Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre VI. La plus ancienne technologie : Pré-Oldowayen et Oldowayen

Vincenzo Celiberti, Mario Dini et Omar Filippi

Texte intégral

Caractères technologiques et typologiques

1La plus ancienne culture humaine, connue sous le nom d’Oldowayen, se caractérise essentiellement par la présence d’outils sur galet, de nucléi peu élaborés et d’éclats. Cette définition, par ses caractères généraux, peut être attribuée en grande partie à des techno-complexes lithiques auxquels une caractérisation solide et bien connotée fait défaut. Si, par contre, nous cherchons une définition plus précise, en partant d’une vue panoramique des industries connues, une réalité plus polymorphe émerge.

2Au niveau des généralités, nous pouvons affirmer que la technologie de l’Oldowayen est, par tendance, assez simple et se base sur des chaînes opératoires courtes dans l’espace et dans le temps. Autrement dit, le choix des matières premières est très conditionné par les disponibilités strictement locales, la production des pièces lithiques est peu différenciée et les produits sont réalisés sur le lieu même de leur utilisation et abandonnés in situ. Des pièces typiques, comme les outils sur support naturel (et plus particulièrement sur galet) du type chopper et chopping-tool, peuvent être reconnus.

3La composante sur éclat est importante et généralement constituée par des pièces non retouchées, de dimensions modestes.

4Les nucléi sont habituellement à enlèvements orthogonaux, de morphologie polyédrique lorsque leur exploitation est plus poussée.

5Plus rares, mais présents dans plusieurs sites, on trouve les nucléi à plan de débitage parallèle au plan technologique. On reconnait même du débitage centripète, qui peut parfois montrer une tendance à une gestion planifiée et hiérarchisée des surfaces.

  • 4 Percuteur.

6Les sphéroïdes, les sub-sphéroïdes (ou bolas) et les hammerstones4 sont des pièces présentes sur certains gisements seulement (ces derniers sont habituellement des blocs ou galets de grandes dimensions, très lourds sur lesquels une usure très poussée a déterminé la formation, sur une plage du support, d’une surface modifiée, convexe ou plate).

7A ce stade, on peut déjà parler de production lithique, bien que les séquences de débitage soient extrêmement simples et peu diversifiées. La technique utilisée qui est celle de la percussion directe avec percuteur dur, est la seule employée tandis que les capacités techniques attestées permettent rarement de parler de méthode.

Les choppers

  • 5 Nucléus-chopper.

8Les choppers sont des galets aménagés présentant un bord tranchant créé par un ou plusieurs enlèvements unifaciaux ou bifaciaux (Fig. 18). Ils peuvent soulever souvent des problèmes quant à leur attribution à la classe des outils ou à celle des nucléi. Le mot chopper-core5, utilisé par les anglo-saxons, met bien en évidence la difficulté, constatée dans plusieurs cas, à effectuer une diagnose et à différencier le débitage du façonnage, quel que soit le projet de taille. Ce qui détermine l’attribution à la classe des choppers en tant qu’outils est l’intentionnalité dans la réalisation d’un bord tranchant actif sur la pièce. La classification de ces outils s’appuie sur la position et la forme du tranchant et elle est surtout fonctionnelle. Cette définition fut proposée par Mary D. Leakey en 1971 et adoptée successivement, par Jacques Collina-Girard (1978), Nicolas Toth (1982), Jean Chavaillon et ses collaborateurs (2004). Elle diffère de celle proposée par Hallam L. Movius (1957) qui faisait la distinction entre les supports avec enlèvements unifaciaux (chopper) et les enlèvements bifaciaux (chopping-tool).

9La production de ces outils se fait par façonnage et est réalisée par détachement d’un ou plusieurs éclats sur une surface du support, généralement un galet ou un bloc arrondi, afin d’obtenir un bord tranchant (Fig. 19 et 20).

Fig. 18 – A : Chaîne opératoire du façonnage des choppers ; B : des chopping-tools ; C : vue frontale d’un chopper/chopping-tool.

Fig. 19 – Chopper du site UAHS de Buia. D’après Martini et al.

Fig. 20 - Chopper. Reproduction expérimentale, Valbonne, 2006.

Fig. 21 – Chopping-tool du site UAHS de Buia. D’après Martini et al.

10La production des choppers bifaciaux ou chopping-tools. est plus élaborée, mais reste néanmoins extrêmement simple. Une fois le tranchant mis en place, comme pour les supports unifaciaux, la surface travaillée est utilisée comme deuxième plan de percussion. A partir de ce dernier une nouvelle série de détachements envahit la surface adjacente à la première, de façon à ce que le galet final soit aménagé sur les deux faces (Fig. 21). Pour Hélène Roche la définition « galets taillés » caractérise mieux ces objets « simplement partiellement modifiés par quelques gestes élémentaires de taille » (Roche, 1980).

11Selon la localisation du tranchant sur le galet, on reconnait des choppers distaux, latéraux ou latéro-transversaux, alors que la forme du tranchant peut être rectiligne, convexe ou pointue.

Polyèdres et sphéroïdes

12Le façonnage d’un polyèdre s’organise à partir d’un centre d’équilibre autour duquel le volume de la pièce se distribue de manière plus ou moins régulière et constante. La méthode consiste dans le détachement d’éclats suivant des directions opposées entre elles, non contiguës, dont l’intersection forme un angle supérieur à 90° (plus les angles sont ouverts, plus la forme polyédrique montre la tendance à s’inscrire dans une sphère). Ceci permet de toujours contrôler l’épaisseur de la pièce et de générer les bords caractéristiques de ces outils.

13Un sphéroïde peut être obtenu à partir du façonnage polyédrique, soit avec un éventuel bouchardage des bords, soit avec l’aménagement partiel de blocs bruts de matière première naturellement proche de la forme de la sphère. La même procédure est utilisée pour l’obtention des bolas, de sorte qu’à la fin du processus de façonnage ces dernières sont presque toujours parfaitement sphériques.

14Polyèdres, sphéroïdes et bolas peuvent aussi représenter différents stades d’élaboration au sein de la même chaîne opératoire (Fig. 22).

Fig. 22 – A : sphéroïde en phonolite ; B : bola en quartz. D’après Inizan et al.

15D’un point de vue technique, le façonnage polyédrique et sphéroïdal s’effectue par percussion directe au percuteur dur. La transformation d’un polyèdre en sphéroïde et d’un sphéroïde en bola s’exécute, comme on a déjà vu, par bouchardage, c’est-à-dire par un geste technique que permet de rogner les aspérités de la pièce à façonner (Texier et Roche, 1995).

Chronologie et périodisation des plus anciennes industries africaines

16Sur la base des datations aujourd’hui disponibles, les plus anciennes industries lithiques semblent être apparues en Afrique, où elles représentent sur ce continent, l’unique technologie pendant environ un million d’années, de 2,6 à 1,6 Ma.

17A leur suite, les premières à avoir fait leur apparition sont les industries acheuléennes, qui vont en s’affirmant progressivement, alors que celles de la fin de l’Oldowayen, persisteront sous forme d’une technologie parallèle. Cette structuration suscite encore aujourd’hui des opinions différentes.

18En synthétisant, la longue période caractérisée par la technologie oldowayenne peut être divisé en trois phases :

  1. Une première phase, représentée par les complexes lithiques remontant à plus de 2 Ma., pour laquelle a été proposée la définition distincte de Pré-Oldowayen.
  2. La phase comprise entre environ 2 et 1.6 Ma., que nous pouvons définir comme Oldowayen stricto senso, précède l’apparition de l’Acheuléen.
  3. La phase qui débute après 1.6 Ma., pendant laquelle l’Acheuléen apparaît et s’affirme, alors que l’Oldowayen persiste avec des formes mixtes, vraisemblablement influencées par les nouveautés technologiques acheuléennes. Elle a été définie sous le terme d’Oldowayen évolué.

Le Pré-Oldowayen

19Les plus anciens outils taillés connus à ce jour sont datés d’environ 2,55 Ma. Ils ont été découverts par Sileshi Semaw dans la région de l’Hadar en Ethiopie, dans les localités de Kada Gona EG-10 et EG-12 (Semaw et al., 1997 ; Semaw, 2000) et par J. Harris sur le site de Kada Gona-Ouest, daté autour de 2,4 Ma. (Harris et Semaw, 1989).

20Le niveau F de la formation de Shungura, dans la vallée de l’Omo en Ethiopie, a livré à J. Chavaillon et H. Merrick divers assemblages lithiques (dont les plus fiables sont FtJj 2 et Omo 123) qui peuvent être placés chronologiquement autour de 2,35 Ma. (Chavaillon, 1976 ; Merrick et Merrick, 1976). Les sites de Lokalalei 1 et 2c, découverts sur les rives occidentales du lac Turkana (West Turkana) au Kenya (Roche et Kibunia, 1994 ; Roche et al., 1999) et, plus récemment, le site Fejej Fj-1, toujours dans la vallée de l’Omo en Ethiopie, appartiennent à la même période et peuvent être datés autour de 2 Ma. (de Lumley et al., 2004).

21Le matériel lithique de Kada-Gona est composé de galets taillés et de produits à face plane résultant du débitage. L’analyse technologique de ces pièces permet de diagnostiquer plusieurs accidents de débitage qui ont eu lieu lors de la taille et qui témoignent de l’habileté rudimentaire du tailleur.

22A Lokalalei, il semble par contre assez clair que les éclats représentent des produits totalement intentionnels. Cependant, bien que la lave fine qui a servi de matière première soit de qualité acceptable, on y note de nombreux accidents de taille, des produits lithiques de mauvaise qualité, et un débitage non organisé. A contrario, dans le site 2c de la même localité, la conservation exceptionnelle de l’industrie a permis d’effectuer des remontages et donc de restituer le schéma opératoire mis en place pour fabriquer des produits à bords tranchants. L’analyse technologique effectuée a mis en évidence, pour environ soixante nucléi, une séquence opéroire extrêmement simple, mais répétée.

La distinction entre Pré-Oldowayen et Oldowayen stricto sensu

23Les industries plus anciennes que 2 Ma. sont, selon certains auteurs, réprésentatives d’un faciès technologique suffisamment caractéristique pour être différenciées de l’Oldowayen proprement dit (Roche, 1996 et 2000 ; Roche et al., 1999 ; Piperno, 1989 et 1993 ; Kibunjia, 1994) et pour lesquelles Hélène Roche d’abord, et Henry de Lumley ensuite, ont proposé d’adopter le terme de « Pré-Oldowayen ». M. Kibunjia a lui proposé de le définir comme « complexe industriel de l’Omo ».

24D’autres auteurs considèrent que l’Oldowayen est à regarder comme un technocomplexe fondamentalement statique (hypothèse de la « technological stasis ») tout au cours de sa durée (Semaw, 2000 ; Semaw et al., 1997 ; Ludwig et Harris, 1998). Les différences que nous retrouvons entre les diverses industries lithiques du Pléistocène ancien ne répresenteraient pas des stades technologiques distincts, mais seraient plutôt imputables à d’autres facteurs, tels que la qualité de la matière première, le mode d’utilisation des nucléi, la fonction des manufacts, le transport des nucléi et des supports.

25Au stade actuel de nos connaissances, il semble que les industries plus anciennes que 2 Ma. montrent un bon degré de variabilité à plusieurs niveaux, imputable à la présence ou l’absence d’une sélection de la matière première disponible. Au sein de cette variabilité, on retrouve, entre sites différents ou au sein de mêmes ensembles lithiques, des techniques ou opérations simples et opportunistes sont attestées à coté d’autres plus complexes et planifiées. D’un point de vue typologique même, il subsiste des différences, avec des catégories présentes ou absentes et avec des fréquences distinctes, même si les structures lithiques sont assez pauvres et de types standardisés.

26Une relecture générale des industries, jusqu’ici étudiées par plusieurs auteurs avec des points de vue et méthodologies différents, pourrait aider à mieux comprendre si cette variabilité est à attribuer à différents « knowledge », c’est-à-dire à des facteurs culturels ou autres, telle que la diversité des matières premières. Par exemple, l’industrie d’Omo 123 pourrait montrer un faible degré d’exploitation des nucléi par rapport à ceux de Lokalelei 2c simplement parce qu’à Omo 123, comme cela a été remarqué, l’utilisation de petits blocs de quartz pour produire des éclats est fréquente. Dans ce cas, malgré une technique identique, il existerait une diversification due à des circonstances concrètes, telle l’influence de la matière première sur les produits.

27En fait, les industries lithiques du Pléistocène inférieur partagent certaines caractéristiques communes : la composition typologique est quasi exclusivement constituée de nucléi et d’éclats, avec de rares outils sur support naturels (choppers) qui peuvent être totalement absents selon certains auteurs, ou sur éclat (outils retouchés). L’exploitation des nucléi est dans la plupart des cas unifaciale, avec un seul plan de percussion, habituellement non préparé, et sans gestion planifiée des volumes. Les séquences de taille peuvent être parfois assez longues surtout quand les blocs ou les galets supports sont de dimension conséquente. Enfin, il faut également regarder comme une constante le rôle très influent qu’à joué la matière première sur la production des manufacts.

28L’aspect hétérogène de ces ensembles est indiscutable. Même en admettant que ce phénomène soit lié à des contraintes accidentelles et non à des choix précis comme à des motivations culturelles, cette hétérogéneité démontre un degré d’adaptabilité et flexibilité qui, avec la présence d’éléments d’allure évoluée (comme une forme de planification dans l’exploitation de certains nucléi) surprend par sa présence dans des complexes lithiques si archaïques. Finalement, bien que le Pré-Oldowayen soit par tendance consideré comme une étape de formation de l’Oldowayen plus évolué, les éléments en faveur d’une plus grande simplicité du premier par rapport au second et de sa forte diversité ne sont pas à retenir comme acquis.

29De plus, la variabilité au sein des complexes lithiques semble caractériser l’Oldowayen dans son ensemble même, lors de sa phase « mature », à situer entre 2 et 1,6 Ma. Des industries très simples et opportunistes sont attestées et même associées à des datations plus récentes que celles déjà mentionnées.

30Actuellement, il semble par conséquent difficile d’imaginer mettre une cesure au seuil des 2 Ma., au moins sur le plan technologique.

31Un changement semble par contre observable selon d’autres aspects. Dans l’Oldowayen stricto sensu on peut noter la présence de sites avec des occupations plus prolongées et importantes qu’au cours du Pré-Oldowayen. De plus, on constate une présence plus affirmée et une diffusion géographique plus ample. Avant 2 Ma. les sites sont tous concentrés en Afrique orientale, ils sont beaucoup plus présents par la suite sur le continent africain et même au delà (de Lumley et al., 2009).

L’Oldowayen stricto sensu en Afrique

32Après 1.9 - 1.8 Ma. le nombre des sites découverts se multiplie de façon exponentielle. Parmi ces derniers rappelons les complexes lithiques de Melka Kunturé en Ethiopie, Koobi Fora au Kenya, Nyabusosi en Ouganda, Olduvay (beds I et II) en Tanzanie, Sterkfontein et Swartkrans en Afrique du Sud et certains ensembles de matériaux du complexe lithique de Aïn Hanech en Algérie (Chavaillon et Piperno, 2004 ; Braun et Harris, 2003 ; Texier, 1997 ; Leakey, 1971 ; Leakey et Roe, 1994 ; Kuman, 1994 ; Clark, 1994 ; Sahnouni, 1998).

33On remarque que chaque éclat enlevé du nucléus modifie la topographie de la surface travaillée. Cette constatation, qui peut apparaître insignifiante, a lentement été assimilée par les hommes de l’Oldowayen pour devenir un instrument de contrôle de la fracturation, donc de la morphologie des produits du débitage (galets taillés et éclats) ou de ceux obtenus lors de la mise en forme du support lui-même (polyèdres et sphéroïdes). Les artisans oldowayens ont donc acquis la capacité de concevoir, réaliser et articuler de véritables séquences de gestes techniques.

34Une meilleure compréhension du mécanisme du détachement des éclats et une meilleure coordination des gestes permettent la réalisation de projets mieux définis et plus diversifiés.

35Dans le complexe oldowayen de Nyabusosi, daté d’environ 1.5 Ma. (Texier, 1995), la production exclusive d’éclats met en évidence une organisation déjà très évoluée. Les nucléi de petites dimensions sont caractérisés par une exploitation centripète récurrente à partir d’un plan de percussion périphérique. Malgré la médiocre qualité de la matière première (quartz), les éclats obtenus sont de bonne facture. L’analyse des faces dorsales, souvent sans cortex, confirme l’existence d’un bon contrôle du débitage, soit d’un point de vue conceptuel soit pour la réalisation, puisque plusieurs séries d’éclats sont extraites de la même surface de frappe. Sont également présents des éclats de gestion et contrôle du débitage, c’est-à-dire des produits détachés avec l’intention de modeler la surface de travail afin de prévenir ou corriger les divers accidents qui empêcheraient la poursuite de la taille.

36L’Oldowayen présente une remarquable variété typologique entre les différents sites en ce qui concerne la fréquence des types d’outils, en particulier entre les outils sur galet et les outils sur éclat. Dans le site d’Olduvay, par exemple, les galets et les blocs façonnés constituent environ 80 % des manufacts, tandis que dans le site de même âge KBS de Koobi Fora ils ne représentent que seulement 5 %.

37L’industrie lithique du site 123 de la vallée de l’Omo est exclusivement formée d’éclats de petites dimensions, plus précisément les artefacts retrouvés sont seulement des éclats, mais nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que le complexe lithique était constitué seulement par ces pièces.

38D’après Nicolas Toth (1982) les éclats sont des outils primaires et les manufacts sur galet, dans la plupart des cas, sont seulement des produits du débitage, c’est à dire des nucléi.

39Un autre aspect qui mérite d’être souligné est la présence de la retouche sur les bords de nombreux supports. Elle est généralement peu soignée mais suffisante pour modifier la morphologie et rendre les outils plus fonctionnels. Racloirs, encoches et denticulés sont les outils sur éclat les plus communs.

40Il est clair que pendant l’Oldowayen des séquences complexes de gestes techniques ont été correctement exécutées. Leur répétition, modulée en fonction des risques présentés par la nature de la matière première, montre que de telles séquences participent de façon rigoureuse à la réalisation d’un projet dont les différentes étapes sont mentalement programmées en fonction des moyens techniques et des matériaux disponibles. C’est donc, à partir de cette période que nous pouvons parler de méthode.

Pré-Oldowayen et Oldowayen hors d’Afrique

41A ce jour, la plus ancienne présence d’une industrie lithique préoldowayenne (témoignage indirect, de la présence d’hominidés) en dehors du continent africain est attestée par la découverte de quelques manufacts en quartz retrouvés dans le site de Yiron en Israël. Les pièces, récoltées sous une coulée de basalte daté à 2.34 Ma., sont constituées de quelques nucléi, d’éclats et de deux pièces sommairement retouchées (Ronen, 1991).

42L’industrie lithique exhumée, pendant les opérations de fouilles en 1983 à Riwat au Pakistan est un peu plus récente et datée d’environ 2 Ma. (Bower, 1988 ; Rendell et Dennell, 1987 ; Larick et Ciochon, 1996).

43C’est toujours autour de 2 Ma. qu’il faut situer les manufacts en pierre retrouvés dans les gisements chinois de Renzidong et Longuppo. Le premier est une cavité karstique située dans la province de Hanoï dans laquelle a été retrouvée une centaine de pièces (Dong, 2006 ; Boëda, comm. pers.). Le deuxième, un peu plus riche en matériel lithique et restes fauniques, se trouve dans la province de Chongqing (Dennell et Roebroeks, 2005 ; Boëda, comm. pers.). La grotte Mohui située dans la vallée du Bubing dans la province du Guang Xi, a livré, elle aussi, des manufacts lithiques associés à d’importants restes fauniques et anthropiques, datés dans leur ensemble d’environ 2 Ma. (Wei et al., 2005).

44Le site géorgien de Dmanissi (daté de 1.81 Ma.) est, par la quantité et la variété des matériaux retrouvés, tout aussi important (de Lumley et al., 2005). A ce jour, les restes paléoanthropologiques comprennent cinq crânes, quatre mandibules et de nombreux restes post-céphaliques. D’un point de vue technique, l’industrie de Dmanissi est caracterisée par l’emploi de la technique de la percussion directe avec percuteur dur et de la technique bipolaire sur enclume. Elle se fonde sur le choix des blocs à tailler sélectionnés sur la base de leur morphologique et de leur qualité. On y note des nucléi qui présentent un degré d’exploitation limité à quelques enlèvements, associès à un macro-outillage au sein duquel prédominent les choppers à enlèvement unique concave ou à de rares enlèvements. De plus sont présents de nombreux éclats et débris avec encoche, denticulés et retouches irrégulières qui témoignent d’une utilisation intense de ces manufacts. A contrario on remarque l’absence, ou extrême rareté, d’outils à face plane modifiés par retouche intentionelle.

  • 6 L’association de fossiles vertébrés de Pirro Nord, composée de plus de 100 espèces diverses, est a (...)
  • 7 Traces de découpe.

45Actuellement, les témoignages les plus anciens en Europe sont les rares manufacts en silex retrouvés récemment : dans la localité de Pirro Nord6, près d’Apricena, sur le promontoire du Gargano dans les Pouilles (Arzarello et al., 2009), les éclats retrouvés dans la Sima del Elefante (TE9) dans la Sierra de Atapuerca près de Burgos, dans le nord de l’Espagne (Carbonell et al., 2008), exhumés de la même couche qu’un fragment de mandibule humaine et de nombreux restes fauniques. Certains ossements montrent d’évidents « cut-marks »7, enfin les industries lithiques des sites de Barranco Leon (1.3 Ma.) et Fuente Nueva 3 (1.2 Ma.) dans le bassin de Guadiz-Baza, près d’Orce en Andalousie (Toro Moyano et al., 2003).

46Malgré de grandes différences d’âge et les distances importantes qui les séparent, les industries lithiques de ces sites présentent une similitude technologique et typologique avec le site géorgien de Dmanisi, mettant en évidence leur vraissemblable appartenance au même stade évolutif.

47Dans les deux sites du bassin de Guadix-Baza, tout comme à Dmanissi, ce sont les éclats bruts et les déchets de taille, tels que les nucléi et les débris qui dominent. La production d’éclats à bords tranchants, activité principale du débitage, était obtenue soit par le biais d’une préparation préliminaire du bloc de matière première, soit sans aménagement des surfaces à travailler. Le débitage était effectué, dans la plupart des cas, au travers d’une série d’enlèvements parallèles (débitage unidirectionel).

48Les différences techno-typologiques observées entre les industries de ces sites peuvent être attribuées principalement à l’emploi de matières premières différentes. Tandis que la récolte des roches dans les deux sites du bassin de Guadix Baza était effectuée dans des affleurements primaires de silex qui fournissaient des matières premières relativement homogènes mais peu diversifiées sur le plan lithologique, à Dmanissi par contre les matières premières taillées étaient récoltées dans les dépôts alluviaux de deux fleuves voisins, qui proposaient une plus grande variété de roches. Cette grande diversité de lithotypes sur le site de Dmanissi a révélé que les tailleurs privilégiaient les roches possédant le grain le plus fin, en procédant ainsi à une sélection pétrologique du matériel à travailler en fonction de leurs exigences techniques.

49À Barranco Leon et Fuente Nueva 3, en plus du silex, des pierres calcaires de morphologie irrégulière étaient travaillées et retouchées sommairement, tandis que les outils sur galet étaient extrêmement rares (de Lumley et al., 2005).

50Dans les plus anciennes industries lithiques européennes, comme Dmanissi, Sima del Elefante, Barranco Leon, Fuente Nueva 3 et Pirro Nord, les retouches observées sur les bords tranchants des éclats sont irrégulières et résultent en grand partie de l’utilisation faite du support. Certaines pièces présentent, comme dans le cas des sites oldowayens africains, des retouches intentionnelles, telles que encoches et denticulés, ou micro-retouches en petites séries modifiant le bord des pièces seulement en zone marginale.

51A un stade plus évolué, avec des datations comprises entre un peu plus de 1 Ma. et 700 Ka., on peut reconnaître de nombreux complexes lithiques retrouvés dans plusieurs sites européens. Parmi ceux-ci signalons les niveaux 4 et surtout 6 de Gran Dolina, Trinchera Dolina à Atapuerca en Espagne (Carbonell et al., 1995) ; la grotte du Vallonnet près de Menton (de Lumley et al., 1988), Soleilhac (Bonifay et Mergoil, 1988), Pont de Lavaud (Despriée et al., 2006), les gisements des terrasses alluviales du Roussillon (de Lumley et al., 1976) et le site de la cave coopérative de Saint Thibéry dans l’Hérault en France ; Tatoiu en Roumanie (Bosinski, 2006) ; Kärlich en Allemagne (Kulemeyer, 1986) et enfin les industries lithiques italiennes de Cà Belvedere de Monte Poggiolo en Emilie (Perretto et al., 1998) et celles des sites du Latium méridional (Biddittu, 1972 ; Cauche et al., 2004).

52Ces industries se caractérisent par le développement de plusieurs méthodes de débitage, comme celle centripète ou celle à enlévements multidirectionnels qui aboutissent à un nucléus de forme polyédrique ou globulaire. Cette dernière tendance semble associée à l’apparition dans les séries lithiques de sphéroïdes et subsphéroïdes. Se remarque, en plus, la présence d’éclats et de débris à retouche intentionnelle, qui servent de support à de petits outils standardisés correspondant à des types diversifiés comme des racloirs, grattoirs, denticulés et encoches. Les outils, même s’ils sont bien définis et de facture simple, restent cependant moins nombreux que les produits bruts de débitage. Les galets aménagés, parmi lesquels les choppers, présentent des morphologies plus standardisées, alors que les choppers bifaciaux (ou chopping-tools) deviennent plus fréquents que dans les industries plus archaïques.

La diffusion de l’Homme hors d’Afrique

53Hors d’Afrique, les plus anciennes découvertes d’industries lithiques et de fossiles humains nous renseignent sur la première diffusion de l’Homme en dehors de son continent d’origine. A ce jour ce phénomène semble avoir débuté peu de temps après l’apparition même du genre Homo. Le territoire habité par ces groupes humains a commencé très tôt à s’étendre jusqu’à atteindre, en l’espace de quelques centaines de milliers d’années, les continents plus proches, c’est-à-dire l’Asie et l’Europe, soit de larges étendues. L’isolement prolongé dans les différentes zones investies par les groupes humains amena par la suite une diversification qui aboutit à la génese de nouvelles espèces et variétés, comme Homo heidelbergensis ou les formes asiatiques d’Homo erectus.

54La diffusion humaine hors d’Afrique, sur la base de notre documentation archéologique et anthropologique, couvre une grande partie du Pléistocène et il est possible de formuler l’hypothèse que plusieurs pulsions migratoires se soient succédé. Ces mouvements semblent s’être produits pendant des phases bien distinctes de l’évolution du genre Homo à travers les diverses espèces, d’ergaster (sinon déjà d’habilis) à sapiens. D’un point de vue archéologique, les migrations ont exporté hors d’Afrique des technologies différentes qui se sont développées suivant les mutations et la ramification continue du Paléolithique africain, de l’Oldowayen et l’Acheuléen aux complexes plus récents à éclats.

55La datation des sites extra africains les plus anciens précède l’apparition de l’Acheuléen en Afrique (environ 1.6 Ma.). Les premiers migrateurs devaient être donc porteurs de la technologie la plus primitive, comme « le record archéologique » semble l’indiquer en l’état actuel des études.

Hypothèses sur les facteurs à l’origine de l’Out of Africa des premiers groupes humains

56La plus ancienne migration humaine hors d’Afrique peut être structurée en deux phases principales. La première, qualifiée par la littérature récente d’« Out of Africa 1 » est documentée dans des sites extra africains datés à partir de 2 Ma. Cette phase semble concerner les formes de Homo ergaster/Homo erectus les plus archaïques (Dmanissi) et est accompagnée par des industries oldowayennes.

57La deuxième, désignée comme « Out of Africa 2 », est datée d’environ 1.4 Ma. et est associée à la diffusion des premières industries acheuléennes.

58En ce qui concerne la première phase, autour de 1.8 Ma., on constate une transformation de l’ensemble faunique en Europe et en Asie occidentale, générée par la diffusion d’espèces d’origine africaine. Il s’agit de certains bovidés, cervidés et équidés, auxquels il faut ajouter l’hypopotame et de grands félins, comme le tigre à dents de sabre et la hyène Pachycrocuta brevirostris. Ces ensembles comprennent également un grand primate le Theropithecus oswaldii, et un canidé le Canis etruscus. On peut considérer que le genre Homo a accompagné ce déplacement de faune, dans le contexte d’une expansion de son habitat paléogéographique allant de l’Afrique orientale à l’Asie méridionale jusqu’en Europe méditerranéenne. Cette diffusion de la faune démontre, grâce aux reconstitutions végétales à partir des pollens provenant des dépôts de cette époque, qu’entre l’Afrique orientale et les régions euroasiatiques concernées par le plus ancien peuplement humain, il n’existait pas de limites nettes en termes de climats et d’écosystèmes. Pour les premiers groupes d’Homo il fut vraisemblablement possible de se déplacer, en fréquentant une faune toujours tropicale dans cette vaste éco-zone, sans affronter la nécessité de s’adapter à de nouvelles réalités environnementales ou d’occuper des niches radicalement différentes par rapport à celle originelle.

59Pour résumer, la première sortie d’Afrique de l’Homme ne semble pas correspondre à un changement radical d’habitat, mais peut s’associer à un mouvement d’expansion territoriale dans une même ambiance naturelle au-delà des limites du continent.

60Dans cette optique, il n’est pas nécessaire d’invoquer des évènements particuliers, comme de possibles crises, pour expliquer le déplacement des premiers groupes humains vers l’Eurasie.

61Par contre, en ce qui concerne la dispersion suivante ou acheuléenne, il est possible de penser que l’augmentation démographique fut un facteur de stimulation, en d’autres termes, « la réalisation du sommet de la pyramide trophique » (sensu Walker et Shipman, 2001), comme la nécéssité d’élargir le territoire. Cette seconde dispersion humaine ne semble pas être associée chronologiquement et géographiquement à une expansion faunique. Ainsi, tandis qu’en Europe, autour de 0.6 Ma. les industries acheuléennes se répandent, on ne vérifie pas d’entrées importantes de faunes allochtones dans ce continent. Autrement dit, l’expansion d’un environnement complet, comme ce fut le cas autour de 2 - 1,5 Ma., ne semble pas s’être produite, mais on assiste seulement à la migration d’une unique espèce : l’homme. Cette deuxième diffusion humaine concerne tant l’Asie que l’Europe et se produit dans des environnements et des écosystèmes complètement différents de ceux d’origine africaine. On pense que la technologie plus complexe et plus différenciée de ces groupes a pu permettre la conquête de ces nouveaux habitats.

Notes

4 Percuteur.

5 Nucléus-chopper.

6 L’association de fossiles vertébrés de Pirro Nord, composée de plus de 100 espèces diverses, est attribuée au Villafranchien supérieur. Selon la bio-chronologie des vertébrés, le site est à positionner dans un intervalle chronologique compris entre 1.7 et 1.3 Ma. (Abbazzi et al., 1996 ; Rook et al., 2004 ; Arzarello et al., 2007).

7 Traces de découpe.

Table des illustrations

Légende Fig. 18 – A : Chaîne opératoire du façonnage des choppers ; B : des chopping-tools ; C : vue frontale d’un chopper/chopping-tool.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 19 – Chopper du site UAHS de Buia. D’après Martini et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 20 - Chopper. Reproduction expérimentale, Valbonne, 2006.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 21 – Chopping-tool du site UAHS de Buia. D’après Martini et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 22 – A : sphéroïde en phonolite ; B : bola en quartz. D’après Inizan et al.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540