Version classiqueVersion mobile

Les hommes et le littoral autour du Golfe du Lion, XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

La Méditerranée à travers les œuvres d’art roussillonnaises de l’époque moderne

Jean-Luc Antoniazzi

Texte intégral

Introduction

  • 1 J.-L. Antoniazzi, « Échanges artistiques entre Rome et Perpignan de 1600 à 1785 », dans G. Larguier(...)

1Dans la précédente journée Histoire/Histoire du droit de l’université de Perpignan nous avons présenté les relations artistiques entre Rome et Perpignan, montré déjà le rôle de la Méditerranée comme média de transmission des œuvres d’art entre la capitale des papes et celle du Roussillon1. C’est encore la mer Méditerranée que l’on va évoquer, surtout son aspect inquiétant, terrifiant pour l’homme, mais aussi le sentiment de confiance que l’homme du XVIIe siècle avait en la Providence de Dieu, de la Vierge et des saints intercesseurs. Les témoignages recueillis se trouvent sur des retables, des sculptures et des tableaux placés dans des églises paroissiales, dans des ermitages ou dans des collections publiques et privées. Ces lieux se trouvent parfois tout près de la mer, comme à Collioure, sont d’autres fois très éloignés du littoral comme à Évol dans le Haut-Conflent. Ces traces iconographiques sont un modeste mais significatif témoignage du rapport entre l’homme roussillonnais et la Méditerranée. Toutes les couches de la société sont représentées dans ces images de salut : des marchands, des bourgeois, des militaires, des prêtres, des paysans, des transporteurs.

I. L’ex-voto visage de la détresse de l’homme et de sa foi en la Providence

  • 2 M. Mollat du Jourdin (dir.), Ex-voto marins dans le monde de l’Antiquité à nos jours, Musée de la M (...)

2À l’époque moderne, le navigateur partage avec le montagnard et l’homme du désert une vulnérabilité particulière aux caprices des forces de la nature. Aux prises avec leur fatalité apparemment aveugle, une fois épuisées les ressources de son art, l’homme cherche « à quel saint se vouer ». Car il ne peut alors que s’abandonner aux puissances surnaturelles2. C’est-à-dire se donner à elles et leur promettre un gage ; cette offrande, par substitution, représentera le donateur, commémorera l’évènement, en exprimant simultanément imploration et action de grâces. Le vrai ex-voto, au sens strict du mot, est un sacrifice matériel offert à la suite d’un vœu, fait par une personne à un être surnaturel, parfois Dieu, mais en général un saint, souvent Notre-Dame. Le vœu est prononcé en général dans des circonstances désespérées, quand les moyens humains manquent et que seule une intervention surnaturelle est possible. Une deuxième catégorie d’ex-voto, équivalente à la première et avec un arrière-fond comparable, est le don offert à une église avant que le donateur soit exposé à un péril. Il implore la protection de la Divinité ou d’un saint dans l’espoir d’échapper à la malchance, de revenir sain et sauf, de faire une pêche abondante, de survivre à une bataille navale, d’obtenir une victoire, pour demander un bienfait matériel ou spirituel. La Méditerranée se présente comme le berceau de l’ex-voto maritime peint. En effet, ses rivages rassemblent toutes les conditions favorables à la naissance et à l’épanouissement d’une telle dévotion : des côtes habitées et fréquentées depuis l’Antiquité, la persistance sur trois millénaires d’une circulation maritime intense qu’alimentent à la fois la pêche, le cabotage, puis le commerce au long cours, sans parler du rôle militaire, une mer capricieuse et imprévisible où dans un ciel serein la tempête peut se lever en une heure, surprenant les embarcations et redoublant les dangers de la navigation.

  • 3 D. Laverdine, Les ex-voto marins du Roussillon, Prades, Conflent, 1976, p. 135-171.
  • 4 Catalogue des ex-voto du Roussillon, Arts et traditions populaires, exposition Pâques-Toussaint 197 (...)
  • 5 Ibid., p. 16.

3Le pourcentage d’ex-voto marins semble à peine supérieur au pourcentage de la population maritime dans la société. En Catalogne, étudiée par Fina Pares, sur plus de mille ex-voto peints recensés, 7,1 % seulement sont marins. En Provence, sur plus de quatre mille ex-voto peints étudiés par Bernard Cousin, 7,6 % relèvent du monde de la mer. En Roussillon, sur plus de sept cents ex-voto, 8 % seulement sont marins. Les ex-voto marins conservés dans les sanctuaires du littoral sont parfaitement significatifs. Rares avant le XIXe siècle, ils expriment les différentes phases du développement maritime, évoquent les apports étrangers, retracent enfin l’implantation des dévotions de caractère proprement maritime. En juillet 1974, une enquête concernant les ex-voto marins3 et les pratiques votives qui leur sont attachées, a été effectuée dans le département des Pyrénées-Orientales. Cette enquête s’inscrivait dans un mouvement plus général de sauvegarde de tous les ex-voto marins des côtes françaises lancé par le professeur Michel Mollat du Jourdin. Depuis, aucune étude sur ce sujet n’a paru en Roussillon. Deux ans plus tard, à Villefranche-de-Conflent, était organisée une exposition sur l’ensemble des ex-voto du Roussillon4. L’abbé Cazes, instigateur de cette exposition, précisait dans le catalogue paru la même année que : « l’être humain normal baigne tout naturellement dans le surnaturel ; nous voulons dire dans la présence de Dieu, dans son immensité et sa toute-puissance. Le Christ et sa révélation ont apporté à l’humanité la preuve extrême de la bonté paternelle du Créateur pour les hommes ; raison de plus pour se confondre en adoration et en action de grâces : telle est l’explication de l’ex-voto chrétien qui reconnaît l’intervention mystérieuse du Ciel dans la misère et les dangers de notre pauvre condition terrestre »5. La foi des ex-voto est donc une foi populaire, plus simple mais plus vive que celle des docteurs de la théologie. Elle met à sa vraie place, secondaire, la science médicale, selon le vieux proverbe : Deu cura i el metge cobra (Dieu guérit et le médecin perçoit) ; elle sent, parce qu’elle sait, que Dieu est avec les hommes. Cette foi est comme l’eau ou le feu, qui se répand ou se propage, elle est communicative ; il faut que la faveur obtenue fasse le tour du village pour la gloire de Dieu, qu’elle soit peinte, même, sur un panneau ou une toile et qu’elle se tienne en permanence dans l’église du saint invoqué pour que nul n’en ignore, à commencer d’ailleurs par le saint en question qui, sans conteste, n’a pas eu affaire à un ingrat. En Roussillon, nous constatons que les dévotions maritimes ne paraissent pas être circonscrites à des lieux de culte tout proches de la mer. La notion de pèlerinage doit jouer un rôle important dans la vie religieuse des gens de mer.

II. Un chapelet d’ex-voto marins

4Pour étudier les représentations de la Méditerranée dans les œuvres d’art du Roussillon nous sommes partis à la recherche de ces témoignages de la piété populaire dans les chapelles, ermitages, églises et monuments civils du Roussillon. Nous tenons à remercier les propriétaires, affectataires et les nombreux bénévoles qui entretiennent ces lieux de nous avoir aidé dans nos recherches.

1. Le retable de la Trinité

  • 6 A. Escarra, « Perpignan la gothique », R. Sala et M. Ros (dir.), Perpignan une et plurielle, Canet, (...)
  • 7 M.-C. Valaison, Guide-Catalogue du Musée Hyacinthe Rigaud, Perpignan, imp. du Capcir, 1981, p. 28-3 (...)
  • 8 Le retable a été commandé pour commémorer le centenaire de la création de la Loge de Mer par ordonn (...)
  • 9 F. Boespflug, Dieu et ses images. Une histoire de l’Éternel dans l’art, Paris, Bayard, 2011, p. 203 (...)

5Déposé aujourd’hui au musée Rigaud de Perpignan, ce retable provient de la chapelle de la Loge de Mer6. Il a dû être transféré à l’église Saint-Jacques en 1751, lorsque le maréchal de Mailly utilisait la chapelle comme salle de fêtes7. Ce retable daté de 14898 a été réalisé sous la direction des consuls de mer François Pinya bourgeois et Jean Garau marchand pour commémorer le centenaire de la création de cette institution. Ce retable se compose de deux parties distinctes. La partie supérieure représente la Trinité dans une mandorle entourée par les quatre évangélistes et les prophètes de l’Ancien Testament. Dieu le Père porte dans ses mains le Christ cloué sur la croix et surmonté de la colombe de l’Esprit-Saint. Cette représentation remarquable du Trône de la Sagesse9 surmonte l’ex-voto marin.

  • 10 M. Durliat, Arts anciens du Roussillon, Perpignan, éd. du conseil général, 1954, p. 124-128.
  • 11 G. Duchet-Suchaux et M. Pastoureau, La Bible et les saints. Guide iconographique, Paris, Flammarion (...)
  • 12 J. de Voragine, Légende dorée, t. I, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 48-49 : « Un jour que des (...)

6La partie inférieure ou prédelle nous intéresse au plus haut point aujourd’hui. Elle nous dévoile une scène maritime avec une ville portuaire, des barques qui accostent chargées de tonneaux et de ballots de marchandises. À droite de la scène, un bâtiment, la Loge de Mer de Perpignan, est représenté avec un réel souci d’exactitude. On remarque à l’intérieur des commerçants et marchands surveillant par petits groupes l’activité portuaire. Au large, une nef balancée par les flots tourmentés d’une tempête semble en péril. C’est alors que suite à la prière des navigateurs l’intervention céleste a lieu. Marcel Durliat dans son ouvrage sur les Arts anciens du Roussillon10 décrivait cette présence divine en émettant l’hypothèse que le saint représenté dans le ciel était saint Elme. Nous pensons plutôt que le peintre a représenté saint Nicolas, le saint protecteur des navigateurs11. En effet, Nicolas est représenté en évêque portant mitre et ornements pontificaux car il était évêque de la petite ville maritime de Myre, en Anatolie. Il apparaît dans le ciel à la fois pour calmer la tempête et rassurer les occupants pour les amener à bon port. L’artiste s’inspire de la Légende Dorée de Jacques de Voragine où les miracles de ce saint sont décrits12. Ainsi, le retable de la Trinité de la Loge de Mer est bien un ex-voto à saint Nicolas suite aux dangers de la mer qui peuvent mettre en péril les hommes comme les marchandises. C’est en remerciement de cette présence divine parmi les hommes que les consuls de mer ont passé commande à l’artiste de cet ex-voto.

2. La girouette de la Loge de Mer

  • 13 O. Poisson, « Les édifices du pouvoir civil du Moyen Âge à Perpignan. Un rapide bilan patrimonial » (...)
  • 14 D. Laverdine, Les ex-voto marins du Roussillon, op. cit., p. 169.

7Ce navire placé sur la façade de la Loge de Mer de Perpignan est très proche de la nef dite catalane. On remarque la coque ronde, le gouvernail d’étambot, le grand mât central. La Loge de Mer13 servait à la fois de tribunal maritime, de bourse, de chambre de commerce pour les armateurs, courtiers et négociants dont l’activité maritime faisait la richesse de la cité. Il est intéressant de constater que l’on retrouve exactement le même modèle de navire à Barcelone au musée maritime. La girouette de Barcelone a le même type de support que celle de la Loge de Mer de Perpignan14. La seule différence est qu’à Barcelone le bateau ne comporte pas de figure de dragon à sa poupe.

3. La Marche sur les eaux15 au retable Saint-Pierre de Prades, œuvre de Josep Sunyer, 1699

  • 15 Matthieu, 14, 25.

8Ce panneau sculpté se trouve à la prédelle du retable Saint-Pierre de Prades. L’épisode se déroule après la multiplication des pains. Voilà Pierre et les Onze laissés à eux-mêmes, dans la solitude, car la foule a déjà disparu à la recherche de Jésus, tandis qu’ils se reposaient de cette distribution gratuite. Le soir venu, il était là, seul. Déjà, à plusieurs centaines de mètres de la terre, la barque était battue par les vagues et le vent contraire. Vers la fin de la nuit, il vint vers eux en marchant sur la mer. En voyant cela, les disciples s’affolèrent : « C’est un fantôme » et de peur, poussèrent des cris. Mais aussitôt, Jésus leur parla : « Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur ! » S’adressant à lui, Pierre lui dit : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » « Viens », dit-il. Et Pierre, descendu de la barque, marcha sur les eaux et alla vers Jésus. Mais, devant la violence du vent, il eut peur et commençant à couler, il s’écria : « Seigneur, sauve-moi ! ». Aussitôt, Jésus tendant la main, le saisit en lui disant : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui et lui dirent : « Vraiment, tu es Fils de Dieu ! ». Ainsi Josep Sunyer a voulu mettre l’accent sur le moment important où Pierre, s’enfonçant, crie vers le Christ qui aussitôt lui tend la main et le sauve. Cet épisode résume de façon magistrale le salut de Dieu pour les hommes de cette fin du XVIIe siècle. En réalisant ce panneau, Sunyer veut montrer que le doute ne doit pas avoir sa place dans la société pradéenne et roussillonnaise de cette fin de siècle.

  • 16 E. Mâle, L’art religieux du XVIIe siècle, Paris, A. Colin, 1952, p. 51.

9Ce tableau de La Marche sur les eaux représente aussi la foi indéfectible de la papauté en l’aide divine. L’artiste Joseph Sunyer sait bien que l’Église sort d’une très grande crise et c’est pourquoi il choisit de représenter ce moment de la vie de l’apôtre au retable qui lui est dédié dans cette église de Prades. Dans les jours difficiles les papes firent représenter aussi cette scène symbolique sur leurs médailles. C’est pourquoi Paul V (1605-1621), quand il acheva de détruire le vieux Saint-Pierre de Rome, conserva la Navicella de Giotto, et Alexandre VII (1655-1667) la fit rétablir dans le vestibule de la basilique nouvelle16 où nous pouvons aujourd’hui encore l’admirer.

4. Le retable de Pia

10Ce retable de la première moitié du XVIIe siècle comporte des panneaux peints représentant la vie et les miracles de saint Antoine de Padoue. Parmi ces panneaux, l’un représente une scène de naufrage avec la mer mouvementée, le bateau bousculé par les vagues, le mât principal brisé, et les matelots à genoux en prière devant l’apparition de saint Antoine de Padoue. Au premier plan, le donateur en buste, vêtu d’un habit noir à fraise, les mains jointes lève les yeux pour implorer l’intervention divine lors de ce naufrage. Cet homme faisait donc partie de l’embarcation. Très probablement, c’est un armateur de Perpignan qui face au péril invoque Dieu et le saint. Sauvé, il a commandé ce retable comme ex-voto. Il a pris soin aussi sur ce panneau de faire peindre ses armes parlantes : un bras avec un marteau, une enclume et deux étoiles.

5. Tableau de saint Elme, huile sur toile, 1701, Antoine Guerra

  • 17 R. de La Torre, Notice sur les tableaux exposés au Musée de Perpignan, Perpignan, J. B. Alzine, 184 (...)

11Tableau commandé en 170117 par le consulat de mer de la Loge de Perpignan au peintre Antoine Guerra le Jeune, il représente saint Elme, le saint protecteur des marins, sous les traits du dominicain Saint-Pierre Gonzalez. Pierre Gonzalez est né à Astorga en Espagne en 1190. Il porte l’habit des dominicains, blanc et noir et un chapelet accroché à sa ceinture. Sa tête s’inscrit dans un halo lumineux. Il tient de sa main gauche une maquette de navire qui reprend le modèle de celui qui est au sommet de la Loge de Mer. Sa main droite porte un grand cierge allumé faisant allusion au feu de saint Elme. Phénomène exceptionnel mais redouté par les marins, les feux de saint Elme sont des manifestations électriques dues à un violent conflit de masses d’air de températures radicalement différentes et correspondent alors à une espèce de halo scintillant qui s’observe le long des mâts des bateaux. Aux pieds du saint le peintre a représenté une scène marine avec un port, des bateaux qui accostent et des marins qui sont chargés de déballer les marchandises.

6. La statue de saint Pierre du retable de Collioure

12C’est à Collioure, port de pêche du Roussillon que nous avons trouvé des témoignages importants des relations qu’entretenaient les hommes avec la mer à l’époque moderne.

  • 18 E. Cortade, Retables baroques du Roussillon, Perpignan, Sinthe, 1973, p. 146-151.
  • 19 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 44 Edt 10, fo 91, 26 avril 1700. Nous avons là la preuve qu’il rési (...)
  • 20 Ibid., 3 E 3/798, fo 306.
  • 21 Ibid., fo 307.
  • 22 Ibid., fo 308.

13Le grand retable du maître-autel de la nouvelle église Notre-Dame des Anges de Collioure est commandé par les consuls de la ville en 169818 au sculpteur Josep Sunyer. L’artiste commence la réalisation de ce retable l’année suivante, en 1699, année où il termine celui de Prades. Le 18 avril 1700, le premier niveau est terminé. La ville verse « 161 livres et 10 sols à Josep Sunyer sculpteur et à Joan Banyuls pour le loyer de la maison nécessaire pour travailler sur le retable de maître autel »19. Le 17 décembre 1700, les quatre apôtres du second niveau sont posés, ainsi que les tableaux historiés. Enfin, en 1701, est réalisée et posée la dernière travée. Elle a été financée par la confrérie des pêcheurs désireux de raviver la dévotion à leur saint patron. Cette confrérie, qui avait été érigée et fondée dans le monastère Saint-Dominique de Collioure, déclare le 18 octobre 1699 qu’elle souhaite « aider et contribuer au zèle et dévotion du dit glorieux saint Pierre comme il était anciennement le cas dans l’église démolie »20. Les confrères décident de financer « pour 161 livres, 6 sols et 8 doubles la figure et la représentation du dit saint dans le retable majeur de l’Assomption de Marie très sainte qui se trouve commencé, afin que près d’elle se peut de nouveau redresser la dévotion de ce peuple pour ce saint »21. Ils s’assurent le concours des desservants de la paroisse pour fonder une fête en l’octave de saint Pierre et magnifier ainsi le prince des Apôtres. La fête commence aux vêpres de la vigile avec une procession autour de l’église « avec capes et bourdons, diacre et sous diacres avec les quatre absoutes générales et grande sonnerie des cloches »22. Ainsi, le patron de la confrérie des pêcheurs de Collioure, saint Pierre, peut alors être fêté dignement. Il est normal que les membres de cette confrérie aient choisi Pierre comme saint patron puisque Pierre avait comme métier celui de pêcheur avant sa rencontre avec le Christ. C’est pourquoi la première page du registre de la confrérie des pêcheurs de Collioure porte l’image de la pêche miraculeuse.

7. La dalmatique de Collioure avec l’image de la pêche miraculeuse

  • 23 E. Cortade, Collioure, l’église et son trésor, Lyon, imp. Lescuyer, 1975, p. 15-20.

14Un vêtement liturgique réservé au diacre est conservé au Trésor de Collioure : une dalmatique de velours rouge ornée d’orfroi brodé de fil de couleur que l’on peut dater du début du XVIIe siècle23. Le dessin représente la scène de la pêche miraculeuse tirée de l’évangile de Luc au chapitre 5, verset 1 à 11.

8. Poisson en or du trésor de Collioure

15Toujours dans le Trésor de Collioure est conservée une représentation d’un poisson (une sardine) en or qui démontre l’importance de la pêche dans la vie quotidienne de ce port catalan. C’est un ex-voto offert par la confrérie des pêcheurs à la statue vénérée de saint Pierre et qui montre l’importance de ce poisson dans l’économie de la ville de Collioure.

9. Le tableau de la protection de Collioure

16Ex-voto offert par la ville et aujourd’hui conservé au Trésor de l’église pour la délivrance d’une épidémie de peste qui sévit au XVIIe siècle. Le consul de Collioure, vêtu d’un habit noir d’époque et de la fraise, agenouillé près des pestiférés, invoque la Vierge qu’entourent saint Pierre et saint Dominique. À l’arrière-plan on peut voir, tels qu’ils étaient à cette époque, la petite plage du port d’Avail et le monastère des Dominicains.

10. Les bijoux de Notre-Dame de Consolation

  • 24 L. Fonquernie, Grenats du Roussillon. Bijoux du Roussillon, S.A.S.L. des Pyrénées-Orientales, CXIII(...)

17Au Trésor de Collioure sont conservés deux cœurs de velours rouge où sont placés des bijoux donnés à Notre-Dame de Consolation24. En effet, l’ermitage de Consolation à Collioure est l’objet aujourd’hui comme dans le passé d’une grande vénération à la fois des Colliourencs mais aussi de tous les habitants de la côte et de la plaine du Roussillon. La Vierge de Consolation était invoquée de manière individuelle pour la guérison des maladies mais aussi pour faire revenir de mer un mari ou un fils sans accident ou naufrage. Les registres de la chapelle de Consolation mentionnent pour le XVIIe siècle l’existence d’un Trésor constitué d’objets donnés en offrande à la Vierge. L’inventaire du 2 janvier 1684 détaille quinze anneaux d’or et un d’argent avec perles et pierres blanches, des colliers. On trouve aussi deux couronnes en argent pour la Vierge et l’Enfant-Jésus, des chapelets de cristal, des médaillons reliquaires ainsi que des presentallas, c’est-à-dire une chaussure d’argent, des yeux d’argent, des cœurs en or et en argent. Actuellement se présentent à nous sur ces deux cœurs de velours beaucoup de bijoux d’Ancien Régime dont des croix, des boucles d’oreilles, des bagues et des broches. On remarque aussi des créoles qui selon la tradition orale étaient portées par les marins sur une seule oreille dans le but de conserver la vue.

11. La bataille de Lépante à l’église de Rivesaltes

  • 25 H. Pigaillem, La bataille de Lépante (1571), Paris, Economica, 2003, 138 p.

18Deux grandes toiles, datées de 1714, sont conservées à l’église de Rivesaltes dans la chapelle du Rosaire. Ces peintures représentent deux épisodes de la bataille de Lépante le 7 octobre 1571. Elle oppose au large du golfe de Patras la coalition chrétienne (flotte papale, vénitienne et espagnole) à la flotte du Grand Turc25. L’Armada chrétienne, baptisée Sainte-Ligue, était dirigée par le demi-frère de Philippe II, Don Juan d’Autriche, fils naturel de Charles Quint. On le voit ici recevant des mains du pape Pie V l’étendard de la Sainte Ligue. Vêtu d’une belle cuirasse, tête découverte, genou à terre sur un beau tapis, il regarde fixement le pape Pie V. Ce dernier, assis sur son trône armorié, porte les insignes de la charge pontificale. La lourde tiare sur sa tête, une longue chape sur ses épaules. Derrière la balustrade se trouvent les cardinaux vêtus de rouge qui assistent à la scène. À la suite de Juan d’Autriche apparaissent sur le tableau deux autres gentilshommes richement vêtus.

19L’autre tableau de Rivesaltes représente le moment crucial de cette grande bataille sur la Méditerranée. La flotte turque est anéantie par les galéasses vénitiennes (grosses galères à voiles armées de canons). Les Turcs subissent une lourde défaite et perdent deux cent soixante navires sur les trois cents de leur flotte. La victoire de la flotte chrétienne à dominante vénitienne confirme l’hégémonie espagnole et vénitienne sur l’ouest de la Méditerranée et met un coup d’arrêt à la progression ottomane vers l’Europe.

  • 26 N. Lemaitre, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994, p. 309-313.

20La victoire de Lépante a un retentissement considérable car c’est la première fois qu’une flotte chrétienne réussissait à vaincre la marine ottomane. Pour l’Église catholique la victoire fut attribuée à la Vierge Marie car le pape Pie V avait demandé un rosaire universel pour obtenir la victoire26. La victoire de Lépante coïncida avec la fête de Notre-Dame du Rosaire. C’est pourquoi, sur le tableau de Rivesaltes, nous trouvons une reproduction de la Vierge à l’Enfant tenant un rosaire.

12. L’ex-voto d’Évol

21À l’église d’Évol est conservé un ex-voto qui retrace par l’image et le texte le danger de noyade du chanoine d’Elne Jean-François Pujol. « Mardi, le 18 janvier 1645, venant de Rome, le Docteur Jean-François Pujol, d’Olette, chanoine de la Sainte Église d’Elne, s’embarqua au port de Livourne en compagnie de Catalans sur une barque française qui allait à Marseille, et alors il s’éleva une si grande tempête que les voiles restèrent l’espace d’un quart d’heure dans l’eau et la barque se trouvait sans aucun timonier du fait qu’une vague de la mer le fit tomber dans l’eau et il se noya. Se voyant en si grand péril, sans espoir de remède des humains, le dit sieur chanoine s’adressa mains jointes à Notre-Dame du Rosaire d’Évol, lui souhaitant de tout cœur d’être servie, pour l’aider en si grand accident, moyennant quoi il lui ferait peindre le présent miracle ; et à l’instant la tempête cessa. Louée soit-elle pour toujours ». Au centre de la composition se trouve la barque chavirée, mâts et voiles dans l’eau. L’homme de barre est emporté par une vague. Tandis que les marins tentent de redresser la coque, les passagers se sont regroupés derrière le chanoine Pujol qui prie les mains jointes. Dans l’angle supérieur gauche, la Vierge à l’Enfant se tient debout, entourée d’un nimbe de nuages. Ce tableau a été offert à Notre-Dame du Rosaire d’Évol par le chanoine Jean-François Pujol, d’Olette.

13. Ex-voto de Domanova

  • 27 J.-L. Antoniazzi, « Échanges artistiques entre Rome et Perpignan... », art. cit., p. 154-155.

22C’est au cours du grand jubilé de l’année sainte 1700 que don Anton de Taqui se rend à Rome par bateau27. Il est surpris avec son équipage par une tempête en pleine mer. Il se confie alors à la Vierge de Domanova et le bateau arrive à bon port. En remerciement, il fait peindre cet ex-voto qui résume la scène avec l’intervention de la Vierge Marie.

Conclusion

23Nous voyons que la mer est présente sur de nombreux éléments du mobilier des églises roussillonnaises. Il y a bien sûr les ex-voto de bois, naïfs et simples. Mais d’autres supports sont fournis comme les vêtements liturgiques, les bijoux, les retables et les toiles peintes. Nous aurions pu multiplier encore les exemples mais cet éventail de témoignages de la foi des marins dans l’épreuve nous semble représentatif de la piété des hommes de la mer.

1. Retable de la Trinité, Maître de Canapost, 1489, musée H. Rigaud, Perpignan.

1a. Prédelle du retable de la Trinité, détail.

2. Caravelle de la Loge de Mer de Perpignan, XVIe siècle.

3. Panneau sculpté de la marche sur les eaux, retable majeur (1696-1699), Josep Sunyer, église Saint-Pierre de Prades.

4. Panneau peint de l’intervention divine lors de la tempête, retable de Saint-Antoine, début XVIIe siècle, église Saint-Cyr et Sainte-Juliette de Pia.

4. Retable de Pia, détail, le donateur.

5. Saint-Elme, huile sur toile d’Antoine Guerra, 1701, musée H. Rigaud, Perpignan.

7. Dalmatique ornée d’un médaillon représentant la pêche miraculeuse, XVIe siècle, Trésor de l’église de Collioure.

10. Bijoux votifs en l’honneur de la Vierge, Trésor de l’église de Collioure.

12. Ex-voto de Notre-Dame du Rosaire d’Évol.

13. Ex-voto de Notre-Dame de Domanova.

Notes

1 J.-L. Antoniazzi, « Échanges artistiques entre Rome et Perpignan de 1600 à 1785 », dans G. Larguier (dir.), Transmettre et échanger en Roussillon et en Languedoc, XVIe-XVIIIe siècle, PUP, Perpignan, 2011, 183 p., p. 153-168.

2 M. Mollat du Jourdin (dir.), Ex-voto marins dans le monde de l’Antiquité à nos jours, Musée de la Marine, Palais de Chaillot, Paris, 1981, p. 12.

3 D. Laverdine, Les ex-voto marins du Roussillon, Prades, Conflent, 1976, p. 135-171.

4 Catalogue des ex-voto du Roussillon, Arts et traditions populaires, exposition Pâques-Toussaint 1976, Villefranche-de-Conflent, imp. J. Legrand, Prades, 1976, 52 pages.

5 Ibid., p. 16.

6 A. Escarra, « Perpignan la gothique », R. Sala et M. Ros (dir.), Perpignan une et plurielle, Canet, Trabucaire, 2004, p. 804-805.

7 M.-C. Valaison, Guide-Catalogue du Musée Hyacinthe Rigaud, Perpignan, imp. du Capcir, 1981, p. 28-37.

8 Le retable a été commandé pour commémorer le centenaire de la création de la Loge de Mer par ordonnance du roi d’Aragon Jean I en date du 22 octobre 1388.

9 F. Boespflug, Dieu et ses images. Une histoire de l’Éternel dans l’art, Paris, Bayard, 2011, p. 203-215.

10 M. Durliat, Arts anciens du Roussillon, Perpignan, éd. du conseil général, 1954, p. 124-128.

11 G. Duchet-Suchaux et M. Pastoureau, La Bible et les saints. Guide iconographique, Paris, Flammarion, 1990, p. 241-242.

12 J. de Voragine, Légende dorée, t. I, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 48-49 : « Un jour que des matelots étaient en péril, et que, les yeux pleins de larmes, ils disaient : Nicolas, serviteur de Dieu, si ce que nous avons appris de vous est vrai, faites que nous en ressentions l’effet. Aussitôt, leur apparut quelqu’un qui ressemblait au saint : me voici, dit-il, car vous m’avez appelé. Et il se mit à les aider dans la manœuvre du bâtiment, soit aux antennes, soit aux cordages, et la tempête cessa aussitôt ».

13 O. Poisson, « Les édifices du pouvoir civil du Moyen Âge à Perpignan. Un rapide bilan patrimonial », L. Assier-Andrieu et R. Sala (dir.), La ville et les pouvoirs, Perpignan, PUP, 2000, p. 91-98 ; O. Poisson, « Perpignan la méditerranéenne », Perpignan une et plurielle, Canet, Trabucaire, 2004, p. 777-779.

14 D. Laverdine, Les ex-voto marins du Roussillon, op. cit., p. 169.

15 Matthieu, 14, 25.

16 E. Mâle, L’art religieux du XVIIe siècle, Paris, A. Colin, 1952, p. 51.

17 R. de La Torre, Notice sur les tableaux exposés au Musée de Perpignan, Perpignan, J. B. Alzine, 1843, p. 16 ; J. Crouchandeau, Catalogue raisonné des objets d’Art et d’Archéologie du Musée de Perpignan, Perpignan, L’éclaireur des Pyrénées-Orientales, 1884, p. 70 ; M. Durliat, Arts anciens du Roussillon, op. cit., p. 229 ; J. Lugand, Guerra. La peinture baroque en pays catalan aux XVIIe et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006, p. 104-105.

18 E. Cortade, Retables baroques du Roussillon, Perpignan, Sinthe, 1973, p. 146-151.

19 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 44 Edt 10, fo 91, 26 avril 1700. Nous avons là la preuve qu’il réside à Collioure.

20 Ibid., 3 E 3/798, fo 306.

21 Ibid., fo 307.

22 Ibid., fo 308.

23 E. Cortade, Collioure, l’église et son trésor, Lyon, imp. Lescuyer, 1975, p. 15-20.

24 L. Fonquernie, Grenats du Roussillon. Bijoux du Roussillon, S.A.S.L. des Pyrénées-Orientales, CXIIIe volume, Perpignan, 2006, p. 158-160.

25 H. Pigaillem, La bataille de Lépante (1571), Paris, Economica, 2003, 138 p.

26 N. Lemaitre, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994, p. 309-313.

27 J.-L. Antoniazzi, « Échanges artistiques entre Rome et Perpignan... », art. cit., p. 154-155.

Table des illustrations

Légende 1. Retable de la Trinité, Maître de Canapost, 1489, musée H. Rigaud, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende 1a. Prédelle du retable de la Trinité, détail.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende 2. Caravelle de la Loge de Mer de Perpignan, XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 3. Panneau sculpté de la marche sur les eaux, retable majeur (1696-1699), Josep Sunyer, église Saint-Pierre de Prades.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 4. Panneau peint de l’intervention divine lors de la tempête, retable de Saint-Antoine, début XVIIe siècle, église Saint-Cyr et Sainte-Juliette de Pia.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 4. Retable de Pia, détail, le donateur.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 5. Saint-Elme, huile sur toile d’Antoine Guerra, 1701, musée H. Rigaud, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 7. Dalmatique ornée d’un médaillon représentant la pêche miraculeuse, XVIe siècle, Trésor de l’église de Collioure.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 10. Bijoux votifs en l’honneur de la Vierge, Trésor de l’église de Collioure.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 12. Ex-voto de Notre-Dame du Rosaire d’Évol.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 13. Ex-voto de Notre-Dame de Domanova.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5379/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 403k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search