Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la taille de la pierre au Paléolithique

 | 
Henri Baills
, 
Mario Dini

Chapitre I. Débiter les roches : tailleurs et techniques

Mario Dini

Texte intégral

1Les produits taillés sont les seuls témoins matériels qui nous restent des plus anciennes cultures humaines. En effet, parler de roches débitées veut dire que l’on reconnaît indirectement que la forme naturelle des rognons a été modifiée avec l’aide d’un percuteur, après une fracturation intentionnelle et contrôlée (Tixier et al., 1980). Cette opération concerne, en fait, une gamme relativement limitée de roches propres à être taillées. Afin d’obtenir un éclat coupant de façon non fortuite, il faut prendre en considération plusieurs paramètres conceptuels et techniques, comme le choix de la matière première, la forme du bloc à débiter, l’intensité de la force appliquée dans la percussion.

Quelles roches et pourquoi ?

2Seul un certain nombre de roches possède les caractéristiques minéralogiques et mécaniques adaptées à un bon débitage. Les hommes du Paléolithique ont recherché des pierres à fort taux d’oxyde de silicium (SiO2). Leur dureté est haute, habituellement proche de la valeur 7 sur l’échelle de Mohs. Elles sont en outre isotropes et homogènes, c’est-à-dire exemptes de fissurations ou d’inclusions carbonatées, de phénocristaux, de microfossiles ou d’autres discontinuités dans leur texture (Inizan et al., 1995).

  • 1 Isotropie : qualité d’un milieu dont les caractéristiques physiques restent constantes dans toutes (...)

3Leur faible élasticité, due à la haute dureté, permet un débitage de qualité. La transmission des sollicitations dans toutes les directions, dérivant de l’isotropie1, permet d’avoir un bon contrôle du processus de débitage. Il en est de même en ce qui concerne le travail pour une éventuelle transformation en outil.

4Les roches sédimentaires (silex, calcaire silicifié et jaspe), les roches métamorphiques (quartzites et silex hydrothermaux), les roches éruptives (obsidienne, basalte et phonolithe), ou minérales (quartz et cristal de roche), sont seulement quelques exemples, certes parmi les plus significatifs, de roches dures utilisées pour fabriquer des outils au Paléolithique.

Dimension et morphologie des blocs naturels

5Les dimensions des blocs naturels peuvent grandement varier d’un environnement géologique à l’autre. Ces différences sont également notables au sein d’une même formation géologique, voire d’un même affleurement. Les mesures évoluent de quelques centimètres à plusieurs mètres. Ce paramètre est fortement conditionné par l’environnement naturel et le type de formation originelle.

6A cause de leurs dimensions, les blocs naturels permettent, ou interdisent, la réalisation de certains types d’outils, difficiles à obtenir à partir de blocs de taille trop réduite.

7Ceci ne constitue pas une règle absolue. Par exemple, le Moustérien du Latium fait un large emploi de petits galets de silex comme support de son industrie. Ses productions réalisées par percussion sur enclume sont alors de dimensions réduites. Ce faciès typique, appelé Pontinien, est certainement le fait d’une adaptation locale et originale (Blanc, 1939 ; Blanc et Segre, 1953 ; Taschini, 1979).

8Au contraire, dans les zones où affleure du silex en blocs de belles dimensions et de bonne qualité, se développent des complexes industriels caractérisés par la production de grands supports. De façon induite, les outils sont alors de taille importante. Ce cas de figure se retrouve dans le site aurignacien ancien de Barbas III, ou dans celui magdalénien d’Etiolles pour lesquels les tailleurs préhistoriques ont produit de grandes lames dont les longueurs peuvent varier de 20 à 40 cm (Pigeot et al., 1991, Ortega et al., 2006).

9La morphologie des blocs de matière première est subordonnée à leur déposition, qui peut être de type primaire ou secondaire.

  • 2 Slump : affaissement ou glissement de sédiments en milieu subaquatique.

10Les roches siliceuses en position primaire se présentent généralement en bancs de nodules (du latin nodus nœud) de dimension et forme variables (lenticulés, sub-sphériques, sphériques, ramifiés…) ou en couches continues, appelées feuillets ou lits (Fig. 1 et 2). Les mouvements tectoniques subis par les couches ou déplacements de rotation de versant, slump2, peuvent disposer les nodules ou les lits de façon chaotique dans l’épaisseur de la roche encaissante (Roberts, 1991).

Fig. 1 – Banc calcaire stratifié avec nodules et lits de silex.

11Une position est dite secondaire quand elle concerne des roches qui se sont détachées des formations originelles, et a posteriori se sont trouvées emballées dans des dépôts détritiques de pente ou dans des formations remaniées. Ces dépôts peuvent être d’origine alluvionnaire, fluviatile ou marine. Dans ces derniers cas on retrouve ces roches sous forme de galets de différentes dimensions, à la morphologie plus ou moins arrondie (Fig. 3 et 4).

Fig. 2 – Nodule de silex avec du cortex calcaire.

12Concernant les opérations de taille proprement dites, on peut mettre en relation, un ensemble lithique avec les types de supports naturels (nodules, galets, lits) d’où les pièces ont été extraites. Il existerait alors un lien direct entre la morphologie du support naturel (sphérique, parallélépipèdique, irrégulière…) et la séquence gestuelle du tailleur et donc de la chaîne opératoire.

Fig. 3 – Plage de galets de silex.

Fig. 4 – Galets de silex et petits nucléi sur galets.

Qualité de la matière première

13Homogénéité, texture et aspect optique sont des paramètres fondamentaux qui permettent d’apprécier la qualité et donc le degré de taillabilité d’une roche.

14Par homogénéité, on entend l’uniformité physique de toutes les zones de la roche. Constituent ainsi des éléments de non homogénéité les micro-fractures, les inclusions de tout type (Fig. 5), les surfaces de clivage naturelles et les vacuoles (Galiberti, 1990).

Fig. 5 – Nucléus en silex avec inclusion centrale.

15Par texture, ou grain d’une roche il faut comprendre la forme, les dimensions ainsi que la disposition des minéraux qui la composent. Macroscopiquement, la texture peut varier, de fine à grossière. On sait cependant qu’un grain fin, ou structure microcristalline, facilite généralement l’opération de débitage.

16L’aspect optique, ou éclat, est habituellement associé à la texture. En règle générale, plus une matière première est translucide, « meilleure elle est » (Inizian et al., 1995).

La fracturation naturelle des roches

17Dans la nature, la fracturation des roches dépend de causes thermiques, mécaniques ou tectoniques. Chacune d’elles laisse des stigmates nets et caractéristiques.

18Le phénomène lié à l’action du gel, ou gélifraction, produit sur le bloc de matière première des cupules circulaires et des éclats de section biconvexe.

19L’action de la chaleur, ou surchauffe, engendre sur le bloc des microfissures continues résultant d’une déshydratation et l’apparition d’une patine, c’est-à-dire une altération de sa surface.

20Au niveau mécanique, les roches peuvent se fracturer à la suite de contacts violents entre elles comme le concassage, ou la chute. Les stigmates produits peuvent être relativement semblables à ceux générés par le débitage intentionnel. Ce cas de figure est cependant assez peu fréquent. Le doute peut être levé par une observation attentive des objets et du lieu de récolte. On détermine alors, avec quelque certitude, si la pièce est le résultat d’une action naturelle ou anthropique.

21Une fracturation intense de la roche, suite aux sollicitations tectoniques, produit des surfaces planes de forme cuboïde, à tranchant ou à baguette.

Notes

1 Isotropie : qualité d’un milieu dont les caractéristiques physiques restent constantes dans toutes les directions.

2 Slump : affaissement ou glissement de sédiments en milieu subaquatique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Banc calcaire stratifié avec nodules et lits de silex.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5427/img-1.jpg
Fichier image/, 296k
Légende Fig. 2 – Nodule de silex avec du cortex calcaire.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5427/img-2.jpg
Fichier image/, 226k
Légende Fig. 3 – Plage de galets de silex.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5427/img-3.jpg
Fichier image/, 229k
Légende Fig. 4 – Galets de silex et petits nucléi sur galets.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5427/img-4.jpg
Fichier image/, 117k
Légende Fig. 5 – Nucléus en silex avec inclusion centrale.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5427/img-5.jpg
Fichier image/, 238k

Auteur

Université de Pise, Département des Sciences Archéologiques. Italie

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540