Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre XII. Identifier les outils du Paléolithique supérieur

Mario Dini et Henry Baills

Texte intégral

1Il s’agit ici de présenter quelques-uns des outils les plus courants du Paléolithique supérieur.

2Parmi l’ensemble des outils du Paléolithique supérieur, les grattoirs semblent les plus représentatifs. Ils montrent, en règle générale, un front convexe obtenu par retouche de l’extrémité d’une lame ou d’un éclat (Fig. 52 A). Cette convexité du front est réalisée en utilisant un percuteur de petite dimension, en frappe directe, ou plus rarement par pression. La longueur du front de l’outil est très variable, cependant l’angle qu’il fait avec la face inférieure du support avoisine souvent les 50°. Sur le plan typologique, les grattoirs présentent une grande variabilité dans leurs formes. M. Brézillon a recensé 88 sous-types de cet outil (Brézillon, 1968). On peut imaginer son utilisation, directement empoigné ou emmanché sur un support en os, en bois végétal ou animal et penser qu’il était principalement utilisé pour le traitement de la peau (Fig. 52 B et C).

3Au même titre que les grattoirs, les burins sont des outils typiques du Paléolithique supérieur. Ils ont été employés pour racler, rainurer, graver des surfaces de bois végétal, d’os, de bois de cervidés ou de pierre. Ils ont pu également être utilisés pour percer ou élargir des trous. Fermement empoignés, on les tire, pousse ou presse contre la surface à travailler en donnant, avec la paume de la main, une pression plus ou moins forte. Une légère rotation du poignet, dans un sens ou l’autre, favorise le travail du biseau, qui détache alors un copeau. Dans le but de faire varier la qualité et l’épaisseur des traits gravés, l’artisan pouvait utiliser des burins dont la forme du biseau était différente.

4Les burins, outils spécifiques, sont en général réalisés sur support allongé (Fig. 53 A). Un premier coup, dit coup de burin, détache une lamelle qui emporte de la matière sur une grande longueur du bord du support. Le point d’impact pour le détachement de cette lamelle peut être naturel ou préparé, soit par fracture soit par retouche (Fig. 53 B et C). Le négatif de la lamelle détachée qui crée l’angle actif de l’outil porte le nom de pan. Le tailleur peut renouveler cette opération, il obtient alors un burin dièdre (Fig. 53 D et E). La rencontre des deux pans forme le biseau de l’outil. (Fig. 53 F).

Fig. 52 – A : grattoir frontal ; B et C : exemples d’utilisation du grattoir.

5Si la matière à graver s’avère particulièrement dure, le burin peut être ravivé à la demande. Sa morphologie peut alors changer assez radicalement. La classe des burins est constituée de nombreux sous-types, puisque M. Brézillon en reconnait 88 (Brézillon, 1968).

Fig. 53 – A à C : préparation d’un burin d’angle sur troncature ; D et E : préparation d’un burin dièdre ; F : morphologie d’un burin dièdre.

6Il existe également d’autres outils destinés à forer ou élargir des perforations, ils constituent le groupe des becs-perçoirs. Sur lame ou éclats, ils présentent une pointe dégagée qui peut être droite ou déjetée. Emmanchés ou directement tenus en main été on pense qu’ils ont été employés pour travailler des surfaces très dures comme l’ivoire ou la pierre tendre (Fig. 54).

Fig. 54 – Utilisation d’un bec-perçoir.

7Les troncatures constituent, au même titre que les grattoirs et burins, un des autres outils caractéristiques du Paléolithique supérieur. La troncature est réalisée par percussion ou pression, avec un retouchoir en os ou bois de cervidé. Elle concerne généralement l’extrémité d’une lame ou lamelle, plus rarement d’un éclat, que l’on rogne transversalement. Le délinéament de la zone retouchée peut être rectiligne ou oblique et l’ampleur de la retouche variable, de marginale à profonde (Fig. 55 A à C et J à Q).

8On ne sait pas si les troncatures étaient utilisées individuellement ou si, assemblées à plusieurs, elles formaient des outils composites. Elles ont pu également constituer plus simplement des supports pour réaliser des burins sur troncature comme les burins de Noailles. Sur un plan fonctionnel, les troncatures ont dû être utilisées pour gratter ou couper de la matière dure, mais aussi comme pointe pour graver ou perforer. Elles ont pu également faire fonction d’armature de projectile comme semblent l’indiquer des traces caractéristiques de fracturation à l’impact sur certaines d’entre elles (Peresani, 2003a).

9De fait, il semble que, pendant le Paléolithique supérieur, ce soit au sein du groupe des pièces affectées aux activités de chasse que l’on trouve la plus grande diversité typologique (Fig. 55).

Fig. 55 - Principaux types d’outils à retouche abrupte. A : troncature normale ; B : troncature oblique ; C : pointe à dos partiel ; D et E : pointes à dos total ; F : lame à dos ; G : lame à cran ; H : lame à pédoncule ; I : pointe à dos et cran adjacent ; J : pointe à dos et pédoncule ; K : dos et troncature normale ; L : dos et troncature normale double ; M : dos et troncature oblique et angle aigu ; N : dos et troncature oblique à angle obtus ; O : segment de cercle ; P : triangle scalène ; Q : trapèze isocèle.

10La standardisation des lames, l’utilisation de la retouche pour amplifier la pénétration, l’emmanchement sur une hampe et la résistance à l’impact (Fig. 56) ont amené la création d’outils de plus en plus performants. On constate en effet que les préhistoriques ont adapté les armatures en fonction des différents types de chasse. Le projectile a pu être lancé à la main, avec un arc, ou avec un propulseur.

11Ces outils, emmanchés sur une hampe de bois, étaient fixés par collage avec de la résine ou de la gomme végétale, opération faisant appel à différents gestes techniques. On obtenait alors une pointe de bonne efficacité en optant pour un support laminaire à profil longitudinal droit ou légèrement courbe. On modifiait ensuite, totalement ou partiellement, un bord ou les deux, à l’aide d’une retouche par pression ou percussion. Pour garantir une meilleure fixation sur la hampe, la base du support pouvait être encochée créant alors ce que l’on nomme « cran ». Enfin l’extrémité distale, plus ou moins appointée, augmentait la performance de la perforation.

12Dans le groupe des armatures, les pointes et les lames à dos sont les plus fréquentes. Il s’agit d’outils qui montrent un bord modifié par une retouche abrupte, l’autre bord restant brut. Ce second bord naturellement tranchant est parfois modifié par une retouche secondaire inverse destinée à régulariser l’extrémité distale ou la base. Ces armatures sont réalisées sur des supports allongés. Ce sont les caractères du dos et de la retouche complémentaire du bord opposé ou des extrémités qui permettent de distinguer les différents types d’armatures. Les plus connues sont les pointes de la Gravette (Fig. 55 E). Elles sont généralement réalisées sur lame, alors que les micro-gravettes plus légères sont faites à partir de lamelles.

Fig. 56 – Hypothèse d’emmanchement d’une pointe à dos.

13A la fin du Paléolithique supérieur, une importante innovation technologique, dénommée technique du microburin, décrite par J. Tixier (Tixier, 1963) (Fig. 57), génère la production d’armatures microlithiques géométriques. Elle permet d’obtenir des triangles, des trapèzes, des segments de cercle et des rhomboïdes (Fig. 55 O à Q). La lame ou la lamelle support est fermement maintenue face dorsale contre une enclume (Fig. 57 A). On façonne sur la face ventrale une encoche avec un retouchoir (Fig. 57 B). Suite au creusement de plus en plus profond de l’encoche, le support arrive à se fracturer, en formant la fracture caractéristique du « coup du microburin » (Fig. 57 C).

14Il existe également une variante à cette technique qui est la simple fracturation de la lame, par flexion, en direction de l’encoche. Si le coup du microburin est localisé à l’extrémité, près du talon-bulbe, on parlera de microburin-proximal, si par contre il est positionné à l’extrémité opposée, on le qualifiera de micro-burin distal. Les microburins médiaux, obtenus sur la partie mésiale de la lamelle, sont rares.

15En fait, le microburin, est un déchet (Fig. 57 D). Il montre toujours sur sa face ventrale un pan de fracture oblique par rapport à l’axe de la pièce. La partie restante du support présente sur la face dorsale le piquant-trièdre (Fig. 57 E).

16Pour obtenir une armature géométrique il faut appliquer à nouveau la technique du microburin sur la portion de la lamelle opposée au piquant-trièdre (Fig. 57 F à H). Une fois réalisé ce support à deux piquants-trièdres opposés on peut finaliser l’armature par une retouche finale de façon à parachever la pièce géométrique.

Fig. 57 – Technique du microburin. A : lamelle ; B : lamelle avec encoche obtenue par une retouche pression ; C : fracturation du microburin ; D : microburin proximal ; E : piquant trièdre ; F : armature trapézoïdale ; G : segment de cercle ; H : triangle. D’après Tixier et Inizan.

17Les microlithes étaient certainement destinés à être fixés sur des hampes de bois ou d’os à l’aide de résines végétales. On avance que la multiplication de ces armatures correspond à l’utilisation, désormais généralisée, de l’arc. De façon plus fiable, les arcs et les flèches les plus anciens, découverts à ce jour, sont datés de la fin du Paléolithique et du Mésolithique ancien. Ils proviennent de tourbières ou de zones humides de l’Europe septentrionale. A Stellmoor, en Schleswig-Holstein en Allemagne, on a retrouvé dans un site de la culture d’Ahrensburg des arcs en bois de pin datés du Dryas III (10.800 – 10.000 BP). Des flèches, de même bois, ont été découvertes dans plusieurs sites du nord de l’Europe. A Lila Loshult, en Suède méridionale, ces objets montrent la fixation d’une pointe microlithique au moyen de résine de conifère. Ils sont datés du Pré-Boréal, entre 11.000 et 9.000 BP. Au Danemark, on les retrouve dans le site de Vinkel et dans le gisement de Holmgard où des flèches sont associées à deux arcs en bois d’orme qui sont longs respectivement de 1,50m et 1,90m. Ces deux gisements sont datés du Boréal, entre 10.000 et 9.000 BP.

18En l’absence d’une documentation archéologique directe, la partie en bois n’ayant pas été conservée, il est fort possible que l’arc ait été inventé dès la seconde moitié du Paléolithique supérieur. Il existe quelques indices laissant à penser que cet instrument était connu dès le Solutréen moyen valencien, entre 18.000 et 17.000 BP, comme semblent l’indiquer les armatures de flèches à ailerons et pédoncule de la grotte du Parpalló et d’Ambrosio (Pericot-Garcia, 1942).

19Les cultures épipaléolithiques du Proche Orient l’ont également connu comme en témoignent la présence de petites pointes à dos, type micro-gravettes associées à de nombreux microlithes (Bellier et Cattelain, 2002).

20Pour comprendre l’importance de l’arc il faut considérer que la capacité de pénétration d’un projectile est directement proportionnelle à l’énergie cinétique qu’il garde au moment de l’impact. Celle-ci est fonction de sa masse et de sa vitesse. On sait qu’un propulseur permet de projeter des lances, des javelots ou des harpons jusqu’à 100m de distance, mais avec une faible vitesse et une précision insuffisante. Le chasseur est, dans ces conditions, obligé de s’approcher relativement près de sa proie pour l’atteindre. Au contraire, la tension de la corde de l’arc confère à la flèche une vitesse très élevée, souvent supérieure à 100km/h. Une flèche de poids compris entre 15 et 30g accomplit une trajectoire de 100m dans un intervalle de temps légèrement supérieur à 3 secondes. A la vitesse s’associe donc une grande précision du tir. Le chasseur n’est alors plus contraint de s’approcher très près de la proie, puisqu’un animal repéré entre 60 et 70m de distance devient dans ces conditions une cible potentielle.

21Les pointes microlithiques ont généralement un poids compris entre 0,5 et 2g et répondent donc parfaitement aux caractères requis pour être considérées comme des armatures de flèche.

Table des illustrations

Légende Fig. 52 – A : grattoir frontal ; B et C : exemples d’utilisation du grattoir.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5475/img-1.jpg
Fichier image/, 66k
Légende Fig. 53 – A à C : préparation d’un burin d’angle sur troncature ; D et E : préparation d’un burin dièdre ; F : morphologie d’un burin dièdre.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5475/img-2.jpg
Fichier image/, 95k
Légende Fig. 54 – Utilisation d’un bec-perçoir.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5475/img-3.jpg
Fichier image/, 70k
Légende Fig. 55 - Principaux types d’outils à retouche abrupte. A : troncature normale ; B : troncature oblique ; C : pointe à dos partiel ; D et E : pointes à dos total ; F : lame à dos ; G : lame à cran ; H : lame à pédoncule ; I : pointe à dos et cran adjacent ; J : pointe à dos et pédoncule ; K : dos et troncature normale ; L : dos et troncature normale double ; M : dos et troncature oblique et angle aigu ; N : dos et troncature oblique à angle obtus ; O : segment de cercle ; P : triangle scalène ; Q : trapèze isocèle.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5475/img-4.jpg
Fichier image/, 113k
Légende Fig. 56 – Hypothèse d’emmanchement d’une pointe à dos.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5475/img-5.jpg
Fichier image/, 61k
Légende Fig. 57 – Technique du microburin. A : lamelle ; B : lamelle avec encoche obtenue par une retouche pression ; C : fracturation du microburin ; D : microburin proximal ; E : piquant trièdre ; F : armature trapézoïdale ; G : segment de cercle ; H : triangle. D’après Tixier et Inizan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5475/img-6.jpg
Fichier image/, 88k

Auteurs

Université de Pise, Département des Sciences Archéologiques. Italie

Université de Perpignan Via Domitia, Département des Sciences de l’Education. EPCC - Centre Européen de Recherches Préhistoriques. Tautavel. France

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540