire n’est plus depuis longtemps le seul moyen d’aborder l’étude de la frontière. A cela plusieurs raisons, parmi lesquelles le dépassement de l’histoire bataille et la recherche d’approches qui éloignent les archéologues de l’histoire événementielle et politique. Peut-être plus que d’autres provinces, celles d’Afrique du Nord sont-elles le lieu privilégié de l’observation d’une organisation de l’espace défensif qui y revêt des formes d’une plus grande complexité que dans le reste de l’Occident romain. A l’intérieur du Maghreb contrôlé par Rome vivent des communautés rurales médiocrement installées dans le système de la cité, et largement indifférentes aux lignes frontières que nos Atlas historiques tracent sur les cartes1. En Afrique se pose la question des limes intérieurs élevés contre des zones de résistance prenant à revers la ligne défensive face aux nations extérieures. Aussi le limes y est-il matériellement (physiquement) plus complexe à définir qu’en Bretagne ou le long du Rhin et du Danube.

  • 2 M. Euzennat, “La frontière romaine d’Afrique”, dans CRAI, avril-juin 1990, p. 565-580.

2Il n’est évidemment pas question de faire ici l’état des recherches sur le limes d’Afrique ; d’autres l’ont fait et le font2. Il n’est pas non plus question de revenir sur les implications idéologiques des débats. Dans un volume sur la frontière, le cas du limes d’Afrique constituait une invitation à faire le point sur les méthodes d’approche spatiale dont il est l’objet. C’est donc une réflexion sur le territoire que je propose ici. Théorique certes, elle part d’interrogations sur l’utilisation des données de terrain. Il apparaît avec évidence que le système relationnel est plus important que la morphologie des ouvrages de défense et que leur typologie.

1. LE LIMES ET LA DÉFENSE DE L’AFRIQUE

  • 3 M.Euzennat, Le limes de Tingitane. La frontière méridionale, Paris, 1989.

3De nouvelles interprétations du limes d’Afrique ne doivent cependant pas faire oublier l’importance de la composante militaire dans l’Empire romain qu’ont générée dans le domaine administratif les questions de défense et de maintien de l’ordre. Nous partirons donc d’une publication d’archéologie militaire3 choisie pour son importance et pour son intérêt dans ce domaine précis en négligeant délibérément le reste de la bibliographie. La monographie que M. Euzennat a consacrée à la frontière méridionale de la Tingitane, province où le “fait militaire” est essentiel, présente en effet le limes comme un dispositif stratégique et non comme une ligne de défense continue.

  • 4 Sur la signification militaire de ces terrassements : F. Hinard, “La militarisation de l’Afrique so (...)
  • 5 Y. Le Bohec, “La stratégie de Rome en Afrique de 238 à 244”, dans 110è Congrès national des société (...)

4Ce limes méridional de Tingitane est constitué de trois ensembles organisés chacun autour d’un site majeur : le camp de Souk-el-Arba pour le Rharb et la frontière du Sebou, les villes de Sala (Rabat) et de Volubilis. Tous trois constituaient autant d’îles de romanité au milieu de la mer des tribus indigènes. Ainsi la frontière du Sebou est au bord de la zone marécageuse du Rharb et de la forêt de La Mamora. M. Euzennat ne trouvant dans ce secteur rien qui justifie un tel déploiement de force, explique cette concentration par son rôle stratégique pour une liaison vers Sala, sur le littoral, et vers Volubilis, à l’intérieur. Dans le cas de Sala, la fossa est un impressionnant ouvrage délimitant un espace de 7000 ha. ; mise en place entre l’occupation romaine sous Claude et la fin du Ier siècle de notre ère, elle s’allonge sans discontinuité sur 10,5 km de l’Océan au Bou-Regreg. Son tracé n’est pas commandé par la topographie de sorte que l’on peut y voir une limite foncière ou juridique4. Quant au pays de Volubilis au IIe et encore au IIIe siècle, il était protégé à la fois au nord et au sud par un dispositif militaire comportant en particulier des forteresses du Zerhoun dont la plus importante est Tocolosida au sud-est. Un dispositif stratégique de ce type peut aussi être le résultat d’une évolution historique. Ainsi Y. Le Bohec5 montre qu’en Numidie un limes conçu dans un premier temps contre les barbares sahariens du sud aurait servi à partir du IIIe siècle à éviter le brigandage et les insurrections venant du nord.

  • 6 Les forteresses dites du “type de Dioclétien” depuis les études de Brünnow et de Poidebard sur le l (...)
  • 7 Comme d'ailleurs M.I. Finley niait l’existence d’une véritable politique économique du pouvoir impé (...)

5Insistons également sur une idée importante qui parait ressortir de la publication des ouvrages militaires de Tingitane. M. Euzennat met en évidence l’adoption en Tingitane d’un type de constructions également connu sur le limes de Syrie6. Cette donnée “technique” est importante car elle peut être objectée à C. R. Whittaker qui nie la réalité d’une véritable politique militaire du pouvoir impérial7.

2. DÉPASSEMENTS DE LA NOTION DE FRONTIÈRE STRATÉGIQUE

  • 8 Pour M. Euzennat comme pour Baradez, l’œuvre de Rome constituant un défi permanent face à la barbar (...)

6On ne reviendra pas sur les options historiques en jeu8 mais sur les approches d’étude, autres que militaires. Cette démarche trouve sa justification dans la polysémie fréquemment soulignée des constructions militaires. Ainsi pour prendre un exemple “africain”, P.-A. Février, lorsqu’il traite de la construction de remparts autour des agglomérations de la plaine de Sétif, montre que les dépenses effectuées sont le signe d’une prospérité économique autant que d’une menace.

  • 9 P. Trousset, “Limes et “frontière climatique””, 110e Congrès national des sociétés savantes, Montpe (...)
  • 10 Sur ces problèmes, cf Ph. Leveau, “Le pastoralisme dans l’Afrique antique”, dans C.R. Whittaker (Di (...)
  • 11 M. Euzennat, “Recherches récentes sur la frontière d’Afrique (1964-1974)”, dans Studien zu den Mili (...)

7Le limes a donc été étudié comme une structure rurale en rapport avec la géographie de la circulation : une route assure la liaison entre les points défensifs. Mais en Afrique, son orientation, en gros conforme à la longitude, a incité à chercher un rapport avec une limite climatique caractérisée par des possibilités agricoles. Les archéologues ont recherché une coïncidence entre le limes et les limites de culture de deux plantes essentielles pour l’économie commerciale de l’Empire : le blé et l’olivier. De là l’intérêt s’est poursuivi vers l’étude de l’irrigation indispensable à leur culture en zone pré-saharienne. Dans une série d’articles portant sur ce thème, P. Trousset s’est efforcé de faire le lien entre la recherche archéologique française, l’école française de Géographie et les chercheurs anglo-saxons qui interviennent de plus en plus sur le terrain en particulier en Tripolitaine9. Dans “Limes et frontière climatique”, il cherche à montrer que dans les zones maintenant revenues au désert, l’extension de l’époque romaine est liée non à des fluctuations climatiques, mais à des problèmes technologiques, la diffusion des techniques hydrauliques auprès des collectivités rurales par les ingénieurs militaires romains. Par ce biais, on retrouve le problème des rapports entre Rome et le monde indigène et la discussion éternelle entre les tenants de l’autochtonie et ceux qui insistent sur l’apport nord méditerranéen. C’est dans le même sens que s’est orienté le débat sur le nomadisme et le pastoralisme10. Les Romains n’apparaissent plus comme systématiquement hostiles aux nomades : dans la mise en place du limes, “le but poursuivi n’était certainement pas d’atteindre pour s’y fixer, comme le voulaient J. Baradez et J. Despois, l’extrême limite des possibilités de culture et de vie sédentaire...Tout se passe comme si l’on avait voulu contrôler les hommes plus que les terres, dans un pays où celles-ci, en elles-mêmes, n’avaient pas de valeur. Loin de s’attacher à ce refoulement systématique des tribus nomades, auquel tous les historiens depuis Gsell ont voulu, on ne sait trop pourquoi, attribuer une importance décisive, les Romains ont en effet d’abord cherché à les inclure dans leur avance”11.

3. LA FRONTIÈRE ET LE CONCEPT DE CENTRE ET PÉRIPHÉRIE

  • 12 C. R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Paris, 1989, 209 p.
  • 13 P.-G. De La Pradelle, puis P. Allies dans L’invention du territoire, Grenoble, 1980.

8Récemment C. R. Whittaker12 a réuni autour du thème de la frontière une série de conférences où il propose une conceptualisation générale des frontières romaines ; il cherche à dégager des fonctionnements communs aux ensembles si différents (et mal connus) que sont les frontières de l’Afrique et celles du nord et nord-est de l’Europe. L’idée principale est toujours que la frontière n’est pas une barrière ; elle génère un espace transitoire. Ces considérations rejoignent les observations des juristes dont les travaux ont été peu utilisés par les historiens13.

  • 14 L. Hedeager, “Empire, frontier and the barbarian hinterland : Rome and northern Europe from AD 1-40 (...)
  • 15 Colin Haselgrove, “Culture process on the periphery : Belgic Gaul and Rome during the Late Republic (...)

9Le processus est le suivant. La présence de troupes dont il faut satisfaire les besoins en nourriture, appelle un afflux de biens dont bénéficient les élites installées des deux côtés de la frontière. Aucune barrière économique et culturelle ne les séparant, ces hiérarchies sociales contrôlant les disponibilités se rapprochent tandis que les populations rurales dominées connaissaient une évolution similaire. Ainsi se crée une zone relativement homogène s’étendant de part et d’autre du limes proprement dit. Plus que l’entrée en nombre de populations dans l’Empire, ce processus contribue à l’uniformisation culturelle croissante entre d’un côté les élites barbares et romaines des cités, de l’autre les ruraux non romanisés. A la fin de l’Antiquité d’ailleurs, on n’hésite plus à recruter localement les troupes. Le développement des échanges transfrontaliers favorise l’unification ; la concentration des habitats traduit le renforcement du contrôle social par les puissants et la militarisation des sociétés rurales. Finalement, Romains et Barbares considèrent chacun que l’accès au territoire de l’autre lui est ouvert. Ainsi se crée une “société de la frontière” caractérisée du côté romain comme du côté barbare par le développement des élites guerrières et la déstabilisation des communautés sous l’effet des bandes de pillards. En Afrique, dans “les highlands kabyles de la Caesariensis, existe “un monde de vastes domaines fortifiés, castell a et centenaria, où le banditisme était endémique et où les autorités redoutaient les dangers internes plus que les gentes d’au-delà des frontières”. Elles caractérisent aussi les “propriétaires terriens des “gsur” fortifiés de Tripolitaine qui devinrent tribuns et praefecti des gentiles, qui aidèrent à protéger les limites mais qui pouvaient facilement concurrencer les Asturiens dans leur barbarum insolentia. De tels processus ont été plus complètement étudiés en Germanie et surtout en Belgique. Ainsi Lotte Hedeager14 a effectué une analyse graphique des découvertes archéologiques d’objets importés en Germanie libre : produits courants : céramiques et amphores attestant l’importation de vin ; objets de bronze, de verre et de métal reçus probablement comme cadeaux ; elle met en évidence l’existence au-delà du limes d’une zone d’”économie de marché”. Pour la Belgique, Colin Haselgrove15 montre comment, durant l’Empire, les élites sont devenues des intermédiaires obligés du commerce. Cette situation spatiale leur a permis à la fois de payer leurs importations et d’accumuler de la richesse, amorçant par là un processus qui constitue une origine lointaine du développement de ces secteurs de l’Europe du Nord-Ouest.

  • 16 M. Rowlands, “Centre and Periphery : a review of a concept”, ibid., p. 1-11.
  • 17 K. Ekholm et J. Friedman, “Towards a global anthropology”, dans L. Blusse, H Wesseling et G. Winius (...)

10Ces démonstrations sont dérivées de l’application aux sociétés anciennes du concept de “Centre et Périphérie”16. Ainsi dans le cas de l’Europe du Nord-Ouest, la théorie du développement commercial proposé par Ekholm et Friedman17 permet d’expliquer le passage de la domination économique du Centre (de Rome) à la Périphérie. A l’origine, des noyaux urbains s’agrégeant constituent un Empire (romain en l’espèce), qui lui-même provoque une expansion économique. Le Centre est défini comme un pôle géographique de développement détenant les capacités de production, les technologies et les structures administratives adaptées alors que la Périphérie correspond à des espaces à qui manquent ces atouts et qui sont en plus dépendants. Mais le Centre ainsi constitué se met à souffrir d’hypertrophie, ce qui entraîne une fuite des producteurs vers la périphérie (le limes et les villes de Belgique et de Germanie). Il en résulte un processus de décentralisation accompagné du développement de villes qui, situées à la périphérie, concurrencent alors le centre. Cette approche s’inscrit dans l’examen de la reproduction sociale de systèmes régionaux.

  • 18 Wallerstein se situe dans un courant marxiste qui tente de repenser les théories de la dépendance, (...)

11Cette réflexion est issue des travaux de I. Wallerstein, un sociologue, qui a adapté à une recherche des origines du capitalisme aux XVe et XVIe siècles le concept d’économie-monde proposé par F. Braudel18. Le concept a par la suite servi à expliquer les problèmes actuels du dialogue Nord-Sud. Appliqué à la compréhension des frontières de l’Empire romain, ce mode de réflexion sur la répartition des données dans l’espace s’offre comme un procédé d’interprétation des cartes archéologiques de répartition d’objets que produisent les travaux d’inventaire et de typologie. Si, sur une carte élaborée pour une période donnée, on place des objets choisis pour leur valeur “significative” (là est le problème), leur positionnement est susceptible de révéler des zonations correspondant à une zone centrale, une semi-périphérie et une périphérie.

4. FRONTIÈRE, SYSTÈMES AGRAIRES ET ÉCOSYSTÈMES

  • 19 Pris dans son sens large le système agricole inclut la prise en compte des rapports de production e (...)
  • 20 M. Cote, “Géomorphologie et dynamique des bassins-versants élémentaires en régions méditerranéennes (...)
  • 21 Ph. Leveau, “Sociétés antiques et écologie des milieux montagnards et palustres (La construction de (...)

12Ces différentes tentatives procèdent d’une approche systémique. Celle-ci permet d’éviter les énumérations et les comparaisons terme à terme qui ont pour but de classer et de juger. A la recherche des origines des techniques de culture et d’irrigation au Maghreb et des influences qui les expliquent on préférera la comparaison de systèmes culturaux envisagés dans les rapports qu’ils entretiennent avec l’ensemble de la société19. Prenons l’exemple des observations faites par M. Cote20 sur les Nemencha. Il montre que les terrasses abandonnées que l’on observe sur les versants correspondent à un système agricole dans lequel le blé et l’olivier étaient cultivés grâce à des irrigations temporaires. Inutile pour cela d’imaginer forcément un changement climatique et de supposer un climat plus humide : la surface couverte est liée à la technique d’irrigation mise en œuvre et aux compétences de celui qui la réalise. Elle ne renseigne pas avec certitude sur le débit des oueds. La régression des espaces actuellement cultivés et l’abandon des ouvrages hydrauliques s’expliquent par un changement de civilisation : on est passé du système agricole antique à un système autre caractérisé par l’association des oasis de palmiers et du nomadisme ; c’était l’effet du changement culturel accompagnant l’arabisation. Le palmier qui est à la base de ce nouveau système agricole est une plante particulièrement gourmande en eau et sa culture requiert une irrigation non plus saisonnière mais pérenne21.

  • 22 D. Nordman, “Frontière, Histoire et écologie”, dans Annales ESC, janvier-février 1988, p. 277-283.
  • 23 A.R. Lewis, “The closing of medieval Frontier, 1250-1350,” dans Speculum, 33, 1958, p. 475-483.

13On voit l’intérêt du point de vue systémique. En premier lieu, d’une manière générale, il constitue un moyen d’échapper à la constante référence aux situations actuelles ou récentes, aux mérites respectifs des agricultures romaine et indigène, à la recherche portant sur leurs emprunts et de leurs originalités. De telles comparaisons s’inscrivent dans des modes actualistes ou modernistes de raisonnement. En second lieu et plus particulièrement dans l’étude du limes, cette approche évite de ressusciter la notion de “frontière naturelle” à travers les “déterminants écologiques”. Le concept de “limite des cultures” se situe en effet à la convergence de trois séries de données : des données écologiques propres à la plante, des techniques agricoles (espèces cultivées et mode de culture) et des données économiques incitant à adapter une plante à un milieu. Cette approche permet également d’intégrer la conception de la frontière, zone “invitant à l’accès”, héritée de Turner. En Europe, on prendra pour exemple les travaux de W. H. TeBrake sur lesquels D. Nordman a récemment attiré l’attention22. A la suite du médiéviste A. R. Lewis distinguant en Europe deux sortes de frontières-celle qui les met au contact des mondes extérieurs et celle de la colonisation agricole, interne à l’Europe23, W. H. TeBrake a écrit une monographie dont le titre éclaire bien les intentions Medieval frontier. Culture and Ecology in Rijnland. Il y développe le point de vue écosystémique et géosystémique.

5. L’ESPACE ET LA PRODUCTION DES TERRITOIRES

  • 24 P. Alliès, L’invention du territoire, Grenoble. Cf. Ph. Leveau, “La question du territoire et les S (...)
  • 25 Frontière et limite sont des concepts proches. Il est donc intéressant d’observer que le mot limite (...)
  • 26 ”Territoire : produit à partir de l’espace par les réseaux, circuits et flux projetés par les group (...)
  • 27 F. Djindjian, Méthodes pour l’Archéologie, Paris, 1991 (en particulier, ch. 10, Le peuplement du te (...)

14La définition du limes non plus comme ligne de défense ni comme une ligne, objet de réflexion du droit, mais comme une bande, un espace, une zone où les choses changent, est en relation avec une conception précise du territoire chez les juristes comme chez les géographes. La réflexion conduite en Afrique par les archéologues et les historiens cherchant à dépasser la conception linéaire du limes rejoint en effet la réflexion des juristes ; ces derniers nous expliquent que les espaces transitoires ne sont pas obligatoirement des moments dans une évolution conduisant à la frontière linéaire24. De même la géographie tend à se détourner de l’utilisation de la notion de frontière25 ; cette évolution est en rapport avec la place prise par le concept d’espace dans l’histoire récente de la discipline. Elle est elle-même en évidente relation avec une approche systémique par essence étrangère à la définition d’espaces clos par une limite et une frontière. “Espace” insiste plutôt sur des forces, des dynamiques, sur l’attraction d’une “place centrale” ou la diffusion d’objets matériels et culturels26. Or c’est précisément ce qui intéresse l’archéologie de l’espace et du territoire27.

Notes

1 Passant en revue les emplois du mot, B. Isaac montre dans un article récent (“The Meaning of the Ternis Limes and Limitanei, dans Journal of Roman Studies, vol. 78, 1988, p. 125-147) qu’en fait c’est seulement à partir des réformes de Dioclétien et de Constantin que le mot recouvre un concept géographique.

2 M. Euzennat, “La frontière romaine d’Afrique”, dans CRAI, avril-juin 1990, p. 565-580.

3 M.Euzennat, Le limes de Tingitane. La frontière méridionale, Paris, 1989.

4 Sur la signification militaire de ces terrassements : F. Hinard, “La militarisation de l’Afrique sous la République”, dans Antiquités Africaines, t. 27-1991, p. 38 : “La fossa regia avait une valeur autre que symbolique”.

5 Y. Le Bohec, “La stratégie de Rome en Afrique de 238 à 244”, dans 110è Congrès national des sociétés savantes, Montpellier, IIIe Colloque sur l'histoire et l’archéologie d’Afrique du Nord, 1985, p. 377-390.

6 Les forteresses dites du “type de Dioclétien” depuis les études de Brünnow et de Poidebard sur le limes d’Arabie et appelées parfois aussi tetrapurgiai. Le responsable de l'apparition en Afrique de cette architecture militaire nouvelle serait L. Aelius lanuarius, procurateur d’Osrhoène en 205.

7 Comme d'ailleurs M.I. Finley niait l’existence d’une véritable politique économique du pouvoir impérial romain.

8 Pour M. Euzennat comme pour Baradez, l’œuvre de Rome constituant un défi permanent face à la barbarie, la défense d’un espace civilisé est la question majeure. Beaucoup de choses ont été écrites sur ce problème, y compris par moi-même ; je n’ai rien de nouveau à dire.

9 P. Trousset, “Limes et “frontière climatique””, 110e Congrès national des sociétés savantes, Montpellier, IIIe Colloque sur l'histoire et l'archéologie d’Afrique du Nord, 1985, p. 55-84). “De la montagne au désert : “limes “et maîtrise de l’eau”, dans Hommages Dresch, ROMM, 41-42-1986, p. 90-115.

10 Sur ces problèmes, cf Ph. Leveau, “Le pastoralisme dans l’Afrique antique”, dans C.R. Whittaker (Dir.), Pastoral Economies in Classical Antiquity, Cambridge 1988 p. 177-195.

11 M. Euzennat, “Recherches récentes sur la frontière d’Afrique (1964-1974)”, dans Studien zu den Militàrgrenze Roms, II, Vorträge des 10. internationalen Limescongresses in der Germania Inferior (1977), p. 441.

12 C. R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Paris, 1989, 209 p.

13 P.-G. De La Pradelle, puis P. Allies dans L’invention du territoire, Grenoble, 1980.

14 L. Hedeager, “Empire, frontier and the barbarian hinterland : Rome and northern Europe from AD 1-400,” dans Centre and Periphery in the Ancient World, M. Rowlands, M. Larsen et K. Kristiansen éd., Cambridge University Press, 1987, P. 125-140.

15 Colin Haselgrove, “Culture process on the periphery : Belgic Gaul and Rome during the Late Republic and Early Empire”, ibid., p. 87-103.

16 M. Rowlands, “Centre and Periphery : a review of a concept”, ibid., p. 1-11.

17 K. Ekholm et J. Friedman, “Towards a global anthropology”, dans L. Blusse, H Wesseling et G. Winius (Dir.), History and Underdevelopment, Leiden, 1980.

18 Wallerstein se situe dans un courant marxiste qui tente de repenser les théories de la dépendance, héritières de la théorie léniniste de l’impérialisme. Ses propositions en effet sont à replacer dans des tentatives pour prendre position dans un secteur délaissé par les héritiers de Marx, la dimension spatiale des pratiques sociales. Wallerstein a cartographié des phénomènes économiques, sociaux ou politiques en fonction de deux variables spatiales : la superficie et la position relative. De là dérive le concept de Centre et Périphérie à l'origine duquel il faut placer S. Amin.

19 Pris dans son sens large le système agricole inclut la prise en compte des rapports de production et des rapports sociaux, soit donc celle existant entre Rome, son armée et les populations indigènes à l’intérieur et à l’extérieur ou transitant de part et d’autre de cette limite. Cette situation a eu des conséquences sur les traces qu’elles ont laissées et qu’il appartient aux archéologues de mettre en évidence et d’interpréter.

20 M. Cote, “Géomorphologie et dynamique des bassins-versants élémentaires en régions méditerranéennes”, dans Etudes méditerranéennes, 12 CIEM-Poitiers 1968, p. 221-227.

21 Ph. Leveau, “Sociétés antiques et écologie des milieux montagnards et palustres (La construction des paysages méditerranéens)”, dans Archéologie et environnement, Aix-en-Provence, 1993 (Sous la direction de Ph. Leveau et M. Provansal), p. 17-44

22 D. Nordman, “Frontière, Histoire et écologie”, dans Annales ESC, janvier-février 1988, p. 277-283.

23 A.R. Lewis, “The closing of medieval Frontier, 1250-1350,” dans Speculum, 33, 1958, p. 475-483.

24 P. Alliès, L’invention du territoire, Grenoble. Cf. Ph. Leveau, “La question du territoire et les Sciences de l’Antiquité”, dans RFA, 86, 1984, p. 97-100.

25 Frontière et limite sont des concepts proches. Il est donc intéressant d’observer que le mot limite n’est pas indexé dans un manuel d’ailleurs fort bien fait et intéressant comme celui dirigé par A. Bailly dont le titre est Les concepts de la géographie humaine (Paris, 1991). En revanche il est largement repris par les historiens.

26 ”Territoire : produit à partir de l’espace par les réseaux, circuits et flux projetés par les groupes sociaux (Cl. Raffestin et Angelo Turco, “Espace et pouvoir”, Ibid., p. 55). Il ne s’agit pas d’une chose éminemment nouvelle ; elle remonte largement au siècle dernier et à E. Reclus avec les concepts de pôles et d’organisme.

27 F. Djindjian, Méthodes pour l’Archéologie, Paris, 1991 (en particulier, ch. 10, Le peuplement du territoire).

Notes de fin

1 Sur la question : J.-W. Lapierre, L'analyse de Système. L'application aux sciences sociales, Paris, 1992.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search