Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

Avant-propos

Jean-Marc Holz

Texte intégral

1Depuis leur réapparition en 1896, les Jeux olympiques ont conquis la planète : formidable mondialisation culturelle, voulue par Pierre de Coubertin, « prophète de la paix internationale par le sport » selon P. Clastres, et orchestrée par le CIO. Souvent décrié, ce « premier gouvernement mondial du sport » n’a-t-il pas préfiguré la gouvernance universelle qui s’ébauche peu à peu sous nos yeux dans le domaine de l’économie ou du droit international ?

2L’onde olympique parcourt ainsi le monde : avec l’alternance des Jeux d’été et d’hiver, les multiples compétitions qualificatives, la concurrence entre les villes candidates dans tous les continents, le fait olympique s’invite en permanence dans notre vie quotidienne : Rome et Tokyo ne préparent-elles pas leur dossier pour 2020, tandis que Paris songe déjà à 2024 ?

3Il transforme aussi le territoire : la carte olympique s’est adaptée aux bouleversements géopolitiques contemporains, tandis qu’à l’échelle locale, l’espace des villes hôtes se recompose selon un cycle « production/gestion/promotion/patrimonialisation » du territoire olympique. L’empreinte olympique sur les territoires est donc durable, et les géographes y portent un intérêt soutenu depuis plusieurs années.

4Cet ouvrage en explore quelques facettes. À l’échelle planétaire d’abord : N. Chamerois retrace les étapes et modalités de la mondialisation des Jeux, encore asymétrique et incomplète, tandis que J.-M. Holz s’interroge sur la place marginale de l’Inde sur l’échiquier olympique. La deuxième partie est consacrée aux relations entre les Jeux et les territoires à une échelle plus fine : A. Henry nous rappelle l’importance des Jeux de 2004 dans le projet urbain d’Athènes ; R. Pointelin se penche sur l’évolution récente du village olympique de Barcelone, tandis que J. Sebastiani s’intéresse aux stations et villes organisatrices des Jeux d’hiver, et à leurs villages olympiques. Dans un troisième volet, la ronde olympique nous conduit déjà à Londres qui prépare 2012 : G. Deffrennes et J.-M. Holz montrent comment le Nord-Pas-de-Calais se positionne en base arrière de ces Jeux ; O. Iskandyarova-Terrado rend compte, à travers la presse russe, des préparatifs à Sochi pour 2014, tandis que l’échec d’Annecy 2018 est décrypté sous divers angles par J.-J. Ezvan, S. Thomas, G. Baehr, A. Fantin et J.-M. Holz.

5L’originalité de cet ouvrage tient aussi à la parole donnée aux journalistes : le récit journalistique dynamise en effet le discours académique ; mais surtout, la démarche du géographe et celle du journaliste ont en commun de privilégier l’enquête de terrain, l’établissement minutieux des faits – dont l’accumulation peut constituer un terrible réquisitoire – ; il importait d’associer ces deux « cultures » : faut-il d’ailleurs rappeler que Robert E. Park fut journaliste avant de devenir le maître de l’École de sociologie de Chicago, avec E. Burgess ?

6Voici donc un ouvrage très documenté, fondé sur des études empiriques, et dans doute inspiré par « cette déférence maniaque envers les faits » qui structurait la démarche de Claude Levi-Strauss ; saine exigence faisant souvent défaut dans la géographie humaine actuelle.

7Autre ambition : celle de fournir avec une bibliographie substantielle et un index, un outil de travail aux chercheurs comme aux étudiants, certains travaux de ces derniers y trouvant, à nos yeux, toute leur place.

8Nous remercions vivement les auteurs pour leur contribution ; notre intérêt commun pour le fait olympique doit aussi beaucoup à Jean Praicheux (Professeur à l’Université de Franche-Comté), pionnier de la géographie du sport en France. Mais, sans le concours de Bernadette Roché (Presses Universitaires de Perpignan) et d’Oxana Iskandyarova-Terrado – ni la patience de mon épouse... – cet ouvrage n’aurait sans doute pas vu le jour : qu’elles en soient aussi chaleureusement remerciées.

9Perpignan, septembre 2011

10Nota : L’ouvrage ne concerne pas les Jeux paralympiques ni les Jeux olympiques de la Jeunesse.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search