Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre XIII. Organiser les outils du Paléolithique supérieur européen

Mario Dini et Henry Baills

Texte intégral

1A partir des années 1950, les listes typologiques sont devenues l’outil indispensable pour classer les outils lithiques retouchés.

2Sur le modèle de la liste-type dressée par F. Bordes (Bordes 1953a ; Bordes 1953b ; Bordes 1961) relative à l’étude des industries du Paléolithique inférieur et moyen, D. Sonneville-Bordes et J. Perrot (Sonneville-Bordes et Perrot, 1954-1956) élaborèrent une classification des industries basée sur une stratégie d’association intuitive des caractères morphologiques.

3Cette liste, qui a eu un rôle fondamental dans le développement des études du Paléolithique supérieur, comprenait initialement 92 types. Plus tard, elle a été étendue à 105.

4Parallèlement, d’autres chercheurs ont élaboré un système d’analyse sur la base d’une hiérarchisation des caractères morphologiques des variables discrètes et continues. C’est le cas de la liste de G. Laplace composée suivant des types primaires organisés en 14 groupes (Laplace, 1964a). Cette typologie analytique laplacienne, basée sur une grille de description systématique, génére le développement des analyses d’attributs morphologiques et techniques (attribute cluster analysis des auteurs anglo-saxons). Elles ont été le fondement de la taxonomie lithique moderne. Malgré ces approches différentes, le point de départ de tous ces systèmes de classement reste la reconnaissance de grandes familles typologiques classiques communément utilisées par les spécialistes.

5Si l’on suit F. Djindjian, J. Kozlowsky et M. Otte, les listes typologiques présentent des limites car elles considèrent un type d’outil comme le résultat d’une volonté de réalisation qui ne peut pas être modifiée puisque motivée par la nécessité de l’artisan de couper, racler, graver… (Djindjian, Kozlowsky et Otte, 1999).

6En réalité, les outils abandonnés dans les sites préhistoriques sont le résultat d’une histoire très complexe et ont subi différentes modifications durant leur utilisation. Cette vision dynamique donne la possibilité de discerner les différents processus de réduction et transformation des outils à l’intérieur d’une catégorie. On connaît, par exemple, le raccourcissement des grattoirs pour raviver leur front, la transformation de lames à dos en pointes ou inversement. On repère également des modifications plus strictes à l’échelle de différentes familles comme la transformation de troncatures en burins, de perçoirs en burins. L’intensité d’utilisation d’un outil va engendrer usure, voire cassure. Pour le conserver, l’utilisateur va être conduit à modifier son projet en le façonnant pour réaliser un nouvel outil.

7En fait la dénomination de type fonctionnel pose un problème complexe. Si l’on suit le raisonnement des auteurs cités plus haut, certains types morphologiques ne correspondent pas aux fonctions auxquelles leur nom les prédestinait. C’est, semble-t-il, le cas des grattoirs qui n’ont pas été utilisés exclusivement pour gratter, ou des burins seulement pour graver. On sait aujourd’hui que certains de ces outils ont pu être d’authentiques nucléi à lamelles.

8La caractérisation des types morphologiques et techniques des outils retouchés n’est donc pas liée à un unique facteur déterminant. On peut donc penser qu’un instrument doit être regardé comme l’aboutissement d’une chaîne d’interactions complexes. Il est en effet le résultat de la volonté d’un tailleur, lui-même inféodé à une tradition techno-morphologique, mais aussi d’activités qui se sont déroulées sur le site. Il faut également y ajouter l’intensité de son utilisation, plus ou moins effective, elle-même induite par les activités qui se sont déroulées dans le gisement. Enfin la durée de fréquentation du site et l’approvisionnement en matières premières ont certainement joué des rôles non-négligeables s’exprimant par la fréquence relative de cet outil au sein de l’industrie lithique étudiée (Djindjian et al., 1999).

9Cette vision dynamique de l’outil lithique n’est pas exempte de critique. Par exemple, selon cette approche, on devrait supposer que, durant le Gravettien européen, les tailleurs préhistoriques n’auraient pas ravivé les grattoirs, comme semblent le suggérer les formes allongées de ces pièces. Ensuite, a contrario, dans l’Epigravettien méditerranéen, et même plus largement, on remarque que les grattoirs ont été continuellement ravivés, même ceux provenant de gisements situés à proximité immédiate d’affleurements de silex. Plusieurs exemples similaires peuvent être envisagés.

10Un autre aspect à remarquer est la variabilité des effectifs relatifs de certains types d’outils dans les technocomplexes du Paléolithique supérieur européen. Elle peut trouver une explication dans la diversité des terroirs ou l’existence d’écarts chronologiques. On peut également justifier cet état de fait par la manifestation de traits culturels originaux ou, plus simplement, de modes de vie divers. Selon certains chercheurs, ces différences dans les fréquences des types lithiques peuvent être également mises en relation avec l’évolution cyclique de l’environnement naturel. Dans ce cas, le mécanisme serait plus complexe ! Ces auteurs ont en effet mis en évidence que de tels liens sont bien plus flagrants dans les environnements ingrats. Cette situation se manifesterait plus clairement dans les paysages de toundra ou de steppe que dans des environnements tempérés de type forestier. Certaines analyses ont prouvé le rôle fondamental qu’a joué la composante climatique dans l’organisation des structures lithiques (Dolukhanov et al., 1980 ; Djindjian, 1995).

11Il faut en outre prêter attention à la présence de certains types morpho-techniques que peuvent assumer un rôle d’outils diagnostiques, appelés également fossiles directeurs pour distinguer les unités culturelles du Paléolithique supérieur. Ce statut concerne généralement des types qui ont une aire de dispersion et une durée plutôt limitées. Il peut s’agir d’outils individualisés sur la base d’une retouche particulière. On distingue ainsi la retouche surélevée caractéristique des grattoirs carénés qui renvoie à l’Aurignacien de celle abrupte des pièces à dos qui fait référence au Gravettien. Il peut également s’agir de types originaux par leur morphologie comme les microlithes géométriques, ou bien par la technologie particulière utilisée pour leur fabrication comme les burins de Noailles du Gravettien.

Auteurs

Université de Pise, Département des Sciences Archéologiques. Italie

Université de Perpignan Via Domitia, Département des Sciences de l’Education. EPCC - Centre Européen de Recherches Préhistoriques. Tautavel. France

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540