Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre X. Entre néandertaliens et hommes modernes : les industries de transition

Mario Dini et Henry Baills

Texte intégral

1En Europe, vers 40.000 BP., au passage du Paléolithique moyen au supérieur, ce que l’on nomme « les complexes de transition » prennent des aspects différents suivant les grandes régions.

2La zone centro-européenne est occupée par une culture à vaste extension nommée « Szélézien ». Il se caractérise par la présence de pointes bifaciales de forme losangique réalisées sur support à tendance laminaire. Dans cette même région, le substrat reste constitué par les industries micoquiennes. La technique de taille moustérienne est appliquée à des supports de types nouveaux comme les éclats à tendance laminaire. L’industrie szélétienne se distingue essentiellement par l’utilisation fréquente de la retouche bifaciale pour le façonnage des outils. Cet assemblage, propre au Szélézien, se retrouve au sein d’un grand nombre de groupes territoriaux qui occupent une vaste zone qui va de la Hongrie à la Pologne, et de l’Autriche à la Moldavie (Djindjian et al., 1999).

3-La zone nucléaire du Szélézien se trouve dans les montagnes de Bükk, en Hongrie, avec des gisements en grotte comme le site éponyme de Széléta, de Büdöpest, de Balla, de Dioysgyör et de Puskapörös. Dans la grotte Széléta, les recherches ont montré deux niveaux au sein desquels on a pu repérer, dans l’industrie lithique, une évolution marquée par l’apparition d’outils typiques du Paléolithique supérieur. On sait cependant aujourd’hui que cette situation pourrait être due à une possible pollution par l’occupation gravettienne sus-jacente.

4-La seconde grande région de culture szélétienne est la Moravie, avec de nombreux sites de plein air, tels Jezerany, Neslovice, Ondranice, Orechov et Dziezyslaw 1 en Silésie. Dans cette vaste région, certaines séries lithiques démontrent des techniques à forte empreinte levalloisienne, au sein desquelles la composante laminaire occupe progressivement une part grandissante. C’est dans ce contexte, qu’on remarque l’apparition d’outils typiques du Paléolithique supérieur. Cette association est à interpréter comme un phénomène de convergence interne sans qu’il y ait d’influence réciproque. Des exemples d’évolution de ce type ont été repérés dans le niveau II de Korolevo en Ukraine transcarpathique, dans le niveau IV de la grotte Temnata en Bulgarie et dans les ensembles en plein air du Bohuniciano. Ces derniers ont été étudiés par K. Valoch à partir des fouilles de Stranska Skala, près de Brno, en Moravie, datées d’environ 38.000 - 40.000 BP. La présence de pièces bifaciales de type szélétien témoignent de contacts entre les deux groupes culturels (Svoboda et Bar-Yosef, 2005).

5En Grande Bretagne, Belgique, Allemagne et Pologne, les complexes lithiques comme le Lincombien, le Ranisien (Fig. 45 A à D) et le Jerzmanowicien montrent la même technique opératoire. Elle est caractérisée par l’utilisation de la retouche plate bifaciale pour façonner des pointes qui sont en règle générale associées à des burins, des lames retouchées, des encoches, des denticulés et des pièces esquillées.

6Ces assemblages lithiques ont leur origine dans une tradition régionale qu’il faut rechercher dans les faciès locaux moustériens évolués à pointes foliacées présents au début de l’Interpléniglaciaire (interstade de Moershoofd). Le niveau 4-5 de la grotte Weinberghöle en Allemagne méridionale, le niveau 11 de la grotte d’Ilsenhöle en Thuringe ou de la grotte Couvin en Belgique sont de bons exemples de ces faciès.

7C’est dans la période suivante, au cours de l’Interpléniglaciaire, que ces industries se développent à une plus large échelle géographique en se diffusant sur une vaste aire qui va de l’Angleterre à la Pologne. On peut citer en Angleterre le site Kent’s Cavern sur la colline de Lincombe, et le site de plein air de Beddings Thakenham, en Belgique les grottes de Goyet et de Spy, en Thuringe la grotte d’Ilsenhöle 2, en Pologne, les sites de Nietoperzowa (niveaux 6 et 5a) et Jermanowice (Djindjian et al., 1999)

8En ce concerne les régions occidentales de l’Europe, on remarque à partir du substrat local jerzmanowicien, une forme de réaction qui peut être interprétée comme une réponse aux nouvelles sollicitations de l’Homme moderne.

Fig. 45 – Fig. 45 - A à D : Pointes foliacées du Ranisien (Grotte de Ranis). D’après Broglio et Koslowsky

9-L’exemple le plus évident est donné par le Châtelperronien français. Dans celui-ci, l’ambiance de la production lithique reste de tradition moustérienne, avec des racloirs, des pointes, des encoches et des denticulés sur éclats prédéterminés. Parallèlement, le façonnage des outils à dos est réalisé suivant un processus spécifique de production laminaire (Pélegrin, 1995).

10Ce faciès a probablement pour origine le Moustérien de tradition acheuléenne (MTA), qui apparaît pendant l’Interstade d’Hengelo-Les Cottés, aux environs de 34.000 BP. Le Châtelperronien est présent dans une aire limitée, qui comprend le Sud-Ouest de la France, les régions du Massif Central, les Pyrénées et la Cantabrie. Parmi les gisements les plus représentatifs, il faut signaler La Ferrassie et Combe Capelle en Dordogne, le Roc-de-Combe et Le Piage dans le Lot. Le gisement éponyme des Fées à Châtelperron dans l’Allier et surtout la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure dans l’Yonne sont les exemples les plus significatifs de cette culture. En Espagne, il est documenté au Reclau Vivier en Catalogne et à la Cueva Morin en Asturie (Baffier, 1999).

11L’outil le plus caractéristique est, sans aucun doute, la pointe de Châtelperron, véritable couteau à dos courbe sur support laminaire (Fig. 46 A à D). Sa morphologie est relativement variable, dans ses dimensions, dans l’ampleur et l’extension de sa retouche, dans la courbure de son dos. Sa base, elle-même, peut être retouchée suggérant un possible emmanchement de la pièce (Fig. 46 C). Les études fonctionnelles ont mis en évidence que de tels outils pouvaient servir de couteau, ou d’armature de javelot pour la chasse. Les grattoirs épais à profil circulaire obtenus à partir d’un éclat de mise en forme sont également des outils caractéristiques. Des lames et des éclats tronqués, utilisés comme couteaux ou pointes, sont présents en quantité variable. Il en est de même des grattoirs sur éclats allongés, des burins, des lames à dos et des lames à retouche irrégulière. Ces pièces qui annoncent le Paléolithique supérieur côtoient celles liées à la tradition moustérienne comme les pièces denticulées, les racloirs et les pièces esquillées.

12Dans la plupart des sites châtelperroniens, les méthodes de taille ont visé la fabrication d’éclats allongés ou lames. Pour J. Pellegrin et M. Soressi, le débitage commence avec l’ouverture d’un plan de frappe à partir duquel un gros éclat est détaché du bloc. Suit la mise en forme d’une crête le long d’un de ses bords tranchants et du plan principal. On ouvre enfin un second plan de détachement opposé au premier. La technique de débitage utilisée pour la pleine production est celle de la percussion directe avec des percuteurs tendres opportunément sélectionnés (Pelegrin et Soressi, 2007).

Fig. 46 - A à D : Pointes de Châtelperron (Grotte du Renne). D’après Leroi-Gourhan.

13En Italie, l’Uluzzien présente, au niveau technologique, de nombreuses différences par rapport aux précédentes cultures de la péninsule. Comme pour le Châtelperronien, ces innovations s’observent dans la production lithique, dans l’emploi de matières dures animales et dans l’utilisation d’objets d’ornement. De tels changements, comparés par certains chercheurs à ceux du Châtelperronien sur de simples bases typologiques, présentent, en réalité, des caractères propres (Gioia, 1990). Ils se remarquent dans la technique de taille et dans la typologie des objets ornementaux (Palma di Cesnola, 1989). Ces différences sont suffisamment remarquables pour considérer l’Uluzzien comme une entité culturelle locale indépendante (Schintler, 2011). Son absence dans les sites de Ligurie, Provence et de la vallée du Rhône confirme l’isolement géographique de ce complexe par rapport à l’aire occidentale (Slimak, 2004, 2008). A contrario, cet isolement est moins prononcé, car atténué par quelques affinités avec certaines productions et industries de l’Europe orientale (Palma di Cesnola, 1993 ; Gambassini, 1997). Le niveau uluzzien de l’unité 4 de la grotte de Fumane, (Broglio et al, 2003 ; Peresani, 2008), mis en parallèle avec celui de la grotte 1 de Gole di Klisoura en Argolide (Koumouzelis et al., 2001), atteste de ces influences orientales. Le niveau V de ce site grec a livré une industrie à pièces à dos courbe, assimilables aux demi-lunes uluzziennes, associée à des racloirs, des denticulés, mais également à des pièces esquillées. Cet ensemble typologique nous amène ainsi à ne pas écarter l’hypothèse d’une parenté avec l’Uluzzien moyen et récent d’Italie.

14Les industries lithiques uluzziennes des grottes de Fumane, de La Fabbrica, du Cavallo, de Castelcivita, de la Cala et des abris de Poggio et d’Oscurusciuto, montrent une prédominance de nucléi à débitage non standardisé, unidirectionnel. La production comprend également des éclats courts et massifs obtenus à partir de nucléi multidirectionnels, à morphologie irrégulière, plus rarement discoïdes. Par contre les lames et les lamelles, systématiquement présentes mais en faible quantité, ont été détachées à partir de nucléi prismatiques ou sub-prismatiques. Ces produits laminaires sont rares, peu allongés, gardant souvent du cortex sur le dos et présentant une section triangulaire asymétrique et bords rarement parallèles. Des burins, des grattoirs sur éclats laminaires épais (Fig. 48 A à E), des racloirs (Fig. 48 M et N), des denticulés, des pièces esquillées (Fig. 48 K) sont associés à des outils à retouche abrupte. L’élément le plus caractéristique est la demi-lune à retouche abrupte (Fig. 48 G à J). Comme pour la pointe de Châtelperron, la morphologie des demi-lunes uluzziennes est, elle-aussi, variable, pour l’ampleur et l’extension de la retouche, ou pour la courbure du dos (Ronchitelli et al., 2009).

Fig. 47 – A à E : grattoirs ; F : burin ; G à J : segments de cercle ; K : pièce esquillée ; L : pointe ; M et N : racloirs. D’après Broglio et Koslowsky.

Fig. 48 – A à E : Pièces esquillées de la couche 2 de la grotte La Fabbrica. D’après Pitti.

15Les pièces esquillées sont une autre caractéristique de l’Uluzzien. Comme les pointes de Châtelperron, elles montrent de fortes variations dans leurs proportions. Les pièces esquillées peuvent même, dans certain cas, être numériquement majoritaires au sein de ce complexe lithique (Fig. 47 A à E). Les études fonctionnelles menées sur ces pièces ont montré qu’elles étaient, le plus souvent, utilisées comme élément intermédiaire, ou coin, et employées dans le broyage des os et à la fracturation par fissuration.

16En ce qui concerne l’évolution interne de l’Uluzzien, les données dont nous disposons proviennent de la grotte du Cavallo dans les Pouilles. Elle présente une séquence articulée en trois temps : Uluzzien archaïque, moyen et supérieur. Ce découpage, élaboré sur des bases stratigraphiques et typologiques, montre une première phase, ou Uluzzien archaïque, caractérisée par des racloirs à retouche semi-abrupte et des pièces denticulées parmi lesquels la tradition moustérienne est encore perceptible. La phase intermédiaire, Uluzzien moyen, s’identifie par la présence de demi-lunes abondantes et de pièces esquillées. Dans la phase terminale, dénommée Uluzzien supérieur, on constate l’apparition de produits qui relèvent de la typologie aurignacienne comme les nucléi-grattoirs carénés.

17Associés à l’industrie lithique, des poinçons en os sur métapode ont été retrouvés à la grotte La Fabbrica (Pitti et al., 1976), au Cavallo (Palma di Cesnola, 1993) et à Castelcivita (Gambassini, 1997). Des pointes cylindro-coniques, fracturées à la base, ont également été trouvées, et ont été interprétées comme des sagaies rudimentaires (Ronchitelli et al., 2009). Enfin, dans les niveaux de l’Uluzzien supérieur de la grotte du Cavallo, des coquilles marines perforées, des fragments d’ocre et de limonite sont considérés comme des éléments de parure. Ces associations d’éléments décoratifs et d’outils en matière dure animale est un phénomène justifiant l’appartenance de l’Uluzzien à la famille des complexes de transition européens. En 2011, l’attribution à l’Homme moderne de dents de lait provenant des couches uluzziennes EIII et EII-1 de la grotte du Cavallo va certainement renouveler les problématiques liées à l’indentification de l’auteur de l’industrie uluzzienne (Benazzi et al., 2011).

Table des illustrations

Légende Fig. 45 – Fig. 45 - A à D : Pointes foliacées du Ranisien (Grotte de Ranis). D’après Broglio et Koslowsky
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 46 - A à D : Pointes de Châtelperron (Grotte du Renne). D’après Leroi-Gourhan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 47 – A à E : grattoirs ; F : burin ; G à J : segments de cercle ; K : pièce esquillée ; L : pointe ; M et N : racloirs. D’après Broglio et Koslowsky.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 48 – A à E : Pièces esquillées de la couche 2 de la grotte La Fabbrica. D’après Pitti.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5466/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540