Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre IX. Derniers néandertaliens et premiers hommes modernes

Texte intégral

  • 13 Le Paléolithique de l’Afrique a été subdivisé en trois grandes phases mentionnées sous les termes (...)

1L’origine de l’Homo sapiens doit être recherchée dans la zone africaine sub-saharienne où il apparaît antérieurement à 100.000 ans. De cette région, il se serait ensuite répandu au reste du globe, se substituant aux autres membres du genre Homo. Cette hypothèse est confirmée par les récentes études menées sur l’ADN ancien. De nombreux fossiles de sapiens viennent également la documenter. Il s’agit principalement de ceux découverts sur les sites d’Omo Kibish I et Mumba en Tanzanie (130.000 BP), de Klises Rivers Mouth et Border Cave en Afrique du Sud (120.000 - 95.000 BP). Plus récentes sont les datations des fossiles trouvés en Afrique du Nord dans les sites de Dar-es-Soltan, Zouhrah et Témara au Maroc (90.000 BP - 50.000 BP), de Soleb au Soudan (90.000 BP) et de Taramsa en Egypte (80.000 BP - 50.000 BP). Sur ces gisements, et d’autres encore, sapiens est associé à une industrie de type Middle Stone Age13.

2Le Proche-Orient a été le théâtre, entre 120.000 et 40.000 BP, de deux diffusions humaines, celle des « européens » néandertaliens et celle des « africains » sapiens. Des sites de Skhul et Qafzeh (Israël) datés entre 120.000 BP et 80.000 BP proviennent des restes humains anatomiquement modernes. Cependant, à la même époque, les sites d’Amud, de Kebara et de Tabun (Israël) ont donné des restes humains néandertaliens. Les industries associées sont, dans tous les cas, de type Middle Stone Age. Le site de Boker Tachtit (Israël), daté entre 47.000 et 38.000 BP a montré une évolution progressive de l’industrie de Middle Stone Age vers Late Stone Age. Au-delà de cette date les industries sont toutes de type Late Stone Age (Bar-Yosef, 1996).

3En Europe, par différence avec ce qui se passe en Afrique et au Proche-Orient, l’apparition des industries de type Late Stone Age coïncide avec l’arrivée de l’homme anatomiquement moderne. L’Aurignacien y apparaît comme un phénomène assez brutal qui se caractérise par une grande diversité intrusive face aux cultures néandertaliennes locales. De l’Afrique, en passant par le Proche-Orient, après un long parcours, le techno-complexe de type Late Stone Age atteint les frontières orientales du continent européen où il est désormais bien défini par les caractères stylistiques et structurels des plus anciens complexes aurignaciens de cette zone. Cet état de fait est bien perceptible sur les sites d’Istallosko en Hongrie (44.300 BP), Bacho-Kiro en Bulgarie (43.000 BP), Kostienski en Ukraine (40.000 BP) et ceux plus occidentaux du Trou Magrite en Belgique (41.300 BP) et du Castillo (40.000 BP) en Espagne.

4On peut considérer aujourd’hui que le peuplement du continent européen par l’homme moderne commence donc un peu avant 40.000 BP et est pratiquement achevé vers 32.000 BP. Concernant cette période, les documents archéologiques attestent de contacts, d’échanges et de phénomènes d’assimilation culturelle entre les groupes autochtones néandertaliens et les nouveaux arrivants sapiens (Vandermeersch, 2009).

5Dans certaines zones européennes, se développent des cultures qualifiées de « complexes de transition ». C’est le cas du Châtelperronien français, de l’Ulluzzien italien et des cultures à pièces foliacées de l’Europe centro-orientale. Le substrat de leurs productions lithiques est de tradition moustérienne locale, mais on y remarque déjà de nouveaux éléments typiques qui annoncent le Paléolithique supérieur. On a pensé jusqu’à très récemment qu’il fallait attribuer les productions lithiques de ces complexes de transition aux derniers néandertaliens et non aux premiers arrivants anatomiquement modernes. De nouvelles découvertes demandent peut-être de ne pas être aussi affirmatif.

Notes

13 Le Paléolithique de l’Afrique a été subdivisé en trois grandes phases mentionnées sous les termes de Early Stone Age (ESA), Middle Stone Age (MSA) et Late Stone Age (LSA) entre lesquelles s’intercalent deux périodes intermédiaires.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540