Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre VII. Des bifaces aux industries à éclats du Paléolithique inférieur

Mario Dini et Omar Filippi

Texte intégral

L’Acheuléen

1Les industries lithiques à bifaces, que l’on classe généralement dans l’Acheuléen, existent durant une période de plus d’un million d’années (d’environ 1.6 - 1.7 à environ 0.2 Ma.). En Europe en effet les industries lithiques les plus récentes, encore attribuables à l’Acheuléen, remontent à environ 0.2 Ma. Elles constitueraient le dernier stade évolutif de cette culture, appelée Acheuléen supérieur, dans lequel la composante bifaciale de l’outillage tend à devenir très faible. Les matériels lithiques provenant de la Grotte du Lazaret, de Gouzeaucourte ou celui de la carrière Bultel-Tellier de Saint-Acheul constituent de bons exemples de cet Acheuléen supérieur. Aujourd’hui on note une tendance à le positionner, pour sa partie finale, dans le Proto-Moustérien (de Lumley et al., 2004).

2Au niveau de son extension géographique, l’Acheuléen est documenté dans la quasi-totalité de l’Afrique, dans l’Asie sud-occidentale, au sud du Caucase, du Proche Orient jusqu’au subcontinent indien. On le trouve également dans la partie plus occidentale de l’Europe, de l’Angleterre au Rhin, de la Belgique à la Péninsule Ibérique et à l’Italie.

3Aujourd’hui, cependant, il faut reconnaître qu’il est difficile de définir de manière précise l’Acheuléen. Sa durée extrêmement longue, sa vaste extension géographique, la variété de son contenu technotypologique incitent à remarquer que cette dénomination recouvre des cas assez divers, dont le seul élément commun est la présence de pièces bifaciales.

Variations diachroniques

4Les premiers complexes acheuléens présentent un certain nombre de caractères particuliers. L’outillage lourd se compose de bifaces, à base conservée (Fig. 23 et 24), ou sommairement taillé (Fig. 25). Sont également abondants les outils à face plane et à extrémité distale appointée. Les hachereaux, autre outil sur éclat à aménagement bifacial caractéristique de l’Acheuléen (Roche et Texier, 1991), sont fréquents en Afrique et dans la Péninsule Ibérique, mais plus rares ailleurs.

5Par la suite, à partir de 0.5 Ma., les bifaces sont produits avec un grand soin et montrent une remarquable stabilité de formes, tant ceux africains, qu’européens ou du Proche Orient. Ils se différencient en deux grands groupes : les bifaces à pointe et les bifaces de morphologie ovalaire. L’évolution morphologique semble minimale, mais cette apparente stabilité des formes cache, en vérité, une nette hétérogénéité des outils réunis dans cette catégorie. Nous pouvons ainsi relever que, par différence avec les bifaces des périodes les plus archaïques, les bifaces de l’Acheuléen supérieur présentent des tranchants aménagés avec des retouches similaires à celles aménageant les racloirs.

6Les outils sur éclat, parmi lesquels les racloirs, deviennent particulièrement nombreux dans l’Acheuléen supérieur. Réalisés sur supports à face plane, ils sont hautement prédéterminés. Les méthodes utilisées sont celles Levallois ou Discoïde.

Fig. 23 – Biface amygdaloïde à base corticale. Vue latérale.

Fig. 24 – Biface amygdaloïde à base corticale. Vue frontale.

7En Europe, à partir de 0.28 Ma., les industries lithiques de l’Acheuléen supérieur sont contemporaines des premières industries moustériennes, dont elles se distinguent seulement par la présence de bifaces.

8Il s’agit sans aucun doute de l’un de ces moments au cours duquel une nouvelle invention se trouve en concurrence avec un procédé plus ancien qui a déjà atteint sa plénitude. Cette phase transitoire, dans laquelle coexistent industries acheuléennes à bifaces et industries moustériennes, s’étend chronologiquement de 0.3 Ma. à environ 0.135 Ma.

Fig. 25 – Biface du site UAHS de Buia. D’après Martini et al.

La variété des industries lithiques

9Les industries lithiques acheuléennes peuvent présenter des différences nettes dans la composition du groupe des pièces bifaciales, tant au niveau quantitatif qu’au niveau typologique (Fig. 26). La morphologie de ces pièces est, en effet, très variée et cet état de fait a poussé François Bordes à reconnaître l’existence de provinces autonomes correspondant à plusieurs traditions culturelles. Selon Paola Villa, ces différences sont plutôt à attribuer à la qualité de matières premières qui seraient plus ou moins adaptées à la réalisation de ces outils (Bordes, 1984 ; Villa, 1983).

10La morphologie des bifaces, comme indiqué ci-dessus, peut fortement varier d’un ensemble lithique à l’autre à l’intérieur d’une région. Ainsi en Angleterre, suite aux travaux de Derek Roe, les industries acheuléennes sont réparties en deux groupes : l’un dans lequel prédominent les bifaces à pointe notamment les amygdaloïdes, et l’autre dans lequel prédominent les formes ovalaires (Roe, 1968 et 1981).

Fig. 26 – Typologie des bifaces. Classe des bifaces plats – A : triangulaire ; B : triangulaire allongé ; C : subtriangulaire ; D : cordiforme ; E : cordiforme allongé ; F : subcordiforme ; G : ovalaire ; H : en amende ; I : discoïde ; J : naviforme. Classe des bifaces épais : K : en coin ; L : amygdaloïde ; M : lagéniforme ; N : lancéole ; O : micoquieh. D’après G. Camps.

11Selon Roe, s’inspirant des travaux de François Bordes, ces deux groupes seraient à rapporter à des traditions culturelles différentes. Cette explication se heurte néanmoins au problème de la durée de la période considérée et de la présence, dans les mêmes gisements et dans les mêmes couches, de bifaces à pointe et ovalaires. Nous devrions, par conséquent, admettre la coexistence sur les mêmes territoires de plusieurs populations, lesquelles auraient conservé leurs traditions pendant plusieurs dizaines de millénaires, ce qui paraît peu probable.

12Une autre explication a été proposée par S. Mc. Pherron, qui a étudié un échantillon de bifaces de Cagny-la-Garenne et de Gouzeaucourt, dans le Nord de la France. Les formes ovalaires seraient le résultat d’un ravivage, après une première utilisation, des pièces à pointe, dont la morphologie aurait été ainsi modifiée (Tuffreau et al., 1995). Ce modèle, qui s’inspire de celui proposé par H. L. Dibble (Dibble, 1987) pour expliquer la différence typologique des racloirs du Paléolithique moyen, n’est pas complètement convaincant. A Cagny-la-Garenne, en effet, il a été retrouvé un grand nombre de bifaces à pointe, plus petits que ceux ovalaires, dont la morphologie est strictement liée à la forme originelle des nodules de silex affleurant in situ. A partir de ces derniers il serait impossible, ou du moins compliqué, d’obtenir des bifaces de forme ovalaire (Léopold, 1997).

13L’importance de la morphologie du bloc naturel de matière première a été également confirmée par les travaux de M. White et F. Wenban-Smith. En appliquant la même méthodologie que les chercheurs anglais, ces derniers ont démontré que les bifaces à pointe ont été majoritairement taillés sur des galets de silex allongés récupérés dans les sédiments alluviaux, tandis que les formes ovalaires ont été réalisées sur un silex de meilleure qualité provenant de gisements primaires, afin d’obtenir un tranchant plus efficace. Cependant, la facilité d’accès à la source de matière première, a pu jouer un rôle déterminant donnant ainsi priorité à l’accès plutôt qu’à la qualité. Ceci expliquerait la persistance des deux groupes typologiques distincts (White, 1998 ; White et Jacobi, 2002 ; Wenban-Smith, 2000).

14Dans de nombreux autres cas, les bifaces sont présents avec un pourcentage très réduit, entre 1 % et 2 %, voire carrément absents.

15Clactonien et Tayacien sont les appellations par lesquelles on désigne les complexes d’industries lithiques sur éclats du Paléolithique inférieur européen. Ils sont contemporains de l’Acheuléen, et se caractérisent par une rareté des bifaces. Certains auteurs avancent même que ces complexes font partie intégrante de l’Acheuléen et que l’absence de bifaces serait casuelle ou liée à un type d’activité pratiquée dans le site (Tuffreau, 2004). D’autres auteurs, à la suite d’Henry Breuil, l’un des pères de la préhistoire européenne, retiennent que ces industries sur éclats appartiennent à un phylum évolutif indépendant (Breuil, Kelley, 1954).

16C’est encore l’abbé Breuil (1932) qui a introduit le mot Clactonien pour définir l’industrie du gisement de Clacton-on-Sea en Angleterre.

17Dans le site de Swanscombe, le long de l’ancien lit de la Tamise, l’industrie clactonienne est sous-jacente à un niveau avec des manufacts acheuléens.

  • 8 Système par Surface de Débitage Alternée.

18D’un point de vue technique, le Clactonien est caractérisé par de grands éclats à talon lisse et fortement incliné par rapport au plan de détachement. Ils sont obtenus à partir d’un système de surfaces taillées alternativement et communément connu sous le sigle SSDA8 tel que défini par Hubert Forestier (1993).

19Les outils, de forme non standardisée, sont constitués en majorité par des racloirs de différents types auxquels s’ajoutent des encoches non retouchées, dites encoches clactoniennes, des grattoirs épais carénés ou rabot. A contrario, les choppers et bifaces sont rares (White, 2000). De Clacton-on-Sea provient également une pointe d’épieu en bois d’if fastigié (Oakley et al., 1977).

20En Italie, les industries clactoniennes sont présentes sur le versant tyrrhénien, de la Toscane à la Sicile et sur le versant adriatique, de l’Emilie au Gargano. Les sites de surface, sont généralement implantés sur des terrasses fluviales ou dans des dépôts lacustres. Dans le gisement de Valle Giumentina, dans les Abruzzes, les occupations correspondent au Clactonien et à l’Acheuléen, selon Antonio Mario Radmilli (Radmilli, 1984).

21Le terme même de « Tayacien » fut introduit par H. Breuil en 1932 pour définir l’industrie présente dans les couches 4 et 5 du site de La Micoque, près des Eyzies-de-Tayac en Dordogne (France). Actuellement on sait que cet ensemble n’est pas en stratigraphie mais résulte d’un mélange, dû à des causes naturelles, d’industries différentes. Le mot « Tayacien » a toutefois été conservé par la communauté scientifique pour dénommer les industries de l’Europe méridionale fabriquées à partir d’éclats de petite taille, très épais, parfois à face ventrale dièdre et avec un talon généralement lisse.

22Les outils sont obtenus par retouche profonde : racloirs, encoches, denticulés, pointes à section triangulaire avec une retouche bilatérale, dites pointes de Quinson et pointes denticulées, dites pointes de Tayac.

23Au Tayacien sont attribués les complexes lithiques du Pléistocène moyen présents à la Caune de l’Arago et à la Baume Bonne en France méridionale. En Italie les gisements de Visogliano près de Trieste, Isernia la Pineta en Molise, Loreto di Venose en Basilicate, la grotte de la Torre dell’Alto et le dépôt extérieur de la Grotte Paglicci dans les Pouilles sont également rattachés à cette période (Abbazzi et al., 2000 ; Peretto, 1994 ; Palma di Cesnola, 2001).

24Clactonien et Tayacien comptent parfois des bifaces en très faible pourcentage. Pour cette raison nous ne pouvons pas exclure un lien de parenté avec l’Acheuléen, même si actuellement il reste très difficile d’étudier cet aspect, faute d’une documentation large et suffisante.

Le concept de prédétermination

25Avant 1.6 – 1.7 Ma. la réalisation des outils en pierre s’effectuait sans une préparation particulière du bloc à tailler. Les séquences gestuelles étaient simples et aboutissaient à la réalisation d’outils peu élaborés.

26A partir de ce moment le concept de prédétermination, s’est développé et aucune action technique ne sera plus menée sans un schéma mental précédant le projet opératoire. Ce dernier se développe suivant quatre séquences bien établies : acquisition de la matière première, production, utilisation et abandon.

27Selon Pierre-Jean Texier (1996) on ne peut parler de prédétermination, à un niveau élémentaire, que si nous avons effectivement la preuve que celui qui exécute l’opération de taille est capable, après avoir choisi le point sur lequel donner le coup, de prévoir exactement les conséquences du geste technique qu’il est en train d’effectuer. Toujours selon P.-J. Texier, la prédétermination atteint un niveau plus élevé lorsque l’éclat que l’on veut obtenir est la conséquence d’une séquence de gestes techniques programmés et parfaitement exécutés.

28Un lien étroit de cause à effet relie le schéma conceptuel et opératoire à trois autres paramètres importants que sont la connaissance, la capacité et l’habileté du tailleur (Pelegrin, 1985).

29La connaissance correspond à la mémorisation des formes et des actions de base. Elle est acquise à travers la transmission et l’observation.

30La capacité s’exprime à deux niveaux : la capacité mentale, qui correspond à la faculté d’évaluer et contrôler constamment les mouvements techniques effectués ou en train de s’accomplir et la capacité motrice, qui dérive du choix technique et de la programmation du mouvement de taille.

31L’habileté est atteinte quand on réussit à réaliser matériellement l’objet projeté. Elle s’amplifie avec l’expérience pratique.

32La connaissance s’inscrit donc dans l’apprentissage de base du tailleur, mais le niveau de compétence est exprimé par la capacité et l’habileté individuelle. Ces définitions montrent qu’il existe une constante interaction évidente entre capacité mentale et capacité motrice. La connaissance et l’habilité aboutissent à l’ajustement des schémas conceptuels et opératoires les uns par rapport aux autres, pendant la séquence entière de production. Le produit final est d’autant plus proche du projet initial que le niveau de compétence du tailleur est élevé.

La production de bifaces

33Une pièce bifaciale peut être produite à partir de n’importe quel support : galet, bloc, nodule ou éclat. Plus le volume initial de la matière première à travailler est proche de la morphologie finale souhaitée, moins le travail de dégrossissage à mener sera important.

34Pour une pièce bifaciale travaillée à partir d’un bloc, il est souvent nécessaire, avant le véritable dégrossissage de procéder à l’amincissement du support en enlevant l’éventuel cortex, pour se rapprocher de la morphologie désirée. Pour une pièce bifaciale sur éclat au contraire, la morphologie voulue peut être atteinte avec une simple séquence d’enlèvements.

35Une fois le support dégrossi, la première phase d’aménagement, ou mise en forme, peut commencer. Elle consiste dans la préparation concomitante des deux surfaces plus ou moins convexes, d’une part et d’autre d’un plan d’équilibre bifacial (Fig. 27 A). Cette appellation est préférable à celle de plan de symétrie puisque les deux surfaces qui délimitent le contour de la pièce sont rarement symétriques, spécialement dans le cas des manufacts du Paléolithique inférieur (Texier, 1989 ; Roche et Texier, 1991).

36Après le dégrossissage, la pièce est complétée par un travail de finition, qui consiste en la régularisation du contour de l’objet suivant un deuxième plan, dit « d’équilibre bilatéral » (Fig. 27 B), qui est perpendiculaire au plan d’équilibre bifacial. La finition est essentiellement liée à la retouche, opération qui donne à l’objet sa morphologie définitive.

Fig. 27 – A : plan d’équilibre bifacial. B : plan d’équilibre bilatéral. D’après Inizan et al.

Fig. 28 – Biface cordiforme. Reproduction expérimentale.

37La technique utilisée pour le façonnage des bifaces acheuléens, pendant environ un million d’années, a été exclusivement la percussion directe au percuteur dur. Cependant à partir d’environ 0.7 Ma., en Afrique orientale, on a pu reconnaître pour la réalisation du biface, l’emploi alterné de deux techniques. La percussion directe avec percuteur dur en pierre, pour le dégrossissage et la mise en forme à la percussion directe avec percuteur tendre pour la finition. Cette variation technique entre mise en forme et finition n’est pas très fréquente, puisque c’est seulement à partir d’environ 0.2 Ma. que l’alternance de ces deux techniques deviendra constante et systématique.

38En l’état actuel des recherches sur la base de l’étude des traces d’utilisation, il est encore difficile d’identifier avec quelque certitude les raisons fonctionnelles du succès de ces outils, mais il semble évident que leur intérêt pendant une si longue période doit être attribué à leur multifonctionnalité (couper, casser, racler).

39Le biface est donc un outil universel, qui peut être employé pour les utilisations les plus diverses mais il est en même temps un objet, avec sa propre symétrie et son propre équilibre. En tenant dans les mains un biface de l’Acheuléen supérieur, caractérisé par l’élégant profil en goutte d’eau, on remarque immédiatement l’extrême minutie du travail, traduisant la dextérité de l’artisan. Face à un biface, on serait tenté d’affirmer que la finesse de l’exécution semble être un premier acte de plaisir esthétique, comme si son auteur, en se passionnant dans la recherche de la perfection technique, avait dans le même temps essayé de mettre en évidence la beauté liée à la forme de l’objet (Fig. 28). Selon L.-R. Nougier le biface acheuléen, plus qu’un outil fonctionnel, est la toute première forme concrète d’art, tout en étant l’harmonieux résultat de nombreuses expériences (Nougier, 1994).

Les bifaces en os des sites du Latium

40Une mention spéciale mérite d’être accordée aux spectaculaires bifaces en os retrouvés dans les sites du Latium et notamment de Castel di Guido, Fontana Ranuccio et Malagrotta.

Fig. 29 – A : méthode d’extraction d’un éclat Kombewa. B : Eclat Kombewa.

Fig. 30 – A-G : typologie des hachereaux.D’après G. Camps.

41Dans ces sites, le travail commençait par un choix méticuleux des supports. L’os frais, en effet, ne se prête pas à la taille, puisque la présence de substance organique molle le rend trop élastique, tandis que l’os déjà fossilisé montre une tendance aux fractures irrégulières. Le choix se portait donc sur des os dépourvus de parties molles et pour lesquels le processus de fossilisation n’était pas encore commencé.

42Dans le site de Castel di Guido, par exemple, seuls les éclats d’os d’une longueur comprise entre 8 et 24cm provenant de la fracture des diaphyses des éléphants étaient utilisés pour produire les bifaces. Une fois obtenu le support, la finition par façonnage du biface était effectuée par percussion directe à l’aide du percuteur dur, comme pour les bifaces amygdaloïde en silex (Radmilli et Boschian, 1996). En plus des sites déjà mentionnés, on a retrouvé dans les gisements de Pofi, Pontecorvo, Polledrara, Torre in Pietra et Ceprano des outils et éclats en matière dure animale, ivoire compris. Tous ces sites, dont certains sans bifaces, ont été attribués à une période comprise entre environ 0.5 et 0.3 Ma.

43Enfin, on peut rappeler les industries à bifaces en os, très semblables à celles du Latium, retrouvées en Allemagne dans les sites de Bilzingsleben en Thuringe et Rhede en Westphalie (Otte, 1996).

La méthode Kombewa et la production d’hachereaux

44La méthode Kombewa, plus ancienne que la méthode Levallois, réunit la simplicité à l’originalité. Son principe est le suivant : le support/nucléus de départ est la face inférieure d’un grand éclat, avec un bulbe épais et large. Sur le talon, qui peut être préparé ou pas, un plan de percussion lisse et convexe est utilisé pour le détachement d’un éclat prédéterminé de forme ovalaire et section biconvexe, dit éclat Kombewa (Fig. 29). Le bord d’un éclat Kombewa résultant de l’intersection entre les deux surfaces convexes se présente toujours comme affuté et robuste.

45Dans l’Acheuléen africain l’une des destinations préférentielles des supports Kombewa est le hachereau, outil sur éclat par définition. Ce dernier est caractérisé par un tranchant terminal ou distal qui est presque toujours naturel, c’est-à-dire sans retouches (Fig. 30 et Fig. 31).

46Les hachereaux peuvent conduire à des erreurs d’identification, car ils sont souvent considérés comme des bifaces et ainsi classifiés. En réalité leur processus de fabrication se base essentiellement sur le détachement d’un grand éclat, qui implique nécessairement une prédétermination, tandis que la surface de la zone concernant le travail bifacial est d’extension assez variable. D’un point de vue morphologique le hachereau, à cause des modalités de sa fabrication, est souvent caractérisé par une asymétrie tant bifaciale que bilatérale.

Fig. 31 – Hachereau du site A030 de Buia. D’après Martini et al.

Système par Surface de Débitage Alternée

47Le système par surface de débitage alternée (S.S.D.A.) se définit par l’utilisation de plans de percussion alternés, ordonnés sans hiérarchie précise, qui peuvent être adjacents, opposés ou orthogonaux, suivant la position prise par la zone la plus favorable au prélèvement des éclats durant le travail du nucléus. On parle d’un type d’exploitation simple et opportuniste de la matière dans le sens où il utilise les surfaces et les angles les plus favorables au fur et à mesure du travail de taille, sans planification des interventions. Les produits typiques obtenus sont des éclats de forme et de dimensions variables, le plus souvent présentant des talons lisses ou corticaux et un nombre habituellement faible de négatifs, parallèles ou orthogonaux sur la face dorsale (Forestier, 1993).

Les origines de l’Acheuléen en Afrique

48Les industries lithiques africaines datables entre 1,6 et 1 Ma. présentent, outre les formes spécifiques au sein desquelles prédominent les bifaces, une augmentation et une plus forte diversité des outils sur éclats. Pour ces industries M. Leakey (1971) a créé le terme « Oldowayen évolué » (developped Oldowan), mais d’autres chercheurs avancent que l’on devrait déjà les attribuer à l’Acheuléen.

49Deux interprétations caractérisent le rapport entre Oldovayen, Oldowayen évolué et Acheuléen : l’une attribue la diversité des industries à la seule différence des activités pratiquées sur les sites, l’autre à la coexistence de traditions technologiques distinctes.

50Cette dernière interprétation s’expliquerait dans la perspective d’un processus évolutif, pour lequel on peut distinguer deux modèles théoriques. Le premier voudrait qu’entre les deux techno-complexes Oldowayen et Acheuléen, il n’y aurait pas de rapport phylétique, mais que l’Oldowayen évolué se développerait dans le plein Oldowayen et, que contemporainement, l’Acheuléen s’établirait comme une technologie innovante indépendante. Les deux complexes auraient connu ensuite, une histoire parallèle pendant une période très longue (de 1,6 à 0,6 Ma.). Selon le second modèle, il y aurait au contraire, entre les deux techno-complexes Oldowayen et Acheuléen un rapport phylétique, qui n’empêcherait cependant pas la persistance dans le temps de quelques complexes archaïques, contemporains de ceux pleinement acheuléens. L’Oldowayen évolué représenterait dans ce cas une transition entre les industries plus anciennes et celles acheuléennes, durant lequel se seraient développées des transformations technologiques et typologiques. A titre d’exemple concret le chopper se serait graduellement modifié en « protobiface » puis en biface.

L’Acheuléen ancien en Afrique

  • 9 On suit ici la distinction proposée par J. D. Clark (1994), qui subdivise l’Acheuléen en trois pha (...)

51Les industries de l’Acheuléen ancien9 se caractérisent par l’abondance de galets, d’éclats de type oldowayen et par la présence de bifaces fondamentalement simples, obtenus avec des enlèvements grands et sommaires, qui parfois ne sont pas couvrants mais laissent des surfaces corticales ou naturelles sur les pièces. Les pics trièdres paraissent également caractéristiques de ces temps.

52Les industries du site EF-HR strate II milieu d’Oldoway (Leakey, 1971) et celle reconnues à Konso Gardulka (Asfaw et al., 1992), dans le Rift éthiopien, datées d’environ 1,7 - 1,6 Ma., sont à rattacher à ce premier stade.

53L’industrie de Konso Gardula est caractérisée par la présence de bifaces et de pics trièdres de longueur supérieure à 25 cm. Les éclats ne sont pas retouchés et les outils légers semblent absents.

54A Peninj, dans la partie supérieure de la formation Humbu, dans des dépôts datés entre 1,6 et 1,4 Ma., des bifaces et des pics associés à des éclats et galets éclatés, ont été récoltés (Isaac, 1967 ; Torre de la et al., 2008). Les gisements repérés au Maroc près de la localité de Sidi Abderrahman (Biberson, 1962 ; Raynal et Texier, 1969), en Algérie, à Ternifine (Balout et Tixier, 1957) et en Afrique du Sud, à Membro 5 de Sterkfontein (Clarke, 1985) sont de façon évidente à attribuer à la phase archaïque de l’Acheuléen.

55A Melka Kunture, deux complexes, Garba XII et Simbiro III, datés d’environ 1 et 0,8 Ma. sont attribués à l’Acheuléen ancien. (Chavaillon et al., 1978). Les bifaces grossiers, épais et asymétriques, et les hachereaux y sont très rares. Les outils sur éclat montrent, quant à eux, une retouche soignée.

L’Acheuléen évolué et final en Afrique

56Nombreux sont les sites africains dont les industries acheuléennes sont attribuées à des phases plus récentes que l’Acheuléen ancien. Ils sont présents sur tout le continent, dans des contextes environnementaux différents et témoignent d’un probable accroissement démographique, contemporain des groupes porteurs de la technologie des bifaces.

57Les datations radiométriques indiquent une période de développement comprise entre 1,4 et 0,2 Ma. En Afrique orientale, on trouve de nombreux sites de référence, comme Olorgesailie (1 – 0,7 Ma.), Gadeb (1,4 – 0,78 Ma.), Buia (0,9 Ma.), Melka Kunture (0,8 – 0,4 Ma.), Kapthurin (0,75 – 0,25 Ma.). Cependant sur le reste du continent aucune industrie n’a été retrouvée dans des sédiments antérieurs à 0,5 Ma.

58La lithothèque des phases évoluée et finale montre d’importants traits novateurs : la fabrication s’adapte à la variété des matières premières, aux diverses textures, duretés et dimensions. L’opération de taille s’oriente vers la production de supports de formes et dimensions prédéterminées par le biais de méthodes particulières, comme la proto-Levalloisienne, la Kombewa et la Tachenijt (qui prévoit la préparation du nucléus par l’extraction de grands éclats avec l’extrémité distale en forme de tranchant transversal) (Texier, 1957). De véritables nucléi Levallois typiques, tout à fait semblables à ceux qui apparaîtront au Paléolithique moyen africain sont déjà repérables dans l’Acheuléen final. La retouche des supports bruts et des éclats se diversifie en se spécialisant pour obtenir des outils divers. Les bifaces se structurent en types morphologiques bien distincts et caractéristiques. Ils deviennent plus soignés dans la fabrication, les profils plus réguliers, plus plats, plus symétriques dans les trois axes (longueur, épaisseur, largeur). La retouche envahit les deux faces des pièces jusqu’à les couvrir entièrement, avec des enlèvements rasants réguliers et bien organisés. Les bords, rectilignes en vision latérale, sont fréquemment façonnés par des retouches de moindre profondeur qui en régularisent le périmètre.

59Plusieurs sites sont représentatifs de ces phases de l’Acheuléen : Olorgesailie (Potts, 1984), dans la Rift Valley du Kenya méridional, où les industries les plus abondantes sont de type acheuléen évolué. A Melka Kunture, les industries de Gombore II, Garba I et Garba III sont attribuées à l’Acheuléen moyen et supérieur (correspondant à l’Acheuléen évolué et final de Clark).

La migration humaine en Europe et Asie au cours du Pléistocène moyen (entre 0,7 et 0,12 Ma.)

60Sur la seule base de l’aspect techno-typologique des industries lithiques certains auteurs (voir Chapitre VI) distinguent deux migrations humaines dans la phase la plus ancienne de la dispersion de Homo (Bar-Yosef et Beffer Cohen, 2001). La première s ‘ est produite aux alentours de 2 Ma. et est représentée par les complexes oldowayens (Dmanissi). La seconde remonte à environ 1,4 Ma. et comprend les industries assimilables à l’Acheuléen ancien de l’Afrique, comme celle d’Ubeidiya en Israël (Opdyke et al. 1982 ; Bar-Yosef et Goren-Inbar, 1983 ; Bar-Yosef et Belfer-Cohen, 2001).

61L’espèce à laquelle est attribué l’industrie de l’Acheuléen européen est Homo heidelbergensis, à rattacher aux formes les plus avancées d’erectus ergaster africain. Selon certains auteurs, il s’agirait d’une espèce exclusivement européenne, selon d’autres elle serait africaine (Bodo, Buia) et proche orientale (Ubeidiya).

62Face au substrat ancien antérieur, c’est conjointement qu’il faut considérer la technologie et la typologie acheuléennes comme innovantes. Les industries acheuléennes semblent avoir envahi assez rapidement le continent européen atteignant même les régions plus septentrionales, non touchées par le Paléolithique ancien. Cette expansion se produit à partir de 0,6 Ma., durant la glaciation de Mindel au stade isotopique 16.

63Il est envisagé que les premières populations arrivées en Europe, c’est-à-dire les plus anciennes, aient eu une coexistence plus longue qu’initialement envisagé. Dans ce cadre on pourrait valider l’hypothèse de la persistance, à côté de la technologie acheuléenne, d’industries de la lignée sur éclat, comme le Clactonien et Tayacien.

64Une autre hypothèse serait de considérer que le phylum sur éclat représente une des productions du Paléolithique inférieur dont le bagage technique serait plus large et varié que celui du Paléolithique ancien. Adapté à des situations environnementales diverses il serait porté par des types humains possédant une capacité culturelle bien distincte de ceux de la phase précédente.

  • 10 Impossible alors d’imaginer l’existence d’un Moustérien de Tradition Acheuléenne (A ou B) ou de di (...)

65Sous de nombreux aspects, la lignée sur éclat du Paléolithique inférieur semble participer, tout comme l’Acheuléen, à ce lent et continu phénomène de transition vers le Paléolithique moyen. Au Pléistocène moyen il aboutira au phénomène culturel moustérien10 et, au niveau anthropologique, à l’évolution de Homo heidelbergensis vers Homo neandertalensis.

66Sur le continent asiatique après une première présence sporadique antérieur à un million d’années viendrait un peuplement plus intense mais seulement à partir de 0,6 Ma., comme documenté sur les sites chinois de Zhoukoutien, Nanjing et Hexian (Pei, 1985 ; Grün et al., 1997 ; Chen et al. 1997). Certains auteurs sont enclins à rajeunir ces dates jusqu’à 0,4 Ma., émettant des réserves sur le fait que durant les périodes plus froides du Pléistocène l’Asie centrale aient pu être fréquentée par Homo erectus.

67La Chine a également connu une fréquentation d’espèces plus évoluées qu’erectus, comme Homo heidelbergensis ou Homo sapiens archaïque, qui ont été reconnues dans les sites chinois de Dali et Jinniushan (Wu, 1981 et 1988). L’Inde, elle-même, a été concernée par ce flux migratoire, comme en témoigne le site de Hathnora dans la vallée de Narmada (Sonokia et de Lumley, 2001).

68L’Indonésie qui a fourni des découvertes d’intérêt anthropologique nombreuses et importantes est dans ses sites plutôt pauvre en pièces lithiques difficilement attribuables à une lignée technologique précise.

69On connait des sites datés du Pléistocène moyen du Proche-Orient jusqu’en l’Inde et d’autres à ce jour ont été individualisés sur toute la façade méridionale de l’Asie. Le site le plus septentrional et oriental s’avère être Bose en Chine (Hou et al., 2000 ; Guang-Mao et Bodin, 2007).

  • 11 A la limite théorique qui sépare les aires intéressées entre les industries archaïques et celles a (...)

70En Asie centro-méridionale, les industries archaïques semblent perdurer longtemps, au-delà même de la fin du Pleistocène inférieur, c’est-à-dire sur des territoires qui ne semblent avoir jamais été concernés par l’avancée acheuléenne.11

Notes

8 Système par Surface de Débitage Alternée.

9 On suit ici la distinction proposée par J. D. Clark (1994), qui subdivise l’Acheuléen en trois phases : archaïque, évoluée et finale (earlier, later, terminal). D’autres, comme Chavaillon (1976) distinguent, au contraire, une phase ancienne (ou inférieure), moyenne et supérieure.

10 Impossible alors d’imaginer l’existence d’un Moustérien de Tradition Acheuléenne (A ou B) ou de différents phylums sur éclats « régionaux » (Palma di Cesnola, 2001).

11 A la limite théorique qui sépare les aires intéressées entre les industries archaïques et celles acheuléennes il a été donné le nom de Ligne de Movius (Movius, 1944). Pour l’expliquer diverses hypothèses ont été proposées, rattachables à deux courants de pensée principaux. L’un y reconnait la trace d’une succession de deux phases distinctes de l’expansion humaine (Movius, 1944 et 1949 ; Carbonell et al. 1999), l’autre l’explique par une différence des technologies et leur distribution différente liée à une adaptation aux diverses réalités paléoenvironnementales régionales (Shick, 1994 ; Langbroeck, 2004).

Table des illustrations

Légende Fig. 23 – Biface amygdaloïde à base corticale. Vue latérale.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 24 – Biface amygdaloïde à base corticale. Vue frontale.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 25 – Biface du site UAHS de Buia. D’après Martini et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 26 – Typologie des bifaces. Classe des bifaces plats – A : triangulaire ; B : triangulaire allongé ; C : subtriangulaire ; D : cordiforme ; E : cordiforme allongé ; F : subcordiforme ; G : ovalaire ; H : en amende ; I : discoïde ; J : naviforme. Classe des bifaces épais : K : en coin ; L : amygdaloïde ; M : lagéniforme ; N : lancéole ; O : micoquieh. D’après G. Camps.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 27 – A : plan d’équilibre bifacial. B : plan d’équilibre bilatéral. D’après Inizan et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 28 – Biface cordiforme. Reproduction expérimentale.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 29 – A : méthode d’extraction d’un éclat Kombewa. B : Eclat Kombewa.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 30 – A-G : typologie des hachereaux.D’après G. Camps.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 31 – Hachereau du site A030 de Buia. D’après Martini et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5454/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540