Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre XIV. Positionner les outils dans les temps du Paléolithique supérieur européen

Mario Dini et Henry Baills

Texte intégral

1Au cours du Paléolithique Moyen, l’industrie lithique avait enregistré des alternances de phases de faibles innovations avec des moments de changements. Dans ce scénario, les nouveautés restaient cependant intégrées aux vieux systèmes, sans réelle modification brutale. « Les innovations apparaissent par addition d’opérations nouvelles sans que les séries anciennes qui servent de substrat soient abandonnées » (Leroi-Gourhan, 1962).

2De façon différente, entre 40.000 et 10.000 BP, soit pendant les 30.000 ans de durée du Paléolithique supérieur européen, on remarque que les cultures préhistoriques connaissent des changements massifs et rapides. Ils se manifestent par des évolutions, des diffusions et des diversifications qui se sont enchaînées à un rythme plus soutenu. Ce constat peut être dressé aussi bien à l’échelle régionale qu’européenne.

3Le Paléolithique supérieur a ainsi connu des cultures qui se sont succédé dans le temps : Aurignacien-Gravettien-Solutréen-Magdalénien-Azilien pour l’Europe atlantique ; Aurignacien-Gravettien-Epigravettien pour l’Europe méditerranéenne.

L’Aurignacien

4Le premier Aurignacien apparait aux environs de 38.000 BP durant un épisode tempéré (Les Cottès), il se poursuit pendant la phase rigoureuse qui suit (33.000 BP) et connait sa plus grande expansion lors de l’amélioration d’Arcy vers 31.000 BP.

5Cette culture préhistorique tire son nom du site éponyme de la grotte d’Aurignac (Haute-Garonne, France) fouillée en 1860 par E. Lartet. Ce n’est pourtant qu’en 1906 que le terme « Aurignacien » a été proposé et officialisé par E. Carthailhac lors du Congrès d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique de Monaco. En fait ce sont les fouilles de plusieurs sites menées au début des années 1900 par H. Breuil qui permirent l’individualisation définitive de l’Aurignacien (Breuil, 1906) et mirent un terme final à ce que l’on a qualifié de « bataille de l’Aurignacien ».

6L’Aurignacien se présente comme une vaste entité chronoculturelle bien différenciée des cultures européennes précédentes. Cette originalité, l’Aurignacien la marque non seulement par une nouvelle technologie de la taille de la pierre, mais aussi par l’invention d’une industrie en matières dures animales que sont l’os, l’ivoire et le bois animal.

7En Europe, l’Aurignacien a été repéré depuis le Portugal à Pego do Diabo, Terra do Manuel et Salemas, jusqu’en République Tchèque à Lhotka, Vedrovice et Kuparovice et en Bulgarie à Bacho Kiro. Il a également été reconnu en Asie proche orientale depuis le Levant méditerranéen à Kebara en Israël, à Ksar Akil au Liban et jusqu’en Iran à Yafteh et Shanidar. Plus à l’est, l’Ouzbékistan et l’Afghanistan ont livré des sites aurignaciens ou assimilés comme Kara-Kamar et Samarkandskaya.

8En France, la présence aurignacienne est bien attestée dans trois zones correspondant à la région nord-aquitaine, pyrénéenne et basrhodanienne. La région nord-aquitaine, qui correspond globalement aux départements de la Dordogne, des Charentes et de la Corrèze, est largement la plus riche avec une quarantaine de sites référencés. Les gisements de l’Abri Pataud, de Laugerie Haute, de La Ferrassie et du Piage sont de grande notoriété scientifique. Plus au sud, le massif pyrénéen a connu une occupation aurignacienne repérable sur toute la longueur de la chaîne, depuis les Pyrénées-Occidentales avec la grotte d’Isturitz jusqu’en Ariège avec le Tuto de Camalhot et à la côte méditerranéenne avec la grotte de la Crouzade dans l’Aude. Enfin la zone bas-rhodanienne montre une concentration dans les départements de l’Ardèche et du Gard avec quelques sites références comme la grotte Chauvet ou celle de la Sapétrière.

9En Italie, les sites qui ont montré les occupations aurignaciennes les plus représentatives sont assez nombreux. Nous pouvons citer la grotte Fumane (unités A2-A1 et D7-D3) en Vénétie, l’abri Mochi (couches G et F) en Ligurie, Pontecosi et la grotte La Fabbrica (couches 3-4) en Toscane. Plus au sud, on connait la grotte du Fossellone (couches 25) dans le Latium, les grottes de Castelcivita (niveaux 9 et 8) et de la Cala (couche β) en Campanie, enfin dans les Pouilles la grotte Paglicci (couche 24).

10Les caractères généraux de l’industrie lithique de l’Aurignacien font preuve d’une certaine homogénéité sur tout le territoire qu’il a occupé. Les nouvelles chaînes opératoires qu’il développe visent à la production de supports laminaires et lamellaires par l’exploitation de nucléus prismatiques et, de façon très originale, de nucléi-grattoirs carénés.

11Typologiquement les ensembles lithiques aurignaciens se caractérisent par la présence de grandes lames épaisses (Fig. 58 D). Elles sont associées à des burins busqués (Fig. 58 A), des nucléi-grattoirs carénés (Fig. 58 B) ou à museau (Fig. 58 C), des grattoirs sur lame aurignacienne (Fig. 58 F), des lames étranglées (Fig. 58 E), des lamelles Dufour (Fig. 58 G) et des pièces esquillées. Dans certains sites italiens, les Aurignaciens ont réalisé une production originale de pointe à dos marginal et profond (Fig. 58 H et I).

12Traditionnellement on admet un périodisation de l’Aurignacien en trois phases, que l’on distingue en s’appuyant sur la typologie des ensembles lithiques et sur l’industrie en matière dure animale.

13La première phase, dénommée suivant les auteurs, Protoaurignacien, Aurignacien 0, ou Aurignacien archaïque, est caractérisée par la présence de pointes et de lamelles à dos marginal (Fig. 58 G). On avance généralement que les sites appartenant à ces premiers moments de l’Aurignacien seraient antérieurs à 35.000 BP. Dans ces phases apparaissent les premières pointes en os à base fendue qui caractériseront des moments plus classiques de l’Aurignacien (Fig. 58 J).

14A une seconde phase peuvent se rattacher les complexes de l’Aurignacien classique et de l’Aurignacien évolué, datés entre 34.000 et 27.000 BP.

15A l’industrie lithique, déjà évoquée, est associée la production de grandes lames portant une retouche écailleuse caractéristique, dite « retouche aurignacienne » (Fig. 58 D). Les objets en matière dure animale deviennent plus abondants.

16Durant la phase classique, les Aurignaciens ont fabriqué des sagaies losangiques à base fendue qui en sont devenues le fossile directeur (Fig. 58 J).

Fig. 58 – Industrie lithique de l’Aurignacien de l’Europe atlantique. D’après Laurent, sauf H-I/Palma di Cesmola.

17A la phase évoluée se développent, dans la zone balkanique, des types de sagaies à base arrondie. Ce n’est pas le cas de la zone européenne occidentale atlantique où ce sont les prototypes à base conique qui sont les plus courants.

18Enfin, durant la troisième phase, l’Aurignacien terminal n’a été repéré que dans quelques zones-refuges comme l’Estremadura au Portugal, le Languedoc et l’Aquitaine en France, le piémont des Carpates en Europe centrale. Ces occupations doivent être placées durant un intervalle temporel compris entre 27.000 et 22.000 BP. Dans ce même moment, le reste du continent connait déjà le Gravettien.

19Suivant cette partition, on reconnait comme protoaurignaciens les gisements en grottes de l’Esquicho-Grapaou dans le Gard (couche CSL1) et de l’Arbreda en Catalogne (couche H). A l’Aurignacien classique, on doit rattacher le gisement de plein air de Régismont-le-Haut dans l’Hérault.

20Cette situation rend difficile l’articulation chronologique des deux phases. Elle complique également le recollement des données permettant d’y repérer des phénomènes de filiation. En fait pour certains chercheurs, le caractère archaïque du Protoaurignacien reste essentiellement fondé sur un faisceau de datations au radiocarbone et sur des corrélations chrono-climatiques, arguments qui peuvent paraître encore insuffisants.

21En l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de donner une explication à la variabilité synchronique ou diachronique de ces industries (Bon, 2002). Certes les ensembles lithiques démontrent des assemblages typologiques paraissant assez homogènes, pourtant il semble exister quelques critères de différenciation. Plutôt que l’apparition de nouveaux types c’est, semble-t-il, la fréquence de certaines familles d’outils qui constitue la piste de recherche la plus prometteuse. Dans cette démarche, les grattoirs carénés occupent une place de choix dans la mesure où leur utilisation comme nucléus a été effective ou pas (Fig. 58 B).

22En effet certains chercheurs avancent que ce qui caractériserait les industries aurignaciennes du point de vue de leur production lamellaire ne serait pas la présence ou absence des grattoirs-nuclei carénés, mais plutôt la place que ces derniers ont occupé dans la chaîne opératoire. En fait, le Protoaurignacien s’individualise par un débitage de lames et de lamelles, en continuité, sur le même nucléus prismatique. L’Aurignacien ancien, quant à lui, s’en distingue par la gestion de deux chaînes opératoires disjointes. L’une, sur nucléus prismatique, pour l’obtention des lames, l’autre, sur grattoir-nucléus caréné, pour les lamelles (Peresani, 2005 ; Le Brun-Ricalens et al., 2005 ; Teyssandier, 2006 ; Cattelain, 2010).

23Malgré les avancées des recherches récentes, la structuration interne de l’Aurignacien reste encore à affiner. On doit, par exemple, regretter l’évidente pénurie en gisements ayant livré, au sein de la même chronoséquence, la succession en continuité du Protoaurignacien et de l’Aurignacien classique. A ce titre, l’abri Mochi, en Ligurie, fait figure d’exception puisque dans ce site un horizon protoaurignacien couche G, daté aux alentours de 34.000 BP, est coiffé par une couche F aurignacienne classique (Bietti et Negrino, 2008). La zone méditerranéenne franco-espagnole ne livre aucun gisement montrant de façon indiscutable une situation identique à celle de l’abri Mochi. On y connait ainsi des sites qui contiennent des occupations, soit protoaurignaciennes, soit aurignaciennes classiques.

24Certains chercheurs, dans cette situation, ont pu douter de la plus grande ancienneté du Protoaurignacien face à l’Aurignacien classique, avançant l’idée d’une bipolarité du monde aurignacien à ses origines et d’une contemporanéité des deux entités. Cette hypothèse d’une origine multiphylétique de l’Aurignacien montrerait ainsi un Protoaurignacien qui serait le résultat d’une migration venant du Proche ou Moyen-Orient alors que l’Aurignacien classique correspondrait à un phénomène d’adaptation locale (Kozlowsky, 2000 et 2010).

25Les aires de répartition de ces deux Aurignaciens sont relativement distinctes, le Protoaurignacien se centre sur le versant nordméditerranéen alors que l’Aurignacien classique démontre une extension plus diffuse. En Dordogne le Protoaurignacien n’est pas présent et l’Aurignacien débute par une phase ancienne datée d’environ 34.000 BP (couche 14 de l’abri Pataud).

26Sur le plan artistique, l’Aurignacien marque les débuts de la thématique figurative, phénomène qui va se développer durant tout le Paléolithique supérieur. L’art mobilier se caractérise par la production de statuettes zoomorphes ou anthropomorphes en ronde bosse réalisées en ivoire ou pierre. Les sites allemands de Hohlenstein et Vogelherd dans le Bade-Wurtemberg ont livré de telles figurines. En 2008, toujours dans le Jura souabe (Allemagne), la découverte d’une statuette féminine à la base des niveaux aurignaciens du site de Hohle Fels a quelque peu modifié nos connaissances sur ce type de figurine. Elle est datée entre 35.000 et 40.000 BP. On avançait en effet que ces vénus ne faisaient leur apparition qu’avec la culture gravettienne, soit 10.000 ans plus tard !

27On pensait, encore tout récemment, que l’art pariétal aurignacien se limitait à quelques gravures schématiques, plutôt approximatives, d’animaux et de vulves comme celles trouvées à l’abri de La Ferrassie en Dordogne. En 1994, la découverte de la grotte Chauvet à Vallon-Pontd’Arc en France, décorée de peintures et gravures datées entre 33.000 et 29.000 BP, atteste par contre d’une production figurative déjà pleinement mâture, en ces temps très anciens (Kozlowski, 1992 ; Leroi-Gourhan et al., 1995 ; Clottes, 2001).

Le Gravettien

28L’apparition et le développement du Gravettien en Europe coïncident avec d’importants changements climatiques qui ont abouti à la stabilisation définitive de conditions arides et froides. Elles ont trouvé leur expression la plus forte pendant le dernier maximum glaciaire, vers 24.000 BP.

29Les industries gravettiennes sont caractérisées par la présence d’un fonds commun constitué par des pointes à dos profond sur lames, appelées pointes de la Gravette (Fig. 59 I) ou sur lamelle, nommées dans ce cas micro-gravettes (Fig. 59 H). Elles sont interprétées comme l’expression de nouvelles techniques de chasse qui se seraient diffusées de façon concomitante dans différents centres.

30En Europe, parmi les sites les plus connus il faut citer en Ukraine : Molodova et Pushkari, en Bulgarie : Temnata, en République Tchèque : Pavlov et Dolni Vestonice, en Espagne : l’Abri Romanì, au Portugal : Olga Grande et Buraca Escura (A.A.V.V., 2007 ; A.A.V.V., 2008).

31En France, le Gravettien est largement représenté par des sites emblématiques comme l’abri éponyme de la Gravette, l’abri Pataud et La Ferrasie en Dordogne, la Vigne-Brun dans la Loire, le Roc de Combe dans le Lot et La Bouverie dans le Var.

Fig. 59 – Industrie lithique du Gravettien de l’Europe atlantique. D’après Laurent

32La zone périgourdine, par la richesse et la densité de ses gisements, a permis de percevoir une structuration interne du Gravettien. Il serait utopique d’avancer que le schéma évolutif élaboré en Périgord peut être transposé dans son intégralité à l’Europe entière. Ce modèle sert cependant de cadre-référence à la culture gravettienne de l’Europe occidentale. A ce titre, il mérite d’être rappelé.

33La Gravettien ancien, vers 28.000 BP, débute par des horizons caractérisés par la présence de deux nouveaux types d’outils que sont les fléchettes (Fig. 59 G) et les pointes de La Font Robert (Fig. 59 F). Ces objets permettent d’identifier deux faciès qui, n’ayant jamais été repérés en succession dans une même stratigraphie, sont considérés comme certainement contemporains. Le fait que quelques rares sites aient livré, au sein d’une même couche, des fléchettes et des Font-Robert vient apporter du crédit à cette thèse.

34Le Gravettien ancien indifférencié se termine, entre 27.000 et 26.000 BP, par des ensembles dans lesquels ne subsistent que des pointes de La Gravette, souvent associées à des éléments tronqués.

35Le Gravettien moyen connait l’apparition d’outils nouveaux. Il s’agit de burins sur troncature originaux : les burins de Noailles (Fig. 59 C) et ceux du Raysse (Fig. 59 B). On admet une certaine contemporanéité entre les groupes humains qui connaissent ces objets. Il existe également des burins plus classiques sur troncature (Fig. 59 A). Le Gravettien moyen se développe entre 26.000 et 24.000 BP.

36Le Gravettien récent montre un retour à une présence importante des pointes de La Gravette associées à des burins dièdres. Il connait sa pleine expansion entre 24.000 et 22.000 BP.

37Entre 22.000 et 21.000 BP, le Gravettien final, également appelé Protomagdalénien, clôture l’évolution culturelle du Gravettien dans cette partie de l’Europe. Il est présent à l’abri Pataud (couche 2) et à Laugerie-Haute (couche Est 36). Sa riche industrie osseuse et ses grands burins dièdres d’axe ne sont pas sans rappeler la panoplie matérielle qui sera celle des Magdaléniens, quelque 4.000 ans plus tard. Ces convergences expliquent l’appellation de Protomagdalénien, à laquelle on préfère aujourd’hui celle, moins sujette à confusion, de Gravettien final.

38En Italie, la séquence classique de l’Europe occidentale ne trouve que des correspondances partielles. En effet, dès les phases avancées du Gravettien, on enregistre un cloisonnement assez net entre le versant tyrrhénien, où se développe un faciès à burins de Noailles et le versant adriatique, moins riche en sites, qui a connu un développement de cultures plus locales.

39Ce phénomène de zonation longitudinale de la péninsule italique est bien visible entre, d’une part les sites de la Ligurie et de la Campanie (grottes de Grimaldi, grotte de la Cala) (Gambassini, 2007) et de l’autre ceux des Pouilles (grotte Paglicci) (Palma de Cesnola, 1993). Seuls les premiers trouvent des parallèles avec le contexte français.

40Dans la zone ligure, un Gravettien indifférencié est suivi par un horizon à burins de Noailles (abri Mocchi, couche D). Ces outils y ont des morphologies assimilables aux prototypes français.

41Dans le sud tyrrhénien par contre, la forme typique des burins de Noailles est associée à de fréquentes variantes appelées para-Noailles, auxquels l’encoche d’arrêt fait généralement défaut (grotte de la Cala niveau inférieur Beta II-I).

42Les moments terminaux du Gravettien évolué (ou moyen) à burins de Noailles du versant haut tyrrhénien sont représentés par la couche G de la grotte des Enfants en Ligurie, dans les stations toscanes de surface du Monte Longo près d’Arezzo et de Casa Riccomi sur les collines des Cerbaie. Leurs industries ont en commun une forte présence de grattoirs et burins, associés à de nombreuses pièces à dos. Les Noailles et para-Noailles y sont rares, mais la présence de lames retouchées et de pointes serait plus significative (Palma de Cesnola, 1993 ; Bachechi, 1995).

43Dans la zone basse tyrrhénienne et campanienne, la situation est légèrement différente. Un faciès à dos tronqués, récemment reconnu aux grottes de la Serratura en Campanie et du Romito en Calabre (Martini et Lo Vetro, 2005 ; Martini et al., 2000-2001) et daté d’environ 20.000 BP, se superpose aux niveaux du Gravettien final à burin de Noailles et para-Noailles et termine ainsi le cycle local du Gravettien de la région.

44Même s’il reste difficile actuellement de mettre en évidence dans son contexte le processus évolutif qui a marqué la fin du Gravettien sur le versant tyrrhénien, l’hypothèse de Palma de Cesnola reste d’actualié (Palma di Cesnola, 1993). Ce chercheur assimile la phase finale du Gravettien local à un stade de passage avec l’Epigravettien ancien de l’Italie.

45Les récentes données qui proviennent de la zone basse tyrrhénienne, tel le faciès à dos tronqués du Romito et de la Serratura, nous obligent à une réflexion sur le rôle joué par les substrats gravettiens locaux dans la diffusion vers le sud de l’Epigravettien. Selon une vision monocentrique proposée par Palma de Cesnola, le versant haut tyrrhénien serait un probable centre de diffusion pour les premières cultures épigravettiennes de l’Italie. La zone calabro-campanienne serait alors devenue un lieu où se croiseraient des influences venant de Ligurie et celles relevant du fonds gravettien. Suivant ce modèle, le faciès gravettien final local des grottes de la Serratura et du Romito à pièces à dos tronquées entrerait alors en contact avec des innovations venant du nord tyrrhénien, comme les pièces à cran.

46Ce n’est pas le cas de la zone sud-adriatique où la succession stratigraphique de la grotte-référence Paglicci dessine une évolution sensiblement différente pour le Gravettien adriatique. Dans ce site, se succèdent en continuité stratigraphique : un faciès indifférencié (couche 22), un autre à pointes de La Font-Robert (couche 21) et un horizon à dos tronqués (couche 20 et 19B). Enfin, une couche à pointes à dos anguleux (couches 19A et 18B) termine la séquence gravettienne de ce site. Cette occupation finale est originale dans la mesure où on ne lui trouve pas de parallèle ailleurs en Italie, ni même en zone transalpine. Ce faciès local est interprété comme une manifestation régionale qui dériverait morphologiquement des pièces à dos tronqué à angle obtus présentes dans le niveau immédiatement sous-jacent (Palma de Cesnola, 1993).

47Le Gravettien centre-oriental de l’Europe est caractérisé dans sa phase finale par la présence de pointes à cran, de lamelles à dos denticulées et par l’apparition de certains protogéométriques. Pendant ce stade, entre 22.000 et 20.000 BP, s’accomplit le processus définitif d’éclatement de l’unité gravettienne.

48En Europe, l’unité de la civilisation gravettienne ne se manifeste pas seulement par une culture matérielle. Elle se note également par des manifestations artistiques originales.

49L’exemple des statuettes féminines ou vénus paléolithiques est révélateur d’un mouvement qui semble s’être diffusé en Europe d’est en ouest. Il s’agit de statuettes en ivoire, en os ou en pierre de dimension réduite, en moyenne 10 cm. Elles présentent une hypertrophie des hanches, du ventre et de la poitrine, alors que la tête et les jambes sont, en proportions sous dimensionnées (Kozlowski, 1992 ; Leroi-Gourhan et al., 1995). Ces standards se retrouvent chez la plupart des vénus gravettiennes.

50Les sépultures, reconnues comme gravettiennes, présentent des organisations complexes et des différences entre les régions.

51On ne sait pas si l’on peut vraiment parler d’un authentique rite funéraire, même si les fouilles, souvent anciennes, ont révélé la présence de nombreux objets associés au corps. Par exemple, la sépulture du Jeune Prince, retrouvée dans la caverne des Arene Candide en Ligurie, est bien connue pour la richesse des objets qui l’accompagnent. On y remarque une coiffe composée d’une centaine de coquillages percés de type Nassa, des ornements en ivoire, quatre bâtons de commandement. Elle a été récemment datée à environ 24.000 BP (Pettitt et al., 2003 ; Henry-Gambier, 2008).

Les complexes post-gravettiens

52Entre 22.000 et 20.000 BP, les glaciers würmiens du second Pléniglaciaire ont atteint leur extension maximale et couvrent une grande partie de l’Europe. Vers 18.000 BP, la péjoration climatique est maximale. Cette expansion a certainement provoqué l’affaiblissement des rapports entre les groupes humains qui s’étaient maintenus durant les époques précédentes. Cette situation a généré une différentiation culturelle entre les régions atlantiques, où se sont développés le Solutréen, le Magdalénien et l’Azilien, et les régions méditerranéennes, qui connaissaient les complexes épigravettiens méridionaux. Enfin, dans les régions orientales, se développe un Epigravettien centre-oriental.

Le Solutréen

53Entre 21.000 et 18.000 BP, dans les régions occidentales atlantiques, en France et Espagne, le Solutréen succède au Gravettien. On le reconnait sur la totalité de la Péninsule Ibérique, en pays valencien dans les grottes du Parpallo, de Mallaetes et del Ambrosio, en Catalogne à l’Arbreda et en Cantabres avec les grottes de la Riera, de la Vina et la cueva Morin.

54La périodisation du Solutréen, proposée à partir de la stratigraphie du site français de Laugerie Haute-Ouest en Dordogne par D. et E. Peyrony à la fin des années 1930, reste encore valide (Peyrony et Peyrony, 1938).

55La séquence débute, vers 21.000 BP, avec le Solutréen ancien qui est caractérisé par des pointes à face plane (Fig. 60 A), pièces qui portent une retouche envahissante de la seule face dorsale.

56Au cours du Solutréen moyen, aux alentours de 20.000 BP, on assiste au développement des pointes en feuille de laurier avec une retouche envahissante bifaciale (Fig. 60 B).

Fig. 60 - Industrie lithique du Solutréen de l’Europe atlantique. D’après Laurent.

57Enfin, le Solutréen supérieur, entre 20.000 et 19.000 BP, est caractérisé par des pointes, longues et étroites, en feuille de saule ainsi que par des pointes à cran obtenues par une retouche plate bifaciale (Smith, 1966 ; Djindjian et Bosselin, 1994) (Fig. 60 C et D). Il existe également en pays valencien de curieuses armatures bifaciales à pédoncule et ailerons dont la morphologie n’est pas sans rappeler les prototypes néolithiques (Fig. 60 E). Enfin, plus largement sur la façade méditerranéenne, on remarque la présence de petites pointes à cran et dos abrupt sur lamelle (Fig. 60 F) nommées pointes à cran méditerranéennes.

58Au Solutréen sont attribuées certaines œuvres d’art pariétal parmi les plus significatives du Paléolithique. Les bas-reliefs gravés du Bos del Sers (Corrèze) et les peintures ou les gravures qui décorent les grottes de la région rhodanienne comme la grotte Chabot, du Figuier et la Baume d’Oullins en Ardèche. Certaines peintures de la grotte Cosquer, datées entre 19.000 et 18.000 BP, relèvent certainement du Solutréen dans sa phase finale.

Le Magdalénien

59Après un épisode tempéré qui survient entre 17.000 et 18.000 BP (interstade de Lascaux), le climat se refroidit à nouveau même s’il est entrecoupé d’oscillations tempérées (Bölling et Alleröd).

60En Europe occidentale, le Magdalénien succède au Solutréo-Badegoulien. Il couvre un intervalle de temps entre 17.000 et 12.000 BP. Son aire d’extension est plus vaste que celle du Solutréen, en particulier vers l’Europe centrale où il atteint la République Tchèque comme l’indique la grotte Maszycka. En 1912, H. Breuil avait proposé une périodisation du Magdalénien en se basant sur l’évolution de l’industrie osseuse. Il y avait repéré sept phases culturelles distinctes (Breuil, 1912), aujourd’hui réduites à trois.

61Entre 16.500 et 15.000 BP se développe une phase ancienne, ou faciès « M0 », qui reste encore mal connue de nos jours. Les assemblages lithiques montrent l’association d’outils archaïques, comme les raclettes (Fig. 61 D), les encoches et les denticulés, avec des triangles scalènes (Fig. 61 G) et des lamelles à dos (Fig. 61 F) en proportions variables.

Fig. 61 – Industrie lithique du Magdalénien de l’Europe atlantique D’après A-G Laurent, H/Julien, I/Otte..

62Ce moment existe à Laugerie-Haute-Est (couches c4 et c2) et à Saint Germain-la-Rivière en Gironde.

63La phase classique, entre 15.000 et 13.500 BP connait une multiplication des sites dans l’aire franco-cantabrique. L’industrie en pierre est de belle facture. Elle associe des burins dièdres en bec de flûte (Fig. 61 A) et des grattoirs simples ou doubles (Fig. 61 B) à un outillage sur lames et lamelles finement retouchées. Plus caractéristique semble le développement des pièces en matière dure animale comme les sagaies (Fig. 61 I), les baguettes demi-rondes, les propulseurs, les rondelles découpées ou les bâtons percés.

64La phase supérieure du Magdalénien se termine aux alentours de 12.000 BP. Cette date correspond à l’amélioration climatique de l’Alleröd. Il semble bien que, à cause de son impact sur l’environnement, l’arrivée de conditions plus tempérées ait mis un terme à la culture magdalénienne. L’industrie lithique, toujours de forte obédience magdalénienne, connait l’apparition de types nouveaux comme les burins becs de perroquet (Fig. 61 C), ou les pointes à cran long (Fig. 61 E). Les pièces géométriques y montrent leur plus forte expression sous la forme de triangles scalènes (Fig. 61 G) (Bosselin et Djindjian, 1988). Enfin l’industrie en matière dure animale s’enrichit de harpons à un ou deux rangs de barbelures (Fig. 61 H). Le peuplement montagnard des vallées pyrénéennes est, semble-t-il, directement lié à l’amélioration climatique. Les occupations des grottes ariègeoises de La Vache et des Eglises en sont de bons exemples.

65Parmi les cultures du Paléolithique, le Magdalénien montre le plus ample corpus de manifestations artistiques. Les objets du quotidien sont souvent les supports pour des décorations figuratives ou non. Les sagaies, les lissoirs présentent des motifs géométriques. Dans cette catégorie, les baguettes demi-rondes à décor de volutes traitées en relief exhaussé semi-méplat ou champlevé de la grotte d’Isturitz dans les Pyrénées-Occidentales sont de bons exemples de la maîtrise technique des artisans magdaléniens. Il faut également signaler les nombreuses plaquettes gravées de signes ou de représentations animales et humaines, comme celles de la grotte de La Marche dans la Vienne. Enfin les Magdaléniens nous ont laissé un impressionnant ensemble d’œuvres pariétales en grotte, plus rarement en plein-air. Les grottes de Niaux en Ariège, de Lascaux et Rouffignac en Dordogne et d’Altamira dans les Cantabres sont les plus connues.

L’Azilien

66Entre 12.000 et 10.000 BP, l’Azilien clôture la période tardiglaciaire du Paléolithique supérieur pendant laquelle il semble se développer en liaison avec l’amélioration climatique de l’Alleröd. On considère généralement qu’il ne relève plus stricto sensu des temps paléolithiques mais de l’Epipaléolithique, car cette culture poursuit sans changement majeur les habitudes économiques du Paléolithique supérieur.

67L’industrie lithique y connait une forte diminution de la taille des objets, phénomène qualifié de « microlithisation ». Les petits grattoirs réalisés sur micro-éclats qui prennent des formes rondes, unguiformes (Fig. 62 B) ou en éventail (Fig. 62 A) sont caractéristiques de l’Azilien. Ils sont généralement associés à des petites pointes à dos courbe, appelées « pointes aziliennes » (Fig. 62 C). Apparu à la faveur de l’amélioration climatique, le cerf fournit un bois animal qui a servi de support à des harpons plats à trou de suspension basale en forme de larme (Fig. 62 D).

68L’art schématique remplace les belles productions figuratives du Magdalénien. Des galets gravés, ou peints, de motifs géométriques simples sont typiques de l’Azilien (Fig. 62 E).

69L’ensemble de ces caractères, techniques et artistiques, est souvent regroupé sous le terme générique d’« azilianisation ».

Fig. 62 - Industrie lithique de l’Azilien des Pyrénées. D’après A-C/Laurent, D/Simonet, E/Piette.

L’Epigravettien

70De manière différente, dans certaines régions méditerranéennes, comme la Provence, le Carso, la Dalmatie, la Grèce et la totalité de la péninsule italienne la tradition gravettienne se développe suivant un autre schéma que celui de l’Europe atlantique. Le Gravettien y perdure sous la forme de complexes dits « épigravettiens ». Cette évolution s’est prolongée jusqu’à l’Holocène, vers 10.000 BP.

71Sur la base de la typologie des industries lithiques, la périodisation de l’Epigravettien italien peut être structurée en trois stades : ancien, évolué et final (Laplace, 1964b ; Palma de Cesnola, 1993 ; Broglio, 1997).

72L’Epigravettien ancien couvre la période entre 20.000 et 16.000 BP. Il s’organise, lui-même, en trois sous-phases.

73La première, Epigravettien ancien initial, a une structure typologique qui ressemble fortement à celle du Gravettien final liguro-toscan. Elle s’en différencie pourtant par l’absence du burin de Noailles et par la présence de pièces à retouche envahissante qui ne sont pas sans rappeler les pointes à face plane du Solutréen ancien français (Fig. 63 A).

74La sous-phase suivante est nommée Epigravettien ancien à pièces foliacées (Fig. 63 B). Selon Palma di Cesnola, l’uniformité qui paraissait une caractéristique de l’Epigravettien ancien initial se scinde en au moins deux zones géographiques distinctes (Palma di Cesnola, 1993).

75D’abord l’Italie sud-adriatique, où la présence des pièces foliacées est bien attestée avec des fréquences remarquables de 9,4 % à la grotte Paglicci et 10,2 % à Parabita dans les Pouilles.

76Enfin la zone tyrrhénienne est différente dans la mesure où les pièces à retouche plate sont bien moins représentées. Pour exemple, leur fréquence est de 0,4 % aux Arene Candide en Ligurie et 2,3 % à la Cala delle Ossa en Campanie. De plus, durant cette sous-phase, se développent dans toute la péninsule italienne, mais avec des incidences différentes suivant les régions, des lames et des pointes à cran (Fig. 63 C et D).

77Elles vont constituer l’élément le plus caractéristique de la troisième et dernière phase de l’Epigravettien ancien, nommée Epigravettien à pièces à cran.

78Il faut noter que ces éléments à cran se retrouvent dans toute la péninsule italienne. En Ligurie aux Arene Candide et à la Barma Grande, en Vénètie à la Paina et à Trene, dans le Latium à Settecannelle, en Calabrie au Romito, dans les Pouilles à Taurisano et à Paglicci. On les remarque également en Provence à la Salpêtrière et à la Bouverie, en Croatie à Sandalja II, en Slovénie à Ovcja Jama et à Ciganska Jama, en Grèce à Kastritsa. Pour A. Broglio, l’origine de ces armatures à cran d’Italie et des Balkans serait à rechercher dans une phase récente du Gravettien de l’Europe centre-orientale où elles sont bien représentées (Broglio, 1997). Cependant la découverte de rares pièces à cran dans des phases terminales du Gravettien de l’Italie méridionale nous impose de nuancer ce modèle strictement intrusif.

79Ainsi les grottes Paglicci-couche 20 dans les Pouilles et du Romito en Calabre ont livré des pièces à cran dans des environnements locaux.

80La phase suivante, entre 16.000 et 14.000 BP, nommée Epigravettien évolué, est caractérisée par une industrie dite « de transition ». En fait, faute d’éléments caractéristiques, son individualisation reste problématique. Des études récentes ont montré que l’on était même en droit de douter de son existence réelle.

81Durant l’Epigravettien final, qui s’achève aux alentours de 10.000 BP, les industries lithiques sont caractérisées par une diminution générale des dimensions des pièces. Les grattoirs frontaux voient l’apparition des types unguiforme, en éventail, semi-circulaire et circulaire (Fig. 63 E). On note également l’arrivée de pointes à dos courbe (Fig. 63 F) sur support lamellaire de type azilien et la baisse de l’effectif des pointes à dos type microgravette (Fig. 63 G).

82Les moments ultimes de cette phase voient l’apparition de pièces géométriques, comme les triangles (Fig. 63 I) et les segments de cercle (Fig. 63 J). Ces derniers objets sont obtenus avec la technique du coup de microburin (Fig. 63 H).

Fig. 63 – Industrie lithique de l’Epigravettien de l’Italie. D’après A / Mezzena et Palma di Cesnola, B et C / Almerigogna, D, G, I et H / Brogglio, E et J / Blanc, F / Cornaggia et Palma di Cesnola.

83A ces aspects généraux, propres à l’Epigravettien final, se rajoutent quelques particularités à caractère régional qui amènent, dans le domaine des productions lithiques, un morcellement définitif de l’unité culturelle. Certes, comme on l’avait pointé dès le Gravettien, cette différenciation existait déjà, mais de façon moins accentuée. Au niveau des industries lithiques, la péninsule italienne se présenterait alors comme une mosaïque culturelle aux productions différentes. On envisagera successivement la situation de l’Epigravettien final du versant nord tyrrhénien en Ligurie Toscane et versant sud tyrrhénien en Calabre Campanie, puis du versant nord adriatique alpino-vénète, et versant centre adriatique dans la région Pouilles-Salento.

84Sur le versant nord tyrrhénien, en zone liguro-toscane, le caractère de microlithisme se trouve, mais de façon moins forte.

85Plus au sud, la région calabro-campanienne, ou sud tyrrhénienne, présente un horizon spécifique caractérisé par la présence de nombreuses pièces à dos au sein duquel les outils archaïques semblent dominants.

86Sur le versant adriatique, à la fin du Tardiglaciaire, chaque zone semble avoir évolué de façon très personnelle.

87Dans la zone alpino-vénète, on remarque le développement des pièces à dos tronqué à angle obtus, des géométriques triangulaires (Fig. 63 I) et des segments de cercle (Fig. 63 J). Ces derniers joueront un rôle fondamental dans la formation des complexes mésolithiques ultérieurs. L’étude des séries lithiques de l’Epigravettien final de la zone alpino-vénète a permis d’identifier une périodisation en trois phases distinctes, sur la base d’une évolution de la stratégie de débitage (Montoya, 2004).

88La phase I regroupe les ensembles lithiques qui se sont développés durant la partie récente du Dryas ancien, soit entre 14.000 et 13.000 BP. Ils sont présents dans l’abri Tagliente (couches 17-12) en Vénétie.

89La phase II est constituée par les ensembles lithiques compris entre la fin du Dryas ancien et la première moitié d’Alleröd, entre 13.200 et 11.400 BP. C’est à cet intervalle de temps qu’il faut rattacher les occupations de plusieurs sites. Il s’agit, en Vénétie, des couches 11-6 de l’abri Tagliente, des couches 17-6 et de la sépulture de l’abri de Villabruna. Dans le Trentin, on peut citer également l’ensemble inférieur du l’abri Soman, l’unité 15 de l’abri Dalmeri et l’industrie de Val Lastari.

90La phase III, qui se situe chronologiquement entre la fin de l’Alleröd et le début du Dryas récent, soit entre 11.400 et 10.800 BP, est représentée par les couches 14-26b-26c de l’abri Dalmeri.

91Pour conclure, il ressort que l’Epigravettien final de cette zone alpino-vénète, se marque par une simplification progressive des stratégies de taille de la pierre. Elle se manifesterait par la diminution du nombre des méthodes de débitage. A contrario, on voit un renforcement de l’importance de la retouche pour normaliser les supports et calibrer les armatures. Ces données trouveraient des parallèles avec certains complexes tardiglaciaires de la zone haute-tyrrhénienne, comme Isola Santa, La Greppia II et Farneta, situés dans la province de Lucques en Toscane. Sur ces sites, les supports lamellaires, obtenus par la mise en place de chaînes opératoires simples, ont été profondément mis en forme par la retouche (Dini et Molara, 2009 ; Dini et Sagramoni, 2006 ; Tozzi et Dini, 2007).

92Dans le sud adriatique, et plus spécifiquement dans les Pouilles, se mettent en place des particularismes régionaux. En fait, à la fin du cycle épigravettien, on y repère l’émergence de plusieurs faciès originaux à extension géographique réduite. C’est le cas, en Salento, du Romanellien, qui se distingue par son caractère fortement microlithique, essentiellement marqué par les petits grattoirs circulaires (Fig. 63 E), les pointes à dos souvent courbe (Fig. 63 F) et des pointes à retouche abrupte des deux bords de type Sauveterre (Fig. 63 K). Le Romanellien aurait tendance à s’atténuer suivant un gradien sud-nord. Selon F. Martini, ce phénomène de régionalisme, identifié dans les productions lithiques à la fin du cycle épigravettien, pourrait être à l’origine du polymorphisme des complexes mésolithiques de l’Italie centro-méridionale et de la Sicile (Martini et al., 2007).

93Pour conclure, à la fin du Paléolithique supérieur, il existe bien un phénomène européen qui se manifeste par la multiplication d’occupations sur des territoires restreints. Cette tendance se traduirait par une augmentation des sites rattachables à l’Epigravettien dans ses phases finales. Ce phénomène est observable dans une large zone qui s’étend de la Provence au Carso et des Alpes à la Sicile. On fait appel à plusieurs facteurs pour le justifier. On peut, par exemple, avancer qu’il est directement lié à une forte croissance démographique qui se serait matérialisée par la fréquentation de territoires nouveaux. Certes l’amélioration climatique de la fin du Tardiglaciaire a provoqué une remontée marine diminuant les espaces littoraux, mais en contrepartie la déglaciation a permis aux groupes de la fin de l’Epigravettien d’investir des zones montagneuses autrefois jugées inhospitalières (Palma de Cesnola, 1993 ; Martini, 2007).

94Sur le plan des productions artistiques, les derniers temps du Tardiglaciaire, connaissent une tendance progressive à l’abstraction et au symbolisme qui se manifeste dans les œuvres par des signes linéaires et géométriques.

95On s’accorde à différencier deux grandes provinces stylistiques qui sont : la zone franco-cantabrique et celle méditerranéenne, chacune étant caractérisée par des thèmes et des techniques originales.

96Dans la zone qui s’étend de la Provence à l’Adriatique, cette tendance se retrouve dans l’art azilien. Mais, il existe aussi un style géométrique-linéaire fortement présent dans la zone centroméditerranéenne et dans les Balkans (Graziosi, 1973 ; Leroi-Gourhan, 1991-1992 ; Martini 2006). Pendant le Tardiglaciaire, certaines matières premières utilisées pour la fabrication d’objets d’art proviennent de régions très lointaines par rapport aux sites où elles ont été retrouvées au cours des fouilles. On peut avancer l’idée qu’elles ont été l’objet d’un troc ou d’échanges successifs. C’est le cas, par exemple, des coquillages fossiles retrouvés dans le site de Mezine en Ukraine, qui se situe aujourd’hui à environ 600km de la Mer Morte (Gladkih et al., 1986).

97Sur le plan des traditions funéraires de la fin du Paléolithique, on enregistre une tendance à la sobriété qui se marque par une raréfaction ou disparition d’ornements, d’objets d’accompagnement et de colorants qui constituaient le cortège funéraire. Toutefois, ce constat n’est pas transférable à l’ensemble de l’Europe. On note quelques exceptions, comme par exemple, la zone ligure, où l’accompagnement funéraire joue encore un rôle important dans le rituel local (Palma de Cesnola, 2002-2003 ; Martini, 2006).

La fin du Paléolithique dans les régions extra-européennes

98Dans le Proche-Orient et en Afrique nord-orientale, la succession chronologique basée sur les industries lithiques est globalement assimilable à celle des régions méditerranéennes.

99L’Aurignacien couvre la période entre 38.000 et 20.000 BP ; lui succède le Kébarien, entre 17.000 et 12.000 BP. Ce dernier est caractérisé par des microgravettes, des pointes à dos et des lamelles à dos et troncature. On y reconnait également le développement d’armatures géométriques triangulaires et trapézoïdales. Certaines lamelles bitronquées, utilisées pour la fabrication des lames de faucilles, deviennent les outils dominants dans la période suivante du Natoufien, entre 10.500 et 8.300 BP, au cours de laquelle la récolte des végétaux augmente. Cette évolution s’est produite de façon graduelle, sans changements brusques, avec une spécialisation toujours plus forte dans la chasse et avec l’intensification de la récolte des graines sauvages. On considère de nos jours que ces activités sont à l’origine de l’économie de production.

100Dans la région sub-saharienne et africaine du sud, au cours du Middle Stone Age et le début de la IIe période intermédiaire, qui correspondent à peu près au Paléolithique supérieur européen, se développe dans l’environnement de la savane, le Stillbayen, dans lequel aux éléments de tradition moustérienne sont associées des pointes foliacées bifaciales et des lames retouchées. Il faut y ajouter également des outils robustes, tels des piochons et des haches à section grossièrement triangulaire et différents types de racloirs.

101Au cours de la IIe période intermédiaire, les complexes cités cidessus évoluent en plusieurs groupes à caractère régionaux comme le Tshitolien au Zaïre, Nachikufien en Zambie, Wiltonien et Smithfieldien en Afrique du Sud, en s’enrichissant d’éléments microlithiques.

102Dans les régions de l’Asie centrale et nord-orientale, la phase finale du Pléistocène supérieur est caractérisée par des industries à choppers et lames, auxquelles font suite des industries caractérisées par des pointes à débitage bifacial.

103En ce qui concerne le continent américain, l’idée la plus communément avancée jusqu’à ce jour est le modèle d’un peuplement qui se serait accompli tardivement pendant la dernière glaciation, quand la régression marine a provoqué l’émergence du Pont de Béring, en permettant ainsi la liaison entre Sibérie et Alaska. Les industries lithiques rapportées aux premiers moments du peuplement du continent sont datées des environs de 25.000 BP Elles sont caractérisées par un débitage laminaire et sur galets. Ces ensembles lithiques trouvent des parallèles en Asie. Le site américain de Meadowcroft en Pennsylvanie (USA), serait alors un jalon intéressant. Entre 12.000 et 10.000 BP se développent des complexes lithiques à pointes bifaciales foliacées. Ce sont les pointes de Clovis et de Folsom, probablement liées à une nouvelle onde migratoire venant de l’Asie. Des sites, de taille importante, indiquent que le peuplement du continent américain devient alors définitif. Les sites de Nenana en Alaska, Bluefish Cave au Canada, Kennewick, Spirit Cave et Clovis aux USA, Pedra Furada au Brésil et Monte Verde au Chili en sont la preuve (Dillehay, 2003).

104L’Australie, quant à elle, a été peuplée tardivement, c’est-à-dire durant la dernière glaciation. En fait, même aux moments de la plus grande régression marine, le niveau de la mer étant au plus bas, jusqu’à 120m sous l’actuel, il n’a jamais existé de pont terrestre entre le continent australien et les îles de l’Indonésie et de Java. Dans cette période, la Nouvelle Guinée et la Tasmanie faisaient partie d’un continent australien élargi, nommé Sahul. Les hommes ont colonisés les îles indonésiennes à partir du Pléistocène inférieur, mais ils ne sont arrivés en Australie qu’à la fin du Pléistocène. On pense que les premiers colonisateurs sont arrivés en Australie à bord d’embarcations, probablement en passant d’une île à l’autre, en pratiquant une navigation à vue. Même si le parcours précis nous est inconnu, on sait qu’il existait au moins deux chemins possibles pour l’Australie. Le passage oriental de Timor par la Nouvelle Guinée, et celui occidental de Java. Les sites archéologiques de la Nouvelle Guinée ont été datés de 30.000 BP, mais on a récemment reconnu des traces d’occupation humaine dans l’arrière-pays de l’Australie septentrionale, à Malakunanja II et à Nauwalabila, remontant à 50.000 BP. On trouve également des témoignages de ce peuplement ancien dans la région des lacs de Willandra, dans le Sud-Est. Parmi les sites australiens importants du Pléistocène final, il faut citer Keilor, Coobol, Kow Swamp et King Island (Stringer et Andrews, 2006).

Table des illustrations

Légende Fig. 58 – Industrie lithique de l’Aurignacien de l’Europe atlantique. D’après Laurent, sauf H-I/Palma di Cesmola.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 59 – Industrie lithique du Gravettien de l’Europe atlantique. D’après Laurent
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 60 - Industrie lithique du Solutréen de l’Europe atlantique. D’après Laurent.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 61 – Industrie lithique du Magdalénien de l’Europe atlantique D’après A-G Laurent, H/Julien, I/Otte..
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 62 - Industrie lithique de l’Azilien des Pyrénées. D’après A-C/Laurent, D/Simonet, E/Piette.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5481/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 63 – Industrie lithique de l’Epigravettien de l’Italie. D’après A / Mezzena et Palma di Cesnola, B et C / Almerigogna, D, G, I et H / Brogglio, E et J / Blanc, F / Cornaggia et Palma di Cesnola.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5481/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteurs

Université de Pise, Département des Sciences Archéologiques. Italie

Université de Perpignan Via Domitia, Département des Sciences de l’Education. EPCC - Centre Européen de Recherches Préhistoriques. Tautavel. France

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540