Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Seconde partie. Le sport, des pratiques sociales au coeur de nouvelles territorialités.

Pratiques et territoires sportifs des personnes âgées dans la plaine du Roussillon

Michaël Petiau

Texte intégral

  • 1 Petiau M., 2006, Sports et vieillissement, l’exemple de la plaine du Roussillon, Mémoire de Master (...)

1Ce texte s’intéresse à la rencontre de deux phénomènes marquant la société française en ce début de xxième siècle : le vieillissement démographique et la généralisation (voire la banalisation) du phénomène sportif, à partir de l’exemple de la plaine du Roussillon1. Au dernier recensement, les plus de 60 ans représentaient en France près d’un quart de la population et plus d’un tiers dans certaines régions : le Sud et le Sud Ouest du pays (notamment les bordures littorales), ainsi que dans les communes rurales isolées. Quant au fait sportif, il dépasse désormais la simple pratique. Toute la population est concernée en raison d’un processus de médiatisation croissante (journaux, TV, paris, publicités) et de la pénétration grandissante du milieu financier et économique dans le milieu sportif.

2Héritiers des congés payés et de la génération du baby boom, les générations actuelles du troisième et quatrième âge ont vécu l’accentuation progressive de la représentation du fait sportif dans la vie quotidienne. A ce titre, elles véhiculent des perceptions et des comportements innovants vis-à-vis de la pratique par rapport aux générations précédentes. Alors que la pratique et le fait sportif chez les personnes âgées se posent à l’évidence comme un élément banal de la vie sociale en France et dans les Pays occidentaux, il faut relever la rareté de travaux combinant vieillissement et sport, en particulier en géographie. Cette relative rareté de travaux s’explique sans doute en raison du caractère encore récent de la pratique sportive chez les personnes âgées. Les Pyrénées Orientales, et la plaine du Roussillon (qui concentre plus de 80 % de la population départementale), constituent un terrain d’investigation privilégié à double titre. D’une part, l’ancienneté, la diversité et l’importance de la population âgée, associant vieillissement endogène et exogène, pour des groupes âgées socialement divers, font de ce département un observatoire intéressant. D’autre part, la grande variété des ressources sportives mobilisables (espaces littoraux, montagnards, équipements urbains) invitent la réflexion sur des terrains originaux. L’étude, conduite entre 2005 et 2006, a reposé sur de lourdes enquêtes de terrain, à partir de plusieurs types de questionnaires auprès de personnes âgées, de structures sportives et associatives ainsi que d’établissements accueillant des personnes âgées ; ces données ont été complétées par des informations fournies par les comités sportifs départementaux et régionaux.

3La première partie de l’article pose les bases de l’étude en établissant succinctement les définitions et les limites du territoire étudié. La seconde s’attache à observer les éventuels comportements sportifs dans les établissements de fin de vie et les associations du 3e âge. La troisième concerne l’étude des licenciés de clubs de disciplines privilégiées par cette catégorie d’âge. Enfin, la dernière dresse un bilan global et propose quelques réflexions sur le couple vieillissement / pratique sportive.

Vieillissement et sports : éléments de définition

Le vieillissement : perte d’autonomie et détermination individuelle

4Comment et à quel âge est-on « vieux » ? L’âge arbitraire de 60 ans a été retenu. Ce seuil s’aligne sur l’âge légal de la retraite en France, facilitant ainsi le traitement des données quantitatives de l’INSEE.

5Toutefois, cette valeur est contestable puisque la détermination de l’appartenance à la catégorie des « personnes âgées » résulte de la considération d’autres éléments que le seul critère administratif. On peut juger qu’une personne est « âgée » en examinant les critères plus fluctuants et étroitement imbriqués que sont le critère « biologique » et le critère « psychique ». L’un fait référence à la sénescence et à la détérioration de l’autonomie personnelle et l’autre au sentiment d’appartenance au groupe des personnes âgées et à la démence.

6Chaque individu constitue un cas unique quant à l’apparition de la vieillesse de la même manière que chaque personne est original génétiquement parlant. Il existe donc une grande subjectivité pour juger du caractère vieillissant ou non d’une personne.

7Usuellement, le groupe des personnes âgées de plus de 60 ans peut se diviser en deux catégories de part et d’autre de la valeur de 75 ans, bien que cette dernière soit aussi critiquable et arbitraire que la précédente. Cette séparation permet grossièrement de distinguer des personnes mobiles et en bonne condition physique, assimilables à la catégorie du 3e âge, et des personnes souvent diminuées physiquement et dépendantes qui constituent le 4e âge. Ce seuil est généralement utilisé dans les travaux de gérontologie et cadre avec les tranches d’âges distinguées lors des recensements en France comme à l’étranger.

Sport ou pratiques ludo-sportives ?

8La définition proposée par Jean-Pierre Augustin (1995) nous paraît la plus adéquate, car elle balaie l’ensemble du champ sportif et répond à la quasi totalité des cas de figures. Cette définition donne lieu à deux systèmes complémentaires que sont le sport au sens strict et les pratiques ludo-sportives. Nous retiendrons (et reviendrons) sur la dimension ludo-sportive plus à même de caractériser les pratiques sportives des personnes âgées.

  • Le sport au sens strict se définit par : un ensemble de situations motrices, un système de règles, un enjeu lié à la compétition et un caractère institutionnel.
  • Les pratiques ludo-sportives correspondent à une absence d’affiliation à une institution, un caractère compétitif non obligatoire et une tendance à la conversion des espaces de nature et des villes en support d’activités physiques initialement non prévu à cet effet.
  • 2 Augustin J-P., 1995, Sport, Géographie et aménagements, Paris, Nathan, p254

9On peut distinguer trois catégories au sein du phénomène sportif : le sport de haut niveau, le sport de masse et le sport de loisirs2. Ce sont bien évidemment les deux derniers qui concernent prioritairement le sujet bien qu’il puisse y avoir des champions âgés de plus de 60 ans.

10Le sport de masse et le sport de loisirs offrent une certaine diversité avec ce que l’on nommera le sport « nécessité », le sport « d’entretien » et le sport « passion ». Le premier a pour vocation de répondre à un besoin médical, le second vise à maintenir la tonicité et une certaine morphologie corporelle et le dernier répond avant tout à la recherche de plaisir.

11Il paraît logique que le sport « nécessité » et le sport « d’entretien » soit surreprésentés dans cette catégorie d’âge.

12L’établissement de types de lieux sportifs en fonction de la distance fait apparaître quatre catégories :

  • Les lieux instantanés qui correspondent au lieu de résidence et accueillent par exemple la pratique de vélo d’appartement, de ping-pong et de gymnastique au sens large.
  • Les lieux de proximité aux environs du domicile, dans la commune, à une distance que l’on peut parcourir à pied.
  • Les lieux éloignés dans les communes environnantes, à une distance que l’on peut parcourir en vélo.
  • Les lieux très éloignés qui nécessitent l’utilisation d’un véhicule motorisé.

L’exemple des Pyrénées Orientales : diversité des modes de vieillissement et variété des supports sportifs

13Le département des Pyrénées-Orientales présente un intérêt majeur dans le cadre de cette étude en terme d’avancée du processus de vieillissement et de variété des supports sportifs offerts par la présence de la mer et de la montagne.

14En 1999, il appartenait au groupe des treize départements français dont le taux de population âgée de plus de 60 ans atteignait ou dépassait 29 %. Au sein de ce groupe, les Pyrénées Orientales se singularisent comme un des rares départements, avec les Alpes Maritimes et la Dordogne, à compter plus de 100 000 individus âgés de plus de 60 ans, pour une densité de population de cette catégorie d’âge deux fois supérieure à celle des autres départements.

Figure 1 : Les plus de 60 ans dans la plaine du Roussillon

Figure 1 : Les plus de 60 ans dans la plaine du Roussillon

15De plus, les sportifs et ludo-sportifs disposent sur le territoire départemental d’une abondance de terrains de pratiques diversifiées qui garantissent la possibilité d’effectuer une grande part des disciplines composant l’éventail sportif.

16Notre terrain d’investigation, pour des raisons de commodité, correspond à l’aire urbaine de Perpignan, ce qui représente la majeure partie de la plaine du Roussillon ; ce terrain intègre la totalité du littoral des Pyrénées-Orientales (du Barcarès au Nord jusqu’à Cerbère au Sud). Les communes littorales offrent un intérêt indéniable en matière de flux de migrations (Tableau 1), de densité de population des plus de 60 ans. Les trois quart de la population âgée s’agrègent sur cette portion de territoire, équivalant approximativement à un cinquième du territoire des Pyrénées-Orientales.

17De forts contrastes sociaux et économiques existent pour cette catégorie d’âge de manière plus prononcée d’ailleurs que pour les autres catégories. Pour schématiser : aux individus aux revenus importants « enfants » de l’héliotropisme résidant essentiellement en bordure du littoral s’opposent les autochtones disposant en général de peu de moyens plus fréquemment et localisés dans les centres des villages de l’arrière pays.

Tableau 1 : Les plus de 60 ans dans les communes du littoral roussillonnais

Tableau 1 : Les plus de 60 ans dans les communes du littoral roussillonnais

Source : INSEE

18La faible part de personnes âgées originaires du département et de la région en bordure de littoral est illustrée par les exemples de Canet, St Cyprien et du Barcarès. Ces deux dernières ont bénéficié de l’apport de population lors des grands aménagements du littoral régional des années 1960-1970.

19L’arrivée d’une population aisée (étrangère ou originaire d’une autre région) dans ce département économiquement pauvre donne lieu à une multitude de comportements vis-à-vis du phénomène sportif, contribuant à modifier les mœurs et à faire apparaître de nouvelles territorialités sportives.

20L’afflux de résidents et touristes, que ce soit en zone montagnarde ou littorale, espagnols ou anglo-saxons, jeunes ou vieux, contribue indéniablement à la diffusion territoriale (effective ou future) de sports et pratiques ludo-sportives. L’exemple du golf et des sports de glisse en général constituent des exemples en terme de territorialités et d’aspirations sociales récentes.

Les pratiques sportives et ludo-sportives en établissement de fin de vie et dans les associations du 3e âge

21A priori, l’étude des résidents d’établissements de fin de vie ne semble pas réellement appropriée, car les résidents sont très diminués physiquement. Néanmoins, le regroupement d’une importante part de personnes assimilables au groupe du 4e âge, leurs comportements innovants et l’opportunité d’identifier les pratiques applicables avec un minimum d’aptitude physiques peuvent amplement justifier leur prise en considération dans cette étude, menée auprès de l’ensemble des établissements de fin de vie du département.

Tableau 2 : Pratiques ludo-sportives des pensionnaires d’établisssements de fin de vie dans la plaine et sur le littoral du Roussillon (2006)

Tableau 2 : Pratiques ludo-sportives des pensionnaires d’établisssements de fin de vie dans la plaine et sur le littoral du Roussillon (2006)

(Source : maisons de retraites et foyers logements)

22Le sport se manifeste pour les pensionnaires d’institutions de fin de vie sous la forme de pratiques ludo-sportives. La pratique s’effectue généralement sans caractère compétitif, elle se localise rarement dans un lieu spécialement aménagé pour cela, et n’est pas non plus régit la plupart du temps par des règles particulières.

23Bien évidemment, la régression des aptitudes physiques restreint le champ de pratiques adaptées. Six pratiques seulement ont été citées au cours de l’enquête (Tableau 2).

24La marche constitue un cas particulier. Selon les cas, certaines personnes n’attribuent pas une dimension sportive à cet acte. Par exemple, dix-sept personnes, déclarant ne pas faire de sport, ont cité la promenade comme loisir et n’ont pas été comptabilisées.

Le paradoxe d’une fin de vie incitant à la pratique

25Le premier phénomène ressortant de cette étude est le fait que ces individus sont plus nombreux à pratiquer une activité ludo-sportive depuis leur entrée en établissement de fin de vie que dans la période de vie en retraite précédant leur entrée en institution.

26Ce phénomène peut s’expliquer par deux raisons principales. D’une part, ils sont largement plus exposés à la possibilité de pratiquer ces activités dans ces établissements qu’en étant isolés à leur domicile. La pratique ne nécessite pas une démarche individuelle mais correspond à une offre englobée dans les soins et l’accueil des résidents. D’autre part, l’entretien du corps revêt un caractère d’urgence pour lutter contre la déchéance physique. Cette seconde explication semble d’autant plus plausible que 72 % des personnes interrogées disent pratiquer une activité pour l’entretien de leur corps et 14 % pour répondre à un besoin médical.

27Le second phénomène observé corrobore ces premiers éléments d’observation. Il apparaît qu’un quart des personnes déclarant faire du sport n’en avait pas fait auparavant ; ce qui signifie que leur entrée en établissement spécialisé et leur avancée dans le vieillissement ont été des facteurs incitatifs. À l’inverse, un quart ont régulièrement pratiqué un sport ou une activité ludo-sportive. La pratique des « pensionnaires sportifs » semble assez régulière puisque 94 % des résidents sportifs déclarent pratiquer au moins une fois par semaine. Les lieux sont souvent instantanés car quatre fois sur cinq la pratique a lieu dans Γ établissement et pour un cinquième à proximité immédiate de l’établissement. Dans ce second cas, il s’agit fréquemment des rues environnantes pour la marche ou d’une surface directement accessible et appropriée pour la pétanque. Notons également quelques exceptions, concernant des lieux de pratiques éloignés, avec des excursions donnant lieu à la pratique de la marche et de la natation, par exemple au centre ville de Perpignan ou sur le littoral.

Les pratiquants des associations du 3e âge : Une pratique répandue

28Les adhérents d’une association du 3e âge sont en général relativement autonomes et se distinguent ainsi des résidents d’établissements de fin de vie. Il ressort de l’étude que plus des 4/5ème des membres d’associations de 3e âge font du sport. Si on exclut les personnes ne pratiquant que la marche le taux s’abaisse à 70 %.

29Ce taux reste logiquement supérieur à celui des pensionnaires d’établissements de fin de vie pour les pratiques actuelles (sûrement en raison de l’âge) comme pour les pratiques à la même période de leur vie en raison d’aspects générationnels. Il apparaît que les adhérents des associations (sans les pratiquants exclusifs de marche) sont presque trois fois plus nombreux à exercer une activité physique de la retraite à leur éventuelle entrée en institution de fin de vie que les pensionnaires de celles-ci au même moment de leur vie.

30Cela confirme l’important essor de la pratique sportive des membres de la génération du Baby boom, héritiers des trente glorieuses et de la banalisation du sport dans la vie sociale, comparativement aux générations précédentes.

31La panoplie des pratiques actuellement exercées est ainsi plus étendue pour les membres d’associations, en raison d’une moins grande limitation de la condition physique. A l’intérieur du panel des pratiques exercées par le groupe du 3e âge on retrouve les six activités citées par les personnes du 4e âge. Elles occupent d’ailleurs les premières places du classement selon le taux de pratique : la marche associé à la randonnée pédestre obtient 65 %, la gymnastique 32 %, la danse 18 %, la pétanque 13 %, le cyclotourisme 8 %, la natation, le vélo d’appartement et l’aquagym 4 %, le yoga 2 %, la musculation et le tennis 1 % (Tableau 3).

Tableau 3 : Pratiques sportives et ludo-sportives des membres âgés d’associations sportives dans les Pyrénées Orientales (2006)

Tableau 3 : Pratiques sportives et ludo-sportives des membres âgés d’associations sportives dans les Pyrénées Orientales (2006)

Une activité fréquente, hygiénique et émergeant à l’âge de 60 ans

32Les sportifs du 3e âge sont des pratiquants assidus et fervents puisque près des trois quarts d’entre eux déclarent pratiquer un sport plusieurs fois par semaine. De plus, une personne sur six déclare pratiquer au moins trois sports. Le moment préféré de la pratique est le matin comme pour le groupe du 4e âge. Le caractère ludo-sportif des pratiques est reflété par le fait qu’un tiers des sportifs déclarent parfois faire du sport dans le cadre d’aucune structure. Comme pour les résidents d’établissement de fin de vie et pour des raisons à peu près similaires, les individus du 3e âge considèrent que la pratique a pour vocation essentielle l’entretien.

33L’étude auprès des personnes du 3e âge révèle que celles-ci sont largement plus nombreuses à pratiquer aujourd’hui que de la période précédant la retraite. Une personne seulement a cessé de pratiquer du sport après la retraite alors que trente-deux ne faisaient pas de sport avant l’âge de 60 ans. L’interprétation de cette augmentation flagrante du taux de pratiquants à partir de l’âge de 60 ans peut être attribuée à divers phénomènes.

34On peut expliquer cet engouement sportif comme la résultante d’une plus grande disponibilité de temps, d’une volonté d’entretien par le culte du corps, et par l’importance excessive prise par le corps et l’hédonisme dans notre société. Ajoutons à cela, la prise de goût au phénomène sportif omniprésent qui véhicule de nombreux aspects bienfaisants.

35Les personnes âgées, indépendamment de l’âge, pratiquent donc plus qu’auparavant et également plus que les générations antérieures.

Le sport dans les clubs des disciplines privilégiées

La natation : un sport « préservateur » et l’essor de l’aquagym

36La natation permet souvent de préparer la pratique d’un autre sport. Il est fréquent que les compétiteurs y aient recours pour améliorer leur condition physique. Il en est de même pour les personnes âgées.

37L’aquagym permet l’accomplissement de gestes de gymnastique en état d’apesanteur. Elle reste ainsi accessible aux personnes les plus diminuées physiquement, et rend possible la sauvegarde d’une masse musculaire suffisante, impérative et assez alerte pour préserver une certaine autonomie. L’accroissement du nombre de pratiquants de l’aquagym est un produit direct du culte de l’entretien physique et de la volonté de résister au grand vieillissement. Cette augmentation est aussi liée à celle des licenciés de gymnastique volontaire. Le résultat concernant la natation sur la fréquence de la pratique est le plus élevé de tout les sports « enquêtés ». Plus de neuf/ dixièmes des individus interrogés déclarent exercer plusieurs fois par semaine et aucun moins d’une fois par semaine. Les piscines prioritairement sollicitées sont situées à St Estève, St Cyprien, Rivesaltes, Perpignan notamment au Moulin à Vent et celle du port de Canet avec un bassin accueillant principalement les groupes scolaires et les personnes âgées. Cette dernière est complémentaire du complexe Europa qui reçoit davantage de personnes de tranches d’âges moyennes et organise de nombreuses compétitions. Certains créneaux horaires sont presque exclusivement réservés aux personnes âgées puisqu’ils sont consacrés à l’aquagym dont ils sont les principaux représentants avec les femmes enceintes.

38Le pourcentage d’individus ayant une seconde activité physique est très élevé avec 95 % de réponses. Il reflète le caractère préparateur et réparateur de la natation. Il souligne aussi sa liaison évidente avec la gymnastique et l’aquagym. Cette dernière est la première discipline secondaire exercée avec 73 % de citations.

39L’utilisation d’une voiture personnelle comme moyen de locomotion reste prépondérante. Alors qu’en moyenne, le taux n’excède pas 50 %, celui des nageurs atteint logiquement 73 %. La faiblesse de ce taux pour la randonnée - bien qu’elle soit une discipline concernant des lieux sportifs en général très éloignés - s’explique par une forte utilisation du covoiturage avec 57 % contre 9 % pour la natation. Les nageurs âgés font assez rarement partie d’un club. Leur démarche est donc individuelle et requiert en général des moyens personnels.

40La mobilité (au sens large) des sportifs du 3e âge est forcément plus ample que celle des sportifs du 4e âge et donne accès à une plus vaste étendue de territoires de la même manière qu’elle donne accès à une plus grande gamme de disciplines. Dans le cas de la natation, on peut raisonnablement envisager que la clientèle âgée appartient principalement au groupe du 3e âge.

41La natation est une discipline complète qui sollicite le corps dans son intégralité et dans des conditions d’apesanteur appréciables par les personnes âgées. Par le biais de sa dérivée l’aquagym, elle a su trouver un créneau plus fédérateur susceptible de répondre aux attentes d’un maximum de pratiquants âgés. Malheureusement, les frais de construction, de fonctionnement et d’entretien ne permettent pas la multiplication de ces lieux sportifs pouvant accueillir la pratique à l’année.

La gymnastique volontaire et la quasi-exclusivité d’une clientèle féminine

42La gymnastique volontaire se présente comme un sport de base au même titre que la marche et la course à pied. Elle présente l’avantage de pouvoir s’effectuer sans se déplacer et ne nécessite pas d’espace aménagé. À l’instar du pays, le département a connu un fort accroissement du nombre de ces licenciés au cours de la décennie 1995-2005. Les licenciés âgés représentent un tiers de l’effectif départemental et sont de sexe féminin à plus de 90 %. La fréquence de la pratique de la gymnastique volontaire est à 90 % de plusieurs fois par semaine.

43Près de 7/10ème des licenciés pratiquent un autre sport, ce qui reflète en partie la fonction préventive et préparatoire de la gymnastique volontaire.

44Le lien étroit entretenu entre la gymnastique volontaire, la randonnée et la natation est illustré par de forts pourcentages obtenus en leur faveur lors du sondage. Ceux-ci sont de 61 % en associant la marche à la randonnée pédestre et de 32 % pour la natation.

45La marche arrive en tête des moyens de locomotion utilisés avec 60 % et confirme le fait que la gymnastique volontaire est exercée dans des lieux dits de proximité notamment grâce à la présence de 125 clubs dans le département. L’entretien est selon 82 % des personnes questionnées une vocation de leur pratique sportive.

L’essor de la randonnée pédestre

46Cette discipline connaît une croissance du nombre de ses licenciés depuis une dizaine d’année, en raison d’une reconnaissance récente et d’une adhésion prononcée de personnes âgées qui trouvent dans la création de clubs la réponse à leur recherche d’encadrement sécurisant. Les lieux de pratique sont avant tout éloignés mais peuvent être de proximité. Une vingtaine de clubs se situent dans la plaine, 4 dans les Albères, 7 en Vallespir, 5 en Confient et 2 dans les Corbières et Fenouillèdes. La proportion de licenciés âgés était de 60 % dans le département en 2005 alors qu’elle était de 67 % en 2001 ; reflétant l’évincement progressif des licenciés âgés de plus de 70 ans, compensée partiellement par l’augmentation des 60-69 ans, suivant ainsi des dynamiques régionales et nationales.

47Un cinquième des personnes âgées interrogées déclarent exercer également hors de leur club alors qu’on peut penser qu’elles sont les moins prédisposées à la pratique hors club. Les données fournis par dix clubs de la zone d’étude (qui en compte 20) permettent d’établir un classement des espaces les plus attrayants ; les Albères devancent largement le Vallespir et le Confient, le massif des Corbières occupe la dernière place. Ce classement n’a pas la prétention de refléter l’exacte réalité, mais il permet d’observer des préférences, d’identifier la carence de clubs dans certaines zones du département et éventuellement celle de sentiers dans certains massifs. La localisation des clubs conditionne vraisemblablement les attirances. À un degré moindre, les affinités avec l’espace sollicité et le niveau de difficulté recherché influent sur le lieu de pratique.

48À titre d’exemple, pour la saison 2002/2003, le club de Banyuls/mer a proposé 80 randonnées dans les Albères contre 10 en Conflent, 6 en Vallespir et une dans les Corbières. L’ARC (amicale randonnées catalanes, située à Perpignan) offrait la possibilité de parcourir les sentiers du Conflent 10 fois, ceux des Albères 7 fois, ceux des Corbières, Fenouillèdes, du Vallespir et de Cerdagne/ Capcir 5 fois et ceux de la plaine et des Aspres 3 fois. Le premier exemple témoigne incontestablement de l’aspect prépondérant du facteur distance. Celui de l’ARC montre que le facteur accessibilité n’est pas seul à régir la sélection des territoires parcourus. Malgré la position centrale du siège du club dans la plaine, cette dernière, très urbanisée, est la destination la moins choisie. Les Albères en revanche, situées approximativement à égale distance des Corbières en partant de Perpignan, sont un choix privilégié. Ce dernier peut être la réponse à une certaine clientèle ou l’attraction supérieure de certains massifs qui découle de leur aménagement et de leurs qualités intrinsèques. Les randonneurs de plus de 60 ans sont globalement des sportifs aguerris puisque 78 % d’entre eux affirment avoir fait du sport de l’âge de 20 ans à l’âge de 60 ans. Les individus ayant une pratique secondaire représente 3/5 des randonneurs actuels.

49La gymnastique volontaire et la gymnastique hors club occupent la première place avec 39 % devant le cyclotourisme et la natation. Ce pourcentage, et la part majoritaire des femmes, sont le signe tangible d’un probable mécanisme occasionnel consistant à ce que la gymnastique volontaire serve de préparation à la randonnée. D’autant que 70 % des gymnastes déclarent pratiquer une activité secondaire qui est la marche associée à la randonnée dans presque 2/3 des cas. La préoccupation sanitaire est moindre que pour la gymnastique volontaire, puisque le plaisir est la première vocation de la randonnée pour les licenciés vétérans qui la citent à 87 %. Il devance la convivialité avec 73 % et l’entretien avec seulement 64 % (Tableau 4).

Tableau 4 : la randonnée pédestre : recherche du plaisir et de la convivialité avant l’hygiène

Tableau 4 : la randonnée pédestre : recherche du plaisir et de la convivialité avant l’hygiène

(Source : Clubs de randonneurs des Pyrénées Orietnales)

Le tennis : un sport intense destiné aux sexagénaires

50La proportion de licenciés vétérans dans les quarante clubs examinés de la zone d’étude affiliés à la FFT est de 11 %, soit 1 % de moins que sur l’ensemble des Pyrénées-Orientales. Le tennis n’est pas adapté pour les personnes ayant un âge avancé, car il met fortement à contribution l’appareil cardio-vasculaire de par son intensité, et parce qu’il sollicite en permanence les articulations en raison de perpétuels changements d’appuis. Il est donc assez rare de trouver des pratiquants réguliers de plus de 70 ans ainsi que des octogénaires.

51Il arrive fréquemment que d’anciens pratiquants de tennis se dirigent vers la pratique du golf. L’explication la plus pertinente, pouvant paraître caricaturale, consiste à penser que le golf d’aujourd’hui est le tennis d’hier d’un point de vue social. Bien qu’il se soit démocratisé, le golf demeure l’apanage d’une élite.

52L’abandon de la pratique tennistique par des licenciés à cause de la montée en âge semble être un des facteurs expliquant la diminution du nombre de licenciés dans certains clubs. C’est le cas par exemple sur le littoral marqué par de fortes proportions de vétérans. La rude concurrence avec les sports collectifs pour la séduction de jeunes licenciés pouvant permettre un renouvellement de l’effectif tennistique peut également constituer une explication.

Le golf : un sport de substitution très en vogue

  • 3 On ne compte qu’un seul golf pouvant accueillir les compétitions à Saint Cyprien.

53En France, la part des licenciés âgés de plus de 60 ans est passée de 2002 à 2005 de 22 % à 26 %. Le golf rencontre peut être un tel succès auprès des personnes âgées parce que il constitue un des rares sports où les performances peuvent s’améliorer avec l’âge. Pourtant, le Languedoc-Roussillon, et les Pyrénées-Orientales3 sont assez mal lotis en terme de capacité d’accueil de pratiquants.

54Malgré une hausse de 4,62 % du nombre de licenciés dans le département depuis 2005 (contre 3,9 % en Languedoc Roussillon et 2,7 % en France), pour un total de 1 516 golfeurs, l’absence paradoxale d’un second golf de compétition en Roussillon tient à trois raisons :

55L’Espagne avec la création récente d’un réseau de golfs notamment au Nord de la Catalogne a anticipé et accompagné l’engouement pour ce sport, et récupère d’importants flux de touristes anglo-saxons mais aussi Français et roussillonnais.

56La région Languedoc-Roussillon n’exploite pas suffisamment ses potentialités. Elle fait partie des régions qui en 2005 attiraient le moins de golfeurs venant de l’extérieur. Elle dispose d’une grande marge de progression avec ses potentialités paysagères et climatiques qui permettent une pratique agréable tout au long de l’année et sont susceptibles d’intéresser les touristes d’Europe du Nord.

57Les projets locaux souvent associés à des programmes immobiliers se sont heurtés soit aux recours d’associations de défense de l’environnement bloquant les révisions de PLU, soit au manque d’eau, ou les deux à la fois.

La pétanque : un sport populaire au succès affirmé auprès des personnes âgées

58La pétanque demeure sans doute le sport par excellence des personnes âgées dans le midi de la France. L’étude auprès des boulistes montre qu’il y a des pratiquants très réguliers et d’autres souvent étrangers qui n’exercent que l’été lors de leur villégiature.

59Les taux de sujets ayant eu une activité physique avant l’âge de 60 ans et ayant une activité sportive secondaire sont très faibles comparés aux autres licenciés questionnés. Le budget moyen consacré à la pratique est de 54€ soit quasiment 100€ de moins que la gymnastique volontaire (second sport le moins onéreux d’après les résultats).

60Enfin, la vocation première de la pétanque est le plaisir à 82 %, suivit de la convivialité et de l’entretien avec seulement 17 %. La quasi absence de recherche d’une fonction hygiénique dans la pratique est une autre spécificité marquante de la pétanque.

61Ces observations appuient l’aspect populaire et extra sportif de la pétanque, et son indépendance vis-à-vis de l’évolution du phénomène sportif global et vis-à-vis du culte de l’entretien physique.

Le cyclotourisme un sport d’inconditionnels

62Dans les Pyrénées-Orientales environ la moitié des pratiquants du cyclotourisme sont âgés de plus de 60 ans. Le cyclotourisme ne requiert pas l’engagement physique du cyclisme en raison de la quasi absence d’esprit de compétition. En revanche, sa pratique sollicite les mêmes partie du corps à savoir les fessiers, le dos, les jambes et particulièrement les genoux. Ces deux derniers peuvent fréquemment ralentir ou empêcher la pratique des plus âgés. De plus, il existe également un « inhibiteur » psychologique découlant de la peur de la chute qui constitue une des principales craintes des vétérans. Le vélo d’appartement peut alors remplir le rôle de substitut.

63Les cyclotouristes sont des sportifs affirmés puisque 87 % d’entre eux pratiquaient une activité avant l’âge de 60 ans. Ce sont également des passionnés de vélo puisque les trois quarts pratiquaient déjà le cyclotourisme, parfois de façon exclusive (un sur deux). Près de la moitié d’entre eux ne pédale pas directement à partir du domicile comme en témoigne l’utilisation occasionnelle de la voiture par 47 % des personnes interrogées.

64D’importants aménagements ont été consentis ces vingt dernières années en vue d’améliorer les conditions de la pratique. Les grandes orientations visent à permettre la circulation cycliste le long des trois vallées roussillonnaises et du littoral. La bordure littorale et la vallée de la Têt sont les projets les plus avancés dans cette optique, celui de la vallée de l’Agly a débuté en 2005 et l’étude d’un projet devant relier la Cote Vermeille au Vallespir (vallée du Tech) est en cours. A une plus petite échelle une multitude de voies cyclables ou multifonctionnelles (équitation, rollers) ont été construites mais il est rare qu’ elles présentent une cohérence quant à leur continuité, à leur complémentarité et à leur fonctionnalité. Ainsi ont émergé de nombreux morceaux d’itinéraires peu rationnels, peu sécurisés et donc peu utilisés qui induisent fréquemment une circulation cycliste « anarchique » et dangereuse ou l’utilisation de la voiture pour rejoindre des aménagements mieux adaptés.

65La première observation que l’on peut tirer est que le panel des activités sportives et ludo-sportives diminue avec la montée en âge. Le phénomène a été confirmé tout au long des enquêtes et semble intimement lié à la dégradation des aptitudes physiques (Tableau 1).

66L’accroissement de la pratique de la marche découle d’une perception transformé avec l’âge. Tout le monde marche durant sa vie, mais cet acte banal de la vie quotidienne peut devenir difficile et contraignant avec le temps et être considérée différemment. Le second phénomène marquant est la disparition totale des sports collectifs. Les explications sont à chercher du côté de l’émergence de comportements plus individualistes en vieillissant, de la difficulté à rassembler des joueurs ou de l’appréhension et l’incapacité de pratiquer des sports souvent violents avec des changements d’appuis et des contacts omniprésents.(Tableau 5)

Tableau 5 : La diminution des disciplines exercées et la disparition des sports collectifs avec la montée en âge

Tableau 5 : La diminution des disciplines exercées et la disparition des sports collectifs avec la montée en âge

(Source : Enquêtes de terrain).

67Des différences en fonction de la vocation attribuée au sport, du budget consacré, du moyen de locomotion utilisé, du moment et de la fréquence de la pratique et des comportements actuels ou anciens des licenciés des sports enquêtés sont apparues (Tableau 6).

Tableau 6 : Particularités des sportifs âgés selon les disciplines

Tableau 6 : Particularités des sportifs âgés selon les disciplines

(Source : Enquêtes auprès des clubs).

68La différence sociale donne lieu à une abondance de situations allant de l’individu pouvant accéder à un maximum de territoires et à l’ensemble des disciplines à l’individu qui se soucie d’un entretien physique minimum. Dans ce contexte, tous les sports n’ont pas la même aptitude à séduire des pratiquants et réciproquement tous les individus ne sont pas exposés de la même manière à l’attraction des disciplines. Des observations peuvent donc être faites pour caractériser les licenciés selon les catégories d’âges, les catégories socioprofessionnelles, la vocation attribuée à la discipline, le budget consacré au sport, les territoires sollicités et le rapport entretenu avec le sport en général au cours de leur existence. Il est également possible de discerner des catégories de population selon les territoires utilisés et inversement en fonction de la distance ou des opportunités sportives offertes. Par exemple, l’étude a démontré que les personnes âgées, et notamment celles du 4e âge, sollicitent plus souvent les lieux instantanés et les lieux de proximité que les autres catégories d’âge. L’accessibilité aux lieux éloignés ou très éloignés (souvent pour les besoins de la discipline) est différente selon que la personne est aisée ou en difficulté financière, du 3e âge ou du 4e âge. La capacité de séduction des territoires résulte en grande part de l’offre en matière d’équipements sportifs et de la situation géographique. Cette capacité inégale induit une territorialisation privilégiée de la pratique sportive sur certains espaces par certains individus. Malgré la présence d’un schéma gérontologique, et les réflexions engagées par les collectivités locales concernant la question du vieillissement en Roussillon, il n’existe pas de politiques sportives clairement et spécifiquement orientées vers la pratique des personnes âgées. Au premier abord, celles-ci ne requièrent pas d’infrastructures spécifiques ni l’octroi de subventions distinctes, puisqu’elles pratiquent de la même manière que les sportifs des autres catégories d’âge. Pourtant cette recherche montre bien que les personnes âgées présentent des caractéristiques propres. D’abord parce qu’elles n’ont que rarement accès à tout l’éventail des disciplines sportives. Les politiques sportives entreprises dans le but de les accompagner dans leurs pratiques devraient donc être dirigées vers des sports bien identifiés. Ensuite la temporalité des pratiques diffère du reste de la population puisqu’elles peuvent à priori exercer tout au long de la semaine et de l’année, car elles n’ont plus dans la majorité des cas d’obligations professionnelles. Elles peuvent favoriser une certaine rentabilité des équipements sportifs laissés vacants certains jours et certains mois de l’année. Enfin selon les situations et les personnes, un encadrement spécialisé est parfois appréciable voire nécessaire. Les risques de chutes et d’accidents cardiaques étant plus prononcés, l’adaptation de la pratique devient parfois obligatoire pour éviter toutes mésaventures. Or, la carence de personnel sportif adéquat est très fréquente.

Pour une prise en compte plus globale de la dialectique vieillissement/ pratiques sportives

69Au-delà de l’aspect médical et récréatif, la question du sport et du vieillissement, par les problématiques engendrées et observées dans notre terrain d’études, dépasse à l’évidence la sphère du para médical et intègre celle de l’économie. N’oublions pas que les personnes âgées représentent une importante part de la « consommation sportive », tendance qui s’accentue avec le vieillissement démographique et un pouvoir d’achat souvent supérieur à la moyenne. Des études générales, ou spécifiquement destinées à certains pratiquants, pourraient affiner les connaissances et permettre d’entreprendre des actions appropriées afin de faciliter et d’encourager la pratique pour cette catégorie d’âge. Il pourrait s’agir, par exemple, d’évaluer le degré et la qualité d’offre de territoires communaux en matière d’équipements sportifs accessibles aux personnes âgées à travers divers facteurs : accueil ou accessibilité aux équipements sportifs rares comme les piscines, présence ou non de parcours de santé, nombres de clubs de disciplines privilégiées par les vétérans, proximité d’espaces propices aux activités de pleine nature, nombres d’éducateurs, présence et qualité des pistes cyclables. L’amélioration de la pratique pour ces populations serait sûrement bénéfique à l’ensemble de la société locale permettant à la fois une rentabilisation d’équipements lourds, souvent partiellement occupés ainsi que le développement plus affirmé de filières comme les métiers du paramédical, des soins et des loisirs apportés aux personnes âgées. Réflexion d’autant plus urgente à conduire que l’ampleur prise par le phénomène sportif et la forte diminution d’espaces aménageables en Roussillon dans les décennies à venir poseront bientôt problème.

Notes

1 Petiau M., 2006, Sports et vieillissement, l’exemple de la plaine du Roussillon, Mémoire de Master 1 en Géographie sous la direction de D. Giband.

2 Augustin J-P., 1995, Sport, Géographie et aménagements, Paris, Nathan, p254

3 On ne compte qu’un seul golf pouvant accueillir les compétitions à Saint Cyprien.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les plus de 60 ans dans la plaine du Roussillon
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 1 : Les plus de 60 ans dans les communes du littoral roussillonnais
Légende Source : INSEE
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Tableau 2 : Pratiques ludo-sportives des pensionnaires d’établisssements de fin de vie dans la plaine et sur le littoral du Roussillon (2006)
Légende (Source : maisons de retraites et foyers logements)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 3 : Pratiques sportives et ludo-sportives des membres âgés d’associations sportives dans les Pyrénées Orientales (2006)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 4 : la randonnée pédestre : recherche du plaisir et de la convivialité avant l’hygiène
Légende (Source : Clubs de randonneurs des Pyrénées Orietnales)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 5 : La diminution des disciplines exercées et la disparition des sports collectifs avec la montée en âge
Légende (Source : Enquêtes de terrain).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 6 : Particularités des sportifs âgés selon les disciplines
Légende (Source : Enquêtes auprès des clubs).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteur

Michael Petiau : Etudiant en Master 2 recherche en géographie, Université Via Domitia Perpignan.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search