Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre IV. Façonner l’outil : la retouche et ses fonctions

Mario Dini

Texte intégral

1Au cours des années 50, face à la profusion des termes employés pour décrire et interpréter le matériel en pierre, les typologues se sont accordés sur l’idée de créer un référentiel. Il s’agissait de préciser le lexique, la dénomination et l’utilisation des pièces lithiques.

2A défaut d’un langage commun, trois grandes approches, au moins, ont été proposées et sont encore utilisées, avec quelques aménagements.

3Il s’agit de la typologie descriptive de F. Bordes, de celle analytique de G. Laplace et plus récemment dans les années 90, de celle de J. Tixier.

4Dans ces démarches, les outils ont fait l’objet de listes-types plus ou moins codifiées.

5La retouche, parce qu’elle façonne l’outil, occupe une place primordiale dans le diagnostic du typologue.

6La retouche se présente comme un détachement ou une série de détachements destinés à modifier la forme et à augmenter la performance fonctionnelle d’un support (Fig. 12).

7La retouche est réalisée par percussion ou pression au moyen d’un instrument appelé « retoucheur » (Fig. 13). Dans la technique par pression, afin d’obtenir une retouche plate, on sait que le retoucheur doit se présenter avec une forme globalement pointue (Peresani, 2003a). C’est au cours du Paléolithique supérieur, que cette technique semble avoir vu le jour (Fig. 14).

8F. Bordes (Bordes, 1961), dans le chapitre initial de son travail sur la typologie du Paléolithique inférieur et moyen, a décrit quatre types de retouche identifiés à partir de leur forme, direction, inclinaison, profil et latéralisation sur le support.

Fig. 12 – Extrémité distale retouchée d’un biface de l’Acheuléen supérieur.

Fig. 13 – Retouchoirs en pierre, corne et bois.

Fig. 14 – Retouche à la pression.

Fig. 15 – Les types de retouche. A : retouche simple ; B : retouche scalariforme ; C : retouche plate parallèle ; D : retouche plate sub-parallèle ; E : retouche abrupte directe ; F : retouche abrupte croisée ; G : retouche ordinaire directe ; H : retouche couvrante

9- Concernant la forme il envisage :

  • La retouche écailleuse large et courte, plus large dans sa partie distale par rapport à la base. Comme son nom l’indique sa morphologie rappelle l’écaille du poisson. Elle est réalisée par percussion dure ou tendre, mais jamais par pression. F. Bordes la définit comme la retouche moustérienne par excellence (Fig. 15 A).

  • La retouche scalariforme présente les mêmes caractéristiques que la précédente mais de façon plus accentuées. Elle est réalisée avec un percuteur en os ou en bois animal. Elle est essentiellement utilisée dans la fabrication de certains outils (Fig. 15 B).

  • La retouche parallèle se définit par des négatifs étroits, plats, allongés et parallèles. Elle est réalisée soit par percussion directe avec un retoucheur mince de type galet étroit et long, soit par percussion indirecte ou enfin par pression (Fig. 15 C).

  • F. Bordes définit enfin la retouche subparallèle comme moins régulière que la précédente (Fig. 15 D).

10- La direction peut être :

  • directe si elle part de la face inférieure.

  • inverse si, au contraire elle part de la face supérieure.

  • alterne si elle est directe sur un bord et inverse sur le bord opposé.

  • bifaciale si elle associe sur le même bord une retouche directe et inverse.

  • croisée ou abrupte sur enclume si les enlèvements entremêlés partent des deux faces de la pièce et forment un dos.

11- L’inclinaison est fonction de l’amplitude de l’angle formé par la retouche avec le plan de la pièce. Elle est ainsi :

  • couvrante si cet angle est voisin de 30° et envahit la face concernée (Fig. 15 H).

  • ordinaire s’il avoisine 60° (Fig. 15 G).

  • abrupte s’il atteint les 90° (Fig. 15 E et F).

12- Le profil ou délinéation de la retouche peut être rectiligne, convexe, concave, ou associer deux caractères sur un même bord, par exemple concave-convexe.

13- Enfin la latéralisation peut être latérale, bilatérale, transversale, convergente ou déjetée lorsque l’axe du support ne coïncide pas avec celui de l’outil.

14Dans la méthode analytique proposée par G. Laplace (1964a et 1968), la retouche est rangée et décrite selon les critères suivants (Fig. 16) :

15- L’inclinaison qui peut être : simple, abrupte, plate, surélevée :

  • Par définition (Laplace, 1964a ; Brézillon, 1968 ; Broglio, 1998), la retouche simple modifie le bord de la pièce par le détachement d’une série de petits éclats orientés par rapport à la face ventrale selon un angle d’environ 45˚. Elle est réalisée, généralement, par taille directe, avec un percuteur en pierre ou en matière végétale.

  • La retouche abrupte sculpte le profil de la pièce par le détachement d’une série de petits éclats orientés par rapport à la face ventrale du support en formant un angle supérieur à 45˚. Elle est réalisée soit par percussion, soit par pression.

  • La retouche plate modifie le bord du support par le détachement de petits éclats selon un angle inférieur à 45˚. Les enlèvements sont tangentiels, allongés, subparallèles ou parallèles à une des faces. La retouche plate peut être qualifiée d’envahissante si elle couvre partiellement la face de l’éclat ou couvrante si sa couverture est totale. Elle est réalisée soit par percussion directe tangentielle (détachement d’écailles superposées) soit par pression (détachements laminaires).

  • La retouche surélevée est caractéristique des pièces carénées, elle est réalisé par détachements serrés (retouche surélevée ordinaire), allongés (retouche surélevée lamellaire) ou disposés « en escalier » (retouche surélevée scalariforme).

16- L’étendue peut être qualifiée de : marginale si elle ne modifie pas le contour de la pièce et de profonde si elle l’entame largement (Fig. 16).

17- La direction peut être : directe, inverse, alterne, bifaciale (Fig. 16). La retouche est directe si les coups sont portés sur la face ventrale du support, inverse si, au contraire, ils partent de la face dorsale, alterne si elle s’effectue successivement et partiellement à partir des deux faces et sur un même bord, enfin bifaciale si cette superposition concerne l’ensemble du bord. Certains outils présentent une retouche bipolaire ou croisée, quand sur le même bord du support on observe une retouche inverse et directe en séquence entrecroisée.

18- La délinéation peut être : continue, encochée ou denticulée, rectiligne, convexe, concave, sinueuse.

19- La localisation est qualifiée de proximale, mésiale, distale suivant la position par rapport au talon de la pièce.

20- L’orientation est dite latérale ou transversale selon que l’angle qu’elle fait avec l’axe de la pièce est inférieur ou supérieur à 45°.

Fig. 16 – Caractères de la retouche. D’après Laplace.

21Pour J. Tixier (Inizan et al., 1995) la retouche est étudiée suivant sept caractères qui se déclinent en divers paramètres :

  • La position : directe, inverse, alterne, alternante, croisée ou bifaciale.

  • La répartition : discontinue ou partielle.

  • L’étendue : courte, longue, envahissante ou couvrante.

  • La localisation : distale, mésiale, proximale, droite, gauche ou basale.

  • La délinéation : rectiligne, concave, convexe, à encoche, denticulée, à cran, à épaulement, à languette, pédonculée, irrégulière ou régulière.

  • L’inclinaison : abrupte, abrupte croisée, semi-abrupte ou rasante.

  • La morphologie : écailleuse, scalariforme, subparallèle ou parallèle.

22On peut noter que toutes les combinaisons de paramètres ne sont pas possibles. Certaines associations sont incompatibles entre elles. Par exemple, le paramètre « envahissant » dans le caractère de l’étendue ne peut pas être associé avec celui « abrupt » de l’inclinaison. Les sept caractères, avec leurs associations possibles, permettent une description ponctuelle de la retouche et définissent de façon assez précise, les outils spécifiques.

Les esquillements accidentels ou d’utilisation

23Les bords des outils présentent parfois une série d’esquillements accidentels qui peuvent être confondus avec de la retouche. Un piétinement sur un sol d’habitat (Mc Brearty et al, 1998), des chocs durant un transport, ou l’agression de travaux agricoles dans un site en plein air (Prost, 1993), peuvent en être la cause.

24Ces pseudo-retouches sont dues à des phénomènes de pression qui ne sont pas exercés uniformément sur toute la longueur du bord. De tels détachements ne présentent ni une distribution ni une dimension homogènes. Ces mêmes stigmates peuvent également être produits par des causes naturelles, comme la pression interne dans le sous-sol, l’action du gel, ou la solifluxion (Thiébaut, 2004).

25On identifie également des esquillements d’utilisation. Dans ce cas de figure, les bords montrent une certaine organisation dans la distribution des détachements. C’est le cas pendant le débitage de la matière première, l’action, effectuée souvent avec force et mouvement constants, provoque la formation de détachements continus et uniformes qui peuvent aisément être confondus avec de la retouche parce qu’ils sont le résultat d’une activité humaine. Ils doivent être interprétés comme l’aboutissement d’un travail spécifique que l’analyse tracéologique permet d’identifier (Fig. 17).

Fig. 17 – Buca della Iena (Lucca). Esquillements accidentels ou pseudo-retouches. A : éclat avec des esquillements ou pseudo-retouche ; B : vue au microscope binoculaire d’un esquillement ; C : éclat avec des pseudo-retouches sous un agrandissement moyen au microscope binoculaire.

Table des illustrations

Légende Fig. 12 – Extrémité distale retouchée d’un biface de l’Acheuléen supérieur.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 13 – Retouchoirs en pierre, corne et bois.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 14 – Retouche à la pression.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 15 – Les types de retouche. A : retouche simple ; B : retouche scalariforme ; C : retouche plate parallèle ; D : retouche plate sub-parallèle ; E : retouche abrupte directe ; F : retouche abrupte croisée ; G : retouche ordinaire directe ; H : retouche couvrante
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 16 – Caractères de la retouche. D’après Laplace.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 17 – Buca della Iena (Lucca). Esquillements accidentels ou pseudo-retouches. A : éclat avec des esquillements ou pseudo-retouche ; B : vue au microscope binoculaire d’un esquillement ; C : éclat avec des pseudo-retouches sous un agrandissement moyen au microscope binoculaire.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540