Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Présentation

Aline Rousselle

Texte intégral

1Les textes présentés ici ont été inspirés par une proposition qui insistait à la fois sur la liberté d’entendre le terme « frontière » chacun à sa façon, et sur l’espoir de joindre des réflexions sur les frontières terrestres dans l’Antiquité à des textes sur d’autres frontières pensées par les Anciens ou transmises par leurs textes, celles d’un au-delà aux définitions mouvantes.

  • 1 Peter Brown, Le culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris, Le Ce (...)

2On pouvait espérer ainsi discerner plus précisément les changements évoqués par Peter Brown1, qui voyait se dessiner une perturbation de frontières bien établies, au moment d’une mutation de la civilisation gréco-romaine en cours de christianisation1. Il s’agissait pour lui de frontières entre ciel et terre, entre public et privé, entre vie et mort, entre espace civique et non civique, entre divin et humain, mais nous pouvions espérer voir ces frontières matérialisées dans l’espace romain.

3Il est évident que ceux qui ont pour métier d’étudier des limites au sol, les archéologues en premier lieu, ne pouvaient se transformer en théologiens, et que les spécialistes des textes patristiques ne pouvaient se pencher sur les vestiges frontaliers de l’Empire. Seule la confrontation de leurs travaux pouvait nous donner une idée des liens entre ces deux domaines.

4Des contributions portant sur des frontières de cités, d’empire, de zones célestes, devaient amener nécessairement l’emploi du terme dans des champs jugés ordinairement trop différents pour être ainsi rapprochés. Mais comme on le lira, la tentative a été au moins partiellement rémunératrice, dans la mesure où la terminologie des limites terrestres se répercute dans les passages célestes. Je ne parlerais pas de “reflet”, ni de prégnance telle qu’il fut impossible d’imaginer des univers uniformes, dépourvus de ces passages obligés que l’archéologue met au jour sans toujours pouvoir en discerner exactement la fonction. Il s’agirait plutôt de report, déplacement, homothétie.

Frontières matérielles et terminologie

5Habitués par nos études classiques à penser dans les termes des anciens, nous nous voyons aujourd’hui partagés entre les textes, que nous avons appris à considérer comme porteurs de “représentations” et des documents archéologiques, dont nous commençons à comprendre qu’ils ne livrent pas plus de realia directs que les textes. Aucun archéologue ne peut en effet transcrire ses observations dans le langage sans passer par les habitudes données par les textes, ou par les coutumes interprétatives déjà enracinées dans les publications antérieures. On le verra ici, nous n’échappons pas aux mots. Nous voici tributaires de notions comme les conflits de marchés économiques, ou comme la volonté de conquête, quasiment sans nous en apercevoir. Nous sommes évidemment dépendants de nos sources, et plus encore de la façon dont elles ont été traduites dans le langage historique depuis trois cents ans. La terminologie antique, grecque ou latine, sur laquelle reviennent plusieurs contributions de ce volume, montre combien les termes sont approximatifs. L’eschatia, le limes, ce sont des mots d’abord, plus que des choses. Les confins du territoire propre d’une cité, le pourtour d’un territoire dominé, puis intégré, une zone plus qu’une ligne, des contacts militaires ou économiques, en tout cas une zone où les Romains décident que les peuples ont des devoirs en particulier fiscaux à leur égard. Des propositions d’études plus directement concrètes restent donc les bienvenues. L’étude des lieux réels des frontières de l’empire romain, faite par des archéologues devenus géographes et ethnographes pourra modifier la vision des frontières romaines. Mais modifier quoi en fait ? certes pas la vision qu’en avaient les Romains ou les quelques provinciaux qui ont laissé des documents écrits. Leur vision ne changera pas. C’est la nôtre. Nous pourrons mieux comprendre la distorsion entre les représentations des habitants du centre et quelques réalités de la vie des marges.

Frontière et conflits

6L’archéologie résiste à nos généralisations à partir de textes. Pourquoi des marchandises ou des cadeaux parviennent-ils là et pas plus loin ? faut-il invoquer la concurrence de marchés ? Marseille a-t-elle vraiment voulu marquer une limite aux produits ibères sur le littoral méditerranéen ? Dans un empire romain de grandioses dimensions, des provinces quasiment dépourvues d’armées maintiennent des douanes fortifiées aux passages importants des voies.

7Les plus récents débats sur la frontière de l’Empire romain ont fait plus que nuancer l’idée que se faisaient les historiens, à la vue des ouvrages militaires repérés et étudiés dans des zones limites du pouvoir romain. Il n’est plus possible de considérer que le pouvoir central de Rome ait décidé de contrôler sur tout son tracé une ligne qui laissait en dehors un espace resté barbare, considéré comme l’origine de danger permanent. On sait que les dispositifs construits ne sont pas continus, laissant même sans protection des zones exposées, parfois même édifiés perpendiculairement à la ligne de partage. On sait encore, on le verra ici, combien les zones contrôlées excèdent les zones officiellement dominées.

8On a récemment tenté de renoncer à l’idée que l’Etat romain aurait eu une politique stratégique. Mais s’il nous faut abandonner le concept de limes purement militaire, ne renonçons pas complètement à voir dans les frontières un objet de surveillance et d’inquiétude, et évidemment de conflits. Les Anciens avaient une idée des frontières comme lieu de conflit (pensons aux affaires de bornages de champs qui sont de tous les temps) qu’on aurait mauvaise grâce à leur contester, et qui éclaire sans doute la réalité du terrain observé par les archéologues. Lisons Sénèque :

  • 2 Sénèque Questions naturelles, Pr. 8-13, CUF, 1961, trad. P. Oltramare.

9“Oh ! combien sont risibles les frontières que les hommes mettent entre eux (mortalium termini) ! Que notre empire empêche les Daces de franchir l’Ister et enferme les Thraces par la barrière de l’Haemus ! Que l’Euphrate arrête les Parthes ! Que le Danube distingue ce qui est aux Sarmates de ce qui est aux Romains ! que le Rhin impose une limite à la Germanie ! que les Pyrénées élèvent leur ligne de faîte entre les Gaules et les Espagnes ! qu’un aride désert de sable s’étende entre l’Égypte et l’Éthiopie ! Donnez aux fourmis l’intelligence de l’homme, ne se partageront-elles pas, elles aussi, en plusieurs provinces la surface d’une aire à battre le blé ?...Il n’est qu’un point ce globe sur lequel vous naviguez, vous faites la guerre, vous régnez. Vous ne fondez que de tout petits empires, même si l’océan les borne des deux côtés. Au ciel les espaces sont immenses, et l’âme est admise à en prendre possession...Elle méprise alors l’étroitesse de sa précédente demeure. Qu’y a-t-il en effet, des rivages les plus reculés de l’Espagne jusqu’aux Indes ? Une distance qu’on peut franchir en très peu de jours, si la traversée se fait par un vent favorable. A la plus rapide des planètes, qui se meut avec une vitesse constante et sans s’arrêter nulle part, il faut trente années pour parcourir la route que lui offre l’espace céleste”2.

  • 3 §18, trad. Chambry, Paris, Garnier, s. d., p. 439.

10L’idée était répandue que les frontières sont des fantaisies des hommes, ridicule peuple de fourmis. Lucien de Samosate décrit dans l'Icaroménippe, les frontières humaines vues depuis les astres3 : “Ceux qui me donnaient le plus à rire, c’étaient ceux qui se querellent pour les limites d’un territoire...car comme la Grèce entière, à en juger par ce qu’elle me paraissait d’en haut, avait quatre doigts de grandeur, l’Attique à proportion, n’en était, j’imagine, qu’une partie infinitésimale...je me rappelai pour quel petit coin de terre, juste grand comme une lentille, tant d’Argiens et de Lacédémoniens avaient péri en seul jour”.

11Le texte de Sénèque montre que les Romains avaient une idée cartographique proche de nos “frontières naturelles”, ajoutant aux frontières de l’Empire la barrière pyrénéenne, dont on lira ici qu’elle a élevé et conservé un poste fortifié quand elle ne séparait que deux provinces romaines.

12Il n’y a donc pas à renoncer à l’idée de frontières difficiles à établir et à conserver, objet courant de conflits, depuis les bornes des champs jusqu’aux limites des empires. Mais nous pouvons tenter de savoir ce qui se passait réellement dans ces zones frontalières, et comment elles étaient perçues à l’intérieur, à défaut de toujours posséder des documents sur les vues de l’extérieur. Nous pouvons alors comprendre la frontière tournée vers l’intérieur, la surveillance de la province dominée, le contrôle de ses populations, la perception des impôts confiée à des soldats, ainsi que les arrestations de prévenus ordinaires. Parfois, comme on le voit en Afrique, la fonction de surveillance était confiée à de grandes familles locales.

Représentations

13Nous avons appris - suivant en cela Durkheim et Mauss - à penser les écrits et images des anciens en termes de “représentations”. Les “représentations” ont maintenant tout envahi, comme précédemment les “mentalités”, au point de nous faire parfois renoncer aux réalités. Peut-être pourrons-nous tenter, renversant le courant, d’utiliser les représentations pour nous frayer cet accès.

14La décision, qu’il s’agisse d’un État (politique), d’une Église ou d’une personne, repose sur des représentations (conscience) et des connaissances intimement mêlées. Conscience et connaissance géographiques et astronomiques, en interaction, permettent de cartographier et de décider. Tant Ptolémée que Pline l’Ancien et Tacite, le premier tentant une description avec localisation, les autres donnant des approximations, voient les confins comme une succession de noms de peuples, disposés en profondeur hors de la zone contrôlée directement par Rome. Cela se nomme une “représentation”, tout comme celle des auteurs littéraires qui nous parlent de semi-barbares ou de semi-hellènes, pour évoquer les hommes assimilés peu ou très peu, à leur culture considérée comme une norme d’excellence. La “représentation” du limes est essentiellement l’idée que l’on se fait dans les parties centrales où se prennent les décisions, de peuples à peu près situés sur des cartes, et dont les intentions, les mouvements, les rapports avec les plus proches Romains, ont été modifiés par la transmission. Ces “représentations” alimentent une “pensée”, celle des décideurs.

De part et d’autre : différence de nature

15Nous pouvons tenter de tracer des voies de compréhension entre représentations des frontières romaines et réalités. La première est assez directement reliée aux frontières terrestres. Il s’agit de la représentation des espaces et peuples inconnus. Pour les écrivains latins, il semble que même la nature physique des régions hors-frontière ait été de nature différente de celle de l’empire. Les représentations des confins terrestres reposaient sur des strates anciennes de mythes géographiques des confins (eschatologiques). Quand on étudie l’iconographie d’un poste frontière de l’Euphrate, comme la petite ville de Doura-Europos, on a le sentiment d’un monde frontalier extrêmement riche, varié, où les costumes, les mythes, les “représentations”, se mêlent constamment. Plus que l’affrontement (dont la réalité est assurée au moins pour deux sièges dont le dernier effaça la ville), c’est le contact qui apparaît. Et pourtant, dans les textes des lettrés, existent un en-deçà et un au-delà, dont les peuples sont de nature différente, ceux de l’extérieur étant quasiment non-humains, et leurs terres des déserts. C’est dans les termes des descriptions mythiques que s’élabore une pensée des confins géographiques et militaires : voyons les terribles Germains sauvages décrits par Tacite (et qui cependant gagnent en réalité s’ils sont rapprochés des descriptions de peuples de l’Inde faites par Arrien dans son récit du passage d’Alexandre).

  • 4 Sur la démonologie, on peut partir de l’exposé introductif et du commentaire de Jean Beaujeu à Apu (...)

16Partons encore des “représentations” de l’espace céleste. Certes, ces représentations reposent sur la cartographie, le dessin des zones célestes où se déplacent les astres. J’évoque à peine les stoicheia, les portions de ciel où passe le soleil à travers l’année, et qui forment la ceinture zodiacale. Surtout, évoquons les emboîtements de sphères, repérés, dessinés, et représentés en volume dans les bonnes maisons cultivées de l’Empire, représentations plastiques, dont le caractère scientifique est néanmoins admis, même avec ses erreurs géocentriques. La représentation du monde comprenait pour les gens cultivés comme pour le peuple agriculteur et marin la conscience d’un espace céleste aussi présent que l’espace terrestre, et lui aussi partagé par des ceintures, “zones”. Qui peut penser un espace sans cloisonnements ? L’observation du ciel a montré aux anciennnes civilisations que des cloisonnements naturels et d’aspect régulier, éternel, sont la loi de l’univers. Comme un microcosme corporel a pour eux répondu sur le corps humain aux segments du ciel, les zones terrestres, mises en relation avec les parcours solaires, sont apparues comme des régions naturelles, donc leurs limites l’étaient encore. Le ciel commande et mettre le ciel à contribution dans les œuvres humaines se faisait selon les rites étrusques puis romains en découpant une région du ciel, un templum, dont les limites servaient de cadre à l’expression de la volonté ou de la connaissance divines. Les zones célestes ainsi déterminées par la science étaient aussi définies comme lieux de répartition d’êtres différents. Dans le monde sublunaire, depuis Aristote, repris par Varron et connu à travers une citation d’Augustin, séjournent des esprits-démons4. A côté de démons issus des âmes des morts, il s’y trouve des démons formés d’une matière pneumatique invisible (pas notre matière lourde de chair), distincts des êtres qui vivent au-dessus de la sphère lunaire, et qui sont alors libérés de la pesanteur matérielle, même pneumatique. Ces êtres de nature hybride, partiellement matériels, peuvent être bons ou mauvais. Pour certains philosophes païens, nous sommes constamment accompagnés, chacun, de nos deux démons inspirateurs, le bon et le mauvais. Il sera possible aux chrétiens de traiter de mauvais démons les dieux du paganisme, et de parler de bon ange, perpétuant la présence d’êtres invisibles, encore hybrides, dans l’air sublunaire. L’espace céleste était ainsi divisé, selon des sphères parfaitement justifiées en géométrie, mais peuplées d’êtres aux natures précises et variables. Les frontières célestes dominaient donc une répartition de natures différentes, eu égard à la matière et à l’intellect, ce qui pourrait aider à comprendre la réflexion romaine sur les capacités humaines des peuples répartis de part et d’autre de ceintures terrestres.

Entre deux : des portes

17Si nous partons des mythes pour comprendre les “représentations” de la réalité des confins, nous y voyons l’importance des portes (la Porte des Enfers) et des gardiens. Que la frontière soit ou non définie comme une ligne fortifiée, elle est munie de portes, de passages obligés. Dans les enfers grecs, Cerbère garde l’entrée du domaine de Hadès et Perséphone. L’exploit d’Héraclès consiste à enlever le monstre gardien mais non à effacer la porte. En situant l’au-delà dans le ciel, les chrétiens placeront l’archange saint Michel à l’entrée de la Jérusalem céleste.

18Rapportons alors les mythes de Portes et de gardes à d’autres documents. A chaque sphère céleste sont affectés des gardiens, que le texte Valentinien sur la descente du Sauveur (descente d’une âme divine vers son incarnation) définit comme “douaniers péagers, gardiens des portes des deux”. Le monde de l’au-delà est vu comme un monde à frontières, devant lesquelles veillent des “douaniers célestes” auxquels l’âme purifiée doit donner le mot de passe, dans le sens ascendant puisque le trajet de l’âme après la mort adopte l’ascension vers les plus hautes sphères. En descendant, en revêtant à chaque passage un élément de la nature humaine, le Christ accomplit le trajet inverse de celui que nous fera franchir la rédemption. Changer de nature. Là encore, passons sans crainte de la théologie à la réalité locale d’une frontière terrestre, et nous pourrons y voir mis en valeur et la fonction de surveillance, et le point de passage de la romanisation.

  • 5 Marta Sordi, “Silla e lo ius pomerii proferendi, dans Il confine nel mondo classico, a cura di Ma (...)

19Pouvons-nous nous en étonner ? Les dieux sont gardiens, depuis le seuil de la maison, depuis le pomérium romain5, depuis les sanctuaires de bornage de cité, si évidents dans les créations coloniales grecques, jusqu’aux confins de l'imperium romain, lui qui est pensé comme illimité ?

Limites religieuses

20Tout ceci pour dire que les limites de l’espace céleste ou terrestre, sont des limites religieuses. Dans chaque zone ainsi voulue par les dieux directement, comme sont les espaces des cités grecques, puis des cités latines et de l’Empire romain, ce sont les dieux qui conservent la paix et la prospérité.

21L’espace de la cité d’Athènes était cerné de sanctuaires. A Rome, le pomerium, limite sacrée de la Ville, était susceptible d’agrandissements motivés par l’agrandissement du territoire. Les dieux étrangers en étaient exclus, et périodiquement expulsés quand ils avaient été indûment introduits. Même des chapelles privées, dans des domiciles particuliers, étaient soumises à la destruction. Dans le territoire plus vaste placé par des conflits successifs sous l'imperium romain, les dieux locaux étaient respectés et priés par Rome qui installait ses propres divinités. Aucun praticien des documents romains ne peut faire abstraction de la masse épigraphique offerte par les camps des frontières, et en négliger les textes religieux-épitaphes, inscriptions votives, honneurs aux empereurs-, tous documents qui manifestent à quel point le territoire romain est le territoire de ses dieux. On serait alors tenté d’écrire que les frontières de l’Empire sont celles de l’espace où sont accomplis les sacrifices romains. L’épigraphie frontalière, principalement militaire et souvent religieuse, semble nous dire à quel point les soldats avaient besoin des dieux, à titre personnel, comme protection durant les affrontements. Mais elle nous dit aussi clairement que la présence de Rome est la présence de ses dieux, comme en témoigne essentiellement le calendrier des fêtes de l’armée romaine de Doura-Europos sur l’Euphrate, tout parcouru d’anniversaires d’empereurs divinisés et de sacrifices aux dieux les plus classiques et les plus anciens de la Ville. Les dieux romains s’installaient dans le nouveau domaine impérial, comme le montre éloquemment la colonne trajane (photo de couverture), où le dieu fleuve Danube assiste au passage des troupes romaines, et au premier sacrifice aux dieux de Rome sur la rive nord, dans le rituel particulier de la Ville. La marque de la romanisation sera plus loin l’assistance des Daces au sacrifice romain.

22Avec la christianisation de l’empire, les dieux des cités, qui présidaient à la protection de leurs espaces divers depuis la ville jusqu’aux marges, n’assurèrent plus cette fonction. Les espaces qu’on a cru “déserts” aux marges des cités d’Occident, et aussi bien des provinces d’Orient, étaient plutôt, on le verra ici, des zones où la vie rurale n’obéissait pas aux normes agricoles de la villa, mais étaient exploitées différemment par des populations qui furent, plus rapidement qu’on ne l’a cru, en contact avec la nouvelle religion par l’activité ascétique des ermites.

23On peut effectivement se demander ce que devint la protection religieuse d’un territoire comme celui de l’empire romain lorsqu’un Dieu universel fut censé devenir commun aux extérieurs et aux intérieurs. La présence d’ermites aux frontières des cités en fit les gardiens du territoire civique devenu souvent le territoire du diocèse. Sur la frontière orientale de Syrie, face aux Perses, les moines “veilleurs”-acémètes, sans sommeil-, sont-ils les gardiens d’un territoire plus vaste, tout en gardant la vie chrétienne contre les assauts du monde ?

24Il y avait plusieurs modèles de garde militaire des frontières, que l’on voit appliquer dans le monde monastique. La frontière matérialisée (clausura, clôture) est munie d’une porte destinée à canaliser les passages, et à les contrôler. Les moines, appelés à la peregrinatio, au voyage, ont conceptualisé et réalisé une clôture comme les ouvrages militaires. Mais la clôture monastique, délimitant l’espace où prient et dorment moines ou moniales, est franchie normalement par ses portes qui manifestent le passage en zone non protégée. Autre modèle : les soldats des garnisons du Danube avaient des jardins et redevenaient des producteurs agricoles. On voit les moines des confins syriens devenus aussi des producteurs et vendeurs de produits agricoles, condamnés par le moine Alexandre, qui veut faire renoncer à la production pour la veille (vigilance) perpétuelle, rendant ainsi manifeste l’opposition entre deux styles de garde aux frontières. Entre les forts de l’armée romaine de Syrie, les compagnons d’Alexandre le Veilleur font des marches épuisantes, sans ravitaillement autre qu’une rare cueillette. Ayant choisi un modèle militaire adapté à la prière perpétuelle, les moines d’Alexandre le Veilleur ne parviennent pas à une entente avec les paysans.

25Pendant que la christianisation du monde méditerranéen contraignait à l’établissement de nouvelles frontières, les Perses adaptant le roman grec d’Alexandre le Grand, tentèrent de s’approprier un modèle universel de conquérant et fabriquèrent une généalogie du roi macédonien qui en faisait un semi-oriental, ce qu’il était culturellement. Le conquérant qui unissait les deux nations, défaisait alors les frontières entre régions du monde, et tentait de passer les frontières entre monde humain et monde divin devenues les seules frontières vraiment signifiantes.

Hors frontière, pas de vie

26Les Romains ont traduit par une fiction juridique l’absence d’un citoyen hors du territoire romain lorsqu’il était retenu par la force ennemie. L’absence était niée. Retenu en captivité, le Romain n’a pas “vécu” hors de Rome. De retour à Rome, il retrouve sa nature de citoyen par le droit de postliminium et il doit retrouver ses biens et sa famille tels qu’il les a laissés. Les Romains ont même voulu régler le sort de l’épouse demeurée à Rome durant l’absence d’un homme que l’on croyait mort. Nous pourrions croire que cette conception est restée purement romaine. Voyons alors comme le sentiment de non-existence hors de la terre nationale est fort : dans un texte tardif, on raconta que le juif Abimélech a dormi tout le temps que dura l’Exil. Hors de ses frontières, le peuple juif ne vit pas, il rêve. En somme, ce texte fantastique, dont le récit s’apparente à des mythes grecs, applique à tout le peuple juif le postliminium romain, le droit de retour avec oblitération du temps d’éloignement.

27Le travail pourra sans doute se poursuivre, pour multiplier les apports réciproques entre études de représentations et études de réalités antiques. Le monde des études frontalières romaines est si vaste qu’on lira ici des études sporadiques. J’espère cependant que les rapprochements qui ont été suscités auront ménagé des portes entre des disciplines ordinairement séparées par une solide frontière universitaire.

Notes

1 Peter Brown, Le culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris, Le Cerf, 1984 (éd. angl. 1981), pp. 11 et 34.

2 Sénèque Questions naturelles, Pr. 8-13, CUF, 1961, trad. P. Oltramare.

3 §18, trad. Chambry, Paris, Garnier, s. d., p. 439.

4 Sur la démonologie, on peut partir de l’exposé introductif et du commentaire de Jean Beaujeu à Apulée, du dieu de Socrate, Paris, CUF, 1973.

5 Marta Sordi, “Silla e lo ius pomerii proferendi, dans Il confine nel mondo classico, a cura di Marta Sordi, Milan, 1987, pp. 200-211. Et un article à paraître de F. Hinard dans les actes du Congrès international d’archéologie classique, Tarragone, 1993.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search