Version classiqueVersion mobile

Transmettre et échanger en Roussillon et en Languedoc XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Les Anduze, un exemple de transmission familiale en Chalabrais (Aude)

Construction et déconstruction d’un patrimoine (milieu du XVIIIe - fin du XIXe siècle)

Éric Fabre

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une synthèse bibliographique sur ce territoire : É. Fabre, Les métairies en Languedoc. Déserti (...)

1Transmettre : faire passer d’une personne à une autre, indique le Petit Robert. Si la définition se décline en exemples variés, c’est la transmission intergénérationnelle de biens fonciers le long d’une lignée familiale qui est considérée dans ce travail. Bien sûr, il n’y a là rien d’original : l’historien connaît ces processus, en particulier dans le monde noble et bourgeois. Pourtant, loin d’une approche prosopographique, il s’agit d’envisager un exemple concret au travers de la famille Anduze. Elle est méconnue, tout autant que le territoire qui la voit active, le Chalabrais, au sud-ouest de l’actuel département de l’Aude, seulement perçu à la marge des espaces voisins1. Dans le cadre de notre questionnement sur la transmission, l’étude spécifique de cette famille est avantageuse : étrangère au Chalabrais, elle y arrive vers 1730, y prospère avant que vers 1870, soit quatre générations après celle du fondateur de lignée, les branches les plus riches et puissantes ne périclitent, dessinant un cycle familial complet dont l’initiation et la clôture constituent les bornes chronologiques évidentes de ce travail.

  • 2 A. Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Pa (...)

2Nous adoptons une rédaction discontinue, en deux parties aux démarches tranchées. La première interroge l’origine d’un cursus familial, étendant à une lignée une démarche toute pinagotique2, basée sur l’analyse sérielle d’un large échantillon d’actes notariés. Ce questionnement sur l’initiation du processus de transmission à l’origine de cette lignée impose à l’évidence qu’elle soit nouvelle sur le territoire considéré et qu’elle ne bénéficie pas d’acquis locaux offrant dès l’abord une insertion dans l’élite locale : les Anduze permettent une telle analyse.

3La deuxième partie débute un siècle et demi plus tard, au maximum de la puissance économique et politique de la famille. Même si n’y est pas adoptée une méthode régressive au sens strict, il importe de savoir que c’est justement l’observation de leur prégnance dans les actes des notaires du Chalabrais qui a attiré notre attention sur la famille Anduze. Grâce à une succession non gérée, un épais inventaire après décès permet de retrouver comment s’est constituée la fortune, dont certains éléments remontant à plusieurs générations touchent aux rives de l’origine. La transmission intergénérationnelle est un moteur majeur du maintien et de l’accroissement des positions sociales assises sur des fortunes foncières.

I. Vers 1730-vers 1780 : installation, implication

  • 3 Une lecture systématique a été faite, dans cette optique, de : G. Larguier, Le drap et le grain en (...)
  • 4 J.-L. Laffont (dir.), Visages du notariat dans l’histoire du Midi toulousain (XIVe-XIXe siècle), To (...)

4Si la rare bibliographie qui fait référence à Chalabre, toujours en marge d’un sujet principal dont la géographie est tout autre, y montre une industrie – essentiellement textile – prospère dans la seconde moitié du XVIIe siècle, c’est sans qu’aucun Anduze y prenne jamais part3. La famille est absente de la sphère étroite des fabricants et des marchands, ce qui n’exclut pas pour autant qu’elle puisse exister, restreinte alors à d’autres activités. Qu’ils soient cultivateurs ou artisans, les notaires finiront par les dévoiler, pour l’une ou l’autre des multiples raisons qui conduisent devant l’homme de l’écrit en ces contrées méridionales4. L’installation de la famille et les modalités de son implication économique sont interrogées par un échantillonnage exploratoire des registres des notaires chalabrais.

A. La méthode : échantillonner les actes des notaires

  • 5 Par chance, tous les registres des notaires de Chalabre au XVIIIe siècle comportent des tables, ce (...)
  • 6 Les registres n’étant pas toujours reliés par année civile, il peut y avoir des années incomplètes, (...)

5Retrouver le début du processus de transmission familiale des Anduze en Chalabrais, c’est rechercher les premières attestations de leur présence dans le territoire. Nous mettons à contribution les notaires de Chalabre, en un nombre d’offices qui peut varier au cours du temps. Afin de créer un échantillon de taille raisonnable, nous décidons de collecter tous les actes impliquant un membre de la famille Anduze5 sur un nombre de mois suffisant6 (annexe 1). La disponibilité des actes, autour de chacune des périodes choisies ne permet pas toujours d’échantillonner le même nombre de mois : pour que les nombres d’actes collectés soient comparables, un prorata à 100 mois est calculé (tableau 1).

Tableau 1. Nombre d’actes trouvés par période

Tableau 1. Nombre d’actes trouvés par période
  • 7 Bien sûr, une reconstitution généalogique est un préalable nécessaire ; elle est le fruit d’un trav (...)

6Cette restriction à un seul type de source, et à une seule localité géographique – qui oublie donc les notaires voisins de Rivel ou de Sainte-Colombe –, est certes critiquable. Mais le schéma qui se dégage est suffisamment clair pour alimenter la réflexion sur la transmission intrafamiliale7.

B. Des parcelles dispersées à la première métairie, la capitalisation

  • 8 Des données démographiques de communautés voisines, pour ce XVIIIe siècle largement inconnu en Chal (...)

7La bibliographie n’avait pas permis de trouver des Anduze dans le Chalabrais durant la deuxième moitié du XVIIe siècle : les notaires confirment le fait dans un ample début du siècle suivant. Leur activité, perçue au filtre du nombre d’actes, s’accroît jusqu’au second tiers du siècle avant que la dépression économique et démographique ne la réduise8.

1. De la boulange au négoce, un changement de statut

  • 9 Il n’y a aucune raison de penser que les mécanismes de la mobilité mis en évidence par P.-A. Rosent (...)
  • 10 Arch. dép. Aude, 3 E 3369, 2 septembre 1728.
  • 11 Le patronyme Anduze est présent à Castelnaudary vers la fin des temps médiévaux selon M.-C. Marande (...)
  • 12 Arch. dép. Aude, 3 E 3408, 27 octobre 1739 ; 3 E 3469, 15 novembre 1770 ; 3 E 3437, 1er janvier 177 (...)
  • 13 Ibid., 3 E 3408, 27 octobre 1739.
  • 14 Ibid., 3 E 3469, 17 novembre 1771.

8Rien n’est connu des conditions de l’installation du premier Anduze à Chalabre. Le patronyme apparaît-il par mariage d’un homme extérieur au territoire avec une fille du bourg ? On peut aussi imaginer le jeu de la mobilité d’un jeune homme qui trouve là un travail, certainement par le biais d’un réseau qui nous reste inconnu, mais dont on imagine toute l’importance9. Quoi qu’il en soit, l’analyse d’un échantillon de 240 mois d’activité notariale chalabraise ne fait jamais apparaître le patronyme Anduze durant le premier quart du XVIIIe siècle. Le tout premier acte le mentionnant date de l’automne de 1728 : un cardeur à laine de Chalabre emprunte 49 livres à Pierre Anduze10. Si cet acte est isolé, on y découvre le premier de la lignée chalabraise : il est boulanger, un métier artisanal qui ne l’attache pas à la terre et permet donc la mobilité. Il ne semble pourtant pas venir de bien loin, certainement du sud du Lauragais11. Plusieurs actes impliquant des Anduze font référence à des oncles et des cousins à Saint-Michel-de-Lannes12. Ce boulanger fait venir à lui un neveu, lui aussi boulanger, natif de ce village, et on suppose qu’il put travailler avec son oncle13. La transmission à l’intérieur d’un réseau de connaissance fonctionne de l’oncle au neveu, à deux niveaux. En effet, en premières noces, ce dernier épouse la belle-sœur de son oncle qui vient elle aussi du sud Lauragais : elle est fille de tisserand ; ensuite, il se remarie avec une fille d’un négociant quillanais14 : la sociologie montre l’évolution du statut de Pierre Anduze, qui rejaillit ainsi sur le neveu.

  • 15 « Maître boulanger » n’apparaît qu’une seule fois (ibid., 3 E 3445, acte du 31 décembre 1747).
  • 16 Ibid., 3 E 3427, 12 mars et 28 décembre 1761.
  • 17 Ibid., 3 E 3427, 24 février 1761.
  • 18 Ibid., 3 E 3426, 27 septembre 1760.
  • 19 Ibid., 3 E 3435, 30 avril 1769.
  • 20 Ibid., 3 E 3469, début 1771 (jour et mois illisibles).
  • 21 Ibid., 3 E 3469, 21 mai 1771.

9En effet, initialement qualifié de boulanger15, Pierre Anduze accède au statut de marchand ou négociant, les deux termes étant employés concurremment, dès le début des années 1750. La boulange n’est alors plus son domaine, cette activité disparaissant de ses qualificatifs. Pierre est donc résolument marchand, mais marchand de quoi ? Les actes le montrent ayant vendu des grains16, un cheval17, une paire de bœufs18. Ils restent parfois flous, indiquant « des fournitures »19, « des marchandises »20, ou des « marchandises de boutique »21.

  • 22 Ibid., 3 E 3445, 5 mars 1748.

10Nul doute que ce n’est pas la seule préparation et vente de pains qui a enrichi Pierre. Son neveu Antoine jette même l’éponge, déclarant devant notaire que « par le désordre et le dérangement de ses affaires, il est obligé de partir de ladite ville de Chalabre pour s’en aller où la divine providence le conduira pour tâcher de gagner de quoi subsister », précisant « qu’il ne laisse aucun bien à lui appartenant audit Chalabre et qu’il ne sait point d’y en avoir aucuns ni ailleurs »22. L’activité spéculative de Pierre ne date pas de son changement de statut : prêts d’argent, gazailles, baux de dîme et sous-affermes l’occupent dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour de Chalabre, en une géographie économique qui lui est propre.

  • 23 Ibid, 3 E 3426, 28 octobre 1760.
  • 24 Pour la définition, voir : M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, 1997 (...)

11La constitution d’un patrimoine foncier par prise de possession d’un bien-fonds en remboursement d’une dette dont un tenancier ne peut se défaire est un processus des plus classiques durant la période moderne. La pièce de terre est ensuite affermée au cultivateur qui vient de la céder, les actes se suivant parfois étroitement dans les registres des notaires. À ne retenir qu’un exemple pour l’illustrer, choisissons celui de Jean Micou, de la métairie de Génibrel à Monthaut qui cède un champ pour payement d’une dette de 100 livres, l’acte suivant voyant l’afferme de cette pièce pour 2 s 3 q de blé23. Pourquoi cet exemple-là ? Parce que cette terre acquise contre remboursement de dette en 1760 va être transmise durant plusieurs générations dans la lignée Anduze initiée en Chalabrais par Pierre, jusqu’en 1873, comme nous le verrons infra. Ainsi, les prêts d’argent et les achats de terre, qui masquent souvent des remboursements impossibles, comptent-ils pour la moitié des actes dans notre échantillon, le nombre d’achats étant supérieur d’un tiers à ceux des prêts. Cela montre que, statistiquement, ce jeu bancaire n’est pas la seule modalité d’enrichissement. Pierre Anduze sait aussi jouer des affermes de dîme dont il s’occupe lui-même dans un premier temps, entre 1730 et 1740, avant de systématiquement sous-affermer à un habitant de la paroisse concernée. Après 1750, le jeu d’actes échantillonnés ne montre plus que des sous-affermes, comme si un acte de collecte pluriannuelle avec l’évêché de Mirepoix se multipliait en un ensemble d’actes annuels, paroisse par paroisse, amplifiant aussi les gains. Une autre forme de placement et de source de revenus jouant de la pauvreté de la masse paysanne est la gazaille24. Pierre Anduze place ainsi des brebis et des paires de vaches, tout au long de sa vie économique, privilégiant les cultivateurs à qui il a déjà baillé des terres, à Courtauly, à Roubichoux et à Festes, toutes communautés assez voisines de Chalabre.

  • 25 Pour un ensemble de définitions de cette métairie méridionale, voir É. Fabre, op. cit., p. 47-56.
  • 26 Arch. dép. Aude, 3 E 3426, 25 mars 1760.

12De prêts d’argent en achats de parcelles, de locations de bétail en spéculations sur la dîme, Pierre Anduze accède à la possession du premier domaine agricole – une métairie25 – de la lignée chalabraise. La famille Courtade, à Roubichoux, lui doit tellement d’argent qu’il finit par posséder l’ensemble de leur métairie, qu’il leur confie alors en locaterie perpétuelle26.

  • 27 Arch. dép. Hérault, C 5070.

13À ce moment de sa vie, Pierre se classe parmi les individus les plus riches de Chalabre, bien qu’il ne soit pas à la tête des fortunes. Les déclarations fiscales du vingtième permettent de préciser cette hiérarchie : sur 301 déclarants, il occupe la 277e place27. C’est remarquable mais il n’est pas pour autant qualifié de « Monsieur » contrairement à d’autres qui ne sont pas forcément plus riches que lui, dans cette société qui ne calque pas exactement l’échelle de l’honorabilité sur celle des possessions matérielles.

2. Du père au fils, la transmission

  • 28 Arch. dép. Aude, 3 E 3426, 28 mai 1760.
  • 29 Ibid., 3 E 3445, 18 novembre 1749.
  • 30 Ibid., 3 E 3469, 10 mars 1771.

14Pierre Anduze ne semble avoir qu’un seul fils, Lazare (né vers 1735), actif en Chalabrais. Il n’a pas trente ans lorsque, pour la première fois, il est associé à un compère paternel pour une première spéculation sur les fruits décimaux28 ; il profite donc du réseau d’affaire familial. Le réseau paternel joue aussi pour marier Lazare en un bel exemple d’endogamie sociale29. C’est en effet un bon mariage : sa femme Jacquette Gélis est la fille d’un marchand ayant acquis une seigneurie (« seigneur de Montgaillard ») qui lui laisse 500 livres par testament, en plus de la dot que nous n’avons pu retrouver, et dont la part du capital paternel, au décès de celui-ci, est de 2 400 livres, valeur certainement sous-estimée car résultant d’un procès entre frère et sœurs dont les deux sœurs sortent en transigeant sur cette somme30.

15Bien qu’installé dans la vie, il ne reste pas moins dans l’ombre de son père en ce qui concerne les affaires. Encore en 1765, Pierre est le seul à déclarer au vingtième, marquant par là un assujettissement des affaires du fils à celles du père. Quelques années de maturité supplémentaire sont nécessaires pour voir Lazare alterner régulièrement avec son père devant les notaires chalabrais, avant qu’il ne les prenne franchement en main. Pierre ne raccroche pas pour autant, apparaissant de temps en temps pour régler un prêt ou récupérer une terre.

  • 31 Ibid., 3 E 3427, 28 décembre 1761 ; 3 E 3436, 27 octobre 1771 ; 3 E 3442, 10 décembre 1780.

16Dans la période intermédiaire, celle de la transmission, père et fils peuvent se représenter mutuellement, par exemple lorsque, au nom de son père, Lazare baille une métairie ou accorde un prêt31. On va parfois plus loin que la simple confiance : c’est le bénéfice attendu d’un prêt qui est transmis du père au fils, le fils de l’emprunteur renouvelant l’affirmation de sa dette face au fils du prêteur ; les générations du préteur et de l’emprunteur cheminent ainsi en parallèle.

  • 32 Ibid., 3 E 3437, 9 mai 1772.

17Enfin, Lazare accède lui aussi à la propriété d’une métairie, certainement aidé par les acquisitions parcellaires antérieures de son père32. Est-ce en effet un hasard si la première métairie visible aux mains du fils se trouve à Roubichoux, justement là où son père avait multiplié, dix à vingt ans plus tôt, les prêts d’argent et les récupérations de parcelles en guise de remboursement ?

II. Les années 1860-1870..., trois générations plus tard

18Pierre Anduze, dit Narcisse, est l’arrière-petit-fils de Pierre Anduze fondateur de la lignée en Chalabrais. Banquier, propriétaire foncier riche de métairies et de forêts, il n’a pas anticipé son décès en juillet 1873, ne prévoyant ni testament ni partage entre enfants qui faciliteraient la transmission. Une procédure judiciaire est mise en œuvre, appuyée sur un substantiel inventaire des biens du défunt. Dans cette deuxième partie, nous ne multiplierons pas, comme précédemment, les actes notariés pour voir se construire une position sociale ; tout au contraire, cet acte unique autorise une rétrospection de la construction de la fortune par transmissions successives sur plusieurs générations, tentant de la raccorder au fondateur.

A. Structure de la fortune de Pierre Narcisse Anduze

  • 33 Ibid., 3 U 3/289, rapport d’expertise établi en suite du jugement du 25 août 1873.
  • 34 Ibid., 3 E 16711, acte unique dressé durant plusieurs jours à partir du 7 août 1873.

19Pierre, dit Narcisse, laisse une veuve – une fille ayant épousée un De Sambucy de Sorgues – et un beau-fils De Boyer Montégut veuf de son autre fille. Il y a aussi, et surtout, plus de deux millions de francs d’actifs, dont le partage est réclamé par les ayants droits en leur nom et au nom des petits enfants33, entraînant l’établissement d’un inventaire après décès34. Avec plus d’un million et demi de francs, les biens immobiliers représentent les deux tiers de la fortune laissée par Pierre Anduze à son décès, dont la dizaine de métairies et domaines forment plus de la moitié (tableau 2).

  • 35 J. Cantelaube, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (X (...)
  • 36 Arch. dép. Aude, 3 U 3/236. La faillite est déclarée par le tribunal de commerce de Limoux le 1 oct (...)

20Neuf ou dix métairies : le cas de la forge et d’Ourgeac est ambigu, les deux entités étant traitées comme un tout, diminuant en cela la part des domaines agricoles d’un côté, et des usines ou manufactures de l’autre. Si le caractère agricole du domaine d’Ourgeac est indéniable, sa participation dans l’évaluation du dixième de l’ensemble des biens immobiliers est peut-être modeste. Après le milieu du XIXe siècle, l’industrie de la forge catalane étant partout en déclin face au développement du haut fourneau, la forge de Sainte-Colombe a vécu35. La faillite d’Avignon, le dernier maître de forge, est notoire quand il doit 30 000 francs qu’il ne peut rembourser36. Les installations hydrauliques lui conservent un rôle industriel puisque les eaux de l’Hers actionnent une filature et un foulon, mais le foyer de réduction du fer s’est éteint inexorablement. Face à ce mélange d’une valeur agricole d’Ourgeac, certaine mais sans précision chiffrée, et d’un site industriel en mutation, le choix de l’isoler dans le tableau a été fait.

  • 37 J. Cantelaube, op. cit., et communication personnelle pour des éléments de détail.
  • 38 Arch. dép. Aude, 3 U 3/88, jugement du 2 août 1862 ; 3 U 3/89, jugement du 27 juillet 1863 ; 3 U 3/ (...)

21Pierre Anduze ne délaisse que deux maisons d’habitation, toutes deux à Chalabre. Il en occupait une avec son épouse, alors que l’autre était louée à sa belle-sœur, veuve de son frère Jean-Jacques Antoine Anduze Faris. Est-il étonnant que celui-ci – qui fut pourtant maire de Chalabre, président du conseil général et député de l’Aude – n’ait même pas laissé une maison à sa femme ? Non quand on sait que les investissements qu’il a voulu engager pour la modernisation de l’usine métallurgique de Pamiers, propriété de sa femme Abat37, lui ont mangé toute sa fortune, de procès en procès avec ses créanciers38.

  • 39 S. Moscovici, Reconversion industrielle et changements sociaux. Un exemple : la chapellerie dans l’ (...)

22Toute aussi étonnante, au premier abord, est l’évaluation des usines et manufactures. Les quatre ateliers, tous localisés à Sainte-Colombe, ne valent que 75 000 francs, soit à peine 5 % des actifs immobiliers. C’est que, dans les années 1870, l’heure de gloire de l’industrie textile chalabraise est passée : les ateliers ont déjà tous subi une contraction préfigurant leur disparition, et une reconversion pour certains en particulier vers le chapeau, comme pour profiter de la dynamique de la vallée de l’Aude, plus bas, du côté d’Espéraza et de Couiza39.

  • 40 Arch. dép. Aude, 3 U 3/289, rapport d’expertise établi en suite du jugement du 25 août 1873.

23Les forêts sont un placement garanti sur le long terme, les arbres croissant lentement mais sûrement. L’expertise de leur valeur marchande distingue donc les arbres d’avenir ayant un diamètre compris entre 14 et 20 centimètres, et ceux, plus gros, en âge d’être exploités. Mesurés et comptés un à un, ils sont 30 104 à espérer quelques années avant d’être abattus, alors que 59 879 peuvent l’être rapidement. En quatre sapinières du pays de Sault, les forêts représentent un quart des biens immobiliers, soit, dans l’absolu, le second poste financier du bilan. En réalité, si l’on ajoute la spéculation qui est faite sur ces forêts par le biais de la « Société civile de Bélesta » à leur valeur intrinsèque, leur importance s’accroît significativement. Elles pourraient encore représenter beaucoup plus si la cote des actions de la société n’avait pas tant perdu. Les titres, d’une valeur nominale de 1 204 800 francs, se sont dépréciés de plus des trois cinquièmes, valant moins de 400 000 francs40.

Tableau 2. Répartition de la fortune de Pierre Anduze, dit Narcisse, à son décès en 1873

Tableau 2. Répartition de la fortune de Pierre Anduze, dit Narcisse, à son décès en 1873

Source : Arch. dép. Aude, 3 E 16711 et 3 U 3/289

24Pierre Anduze n’investit pas seulement dans des valeurs locales, même s’il reste timide, ou prudent. Diverses rentes et obligations dépassent à peine le dixième des biens mobiliers ; l’essentiel, après la forêt, étant constitué par les créances hypothécaires liées à l’activité bancaire.

B. Construction et transmission sur trois générations : des histoires particulières de métairies

25Les métairies de Pierre Anduze n’ont pas toutes le même statut. Certaines sont de petites propriétés, d’autres de grands domaines. Certaines lui arrivent constituées, un lot de terre étant associé à un bâtiment, d’autres sont progressivement construites par acquisition de terres, la maison logeant le cultivateur arrivant parfois bien tard. Enfin, Pierre Anduze en achète certaines alors que d’autres sont héritées de son père Jean-François ou de Jean-Antoine, son oncle célibataire.

1. La Crémade et Brieu, l’œuvre du père

  • 41 Ibid., 3 E 3/326, 14 mai 1797.
  • 42 Ibid., 1 Q 443.

26Le domaine de La Crémade, à Gueytes, est acquis par Jean-François Anduze à Marie-Thérèse Blandine Sophie Saptes, veuve de Jean-François Larroquan, en l’an V, pour 21 600 livres payables en 68 jours41. En fait, elle est devenue l’unique héritière des biens de son père, son frère Henry Bernard Catherine Saptes, le propriétaire de La Crémade, ayant été condamné à la peine de mort par le tribunal révolutionnaire de Paris : il était président du Parlement de Toulouse42.

  • 43 Ibid., 1 Q 171.

27Quand la tourmente révolutionnaire saisit La Crémade, le domaine est affermé par Senesse qui en occupe les bâtiments « en mauvais état », pour 60 setiers de blé mesure de Limoux, un setier de haricots, trois paires de chapons et trois de poules43. Si le domaine possédé par les Saptes est déjà important, celui dont hérite Pierre Anduze est encore agrandi par son père Jean-François (figure 1). Entre l’an XIII et son décès, il achète pour plus de 5 000 francs de terres. Les achats cessent dès la fin des années 1820 et seuls quelques échanges de parcelles ont lieu. Puis, de 1855 à 1873, sa configuration n’est pas modifiée.

Figure 1. La Crémade, de Saptes du Puget à Pierre Narcisse Anduze

Figure 1. La Crémade, de Saptes du Puget à Pierre Narcisse Anduze

Source : Arch. dép. Aude, 3 E 16711

  • 44 Ibid., 3 E 3520, 19 avril 1803.
  • 45 Selon Roger Pradier, actuel propriétaire, les bâtiments de la métairie de Coutche, situés au lieu-d (...)

28Quelques années seulement après avoir acheté La Crémade, Jean-François Anduze fait à nouveau un investissement conséquent. Cinq cousins dont les familles sont liées au textile limouxin vendent en l’an X leur part indivise de la métairie de Brieu provenant de la succession de leur oncle Jean-François Mouche. Celui-ci a deux enfants, qui héritent surtout des dettes paternelles. Quoi qu’il en soit, ils cèdent leurs parts de l’héritage en l’an XI. Le morcellement de l’héritage ne s’arrête pas là puisque, le même jour, Jean-François complète le domaine de Brieu auprès d’autres héritiers dont la parenté n’est pas précisée. Le domaine est rapidement mis en métayage à moitié fruit44. Tous ces achats partiels complètent l’acquisition, l’année précédente, du « petit domaine appelé Coutche »45.

Figure 2. Le domaine de Brieu et Coutche

Figure 2. Le domaine de Brieu et Coutche

Source : Arch. dép. Aude, 3 E 16711

2. Maugard, l’œuvre de l’oncle

29Le domaine de Maugard, à Saint-Just-de-Bélengard, est composé des métairies de Maugard, Tury et l’Arnaudel : l’ensemble est baillé à ferme en un seul bloc et constitue une seule exploitation : de terres dispersées, Jean-Antoine fait un domaine. Il achète la métairie de Maugard à François Maugard en 1816, pour 32 000 francs. Nettement moins cher, 9 000 francs seulement, Tury vient ensuite en 1818. Enfin, en 1834, il acquiert l’Arnaudel pour le faible prix de 4 500 francs, avant d’en compléter le périmètre par de multiples achats. Il ne s’agit donc point-là, comme à La Crémade, de terres formant un tout déjà intimement lié à une bâtisse de quelque prestance. Au contraire, on le voit se construire progressivement.

30François Maugard est endetté : les dix-huit attestations de levée d’hypothèque grevant son bien laissent à penser que la vente est inexorable. La famille propriétaire de l’Arnaudel, ne l’est pas moins. Enfin, l’achat de la métairie de Tury permet à Jean-Antoine Anduze de créer un noyau là où son père Lazare avait déjà, près d’un demi-siècle auparavant, acquis quelques terres.

Figure 3. Constitution du domaine de Maugard par achat des métairies de Maugard, de Thury et de l’Arnaudel entre 1816 et 1834

Figure 3. Constitution du domaine de Maugard par achat des métairies de Maugard, de Thury et de l’Arnaudel entre 1816 et 1834

Source : Arch. dép. Aude, 3 E 16711

3. L’Esqueillé et Brugairolles, l’œuvre personnelle

  • 46 Arch. dép. Aude, 3 U 3/273, rapport d’expert du 18 décembre 1837.

31Sur les hauteurs des collines de Gueytes, la métairie de l’Esqueillé est partiellement détruite par un incendie le 18 février 183746. Son propriétaire, Étienne Cambon teinturier à Chalabre, ne l’avait pas assurée. Mais ce n’est pas tant cet accident que la mésentente entre ses héritiers qui permet à Pierre Narcisse Anduze de l’acheter. Les trois enfants ne parviennent pas à s’entendre pour partager les biens de leur défunt père : ils sont adjugés par enchère au tribunal civil de Limoux (figure 4).

  • 47 Arch. dép. Ariège, 5 E 3550, 27 août 1798.
  • 48 Ibid., 46 J 44, seigneurie de Léran et de Mirepoix : procédures diverses relatives à l’administrati (...)

32Étienne Cambon avait lui-même acheté l’Esqueillé 9 500 francs à Marie Jenson, une « marchande » de Mirepoix, sans qu’aucune précision soit donnée dans l’acte de Me Combes sur la façon dont elle le possède47. On y apprend seulement que Jean Cathala est son fermier. Il le reste avec Étienne Cambon comme le révèle Jean Serié, garde forestier de Lévis à Gueytes, quand il le découvre faisant pâturer frauduleusement un bœuf dans la forêt du ci-devant marquis48.

Figure 4. L’adjudication de l’Esqueillé profite à Pierre Narcisse Anduze

Figure 4. L’adjudication de l’Esqueillé profite à Pierre Narcisse Anduze

Source : Arch. dép. Aude, 3 E 16711 et 3 U 3/227

  • 49 Arch. dép. Aude, 3 U 3/227, cahier des charges des adjudications, 1838-1839.

33En revanche, le procès à rebondissements entre les héritiers Cambon donne lieu à une expertise qui décrit la propriété49. Après un premier jugement à Limoux, les époux des sœurs co-héritières contestent le préciput de leur beau-frère François, fixé dans son contrat de mariage de 1812. La cour royale de Montpellier est saisie en 1837 : elle demande une expertise de l’ensemble des propriétés.

  • 50 Ibid., 3 E 3715, 18 octobre 1850.

34Avec ses deux paires de bœufs, ses 68 bêtes à laine et son outillage agricole, le domaine de l’Esqueillé est estimé 17 000 francs, soit nettement moins que les 32 000 de Sabatier, et même les 20 000 francs du Roudier à Montjardin : c’est le cheptel ovin qui les distingue, les surfaces labourables estimées en paires de bœufs ne faisant pas la différence. Mais ce huitième lot ne coûte pas si cher à Pierre Narcisse Anduze. Personne n’enchérissant dans les trois premiers feux, la mise à prix est abaissée à 10 000 francs. Là, la lutte est plus âpre puisque Antoine-François Mestre, son avoué, ne l’emporte qu’après trente feux, pour 13 000 francs. Quelques années plus tard, Pierre Narcisse venant d’hériter du domaine voisin de La Crémade, il prolonge et étend à l’Esqueillé le contrat du preneur, transformant les deux domaines en une seule exploitation50.

4. Génibrel et Cuing, l’œuvre commune

35Génibrel, dans la commune de Monthaut, montre un extraordinaire étalement des achats de parcelles par la famille Anduze entre le début de la Restauration et la fin du Second Empire. Le domaine est littéralement construit pièce à pièce.

36Pierre Narcisse hérite d’un lot de terre constitué par son oncle Jean-Antoine, en pas moins de 19 achats et deux échanges. C’est que le hameau se réduit progressivement en métairie et qu’il est difficile de percevoir, en absence d’une collection complète d’actes notariés, le moment où Anduze peut disposer en propre d’une habitation pour un fermier ou un métayer qui travaillerait les terres qu’il possède dans les environs. Alors que le premier achat de terre est de 1817, la première mention qui laisserait penser qu’un bâtiment est acquis date de 1839 où « le sieur Bor de Génibrel vend audit Jean-Antoine Anduze tous ses biens situés à Génibrel et Monthaut » pour 1 300 francs. Ce prix est beaucoup plus élevé que celui des pièces de terre acquises les années précédentes, à l’exception du tout premier lot de cinq pièces. En revanche, le dernier échange réalisé par Jean-Antoine en 1857 concerne une maison : il faut peut-être voir là l’indice d’un manque pour lequel il n’hésiterait pas à céder de la terre pour un bâtiment d’habitation. Comme pour conforter cette hypothèse, la première action de Pierre Narcisse, son héritier, est aussi de récupérer une maison par achat, puis encore une autre par échange, en même temps que les terres s’agrandissent de quatre nouveaux achats. Ce serait alors trois bâtisses qui permettraient de loger des familles de cultivateurs.

37L’histoire du domaine de Cuing ressemble à celle de Génibrel, si ce n’est que, ici, le frère Jean-Jacques Antoine Anduze Faris participe. Si la métairie de Cuing n’est acquise qu’en 1856 par Pierre Narcisse, c’est depuis 1842 que des achats de terre sont réalisés en commun par l’oncle Jean-Antoine et les deux frères, Jean-Jacques Antoine et Pierre Narcisse. Ensemble, les trois achètent pour 240 francs de terres en 1842. Entre cette date et le milieu du siècle, la fratrie en acquiert pour près de 2 500 francs, avec la première maison. Une seconde arrive en 1851, Jean-Antoine et son neveu Pierre Narcisse achetant 775 francs de biens en deux ans. En 1854, avant même que Pierre Narcisse soit entré en possession de la métairie, il achète seul une maison pour 300 francs. Ensuite, Cuing en main, seules quelques parcelles sont acquises ou échangées comme si la métairie, ensemble constitué de bâtiments et de ses terres, ne nécessitait pas d’ajouts. Finalement, trois personnes de deux générations participent à la construction de cette exploitation.

Conclusion : apparition, transmission, dilapidation

  • 51 J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-histoire à l’expérience, Paris, 1996.

38Il semblerait que Pierre I, fondateur de la lignée, n’ait eu qu’un fils actif en Chalabrais, Lazare. Mais celui-ci a dix enfants dont au moins quatre fils survivent, deviennent fabricants de draps et ont une descendance dans l’espace chalabrais. Dans ces conditions, à moins d’une étude extrêmement fine de type microhistorique51, il est illusoire de prétendre suivre précisément le devenir de chaque bien et leurs modalités de transmission intergénérationnelle.

39Dans cet arbre généalogique particulièrement touffu, la lignée aboutissant à Pierre Narcisse et à son frère Jean-Jacques Antoine a l’avantage, dans les deux cas, de finir en cul-de-sac. Non pas qu’il n’y ait pas d’enfants, mais Pierre est mort sans garçon pour prendre la succession sur place alors que les deux filles ont épousé des étrangers au territoire ; son frère est un industriel déchu dont le patrimoine passe, au moins en grande partie, aux mains de banques créancières.

  • 52 J. Balteau, M. Barroux et M. Prevost, Dictionnaire de biographie française, Paris, 1936.
  • 53 R. Cazals et D. Fabre, Les Audois, dictionnaire biographique, Carcassonne, 1990 ; G. Jean, Dictionn (...)
  • 54 J.-C. Gégot, Grands notables du Premier Empire : Aude, Paris, 1980.

40Quoi qu’il soit, entre Pierre I et la génération de Pierre Narcisse, une fortune se construit, affermissant une position sociale. Pierre Narcisse contrôle pour plus de deux millions de francs de biens fonciers et d’actions bancaires alors que son frère est maire de Chalabre, président du conseil général et député de l’Aude. Si cette position politique d’importance lui vaut une notice dans un dictionnaire biographique national52, on s’étonne que la famille ne retienne pas l’attention locale des écrits du même type53, leur refusant le statut de notable54. Les Anduze, nouveaux arrivés dans un territoire où l’activité textile va périclitant, débutent modestement par la boulange, puis le négoce. La première génération acquiert des lots de terre disparates, puis une métairie. Si la géographie de l’investissement s’élargit avec la puissance économique, le cœur reste en Chalabrais. La métairie de Tury le montre bien en un siècle qui court de 1773, date des premières acquisitions parcellaires par Lazare – dans un environnement où son père prêtait déjà de l’argent –, à la mort de Pierre Narcisse, son petit-fils, en 1873, c’est quatre générations qui thésaurisent.

  • 55 Arch. dép. Hérault, C 2296, mémoire du subdélégué du diocèse de Mirepoix, 1788.
  • 56 Une prospection systématique de la série Q concernant les ventes de biens de première et seconde or (...)

41Cette dynamique familiale ne pourrait être déconnectée du contexte économique. Tous sont des hommes de leur temps, capitalisant dans la terre. Mais la singularité d’un individu peut aussi trouver à s’exprimer : Lazare est un des premiers à se lancer dans le textile peu après que Lassale ait rétabli une activité drapante à Chalabre55. Remarquons aussi une attitude particulière vis à vis des biens nobles. Alors que d’autres bourgeois courent après les seigneuries et les particules, avant de retourner leur veste et de déposséder les nobles qu’ils s’efforçaient d’imiter, la série Q ne montre pas les Anduze dans la course aux adjudications56. Arrivent-ils encore trop faibles aux moments critiques ? Il ne semble pas, à considérer leurs acquisitions foncières. Entre l’effet d’un contexte que les archives dessinent et des individualités qu’elles laissent dans l’ombre, la discrimination est ardue pour l’historien.

42Par ailleurs, les biens matériels ne sont pas transmis seuls. Outre les réseaux qui en facilitent la mobilité, des marqueurs immatériels identifient les familles et les positions sociales. Les dénominations utilisées par les notaires en donnent un exemple car tout le monde n’est pas « Monsieur ». La famille entretient aussi son identité par le jeu des prénoms qui reviennent de génération en génération, de Pierre en Lazare. Une branche tient à se reconnaître avec la lettre E en initiale récurrente des prénoms tant masculins que féminins. En réalité, ces divers aspects ne sont pas indépendants : c’est ensemble qu’ils forment l’assise de la transmission d’une reconnaissance intime, familiale et sociale.

Annexes

Annexe 1. Échantillonnage des notaires de Chalabre du XVIIIe siècle : périodes, cotes et résultats

Annexe 1. Échantillonnage des notaires de Chalabre du XVIIIe siècle : périodes, cotes et résultats

Notes

1 Pour une synthèse bibliographique sur ce territoire : É. Fabre, Les métairies en Languedoc. Désertion et création des paysages (XVIIIe-XXe siècles), Toulouse, 2008.

2 A. Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, 1998.

3 Une lecture systématique a été faite, dans cette optique, de : G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, 1996 ; P. Poujade, Une société marchande. Le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, 2008 ; J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ? Origine d’un moindre développement, 1661-1914, Paris, 1997 ; J. Guilaine et D. Fabre (dir.), Histoire de Carcassonne, Toulouse, 1988 ; J.-L. Abbé (dir.), Histoire de Limoux, Toulouse, 2009 ; les deux premiers auteurs ayant fourni des références substantielles aux marchands et fabricants de Chalabre.

4 J.-L. Laffont (dir.), Visages du notariat dans l’histoire du Midi toulousain (XIVe-XIXe siècle), Toulouse, 1992.

5 Par chance, tous les registres des notaires de Chalabre au XVIIIe siècle comportent des tables, ce qui facilite grandement la recherche par nom.

6 Les registres n’étant pas toujours reliés par année civile, il peut y avoir des années incomplètes, soit un nombre de mois non multiple de douze. Afin de rendre plus intelligible la taille de l’échantillon en évitant l’expression d’un nombre d’années à virgule, il est préférable de l’indiquer en mois plutôt qu’en années.

7 Bien sûr, une reconstitution généalogique est un préalable nécessaire ; elle est le fruit d’un travail systématique sur les registres de baptêmes, mariages, décès et d’état civil conservés en mairie de Chalabre mais aussi sur une multitude de sources de diverses natures produisant une connaissance des familles du Chalabrais et de leurs dynamiques qui dépasse le cadre de cet article. De là découle aussi le choix des offices de Chalabre.

8 Des données démographiques de communautés voisines, pour ce XVIIIe siècle largement inconnu en Chalabrais, sont disponibles dans É. Fabre, op. cit., p. 257-260.

9 Il n’y a aucune raison de penser que les mécanismes de la mobilité mis en évidence par P.-A. Rosenthal (Les sentiers invisibles, Paris, 1999) dans le XIXe siècle ne fonctionnaient pas de la même façon un siècle plus tôt.

10 Arch. dép. Aude, 3 E 3369, 2 septembre 1728.

11 Le patronyme Anduze est présent à Castelnaudary vers la fin des temps médiévaux selon M.-C. Marandet (communication personnelle, printemps 2010).

12 Arch. dép. Aude, 3 E 3408, 27 octobre 1739 ; 3 E 3469, 15 novembre 1770 ; 3 E 3437, 1er janvier 1772.

13 Ibid., 3 E 3408, 27 octobre 1739.

14 Ibid., 3 E 3469, 17 novembre 1771.

15 « Maître boulanger » n’apparaît qu’une seule fois (ibid., 3 E 3445, acte du 31 décembre 1747).

16 Ibid., 3 E 3427, 12 mars et 28 décembre 1761.

17 Ibid., 3 E 3427, 24 février 1761.

18 Ibid., 3 E 3426, 27 septembre 1760.

19 Ibid., 3 E 3435, 30 avril 1769.

20 Ibid., 3 E 3469, début 1771 (jour et mois illisibles).

21 Ibid., 3 E 3469, 21 mai 1771.

22 Ibid., 3 E 3445, 5 mars 1748.

23 Ibid, 3 E 3426, 28 octobre 1760.

24 Pour la définition, voir : M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, 1997. Pour quelques exemples en pays d’Aude, voir : S. Caucanas, « À propos des baux à cheptel. Gasailles et arègues en pays d’Aude (XVe-XVIIIe siècle) », Histoire et Sociétés Rurales, 2005, 23, p. 205-216 ; P. Bascou, « Endettement paysan et contrats de gazaille dans les Corbières, XVIe-XIXe siècle », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, 2007, 107, p. 101-112.

25 Pour un ensemble de définitions de cette métairie méridionale, voir É. Fabre, op. cit., p. 47-56.

26 Arch. dép. Aude, 3 E 3426, 25 mars 1760.

27 Arch. dép. Hérault, C 5070.

28 Arch. dép. Aude, 3 E 3426, 28 mai 1760.

29 Ibid., 3 E 3445, 18 novembre 1749.

30 Ibid., 3 E 3469, 10 mars 1771.

31 Ibid., 3 E 3427, 28 décembre 1761 ; 3 E 3436, 27 octobre 1771 ; 3 E 3442, 10 décembre 1780.

32 Ibid., 3 E 3437, 9 mai 1772.

33 Ibid., 3 U 3/289, rapport d’expertise établi en suite du jugement du 25 août 1873.

34 Ibid., 3 E 16711, acte unique dressé durant plusieurs jours à partir du 7 août 1873.

35 J. Cantelaube, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (XVIIe-XIXe siècle), Toulouse, 2005.

36 Arch. dép. Aude, 3 U 3/236. La faillite est déclarée par le tribunal de commerce de Limoux le 1 octobre 1863.

37 J. Cantelaube, op. cit., et communication personnelle pour des éléments de détail.

38 Arch. dép. Aude, 3 U 3/88, jugement du 2 août 1862 ; 3 U 3/89, jugement du 27 juillet 1863 ; 3 U 3/92, jugement du 12 mars 1866.

39 S. Moscovici, Reconversion industrielle et changements sociaux. Un exemple : la chapellerie dans l’Aude, Paris, 1961 ; C. Mosso, Naissance et développement du mouvement ouvrier dans l’Aude. Les ouvriers du drap à Chalabre, première moitié du XIXe siècle, Toulouse, 1971 ; G. Maugard, « Les facturiers de Chalabre dans le décollage français », Bulletin de la Société languedocienne de géographie, 1982, p. 19-35.

40 Arch. dép. Aude, 3 U 3/289, rapport d’expertise établi en suite du jugement du 25 août 1873.

41 Ibid., 3 E 3/326, 14 mai 1797.

42 Ibid., 1 Q 443.

43 Ibid., 1 Q 171.

44 Ibid., 3 E 3520, 19 avril 1803.

45 Selon Roger Pradier, actuel propriétaire, les bâtiments de la métairie de Coutche, situés au lieu-dit Couge à 500 m au sud de Brieu, ont été rasés par ses grands parents après qu’ils aient acquis le domaine en 1922.

46 Arch. dép. Aude, 3 U 3/273, rapport d’expert du 18 décembre 1837.

47 Arch. dép. Ariège, 5 E 3550, 27 août 1798.

48 Ibid., 46 J 44, seigneurie de Léran et de Mirepoix : procédures diverses relatives à l’administration, 1790-1818.

49 Arch. dép. Aude, 3 U 3/227, cahier des charges des adjudications, 1838-1839.

50 Ibid., 3 E 3715, 18 octobre 1850.

51 J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-histoire à l’expérience, Paris, 1996.

52 J. Balteau, M. Barroux et M. Prevost, Dictionnaire de biographie française, Paris, 1936.

53 R. Cazals et D. Fabre, Les Audois, dictionnaire biographique, Carcassonne, 1990 ; G. Jean, Dictionnaire encyclopédique de l’Aude, Limoux, 2004.

54 J.-C. Gégot, Grands notables du Premier Empire : Aude, Paris, 1980.

55 Arch. dép. Hérault, C 2296, mémoire du subdélégué du diocèse de Mirepoix, 1788.

56 Une prospection systématique de la série Q concernant les ventes de biens de première et seconde origine a été vainement effectuée pour les districts de Quillan et de Limoux.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search