Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Seconde partie. Le sport, des pratiques sociales au coeur de nouvelles territorialités.

Le sport dans les Atlas nationaux de France et d’Allemagne

Jean-Marc Holz

Texte intégral

1L’Atlas National de République Fédérale d’Allemagne est une œuvre cartographique collective d’envergure, s’inscrivant dans la tradition séculaire qui fit jadis la fortune de Gotha et de Leipzig. C’est précisément à l’Institut für Länderkunde de Leipzig que fut confié ce projet scientifique, dont l’aboutissement en 1999 revêt une valeur doublement symbolique : l’édition coïncide en effet avec la date du 50è anniversaire de la création de la RFA, et du 10è anniversaire de la chute du Mur de Berlin. À ce titre, cet Atlas prestigieux est bien celui de l’Allemagne réunifiée.

2Il compte 12 volumes (complétés par un volume d’index) et se présente soit en reliure souple (29,7 x 35 cm) bleu marine, soit en couverture rigide entoilée de même couleur, au format identique. Neuf tomes sont publiés à ce jour, la totalité le sera début 2007.

3Chaque volume livre une masse d’informations remarquables de qualité et de précision, associant à des cartes de différentes échelles (les plus vastes au 1 2750 000e soit 27 x 32 cm) un texte dense qui constitue une mise au point synthétique, enrichi de graphiques, schémas et photos. Une bibliographie et un index des lieux complètent le tout.

4Véritable vitrine du savoir-faire cartographique et géographique allemand, l’Atlas National est davantage qu’une simple réplique de l’Atlas de France. Une comparaison ne pouvait d’ailleurs manquer de piquer notre curiosité.

5Nous avons choisi d’étudier comment ces deux Atlas ont pris en compte la réalité du fait sportif et ludo-sportif dans leur pays respectif, sachant que le volume 7 de l’Atlas de France intitulé « Tourisme et Loisirs » et le volume 6 du Nationatlas – « Freizeit und Tourismus » portent le même titre, à l’inversion des termes près.

L’Atlas national allemand

6Le volume allemand, édité par Christoph Becker et Hubert Job, regroupe 44 articles en 166 pages ; sa confection a mobilisé les compétences de 68 auteurs. Le plan s’organise en trois parties : l’offre (Angebotspotenzial) avec 27 articles, la demande et les structures institutionnelles (Nachfrage und Organisationsstrukturen) plus courte, avec 10 articles, et enfin les problèmes liés aux activités considérées (Problemfelder) avec quatre articles. Le thème du sport y est décliné, par sept auteurs, en six articles ; soit 14 pages et 16 cartes.

7Le premier article inventorie les grands équipements ; la principale carte (13.750 000e) représente, à l’échelon communal, les stades et salles de sport, par des figurés (cercles bleus et carrés rouges) de taille proportionnelle aux capacités pour l’année 1997. Elle reflète bien la hiérarchie urbaine. La présentation des autres équipements de base - à l’échelle du Land - met en évidence des disparités régionales parfois inattendues, comme l’importance des piscines de plein air dans les Länder de l’Est, par ailleurs sous-équipés. Signe des temps, deux graphiques illustrent la montée en puissance des salles de fitness, en terme de fréquentation et de chiffre d’affaires, pour la période 1990-1997.

8Rédigé par Ch. Lambrecht, l’article suivant est consacré au football, sport populaire et véritable « aimant à spectateurs » (Zuschauermagnet). Un graphique, représentant l’évolution du nombre de licenciés et de clubs entre 1950 et 2000 suffit à rappeler l’emprise de ce sport en Allemagne, pratiqué en 1999 dans 26 848 clubs et 1 734 411 équipes par 6 310 948 licenciés – dont 875 000 femmes – précision germanique oblige...

9La principale carte représente les stades des équipes de Ligue 1 et 2. On y figure la capacité de l’équipement (1 mm2 pour 500 places), la répartition des ventes (abonnements ou ventes libres) ce qui permet de différencier des politiques d’un club à l’autre : une majorité d’abonnés au Borussia Dortmund (60 %) ou au FC Kaiserslautern (75 %), beaucoup moins en revanche au FC Bayern (30 %) ou au S.V. Hamburg (22 %). La carte met en évidence de véritables « citadelles footballistiques » - la région Rhin-Ruhr concentre 12 des 31 principaux stades - et les « déserts » de Hesse, de Franconie, ou Thuringe, mais aussi de Saxe (déclin du VfB Leipzig, du Dynamo Dresde, du FSV Zwickau et du Chemnitzer FC après la réunification). Sur la même carte est représenté le rayon d’attraction d’un club – le Hansa Rostock - par le nombre de communes concernées par les ventes d’abonnement ; tout le Land est concerné, le FC Rostock drainant ses spectateurs dans un rayon de 260 km (35 km en moyenne). Les matchs de Ligue 1 et Ligue 2 drainent respectivement 9,5 millions de spectateurs, en Allemagne ; un match phare de Ligue 1 peut aujourd’hui mobiliser 5,5 millions de téléspectateurs un samedi soir. Une autre carte, plus petite, montre la densité de joueurs amateurs, par Fédération, et met en évidence le contraste entre anciens et nouveaux Länder.

10Une troisième carte détaille la structure pyramidale des organisations professionnelle (9 niveaux), qui épouse la structure administrative (Commune / Kreis / Land).

11On regrette en revanche l’absence d’une carte de synthèse où figurerait par exemple, le taux de pénétration du football, à une échelle fine (Kreis) en rapportant le nombre de licenciés dans ce sport à la population totale ou au nombre total de licenciés dans les sports olympiques. Nul n’est parfait...

12L’article suivant relève davantage, selon nous, de la géographie des loisirs. Se déployant sur quatre pages, il nous offre une grande carte des chemins de randonnée (Wanderwege), et des pistes cyclables (Euro - et Veloroutes) dont le réseau de 38 000 km irrigue toute l’Allemagne, y compris les zones de haute densité urbaine et industrielle, comme la Ruhr. On dispose aussi de la liste de tous ces itinéraires classés par ordre alphabétique et repérables sur la carte. Un fond topographique de l’Eifel (1.100 000e) localise le réseau très dense des itinéraires équestres (« Eifel zu Pferde »). Enfin, à une échelle plus fine (117 000e) une carte présente le flux des 300 000 visiteurs qui ont gravi le Feldberg (Forêt Noire) entre mai et octobre 1995. Un extrait de la carte topographique de Friburg Brisgau (Wanderkarte) - comparable aux cartes de randonnée IGN- complète le tout.

13Plus original peut être est l’article consacré aux sports de nature (escalade, canoë-kayak), en plein essor dans le pays. La carte du nombre de lieux et routes d’escalade souligne l’importance du Mittelgebirge. Une étude sur des pratiquants - dans le Jura Franconien - recensés durant trois week-end de juin 1998 - témoigne de l’attrait de ce site, qui attire les amateurs de l’Allemagne entière - grande plaine du Nord exclue. Le canotage intéresse 112 000 licenciés dans 1 300 clubs, soit l’effectif le plus important au monde, alors même que 10 % seulement du réseau fluvial (370 000 km) sont utilisables pour cette activité.

14Le cinquième article s’ouvre sur une magnifique carte de la répartition des golfs (12 750 000e soit 23 x 23 cm). Sur un fond jaune pâle, où figurent en ocre clair les régions urbaines (Verdichtungsraüme) et les principales villes sous forme d’un point rose, la cartographe Kai-Oliva Murseh est parvenue à donner trois types d’informations localisées : la taille des golfs (cercles de surfaces proportionnelles au nombre de trous selon les parcours : -18, 18-26, 27 ou plus) ; l’année de création du golf (avec quatre nuances de vert : avant 1939, 1940-80, 1981-89 et 1990-99 ; en gris pour les dates inconnues) ; et enfin, les 29 « complexes golfiques » - selon leur importance (nombre total de trous) ; le principal est ainsi le Golf-Resort de Bad Griesbach en Bavière, à 20 km au sud-ouest de Passau, qui couvre 476 ha, associant plusieurs hôtels aux quatre parcours de 18 trous, trois de 9 trous et deux de six (à titre de comparaison, l’Evian Royal Resort couvre 45 hectares). Belle réussite technique, la carte est à la fois claire, précise et richement informée.

15À nouveau, et pour d’évidentes raisons, apparaît le « désert golfique » de l’ex-RDA, où les golfs créés avant la guerre ont été convertis en champs de labours par les autorités socialistes ; seule exception : la région berlinoise. Soulignons que la répartition géographique des golfs épouse assez étroitement celle des zones les plus urbanisées, bien plus que celles des milieux à faible densité comme la grande plaine du Nord. C’est bien la proximité d’une clientèle aisée, plus que les conditions naturelles, qui commande en définitive la localisation de ce sport.

16Un graphique retrace la croissance exponentielle du nombre de parcours et de pratiquants, de 1907 à 1998. Depuis la création du premier golf en 1891 à Bad Hombourg, une vingtaine de parcours ont été ouverts jusqu’en 1946, et aujourd’hui, on compte dans le pays 562 clubs et 320 000 joueurs, soit 0,39 % de la population, contre 16 % au Canada. Enfin un petit croquis (12,5 x 6,5 cm) - très clair - montre la structure-type d’un parcours et bénéficie d’un commentaire fourni.

17Il convenait de laisser une place aux sports d’hiver. T. Bader-Nia parvient à relever un véritable défi cartographique dans sa carte des domaines skiables au 13.750 000e. Elle repose sur cinq informations, et donne un résultat étonnant de précision et de lisibilité.

18Les 31 stations de ski - dont 16 dans les Alpes - sont toutes nommées individuellement, et localisées. Des carrés de taille proportionnelle au nombre de lits (6 classes de – 2 000, soit 1mm2 - à plus de 10 000 lits - soit 16mm2-), dans un degré allant du rose au rouge lie de vin, illustrent la capacité d’accueil des stations. L’altitude (maximale et minimale) des pistes figure sur une échelle graduée de 0 à 3 000 m, donnant une bonne idée de l’étagement du domaine skiable ; il est aisé d’opposer ainsi les stations du Mittelgebirge (500 à 1 000 m) à celles des Alpes bavaroises (Mittenwald par ex : 700 m à 2 700 m). A côté de cette échelle se trouve un rectangle, constitué de l’agrégation de petits carrés de 0,5 mm2 par une remontée mécanique) et dont la surface totale est proportionnelle à l’équipement de la station en remontées. Enfin, le rectangle est lui-même coloré (gradation du jaune au vert foncé) selon les types de remontées mécaniques (tire-fesses, télé-cabines, etc.).

19La faible surface occupée par le liseré alpin en Allemagne – où se concentrent précisément les stations les plus grandes et les plus nombreuses – constituait une difficulté classique, aisément surmontée : à l’emplacement exact des stations figurent les carrés rouges mentionnées ci-dessus ; de part et d’autre de cet « axe » figurent au nord (en débordant sur le plateau bavarois) et au sud (côté Suisse) les informations complémentaires, où dominent respectivement le bleu et le vert. Cette disposition combinée au contraste de couleurs « chaudes » et « froides » constitue la clé de la lisibilité de cette carte, qui occupe une pleine page.

20Le reste de l’article est également intéressant par le traitement cartographique apporté à d’autres thèmes. L’importance de la couverture neigeuse (supérieure à 1 cm pour la période 1960-1999) dans 12 stations est représentée par un graphique, où le temps figure en abscisse (août à juillet) et le taux d’enneigement en ordonnée. On voit ainsi que Garmisch-Partenkirchen (719 m) n’est guère mieux lotie que le Feldberg (1 486 m) en Forêt Noire - qui a accueilli le premier club de ski en 1895 – ou la Braunlage dans le Harz (607 m). Bon exercice pédagogique pour analyser la combinaison altitude / exposition / latitude !

21Un diagramme – en partie redondant avec le précédent - donne la durée d’enneigement de onze stations, classées selon leur altitude, et son évolution de 1960 à 1990.

22Enfin, un encadré inventorie les 25 activités sportives hivernales (sports de neige et de glace).

23L’Atlas National a donc offert aux activités sportives et ludo-sportives une large place, même si de curieuses lacunes peuvent être déplorées : rien sur le handball, pourtant sport national, ni sur les grandes manifestations sportives qui ont jalonné l’histoire du pays, ni carte synthèse. Mais le sport occupe une place bien plus réduite encore dans l’Atlas de France.

L’Atlas national français

24Dirigé par F. Auriac, R. Brunet et Th. Saint-Julien et publié par la Documentation Française et le GIP-Reclus, l’Atlas de France compte 14 volumes de 128 pages chacun en moyenne. Les cartes sont très nombreuses, à différentes échelles, et la masse d’informations localisées impressionnante.

25Le volume 7, coordonné par Rémy Knafou, et rédigé par 13 collaborateurs (format 28,5 x 22,5cm)(2) s’intitule « Tourisme et Loisirs ». Le sport en est pratiquement absent, puisque la quasi-totalité du volume concerne en fait le tourisme. Les sports d’hiver ont droit à une page, sans carte (p. 30).

26En fait, l’information sur les activités sportives - loin d’être rassemblée au sein d’un même chapitre comme dans le Nationalatlas - se disperse dans tout le volume 7 et même dans d’autres volumes dont les titres n’évoquent pas directement les activités sportives ou ludo-sportives. On « tombe » ainsi sur le golf (nombre de trous, par département) ou sur une carte étonnante consacrée aux « grandes manifestations culturelles et sportives » (nombre d’entrées) - où ne figurent ni Paris, ni Lyon, ni Marseille, ni aucune ville du Nord-Pas-de-Calais ou de l’Est... En revanche, les 24 heures du Mans, le Puy du Fou ou le circuit de Nogaro sont bien là...

27La carte des sentiers de grandes randonnées (GR), sur un fond de limites départementales, parcs naturels et principaux massifs forestiers est plus ou moins comparable à celle du Nationalatlas. Plus intéressante, la carte des remontées mécaniques détaillée par stations, mais pour les Alpes du Nord seulement, assortie d’un curieux critère (cercles proportionnels au « moment de puissance ») bien peu géographique...

28Il faut rechercher dans le reste de la collection d’autres cartes sur le sport, qui ne sont pas dénuées d’intérêt.

29Le volume 10 (« Services et Commerces ») réserve ainsi deux pages aux équipements sportifs. En regard d’un commentaire fourni (Ch. Zanin), les deux cartes bienvenues (qui manquent cruellement à l’Atlas allemand) présentent la demande et l’offre en équipements sportifs. Sur un fond à petite échelle (1.10 000 000e), l’information est traitée à l’échelle départementale. La première apprécie la demande, par des cercles proportionnels au nombre de licenciés (1992), et sa dynamique entre 1982 et 1992 par la différence entre le nombre de licenciés pour 1 000 habitants à ces deux dates ; déclinée du rouge (valeurs positives) au bleu (valeurs négatives) elle éclaire les disparités interdépartementales assez fortes.

30L’offre est représentée par le nombre d’équipements sportifs (piscines, golfs, tennis, patinoires, centres équestres) pour 50 000 habitants en 1994 (cercles proportionnels). Là encore apparaissent clairement les disparités entre grandes régions urbaines relativement sous-équipées, et les villes moyennes ou le Nord-Pas-de-Calais / Lorraine mieux lotis.

31Le volume 5 (« Société et Culture ») apporte de précieuses informations complémentaires, à l’échelle communale, qui permettent de mettre en évidence le volontarisme de certaines équipes municipales.

32Le strict traitement cartographique du fait sportif dans l’Atlas de France, manque singulièrement d’originalité, alors que le Nationalatlas recourt à une palette de couleurs plus riche, qui contribue à la lisibilité des cartes et à une diversité de représentations graphiques intéressante. Mais ce qui singularise davantage encore ce dernier, c’est la volonté d’associer étroitement l’expression cartographique d’un phénomène, à toute la littérature scientifique qui la sous-tend. Les six articles sur le sport et les loisirs sportifs renvoient à une bibliographie de 58 références (sans compter les sources photographiques, les archives etc...) puisant dans les manuels mais aussi les thèses, les diplômes non publiés, et les revues comme Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie, Geographie und Schule, Zeitschrift für Angewandte Geographie etc... En revanche, le volume 7 de l’Atlas de France ne donne aucune référence de ce type, ignorant tout simplement nombre de contributions de valeur sur le thème du sport : l’Atlas des Sports en France, ouvrage pionnier de Daniel Mathieu et Jean Praîcheux, n’y figure pas, alors qu’il a été publié en 1987 par le même éditeur ; de même pour les travaux de J.P. Augustin... Le volume français recense en tout 34 références - exclusivement sur le tourisme - contre 397 dans l’atlas germanique, qui devient ainsi, un véritable outil de travail.

Conclusion

33Au delà des simples distinctions d’ordre technique se dessine, dans cette comparaison, une vraie différence de culture géographique entre la France et l’Allemagne. Les deux Atlas sont des œuvres collectives et nationales, en ce sens que leur réalisation a non seulement mobilisé la communauté scientifique, mais que celle-ci a bénéficié d’un vigoureux soutien financier, technique et moral de diverses institutions, Ministères, Collectivités Territoriales, Universités, etc... Mais la différence réside ailleurs : si l’Atlas de France, dans son premier tome, (« la France dans le Monde ») est préfacé par le Ministre des Affaires Etrangères, aucun autre volume de la collection n’a bénéficié de cette sollicitude du monde politique ; en revanche, chacun des douze atlas allemands est préfacé par une personnalité de premier plan différente, comme si chacune se sentait personnellement impliquée dans ce projet. Le président du Bundestag pour le volume « Gesellschaft und Staat » (« Société et Etat »), les divers Ministres fédéraux ou régionaux concernés par les thèmes abordés, mais aussi des présidents de Fondations privées (Fritz Thyssen Stiftung, Mercator Stiftung...), apportent leur contribution, signe que le monde des géographes occupe pleinement sa place dans la société allemande ; il en serait de même pour d’autres disciplines. La considération dans laquelle les autorités tiennent la géographie en Allemagne, doit autant au prestige d’Alexander von Humboldt (qui a donné son nom à la principale université de la capitale), de Christaller ou de Ratzel, qu’à l’estime que les autorités allemandes nourrissent, dès le xviiie siècle, envers la communauté scientifique en général, et à la place essentielle que tient l’éducation dans le projet politique prussien comme l’a bien montré Michel HAU (1999). Est-ce le cas de la France ?

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search