Version classiqueVersion mobile

Transmettre et échanger en Roussillon et en Languedoc XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

La transmission dans le monde des marchands pyrénéens à l’époque moderne

Le haut Pays de Foix au XVIIe siècle

Patrice Poujade

Texte intégral

  • 1 D. Roche, introduction à Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, Éditions (...)

1Il y a une quinzaine d’années, Daniel Roche écrivait que « le devenir global des groupes marchands doit se comprendre à partir des alliances, des abandons, des transferts et peut-être pas seulement par l’étude des successions en ligne directe »1. Si l’étude des cheminements vers et dans la carrière marchande est, en effet, riche d’enseignements, il n’en demeure pas moins que le processus de transmission occupe une place centrale dans ce monde-là et qu’il est intéressant de s’y pencher. Que transmettre, donc, dans le monde des marchands pyrénéens à l’époque moderne ? C’est la question à laquelle nous voudrions donner quelques éléments de réponse à partir du cas des marchands du haut Pays de Foix au XVIIe siècle. Nous essaierons d’apprécier, en particulier, dans quelle mesure une personne hérite d’une « tradition » professionnelle familiale, plus ou moins ancienne, et donc accède à une transmission directe au métier. Mais il faudra s’interroger aussi sur les moyens dont cette transmission – donc cette pérennité –, surtout celle du savoir-faire professionnel, s’effectue et est rendue possible.

2Pour commencer, nous aborderons, successivement, la question de la transmission du métier et celle de la dévolution des biens à l’intérieur des familles marchandes. Peut-on établir un parallèle entre la transmission de l’activité professionnelle et celle des biens ? Ensuite, nous nous intéresserons à d’autres transmissions – ou, peut-être, non transmissions... – dont la famille est le siège aussi bien celles qui concernent les filles que la transmission des prénoms, la question de la parenté spirituelle ou celle, importante, de la religion.

I. La transmission professionnelle

A. Marchand de père en fils

  • 2 Autour de 10 % environ des marchands sont issus d’une promotion sociale, en étant, par exemple, fil (...)

3En fonction de leurs liens plus ou moins étroits avec la transmission « héréditaire » de leur activité, nous pouvons distinguer plusieurs « catégories » de marchands. Ceux qui nous retiendrons ici forment une sorte de « noyau dur », c’est-à-dire ceux dont le père était lui-même marchand. Sur un corpus de quelque 400 marchands de la petite ville de Tarascon pour l’ensemble du XVIIe siècle, les héritiers représenteraient environ 60 %, peut-être plus. Les sources ne nous permettent pas de dire quelle est la proportion de ceux qui sont de la première génération et ceux qui sont les héritiers d’une longue lignée. Faut-il penser que ces derniers sont les plus nombreux ? Dans un premier temps, force est de constater que la transmission familiale directe est le mode majoritaire d’accession à l’activité commerciale. Majoritaire, mais pas de façon si écrasante, finalement2. Dans le processus de transmission, nous devons aussi nous consacrer, en aval, aux destinées des fils de marchands afin de savoir dans quelle mesure la transmission de l’activité s’effectue. Ainsi, si nous nous focalisons sur le destin des fils des marchands tarasconnais, 73 % deviennent aussi marchands. Donc, il y a une assez forte transmission du métier. Mais il faut apporter quelques nuances à ce résultat. En effet, si nous classons les familles en deux catégories (marchands les plus aisés, marchands moins « assis » ou plus modestes), nous observons des différences assez sensibles qui indiquent des relations sans doute différentes avec l’activité commerciale. Si 77 % des fils de marchands « moyens » suivent les traces de leur père, ils ne sont plus que 64 % dans les familles plus aisées. Dans celles-ci, proportionnellement, les fils nourrissent deux fois plus les rangs du clergé et cinq fois plus ceux des professions juridiques ; en revanche, aucun ne devient artisan alors que 5 % des descendants des marchands « moyens » retournent vers l’artisanat dans la mesure où leur lien avec ce milieu n’avait pas été rompu.

4Globalement, c’est donc près des trois quarts des fils de marchands qui poursuivent l’activité paternelle. Mais la transmission s’effectue-t-elle sur plusieurs générations ou observe-t-on des stratégies progressives de sortie de ce milieu professionnel ? Le tableau suivant indique le devenir des descendants des marchands en activité autour de 1600 sur quatre générations.

Tableau no 1. Devenir des descendants des marchands tarasconnais en activité vers 1600

Tableau no 1. Devenir des descendants des marchands tarasconnais en activité vers 1600

5Nous observons une sortie progressive du monde du commerce, génération après génération, mais ce sont encore 64 % des arrière-petits-fils des marchands en activité vers 1600 qui exercent encore, quelques décennies plus tard, le métier de leur arrière-grand-père. La diversification profite à la bourgeoisie et à la noblesse qui restent les modèles de nos marchands. En revanche, si, au bout de quatre générations, il n’y a plus d’artisan, il n’y a pas non plus de notaire, activité pourtant souvent très proche, voire associée, à celle des marchands. Comme on pouvait le supposer, si grand-père et père sont marchands, le taux de marchands à la troisième génération est plus élevé (74 %), du fait d’une plus grande stabilité professionnelle assurant une meilleure transmission ; ensuite, le taux de sortie du monde marchand est assez élevé.

B. Transmettre le savoir professionnel

  • 3 Sur l’apprentissage, voir Fr. Lebrun, « L’adolescence et la jeunesse », Histoire de l’enseignement (...)

6La transmission du métier implique, certainement, celle du savoir-faire professionnel en lui-même. Il est possible que la transmission du métier devait se faire plus fréquemment, d’abord et peut-être essentiellement, dans la boutique paternelle3. En ce sens, la mise en apprentissage chez autrui mettrait en évidence une défaillance familiale (en particulier, décès du père), mais aussi une stratégie, comme la volonté de spécialisation, de formation plus poussée ou d’incursion voire installation dans une autre place.

  • 4 Arch. dép. Ariège, 5 E 658, fo 125vo, Me Delauriol, Tarascon, 30/9/1655 et 5 E 660, f87vo, Me Del (...)
  • 5 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 5474, fo 294vo, Me P. Marcilhac, Toulouse, 8/7/1610.
  • 6 Arch. dép.’Ariège, 5 E 689, f5, Me J. Rolland, Tarascon, 12/1/1665.
  • 7 Ibid., 135 Edt/GG 3, 31/8/1688. Contrat d’apprentissage fait à Toulouse le 2/12/1687, accepté par l (...)
  • 8 G. Bernet, « Jean Giscard, marchand drapier toulousain sous Louis XIV », Annales du Midi, janvier-m (...)

7Si Tarascon accueille un certain nombre d’apprentis du haut Pays de Foix, Toulouse jouit d’une attractivité notable : des fils de marchands de Tarascon, d’Ax, du pays d’Alion, de Vicdessos, sans doute d’ailleurs, sont envoyés auprès de marchands toulousains pour apprendre la « vacation de marchand », sans doute parce qu’ils devaient jouir d’une bonne réputation et que leur fréquentation pouvait réserver quelques intérêts... Le Toulousain Jacques Sicard a ainsi pris en apprentissage pour deux ans, successivement, Vincenç Vergnes en 1655, et Michel Cazes en 1657, deux fils de marchands de Vicdessos4. Guillaume Prétiane, marchand d’Ax, et son frère se mettent en apprentissage chez les associés Jean Caseneuve et Antoine de Pelissier « pour apprendre l’art et trafic de marchand duquel ils font commerce », pour trois ans et 300 livres, en 16105. En 1665, Paul Clarens revient à Tarascon à l’âge de 21 ans après avoir passé deux ans en boutique à Toulouse6. Joseph Seré, pour sa part, meurt en apprentissage chez Bertrand Bernadou, à Toulouse, à l’âge de 21 ans, en 16887. Avec cet exemple tragique, on voit que la formation se poursuit à un âge assez avancé. De plus, il semble indiquer une spécialité drapière puisque les frères Bernadou étaient de gros marchands drapiers toulousains, dont l’un fut, d’ailleurs, capitoul en 1663-16648. Partis en apprentissage entre 16-17 ans et 20 ans environ, ces « héritiers » doivent parfaire durant ces quelques années des connaissances, acquérir des savoirs et savoir-faire, mais aussi tisser des liens utiles à l’activité familiale et à la leur au moment de s’établir pour leur propre compte.

  • 9 Arch. dép. Ariège, 5 E 654, fo 194, Me Delauriol, Tarascon, 14/10/1651.

8Mais la transmission du savoir-faire professionnel peut se faire aussi vers l’extérieur du monde des marchands quand l’apprenti marchand n’est pas issu du monde du commerce ; cela n’en demeure pas moins du domaine de la transmission. Citons le cas de François Bessière (fils de charpentier), tantôt menuisier, tantôt marchand – le commerce semble pour lui une activité périodique, limitée au temps des foires tarasconnaises – qui envoie son fils aîné apprendre le métier de marchand dans la boutique du sieur Bonnety, marchand de Montpellier, pendant cinq ans9.

9Comment sont choisis les maîtres d’apprentissage, en particulier lorsqu’ils sont éloignés (Toulouse, Montpellier ou Auch, par exemple) ? Sans doute, les marchands sélectionnés ont été connus dans les foires locales mais aussi par la fréquentation que font les marchands locaux d’autres villes. Pour Toulouse, centre d’approvisionnement principal et aussi débouché, cela semble évident.

  • 10 G. Bernet, art. cit., p. 56.

10L’exemple du marchand drapier toulousain Jean Giscard qui prend comme apprentis des fils d’amis, de clients, de fournisseurs, tend à le prouver10.

II. Transmission et dévolution des biens

11Nous venons de voir que les pères d’une partie importante des marchands exerçaient l’activité commerciale. Cette transmission professionnelle ne va-t-elle pas de pair avec celle des biens ? Le fils marchand n’hérite-t-il pas à la fois du métier et des biens de son père ?

A. Le choix de ses héritiers par le marchand

  • 11 Arch. dép. Ariège, 5 E 662, fo 372, Me Delauriol, Tarascon 28/6/1663.

12Le cas de figure le plus courant, et qui offre le moins de variantes, est celui du marchand marié, ayant un ou plusieurs garçons et une ou plusieurs filles qui, le plus souvent, institue l’ensemble de ses fils héritiers universels et généraux, alors que les filles sont dotées en vue d’un mariage. La décision peut être inscrite dans le contrat du mariage du fils comme le fait Mathurin Galy pour son fils Jacques, désigné comme héritier universel à égalité avec tous les autres garçons que le père pourrait avoir au moment de son décès11.

  • 12 Ibid., 5 E 597, fo 52vo, Me Rolland, Tarascon, 22/3/1667. L’épouse est désignée comme héritière uni (...)
  • 13 Ibid., 5 E 667, fo 59vo, Me Delauriol, Tarascon, 28/6/1675.

13Néanmoins, ce modèle presque universel connaît quelques exceptions qui trouvent quelques explications dans des situations particulières. Ainsi, Aymé Seré teste le 22 mars 1667. Il est marié avec Jeanne de Cussol, dont il a quatre filles et deux garçons. Or, ces derniers ne sont âgés que de 11 et 2 ans : le père leur laisse 3 000 livres pour leurs 25 ans, lègue 2 000 livres de dot à chacune de ses filles et désigne sa femme comme son héritière12. On retrouve la même chose dans le testament du 28 juin 1675 de Jean-Raymond Faure : ses quatre fils étant tous mineurs, Faure désigne aussi, comme héritière, son épouse13. Dans de tels cas, même si le scénario est sans doute écrit d’avance, c’est à l’épouse – devenue veuve – que reviendra la charge de désigner le ou les héritiers.

  • 14 Ibid., 5 E 555, fo 64, Me R. Rolland, Tarascon, 8/9/1625.
  • 15 Ibid., 5 E 577, fo 60, Me R. Rolland, Tarascon, 4/2/1647.

14Quant à Mathieu Teynier, il offre un autre cas dans son premier testament, en 1625 : il nomme sa femme comme l’administratrice et l’usufruitière de ses biens et désigne ses héritiers universels c’est-à-dire, à parité, son fils Vidal – quand celui-ci aura atteint 25 ans –, et pour l’autre moitié, ses trois filles – lorsqu’elles seront mariées14. Contrairement aux deux exemples précédents, Teynier ne décède pas les jours suivants ce qui l’autorise, plus d’une vingtaine d’années plus tard, à réadapter son testament à sa nouvelle situation familiale : veuf, plusieurs de ses filles mariées, un fils désormais âgé d’une trentaine d’années, il désigne celui-ci héritier universel revenant, par là même, au cas le plus général observé15.

  • 16 Ibid., 5 E 583, fo 265, Me R. Rolland, Tarascon, 17/7/1653.
  • 17 Ibid., 5 E 656, fo 218, Me Delauriol, Tarascon, 20/8/1653. Si sa femme était enceinte d’une fille, (...)

15Comment s’effectue la transmission lorsqu’un marchand n’a que des filles ? Généralement, le père institue sa ou ses filles comme héritière(s). Cependant, en 1653, Jean vieux Bourg ne choisit ni ses filles – non mariées –, ni même sa femme, mais son frère Pierre, qu’il charge de l’entretien de sa femme et de ses filles jusqu’au mariage de celles-ci16. Son autre frère, Jean jeune, qui teste environ un mois plus tard, avant que la mort ne l’emporte, a aussi deux filles non mariées mais lui les désigne comme ses héritières générales, à la condition toutefois que sa femme ne soit pas enceinte d’un garçon ; dans un tel cas, le posthume deviendrait l’héritier à la place des filles17. Cette clause – n’apparaissant, bien évidemment, que chez des marchands dont la femme est encore suffisamment jeune – est assez courante ; elle indique clairement la préférence accordée au garçon, même hypothétique, sur des filles bien réelles.

  • 18 Ibid., 5 E 544, fo 194vo, Me Rolland, Tarascon, 27/12/1639 et 5 E 572, fo 205, Me Rolland, Tarascon (...)

16Le choix d’un veuf avec garçons et filles se porte, comme on le comprend, vers son ou ses fils ; celui qui n’a qu’une fille portera son choix vers celle-ci et son petit-fils, signe d’une volonté de transmission dans un avenir durable. Tel est le cas de Jean Serailh : dans ses deux testaments, celui de 1639 et celui de 1642, il désigne pour héritiers sa fille et le fils de celle-ci âgé d’environ 19 ans à la rédaction du premier testament18. Veuf et remarié, le marchand se retrouve dans le même cas de figure que son confrère marié, à la différence qu’il peut avoir des enfants issus de ses différents mariages. S’il a des garçons, ce sont eux qui sont désignés comme héritiers.

B. Le choix des femmes de marchand

  • 19 Ibid., 5 E 572, fo 202vo, Me Rolland, Tarascon, 11/9/1642.

17Qu’elles soient veuves ou non, généralement, les femmes de marchand testent. Le choix de l’héritier est, sans doute, grandement influencé par la situation familiale, mais les différentes solutions qui apparaissent dans les testaments indiquent une certaine marge de manœuvre même si diverses pressions, invisibles dans les testaments, ont pu faire leur œuvre. Lorsqu’elle teste, la femme d’un marchand vivant, mère de garçons et de filles, fera beaucoup plus volontiers héritier(s) son ou ses fils que son mari. Ainsi, même dans un moment très particulier, Jacmette de Gassis « craignant de mourir [...] de son part » (donc, en accouchant), choisit pour héritier le posthume qu’elle risque de laisser ; son mari ne sera son héritier que si l’enfant à naître ne survit pas19...

18Une seule fois dans notre documentation, la testatrice a désigné son époux, et une autre fois, son mari et son fils unique ; une autre fois, elle en a fait l’usufruitier de ses biens mais pas son héritier général puisqu’elle a désigné pour cela son fils et son enfant à venir, à condition que ce soit un garçon, alors que dans un autre cas, les deux fils et les deux filles sont institués héritiers universels. Si le couple n’a qu’une fille, la testatrice peut être encline à désigner son mari jusqu’au mariage de leur fille. Sans enfant, la testatrice a deux solutions principales : soit elle attend un enfant, ou espère en avoir un avant son décès, et elle le désigne, soit elle opte pour son mari, ce qui constitue le cas le plus fréquent.

  • 20 Ibid., 5 E 707, fo 97, Me Ferrand, Tarascon, 7/5/1675 et 5 E 710, fo 7, Me Ferrand, Tarascon, 9/1/1 (...)
  • 21 Ibid., 5 E 627, fo 41vo, Me P. Ferrand, Tarascon, 3/3/1645.

19Tous ces choix sont susceptibles d’adaptations et de modifications au gré des circonstances. Jeanne de Lacaze casse, cinq ans après avoir testé, le testament par lequel elle instituait son mari comme héritier universel. En effet, explique-t-elle, « elle décharge son mari de sa confiance »20. De même, Françoise Porte, parce que son fils issu d’un premier mariage, « pendant cette maladie ne daigne venir [la] visiter une seule fois », ne lui destinera que la moitié de ses biens, réservant l’autre moitié à la bru de son deuxième mari21.

  • 22 Ibid., 5 E 672, fo 29, Me Delauriol, Tarascon, 9/4/1684.
  • 23 Ibid., 5 E 636, fo 239, Me P. Ferrand, Tarascon, 11/8/1656.

20Quant aux veuves, leur situation est toute différente. Comme on peut le constater dans les quelques testaments de veuves pour lesquelles nous avons aussi retrouvé le testament du mari, les femmes qui ont des enfants reproduisent généralement le choix testamentaire de leur défunt mari. Sans enfant, les choix peuvent être divergents. Madeleine de Bourret, veuve de Mathieu Seré, doit adapter son testament après la mort d’un des deux fils qu’elle avait désigné héritier universel en 1641. De même, elle est obligée de le réadapter, moins d’un mois après que le fils qui lui restait meurt à son tour, en 1667. Certains fils, dans des conditions précises, sont exclus : en 1684, la veuve Françoise de Teynier, mère de trois fils et de deux filles, ne retient que l’aîné de ses garçons, les deux autres étant absents (l’un d’eux, d’ailleurs, ayant bénéficié d’« avantages au moyen du titre clérical que lui avait consenti pour favoriser l’intention d’être promu aux ordres sacrés »)22. De la même façon, finalement, si, en 1656, Marie de Laqueune fait de sa fille son héritière universelle et générale c’est que son fils est recteur du village de Génat et qu’elle « sait que sond. fils a de quoi pour s [...] et qu’elle a employé beaucoup de commodités pour l’élever et lui faire suivre les études »23.

C. Un modèle particulier ?

  • 24 Nord-ouest du Comté de Foix où se déroula l’affaire Martin Guerre vers le milieu du XVIe siècle. N. (...)
  • 25 C. Rome, Les bourgeois protestants de Montauban au XVIIe siècle. Une élite urbaine face à une monar (...)
  • 26 M. Combet, Jeux des pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, Borde (...)
  • 27 G. Sicard, « La transmission du patrimoine en pays toulousain au XVIIIe siècle », Identités méridio (...)
  • 28 S. Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin, XVIIe-XVIIIe siècles (...)

21D’une façon générale, les testaments des marchands et de leurs femmes relèvent de la même logique : ils favorisent les fils et excluent les enfants dotés – filles en général, mais aussi fils ecclésiastiques – ou, au moins, avantagés à un certain moment (par exemple par les études). L’institution d’un héritier unique, fût-il l’aîné des garçons, n’est pas de mise dans la typologie qui ressort des marchands du haut Pays de Foix. La même tendance se dessine à Quillan ou à Chalabre, où nous avons effectué quelques sondages. Elle est aussi présente, peut-être dans de moindres proportions, dans d’autres contextes, géographiquement proches comme l’Artigat de Martin Guerre étudié par Natalie Davis24, ou plus éloignés comme Montauban25 ou le Bergerac du XVIIIe siècle. Dans cette dernière ville, 28 % des élites municipales désignent de la même façon plusieurs de leurs fils à égalité26. Chez des négociants et boutiquiers de la région toulousaine au XVIIIe siècle, Germain Sicard trouve bien des échos de pratiques successorales semblables à celles du haut Pays de Foix, mais il dit clairement que ce sont des cas « bien minoritaires »27. À Turin, alors que la coutume piémontaise tendrait à faire de tous les fils les héritiers à parité des biens paternels, les marchands ne s’y rallient que dans un tiers des occasions, préférant alors exclure une partie de leurs fils de l’hérédité. Et même quand plusieurs fils sont faits héritiers universels, l’un d’entre eux est, au bout du compte, favorisé, si l’on considère que succéder à son père est une faveur28. Ce qui ferait la singularité des marchands de la montagne fuxéenne serait la quasi-systématisation de ce comportement.

  • 29 L. Fontaine, « Droits et stratégies : la reproduction des systèmes familiaux dans le Haut-Dauphiné  (...)

22Ce qui apparaît dans les testaments des marchands serait la coexistence entre l’exclusion des enfants dotés, comme le droit écrit l’impliquerait, et le partage égalitaire, non pas entre tous les enfants, mais entre les fils, à condition que ces derniers n’aient pas été dotés (c’est le cas des religieux). Le partage égalitaire entre les garçons semble s’ériger comme une règle – à moins que la mère ne soit faite héritière –, ceux ayant reçu un quelconque avantage à un moment donné (donation lors d’un mariage, par exemple) devant rapporter ce bien au « bloc » à diviser entre les frères. Car, le partage lui-même semble la règle et non l’indivision qui, de fait, en attendant la répartition, prévaut. On a donc l’impression d’avoir affaire à un modèle mixte, intermédiaire, comme il a pu être rencontré aussi dans les Alpes par Laurence Fontaine quand elle décrit un partage des biens entre fils restés à la maison paternelle29. Mais dans nos cas, il ne semble pas que les fils restent dans la maison du père. Ce qui évidemment rentre en ligne de compte, et qui contraint à un choix qui n’aurait pas été fait, est l’absence de garçon. Et on le voit lorsqu’un testateur pense à un hypothétique fils posthume comme héritier universel ou si, à l’occasion d’un autre testament, un fils lui étant né, c’est celui-ci qui est choisi. Là, apparaît l’importance de la notion d’égalité entre les fils.

23On l’a dit, les fils héritiers peuvent être appelés, un jour, à se partager les biens hérités entre eux, donnant lieu à quelques actes de partage. On peut penser que ce modèle égalitaire entre les garçons est rendu possible par la quantité et la qualité des biens à transmettre. Il est probable que l’étendue des biens permet un partage, sans que l’un des héritiers soit obligé d’indemniser financièrement son ou ses frères, ni encore moins de vendre une partie de l’héritage. La préoccupation du marchand est alors bien différente de celle d’un agriculteur qui, lui, aura tendance à favoriser le garçon qui héritera de l’exploitation agricole afin d’éviter que celle-ci ne soit démembrée.

III. D’autres transmission

24La transmission ne s’arrête pas à celle de la profession et des biens et ne concerne pas uniquement les garçons. Les filles jouent aussi un rôle important – peut-être même déterminant – dans ce processus dans la mesure où l’on peut considérer que leur mariage en est une modalité. D’autre part, transmettre va bien au-delà. Nous dirons quelques mots sur ce qui concerne les prénoms et la parenté spirituelle pour terminer sur la religion, domaine où, en situation minoritaire, la transmission est la condition de la survie.

A. Les filles dans la transmission

25Si, sur l’ensemble du XVIIe siècle, les femmes de marchands étaient elles-mêmes filles de marchands pour environ 65 % d’entre elles, leurs filles, pour leur part, épousaient des marchands dans des proportions voisines (environ 68 %). Elles étaient donc, à la fois, filles, femmes et mères – ajoutons-y aussi, sœurs – de marchands. Ainsi, les femmes jouaient un rôle très important au sein des familles marchandes, mais aussi dans l’activité commerciale elle-même. Une présence, certes, souvent « invisible », mais décisive, pour tout ce qui touche à la transmission, car, à la mort de leur mari, ces femmes, devenues veuves, étaient parfaitement au fait de tous les méandres du commerce et prêtes à assurer la continuité des affaires.

  • 30 5,5 % des femmes des marchands étaient issues du monde rural.

26Si nous nous penchons sur la chronologie, il semble apparaître que l’ancrage dans le monde de la marchandise est plus fort pour les filles des marchands en activité vers 1600 que pour ceux qui exercent une cinquantaine d’années plus tard (tableau no 2). Cette évolution signifierait-elle que les volontés de promotion sociale, par la sortie du milieu marchand, auraient plus de succès au milieu qu’au début du XVIIe siècle ? Sans doute pas si nous regardons la place que prennent les artisans comme conjoints des filles de marchands en activité vers 1650 (12,50 % contre 4 % seulement pour les marchands de 1600) ou, à l’inverse, la part des bourgeois, au sens large (9,50 %). Au contraire, donc, il semble y avoir des difficultés de maintien des filles dans le monde marchand (et il n’est pas la peine de parler de promotion). Nuançons, toutefois, en précisant que moins le marchand est ancré dans son milieu (c’est-à-dire que plus il y est récemment arrivé et plus il est proche de l’artisanat) plus il marie ses filles avec des artisans. En revanche, chez certaines familles bien établies, les processus de sortie vers « le haut » sont clairs. Ces stratégies, voulues ou subies, influent, donc, sur la transmission professionnelle par les filles. Un parallèle est à établir entre le sort des filles et celui des garçons qui, eux aussi, pouvaient retomber dans l’artisanat si leur père en était récemment ou incomplètement sorti. Inversement, certaines familles destinaient leurs garçons vers d’autres cieux, parfois au bout de plusieurs générations. Ajoutons, pour terminer, que si les filles de marchands épousent des marchands dans une proportion à peine un peu plus élevée que leurs mères étaient issues du milieu commercial (environ deux tiers), en revanche, jamais un marchand ne donne sa fille en mariage à une personne dont l’activité est le travail de la terre consolidant, par le mariage de ses filles, un ancrage dans un milieu plus « urbain »30.

Tableau no 2. Mariage des filles des marchands de Tarascon en activité vers 1600 et vers 1650

Tableau no 2. Mariage des filles des marchands de Tarascon en activité vers 1600 et vers 1650

27Comme l’indique le tableau no 3, sur plusieurs générations, la transmission à travers les filles reste remarquable car plus des trois quarts des arrière-petites-filles de marchands seraient encore mariées avec un marchand ce qui donnerait une stabilité quasi séculaire. Notons une notable proportion (10 % environ) mariées dans le milieu nobiliaire local et la quasi-disparition des descendantes de marchands encore alliées à l’artisanat ou aux professions « médicales » inférieures (chirurgien, apothicaire) puisque ces deux groupes accueillaient plus de 10 % des filles des marchands mais seulement 1 % de leurs arrière-petites-filles.

Tableau no 3. Mariage des descendantes des marchands de Tarascon au XVIIe siècle

Mariées avec :

Filles

Petites-filles

Arrière-petites-filles

marchand

68,00 %

67,50 %

70,00 %

notaire

6,00 %

2,75 %

6,10 %

bourgeois, homme de loi

12,00 %

14,00 %

12,20 %

noble

3,50 %

6,50 %

10,20 %

artisan

7,50 %

6,50 %

1,00 %

chirurgien, apothicaire

3,00 %

2,75 %

0,00 %

total

100,00 %

100,00 %

100,00 %

28Les filles sont aussi intéressées par un autre type de transmission que l’on pourrait qualifier de culturel. Les indices en sont peu fournis, en dehors de quelques cas que nous avons pu reconstituer qui indiquent qu’il y a donc une endogamie culturelle et une sorte de circulation de la maîtrise de la signature – sans doute de mère en fille – et, au-delà peut-être, de l’écriture et de la lecture. En 1620, Jean du Séré épouse Esclarmonde Dax-Lafacie, qui sait signer. Le phénomène est assez rare quoique très imprécisément quantifiable puisque si selon les testaments féminins 5 % des femmes signeraient, elles seraient 28 % selon les contrats de mariages... Le couple dont nous parlons a eu plusieurs enfants, filles et garçons, dont Raymond et Antoine, marchands tarasconnais actifs. Les filles, sachant elles-mêmes signer, ont épousé des marchands locaux, et les garçons se sont aussi alliés avec des familles dans lesquelles les femmes signent : Antoine se maria en 1668 avec Jeanne de Faure-Fabas dont la mère signe également ; Raymond, quant à lui, épousa successivement Marie de Teynier (dont la mère signe) puis Germaine Deguilhem qui manient la plume. Marie de Teynier, femme de Raymond Seré, est la sœur de Françoise de Teynier qui sait signer !... La fille de Françoise de Teynier signe et son fils épousa Marie de Seré (qui signe aussi), fille de Jeanne de Cussol (qui signe encore), et d’Aymé Séré dont les sœurs signent, mais dont la mère, elle,... ne signe pas... Si nous décrivions encore les autres connexions à partir de ces familles, nous y constaterions une fois de plus une grande densité de femmes « de plume ». Nous avons bien une transmission culturelle qui touche les filles et les femmes et se fait, sans doute, par leur intermédiaire.

B. Nomination individuelle et parenté spirituelle : quelle transmission ?

29Y a-t-il une « circulation » des prénoms dans les familles, d’une génération à une autre et existe-t-il, comme il se doit, une influence des parrains dans la transmission des prénoms ? Le tableau suivant, construit à partir du dépouillement des registres paroissiaux de Tarascon, donne la proportion des filleuls et filleules portant le prénom de leur parrain ou marraine, pour la période comprise entre 1600 et 1676.

Tableau no 4. Parrainage et transmission des prénoms chez les marchands de Tarascon au XVIIe siècle

Tableau no 4. Parrainage et transmission des prénoms chez les marchands de Tarascon au XVIIe siècle
  • 31 G. Audisio, Les Français d’hier. Des croyants XV-XIXe siècle, Paris, A. Colin, 1996, p. 217 et 403.

30D’une façon générale, près des trois quarts (71 %) des filleuls et filleules reprennent le nom de leur parrain, pour les garçons, ou marraine, pour les filles. Les cas sont rares où un garçon porte le nom masculinisé de sa marraine et vice-versa : 1 à 2 %, en moyenne, selon le sexe. Mais une évolution assez sensible s’est opérée au cours du siècle : le poids du parrainage dans le choix d’un prénom a sensiblement diminué au fil du temps. Alors qu’il dépassait 90 % chez les garçons et 79 % chez les filles, dans les 30 premières années du siècle, il est passé, respectivement, à 65 % et 70 % vers le milieu du siècle. Un peu plus de fantaisie s’est dès lors introduite, permettant la mise en circulation de nouveaux prénoms comme Thérèse, pour les filles, ou, pour les garçons, Alexis, Ignace, Hyacinthe et surtout Joseph. La vogue de ce dernier est grande après 1660 puisqu’il est attribué à plus de 10 % des garçons nés entre 1661 et 1667, avant de devenir plus rare. Nous sommes en présence d’une innovation liée aux nouvelles dévotions de la Contre-réforme31 parallèle à l’apparition des legs à la chapelle ou à l’autel de Saint-Joseph de l’église de la Daurade de Tarascon, à partir de 1652.

31L’attribution du prénom du père ou de la mère – lorsqu’il est différent de celui du parrain ou de la marraine – ne concerne que 4-5 % des baptêmes, de façon constante pour les filles sur la période étudiée, en augmentation pour les garçons, passant de 0 % en 1600-1629, à 3 % en 1630-1659 et à 6,5 % en 1660-1676. Sur l’ensemble des marchands tarasconnais pour lesquels nous avons pu effectuer le calcul (plus de 200 cas), c’est quand même dans un tiers des cas que le père arrive à donner son prénom à l’un de ses enfants dont une fois sur deux à l’aîné. Ainsi, les transmissions venues du sein de la famille ou d’un cercle très proche, ne laisseraient que 20 % de « liberté » de choix aux parents. Liberté somme toute relative à cause de contingences particulières, comme ce parrain, portant le prénom d’Isaac, dont on ne considère pas opportun d’affubler un fils... Toutefois, en raison de la rupture de la transmission plus ou moins automatique de parrain à filleul, un petit renouvellement du stock se dessine au cours du XVIIe siècle. Il y a, certes, des prénoms pérennes, ceux qui offraient les plus gros effectifs : Jean, Pierre, Paul, Raymond, Bernard, François, Antoine, mais aussi Mathieu, Jacques ou Guillaume (69,5 % des marchands nés entre 1570 et 1599 et 83 % de ceux nés en 1660-1679 portent un de ces prénoms). Puis, viennent ceux qui semblent appartenir au XVIe siècle (Archimbaud, Onorat, David, Jérôme) et à la première partie du XVIIe siècle (Odet, Georges, Bertrand, Charles), peu à peu abandonnés (7,5 % des marchands nés dans les trente dernières années du XVIe siècle, mais aucun de ceux qui sont nés en 1660-1679). Enfin, apparaissent des prénoms nouveaux, enregistrés par des naissances d’après 1640, voire 1660 : Jean-Augustin, Claude, Joseph, Marc, Alexis, Jean-Baptiste, Benoît, Étienne, Hyacinthe, Ignace (11,5 % des marchands nés entre 1660 et 1679). Ils marquent les nouvelles tendances auxquelles les marchands se montrent sensibles. Du côté des filles, des phénomènes semblables s’observent. Jeanne, Marie, Françoise, Marguerite, Madeleine, Catherine et Paule sont les prénoms les plus portés. Après 1660, Anne apparaît, seul ou en composition avec Marie. De la même façon, Brigitte, Germaine, Claire ou Thérèse, entrent en jeu après la première moitié du siècle.

32Les évolutions qui se font jour remettent en partie en cause ce qui pouvait sembler une tradition, c’est-à-dire l’attribution du prénom du grand-père ou du parrain (il s’agit d’ailleurs parfois de la même personne). C’est de cette façon qu’ont pu s’introduire de nouveaux prénoms répondant à la mode, aux sensibilités religieuses du moment (par exemple, Joseph dans les années 1660), voire à la volonté plus personnelles et individuelles, des parents. Bien sûr, un certain nombre de prénoms ont été de forts marqueurs identitaires. Que l’on pense aux Isaac, Daniel, David ou Judith, dont la raréfaction, au tournant des XVIe et XVIIe siècles, est la traduction du déclin du protestantisme après les années 1620. Autre rupture, subie, sans doute, en bonne part, d’une transmission sur laquelle nous voudrions donner un peu de lumière, pour terminer.

C. Transmettre la religion ? Marchands et protestantisme à Tarascon

  • 32 Pour le contexte général, voir Cl. Pailhès, « Les guerres de Religion (1562-1598) », Le protestanti (...)
  • 33 I. Pebay-Clottes, La vie religieuse dans le Comté de Foix (1559-1643), op. cit., p. 347, note 80, d (...)
  • 34 J.-J. de Lescazes, Le mémorial historique, Toulouse, A. Colomies, 1644, rééd., Foix, Société Ariége (...)

33Du milieu du XVIe siècle au premier tiers du XVIIe siècle, la ville de Tarascon fut un enjeu entre catholiques et réformés parce qu’elle abritait une minorité protestante assez influente qui obtint d’être représentée, au consulat à égalité avec les catholiques, de 1582 à 161032. En 1611, les protestants sont exclus du consulat et se plaignaient aussi que les catholiques annoncent « les vouloir tirer du lieu où de tout temps ilz sont en pocession faire leur exercice, qu’ilz ne permettent libre, ny les enterremantz, non pas mesmes la cloche dont ilz souloyent uzer »33. Pour connaître les liens entre marchands et réforme, nous devons, le plus souvent, nous contenter d’un faisceau d’indices comme des mentions de conversions, des contrats de mariages prévoyant la célébration de l’union devant l’Église réformée, un testateur qui demande à être enterré dans le cimetière de « ceux de la religion prétendue (et) réformée », des prénoms « identitaires », des anthroponymes comparés aux listes de convertis de Foix ou à celle des huguenots cités par de Lescazes dans son Mémorial34, des reconstitutions généalogiques... Il en ressort quelques impressions générales.

  • 35 Arch. dép. Ariège, 5 E 470, fo 44, Me G. Rolland, Tarascon, 26/3/1615. R. Sabatier est, d’ailleurs, (...)
  • 36 Cl. Pailhès, Le protestantisme..., op. cit., p. 67.
  • 37 Arch. dép. Ariège, 5 E 460, fo 155vo, Me G. Rolland, Tarascon, 27/5/1605.
  • 38 Carla-le-Comte, auj. Carla-Bayle. En 1683, 77 % de la population du Carla était encore protestante (...)

34Prenons quelques exemples, parmi d’autres. D’abord, le marchand Raymond Sabatier qui déclare, dans son testament du 26 mars 1615, vouloir « être enterré dans le cimetière de ceux de la religion prétendue et réformée de lad. ville de laquelle il fait profession »35. De plus, il précise que, au cas où sa femme serait enceinte, l’enfant qui naîtrait serait instruit dans la religion réformée. Jacques Gourrier et sa future épouse sont obligés d’aller s’unir, en 1599, devant le ministre des Bordes (près du Mas-d’Azil et du Carla-Bayle, zone protestante), en raison de l’absence, de pasteur à Tarascon36. Gourrier, chaussetier et marchand que l’on rencontre de 1590 à 1625, est aussi le père d’un Habram, son fils aîné ; cela semble laisser peu de doute sur son orientation religieuse. Plus ambigu est le cas de Jean Dufau. Si, dans son testament du 27 mai 160537, aucune allusion à son orientation confessionnelle n’est décelable, les enfants issus de ses deux mariages se prénomment Daniel (il y en a deux), Isaac ou Judith. D’autre part, Jean Alabert vieux – que l’on sait protestant –, ou un certain Jean Ribaute, de Carla-le-Comte – bastion protestant38 – étaient témoins à son testament. Enfin, le 29 août 1605, une des filles épousa « face à la Sainte mère Église catholique réformée (sic) », Pierre Daure, marchand du même Carla-le-Comte.

  • 39 En 1618, la veuve d’un Mathieu Teynier avait aussi abjuré le protestantisme.

35Il faut tenir compte des conversions dès les premières années du XVIIe siècle. Les registres paroissiaux de Tarascon en donnent plusieurs cas : 1er février 1604, le nouveau-né Jean Cayrel reçoit comme parrain François Floraud, « qui est rendu catholique et a renoncé l’hérésie calvinienne » ; 6 octobre 1614, Marguerite Peloque, femme de Géraud Teynier, meurt, qui « avoyt été nourrie à [l’]hérésie et l’abjura » ; deux ans plus tard (15 octobre 1616), le même Teynier, se remarie avec une veuve, Madeleine de Cancel qui « a abjuré son hérésie calvinienne quelques jours de devant et son absolution a reçue ». Quel rôle les Teynier39, famille de marchands importants, jouent-ils dans les conversions ? Ont-ils été eux aussi protestants ? Ainsi, les références au protestantisme se réduisent et disparaissent même (ce qu’il faudrait confirmer par une approche plus fine) à la toute fin des années 1610.

  • 40 Arch. dép. Ariège, 5 E 614, fo 224, Me Gouzy, Tarascon 26/11/1625.

36Les conversions (renonciations ?) sont réelles dans le milieu marchand tarasconnais et mettent fin à une transmission religieuse, certes assez récente, mais dont les prénoms portaient trace. Dans son testament du 26 novembre 162540, Jacques Gourrier, que nous avons signalé plus haut comme protestant, ne demande-t-il pas à être enterré au cimetière de l’église Saint-Michel et ne fait-il pas un legs – modeste certes puisque ce ne sont que 20 sous à chacune – à toutes les églises de Tarascon (Saint-Michel, la Daurade, Sabart, Sainte-Quitterie). C’est une illustration du processus qui a mené à la disparition de la communauté protestante de Tarascon, dans laquelle les marchands occupaient, pensons-nous, une place importante. Entre traces et indices, la confrontation des généalogies, des témoins aux mariages ou aux testaments, et diverses données, donne une sensation parfois étrange. Par exemple, quelqu’un comme Odet Faure (mari d’une Judith de Casalas) surgit à plusieurs reprises comme allié et comme témoin de protestants, mais dans son acte de décès de 1643 il est signalé comme « homme d’une grande piété » qui a offert une lampe d’argent d’un coût de 215 livres à la chapelle du Rosaire ; de plus, son fils aîné, né vers 1600, est alors un « père capucin ». On le voit, un travail plus pointu serait à faire pour établir la place et le rôle des protestants et leur comportement face à la religion dominante, qui les mena, semble-t-il à la conversion.

37Évidemment, la transmission joue un rôle important au sein des familles marchandes, qu’il s’agisse de capital économique, social, familial, culturel, politique ou symbolique. Nous n’avons pas pu parler de tout. Les familles marchandes de ces petites villes pyrénéennes se transmettent aussi le pouvoir municipal, de sorte que le consulat devient presque l’organe de représentation de leurs intérêts propres et de ceux de certaines familles. Mais la transmission ne signifie pas stabilité. Bien sûr, lorsque le métier est transmis, on pourrait parler de stabilité professionnelle mais les mises en apprentissage dans des places extérieures indiquent une volonté de promotion par la recherche de nouveaux atouts. En ce sens, toute transmission est la base d’accumulations et de développements qui, au bout du compte, tendent à favoriser la sortie progressive du milieu marchand.

Notes

1 D. Roche, introduction à Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995, p. 20.

2 Autour de 10 % environ des marchands sont issus d’une promotion sociale, en étant, par exemple, fils d’artisans locaux. Peut-être 30 % des marchands proviennent de l’extérieur de la ville, qu’ils soient marchands venus d’ailleurs ou fils d’artisans ou de paysans aisés.

3 Sur l’apprentissage, voir Fr. Lebrun, « L’adolescence et la jeunesse », Histoire de l’enseignement et de l’éducation, t. 2, De Gutenberg aux Lumières (1480-1789), Paris, Perrin, 2003, p. 140-146.

4 Arch. dép. Ariège, 5 E 658, fo 125vo, Me Delauriol, Tarascon, 30/9/1655 et 5 E 660, f87vo, Me Delauriol, Tarascon, 2/10/1657. Vincenç Vergnes s’installera ensuite à Tarascon.

5 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 5474, fo 294vo, Me P. Marcilhac, Toulouse, 8/7/1610.

6 Arch. dép.’Ariège, 5 E 689, f5, Me J. Rolland, Tarascon, 12/1/1665.

7 Ibid., 135 Edt/GG 3, 31/8/1688. Contrat d’apprentissage fait à Toulouse le 2/12/1687, accepté par la mère le 7/12/1687 à Tarascon (Arch. dép. de l’Ariège, 5 E 673, fo 11vo, Me Delauriol).

8 G. Bernet, « Jean Giscard, marchand drapier toulousain sous Louis XIV », Annales du Midi, janvier-mars 1979, p. 53-55, fait allusion aux frères Bernadou dans la boutique desquels, située place de la Pierre, le marchand qu’il étudie (Jean Giscard) a travaillé à partir de 1664.

9 Arch. dép. Ariège, 5 E 654, fo 194, Me Delauriol, Tarascon, 14/10/1651.

10 G. Bernet, art. cit., p. 56.

11 Arch. dép. Ariège, 5 E 662, fo 372, Me Delauriol, Tarascon 28/6/1663.

12 Ibid., 5 E 597, fo 52vo, Me Rolland, Tarascon, 22/3/1667. L’épouse est désignée comme héritière universelle et générale dans ce testament, mais dans un procès de 1690 elle est dite héritière fiduciaire de son feu mari (Arch. dép. Ariège, 1 B 20/83, 9/5/1690), ce qui signifierait qu’elle devait remettre les biens de son défunt époux à un tiers (le fidéicommissaire), sans doute un fils.

13 Ibid., 5 E 667, fo 59vo, Me Delauriol, Tarascon, 28/6/1675.

14 Ibid., 5 E 555, fo 64, Me R. Rolland, Tarascon, 8/9/1625.

15 Ibid., 5 E 577, fo 60, Me R. Rolland, Tarascon, 4/2/1647.

16 Ibid., 5 E 583, fo 265, Me R. Rolland, Tarascon, 17/7/1653.

17 Ibid., 5 E 656, fo 218, Me Delauriol, Tarascon, 20/8/1653. Si sa femme était enceinte d’une fille, celle-ci deviendrait héritière à égalité avec ses deux autres sœurs.

18 Ibid., 5 E 544, fo 194vo, Me Rolland, Tarascon, 27/12/1639 et 5 E 572, fo 205, Me Rolland, Tarascon, 12/9/1642.

19 Ibid., 5 E 572, fo 202vo, Me Rolland, Tarascon, 11/9/1642.

20 Ibid., 5 E 707, fo 97, Me Ferrand, Tarascon, 7/5/1675 et 5 E 710, fo 7, Me Ferrand, Tarascon, 9/1/1680.

21 Ibid., 5 E 627, fo 41vo, Me P. Ferrand, Tarascon, 3/3/1645.

22 Ibid., 5 E 672, fo 29, Me Delauriol, Tarascon, 9/4/1684.

23 Ibid., 5 E 636, fo 239, Me P. Ferrand, Tarascon, 11/8/1656.

24 Nord-ouest du Comté de Foix où se déroula l’affaire Martin Guerre vers le milieu du XVIe siècle. N. Zemon Davis (Le retour de Martin Guerre, Paris, Robert Laffont, 1982) écrit, à la lumière des testaments qu’elle a vus, que la coutume était de doter les filles et de diviser l’héritage entre tous les fils.

25 C. Rome, Les bourgeois protestants de Montauban au XVIIe siècle. Une élite urbaine face à une monarchie autoritaire, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 339-342.

26 M. Combet, Jeux des pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 2002, p. 263.

27 G. Sicard, « La transmission du patrimoine en pays toulousain au XVIIIe siècle », Identités méridionales. Entre conscience de soi et visions de l’autre, Paris, CTHS, 2003, p. 15 et 18.

28 S. Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin, XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, p. 223-226.

29 L. Fontaine, « Droits et stratégies : la reproduction des systèmes familiaux dans le Haut-Dauphiné », Annales. E.S.C., novembre-décembre 1992, p. 1259-1277.

30 5,5 % des femmes des marchands étaient issues du monde rural.

31 G. Audisio, Les Français d’hier. Des croyants XV-XIXe siècle, Paris, A. Colin, 1996, p. 217 et 403.

32 Pour le contexte général, voir Cl. Pailhès, « Les guerres de Religion (1562-1598) », Le protestantisme en terres d’Ariège, Foix, Archives départementales de l’Ariège, 2004 ; I. Pebay-Clottes, La vie religieuse dans le Comté de Foix (1559-1643), Paris, thèse de l’École des Chartes, 1986 ; I. Pebay-Clottes, « L’application du l’Édit de Nantes dans le comté de Foix. Éléments d’appréciation », Tolérance et solidarités dans les pays pyrénéens, Foix, Archives départementales de l’Ariège, 2000.

33 I. Pebay-Clottes, La vie religieuse dans le Comté de Foix (1559-1643), op. cit., p. 347, note 80, d’après Arch. dép. Ariège, G 70/37.

34 J.-J. de Lescazes, Le mémorial historique, Toulouse, A. Colomies, 1644, rééd., Foix, Société Ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1896.

35 Arch. dép. Ariège, 5 E 470, fo 44, Me G. Rolland, Tarascon, 26/3/1615. R. Sabatier est, d’ailleurs, veuf d’une première femme enterrée au cimetière protestant dans le tombeau dans lequel le testateur veut se faire inhumer.

36 Cl. Pailhès, Le protestantisme..., op. cit., p. 67.

37 Arch. dép. Ariège, 5 E 460, fo 155vo, Me G. Rolland, Tarascon, 27/5/1605.

38 Carla-le-Comte, auj. Carla-Bayle. En 1683, 77 % de la population du Carla était encore protestante (Cl. Pailhès, Le protestantisme..., op. cit., p. 68).

39 En 1618, la veuve d’un Mathieu Teynier avait aussi abjuré le protestantisme.

40 Arch. dép. Ariège, 5 E 614, fo 224, Me Gouzy, Tarascon 26/11/1625.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search