Version classiqueVersion mobile

Les hommes et le littoral autour du Golfe du Lion, XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Orientaux, Turcs et turqueries autour du golfe du Lion (XVIIe-XVIIIe siècles)

Gilbert Larguier

Texte intégral

  • 1 J. Dakhlia et B. Vincent, Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. 1. Une intégration invisible, (...)

1Les actes de baptême constituent souvent les seules traces de la présence en Occident de « Turcs » – c’est-à-dire de musulmans –, les seules mentions aussi dont on dispose sur ces néophytes car ces actes sont rarement diserts. Témoignages fugaces dont on sait qu’ils risquent d’exposer à une double sous-estimation : des baptêmes – les registres paroissiaux inégalement conservés sont souvent lacunaires –, du nombre des « Turcs » en territoire chrétien à titre temporaire ou définitif. Combien y eut-il de convertis en effet par rapport au nombre de musulmans qui persistèrent dans leur foi ? Longtemps restés anecdotiques, simples mentions éparses dans des inventaires, ils acquièrent sens lorsqu’on s’efforce de les rassembler. Non sans surprise – elle n’est pas totale car des indices pouvaient le suggérer –, on constate la présence de « Turcs » très en profondeur dans le territoire, jusqu’au centre de la France, le plus souvent dans des villes, et même en Angleterre1.

2Le signalement des Turcs, plus largement d’Orientaux loin à l’intérieur des terres, comme la fréquentation du Maghreb et de l’Empire ottoman par des Occidentaux, disent l’interpénétration de la chrétienté et de l’islam, la complexité de leurs relations. C’est vrai des frontières terrestres, plus encore des frontières maritimes dont la Méditerranée fut le théâtre principal mais non exclusif puisque la course barbaresque, avec l’apport des Morisques et les renforts des « renégats » d’origine atlantique – du littoral du royaume de France et de la mer du Nord –, pousse ses incursions jusqu’en Islande et aux abords de Terre-Neuve.

3Le golfe du Lion, directement concerné, livre son lot d’informations, discontinues, hétérogènes, dont les traits communs sont de s’inscrire dans la durée, de rester à la frange du contact entre la terre et la mer tout en ouvrant sur le large et en donnant à voir sous les formes les plus diverses la fonction de frontière du littoral. Des faits sont connus. Il s’agit ici de mieux les relier, de percevoir leur signification, de nourrir un dossier à enrichir ultérieurement.

I. L’odyssée d’un jeune Persan

A. Un Persan à Sigean

4Les actes de baptême, aux formules convenues, disent généralement peu sur les nouveaux convertis : un prénom, une origine parfois, vague, un âge rarement. Exceptionnel est celui reporté dans les registres paroissiaux de Sigean à la date du 21 mai 1630. Doutant du bien-fondé de son attitude, prévenant d’éventuels reproches et la nullité du sacrement administré, le recteur Resseguier expose son cas de conscience, narre en même temps l’odyssée du jeune Persan à qui il vient d’administrer le baptême :

  • 2 Arch. mun. Sigean, GG 7, fo 1.

« Le vingt et uniesme may (1630) second jour appres la feste de la Pentecouste je Guillaume de Resseguier recteur ay Baptisé un enfant adulte lequel Guillaume Berle patron natif de l’isle deu Martigue a present habitant deu present lieu de Sejan m’avoit priez et requis de le vouloir baptiser le jour auparavant avec protestations de ne pouvoir atandre davantage a s’embarquer et m’auroit declairé qu’il avoit un an et demi qu’il trouva cest enfent aux trois Maries lequel avoit este abandonné la par une barque dans laquelle il avoit esté la porté avec un sien oncle que c’estant endormi sur la rive la barque estoit partie sans luy, qu’il doubtait que cest enfant feus baptize estaiant parlé a l’enfant lequel dit le jour de la Pentecouste mestoit veneu trouver et m’avoit demandé le baptème et auquel j’ai n’avoit pas voleu croire qu’apres que j’en serois informé par le dit Patron Berle. J’ai trouvé par les interrogatoires que j’ai luy fit qu’il est fils de Lazare Jetgar marchand de Spahan en Perse et de Leche de Sese du mesme pays mariés que son pere estant mort il avoit été tiré des mains de sa mere agé seulement de cinq ans par un sien oncle qui l’auroit tenu en Turquie quelques années et despuis quelques autres années a Venize et a Roume et alieves jusque qu’il fust abandoné au dit lieu des trois Maries qu’il croioit nestre pas baptisé d’autant que quoi quil se souvient que parlant d’avec sa mère elle luy dit qu’il estoit chrestien neanmoingt il scait que a son pais ons ne baptise les enfens qu’ils n’aient six ans sept mois que ce pais est subject au Turc qui de trois enfens en prent un si que son aisné avoit esté choisi par les officiers deu grand Turc que dans ceste incertitude il me requeroit de vouloir baptiser l’aiant voulu interroger j’ai trouvé qu’il ne savoit que le Pater assez mal et L’Ave que le dit patron lui avoit enseigné et aiant poussé le dit patron de s’arrester quelques jours pour le pouvoir instruire ici ne pus obtenir que ce jour et jusques au present jour vingt et unieme pendant lequel temps j’ai taché de l’instruire et rudiments de la foy qu’il concevoit et retenoit asez bien et l’aiant recogneu très desirant deu bapteme et autant bien disposé que j’ai le pouvois désirer jugant qu’il peut avoir quinze ou seize ans n’aiant le temps pour en pouvoir demander avis à monseigneur l’archevêque ou mr son grand vicaire ce matin après la messe matinière avec la solempnité et cérémonies portées par de rituel j’ai l’ai baptisé soubs condition s’il ne l’estoit pas et luy a esté imposé le nom de Joseph Bernard, le parrin a esté Bernard de Saint Martin marchand de Sijan et marrine Marquise de Lays femme du dit Guillaume Berle patron natifve de l’isle deu Martigue et après le dit baptème a la fin de la grand messe luy ai administré le très saint sacrement de l’autel ». (signé : Resseguier recteur)2

B. Ispahan, nouvelle capitale de la Perse, accueillante aux religions

  • 3 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, PUP, (...)

5Le cas est peu banal en effet. Pasteur du gros bourg de Sigean sur le territoire duquel se trouvait l’accès à la mer depuis Narbonne – La Nouvelle3 –, Guillaume Resseguier avait immédiatement perçu le caractère hors du commun des aventures du jeune Jetgar dont il venait de devenir un acteur. Dans celles-ci il a la position suivante, et cette fonction : naturel du pays, du diocèse de Narbonne, il représente la terre face au provençal Guillaume Berle fraichement venu à Sigean où patron occupé à ses voyages il passait peu de temps et face à son mousse, déraciné, au destin improbable. Tout aussi improbable, voici mis en contact trois personnages, trois degrés de mobilité et d’insertion dans la société, trois territoires aussi de natures et de dimensions différentes : les bords du golfe du Lion, la Méditerranée occidentale, la mer Intérieure entière et ses prolongements orientaux.

  • 4 Est-ce Joseph, qui précède celui de son parrain qu’on lui attribue ?
  • 5 H. Nahavandi et Y. Bonati, Shah Abbas empereur de Perse, 1587-1629, Paris, Perrin, 1998.

6Le plus intéressant, bien sûr, est le dernier. Le baptisé, dont on ne saura jamais le prénom qui lui fut d’abord donné4, enfant adulte – l’expression employée par le recteur est à relever, Resseguier s’est trouvé devant un adolescent manifestement mature et décidé –, est persan, né à Ispahan. Du récit de sa vie et de sa constitution physique, le recteur déduit son âge : quinze à seize ans. Il aurait donc vu le jour en 1614 ou 1615 dans la ville que shah Abbas Ier (1587-1629) avait choisie comme nouvelle capitale de l’empire safavide5. Ce moment est particulièrement faste pour l’Iran grâce à la personnalité puissante et originale du souverain. Sa réorganisation de l’armée équipée d’une nombreuse artillerie lui permit de repousser les Ottomans vers l’ouest, en 1622 de reconquérir Ormuz et les territoires dont les Portugais s’étaient emparés après le contournement de l’Afrique, bloquant ainsi la route des épices et la détournant à leur profit.

  • 6 Où les envoyés accostèrent-ils et reprirent-ils la voie terrestre ? On aimerait le savoir. De même, (...)
  • 7 H. Nahavandi et Y. Bonati, op. cit., p. 108-109.

7Abbas, pour parvenir à ces résultats, à résister à la menace ottomane en particulier – c’est un des traits majeurs de sa politique dès le début de son règne –, n’eut de cesse d’établir des liens avec les puissances de l’Occident chrétien sans réussir à susciter chez elles l’intérêt qu’il espérait. Il envoya une grande ambassade en 1599. Celle-ci partit d’Ispahan le 9 juillet, prit la route de la Caspienne afin de contourner les terres ottomanes, passa par Moscou, la Norvège, l’Allemagne, Rome, gagna Gênes, le sud de la France par mer6, franchit les Pyrénées, parvint à Barcelone en 1602, de là continua jusqu’à Valladolid. Mais elle n’aboutit à rien de concret, d’autant que trois membres de la suite persane décidèrent de se convertir au christianisme et le roi Philippe III accepta d’être parrain de l’un d’eux, ce qui fut considéré comme un geste inamical7.

  • 8 Les voyages de Jean-Baptiste Tavernier..., op. cit., p. 547.

8Shah Abbas eut plus de succès auprès des individus qu’auprès des États peu disposés, au moins de manière ouverte, à se brouiller totalement avec l’Empire ottoman auquel ils étaient directement affrontés en Europe centrale et en Méditerranée, même si les manœuvres d’affaiblissement sur ses arrières n’étaient pas dénuées d’intérêt : Anglais comme les frères Shirley agents actifs de la réorganisation de l’armée, Hollandais en la personne du représentant à Ispahan de la compagnie hollandaise – il s’agit de la Vereenigde Oost-Indische Compagnie fondée en 16028 –, Français aussi, nombreux dans la capitale à la fin du règne de shah Abbas.

  • 9 Renouveau serait un terme plus approprié après les terribles pillages de Tamerlan (1387).

9Jean-Baptiste Tavernier, allé à plusieurs reprises en direction de l’Orient profond à partir de la Turquie, a fait un tableau informé d’Ispahan en plein essor9 à laquelle, grand bâtisseur, Abbas accorda toute son attention. Le voyageur le souligne, ne serait-ce qu’en décrivant les étapes de ses périples : la nouvelle capitale, vraie oasis entre montagne et désert juchée à 1 400 mètres d’altitude environ, était un nœud routier de première importance, un passage obligé pour les caravanes. À quels trafics se livrait le père du jeune persan qui était marchand ? Trop jeune à sa mort, celui-ci ne l’a peut-être jamais su exactement. Il est significatif néanmoins que son oncle se soit déplacé vers un des aboutissements du trafic caravanier.

  • 10 G. Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Privat, 2007, p. 436-437.
  • 11 Les voyages de Jean-Baptiste Tavernier..., op. cit., p. 412.
  • 12 Ibid., p. 410, 420.
  • 13 Ibid., p. 420.

10Carrefour de négoce au long cours, Ispahan le fut aussi de populations et de religions, selon la volonté du shah. Ce dernier fit tout pour attirer les Occidentaux, on vient de le voir, les Arméniens aussi, transplantés de force. Échouant à enlever l’Arménie aux Ottomans, Abbas Ier contraignit à l’émigration les habitants de Dchougha10 (Djoulfa), une ville d’Arménie majeure, auxquels il affecta un quartier fondé en 1605, la Nouvelle-Djoulfa. Ces rudesses ne seraient pas à signaler si les Arméniens n’avaient joui à Ispahan de la liberté de construire des églises et de pratiquer leur culte. Le fait que le shi’isme fut la religion d’État dans l’Iran safavide n’empêchait pas le respect de toutes les croyances. Abbas fit de la tolérance religieuse, de la protection des chrétiens en particulier, la pierre angulaire de sa politique, quitte à susciter l’incompréhension. Il n’hésita pas par exemple à assister à des fêtes chrétiennes, à les présider, à abolir l’interdiction pour les musulmans de se convertir au christianisme (1607), à autoriser la libre circulation des prêtres et des missionnaires chrétiens (1615) puis l’établissement d’une école missionnaire. Jean-Baptiste Tavernier – son témoignage est de quelques années postérieur aux années où le jeune Jetgar vécut en Perse – a été frappé par le nombre des religions présentes dans la capitale et la diversité des confessions chrétiennes. Il énumère : outre les Arméniens, des jacobites, des coptes, des nestoriens11, des protestants avec les Anglais et les Hollandais, des chrétiens romains en petit nombre puisqu’il n’en connaissait guère plus de cinq ou six12, et parmi les religieux français des Augustins, des Carmes, des Capucins, des Jésuites13. Au seuil du second tiers du XVIIe siècle, la capitale de l’empire schi’ite faisait cohabiter sans conflits apparents plus de christianismes qu’en nul autre lieu.

C. De Perse en Turquie, de Turquie en Italie

11La mort du père met fin à la séquence persane, à la protection maternelle aussi. Le sort voulut que l’oncle qui le réclama ne résidât pas en Perse, mais dans l’Empire ottoman, à l’ouest. Était-il un maillon d’un réseau familial de négoce entre Ispahan et les bords de la Méditerranée ? On ne le saura pas, ni le lieu où le jeune orphelin aboutit d’abord. Le voilà plongé dans un autre espace religieux, de pouvoirs et de contacts aussi. Il semble en effet que l’occasion ne lui fut jamais donnée de revenir en arrière, qu’il fut au contraire comme inexorablement entraîné vers l’ouest.

  • 14 Des cas sont signalés d’enfants pris plus jeunes, B. et L. Bennassar, Les chrétiens d’Allah. L’hist (...)

12Première étape la Turquie – cela veut dire un pays sous la domination turque –, en compagnie d’un frère plus âgé que lui – combien d’enfants comptait la fratrie ? –, également venu auprès de son oncle. Quelle était la différence d’âge entre les deux orphelins ? Trois ans au moins puisqu’il fut « ramassé » et converti à l’islam. On a reconnu le devchirme, au sens littéral du terme le « ramassage », pratiqué dans l’Empire ottoman depuis la fin du XIVe siècle, consistant au recrutement d’enfants et d’adolescents chrétiens âgés de huit à seize ans dans les villages plus que dans les villes des pays conquis14 et principalement dans les provinces balkaniques de l’empire. Le « ramassage » d’un garçon sur trois dans chaque famille selon Jetgar puiné, de un sur cinq selon d’autres sources et pas toujours dans les mêmes villages, concernait chaque année plusieurs centaines d’enfants envoyés dans des familles anatoliennes pour ceux que l’on destinait à la carrière militaire ou au Palais si l’on voyait en eux des sujets doués afin de leur donner une éducation soignée. Janissaire ou promis à de hautes fonctions, car les cadres de l’administration de l’État se recrutaient dans ce vivier de chrétiens turquisés : qu’est devenu le frère du baptisé de Sigean ? Celui-ci, resté trop peu de temps dans l’Empire ottoman, ne le savait peut-être pas.

13Le devchirme mis à part – on s’accorde néanmoins à le considérer comme un facteur déterminant de la puissance ottomane sur le plan militaire, puisqu’il introduisait ainsi la diversité ethnique de la classe dirigeante de l’empire et la prémunissait contre la reproduction sociale sclérosante –, les Ottomans ne manifestèrent pas sur le plan religieux de tendance assimilatrice ou d’esprit de prosélytisme. Juifs et chrétiens, « gens du Livre », certes frappés de mesures discriminatoires qui marquaient leur infériorité par rapport aux vrais croyants, pouvaient pratiquer leur religion, conservaient leurs lieux et objets de culte.

  • 15 M. P. Pedani, Venezia porta d’Oriente, Bologna, Il Mulino éd., 2010, p. 216.
  • 16 J. Dakhlia et B. Vincent, op. cit., p. 502-503. En 1662, les autorités vénitiennes veulent obliger (...)

14Comment l’oncle et son neveu passèrent-ils dans le monde chrétien romain : par voie de terre ou par mer ? On ne sait pas. Le jeune Persan cite deux villes, Venise et Rome où il serait resté quelques années – trois ou quatre si on suit attentivement son récit. L’entrée vénitienne en chrétienté est chose normale, voire attendue. Les Orientaux n’y étaient pas rares en raison de la présence ancienne et forte de la Sérénissime dans le Levant. Abbas Ier choisit d’ailleurs un Vénitien comme consul de Perse dans la grande ville ottomane d’Alep et de toutes les terres qui lui étaient soumises15. Nations et religions se côtoyaient à Venise. Des Turcs par exemple – de la côte dalmate, de Grèce – y séjournaient par dizaines pour leur négoce, logeaient dans des auberges près du Rialto, suffisamment nombreux pour qu’on leur accordât de créer une maison puis un entrepôt où les marchands pouvaient loger, le Fondaco dei Turchi (1621). Les Persans étaient moins nombreux. Ils se tenaient néanmoins à l’écart des Turcs, refusaient même s’ils étaient musulmans de vivre avec les sujets du sultan, préféraient continuer à résider dans des maisons louées près du Rialto16.

  • 17 Les voyages de Jean-Baptiste Tavernier..., op. cit., p. 398.
  • 18 Ibid., p. 415-416.
  • 19 J. Dakhlia et B. Vincent, op. cit., plusieurs cas sont cités : deux marchands arméniens, de Perse, (...)
  • 20 S. Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean : the Global Trade Newoks of Armenian Merch (...)
  • 21 G. Poumarède, Pour en finir avec la Croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux X (...)

15Ces Orientaux pratiquaient le commerce au long cours. Des marchandises de Nuremberg et de Venise se débitaient à Ispahan17. Jean-Baptiste Tavernier signale le passage par l’Iran alors qu’il revenait des Indes à la fin de l’année 1627 d’un certain Antonio Doro, originaire de Mésopotamie qui avait fait de Venise le centre de ses affaires tout en continuant lui-même à pérégriner en compagnie de marchands vénitiens18. D’autres Persans sont mentionnés à peu d’années près, ainsi à Londres19, à Livourne20. Jetgar puiné ne cite pas cette dernière place, ni Ancône dans les États du pape où Grégoire XIII avait accordé des privilèges aux négociants « des parties orientales », musulmans compris, ni Naples21. Est-ce un oubli imputable à la brièveté de ses échanges avec Guillaume Resseguier, à l’économie de la relation du prêtre qui a retenu les villes principales, ou encore à sa connaissance mal assurée de ports plus récents, comme Livourne en train d’acquérir une position déterminante dans les trafics entre l’Atlantique, le bassin de la Méditerranée occidentale et le Levant ? Jetgar, cependant, a pris nécessairement la mer depuis la côte ligurienne.

  • 22 M. Caffiero, Battesimi forzati : storie di ebri, cristiani e convertiti nella Roma dei papi, Rome, (...)

16Plutôt que le port toscan, autre havre de tolérance où dès le début du XVIIe siècle se forment des « nations », c’est-à-dire des communautés bien identifiées jouissant de droits de juifs, d’Arméniens, de Grecs, de Maronites, de Français ainsi que de Hollandais et d’Anglais qui s’en servaient d’entrepôt et de base en direction de la Méditerranée orientale, la seule autre ville citée est Rome, beaucoup moins active sur le plan commercial. Sans rien savoir des raisons de ce séjour, notons simplement qu’au moment où s’amorçait la Contre-Réforme Rome était munie d’institutions au service de l’œuvre de conversion comme les case dei catecumeni, l’Ospizio dei convertendi22, et d’un collège maronite créé en 1584.

D. La Méditerranée provençale

17La troisième séquence – la quatrième si l’on dissocie les étapes ottomane et italienne – se déroule sur mer. C’est la plus étroite territorialement, la moins citadine, la plus incertaine aussi. Les principaux jalons de son périple mentionnés jusqu’ici étaient de grandes villes, remarquables par leurs ensembles monumentaux. Ispahan comptait entre cent cinquante et deux cent mille habitants lorsque le jeune persan vit le jour. L’attribution est peut-être un peu généreuse. C’était davantage que la population de Venise ou de Rome. Sur les rives de la Méditerranée occidentale, se trouvaient Gênes, Marseille, ainsi que des ports plus modestes le long des côtes rocheuses ligurienne et provençale. À partir du Rhône, voire de « l’île de Martigues », c’était un désert quasiment puisqu’aucune grande ville n’existait à proximité du littoral et aucune localité ne touchait l’eau.

18À quels trafics se livrait l’oncle et pour le compte de qui ? Les grands marchands en Méditerranée occidentale ne suivaient pas leur marchandise. L’imprécision de la relation du prêtre de Sigean reflète peut-être le manque de clarté des explications du jeune garçon. Ce qu’il a dit de ses tribulations est-il en effet en tout point conforme à ce qu’il avait vécu ? Qu’il se soit trouvé au nombre des membres d’un équipage n’est pas surprenant. Des garçons de dix à douze ans prenaient la mer. Son abandon sur la plage ne fut pas le fait d’une inattention fortuite, mais intentionnelle, comme si à chacune de ses étapes l’oncle abandonnait un de ses neveux. Obscurité sur ces circonstances mises à part, le récit dit beaucoup sur les conditions de navigation dans le golfe du Lion et le Narbonnais au cours du premier tiers du XVIIe siècle.

  • 23 G. Larguier, « Naufrages et risques saisonniers dans le golfe du Lion, XVIIe-XIXe siècles », M. For (...)

19Les Trois Marie, on l’a deviné, sont le lieu appelé aujourd’hui Les Saintes-Maries-de-la-Mer, situé à peu près au centre de l’interminable façade du delta du Rhône qui s’étend du grau du Roi à l’entrée de l’étang de Berre, c’est-à-dire à Martigues, un secteur dangereux pour la navigation en raison de la faiblesse des fonds, de la difficulté par mauvais temps à distinguer la côte, trop basse sur l’horizon, inhospitalière, où aucune âme qui vive ne se trouve à des kilomètres à la ronde sur la plage comme à l’intérieur des terres. Le golfe du Lion jouissait d’une réputation détestable à cause de la violence comme de l’instabilité des vents, de l’absence d’abris, de la fréquence des naufrages23.

  • 24 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 818 sq.

20Seule une embarcation de faible tirant d’eau pouvait accoster là où l’équipage avait pris terre – une tartane ? Les marins s’éloignaient peu du rivage, naviguaient rarement la nuit, prenaient la mer seulement lorsque le vent n’était pas trop violent. D’où d’interminables attentes parfois, puis la décision rapide de reprendre la mer dès que le temps devenait plus favorable. Au printemps, fin mars, début mai, le temps est instable. Le vent inconstant dans le golfe, plus particulièrement depuis le Roussillon jusqu’à Agde, entraîne des accidents. Cela peut expliquer la précipitation mise par le patron Berle à repartir. Le trafic à La Nouvelle depuis 1620 consistait principalement en expéditions de blé24. Le grau, insuffisamment profond, empêchait les bateaux d’entrer et de sortir à pleine charge. Il fallait sortir en mer pour compléter une cargaison. Mais, en cas de brusque changement de temps, les marins se retrouvaient prisonniers de la mer.

  • 25 Ibid., p. 847-867, tableau no 47, p. 852-853. Les Languedociens effectuent 12,51 % des sorties, Nar (...)

21Guillaume Berle est un patron provençal, de Martigues, le port le plus proche des Trois Maries où il recueillit le jeune Persan. Les Provençaux, depuis la fin du XVIe siècle et jusque tard dans le XVIIe siècle, furent les principaux transporteurs des expéditions faites à partir de La Nouvelle. Narbonne, dont les trafics avaient cessé au XVe siècle, ne disposait plus guère de marine ni de marins. L’activité nautique principale consistait dans le transport des grains sur des allèges depuis Narbonne jusqu’à la mer. Si bien qu’on peut parler d’un véritable partage des rôles : le négoce – les marchands, le capital – et la conduite jusqu’au lieu d’embarquement revenaient aux Narbonnais, les voyages sur mer aux Provençaux. Ceux-ci détinrent en effet un quasi monopole pendant les deux premiers tiers du XVIIe siècle. Au cours des années 1624-1626 ils effectuèrent 85,76 % des embarquements déclarés à La Nouvelle, les Martégaux occupant la première place (30,59 %), les patrons de Six-Fours (17,45 %) et de La Ciotat (13,41 %) venant ensuite25. Ce déséquilibre explique leur venue en Narbonnais.

22Les Provençaux ne s’activaient pas seulement sur la mer, dominant les trafics du golfe du Lion. Ils étaient aussi en nombre en Narbonnais, sollicités pour leur savoir-faire en matière hydraulique, qu’il s’agisse de drainage de terres que l’on voulait mettre en culture, ou de contributions à l’amélioration de la liaison entre Narbonne et la mer, la robine, partiellement un ancien cours de l’Aude, avec l’enrochement et le curage de celle-ci. L’adolescent abandonné aux Trois Maries ne s’est donc pas retrouvé par un total hasard à Sigean dans la maison d’un patron originaire de Martigues.

  • 26 Sur ces différences : L. Michel, La langue des pêcheurs du golfe du Lion, Paris, éd. D’Artrey, 1967

23Avait-il eu déjà l’occasion de venir à Sigean ? Le curé semble découvrir son existence bien qu’il fut en compagnie de Guillaume Berle depuis dix-huit mois. À moins que le patron provençal ne fut venu que très récemment s’installer en Languedoc. Le prêtre échange sans difficulté avec l’adolescent, le comprend suffisamment bien pour juger de sa capacité de mémorisation. En quel idiome se parlèrent-ils : en provençal, en narbonnais – les différences étaient minimes26 – ou en « langue franque », un mélange de français, d’espagnol et d’italien employé dans le bassin occidental de la Méditerranée parlé dans les ports et par les équipages aux origines souvent très composites ? Guillaume Resseguier n’en dit rien. Apprécions néanmoins l’itinéraire linguistique effectué par le néophyte depuis son départ d’Ispahan, apparemment à l’aise après quelques mois passés aux côtés de Guillaume Berle.

  • 27 Les deux autres sont le Credo et le Salve Regina.

24Celui-ci a parlé religion avec son protégé resté semble-t-il sans direction spirituelle depuis qu’il avait été soustrait au giron maternel : dix années passées hors de toute confession, même si le souvenir d’être chrétien ne s’était jamais altéré. Son mentor en spiritualité – son sauveur – ne lui avait transmis qu’un bagage sommaire : le sien ? Il connaissait seulement les deux premières des quatre prières fondamentales27. Resseguier laisse entendre qu’il connaissait mieux l’Ave que le Pater : c’est la foi du marin exposé à des situations délicates en mer. On ne peut savoir comment s’engagea l’embryon de catéchèse, si ce fut à l’incitation du patron ou à la sollicitation du garçon. Peu importe. Elle entraîna chez ce dernier la réactivation de ses souvenirs d’enfance, et, la maturité aidant aiguisée par les risques encourus dans sa nouvelle vie, la prise de conscience d’un manque. Il est presque piquant, après avoir séjourné à Rome, de le voir recevoir le baptême romain dans sa formulation tridentine seulement dans cette extrémité occidentale.

  • 28 Dakhlia et B. Vincent, op. cit., p. 351.
  • 29 S. Espuna, La peste à Narbonne de 1628 à 1631, mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1996.
  • 30 Arch. dép. Aude, 3 E 16197, nombreuses réquisitions de patrons provençaux et de marchands marseilla (...)
  • 31 Arch. mun. Sigean, BB 3. Ce n’est qu’en 1632 que la mortalité sévira dans Sigean. En trois mois (ju (...)

25Le prêtre dispose de peu de temps, catéchise en fait moins qu’il ne s’assure de la fermeté d’une intention. Dans nombre de cas de baptêmes de « Turcs » la brièveté de la période consacrée à la formation des néophytes a été soulignée28. Les incertitudes du temps y ont probablement contribué aussi. La peste rodait depuis 1629 en effet, entravait les relations sur terre comme sur mer29. Le trafic maritime à partir de La Nouvelle était interrompu alors, ou tout au moins fortement perturbé et plus guère contrôlé par la foraine. Le 19 septembre 1629 le gouverneur de Languedoc avait interdit toute sortie de blé, au grand dam des patrons arrivés à La Nouvelle pour embarquer les cargaisons qui leur étaient promises30. Tout au long de l’hiver et jusqu’au printemps les consuls de Sigean auront le plus grand mal à imposer des quarantaines aux patrons et à contrôler leurs mouvements31.

  • 32 Arch. dép. Aude, 3 E 16196-16198.

26La brièveté du temps laissé pour préparer la cérémonie en a limité l’éclat. Elle a lieu après la messe matinale quotidienne. Le parrain n’est autre que le « chevaucheur » de Villefalse, propriétaire du relais-auberge situé sur la route d’Espagne, à la fois maître de poste, négociant en laine et principal créancier du secteur32, la marraine la femme du patron promue mère de substitution. Le rituel romain faisait de lui un Occidental, ce qu’il était déjà devenu par la langue et le genre de vie... avec une mère chrétienne de rite oriental et un frère islamisé ! Une fois reparti, on perd la trace de Joseph Bernard Jetgar.

  • 33 Déformation française de l’italien Ciolfalino, habitant de Djoulfa.
  • 34 La présence d’autres Persans est attestée aussi à Paris en 1625, CARAN, notaires, ET/VI/0198. O. Ra (...)
  • 35 Nicolas Claude Fabri seigneur de Peiresc, Abrégé de l’histoire de Provence et autres textes inédits (...)

27Dommage. On aurait aimé en savoir plus, sur son compte, sur celui de son oncle également. Le jeune Persan intrigue. Son patronyme l’atteste : il était issu de la communauté arménienne, de la Nouvelle-Djoulfa donc. Il se trouve que des Choffélins33 apparaissent à Marseille et Toulon vers 1620, les premiers afin de récupérer des créances d’agents commerciaux peu scrupuleux avec qui ils étaient en contact à Alep. Plusieurs s’étaient installés ensuite, supprimant ainsi les intermédiaires pour le négoce au long cours des soieries qu’ils pratiquaient principalement34. Les étapes successives de l’oncle vers la Provence, sa présence sur une barque bien que les Choffélins aient toujours donné la préférence aux embarcations françaises pour venir en Provence depuis Gênes ou Livourne35, son « oubli » même, concordent mal avec son appartenance à un réseau communautaire de négoce de produits de luxe, même si le type de contrat liant ces marchands entre eux – la commenda – laissait une relative liberté d’initiative pour faire fructifier les capitaux confiés. De même, l’affirmation de Jetgar selon laquelle dans son pays on ne baptisait pas les enfants avant six ans et sept mois révolus est problématique. Dans la communauté arménienne le baptême s’administrait huit, au plus tard quarante jours après la naissance.

28Laissons ce météore à ses mystères.

II. Le littoral, une frontière « turque » ?

  • 36 B. et L. Bennassar, op. cit.

29Les interrogations du curé de Sigean nous ont révélé les aventures du jeune Persan, par elles ouvert sur le golfe du Lion, au-delà sur les Méditerranées et leurs prolongements. Combien de destins semblables nous restent inconnus ? On sait maintenant qu’il y en eut plus qu’on ne le soupçonnait. Il n’est pas indifférent que la relation de l’odyssée figure dans un registre paroissial. Jusqu’au milieu du XVIIe siècle ces cas sont connus essentiellement par des sources ecclésiastiques : actes de baptême qui concluent un cheminement vers l’ouest par une conversion, procès de l’Inquisition pour les « renégats » pris en mer dont le parcours fut inverse : la mer et la conversion à l’islam36. Au XVIIIe siècle les administrations – intendance, commandement militaire, Amirautés – prennent le relais, mais seulement pour les incidents intervenus sur la côte. Les aventures singulières se mêlent aux collectives, bribes de vie discontinues, le plus souvent à peine entrevues, qui attestent néanmoins du caractère frontalier du littoral, de la permanence de la relation conflictuelle avec l’islam, de sa complexité et de son évolution du XVIIe au XVIIIe siècle.

A. Baptêmes, destins croisés d’adolescents

  • 37 1630, un « Salen, mahométan, de la ville du Grand-Caire » est baptisé le 4 décembre à Mende. Son pa (...)
  • 38 Arch. mun. Narbonne, BB 6, fo 358vo, 3 mars 1602. L’acte de baptême ne figure pas dans le registre (...)
  • 39 Arch. mun. Prades, registre des baptêmes, mariages et sépultures de l’année 1716.

30Des baptêmes de « Turcs » ont déjà été signalés en Languedoc37. On peut encore ajouter au dossier. En voici deux. En 1602, l’archevêque de Narbonne monseigneur de Vervins baptisa un Turc. L’acte de baptême lui-même ne nous est pas parvenu. Le souvenir en est conservé grâce à la question d’ordre posée par les consuls de la ville lors d’une délibération : ils assisteraient à la cérémonie seulement s’ils étaient assurés d’avoir leurs places aux « chaises hautes » dans le chœur de la cathédrale Saint-Just. On sait seulement que le parrain devait être le chevalier de Savignac. Il s’agissait, en l’occurrence, du viguier Jean d’Audéric sieur de Savignac38. Le 4 février 1716, à Prades cette fois dans la province du Roussillon, on baptisa « un Turc de la cité de Constantinople, appelé dans la langue turque Ali. Il a été baptisé Pere Joan Baptista et toute la cérémonie a été faite selon le rituel romain de Paul V. Son parrain est Pere Romeu et sa marraine Teresa Docho »39.

  • 40 Retable Saint-Pierre pour le chœur de l’église commandé à Joseph Sunyer, retable de Saint-Gauderiqu (...)

31Il y a tout lieu de penser que d’autres conversions eurent lieu autour du golfe. Ce mince dossier va dans le sens de ce que l’on sait déjà. Turc ne signifie pas forcément issu de Turquie, même si deux des baptisés repérés en Languedoc se disent d’Istanbul. L’imprécision vaut aussi pour le terme Maure – ou More –, parfois interchangeable avec Turc. Turc est employé dans le sens de mahométan. Ces néophytes, des hommes uniquement, adultes, témoignent d’une grande mobilité. Les baptêmes de musulmans donnaient lieu à des cérémonies de grand relief, minutieusement préparées, ce à quoi s’emploie monseigneur de Vervins installé depuis peu sur le siège de Narbonne en conviant les consuls. Les parrains étaient choisis parmi les personnalités locales les plus en vue, en raison des fonctions qu’elles exerçaient comme le viguier à Narbonne ou de leur exemplarité spirituelle. Les Romeu faisaient partie des familles les plus dévotes de Prades. Pere, le parrain, était le fils aîné de Joseph Romeu, bourgeois honoré de Perpignan qui avec son frère Pere, comme consul de la communauté et généreux donateur, avait contribué à la décoration de l’église Saint-Pierre du lieu par l’édification de grands retables. Pere Romeu avait trois autres frères, tous les trois entrèrent dans les ordres40.

  • 41 Dakhlia et B. Vincent, op. cit., p. 596.

32La question à laquelle il est difficile de répondre est la suivante : quelle proportion des musulmans circulant sur le continent demanda le baptême ? Les pérégrinations de Joseph Bernard Jetgar l’ont montré. Au cours du premier tiers du XVIIe siècle, la tolérance, l’acceptation de minorités religieuses et la possibilité pour elles de pratiquer ouvertement leur culte, tout au moins pour les « gens du Livre », allaient décroissant depuis la Perse jusqu’à la chrétienté romaine, l’Italie en quelques villes, des ports d’attache de galères aussi, servant d’îlots de relative tolérance. Quelle fut la part de l’adhésion sincère, de la pression sur les individus et de l’intérêt ? Rome concentra le plus grand nombre de conversions ; des institutions spécialisées y étaient dédiées41. Une géographie s’esquisse néanmoins dont on sait aujourd’hui qu’elle eut son pendant sur les rives sud de la Méditerranée, les reniements de la foi chrétienne étant beaucoup plus nombreux que les répudiations de l’islam.

  • 42 B. et L. Bennassar, op. cit., p. 147-148.
  • 43 Pour le cas français, B. et L. Bennassar, op. cit., annexe p. 476-480 et cartes p. 167.

33Les « Chrétiens d’Allah » retrouvés par Bartolomé et Lucile Bennassar devant les tribunaux de l’Inquisition ne sont qu’une infime partie des « renégats »42. Les traits distinctifs de ces derniers sont assez différents des néophytes dont les actes de baptême ont été conservés. Les provenances sont presque exclusivement littorales, des côtes de l’Atlantique et de la Méditerranée43. Pour eux, le commun dénominateur est la mer. Gens de mer avant leur conversion, habitués dans les ports du Maghreb qui se livraient à la course, ils sont capturés sur mer, dans le bassin occidental de la mer Intérieure d’où provenait la majorité d’entre eux, les plus nombreux se recrutant dans les parties des péninsules et dans les îles les plus proches des terres islamisées.

  • 44 Ibid., p. 57-77.

34Des Languedociens figurent parmi les « renégats » jugés par les tribunaux de l’Inquisition. Bartolomé et Lucile Bennassar ont reconstitué l’itinéraire de vie de l’un d’eux, Guillaume Bedos, natif de Sérignan44. Rappelons-le brièvement car il est contemporain de faits évoqués ici autour du golfe du Lion et peut, à beaucoup d’égards, en être considéré comme le contrepoint. Né en 1589 à Sérignan distant de quatre kilomètres environ de la côte, Guillaume Bedos subit le sort de nombreux cadets. Son père meurt quand il est encore enfant. Son frère ainé, de quinze ans plus âgé que lui, profite de la situation pour accaparer tous les biens paternels. Orphelin, poussé hors de la communauté familiale et de Sérignan, il n’a guère d’autre horizon que la mer. Un adolescent de douze à quatorze ans est accepté au sein d’un équipage où son quotidien sera plus assuré que sur la terre où il ne pouvait trouver à s’employer suffisamment. Les récits de captures et de naufrages de bateaux en mentionnent beaucoup.

35Le port qu’il rallie avec le bateau sur lequel il est monté n’est autre que Martigues : attraction provençale des lieux, des moyens, de l’emploi maritime aussi. Peu de temps après, la saète qui l’avait acceptée à son bord fut prise par les « Turcs ». Aller au-delà de Martigues augmentait les risques. Il avait alors une quinzaine d’années. Conduit à Tunis, vendu comme esclave, il rompit avec son passé d’infortune, se convertit à l’islam, commença une nouvelle vie. Tous les témoignages recueillis sur son compte s’accordent. Devenu Xaban, Guillaume Bedos se comportait comme un musulman fervent, respectueux des obligations des croyants, menant la « vie d’un Turc », ayant femme et enfants. Il n’était pas resté longtemps à terre, avait repris la mer en course, en Méditerranée occidentale ainsi que dans le Levant. Guillaume Bedos est un bon exemple de la réussite à laquelle pouvaient prétendre les « renégats ». Grâce à ses qualités de marin, il devint raïs, c’est-à-dire capitaine de navire de course, voie la plus rapide dans les cités barbaresques du Maghreb pour se faire une place matérielle, sociale, et accéder aux plus hautes sphères du pouvoir.

  • 45 Ibid., p. 58-59.

36Il fut pris le 8 février 1619 à la hauteur de Civitavecchia par deux galères de la flotte de Sicile alors que sa tartane et son équipage de quarante-cinq hommes venaient de s’emparer d’une barque chargée de vin et des deux marins qui la pilotaient45. Situation piquante, si l’on fait abstraction de son caractère dramatique, puisque le prédateur pris en flagrant délit par plus fort que lui est capturé et doit libérer ses victimes. Le modeste esquif alourdi par sa cargaison n’avait aucune chance d’échapper à la tartane barbaresque équipée pour la course. Laquelle, à son tour, malgré la résistance qu’elle opposa, fut capturée par les galères de Sicile plus rapides qu’elle. L’épisode ne serait pas à rappeler s’il ne ramenait... à Sérignan.

  • 46 G. Gavignaud-Fontaine et G. Larguier, Le vin en Languedoc et en Roussillon. De la tradition aux mon (...)

37Il y a tout lieu de penser en effet que la barque arraisonnée était languedocienne. Un courant d’exportation de vin existait à partir du Languedoc46. Il s’agissait de vin de la Côte du Rhône, des abords des étangs depuis Agde jusqu’à Lunel. Les tartanes effectuant le trafic jaugeaient de vingt-cinq à quarante tonneaux environ, emportaient des fûts entassés sur deux rangées contenant de trente à cinquante muids, soit de deux cents à trois cent cinquante hectolitres environ. Des Génois, des Provençaux, enlevaient une partie de la récolte. Les patrons locaux, de Sérignan, d’Agde, de Frontignan surtout, les plus actifs, se dirigeaient vers Savone, Gênes, Livourne, Rome, destination de la barque arrêtée car le vin que l’on y apportait se vendait au détail jusqu’à épuisement de la cargaison. C’est pourquoi, afin de réduire les coûts, deux hommes seulement la conduisaient.

  • 47 B. et L. Bennassar, op. cit., annexe p. 477-480. Jean de Fontès passe en islam en 1622 - il a seize (...)

38Toute prise était donc bonne pour les Barbaresques, même celles dont la valeur marchande était peu considérable. Les hommes valaient autant sinon davantage que la marchandise. En l’occurrence, raïs Xaban faisait prisonniers des hommes de son pays d’origine, promis à l’esclavage à Tunis si les galères de Sicile n’étaient pas intervenues. Retour à son passé. Les inquisiteurs de Sicile demandèrent en effet qu’une enquête fut diligentée à Sérignan afin de s’assurer qu’il s’agissait bien du renégat Guillaume Bedos, lequel niait farouchement. Elle fut relayée par l’archevêque de Narbonne, monseigneur de Vervins. Le hasard de la rencontre devant Civitavecchia circonscrit les tribulations de Guillaume Bedos à la Méditerranée occidentale, même s’il avait participé à quelques expéditions dans le Levant. Comme pour celles de Joseph Bernard Jetgar, elles sont d’abord les aventures d’un adolescent orphelin qui, dépossédé, livré à lui-même, se dépouille de la foi de ses père et mère et change d’identité. Les cas ne sont pas rares. Il y eut d’autres Guillaume Bedos en effet. Parmi les renégats identifiés par Bartolomé et Lucile Bennassar figurent des Languedociens issus plus particulièrement des villes littorales : deux de Montpellier, un d’Agde, Jean de Fontès de Narbonne, deux de Collioure. Tous arrivés en terre d’islam entre 1590 et 163047. Leur point commun ? L’âge : tous passèrent de la chrétienté à l’islam entre quinze et dix-sept ans. L’étroitesse de la tranche d’âge où ces adolescents changèrent de vie, volontairement, à la suite de pressions consécutives à une capture, ou simplement dans l’espoir d’améliorer leurs conditions de vie, est troublante. On sait en effet que le nombre des « renégats » identifiés ne constitue qu’une faible fraction – 1 %, voire moins – des transfuges, qui, dans nombre de cas, ne rompirent pas totalement leurs relations avec leur milieu d’origine. À Sérignan, on savait que Guillaume Bedos avait été capturé.

B. Au début du XVIIe siècle, l’apogée des tensions

  • 48 B. Poissenot, L’Esté [1583], édition établie, commentée et annotée par G.-A. Pérouse et M. Simonin, (...)

39Avec Joseph Bernard Jetgar, Guillaume Bedos, ou les baptisés repérés çà et là, on est dans le registre des aventures singulières, même si elles sont représentatives de cas beaucoup plus nombreux dont nous ne saurons jamais rien. Elles sont à distinguer des entreprises collectives. À cet égard, le littoral du golfe du Lion resta à peu près préservé des razzias et des incursions dévastatrices dirigées contre les côtes méridionales des péninsules ibérique et italienne et contre les îles depuis les Baléares jusqu’à la Corse, la Sardaigne, la Sicile. Le no man’s land séparant la côte sableuse des premières localités fut sa meilleure défense. Cela n’empêcha pas que l’insécurité fut permanente. Tout la manifeste, bien que les témoignages demeurent partiels et discontinus. La nature et la chronologie de ces derniers indiquent néanmoins sans ambiguïté la période la plus difficile. Celle-ci coïncide avec le moment où les captures des « renégats » languedociens ont été les plus nombreuses, le premier tiers du XVIIe siècle, même s’il y eut des alertes antérieurement. En 1580, les habitants de Gruissan racontent comment « jà par deux fois [ils] avoient esté pillez par des escumeurs Turcs » et n’avaient dû leur salut qu’au château de leur seigneur, l’archevêque de Narbonne, où ils avaient pu trouver refuge48.

  • 49 P.-V. de la session des États de Languedoc de 1605 : demande au roi d’enjoindre au général des galè (...)
  • 50 P.-V. de la session des États de Languedoc de 1613.
  • 51 Arch. mun. Narbonne, BB 18, fo 504vo, 6 avril 1637. W. Kaiser (dir.), Le commerce des captifs. Les (...)

40Les témoignages sont disparates, mais convergents. Ce fut d’abord des protestations de particuliers, de communautés, des États de Languedoc contre les ravages commis par les « Turcs » coupables de s’en prendre au pavillon français malgré l’alliance conclue avec le Grand Seigneur et les trêves signées49. Des captures ensuite, comme en 1613 celle de « quarante et un coursaires turcs prins à la coste de Sijan, desquels une partie ont esté executtés à mort, et les autres condampnés à servir le Roy sur ses galères » dont on n’aurait rien su si les États de Languedoc n’avaient refusé de supporter leurs frais de nourriture et de garde50. Les communautés acceptaient éventuellement d’y pourvoir, mais seulement pour une courte durée : Narbonne donna vingt livres en 1637 pour nourrir et loger cent cinquante Turcs ou Maures conduits à Marseille en vue d’un échange contre autant d’esclaves chrétiens51.

  • 52 Arch. mun. Narbonne, BB 25, fo 381, 5 juin 1663.
  • 53 On sait peu de choses des demandes auprès des particuliers. On les aperçoit seulement lorsqu’une co (...)

41Le corso prédateur fut une forme d’économie d’échange où les hommes constituèrent la marchandise la plus prisée. Cette guerre maritime fut peu meurtrière en dépit des équipages pléthoriques qu’elle mobilisa. Toute mort d’homme réduisait le rendement des prises qui parfois parvenaient à s’évader. À la fin du printemps 1663 treize esclaves échappés d’Alger sur une barque à l’occasion d’une épidémie parvinrent à rallier La Nouvelle52. L’attitude fut peu accueillante. Les souvenirs de peste restaient trop sensibles. La dernière épidémie, très virulente, remontait à 1652. On les confina afin d’éviter tout contact avec la population locale et on les expédia au plus vite faire leur quarantaine à Marseille et à Toulon. Il est difficile de mieux marquer la fonction de frontière exercée par le littoral. L’obsession des Turcs, multiforme, se vivait au quotidien, alimentée par les missives des captifs à leurs proches implorant leur aide afin d’obtenir leur libération, par les demandes de parents d’enfants retenus en esclavage, par la circulation d’individus dont la simple présence ou l’attitude entretenait l’image détestable du Turc53.

  • 54 L. Cardaillac, art. cit.
  • 55 Le Narbonnais et le Biterrois sont à la convergence des convois venant du sud et de ceux ayant empr (...)
  • 56 Arch. mun. Narbonne, BB 9, fo 142vo, 18 mars 1612.
  • 57 Arch. mun. Frontignan, CC 28, la flotte de Frontignan au cours de la décennie 1620-1629 comptait pl (...)

42On n’insistera pas sur le passage des Morisques en Languedoc. L’événement a fait l’objet de recherches approfondies54. Remettons-le en perspective néanmoins car il est strictement contemporain des faits que nous venons d’évoquer. L’expulsion des Morisques consécutive aux décrets de Philippe III se déroula en plusieurs phases de 1609 à 1612. Passèrent par le Languedoc par voie de terre ceux dont le point de départ fut Barcelone55. Une minorité poursuivit par Béziers, Montpellier, Nîmes. La majorité séjourna en Narbonnais et jusqu’à Agde en attendant une évacuation par mer. On ne connaît pas précisément leur nombre, ni leur origine exacte car, si les Morisques aragonais, castillans, grenadins se mêlèrent, on ne parla en Languedoc que de Grenadins. Contrairement à ce que l’on a avancé un peu rapidement, Agde ne fut pas le seul lieu où les Morisques prirent la mer. Les consuls de Narbonne ne cessaient de presser le maître des ports d’accélérer leur évacuation56. Des mois seront nécessaires pour y parvenir en raison de la faiblesse des voiles disponibles autour du golfe, même si Agde, peut-être davantage Frontignan dont on ne parle jamais, disposaient de flottes non négligeables57.

  • 58 En Languedoc, mais aussi en Roussillon, E. Rebardy-Julia, op. cit., p. 292-293.
  • 59 Arch. mun. Narbonne, BB 9, fo 155vo, 26 avril 1612.
  • 60 Pere Pasqual dans ses diari mentionne la réception en Roussillon d’une procession de deux cent cinq (...)

43Aussi, y eut-il des contacts entre les Morisques et les populations locales facilitées par la proximité linguistique. Comme toujours en pareil cas, on n’a guère retenu que les tensions dont certaines ont trait aux pratiques religieuses. L’occasion ? La sécheresse exceptionnelle qui sévit toute l’année 1612 dans le nord-ouest de la Méditerranée. Pour la conjurer, des prières publiques furent organisées ainsi que des processions et des pèlerinages dans les sanctuaires champêtres58. Or à Narbonne les Grenadins se moquèrent, tournèrent en dérision les processions, dirent haut et fort « que tant qu’ils demeureroient en ces quartiers qu’on n’auroit point de pluye ». Certains auraient même proféré des paroles de malédiction et de sorcellerie. Le face à face risquant de dégénérer, les édiles municipaux s’enquirent d’expulser les Grenadins de la ville sauf les suspects de magie et de sorcellerie qu’on incarcèrerait dans les prisons archiépiscopales afin de faire examiner leur cas par l’archevêque59. La tension de ce face à face ne s’explique pas seulement par le surcroit de bouches à nourrir et la pénurie qui s’annonçait, ni même par la présence d’infidèles. Les Grenadins avaient probablement perçu l’effet produit par des allusions à leurs pouvoirs magiques supposés sur des populations inquiètes, troublées par l’irrégularité des saisons où les sécheresses sévères et les crues dévastatrices alternaient, comme par le regain d’affaires de sorcellerie dans le Roussillon voisin dont on connaissait l’existence60.

  • 61 G. Poumarède, « La France et les Barbaresques : police des mers et relations internationales en Méd (...)

44Les populations fixées autour du golfe du Lion n’ont pas été les seules à subir la pression de l’islam dont on vient de voir la diversité des manières dont elle s’exerça. Pour tenter de mesurer la crainte et les sentiments complexes suscités par cette véritable guerre entre le Croissant et la Croix citons quelques chiffres. De 1613 à 1622 neuf cent soixante-trois navires capturés, dont deux cent cinquante-trois Français, furent ramenés à Alger. Il faudrait ajouter les prises des raïs de Tunis et de Tripoli pour en avoir le total : à peu de choses près dix bateaux capturés par mois. Entre 1530 et 1780 de un à un million deux cent cinquante mille chrétiens auraient été capturés, dont huit cent mille entre 1580 et 168061. Les convertis à l’islam se compteraient par centaines de milliers. Même si une partie des captifs fut rachetée ou échangée et si des « renégats » revinrent dans le giron de l’Église – on ne tient pas compte de la valeur des bateaux capturés ni de celle des cargaisons –, le bilan est particulièrement défavorable pour la chrétienté.

  • 62 L’accord conclu pour une durée de cent ans en 1689 avec Alger prévoyait de mettre fin à toute cours (...)

45Ce que l’on observe autour du golfe est un bon révélateur des difficultés rencontrées par la France pour faire pièce aux agressions. Son alliance avec la Porte aurait dû la préserver, de même que ses tentatives de négociation en apparence couronnées de succès, ainsi avec Tunis en 1605, avec Alger en 1618 puis en 1628. Mais alliance et accords furent à peu près inopérants. La Porte disposait d’une influence limitée sur les cités corsaires. La paix signifiait pour elles la fin de leurs activités lucratives. On comprend mieux l’intervention des habitants de Frontignan en 1633 auprès des États de Languedoc. Le sentiment d’impuissance pour les gens du littoral était d’autant plus grand que la monarchie ne disposait pas de forces navales capables de s’opposer aux flottes barbaresques. Les maigres moyens financés par Marseille comme les quelques campagnes des galères royales n’avaient qu’une efficacité limitée. Il fallut attendre le traité des Pyrénées, la mise sur pied d’une marine, une politique beaucoup plus ferme facilitée par le début de l’effacement de la puissance ottomane, pour que le rapport de force s’inversât. Un nouveau type d’intervention au cours de la décennie 1680-1689 permis par de nouveaux moyens – l’attaque et le bombardement avec des bombes incendiaires – obligea les Régences à conclure des accords et à mieux les respecter62.

C. Au XVIIIe siècle, de l’agressivité aux civilités

  • 63 De 1740 à 1789 les corsaires capturèrent neuf cent cinquante-cinq Catalans, les Espagnols neuf cent (...)
  • 64 J.-L. Miège, « Aspects de la course marocaine du XVIIe au XIXe siècle », M. Vergé-Franceschi et A.- (...)

46Effectivement, aucune agression imputable aux Barbaresques avec lesquels des accords avaient été conclus n’est signalée dans le golfe pendant des dizaines d’années. Les incidents ne disparaissent pas néanmoins. Pour deux raisons. La première tient à la proximité de l’Espagne restée en guerre avec les Régences jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Les deux parties continuaient à faire des esclaves63. Or des bateaux armés en course victimes de tempêtes ou d’avaries qui les rendaient ingouvernables venaient s’échouer du côté français. La seconde à la poursuite de la course par les Salétins, terme générique sous lequel on désignait la course marocaine, au XVIIIe siècle en fait basée davantage à Tétouan qu’à Salé comme au siècle précédent64.

  • 65 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 B 16/56, 1 C 1149 ; Arch. dép. Hérault, C 786.
  • 66 Ibid., 1 C 1152 ; Arch. mun. Narbonne, BB 228, fos 120vo-121 ; Arch. dép. Hérault, C 786. Le bateau (...)
  • 67 Un des bateaux qui naviguait avec lui avait capturé une tartane catalane ou espagnole chargée de ch (...)
  • 68 Mais au cours des tempêtes le premier avait perdu une vingtaine d’hommes, le second s’était allégé (...)

47Deux échouements intervenus au sud du cap Leucate témoignent à la fois de la persistance de l’activité corsaire en Méditerranée occidentale au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle et de la transformation des relations avec les Régences. Un premier chébec s’abima le 24 décembre 1764 à la hauteur de Saint-Laurent-de-la-Salanque65. Un second le 22 octobre 1777 près du cap Leucate en même temps que deux tartanes, dont une de Sigean de retour de Marseille avec des marchandises destinées à des marchands de Narbonne66. Tous les deux relevaient de la régence d’Alger. Le premier, pris antérieurement aux Espagnols et armé en course, avait quitté son port d’attache trente-trois jours plus tôt, longé la côte d’Espagne, essuyé une tempête si violente qu’il n’avait jamais pu se mettre à l’abri. Plongé dans le brouillard, le timon cassé, ignorant sa position – il pensait être encore dans les eaux espagnoles –, il n’avait pu se sauver. Le second, sorti en compagnie de trois autres chébecs pour faire la maraude contre les barques catalanes, avait touché Bouc67. Les deux bateaux naufragés disposaient au départ de forces comparables : dix-huit canons et deux cents hommes environ chacun68.

48Les renseignements concernant les équipages ne sont pas dénués d’intérêt. Le capitaine du premier, un « Turcs de nation et de profession », était âgé de trente-deux ans ; ses seconds, originaires du Levant, de trente-six et vingt-huit ans. Aucun esclave chrétien ne se trouvait à bord, mais « un Maillorquin qu’on dit renégat qui a été surpris à parler à un home de son pays, à qui il témoignoit le désir de quitter les barbaresques a esté maltraité en danger de la vie ». Sur le bateau couché près du cap Leucate il se murmurait que se trouvaient nombre de renégats français. Aucun ne se manifesta, ne fit mine de comprendre le français ou la « langue patoise » lorsqu’on entreprit d’entrer en communication avec eux. Vrai, faux ? La rumeur est éloquente.

  • 69 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1149, cinq « Turcs ou Algériens » échappés d’Espagne, arrêtés a (...)

49Le soin des autorités fut triple : vérifier si les corsaires possédaient des patentes en règle, veiller qu’il n’y ait pas de contact physique entre les naufragés et la population locale, s’assurer qu’ils soient bien traités. Les deux corsaires ayant présenté des patentes signées par le consul de France à Alger, on mit les équipages en quarantaine sous bonne garde dans les cabanes de pêcheurs construites au bord de l’eau et dans les bergeries. Ordre fut donné de satisfaire toutes leurs demandes concernant la nourriture, les médicaments, les soins, et de veiller à ce qu’ils ne pussent prétendre avoir été maltraités. Au bout d’un mois, ils furent transférés à la citadelle de Perpignan en attendant l’arrivée des bateaux commandés pour les ramener en Barbarie69. Liberté leur fut donnée de se promener dans la citadelle et même en ville !

50L’attention mise à éviter toute suspicion de mauvais traitements – on fit même signer aux capitaines une attestation certifiant les bons soins qu’on leur avait dispensés – répondait à des consignes ministérielles. En 1763, plusieurs incidents avaient terni les relations entre la France et la régence d’Alger, porté le dey à user de représailles, à faire arrêter le consul de France, des équipages, des marchands, et même des prêtres missionnaires français. Il fallait éviter tout prétexte susceptible d’entraver le rétablissement de bonnes relations diplomatiques. Ceci étant, et même si la pratique des congés et des certificats délivrés par les consuls de France à Alger encadrait la course et la civilisait en quelque sorte, elle n’en restait pas moins active, à la fois par le nombre de bateaux engagés et par les marins qui les servaient. Les équipages des bateaux évoqués dans les relations d’échouement – cinq au total – comprenaient un millier d’hommes environ qui, à travers les quelques renseignements obtenus lors des interrogatoires, perpétuaient l’image des cités barbaresques : la diversité des origines, la provenance étrangère des chefs, ici de la Méditerranée orientale.

  • 70 Arch. dép. Hérault, C 6695.

51Ces civilités sont affaire d’États, à la merci de manquements sur l’eau aux règles que les parties s’étaient engagées à respecter. Malheur au pêcheur de Collioure, par exemple, parti en mer sans son congé de pêche en règle, qui ne put prouver sa nationalité et se retrouva prisonnier. Au moins les risques de surprises agressives s’étaient-ils fortement réduits. Les Salétins ne présentaient pas un danger comparable à celui des corsaires des Régences au XVIIe siècle. On leur donnait la chasse aussi. Témoin cette galiote française échouée à la hauteur de La Nouvelle en 1775 au retour d’une campagne contre les Salétins avec vingt-cinq Maures prisonniers à son bord qu’on débarqua et enferma provisoirement dans la redoute du port70.

52Les populations littorales, les plus exposées au danger, ne méconnaissaient pas l’évolution des relations entre États. Leurs sentiments à l’égard des Turcs s’en trouva-t-il modifié ? On aimerait connaître par exemple les réactions des citadins au passage dans les rues de Perpignan des barbaresques naufragés. Mais on ne dispose pas de témoignage sur ce point. Seules informations : la facilité avec laquelle s’effectuait la communication, et l’hostilité restée intacte à l’égard des infidèles. Les fortunes de mer, cela valait pour tous les équipages naufragés, obligeaient à échanger. En quelle langue ? Pour le premier bateau ce fut par « un espèce de langage franc » avec le capitaine en second, puis en italien et en espagnol. La communication fut plus difficile avec le second. Heureusement le chirurgien de Leucate Antoine Aurussy comprenait la « langue barbaresque » et fit office de drogman. Où l’avait-il apprise ? On est confondu à la lecture des rapports établis à la suite du naufrage de bateaux provenant de la Méditerranée, de l’Atlantique, comme du nord de l’Europe, de la diversité des langues comprises sur la côte. Il y avait toujours à proximité des lieux d’accident un individu capable de servir d’interprète pour des marins suédois, danois, anglais, barbaresques ici. La fonction de zone de contact linguistique du littoral du golfe est insuffisamment soulignée.

53Le fait que les corsaires d’Alger ne fussent plus traités comme des ennemis n’atténuait pas l’antagonisme religieux. L’attitude des villageois, leurs murmures, montrent qu’il restait toujours aussi vif. Le mythe du transfuge ayant renié sa foi demeurait tout aussi prégnant dans le golfe même si le nombre des « renégats » avait diminué au XVIIIe siècle. Le bruit que des « renégats », français qui plus est, pussent se trouver à bord du bateau corsaire se répandit aussitôt. La présence d’un « renégat » maillorquin donnait du corps au soupçon. Les brutalités dont il fut victime après avoir laissé entendre qu’il pourrait répudier l’islam augmentait la suspicion. Les représentations n’évoluent pas au rythme de la diplomatie. Trop d’histoires d’esclaves et de renégats couraient encore pour qu’il n’en fut pas ainsi.

54Le recul de la menace barbaresque à la fin du XVIIIe siècle dans le golfe ne libérait pas pour autant la mer. D’autres ennemis la sillonnaient : les Anglais en particulier qui disposaient d’une base proche à Minorque. La confrontation sera d’une autre nature avec eux. L’image du Turc prédateur sur la côte ne s’estompera qu’une fois renversé le rapport de force avec les cités barbaresques qui depuis le XVIe siècle plaçait la chrétienté en position d’infériorité, c’est-à-dire au XIXe siècle.

III. Turcs et Maures mis en scène

55Révélateur sensible, le golfe du Lion informe donc avec justesse sur les changements d’équilibre en Méditerranée occidentale. Les rapports particulièrement tendus du début du XVIIe siècle, les relations plus amènes du XVIIIe siècle, ne sont que des moments d’une histoire conflictuelle de la Croix et du Croissant. C’est dans cette perspective qu’il convient de considérer l’image du Turc, plus largement de l’infidèle. Un exemple nous est donné sur la côte avec la réception donnée à la duchesse de Montmorency à Narbonne à la fin de l’année 1618. Rappelons le contexte. Le souvenir des guerres de Religion où les Joyeuse et Montmorency Damville s’étaient durement affrontés autour de Narbonne restait vif. La Ligue vaincue, les Joyeuse hors-jeu, Narbonne n’avait eu de cesse de protester de sa loyauté, manifestée lors de l’assassinat du roi en 1610 et des prises d’armes des protestants. Rarement comme à ce moment-là sa fonction de place forte n’était apparue avec autant d’éclat contre l’Espagne et contre les fauteurs de troubles intérieurs. D’où la relation très étroite, à travers le sieur de Luc, baron de Thézan, gouverneur de la place, entre la ville et le gouverneur de la province.

  • 71 Arch. mun. Narbonne, BB 10, 14, 15, 22, 26 octobre, 11, 20, 23, 30 novembre, 5, 19, 20, 23, 26, 29, (...)

56Ce n’est pas ce dernier, mais son épouse qui fut honorée d’une réception préparée de longues semaines avant qu’elle eut lieu. Le conseil de ville s’en préoccupa dès le milieu du mois d’octobre en effet alors qu’elle ne devait intervenir que durant les derniers jours de l’année. Sa préparation fit l’objet d’intenses palabres, de déplacements à Pézenas afin de savoir ce qu’il conviendrait exactement de faire. Un programme complexe fut minutieusement concerté. Il comportait un accueil hors des remparts, l’ouverture des portes, un parcours à l’intérieur de la ville, des spectacles. On ne rapportera pas le nombre de réunions tenues, les délibérations du conseil, la recherche des artistes et des hommes de l’art susceptibles d’exécuter le programme imaginé, les tractations pour obtenir de chacun le meilleur prix71. Il s’agit simplement d’attirer l’attention ici sur la place faite aux Turcs et aux Maures ainsi qu’à l’eau et à la Méditerranée.

  • 72 Carras : radeau, train de flottage.

57Le déroulement de la réception fut en tout point conforme à ce qui se pratiquait dans ce type de circonstance. Les consuls accueillirent la duchesse à quelques centaines de mètres de la ville, au moulin du Gua, en Bourg car l’entrée s’effectua par la porte de Perpignan. Une harangue fut prononcée. Le canon tonna. On présenta ensuite les clés de la ville au duc afin, témoignage symbolique de soumission au souverain dont il était le représentant, qu’il procédât à l’ouverture de la porte. Le cortège entra après être passé sous un arc de triomphe. Il passa sous deux arcs supplémentaires à l’intérieur, l’un rue des Carmes, l’autre place de Cité. Le clou des réjouissances fut constitué par deux représentations. La première, d’après une mise en scène imaginée par le commis au contrôle des fortifications de Languedoc, se déroula sur la robine, la voie d’eau qui partage la ville en deux. Un groupe d’enfants juché sur un carras72, soutenu par des violons jouant une musique composée pour la circonstance, chanta en imitant le chant des sirènes et un homme habillé en monstre marin récita des vers. La seconde se déroula sur la place de Cité où l’on avait construit un château de bois. Un géant porté par quatre hommes, préalablement promené dans les rues, fut assailli par de petits enfants et fait prisonnier.

  • 73 Spécialiste des mouvements d’ensemble, du maniement des armes, des bannières... :

58L’animation se prolongea une dizaine de jours, jusqu’au baptême de la dernière née du gouverneur de la ville dont madame de Montmorency fut la marraine. L’entrée et les manifestations qui l’accompagnèrent pour lesquelles on mobilisa des tambours, des fifres, des violons, des architectes, des sculpteurs, des peintres, un vitrier, un maitre de palestrine73 pour entraîner les enfants, et coûtèrent au total la somme rondelette de six mille huit cent quarante-six livres, cinq sols, onze deniers, n’auraient pas leur place ici si des Turcs n’y avaient figuré. Parmi les nombreuses compagnies mobilisées pour précéder ou accompagner le cortège il y eut en effet celle des Turcs dont le sieur de Rieumes était le capitaine. Un bataillon « de mores et d’enfants perdus », placé le long du quai de Bourg, chargé de tirer des salves mais seulement après le passage de la duchesse et de sa suite pour ne pas trop les effrayer, avait aussi été formé pour l’occasion.

  • 74 Turcs et turqueries (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUPS, 2009, en particulier G. Le Thiec, « Le Turc (...)

59La présence de Turcs ou de personnages habillés à la turque dans des divertissements ou des entrées était courante depuis la fin du XVe siècle, de même que les combats ou les prises de forteresses74. Elle prend du relief néanmoins si on perçoit sa fonction par rapport aux autres individus ou groupes employés ou mis en scène. L’entrée a lieu alors qu’un accord vient d’être signé avec la Régence d’Alger, cinq ans après la capture à Sigean de corsaires barbaresques dont certains avaient été mis à mort, quelques semaines seulement avant que Guillaume Bedos ne voit sa carrière de raïs interrompue devant Civitavecchia. L’exhibition de Turcs, de Maures, et d’enfants perdus – représentation des adolescents capturés qui reniaient leur foi ? – ne renvoyait pas à des figures imaginaires, mais à l’actualité inquiétante du golfe.

  • 75 Actuellement Fleury-d’Aude.
  • 76 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 780, 784.

60La partie donnée sur la robine, au contraire, figurait l’apaisement des éléments naturels, mer et eau courante, ainsi que leur humanisation. Afin d’entendre plus distinctement les violons et les chœurs juvéniles imitant le chant des sirènes, on avait disposé une grosse pièce de bois en travers de la chute d’eau tombant de la retenue qui alimentait le moulin Entre-Deux-Villes et on avait demandé à un habitant de Pérignan75, une paroisse littorale, d’être le monstre marin récitant. Un autre individu incarnait la Méditerranée, Léonard Guerre, à qui on confia la remise en état du chemin conduisant de l’endroit où l’on accueillerait madame de Montmorency à la porte de la ville et l’achat des matériaux nécessaires à la construction du château artificiel. C’était un Vénitien, depuis une dizaine d’années en Narbonnais, où il œuvrait avec des Provençaux à l’amélioration du port à l’intérieur de la ville et à sa liaison avec la mer76.

61L’opposition entre les menaces extérieures, les bruits effrayants, imputables aux agresseurs qui parcouraient le golfe, et la pacification suggérée par la musique, les chants et la poésie, a été recherchée. Les concepteurs de l’entrée ont-ils également clairement pensé à sa dimension méditerranéenne ? Ce n’est pas certain. Elle n’en est pas moins transparente, condense les tensions du golfe du Lion, plus largement de la Méditerranée occidentale, durant la première moitié du XVIIe siècle.

Conclusion

62Entre le natif d’Ispahan et les Turcs convoqués pour l’entrée de la duchesse de Montmorency en 1618, quelle relation au premier abord, sinon une proximité chronologique et littorale. Effet d’un simple hasard ? Oui dans une certaine mesure pour le baptême impromptu de Joseph Bernard Jetgar, moins pour l’entrée de l’épouse du gouverneur de Languedoc dont le programme d’accueil avait été mûrement réfléchi. Les deux événements bornent un espace, la Méditerranée et ses lointains prolongements orientaux, désignent un moment particulièrement rude marqué par les attaques répétées de la pandémie, les conflits sur terre et sur l’eau.

63On l’a montré : la présence du jeune Persan à Sigean ne relève pas totalement de l’invraisemblable. Des Choffélins étaient à Marseille quand Guillaume Berle le recueillit, les patrons provençaux assuraient l’essentiel du trafic du port de Narbonne. De même, le « Turc » jouissait d’une image ambivalente. Redouté le long du littoral qu’il côtoyait depuis des décennies, il était aussi un personnage attendu des jeux et des représentations offertes au public, moyen de conjurer la crainte qu’il inspirait. On a peine à concevoir le retentissement de sa représentation sur ce territoire bordier du golfe qui entretenait le souvenir de Charlemagne et celui de la Reconquête, vivait douloureusement l’offensive des infidèles depuis le Maghreb. On l’oublie : cette période de regain de la confrontation entre la Croix et le Croissant fut celle où le plus grand nombre de chrétiens embrassa l’islam. Au XVIIIe siècle le nombre des conversions déclina au rythme de la normalisation des relations avec les Régences.

64Les faits parvenus jusqu’à nous sont des péripéties discontinues, dépourvues de liens directs entre elles, d’importance inégale. Il fallait les rapporter, quitte à ce que leur exposition paraisse trop minutieuse. Leur assemblage met en relief la position du golfe : rien de ce qui se passe en Méditerranée ne lui est étranger, même si l’écho lui parvient très assourdi. L’évolution des relations avec les « Turcs » s’y perçoit depuis le siège des habitants de Gruissan réfugiés dans le château de leur seigneur jusqu’à la sortie des Barbaresques d’Alger dans les rues de Perpignan. Le golfe reste néanmoins une frontière avec l’islam, moins déclarée que vécue par les populations intraitables sur ce qui relevait de la foi.

Notes

1 J. Dakhlia et B. Vincent, Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. 1. Une intégration invisible, Paris, Albin Michel, 2011.

2 Arch. mun. Sigean, GG 7, fo 1.

3 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, PUP, 1996, chap. XI, L’apogée d’un port incommode, p. 765-788.

4 Est-ce Joseph, qui précède celui de son parrain qu’on lui attribue ?

5 H. Nahavandi et Y. Bonati, Shah Abbas empereur de Perse, 1587-1629, Paris, Perrin, 1998.

6 Où les envoyés accostèrent-ils et reprirent-ils la voie terrestre ? On aimerait le savoir. De même, on aimerait être précisément informé sur l’itinéraire de retour. L’ambassadeur persan et sa suite s’en revinrent par le Languedoc, la Provence, embarquèrent à Marseille, Les voyages de Jean-Baptiste Tavernier... qu’il a fait en Turquie, en Perse et aux Indes... [vol. 1], G. Clouzier et C. Barbin (Paris), 1676, p. 414.

7 H. Nahavandi et Y. Bonati, op. cit., p. 108-109.

8 Les voyages de Jean-Baptiste Tavernier..., op. cit., p. 547.

9 Renouveau serait un terme plus approprié après les terribles pillages de Tamerlan (1387).

10 G. Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Privat, 2007, p. 436-437.

11 Les voyages de Jean-Baptiste Tavernier..., op. cit., p. 412.

12 Ibid., p. 410, 420.

13 Ibid., p. 420.

14 Des cas sont signalés d’enfants pris plus jeunes, B. et L. Bennassar, Les chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Perrin, 1989, p. 284.

15 M. P. Pedani, Venezia porta d’Oriente, Bologna, Il Mulino éd., 2010, p. 216.

16 J. Dakhlia et B. Vincent, op. cit., p. 502-503. En 1662, les autorités vénitiennes veulent obliger les Persans - ils sont six - à aller dans le Fondaco dei Turchi, ils refusent, préfèrent quitter la ville, M. P. Pedani, op. cit., p. 219-220.

17 Les voyages de Jean-Baptiste Tavernier..., op. cit., p. 398.

18 Ibid., p. 415-416.

19 J. Dakhlia et B. Vincent, op. cit., plusieurs cas sont cités : deux marchands arméniens, de Perse, ont maille à partir avec un diamantaire juif (1624), p. 487 ; quatre marchands persans pénètrent violemment chez un tisserand de la ville, agressent sa femme, son fils, son apprenti, p. 361-362. Il s’agit à l’évidence de différends commerciaux.

20 S. Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean : the Global Trade Newoks of Armenian Merchants from New Julfa, Berkeley, University of California Press, 2011, chap. II.

21 G. Poumarède, Pour en finir avec la Croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, 2009 (1re éd. 2004), p. 349.

22 M. Caffiero, Battesimi forzati : storie di ebri, cristiani e convertiti nella Roma dei papi, Rome, Viella, 2004.

23 G. Larguier, « Naufrages et risques saisonniers dans le golfe du Lion, XVIIe-XIXe siècles », M. Fort et F. Ogé (dir.), Risques naturels en Méditerranée occidentale, Paris, Prodig CNRS, 2011, p. 245-252.

24 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 818 sq.

25 Ibid., p. 847-867, tableau no 47, p. 852-853. Les Languedociens effectuent 12,51 % des sorties, Narbonne 6,24 %, Sigean 2,93 %. Dans les années 1657-1658 les Provençaux assuraient encore 70,10 % des expéditions, les Martégaux, à eux seuls 36,63 %.

26 Sur ces différences : L. Michel, La langue des pêcheurs du golfe du Lion, Paris, éd. D’Artrey, 1967.

27 Les deux autres sont le Credo et le Salve Regina.

28 Dakhlia et B. Vincent, op. cit., p. 351.

29 S. Espuna, La peste à Narbonne de 1628 à 1631, mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1996.

30 Arch. dép. Aude, 3 E 16197, nombreuses réquisitions de patrons provençaux et de marchands marseillais sollicitant l’embarquement de leurs marchandises ; G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 801 sq., graphiques nos 16 et 17, p. 806.

31 Arch. mun. Sigean, BB 3. Ce n’est qu’en 1632 que la mortalité sévira dans Sigean. En trois mois (juin-août) elle aurait tué trois cents personnes (GG 6).

32 Arch. dép. Aude, 3 E 16196-16198.

33 Déformation française de l’italien Ciolfalino, habitant de Djoulfa.

34 La présence d’autres Persans est attestée aussi à Paris en 1625, CARAN, notaires, ET/VI/0198. O. Raveux, « Entre réseau communautaire international et intégration locale : la colonie marseillaise des marchands arméniens de la Nouvelle-Djoulfa (Ispahan), 1669-1695 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 59-1, janvier-mars 2012, p. 83-101. Je remercie Olivier Raveux pour sa générosité documentaire.

35 Nicolas Claude Fabri seigneur de Peiresc, Abrégé de l’histoire de Provence et autres textes inédits, édition commentée et annotée par J. Ferrier et M. Feuillas, Avignon, Aubanel, 1982.

36 B. et L. Bennassar, op. cit.

37 1630, un « Salen, mahométan, de la ville du Grand-Caire » est baptisé le 4 décembre à Mende. Son parrain est l’official et vicaire général de l’évêque de Mende, F. André, Inventaire sommaire des Archives communales antérieures à 1790 de Mende, Mende, 1885 ; 1646, baptême de « Jean Martin, turc de nation, âgé de 40 à 45 ans, natif de Constantinople », A. Bessot De Lamothe, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Gard, série E, vol. 1, 1888, p. 478 ; 1676, « un Turc nommé Amet âgé de 26 ans ou environ, natif de la ville de Constantine en Royaume de Tunis » est baptisé à Montpellier, A. Delort, Mémoires de ce qui s’est passé de plus remarquable dans Montpellier depuis 1622 jusqu’à 1691, Montpellier, 1876. Il faudrait ajouter les baptêmes de Morisques, cf. L. Cardaillac, « Le passage des Morisques en Languedoc », Annales du Midi, t. 83, 1971, fasc. 3, p. 259-298 ; p. 288 : à Lunel, le 19 mars 1617, baptême de Pierre Cortès, fils de Salvador et de Jehane Torrane, granatins de nation. On sait qu’il y eut d’autres conversions.

38 Arch. mun. Narbonne, BB 6, fo 358vo, 3 mars 1602. L’acte de baptême ne figure pas dans le registre de la paroisse Saint-Just, il est vrai lacunaire et dans le plus grand désordre (GG 2, 1569-1605). On aimerait en savoir davantage sur l’identité du néophyte. La date de ce baptême correspond au passage de l’ambassade envoyée par Abbas Ier en Espagne.

39 Arch. mun. Prades, registre des baptêmes, mariages et sépultures de l’année 1716.

40 Retable Saint-Pierre pour le chœur de l’église commandé à Joseph Sunyer, retable de Saint-Gauderique, J.-L. Antoniazzi, Art, foi et société. Les retables sculptés en Roussillon de 1655 à 1769, thèse, université de Perpignan, 2010, p. 92-93 ; Ph. Lazerme, Noblesa catalana, Paris, 1977, t. III, p. 173.

41 Dakhlia et B. Vincent, op. cit., p. 596.

42 B. et L. Bennassar, op. cit., p. 147-148.

43 Pour le cas français, B. et L. Bennassar, op. cit., annexe p. 476-480 et cartes p. 167.

44 Ibid., p. 57-77.

45 Ibid., p. 58-59.

46 G. Gavignaud-Fontaine et G. Larguier, Le vin en Languedoc et en Roussillon. De la tradition aux mondialisations, XVIe-XXIe siècle, Canet, Trabucaire, 2007, p. 48-52.

47 B. et L. Bennassar, op. cit., annexe p. 477-480. Jean de Fontès passe en islam en 1622 - il a seize ans -, est capturé en 1624.

48 B. Poissenot, L’Esté [1583], édition établie, commentée et annotée par G.-A. Pérouse et M. Simonin, Genève, Droz, 1987, p. 66.

49 P.-V. de la session des États de Languedoc de 1605 : demande au roi d’enjoindre au général des galères à Marseille d’empêcher « qu’au préjudice de l’alliance qu’est entre ce royaume et le Grand Seigneur les barques de cette province portant la bannière de France qui doibt leur servir de sauvegarde entre les Turcs, soient prinses, les patrons, mariniers et marchands tués, et les marchandises pillées qui rompt et ruyne entièrement le commerce ». P.-V. de la session de 1633 : sur la plainte des habitants de Frontignan, « il sera fait article dans le cahier touchant les ravages commis par les pirates et gallères des Turcs, nonobstant la trève... lesquels ruynent entièrement le commerce ».

50 P.-V. de la session des États de Languedoc de 1613.

51 Arch. mun. Narbonne, BB 18, fo 504vo, 6 avril 1637. W. Kaiser (dir.), Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des captifs en Méditerranée, Rome, École française de Rome, 2008.

52 Arch. mun. Narbonne, BB 25, fo 381, 5 juin 1663.

53 On sait peu de choses des demandes auprès des particuliers. On les aperçoit seulement lorsqu’une communauté accepte de faire un don : P.-V. des délibérations des États de Languedoc : 1613, cent livres seront employées à délivrer Nicolas Rozellon, esclave retenu par les Turcs ; 1621, aumône de trente livres au sieur Pangrative, « pauvre homme gramatien grec, aiant des enfants prisonniers des Turcs ». Sans multiplier les références sur ces individus qui se déplacent, demandent l’aumône, racontent leur vécu, un autre exemple : passage à Perpignan le 16 mai 1618 d’un archevêque d’Arménie qui avait échappé aux Turcs et racontait qu’on l’avait pendu trois jours par les pieds, E. Rebardy-Julia, Un évêché entre deux mondes, Elne/Perpignan, XVIe-XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2009, p. 296.

54 L. Cardaillac, art. cit.

55 Le Narbonnais et le Biterrois sont à la convergence des convois venant du sud et de ceux ayant emprunté la voie d’Aquitaine. Témoin cet avis d’une petite caravane de « portugais... plus riches qu’ils ne montrent en apparence », puis d’autres « bien huppés », Arch mun. Narbonne, BB 444, 11 juin 1612.

56 Arch. mun. Narbonne, BB 9, fo 142vo, 18 mars 1612.

57 Arch. mun. Frontignan, CC 28, la flotte de Frontignan au cours de la décennie 1620-1629 comptait plus de quarante barques de mer.

58 En Languedoc, mais aussi en Roussillon, E. Rebardy-Julia, op. cit., p. 292-293.

59 Arch. mun. Narbonne, BB 9, fo 155vo, 26 avril 1612.

60 Pere Pasqual dans ses diari mentionne la réception en Roussillon d’une procession de deux cent cinquante personnes de Notre-Dame-de-la-Grasse (il s’agit de l’abbaye bénédictine de Lagrasse dans les Corbières), preuve de l’étroitesse des contacts existant entre les deux côtés de la frontière. Ces diari sont transcrits dans Cròniques del Rossellò segles XVI-XVII, a cura de A. Simon i Tarrès et P. Vila, Barcelona, Curial, 1998 ; E. Rebardy-Julia, op. cit., p. 292, 286-297. Sur la vague de sorcellerie en Catalogne dans le premier quart du XVIIe siècle : « Per bruixa i metzinera ». La cacera de bruixes a Catalunya, catalogue de l’exposition faite au Museu d’Història de Catalunya, Barcelone, 2007.

61 G. Poumarède, « La France et les Barbaresques : police des mers et relations internationales en Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles », Revue d’Histoire maritime, no 4, p. 117-146, p. 120 ; Id., « Les relations de la France avec les États barbaresques » dans M. Arkoun (dir.), Histoire de l’islam et des musulmans en France du Moyen Âge à nos jours, Paris, Albin Michel, 2006, p. 360-370. Sur la course, dont la bibliographie est immense, voir M. Fontenay et A. Tenenti, « Course et piraterie méditerranéennes de la fin du Moyen Âge au début du XIXe siècle », 15e Colloque international d’Histoire Maritime (San Francisco, 1975), Course et piraterie, 2 vol. polycopiés, Paris, 1975, p. 78-131 ; M. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire au XVIIe siècle », Actes du IIe Colloque international d’Histoire, Athènes, 1985, p. 429-459 ; Id, « Le Maghreb barbaresque et l’esclavage méditerranéen aux XVIe et XVIIe siècles », Les Cahiers de Tunisie, XLV (1991), p. 7-44 ; S. Bono, Corsari nel Mediterraneo, cristiani e musulmani fra guerra, schiavità e commercio, Milan, Mondadori éd., 1993 ; M. Vergé-Franceschi et A.-M. Graziani (dir.), La guerre de course en Méditerranée (1515-1830), Paris, PUPS, 2000.

62 L’accord conclu pour une durée de cent ans en 1689 avec Alger prévoyait de mettre fin à toute course et acte d’hostilité (art. 1), le secours apporté par Alger à tout bateau français en difficulté près des côtes de la régence qu’il s’agisse de mauvais temps ou d’agression par des ennemis (art. 14).

63 De 1740 à 1789 les corsaires capturèrent neuf cent cinquante-cinq Catalans, les Espagnols neuf cent seize Maghrébins, D. Pansac, « La course barbaresque revisitée », M. Vergé-Franceschi et A.-M. Graziani (dir.), op. cit., p. 27-39, p. 28.

64 J.-L. Miège, « Aspects de la course marocaine du XVIIe au XIXe siècle », M. Vergé-Franceschi et A.-M. Graziani (dir.), op. cit., p. 39-70. Détail significatif : dans la liste des cinquante-six esclaves chrétiens rachetés en 1674 par l’Œuvre de Rédemption des captifs de Montpellier figurent deux Languedociens, Jean Gallonu de Servian et Antoine Gabineau de Sérignan embarqué au service d’un patron de Martigues, capturé le 24 juin 1670, amené en esclavage à Tétouan, A. Germain, « L’Œuvre de la Rédemption des captifs de Montpellier », Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, tome V, 1860-18, p. 164-198, p. 171.

65 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 B 16/56, 1 C 1149 ; Arch. dép. Hérault, C 786.

66 Ibid., 1 C 1152 ; Arch. mun. Narbonne, BB 228, fos 120vo-121 ; Arch. dép. Hérault, C 786. Le bateau est désigné aussi comme étant un brigantin.

67 Un des bateaux qui naviguait avec lui avait capturé une tartane catalane ou espagnole chargée de charbon et l’avait amenée à Marseille.

68 Mais au cours des tempêtes le premier avait perdu une vingtaine d’hommes, le second s’était allégé de six canons passés par-dessus bord.

69 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1149, cinq « Turcs ou Algériens » échappés d’Espagne, arrêtés au moment où ils passaient la frontière furent transférés dans la citadelle de Perpignan pour être joints au groupe des naufragés et rapatriés avec eux. Avaient-ils connu le naufrage et vu là une occasion de retourner dans leur pays ? Cela révèle une circulation de musulmans que l’on ignore.

70 Arch. dép. Hérault, C 6695.

71 Arch. mun. Narbonne, BB 10, 14, 15, 22, 26 octobre, 11, 20, 23, 30 novembre, 5, 19, 20, 23, 26, 29, 31 décembre 1618, 10, 13 janvier 1619 ; CC 6226. Les minutes du notaire Jean Senty, greffier du conseil de ville (Arch. dép. Aude, 3 E 8834, 15128), ne comportent malheureusement pas les contrats signés avec les différents artistes ou participants aux cérémonies, ce qui ne permet pas d’avoir une idée précise des thèmes représentés par les peintres Marchand et Roudière ainsi que du texte mis dans la bouche du monstre marin.

72 Carras : radeau, train de flottage.

73 Spécialiste des mouvements d’ensemble, du maniement des armes, des bannières... :

74 Turcs et turqueries (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUPS, 2009, en particulier G. Le Thiec, « Le Turc en Italie : divertissements nobiliaires à la Renaissance », p. 113-146.

75 Actuellement Fleury-d’Aude.

76 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 780, 784.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search