Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre V. Produire et utiliser l’outil : une prérogative humaine

Mario Dini

Texte intégral

Production et utilisation d’outils

1L’homme conçoit, fabrique et utilise les outils comme des prolongements de son corps et de son cerveau. Certains auteurs ont mis l’accent sur l’étude et la définition des expressions « utilisation d’outils » et « production d’outils » (Beck, 1980). Il leur a semblé utile de décrire les modèles des comportements techniques pour comprendre de quelle manière ils ont été acquis et en déterminer déductivement leur fonction. Cette étude menée à la fois chez les humains et les animaux, offre également la possibilité de retracer les principales étapes de la genèse, mais également, l’environnement écologique dans lequel elles se sont développées et leur évolution au fil du temps.

2La définition de « l’homme comme fabricant d’outils » pourrait, par conséquent, indiquer la compétence la plus importante qui nous rend si différent du reste du monde animal. Les découvertes récentes sur le comportement de certaines espèces nous ont montré que nous ne sommes pas les seuls à pouvoir et à savoir utiliser des outils, mais nous sommes la seule espèce qui peut préfigurer un instrument, imaginer un outil en regardant un bloc informe de matière, la seule espèce qui, en d’autres termes, peut envisager un outil dans une dimension abstraite avant de l’intégrer dans un contexte matériel.

3Certaines espèces de poissons, les loutres et des oiseaux divers, tels que « le pinson de cactus », qui vit dans la petite île de Daphné Major dans les Galapagos (Weiner, 1995), peuvent utiliser des objets pour effectuer diverses tâches. Mais les outils qu’ils utilisent sont souvent des ressources naturelles non modifiées ou partiellement modifiées par l’utilisation. Ces comportements représentent des connaissances acquises pour résoudre des problèmes très spécifiques et dans certains cas occasionnels.

4Si nous voulons trouver des exemples d’approches intelligentes à l’utilisation d’outils, il suffit de regarder nos parents les plus proches, les primates et en particulier les chimpanzés. La différence génétique entre eux et nous est inférieure à 1 % et, comme nous, les chimpanzés utilisent des outils, se battent, chassent en groupe, ont un régime alimentaire basé sur les plantes mais consomment également de la viande. Enfin n’oublions pas que, chez les primates comme chez les hommes, le caractère, l’intelligence et l’ingéniosité, varient d’un individu à l’autre.

5Steve Bloom a écrit en 1999 dans son « Eloge des primates » que « les chimpanzés sont capables de faire des découvertes qui sont transmises de génération en génération. Ils ont par exemple, appris que des plantes ont des propriétés médicinales et les utilisent pour atténuer certains problèmes. Il a été observé que les chimpanzés utilisent des pierres comme casse-noix, et, quand ils sont menacés, peuvent projeter des objets en démontrant une bonne visée » (Bloom, 1999).

6Bloom se réfère à l’utilisation des outils de pierre qui ne sont rien de plus que des marteaux et des enclumes. Mais ce qui différencie vraiment le chimpanzé des autres espèces d’animaux n’est pas l’utilisation de ces outils, mais un véritable mode de comportement.

7Les marteaux, c’est-à-dire ce qu’on pourrait assimiler à des percuteurs, peuvent être transportés et réutilisés au cours de la même saison, mais aussi réutilisés d’une saison à l’autre (Joulian, 1993).

8Christophe Boesch dans l’article (1994) « Cooperative hunting in wild chimpanzees » montre comment les percuteurs en pierre, rares dans la forêt, une fois recueillis sont transportés sur de longues distances vers l’arbre choisi. Il existe cependant une autre alternative : celle de déplacer la noix. Le choix et l’utilisation des percuteurs, qui peuvent varier dans la forme et la taille de 1 à plus de 20 kg, sont essentiels pour briser les graines très dures de Panda oleosa, qui ne pourraient être ingérées en l’état par les chimpanzés. L’utilisation d’un percuteur en pierre, a pour effet de réduire de 30 à 40 % le taux d’énergie nécessaire pour briser une noix particulièrement résistante. Ceci est un exemple d’utilisation intelligente des outils (Boesch et Boesch, 1990 ; Boesch et al., 1994 ; Boesch et Tomasello 1998 ; Pouydebat et al., 2006).

9Les modifications éventuelles subies par ces outils primaires sont dues à leur utilisation prolongée dans le cadre d’une seule séance de travail ou à leur utilisation répétée d’une saison sur l’autre dans le même arbre. Les stigmates retrouvés sur les percuteurs et sur les enclumes se limitent à la formation d’une série d’écrasements dans les zones d’impact.

10Ces comportements des chimpanzés ont attiré l’attention de nombreux chercheurs sur les primates en captivité et plusieurs articles concernant ce sujet se sont succédé au fil des ans, comme, par exemple, « Tool-Using and aimed throwing in a community of free-living chimpanzees » par Jane Goodall (1964), « Sex difference in the use of hammers : a preliminary report » de C. Boesch et H. Boesch (1981), « The acquisition of stone-tool use in captive chimpanzees » par K. Sumita et ses collaborateurs (1985).

11L’utilisation d’outils en pierre par les chimpanzés a non seulement attiré l’attention des primatologues, mais aussi celle de certains archéologues expérimentaux qui sont intéressés par les origines des capacités humaines et en particulier par les débuts de la fabrication d’outils en pierre. Pour ces raisons les archéologues Nick Toth et Kathy Schick, en 1990, ont décidé d’examiner si actuellement un chimpanzé était capable d’apprendre les principes qui régissent la production d’outils de pierre (Toth et Schick, 1990). Cette étude avait comme problématique majeure de valider d’abord, la similitude des compétences cognitives et psychomotrices des premiers hominidés fabricants d’outils avec celles de nos cousins anthropomorphes, ensuite, de vérifier si les outils en pierre les plus archaïques retrouvés en Afrique, datés de plus de 2 Ma. présentaient des caractéristiques technologiques trop “développées” au point d’être inaccessibles aux chimpanzés (Toth et al., 1993).

12Les deux archéologues ont montré à un bonobo (Pan paniscus) du zoo de Bristol, au Royaume-Uni, comment extraire un éclat de silex tranchant d’un nucléus préalablement préparé. L’éclat était sensé servir à couper une corde qui tenait la nourriture hors de portée (une banane dans une boîte transparente fermée par une corde) qui représentait sa récompense. Selon le protocole, Kanzi, c’est le nom du Bonobo, a été stimulé pour produire un éclat à bord tranchant afin de gagner une récompense en nourriture. Il lui a été montré comment obtenir l’éclat, enfin on lui a donné une certaine quantité et variété de matériel lithique pour produire l’outil. Le protocole ne prévoyait aucune forme de coercition et, pendant toute la durée de l’expérience, d’environ dix-huit mois, Kanzi a pu également se divertir par d’autres moyens.

13Nicolas Toth et ses collègues (1993) soulignent que Kanzi, après une période d’apprentissage, a fait des progrès significatifs et surprenants dans la fabrication d’outils et a rapidement acquis les compétences de base nécessaires pour détacher des éclats à bords tranchants de blocs lithiques informes.

14Non seulement Kanzi a montré des progrès rapides dans la technique de percussion directe avec un percuteur dur qui lui avait été montrée, mais il s’est distingué par l’intelligence et les capacités intuitives dans la production des éclats lançant de sa propre initiative le nucléus contre une « enclume » de pierre placée sur le sol, stratégie qui ne lui avait pas été montrée précédemment. Pendant des mois, le bonobo a été capable de répéter cette opération avec succès, bien qu’il n’employât dans son travail ni la force physique ni le contrôle directionnel suffisants pour le considérer comme un fabricant d’outils fiable. La percussion sur enclume était devenue sa technique de prédilection, au point qu’il n’a produit qu’un seul éclat avec la méthode de la percussion directe à main levée, comme il lui avait été enseigné.

15Afin de faire le lien avec les plus anciennes industries lithiques d’Afrique les expérimentateurs définirent des critères pour déterminer le degré de compétence atteint par Kanzi dans la taille de la pierre : quantitatifs comme le degré de décorticage des nucléus, les dimensions des éclats extraits et certains plus qualitatifs tels que, les angles de détachement, le nombre d’accidents sur les surfaces travaillées et la fragmentation des corniches des nucléi.

16En ce qui concerne ces aspects techniques, Kanzi a montré un faible degré de « sophistication » technologique en regard des plus anciens standards lithiques africains. Selon Nicolas Toth, en fait, la force utilisée par les bonobos dans la percussion est généralement inférieure à celle idéale pour d’obtenir des produits similaires à ceux de la taille oldowayenne. Les éclats produits par Kanzi ont tendance à être très réduits par rapport aux dimensions des surfaces travaillées et présentent souvent des plans de réflexion ou plusieurs fractures. Les nucléi préservent une bonne partie du cortex et leurs corniches semblent très endommagées. De plus, les angles de détachement, toujours très proches de 90°, ne permettaient pas à Kanzi un bon contrôle dans la taille, alors que dans les industries africaines les angles sont plus aigus (environ 75° - 80°) et les nucléi plus complexes.

17En conclusion, les chercheurs ont estimé, que Kanzi, jusqu’à un certain niveau, a démontré un apprentissage par imitation mais, vraisemblablement, n’a jamais eu la perception de ce qu’il produisait. Il imitait les actions de ses enseignants sans se soucier de l’exacte nature des résultats obtenus. Il ne fait aucun doute qu’il avait appris la technique de percussion directe et avait même inventé une méthode différente pour obtenir des éclats, mais il n’a jamais été capable de reproduire de façon fiable le résultat vers lequel les expérimentateurs avaient tenté de le conduire.

18Au-delà de la technique utilisée, les nucléi obtenus étaient très rudimentaires. Les stigmates de plusieurs dizaines, et souvent centaines, de coups mal portés et effectués dans les endroits les plus inattendus du nucléus, selon le diagnostic d’un bon tailleur humain, entourent les négatifs d’un ou deux coups réussis par hasard.

19Selon P. J. Texier, un des plus habiles archéologues expérimentaux, Kanzi n’a pas assimilé les principes de base de la taille de la pierre (Texier, 1996) et c’est pour cette raison que nous pouvons parler pour les singes anthropomorphes d’utilisation, mais non de production d’outils.

20Ian Tattersall dans son livre de 1998 « Becoming Human », souligne aussi que Kanzi a échoué au test final. Il ne démontre aucune compréhension des propriétés des matériaux qu’il travaillait et des principes selon lesquels ces roches peuvent être fracturées pour produire des résultats comparables à ceux que les archéologues lui avaient montrés. Cet échec, selon le paléoanthropologue américain, peut être dû à l’absence de motivation plutôt qu’au manque de compétence innée. Produire des éclats est difficile mais également dangereux, puisqu’il existe toujours la possibilité de se blesser, surtout pour un débutant. Nous ne pouvons donc pas désapprouver Kanzi qui a préféré la percussion sur l’enclume à celle plus risquée à main levée.

21Il est important de noter que les premiers hominidés qui ont fabriqué des outils en pierre identifiés comme tels, à partir de 2,5 - 2,6 Ma. possédaient les compétences de base nécessaires pour effectuer cette activité. Ce qui peut être plus intéressant, c’est qu’en partant d’un choix réfléchi du matériel à tailler, ils ont pu appliquer des techniques simples mais efficaces qui leur ont permis une production d’outils sur galet et sur éclat. Cette “nouvelle” activité deviendra une composante, bien plus que secondaire, au sein de leur répertoire comportemental. D’un point de vue cognitif, il est clair qu’ils ont été significativement différents de toutes les espèces anthropomorphes actuelles. La compréhension du mécanisme du débitage, qui fait appel à l’évaluation minutieuse de principes multiples, semble se situer à un niveau d’abstraction auquel aucun des grands primates, à l’exception du genre Homo, peut aspirer.

22Enfin, il semble nécessaire de ne pas perdre de vue, comme l’a souligné P. J. Texier (1996), que l’esprit qui caractérise le monde animal, est la relation directe entre l’outil et le besoin de nourriture, qui représente le stimulus auquel l’animal réagit.

Comportements techniques, évolution du cerveau et naissance du langage

23Seul l’homme produit et utilise des outils de façon systématique. Cette activité suggère un parallèle étroit entre la planification mentale et le comportement technique de l’homme. On peut donc penser qu’il y a corrélation entre l’évolution du cerveau, les changements dans les habitudes sociales et les moments de production pendant le temps de loisir et de qualité de vie.

24Chaque outil résume et formalise l’expérience collective d’innombrables générations. Formes et matériaux, méthodes de fabrication et d’utilisation ont été préservées par la tradition sociale et sont transmis à chaque nouvel initié par le biais d’une formation pédagogique adaptée.

25Au cours de l’évolution humaine, l’accroissement progressif de l’usage des mains a augmenté parallèlement à la perception visuelle, auditive et aux capacités du cerveau. La puissance analytique de la vue et de l’ouïe a progressé dans le même temps que la main a été libérée pour explorer son environnement. Il semble que l’homme a commencé à employer une certaine forme de langage en même temps qu’il a initié la fabrication d’outils. Le langage, par conséquent, est intimement lié à l’outil (Leroi-Gourhan, 1977).

26Avec les premiers hominidés, la relation entre les mains qui exécutent et le cerveau qui planifie et contrôle l’exécution commence à devenir une sorte de relation pratique, mutuelle et inséparable. La pensée guide les stratégies des étapes de planification de la construction d’objet et le développement moteur progressif des cinq doigts de la main.

27De l’Homo habilis à l’Homo sapiens, cette relation porte le cerveau humain d’un volume d’environ 600 à 1500 cm3 et amène en même temps le développement d’un langage totalement métaphorique (comme la construction d’outils), unique dans l’ensemble de l’évolution du système terrestre. Ce type de communication linguistique est devenu l’instrument de la création de milliers d’expressions culturelles, une forme importante de la relation sociale et un facteur d’organisation de l’environnement. Si l’homme est un fabricant d’outils, il est également un fabricant de mots. L’utilisation d’outils nécessite un comportement intelligent et l’existence d’au moins quelques notions de base exprimées par le langage. Cette évolution, qui exige une coopération entre les individus, c’est-à-dire une société, a été grandement facilitée par le caractère du groupe humain. La vie en groupe a favorisé la discipline imposée par ceux qui ont été capables d’effectuer des activités de meilleure qualité. Le langage est donc devenu un outil d’une importance capitale bien que, il faut le souligner, il n’était pas essentiellement un moyen d’expression de la pensée. Il a une fonction plutôt sociale qui conduit au contrôle du comportement des individus. Dans ce sens, le langage est une des forces culturelles majeures qui, dans le comportement humain, occupe un rôle irremplaçable (Cavalli Sforza, 2008).

Auteur

Université de Pise, Département des Sciences Archéologiques. Italie

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540