Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre VIII. Concepts et méthodes de production au Paléolithique moyen

Mario Dini et Héloïse Koehler

Texte intégral

Levallois !

1En 1879 furent récoltés sur la rive droite de la Seine, non loin de la localité de Levallois-Perret, de grands éclats de silex, de forme ovalaire, à bords tranchants, que G. et A. de Mortillet définirent comme de « type Levallois » dans leur livre intitulé « La vie préhistorique » (1900). A leur suite d’autres chercheurs, comme V. Commont, H. Breuil, R. Vaufrey, attribuèrent les éclats de type Levallois à une méthode particulière de débitage, mais c’est seulement avec les études de F. Bordes que cette méthode fut définie et reproduite expérimentalement. Cet auteur décrivit avec précision l’organisation des gestes techniques dont dépend la mise en forme particulière du nucléus et la production d’éclats caractéristiques Levallois. Ce travail a permis de parvenir à une définition précise : « Eclat à forme prédéterminée par une préparation spéciale du nucléus avec enlèvement de cet éclat » (Bordes, 1961). L’essence de cette définition se fonde sur deux notions élémentaires et indissociables qui sont la prédétermination et la production d’un unique éclat prédéterminé sur le nucléus.

2Plus récemment E. Boëda (1994) a opté pour une définition plus large dans laquelle le débitage de type Levallois à éclat unique (ou préférentiel) apparaît comme un cas relativement rare, par contre la production de plusieurs éclats Levallois d’un unique nucléus (nucléus multiple ou récurrent), après plusieurs opérations de remise en forme, a été présentée comme le cas le plus fréquent.

3Quelle que soit la méthode pour obtenir des produits Levallois, ceux-ci ont en commun le fait d’être détachés d’un nucléus organisé suivant le concept Levallois. Pour rendre cette nouvelle et originale vision du Levallois opérante et applicable aux séries archéologiques, E. Boëda dissocie les mots : Levallois, prédétermination, technique, méthode, en leur donnant une valeur sémantique propre.

Le concept Levallois

4Selon E. Boëda, le concept Levallois est basé sur deux notions qui interagissent qui sont la conception volumétrique du nucléus et son exploitation. Le volume du nucléus est ainsi conçu en deux surfaces convexes, asymétriques, sécantes délimitant un plan d’intersection. Ces deux surfaces sont généralement conçues ; l’une comme une surface de production d’éclats prédéterminés, l’autre comme la surface de percussion pour le détachement de ces éléments. Leurs rôles ne sont pas interchangeables durant la même séquence de production (Fig. 32).

5La surface de débitage est organisée de telle manière que les produits obtenus soient toujours prédéterminés. Ce caractère est généré par le maintien des convexités latérale et distale de la superficie de débitage et cet agencement a pour effet de guider l’onde de choc pour chaque élément détaché. Les convexités sont données par des enlèvements légèrement sécants et/ou débordants. Ces produits s’appellent alors « éclats prédéterminants », parce qu’ils sont détachés pour les conséquences techniques qu’ils engendrent sur le nucléus et non pour eux-mêmes.

6Toutefois, nous verrons comment un enlèvement peut être en même temps prédéterminant et prédéterminé ; ce qui est le cas pour certains éclats débordants ou lame Levallois. Les enlèvements prédéterminants peuvent suivre diverses orientations : unidirectionnels, bidirectionnels ou orthogonaux.

7La surface du plan de percussion destinée à recevoir le coup doit être perpendiculaire à l’axe de débitage du produit prédéterminé que l’on veut détacher. Les plans de fracture des éléments prédéterminés détachés sont parallèles ou sub-parallèles au plan Levallois qui est formé par l’intersection de la surface Levallois avec le plan de percussion. La technique de débitage est la même durant toute la chaîne opératoire Levallois : il s’agit de la percussion directe avec percuteur dur.

La technique

8La préparation de la surface Levallois et des plans de frappe et la production, elle-même, sont effectuées à la percussion directe à l’aide d’un percuteur dur. L’emploi exclusif de cette technique est, actuellement, difficilement explicable, parce qu’à la même époque d’autres techniques sont attestées, comme la percussion directe au percuteur tendre, utilisée soit pour la fabrication et la finition des pièces bifaciales, soit pour la retouche des éclats et autres supports.

9Toutefois, la technique de la percussion directe avec un percuteur dur employée dans la conception Levallois permet d’obtenir des produits aux caractères morphologiques impossibles à produire avec un percuteur tendre. De multiples facteurs techniques combinés interagissent : gestes, poids du percuteur utilisé, nature de celui-ci (calcaire, basalte, quartz, quartzite, silex…) permettent d’obtenir des pièces assez différentes.

Fig. 32 – Schéma graphique du concept Levallois. A : Plan de percussion ; B : superficie de débitage.

Les méthodes Levallois

10Les méthodes Levallois peuvent se subdiviser en deux grands groupes, chacun d’eux étant caractérisé par des variantes opératoires. La méthode Levallois à enlèvement préférentiel nécessite une remise en état complète après le détachement d’un seul éclat prédéterminé, les méthodes Levallois à enlèvements multiples et récurrents, exigent une remise en état du nucléus, mais seulement après le détachement de plusieurs éclats prédéterminés.

La méthode Levallois à enlèvement préférentiel

11L’objectif est la production d’un unique éclat prédéterminé (Fig. 33 et 34). La préparation du nucléus s’organise en deux moments distincts :

  1. Décorticage du bloc et préparation des plans de percussion.
  2. Préparation de la convexité Levallois à partir d’enlèvements de petits éclats à développement généralement centripète unipolaires ou bipolaires associés à des éclats débordants, finition du plan de percussion. Le point d’impact peut être isolé par abrasion de la corniche.

Fig. 33 – Schéma de production d’un éclat Levallois préférentiel. A : décorticage du nucléus ; B : préparation du plan de percussion ; C : préparation de la surface de débitage et aménagement du point d’impact ; D : détachement de l’éclat. D’après Inizan et al.

Fig. 34 – Nucléus Levallois préférentiel.

12La préparation du nucléus terminée, l’éclat qui envahit toute la surface Levallois est enlevé. Avec cette méthode les produits obtenus sont généralement de forme ovalaire (les pointes seront traitées ultérieurement).

13Si le volume du nucléus permet la poursuite de la production, celle-ci reprendra seulement après la remise en état complet ou partiel du même nucléus (comme indiqué supra point 2).

14Ce type de gestion du nucléus est dit « linéaire », parce que chaque éclat prédéterminé obtenu correspond à une seule surface préparée. L’exploitation progresse par plans parallèles et les éclats seront de dimensions décroissantes en regard des premiers obtenus.

Les méthodes Levallois à enlèvements multiples

15La surface Levallois est dévolue à la production de plusieurs éclats prédéterminés (Fig. 35 et 36). Chaque éclat dépend de l’éclat précédent et conditionne la production de l’éclat suivant. Ces enlèvements peuvent donc être regardés sous leur double nature. Il faut considérer ces enlèvements comme prédéterminés puisque ils sont détachés pour eux-mêmes et prédéterminants, puisqu’ils servent à préparer la nervure pour l’enlèvement de l’éclat suivant.

16La première phase de préparation du nucléus est tout à fait identique à celle de la méthode préférentielle. Dans la seconde phase, on rencontre des différences majeures dans la préparation de la convexité latérale, dans la finition du plan de percussion et surtout dans le fait que la production intéresse toute la surface Levallois et non seulement une portion de celle-ci.

17Il a été reconnu trois variantes opératoires de la méthode récurrente qui se distinguent par l’orientation du détachement des éclats prédéterminés. Chaque variante produit des éclats Levallois qui sont souvent assez différents entre eux. La seule morphologie des éclats, donc, n’est pas suffisante pour indiquer avec certitude la méthode utilisée pour les produire.

Fig. 35 – Schéma de production d’un éclat Levallois à partir d’un nucléus récurrent centripète. A : décorticage du nucléus, B : préparation du plan de percussion ; C : préparation de la surface de débitage ; D-E : détachement des éclats. D’après Inizan et al.

Fig. 36 – Nucléus Levallois récurrent centripète.

La méthode Levallois récurrente unipolaire, convergente ou parallèle

18Le débitage se développe dans une seule direction, les produits obtenus sont de forme triangulaire (pointe voir infra) ou rectangulaire (lames ou éclats laminaires) et généralement plutôt allongés. La préparation de la convexité peut s’effectuer à l’aide de détachements centripètes, bipolaires ou unipolaires, et souvent par l’intermédiaire d’éclats débordants ayant pour but de redimensionner les convexités latérales (Fig. 39).

La méthode Levallois récurrente, bipolaire, opposée ou orthogonale

19Deux plans de percussion principaux sont activés. Si ces derniers sont orthogonaux, les éclats Levallois produits seront généralement de forme quadrangulaire. S’ils présentent deux plans de percussion opposés (ce qui est le cas le plus fréquent), les produits Levallois détachés sont souvent allongés. Les éclats prédéterminés peuvent également être détachés de façon plus anarchique.

La méthode Levallois récurrente centripète parallèle

20Le plan de percussion est actif sur tout le périmètre du nucléus. Le détachement de chaque éclat modifie, mais ne compromet pas, (comme c’était le cas dans la méthode préférentielle), l’équilibre de la convexité de la surface de débitage. Morphologiquement, les produits détachés avec cette variante peuvent être très différents entre eux, y compris lors de la même séquence d’exploitation. Les éclats prédéterminés peuvent suivre des orientations différentes, mais plus fréquemment se présentent sous forme de petits détachements centripètes.

La production des pointes Levallois

21La confection des pointes Levallois peut être effectuée soit par la méthode préférentielle, soit par une sous-variante de la méthode récurrente unipolaire. Dans le premier cas, après la phase de préparation, la surface de taille est organisée par l’enlèvement de deux éclats convergents qui forment le triangle de base et la nervure centrale qui guidera le détachement de la pointe. Avec la méthode récurrente unipolaire la préparation du triangle de base peut être faite par des gestes autres, mais dans tous les cas, le sommet du triangle sera allongé pour devenir la ligne guide de la pointe (Fig. 38).

Fig. 37 – Eclat débordant.

Fig. 38 – Schéma de production d’une pointe Levallois D’après Inizan et al.

Fig. 39 – Pointe pseudo-Levallois

22Les pointes Levallois sont de forme triangulaire plus ou moins allongée, l’axe de l’éclat coïncide avec l’axe de l’outil (même si elles ne présentent pas de bords retouchés, les pointes Levallois sont considérées comme des outils dans la liste typologique Bordes). Le talon de ces pièces est toujours facetté en chapeau de gendarme, plus rarement dièdre ou lisse.

23Si ces supports présentent des retouches marginales, on parlera de pointes Levallois retouchée, si les retouches sont profondes et continues on parlera de pointes moustériennes (celles-ci peuvent être réalisées aussi à partir d’éclats de forme triangulaire non Levallois). Un type de pointe particulier est celui dit « type Soyons » caractérisé par une retouche profonde, continue et inverse, décrire pour la première fois par J. Combier (1955).

24Un autre support particulier est celui appelé « pointe pseudo-Levallois » (Bordes, 1953a). Ces éclats présentent une morphologie générale tout à fait similaire à celle des pointes Levallois vraies, mais dans ce cas l’axe de l’éclat est oblique par rapport à l’axe de la pointe (Fig. 37). Ces supports sont généralement produits à partir de nucléi récurrents centripètes, d’autres à partir d’un débitage discoïde par un coup sécant et non perpendiculaire au plan Levallois.

25On parle dans ce cas d’éclats prédéterminants, parce que leur détachement permet de recréer la convexité latérale. Cependant, la pointe pseudo-Levallois est également caractéristique de la taille de type discoïde, mais dans ce cas, au contraire, on parlera d’un produit prédéterminé. Sur la base de la seule position lors du débitage d’une pointe pseudo-Levallois il est souvent impossible de déterminer si elle est le résultat d’une taille de type Discoïde ou Levallois.

Le concept de débitage Discoïdal

26La nouvelle définition du concept Discoïdal de débitage doit beaucoup au travail expérimental et à la recherche d’E. Boëda (1993). Par la suite, elle a été complétée par les études de V. Mourre, J. Jaubert, J.-L. Locht et M. Peresani.

27E. Boëda détermine le concept de débitage Discoïdal sur la base de l’interaction de ses critères qui sont indissociables de leur élaboration :

  • 1. Le volume du nucléus est conçu en deux surfaces convexes asymétriques, sécantes qui délimitent un plan d’intersection nommé « fil charnière ».
  • 2. Les deux surfaces ne sont pas hiérarchisées. Une est conçue comme plan de percussion, l’autre comme surface de débitage, mais leurs rôles peuvent être intervertis durant la même séquence opératoire.
  • 3. La surface de débitage est organisée de façon à former une convexité périphérique plus ou moins accentuée dont la fonction est de contrôler l’enlèvement latéral et distal de chacun des supports produits. Ces derniers seront prédéterminés.
  • 4. La surface du plan de percussion est organisée de telle façon que l’axe de débitage soit perpendiculaire au bord du nucléus.
  • 5. Les plans de fracturation des éléments détachés (prédéterminants ou prédéterminés) sont sécants avec le plan d’intersection des deux faces du nucléus.
  • 6. La technique utilisée durant tout le schéma opératoire Discoïde est la percussion directe avec percuteur dur.

28Les deux surfaces convexes, opposées et sécantes, sont progressivement préparées par une série d’enlèvements alternes divergents qui se propagent à partir de la ligne équatoriale du nucléus. L’angle de taille formé par l’intersection des deux surfaces convexes doit être toujours inférieur à 90°. Les deux surfaces assument tour à tour, suivant la nécessité de la production, le rôle de plan de percussion ou de surface d’exploitation (Fig. 40).

29L’avancement de l’exploitation du nucléus Levallois s’effectue en plans parallèles et décroissants, sur un nucléus discoïde les strates d’exploitation successives étant sécantes. Pour cette raison, on utilise le terme de « exploitation de surface » dans le cas d’un débitage Levallois et d’une « exploitation du volume » dans le cas d’un débitage Discoïde. Les éclats produits, sur les deux surfaces exploitées alternativement, sont rarement envahissants, cependant dans le cas où le nucléus prendrait une forme trop conique ou que l’angle de taille serait supérieur à 90°, pour continuer la production les artisans détachent des produits qui envahissent la surface de débitage selon un plan de fracturation parallèle et non sécant, afin d’aplanir la surface de détachement (Locht, 2004).

30La production est continue et récurrente (mais préférentielle avec production d’éclats débordants), ou suivant une orientation centripète et visant la confection de pointes pseudo-Levallois, d’éclats triangulaires ou d’éclats de forme quadrangulaire qui présentent souvent un biseau distal. On peut rencontrer des nucléi discoïdes avec exploitation d’une unique face. Dans ce cas on parlera de nucléi unifaciaux.

31Au cours d’un intervalle de temps correspondant à seulement une dizaine d’années (1993-2003), les études technologiques sur le débitage Discoïde et le débat qui leur a été associé ont amené des contributions nombreuses et variées (Grimaldi, 1998 ; Peresani, 1998 ; Slimack, 1998-1999 ; Pasty, 2000) qui culminèrent avec la publication du volume « Discoid Lithic Technology and implications » édité sous la direction de M. Peresani (2003b).

L’équivoque Discoïde/Levallois

32Parmi les diverses méthodes de production lithiques décrites par F. Bordes dans la publication « Typologie du Paléolithique ancien et moyen » en 1961 figure également le « débitage moustérien ». Ce dernier appelé également « discoïde » à cause de la forme du nucléus, a été l’objet d’une définition très sommaire (par différence avec celle énoncée pour le débitage Levallois) sur laquelle, il mérite pourtant de s’arrêter : « le nucléus est d’abord préparé comme s’il s’agissait d’un nucléus Levallois, mais plutôt que d’extraire un grand éclat après la préparation d’un plan de percussion préférentiel, on continue d’extraire des éclats centripètes, parfois alternativement sur les deux faces du nucléus. Le produit final est un nucléus discoïde. Souvent, dans le Moustérien, un nucléus Levallois, une fois que le premier éclat a été extrait, est transformé en nucléus discoïde » (Bordes, 1961).

33Selon Bordes, donc, cette méthode de production particulière se différenciait de la méthode Levallois classique (à éclat préférentiel). En réalité le « nucléus moustérien » n’est rien d’autre qu’un nucléus récurrent centripète et présente donc tous les caractéres d’un nucléus Levallois, dans la recherche et l’obtention de produits prédéterminés. La définition du débitage Levallois de 1961, ne permettait pas d’imaginer un débitage d’éclats multiples, comme cela a été reconnu et décrit par E. Boëda, trente ans plus tard.

34On ne peut passer sous silence l’important article « Discoïde ou pas discoïde ? Réflexions sur la pertinence des critères techniques définissant le débitage discoïde » de V. Mourre (2003) dans lequel on repère une brève, mais significative, révision historique de la « confusion » concernant la définition du débitage Discoïde à partir des travaux pionniers de F. Bordes (1950 et 1961) jusqu’aux contributions plus récentes, post « révolution Boëda ». V. Mourre et J. Jaubert proposent d’indiquer avec « D » l’authentique concept Discoïde et d’utiliser « d » quand le nucléus présente seulement une analogie formelle mais non le concept de ce débitage (Jaubert et Mourre, 1996).

Le concept de débitage Quina

35Dans les complexes lithiques du Paléolithique moyen, en plus du débitage Levallois et Discoïde, on rencontre également le débitage Quina. Pour L. Bourguignon (1996 et 1997) ce concept de débitage se développe à partir de deux surfaces préparées qui se coupent et prennent alternativement un rôle de plan de percussion ou de surface de débitage (Fig. 41). Chaque séquence est unipolaire et volontairement limitée à une surface à partir de laquelle a été détaché un petit nombre de supports. Sur le nucléus, les zones épargnées ou exploitées s’intercalent suivant un rythme binaire (deux ou trois coups puis on inverse par retournement le plan de percussion avec la surface de débitage) jusqu’à l’abandon de la pièce.

36Selon L. Bourgignon, la diversité des chaînes opératoires serait due à la morphologie et aux dimensions de la matière première disponible ou sélectionnée. Pendant toute la séquence opératoire seule la technique de la percussion directe est utilisée (comme dans Levallois ou Discoïde), les coups sont portés à quelques millimètres de la corniche du nucléus, ce qui produit des éclats à talon large et épais.

Fig. 40 – Schéma graphique du concept Discoïdal. A : plan de percussion ; B : surface de débitage.

Fig. 41 – Schéma graphique du concept Quina. A : plan de percussion ; B : surface de débitage.

Fig. 42 – Racloir Quina.

Fig. 43 – Schéma graphique pour la production de lames non Levallois. A : plan de percussion ; B : surface de débitage.

37Ce concept, simple et particulier, de taille amène une production standardisée d’éclats, très souvent corticaux, courts, larges et massifs, à section asymétrique. Cette morphologie des supports se prête parfaitement à la fabrication des typiques racloirs transversaux à retouche scalariforme (Fig. 42).

Le débitage laminaire non Levallois du Paléolithique moyen

38Une tendance nette à la production de supports allongés est observable dans certains ensembles lithiques du Nord-Ouest de l’Europe (Révillon et Truffeau, 1994), ainsi qu’en Ukraine (Cabaj et Sitlivyj, 1994). Ce « phénomène lames » comme l’a défini J. Tixier (1984) observable et indiscutable, connait son plein développement durant les stades isotopiques 5 et 4. A la production de supports laminaires dérivés de l’utilisation des méthodes Levallois récurrentes, unipolaires ou bipolaires, apparaissent, spécialement durant la phase ultime, des chaînes opératoires non Levallois (Fig. 43) qui démontrent des procédés techniques (façonnage de crêtes, lames débordantes, ravivage du plan de percussion…) qui seront communs au Paléolithique supérieur (Otte, 1994). Ils ont été bien décrits pour la première fois dans le « Les industries laminaires au Paléolithique moyen », dirigé par S. Révillion et A. Truffeau (1994).

Chaîne opératoire non Levallois à partir de nucléi prismatiques à « débitage tournant »

39Le débitage tournant envahit toute la périphérie du nucléus. La production récurrente non Levallois est conduite en séries, alternatives, à partir de deux plans de percussion. L’exploitation est conçue suivant une succession de plusieurs surfaces sécantes, cette réduction confère au nucléus une section polygonale.

40Les plans de percussion sont constamment préparés, parallèlement à la progression de la réduction. Les tablettes produites dans cette phase de maintenance permettent d’éliminer les superficies endommagées ou compromises et de corriger l’inclinaison du plan de frappe.

41L’exploitation bipolaire des surfaces sécantes simplifie considérablement la phase de gestion. La productivité de cette chaîne opératoire est très élevée, le nombre de gestes techniques réduit et la production de débris faible. Cette chaîne, dont la présence est attestée sur le site de Seclin est également connue dans les gisements de Saint-Germain des Vaux (Révillion et Cliquet, 1994).

Chaîne opératoire laminaire non Levallois à partir d’un nucléus sur galet « direct »

42Aucune préparation, ni mise en forme n’est effectuée sur le galet. Le débitage unipolaire est initié par l’enlèvement d’une lame corticale, obtenue en fonction de la convexité naturelle du support. Les lames sont successivement produites suivant une récurrence non Levallois. Les convexités latérales du plan laminaire sont maintenues par le détachement de produits à dos préparés ou naturels. Les convexités distales endommagées par le débitage ne sont pas réparables. Cette chaîne opératoire est techniquement très simple. Mais l’exploitation unipolaire ne permet pas une bonne gestion de la surface de débitage et donc une standardisation des produits, ni une haute productivité.

Chaîne opératoire laminaire non Levallois à partir de nucléi à éclats

43Ces nucléi sont réalisés sur éclats très épais, de forme allongée. Le débitage est effectué sur la face dorsale de l’éclat. La direction des négatifs montre une réduction bipolaire à partir de deux plans de percussion opposés. La production est conduite en série, alternativement, et se fonde sur un principe de récurrence non Levallois.

44La taille débute à partir d’un bord de l’éclat et couvre progressivement une partie de la face supérieure. Le façonnage de crête et l’extraction de lames débordantes contribuent à gérer la phase de pleine production. Ces nucléi sont d’habitude abandonnés à la suite d’un accident de taille (lame outrepassée) ou d’une mauvaise gestion du plan laminaire (lame réfléchie).

La typologie de F. Bordes et la subdivision du Moustérien européen : aperçu historique

45Aux alentours de 1900, G. de Mortillet fut le premier à décrire une industrie de type « Levallois ». Trente ans plus tôt, en 1868, il avait reconnu « L’époque du Moustier », comme un intervalle incluant le Paléolithique inférieur et moyen. Trois ans plus tard, en 1872, dans l’article « Classification des diverses périodes de l’Age du renne », il considérait le Moustérien comme un état intermédiaire entre l’Acheuléen et Solutréen (ce dernier était alors considéré comme la période la plus ancienne du Paléolithique supérieur) et le décrivait comme caractérisé par l’association de pointes, racloirs et bifaces plats.

46Par la suite, V. Commont (1910), D. Perony (1930), H. Breuil et L. Koslowski (1931) et d’autres chercheurs proposèrent des découpages chronologiques et culturels variés du Moustérien français. Mais c’est seulement avec la nouvelle méthode d’étude statistique de F. Bordes, appliquée à l’étude des industries du Périgord et du bassin de la Somme, que l’on est parvenu à une subdivision culturelle du Paléolithique moyen (Bordes, 1950 ; 1953b et 1961). Cette méthode est encore employée de nos jours, même si en France elle est souvent remise en cause. Les différents faciès sont régulièrement réfutés (Moustérien typique et Moustérien à denticulés) ou totalement relus ou réinterprétés (Moustérien Quina ou Moustérien de tradition acheuléenne).

47A la suite de la définition de la méthode Levallois (et non « technique Levallois », comme indiqué par le même auteur), comme un procédé de taille directe pour obtenir des produits de forme prédéterminée par une préparation du nucléus, F. Bordes montra qu’il n’était pas conforme à la réalité archéologique de distinguer le Moustérien du Levalloisien, comme avancé auparavant par Breuil, parce que dans le Moustérien on reconnaissait à la fois des industries Levallois, c’est-à-dire des complexes industriels qui présentent un nombre de produits dérivés d’une exploitation Levallois dominante (IL>20) et une industrie non-Levallois (IL<20).

48Parmi les industries Levallois, F. Bordes fit une ultime subdivision en complexes à faciès levalloisien et complexes à faciès non-levalloisien. Il nota que dans les premiers les produits du débitage tels que les pointes Levallois, les éclats et lames Levallois ne sont pas retouchés ou présentent seulement des retouches marginales ; alors que dans les seconds les produits sont transformés par des retouches profondes, en pointes moustériennes, racloirs.

49En 1961, sur la base de critères techniques et morphologiques, F. Bordes définit une liste typologique composée de 63 types, ordonnés en section qui regroupaient des types apparentés : section levalloisienne (n. 1-4), section moustérienne (n. 6-29), section Paléolithique supérieur (n. 38-37) et section « divers » (n. 38-63). La pointe pseudo-Levallois (n. 5 de la liste) restait hors de tout groupe. Les nucléi et les bifaces étaient inventoriés à part.

50La méthode prévoyait le calcul d’indices techniques ou typologiques, organisés en indices réels, c’est-à-dire calculés sur la totalité des 63 types et en indices essentiels, calculés sans tenir compte des produits Levallois non retouchés (n. 1-4) et des pièces non retouchées mal définies (n. 45-50).

51Cette nouvelle approche typologico-statistique, appliquée pour la première fois aux industries du Sud-Ouest et du Nord de la France, ensuite étendue aux autres zones de l’Europe (y compris l’Italie) et du Proche-Orient, permit, associée à l’identification de la méthode de débitage utilisée (Levallois, Discoïde, Quina) et du pourcentage de quelques types d’outils (bifaces, racloirs, denticulés, couteaux à dos…) une subdivision du Moustérien en quatre complexes principaux : Moustérien typique, Moustérien de tradition acheuléenne A et B, Moustérien à denticulés et Charentien, à leur tour distingués, en faciès à caractères plus régionaux (Charentien oriental, Micoquien, Pontinien…).

Le Moustérien typique

52L’indice essentiel des racloirs varie entre 30 % et 60 %. Les racloirs de type Quina et les pointes moustériennes sont très rares ou absents. Les bifaces sont d’ordinaire atypiques, les denticulés ne dépassent que difficilement 15 %.

53Les matières premières sont récoltées localement, dans un rayon de 5km autour du site. L’apport de matériel de l’aire intermédiaire est faible, celui des affleurements lointains est quasiment inexistant. Dans l’environnement de certains sites on repère souvent une discrète variabilité lithologique, mais l’étude des produits de la taille a mis en évidence qu’une relation entre les types de roches taillées et les objectifs de débitage serait seulement occasionnelle.

54La méthode d’exploitation Levallois à enlèvements multiples est toujours dominante par rapport à celle à enlèvement préférentiel. Elle permet d’obtenir des outils nombreux associés à un bon niveau de standardisation. L’objectif était, en fait, de réaliser des produits plats, avec des bords parallèles et convergents, destinés à la confection de racloirs et de pointes.

55Le Moustérien typique s’est amplement diffusé tant en France septentrionale et Belgique, qu’en France du Sud-Ouest. On le repère dans des niveaux datés des stades isotopiques 4 et 5.

56En Italie, on le trouve dans la grotte du Prince (foyers E et D), de la Madonna dell’Arma en Ligurie (Palma di Cesnola, 2001), dans les sites de surface des collines des Cerbaie et de la plaine de Lucques, dans les grottes de San Francesco et de la Fabbrica en Toscane (Mencacci et Zecchino, 1976 ; Galiberti, 1997), au Riparo del Poggio en Campanie (Bartolomei et al., 1975) et la Grotte Bernardini en Pouilles (Palma di Cesnola, 2001).

Le Moustérien de Tradition Acheuléenne

57Dans le Sud-Est français, certaines industries avec des bifaces minces, souvent cordiformes, des couteaux à dos, des denticulés nombreux et quelques racloirs ont été regroupés sous la dénomination de « Moustérien de Tradition Acheuléenne » ou M.T.A. Les proportions variables des bifaces et des couteaux à dos ont conduit F. Bordes à y reconnaître deux faciès.

Moustérien de Tradition Acheuléenne de type A. ou M.T.A./A

  • 12 Racloir double convergent, étroit, épais et avec des bords abrupts. (La Préhistoire. D. Vialou. 20 (...)

58L’indice des racloirs y est moyen, entre 25 et 45, avec toutefois des fréquences plus élevées, dans certains sites de plein air. On y remarque la présence de quelques rares racloirs de type Quina et limaces12.

59L’indice des bifaces varie entre 5 et 40. Le développement des outils du groupe Paléolithique supérieur y est discret. Les couteaux à dos sont présents avec une fréquence moyenne. La variété typologique des outils est grande.

Moustérien de Tradition Acheuléenne de type B ou M.T.A./B

60Il se caractérise par un fréquent développement de la production de lames et par leur utilisation comme supports pour la fabrication d’outils. Les racloirs sont relativement rares, ainsi que les autres outils du groupe moustérien. Les bifaces, généralement de forme atypique sont peu nombreux. Les outils du groupe Paléolithique supérieur comme les grattoirs, perçoirs, couteaux à dos, éclats et lames tronqués connaissent un réel développement. Les nombreux couteaux à dos annoncent le type de Châtelperron. Les denticulés sont abondants.

61De récentes études technologiques ont démontré que l’attribution d’un ensemble au Moustérien de Tradition Acheuléenne sur la seule base de la présence de bifaces minces et de couteaux à dos n’était pas suffisante, parce que certaines méthodes de fabrication des bifaces ont pu varier d’une région à l’autre (Soressi, 2002). Ces études ont, en outre, mis en évidence l’unité technologique des assemblages M.T.A./A et M.T.A/B dans la production des bifaces et des éclats allongés. La différence entre ces deux faciès résiderait, selon Soressi, uniquement dans l’organisation de l’activité de taille sur le territoire. En effet, les industries M.T.A./A montrent une activité de taille discontinue dans le temps et dans l’espace, en raison de la fragmentation de la chaîne opératoire dans le territoire. Au contraire, les industries attribuées au M.T.A/B montrent une activité de taille toujours réalisée dans un même temps et lieu. Les rares outils fabriqués avec une matière première récoltée à plus de 40km des sites dans lesquels ils ont été abandonnés sont généralement des bifaces. Ce constat a amené M. Soressi à retenir que « la faible organisation à vaste rayon documentée de l’industrie des niveaux M.T.A. de type B serait donc la conséquence, ou l’origine, de la desaffection des auteurs de telles industries pour la production de bifaces en faveur du débitage des nucléi » (Soressi, 2002). Toujours selon ce chercheur, les variations entre les faciès A et B seraient surtout d’ordre économique et pourraient refléter un changement de mode d’exploitation du territoire. Le M.T.A./A témoignerait d’occupations brèves, contrairement au M.T.A./B qui se rencontre sous forme d’occupations longues.

62Des datations récentes synchronisent le M.T.A. avec le stade isotopique 3 et ce stade serait, selon P. Mellars, systématiquement postérieur au Charentien et, surtout au Quina. Il semblerait que les deux faciès A et B puissent se succéder chronologiquement. En effet le M.T.A./B est toujours stratigraphiquement situé au-dessus du M.T.A./A, mais cette succession n’a été seulement relevée que dans de rares dépôts. On peut exclure l’hypothèse d’une contemporanéité entre les deux faciès. De plus, contrairement à F. Bordes, M. Soressi ne reconnait aucun stade de transition entre les industries de M.T.A./A et M.T.A./B, ce qui permet de supposer que le passage de l’une à l’autre aurait été brusque.

Le Moustérien à denticulés

63L’indice essentiel des racloirs y est très bas, les pointes, quasiment absentes. Les couteaux à dos et les bifaces, lorsqu’ils sont présents, le sont sous des formes atypiques. Les encoches et les denticulés présentent des indices élevés à très élevés.

64Des études récentes, étayées par des approches taphonomiques, ont mis en évidence que certaines séries attribuées au Moustérien à denticulés n’étaient, en réalité, que le fruit de phénomènes post-dépositionnels et que les encoches et denticulés n’étaient pas de nature anthropique. De nombreuses séries dites « à denticulés » sont aujourd’hui écartées (Dini et Koehler, 2009). « En fait, si géographiquement, le Moustérien à denticulés a été identifié dans de nombreuses régions du Nord de la France, il semble désormais concentré dans une aire géographique circonscrite essentiellement à la partie occidentale de la France et du Nord de l’Espagne, de la Bourgogne aux Asturies. » (Thiébaut, 2007). Ces séries appartiennent, pour leur grande majorité, à la fin du Paléolithique moyen, entre 50.000 et 30.000 BP.

65Des analyses plus récentes visant à préciser « l’authenticité » du Moustérien à denticulés ont mis la lumière, un certain nombre de caractères :

  • Matière première toujours locale.
  • Débitage Discoïde prédominant, le plus souvent bifacial.
  • Basse production Levallois.
  • Confection de petits supports épais et généralement larges (éclats à tranchant périphérique, à dos débordant ou pseudo-pointe Levallois).
  • Chaîne opératoire complète qui va du prélèvement de la matière première jusqu’à la confection des outils.
  • Eclats retouchés en pourcentage supérieur à 20 % ; la majeure partie des pièces retouchées étant constituée d’encoches et de denticulés, qui sont le plus souvent des éclats de plein débitage.
  • Encoches essentiellement clactoniennes sur supports épais, généralement à dos opposé.
  • Denticulés de types divers (macro, micro et moyenne denticulation, mais la micro-denticulation plus rare) et souvent sur éclats épais et/ou éclats à dos cortical ou débordant.
  • Faible fréquence des racloirs et peu d’outils retouchés.

66Malgré ce fonds commun, l’auteur révèle d’importantes variations quantitatives, elles concernent les fréquences des produits retouchés, des chaînes opératoires, des techniques de retouche. « Le Moustérien à denticulés semble réunir, en somme, les industries qui comprennent des concepts de taille différents et sont rattachées à des contextes économiques différents » (Thiébaut, 2007). Partant de ces différences, l’auteur a, ainsi distingué trois groupes :

67Le groupe 1 réunit la série qui possède un ensemble d’outils peu diversifié, dominé par les pièces à encoches et par celles à retouche partielle et à débitage Discoïde.

68Le groupe 2 comprend les séries caractérisées par une production abondante et diversifiée, avec une domination des pièces à encoches et une large fréquence des racloirs. On y constate, en plus, la coexistence du débitage Discoïde et Levallois, ce dernier mieux représenté.

69Les industries du groupe 3 incluent un ensemble lithique peu diversifié, composé essentiellement de denticulés et racloirs. Actuellement, il reste à vérifier si ces trois groupes se rattachent effectivement à des traditions techniques différentes. On serait alors en droit de les considérer comme des technocomplexes distincts.

Moustérien type Quina-Ferrassie ou Charentien

70Les industries de ce type de complexe présentent généralement des outils de facture technique élevée, mais sont typologiquement monotones (les types représentés sont numériquement très faibles, et correspondent essentiellement à des racloirs latéraux et transversaux).

71Dans les faciès Quina classiques l’indice Levallois varie de très bas à bas ; les éclats à talon lisse, de type clactonien, dominent. Très souvent, les supports sont courts et épais et les lames rares. L’indice essentiel des racloirs est élevé (>50), ils sont de types latéraux ou transversaux convexes à retouche bifaciale. On constate un fort développement de ces derniers. Les limaces se rencontrent rarement. Les denticulés sont en proportion généralement modestes. Les encoches, souvent clactoniennes sont plus nombreuses. Rares sont les outils du groupe Paléolithique supérieur.

72Les travaux récents ont mis en évidence une unité effective dans les industries Quina comme la taille de type Quina (voir supra), qui produit des supports particuliers (éclats épais généralement à dos) qui ont été à la suite transformés en racloirs par le biais de la retouche (Bourguigon, 1997). Mais, pour qu’une industrie soit qualifiée de « Quina » il est nécessaire que soit représentées toutes les étapes de la chaîne opératoire, depuis l’acquisition de la matière première jusqu’à la transformation en outil.

73Le Moustérien Quina, ainsi défini, apparaît déjà, certes d’une façon sporadique, aux alentours de 300.000 ans (Geneste et al., 1997) mais son plein développement se positionne en ce qui concerne le Sud-Ouest de la France, durant le stade isotopique 4.

74Dans les faciès La Ferrassie, le débitage Levallois est dominant. L’indice essentiel des racloirs est très fort, parmi ceux-ci le pourcentage des racloirs type Quina se maintient à des valeurs moyennes (entre 6 et 12 % pour les racloirs). L’indice des denticulés est bas avec une augmentation dans les niveaux les plus récents.

75L’utilisation de ce critère de classification et de subdivision du Paléolithique moyen dans diverses régions de la partie occidentale atlantique a mis en évidence plusieurs difficultés d’application, déjà soulignées par Bordes lui-même (1984), soit en ce qui concerne les aspects quantitatifs (comme des valeurs d’indices typologiques variables) qui peuvent être plus ou moins fluctuants, soit dans la difficulté de faire rentrer dans les « cadres » correspondant aux quatre grands complexes moustériens des industries très lointaines et diverses structurellement.

76F. Bordes, et comme lui d’autres auteurs, voit dans les divers complexes moustériens caractérisés par l’utilisation ou non de la méthode Levallois et par la diversité typologique des différents outils retouchés, l’expression de traditions culturelles distinctes.

77D’autres chercheurs, parmi lesquels L. et S. Binford (1966), soutinrent qu’une telle diversité n’avait d’autre raison que le produit d’activités diverses liées à la subsistance. Dans cette perspective, les complexes moustériens correspondraient à des sites dans lesquels se seraient déroulées des activités différentes (chasse, boucherie, extraction de matière première…). Ce phénomène serait à l’origine de la diversité typologique des ensembles moustériens (activité spéciale = outillage spécial).

78Il est certainement plus près de la réalité, comme l’a écrit F. Négrino (2001) que « le caractère d’une industrie moustérienne déterminé dépend soit du type de matière première disponible dans le territoire autour du site, soit de la fonction pour laquelle l’industrie a été produite. En gardant bien présent à l’esprit que ces paramètres fondamentaux d’appréciation et ces récentes études auraient tendance à réinterpréter les vieilles distinctions taxonomiques avec des clefs plus franchement anthropologiques, mettant en relation interprétation culturelle et interprétation fonctionnelle ».

L’analyse techno-fonctionnelle comme nouvelle méthode d’enquête

79Aujourd’hui, il est possible de constater combien les études typologiques sont mises partiellement en discussion et l’on remarque l’introduction et l’utilisation d’autres instruments méthodologiques (Slimack, 2008).

80Il est nécessaire de tenir compte conjointement des systèmes de production et des produits. Pour ce faire, de nouveau moyens sont à notre disposition, comme la technologie, la taphonomie et encore les récentes études techno-fonctionnelles réalisées sur les outils. Ces dernières ont été élaborées pour la première fois par M. Lepot (1993) avec la méthode dite « de la partie active initiale ». Elles ont été reprises par E. Boëda (1997), S. Soriano (2000) et d’autres sous le nom « d’analyse techno-fonctionnelle ».

81Cette nouvelle lecture vise à examiner les schémas opératoires de la fabrication des outils selon un processus semblable à celui utilisé pour décrire la chaîne opératoire, c’est-à-dire selon un schéma diacritique qui retrace l’enchaînement des gestes techniques afin d’évaluer leur conséquence fonctionnelle sur la pièce.

82Il est donc fondamental pour le chercheur d’identifier le type d’enlèvement, de retouche et de mesurer quels effets ils ont produits sur la pièce (le fil du tranchant, un dos, de quelle angulation, la longueur…).

83Ce procédé ne prétend pas se substituer à l’étude des traces d’utilisation, mais de réaliser une première analyse qui amène à formuler des hypothèses, lesquelles, ensuite devront être validées par des analyses tracéologiques ultérieures (Fig. 44).

Fig. 44 – Racloir transversal selon la typologie de F. Bordes, pointe retouchée selon l’interprétation de Slimack. A : lecture typologique ; B : lecture fonctionnelle ; C : interprétation. D’après Slimack.

Notes

12 Racloir double convergent, étroit, épais et avec des bords abrupts. (La Préhistoire. D. Vialou. 2004).

Table des illustrations

Légende Fig. 32 – Schéma graphique du concept Levallois. A : Plan de percussion ; B : superficie de débitage.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 33 – Schéma de production d’un éclat Levallois préférentiel. A : décorticage du nucléus ; B : préparation du plan de percussion ; C : préparation de la surface de débitage et aménagement du point d’impact ; D : détachement de l’éclat. D’après Inizan et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 34 – Nucléus Levallois préférentiel.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 35 – Schéma de production d’un éclat Levallois à partir d’un nucléus récurrent centripète. A : décorticage du nucléus, B : préparation du plan de percussion ; C : préparation de la surface de débitage ; D-E : détachement des éclats. D’après Inizan et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Fig. 36 – Nucléus Levallois récurrent centripète.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 37 – Eclat débordant.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 38 – Schéma de production d’une pointe Levallois D’après Inizan et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 39 – Pointe pseudo-Levallois
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 40 – Schéma graphique du concept Discoïdal. A : plan de percussion ; B : surface de débitage.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 41 – Schéma graphique du concept Quina. A : plan de percussion ; B : surface de débitage.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 42 – Racloir Quina.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 43 – Schéma graphique pour la production de lames non Levallois. A : plan de percussion ; B : surface de débitage.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 44 – Racloir transversal selon la typologie de F. Bordes, pointe retouchée selon l’interprétation de Slimack. A : lecture typologique ; B : lecture fonctionnelle ; C : interprétation. D’après Slimack.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5457/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

Auteurs

Université de Pise, Département des Sciences Archéologiques. Italie

Université Paris X Nanterre, Maison René Ginouvés, UMR 7041, France

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540