Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes et le littoral autour du Golfe du Lion, XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Pêche, environnement et société littorale autour du golfe du Lion au XVIIIe siècle

Gilbert Larguier

Texte intégral

  • 1 Autour du golfe du Lion on emploie le terme étang. Lagune et étang seront employés ici indifféremm (...)

1Du delta du Rhône aux Pyrénées, la pêche est l’activité qui rend le mieux compte de l’originalité du milieu et des relations entretenues par les hommes avec le littoral. Cela tient à sa configuration, unique sur les côtes françaises, à l’importance et à localisation de la population. Un chapelet lagunaire s’interpose en effet entre la côte sableuse et la terre ferme dont le caractère principal est de communiquer avec la mer par des passes étroites, peu profondes, où le poisson peut entrer1. Il s’agit d’une véritable mer de proximité où, à l’exception de Gruissan enroulé autour d’un pointement rocheux, les localités se sont fixées en terre ferme, sur la face intérieure des étangs, à bonne distance de la côte.

2Ces conditions, auxquelles il faut ajouter la faible profondeur des graus qui limitait la taille des embarcations susceptibles de les emprunter, expliquent les types de pêche pratiqués autour du golfe. Ces derniers restent inégalement connus en raison de la rareté des sources jusqu’à une date tardive, longtemps limitée à la résolution des conflits entre pêcheurs ou entre communautés voisines. Il faut attendre le XVIIIe siècle, la réglementation royale sur la pêche, pour être mieux informé. Mais celle-ci porte sur la mer principalement, peu sur les étangs situés derrière les flèches littorales dont l’importance risque d’être sous-estimée. Aussi, convient-il d’en avoir une appréciation correcte.

I. Milieu et types de pêche

A. Un milieu original

  • 2 F. et B. Marty, La pêche artisanale, entre mer et étangs, Narbonne, Parc naturel régional de la Na (...)

3L’originalité du golfe, on l’a compris, est de faire coexister deux milieux étroitement interdépendants. Les lagunes, plus étendues et un peu plus profondes qu’elles ne le sont aujourd’hui – un à trois mètres –, communiquent avec la mer par des passes permanentes ou temporaires quand après de fortes précipitations les eaux de ruissellement augmentent le niveau de l’étang et crèvent le lido. Ces passages font transiter à vive allure d’énormes quantités d’eau : à l’entrée quand à la suite d’un fort vent marin ou d’une tempête le niveau de la mer gonfle, à la sortie lorsque le vent s’inverse et le trop-plein s’évacue comme par un phénomène de chasse d’eau. Le taux de salinité et la température de l’eau varient sensiblement selon les saisons. Des pluies abondantes adoucissent l’eau des étangs, une sécheresse prolongée accompagnée d’un vent persistant augmente l’évaporation et fait monter au contraire la salinité. Les masses d’eau étant moins importantes qu’en mer, moins brassées par les courants, les variations de température y sont plus amples. Les chaleurs du printemps l’élèvent rapidement, ont pour effet de favoriser le développement végétal benthique et planctonique en raison de la lumière qui pénètre dans les eaux peu profondes. Les lagunes, devenues plus riches en nutriments que la mer, constituent un lieu favorable au grossissement pour les alevins et les prédateurs entrés lorsque l’eau de mer s’y engouffre. En sens inverse, les eaux se refroidissant plus rapidement à l’automne, les poissons non sédentaires regagnent le large2.

4Ces migrations ont leur pendant au-delà du lido. Les fonds sablonneux sont quasiment dépourvus sur une bonne distance d’algues et d’herbiers car la houle vient y mourir et fait obstacle à leur croissance. Cela ne les empêche pas d’être fréquentés par des loups, des mulets, des sparidés, qui trouvent leur pâture dans les creux séparant les ondulations sableuses parallèles à la côte. Au printemps, les soles et les barbues recherchent la chaleur, s’approchent du rivage quand les turbots mieux accoutumés à la fraicheur s’en éloignent pour ne revenir qu’en hiver. Le caractère saisonnier des migrations des différentes espèces de poisson entre les lagunes et la frange littorale est donc très marqué. À celles-ci, autochtones, s’ajoutent durant la saison estivale les poissons pélagiques, sardines, anchois, maquereaux et thons. L’addition des ressources crée un contexte halieutique assez rare, même en Méditerranée : le poisson vient dans les lagunes ou se présente à proximité de la côte sans qu’il soit besoin de le suivre ou d’aller le prendre au loin. Le contraste est total avec l’Atlantique.

  • 3 J. Guiffan, Histoire de Bages et de ses habitants, Bages, Éd. Élysiques, 2007, p. 31.

5Cette pêche étroite se réglait sur les déplacements saisonniers du poisson, privilégiait la mer de proximité dont la productivité en qualité et en quantité n’était pas inférieure à ce que l’on pouvait espérer en haute mer. Une pêche à Bages, en 1675, montre les prises que l’on pouvait éventuellement y faire. En quatre jours, du 26 au 29 février, deux cent seize quintaux de poissons blancs – approximativement neuf tonnes – furent ramenés dans les filets, avec un record le vingt-sept pour le bouliech d’Antoine Dellong et Michel Ribes : quarante-sept quintaux – deux tonnes. Elle est exceptionnelle, s’apparente aux pêches miraculeuses rapportées dans les Écritures. Le prêtre sur le registre paroissial où il consigne l’évènement écrit en effet que même les habitants les plus âgés n’avaient pas le souvenir d’une pêche aussi abondante3.

  • 4 Seuls chiffres, qui ne donnent pas des quantités, ceux de l’intendant Ballainvilliers dans son Mém (...)
  • 5 J.-J. Vidal, « Les zones palustres du Languedoc méditerranéen : essai de définition ; approche mét (...)

6Quelles quantités de poissons pouvaient-elles être pêchées annuellement dans les étangs et en mer ? On n’a aucune indication avant le XIXe siècle4. Elles variaient d’une communauté à l’autre en fonction de l’étendue des lagunes exploitées, de la productivité de ces dernières, variable. Aux abords du Rhône, un milieu plus diversifié il est vrai où les eaux fluviales se mélangeaient aux eaux marines, où surtout le développement des marais en profondeur les éloignait du rivage, la hiérarchie des cotes de capitation traduisait celle des rendements : les pêcheurs de marais étaient davantage imposés que ceux de mer. Les étangs et les marais d’écretage donnaient les meilleures récoltes, supérieures à celles des étangs littoraux et plus encore à la mer5.

7Un matériel peu couteux et des connaissances nautiques élémentaires suffisaient puisqu’on se déplaçait avec des barques à fond plat maniées à la rame. De plus, les espèces de poisson, assez variées, appartenaient à la catégorie des poissons blancs de valeur supérieure aux poissons bleus de passage près des côtes : dorades entrées dans les étangs à la fin février ou au début mars de la taille d’un ongle qui au début de l’automne pesaient déjà une centaine de grammes, mulets, loups, anguilles bien sûr, capturées juvéniles mais surtout mâtures aux mois d’octobre et de novembre quand elles migraient massivement.

B. Bouliers, ganguy, maniguières... : un large éventail de filets et de pièges

8Ces conditions rendent compte des types et des modes de pêche pratiqués, des rythmes quotidiens comme du calendrier saisonnier. Deux types principaux de filets étaient employés, deux types de pêche s’effectuaient aussi bien dans les étangs qu’en pleine mer sur tout le pourtour du golfe avec des manières de faire, voire un matériel parfois différent d’une communauté à l’autre en fonction de leur situation et des caractéristiques propres à chacun des étangs où les habitants jouissaient du droit de pêche.

9Il y avait d’abord le boulier dont Thomas Platter en excursion au bord de la mer du côté de Pérols le 26 avril 1596 nous donne une description :

  • 6 E. Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter, 1595-1599 (Le siècle des Platter II), Paris, Fayar (...)

« nous avons pu voir ainsi le grand filet qu’on tirait de la mer et qu’ils appellent dans cette région "lou bouliège". On commence par le jeter le plus loin possible au large. Sur la plage, il y a environ quarante personnes, soit une vingtaine de chaque côté du filet, qui vont ensuite le sortir de la mer en l’attirant vers eux. Pour ce faire, ils ont chacun une corde qu’ils ont passée par-dessus leur épaule, et sur laquelle ils exercent une traction. Cette corde est nouée par leurs soins au câble général, qui n’existe en l’occurrence qu’à deux exemplaires, un pour chaque équipe de vingt personnes. Les deux escouades, au début, sont éloignées l’une de l’autre : mais, à la fin de l’opération, elles sont très rapprochées. À les voir agir ainsi, on a bien du plaisir : car, avec ces méthodes, il leur arrive d’attraper plusieurs quintaux de poisson d’un seul coup »6.

  • 7 Appelé aussi « trahïne » ou traîne.
  • 8 La maille de traîne est une corde de 60 brasses de longueur.
  • 9 La « plage d’Agde qui allait de l’île de Sète au grau de Marseillan » était divisée en « traits » (...)

10Le boulier ou boulieg7, de la famille des sennes ou des brégins, filet trainant mobile en nappe, lesté à sa partie inférieure de pierres ou de plomb, garni en haut de flotteurs de bois ou de liège afin de le maintenir à la verticale, à déploiement horizontal et trainé depuis le rivage, convenait aux fonds plats. On l’adaptait aux lieux et aux saisons par le nombre de mailles qu’on lui donnait8. Le grand boulier, la traîne d’été, s’employait seulement sur la plage de la mer où on pouvait le déployer – c’est lui que Thomas Platter avait observé. Le petit boulier, la traîne d’hiver ou grand brégin, s’utilisait en mer et dans les étangs. Un autre boulier, encore appelé petit brégin, gatte au sec ou brassade, composé de mailles plus serrées, était réservé aux étangs9.

  • 10 Aujourd’hui Fleury-d’Aude.
  • 11 Arch. dép. Hérault, C 751. On ne dispose d’aucun renseignement sur Peyriac-de-Mer, sans ouverture (...)

11Ces trois sortes de filets s’utilisaient successivement ou simultanément au cours de l’année en fonction de l’état de la mer et des migrations de la ressource. À Pérignan, à proximité des bouches de l’Aude10, l’année se partageait en trois saisons : de Toussaint à Pâques, lorsque la mer était formée, on pêchait avec le boulier d’hiver à proximité des graus et de l’embouchure des rivières. De Pâques à Notre-Dame d’août on allait devant la mer avec le grand boulier. On se repliait ensuite jusqu’à la Toussaint dans l’étang avec le gatte au sec. Ce dernier filet ne s’utilisait qu’aux mois de mars, avril et mai à Gruissan et à Bages, de carême à la Saint-Michel à Leucate11.

12Le second type de filet, le ganguy, tiré par un bateau auquel on le fixait au moyen de deux perches, se composait d’une poche tenue écartée par deux ailes reliées à l’embarcation. Sa longueur ainsi que la grosseur des mailles variait en fonction du poisson recherché – il y en avait trois en usage à Gruissan, de quatre, trois et deux pouces en carré. Les dimensions les plus communes en longueur allaient de six à huit brasses pour deux à trois brasses de largeur. Bien adapté aux fonds vaseux et sablonneux des étangs et du littoral, lourdement lesté de plomb, il permettait de prendre les soles, les turbots, les rougets, les dorades, des huitres, et même des coquilles de pèlerin. Dans les étangs de Bages et de Leucate on prenait les anguilles, particulièrement abondantes, avec un petit ganguy appelé ganguiot. La pêche au ganguy s’effectuait à Gruissan toute l’année en mer, à Bages uniquement dans l’étang, à Leucate de janvier au mois d’avril puis en septembre et octobre.

  • 12 H. L. Duhamel Du Monceau, Traité général des pêches et histoire des poissons qu’elles fournissent,(...)
  • 13 Id., chap. VI, § 10, p. 108-109.
  • 14 Id., section II, chap. III, p. 60.
  • 15 Id.

13Une grande variété de filets s’ajoutait à ces deux principaux présents tout le long du littoral ainsi que des installations fixes pour d’autres types de pêche. Dans les étangs, sur les bords ou en travers des graus, on plaçait des filets fixés à des pieux dont les noms différaient selon leur longueur, la grosseur des mailles, la manière de les tendre : petits bertoulens12 placés à courte distance les uns des autres dans les étangs peu profonds, pantanes, batudes installées en zigzag13, roumalières, maselonières, etc. Les pièges fixes étaient plus ou moins amples et élaborés : ramades, maniguières, crouzilles, bordigues, etc. Les maniguières formaient de véritables barrages dans les étangs peu profonds. Faites de fagots de tamaris retenus par des pieux et des perches au-dessus desquels des barques à fond plat pouvaient circuler, elles étaient entrecoupées de passages pour l’entrée des poissons où l’on plaçait les filets14. Les crouzilles avaient la forme d’enceintes limitées par de gros pieux sur lesquels on tendait des filets nommés paradières15. Les bordigues, pour avoir de bons rendements, nécessitaient une profondeur suffisante : cent cinquante à deux cents mètres de long et une largeur d’une bonne cinquantaine de mètres, condition pas toujours réalisée autour du golfe.

  • 16 J. C. Gaussent, « Une fonction de l’Amirauté de Sète : l’application des ordonnances de la pêche a (...)

14Ces dernières installations ont fait couler beaucoup d’encre en raison des conflits nés à propos de leur existence même qui supposait un droit de propriété et de l’endroit où elles étaient implantées car elles étaient accusées d’épuiser les ressources des étangs. Elles n’étaient pas très nombreuses en fait. Il n’y en avait quasiment pas entre Leucate et le cours de l’Aude où la majorité des étangs était propriété communautaire ; davantage au-delà où les étangs relevaient de l’Église, les revenus des évêchés et des chapitres consistant en la dîme du poisson et l’amodiation des maniguières. Dans l’Amirauté de Sète il y en avait une première établie en 1685 à l’entrée de l’étang de Thau, une seconde dans l’étang de Mireval qu’elle barrait du nord au sud relevant de la communauté de Villeneuve-les-Maguelonne, une troisième à la hauteur de l’embouchure du Lez et du grau de Balestras propriété du chapitre de l’église de Montpellier, deux autres enfin à la frontière des ressorts des Amirautés de Sète et d’Aigues-Mortes, à la limite des territoires de Pérols et de Mauguio16.

  • 17 H. L. Duhamel du Monceau, op. cit., section II, chap. VI, § 6, p. 125-127. Thomas Platter embarque (...)
  • 18 Selon les sites, un ou deux bateaux, guère plus, étaient équipés pour pêcher à la palangre ou les (...)
  • 19 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 44 Edt 73 ; C. Blayac, Les gens de mer en Roussillon au XVIIIe siè (...)

15En pleine mer on pêchait surtout au ganguy, même si l’on utilisait d’autres filets ou techniques : filets tremails appelés tremaillades dans le secteur de Narbonne, armaillades dans celui d’Agde et en Roussillon17, sardinal, tonnaïres pour les thons, ou palangre, lignes-mères munies d’avançons et de hameçons appâtés avant d’être mouillés18. La pêche au thon, entre les mois de juin et de septembre, n’avait d’importance qu’en Roussillon. Les pêcheurs de Canet, Torreilles, Saint-Laurent-de-la-Salanque, employaient des filets dérivants, moins efficaces que les thonaires de leurs voisins de Collioure, le principal centre de cette pêche. La campagne annuelle s’y préparait dès le premier mai où l’on procédait à la désignation des « capitaines de la pêche du thon ». On élevait des tours sur la plage où des guetteurs scrutaient l’arrivée des poissons signalée par un pavillon blanc pointé vers l’endroit où on venait de les apercevoir. Aussitôt, on battait le rappel à son de trompe par les rues de la ville et l’on embarquait, chaque habitant portant un filet avec lui. Pas moins de soixante-dix embarcations étaient mobilisées pour cela au milieu du XVIIIe siècle. Arrivés à l’endroit indiqué par les guetteurs, les pêcheurs déployaient les thonaires, attachés les uns aux autres. Une fois les thons emprisonnés, on les refoulait dans des enceintes successives jusqu’au jardin d’où ils ne pouvaient plus s’échapper. Un bolitg, fait de solides ficèles de chanvre, formait le dernier piège près du rivage. La pêche se déroulait d’albe en albe, c’est-à-dire de quatre heures du soir à quatre heures du matin19.

  • 20 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 44 Edt 73.

16La « pêche au feu » n’était pratiquée qu’entre Collioure et Cerbère. Elle consistait seulement à allumer un brasier de bûches de pin à la poupe d’un bateau promené dans la mer afin d’attirer le poisson. Le bateau ramené près du bord, on jetait le filet, identique à celui de l’art, excepté ses mailles, plus petites20.

C. Sous l’uniformité apparente : une réelle diversité

  • 21 B. Poissenot, op. cit., p. 106.
  • 22 E. Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter..., op. cit., p. 209.

17Cette esquisse de l’éventail des filets employés ne peut être poussée plus avant ici. Elle rend compte néanmoins de l’originalité d’un milieu plus diversifié qu’il ne paraît au premier abord. Les ressources halieutiques n’y étaient pas négligeables. La diversité des poissons ramenés dans les filets étonnait les étrangers. Ainsi ces étudiants venus découvrir la mer à Gruissan en 1580 qui, assistant à la sortie de l’eau du poisson pris avec un boulier, furent ébahis « par la diversité des poissons, en recognoissoient jusques à soixante et quatre vingts de différentes façons »21. La Méditerranée, dépourvue de marées, compense autour du golfe du Lion par les échanges aquatiques entre la mer et les lagunes, la fréquentation estivale des espèces pélagiques accentuant le caractère saisonnier de la pêche et des déplacements auxquels ils donnent lieu. Ils s’inscrivaient dans l’espace. Les villages se tenant loin du rivage, il fallait s’en rapprocher l’été. On construisait pour cela sur le lido des cabanes faites de pieux et de perches, couvertes de roseaux, où les pêcheurs séjournaient. Thomas Platter en vit de nombreuses à la hauteur d’Agde22.

  • 23 Le mémoire de Grangent est représentatif à cet égard, cf. p. 188.

18Est-ce l’absence de ports le long du littoral – Collioure excepté jusqu’à la fondation de Sète –, la difficulté à disposer de grosses embarcations à cause du peu de profondeur des passes, la nature des différentes espèces prises qui ne nécessitaient pas de lointaines traques ? Les gens du golfe du Lion ne pratiquaient pas les pêches lointaines. Les contacts avec le large, c’est-à-dire les pêches pratiquées depuis Gênes jusqu’aux côtes du Levant espagnol, ne seront pas à l’initiative des Languedociens mais des pêcheurs étrangers. Manque d’audace dû à la médiocrité des capacités nautiques auxquelles ne préparaient pas les manœuvres dans les lagunes aussi ? L’argument a souvent été avancé au XVIIIe siècle par les administrateurs dédaigneux à l’égard des pêcheurs des étangs23. Peut-être. Ont contribué aussi la faiblesse de la population le long de la côte et la sectorisation du littoral. De Collioure au Rhône, en dépit d’un fonds commun, il n’y avait pas d’uniformité complète des pratiques et du matériel employé.

  • 24 L’art est l’autre nom de l’issaugue. La singularité de Leucate va au-delà. Louis Michel, étudiant (...)
  • 25 Cette importance des bâtiments était nécessaire pour résister au vent auquel il fallait présenter (...)

19Hormis Collioure équipé pour la pêche au thon, aucune localité ne disposait d’une puissante flottille de pêche. Ce port, d’ailleurs, constituait un isolat avec sa pêche « au feu » et au thon. Les pêches des autres villages de la côte du Roussillon se rapprochaient de celles des Languedociens, comme la traîne sur la plage. L’équipement était d’autant plus adapté aux conditions locales que les pêcheurs ne fréquentaient en principe que les « eaux territoriales » de leurs communautés. À Leucate, dont l’étang se prolongeait jusqu’en Roussillon, les bateaux, bas sur l’eau étaient ronds, à la manière catalane. Mais, jusque très tard, on n’y avait pas adopté l’art de leurs voisins catalans24. Bages se servait de bateaux plats appelés bettes de dix à douze tonneaux servis par douze à quatorze hommes pour le boulier ; pour le ganguy, de bateaux longs, étroits, du port de deux tonneaux et demi maniés l’hiver par trois hommes, l’été par deux hommes et un garçon. À Gruissan le boulier, selon sa dimension, était tiré par des bateaux de cinq à douze tonneaux montés par huit ou quatorze hommes. Les bateaux de guangy, également utilisés pour la pêche à la palangre, avaient de quatre à cinq tonneaux, une taille supérieure à ceux de Bages, et embarquaient un homme supplémentaire. Agde, doté d’une flotte de commerce, employait des tartanes du port de quinze à dix-huit cents quintaux de port, longs d’environ cinquante-cinq pieds sur le tillac pour pêcher en mer25.

  • 26 Règlement de police de 1243, texte dans G. Mouynès, Ville de Narbonne. Inventaire des archives com (...)

20Dernière observation, qui vaut surtout pour la partie languedocienne du littoral : on ne pratiquait pas ou peu les salaisons en dépit de la présence d’importantes salines comme celles de Peccais ou du Narbonnais. La raison est à rechercher dans les prises, constituées principalement tout au long de l’année de poissons des lagunes qui s’y prêtaient peu contrairement aux anchois et aux sardines, sinon pour leur permettre de supporter le transport jusqu’à Toulouse. D’autres contraintes, plus locales, contribuaient aussi à cet état de fait. Des accords remontant au XIIIe siècle obligeaient à porter et à exposer en vente à Narbonne « tout le poisson pêché en la mer et estangs depuis le cap de Leucate jusqu’au grau de Vendres » avant qu’il ne soit expédié ailleurs26.

II. La société littorale, entre ancrage territorial et ouverture

A. Le long du littoral : communautés et domaine ecclésiastique

  • 27 Cette proportion ne tient pas compte du Gard dont la façade maritime est trop réduite par rapport (...)

21Les différences que l’on vient d’apercevoir entre les communautés font s’interroger sur l’homogénéité de la société littorale. Le trait le plus frappant est la faiblesse de la population fixée au bord de la côte. À la fin du XVIIIe siècle la trentaine de paroisses touchant alors l’eau comptait cinquante mille habitants environ au total dont la moitié pour Narbonne, Agde et Sète. Cela représentait 8 % de la population des départements créés autour du golfe en 1790, beaucoup moins si l’on considère l’ensemble de la province du Languedoc. Encore s’agissait-il d’une situation récente puisque la population d’Agde doubla au XVIIIe siècle et Sète fondé en 1666 n’atteignait pas 1 000 habitants à la fin du XVIIe siècle27. De longs segments du littoral étaient quasiment vides d’hommes : en Roussillon où les villages compris entre Argelès et Leucate totalisaient, chiffre rond, sept cents habitants seulement en 1790, et au-delà de Frontignan. La médiocrité des sols à proximité de la côte, salés ou rocailleux, ne favorisait pas le peuplement. D’où l’importance de l’accès aux ressources halieutiques et la défense sourcilleuse des droits acquis.

  • 28 Pour la recherche du diocèse de Narbonne effectuée entre 1535 et 1537 utilisée ici : Arch. dép. Au (...)
  • 29 Pour la commodité « dels peys... e de cassa de ausels ».
  • 30 À Leucate : « estang dels dits habitans... anguylas et peys blancs ». L’étang de Gruissan n’est pa (...)
  • 31 Arch. dép. Hérault, C 751.

22Rien ne saurait mieux marquer la place tenue par les lagunes que les recherches diocésaines réalisées au cours de la première moitié du XVIe siècle en vue de déterminer la capacité contributive des communautés et de procéder à la répartition de l’impôt à l’intérieur des diocèses civils28. Étaient pris en compte et additionnés les immeubles, les terres, mêmes vagues, les moulins, les biens communaux de rapport s’il y en avait. Relevaient de cette catégorie les étangs en raison de leur « utilitat » pour les habitants. Contrairement aux terres, mesurées, classées selon leur qualité, on ignore les critères employés pour déterminer la valeur fiscale des étangs. L’estime différente d’un étang à l’autre montre néanmoins que furent retenues après enquête l’étendue et la productivité. Une pesée approchée si l’on en juge par les chiffres ronds retenus : soixante-quinze livres à Salles-d’Aude29, mille à Peyriac-de-Mer, deux mille à Sigean, trois mille à Bages, quatre mille à Leucate30. Ces montants prennent toute leur signification lorsqu’on les rapporte à l’évaluation des immeubles : six mille cent soixante-dix-sept livres à Peyriac-de-Mer, trois mille sept cent cinquante-cinq à Bages, trois mille sept cent soixante-dix-sept à Leucate. Pour ce dernier lieu, l’étang contribuait donc davantage à son estime fiscale globale que les bâtiments privés. Ce statut de l’étang, la lourde taxation dont il était l’objet, expliquent la relation des habitants à son égard et leur accès égal à ses ressources. Chaque chef de famille jouissait d’un emplacement attribué par tirage au sort redistribué chaque année pour lequel il payait une livre dix sols de taille31.

  • 32 Ibid., évêché d’Agde : G 18, 4428 ; évêché de Maguelonne puis de Montpellier : G 1458, 1460-1463, (...)
  • 33 A. Degage, Histoire de Frontignan la Peyrade, Municipalité de Frontignan La Peyrade, 1989, p. 151.

23Au-delà du cours de l’Aude, depuis l’étang de Vendres non atterri encore comme il l’est aujourd’hui jusqu’à celui de Mauguio, la situation était tout à fait différente : les lagunes comme le lido dépendaient entièrement de l’Église : évêchés d’Agde et de Maguelonne, chapitres de Béziers et de Maguelonne, abbaye Saint-Sauveur d’Aniane, en petite Camargue abbaye de Silveréal et archevêché d’Arles32, qui en avaient inféodé la jouissance du domaine utile aux communautés : à celle de Frontignan, par exemple, la bande littorale entre le grau de Vic (ou de Palavas) et la colline de Sète33.

B. Les pêcheurs du golfe, un monde étroit

  • 34 Une proportion de sept mariniers pour un patron. Il est difficile de faire un dénombrement rigoure (...)
  • 35 E. Cortade, Cotlliure maritim. Navegants, corsaris i pescadors, Barcelona, Barcino, 1970.

24Le large spectre de situations autour du golfe donnait des communautés villageoises inégalement adonnées à la pêche. En Roussillon, Collioure l’emportait de très loin, puisque deux tiers des patrons de la province déclarés s’y trouvaient (37 en 1770), soit, en comptant les hommes d’équipage (260 mariniers), une proportion encore supérieure des gens de mer34 : un groupe compact, puissamment organisé à travers sa confrérie Saint-Pierre35. Ailleurs, si aucune n’ignorait la mer, les groupes étaient plus restreints.

Les gens de mer sur le littoral audois d’après les registres de capitation36.

  • 36 Arch. dép. Aude, 1751 : C 447 ; 1770 : C 459 ; 1778 : C 467 ; 1788 : C 477, 1786 pour Sigean où en (...)

1751

Gruissan

Bages

Sigean

Leucate

Nombre de cotes

216

134

336

123

Chasse-marée

13

14

21

Matelots

28

26

Mariniers

Pêcheurs

140

5

47

Patrons

19

10

4

Calfats

6

1770

Gruissan

Bages

Sigean

Leucate

Nombre de cotes

231

134

310

144

Chasse-marée

2

15

14

Matelots

25

Mariniers

25

16

Pêcheurs

106

35

51

Patrons

13

24

16

1

Calfats

3

1778

Gruissan

Bages

Sigean

Leucate

Nombre de cotes

278

147

153

Chasse-marée

11

8

Matelots

109

44

Mariniers

21

36

Pêcheurs

64

Patrons

5

12

Calfats

2

1788

Gruissan

Bages

Sigean

Leucate

Nombre de cotes

327

168

377

195

Chasse-marée

3

10

Matelots

151

2

62

Mariniers

19

Pêcheurs

37

16

1

Patrons

28

21

30

Calfats

5

  • 37 Arch. dép. Hérault, C 751.
  • 38 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, PUP, (...)
  • 39 Arch. mun. Frontignan, CC 28-29. Frontignan, au cours de la première moitié du XVIIe siècle, dispo (...)
  • 40 Arch. dép. Hérault, C 753.

25Les rôles de capitation établis au XVIIIe siècle rendent correctement compte de la place tenue par les activités maritimes dans les communautés littorales du diocèse de Narbonne. Leur exactitude, à l’unité près, n’est probablement pas parfaite en dépit du soin réel apporté à leur confection. La désignation des états ou professions fluctue dans le temps ou d’une localité à l’autre : marinier, matelot, voire pêcheur, sont-ils des termes interchangeables ? On peut hésiter. Ces inconvénients signalés, une hiérarchie se dégage nettement (cf. tableau). À Gruissan, deux tiers des cotes concernaient des gens de mer – les chasse-marée inclus. Une proportion à augmenter encore car nombre de veuves relevaient de cette catégorie. Les proportions, en 1751, étaient de 40 à 60 % à Bages et à Leucate, très inférieure à Sigean davantage orienté vers le trafic commercial – quatre patrons seulement faisaient la pêche au ganguy dans l’étang en 177037. Elles se modifient sensiblement au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, se renforcent à Gruissan qui connaît l’accroissement de population le plus sensible – le nombre des cotes de capitation augmente de 51 % entre 1751 et 1788 –, à Sigean, régresse à Leucate, à Bages dans une moindre mesure à l’extrême fin du siècle. De manière sommaire, elles expriment les transformations en cours le long du littoral, beaucoup plus rapides que précédemment. Elles sont de deux ordres : le redressement passager du trafic du port de La Nouvelle dont Sigean était la base arrière, les interrogations sur les techniques de pêche, leur remise en cause puis leur interdiction. Gruissan, principal intéressé on va le voir, fera face beaucoup mieux que les plaintes des habitants sur le moment ne le laisseraient supposer38. Au-delà, vers l’est, il n’y avait dans aucun autre site une part d’actifs adonnés à la pêche aussi importante. Dans le cas d’Agde et de Frontignan, les flottes comportaient surtout des « barques de mer », c’est-à-dire des bateaux affectés au commerce39. Au XVIIIe siècle, la pêche n’y représentera quasiment plus rien, déplacée à Sète, mais avec une population entièrement renouvelée. En 1770, un mémoire de pêcheurs pratiquant la pêche au ganguy donne un état de l’armement : Agde annonçait trente-deux bateaux de pêche, Marseillan trente, Sérignan huit, Gruissan quarante40.

  • 41 L’exemple de Collioure est éloquent. Les gens de mer constituent seulement de 3,5 % (1786-1790) à (...)
  • 42 B. Poissenot, op. cit., p. 106.
  • 43 A. Degage et J.-P. Jeanjean, « Frontignan et la Méditerranée : l’exemple des Argelliès, quirataire (...)
  • 44 Arch. dép. Hérault, C 751.

26Les relations intérieures au monde des pêcheurs s’aperçoivent mal. Ils fréquentaient peu les études des notaires. Cela se constate partout où il n’y a pas de pêche lointaine présentant des risques et nécessitant un capital important41. La distinction faite régulièrement entre patrons, matelots ou mariniers, de même que, lorsqu’on parle de boulier, l’expression « le boulier de... » comme à Bages en 1675, montre qu’existait une hiérarchie fondée sur les écarts de fortune, celle-ci consistant en la détention du matériel de pêche, embarcations et filets. Bégnine Poissenot donne une idée exacte des choses ; le boulier écrit-il est « tenu des plus riches entre eux qui a moien d’en entretenir un ou deux car le moindre vaut mille francs, et sont coustumierement plus de cent après un, à la solde et aux despens du maître, qui ne les nourrit que de poissons et leur donne quelque peu d’argent pour nourrir leur mesnage, et envoie vendre sa marée aux villes circonvoisines »42. Être patron ne signifiait cependant pas forcément posséder en seul les équipements, embarcation et filets. Dans ce monde de la pêche on ne confiait pas à l’écrit la propriété des bateaux et des filets, la répartition des quirats, c’est-à-dire la division en parts de la valeur de l’embarcation, de l’avitaillement, des frais engagés lors des opérations de négoce et en retour de participation aux profits dégagés43. Tout ceci restant du domaine des engagements tacites. Les opérations de pêche ne dépassant pas la journée, il n’y avait pas à faire de prévision à long terme. L’engagement des marins était quotidien, la rétribution immédiate, en poisson. C’était le cas de la traîne comme observé à Gruissan où tous les membres des deux escouades halant le filet sur le rivage – filles, femmes, vieillards – recevaient une part des prises ; le cas aussi du petit boulier en mer où chaque marin à bord apportait une partie des rets44.

27L’exemple le plus démonstratif est celui de la pêche au thon à Collioure. Elle faisait l’objet d’une organisation rigoureuse, engageait les principales institutions de la ville. L’acte principal, l’ouverture de la saison de pêche, consistait en la désignation des « capitaines de la pêche du thon ». Selon la pratique en usage en Roussillon pour les conseils municipaux ou la désignation aux charges des communautés de prêtres, le sort y présidait. Lors de la réunion du conseil de ville rituellement tenue le premier mai, un jeune garçon revêtu de l’habit de capitaine du thon extrayait de la bourse des capitaines majeurs trois noms, de la bourse des capitaines mineurs un quatrième, parfois un cinquième nom. Leur élection valait aux capitaines d’exercer la fonction de marguiller de la confrérie Saint-Pierre à laquelle appartenaient tous les gens de mer du lieu. Il leur revenait de suivre les différentes étapes de la pêche : conduire la flotte dès que les guetteurs signalaient la présence des thons, diriger les manœuvres d’encerclement jusqu’à la capture et à la mise hors d’eau des poissons, présider à leur partage équitable. En principe, le nom de tous les patrons devait être mis dans les bourses. En fait on s’entendait pour n’y glisser que celui des individus instruits, habiles et intelligents, qui alliaient savoir-faire et autorité.

28Tous les habitants recevaient une part de la pêche, soigneusement prévue par l’usage. On l’a vu, ceux qui embarquaient portaient chacun un filet. Les capitaines prenaient d’abord les plus gros thons, chaque membre de l’état-major – Collioure était place militaire – recevait un thon dont la grosseur variait en fonction de sa position dans l’échelle hiérarchique. Ce prélèvement effectué, les prises se partageaient ainsi : les pêcheurs avaient droit à quatre parts, les négociants, les artisans ainsi que les fils de pêcheurs âgés de plus de quinze ans à une demi-part. La confrérie Saint-Pierre, le couvent des dominicains, les veuves, les malades et les orphelins n’étaient pas oubliés.

C. L’ouverture sur l’extérieur

29Les pratiques et les usages constituaient un ciment puissant de la cohésion des communautés, en étaient l’expression. Jusqu’au XVIIIe siècle les communautés littorales entretenaient peu de relations entre elles comme avec celles de l’intérieur des terres. Est-ce à dire qu’elles étaient entièrement fermées sur elles-mêmes ? Les conflits entre pêcheurs dont on a connaissance opposaient des individus de communautés voisines, davantage les communautés entre elles pour la défense de leur territoire. Des contacts avec l’extérieur existaient néanmoins, inégalement consentis. Ils relevaient de trois types : la concession de droits, considérés comme intrusifs par les autochtones, la venue d’étrangers à titre temporaire ou permanent, les relations volontaires nouées avec des pêcheurs non languedociens qui fréquentaient le golfe.

30Au premier type appartenait la bordigue installée dans le canal creusé entre l’étang de Thau et l’emplacement du port de Sète où devait aboutir de canal des Deux-Mers. Elle fut autorisée par lettres patentes en 1685 au profit d’Esprit Turc, un entrepreneur des travaux des ports d’Antibes et de Toulon, en remerciement de ses services lors du début du canal des Deux-Mers. Le procédé consistant à concéder des avantages en contrepartie de services rendus est classique. Il présentait l’intérêt en l’occurrence d’introduire en Languedoc un savoir-faire insuffisamment répandu dans la province. Turc dut néanmoins débourser vingt-cinq mille livres pour obtenir le titre de la pêcherie auxquels s’ajoutèrent trente mille livres employées à son aménagement.

  • 45 Arch. dép. Hérault, C 754 ; R. Monpays, Pêches et pêcheurs à Sète au XVIIIe siècle, mémoire de maî (...)

31L’établissement n’eut pas des débuts faciles, miné par des problèmes de succession intervenus rapidement – Turc mourut en 1688 –, en bute à l’hostilité des communautés riveraines de l’étang de Thau, depuis Balaruc jusqu’à Agde. Les mémoires que multiplièrent les pêcheurs et les poissonniers répètent les mêmes griefs : la ressource s’échappe de l’étang par le nouveau canal, la bordigue le retient, tout le profit va à des capitaux étrangers à la province. Le changement est si spectaculaire avancent-ils qu’au bout de quelques années « on ne pêche plus dans les étangs la centième partie du poisson qui se pêchait », ce qui plonge dans la misère de nombreuses familles. Le dommage dénoncé avait-il réellement cette ampleur ? Le rapport de cent à un est une formule. L’exagération exprime néanmoins un sentiment de dépossession vivement ressenti, la défiance, voire le ressentiment des communautés littorales à l’égard de Sète et des privilèges dont on la comblait, inaugure une lutte séculaire45.

32Forts des sommes versées initialement par Esprit Turc, ses héritiers, influents et bien introduits auprès du pouvoir, multiplièrent les initiatives. Ils cherchèrent d’abord à pousser leur avantage, sollicitèrent en 1732 la création d’une seconde pêcherie dans un canal qu’ils projetaient d’ouvrir en travers du lido à l’ouest de la montagne de Sète. Ils n’y parvinrent pas. En 1758 ils remportèrent une victoire insigne : un arrêt du Conseil interdit dans l’étang les pêches du ganguy et de la traîne au motif qu’elles empêchaient « la venue du poisson dans le canal ». La date de l’arrêt n’est pas indifférente : le débat était vif alors autour du golfe sur le caractère destructeur de certains types de filets de pêche employés. Cela revenait quasiment à interdire leurs activités aux habitants du bord de l’étang. On imagine leur réaction. Mais ils ne parvinrent jamais à reprendre l’avantage. L’Amirauté, saisie du différend, procéda à une enquête. Les pêcheurs de Sète interrogés en 1785 affirmèrent que la bordigue, placée dans un enfoncement du canal, ne retenait pas les poissons qui suivaient le fil du courant en ligne droite, qu’elle ne causait aucun préjudice comme l’affirmaient les riverains de l’étang. Elle était profitable à tous au contraire. Ce dernier épisode est éloquent. L’alliance sétoise – du groupe des pêcheurs maintenant étoffé auquel on demandait son avis et des propriétaires de la bordigue – finissait de marginaliser les communautés de l’intérieur.

  • 46 D. Faget, Le milieu marin méditerranéen : conflits, usages et représentations. Le cas du golfe de (...)
  • 47 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 801.

33La seconde nouveauté a également Sète pour cadre principal. Elle concerne les pêcheurs venus jeter leurs filets dans le golfe. Il y en avait depuis longtemps. Les Martégaux par exemple, navigateurs au long cours, présents au sud de la péninsule ibérique à la fin du XVIIe siècle et même à Cadix quelques décennies plus tard46, y venaient fréquemment avec leurs grosses tartanes. Quatre d’entre elles se trouvaient sous le cap Leucate à la mi-mars 1694 quand une violente tempête les jeta sur la plage47. Des pêcheurs plus éloignés, provençaux ou de la côte ligure, y conduisaient aussi leurs bâtiments. On ne les voit guère aborder cependant pour décharger leurs prises, sauf à Leucate précisément, ce qui explique le nombre élevé de chasse-marée qui s’y trouvaient. C’est à Sète principalement que se montrent de nouveaux venus, des Catalans et des Génois. Ils n’y rencontraient pas de concurrence, ni pour le nombre de pêcheurs déjà installés, ni pour le type de poissons auxquels ils s’intéressaient. Leurs campagnes furent uniquement saisonnières d’abord. Aucun de ces étrangers, si l’on se fie aux registres paroissiaux, ne se fixa avant la fin du XVIIe siècle.

  • 48 D. Faget, op. cit., p. 50-142.

34Même si les situations ne sont pas comparables, on peut faire un parallèle entre Sète et Marseille où des patrons catalans venus des petits ports compris entre Sitges et Palamós s’établirent après 172048. Sète en était à ses balbutiements. Marseille, affaiblie par la terrible peste qui avait réduit sa population de moitié, possédait une prudhommie ancestrale qui exerçait souverainement la police de la pêche sur le golfe de Marseille où elle avait autorité. Équipés de llaüts, petits bateaux de trois tonneaux environ à un seul mât incliné vers l’avant, de faible tirant d’eau, entièrement pontés, grâce auxquels ils pouvaient affronter des mers agitées, les pêcheurs catalans n’hésitaient pas à aller au large ce que ne faisaient ni les Marseillais ni les Sétois et les Frontignanais. Ils pêchaient surtout à la palangre, connue de longue date, mais adaptée à leurs embarcations et à leur manière de fréquenter la mer, utilisaient ce qu’ils appelaient la palangre de penjar, une ligne-mère formant des arceaux en ogive où ils accrochaient les lignes plus courtes que celle des Marseillais.

  • 49 Arch. dép. Hérault, C 751. Le rapport des officiers de l’Amirauté, non daté, suit de près l’arrêt (...)
  • 50 Ibid., C 6668.
  • 51 Ibid., C 4620, cf. le texte du mémoire de Grangent ci-après p. 184.
  • 52 Ibid., C 6671.
  • 53 29 en 1755, 49 en 1765, 50 en 1785, cf. R. Monpays, op. cit.
  • 54 D. Faget, op. cit., p. 57.
  • 55 Arch. dép. Hérault, C 1996, 15 juin 1767.
  • 56 A. Zysberg, Marseille au temps du Roi-Soleil. La ville, les galères, l’arsenal, 1660-1715, Marseil (...)

35Bien qu’ils n’empiétassent pas directement sur les territoires de pêche des locaux, ils ne furent pas mieux reçus à Sète qu’à Marseille. À la fin de la décennie 1720 on les chassa de la ville au motif qu’ils appâtaient leurs hameçons avec des drogues qui empoisonnaient le poisson. Ils se réfugièrent au grau de Palavas où les officiers de l’Amirauté se rendirent pour les faire déguerpir. Ils étaient trente, les équipages de six bateaux. Était-ce le contingent fréquentant alors le port ou une partie seulement de la flottille ? On ne peut en décider. D’autres Catalans, au service de patrons locaux, n’agissaient pas pour leur propre compte49. L’incident ne les découragea pas. Ils revinrent, progressivement plus nombreux comme à Marseille en dépit de l’hostilité latente dont ils furent l’objet qui tournait vinaigre de temps à autre comme en 1778 où des heurts violents les opposèrent à la « populace » de la ville50. Quelques chiffres permettent d’évaluer leur nombre à la veille de la Révolution. Le subdélégué Grangent, en 1786, parle d’une peuplade « composée déjà d’environ vingt-cinq familles dont la plupart des chefs payent la capitation »51. Détails non dénués d’intérêt : Grangent indique que ces Catalans commencent à s’allier avec les gens de l’endroit, ce que l’on n’observe pas à Marseille. De plus, durant la belle saison, d’autres bateaux viennent pêcher la sardine. Plus de cent bateaux avec chacun un équipage de six à sept matelots fréquenteraient ainsi Sète régulièrement52. Une progression considérable par rapport au début du siècle qui, si l’on est attentif aux rôles fiscaux, se serait accélérée après 176053, effet probable de l’accord signé en 1761 entre les couronnes de France et d’Espagne autorisant l’installation réciproque des pêcheurs des deux nationalités et la vente du poisson dans les ports où ils le débarquaient54. Le chiffre avancé paraît considérable. Il est corroboré par le subdélégué de Sète qui parle de cent cinquante à deux cents bateaux lorsque la saison était favorable55. À peu de choses près, il équivaudrait, si l’on additionne les pêcheurs fixés à Sète et les saisonniers, à l’ensemble des gens de mer pratiquant la pêche côtière à Marseille à la fin du XVIIe siècle56 !

  • 57 D. Faget, op. cit., p. 109.
  • 58 L. Dermigny, « Sète et l’Espagne. Une entreprise d’émigration au XVIIIe siècle », Hommage à Lucien (...)

36L’intérêt du mémoire de Grangent destiné à l’intendant Ballainvilliers est de se montrer très favorable aux Catalans. Ils n’ont que des vertus à ses yeux : ce sont de bons marins, leurs prises contribuent à l’approvisionnement du royaume, ils stimulent le commerce, procurent leur subsistance à de nombreuses personnes, sont un aiguillon pour les pêcheurs locaux qui seraient bien inspirés de prendre exemple sur eux. Grangent démarque quasiment mot pour mot le discours tenu au même moment par le maréchal de Castries sur les pêcheurs catalans installés à Marseille. Le secrétaire d’État de la marine, très favorable à leur établissement définitif en France, voyait là un moyen de se procurer des matelots capables de servir sur les vaisseaux du roi57. Grangent ajoute un dernier trait susceptible de retenir l’attention du nouvel intendant de la province car l’affaire avait fait grand bruit en Languedoc : on avait découvert, passant par Sète, une filière d’émigration d’ouvriers spécialisés vers l’Espagne58. Attirer les Catalans, contribuer à les fixer dans le royaume, serait rendre la monnaie de leur pièce aux Espagnols.

  • 59 M. Mollat, Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Privat, 1987, p. 158.

37La présence des Catalans n’est pas signalée ailleurs autour du golfe, sinon pour venir distribuer leurs barils d’anchois et de sardines durement concurrencés par la morue apportée par les bateaux malouins à Marseille59. Ce n’est pas avec eux cependant que les pêcheurs de la côte entretenaient les relations les plus étroites. Leucate, seul endroit en dehors de Sète où les bateaux de fort tirant d’eau pouvaient venir mouiller, est un bon observatoire. On avait déjà remarqué la diversité des filets et engins détenus par les pêcheurs du lieu : sardinal, thonaire, palangre...

  • 60 Arch. dép. Hérault, C 751.

38Lors de sa tournée effectuée au mois de mai 1726 pour vérifier la conformité des filets employés dans son secteur avec l’arrêt du Conseil du 5 mars, Jacques d’Angles, lieutenant de l’Amirauté de Narbonne, découvre des contacts qu’il ignorait : deux patrons de Leucate venaient d’acheter des filets à un patron de Gênes, un troisième s’était associé à un Génois pour exploiter un filet. Deux patrons de Monaco avaient également vendu un filet qu’ils appelaient « tartanelle » avec lequel ils avaient pêché et laissé sur place « cinq principaux matelots de leur équipage » afin d’apprendre aux acquéreurs les manœuvres réclamées par la nouvelle pêche. Affirmation plus étonnante, les Monégasques auraient introduit depuis 1725 l’issaugue, filet appelé art en pays catalan, que Leucate, bien qu’à sa frontière, n’avait jamais adopté jusque-là60. Ces nouveautés ne faisaient pas l’unanimité à Leucate. La majorité des pêcheurs craignait qu’ils portent préjudice à la ressource. Jacques d’Angles se prononçait d’ailleurs pour l’interdiction des filets des Génois dont les mailles étaient trop petites à ses yeux.

III. La « pêche aux bœufs » facteur et révélateur de l’évolution des sociétés littorales

A. Haro sur le ganguy et les bœufs

  • 61 Livre cinquième, titre II, articles XIII : interdiction de faire la pêche du ganguy ou du brégin [ (...)

39Ces dernières ouvertures signalent un moment déterminant pour la société halieutique du golfe, plus largement pour la relation entre la monarchie et le monde de la pêche. Une réglementation existait. On a en mémoire le règlement du mois de mars 1584, l’ordonnance de la marine de 1681. Elle restait assez sommaire encore et peu contraignante. Dans l’ordonnance de 1681 trois articles seulement concernaient la pêche pratiquée autour du golfe61. Seul visé, trois mois au cours de l’année : le filet ganguy « aux mailles fort étroites », sans plus de précisions. Quelle fut l’effectivité de ces dispositions ? Rien ne vient nous le dire ou ne laisse apercevoir une quelconque tension. Les Amirautés manquaient de moyens de contrôle. Y eut-il d’ailleurs des inspections sur le littoral ? La préoccupation du pouvoir, tout à son effort de mise sur pied d’une marine, était davantage de rendre opératoire le régime des Classes afin de disposer des marins dont il avait besoin.

40Pourquoi cette brusque accélération après l’effondrement du Système de Law comme si, les vastes perspectives des Indes s’étant éloignées, l’État ramenait son attention sur les côtes du royaume ? Le ton des correspondances, des arrêts, des ordonnances, est celui de l’urgence : les pêches seraient mises en péril par de nouveaux engins et pratiques. Réalité ou coïncidence avec une intervention réglementaire inédite en matière économique que l’on aperçoit au même moment dans de nombreux autres domaines ? Le danger viendrait du ganguy, déjà suspecté, dont l’effet nuisible serait décuplé par une nouvelle manière de l’employer. Le subdélégué Rome du diocèse de Narbonne, au mois de mai 1725, est précis :

« La pêche aux bœufs se pratique sur cette côte seulement par les pêcheurs de Gruissan, cela depuis un an et demi qu’un patron de pêche catalan venant à aborder à la plage de Gruissan il y vendit ses filets pour la pêche aux bœufs à un patron du lieu. Il s’en sert avec d’autres pêcheurs qui ont fait faire des filets sur le même modèle. Ces filets occupent douze barques ».

  • 62 Arch. dép. Hérault, C 751, lettres des 12 et 15 mai 1725.
  • 63 La technique serait originaire de Tarragone et du delta de l’Ebre. On la repère près de Toulon ver (...)

41Il donne les noms des acquéreurs des filets – Bénézet et Philippe Denat –, ajoute que cette pêche n’a pas été adoptée à Bages et à Leucate62. Selon d’autres informateurs, ces pêcheurs seraient des patrons de Barcelone obligés de fuir pour avoir fait une pêche abusive, réfugiés d’abord en Roussillon, venus ensuite proposer leurs filets à Gruissan. Ces détails sont précieux : ils témoignent des relations des gens de mer le long de la côte, du processus de diffusion en cours de la nouvelle pêche puisqu’elle ne se pratiquait encore pas le long des côtes du diocèse d’Agde. L’origine catalane de la pêche aux bœufs ne sera jamais mise en doute63.

  • 64 Arrêt du Conseil du 25 septembre 1725, déclaration du 23 août 1728 sur la pêche du poisson de mer (...)
  • 65 M. Mollat, op. cit., p. 225.
  • 66 J.-C. Gaussent, art. cit.

42Elle consistait à faire trainer un filet semblable au ganguy par deux bateaux couplés sur le principe d’un train d’attelage « comme deux bœufs qui labourent ». Au premier abord il s’agissait moins d’une mutation technique radicale que d’une évolution de pratiques anciennes à partir de matériels dont l’adaptation put se faire sur place. La condamnation fut immédiate cependant et l’interdiction prononcée aussi bien par l’intendant de Languedoc – ordonnance du 8 juillet 1725 – que par le pouvoir royal64, assortie de mesures de contrôle commandées aux officiers des Amirautés chargés de vérifier régulièrement la conformité des filets utilisés. On alla plus loin en 1729 puisque chaque paroisse devait élire parmi les pêcheurs un ou plusieurs gardes-jurés chargés une fois par semaine de faire la visite des filets et des instruments traînants65. Ces tournées d’inspection sont notre source principale d’information. On sait qu’elles furent effectuées avec exactitude à Sète66.

  • 67 Article II de la déclaration.
  • 68 Arch. dép. Hérault, C 751, lettre du commissaire des Classes de Narbonne, 1er juin 1731.
  • 69 A. Molinier, Une paroisse du bas Languedoc. Sérignan 1630-1789, Mémoires de la société archéologiq (...)

43Le caractère destructeur du ganguy est rappelé. Lourdement lesté, il racle le fond. Ses mailles trop serrées, surtout celles de la bourse qui pourrait céder sous l’effet de la violence avec laquelle on le trainait, ne laissent échapper aucun poisson, même les plus petits. La déclaration de 1728 en prohibe totalement l’emploi dans les étangs salés. En mer, la période où on le tolère est réduite par rapport à l’ordonnance de 1681, mais son emploi reste autorisé pendant la saison froide, du mois d’octobre au mois de février à condition que la plus petite maille ne soit pas inférieure à neuf lignes67. L’expression « pêche aux bœufs » ne figure cependant pas dans la déclaration. Ses partisans pourront prétendre qu’elle n’a jamais été interdite. Son caractère dommageable et l’émoi qu’elle suscita immédiatement est facile à comprendre. La traction par deux bateaux naviguant de conserve augmentait sensiblement la force et la vitesse avec laquelle le ganguy raclait le fond. D’où l’expression qu’on lui accola et le succès qu’elle eut aussitôt car les prises étaient sans comparaison avec la traction par un seul bateau. Alors que treize bateaux faisaient la pêche au ganguy en 1726 à Gruissan, il y en avait dix-sept en 1731 et les pêcheurs du lieu cherchaient à en acheter un dix-huitième à Marseille. À cette date, la nouvelle technique était devenue d’usage courant du Roussillon à Sète, preuve de la rapidité de son adoption68. Pour un petit port comme Sérignan, en train de perdre tout son trafic au profit d’Agde depuis l’achèvement du canal des Deux-Mers, elle était une bénédiction69.

  • 70 Ils étaient neuf en 1726.

44C’est peu dire que la nouvelle technique de pêche suscita des tensions. Elles furent multiples, au sein des communautés, entre communautés, entre pêcheurs et officiers des Amirautés chargés de faire appliquer les règlements, entre les administrateurs eux-mêmes. Le premier type de conflit opposa les deux filets : le boulier et le ganguy. Les pêcheurs au boulier crièrent à la ruine : les allées et venues répétées des bateaux bœufs arrachaient les algues, comblaient les creux où s’abritaient les poissons, détruisaient le frai. Leurs craintes étaient renforcées par le non respect des règlements : la pêche se pratiquait toute l’année en toute impunité. Afin de défendre leur cause, les pêcheurs au boulier allèrent porter plainte à Narbonne le 21 mai 1731 avec une partie de leurs équipages70. Ils en appelèrent aussi à leur seigneur, l’archevêque de Narbonne, par ailleurs président des États de Languedoc. Celui-ci exigea qu’on lui communiquât le nom des pêcheurs avec celui du filet qu’ils utilisaient. L’affaire n’en resta pas là puisque de Versailles le ministre Maurepas menaça de sévir. Les officiers des Amirautés dépêchés sur place allèrent examiner les filets, bouliers et ganguys. La bourse de plusieurs ayant des mailles trop étroites, ils furent mis sous séquestre à Gruissan, ce qui provoqua une véritable émeute. On les rendit seulement lorsque la partie litigieuse fut remplacée par une autre dont les mailles mesuraient neuf lignes en carré.

  • 71 Arch. dép. Hérault, C 785, plaintes des pêcheurs de Leucate contre des Gruissanais, lettre du subd (...)
  • 72 Ibid., C 785, les officiers de l’Amirauté de Sète, 29 septembre 1739.

45On l’avait déjà constaté à Leucate : l’introduction d’un nouveau matériel ou d’une nouvelle technique de pêche met à mal la cohésion des communautés, suscite l’opposition entre les anciens et les modernes vécue par les premiers comme une lutte entre le pot de terre et le pot de fer. Les conflits sont d’autant plus vifs qu’ils se propagent sur tout le littoral. La pêche aux bœufs rompait en effet l’équilibre ancien entretenu entre les communautés. Alors que jusque-là les conflits de voisinage intervenaient surtout sur les étangs, ils débordaient maintenant sur le littoral. Des pêcheurs n’hésitaient pas à aller sur la plage de leurs voisins, ce que ces derniers recevaient comme une agression71. À ce jeu, les pêcheurs de Marseillan acquirent rapidement une réputation détestable : ils refusaient effrontément de se conformer à la lettre des arrêts royaux, formaient « une flotte devant laquelle tout doit céder ». Comme ils pêchaient de nuit, on ne parvenait pas à réunir les preuves juridiques de leurs infractions72. Mieux, lorsque la pression des autorités s’accentua, les pêcheurs aux bœufs de Gruissan, de Marseillan et de Sérignan s’abouchèrent, joignirent leurs voix et leurs manœuvres afin de continuer leurs pêches.

  • 73 Contrats passés par-devant notaire à Sérignan le 9 mai.

46L’arrêt du Conseil du 14 juillet 1754 prohibant expressément la pêche aux bœufs ainsi que celui du 1er septembre 1755 ordonnant la destruction ou la réforme des filets de ganguy auraient dû mettre fin aux échappatoires. La réaction à ces arrêts, au second en particulier qui donnait jusqu’au premier mars de l’année suivante pour rectifier les bateaux et les filets litigieux, est édifiante. Dès sa publication quatre Gruissanais se rendirent à Sérignan pour y vendre leurs bateaux73... mais continuèrent à pêcher avec ces mêmes embarcations et leurs équipages. La manœuvre étant trop grossière, le subdélégué de Narbonne convoqua les contractants d’autant que les Gruissanais, affichant en façade leur volonté de venir à résipiscence, avaient encaissé trois mille livres d’aide pour transformer leur flotte. Pierre Gaubert, l’un des vendeurs, reconnut qu’il pratiquait ce type de pêche depuis toujours parce qu’il était lucratif, mais dit ignorer le nom qu’on lui donnait. Quant au nouveau propriétaire de Sérignan, qui n’était pas pêcheur, il prétendit connaître seulement le prénom de celui qui conduisait le bateau et ne pas être au courant de l’interdiction royale de la pêche aux bœufs. Autant déclarer qu’il faisait nuit en plein jour !

  • 74 C.-M. Robion, « Une dynastie d’officiers et de militaires en Narbonnais du XVIIe au XIXe siècle : (...)
  • 75 Arch. dép. Hérault, C 786, lettre, 16 mai 1769. Dans une lettre du 6 septembre de la même année Ro (...)

47Pour donner le change, les Gruissanais imaginèrent une nouvelle pêche, « à la tartanelle », prétendument imitée de celle pratiquée légalement toute l’année par les Martégaux à condition d’être faite dans des fonds supérieurs à seize brasses. Ce n’était qu’un artifice pour le subdélégué Rome même si les Gruissanais avaient fait construire des bateaux de quatre cents quintaux de port : ils ne pouvaient exécuter les manœuvres de la pêche à la tartane dont le filet était fixé par le travers. La connivence, la mauvaise foi et l’effronterie en disent long sur l’incapacité des autorités à faire respecter les arrêts. D’autres facteurs entrent en ligne de compte, en particulier l’absence de rigueur des officiers des Amirautés. Le subdélégué de Narbonne est catégorique : dans le département de Narbonne, comme dans celui de Sète, l’attitude des officiers est suspecte. Au mieux, on peut les taxer de laisser-faire ou de mollesse ; au pire de connivence. Cyprien d’Angles, le lieutenant général de l’Amirauté de Narbonne, prétendait qu’il rencontrait des difficultés à joindre les pêcheurs, annonçait à l’avance sa venue. Aussi ne trouvait-il jamais ni filet en infraction sinon de vieux filets hors d’usage, ni bateau en train de faire la pêche interdite74. Lorsqu’il avait exigé la remise des filets les pêcheurs avaient refusé d’obtempérer. Il s’était borné à arrêter les bateaux, ce qui était inefficace. D’Angles, d’ailleurs, n’avait jamais caché son sentiment : interdire la pêche aux bœufs aurait été condamner Gruissan à la ruine. La conduite du lieutenant de l’Amirauté de Sète était encore plus blâmable. Contre toutes les règles de procédure il avait fait saisir et brûler des filets, immobilisé trois bateaux seulement, laissé les autres libres de leurs mouvements. Les gens de l’Amirauté craignaient-ils la rébellion des pêcheurs ? On était en pleine guerre de Sept Ans où les matelots étaient indispensables. L’impérieux subdélégué était catégorique : l’inexécution des ordres royaux provenait moins de l’attitude des pêcheurs que de celle des officiers75.

B. Environnement et ressource : l’injuste stigmatisation des bœufs ?

  • 76 Ibid., C 785, Rome, 28 avril 1757.

48Rome tient ces propos en 1769, quatre décennies après l’apparition de la pêche aux bœufs sur les côtes languedociennes. S’il en était besoin, elle offre un exemple démonstratif de la capacité du pouvoir royal à réagir rapidement, mais aussi de la piètre efficacité des Amirautés à assurer le respect des règlements, réitérés pourtant à plusieurs reprises. Le dérèglement paraît total puisque même les circuits de l’approvisionnement et de la distribution du poisson sont altérés. Lors de l’alerte consécutive à l’arrêt du Conseil de 1755 où des patrons de Gruissan allèrent vendre leur bateau à Sérignan ne voit-on pas un chasse-marée du lieu affirmer qu’il se trouvait contraint d’aller se fournir en poisson à Agde et à Sète afin de satisfaire sa clientèle qui s’étendait jusqu’à Toulouse et des femmes de Sérignan venir vendre du poisson sur la place de Narbonne76 ?

  • 77 J. Sagnes (dir.), op. cit., p. 36.

49La faible prise du pouvoir sur le monde de la pêche, l’hésitation à sévir car les vaisseaux du roi avaient besoin de matelots de qualité, n’ont pas été étrangères à ce que la question des bœufs ait tardé à trouver une issue. On n’en saisit toutefois pas entièrement les enjeux ni les implications si on en reste aux vérifications et aux manœuvres dilatoires des pêcheurs. Sur un fond d’augmentation considérable du trafic maritime autour du golfe du Lion tout au long du XVIIIe siècle, elle pose le problème des ressources halieutiques. Il n’était pas nouveau. La preuve, pour ne citer qu’un exemple, la série d’arbitrages rendus entre les consuls et l’évêque d’Agde au début du XIVe siècle qui s’attacha à définir les droits de pêche dans l’étang de Thau ainsi que les types de filets et de matériels interdits. Le but était de préserver la « graine » des poissons, d’éviter sa destruction, de la sauvegarder en interdisant un matériel qui, s’il était permis, « enlèverait du fond de l’étang un denier s’il s’y trouvait ». Les pêcheurs d’Agde réussiront cependant à faire tomber ces défenses, à obtenir l’autorisation d’utiliser le filet prohibé qui n’était autre que le « ganguils »77.

  • 78 L. Michel, op. cit., p. 90.

50On n’entrera pas dans la discussion sur l’origine du ganguy. Louis Michel tient le terme pour pré-latin, ce qui suggère un emploi antérieur aux arbitrages agathois78. L’intérêt est d’apercevoir la suspicion ancienne dont il faisait l’objet ainsi que l’endroit d’où on voulait le bannir, les lagunes. Si l’on suit attentivement la lettre des arbitrages ou des arrêts on a en effet, chronologiquement, la progression suivante : l’interdiction concerne d’abord les étangs, une période relativement courte de l’année – trois mois dans l’ordonnance de la marine de 1681 – ; elle est progressivement élargie jusqu’à son interdiction totale, d’abord dans les étangs puis le long du littoral. L’hostilité à l’égard de la nouvelle technique ne se comprend que si on tient compte du procès intenté de longue date au ganguy, de ses effets accrus lorsque deux bateaux accouplés le tirent. Le moment où elle s’introduit sur les côtes méridionales du royaume coïncide avec une interrogation qui traversera tout le XVIIIe siècle : les poissons ne désertaient-ils pas le golfe ? D’où, immédiatement, la question suivante : la nouvelle pêche ne contribuait-elle pas à dépeupler la mer ?

  • 79 On retrouve le même phénomène, aux mêmes dates, dans le golfe de Marseille, D. Faget, op. cit., p. (...)

51Soyons précis pour comprendre les arguments mis en avant. Deux, voire trois classes de poissons étaient concernées : celles qui entrent au printemps dans les étangs et en sortent à l’automne, les espèces semi-autochtones qui ne s’éloignent pas du golfe, les poissons bleus migrateurs – sardines, maquereaux, thons. Le procès initial fait au ganguy visait la première catégorie. L’interrogation au début de la décennie 1720 concernait les poissons migrateurs. Le débat, à défaut de statistiques précises des prises, prendra la forme d’affirmations contradictoires difficilement vérifiables. En cause l’abondance ou la rareté du poisson, plus sensible sur la côte qu’à l’intérieur des étangs. On sait maintenant que les espèces fourragères – les sardines –, comme les thons, sont sensibles à la température de l’eau. D’où, en fonction des saisons et des courants, la variation de leurs stocks. Le caractère changeant des routes migratoires des thons durant la période moderne a été mis en évidence sans que l’on comprenne encore clairement à quoi l’attribuer. La corrélation entre les hivers rigoureux et les stérilités est bien établie : les basses températures éloignent les poissons migrateurs des côtes. Le poisson fut rare après les hivers 1709, 1729, 1749, 1789. Les variations climatiques du petit âge glaciaire n’ont pas été sans effets sur la productivité des pêches79. De là à imputer la stérilité de la mer à la pêche aux bœufs dont l’apparition intervint après une série d’années froides il n’y a qu’un pas et on comprend mieux l’engouement dont elle fut l’objet puisqu’elle compensait la diminution naturelle de la ressource. Ses partisans avaient beau jeu de faire observer que les interdictions n’avaient pas faire revenir l’abondance. Effectivement, la décennie 1730 fut partout très décevante.

  • 80 Arch. dép. Hérault, C 751.

52Au fil des mémoires, des hypothèses sont avancées : par exemple, les poissons bleus sont toujours aussi nombreux dans le golfe mais les vents contraires les empêcheraient de s’approcher de la côte, tout étant fait pour les effrayer80... L’argument des vents contraires repose sur un phénomène observé lors des hivers où les vents glacés de secteur nord-ouest soufflent sans discontinuer des jours entiers : la température des eaux de surface s’abaisse, ce qui peut laisser les eaux plus profondes remonter, créant les conditions d’un refroidissement brutal des eaux superficielles.

  • 81 Ibid., C 753, 1770.
  • 82 Livre 5, titre II, art. XII : défense aux pêcheurs de l’employer pour attirer la sardine. Il s’agi (...)

53Plus intéressant est le mémoire rédigé au nom de cent-dix pêcheurs aux bœufs d’Agde, de Marseillan, de Sérignan et de Gruissan pour défendre leur cause81. À leurs yeux, leur technique ne méritait par le discrédit dans lequel on la tenait. Des trois pêches employant un filet trainant – le boulier sur le rivage, la tartane au-delà de seize brasses, les bœufs dans la zone intermédiaire – la plus destructrice était le boulier car il ratissait le secteur peu profond où pénétrait la lumière favorable à l’éclosion du frai. En second venait la tartane telle que la pratiquaient les Martégaux. La preuve, ils prenaient davantage de poissons plats que les bœufs. On l’a pressenti, leur pêche à leurs yeux était la moins pernicieuse des trois. Aussi, n’était-ce pas à elle qu’il fallait s’en prendre. Il fallait chercher ailleurs la raison de l’absence dans le golfe des sardines et des thons. Ne faire aucune différence entre les espèces de poisson était ne rien connaître aux choses de la mer. Les sardines et les thons, inséparables, n’avaient rien en commun avec les autres. Leur pénurie ou leur abondance ne pouvaient être attribuées au dérangement supposé des fonds littoraux. Si les sardines ne venaient plus, et les thons qui s’en nourrissaient à leur suite, c’est parce qu’on les retenait dans l’Atlantique. L’ordonnance de la marine de 1681 avait interdit la résure82. Or cela n’était pas respecté sur les côtes de France. Rien non plus n’interdisait de l’employer sur les côtes ibériques depuis Cadix jusqu’à Bayonne. Aussi, trouvant leur nourriture entre le détroit de Gibraltar et Calais, elles restaient sur ces côtes, de même que les thons. Voilà où se trouvait la racine du mal. Ces deux espèces ne passaient plus, ou beaucoup moins, le détroit de Gibraltar. Le peu de thons entrant en Méditerranée côtoyait d’abord les côtes de Barbarie – le Maghreb – puis celles de Sicile, de Sardaigne, d’Italie et de Provence où les madragues qu’on avait installées le prenaient. Les choses étaient transparentes : la pêche aux bœufs se trouvait victime d’une coalition d’intérêts étrangers à la province, pêcheurs de tartanes et propriétaires de bordigues, dont celle de Sète.

54Ultime manœuvre pour échapper aux sanctions que le pouvoir semblait désormais vouloir exécuter ? Les pêcheurs sortaient du cadre étroit du golfe où l’horizon de l’argumentation s’était circonscrit jusque-là. Ils le réinséraient dans la circulation et les espèces marines à l’échelle des deux mers, Méditerranée et Atlantique, dans les circuits migratoires des poissons bleus dont ils avaient une connaissance correcte. Le rôle supposé de la résure mis à part, la réflexion couronne ce qu’accélère la pêche aux bœufs : la place croissante prise par la mer par rapport aux étangs, longtemps privilégiés, un glissement vers le large dont tiraient avantage quelques communautés du golfe seulement mais contribuait à accentuer la fragmentation de la société littorale en pêcheurs « de l’intérieur » – risquons le terme sédentaires –, pêcheurs du « petit large » – les Gruissanais et leurs compères des bœufs –, et migrants permanents ou temporaires établis à Sète – les Catalans.

C. Le démantèlement de la flotte aux bœufs

  • 83 Arch. dép. Hérault, C 753, 28 mai 1770.
  • 84 Ibid., C 757, Rome, 9 septembre 1770.

55Ce mémoire ne convainc pas. Le secrétaire d’État de la marine, le duc de Praslin, était décidé à mettre un terme à la désobéissance des pêcheurs aux bœufs. Signe du changement d’attitude : d’Angles reçut l’ordre, le 17 février 1770, de venir rendre compte à la Cour de sa conduite. La nouvelle fit l’effet d’un coup de tonnerre. Était-ce la fin ou seulement un nouveau raidissement que l’on surmonterait, comme les précédents ? On se divisa à Gruissan. Cinq à six pêcheurs se rendirent à Marseille négocier l’achat de tartanes. À leur retour ils furent accablés de reproches, menacés, par des femmes notamment, si bien qu’ils renoncèrent à leur projet83. Les pêcheurs de Sérignan tentèrent de parer l’orage en mettant en avant la configuration de l’embouchure de l’Orb et les fréquents débordements du fleuve : ils ne pouvaient substituer des tartanes à leurs bateaux. Les mois suivants se déroulèrent entre crainte et espoir bien que les bateaux fussent arrêtés plusieurs semaines. On pensait cependant, ayant d’Angles « dans la manche » selon le mot d’une femme de Gruissan, qu’on parerait le coup84. À Agde, le lieutenant de l’Amirauté Tredos laissait entendre que la pêche aux bœufs se ferait toujours.

  • 85 G. Larguier, « Pêche et société en Languedoc au XVIIIe siècle. La « pêche aux bœufs », L’histoire (...)
  • 86 Arch. dép. Hérault, C 787, Tredos, le 27 septembre 1770.

56Le 13 août 1769, l’ordre fut donné de détruire les bateaux, avec un délai de grâce de trois mois. Rien ne se faisant, le duc de Praslin demanda son exécution immédiate le 23 août 1770. Les officiers des Amirautés durent obtempérer. Le 5 septembre Cyprien d’Angles fut à pied d’œuvre. Les pêcheurs de Gruissan qui avaient d’abord imaginé se rendre à Toulon pour obtenir de l’amiral de France le prix de leurs bateaux puis renoncé de peur d’une forte amende, semblèrent faire acte de soumission. Ils commencèrent à déposer les mâts, le timon, les agrès, les filets, mais refusèrent de continuer leur ouvrage. La maréchaussée fut réquisitionnée ainsi que les charpentiers du village voisin, Bages. La colère éclata alors. Les femmes, les enfants et les vieillards s’attroupèrent, assiégèrent le lieutenant de l’Amirauté dans l’hôtel de ville où il s’était installé, promirent les pires maux à qui oserait toucher aux bateaux. Les hommes disparurent du village. On ne rapportera pas ici les péripéties des semaines suivantes. Les pêcheurs finirent par détruire eux-mêmes leurs bateaux, les deux derniers le 29 octobre85. À Agde, la destruction commença plus tard, le 24 septembre seulement, quand l’exemple de Gruissan montra qu’il n’y avait plus d’échappatoire. Le lieutenant Tredos ne dissimula pas ses sentiments : « je ne me consolerai de ma vie d’avoir tout détruit dans mon département » écrit-il, ajoutant craindre pour sa vie86. Au total soixante-neuf bateaux seront détruits, vingt-six à Gruissan, quarante-trois à Agde.

57On peut s’interroger sur les raisons de la durée de l’affaire des bœufs en dépit du nombre d’ordonnances et d’arrêts de prohibition rendus, d’autant qu’une partie seulement des pêcheurs pratiquait la technique défendue : difficulté à contrôler les agissements de communautés indépendantes habituées à ne faire qu’à leur tête, mollesse des officiers des Amirautés peu enclins à sévir, dépourvus de moyens une fois le dos tourné pour faire respecter les règlements ?

58Ces raisons, difficilement mesurables, ont compté. Deux autres peuvent être ajoutées, clairement identifiées : la protection accordée aux pêcheurs de Gruissan par leur seigneur, l’hésitation du pouvoir à sévir contre une catégorie d’individus qui lui était nécessaire. L’archevêque de Narbonne, président des États de Languedoc, servit longtemps de paratonnerre à ses vassaux. Monseigneur de Beauvau du Rivau, par exemple, convoqua Cyprien d’Angles en 1739 pour lui intimer de ne pas faire usage du procès-verbal des infractions qu’il venait de constater à Gruissan, lui laissa entendre qu’il règlerait l’affaire lui-même. En 1755, lorsque la pêche aux bœufs fut explicitement défendue, Monseigneur de la Roche-Aymon sollicita une exception pour ses vassaux afin qu’ils pussent, seuls sur toute la côte, faire la pêche défendue durant le temps de carême en compensation de l’hiver rigoureux qu’ils venaient d’éprouver. L’influence des prélats s’exerçait par un autre biais. Les d’Angles qui leur devaient leur ascension et détenaient les offices de maître des ports de la sénéchaussée de Carcassonne et de lieutenant général de l’Amirauté de Narbonne étaient leurs hommes liges. Aussi, ne furent-ils pas très incisifs. Les habitants de Gruissan ne l’ignoraient pas ; derrière eux, tous les pêcheurs aux bœufs. De là, leurs manœuvres destinées à gagner du temps et le peu d’empressement des officiers des Amirautés à faire preuve d’autorité. Jusqu’à l’ordre donné par le duc de Praslin.

59La place prise par la mer dans l’affrontement entre États depuis la fin du XVIIe siècle servit aussi les pêcheurs aux bœufs. Il fallait des équipages pour la flotte royale, recrutés en priorité parmi les pêcheurs. Le faible nombre de gens de mer expérimentés dans le golfe – le Roussillon n’était pas assujetti au régime des Classes – rendait d’autant plus précieux les marins susceptibles d’être recrutés. On ne tenait pas en grande estime les pêcheurs d’étangs. La pêche aux bœufs, exigeante en manœuvres, éduquait mieux. Entre les deux, que choisir : la mise en danger – discutée – de la ressource halieutique ou le manque de matelots pour la royale ; exprimé plus crûment : le poisson ou les marins ? Le dilemme a une dimension comptable. La crainte du déguerpissement des pêcheurs, régulièrement agitée, retint d’agir. Rome, partisan de la manière forte et de la reconversion à la pêche à la tartane également bonne éducatrice, faisait néanmoins le décompte en 1770 : avant l’introduction de la pêche aux bœufs Gruissan fournissait cent quarante-trois matelots, Leucate, Bages, Fleury ensemble deux cent dix-sept. Quarante-cinq ans plus tard Gruissan proposait cent soixante-treize matelots, les paroisses voisines cent vingt-cinq. La balance en faveur de la pêche aux bœufs n’était pas suffisamment favorable pour qu’on dût encore tergiverser.

  • 87 Arch. dép. Hérault, C 785, 25 septembre 1757.
  • 88 Arch. dép. Hérault, C 787, dans une délibération, le 12 décembre, la communauté d’Agde avance que (...)
  • 89 Bib. Mun. Toulouse, ms 1541.
  • 90 Une tartane construite à Agde au même moment coûtait 3 600 livres.
  • 91 Arch. dép. Hérault, C 787, Rome, 27 septembre 1770.
  • 92 Elle ne sera pas détruite. Durant la guerre d’Amérique où de nombreux Gruissanais furent mobilisés (...)

60Le coup était sévère pour les communautés qui avaient misé sur la pêche aux bœufs. Furent-elles « perdues » comme le craignait le lieutenant de l’Amirauté de Narbonne en 1757 si on l’interdisait87 ? On n’est pas renseigné sur les réactions à Agde et à Marseillan88. À Gruissan, il n’y eut pas de départ massif. Une dizaine de matelots tout au plus s’engagea sur des bateaux de commerce, amorce d’un mouvement cependant qui se confirmera ultérieurement. Le livre de connaissements concernant la période 1791-1804 de Viard et fils, exportateur de blé de Sigean, fait état de patrons de tartane de Gruissan89. Les registres de capitation ne montrent aucune diminution de la population et des gens de mer. Les pêcheurs balancèrent entre la résignation et la reconversion. Accepter celle-ci revenait à rompre le front du refus maintenu jusque-là, obligeait aussi à une mutation profonde. L’introduction de la pêche aux bœufs, cela explique son succès, avait pu s’effectuer sans gros investissement supplémentaire. Il n’en allait pas de même avec les tartanes, beaucoup plus onéreuses90. Aucun pêcheur ne disposait de moyens financiers suffisants pour en acquérir. La solution, comme pour les barques de commerce, consistait à constituer formellement une société, à diviser le capital. Plusieurs pêcheurs s’enquirent de rechercher des actionnaires. Ne pouvant réunir sur place le capital nécessaire, ils se tournèrent vers les villes voisines, Béziers, Narbonne. Détail piquant à observer, ils missionnèrent leurs femmes pour en trouver à Narbonne : allant vendre le poisson, elles connaissaient mieux la ville qu’eux. La démarche jeta la zizanie parmi les femmes. Celles qui devaient se rendre à Narbonne furent accusées de vouloir perdre le village91. L’expression, dans leur bouche, ne signifiait pas seulement baisser pavillon. Solliciter le capital hors de la communauté, en ville, auprès de gens étrangers à la mer, portait atteinte à la cohésion villageoise92.

  • 93 Ibid., C 787 ; L. Dutil, op. cit., p. 647.

61Le démantèlement de la flotte aux bœufs a-t-il mis fin aux pratiques interdites ? Rien n’est moins sûr. Mais on dispose de peu d’informations pour en décider. Ce qui est certain, par contre, c’est que le coup de force du ministère via l’intendance suscita de vives réactions hors du monde de la pêche. L’évêque d’Agde protesta. Lorsque l’intendant Saint-Priest, lors d’une entrevue préparatoire à la session des États de Languedoc, sollicita le versement par l’assemblée provinciale d’une aide aux propriétaires des bateaux détruits, l’archevêque de Narbonne manifesta son mécontentement. Saint-Priest protestant qu’il s’était conformé aux ordres du ministère, il s’attira cette réplique de la part de l’archevêque de Toulouse : « quand on en donnait [des ordres] de contraires aux intérêts de la province, il était de la sagesse d’un ancien magistrat de ne pas les exécuter et d’en demander le retard »93. Effectivement, le 3 janvier 1771, les États prirent une délibération chargeant leur président et les députés qui seraient envoyés à la cour de faire les plus vives représentations sur les arrêts de 1754 et 1755 et de demander le rétablissement de la pêche aux bœufs.

62Cet échange donne une dimension nouvelle à l’affaire de la pêche aux bœufs. Elle confirme ce qu’avançait le subdélégué Rome, témoigne surtout de l’évolution au cours du siècle des relations entre l’assemblée provinciale et le pouvoir royal. En 1739 monseigneur Beauvau du Rivau intervenait comme seigneur protecteur de ses vassaux. Trente ans plus tard les États ont considérablement renforcé leurs interventions sur le littoral, ce que confirmera en 1778 le transfert de compétences opéré par le pouvoir royal à son profit des ouvrages sur la côte comme à l’intérieur de la province. De l’État ou des États – entendons l’intérêt de la province – les prélats indiquent durement à l’intendant quel parti prendre. Peut-être est-ce là la raison du silence sur la pêche aux bœufs fait jusqu’en 1789.

  • 94 La sénéchaussée de Carcassonne, auxquelles appartenaient les communautés littorales du diocèse de (...)
  • 95 J.-P. Donnadieu, États généraux de 1789. Sénéchaussées de Béziers et Montpellier (procès verbaux e (...)

63À cette date la pêche aux bœufs conservait de nombreux partisans. Les cahiers de doléances le montrent. La regrettent et plaident pour la levée des interdictions surtout les ordres et les communautés de la sénéchaussée de Béziers94. Aucun des termes du débat n’a été évacué, aussi bien la question de la destruction du frai, celle des embarcations, la productivité de la pêche, l’éducation des marins, et bien sûr la désolation dans laquelle l’interdiction a plongé les communautés littorales95. Le cahier de Sérignan (article 25) est le plus expressif :

  • 96 Ibid., p. 317.

Les matelots « ... nont d’autres resources pour vivre que la pêche, mais on ne leur permet de la faire que de la maniere la plus infructueuse. Autrefois ils la faisaient sur les cotes de provence et du Languedoc avec de petits bateaux legers et peu couteux qu’ils accouploient par pair pour trainer leurs fillets et pecher de conserve cest ce qu’on appelloit faire la pêche au Bœuf. Cette maniere leur procuroit une grande quantité de poisson et ils netoient pas les seuls qui sen felicitoient. Toutes les villes et villages voisins en etoient allimentés a un prix tres modique. Mais malheureusement ont la leur prohiba dune maniere bien cruelle on brula tous leurs bateaux et tous leurs fillets dans tous les ports de la province. Ce fut ainsi quen un jour et dans un moment on mis un nombre prodigieux de familles a la mendicité et qu’on retrancha a toute les contrées maritimes la moitié de leurs alliments. Depuis cette malheureuse epoque toutes les manieres de faire la pêche quon a permis ne produisent pas dans une semaine la trentieme partie du poisson quon prenoit alors en un jour. Il en est resulté que les familles des matelots ont degeneré au point que leurs enfans couverts de haillons noffrent plus a nos yeux que des corps que la faim a rendu malingres et mal constitués et comme un malheur en entraine toujours un autre les commissaires de marine ne trouvant en eux que des sujets incapables de service se rabat ur les cultivateurs qui tout robuste quils sont perissent presque tous a la premier campagne. Le seul remede aux maux que presente cette affligeant tableau est de leur rendre la permission de faire la pêche au bœuf et de la prohiber aux tartanes parce que les gros cables et fillets dont ils se servent pour faire leur pêche detruit la fraye du poisson. »96

Conclusion

64Ce long article, circonstancié, dit beaucoup sur les mutations de la pêche et de la société littorale autour du golfe du Lion au XVIIIe siècle.

65Il serait imprudent de considérer comme à peu près immuables les techniques et les pratiques halieutiques jusqu’à la fin du XVIIe siècle. À bien considérer, on les connaît assez mal. Elles paraissent cependant n’avoir que très peu changé entre les premiers textes médiévaux qui nous les font connaître et la fin du XVIIe siècle. Déjà, le procès de certains filets considérés comme destructeurs était instruit. Des nouveautés majeures indépendantes les unes des autres vont contribuer à entraîner de profondes mutations. La plus spectaculaire – la dernière dans l’ordre chronologique – est la technique de la pêche aux bœufs, combinaison astucieuse de deux bateaux parfaitement adaptée aux bords peu profonds et sablonneux du golfe du Lion, facile à mettre en œuvre car elle ne demandait ni un nouveau filet, ni une transformation radicale de la flotte. Elle raviva le procès fait de longue date au ganguy, cette fois en pleine mer, d’où la vigueur et la rapidité de sa condamnation.

66La pêche aux bœufs sert de révélateur du monde de la pêche au moment où ses équilibres vont être mis à mal. Son originalité est grande autour du golfe en raison du chapelet d’étangs situé en arrière du lido. La nouvelle technique divise profondément, fait s’interroger sur les pratiques employées, implique tous les acteurs de la société littorale : pêcheurs, communautés, seigneurs, États provinciaux, pouvoir monarchique dont les agents, intendant et subdélégué, officiers de l’Amirauté, ne parlent pas d’une même voix. Les divisions traversent les localités, conduisent à des alliances inédites entre pêcheurs en infraction, à une réflexion sur les ressources de la mer qui ne manque pas d’intérêt, premiere de cet ampleur autour du golfe qui tente de replacer ce que l’on y observe dans la Méditerranée occidentale, plus largement dans les échanges entre l’Atlantique et la mer Intérieure.

67La religion du ministère était fixée précocement : il poussait à substituer aux faibles embarcations des tartanes qui pussent pratiquer le commerce et ne ravageraient pas les zones de frai proches de la côte. Sans succès malgré ses tentatives d’encouragement financier. Les bateaux, plus onéreux, dépassaient l’épargne de la majorité des pêcheurs, correspondaient mal aux caractères physiques de la côte, les tartanes étant trop importantes pour passer en tout temps les graus sans encombre. La plasticité du monde de la pêche n’était pas non plus aussi grande qu’espérée : un patron pêcheur comme les membres de son équipage ne se transformaient pas aussi facilement qu’escompté en matelots de bâtiment de commerce : ce n’étaient ni les mêmes pratiques, ni les mêmes rythmes de vie.

68La fondation de Sète servit de point d’entrée et de fixation pour les pêcheurs catalans dont le nombre à titre permanent ou temporaire était loin d’être négligeable même si la pêche à la palangre les tint éloignés des tensions qui parcouraient le golfe. L’importance prise par la flotte de guerre et le service auquel étaient contraints les gens de mer entra pour beaucoup dans les hésitations du pouvoir à faire appliquer rigoureusement les règlements. Sévir contre les pêcheurs ne risquait-il pas de réduire leur nombre quand la technique contestée améliorait leurs qualités nautiques ?

69Cela permit aux différents intérêts de jouer leur partie, notamment, en dernier, les États de Languedoc qui par la voix de leurs deux prélats les plus influents n’hésitèrent pas à marquer la distance prise par l’assemblée provinciale à l’égard du pouvoir royal.

Notes

1 Autour du golfe du Lion on emploie le terme étang. Lagune et étang seront employés ici indifféremment.

2 F. et B. Marty, La pêche artisanale, entre mer et étangs, Narbonne, Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, 2008.

3 J. Guiffan, Histoire de Bages et de ses habitants, Bages, Éd. Élysiques, 2007, p. 31.

4 Seuls chiffres, qui ne donnent pas des quantités, ceux de l’intendant Ballainvilliers dans son Mémoire sur le Languedoc : « les pêches dans la mer et dans les étangs procurent un numéraire très considérable aux habitants de Bages, Leucate, Fleuri, Gruissan et Sigean. On en évalue le produit à 316 530 livres entre 655 pêcheurs qu’elles occupent, 324 femmes et 39 chasse-marée », M. Péronnet, Mémoire sur le Languedoc suivi du Traité sur le commerce en Languedoc de l’intendant Ballainvilliers, Montpellier, Entente bibliophile de Montpellier, 1989, p. 124. On peut être surpris du peu de place accordée à la pêche par l’intendant, d’une manière générale aux choses de la mer.

5 J.-J. Vidal, « Les zones palustres du Languedoc méditerranéen : essai de définition ; approche méthodologique », Les zones palustres et le littoral méditerranéen de Marseille aux Pyrénées, Actes du LVIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon et du XXXe Congrès de la Fédération historique de Provence (Saint-Gilles, 1982), Montpellier, 1983, p. 7-16, p. 11.

6 E. Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter, 1595-1599 (Le siècle des Platter II), Paris, Fayard, 2000, p. 197. Quelques années auparavant des étudiants venus de Narbonne observent à Gruissan une scène identique. Ils étaient le même nombre d’individus à haler le filet : trente à quarante hommes, B. Poissenot, L’Esté (1583), éd. établie, commentée et annotée par G.-A. Pérouse et M. Simonin, Genève, Droz, 1987. Autre description : cette pêche « se fait sur les grèves aux cotes de la mer. On embarque dans une barque plate le filet avec 40 à 50 mailles et pendant qu’un nombre de matelots tiennent à terre le bout de cette corde certains autres s’avancent en mer avec leur barque au fond de 6 à 8 brasses d’eau. Pour lors ils forment en jetant leur filet à la mer une enceinte d’environ mille toises et viennent ainsi à ras de terre où se trouve un troisième party et commencent à traîner à terre leur filet avec autant de vitesse qu’il leur est possible et les deus partys s’approchent à mesure qu’ils tirent à eux une certaine quantité de cordage. On emploie à cette pêche environ 20 personnes à cause du grand poids du filet du plomb qui s’y trouve attaché et des cordages parce que tout ce fardeau est trainé dans toute son étendue sur le fond de la mer. Le filet est fait de fil assez délié mais les mailles en sont assez petites », Arch. dép. Hérault, C 753.

7 Appelé aussi « trahïne » ou traîne.

8 La maille de traîne est une corde de 60 brasses de longueur.

9 La « plage d’Agde qui allait de l’île de Sète au grau de Marseillan » était divisée en « traits » de trois cents mètres de long, autant d’emplacement pour les bouliers, cf. J. Sagnes (dir.), Histoire de Sète, Toulouse, Privat, 1987, p. 38.

10 Aujourd’hui Fleury-d’Aude.

11 Arch. dép. Hérault, C 751. On ne dispose d’aucun renseignement sur Peyriac-de-Mer, sans ouverture sur la mer. Notre information est entièrement constituée par les rapports commandés à la suite des conflits intervenus à propos de la pêche en mer au XVIIIe siècle, cf. infra.

12 H. L. Duhamel Du Monceau, Traité général des pêches et histoire des poissons qu’elles fournissent, Paris, Saillant et Nyon, 1749, section II, chap. III, § 4, p. 49-50.

13 Id., chap. VI, § 10, p. 108-109.

14 Id., section II, chap. III, p. 60.

15 Id.

16 J. C. Gaussent, « Une fonction de l’Amirauté de Sète : l’application des ordonnances de la pêche au XVIIIe siècle », L. Dumond, S. Durand, J. Thomas, (éd.), Les ports dans l’Europe méditerranéenne. Trafics et circulation, images et représentations, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 154-163, p. 156.

17 H. L. Duhamel du Monceau, op. cit., section II, chap. VI, § 6, p. 125-127. Thomas Platter embarque avec six pêcheurs à la hauteur de Pérols. Ils rament pendant une heure jusqu’à un filet posé la veille au soir auquel ils avaient attaché un gros morceau de liège afin de leur servir de repère. Les captures consistèrent surtout en « espèces d’écrevisses rouges et bleues qu’ils appelaient lingoustes et normands [homards ?] ». Ils prennent aussi des écrevisses rondes qu’ils appellent cancro (des crabes ?), des sèches, des soles, E. Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter..., op. cit., p. 200-201. En dehors des filets destinés à la pêche en mer comme le boulier, le ganguy, la palangre, le sardinal, le thonaire, les filets fixes cités pour les pêches en étang sont dans l’Amirauté de Narbonne : le ganguiot, la bastude, l’armaillades ; dans l’Amirauté de Sète : la batude, la mairaide, le bertoulens, la lauzat (pour pêcher l’alose de mai à juillet), la caboutière, la maselonière, la crousille ; dans l’Amirauté d’Aigues-Mortes dont les limites des communautés de Pérols et de Mauguio faisaient la frontière : la bastude, la roumallière, la maselonière, la paliole, la crousilles, avec lesquels on prend des soles, des rougets, des loups, des muges, des dorades, des carpes, des brochets, des aloses, des plies, des carrelets, des anguilles, des raies, des turbots..., Arch. dép. Hérault, C 751. En Roussillon, les filets employés étaient : l’art, le bolitg d’aguilla, le bolitg de feu, le sardinal, l’armallada, la solta, le bou, le rachegall, la taranigna (la traîne), le « filet de battre », le thonaïre auxquels s’ajoutent la palangre et la nansa (un panier de jong lesté).

18 Selon les sites, un ou deux bateaux, guère plus, étaient équipés pour pêcher à la palangre ou les thons. À Gruissan par exemple, en 1726, un seul bateau était équipé d’un filet sardinal, un autre d’un thonaire pour neuf affectés au boulier et treize au ganguy, Arch. dép. Hérault, C 751.

19 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 44 Edt 73 ; C. Blayac, Les gens de mer en Roussillon au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1996, p. 40-41. Le thonaire était un filet de quarante toises de long, douze de large, aux mailles de six pouces en carré, lesté de sept pierres pesant de sept à huit livres chacune et maintenu par des flotteurs de liège. Les pêcheurs de Collioure avaient emprunté une forte somme d’argent au XVIIe siècle pour établir une madrague. Le projet n’aboutit pas. Dans les paroisses voisines le « thonaïre de curra » faisait 280 toises de long, une et demi de large, ses mailles n’avaient que trois pouces en carré.

20 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 44 Edt 73.

21 B. Poissenot, op. cit., p. 106.

22 E. Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter..., op. cit., p. 209.

23 Le mémoire de Grangent est représentatif à cet égard, cf. p. 188.

24 L’art est l’autre nom de l’issaugue. La singularité de Leucate va au-delà. Louis Michel, étudiant la langue des pêcheurs du golfe du Lion au cours de la décennie 1950 y avait entendu des catalanismes inconnus à Fitou le village plus proche à l’intérieur des terres, L. Michel, La langue des pêcheurs du golfe du Lion, Paris, éd. D’artrey, 1964. Leucate, par ailleurs, était le seul site où l’on faisait des salaisons (Arch. dép. Hérault, C 751).

25 Cette importance des bâtiments était nécessaire pour résister au vent auquel il fallait présenter le travers. On plaçait en effet à l’avant et à l’arrière deux bouts-dehors auxquels on attachait la corde du filet. Le bateau se laissait dériver, traînait le filet assez lentement, Arch. dép. Hérault, C 753, L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime, 1750-1789, Paris, Hachette, 1911, p. 639.

26 Règlement de police de 1243, texte dans G. Mouynès, Ville de Narbonne. Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Annexes de la série AA, Narbonne, impr. Caillard, 1871, XXIV, p. 28-30. Le règlement est rappelé périodiquement, jusqu’en 1746 : Arch. mun. Narbonne, BB 45, délibération du 29 juin 1746.

27 Cette proportion ne tient pas compte du Gard dont la façade maritime est trop réduite par rapport à son territoire. On pourrait aussi déduire de ce total Narbonne (9 200 habitants environ) ville située à plus de dix kilomètres à vol d’oiseau de la mer, même si son territoire communal s’étend jusqu’à la côte, G. Larguier, « L’occupation humaine du littoral du golfe du Lion de l’Antiquité au milieu du XXe siècle », Bulletin de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, Rencontre sur le Littoral du Languedoc Roussillon. Aménagement : passé et avenir, 19 et 20 décembre 2009, Hors-série, 2011, p. 57-75, p. 68-69.

28 Pour la recherche du diocèse de Narbonne effectuée entre 1535 et 1537 utilisée ici : Arch. dép. Aude, 56 C 1-4.

29 Pour la commodité « dels peys... e de cassa de ausels ».

30 À Leucate : « estang dels dits habitans... anguylas et peys blancs ». L’étang de Gruissan n’est pas allivré.

31 Arch. dép. Hérault, C 751.

32 Ibid., évêché d’Agde : G 18, 4428 ; évêché de Maguelonne puis de Montpellier : G 1458, 1460-1463, 1486, 1513, 1560, 1708, 1720, 1715 ; chapitre de Béziers : G 524, 705, 707 ; chapitre de Maguelonne puis de Montpellier : G 2046-2047, 2053-2058, 2080, 2125, 2134, 2256, 2343, Abbé Cassan et E. Meynial, Cartulaire d’Aniane, Montpellier, 1900, 450 p. ; P. P. Amarguier, « La pêche en petite Camargue au XIVe siècle », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du CTHS, année 1968, vol. 1, Paris, B N, 1971, p. 331-346, p. 336.

33 A. Degage, Histoire de Frontignan la Peyrade, Municipalité de Frontignan La Peyrade, 1989, p. 151.

34 Une proportion de sept mariniers pour un patron. Il est difficile de faire un dénombrement rigoureux cependant. Les listes de capitation portent les professions, sauf lorsqu’il s’agit des gens de mer. En 1770, Collioure comptait 2025 cotes avec Port-Vendres, à comparer avec le nombre beaucoup plus faible des communautés du littoral audois.

35 E. Cortade, Cotlliure maritim. Navegants, corsaris i pescadors, Barcelona, Barcino, 1970.

36 Arch. dép. Aude, 1751 : C 447 ; 1770 : C 459 ; 1778 : C 467 ; 1788 : C 477, 1786 pour Sigean où en plus de trente patrons on relève un patron pêcheur et un ancien patron (C 475).

37 Arch. dép. Hérault, C 751.

38 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, PUP, 1996, p. 1067-1074.

39 Arch. mun. Frontignan, CC 28-29. Frontignan, au cours de la première moitié du XVIIe siècle, disposait de plus de quarante bateaux de ce type, d’une vingtaine de capouls affectés au transbordement des marchandises depuis la ville jusqu’à la mer, d’une dizaine d’embarcations plus petites vouées à la pêche. Au XVIIIe siècle les activités maritimes, la pêche comprise, disparaissent de Frontignan, l’imposition cabaliste ne fait mention au mieux que de trois patrons pêcheurs.

40 Arch. dép. Hérault, C 753.

41 L’exemple de Collioure est éloquent. Les gens de mer constituent seulement de 3,5 % (1786-1790) à 4 % (1749-1753) de la clientèle des notaires du lieu, E. Bret, Les gens de mer à Collioure durant la seconde moitié du XVIIIe siècle d’après l’activité des notaires, mémoire de master, université de Perpignan, 2004, p. 89-91. La même constatation est souvent faite ailleurs : G. Buti, Les chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (XVIIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR, 2010, p. 284.

42 B. Poissenot, op. cit., p. 106.

43 A. Degage et J.-P. Jeanjean, « Frontignan et la Méditerranée : l’exemple des Argelliès, quirataires de barques de mer, 1633-1661 », J. Rieucau et G. Cholvy (dir.), Le Languedoc et la mer (des origines à la fin du XXe siècle), Montpellier, 1990, p. 109-132.

44 Arch. dép. Hérault, C 751.

45 Arch. dép. Hérault, C 754 ; R. Monpays, Pêches et pêcheurs à Sète au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université Paul Valéry-Montpellier 3, 1979 ; J. Sagnes (dir.), op. cit., p. 122-123.

46 D. Faget, Le milieu marin méditerranéen : conflits, usages et représentations. Le cas du golfe de Marseille (début XVIIIe-début XXe siècles), thèse d’histoire, Aix-Marseille université-université de Provence, 2009, p. 29.

47 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 801.

48 D. Faget, op. cit., p. 50-142.

49 Arch. dép. Hérault, C 751. Le rapport des officiers de l’Amirauté, non daté, suit de près l’arrêt du Conseil du 25 septembre 1725 réglementant les pêches.

50 Ibid., C 6668.

51 Ibid., C 4620, cf. le texte du mémoire de Grangent ci-après p. 184.

52 Ibid., C 6671.

53 29 en 1755, 49 en 1765, 50 en 1785, cf. R. Monpays, op. cit.

54 D. Faget, op. cit., p. 57.

55 Arch. dép. Hérault, C 1996, 15 juin 1767.

56 A. Zysberg, Marseille au temps du Roi-Soleil. La ville, les galères, l’arsenal, 1660-1715, Marseille, J. Laffitte, 2007, p. 264.

57 D. Faget, op. cit., p. 109.

58 L. Dermigny, « Sète et l’Espagne. Une entreprise d’émigration au XVIIIe siècle », Hommage à Lucien Febvre, Paris, A. Colin, 1953, p. 429-446.

59 M. Mollat, Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Privat, 1987, p. 158.

60 Arch. dép. Hérault, C 751.

61 Livre cinquième, titre II, articles XIII : interdiction de faire la pêche du ganguy ou du brégin [...] pendant les mois de mars, avril et mai, XIV : défense de pêcher pendant les mêmes mois avec le boulier près des embouchures des étangs et des rivières, XV : interdiction aux pêcheurs qui se servent d’engins appelés fichures de prendre les poissons dans les bastudes ou autres filets tendus dans les étangs salés.

62 Arch. dép. Hérault, C 751, lettres des 12 et 15 mai 1725.

63 La technique serait originaire de Tarragone et du delta de l’Ebre. On la repère près de Toulon vers 1716, à quelques années près aussi dans le golfe de Marseille, D. Faget, op. cit., p. 47.

64 Arrêt du Conseil du 25 septembre 1725, déclaration du 23 août 1728 sur la pêche du poisson de mer dans la province de Languedoc. M. Pavé, Réglementation et organisation de la pêche côtière en France, 1755-1850, thèse d’histoire, Université Paris-Sorbonne, 2000, 426 p.

65 M. Mollat, op. cit., p. 225.

66 J.-C. Gaussent, art. cit.

67 Article II de la déclaration.

68 Arch. dép. Hérault, C 751, lettre du commissaire des Classes de Narbonne, 1er juin 1731.

69 A. Molinier, Une paroisse du bas Languedoc. Sérignan 1630-1789, Mémoires de la société archéologique de Montpellier, t. XII, Montpellier, 1968, p. 51, 87-93.

70 Ils étaient neuf en 1726.

71 Arch. dép. Hérault, C 785, plaintes des pêcheurs de Leucate contre des Gruissanais, lettre du subdélégué de Narbonne, 2 août 1757 ; des pêcheurs de Sète contre ceux d’Agde et de Marseillan qui « viennent journellement sur nos côtes » (Arch. dép. Hérault, 4 B 311, 7 avril 1764).

72 Ibid., C 785, les officiers de l’Amirauté de Sète, 29 septembre 1739.

73 Contrats passés par-devant notaire à Sérignan le 9 mai.

74 C.-M. Robion, « Une dynastie d’officiers et de militaires en Narbonnais du XVIIe au XIXe siècle : la famille d’Angles », Bulletin de la commission archéologique et littéraire de Narbonne, 1990, p. 93-98.

75 Arch. dép. Hérault, C 786, lettre, 16 mai 1769. Dans une lettre du 6 septembre de la même année Rome va encore plus loin : selon lui les visites des bouliers n’ont pour objet que d’éviter les plaintes de leurs propriétaires.

76 Ibid., C 785, Rome, 28 avril 1757.

77 J. Sagnes (dir.), op. cit., p. 36.

78 L. Michel, op. cit., p. 90.

79 On retrouve le même phénomène, aux mêmes dates, dans le golfe de Marseille, D. Faget, op. cit., p. 291-297, et doc. 27, p. 588.

80 Arch. dép. Hérault, C 751.

81 Ibid., C 753, 1770.

82 Livre 5, titre II, art. XII : défense aux pêcheurs de l’employer pour attirer la sardine. Il s’agit d’œufs de morue et l’autre nom de la rogue.

83 Arch. dép. Hérault, C 753, 28 mai 1770.

84 Ibid., C 757, Rome, 9 septembre 1770.

85 G. Larguier, « Pêche et société en Languedoc au XVIIIe siècle. La « pêche aux bœufs », L’histoire grande ouverte. Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 1997, p. 58-67.

86 Arch. dép. Hérault, C 787, Tredos, le 27 septembre 1770.

87 Arch. dép. Hérault, C 785, 25 septembre 1757.

88 Arch. dép. Hérault, C 787, dans une délibération, le 12 décembre, la communauté d’Agde avance que la destruction des bateaux entraînait la perte totale de la marine, réduisait deux mille personnes à la misère. L’argument est exagéré, la flotte à Agde était composée principalement de bâtiments de commerce.

89 Bib. Mun. Toulouse, ms 1541.

90 Une tartane construite à Agde au même moment coûtait 3 600 livres.

91 Arch. dép. Hérault, C 787, Rome, 27 septembre 1770.

92 Elle ne sera pas détruite. Durant la guerre d’Amérique où de nombreux Gruissanais furent mobilisés, les patrons de pêche constituèrent une caisse de secours pour les pères, mères, femmes et enfants des marins enrôlés sous le contrôle du commissaire des classes en résidence à Narbonne, J. Yché, J. Pauc, Étude historique sur Gruissan, Narbonne, 1985 (1re édition 1916), p. 103.

93 Ibid., C 787 ; L. Dutil, op. cit., p. 647.

94 La sénéchaussée de Carcassonne, auxquelles appartenaient les communautés littorales du diocèse de Narbonne, beaucoup plus continentale, s’intéresse peu à la pêche. Seul écho, les doléances insérées dans un « cahier des localités... » qui n’avaient pu trouver leur place dans le cahier du tiers état. Gruissan se borne à un prudent « ...qu’on accorde aux dits matelots la liberté de la pêche tant sur les cottes de la mer que sur les etangs salé... », G. Larguier et allii, Cahiers de doléances audois, Carcassonne, Association des amis des Archives de l’Aude, 1989, p. 312.

95 J.-P. Donnadieu, États généraux de 1789. Sénéchaussées de Béziers et Montpellier (procès verbaux et cahiers de doléances), Montpellier, Archives départementales de l’Hérault, 1989, article 13 du cahier du clergé de Béziers, p. 67 ; article 12 du cahier du clergé de la sénéchaussée, p. 63 ; article 18 de la noblesse, p. 87.

96 Ibid., p. 317.

Auteur

Professeur émérite, Université de Perpignan Via Domitia

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540