Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde vu de la plus extrême droite

 | 
Nicolas Lebourg

Introduction. Construire le nationalisme-révolutionnaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le siècle des nations s’achève en 1914. La Première Guerre mondiale produit d’une part une volonté de dépassement des antagonismes nationalistes, qui s’exprime par la création de la Société des Nations ou le vœu de construction européenne, d’autre part une réaction ultra-nationaliste. Au sein des fascismes se crée, en chaque pays, un courant marginal européiste et sinistriste. Dans les discours de Mussolini, l’ultranationalisme impérialiste cohabite avec l’appel à l’union des « nations prolétaires » contre « l’impérialisme » et le « colonialisme » de « l’Occident ploutocratique » – un verbe qui, après la naissance du Tiers-Monde, paraît généralement relever de l’extrémisme de gauche. Sans varier sur ses fondamentaux conceptuels, l’éristique anti-colonialiste d’extrême droite a connu trois temps : 1) la phase de l’ordre de Versailles ; 2) la Guerre froide et la décolonisation ; 3) l’accélération de la mondialisation néo-libérale. En chaque moment la réponse aux problèmes politiques p...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540