Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Terminologie et appréhension du réel

Sur ἐσχατιά (eschatia). Histoire du mot

Michel Casevitz

Texte intégral

  • 1 D’une bibliographie immense, nous nous contenterons de citer un petit nombre de titres : L. Robert,(...)

1Pour qui s’intéresse au problème des limites, des frontières tel que l’ont abordé les Grecs1, un mot parmi un petit ensemble apparaît dès les premiers textes littéraires et reste présent dans toute l’histoire de la langue sans beaucoup de modification sémantique, sinon dans l’utilisation que les emprunteurs modernes en ont faite. Suivons donc l’histoire du mot ἐσχατιά depuis les temps les plus reculés.

  • 2 Dérivé de l’adjectif ἔσχατoς, “le plus extérieur, le plus excentré (en restant dans un même domaine (...)
  • 3 Sur les emplois homériques, cf. l’article ἐσχατιά dans B. Snell - H. Erbse, Lexicon des frühgriechi (...)
  • 4 Nαĩoν δ’ἐσχατιὴν Φθίης, Δολόπεσσιν ἀνάσσων.
  • 5 Od. 4, 515-516 : Tότε δ μιν ἀναρπάξασα θύελλα | πόντον ἐπ’ἰχθόεντα Φέρεν βαρέα στενάχοντα, ἀγροῦ έ (...)
  • 6 Od. 5, 237-240 :... ἦρχε δ’ὁδοĩο | νήσου έπ’έσχατιῆς, ὅθι δένδρεα μαϰρὰ πεΦύει, | ϰλήθρη τ’αἴγειρός (...)
  • 7 14, 102-103 : Ἐνθάδε τ’αίπόλια πλατέ’ αιγῶν ἕνδεϰα navra | ἐσχατιῆrtr) βόσϰοντ’ἐπὶ δ'ἀνέρες ἐσθλοὶ (...)
  • 8 9, 181-182 : Άλλὃτε δὴ τòν χώρον ἀΦιϰόμεθἐγγὺς ἐόντα | ἕνθα δ' ἐπ ἐσχατιῆ σπέος εἴδομεν, ἄγχι θαλ (...)
  • 9 10, 95-96 : Aὐτὰρ ἐγὼν οἴος σχέθον ἔξω νῆα μελαιναν, | αὐτoῦ ἐπ',ἐσχατιῆ nérpriç ἐϰ πείσματα δήσας/ (...)
  • 10 En Od. 2, 391 le génitif adnominal λιμένος précise in' ἐσχατιῆ : “Elle (= Athéna) arrêta le navire (...)
  • 11 9, 279-280 : Άλλά µoι εἴΦ’ὅπῃ ἔσχεςeç ἰών εὐεργέα νῆα, | ἤ που ἐπ’ἐσχατιῆς ἤ ϰαὶ σχεδόν, ὄΦρα δαείω (...)
  • 12 3, 293-294 : Ἔστι δέ τις λισσὴ αἰπεĩά TE εἰς ἅλα πέτρη | ἐσχατιῆ Γόρτυνος ἐν ἠεροπειδέι πόντω... “I (...)
  • 13 Peut-être le cap Lithinos.

2Absent des tablettes mycéniennes, le mot 2(sous sa forme ionienne (ἐσχατιὴ) est bien représenté chez Homère, avec sa famille3. Dans l'Iliade (quatre exemples) aussi bien que dans l'Odyssée (onze exemples), le mot n’a que le sens local : il désigne le fin fond d’un pays, le lieu le plus éloigné du centre. Ainsi Phénix rappelle qu’il fut en Phthie l’hôte de Pélée, qui lui donna richesse et gens innombrables : “J’habitais le bout de la Phthie, commandant aux Dolopes” (9, 84)4 ; ce sens se retrouve dans une formule qui apparaît deux fois au début du vers (Od. 4, 517 et 24, 150 avec l’accusatif prépositionnel après verbe de mouvement ; cf. la même formule en 5, 489 et 18, 358, avec génitif prépositionnel, sans mouvement) : “ au bout de la campagne”5. Ce “bout” que désigne eschatia, c’est, selon le contexte, l’extrémité soit d’un pays, soit d’une île, comme lorsque Calypsô conduit Ulysse là où abondent les arbres divers qui lui serviront à fabriquer son esquif : “Elle montra le chemin vers la pointe de l’île, où des arbres très hauts avaient poussé jadis, aunes et peupliers, sapins touchant le ciel, tous morts depuis longtemps, tous secs et, pour flotter, tous légers à souhait (Trad. Bérard)6. L’eschatia agraire d’Homère semble un lieu très éloigné des habitations groupées, campagne inexploitée et désertée, sauvage : c’est le lieu le plus reculé, où vivent seulement les gens mis à l’écart, qui défrichent ou paissent leurs troupeaux ; c’est encore ce qui apparaît dans les paroles d’Eumée s’adressant à l’étranger (Ulysse) en Odyssée 14, 104 : “Et ici, (=à Ithaque, par opposition au continent, dans l’énumération des biens d’Ulysse) des troupeaux de chèvres, disséminés, onze au total, paissent dans la partie extrême, et de braves personnes sont préposées à leur surveillance”7. Dans la terre du Cyclope (Od, 9, 182), Ulysse raconte : “Mais quand nous eûmes atteint cet endroit, qui était proche, nous vîmes là, tout au bout (de la terre des Cyclopes) une grotte près de la mer...”8. Mais l’eschatia apparaît aussi mentionnée en contexte plus nettement maritime : dans Y Odyssée, 10, 96, Ulysse oppose sa prudente conduite, à l’arrivée chez les Lestrygons, et la folle inconscience de ses marins, qui ont mouillé à l’intérieur du port : “Moi seul, je retins à l’extérieur mon navire noir, là même, sur la pointe extrême du port, après avoir lié l’amarre à une roche”9 : l’eschatia du port en est le bout le plus éloigné du fond10. Quand le Cyclope interroge Ulysse (Od.9, 280), il veut savoir s’il a mouillé son navire “soit peut-être au fin fond (de notre pays, par rapport à la demeure du Cyclope qui parle) soit au voisinage”11 : l’eschatia désigne le point de la côte le plus éloigné de la grotte du Cyclope, qui vit par ailleurs lui-même dans le lieu le plus éloigné de la résidence des autres Cyclopes. On comprend alors qu’il soit inutile d’hésiter sur la signification de l’expression locative “à l’extrémité de Gortyne” (Od. 3, 294)12 : tous les exemples précédemment examinés permettent d’affirmer que l’expression désigne un lieu situé à l’extrémité du territoire de Gortyne, à une extrémité éloignée de la ville elle-même, en un endroit où la limite territoriale est constituée par la côte13.

  • 14 11,523-524 : 'Έϰτορ, νῶι μὲν ἐνθάδ’ὁμιλέομεν Δαναοĩσιν | ἐσχατιῇ πολέμοιο δυσηχέος oἱ δὲ δὴ ἄλλοι | (...)
  • 15 C’est l'adverbe ἐπιµίξ “confusément” qui exprime précisément l’indistinction au coeur du combat, cf (...)
  • 16 20, 325-328 : Αἰνείαν δ’ἔσσευεν ἀπò χθονòς ὐψόσ ἀείρας πολλάς δέ στίχας ἠρώων, πολλὰς δὲ ϰαὶ ἵππων (...)

3Hors de ce contexte géographique, terrestre ou maritime, le mot sert deux fois à indiquer le point le plus éloigné du cœur d’une bataille, là où tous se battent dans la confusion, dans l'Iliade, 11, 524 d’abord : c’est Cébrion qui parle : “Hector, nous sommes tous deux ici aux prises avec les Danaens, tout à l’extrémité du cruel combat ; tandis que les autres Troyens sont ébranlés, chars et hommes à la fois.”14 (Trad. Mazon modifiée) ; Cébrion et Hector sont en quelque sorte décentrés, non pas à l’écart du combat, ce qui impliquerait une solution de continuité, mais tout au bout du théâtre des opérations, loin du plein de la mêlée15 “. En 20, 328, Poséidon soulève Enée “très haut au-dessus du sol. Enée franchit, d’un bond, force rangs de héros et force rangs de chars, la main du dieu lui servant de tremplin, et arrive à l’extrême bord de la bataille bondissante16” (Trad. Mazon).

  • 17 23, 241-242 : ’Ev μέσση γαρ ἔϰειτο πυρῇ, τοὶ δ’ ἄλλοι ἄνευθεν | ἐσχατιῇ ϰαίοντ’έπιμὶξ ἵπποι τε ϰαὶ (...)

4De la même façon, quand, au chant 23 de l'Iliade, Achille demande qu’on recueille sur le bûcher les os de Patrocle, il indique qu’ils sont faciles à reconnaître : “Ils sont au milieu du bûcher, tandis que les autres ont brûlé à part, à l’extrême bord, hommes et chevaux ensemble.”17 (Trad. Mazon).

5Les exemples homériques ont permis d’établir nettement le sens d’eschatia, ensemble des lieux situés à l’extrémité du centre d’où on les envisage. Les emplois ultérieurs du mot seront conformes à cette définition, qu’ils soient simples ou figurés.

  • 18 Trois exemples : Théogonie, 275 et 622 ; fr. 240, 5 Merkelbach-West (fragment connu par une scholie (...)
  • 19 Théog. 274-275 : Γοργούς θ’, αἲ ναίουσι πέρην ϰλυτοῦ Ώϰεανοĩο | ἐσχατιῆ πρός νυϰτός, ἴν’‘Εσπερίδες (...)
  • 20 Théog. 622 : εἵατ’ ἐπ'ἐσχατιῇ, μεγάλης ἐν πείρασι γαίης.
  • 21 Frag. 240, 5 :’Ένθα δὲ Δωδώνη τις ἐπ’ἐσχατιῆ πεπόλισται. C’est le premier exemple du mot employé ho (...)
  • 22 Le fragment ne comporte qu’un décasyllabe : ϰαί τις ἐπ’ ἐσχατίαισιν οἴϰεις. Dans le fragment du mêm (...)
  • 23 Épode VII, fr. 224, 3-4 : πίθηϰος ἤιει θηρίων άποϰρὶθεις | μοῦνος ἀν’ἐσχατιήν... Selon le commentai (...)
  • 24 Le fragment des Héraclides d’Eschyle (fr. 109, 2 Mette = 74, 3 Radt) parle de la vache qui “a franc (...)
  • 25 Nῦν pév, ἴσως γάρ τόπον ἐσχατιαĩς | προσιδεĩν ἐθέλεις χεĩται... Une partie de la tradition manuscri (...)
  • 26 Aἳ τε δυσαεĩς ἐσχατιαὶ πίνδοιο Chez Apollonios de Rhodes, le sens géographique limité est rencontré (...)
  • 27 ...μέϰρις ἐπ’ ἐσχατιὰς πολπίδαϰος Αϰρωρείης. La note de Legrand, dans l’éd. des Belles Lettres, par (...)
  • 28 Hylas, 24-25 : Αμος δ’ἀντέλλοντι Πελειάδες, ἐσχατιαὶ δὲ | ἄρνα vέov βόσϰοντι...
  • 29 ...τηλεθάοντος ἐπ'ἐσχατιῆ τινος ἀγροῦ.

6Les poètes ont continué après Homère à employer le mot, d’Hésiode aux plus tardifs auteurs. Hésiode18 élargit la notion aux dimensions de l’ensemble du monde, quand il mentionne que les Gorgones “habitent au delà de l’illustre Océan, à la frontière de la nuit”19 (trad. Mazon). De même les enfants d’Ouranos et de Gaia qu’a enchaînés Ouranos siègent sous la terre, “ils gîtaient au bout du monde, aux limites de la vaste terre “20 ; et c’est aussi “au bout du monde” qu’une Dodone a été bâtie, d’après un fragment du Catalogue des Femmes du même auteur21. Chez les poètes ultérieurs, on peut parfois hésiter sur la précision du terme : ainsi, chez Alcée (fr. 328 Lobel-Page et Campbell), en l’absence de contexte, “quelqu’un habitant aux confins” peut se référer soit aux confins de Lesbos, patrie du poète, soit au bout du monde22. On voit que l’eschatia en vient à désigner le terme ultime qui va avec la solitude et l’exclusion, quand on évoque la célèbre fable du “singe et du renard” contée par Archiloque (fr. 224 L-B, 3-4) : “Un singe, qui s’était exclu de la société des animaux, s’en allait solitaire, à la recherche d’un lieu extrême...”23. Il n’est pas étonnant que le seul exemple du mot chez les Tragiques24 se rencontre dans le Philoctète de Sophocle, quand Néoptolème demande au chœur des marins (v. 143-144) : “Pour l’instant, tu veux voir sans doute l’endroit écarté où il gît “25 (trad. Mazon modifiée). Les poètes hellénistiques et tardifs n’innovent guère dans les emplois du mot, mais ils sont tributaires d’une double tradition, la tradition homérique où eschatia désigne une extrémité soit purement géographique soit connotée d’isolement ascétique, si on peut dire, la tradition historique d’autre part, où, comme on va voir, l’intérêt s’est porté sur les eschatiai comme lieux de richesses inouïes et d’autant plus merveilleuses que l’éloignement les parait de beauté. Ainsi, le simple sens géographique est net dans l'Hymne à Délos de Callimaque (IV, 138-139), évoquant “les confins aux vents pénibles du Pinde26, comme dans Héraclès tueur de lion du Pseudo Théocrite (XXV, 31), évoquant une vaste plaine appartenant à Augias, champs producteurs de blé et vergers plantés d’arbres, “jusqu’aux confins de l’Acroréia riche en sources”27. Les eschatiai étant, comme on l’a aussi vu chez Homère, terres de pacage, on les verra chez Théocrite (XIII, Hylas, 25) dans une expression précieuse “faire paître le jeune agneau”28 ; et l’eschatia peut apparaître comme lieu des terres riches, puisqu’elle est lieu des arbres et des pâtures à foison, ce dont témoigne au IIe siècle av. J.-C. le poète bucolique Moschos, quand, dans Mégara, Alcmène raconte le songe où Héraclès lui est apparu, creusant un grand fossé “aux limites d’une terre à la luxuriante végétation”29. Tout se passe comme si l’eschatia était à la fois, dans l’imaginaire poétique, terre de l’extrême solitude de l’homme et lieu des richesses naturelles.

  • 30 Isth. 6, 12-13 :...ἐσχατιαĩς ἤδη πρòς ὄλβου | βάλλετ’ἄγϰυραν Οεότιμος ἐών.
  • 31 Ol.3, 43-44 : vùv δὲ πρòς ἐσχατιὰν Θήρων ἀρεταĩσιν ἱϰάνων ἅπτεται | οἴϰοθεν Ήραϰλέος σταλᾶν. La tra (...)
  • 32 Pyth. 11, 56-58 : μέλανος ἄν ἐσχατιὰν | ϰαλλίονα θανάτου στείχοι γλυϰυτάτα γενεᾶ | εὐώνυμον ϰτεάνων (...)

7Un seul poète, Pindare, a employé eschatia dans un sens figuré, et seulement dans ce sens, dans trois exemples où un mouvement symbolique est chaque fois exprimé : dans la sixième Isthmique, 12, évoquant l’homme qui a exercé les vertus que les dieux lui ont accordées et qui bénéficie d’une gloire désirable, le poète dit : “Il a désormais jeté l’ancre aux plus lointains rivages du bonheur, honoré des Immortels30 ” (trad. Puech modifiée). Ces “plus lointains rivages du bonheur” sont les terres les plus éloignées de la misérable condition des mortels, l’âme progressant comme un navire touchant au suprême but, au suprême bien après une traversée d’autant plus longue que le comble du bonheur sera touché : le plus lointain dans le pays du bonheur en sera le comble, le sommet. Pareillement, à la fin de la troisième Olympique, 43, le poète glorifie Théron d’Agrigente, lui qui “aujourd’hui, s’en allant de chez lui par ses vertus en pays extrême (= au pays le plus éloigné de chez lui), touche aux colonnes d’Héraclès”31. Enfin, dans la onzième Pythique, 56, est glorifié le souverain qui use du pouvoir sans excès : “il pourrait marcher au pays ultime de la mort, qui serait plus belle, en procurant à sa très douce descendance le plus glorieux des biens, une excellente grâce”32. Ainsi eschatia chez Pindare est un terme ultime à atteindre, un point extrême où se rendre : l’image, maritime ou terrestre, est toujours celle d’un voyage au plus loin. Dans la prose tardive, surtout chez les auteurs chrétiens, l’acception morale d’eschatia sera d’usage courant, sans que subsiste l’idée du trajet à accomplir pour atteindre le comble, le sommet de telle ou telle qualité.

  • 33 Mὴ ϰινείτο γῆς ρια μηδεὶς μήτε οἰϰείου πολίτου γείτονος, μήτε ὁμοτέρμονος ἐπ’ἐσχατιᾶς ϰεϰτημένος ἅ (...)
  • 34 Sur cette notion de géographie ancienne, on consultera la contribution de J.-C. Decourt, “Étude d’a (...)
  • 35 Τῆς δὲ (sc. χώρας) τῶν ἰδιωτῶν τò ἕτερον μέρος τò πρòς τὰς ἐσχατιάς, ἕτερον δὲ τò πρòς τήν πόλιν, ἵ (...)
  • 36 ...οἰϰίαν µὲν γάρ ὄπισθεν τῆς πόλεως, ἐσχατιὰν δὲ ΣΦηττοί, Άλωπεϰῆσι δ’ ἔτερov χωρίον... Chôrion(...)
  • 37 Dans le Contre Phénippos, l'eschatia est située dans la Mésogée attique, à Kythéros : un lieu éloig (...)

8Le mot eschatia n’est évidemment pas seulement attesté chez les poètes, il est très banal en prose, particulièrement chez les historiens, tout en étant rare chez les orateurs et les philosophes de l’époque classique. Platon n’emploie le mot qu’une fois, à propos de bornage, dans les Lois, 8, 842 e 9 : “Que personne ne meuve les bornes de la terre voisine, terre d’un compatriote voisin ou terre limitrophe si, propriétaire aux confins du pays, il est voisin d’un étranger, en considérant que c’est en vérité mouvoir ce qui ne doit point être mu “33Trad. (A.Diès). L’opposition est claire entre deux sortes de propriétaires : soit on est à l’intérieur du pays (la chôra), autour de la ville (polis), soit on l’est au bout du pays, là où on touche à l’étranger, à la limite extrême du territoire de la cité, - et dans bien des endroits la terre n’est pas clairement à une cité ou à une autre34. Aristote (Pol.. 7, 11= 1330 a 14) n’est pas en contradiction avec la distinction indiquée par Platon quand il souhaite ceci : “Quant au domaine des particuliers, une partie sera proche des frontières et l’autre proche de la ville afin qu’avec ces deux lots assignés à chaque citoyen, tous aient une part de terre en ces deux endroits”35. Chez Eschine, dans le Contre Timarque (trois ex. du mot : en 97, 98 et 105), eschatia désigne un des éléments de la fortune (ousia) que son père a laissée à Timarque qui a reçu “une maison derrière l’Acropole, une eschatia dans le dème de Sphettos, et un autre fonds de terre dans le dème d’Alopéké”36. Comme on peut le comprendre en se référant aux neuf exemples d’eschatia dans le Contre Phénippos du Pseudo-Démosthène, le mot désigne alors un “domaine agricole éloigné” de la ville, un fonds constitué par des terres de pacage et des bois aussi bien que des cultures37.

  • 38 3, 106 : Aί δ’ἐσχατιαί ϰως xç οἰϰεομένης xà ϰάλλιστα ἔλαχον, xaxά πep ἡ ‘Ελλὰς xàς ὥρας πολλόν τι (...)
  • 39 6, 127 :...Τιτόρμου xo ὑπερΦύντος τε Ἒλληνας ἰσχύι ϰα Φγόντος ἀνθρώπους ἐς τὰς ἐσχατιὰς τς Αἰτωλ (...)
  • 40 ...διαπέμπουσιν εἰς τὰς ἐσχατιάς σov πεντεϰαίδεϰα στάδια ἀπò Φυλῆς...
  • 41 ...ἐξηγεĩσθαι τὰς ἰδιότητας ϰὰ θέσεις τῶν περὶ τàς ἐσχατιὰς τόπων τῆς ϰαθ’ ἡμᾶς οἰϰομένης. “décrir (...)
  • 42 Opposition claire entre les terres extrêmes, terres de pacage (cf. τὰ περ τὰς ἐσχατιὰς ποίμνια) et (...)
  • 43 Treize exemples chez Diodore de Sicile, treize chez Strabon, un chez Appien, un chez Dion Cassius, (...)
  • 44 Chez Plutarque (qui présente trois exemples du mot, outre les deux occurrences signalées supra), da (...)
  • 45 ’Eσχατιὰ est en ce sens en concurrence avec ἄϰρα (mais cette concurrence existe aussi pour l’accept (...)
  • 46 CL, par exemple, Athénée, Deipnosophistes, 6, 23 : èv ταĩς ἐσχατιαĩς τῆς οἰϰουμένης.
  • 47 Signalons que l’onomastique a quelques témoignages d’anthroponymes dérivés d'eschatia ou d’eschatos (...)
  • 48 Parmi les trente-et-un exemples du mot ἐσχατιά chez Jean Chrysostome, tous désignant “les confins “ (...)

9Les historiens depuis Hérodote se servent du mot, le plus souvent au pluriel, dans son acception locale “absolue” ou “relative”. Dans ce que nous appelons l’acception absolue, les eschatiai sont les extrémités de la terre (de l’oikouméné, “la terre habitée”, le déterminatif est souvent présent). Le père de l’Histoire, au livre 3 de son Enquête, se fait par deux fois l’écho de l’attirance des hommes “pour les parties extrêmes de la terre habitée”38 qui contiendraient “ce qu’il y a de plus beau”. Le mot eschatia apparaît aussi au livre 6, quand l’historien mentionne Titormos “qui avait surpassé les Grecs par sa force et s’était retiré loin de la société des hommes au plus reculé du pays étolien”39 (trad. Legrand). C’est dans le même sens que Xénophon (Hell. 2, 4, 4) emploie une fois le mot, mentionnant l’envoi par les Trente de troupes “aux frontières (de l’Attique), à quinze stades environ de Phylé”40 : les eschatiai, les limites de l’État qu’il s’agit de surveiller contre Thrasybule. Les emplois du mot par Polybe ne sont pas originaux et se divisent aussi entre l’emploi absolu (cf. 3, 58, 2 “les lieux situés vers les extrémités de notre monde”41) et l’emploi relatif (cf. 4, 3, 10 : à Phigalie, ville du Péloponnèse située aux frontières de la Messénie et de l’Etolie, Dorimachos permet aux brigands de nuire “aux troupeaux qui se trouvaient aux confins” et ensuite d’attaquer les habitations des campagnes”42. Les auteurs postérieurs43 désormais emploient eschatia (presque toujours au pluriel avec l’article, s’il y a un génitif adnominal ; le singulier semble figé dans des emplois au datif prépositionnel tel en eschatiâ pour désigner le bout du monde44, ou l’extrémité d’un corps45) pour désigner les confins soit du monde (oikouméné46) soit d’un pays ou d’un royaume47 ; en particulier, l’expression “les confins de la terre, du monde48 “se rencontre chez les auteurs chrétiens à multiples reprises.

  • 49 Voir le début de l’article ἐσχατιά de la Souda : τὰ πρòς τοĩς τέρμασι τῶν χωρίων ἐσχατιὰς ἔλεγον οἷ (...)
  • 50 On trouvera d'abondantes références dans le tout récent article de D. Rousset, « Les frontières des (...)

10Comme on l’a vu, la grande majorité des exemples d’eschatia garde au mot son contenu local concret. L’eschatia est resté le lieu au bord extrême, le bout du monde ou d’un pays, là où l’au-delà est autre. Les lexicographes anciens, telle la Souda49, ont gardé le sens géographique que nous avons appelé relatif, mais c’est le sens absolu qui fut le plus répandu50.

Notes

1 D’une bibliographie immense, nous nous contenterons de citer un petit nombre de titres : L. Robert, Hellenica VII, Paris, 1949 (chap. XVII, « Les chèvres d’Héracleia ») et « Recherches épigraphiques », REA, 1960, p. 300-315 (spécialement p. 304-306) ; dans Problèmes de la terre en Grèce ancienne, recueil de travaux publié sous la direction de M. I. Finley, Paris - La Haye, 1973, on lira l’importante contribution de D. M. Lewis, « The Athenian Rationes Centesimarum », p. 187-212 (et surtout l’Appendice C sur le sens d’eschatia, p. 210 - 212) et celle d’E. Lepore, « Problemi dell’organizzazione della Chora coloniale », p. 15-47 (notamment p. 27 - 29) ; P. Vidal-Naquet, Le chasseur noir, formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, 1981, p. 156, 174 et passim. G. Daverio Rocchi, Frontiera e Confini nella Grecia Antica, Rome, 1988 (avec une abondante bibliographie p. 241-252). Nous étudions “les mots de la frontière en grec” dans un article du volume collectif sur Les frontières dans l’Antiquité, Lyon (TMO de la Maison de l’Orient), 1993. grecque, Histoire des mots, Paris, 1970, sv. et en dernier lieu, M. Meier-Brügger, « Zu griechisch ἔγϰατα und ἔσχατoς” », HSF, 101, p. 289-295, spécialement p. 291-292 (l’auteur pose à l’origine *eksatos, qui par métathèse et aspiration de la dorsale aurait abouti à ἔσχατoς, et cette explication est la plus simple). Sur l’ensemble (peu étendu) de la famille autour de ἕσχατoς, voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique..., sv.

2 Dérivé de l’adjectif ἔσχατoς, “le plus extérieur, le plus excentré (en restant dans un même domaine)”, le nom doit être un ancien collectif, comme πατριά, στρατιά, etc. (cf. P. Chantraine, La Formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 82). Sur l’étymologie de l’adjectif (formé à partir de l’adverbe ἐξ “au dehors”, voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue

3 Sur les emplois homériques, cf. l’article ἐσχατιά dans B. Snell - H. Erbse, Lexicon des frühgriechischen Epos, Gôttingen, 1988. Outre le nom, on trouve, uniquement dans l’Iliade (2, 508 et 616 ; 10, 206), le participe présent (acc. masc. ἐσχατόωντα et fém. ἐσχατόωσα, acc. -όωσαν) du verbe ἐσχατάω “se trouver tout au bout” (pour une cité située “au bout” de la Béotie ou de l’Élide, ou un combattant se trouvant “au bout” des lignes). Les prosateurs hellénistiques emploient dans le même sens le verbe ἐσχατεύω.

4 Nαĩoν δ’ἐσχατιὴν Φθίης, Δολόπεσσιν ἀνάσσων.

5 Od. 4, 515-516 : Tότε δ μιν ἀναρπάξασα θύελλα | πόντον ἐπ’ἰχθόεντα Φέρεν βαρέα στενάχοντα, ἀγροῦ έπ’έσχατιήν, ὅθι δώματα ναĩε Θυέστης | τò πρίν, ἀτὰρ ττ’ἔναιε Θυεστιάδης Αἴγισθος”. “Alors la bourrasque le (=Agamemnon) souleva et l’emporta sur la mer poissonneuse, lui qui poussait de lourds gémissements, au bout de la campagne, où auparavant Thyeste avait eu sa demeure, mais où maintenant habitait le fils de Thyeste, Egisthe” ; 24, 149-150 : Καὶ τότε δή ρ’Όδυσῆα ϰαϰός ποθεν ἤγαγε δαίμων | àypoù έ’π έσγατιήν, ὅθι ρώματα ναίε συβώτης”. “Et ce fut alors qu’une funeste divinité amena Ulysse de quelque part au bout de la campagne, où habitait le porcher”. On remarque que le vers est entièrement formulaire (4, 517 = 24, 150, avec la seule commutation imposée par le contexte, συβώτης pour Θυέστης d’autre part, la campagne ἀγρός s’oppose à la ville (πόλις) et c’est le syntagme entier ἀγρo ἐπ’ ἐσχατιήν qui est précisé par la relative introduite par ὅθι. En 5, 488-491, l’expression se trouve dans une comparaison tirée de la vie quotidienne : Ὡς δ'ὅτε τις δαλòν σποδιῆ ένέϰρυψε μελαίνη | àypoù ἐπ’ έσχαθιῆς, ὧ μὴ πάρα γείτονες ἄλλοι, | σπέρμα πυρòς σᾠζων, ἵνα μή ποθεν ἄλλοθεν αὔοι, | ὥς Όδυσσεύς Φύλλοισι ϰαλύψατο... “Comme il arrive quand on cache le tison sous la cendre noire, au fond de la campagne, quand on est sans voisin, conservant la semence du feu, qu’on n’aura plus à s’en aller chercher au loin, ainsi était couvert de feuilles Ulysse...”. La même formule se rencontre encore en 18, 357-359, dans les sarcasmes adressés à Ulysse mendiant par le prétendant Eurymaque : Ξεĩν', ἦ ἄρ ϰ’έθέλοις θητευέμεν, εἴ σ’ἀνελοίμην, | àypoù ἐπ' έσχατιης, μισθòς δέ τoι ἄρϰιος ἔσται, | αἱμασιάς τε λέγων ϰαὶ δένδρεα μαϰρὰ Φυτεύων... “Hôte, est-ce que tu voudrais bien louer tes services, si je me chargeais de toi, au bout de la campagne, tu auras un salaire suffisant, recueillant la pierraille et plantant de grands arbres ? “

6 Od. 5, 237-240 :... ἦρχε δ’ὁδοĩο | νήσου έπ’έσχατιῆς, ὅθι δένδρεα μαϰρὰ πεΦύει, | ϰλήθρη τ’αἴγειρός τ’, έλάτη τ’ἦν οὐρανομήϰης, | αὖα πάλαι, περίϰηλα, τά oἱ πλώοιεν ἐλαΦρώς”. La tradition manuscrite se partage entre ἐσχατιῆς (qu’atteste un papyrus et qu’adopte J.B.Hainsworth dans le tome II de l’édition Fondation L. Valla-éd. Mondadori, Milan, 1982) et ἐσχατιήν (adopté par V. Bérard dans la CUF, Belles Lettres, Paris, 1924, et par P. von der Muehll, Bâle, 1946 (3è.édition 1962, coll. Teubner, Stuttgart).

7 14, 102-103 : Ἐνθάδε τ’αίπόλια πλατέ’ αιγῶν ἕνδεϰα navra | ἐσχατιῆrtr) βόσϰοντ’ἐπὶ δ'ἀνέρες ἐσθλοὶ ὅρονται La tradition manuscrite donne bien ἐσχατιῆ, datif locatif, mais Aristarque, selon les scholies, préférait l’accusatif d’objet έσχατιῆν adopté par Bérard. Le commentaire d’A. Hoekstra (éd. Valla-Mondadori, tome IV, Milan, 1984) note justement pour commenter έσχατιῆ cioè oltre l’area coltivata : le capre si nutrivano di semplice erba e di arbusti “.

8 9, 181-182 : Άλλὃτε δὴ τòν χώρον ἀΦιϰόμεθἐγγὺς ἐόντα | ἕνθα δ' ἐπ ἐσχατιῆ σπέος εἴδομεν, ἄγχι θαλάσσης...”... Quelques manuscrits ont ἐσχατις”. Comme le dit A. Heubeck dans le commentaire (éd. VallaMondadori, t. III, Milan, 1983), l’eschatiè désigne “la limite externe de la terre des Cyclopes”, puisque Polyphème “vit à l’écart, en pasteur solitaire” (v. 188 οἴος ποιμαίνεσϰεν ἀπόπροθεν...).

9 10, 95-96 : Aὐτὰρ ἐγὼν οἴος σχέθον ἔξω νῆα μελαιναν, | αὐτoῦ ἐπ',ἐσχατιῆ nérpriç ἐϰ πείσματα δήσας/ ’Έξω “à l’extérieur” s’oppose à ἔντσθεν λιμένος ϰοίλοιο (V. 92) “à l’intérieur du port encaissé”. Αὐτοῦ est adverbe, précisé par ἐπ’ἐσχατιῆ ; la tradition manuscrite se partage ici aussi entre le génitif (adopté par Bérard) et le datif (adopté par von der Muehll, op.cit. et par A. Heubeck, tome III de l’éd. Valla-Mondadori, Milan, 1983, qui commente ainsi : “la flotta cerca rifugio nel porto, solo Odisseo con la sua nave ammiraglia rimane fuori...”). C’est là, avec Od. 3, 294 (voir infra) le seul exemple du datif sans préposition.

10 En Od. 2, 391 le génitif adnominal λιμένος précise in' ἐσχατιῆ : “Elle (= Athéna) arrêta le navire à la pointe extrême du port “, στῆσε δ'ἐπ’ἐσχατιῆ λιμένος, περί δ’ἐσθλοὶ ἑταĩροι | ἁθρόοι ἠγερέθοντο... C’est le seul exemple de l'Odyssée où le syntagme incluant ἐσχατιή déborde au-delà du troisième pied, après la coupe penthémimère (ici, on peut difficilement admettre une penthémimère, qui séparerait le déterminé du déterminant, et seule l’hephthémimère paraît nette, après λιμένος) : seul le passage de l'Iliade déjà cité (9, 484, seul exemple de l’accusatif ἐσχατιή sans préposition, objet direct du verbe) offre la même structure ; partout ailleurs, le mot se trouve soit au début du vers au datif avant la coupe trihémimère soit aux deuxième-troisième pieds, avant la penthémimère (en Il . 20, 328, où le génitif adnominal occupe tout le reste du vers, cela semble un développement de 11, 524, cf. infra).

11 9, 279-280 : Άλλά µoι εἴΦ’ὅπῃ ἔσχεςeç ἰών εὐεργέα νῆα, | ἤ που ἐπ’ἐσχατιῆς ἤ ϰαὶ σχεδόν, ὄΦρα δαείω, “Allons, dis-moi où, en arrivant, tu mouillas ton navire bien construit, si c’est à l’extrême limite ou tout près, que je sache “.

12 3, 293-294 : Ἔστι δέ τις λισσὴ αἰπεĩά TE εἰς ἅλα πέτρη | ἐσχατιῆ Γόρτυνος ἐν ἠεροπειδέι πόντω... “Il est une roche nue, qui tombe abrupt en mer, aux confins de Gortyne, dans l’océan brumeux “. C’est là le seul exemple homérique de eschatiè avec un nom de ville au génitif. Stéphanie West dans son commentaire (éd. Valla-Mondadori, t. I, Milan, 1981) se demande si l’expression signifie “à peine hors de la côte appartenant à Gortyne” ou “sur la ligne de démarcation entre le territoire de Gortyne et un autre lieu”.

13 Peut-être le cap Lithinos.

14 11,523-524 : 'Έϰτορ, νῶι μὲν ἐνθάδ’ὁμιλέομεν Δαναοĩσιν | ἐσχατιῇ πολέμοιο δυσηχέος oἱ δὲ δὴ ἄλλοι | Τρῶες ὀρίνονται ἐπιμίξ, ἵππoι τε ϰαὶ αὐτoί.

15 C’est l'adverbe ἐπιµίξ “confusément” qui exprime précisément l’indistinction au coeur du combat, cf. aussi 14, 60 ; 21, 16 et Od.11, 537. Pareillement, dans l’exemple suivant.

16 20, 325-328 : Αἰνείαν δ’ἔσσευεν ἀπò χθονòς ὐψόσ ἀείρας πολλάς δέ στίχας ἠρώων, πολλὰς δὲ ϰαὶ ἵππων | Αἰνείας ὑπερᾶλτο θεoπò χεριός ὀρούσας, / ἶξε ’ ἐπ’ἐσχατιήν πολάιϰος πολέμοιο...

17 23, 241-242 : ’Ev μέσση γαρ ἔϰειτο πυρῇ, τοὶ δ’ ἄλλοι ἄνευθεν | ἐσχατιῇ ϰαίοντ’έπιμὶξ ἵπποι τε ϰαὶ ἄνδρες. Ici l’adverbe ἄνευθεν “à l’écart” implique une sorte de séparation entre les os de Patrocle et ceux des autres.

18 Trois exemples : Théogonie, 275 et 622 ; fr. 240, 5 Merkelbach-West (fragment connu par une scholie à Sophocle, Trachiniennes, 1167).

19 Théog. 274-275 : Γοργούς θ’, αἲ ναίουσι πέρην ϰλυτοῦ Ώϰεανοĩο | ἐσχατιῆ πρός νυϰτός, ἴν’‘Εσπερίδες λιγύΦωνοι Mot-à-mot : “à l’extrémité du côté de l’occident, où sont les Hespérides à la voix stridente “. Les Hespcrides (= les déesses du soir”), sont pareillement mentionnées en 518, quand Atlas est dit tenir le vaste ciel “ πείρασιν ἐν γαίης, πρóπαρ ‘Εσπερίδων λιγυΦώνων aux limites de la terre, en face des Hespérides à la voix stridente”.

20 Théog. 622 : εἵατ’ ἐπ'ἐσχατιῇ, μεγάλης ἐν πείρασι γαίης.

21 Frag. 240, 5 :’Ένθα δὲ Δωδώνη τις ἐπ’ἐσχατιῆ πεπόλισται. C’est le premier exemple du mot employé hors du premier hémistiche de l'hexamètre dactylique.

22 Le fragment ne comporte qu’un décasyllabe : ϰαί τις ἐπ’ ἐσχατίαισιν οἴϰεις. Dans le fragment du même auteur 130 B, 10 Campbell, la même imprécision subsiste : “... me voilà chassé loin des citoyens, exilé aux confins...” (ἀπὺ τούτων άπελήλαμαι | Φεύγων έσχατίαισ’...). Ce qui est important, c’est la notion de mise à l’écart, d’isolement qu’évoque le mot (au pluriel) eschatia.

23 Épode VII, fr. 224, 3-4 : πίθηϰος ἤιει θηρίων άποϰρὶθεις | μοῦνος ἀν’ἐσχατιήν... Selon le commentaire de Bonnard dans l’édition des Belles Lettres, “candidat évincé à la royauté, le singe recherche la solitude”.

24 Le fragment des Héraclides d’Eschyle (fr. 109, 2 Mette = 74, 3 Radt) parle de la vache qui “a franchi l’Océan à partir des extrémités de la terre” mais c’est le neutre pluriel de l'adjectif ἔσχατος qui est employé (απ’ἐσχάτων γαίας Ὠϰεανòν περάσας. H.Weil, approuvé par Wilamowitz, corrigeait en ἐσχατιᾶν, génitif pluriel).

25 Nῦν pév, ἴσως γάρ τόπον ἐσχατιαĩς | προσιδεĩν ἐθέλεις χεĩται... Une partie de la tradition manuscrite offre ἐσχατιᾶς (cf. l’apparat critique de l’éd. Lloyd Jones-N.G.Wilson, Oxford, 1990). Aux vers 182 sq., le Choeur chante aussi : “le plus infortuné de tous dans sa vie, il gît seul à l’écart de tous” (πάντων ἄμμορος ἐν βίω ϰεĩται μοῦνος ἀπ’ἄλλων).

26 Aἳ τε δυσαεĩς ἐσχατιαὶ πίνδοιο Chez Apollonios de Rhodes, le sens géographique limité est rencontré une fois (1,213 ἐσχατιῆ...Θρήϰης δυσχειμέρου “aux confins de la Thrace aux durs hivers”. Un manuscrit a le pluriel ἐσχατιαĩς) et le sens “général “une fois (2, 417-418 Αἶα δὲ Κολχὶς/ πόντου ϰαὶ γαίης ἐπιϰέϰλιται ἐσχατιησιν la terre de Colchide est située aux extrêmes limites de la mer et de la terre “, trad. E. Delage). Un exemple des Hymnes Orphiques (2, 1187) emploie l’expression “aux confins d’Océan au cours paisible” ἐσχατιαĩς άϰαλαρρόου Ώϰεανοĩο), pour “le bout du monde”. L’unique exemple de Nicandre de Colophon, au IIIe. ou IIe.s. av. J.-C. (Theriaca, 27), parle d’"un fond de vallon où de très nombreux reptiles paissent la forêt” (ἐν βήσσης ἐσχατιῆ, ὅθι πλεĩστα ϰινώπετα βόσϰται ὕλην).

27 ...μέϰρις ἐπ’ ἐσχατιὰς πολπίδαϰος Αϰρωρείης. La note de Legrand, dans l’éd. des Belles Lettres, parle de l’Acroréia comme d’une région géographique et mentionne une ville d’Élide nommée Acroréioi. Le qualificatif “riche en sources” qui rappelle la chaîne de l’Ida telle qu’Homère la désigne font plutôt penser à une chaîne montagneuse.

28 Hylas, 24-25 : Αμος δ’ἀντέλλοντι Πελειάδες, ἐσχατιαὶ δὲ | ἄρνα vέov βόσϰοντι...

29 ...τηλεθάοντος ἐπ'ἐσχατιῆ τινος ἀγροῦ.

30 Isth. 6, 12-13 :...ἐσχατιαĩς ἤδη πρòς ὄλβου | βάλλετ’ἄγϰυραν Οεότιμος ἐών.

31 Ol.3, 43-44 : vùv δὲ πρòς ἐσχατιὰν Θήρων ἀρεταĩσιν ἱϰάνων ἅπτεται | οἴϰοθεν Ήραϰλέος σταλᾶν. La traduction de Pue3ch (CUF, Belles Lettres “Aujourd’hui c’est Théron entre tous qui est allé le plus loin dans la voie des vertus ; son élan l’a porté jusqu’aux colonnes d’Hercule.”) amplifie la valeur morale de l’ensemble alors que seul le terme “vertus” donne cette valeur. Au delà des colonnes d’Hercule, ajoute le poète, “la voie est inaccessible aux hommes supérieurs aussi bien qu’au vulgaire”. La traduction de J.-P. Savignac (Pindare, OEuvres complètes, Paris, 1990 : “aujourd’hui au comble par ses vaillances Théron vient toucher de son fond les stèles d’Héraklès”) est plus proche du texte mais n’est pas très claire.

32 Pyth. 11, 56-58 : μέλανος ἄν ἐσχατιὰν | ϰαλλίονα θανάτου <στείχοι> γλυϰυτάτα γενεᾶ | εὐώνυμον ϰτεάνων ϰρατίσταν χάριν πoρών. L’addition de στείχοι est due à Wilamowitz, cependant que le génitif θανάτου, que la scansion requiert, est donné par un seul manuscrit (contre l’accusatif θάνατον du reste de la tradition). Notons l’hypallage : l’adjectif ϰαλλίονα s’accorde pour le sens avec θανάτου. Si le texte est authentique, ce serait le seul exemple de la littérature où ἐσχατιά soit déterminé par un adjectif du domaine esthétique.

33 Mὴ ϰινείτο γῆς ρια μηδεὶς μήτε οἰϰείου πολίτου γείτονος, μήτε ὁμοτέρμονος ἐπ’ἐσχατιᾶς ϰεϰτημένος ἅλλῳ γειτoνῶν, νομίσας xo τἀϰίνητα ϰινεĩν άλητθῶς xoùxo εἶναι. Eusèbe qui cite ce texte (Prép. Evang. 12, 38) a ἐν ἐσχατιαĩς Dans Lois, 5, 745 c-.e, c’est l’expression πρòς τοĩς ἐσχάτοις (avec l’adjectif ἔσχατος substantivé au neutre pluriel, substitut fréquent du nom eschatia) qui s’oppose à πρòς τῇ πόλει : les terres “proches de la ville” sont distinguées des terres “aux limites”.

34 Sur cette notion de géographie ancienne, on consultera la contribution de J.-C. Decourt, “Étude d’archéologie spatiale, Essai d’application à la géographie historique en Béotie “, p.14-47, spécialement p.33, dans Topographie antique et géographie historique en pays grec, Monographie du CRA n°7, Paris, 1992.

35 Τῆς δὲ (sc. χώρας) τῶν ἰδιωτῶν τò ἕτερον μέρος τò πρòς τὰς ἐσχατιάς, ἕτερον δὲ τò πρòς τήν πόλιν, ἵνα δύο ϰλῆρων ἀμΦοτέρων τῶν τόπων πάντες μετέχωσιν. Les extraits de Stobée (2, 152, 13 sq.W) citent avec le datif ταĩς ἐσχατιαĩς. C’est le seul exemple du mot chez Aristote. Dans l’oracle en hexamètres que les Thébains ont reçu d’Apollon Isménien, selon Plutarque (Vie de Lysandre, 29, 11) : ‘Εσχατιὰν πεΦυλαξο λύϰους ϰαμάϰεσσι δοϰεύων | ϰαὶ λόΦον Όργαλίδην, ὅν άλώπηξ οὔποτε λείπει (“ Évite le Confin en chassant le loup avec des épieux, ainsi que la colline Orchalidès que ne quitte jamais le renard “, trad. Flacelière-Chambry), Plutarque lui-même (au par. 12) indique aussitôt : “Par Confin le Dieu a désigné la région de Délion, où la Béotie est limitrophe (σύνορος) de l’Attique”, Yeschatia étant ainsi la région éloignée du centre, frontalière, et que hantent les bêtes sauvages.

36 ...οἰϰίαν µὲν γάρ ὄπισθεν τῆς πόλεως, ἐσχατιὰν δὲ ΣΦηττοί, Άλωπεϰῆσι δ’ ἔτερov χωρίον... Chôrion désigne un terrain indéterminé, un endroit susceptible de servir à tout usage.

37 Dans le Contre Phénippos, l'eschatia est située dans la Mésogée attique, à Kythéros : un lieu éloigne d’Athènes. Au paragraphe 5, l’orateur dit : “Je me rendis à Kythéros sur son domaine” ἐπορευόμην Κύθηρόνδε εἰς τὴν ἐσχατιὰν αὐτοῦ : il s’agit là du seul exemple à notre connaissance où eschatia est employé avec un génitif indiquant le propriétaire.

38 3, 106 : Aί δ’ἐσχατιαί ϰως xç οἰϰεομένης xà ϰάλλιστα ἔλαχον, xaxά πep ἡ ‘Ελλὰς xàς ὥρας πολλόν τι ϰάλλιστα ϰεϰρημένας ἔλαχε “Les extrémités de la terre habitée ont reçu, dirait-on, en partage ce qu’il y a de plus beau, comme la Grèce a reçu pour son compte le climat équilibré de beaucoup le plus beau” (trad. Legrand modifiée). Le développement se termine en 116 par cette conclusion : Aἱ δὲ ὦν ἐσχατιαὶ οἴϰασι, περιϰληίουσαι τὴν ἄλλην χώρην ϰαὶ ἐντòς ἀπέργουσαι, τὰ ϰάλλιστα δοϰέοντα ἡμĩν εἶναι ϰα σπανιώτατα ἔχειν αταί “Quoi qu’il en soit, il paraît que les régions extrêmes, qui entourent le reste du monde et l’enferment entre elles, possèdent seules les choses que nous estimons les plus belles et qui sont les plus rares” (trad. Legrand). Hérodote énumère dans son développement les eschatiai en Asie et en Libye (où l’Inde et l’Arabie sont chacune respectivement une eschaté tôn oikeomenôn, une terre extrême des terres habitées : c’est l’adjectif ἔσχατος au féminin (sc. γῆ, terre) qui est alors employé. Pour les eschatiai du côté occidental en Europe, “je ne peux en parler avec certitude” (3, 115).

39 6, 127 :...Τιτόρμου xo ὑπερΦύντος τε Ἒλληνας ἰσχύι ϰα Φγόντος ἀνθρώπους ἐς τὰς ἐσχατιὰς τς Αἰτωλίδος χώρης...

40 ...διαπέμπουσιν εἰς τὰς ἐσχατιάς σov πεντεϰαίδεϰα στάδια ἀπò Φυλῆς...

41 ...ἐξηγεĩσθαι τὰς ἰδιότητας ϰὰ θέσεις τῶν περὶ τàς ἐσχατιὰς τόπων τῆς ϰαθ’ ἡμᾶς οἰϰομένης. “décrire les particularités et les dispositions des pays situés vers les extrémités de notre monde”. En 3, 58, 5 la même notion est exprimée par la locution τὰ ϰατὰ τὰς ἐσχατιάς, “les faits des extrémités (du monde), mais au par. 7 cela commute avec τὰ πέρατα τῆς οἰϰουμένης “les limites du monde”.

42 Opposition claire entre les terres extrêmes, terres de pacage (cf. τὰ περ τὰς ἐσχατιὰς ποίμνια) et les campagnes habitées (cf. τὰς ἐπὶ τῶν ἀγρῶν οἰϰίας. Voir aussi en 4, 70, 3, la mention de Psophis, “ville ar cadienne au centre exact du Péloponnèse, dans les limites occidentales de l’Arcadie et touchant à ceux des Achéens de l’Ouest qui sont installés aux confins” (ϰεĩται δὲ τῆς μὲν συμπάσης Πελοπoννήσου ϰατὰ τὴν μεσόγαιον, αὐτῆς δὲ τῆς ’Αρϰαδίας ἐπὶ τoïς πρòς δυσμὰς πέρασιν, συνάπτουσα τοĩς περὶ τὰς ἐσχατιὰς ϰατοιϰοῦσι τῶν προσεσπερίων ’Αχαιῶν). Mention encore des eschatiai (= terres extrêmes) de la Béotie en 20, 5, 7 et de l’eschatia (= terre limite) de la Pérée rhodienne en 27, 7, 6.

43 Treize exemples chez Diodore de Sicile, treize chez Strabon, un chez Appien, un chez Dion Cassius, vingt-quatre chez Philon (dont seulement cinq au singulier), deux chez Flavius Josèphe (l’un, dans Guerre des Juifs, 6, 434, fournit une expression singulière : ‘Ρωμαĩοι δὲ τὰς τ’ ἐσχατιὰς τo ἄστεος ἐνέπρησαν ϰα τείχη ϰατέσϰαψαν “Les Romains incendièrent les extrémités de la ville et rasèrent les remparts” ; le mot équivaut ici à τὰς ἄϰρας, ce qui n’est pas exceptionnel mais désigne les limites de l’agglomération elle-même et non de l’État, ce qui est curieux).

44 Chez Plutarque (qui présente trois exemples du mot, outre les deux occurrences signalées supra), dans Fortune d'Alexandre, 344 C 1 : <’Ev> ἐσχατιᾶ βαρβάρου παραποταμίας ϰα τείχεσιν ἀδόξου πολίχνης περιβαλούσης..., la préposition est une addition de Wyttenbach (cl. le Traité 49 Le philosophe doit surtout s’entretenir avec les Grands, 776 D 10 ἐv ἐσχατιᾶ) les deux génitifs qui suivent déterminent polichnês.

45 ’Eσχατιὰ est en ce sens en concurrence avec ἄϰρα (mais cette concurrence existe aussi pour l’acception banale : ainsi, par exemple, dans la Septante, Macch. 1, 3 διῆλθεν ἔως ἄϰρων τῆς γῆς “il parcourut jusqu’aux extrémités de la terre” ; la Septante n’offre pas d’exemple de eschatia, mais on y trouve, dans Macch. 1, 5, 53, l’hapax ἐσχατίζω au participe substantivé οὶ ἐσχατίζοντες pour désigner les “retardataires” que Judas réunit, ceux qui étaient loin du gros du peuple). On trouve quatre exemples du mot dans le Corpus Hippocraticum, tous avec l’article, trois au pluriel avec préposition pour désigner les extrémités du corps, un au singulier pour l’extrémité du coeur (avec le génitif adnominal τῆς ϰαρδίης) ; même contexte anatomique dans Aratos (3è.s. av. J.-C.), Phénomènes, 1, 57 ἐσχατιὴν...γένυος δεινοĩο πελώρoυ “l'extrémité de la mâchoire d’un monstre terrible”. Les deux occurrences chez Galien sont au pluriel (l’une, An in arteriis natura sanguis contineatur, 4, attribue au médecin Erasistratos la désignation comme ἐσχατιαί des artères du mésentère).

46 CL, par exemple, Athénée, Deipnosophistes, 6, 23 : èv ταĩς ἐσχατιαĩς τῆς οἰϰουμένης.

47 Signalons que l’onomastique a quelques témoignages d’anthroponymes dérivés d'eschatia ou d’eschatos : ’Eσχατίδης (Arkésiné, 3è.s.av. J.-C.), Ηεσχατίων (Styra, Ve.s. av. J.-C.) dérivent d’eschatos,’Eχθάτιος (Thèbes) et ’Έχθατίων (Cyrène ; correction de Wilhelm pour ’Έσχατίαν) dérivent de ἔχθω = et désignent à l’origine des gens qui habitent dans l'eschatia, cf. F. Bechtel, Die historischen Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit, Halle, 1917 (réimp. Hildesheim, 1964), p. 507. À Ténos, Ἐσχατιῶτις désigne une “habitante de l’eschatia “, le mot étant devenu toponyme.

48 Parmi les trente-et-un exemples du mot ἐσχατιά chez Jean Chrysostome, tous désignant “les confins “(la plupart avec le génitif τῆς γῆς ou τῆς οἰϰουμένης), signalons le passage du De fato et Providentia, 50, 773 τί ἂν εἴπομεν περὶ τῶν τοὺς μυχοὺς τῆς θαλάσσης διερευνώντων ϰα τὰς ἐσχατιὰς τῆς γῆς... “Pourquoi parlerions-nous de ceux qui cherchent les abîmes de ht mer et les extrêmes de la terre... ?” : les muchoi sont verticalement ce que sont horizontalement les eschatiai.

49 Voir le début de l’article ἐσχατιά de la Souda : τὰ πρòς τοĩς τέρμασι τῶν χωρίων ἐσχατιὰς ἔλεγον οἷς γειτνιᾶ εἴτε ὄρος εἴτε θάλασσα... “On appelait eschatiai les lieux situés près des frontières, ceux dont était proche soit une montagne soit une mer...”

50 On trouvera d'abondantes références dans le tout récent article de D. Rousset, « Les frontières des cités grecques. Premières réflexions à partir du recueil des documents épigraphiques », Cahiers du Centre Glotz, V, 1994, p.97-126.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search