Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre III. Tailler la pierre : produits et accidents

Mario Dini

Texte intégral

1On connait mieux aujourd’hui les gestes qui ont permis aux hommes de la Préhistoire de fabriquer leurs outils. Durant la première moitié du xxe siècle les recherches s’étaient efforcées de préciser l’utilisation supposée des outils et de leur affecter une dénomination.

2Actuellement, un autre regard est porté sur l’homme en insistant particulièrement sur son projet de fabrication et ses gestes techniques dans la réalisation. La recherche se recentre ainsi davantage sur l’artisan, concepteur de l’outil. Pour mieux cerner la technique opératoire il nous a paru nécessaire de définir quelques termes étroitement liés au lexique de la taille de la pierre.

3Le débitage est l’ensemble des opérations conceptuelles et techniques utilisées pour obtenir des supports à partir d’un bloc de matière première. Les produits obtenus présentent une face plane limitée par un bord tranchant. Le reliquat du bloc de matière première débité est appelé « nucléus ».

4Par « façonnage », on entend le travail opéré sur un bloc de matière première ou d’un éclat pour obtenir un outil.

5Les « techniques » interprètent le mouvement de la main, la force plus au moins intense utilisée dans la percussion ou dans la pression, le choix du percuteur dur ou tendre, l’interposition d’un intermédiaire entre le nucléus et le percuteur (Pelegrin, 1991).

6Les « processus techniques » sont les séquences de gestes systématiques, comme la préparation d’un plan de frappe, le détachement d’une chute de burin, l’abrasion de la corniche d’un nucléus.

7La succession et l’assemblage de processus techniques choisis par le tailleur constitue une séquence opérative, baptisée « méthode » (Pelegrin, 1991).

La percussion et les percuteurs

8Par définition, la percussion, est l’action de frapper violement deux corps, l’un contre l’autre. Le percuteur est un « marteau naturel » dur en pierre, ou tendre en bois de cervidés, os, bois végétal employé pour débiter ou retoucher un autre bloc (Bordes, 1961) (Fig. 7). Certains auteurs, parmi lesquels F. Bordes et J. Tixier, désignent sous le même terme de « percuteur » l’objet utilisé pour extraire les supports à partir du nucléus et celui pour façonner ces mêmes supports en outils. D’autres, comme M. Brézillon, J. Pelegrin et S. de Beaune font la distinction entre les deux fonctions. Ils nomment « percuteur » l’outil pour produire les supports et « retoucheur » celui qui est utilisé pour les modifier.

Fig. 7 - Percuteur dur en grès

9Il existe différents types de percussion :

10 La percussion directe avec un percuteur en pierre dure ou tendre est reconnue comme la technique la plus ancienne et la plus utilisée durant le Paléolithique. Elle consiste à frapper avec une pierre, généralement de forme ellipsoïdale ou sphérique, de type galet, le bloc de matière première par débitage ou façonnage (Pelegrin et Texier, 2004).

11Les percuteurs en pierre dure comme les basaltes, quartzites, grès peuvent être utilisés durant toutes les phases de débitage : de la mise en forme du bloc brut à la production des supports. Les produits obtenus avec cette technique peuvent être de différentes dimensions, mais ils restent globalement d’épaisseur constante. A l’exception du bulbe, qui peut être plus ou moins prononcé, le profil du support est généralement rectiligne ou légèrement courbe (Fig. 10). Cette technique génère assez fréquemment des supports dits « outrepassés » ou « réfléchis » (voir paragraphe : Les accidents de taille et les fractures).

12Pour J. Pelegrin l’utilisation de cette technique produit un talon ample, généralement lisse ou facetté (Fig. 11) (Pelegrin, 2000).

13Une autre caractéristique révélatrice de l’utilisation de cette technique est son point d’impact. Ce dernier est en relation avec le volume du percuteur et donc avec la zone de contact. Des ondulations fines, sont le dernier indice de la taille. Elles se concentrent dans les premiers millimètres du support.

14Une variante de cette technique est l’utilisation de pierres tendres comme les calcaires ou les marnes. Elles sont employées dans différents processus techniques pour extraire des lames à bords parallèles ou pour retoucher des outils. L’utilisation de pierre tendre est documentée avec certitude seulement à partir d’environ 35.000 BP, c’est-à-dire au début du Paléolithique supérieur. Par une approche archéologique expérimentale, B. Madsen a été le premier à utiliser systématiquement le percuteur en pierre tendre pour la mise en forme et le débitage des nuclei à lames de moyennes ou grandes dimensions, soit entre 10 et 15 cm. Il a identifié cette technique dans les industries du Tardiglaciaire du Nord d’Europe (Madsen, 1983).

15Le coup est donné avec un mouvement tangentiel par rapport au plan d’extraction, cette technique favorise le détachement de produits lamellaires rectilignes. Si la matière première est de bonne qualité, les stigmates, évoqués plus haut, sont généralement très visibles sur la face ventrale des supports. Le point d’impact est marqué à proximité du talon, le bulbe plus ou moins prononcé est généralement associé à la présence d’une série d’ondulations minces et concentriques. Le bulbe présente assez souvent un esquillement (Fig. 10).

16 La percussion directe avec percuteur tendre de nature organique est attestée en Afrique, à partir d’environ 0,7 Ma. (Fig. 8A). On la retrouve plus tard dans d’autres régions du monde où elle sert dans le façonnage et la retouche des pièces bifaciales. Cette technique permet le détachement de grands éclats très minces. C’est toutefois, à partir du Paléolithique supérieur, que l’utilisation de percuteurs organiques se généralise. Elle est alors employée essentiellement dans la production de lames, opération qui nécessitait une grande précision. Les travaux de L. Coutier en archéologie expérimentale ont permis d’identifier cette technique (Coutier, 1929). En l’état actuel, pour des raisons de conservation, le pourcentage de percuteurs tendres attribués au Paléolithique est numériquement très faible. Ceux qui ont été identifiés sont de dimensions réduites et ont servi au façonnage bifacial. Ce constat s’avère particulièrement vrai pour les retoucheurs réalisés sur éclat d’os (de Beaune, 1997). Les nombreux tests effectués par F. Bordes (Bordes, 1947) et M. Newcomer (Newcomer, 1975), ont démontré la bonne efficacité des percuteurs en bois végétal, généralement en buis. Ils ont permis à ces chercheurs, d’obtenir une production standardisée de séries de lames identiques à celles du Paléolithique supérieur. Les stigmates trouvés sur les pièces archéologiques permettent d’identifier cette méthode avec quelque certitude.

Fig. 8 - A : Taille à la percussion directe ; B : Taille sur enclume ; C : Taille à la pression ; D : Taille à la percussion indirecte. D’après A et D Sonneville-Bordes ; B et C Tixier.

17Sauf cas particulier, la percussion tendre directe consiste à frapper le plan de frappe avec une force moindre que dans le cas de celle directe avec percuteur dur. Pour cette raison, chaque détachement doit être précédé d’une préparation de la partie du bord que le percuteur doit frapper. Une abrasion plus marquée en direction de la surface de débitage donne une angulation plus grande du bord. Dans ce cas l’éclat ou la lame, sera plus épais et large. Au moment de l’impact, le percuteur tendre arrache de la matière au support. Par différence avec la percussion au percuteur dur, la fracture se produit plus en retrait du point d’impact, en général de 1mm ou plus, en fonction de l’amplitude de l’angle du bord. Il se produit alors la formation d’une lèvre à l’arrière du talon qui est d’autant plus marquée que l’angle, entre la zone de contact et la surface de détachement, sera aigu. L’épaisseur moyenne du talon se situe autour de 2 mm dans le cas de lames petites et moyennes. Le percuteur tendre ne laisse pas de stigmates nets de l’impact sur le talon et le bulbe, mais plutôt des traces diffuses.

18 La percussion bipolaire est réalisée par percussion directe du nucléus appuyé sur une enclume (Fig. 8B). Les produits qu’on obtient avec cette technique ne sont pas standardisés (Donnart et al., 2009). Techniquement le bloc à débiter est posé sur une base compacte et résistante qualifiée d’enclume. Il est tenu fermement entre index et pouce pendant que l’autre main, porte un coup verticalement par rapport à l’axe du support à débiter, avec un percuteur dur et lourd. Plusieurs coups, toujours verticaux par rapport à l’axe de la pièce, produisent sur une ou deux faces du support une série d’esquillements qui caractérisent ces pièces nommées « pièces esquillées ». (Le Brun-Ricalens, 2006).

19La percussion bipolaire est particulièrement employée pour « ouvrir » les galets de silex arrondis. En percussion directe, cette opération relativement violente serait efficace.

20• Pour certains auteurs, la percussion indirecte apparaitrait seulement vers la fin du Paléolithique supérieur, certainement au Mésolithique récent (Pelegrin, 2002) (Fig. 8D). Cette technique, très élaborée, utilise un outil intermédiaire, en bois animal, en os ou, plus rarement, en bois végétal nommé punch ou chasse-lame. Sa longueur est estimée à environ 15 cm.

21Le poids du percuteur en bois est important, on admet qu’il doit être d’environ 1kg si l’on vise la production de lames de 20 cm maximum. Pour la production de pièces plus longues, il doit être encore plus lourd. La morphologie des lames détachées est également liée à la position du nucléus pendant le débitage. Si ce dernier est maintenu entre les genoux par une pression musculaire, donc élastique, les lames seront arquées et on diminue, dans le même temps, le risque de rupture. Si la surface de débitage reste libre de tout contact, c’est-à-dire avec le nucléus maintenu transversalement ou frontalement entre les pieds ou encore, simplement serré entre les cuisses, face au tailleur, les lames seront plus rectilignes. Cependant ces positions ne permettent pas d’obtenir des lames régulières d’une longueur supérieures à 20 cm. Pour sortir des lames plus grandes, il est nécessaire d’appuyer verticalement le nucléus sur un support de bois qui permet de contrôler le recul au moment de l’impact (Pelegrin, 2002 ; Pelegrin et al., 1991).

22• A la fin du Paléolithique la taille à la pression vient en complément des autres techniques et permet un façonnage minutieux des outils (Fig. 8C). On a remarqué ce débitage dès le Solutréen, mais il ne se généralisera vraiment que dans les phases finales de la Préhistoire.

Les produits du débitage

23L’objectif final du façonnage de la pierre est la production d’outils.

24Durant le débitage les produits détachés ne sont pas tous fonctionnels : la plupart ne sont, en fait, que des résidus qui seront abandonnés sans être utilisés, même s’ils trouvent leur place dans la reconstruction de l’enchaînement des gestes techniques. On qualifie cette organisation de chaîne opératoire. Elle permet au tailleur de produire un ou plusieurs outils plus ou moins efficaces. Les principaux produits du débitage sont les nuclei, les éclats et les lames.

25Le nucléus est le bloc ou fragment de roche dure à partir duquel, par percussion directe, indirecte, ou par pression, sont débités des éclats ou des lames, destinés à être utilisés bruts ou retouchés pour devenir des outils.

26Le nucléus (Fig. 9) peut présenter un ou plusieurs plans de percussion. Ces derniers peuvent être naturels avec ou sans cortex. Lisses, ils sont le résultat d’une fracture naturelle ou la cicatrice correspondant au détachement d’un éclat antérieur. Il existe également le cas de plan de percussion facetté.

27Le plan de frappe porte également les préparations faites avant chaque détachement, par exemple une abrasion avant l’extraction d’une lame. Au cours du débitage, il peut être nécessaire de remettre la zone de percussion en forme en détachant une tablette ou des éclats de ravivage. Perpendiculairement au plan de frappe on repère la superficie de débitage ou d’éclatement, également nommée « table ». Sur cette dernière on peut identifier les négatifs des derniers éléments détachés, les contre-bulbes, les nervures (Fig. 9). La ligne d’intersection entre le plan de frappe et la surface de débitage s’appelle « corniche ». Pendant le débitage, cette partie est remise en forme à plusieurs occasions. A l’aide d’une abrasion, par exemple, on élimine les micros irrégularités et on prépare la zone qui va recevoir le point d’impact. Particulièrement important est l’angle d’éclatement, formé par la rencontre du plan de percussion avec la surface de débitage. Pour que le débitage soit bien contrôlé l’angle doit se situer entre 45 et 90°. Hors de cet intervalle il est difficile d’obtenir des produits prédéterminés. Le débitage réduit les dimensions et modifie la forme du nucléus. Ce dernier est enfin abandonné pour des raisons diverses comme l’épuisement de la matière première, un accident de taille, ou une rentabilité jugée insuffisante.

Fig. 9 - Morphologie d’un nucléus pyramidal

28Pendant le Paléolithique supérieur, il existe une grande variété typologique de nucléi. Ils s’organisent en fonction des produits obtenus comme les éclats, les lames et les lamelles. Se sont les différentes techniques de débitage mises en place qui permettent de les classer (Brézillon, 1968). On peut occasionnellement rencontrer des nuclei préparés mais non débités qui ont été abandonnés en l’état ! Suivant leur état de débitage et leurs traces d’utilisation, les nucléi peuvent être positionnés dans le continuum de la chaîne opératoire. Suivant cette analyse, quatre stades de traitement ont été identifiés :

29 Stade I - Ramassage et contrôle de la matière première qui se présente sous forme de blocs bruts comme des galets, des nodules, des petits blocs qui ont été introduits dans un site archéologique. Ils ne présentent pas de traces de débitage hormis du décorticage ou le détachement d’un ou deux éclats prédéterminés (Peresani, 1992). On peut penser que ces blocs ont été prélevés pour tester la qualité de la matière première.

30 Stade II – Préparation, mise en forme et début de production. Les pré-nuclei sont des blocs de matière première brute préparés pour être débités mais non encore utilisés (Broglio et Kozlowski, 1983). On peut considérer ce stade comme l’opération de démarrage de mise en forme du nucléus. Sans que l’on en sache vraiment la raison, on constate que le traitement de ces blocs est quelquefois stoppé à un stade initial du débitage (Dini et Moriconi, 2005).

31 Stade III – Pleine production.

32A ce stade on peut parler d’un authentique nucléus.

33Un nucléus est un bloc, ou fragment de roche dure, à partir duquel des produits à face plane ont été détachés. Sa morphologie, le nombre de plans de frappe, la position et la direction des enlèvements sur les surfaces d’éclatement, leur hiérarchisation et la typologie des produits détachés sont autant de caractères fondamentaux qu’il faut prendre en compte.

34Ils permettent de préciser l’approche techno-typologique du nucléus. L’angle d’éclatement, la préparation ou non de la corniche, le nombre de produits détachés sur chaque surface de débitage, sont des caractères secondaires importants pour définir les processus techniques mis en œuvre par le tailleur.

35 Stade IV – Abandon.

36On parlera alors de fragments et résidus.

37Il s’agit de pièces fragmentées ou résiduelles tellement exploitées et de dimensions tellement faibles qu’il est impossible de leur appliquer une lecture techno-typologique précise. Leur abandon est généralement dû à une mauvaise qualité de la matière première qui empêche la poursuite du débitage. Il existe également des abandons justifiés par l’épuisement du nucléus ou par des incidents de taille.

38Chacun des fragments de roche détachés pendant le débitage porte le nom d’éclat (Fig. 10). Il peut être le résultat d’une percussion volontaire selon les lois physiques de la fracture conchoïdale, ou bien de l’action de facteurs naturels. Le détachement intentionnel et anthropique détermine sur l’éclat des stigmates caractéristiques liés aux coups qui lui ont été portés.

39Une portion du plan de frappe du nucléus, celle qui correspond à la surface de la pièce qui a reçu le coup, se retrouve sur le fragment détaché. Elle est appelée talon (Fig. 10). Ce dernier peut être naturel, cortical ou préparé lorsqu’il porte la trace d’une préparation du plan. On le dit alors lisse, dièdre, facetté ou punctiforme (Fig. 11 A-E).

40La face de détachement, qualifiée d’inférieure ou ventrale, est toujours lisse. On y observe des ondulations concentriques créées par la propagation de l’onde qui se répand à partir du point d’impact situé sur le talon. Sur la face ventrale, des stries ou lancettes peuvent être présentes (Fig. 10). Elles convergent vers le point d’impact. Leur présence est un bon indicateur pour orienter la pièce.

41Près du talon et du conchoïde d’éclatement se trouve le bulbe. Il se présente comme un relief convexe plus ou moins net, parfois modifié lors du détachement par un esquillement parasite du bulbe (Fig. 10) (Galiberti, 1990).

42La face supérieure, ou dorsale, de l’éclat correspond à la surface préexistante du nucléus. Elle peut présenter des traces totales ou partielles de cortex, des nervures ou des négatifs des détachements précédents.

43Les différents aspects du talon, du point d’impact, du bulbe d’un éclat, ainsi que sa morphologie générale permettent dans la plupart des cas d’identifier la technique de débitage utilisée (Brézillon, 1968).

Fig. 10 - Morphologie d’un éclat. D’après Tixier

Fig. 11 – Morphologie des talons. A : talon cortical ; B : talon lisse ; C : talon dièdre ; D : talon facetté ; E : talon punctiforme.

44Un éclat de roche dure ayant une longueur supérieure ou égale au double de sa largeur est appelé lame. L’extrémité de l’éclat ou de la lame où est implanté le talon est dénommée « partie ou portion proximale ». L’extrémité opposée au talon est qualifiée de « partie ou portion distale ».

45Les autres pièces pour lesquelles on ne peut pas proposer d’orientation ou les définir morphologiquement sont nommées résidus de débitage ou débris.

Les accidents de taille et les fractures

46Pendant le débitage d’un bloc de matière première peuvent survenir, à tout moment, des accidents qui influencent, ou bloquent, la production. Les plus communs sont l’outrepassage et la réflexion (Roche et Tixier, 1982).

47L’outrepassage se vérifie quand le plan de fracture, d’un nucléus, d’un produit de débitage ou d’un outil, normal dans sa portion proximale, s’arque brusquement vers l’intérieur du bloc de matière (Inizan et al., 1995). Cet accident peut être déterminé par un coup donné avec beaucoup trop de force, par la position trop reculée du point d’impact sur le plan de frappe, ou par ces deux facteurs associés.

48La réflexion est le phénomène inverse. Un éclat réfléchi, normal dans sa zone proximale, s’arque en formant sur la face ventrale un arrondi distal. Cet accident est dû généralement au choix d’un percuteur trop petit et léger, par un coup donné faiblement, ou par un profil trop rectiligne de la surface d’éclatement, suivant un angle avoisinant 90°. Un dernier accident, commun dans les ensembles lithiques paléolithiques, est l’accident de Siret. Le support, dans ce cas, se fracture en deux portions suivant l’axe de percussion partageant alors le bulbe. Avant son identification, les supports qui présentaient cette fracture étaient classés comme « burins à coup diamétral » ou « burin moustérien », par le chercheur français qui les avait individualisés (Siret, 1933). Plus tard ces pièces ont pris le nom de celui qui les avait reconnues et furent classées comme « burin de Siret » (Antoine, 1938). A terme, ces pièces furent identifiées comme des accidents et non plus comme des outils intentionnels. Les travaux expérimentaux de F. Bordes l’ont bien démontré (Bordes, 1961).

49En plus des accidents de Siret on reconnait également des accidents survenus pendant le débitage. Il s’agit de fractures imprévues et involontaires qui peuvent se justifier par une qualité médiocre de la matière première, par des choix techniques inappropriés du tailleur ou par une utilisation maladroite de l’instrument. L’étude et l’analyse des types de fracture peuvent amener à reconnaitre des comportements techniques volontaires. C’est le cas par exemple d’outils emmanchés qui se sont fracturés suite aux contraintes liées à ce type de fixation ou de stigmates fonctionnels caractéristiques d’une utilisation répétitive et spécifique. Les fractures d’impact entrent dans cette catégorie.

Table des illustrations

Légende Fig. 7 - Percuteur dur en grès
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 8 - A : Taille à la percussion directe ; B : Taille sur enclume ; C : Taille à la pression ; D : Taille à la percussion indirecte. D’après A et D Sonneville-Bordes ; B et C Tixier.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 9 - Morphologie d’un nucléus pyramidal
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 10 - Morphologie d’un éclat. D’après Tixier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 11 – Morphologie des talons. A : talon cortical ; B : talon lisse ; C : talon dièdre ; D : talon facetté ; E : talon punctiforme.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540