Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre XI. Fabriquer lames et lamelles au Paléolithique supérieur

Mario Dini, Domenico Lo Vetro et Henry Baills

Texte intégral

1« Les supports typiques pour le Paléolithique supérieur sont les lames et les lamelles » (Djindjan et al., 1999). On sait cependant que, dès la fin du Paléolithique inférieur, on enregistre une tendance certaine à produire des supports de forme allongée. Ce phénomène se poursuit au cours du Paléolithique moyen et perdure dans les complexes de transition. Il faut toutefois préciser que les méthodes développées pour obtenir ces formes allongées ont varié suivant les époques. En fait, il semble que la production laminaire du Paléolithique ancien soit le résultat d’une unique technique de taille. Ainsi la technique employée pour la réalisation de ces industries anciennes aboutit à une production abondante d’éclats qui occasionnellement a pu générer des supports allongés de type lame. Elle utilisait la seule frappe directe au percuteur dur. Ce type de débitage qui a pu produire des lames épaisses ne sera plus celui utilisé au Paléolithique supérieur. Ce dernier privilégiera, soit la percussion directe avec une matière tendre, soit la percussion indirecte avec intermédiaire.

2Des variantes sont identifiées. Elles peuvent, entre autre, être liées aux différents modes de préparation du nucléus : nombre de plans de frappe ouverts (nucléus à plan de frappe unique, à deux plans, à orientation variable), forme globale du bloc pendant la phase d’exploitation (prismatique, pyramidale, carénoïde…) (Fig. 49) et grande variété des techniques utilisées pour sa réduction.

3On peut se poser la question de la justification de tels choix. M. Peresani propose qu’« à de telles innovations technologiques sont liés des changements qui vont concerner également l’économie, les stratégies de chasse et les autres aspects de la culture matérielle, comme le travail systématique de l’os et du bois animal, l’utilisation des objets ornementaux et l’apparition des manifestations artistiques » (Peresani, 2003a).

Fig. 49 - Nucléus caréné du site aurignacien de Pontecosi (Toscane).

4Le choix d’un bloc de matière première d’apparence homogène et de forme plutôt régulière semble nécessaire à l’obtention d’une bonne production laminaire de type Paléolithique supérieur. Reste que dans la nature, la découverte de blocs présentant de tels caractères, sans préparation préalable, est rare.

5Le travail de taille débute par le choix initial de la position du plan de frappe et de la surface d’éclatement. C’est l’observation de la morphologie globale du bloc brut qui va les déterminer. A la fin de cette première phase de préparation, parfois longue et complexe, le « volume idéal » est obtenu. « L’artisan doit procéder au détachement d’un certain nombre d’éclats dont la morphologie n’est pas importante ; mais ce qui l’est, ce sont les rôles qu’ils jouent sur le nucléus, donnant progressivement les critères géométriques, et donc mécaniques, indispensables pour obtenir les produits désirés » (Texier, 1996).

6La bonne réussite de l’opération de taille dépend fondamentalement du choix de l’implantation la mieux appropriée du plan de frappe. Une fois que cet emplacement a été choisi, le plan de frappe est obtenu par l’enlèvement d’un éclat nommé éclat d’entame, de direction légèrement oblique par rapport à l’axe du bloc (Fig. 50 A). La surface supérieure de cet éclat particulier est en règle générale corticale. Une première lame corticale peut alors être détachée (Fig. 50 B) suivie d’autres à « pan cortical » (Fig. 50 C). A ce stade, la production, proprement dite, peut débuter.

7Une autre méthode dite « de la lame à crête » est quelque peu différente, elle sera utilisée intensivement au cours du Paléolithique supérieur. Une crête est réalisée longitudinalement par le détachement d’une série de petits éclats alternes sur deux faces contigües du bloc.

Fig. 50 - Chaîne opératoire de production de lames. A : Ouverture du plan de frappe par le détachement d’un éclat ; B : Détachement d’une lame totalement corticale ; C : Production de supports allongés.

Fig. 51 - Chaîne opératoire de production de lames par la méthode de la lame à crête. A : Préparation d’une crête ; B : Détachement de la lame à crête ; C : Détachement d’une lame qui conserve une partie de la lame à crête ou lame sous-crête.

8Cette pièce forme ainsi une arête, plus ou moins sinueuse, dont le relief servira de guide pour l’obtention de la première lame. Une bonne préparation de la crête détermine un dessin régulier de l’arête-guide laissée sur le nucléus (Fig. 51 A). Après le détachement de cette lame, nommée « lame à crête », la phase du plein débitage peut débuter (Fig. 51 B).

9Avant d’extraire la deuxième lame, il est important de remettre en forme le plan de frappe en détachant de petits éclats à sa surface. On prépare ainsi la position du futur point d’impact. Ensuite, à l’aide d’un petit galet en roche abrasive, tel le grès, on racle la corniche qui surplombe la table. Cette opération a pour but d’éliminer les dernières irrégularités qui nuiraient à la propagation de l’onde. Le tailleur peut alors entamer le détachement de la deuxième lame (Fig. 51 C). Le coup doit être porté sur le plan de frappe à la verticale exacte d’une des deux nervures bordant le négatif de la première lame détachée. Cette deuxième pièce présente ainsi, sur un bord seulement, les traces de la préparation de la crête. Le bord opposé, par contre, est brut car il montre la cicatrice du négatif d’enlèvement de la première lame. Après une nouvelle remise en forme du plan de frappe par l’abattage de la corniche, on peut extraire les lames suivantes. Si le coup est porté dans le sens d’une des nervures la future lame aura une section triangulaire, par contre, si le coup est donné dans l’espace entre deux nervures, la lame présentera une section trapézoïdale.

10Dans la phase dite « du plein débitage », il est important de maintenir en permanence une bonne gestion du plan de frappe. Ce dernier peut être remodelé, si nécessaire, par l’enlèvement de tablettes d’avivage. Il faut également, de façon concomitante, façonner les flancs du nucléus et la table d’extraction en maintenant le cintre et la carène. Il s’agit donc d’entretenir « un rapport géométrique entre la courbure longitudinale, ou carène, et celle transversale, ou cintre » (Ploux et Karling, 1994). Dans ce cas de figure, la préparation minutieuse de la carène assure une production de supports longs alors que celle du cintre, en réduisant l’étalement transversal de la propagation des ondes de percussion, génère des produits étroits. On obtient, suivant ce schéma, des produits longs et étroits à bords parallèles et section géométrique régulière prévenant ainsi les risques malencontreux d’accidents de taille. Ceux qui surviennent le plus fréquemment sont la situation d’outrepassage. Elle se produit lorsque l’onde enlève une masse de matière trop importante en partie distale de la lame. Inversement, il existe le cas de la réflexion quand la lame se trouve raccourcie par la mauvaise diffusion de l’onde. Ces accidents sont causés, soit par la composition hétérogène de la roche qui inclut des microfossiles par exemple, soit par l’utilisation d’un percuteur inadapté, trop dur ou trop volumineux.

11De fait, ce scénario opératoire peut se répéter de façon récurrente tout le long de l’exploitation du nucléus. Le processus peut aussi nécessiter la création de nouvelles crêtes, ou néo-crêtes. Il peut également demander l’ouverture de nouveaux plans de frappe initiant une reprise de la production implantée alors dans une autre zone du bloc. A terme, l’extrême réduction du nucléus indique l’épuisement de la matière et conduit à son abandon définitif. Le tailleur se débarrasse à ce moment du nucléus résiduel.

12En suivant cette chaîne opératoire, les lames et lamelles du Paléolithique supérieur apparaissent donc comme des produits prédéterminés, assez souvent fortement standardisés. Leur morphologie allongée est censé faciliter une bonne prise en main ou bien favoriser un meilleur emmanchement. Elles sont les supports idéaux pour porter de nombreux outils spécialisés. Les burins, les couteaux, les pointes ne sont que quelques exemples de familles d’outils que l’on peut réaliser à partir d’un support laminaire ou lamellaire. Dans un second temps, à l’aide d’un façonnage plus minutieux, le tailleur, en choisissant l’orientation et la profondeur de la retouche, va produire des types d’outils dits secondaires auxquels la typologie préhistorique a attribué des noms spécifiques tels les lamelles Dufour, les burins de Noailles ou les pointes de la Gravette.

13Quelquefois le même support porte deux, voire plusieurs outils. L’exemple de l’association grattoir-burin est assez fréquent. L’artisan peut également fracturer intentionnellement le support de manière à produire des pièces géométriques. Il utilise pour ce faire la technique dite « du microburin » qui sera vue plus loin.

14On constate que le rapport entre le poids de matière première et la longueur de tranchant a évolué durant tous les temps du Paléolithique européen. C’est essentiellement la production laminaire qui a permis l’augmentation de la longueur de tranchant. Ce phénomène a été étudié par A. Leroi-Gourhan (Leroi-Gourhan, 1977). Pour illustrer cette évolution, il a été montré qu’au Paléolithique inférieur et moyen, avec un bloc d’un kilogramme de roche siliceuse, l’artisan préhistorique a obtenu moins de 5 mètres de longueur de tranchant. Au début du Paléolithique supérieur, celle-ci sera portée à plus de dix mètres. Pourtant, dès le Paléolithique moyen, grâce à la technique Levallois, l’artisan pouvait extraire au moins une dizaine de produits standardisés, ce qui correspondait déjà à un réel progrès.

15Il faut donc reconnaître que la réalisation de supports laminaires a engendré une économie en termes de quantité de matière débitée associée à une diversification typologique. En fait, au Paléolithique supérieur, la variabilité morphologique des outils est une conséquence directe du type de débitage, elle l’est beaucoup moins pour le Paléolithique inférieur et moyen. Le façonnage par la retouche semble avoir été la technique fondamentale qui a généré la diversification des outils.

Table des illustrations

Légende Fig. 49 - Nucléus caréné du site aurignacien de Pontecosi (Toscane).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5469/img-1.jpg
Fichier image/, 76k
Légende Fig. 50 - Chaîne opératoire de production de lames. A : Ouverture du plan de frappe par le détachement d’un éclat ; B : Détachement d’une lame totalement corticale ; C : Production de supports allongés.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5469/img-2.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Fig. 51 - Chaîne opératoire de production de lames par la méthode de la lame à crête. A : Préparation d’une crête ; B : Détachement de la lame à crête ; C : Détachement d’une lame qui conserve une partie de la lame à crête ou lame sous-crête.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5469/img-3.jpg
Fichier image/, 124k

Auteurs

Université de Pise, Département des Sciences Archéologiques. Italie

Université de Florence, Département des Sciences de l’Antiquité « G. Pasquali ». Italie

Université de Perpignan Via Domitia, Département des Sciences de l’Education. EPCC - Centre Européen de Recherches Préhistoriques. Tautavel. France

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540