Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Terminologie et appréhension du réel

1993 : ouverture des frontières romaines ?

Jean-Michel Carrié

Texte intégral

  • 1 Entre le moment où j’ai arrêté cet intitulé et celui de la remise du manuscrit, le titre “An open f (...)

1Ce titre est à entendre en diverses façons. Voulant faire le point sur les débats actuels auxquels donnent lieu les “frontières” de l’Empire romain, il signale d’entrée de jeu la tendance dominante de la révision en cours, qui est d’assouplir, de détendre, voire d’“humaniser” l’inflexible “muraille” dont la tradition historiographique moderne s’était plu à entourer les provinces1. Par ailleurs l’allusion à une actualité immédiate, sous une formulation à dessein provocatrice, voudrait rappeler que les frontières romaines, pas plus que tout autre objet de la recherche historique, n’ont su échapper à l’interférence des préoccupations du présent. Selon une tradition des plus profondément ancrées dans l’historiographie de l’Empire romain, les frontières constituaient un chapitre essentiel de l’histoire militaire, mais plus récemment elles se sont vues promues au rang de nouvel “objet” historique, et traitées comme domaine spécifique de réflexion, point de recoupement de problématiques variées. Cette nouvelle approche a tout naturellement trouvé place dans la topique des rapports entre centre et périphérie, qui s’est proposé dans un passé récent de reformuler les problématiques de l’histoire économique, socio-politique et culturelle : ce qui a entraîné un deuxième type d’ouverture des frontières romaines, non plus vers l’extérieur, mais, d’une manière moins paradoxale qu’il ne pourrait paraître, vers l’intérieur.

  • 2 O. D. Lattimore, Studies in Frontier History, collected papers 1928-1958, Londres, 1962.
  • 3 W. J.H. Willems, “Romans and Batavians : regional developments at the imperial frontier,” in R. Bra (...)
  • 4 Pour un bilan : H. W. Richardson, “Theory of the distribution of city sizes : review and prospects” (...)
  • 5 De plus, les conclusions de Willems sont entachées par son adhésion aux schémas stratégiques de Lut (...)

2La réflexion des collègues anglais, ces dernières années, s’est développée à partir des concepts formulés par Owen Lattimore : frontière ouverte et dynamique (“fronder of inclusion”) versus frontière statique (“fronder of exclusion”)2. Un émule hollandais, Willems, appliquant ce schéma à la situation en Germanie inférieure, a mis la “frontière d’inclusion” en relation avec une situation d’“impérialisme” où l’autorité exercée sur les formations clientélaires repose sur la simple perception par celles-ci du pouvoir “patronal” (“power”), et la “frontière d’exclusion” avec une situation coloniale impliquant de la part de l’Etat dominateur une dépense d’énergie effective (“force”) : deux phases qui, localement, se sont souvent succédé dans le cas de l’Empire romain3. Mais une fois les frontières stabilisées sur leurs positions les plus avancées, le territoire extra provincial aurait continué à faire l’objet d’une pression tant impérialiste que colonialiste : position qui tombe elle aussi sous les objections de Fulford dont il sera parlé plus loin. Au total, cette application mécanique de concepts empruntés, jouant de surcroît avec la modélisation de la “rank size rule”4, sans aboutir à aucune conclusion précise, se révèle plutôt décevante5.

  • 6 F.. N. Luttwak, The grand strategy of the Roman Empire from the first century A. D. to the third, B (...)
  • 7 Il, 34 : « Comme, grâce à la prévoyance de Dioclétien, l’Empire romain sur toutes ses frontières ét (...)
  • 8 En particulier J.C. Mann dans J RS, 69, 1979, p. 175-183.
  • 9 Je les ai pour ma part critiquées en plusieurs occasions : “L’esercito : trasformazioni funzionali (...)
  • 10 B. Isaac, The limits of Empire, cit., en particulier p. 372-418 ; encore faut-il, en Orient même, d (...)

3Dans les mêmes années, les voies plus traditionnelles de la “Limesforschung” ont été réveillées par une analyse qui pouvait apparemment se recommander des compétences de son auteur, spécialiste au plus haut niveau, dans son pays, des problèmes stratégiques actuels6. Repartant du contraste, explicité à des fins polémiques par l’historien Zosime, entre une défense aux frontières et une défense organisée depuis l’intérieur7, Luttwak a opéré une schématisation qui nous reporte à la dialectique centre><périphérie déjà évoquée. En effet, il décrit tout d’abord le dispositif militaire flavien-antonin comme un système de défense avancée préventive, tactiquement mobile et stratégiquement souple, axé sur un “limes” tourné vers l’offensive. Cette définition, qui conviendrait sans doute mieux aux conceptions des Sévères qu’à celles de leurs prédécesseurs, a suscité de nombreuses critiques8. Mais la présentation par le même auteur de la stratégie tardive est plus contestable encore. Selon lui, il s’agirait d’une “défense en profondeur” (l’expression avait été employée depuis longtemps déjà) fondée sur un dispositif élastique : derrière un cordon frontalier linéaire, réduit aux milices paysannes (limitanei) que seraient devenues les anciennes troupes auxiliaires, un réseau de places fortes aurait, dans l’hinterland, constitué une « large zone de contrôle militaire » et retardé l’avance ennemie pour donner à l’armée mobile d’intervention comitatus le temps d’arriver : autre forme d’“ouverture des frontières” ! Quel que soit l’intérêt du regard porté par un spécialiste des questions stratégiques, élargissant la vision de l’implantation militaire vers l’horizon géopolitique ou les considérations logistiques – sans être cependant le premier à l’avoir fait, tant s’en faut – cette analyse demeure tributaire, pour ses bases historiques, d’une information de deuxième main indissociable d’interprétations aujourd’hui largement contestées. Au passage, on aura reconnu les conceptions de Denis Van Berchem sur les limitanei et le comitatus9. Zosime a persuadé les modernes d’un divorce entre les deux branches de l’armée constantinienne dont on a, par inattention, exagéré la portée. En réalité, cette opposition n’est pas plus perceptible sur un plan géographique (de nombreuses unités comitatenses étant stationnées aux frontières, et certaines unités limitaneae dans l’intérieur) que sur un plan fonctionnel (les deux armées se trouvant associées, par exemple, dans la composition des corps expéditionnaires, qui ont pour effet de dégarnir des frontières). L’armée dite d’intervention n’est ni aussi centrale, ni aussi mobile qu’on l’a dit, et le concept de “défense en profondeur” est un anachronisme. Il importe en outre, comme vient de le montrer Benjamin Isaac, de traiter d’une façon différenciée les problèmes défensifs de l’Empire, selon les secteurs géographiques. La frontière rhéno-danubienne est le seul secteur où le dispositif militaire prenne l’aspect d’une rocade frontalière continue. En Orient, au contraire, comme l’a bien montré Benjamin Isaac, des zones frontalières comme la Mésopotamie sont pratiquement abandonnées à leur propre sort, sans que l’implantation des troupes, très en retrait, réponde pour autant à des visées stratégiques10. Au total, l’étude de Luttwak aura eu pour résultat heureux de montrer le caractère doublement impropre du terme limes qu’il avait lui-même reçu d’une longue tradition historiographique.

1. LES MÉSAVENTURES DU “LIMES” : UN TERME IMPROPRE POUR UN CONCEPT AMBIGU

  • 11 Fabricius in RE XIII (1926, col. 572-575 ; Th. Mommsen, “Der Begriff des Limes”, dans Westd. Ztschr (...)
  • 12 G. Forni, “Denominazioni proprie e improprie dei “limites” delle province”, dans Limeskongress IX, (...)
  • 13 Id., Diz. Epigr. IV, 2, p. 1080, II h : « nel significato di frontiera fortificata e stesa a difesa (...)
  • 14 B. Isaac, “The meaning of the terms limes and limitanei,” dans JRS 78, 1988, p. 285-289.
  • 15 Sens II c de Forni, Diz. Epigr., cit., p. 1077-1078 : « fascia o striscia di confine ».
  • 16 Sens II b de Forni, ibid., p. 1076-1077 : « viottoli campestri di una certa ampiezza che determinav (...)
  • 17 Velleius 11, 120 ; Tac., Ann. I, 50 11, 7. Ces textes avaient été répartis par Forni entre son sens (...)
  • 18 G. Forni, cit., p. 1080 : « Si venne a stabilire fin da principio uno stretto nesso fra il 1. come (...)

4A la suite de l’article “limes” de Fabricius dans la Realencyclopädie, lui-même inspiré par quelques pages de Mommsen11, l’usage s’est répandu parmi les historiens et archéologues d’attribuer à ce terme la signification de frontière militaire munie de fortifications, et les savants allemands avaient pris l’habitude d’appeler “Limeskongress” les rencontres internationales qui, selon une périodicité régulière, réunissaient les spécialistes de l’archéologie et de l’histoire militaire romaines impériales. Plus prudemment les Anglais, quant à eux, retenaient l’expression “Congress of Roman Frontiers Studies”. Dans une communication à l’un de ces “Limeskongressen”, précisément, Giovanni Forni avait déjà utilement mis en garde ses collègues contre certains usages abusifs du mot “limes”12. L’intention, pour louable qu’elle fût, demeurait cependant limitée à la philologie : elle visait surtout la création par les modernes de dénominations hybrides qui semblaient donner une existence historique réelle à des programmes impériaux de défense régionale, sans égard aux règles suivies par les Romains eux-mêmes dans la mise en composition du terme limes avec des déterminations géographiques. Ce savant n’en admettait pas moins, entre autres acceptions prises par le terme, celle de dispositif défensif frontalier13. Plus radical, l’examen critique des emplois du syntagme limes dans les textes latins, auquel s’est livré Benjamin Isaac, a conclu d’une façon à mon sens irréfutable qu’à aucune époque le mot n’avait été employé au sens de “defended border”, c’est-à-dire le sens dans lequel les modernes l’ont employé inconsidérément14. Puisque l’intention était cette fois plus proprement sémiologique, on pourra regretter – mais c’est un détail – que cette mise au point salutaire n’ait pas davantage cherché un fil conducteur diachronique du côté des premiers utilisateurs du terme limes : les agrimensores. Nous retrouvons ici un terrain reconnu avec beaucoup de pertinence par Giovanni Forni, encore que je sois personnellement tenté d’inverser l’ordre de succession que celui-ci propose pour les deux emplois attestés dans ce type de contexte : d’abord pour désigner une bande de délimitation entre des territoires15, laissée vacante en tant que res nullius, mais utilisable – ce serait alors un sens dérivé du précédent – comme chemin vicinal d’une certaine largeur16. Précisément, les premiers emplois chronologiquement attestés du mot dans un contexte militaire17 associent les limites à des forêts, qu’ils ont pour fonction de percer, afin de pénétrer plus sûrement en territoire ennemi. Il s’agit visiblement de bandes de terrain dégagées, à la manière des “coupe-feux” dans certaines de nos forêts ; de zones découvertes servant de “passages”, mais certainement pas de “routes”, dont on doit exclure la construction en territoire ennemi. On risque, en traduisant ici par “route”, de prolonger la terminologie moderne, elle aussi impropre, de “limes routier”18.

  • 19 Palissade défensive : SHA, Hadr. 12.
  • 20 A limite, id est a vallo. Ce sens de limes comme frontière se prolonge dans l’emploi protobyzantin (...)

5Sous l’Empire, le terme limes en vient plus généralement à désigner une frontière terrestre, par opposition à une frontière délimitée par un cours d’eau (le latin emploie alors ripa), apparemment la frontière “naturelle” par excellence, pour les Romains. L’argument principal, pour dénier à limes toute signification de “frontière fortifiée”, réside dans le fait que quand il se trouve appliqué à une frontière fortifiée – ce qui n’est pas le cas de toutes les frontières impériales – il est alors toujours accompagné d’autres termes décrivant de tels ouvrages : vallum, praesidia, castella, claustra, muralis saepes19, burgi, etc. Le cas le plus net est celui de la Bretagne (l’actuelle Grande Bretagne), où une distance est indiquée par l’Itinéraire Antonin “à partir de la frontière, c’est-à-dire du vallum”20 – entendons le mur d’Hadrien, dont c’est la désignation la plus habituelle, mais qu’aucun texte ne désigne comme “limes”.

  • 21 CIL Vlll 22765 = ILS 8923.
  • 22 R. Rebuffat, “L’inscription du limes de Tripolitaine (Notes et Documents X)”, Libya Antiqua\5-16, 1 (...)

6Plus tard, encore, dans des contextes militaires ou non, limes a pris un sens territorial que les commentateurs ont mis longtemps à dégager : évolution sémantique pleinement confirmée par l’apparition au IVe siècle de l’adjectif limitaneus, pour désigner les soldats placés sous l’autorité d’un duc régional (par opposition aux soldats comitatenses placés sous celle des magistri militum). Cette évolution sémantique de limes me paraît en fait plus précoce encore, et de toute façon nettement antérieure à la division de l’armée tardive entre comitatenses et limitanei opérée sous Constantin. Ainsi, dans une inscription de Talalati (Ras el Ain) datée de 262/263, sous Gallien : operantibus fortissimis militibus suis ex limite Tripolitano21. Plutôt que de “soldats stationnés sur la frontière de Tripolitaine”, je comprendrais plutôt des troupes en garnison “dans la province de Tripolitaine”, et cette interprétation est renforcée par l’éclairage nouveau que le texte reçoit d’une inscription découverte à Bu Njem, qui atteste dès 248 l’existence d’un praepositus limitis Tripolitani coordonnant le commandement militaire à l’échelle de toute une province22.

  • 23 A E 1950 =IRT 880 (règne de Philippe l’Arabe) :... regionem limi[tis Ten]theitani partitam et e[ius (...)

7De même, dans une inscription de Gasr Duib, on comprenait mal qu’un personnage de rang aussi élevé qu’un légat proprétorien ait pu n’être préposé qu’au modeste secteur géographique couvert par le limes Tentheitanus, plus spécifiquement objet de son intervention23. Il est maintenant naturel de penser qu’il agissait avec des compétences tant militaires que civiles (comme le légat de Numidie) en qualité de praepositus limitis Tripolitani, ressort dont le limes Tentheitanus n’était qu’un secteur encore mentionné, un siècle et demi plus tard, dans la Notitia Dignitatum.

8Il y a donc lieu de supposer que, dès l’apparition des ducs “territoriaux” dans la première décennie du IVe siècle (par opposition aux ducs chefs d’armées temporaires du IIIe siècle), leur ressort géographique, correspondant à celui d’une ou de plusieurs provinces, a été tout naturellement désigné par le terme de limes, celui de provincia demeurant lié au découpage civil de l’Empire, si bien qu’il a rendu inutile l’emploi d’un dérivé ducatus, dont la mise en circulation prévisible ne s’est cependant pas réalisée avant l’époque médiévale.

  • 24 Ainsi, dans les textes qu’il cite, p. 133, nos 2 et 4 ; p. 134, nos 8-9 (et n. 41), en particulier (...)

9Le même raisonnement récurrent pourrait mettre en rapport le couple limes/ripa (ou limitanei/riparii) du IVe siècle avec l’apparition du titre de dux ripae au IIIe siècle (par exemple, à Doura Europos), dont le symétrique aurait été *dux limitis, non attesté au IIIe siècle – on parle alors uniquement de praepositus limitis — uniquement pour éviter la confusion avec les autres duces, chefs de corps expéditionnaires, déjà mentionnés. De même existe-t-il alors des praefecti orae maritimae (commandants de districts maritimes). Ainsi donc, c’est dès l’époque sévérienne que se seraient formées l’organisation et la terminologie du commandement régional systématisé plus tard par la réforme ducale. Le rapprochement entre les deux époques s’impose d’autant plus que l’inscription de Philippe l’Arabe fait déjà coexister les deux acceptions de limes – ressort provincial et secteur militaire géographiquement limité — qui subsistent un siècle plus tard dans la Notitia Dignitatum, Au total, donc, je ne puis que me féliciter d’une mise au point dont mes propres recherches m’avaient montré la nécessité, et pour laquelle Isaac a réuni une argumentation décisive. Tout au plus ses conclusions appellent-elles quelques retouches, sur deux points essentiellement : je ferais remonter jusqu’au IIIe siècle l’emploi de limes au sens de “ressort territorial” ; et je ferais coexister, à l’époque tardive, ce sens nouveau avec celui, plus ancien mais maintenu en usage, de “bande frontalière”24.

  • 25 Or. XXVI, Eis Rômèn, éd. C. A. Behr, 81-84 : « Une armée de garnison entoure d'un rempart le monde (...)

10L’article de Benjamin Isaac était à peine publié qu’on entendait certaines voix répliquer que le “limes” existait pourtant bel et bien. Ce n’est ni la première, ni la dernière fois qu’un procès d’intention de la sorte est fait à un effort de démystification sémantique par des usagers décontenancés de se voir retirer un de leurs concepts les plus usuels, de surcroît si pratique d’emploi. Cependant, l’usage impropre du terme limes n’implique pas l’inexistence historique du référent qu’on lui supposait. Rectifier un usage terminologique ne signifie pas nier la réalité elle-même qui, bien que d’une manière impropre, se trouvait ainsi désignée. Cette réalité — dans le cas présent, le dispositif militaire frontalier — ni Isaac ni personne ne songe un instant à nier qu’elle ait été conçue et organisée d’une façon systématique, à partir d’Hadrien tout particulièrement, puis sans cesse complétée, adaptée, déplacée ou restaurée durant les siècles suivants. Simplement, il était bon de faire remarquer que les Romains ne lui ont jamais appliqué le terme de limes, et n’ont pas davantage exprimé par un concept unificateur cette mise en défense des frontières militaires qui, de fait, ne présente pas un caractère uniforme sur tout le pourtour territorial de l’Empire, mais qui additionne des programmes locaux ou régionaux variables selon les temps et les lieux. Pour désigner l’ensemble de ces dispositifs, les Romains n’ont pas forgé de terme générique, bien qu’ils aient été portés à se représenter l’Empire comme encerclé d’une ligne de défense continue : qu’on relise le passage bien connu d’Aelius Aristide25. On notera cependant que le rhéteur insistait davantage sur les hommes que sur les “remparts”. Ainsi mis en garde contre l’inadéquation du terme à l’objet qu’il était censé désigner, nous devrions logiquement en bannir l’emploi.

  • 26 Terme qui présente, lui aussi, une dangereuse polysémie (au VIe siècle, il peut désigner une forter (...)
  • 27 O. Brogan, in Libyan Studies, 11, 1979/1980, p. 45-52.

11Une fois réglée la question terminologique, nous pouvons aborder un tout autre aspect de la remise en cause du “limes” – au sens désormais interdit du terme-la critique du concept lui-même. L’idée de “programmes défensifs” à grande échelle a eu longtemps pour effet d’interpréter comme éléments de fortification, indistinctement, tous les vestiges de constructions qu’on repérait dans des zones supposées frontalières. Et après même que le tri a été fait entre installations défensives et vestiges civils, on a longtemps admis comme une évidence que les fortifications aux frontières de l’Empire avaient été conçues à des fins stratégiques. Pourtant, dans bien des cas, la valeur militaire, défensive des ouvrages paraît douteuse. Si le Mur d’Hadrien, au nord de la (Grande)-Bretagne, évoque une “Grande Muraille de Chine”, les murs dits de clausura26, barrières élémentaires démunies de tours, se prolongeant parfois sur une centaine de kilomètres et plus, étaient bien loin de constituer des obstacles infranchissables pour un envahisseur organisé, quand ils n’étaient pas tout simplement perpendiculaires à l’orientation de la frontière territoriale et militaire. Dans certains cas, d’ailleurs, la fonction des murs de clausura a été identifiée comme protection de zones cultivées, afin d’en écarter les troupeaux transhumants ainsi, en Tripolitaine27.

  • 28 Cette formulation, parmi tant d’autres qu’on aurait pu citer, est celle de R. G. Collingwood.
  • 29 .C.R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Paris, 1989 (Annales Littéraires de l’Universit (...)
  • 30 « The Wall... was intended to serve as a fighting platform to resist major barbarian raids, if requ (...)
  • 31 J. G. Crow, “The fonction of Hadrian’s Wall and the comparative evidence of late Roman long walls,” (...)

12On aurait pu penser que cette étape ultérieure dans l’identification des vestiges archéologiques en apparence défensifs conduirait à dissocier les ouvrages les moins appropriés à cette fonction de ceux qui constituaient de véritables obstacles pour des attaquants extérieurs. Il n’en a rien été, puisqu’au contraire, à mesure qu’étaient reconnues des fonctions non-militaires à une part croissante de ces dispositifs “frontaliers, la remise en question s’est étendue aux autres, y-compris au plus imposant d’entre eux, le Mur d’Hadrien. Selon cette réinterprétation, « la barrière murale avait pour objet de contrôler les mouvement pacifiques à travers la frontière et d’empêcher les raids à petite échelle (limited, small scale raiding). On ne pense pas que le Mur lui-même ait eu la moindre valeur tactique en tant que barrière»28. C’est cette même direction qui a été adoptée et vulgarisée récemment par Charles Robert Whittaker29. D’autres ont présenté du Mur d’Hadrien une explication douanière, qui peut invoquer le parallèle de l’enceinte d’Aurélien à Rome, ouvrage cumulant la fonction de barrière d’octroi à celle de protection de la ville. Mais, à l’opposé, des archéologues comme C. M. Daniels ont réaffirmé que « le Mur avait été conçu pour servir de plate-forme de combat afin de résister aux raids barbares de grande ampleur, en cas de besoin »30. De fait, l’explication encore retenue par Whittaker escamote le caractère exceptionnel du Mur d’Hadrien, seul secteur de la frontière militaire romaine à avoir été doté d’un ouvrage continu aussi puissant : une puissance totalement exagérée et superflue s’il s’était seulement agi de canaliser les mouvements de personnes et de biens de part et d’autre de la frontière, fonction pour laquelle auraient amplement suffi, comme ailleurs, de simples clausurae. Plus convaincante est donc la position de J. G. Crow qui, après avoir rappelé les deux écoles en présence au sujet du Mur d’Hadrien, conclut pour sa part que ces “longs murs”, dont l’emploi remonte à la Grèce, avaient comme fonction essentielle d’empêcher la liberté de ravitaillement d’armées barbares privées d'organisation logistique31. L’adoption d’une telle formule était facilitée sur cette frontière par la relative étroitesse de l’île à la hauteur de l’Ecosse méridionale mais, pour expliquer l’isolement de cette formule par rapport aux politiques militaires successives, Crow fait recours à l’hellénomanie d’Hadrien, qui présentait à l’esprit de cet empereur les nombreux et illustres précédents de ce type de fortification dans le monde grec. Je pense effectivement que ce genre de considérations culturelles ne doit pas être négligé.

  • 32 Ainsi, CIL III 3385, ILS 395, sur le Danube, ou encore, en Scythie au IVe siècle, CIL III 12483 = I (...)

13Dans certains cas, la fonction militaire des ouvrages est clairement indiquée, mais la question se pose alors de savoir à quelle menace ils faisaient front. Ainsi, lorsque des inscriptions mettent les constructions directement en rapport avec la lutte contre des pillards (latrunculi)32, ne faut-il pas voir en eux des points d’appui pour le maintien de l’ordre à l'intérieur de l’Empire, plutôt que pour la défense des frontières ? Mais c’est oublier que par latrunculi l’autorité romaine désignait souvent des populations extérieures qui tout en refusant la confrontation armée en bonne et due forme, ne se livraient pas moins à des actions de guérilla, à des raids improvisés destinés principalement à récolter butin et prisonniers à rançonner. La réponse est alors rien moins qu’évidente.

  • 33 W.S. Hanson, “The nature and function of Roman fronder”, in J.C. Barrett, A.R Fitzpatrick, L. MacIn (...)
  • 34 F. Millar, “F.mperors, frontiers and foreign relations, 31 B.C. to A.D. 378”, Brittania, 13, 1982, (...)

14Au total, une réaction se dessine actuellement, que résume W. S. Hanson : « Les frontières romaines étaient incontestablement militaires »33, ce qui ne veut pas dire que toutes les formes de dispositifs aient eu la même efficacité défensive — pensons en particulier aux “barrières”— ni même que les plus perfectionnés d’entre eux aient eu une efficacité absolue ou même une quelconque utilité. Mais, comme on a pu voir, il ne s’agit nullement de revenir à l’ancienne vision du “limes”, maintenant que celui-ci a vu tout à la fois récuser son mode de désignation, nier sa cohérence illusoire et modifier sa fonction. D’autre part, les traités de re militari ne se haussent jamais au niveau d’une vision géopolitique planétaire, et rien non plus dans la politique territoriale romaine ne vient conforter l’idée d’une “grand strategy”. Comme Fergus Millar en a fait la remarque, « la littérature conservée des quatre premiers siècles ne fournit rien de comparable, même de loin, au manuel stratégico-politique que Constantin Porphyrogénète écrivit pour son fils aux alentours de l’an 950 »34.

2. FRONTIÈRES POLITIQUES OU FRONTIÈRES ÉCONOMIQUES ?

  • 35 Un exemple significatif : B. D.Shaw, “Water and Society in the Ancient Maghrib : Technology, Proper (...)
  • 36 P. Trousset, “Limes et “frontière climatique”, dans Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord, C (...)

15On s’est d’autre part intéressé à la coïncidence possible entre frontière territoriale de l’Empire et limites climatiques, en mettant tout particulièrement en rapport le tracé des lignes avancées de défense en Afrique du nord avec les isohyètes et leurs implications pour la végétation. On a alors établi un rapprochement entre la progression du dispositif militaire frontalier et celle des zones cultivées, qui aurait été due elle aussi à l’initiative romaine. On comprendra aisément la dimension idéologique qui menaçait un tel débat, et qui de fait n’a pas manqué de le détourner, dès lors qu’on pouvait en attendre les “preuves” d’une supériorité de la civilisation conquérante sur les civilisations indigènes. De même n’a pas manqué la réaction en sens inverse, attribuant aux cultures indigènes, d’une façon tout aussi indiscriminée, les améliorations précédemment attribuées à la domination romaine35. Pol Trousset a eu le mérite de reposer le problème sur des bases climatiques, écologiques et anthropologiques plus précises. S’il existe bien diverses frontières écologiques – celle de la culture sèche des céréales, celle de la culture de l’olivier, par exemple – ces limites cessent d’être signifiantes lorsqu’existe la possibilité de maîtrise des eaux de ruissellement sur les versants, d’irrigation de terrasses de fond de vallée, de jardins d’oasis, de cultures dans des impluvia naturels ou par dérivation de crues d’oued. Bien avant l’introduction par Rome de techniques de dry farming, les civilisations présahariennes avaient fondé leurs propres noyaux de sédentarisation sur cette gamme diversifiée de techniques agraires. Rome aurait au contraire opté pour des solutions d’irrigation, mises au service tant de la céréaliculture que de l’arboriculture. Pol Trousset nuance donc le modèle strictement “continuiste” qui dans un premier temps avait été proposé en vue de réhabiliter les aptitudes des civilisations locales, et dégage des facteurs de transformation consécutifs à la domination romaine. L’aspect par nature conflictuel des relations entre les indigènes des montagnes ou des piémonts et ceux du désert, c’est-à-dire de populations également mais diversement semi-nomades et, pour cette raison, en rivalité pour l’utilisation de l’eau et la complémentarisation des ressources, dans une assez large zone d’interpénétration économique, pourraient selon lui expliquer la marche en avant du dispositif militaire romain : celui-ci se comprendrait en effet par le souci d’assurer l’ordre sur les zones mêmes de friction majeure, bien mieux que par la protection du territoire impérial contre une menace extérieure dont on a peine à saisir la réalité36. Une semblable menace externe n’a en fait existé que dans l’esprit de ceux qui cherchaient à justifier par des raisons proprement militaires l’importance d’un dispositif sans cesse plus avancé et distant de ses soutiens arrière.

  • 37 Cette orientation des recherches a fait son entrée dans les derniers Congrès d’études sur les front (...)

16Par les transferts d’hommes, de ressources et d’activités auxquels elles ont donné lieu, les zones frontières ont tendu à constituer des zones économiques particulières, obéissant à un mode de fonctionnement de plus en plus différent par rapport à celui des zones internes de l’Empire. Lieu de rencontre, de contacts, d’échanges entre civilisations différentes, elles étaient également un lieu d’équilibres difficiles. L’étude des frontières comme objet spécifique n’a pu que renforcer la tentation de constituer une phénoménologie de “la frontière”, dégageant des traits supposés applicables à toutes “les frontières”, repris ensuite dans l’élaboration de modèles uniformisants de compréhension37.

  • 38 Par exemple, les Goths ont pour ennemis principaux non pas Rome, mais les Vandales et les Huns.

17Ces modèles peuvent être en gros répartis entre schémas d’exclusion ou de fermeture et schémas d’ouverture et d’intégration. Le premier modèle part de l’idée que, pour ravitailler les armées concentrées à la périphérie, l’Empire a dû développer l’économie des zones frontières. L’agriculture intensive ainsi créée à proximité de l’agriculture extensive, de subsistance, des barbares aurait concurrencé celle-ci au point de déstabiliser les sociétés limitrophes. La prospérité impériale déplacée à portée de regard de ces “exclus” aurait développé chez certains peuples une insatisfaction inspiratrice de raids de destruction et de pillage, tandis que les rivalités internes du monde barbare rapprochaient d’autres peuples de Rome38, en une convergence objective d’intérêts qui leur donnait accès aux bénéfices de l’économie impériale, par le biais du mercenariat. Les effets des destructions sur de nombreuses zones-frontières auraient été irréversibles ; dans d’autres cas, la difficile reconstruction n’aurait été possible qu’au prix d’une installation accrue de barbares comme paysans et comme soldats, à l’intérieur des frontières, créant une dépendance politique de plus en plus grande vis-à-vis d’éléments barbares prompts cependant à se romaniser. Après une phase de fidélité sans faille au pouvoir impérial, les chefs d’état-major barbares auraient fini par suivre l’exemple des usurpateurs régionaux romains, conduisant ainsi à l’éclatement de l’Empire d’Occident et à l’instauration des royaumes barbares, c’est-à-dire à l’affirmation définitive des périphéries aux dépens de centre. Ce modèle n’exclut donc pas des phénomènes partiels d’assimilation transfrontalière, et tend pour la période finale (milieu IIIe-milieu Ve siècle), à rejoindre le modèle d’intégration, avec lequel il s’accorde pour reconnaître que le sort de l’Empire d’Occident s’est joué sur ses frontières.

  • 39 C.R. Whittaker, “Supplying the System : frontiers and beyond”, in J.C. Barnett et alii (éd.), Barba (...)
  • 40 Par exemple, C.R. Whittaker, ibid., p. 68 : « the increasing definition of the Vorlimes as an invis (...)

18Le modèle fondé sur l’intégration, l’assimilation, est apparu plus récemment. Ainsi, Charles Whittaker a développé l’idée que la frontière stimulait l’activité productive et les échanges de part et d’autre de son tracé, aussi bien dans les marches militaires que dans le territoire barbare limitrophe, dans une relation osmotique qui aurait abouti à créer des zones-tampons (“buffer-zones”) pouvant atteindre une profondeur de 200 km. Les entités territoriales ainsi créées auraient progressivement tendu à se comporter d’une façon originale et de plus en plus autonome, économiquement parlant, cependant que la population barbare croissait à proximité du “limes”. Citons ici Whittaker : « Le point d’arrêt [de l’expansion territoriale de l’Empire] n’est vraisemblablement pas une limite écologique ou économique soudaine, mais une zone de passage d’une production alimentaire intensive à une production extensive »39. En même temps, Whittaker met en doute l’idée que la domination impériale ait, par elle-même, porté à un accroissement du potentiel productif des zones occupées, mais fait remonter à la “frontière” romaine la constitution des espaces économiques dans lesquels s’inscriront durablement les économies d’une Europe continentale indépendante du monde méditerranéen. Ajoutons que, sans en être indissociable, cette analyse en termes de “zones frontalières” invoque à plusieurs reprises l’idée formulée par Mommsen et largement diffusée depuis d’un dédoublement du dispositif défensif romain entre un “limes extérieur” (Vorlimes, ou “pré-limes”) et un “limes intérieur”40 : sans doute gagnerait-elle à prendre ses distances par rapport à des concepts frappés de plein fouet par la révision critique qui met à mal le concept de base dont ils dérivent, celui de “limes.

  • 41 M. Fulford, “Roman and Barbarian : the economy of Roman frontier Systems”, in Barbarians and Romans (...)
  • 42 Par contre, ses voies de transit ont eu, indirectement, une forte incidence sur la politique fronta (...)
  • 43 M. Fulford, “Roman and Barbarian”, cit., p. 90.
  • 44 Ibid., p. 90 et 91.

19La réaction ne s’est d’ailleurs pas fait attendre, notamment de la part de Michael Fulford, qui a lui aussi invoqué des arguments archéologiques, mais de sens opposé41. Ainsi, le contraste est net entre la circulation monétaire de part et d’autre de la frontière ainsi que dans certains hinterlands à partir du moment où ils ont cessé de faire partie du territoire romain (par exemple, les Champs décumates au début du IVe siècle). La conclusion que Fulford tire de ce phénomène est que « la survie des dispositifs frontaliers romains, du point de vue économique, ne dépendait que marginalement des sociétés d’au-delà de la frontière. Il ne s’agit pas de minimiser les phénomènes d’échanges économiques transfrontaliers, mais d’en situer la portée ailleurs que dans l’entretien du dispositif frontalier. » Le même auteur note par ailleurs que le principal courant d’échanges commerciaux entre Rome et le monde extérieur, c’est-à-dire le commerce de luxe avec l’Asie, n’avait aucun rapport avec la frontière42, et de toute façon il conteste radicalement l’idée qu’il existe un rapport entre la recrudescence de la menace barbare et les périodes de diminution des échanges commerciaux transfrontaliers43. Il doute également que des denrées alimentaires telles que les grains aient pu être transférées en grande quantité comme subsides accordés à des peuples barbares (l’exemple sur lequel on fonde cette hypothèse serait en fait une exception). De tels subsides prenaient plutôt la forme de métaux précieux, pour obvier justement aux difficultés d’acheminement. A l’opposé de Whittaker, il en vient à conclure que « les frontières constituent la limite extérieure d’un monde fermé sur lui-même (self-contained) », et que « la frontière de Rome constituait plus une barrière qu’une “membrane semi-perméable”44 ».

  • 45 M. Euzennat, “La frontière romaine d’Afrique,” CRAI, 1990, p. 565-580, mais avec arrêt dès 204/205 (...)
  • 46 Fulford, cil, p. 84.
  • 47 A.R. Birley, “The economic effects of Roman frontier policy”, in The Roman West in the third centur (...)
  • 48 C.R. Whittaker, “Trade and frontiers of the Roman Empire”, dans P. Garnsey, C.R. Whittaker (éd.), T (...)

20Aussi fondées qu’elles soient, ces critiques ne risquent-elles pas de reproduire le même travers, qui consiste à ériger le terme de “frontières” en concept autonome et suffisant, abstrait et totalisant et, pour finir, en agent de causalité historique ? Comme si continuait à peser sur l’étude économique des zones-frontière l’héritage du concept de ”limes”, lui aussi unificateur à l’extrême, et qui a eu lui aussi pour effet d’assimiler arbitrairement des situations frontalières profondément diverses, tant par les problèmes qu’y affrontait la domination romaine que par les réponses qu’elle leur apportait. De même qu’il convient de restituer aux programmes régionaux de défense des frontières une spécificité longtemps occultée par la vision réductrice d’une “politique d’ensemble du limes” culminant avec la “grand strategy” de Luttwack, il nous faut également traiter cas par cas l’“économie politique” des divers secteurs frontaliers. On ne peut certes pas tenir les mêmes raisonnements pour l’Afrique, où la frontière militaire s’adapte à une progression du contrôle territorial tendant lui-même à s’aligner sur les limites climatiques de possibilité d’une agriculture sédentaire ou semi-sédentaire45, et pour la Bretagne, où l’on a peine à différencier, économiquement parlant, une zone frontière d’un hinterland, la province toute entière devant être considérée comme une zone frontière46. Tandis que la frontière rhénane a fixé tout un développement économique attiré par la concentration des troupes, aux dépens de l’hinterland gaulois, sur la frontière danubienne, au contraire, le développement économique local n’a jamais eu la moindre chance de subvenir aux besoins d’une concentration encore plus grande de troupes inévitablement dépendantes d’approvisionnements venus de l’extérieur : le déséquilibre ainsi créé entre pouvoir d’achat et économie de la zone-frontière imprimant des caractéristiques régionales très particulières à la circulation monétaire47. D’une façon plus générale, la tendance des zones périphériques à affirmer une originalité économique, sociale, culturelle par rapport aux régions internes se redouble, sur les frontières septentrionales de l’Empire, par le contraste géographique et climatique entre monde continental et monde méditerranéen, phénomène qui n’a pas d’équivalent sur les frontières méridionales. Quant à l’affirmation de Whittaker selon laquelle « les frontières romaines passent généralement (“normally”) à travers des zones relativement homogènes du point de vue de la civilisation »48, bien qu'elle s’appuie sur des exemples précis – ainsi entendons-nous parler, dans les textes, de Germains “provinciaux” et de Germains “barbares” – elle procède d’une généralisation arbitraire, au moins aussi souvent démentie dans les faits.

3. LA FRONTIÈRE ET SON AU-DELA

  • 49 R. Rebuffat, “Au-delà des camps romains d’Afrique mineure, renseignement, contrôle, pénétration,” d (...)

21Peut-être contestable pour ce qui est des échanges économiques, l’idée d’une ouverture du monde impérial bien au-delà de ses frontières reprend corps dans le domaine d’intérêt le plus traditionnellement lié à la frontière romaine, celui des études militaires. René Rebuffat a senti le besoin de rouvrir l’Empire sur « l’univers situé au-delà de ses forteresses », et posé la vraie question : « savoir si la connaissance, le contrôle et la pénétration du pays ne dépassaient pas les lignes qui nous semblent tracées sur les cartes »49. Au terme d’une enquête alliant le plausible aux certitudes du terrain, il conclut qu’en Afrique tout au moins « il faut totalement renoncer à l’idée qu’une barrière ait été érigée, au-delà de laquelle ne se serait trouvé qu’un monde inconnu et hostile. Au-delà des défenses fixes, l’armée contrôlait [par des itinéraires occupés ou contrôlés, ainsi que par des traités d’alliance avec des princes indigènes] un vaste glacis. Au-delà de ce glacis, elle possédait encore cette sorte de défense avancée et non négligeable que constitue le renseignement. » Selon les époques, l’occupation a pu l’emporter sur le simple contrôle, ou le contrôle réaliser à moindres frais ce que l’occupation avait auparavant assuré, sans que pour autant recule la souveraineté, loin en avant des zones de peuplement proprement romain. Il en ressort un tableau renouvelé des missions de l’armée romaine dans ses positions les plus avancées qui, mieux que des “camps”, mériteraient plutôt d’être comprises comme des “bases” utilisées pour connaître et contrôler le monde situé au-delà des frontières impériales. La zone d’influence, de contrôle et d’autorité de l’Empire dépassait donc de beaucoup, tout à la fois, le territoire politico-administratif de Rome, le territoire qu’elle occupait militairement, et le territoire qu’on pourrait à des degrés fort divers d’ailleurs définir comme “romanisé”, c’est-à-dire, en fait, inscrit dans les cadres généraux de la civilisation gréco-romaine.

22L’analyse ainsi proposée pour l’Afrique du Nord serait vraisemblablement transposable aux frontières nord-occidentales à certaines époques, et en tout cas partout où Rome possède sur les peuples avoisinants la supériorité d’une organisation politique concentrée et puissante. En d’autres termes, la nature, la définition des frontières est fonction du type de voisin. De ce point de vue, la frontière prend un tout autre sens là où elle sépare l’Empire romain de l’Empire sassanide. De même peut-on la voir changer de sens, en un même lieu, si des populations barbares opèrent une mutation politique, avec la création de confédérations plus stables, plus puissantes, et l’émergence d’un pouvoir politique rejoignant l’Empire sur le terrain de préoccupations telles que le contrôle sur leur territoire, leur population, leurs échanges ; la délimitation de leur sphère d’influence ; la reconnaissance par les autres de leur autorité : ce qui se passe au-delà du Rhin et du Danube à partir du IVe siècle.

4. ENTRE L’IMAGINAIRE ET LE JURIDIQUE

  • 50 Whittaker, “Supplying the System,” cit., p. 64 ; Les frontières, cit., p. 23-34.

23Au cours de ces dernières années, ainsi que je l’ai rappelé, les frontières romaines ont été surtout envisagées du point de vue de leur place dans les courants économiques, de leur rôle dans la diffusion des modèles culturels ou des évolutions socioéconomiques, cependant que l’interrogation se poursuivait sur leur efficacité militaire. On a signalé d’autre part certains aspects idéologiques du discours que les Romains tenaient sur leurs frontières. Ainsi a-t-on pu montrer que s’ils se rassuraient à l’idée que leur territoire était protégé par des frontières “naturelles”, essentiellement constituées par des fleuves (Rhin, Danube, Euphrate), ce type de discours était purement rhétorique et idéologique50. Comme l’a justement rappelé Whittaker, le tracé des limites assignées à l’Empire était d’une efficacité stratégique douteuse. La conviction inverse, si souvent répétée par les historiens modernes, aujourd’hui encore, ne fait que reproduire le mythe des “frontières naturelles” sur lequel les états européens, du XVIIe au XIXe siècle, ont fondé leurs propres revendications territoriales, et conditionné leurs opinions publiques : un mythe déjà présent dans les mentalités antiques.

  • 51 A l’exception de F. Millar, cit., et de P. Trousset, “L’idée de frontière au Sahara et les données (...)
  • 52 Comme on l’a vu plus haut, la possibilité de “frontières scientifiques”, “stratégiques” a été récem (...)
  • 53 Ainsi, la théorie des “frontières accidentelles” proposée par J. C. Mann. Dans le même sens, l’arti (...)
  • 54 Cf., par exemple, les critiques de Dion Cassius, LXXV, 3, 2-3, à l’expansionnisme territorial sévér (...)

24Etrangement, l’analyse de ce discours idéologique n’a pas été poussée plus avant51. Pourtant, la chose serait des plus utiles aux historiens pour répondre à la question, si souvent posée, des critères qui présidaient à la décision de porter plus loin les frontières de l’Empire ou de les maintenir en l’état. Deux types de réponse, principalement, ont été jusqu’ici proposés, qui continuent de s’affronter. L’une suppose qu’une rationalité était à l’œuvre, donnant lieu à des calculs stratégiques ou économiques, mettant en balance les avantages à attendre et l’accroissement corrélatif des dépenses52. L’autre retient surtout des motivations idéologiques, renvoyant en dernier lieu à l’arbitraire des souverains et à leur “volonté de puissance”53. La première interprétation est suggérée par les Romains eux-mêmes54, mais uniquement dans les cas où un frein est mis à la poursuite de la conquête, ou lorsqu’il faut justifier un abandon territorial ; ce qui n’implique nullement que les décisions inverses, visant à pousser plus loin les limites de l’Empire, aient résulté d’un calcul similaire mais de conclusion opposée. En effet, dans la situation d’hégémonie où se trouve l’Empire, la frontière a moins de signification par elle-même que par le territoire de souveraineté qu’elle délimite. L’extension de ce territoire fait honneur à Rome, portant loin et haut son nomen, tout ensemble nom et renom. Horizon quasi abstrait de cette gloire, les frontières se trouvent incontestablement investies de toute une charge idéologique qui comptait sans doute pour beaucoup dans la décision de les porter plus avant ou de les maintenir dans l’extension qu’elles avaient déjà atteinte (que dire alors des reculs !).

25Mais si la fonction véritable de la frontière romaine est de déclarer ce qui est romain, par quoi se définit un territoire “romain” ? Il se définit tout d’abord par ses obligations tributaires et-de plus en plus symboliquement-militaires ; ensuite, par le statut juridique (même quand il n’est pas encore unifié) de ses habitants et leur soumission aux lois en vigueur, garantes de leurs droits individuels et collectifs ; enfin, par la protection militaire et la solidarité morale ou matérielle qui lui est due, en cas de besoin. Il s’agit, en un mot, d’un espace juridico-politique auquel les individus appartiennent à des degrés divers, à raison de leur statut personnel. La frontière fixe alors la limite où s’arrête cet échange de droits et de devoirs qui unit dans un rapport réciproque l’Etat impérial et ses citoyens-sujets. Du point de vue de cette définition juridique, on imagine mal que le tracé de la frontière ait pu demeurer dans l’imprécision.

  • 55 Cette lacune devrait être heureusement comblée, dans les années à venir, par les recherches de Jérô (...)
  • 56 Sur ce point, on suivra R. Andreotti, “Su alcuni problemi del rapporto fra politica di sicurezza e (...)
  • 57 Code Justinien 4, 41, 1 et 4, 63, 2. Cf. de même, au siècle suivant, 4, 41, 2 (455/457).
  • 58 Et non pas les cadrans solaires, comme le suggérait malicieusement Hansi dans son Alsace racontée a (...)

26Outre une analyse incomplète du discours romain sur les frontières, on en vient ainsi à constater une autre lacune de la recherche récente, qui néglige en général de prendre en considération les aspects juridiques et administratifs du sujet. Qui, par exemple, s’est intéressé ces dernières années aux problèmes des douanes romaines ? Est-ce parce que l’Europe communautaire annonce la disparition du douanier de notre paysage frontalier classique que nous sommes ainsi portés à oublier ses ancêtres romains55 ? Il est vrai que les risques d’anachronisme ne manquent pas, dans ce domaine non plus. Par exemple, nous devons résolument écarter de l’esprit des dirigeants romains toute intention protectionniste, quelque élevés – relativement – que pussent être les droits d’entrée (25 % ad valorem, apparemment), de même que toute idée d’encourager les exportations par un tarif douanier plus avantageux que celui qui frappe les importations56. Avec la perception de droits sur les mouvements de marchandises aux frontières, l’Etat manifestait surtout un intérêt de nature fiscale. Le passage de la frontière impériale par les marchandises venues de l’extérieur ne semble donc pas avoir été perçu comme un danger – si ce n’est, aux yeux des moralistes, un danger pour les valeurs romaines traditionnelles. En revanche, le contrôle dont font l’objet les marchandises à la sortie relève d’un tout autre ordre d’idée : d’une préoccupation sécuritaire, marquée par le souci de priver le monde barbare hostile de produits jugés stratégiques. Sous les Sévères déjà, un passage de Paul repris au Digeste (39, 4, 11) interdit la vente à des hostes du fer, de la pierre à aiguiser, du blé et du sel. Au IVe siècle, sous Valentinien, diverses constitutions énumèrent les métaux, les armes, le fer travaillé ou non, l’huile, le vin, le garum57. Il y a lieu de penser que ces interdits, désormais appliqués au Barbaricum en général, et non plus aux seuls peuples hostiles, ont été diversement appliqués. Qu’ils aient eu cependant l’effet de sevrer certains peuples barbares des produits de la technologie romaine nous est confirmé par la composition du butin emporté par un raid alaman dont le charroi fut englouti dans les eaux du Rhin, et où prédominent les instruments métalliques, en particulier à usage agricole58. Peut-on encore, dans ces conditions, parler de frontière ouverte ? La frontière n’est-elle pas cet espace où des particuliers pourraient engager d’incontrôlables transactions avec les peuples hostiles ou réputés dangereux pour l’Empire ? Tel est bien l’objet d’une loi de Gratien, vers 375, interdisant d’utiliser l’or dans les échanges d’outre-frontière. La raison d’un tel interdit ne saurait être d’ordre économique, car l’Etat lui-même ne se prive pas d’exporter des quantités considérables d’or. Elle tient bien plutôt à un souci de sécurité, puisque par cette disposition – c’est ainsi qu’on peut la comprendre – l’Etat impose à ses ressortissants que la totalité des règlements en or de produits importés s’effectue aux points de contact et de passage contrôlés par lui, ce qu’on appelle les commercia.

27De même, les mouvements des personnes faisaient l’objet d’un contrôle strict, comme en témoignent la documentation des forts frontaliers (Bu Njem, Vindolanda), ou encore certains passages d’Ammien Marcellin, à une époque où règne la hantise de l’espionnage. On peut supposer que ces contrôles s’effectuaient dans une zone de profondeur variable, en partant des dernières localités habitées en territoire romain. De ce point de vue, la situation devait être bien différente selon qu’existait une frontière précisément délimitée (par un traité international : c’est le cas avec la Perse), ou que l’Empire confinait avec des populations non constituées en Etats. Dans cette deuxième éventualité, on n’imagine guère que le rayon d’intervention ait eu une définition topographique précise, et en l’absence d’un répondant étatique susceptible de faire respecter “sa frontière”, ces contrôles de la circulation des personnes et des biens devaient s’effectuer sur toute la profondeur territoriale jugée nécessaire par l’autorité militaire romaine et permise par le rapport de force. La présence, en certains cas, de positions impériales en territoire théoriquement barbare, loin en avant du dispositif militaire périphérique, confirme ce caractère indéfini de la frontière dans les situations de pure et simple contiguïté empirique avec les populations extérieures. On perçoit donc la nécessité de distinguer entre frontière militaire et frontière juridico-politique, en même temps qu’on retrouve celle, déjà signalée, de traiter séparément des situations frontalières spécifiques. On se demandera alors si certains historiens n’ont pas récemment pris pour un trait d’“ouverture” cette “indéfinition” de la frontière militaire romaine sur la plus grande partie de son parcours : ce qui est bien différent.

28On remarquera encore que nombre des “douanes” romaines étaient intérieures : soit qu’elles aient survécu à l’unification d’Etats et de cités autrefois indépendants, soit qu’elles aient représenté simplement un moyen de taxer la circulation des marchandises. Cette constatation nous rappelle que les frontières internes dont était traversé l’Empire ne comptaient certainement pas moins que les autres : la plus importante d’entre elles, politico-administrative, mais dont le tracé répond à un partage linguistique et culturel, étant celle qui séparait les deux partes lmperii, l’Empire d’Orient hellénophone et l’Empire d’Occident latinophone.

5. “UN EMPIRE SANS LIMITE”

  • 59 Aelius Aristide, Or. XXVI, Eis Rômèn, 80.
  • 60 J. Kolendo, “Les “déserts” dans les pays barbares. Représentations et réalités”, Dial. d’Hist. Anc. (...)
  • 61 Praefatio, 1-7.

29« Vous avez, dit Aelius Aristide, élevé des remparts splendides et dignes de vous, visibles de ceux qui sont à la périphérie du cercle, mais qui, pour un habitant au départ de Rome, représenteraient un voyage de plusieurs mois, de plusieurs années, s’il souhaitait les voir »59. A la recherche d’images parlantes, le rhéteur définit la frontière par des “remparts” : lien purement métonymique, car nous avons vu précédemment qu’on ne peut pas même extrapoler du tracé des rocades militaires à celui de la frontière politique, si ce n’est dans des cas exceptionnels comme la Bretagne. De même, l’image des fleuves est souvent utilisée pour donner corps à l’idée de frontière, l’accent étant alors mis sur la soumission à un ordre naturel préétabli, plutôt que sur l’effort humain d’aménagement de l’univers. Ligne abstraite, virtuelle, irréductible à une représentation visuelle, tant pour qui en est à mille lieues que pour qui se trouve sur place, la frontière est surtout la limite de la potestas romaine, c’est-à-dire l’idée si difficile à admettre de cette limite même. Au point de faire presque coïncider les frontières romaines avec celles du monde, en ne laissant au dehors que déserts60 et contrées sauvages, domaines de la monstruosité : marges quasi insignifiantes, suivant les dimensions auxquelles les réduisent les cosmographes. On retrouve chez Appien une configuration semblable de cet imaginaire géographique, lorsqu’il persuade ses lecteurs de l’exiguïté du monde situé au-delà des frontières romaines61. Aux inconnues de la frontière réelle, les Romains préfèrent des éléments naturels symboliques et rassurants. Peu importe d’ailleurs qu’ils soient situés fort en avant du territoire impérial ou même de la zone extérieure contrôlée depuis la frontière : ainsi, l’Elbe, effectivement atteint et même dépassé sous Auguste, est-il durablement cité comme limite de l’Empire, bien que cette avancée n’ait été qu’éphémère et sans lendemain.

  • 62 Virgile, Enéide, I, 279.

30A n’en pas douter, la répétition des cérémonies triomphales, le cosmopolitisme de l’Urbs où convergaient hommes et richesses de toute provenance, les approximations du savoir géographique avaient fini de persuader l’opinion romaine de l’accomplissement des assurances données à Vénus par Jupiter, en une prophétie embrassant l’espace comme le temps : « Romanis... imperium sine fine dedi »62. Et pourtant, ouvertes ou fermées, les fines de cet Empire ont laissé de leur existence des traces qui n’en finissent pas de solliciter historiens et archéologues.

Notes

1 Entre le moment où j’ai arrêté cet intitulé et celui de la remise du manuscrit, le titre “An open frontier” a encore été donné par B. Isaac à sa contribution à Frontières d’empire. Actes de la Table Ronde Internationale de Nemours 1992, Paris, Mém. du Musée de Préhist. d’Ile-de-France, 5, 1993, p. 105-114.

2 O. D. Lattimore, Studies in Frontier History, collected papers 1928-1958, Londres, 1962.

3 W. J.H. Willems, “Romans and Batavians : regional developments at the imperial frontier,” in R. Brandi et J. Slofstra (éd.), Roman and native in the Low Countries, BAR, Intern. Ser. 184, Oxford 1983, p. 105-128.

4 Pour un bilan : H. W. Richardson, “Theory of the distribution of city sizes : review and prospects”, dans Regional Studies 7, 1973, p. 239-251.

5 De plus, les conclusions de Willems sont entachées par son adhésion aux schémas stratégiques de Luttwak, dont il va être maintenant question.

6 F.. N. Luttwak, The grand strategy of the Roman Empire from the first century A. D. to the third, Baltimore-London 1976 (trad. française, Paris, 1987).

7 Il, 34 : « Comme, grâce à la prévoyance de Dioclétien, l’Empire romain sur toutes ses frontières était couvert par des villes, des places fortes et des fortins, et que l’armée toute entière s’y trouvait cantonnée, le passage était interdit aux barbares, étant donné qu’ils rencontraient partout des forces prêtes à repousser leurs assauts. Cette sécurité, Constantin la ruina, en retirant de la frontière la plus grande partie des soldats pour les installer dans des villes qui n’avaient nul besoin d’être protégées » (c’est-à-dire des villes de l’intérieur).

8 En particulier J.C. Mann dans J RS, 69, 1979, p. 175-183.

9 Je les ai pour ma part critiquées en plusieurs occasions : “L’esercito : trasformazioni funzionali ed économie locali” dans A. Giardina (éd.), Società romana e impero tardo-antico, Rome-Bari, 1986, vol. 1, p. 459-460 ; “Eserciti e strategie”, dans A. Momigliano et A. Schiavone (éd.), Storia di Roma, Turin (Einaudi), 1993, vol. III, 1, p. 83-154.

10 B. Isaac, The limits of Empire, cit., en particulier p. 372-418 ; encore faut-il, en Orient même, distinguer plusieurs secteurs géographiques répondant à des situations différentes en Mésopotamie, Syrie, Palestine ou Arabie. Les critiques adressées à Isaac par T. Parker dans JRA, 5, 1992, p. 467-471, dans l’hypothèse où elles seraient recevables, ne vont pas davantage dans le sens des théories de Luttwak.

11 Fabricius in RE XIII (1926, col. 572-575 ; Th. Mommsen, “Der Begriff des Limes”, dans Westd. Ztschr. XIII (1894), p. 134 sq., réédité dans Gesamm. Schrift. V, 1908, p. 456-464.

12 G. Forni, “Denominazioni proprie e improprie dei “limites” delle province”, dans Limeskongress IX, p. 285-289.

13 Id., Diz. Epigr. IV, 2, p. 1080, II h : « nel significato di frontiera fortificata e stesa a difesa dell’impero romano ».

14 B. Isaac, “The meaning of the terms limes and limitanei,” dans JRS 78, 1988, p. 285-289.

15 Sens II c de Forni, Diz. Epigr., cit., p. 1077-1078 : « fascia o striscia di confine ».

16 Sens II b de Forni, ibid., p. 1076-1077 : « viottoli campestri di una certa ampiezza che determinavano le singole centurie e evenlualmente servivano come confini di proprietà ».

17 Velleius 11, 120 ; Tac., Ann. I, 50 11, 7. Ces textes avaient été répartis par Forni entre son sens II g (« strada sprovvista di fortificazioni ») et son sens II h (« frontiera fortificata »).

18 G. Forni, cit., p. 1080 : « Si venne a stabilire fin da principio uno stretto nesso fra il 1. come strada che percorreva la zona di confine... » ; B. Isaac, cit., p. 126, qui cependant éprouve le besoin de préciser, un peu plus loin (p. 128), que « these were not paved Roman roads marked with milestones, but tracks cut through forests ». Contrairement à B. Isaac, ce sens me paraît se maintenir à l’époque tardive, par exemple dans le texte de Végèce (III, 6) qui envisage la progression d’une troupe en terrain boisé.

19 Palissade défensive : SHA, Hadr. 12.

20 A limite, id est a vallo. Ce sens de limes comme frontière se prolonge dans l’emploi protobyzantin de limiton : H. Ahrweiler, “La frontière et les frontières de Byzance en Orient”, in Actes du XIVe Congr. Int. des Et. Byz., (Bucarest 1971), Bucarest, 1974, vol. l, p. 213.

21 CIL Vlll 22765 = ILS 8923.

22 R. Rebuffat, “L’inscription du limes de Tripolitaine (Notes et Documents X)”, Libya Antiqua\5-16, 1978-1979, p. 125-138 : le rapprochement entre les deux textes a déjà été signalé par E. Fentress, art. Limes, sv Africa, dans Diz. Ep. IV, Rome, 1984/5, p. 1376/22, mais en conservant une acception de limes restreinte à la zone frontalière. Faute de mentionner le texte de Bu Njem, B. Isaac, cit., p. 129-130, dans l’inscription de Talalati, traduit limes par “boundary”, en conservant implicitement l’interprétation traditionnellement donnée de la fin du texte, qui irait à l’encontre sa théorie par ailleurs juste, ce pourquoi il ne l’a pas citée intégralement.

23 A E 1950 =IRT 880 (règne de Philippe l’Arabe) :... regionem limi[tis Ten]theitani partitam et e[ius] viam incursib(us) barba[ro]rum constituto npvo centenario [...] prae[c]juserunt Cominio Cassiano leg(ato) Aug(ustorum) pr(o) pr((aetore) Gallican[o...] v(iro) e(gregio) praep(osito) limitis cura Numisii Maximi domo [...]sia trib(uni).

24 Ainsi, dans les textes qu’il cite, p. 133, nos 2 et 4 ; p. 134, nos 8-9 (et n. 41), en particulier le n° 9 (Festus, Brev. XIV), dans lequel le déplacement de la frontière (supra ripas Tigridis limes est reformatus...) a pour effet de placer cinq temples sous la dicio romaine) ; p. 135, n° 10.

25 Or. XXVI, Eis Rômèn, éd. C. A. Behr, 81-84 : « Une armée de garnison entoure d'un rempart le monde civilisé, comme un anneau »(82). B. Isaac, art. cité, p. 131-132, me paraît minimiser ce cliché pourtant fortement inscrit dans la conscience romaine à l’époque impériale, comme s’il craignait qu’une telle représentation collective pût affaiblir sa thèse, ce qui n’est pas le cas.

26 Terme qui présente, lui aussi, une dangereuse polysémie (au VIe siècle, il peut désigner une forteresse), et qui se transmet à la langue administrative byzantine sous la forme kleisoura (H. Ahrweiler, cit., p. 217 : mais signifie-t-il alors “défilés” ou “fortifications de défilés” ?).

27 O. Brogan, in Libyan Studies, 11, 1979/1980, p. 45-52.

28 Cette formulation, parmi tant d’autres qu’on aurait pu citer, est celle de R. G. Collingwood.

29 .C.R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Paris, 1989 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 390, Centre de Recherches d’histoire ancienne, 85).

30 « The Wall... was intended to serve as a fighting platform to resist major barbarian raids, if required » ; citations du résumé par Crow (cf. note suivante).

31 J. G. Crow, “The fonction of Hadrian’s Wall and the comparative evidence of late Roman long walls,” in Studien zu den Militàrgrenzen Roms III, Vortràge des 13. Int. Limeskongresses, Aalen 1983, Stuttgart, 1986, p. 724-729

32 Ainsi, CIL III 3385, ILS 395, sur le Danube, ou encore, en Scythie au IVe siècle, CIL III 12483 = ILS 724. Sur les points communs entre ennemis extérieurs et intérieurs, cf. les remarques de G. Traina, “Aspettando i barbari. Le origini tardoantiche della guerriglia di frondera”, Romanobarbarica 9, 1986-1987, p. 247-280, en particulier p. 275-276.

33 W.S. Hanson, “The nature and function of Roman fronder”, in J.C. Barrett, A.R Fitzpatrick, L. MacInnes (éd.), Barbarians and Romans in North West Europe, BAR Int. Ser. 471, Oxford, 1989, p. 58 : « Roman frontiers were indeniably military in character. »

34 F. Millar, “F.mperors, frontiers and foreign relations, 31 B.C. to A.D. 378”, Brittania, 13, 1982, p. 1-23 (citation : p. 21). C.R. Whittaker, Les frontières, cit.', Cf. également les critiques de B. Isaac, The limits of Empire, cit., en particulier les p. 372-418, entièrement consacrées à dénoncer l’anachronisme de la “grand strategy”.

35 Un exemple significatif : B. D.Shaw, “Water and Society in the Ancient Maghrib : Technology, Property and Development”, AntAfr., 20, 1984, p. 121-173.

36 P. Trousset, “Limes et “frontière climatique”, dans Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord, Congrès CTHS Montpellier 1985, p. 55-81.

37 Cette orientation des recherches a fait son entrée dans les derniers Congrès d’études sur les frontières romaines, qui ont consacré une session à l’impact de la présence romaine (militaire, en particulier) sur la vie économique et l’acculturation des frontières : Akten des 14. Internationalen Limeskongresses 1986 in Carnuntum (éd. par H. Vetters et M. Kandler), Vienne, 1990, vol. 1, p. 83-160, et Roman frontier studies 1989 (V.A. Maxfield, M.J. Dobson éd.), Exeter, 1991, p. 411-454 (sur le thème Roman and native).

38 Par exemple, les Goths ont pour ennemis principaux non pas Rome, mais les Vandales et les Huns.

39 C.R. Whittaker, “Supplying the System : frontiers and beyond”, in J.C. Barnett et alii (éd.), Barbarians and Romans in North West Europe, BAR Int. Ser. 471, Oxford, 1989, p. 66.

40 Par exemple, C.R. Whittaker, ibid., p. 68 : « the increasing definition of the Vorlimes as an invisible frontier between Romanised and non-Romanised people beyond ».

41 M. Fulford, “Roman and Barbarian : the economy of Roman frontier Systems”, in Barbarians and Romans in North West Europe, cit., p. 81-95. Voir également, du même auteur, Roman material in Barbarian society c. 200 BC-c. AD 400, in T.C. Champion, J.V.S. Megaw (éd.), Seulement and society : aspects of west european prehistory in the first millenium BC, Leicester, 1985, p. 91-108.

42 Par contre, ses voies de transit ont eu, indirectement, une forte incidence sur la politique frontalière de Rome au Moyen-Orient.

43 M. Fulford, “Roman and Barbarian”, cit., p. 90.

44 Ibid., p. 90 et 91.

45 M. Euzennat, “La frontière romaine d’Afrique,” CRAI, 1990, p. 565-580, mais avec arrêt dès 204/205 de la « politique d’intégration expansionniste » et fin de la “frontière” africaine au sens américain (cf. F.J. Turner) du terme.

46 Fulford, cil, p. 84.

47 A.R. Birley, “The economic effects of Roman frontier policy”, in The Roman West in the third century, BAR Int. Ser. 109, Oxford, 1981, vol. l, p. 47-47-49 ; cf. M. Christol, “Effort de guerre et ateliers monétaires de la périphérie au IIIe s. ap. J.-C. L’atelier de Cologne sous Valérien et Gallien”, in Armées et fiscalité, p. 235-265.

48 C.R. Whittaker, “Trade and frontiers of the Roman Empire”, dans P. Garnsey, C.R. Whittaker (éd.), Trade and Famine in Classical Antiquity, Cambridge, 1983, p. 111 ; « Supplying the System », cil., p. 66.

49 R. Rebuffat, “Au-delà des camps romains d’Afrique mineure, renseignement, contrôle, pénétration,” dans ANRW, II, 10, 2, 1982, p. 474-513 (les citations sont des p. 475 et 508).

50 Whittaker, “Supplying the System,” cit., p. 64 ; Les frontières, cit., p. 23-34.

51 A l’exception de F. Millar, cit., et de P. Trousset, “L’idée de frontière au Sahara et les données archéologiques”, in P.-R. Baduel (éd.), Enjeux sahariens, Paris, 1984, p. 47-78.

52 Comme on l’a vu plus haut, la possibilité de “frontières scientifiques”, “stratégiques” a été récemment reproposée par Luttwak.

53 Ainsi, la théorie des “frontières accidentelles” proposée par J. C. Mann. Dans le même sens, l’article de F. Millar, dans Brittania, 13, 1982, déjà cité, suggère un empirisme fait de décisions au coup par coup : « It remains possible... to wonder whether indeed there was a ‘grand strategy”, rather than a series of positions arrived at by ad hoc decisions » (p. 2).

54 Cf., par exemple, les critiques de Dion Cassius, LXXV, 3, 2-3, à l’expansionnisme territorial sévérien en Orient.

55 Cette lacune devrait être heureusement comblée, dans les années à venir, par les recherches de Jérôme France, annoncées dans sa communication aux Premières Rencontres sur l’Economie Antique, Saint-Bertrand-de-Comminges, 6-7 mai 1994, à paraître.

56 Sur ce point, on suivra R. Andreotti, “Su alcuni problemi del rapporto fra politica di sicurezza e controllo del commercio nell’impero romano”, RIDA, 3e sér., 16, p. 215-257, de préférence à S.J. de Laet, Portorium, Bruges, 1949, qui se contredit entre p. 309-311 et p. 449.

57 Code Justinien 4, 41, 1 et 4, 63, 2. Cf. de même, au siècle suivant, 4, 41, 2 (455/457).

58 Et non pas les cadrans solaires, comme le suggérait malicieusement Hansi dans son Alsace racontée aux petits enfants. Sur la trouvaille de Neupotz, cf. Künzl (ed.), Die Alamannenbeute aus dem Rhein bei Neupotz. Plünderungsgut aus dem rômischen Gallien, Monographien des Rômisch-Germanisches Zentralmuseum, Band 34, 4 vol., Mayence, 1993.

59 Aelius Aristide, Or. XXVI, Eis Rômèn, 80.

60 J. Kolendo, “Les “déserts” dans les pays barbares. Représentations et réalités”, Dial. d’Hist. Anc., 17, 1, 1991, p. 35-60, en particulier p. 39.

61 Praefatio, 1-7.

62 Virgile, Enéide, I, 279.

Auteur

Directeur d'Études à l'E.P.H.E.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540