Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Comptes-rendus d’ouvrages

Texte intégral

SIGEL Christian (2003), Une histoire du rugby stéphanois. Saint-Etienne, Presses Universitaires de St-Etienne (IERP) 191 p., bibl.

1Si le football, avec les « Verts » attache sa renommée à la ville de St Etienne, on sera peut-être surpris d’apprendre que le rugby a pris racine ici dès 1898, avant le football (1906), dans une terre bien éloignée de Bordeaux, son port d’entrée en France. Le rugby a connu son heure de gloire à St Etienne avant la Première guerre mondiale, dans les classes aisées et moyenne, avant de décliner irrémédiablement après 1919, devant la montée de l’engouement du monde ouvrier pour le football. Très documenté, l’ouvrage retrace cette chronique, apportant d’utiles éclairages sur les modes d’implantation d’un sport collectif dans son milieu (rôle du sport scolaire), l’élargissement géographique du recrutement des joueurs, etc. Pas de cartes.

2JM.H

AUGUSTIN Jean-Pierre, GILLON Pascal, (2004) : L’Olympisme. Bilan et enjeux géopolitiques, Paris, éd. A. Colin (coll. Dynamiques), 173 p, bibl.

3L’Olympisme s’est imposé en un siècle comme un modèle universel dont la force mythique a été capable de cristalliser une force symbolique mondiale. Dès sa création (1894) le CIO affirme une ambition universelle ; treize pays étaient représentés aux JO d’Athènes en 1896, près de 200 dans la même ville en 2004 : le CIO est bien parvenu à rassembler dans son projet l’ensemble de la planète. Après une solide introduction, cet ouvrage ramassé et dense retrace la position parfois inconfortable (notamment entre les deux guerres) de l’olympisme entre « rapports de forces et universalisme » ; puis sont présentés les nombreux acteurs du sport olympique et leurs interrelations parfois conflictuelles. Le troisième chapitre, plus géographique, propose une lecture de la ‘performance olympique », selon le méthode proposée par Jean Praîcheux dès 1990 ; l’ouvrage s’achève par un chapitre passionnant sur la compétition entre les villes dans la course aux ‘anneaux d’or’. Elargi aujourd’hui à l’ensemble de la planète, l’Olympisme (une définition synthétique aurait été utile) reste marqué par la prépondérance historique de l’Europe. Il manquait un ouvrage croisant les dimensions politique, géographique, économique et culturelle du mouvement lancé par Pierre de Coubertin : c’est chose faite. Nombreuses illustrations, et bibliographie fournie (50 titres, et près de 80 références en notes infrapaginales) ; il faudra ajouter la récente thèse de J. Sébastiani sur les Jeux olympiques d’hiver dans l’arc alpin (déc. 2004).

4JM.H

DURAND Christophe, RAVENEL Loic, HELLEU Boris (2005) : Basket professionnel en France : approche stratégique et géomarketing. Voiron, Presses universitaire du sport, 229 p.

5L’interpénétration des logiques sportives et économiques constitue un sujet de réflexion important tant chez les universitaires que dans le milieu sportif ou les collectivités locales, confrontées à des choix difficiles (sport d’élite ou sport de masse ? quel sport privilégier face à la demande sociale etc.). Ce petit ouvrage aborde ces questions, avec beaucoup de pertinence, en développant quatre chapitre d’égale importance ; les deux premiers sont plus ‘géographiques’ d’inspiration, les deux derniers analysent plutôt le volet organisationnel du sport. Très riche, il aborde de multiples thèmes comme les relations entre sport et hiérarchie des villes, développe des notions comme le potentiel local d’un sport (volume de population, concurrence entre sports, tradition..). Le titre est trompeur car -malgré une préface de Tony Parker - il aborde aussi d’autres sports collectifs et d’autres territoires (USA, Royaume-Uni). Une bibliographie très étoffée vient compléter ces analyses, et fait de cet ouvrage un outil très précieux pour les chercheurs.

6JM.H

BONIFACE Pascal (2006), Football et mondialisation, Paris, éd. Colin, 174 p.

7Géopoliticien prolifique, spécialiste du désarmement, de la dissuasion nucléaire, de la 4° guerre mondiale, des guerres de demain etc P. Boniface aime le football ; il ne craint pas de le répéter ; malgré une « Géopolitique du football » en 1998, suivie de « la terre est ronde comme un ballon : géopolitique du foot-ball » (2002) peu après avoir sorti une « Europe et le sport » en 2001, voici un livre tout d’opportunisme, publié peu avant le Mondial de football de l’été 2006, qui décevra tant les spécialistes de l’étude des sports que ceux de la mondialisation. Rien en effet sur la relation entre ces deux termes, sur la mondialisation comme processus de diffusion spatiale ( où sont l’Afrique et l’Asie) et sociale (où sont les femmes) d’un sport, sur la circulation internationale des joueurs, les financements aux origines brumeuses etc. On ne doit pas écrire un livre en lisant seulement l’Equipe... Pas de plan cohérent, des répétitions en cascades. Touche à tout, l’auteur finit par se brûler : s’aventurant sur la voie étroite et difficile des rapports entre religion et sport, il se ravise soudain, et après quelques platitudes, retourne à la géopolitique et n’hésite pas, dans la même page (107) à passer des frasques de George Best au sport instrumentalisé par les dictatures nazie ou communiste... Agréable à lire et documenté, ce livre, assurément destiné au « grand public », et dont l’auteur assure l’auto-promotion dans l’Expansion (n° 708, mai 2006, p.68), s’est égaré chez un éditeur universitaire. Espérons que le Mondial de rugby en 2007 ne nous réserve pas pareille mésaventure...

8JM.H

DIETSCHY Paul, CLASTRES Patrick (2006), Sport, société et culture en France du xix° siècle à nos jours, Paris, éd. Hachette (coll. Carré/Histoire) 250 p., bibl.

9Il fallait beaucoup de talent pour embrasser un champ transdisciplinaire aussi vaste, sur une période de deux siècles. Pari réussi. Dans le format restreint de cette excellente collection, les auteurs nous proposent, au-delà d’une nouvelle histoire du sport, une « relecture de l’histoire de France » au travers du prisme qui conjugue le politique, l’économique, le social et le culturel. Prolongeant utilement les travaux fondateurs d’A. Wahl et G. Vigarello, ce précis, dense et structuré, s’articule selon un plan chronologique, distinguant sept périodes, depuis « l’émergence du corps moderne à la fin du xviii° siècle » jusqu’à la pratique sportive de masse et la mondialisation (1986-2006) : un cadrage précieux pour insérer nos études géographiques dans leur contexte historique. Si l’on peut regretter l’absence de cartes (celle sur les Tours de France, p. 98, a la taille d’un timbre poste...) on appréciera les nombreux documents inédits, la chronologie très complète des principaux évènements sportifs, et enfin une bibliographie fournie (182 titres), ordonnée en onze rubriques, qui en font un véritable outil de travail ; elle privilégie cependant les ouvrages et articles récents. Un livre de référence.

10JM.H

MARSEILLE Jacques (2007) : Quand la France surclasse le monde, Le Point (n° 1790, 4 janvier 2007) p. 71

11Auteur d’une quinzaine d’ouvrages d’histoire économique, Jaques Marseille, Professeur à Paris I-Sorbonne, vient de publier une chronique originale dans le Point. Comparant les exploits sportifs des équipes de France au bilan moins glorieux de « l’équipe politique France », l’auteur de la « Guerre des deux France » mesure la performance sportive de notre pays, en affectant une note s’échelonnant de 1 à 10 aux huit premiers des grandes compétitions mondiales parmi les équipes masculines et féminines, dans 25 sports collectifs. Le résultat surprendra les « déclinologues » : la France arrive largement en tête, avec 240 points, devançant nettement Γ Allemagne, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis qui peinent à dépasser les 120 points. Ces pays réalisent de belles performances, mais plus ciblées sur certains sports (football, biathlon ou escrime en Allemagne) mais le sport français apparaît bien plus complet et plus équilibré, figurant en bonne place dans la plupart des 25 disciplines. Il est vrai que son assise sociale est plus large, avec 25 % de licenciés parmi la population, contre 15 % en moyenne dans l’Union européenne. Il offre ainsi l’image réconfortante d’une France qui « gagne », et pourrait servir de modèle aux élites politiques.

12JM.H

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search