Version classiqueVersion mobile

Mineurs, minorité. Jeunes, jeunesse en Roussillon et en Languedoc, XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Jeunes, Jeunesse ou Jeunesses ? Essai de caractérisation

Chronique d’une petite ville languedocienne au XVIIIe siècle : Limoux

Gilbert Larguier

Texte intégral

1Jean Andrieu, premier consul de Limoux, au commandant en chef de la province, 7 octobre 1750 :

  • 1 Arch. dép. Hérault, C 6756.

« Je vous envoie le verbal que j’ai fait contre certains jeunes gens qui continuent les mêmes désordres dont cette ville est affligée depuis environ dix années [...] Ces désordres ne sont faits que de nuit par des jeunes gens qui se déguisent, il est Monseigneur toujours difficile d’en avoir la preuve, d’ailleurs personne n’oze déposer contre des enfans de famille par la crainte des parents ou desdits jeunes gens qui menacoient toujours de tuer si l’on oze déposer contre eux. Je ne sçaurai Moseigneur vous dépeindre le triste état où se trouve depuis si longtemps cette communauté ny vous faire l’énumération de tous les crimes qui s’y sont commis et s’y commettent toutes les nuits impunément tellement que les habitans ne sortent qu’armés. On assassine les citoyens et les étrangers à grand coup de pierre, on y vole les maisons en les enfonçant ; les femmes sont insultées et exposées aux derniers outrages, les ouvrages publics renversés, les maisons religieuses enfoncées, la gerbe brullée au sol, un pauvre garçon perruquier étranger assassiné et jetté au bas du pont de la rivière, attroupements de gens de toutte espèce, chansons obscènes et diffamation chantées devant les maisons, et même en présence de ce que nous avons de mieux et de plus respectable et lorsque les magistrats ont voulu s’y opposer, ils ont été eux mêmes exposés, insultés, méprisés, hués, menacés et assaillis dans la nuit à grands coups de pierre. Tous ce que je vous dit, Monseigneur est bien au-dessous de ce qui arrive toutes les nuits. Ces faits pour la plupart sont constatés par nos verbaux ou par les procédures commencées et abandonnées, d’ailleurs n’y ayant presque point d’habitants qui n’aye été arresté ou insulté. Chacun peut faire la preuve par luy même. J’ai été moy même plus exposé que personne parce que je me suis toujours montré et opposé à ces excès. Vous verez Monseigneur par ce verbal que je viens encore d’être maltraité à outrance en plein midy à l’hôtel de ville par le fils de la demoiselle Joseph Barthe que je n’ai pu faire arrester parce que nous n’avons ni aucune main forte, ny marechaussée ni guet ni garde bourgeoise que j’ai souvent demandé aux puissances. La guerre et la dépense dans un temps où l’on en avait besoin contre les ennemis de l’état ont empeché qu’on me l’aye accordé... »1

2Dans cette lettre, le premier consul de Limoux dresse un tableau alarmant des désordres régnant dans sa ville : cris, insultes, jets de pierre, destruction de biens privés et publics, vols, assassinats, dont les responsables sont des jeunes gens ; des forfaits restés impunis car les fauteurs de trouble agissent nuitamment, déguisés, protégés par leur position d’« enfants de famille » qu’on ne veut ou ne peut dénoncer par crainte de représailles ; l’impuissance des autorités consulaires elles-mêmes neutralisées par les mêmes agissements.

  • 2 G. Levi, J.-C. Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident. 1. De l’Antiquité à l’époque modern (...)

3Laissons de côté ici l’appel au représentant du roi afin de garantir la sécurité des personnes et des biens, le respect de la décence – illusoire car le commandant en chef disposait de peu de moyens –, bien qu’il témoigne d’une évolution en cours des relations entre les municipalités et le pouvoir royal. Intéressons-nous seulement aux exactions et à leurs auteurs, les jeunes gens. Eux seuls sont désignés. La Jeunesse faisait-elle la loi à Limoux au milieu du XVIIIe siècle ? La situation serait nouvelle : « depuis environ dix ans » écrit Jean Andrieu. L’énumération des forfaits juvéniles est cependant trop conforme à ce qui a déjà été décrit ailleurs, y compris pour des siècles antérieurs2, pour que l’on ne s’interroge pas. S’agit-il de débordements plus fréquents et plus graves que de coutume, d’une simple poussée de fièvre, ou de l’instauration d’une insécurité durable que les consuls ne pouvaient plus contrôler faute de moyens ?

  • 3 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24-38.
  • 4 Arch. dép. Hérault, C 6755-6761. Ce ne sont le plus souvent que des doubles des plaintes couchées d (...)
  • 5 Limoux est siège de sénéchaussée depuis 1642. Les procédures civiles et criminelles ne sont conserv (...)

4Les sources disponibles, plus fournies à partir de 1740, paraissent justifier cette hypothèse : registres de la police municipale3, plaintes adressées au commandant en chef de la province4, procédures engagées devant le présidial5. On ne peut répondre affirmativement faute de comparaisons possibles. Limoux n’était cependant pas un cas solitaire dans la région. En reprenant la chronique des désordres, on peut tenter de cerner les faits stigmatisés, de comparer les conduites dans la ville et les villages, de préciser qui sont ces jeunes gens perturbateurs du repos public.

I. Désordres

A. Désordres villageois

  • 6 Arch. dép. Hérault, C 6696-6889. À titre d’exemple : N. et Y. Castan, Vivre ensemble. Ordre et déso (...)
  • 7 Les plus anciens, du Vivarais, datent de 1728. Ils concernent des affaires de contrebande.
  • 8 Le cahier de doléances du tiers état de la sénéchaussée de Limoux en donne un bon exemple : article (...)

5Les placets adressés au commandant en chef de la province de Languedoc, très sollicités par les chercheurs mais encore en attente d’une étude exhaustive6, ont beaucoup fait pour alimenter la thèse d’une montée des désordres et de l’irrespect en Languedoc au XVIIIe siècle. Les exemplaires conservés ne sont guère antérieurs à 1740 il est vrai7. Introduisent-ils une illusion d’optique, un effet de loupe sur des manifestations comparables qui n’avaient pas manqué de se produire antérieurement ? Ces plaintes présentent au moins l’intérêt de provenir de l’ensemble des diocèses du Languedoc, des villes comme des lieux les plus reculés, de porter à notre connaissance des faits et des situations que la justice était rarement amenée à connaître. Les plaignants avouent pour la plupart qu’ils ne peuvent ou ne veulent recourir à la justice : porter plainte serait se découvrir. D’aucuns, d’ailleurs, craignaient de révéler leur identité par peur de représailles ou réclamaient instamment qu’on la gardât secrète. Dans certains cas – des pères inquiets de l’inconduite de leurs enfants –, solliciter la justice eut paru inconvenant. Cette voie présentait aussi l’avantage de la rapidité, d’une efficacité supposée à moindre frais. Les ordres obtenus, assimilés à des mesures arbitraires, n’auront pas toujours bonne presse. Ils auront leurs partisans néanmoins8.

  • 9 L’officialat de Limoux, membre du diocèse religieux de Narbonne, et le diocèse d’Alet, constituaien (...)
  • 10 Arch. dép. Hérault, C 6755, 3 mars 1743, le curé donne le nom de onze d’entre eux.
  • 11 Une plainte, une dénonciation en tous points identiques à Montfort : « profanation des jours consac (...)

6Aucun diocèse, si on rapporte le nombre des plaintes à celui des habitants, ne se signale par des écarts significatifs avec ses voisins, même pas en raison de la distance plus ou moins grande de Montpellier, lieu de résidence du commandant en chef. Le diocèse d’Alet et l’officialat de Limoux offrent un large éventail d’affaires portées à la connaissance de l’autorité supérieure9. Dans quatre cas sur cinq les jeunes sont désignés comme les responsables ou les acteurs principaux des désordres dénoncés. Excédé, le curé d’Arques énumère les turpitudes commises par une troupe d’individus10 : courses de nuit, cris, hurlements accompagnés de roulements de tambour, jets de pierre contre les portes jusqu’à les enfoncer, jurons, insultes, accompagnement sonore ou poursuite des filles quand celles-ci après leur travail sortaient du filoir, escalade de l’atelier jusque sur les toits afin de les observer par le trou de la cheminée, fréquentation du cabaret tard dans la nuit, menaces à l’encontre des habitants, vols, pillage de tout ce qui tombait sous la main, agressions d’ecclésiastiques ; à coups de pierre contre le curé d’un village voisin (Bouisse) dont il avait été gravement ensanglanté. Lui-même venait de se voir menacé d’être tué à coups de bâton dans la presbytérale. Autant dire : une jeunesse effrénée, sans religion, dépravée, puisqu’un des mutins vivait depuis des années en concubinage public11.

  • 12 Ibid., C 6760, 4 novembre 1784.

7Quatre décennies plus tard, les plaintes sont analogues à Malras12. Les jeunes gens se rassemblent, ont un pailler comme lieu de rendez-vous. La nuit venue, ils vont courir par les rues, font rouler de grosses pierres, s’en prennent aux portes et aux fenêtres, si bien que personne n’ose sortir. Certains se déguisent, portent des masques, et armés de gros bâtons, de pistolets de poche, vont ravager les fruits et les récoltes. Leur audace est telle qu’ils ont réduit toute la communauté au silence. Ils menacent du couteau, du fusil, de l’incendie, ceux qui s’enhardiraient à les dénoncer. Le seigneur du lieu a tenté d’agir, a fait intervenir le procureur juridictionnel. Cela n’a eu comme effet que de les rendre plus violents. Ils insultent ouvertement la justice, refusent de payer l’impôt, s’en prennent aux séquestres envoyés pour les obliger à s’exécuter. Dernières bravades : ils dansent publiquement pendant les offices divins quand le saint sacrement est exposé. L’auteur du placet, un ancien consul, écrit et souligne d’un trait appuyé : « il y a un grand péril dans la demeure ».

  • 13 Ibid., C 6761, 4 novembre, 13 décembre 1785.
  • 14 Les exemples de rivalités entre jeunesses de villages voisins sont nombreux : rixes entre les jeune (...)

8La solidarité des groupes s’éprouvait souvent à l’occasion de confrontations entre villages voisins. Les origines et les raisons des contentieux, toujours obscures, trouvaient constamment des occasions pour se réactiver. Les jeunes d’Alaigne et de Monthaut, communautés éloignées de plus d’une heure de marche, étaient en froid. Les dimanches et les jours de fête se terminaient rarement sans de vives altercations ou des rixes entre bandes qui s’affrontaient à coups de bâton et de pierre. Le curé d’Alaigne, à l’automne 1785, se plaint de la « jeunesse effrénée » du village voisin, moins bien réglée que celle de sa paroisse où l’on disait deux messes les jours de fête, faisait l’instruction au prône et le catéchisme, chantait les vêpres13. La jeunesse de Monthaut venait d’ailleurs à Alaigne assister aux offices. Le curé, docteur en Sorbonne, incrimine aussi le vin très bon marché – la récolte de 1785 fut pléthorique en effet. Les cabarets ne désemplissaient pas, la jeunesse avinée provoquait plus de tapage que d’habitude, venait défier les habitants de la communauté jusque dans leurs maisons14.

  • 15 Ibid., C 6757, 26 novembre 1752. D’autres cas : danses à Bélesta le jour de la fête locale malgré l (...)

9Les fêtes, bien sûr, favorisaient les débordements. Temps forts de la cohésion de la communauté le jour où l’on célébrait le saint patron, elles constituaient des rendez-vous attendus où la jeunesse jouait le premier rôle, mais aussi un révélateur ou un exutoire des tensions villageoises : contestation des autorités seigneuriales ou consulaires, irrespect des offices religieux et des lieux saints, heurts entre groupes de jeunes. Les conflits surgissaient parfois avant le jour dit. L’usage demeurait de solliciter l’autorisation du seigneur. Mais les interdictions ou restrictions étaient de plus en plus mal supportées. Le seigneur de Montazels en fit les frais. La Jeunesse vint solliciter la permission de louer des hautbois et des violons malgré le deuil récent qu’il venait d’éprouver. Elle passa outre à son refus, vint danser jusque sous les fenêtres de son château. Trois à quatre mutins arrêtés, mis dans ses prisons, s’évadèrent au bout de quelques heures, continuèrent leurs carillons épouvantables jusque tard dans la nuit15. Les consuls n’en imposaient pas davantage, ni les recteurs. Est-ce parce que ces infractions suscitaient davantage la réprobation des paroissiens ? Les plaintes des curés contre les danses au moment des offices sont extrêmement nombreuses au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 16 Ibid., C 6694, des jeunes de Sournia venus à Rasiguière, plainte du curé de Planèze, 23 octobre 178 (...)

10Les fêtes étaient aussi l’occasion de marquer ou de contester un territoire dont la jeunesse était la gardienne. D’où les défis lancés, les expéditions perturbatrices. L’étranger – celui qui n’est pas habitant du lieu – n’était accepté que s’il satisfaisait aux usages, lesquels avaient un prix symbolique ou se monnayaient. Il fallait payer pour être admis aux danses, porte ouverte aux contestations car l’argent donné suffisait rarement et l’étranger se trouvait en position d’infériorité face à la Jeunesse attroupée16.

11Les exemples qui viennent d’être rapportés concernent exclusivement des villages dont la population dépassait rarement trois à quatre cents habitants, soit pour chacun un nombre éventuel de perturbateurs guère supérieur à vingt à trente individus. Si l’on fait la part de l’effet de raccourci produit par l’assemblage documentaire qui accroît l’impression d’effervescence, il est certain que les trois piliers de l’ordre villageois, le seigneur, les consuls, le prêtre, étaient souvent pris à partie. Pour les seigneurs qui ne parvenaient plus à imposer le respect d’événements privés douloureux, on ne peut qu’établir le rapprochement avec, au contraire, l’écho donné aux événements heureux ou malheureux arrivés au prince ou à la famille royale. Ce transfert contribue à la dévaluation de l’autorité seigneuriale.

  • 17 Ibid., plaintes contre des danses, la perturbation de cérémonies, de processions à Latour-de-France (...)
  • 18 Une néanmoins : les Doctrinaires qui tenaient le collège se plaignent de vitres cassées à coups de (...)

12Plus nombreuses qu’antérieurement étaient les mauvaises manières faites aux desservants des paroisses. Il ne s’agit plus seulement en effet de danses, de vacarme, de coups de pistolet tirés pendant les offices, mais de violences commises dans les églises, d’agressions verbales et même physiques contre la personne des ecclésiastiques17. Notons les, on n’en trouve guère de semblables dans le Roussillon voisin où les prêtres se trouvaient associés de beaucoup plus près à la vie des familles, ni à Limoux. Singularité, cette ville ne comportait quasiment pas de noblesse ni de seigneurs à contester. De même, aucune affaire concernant des séculiers, dont ils seraient la cible, les témoins ou les plaignants, n’est signalée18. Est-ce à dire que les désordres à la ville et dans les villages n’étaient pas de même nature ?

B. Désordres citadins. Typologie

  • 19 8 000 avance un consul en 1787, ce qui est probablement trop généreux (Arch. dép. Hérault, 6769, 22 (...)
  • 20 Arch. dép. Aude, 28 C 16, 884 cotes en 1785, dont 144 de veuves. Celles-ci sont indiquées entre par (...)

13Limoux comptait 6 000 habitants environ au milieu du XVIIIe siècle19. Une taille respectable pour une ville éloignée des grands axes de communications dont la principale activité, la draperie, s’était maintenue bien qu’elle fut vouée aux qualités moyennes des draps de montagne dans la réorganisation de la production textile languedocienne décidée à la fin du XVIIe siècle. Enserrée derrière ses murailles, fortement charpentée en quartiers de part et d’autre de l’Aude, Limoux comportait une population assez diversifiée que l’on peut ranger en quatre secteurs principaux si l’on met à part le petit groupe des nobles et des bourgeois rentiers : les métiers dominés par le textile, le négoce, les officiers, gradués et autres employés auxquels on peut rattacher les maîtres d’école et de musique, les travailleurs de terre, qui représentaient respectivement environ 36 %, 15 %, 12 % et 25 % des cotes de capitation20.

  • 21 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 32, 30 août 1763 ; 4 E 206/FF 36, 21 janvier 1778, 25 décembre 1779 ; 4 (...)

14Une structure socioprofessionnelle plus ouverte, plus nuancée, où les « paysans » – terme toujours employé pour désigner les rustauds dévergondés – n’étaient pas en majorité ; un niveau de vie supérieur aussi, ne préservaient pas de l’effervescence. Au contraire semblent dire les consuls. Les dénonciations dessinent en creux le portrait des acteurs de la turbulence, les lieux où elle s’exerce, les principales cibles de la Jeunesse. Les désordres étaient exclusivement le fait de citadins. Jamais ne sont mentionnées des expéditions contre des groupes de jeunes de villages voisins, ne sont rapportées des échauffourées avec des villageois venus au marché ni même la participation d’étrangers aux mascarades ou à d’autres débordements. L’étranger perturbateur apparaît principalement sous la figure du voleur intrusif21.

  • 22 Les blanchers apprêtaient les peaux de moutons, de chevreaux, de veaux morts-nés. La Blanquerie dés (...)
  • 23 Arch. dép. Hérault, C 6755, 26 juin 1743 ; Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24, 13 juillet 1743.

15L’effervescence, endogène, a sa source dans la Jeunesse elle-même. Les rivalités de quartiers se substituent aux guérillas intervillageoises. S’ajoutaient les heurts entre groupes de jeunes de conditions différentes. Limoux se composait de deux ensembles situés de part et d’autre du cours de l’Aude, la Grande et la Petite Ville reliées par deux ponts (cf. plan). Cette configuration, des différences socioprofessionnelles signalées par la dénomination d’un des deux quartiers de la Petite Ville – la Blanquerie22 –, expliquent, entre autres raisons, les rivalités. Les jeunes gens des deux villes s’attroupaient, s’armaient de pierres, de gros bâtons, s’affrontaient en batailles rangées qui faisaient à chaque fois des victimes dangereusement blessées23.

  • 24 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36, 30 juin 1778.

16Les tensions entre jeunes des deux villes atteignaient parfois un tel degré qu’ils ne pensaient qu’à en découdre, à en venir aux mains quand ils se rencontraient. Elles ressurgissaient à la moindre occasion, lors des feux de la Saint-Jean notamment. Ces derniers étaient un des moments forts de la vie des quartiers, une occasion où, autour des brasiers, garçons et filles dansaient ensemble en faisant la ronde. Les incursions venaient toujours de la Grande Ville, étaient vécues par les jeunes de la Petite Ville comme une invasion : une atteinte au territoire, une agression à l’égard de tous les habitants quand les perturbateurs s’efforçaient de rompre le cercle des danseurs qui se tenaient par la main ; une rupture symbolique accompagnée de propos injurieux contre l’honneur des filles de la Petite Ville. Quelques vauriens, comme les enfants du nommé Pouzols la France lors de la Saint-Jean 1778, jouaient les terreurs, même les danses finies, venaient les jours suivants renouveler leurs bravades afin de montrer leur supériorité24.

  • 25 Ibid., 4 E 206/FF 38.
  • 26 Arch. dép. Hérault, C 6761, 21 février 1787.

17Les groupes ne se formaient pas toujours en fonction des territoires. L’appartenance sociale transcendait parfois ces derniers, preuve de la plasticité de la Jeunesse et du caractère fluctuant de la composition des bandes. Faut-il voir les symptômes d’une fermentation d’un type nouveau ? Les contentieux se multiplient au cours de la décennie 1780. Les jeunes gens des métiers, apprentis et compagnons de la Grande et de la Petite Ville, s’assemblent chaque soir au début de l’automne 1785, vont en troupe bruyante battre le pavé armés de gros bâtons, menacent tous ceux qui voulaient sortir de chez eux25. Deux ans plus tard, ce sont les garçons chapeliers qui s’en prennent aux « jeunes gens de famille », se retrouvent tous les soirs, partent à leur recherche armés de bâtons. Ne parvenant pas à les rencontrer et à leur régler leur compte, ils usent de stratagèmes, leur tombent dessus en plein midi26.

  • 27 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 32, 26 décembre 1757.
  • 28 Ibid., 4 E 206/FF 34, 8 mai 1774. Jean Magret, brassier, se plaint de sa fille, courtisée par la Je (...)
  • 29 Arch. dép. Hérault, C 6757, 16 mai 1751. Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 29 : évasion de deux filles (1 (...)

18La Jeunesse, dans l’ensemble, ne faisait pas subir d’aussi rudes traitements à ses autres cibles privilégiées, aux filles et femmes en particulier. Les attitudes des jeunes à l’égard du sexe ont été attentivement examinées, au village surtout où les garçons rivalisaient à la fois d’excitation, de concurrence, de protection sourcilleuse. Les comportements ne sont guère différents dans une petite ville comme Limoux, à quelques nuances près. Les jets de boules de neige, les sérénades nocturnes sous les fenêtres des demoiselles de la bonne société, sont de simples incartades dont nous avons connaissance parce que les jeunes n’ont pas respecté les interdictions prononcées par les consuls27. Plus graves sont leurs assiduités auprès de filles légères dont des parents impuissants viennent dénoncer l’inconduite28. Le cas arrive même où les jeunes font une expédition contre la maison de force de l’hôpital général afin d’enlever des filles qu’on y avait enfermées29.

  • 30 C’est différent à Narbonne, par exemple G. Larguier, « La femme à Narbonne au XVIIIe siècle d’après (...)
  • 31 Souligné dans le registre de police.
  • 32 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 38, 25 décembre 1785.

19La rumeur, les sous-entendus, suggèrent beaucoup de débauche. Les cas signalés ne le sont jamais par des ecclésiastiques, et seulement à la suite de tapages notoires30. Ainsi les cas de la Garriguet et des sœurs Pascal. La première, épouse Hortoul, vivait séparée de son mari chez le sieur Bernard Barthe. Les voisins l’accusaient de tous les maux. Elle ne cessait d’injurier une voisine, la traitait de putain, donnait haut et fort le nom d’amants supposés, envoyait un jeune garçon chez le mari de cette dernière chanter qu’il était un fripon et un voleur, incitait les jeunes à voler, jetait des ordures et même des ustensiles contre les portes et les fenêtres de la maison contiguë à la sienne, etc. Le carillon durait depuis longtemps. Barthe tenait un tripot depuis des années. Quant à sa débauche, avérée puisqu’on la taxait d’avoir trois maris – le légitime, Bernard Barthe et « l’autre, celui qu’elle sait »31 –, elle la reconnaissait, répondait sans vergogne qu’elle était effectivement une putain, mais « qu’on ne pendait pas les putains »32.

  • 33 Ibid., 4 E 206/FF 29, 8 avril 1757.

20La Guarriguet, d’âge mûr, attirait moins la Jeunesse que les sœurs Pascal, Anne et Margueritte, filles d’un garçon meunier du quartier de la Goutine33. Les deux délurées menaient une vie libertine depuis des années, cinq à six ans au dire des témoins interrogés. Elles allaient et venaient sans pudeur, se laissaient caresser et embrasser devant la porte de leur maison et en pleine rue, tenaient des propos libres, tiraient gloire de la foule des courtisans qui se pressaient autour d’elles. Leur mise dépassait leur condition, excédait de beaucoup les ressources de leur père riche d’un simple lopin de vigne : des habits de prix que les dames et les demoiselles de la ville ne portaient même pas, des coiffures, des souliers à boucles d’argent, des dentelles, etc.

21Personne en ville n’ignorait leur commerce. Quelques langues se délient ; avec retenue. Une femme employée comme laveuse de laine a vu entrer des messieurs dans une maison, Anne Pascal arriver peu après. Elle se concerte avec ses compagnes : ne faudrait-il pas avertir les consuls de la débauche ? Mais elles reculent de peur d’être maltraitées ainsi que leurs maris par « les Messieurs ». Tous les témoins chargent les Messieurs. Jean-Pierre Escarguel, géomètre d’une trentaine d’années, a vu un monsieur distingué entrer dix à douze fois dans la maison des Pascal. Il affirme bien le connaître, mais n’a pas « trouvé à propos de [le] nommer ». D’autres Messieurs montrent une grande familiarité avec les deux sœurs, viennent chez elles la nuit tombée.

22Leur manège s’affichait sans retenue pendant le carnaval. Elles n’hésitaient pas à se mêler aux danses exécutées sur la place ou dans les rues, ce à quoi aucune autre jeune fille de la ville ne se risquait apparemment, fréquentaient les bals, attiraient chez elles des hommes « depuis l’âge de 18 à 20 ans et jusqu’à 40 à 45 ans, tant garçons qu’hommes mariés ». Si la jeunesse, comme essaim d’abeilles, tournait autour des deux sœurs, celles-ci n’accordaient leurs faveurs qu’à des Messieurs très au-dessus de leur condition : « Messieurs bourgeois, marchands ou autres, [...], ni brassiers, ni artisans ». Anne Cabardès, veuve d’un voiturier, s’enhardit : un de ces messieurs est Barthe aîné, marchand-fabricant. Ces fréquentations donnent du crédit à la réflexion de la laveuse de laine ainsi qu’aux jactances des deux sœurs qui se targuaient haut et fort de faire agir contre ceux qui voudraient les dénoncer.

23Aucune autre conduite aussi scandaleuse nous est rapportée au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle éclaire très finement les relations citadines : les lieux, les rythmes saisonniers, les rapports sociaux. Les sœurs Pascal habitaient un quartier de gens modestes proche des remparts où elles fixaient la débauche et l’agitation juvénile, ne participaient au tapage dans les rues et sur la place centrale qu’avec les bandes de garçons lors du carnaval. Leur commerce donne à voir la distance sociale. Elles-même ne la comblent que par leur licence et leurs fréquentations désignent les corrompus-protecteurs auxquels on craint de s’attaquer par peur de représailles. Les consuls, sans fard, avouent leur impuissance. Sans main forte, ils ne pouvaient se risquer, de nuit, à faire une descente chez les deux filles afin de les surprendre en flagrant délit et de les conduire à la maison de force de l’hôpital général.

  • 34 Arch. dép. Hérault, C 6755, 29 juillet 1744.

24Les étrangers, ou les personnes établies depuis peu de temps, ne jouissaient pas d’une pareille sollicitude, hommes ou femmes. Est-ce parce que les Limouxins hésitaient à dénoncer les grossièretés ou les voies de fait dont ils étaient la cible, parce qu’on hésitait à aller trop loin à leur encontre, parce que les nouveaux venus ne disposaient pas des connaissances et appuis susceptibles de réfréner en sous-main les débordements ? Ils constituent la majorité des plaignants. Entre autres, une liquoriste, le receveur de la chambre à sel, le secrétaire du subdélégué du commandant en chef de la province au département de Carcassonne, un cavalier de la maréchaussée, un inspecteur des travaux publics du diocèse. Chaque plainte serait à rapporter et à analyser en détail. La veuve Levezony s’était installée comme liquoriste à Limoux en 1742, deux ans avant sa plainte34. Les jeunes commencèrent par ne pas la payer, vinrent faire du carillon devant sa porte en répandant les pires sottises sur son compte. Quand elle menaça d’aller se plaindre aux consuls ils crièrent qu’ils se moquaient de la justice, redoublèrent leurs insultes, s’en prirent physiquement à elle et à sa fille. Ses interventions auprès des consuls furent vaines. Ils lui répondirent qu’il s’agissait « d’enfans de famille, qu’ils ne pouvaient pas faire ce qu’ils fairaient si cela était d’autres gens ».

  • 35 Ibid., C 6755, mémoire non daté.
  • 36 Ibid., C 6756, 5 octobre 1750.
  • 37 Arch. dép. Aude, B 4024. Ces désagréments n’empêcheront pas Dufour de demeurer à Limoux : il effect (...)

25Le receveur de la chambre à sel, installé à Limoux depuis huit ans, énumère les mauvais traitements subis avec sa femme et ses filles : des huées, des grêles de pierres contre sa porte et ses volets, un banc de pierre placé devant sa porte détruit, etc. Ceci quasiment tous les jours depuis plus de deux ans35. Le subdélégué, quant à lui, se rendait vers dix heures du soir en 1750 chez le maître de poste accompagné de deux habitants de Carcassonne : ils furent assaillis par une troupe de jeunes qui dissimulaient leur visage en remontant leur chemise jusqu’au-dessus de leur tête. Suivis, ils se firent huer, couvrir d’injures, lancer des pierres36. Quant au sieur Dufour, l’inspecteur des travaux publics, excédé par des avanies répétées, il porta plainte au sénéchal37.

  • 38 « Tout ceci est pour toi, Dufour cocu ».

26On le chansonnait depuis plus de six mois. Les chœurs avaient repris de plus belle lors du dernier carnaval, s’excitant les uns les autres puisque deux bandes au moins s’époumonaient. Le théâtre des chants n’était pas une ruelle proche d’une porte de la ville, mais les rues principales – rue des Augustins, rue de la Trinité – et la place centrale dont les couverts servaient de lieu de ralliement commode. La fonction du plaignant l’obligeait à s’absenter souvent afin d’effectuer des tournées dans le diocèse. Marié depuis cinq ans, il restait sans enfant. Le comportement de sa femme, plus jeune que lui et bien faite de sa personne, fit-il jaser ? Une aubaine pour les rimailleurs. Ils s’en donnèrent à cœur joie, composèrent une première chanson, puis une seconde, plus ample, à laquelle ils donnèrent le titre de Le Noubel Opera de Cornanel, du nom d’une paroisse située au sud de la ville (cf. annexe). On y suggérait l’infortune d’un cocu, sans que Dufour fut nommément cité. Mais il ne pouvait y avoir d’ambiguïté. Les jeunes criaient à tue-tête devant sa maison où ils venaient chanter et rechanter des heures durant l’opéra : « tout es aquo es per tu coujoul Dufour »38 et accompagnaient leurs couplets de sonores « coujoul ! coujoul ! ». Généreux et en verve ils lançaient aux propriétaires d’autres maisons devant lesquelles ils passaient « c’est pour toi aussi »... Un tour de ville des cocus ?

  • 39 L’opéra aura une postérité, deviendra, en 1775, Las Leis del Grand Cornelius ame le discours dal ge (...)
  • 40 Sur la diffusion des airs à la mode dans les campagnes, très rapide après leur création, un bon exe (...)

27La chanson et Le Noubel Opera nous sont conservés grâce à Dufour qui les produisit comme pièces à conviction : cinq couplets pour la chanson, quinze pour l’opéra, plus difficile à mémoriser. Afin d’y parvenir, il fallait répéter. Une occupation pour le dimanche après-midi où les jeunes s’interpellaient afin de grossir la troupe des choristes. L’opéra a-t-il été entièrement composé pour la circonstance ou est-il la reprise de rimes connues ? On ne sait exactement. Les librettistes utilisaient le plus souvent des expressions déjà employées, à peine enrichies de nouvelles trouvailles afin de les adapter à la personne visée39. On employait exclusivement la langue du pays, ici sans que les saillies fussent trop grasses ni trop insultantes malgré la transparence des allusions. Autant que les paroles, comptaient les airs sur lesquels on les chantait, soigneusement mentionnés : un par couplet et, au total, un bouquet composite d’airs du cru comme A l’Aragou trabaillou – du nom d’un tènement du finage – ou La cansou de Cournanel, et de succès plus ou moins récents comme Au jardin de mon père ou Il faut aimer, c’est la loi de Cythère. Les jeunes accueillaient plus libéralement les airs que les individus40.

28Le point commun de ces dernières affaires est que les cibles ne sont pas des naturels de la ville. « Baiten a Carcassonne » – « retourne à Carcassonne » – hurlent les chanteurs à l’endroit de Dufour. L’hostilité se manifestait d’autant plus facilement, le tintamarre prenait un tour d’autant plus violent, que les victimes représentaient la menace d’une concurrence ou l’autorité. Les énergumènes déchaînés contre la liquoriste et sa fille étaient en majorité des fils de marchands. Malgré la qualité des individus, les consuls ne faisaient pas preuve d’un grand empressement à agir. Lors de l’audition des témoins appelés pour témoigner à la suite de la plainte de Dufour, le greffier signale leur absence « quoique appelés ».

C. Désordres citadins. Formes et cibles

  • 41 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 34, ainsi celui dont est victime Jean Charles Raymond procureur au prés (...)

29À quelques exceptions près, comme les altercations entre femmes qui dégénéraient, mettaient aux prises des parents et des voisins, les désordres étaient le fait de bandes, même les charivaris41. Il y en avait de plusieurs types, on l’a vu. Les témoignages, rarement précis, font état de dix, vingt, jusqu’à une centaine d’individus lorsque deux bandes se joignent pour une sérénade. En dehors de quelques cas où un groupe agissait en meute – Terrier, le receveur de la chambre à sel de la ville, dénonce dans son Mémoire en plainte contre la jeunesse de Limoux une « troupe composée de douze qui s’assemblent dans une maison particulière où ils décident du carillon qu’ils vont faire chaque nuit » –, leur importance s’évaluait assez difficilement car les jeunes se dissimulaient, disparaissaient promptement dans les ruelles. Ils connaissaient leur force. Elle résidait dans le nombre et la mobilité. D’où leur stratégie, la crainte qu’ils inspiraient, leur impunité. Ils agissaient le plus souvent masqués, avançaient avec un ou deux éclaireurs, les autres membres de la bande demeurant en arrière ou à couvert prêts à détaler si la voie n’était pas libre ; à venir à la rescousse, à fondre sur l’adversaire ou n’importe quel représentant de l’autorité, consul ou cavalier de la maréchaussée.

  • 42 Arch. dép. Hérault, C 6756, 5 octobre 1750.

30Les jeunes produisaient une gamme de bruits très étendue : cris, hurlements, chansons, coups répétés contre des barriques, des portes ou des fenêtres, roulements de tambours, airs joués sur divers instruments. On se hélait pour assembler la bande. Une fois celle-ci constituée, les huées commençaient : « ohé, ohé », à la manière des coupeurs de blé42. De toutes ces manifestations sonores, ce sont les chansons, accompagnées éventuellement de huées et d’applaudissements, soutenues par des violons et des hautbois, qui rassemblaient les groupes les plus nombreux, les plus diversifiés. Les tapages auxquelles elles donnaient lieu pouvaient durer des semaines, déborder la rue ou le quartier des personnes tourmentées. Dufour, fâché par Le Nouvel opéra de Cournanel, n’est qu’un exemple parmi d’autres. On chansonnait à tout propos. Mais seules les chansons blessantes, considérées comme attentatoires à l’honneur, sont parvenues jusqu’à nous. Toutes faisaient intervenir le sexe faible : une épouse, une servante, des jeunes filles – jamais des filles légères si elles étaient courtisées par des « messieurs » ou des garçons de bonne famille.

  • 43 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36, 20 août 1781.
  • 44 Des conduites du même type dans N. Castan, « Contentieux social et utilisation variable du charivar (...)

31Au mois d’août 1781, le notaire Jean Grasset vient se plaindre43. Depuis six mois – le début du carnaval – des attroupements comptant une centaine de personnes, avec une « troupe innombrable de jeunesse de tout âge », se forment devant sa maison pour chanter une chanson qui est « un vrai libelle diffamatoire ». Elle vise sa fille et son amie Jeanne-Marie Buzairies, est reprise de nuit comme de jour car les jeunes suivent les deux filles quand elles vont à la promenade. Une dizaine de jeunes clercs de procureurs et de garçons marchands âgés de quinze à vingt ans venus boire une bouteille de vin chez un aubergiste voisin entonne la chanson, va parcourir la ville en débitant les couplets à son de trompe. Personne n’indique pourquoi on s’en prenait aussi durement aux deux filles car on ne les ménageait pas. La porte, les fenêtres, les contrevents, la façade et le seuil de la maison du notaire, furent enduits d’huile puante. Le quartier empesta pendant plusieurs jours. Par contre, on connaît l’auteur de la chanson : Lordat fils, un étudiant44.

  • 45 Arch. dép. Hérault, C 6760, 9 mai 1783. Il joint le texte de la chanson à son placet. À la lecture, (...)
  • 46 J. Nicolas, op. cit., grille de dépouillement, p. 545.

32Deux ans plus tard, c’est Léon Laboissonnade, un bourgeois, qui fut la cible de quolibets. On vint chanter devant sa porte une chanson faite contre lui et sa servante, absolument infamante se lamente-t-il45. La pièce est convenue : des rassemblements imposants devant sa porte, la chanson, les rires, les battements de mains, du verre jeté contre les fenêtres de la tête de Turc. L’intérêt est de connaître plus précisément la société qui vient prêter sa voix. À sa tête Lordat fils. Mais il n’y a pas que de jeunes garçons. Parmi les chantres qu’entraîne Lordat les témoins ont reconnu son père et sa mère, des familles entières puisque avec les adultes sont les enfants, garçons et filles, l’oncle et les nièces, etc. Lordat, on l’a deviné, n’est autre que l’auteur de la chanson écrite contre la fille du notaire Grasset. Les bandes pour se former, les concerts pour se renouveler, avaient besoin de meneurs, chacun jouant sa partition. Ces derniers se signalaient aussi par leur aptitude à jurer et à injurier. Aucun désordre rapporté n’est vierge de jurons indécents, d’injures atroces, de blasphèmes contre le saint nom de Dieu. On sait, on entend, mais on n’ose répéter et on rapporte peu. On écrit encore moins, sinon quelques « foutre ». Il est difficile, dans ces conditions, de faire une analyse précise de la nature des injures et des termes employés46. Elles étaient circonscrites socialement ; leurs auteurs des batteurs de pavé, des fainéants, la « lie du peuple », jamais des « fils de famille ».

  • 47 Arch. dép. Hérault, C 6755.
  • 48 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 34, 6 janvier 1775 ; B 4050, 9 janvier 1778, etc.
  • 49 Ibid., 4 E 206/FF 33, 11 décembre 1771 ; B 4023.

33Les femmes n’apparaissent pas dans les actions violentes. Celles-ci sont exclusivement le fait de la Jeunesse : bris de vitres des fenêtres, assauts contre les portes et les contrevents jusqu’à les enfoncer, vols de heurtoirs, obstructions de serrures et des tuyaux alimentant la fontaine de la place publique, bris et vols de bancs placés devant les maisons. Même les établissements religieux subissaient des attaques à coups de pierre47. Cela touche les deux parties de la ville, tous les quartiers, y compris les habitations donnant sur les couverts de la grand-place. Les choses pouvaient aller plus loin. Les cas n’étaient pas rares où des portes étaient enlevées48. Au début du mois d’octobre 1771, les dégradations sont considérables dans la Petite Ville. Paul Resseguier, un brassier, subit plusieurs attaques en règle de la part d’une troupe de jeunes venus de la Grande Ville par le pont vieux. Cela commença par des volées de pierres envoyées contre les portes et les fenêtres de sa maison, des insultes, une agression physique puisqu’on l’attrapa, le traîna par les cheveux jusque dans une rue voisine. Puis les jeunes enlevèrent la porte d’entrée de sa maison, entrèrent chez lui, arrachèrent deux marches d’escalier qu’ils allèrent jeter à la rivière, abattirent une partie de la muraille située devant chez lui49.

  • 50 Arch. dép. Hérault, C 6760, 9 septembre 1779.

34L’épisode est d’une violence inhabituelle. Les faits se déroulent sur plusieurs jours, les jeunes parviennent à leurs fins. On savait ce dont ils étaient capables, on comprend mieux la crainte qu’ils inspiraient. Étaient-ils plus impressionnants que dangereux souvent ? Au cours de leurs sorties, ils ne se munissaient guère que de pierres et de bâtons, chaque type d’arme ayant sa fonction : d’approche, d’intimidation, de correction à l’encontre d’adversaires ou d’individus que l’on entendait désigner à l’opprobre publique ; de combat au près entre jeunes ou de dissuasion. Les dénonciations des turpitudes de la jeunesse « effrénée », « libertine », « sans éducation », laissent à penser cependant qu’elle connaissait les bornes à ne pas franchir. Les consuls, informés qu’on jouait à des jeux de hasard dans plusieurs maisons, vont faire une descente dans l’une d’elles située rue de la Trinité, parviennent à se saisir d’un joueur qui n’a pas réussi à prendre la fuite. À peine sont-ils arrivés sur la place que vingt jeunes, le visage dissimulé, leur barrent le chemin, réclament le prisonnier d’un ton menaçant, les enveloppent, sans faire usage de leurs bâtons. Les consuls sont contraints de relâcher le joueur avant que le tumulte n’attire du monde50.

  • 51 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36, 30 juin 1778.
  • 52 Ibid., 4 E 206/FF 33, 6 juillet 1764.
  • 53 Ibid., 4 E 206/FF 33, 14 octobre 1771.

35À Limoux, la Jeunesse, même pour plastronner, ne se montrait pas avec des épées. Peu ou pas de pistolets non plus. Il faut un vaurien comme le fils aîné de Pouzols la France pour en porter un quand il va importuner les jeunes de la Petite Ville le jour de la Saint-Jean. Mais il ne s’en servit pas51. Il en circulait cependant. Ainsi cette plainte d’un paisible bourgeois. Un de ses locataires recevait pour fêter son mariage. Les convives – des étrangers ? – font du tapage, vont jusqu’à tirer des coups de pistolet dans la maison. Le sieur Cholat – c’est son nom – s’émeut moins du bruit de la pistoletade que du dommage qu’elle lui cause. La salle où se déroulait la fête se trouvait à côté d’une pièce où il élevait des vers à soie. Le bruit et les fumées de la poudre les avaient fait choir des brindilles où ils se tenaient et il estimait subir une perte considérable !52. Les jeunes disposaient d’armes cependant, de fusils avec lesquels ils allaient à la chasse. Un cavalier de la maréchaussée en avait confisqué un à un boulanger. Le lendemain, la maison où il logeait fut mise en état de siège par un groupe de jeunes, tous munis d’un fusil. Ils lui lancèrent des moqueries, des injures bien senties, l’invitèrent à descendre, menacèrent de le tuer et le mirent au défi de venir enlever l’arme qu’ils brandissaient53. Ils savaient ne pas s’en servir pour régler leurs comptes à l’intérieur de la ville.

36Cette bravade, qui porte un coup sérieux à l’autorité du cavalier de la maréchaussée, se déroule la nuit, comme la majorité des désordres arrivés en ville. Au fil des affaires évoquées se sont esquissées une géographie assez précise ainsi qu’une distribution dans le temps des turbulences. Si aucun quartier n’échappe au désordre, l’effervescence se concentre autour de la place de la Grande Ville et de ses couverts ainsi que dans les rues qui y menaient avec deux axes principaux : l’axe rue de la Trinité – rue des Cordeliers, l’axe qui depuis la porte de la Goutine joignait la Petite Ville par le pont neuf ; axes recoupés par des traverses perpendiculaires comme la rue de l’Officialité, la rue sur laquelle donnait la maison de ville où se trouvaient les prisons consulaires.

  • 54 La décision d’équiper la ville de réverbères n’interviendra qu’à la fin de l’année 1786 : délibérat (...)
  • 55 Arch. dép. Hérault, C 6756, 5 octobre 1750.
  • 56 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 34, 11 novembre 1773, 6 janvier 1775, etc.

37Rares sont les incidents intervenus le matin, y compris le dimanche et les jours de fête. L’agitation se manifestait peu souvent avant la tombée de la nuit, sauf si des bandes de jeunes, peu nombreuses, socialement homogènes, recherchaient la rencontre. Le rythme journalier du travail, le respect des offices religieux bien qu’on déplorât une moindre exactitude à leur égard, repoussaient la dissipation vers la fin de l’après-midi ou le soir, en toutes saisons, même pour des huées et des chansons. La durée à peu près uniforme des journées de travail contribuait à libérer toute la population au même moment, à permettre aux bandes de se retrouver à heure dite. La nuit les protégeait. Tous les incidents sérieux se produisaient après la tombée de la nuit. L’obscurité assurait à peu près l’anonymat et l’impunité aux coureurs de nuit d’autant que Limoux n’était pas encore équipé de lanternes54. Auraient-elles résisté d’ailleurs si l’on avait tenté d’en installer ? Le premier geste des jeunes était de les casser : celles du secrétaire du subdélégué du commandant en chef de la province55, des personnes agressées qui faisaient mine d’aller avertir les consuls ou accouraient au tapage, des consuls eux-mêmes venus faire une descente dans un bouchon où l’on jouait56.

II. Désordres : crise d’autorité ou mutation de la violence ?

38La répétition des plaintes, le ton alarmiste du consul Jean Andrieu ou du Mémoire en plainte contre la jeunesse de Limoux du receveur de la chambre à sel, laissent l’impression d’une ville en effervescence perpétuelle où il valait mieux filer doux devant la Jeunesse enhardie par la quasi impunité dont elle jouissait. Une lecture plus attentive permet d’apporter des nuances.

A. Le carnaval

  • 57 R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 4-8 ; D. Fabre et C. Camberoque, La Fête en Languedoc. Reg (...)
  • 58 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24, texte transcrit intégralement dans R. Cazals et P.-G. Richard, op. (...)
  • 59 E. Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter (1595-1599) (Le siècle des Platter II), Paris, Fayar (...)

39Si des désordres se produisaient en toutes saisons, le carnaval les favorisait. La réputation du carnaval de Limoux n’est plus à faire. Il se caractérise en effet par sa durée, sans discontinuer depuis sa première mention alors que d’autres, tombés en désuétude, ont été restaurés avec des fortunes diverses ; par le fait aussi qu’il est moins un spectacle préparé pour un public, un défilé, qu’une représentation codifiée que les habitants de la ville, acteurs, en bandes, se donnent à eux-mêmes57. Depuis quand faisait-on carnaval à Limoux ? Le document le plus ancien connu à ce jour – une copie effectuée au XVIIIe siècle – est de 160558. Le silence est complet tout au long du XVIIe siècle, les mentions ne reviennent qu’une fois passé le premier tiers du XVIIIe siècle. Il faut l’avouer, les allusions au carnaval en Languedoc aux XVIIe et XVIIIe siècles sont rares, et on ne dispose pas de récits aussi circonstanciés que celui de Thomas Platter sur le carnaval d’Avignon auquel il assista au mois de février 159759.

40Il n’est pas inutile de suivre le déroulement du carnaval de la cité des papes, même s’il s’agit de celui des Messieurs, c’est-à-dire des ecclésiastiques, non de celui des paysans commencé une semaine plus tard. Il y avait des groupes déguisés, chacun différemment. Les bandes masquées se déplaçaient avec des musiciens qui jouaient de différents instruments : timbales, instruments à cordes (viole, violon, luth), fifres, cornemuses, etc. Les groupes couraient dans les rues, dansaient, entraient dans les maisons où ils renouvelaient leurs danses à tour de rôle. Des dames les attendaient, se tenaient assises pour jouir du spectacle. On leur donnait à boire puis ils allaient se montrer ailleurs. Pendant ce temps, dans les pièces voisines, on jouait aux dés « avec de grosses mises en or et en argent ». D’un jour à l’autre, les danseurs changeaient leurs déguisements. Seuls des jeunes gens, garçons et filles, participaient aux danses et aux mascarades ainsi qu’à une procession où défilaient les saints les plus populaires aisément reconnaissables à leurs vêtements ou signes distinctifs.

  • 60 Id., p. 173.
  • 61 Arch. dép. Aude, B 4050, 9 janvier 1778, un joueur de viele.
  • 62 Arch. dép. Hérault, C 6759, 15 février, 16 mars, 2 avril 1763, pièces partiellement retranscrites d (...)

41Aucune licence dans ce carnaval policé, sinon le jeu, parfaitement toléré puisqu’il se pratiquait dans les bonnes maisons, y compris celle du général exerçant à Avignon le commandement suprême au nom du pape60. Pourtant, y figure la majorité des ingrédients reconnaissables à Limoux : les bandes répandues dans les rues, les danses, les assemblées, le jeu. Le 11 mars 1605, les consuls avaient été appelés à la suite d’une violente altercation entre deux bandes de danseurs sous les couverts de la place principale. C’est le seul cas signalé d’une rixe entre bandes. Celles-ci parcouraient les rues toujours accompagnées de musiciens jouant du hautbois – toujours –, du violon, du tambour61. Y avait-il des airs et des rythmes spécifiques au carnaval ? On l’ignore. De même, on ne sait pas précisément combien de bandes se formaient chaque année, ni leur composition, et si elles étaient homogènes : bandes de quartiers, de métiers, de garçons de bonnes familles. Il y a tout lieu de le penser cependant. Des expressions comme « la jeunesse principale », « la jeunesse de second ordre », sont sans ambiguïté62.

  • 63 Arch. dép. Hérault, C 6759, 2 avril 1763. Mais tous les danseurs ne sont pas masqués ni ne sont mem (...)
  • 64 Id.

42Contrairement à Avignon, les bandes de danseurs comprenaient uniquement des hommes. De tous âges ? Des adolescents ne sont jamais mentionnés. Ils ne participent qu’aux dissipations des charivaris et des chœurs de chantres. Selon le procès-verbal de 1605, des marchands en seraient venus aux mains, c’est-à-dire des hommes d’âge mûr. Au XVIIIe siècle, seule la Jeunesse participe, mais les bandes ne sont pas toujours très nombreuses : sept à dix individus, guère plus63. Les jeunes se masquaient traditionnellement en meuniers. Pas toujours cependant. En 1763, une bande avait choisi comme déguisement « l’accoutrement des paysans qui fendent du bois »64. Jamais ne sont mentionnés des déguisements de prix. Cela vient probablement – c’est une hypothèse – de ce que l’on ne dansait pas en couple et que n’existait pas de compétition entre garçons et filles. Quant à la coutume de se grimer en meunier, la tradition, solidement établie aux XVIIe et XVIIIe siècles, remontait certainement aussi haut que le carnaval. Il ne faut pas chercher l’idée très loin. Il y avait de puissants moulins de part et d’autre de l’Aude (cf. plan).

  • 65 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 33, 14 février 1771 ; FF 34, 2 mars 1775 ; Arch. dép. Hérault, C 6759.
  • 66 Arch. dép. Hérault, C 6759, 2 avril 1763.

43Les bandes, les groupes de danseurs qui s’agrégeaient autour d’elles, se composaient exclusivement de jeunes gens de la ville. Par contre, aucun des musiciens engagés pour les accompagner – les hautbois en particulier – n’était de Limoux. C’est vrai pour le carnaval comme pour d’autres occasions au cours de l’année. Ils ont la particularité, pour ceux qui nous sont connus, d’être tous issus de villages des Corbières : Lagrasse, Clermont-sur-Lauquet, Greffeil, Fourtou, Villardebelle, Rennes65. Cette dissociation est un peu surprenante. Mais les musiciens, logés chez l’habitant, se faisaient grassement payer : douze livres à un groupe de trois ou quatre hautbois pour donner une sérénade aux demoiselles habitant autour de la place publique entre quatre et sept heures du matin66, soit pour chacun l’équivalent de quatre journées de travail d’un brassier.

  • 67 Id.
  • 68 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24, 22 juin 1744.
  • 69 Ibid., FF 34, 3 avril 1775 ; FF 38, 6 mars 1786.

44Comme à Avignon, le carnaval se déroulait à l’extérieur dans les rues et sur les places, mais aussi à l’intérieur dans les maisons. Les bandes, accompagnées de leur musique, suivaient un parcours connu de la population. On se rassemblait préalablement aux endroits où elles avaient l’habitude de faire une halte. Elles jetaient des dragées et des confitures67. Les serpenteaux et les pétards se lançaient davantage au moment de la Saint-Jean que lors du carnaval68. On allumait plutôt des feux de joie dans les rues ou sur la place, au grand dam des voisins effrayés par les risques d’incendie lorsque le vent soufflait trop fort69.

  • 70 Arch. dép. Hérault, C 6759.
  • 71 Ibid., C 3759, 2 avril 1763 ; Arch. dép. Aude, B 4050, 14 septembre 1778 ; 4 E 206/FF 29, 8 avril 1 (...)
  • 72 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 29, 8 avril 1757.

45Le jour des Cendres, où les danseurs redoublaient d’énergie depuis le matin jusque tard dans la nuit, concentre le plus grand nombre de plaintes pour tapages de jeunes éméchés, insultes diverses, désobéissance aux ordres des consuls. La fête se prolongeait plusieurs jours, parfois pendant le Carême70. En fait, les réjouissances duraient des semaines entières. Les cabarets restaient ouverts tard dans la nuit. On faisait ripaille. C’est durant cette période que l’on déplore le plus grand nombre d’expéditions nocturnes, de vols dans les poulaillers. On dansait, on jouait également dans les maisons. Des particuliers recevaient chez eux. Des locaux se louaient pour tenir des bals. Les masques y allaient. Autant que « bal », le terme le plus souvent employé est « assemblée ». On s’y déguisait. Quant aux danses, elles devaient être variées. Jean-François Poudou, un peintre d’origine champenoise, s’était rendu dans une de ces assemblées pour danser un menuet, ce qui implique que des demoiselles vinssent se mêler à ces bals71. Étaient-elles de toutes conditions ? Les assemblées ne s’ouvraient pas à tout le monde. À côté de la salle de danse il y avait parfois une pièce où les fêtards pouvaient aller boire, manger des gâteaux, prendre quelques instants de repos72.

  • 73 Ibid., 4 E 206/FF 34, 11 novembre 1773 ; FF 36, 9 septembre 1779 ; FF 38, 25 août 1785, 15 avril 17 (...)

46Les bals avaient lieu depuis le début du mois de janvier jusqu’à la fin du carnaval ; les jeux illicites toute l’année avec deux temps forts : au moment de carnaval, à l’approche de la foire de la fin de l’été. L’existence de salles de jeu était un secret de polichinelle à Limoux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le nommé Barthe auquel la Garriguet servait de gouvernante en tenait une depuis plusieurs années lorsque celle-ci fit les esclandres dont nous avons parlé. Lors de chacune de leurs descentes en compagnie d’un cavalier de la maréchaussée, les consuls trouvaient des salles pleines à craquer de joueurs. Mais ce n’est pas là que se faisaient les plus graves désordres73. Carnaval, on l’a aperçu à travers le cas des sœurs Pascal, était aussi la période de l’année où les filles légères s’affichaient avec le moins de précautions. Avant le temps d’abstinence de Carême, le Carnaval est temps de licence sexuelle dont les chahuts arrivés lors des divagations nocturnes de la jeunesse restée souvent spectatrice car désargentée sont l’écho. La licence était-elle aussi grande cependant que ne le suggère la rumeur, insistante ? Observons néanmoins combien le carnaval était le point d’orgue d’un temps festif qui s’étendait, à peu de choses près, sur toute la saison hivernale, empruntait des formes très proches de celles que l’on observe ailleurs, comme à Avignon, jouissait d’une tolérance, voire d’un assentiment de la population, où l’autorité consulaire exerçait moins une fonction de répression que d’encadrement.

B. Des consuls démunis de moyens ?

47Aussi, peut-on croire sans ciller les déplorations des consuls qui année après année – il ne s’agit donc pas des mêmes individus – stigmatisent le comportement de la Jeunesse ? Leurs procès-verbaux sont trop circonstanciés pour qu’on n’en tienne pas compte. Les placets rédigés par d’autres personnes de rangs et d’états différents vont dans le même sens. Reprendre la chronique des situations où leur autorité fut bafouée serait trop répétitif : des quolibets à leur approche ou sur leur passage, des insultes grossières, des actes de désobéissance caractérisée aux ordres donnés ; plus graves, des mises en scène de dérision, des menaces, de véritables rébellions.

  • 74 Ibid., 4 E 206/FF 24, 25 avril 1757.

48Passons sur les huées et les violations des arrêts consulaires. Elles se produisaient souvent à la suite de l’interdiction de pratiques ludiques, lors du carnaval par exemple. La Jeunesse goûtait peu qu’on empiétât sur sa liberté de faire du tapage nocturne ou d’allumer des feux dans les rues comme il se pratiquait d’habitude, même par temps de tempête. Les entreprises pouvaient être concertées. Durant la nuit du 24 au 25 avril 1757, des jeunes avaient couru dans les rues accompagnés de hautbois, de violons, dansé, jeté des pierres, brisé des vitres, proféré des bordées d’injures contre les consuls. Au petit matin, on trouva attachée à la porte de la maison du premier consul, l’avocat Bonnet, une tête de cheval en état de décomposition, puante, où pendait un placard injurieux. Le même placard avait été affiché aux quatre coins de la place publique. L’insulte était trop grave pour qu’on ne réagisse pas. On découvrit les coupables, les trois frères Barthe, de fieffés perturbateurs que l’on retrouve mêlés à d’autres désordres74.

  • 75 Ibid., 4 E 206/FF 36.

49Des situations prenaient un tour plus conflictuel quand les consuls, sollicités, exerçaient leurs pouvoirs de police. Ainsi, lorsque Thomas Desalas, le secrétaire du subdélégué du commandant en chef de la province au département de Carcassonne, avait été pris à partie, les jeunes gens, où figurait Bernard Barthe, résistèrent quand on voulut les arrêter. Ce fut un tombereau d’injures, des menaces de mort contre qui approcherait. Certains sortirent des pointes de fer. On parvint à mettre la main sur plusieurs séditieux que l’on conduisit dans les prisons royales et fit garder par plusieurs personnes. Toute arrestation donnait lieu à des incidents. Le 9 septembre 1779, à la veille de la principale foire du pays, les consuls font la tournée des tripots sis dans la rue de la Trinité en compagnie d’un cavalier de la maréchaussée75. Les joueurs décampent à leur arrivée. On en attrape un après une course poursuite : Pouzols cadet, un pareur de drap. Les consuls et leurs valets entreprennent de le conduire à l’hôtel de ville. Pour l’atteindre, il fallait traverser la grand-place. Vingt jeunes se regroupent sous les couverts, armés de bâtons, les assaillent. Ils sont contraints de relâcher leur prisonnier. Du monde arrive. Après une échauffourée, on se saisit de Tournié cadet, un potier de terre, que l’on conduit dans les prisons consulaires. Les jeunes gens, en réaction, commettent des désordres en ville, menacent les valets des consuls de leur rompre les os, empêchent que l’on referme les portes de l’hôtel de ville.

  • 76 Arch. dép. Hérault, C 6755, 26 juin 1743.
  • 77 Arch. dép. Aude, 4 E 206/AA 52, 4 E 206/BB 7, 17 novembre 1731.
  • 78 Ibid., 4 E 206/24. Les sergents sont un vitrier et un teinturier, parmi les soldats se trouvent un (...)

50L’incident donne à voir la faiblesse des moyens à disposition des consuls pour maintenir l’ordre et explique leur lassitude. Le renfort de leurs valets n’était pas suffisant pour en imposer aux groupes déterminés. Notre information a retenu principalement les cas où les autorités citadines se sont retrouvées en position difficile. La menace de leurs prisons impressionnait peu. Celles de la sénéchaussée offraient-elles plus de garantie ? On peut en douter quand on voit l’insistance à réclamer qu’on pût conduire les fortes têtes dans les cachots de la cité de Carcassonne76. Ils n’ont de cesse de demander l’intervention de cavaliers de la maréchaussée et la création d’une garde bourgeoise. À la suite d’une plainte auprès de l’intendant contre des attroupements de jeunes la nuit et les désordres qu’ils commettaient, ils avaient obtenu la permission de former une patrouille qui put parcourir la ville la nuit et prévu d’emprunter cinq cents livres à cet effet77. Composée d’un officier en chef, de deux sergents et de huit soldats, on ne la voit intervenir qu’une seule fois moins d’une semaine après la réception de l’accord de l’intendant et mettre en prison les auteurs d’un tapage dont on s’était plaint78. Les consuls sont seuls ensuite à se déplacer nuitamment. La cessation des rondes nocturnes expliquerait-elle pour une part la multiplication des troubles, les jeunes sentant que, la nuit, la ville leur appartenait ? On comprendrait mieux la réflexion du premier consul, Jean Andrieu, en 1750, faisant remonter l’effervescence dix ans en arrière.

  • 79 Arch. dép. Hérault, C 6760. Quillan en obtient une également en 1782 (cf. C 6694) : une réponse à l (...)
  • 80 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 37, 18 avril 1780.

51Les renforts ne viendront qu’ensuite. Un brigadier et deux cavaliers de la maréchaussée sont en résidence à Limoux à partir du début de la décennie 1770. Leur présence ne semble pas avoir eu l’effet escompté. La Jeunesse s’employa rapidement à les défier. Leurs tournées dans les campagnes les laissaient peu disponibles en ville il est vrai. Plus efficace serait une patrouille bourgeoise. Les consuls obtinrent l’autorisation d’en créer une en 177979. Son règlement ne fut établi que l’année suivante80. Des patrouilles seraient effectuées l’hiver de cinq heures du soir jusqu’à sept heures du matin, l’été de huit heures du soir jusqu’à quatre heures du matin (article 6). La manière dont elles opèreraient – par quartiers ? –, ainsi que les effectifs mobilisés, ne sont pas précisés. Par contre, il était bien spécifié que les habitants seraient divisés en deux classes : l’une apte au commandement, l’autre à fournir les soldats. La première comportait les bourgeois, les négociants en gros et en détail, les notaires, les procureurs – mais on exceptait les officiers militaires, les officiers de justice, les avocats en parlement, les maîtres en chirurgie (art. 2) – ; la seconde les arts et métiers et activités du même type, excepté les travailleurs de terre qui seraient convoqués seulement les jours de fête (art. 3)... Une belle illustration de la hiérarchie et des relations sociales citadines : le premier rôle aux catégories qui dominaient le conseil de ville, l’exclusion des travailleurs des terre dont on a vu qu’ils constituaient un quart des cotes de capitation et un changement notable par rapport à la composition de la patrouille de 1731 dont les sergents étaient des artisans et un soldat brassier. L’observation renvoie à tout ce qui précède, justifie aussi les détails dans lesquels il fallait entrer : les désordres dont les consuls se font les narrateurs dans les registres de la police ne mentionnent jamais des travailleurs de terre, exceptionnellement des rejetons de la première classe apte au commandement désignés par l’expression « fils de famille ».

  • 81 En 1789, lors des trois jours d’émeute des 3-5 mai, le conseil municipal convoque la garde bourgeoi (...)
  • 82 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 33.

52Était-ce une stratégie mûrement réfléchie ? Les soldats des patrouilles appartenaient aux catégories où se recrutaient les jeunes les plus turbulents. Cela revenait à confier un moyen de contrôle supplémentaire aux chefs de famille tout en rappelant leurs devoirs. Rien dans les sources à disposition ne nous dit si la garde bourgeoise a effectué des rondes régulières et il est difficile de mesurer le recul éventuel des désordres juvéniles81. Aussi, faut-il tempérer le discours des consuls sur la Jeunesse. Leurs relations avec elle étaient moins conflictuelles qu’ils ne donnent l’impression. Ainsi, ce fait mineur arrivé le 28 avril 177182. Un nain étant en ville, ils avaient promis de le montrer dans une salle du rez-de-chaussée de l’hôtel de ville. Le monde accourt en foule : hommes, femmes, jeunes gens, filles, de tous âges et conditions. Tous veulent s’approcher. Les esprits s’échauffent, quelques jeunes se distinguent : le fils aîné d’un tailleur d’habits, un charpentier. Afin de mettre fin aux bousculades et à l’afflux de nouveaux curieux, les consuls demandent à des jeunes gens de venir prêter main forte à leurs valets et de les aider à maintenir l’ordre.

  • 83 Ibid., 4 E 206/FF 34, 14 avril 1773.
  • 84 Ibid., B 4023.

53Peut-on voir là une illustration de leur proximité avec les « fils de famille » à l’égard desquels ils faisaient preuve de mansuétude ? La différence de traitement, dénoncée à plusieurs reprises et flagrante, variait en fonction de la qualité des victimes et des agresseurs. La dureté des propos consulaires est en relation directe avec la distance sociale. Une troupe de jeunes gens s’était mise à tourmenter les filles de l’avocat en parlement Escaich, déversait contre elle les injures les plus grasses et les plus indécentes83. Les consuls s’en mêlent, mais ne stigmatisent que deux portefaix « misérables et de la lie du peuple », « fénéants, par conséquent dangereux à la société ». Le ton est différent après les violences commises dans la Petite Ville dont le brassier Pierre Resseguier avait été la principale cible. Devant la justice, les témoins signalent que l’un des principaux auteurs des forfaits avait été caché par des amis de son père. Le docteur Pierre Jacques d’Aoustenc, aux premières loges du vacarme, des volées de pierres contre les volets, des portes et des perrons brisés, minimise les débordements. À l’entendre, il s’agirait seulement de fumées après boire. Les jeunes gens, avance-t-il, avaient d’ailleurs présenté leurs excuses le lendemain !84

C. Désordres et mutations de la violence

  • 85 C.-M. Robion, La confrérie des pénitents blancs de Limoux, 1597-1792, mémoire de maîtrise, universi (...)
  • 86 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36.

54La mansuétude du docteur d’Aouestenc interroge. La fréquence des désordres ne viendrait-elle pas d’une indulgence coupable des adultes ? On ne dispose pas d’éléments suffisants pour en juger. Des indices comme les chamailleries entre confréries de pénitents laissent circonspects cependant. Limoux, au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, avait été un bastion du catholicisme face aux protestants très présents dans les bourgs et les villages des alentours. De nombreuses confréries y prospéraient, dont deux de pénitents, les blancs et les bleus, fondées respectivement en 1596 et 1614. Elles restaient très vigoureuses au XVIIIe siècle, au moins pour leurs effectifs. D’une centaine de membres, celle des pénitents en était arrivée à en réunir 629 en 1781, dont 528 de la ville même. On ignore le nombre de confrères bleus. Au total, Limoux comptait des centaines de pénitents recrutés dans toutes les catégories de population : ecclésiastiques, bourgeois, gens de justices, brassiers, négociants et marchands, artisans, etc., les deux dernières catégories fournissant à elles seules 54 % des confrères85. La crue du nombre des pénitents est-elle le signe d’une moindre rigueur dans le recrutement ou, le temps passant, d’un affadissement des exigences spirituelles initiales ? La brouille entre les deux confréries est consommée à la fin du XVIIIe siècle. Écoutons quelques plaintes. Ainsi en 1780. Les pénitents blancs, la veille de la Saint-Louis (25 août)86, annoncent la fête en faisant donner des boites – il s’agit de fusées. Les déflagrations brisent des vitres. Une fusée retombe sur le toit d’une maison, casse neuf tuiles ; une autre blesse un jeune garçon. Les tirs sont si nourris qu’ils incendient le portail de l’écurie devant laquelle se trouvaient les boites. Ces manifestations n’étaient pas nouvelles car les consuls les avaient interdites. Voulant faire preuve d’autorité, ils viennent accompagnés de leurs valets jusque dans la chapelle des pénitents afin de découvrir les mutins. Ils sont aussitôt entourés d’une « foule considérable de confrères » qui élèvent la voix. Un charpentier crie très fort, le sieur Frezol cadet plus encore. L’artilleur est aussitôt menaçant : s’ils touchent aux boites ils seront « hachés », leurs valets « coupés en morceaux ». De nouveaux confrères arrivant, les consuls battent en retraite malgré la présence du syndic de la confrérie. Le lendemain, les pénitents bleus font leur procession des reliques. Les blancs tirent des boites à leur passage ; de l’intérieur de leur chapelle sortent des huées destinées aux consuls présents dans le cortège en chaperon et chapeau consulaire !

  • 87 Ibid., 4 E 206/FF 37, 27 juin 1783.
  • 88 Arch. dép. Hérault, C 6761.

55Tout devient prétexte à chicaneries. Les deux confréries faisaient leurs processions le même jour, se disputaient les horaires et le pavé car chacune suivait un itinéraire particulier. Les relations devinrent d’autant plus aigres que les consuls se partageaient entre les deux confréries87. Le 25 mai 1788, les pénitents bleus faisaient la procession du saint sacrement. Quatre pénitents blancs, un brassier, un boucher, un garçon cordonnier, un batteur de laine, la perturbent en se répartissant les rôles88. Les deux premiers vomissent des jurons si sonores que les fidèles ne peuvent chanter devant le reposoir où ils s’étaient arrêtés. Le troisième et le quatrième consul, pénitents bleus, dans la procession, ne bronchent pas, ni le second consul, pénitent blanc, qui y assistait comme spectateur. La procession se remet en branle, le garçon cordonnier patauge dans les ruisseaux d’écoulement des eaux usées, éclabousse les processionnaires. Quant au dernier, il enlève des mains d’un pénitent le cierge qu’il tenait, le casse en deux, le lui rend dans cet état. Les bleus, outrés, en appellent au commandant en chef de la province, lui demandent de punir les coupables, de les autoriser à armer vingt-cinq à trente hommes dans leurs processions afin de prévenir de nouvelles agressions. Elle sera refusée.

56Ces plaintes en disent long sur les relations entre les habitants à la fin du XVIIIe siècle. Aux clivages entre quartiers et catégories sociales, aux rivalités entre métiers, s’ajoutait la concurrence entre bleus et blancs dont on discerne mal comment s’exerçaient les solidarités. Elles montrent crûment combien les débordements juvéniles participaient d’un comportement largement répandu : on n’imaginait pas sous le sac Frezols cadet, insolent patenté lorsqu’il était jeune homme. Il ne s’était manifestement pas amendé, gardait un vocabulaire de fier-à-bras, violait ouvertement les ordres des consuls ; mais jouissait du soutien de ses confrères qui employaient les manœuvres des jeunes quand ils voulaient impressionner l’autorité ou délivrer un des leurs : submerger par le nombre et l’air menaçant.

57Le plus remarquable est la requête d’une escorte armée. Elle renvoie à l’inquiétude exprimée en 1750 par le premier consul Jean Andrieu. Il se plaignait de l’impuissance des consuls, totalement dépourvus de main forte en cas de besoin : « ny maréchaussée, ni guet, ni garde bourgeoise ». Depuis lors, nous l’avons vu, Limoux avait été doté d’une brigade de la maréchaussée, autorisé à créer une garde bourgeoise. À l’évidence, sans résultat probant. La supplique des pénitents bleus n’est-elle par un ultime degré dans les demandes de protection émanant cette fois d’un groupe organisé peu confiant dans les capacités des représentants de la ville ? Elle témoigne d’un oubli des circonstances qui avaient favorisées l’érection des confréries de pénitents, de leur vocation. Elles avaient pénétré dans le sud du royaume à la fin du XVIe siècle, à Limoux sous l’influence des Joyeuse. À l’issue des guerres de Religion, la Ligue s’était repliée sur le terrain spirituel. Les confrères cultivaient la prière, l’humilité, dont le sac sous lequel disparaissaient les rangs et les conditions lors de leurs cérémonies était le symbole. Un siècle et demi plus tard la sobriété n’était plus de mise, les processions des pénitents blancs étaient devenues de véritables spectacles. Y figuraient des thuriféraires, des fleuristes chargés de jeter des pétales de fleurs devant le dais, des fifres, des tambours ; des boites bruyantes et dangereuses les annonçaient. On raffolait des pétards à Limoux. Même la vénérable confrérie du Rosaire, la plus ancienne de la ville, faisait tirer un feu d’artifice à l’issue de sa principale fête annuelle.

58Les boites sont tirées la veille de la Saint-Louis : les confréries participaient au culte monarchique. Leurs démonstrations tapageuses, oublieuses de la gravité d’antan, sont-elles à comprendre comme un affadissement du sentiment religieux ? On peut s’interroger lorsqu’on voit le syndic des pénitents blancs évoquer en 1782 dans une requête adressée à l’archevêque de Narbonne « l’éclat et la majesté des cérémonies du culte dû à l’Être suprême ». Ces turbulences où les confréries deviennent un facteur de désordre dont la jeunesse n’avait donc pas le monopole donnent matière à réflexion afin de comprendre l’impression diffuse d’une multiplication des insolences, d’une banalisation de l’irrespect à l’égard des autorités, municipales au premier chef, que rien ne parvenait à endiguer, ni le renfort de la maréchaussée, ni la création d’une garde bourgeoise pourtant émanation de toutes les composantes du corps social.

  • 89 G. Larguier, « Les voies difficiles de la représentation sur la frontière des Pyrénées : l’assiette (...)

59La dissipation, les conduites violentes, n’étaient pas choses nouvelles en effet. Limoux avait connu antérieurement des affrontements autrement plus durs. Au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, lors des guerres de Religion, la ville, restée catholique, exposée aux incursions protestantes, vécut constamment sous les armes. La paix, l’apparition du phénomène pénitent souvent présenté comme le délaissement des armes pour le combat spirituel, ne signifient pas le retour au calme. La ville fut le théâtre d’âpres luttes pour le contrôle du consulat et de l’assiette diocésaine. Un clan enrichi dans le commerce interlope avec l’Espagne, prêt à toutes les malversations et les violences pour capter les offices de la recette diocésaine des impôts et de la sénéchaussée nouvellement créée à Limoux, avait mis la région en coupe réglée. L’évêque d’Alet, Nicolas Pavillon, subira avanies sur avanies pendant plus de vingt ans, aura le plus grand mal à contenir les entreprises du « parti Aoustenc », du nom du marchand Jacques Aoustenc dont les fils seront condamnés à plusieurs reprises, à mort même, mais échapperont à la justice grâce à leurs puissants soutiens, continueront à fomenter des agressions et des émeutes contre le prélat et ses serviteurs en tirant parti de la guerre contre l’Espagne et des incertitudes de la Fronde. Les tensions ne diminueront d’intensité qu’après 166089. Faut-il analyser les désordres stigmatisés par les consuls comme l’expression d’une énergie consommée antérieurement par des causes plus immédiates ou enrôlée par des clans indélicats, désormais restée inemployée ? De là l’effervescence locale sans cause ou cible clairement identifiée, sinon les représentants de l’ordre, et les dissensions entre confréries dont les écarts signalent l’affaiblissement de leur capacité d’encadrement. Mais la vacance de la patrouille bourgeoise entre 1730 et 1780 a probablement laissé le champ libre aux perturbateurs.

III. Qu’est-ce que la Jeunesse ?

  • 90 R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 21.

60Tous ces faits narrés, est-il possible d’aller plus loin, de déterminer avec plus de précision ce que l’on désignait par Jeunesse ? À Limoux, aussi haut que l’on remonte, dans les villages voisins également, on ne trouve pas mention de rois ou d’abbés de la Jeunesse, même si le vocable roi est parfois employé. Il marque, on le verra, la victoire à des jeux de force et d’adresse, mais ne conférait pas d’autorité sur les jeunes gens d’autant que des hommes d’âge mûr pouvaient concourir90. Cette absence d’organisation a-t-elle contribué à laisser prospérer l’effervescence que l’on peut considérer, n’en déplaise aux consuls, comme une atténuation de la violence, malgré des formes il est vrai plus irritantes au quotidien, dans un royaume pacifié où les menaces extérieures, les contestations intérieures, les tensions religieuses, diminuaient d’intensité ?

A. Une ou plusieurs Jeunesses ?

  • 91 La capitation range les habitants par classes en effet.

61Autant les dénonciations de la Jeunesse sont nombreuses et circonstanciées, autant l’identité et la qualité des jeunes perturbateurs sont peu dévoilées. On a entrevu pourquoi : les désordres se produisent souvent la nuit, les jeunes se dissimulent – le masque fait partie des attributs de la fête –, les consuls n’interviennent qu’à la suite de débordements trop considérables, seuls les meneurs et les garnements les plus entreprenants sont mentionnés, jamais la totalité des acteurs des troubles. De plus – l’insinuation est insistante –, l’attitude des consuls serait sélective. Nos sources diraient donc peu, cèleraient par omission une partie de la réalité, tairaient le nom des « enfants de famille ». Que recouvre d’ailleurs exactement cette expression ? S’agirait-il de la progéniture des « classes » distinguées lors de l’établissement de la capitation91 : nobles, officiers, bourgeois ; officiers du diocèse et employés de la ville, gradués, notaires ; auxquels s’agrègeraient les marchands-fabricants ? Ces dernières apparaissent seulement parmi les victimes d’agressions contre leurs biens ou leur honneur. Au plus, on souffle que plusieurs de leurs membres se livrent à la débauche, mais il s’agit exclusivement de marchands-fabricants ; donc d’hommes d’âge mûr.

  • 92 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 38, 4 avril 1786. Une borde est une métairie.
  • 93 Ibid., 4 E 206/FF 33, 11 décembre, quatre sont mentionnés ; FF 36, 20 août 1783 ; FF 38, 15 avril 1 (...)

62Aussi, n’est-il pas sûr, à partir des individus signalés, de disposer d’une représentation correcte des auteurs des désordres. Quelques personnages particulièrement turbulents ne se rangent pas leur jeunesse passée : Bernard Barthe, Frezols cadet, les Pouzols, l’aîné dit la France, le cadet dit Baraquet. Un Pouzols dit la France – les surnoms se transmettaient de père en fils – est encore accusé en 1786 d’avoir engrossé une jeunesse de la borde Esclaffade située dans la juridiction de Cournanel92. Ces cas mis à part, la sur-représentation des métiers est néanmoins particulièrement nette, qu’il s’agisse des altercations entre groupes de jeunes ou de rassemblements plus mêlés occupés à chansonner. Lors de l’expédition dans la Petite Ville contre le nommé Resseguier, les agresseurs se recrutent principalement parmi les boulangers ; les clercs de procureurs abouchés avec les garçons des marchands-fabricants et marchands au détail se donnent rendez-vous pour boire une bouteille de vin avant de s’encourager à chanter des vilenies contre les demoiselles Grasset ; en 1786, des garçons perruquiers se retrouvent dans une académie de jeu93... La propension à l’effervescence était-elle plus marquée dans les métiers dont les apprentis et les compagnons se fréquentaient par affinités et faisaient corps ?

63Tous les métiers ne nourrissaient pas avec autant de constance la chronique tapageuse : question de nombre d’abord, de rang aussi. La basoche frayait avec le négoce en herbe. Les métiers du bois, du métal – les orfèvres et les horlogers compris – se faisaient assez peu remarquer. Les employés du textile, plus diversifiés, ou les métiers de bouche – boulangers et bouchers – étaient davantage turbulents ; les leaders se recrutant fréquemment dans les spécialités les plus en vue : la parerie, la boulangerie. Il n’y avait donc pas à Limoux une mais des Jeunesses.

B. Quelle Jeunesse dans les cortèges ?

  • 94 Ibid., 4 E 206/FF 32. Le texte est reproduit intégralement dans R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit (...)

64Les distinctions pouvaient se manifester ouvertement en certaines occasions. La publication de la paix à l’issue de la guerre de Sept Ans, en 1763, en offre un bon exemple. Le conseil municipal prépara la « cérémonie de l’information » avec le plus grand soin94. Elle consista à aller lire l’ordonnance royale en différents points de la ville : devant l’hôtel de ville, devant les portes de la Trinité et de la Toulzane, devant l’hôtel du juge mage, à la porte du pont vieux ; dans la Petite Ville devant la porte Saint-Jean, sur la place de la petite fontaine puis, en revenant dans la Grande Ville, devant le palais du Présidial ; enfin à l’entrée de la place publique (cf. plan) : un parcours symbolique allant du centre – la maison commune – aux portes, la première visitée, la porte de la Trinité, qui donnait sur le grand chemin de Carcassonne, bientôt reconstruite et appelée « porte de France ».

65La composition du cortège, l’ordre dans lequel il avancerait, donnèrent lieu à une surenchère. D’habitude, lors des publications, seuls participaient les consuls, leurs officiers et leurs valets. Cette fois, afin de donner plus de lustre à la manifestation, ils décidèrent de se faire précéder par une musique formée de hautbois, de fifres, de tambours, et accompagner par les soldats – la garde bourgeoise ? – de la Grande Ville auxquels on distribua de la poudre et une cocarde. Les habitants de la Petite Ville ne voulurent pas rester à l’écart, proposèrent de lever à leurs frais une compagnie de cinquante hommes. La « jeunesse de la bourgeoisie et marchands drapiers » offrit aussi de lever une compagnie de dragons à cheval afin d’escorter les consuls. Si bien que ces derniers, à cheval, précédés par les musiciens, parcoururent la ville escortés de la Jeunesse à cheval et suivis par les compagnies d’infanterie de la Grande et de la Petite Ville « tambours et enseignes déployées ».

  • 95 J.-L. Abbé (dir.), op. cit., p. 138. Désespérant de se voir représentés au conseil de ville comme p (...)

66Le souhait exprimé de participer à la cérémonie, l’ordre dans lequel progressa le cortège, divulguent finement les tensions citadines. On ne peut les percevoir qu’en pénétrant dans les arcanes des mutations du conseil de ville. L’ancienne constitution municipale disposait que chacun des six quartiers eut un consul, sans préséance entre les quartiers. Une délibération du 8 juillet 1705 la modifia. À partir de là, les rangs des consuls reflétèrent la hiérarchie sociale ; surtout, les consuls, réduits au nombre de quatre, furent élus par les membres du conseil. Cela eut pour résultat de priver la Petite Ville de représentation, de susciter de sourdes frustrations remontées jusqu’au parlement de Toulouse et au Conseil d’État. Figurer dans le cortège revenait, pour les habitants de la Petite Ville, à marquer et à rappeler leur place, mais loin derrière la Jeunesse de la bourgeoisie et des marchands drapiers95. On mesure la distance de considération entre les cavaliers et les fantassins, entre les quartiers. Jamais nos sources ne font allusion à une différence de traitement entre la Grande et la Petite Ville. Il n’est pas impossible que cette situation ait contribué à aigrir les relations entre les habitants des deux côtés de l’Aude, encouragé les démonstrations de supériorité des jeunes de la Grande Ville que l’on a aperçus à plusieurs reprises en position d’agresseurs.

C. l’Aigle et le Serpent, dernière représentation de la Jeunesse

  • 96 Arch. dép. Aude, 4 E 206/BB 16.
  • 97 Ibid., 4 E 206/GG 234, 14 juin 1780. La Jeunesse fait valoir un règlement des commissaires du roi a (...)

67Une dernière occasion nous permet d’observer la Jeunesse. Le conseil de ville, le 21 mai 1780, à la sollicitation des pères de la Doctrine chrétienne qui tenaient le collège et depuis plusieurs années remettaient comme prix des livres aux meilleurs élèves de leurs classes, décidèrent d’accorder à « ces instituteurs publics » cent livres et de supprimer par la même occasion les prix de l’Aigle et du Serpent dotés respectivement de dix et vingt livres qui, à leurs yeux, « accoutument les jeunes gens de cette ville à se servit de fusils, font des braconniers, des fourrageurs de récoltes et souvent des malfaiteurs »96. Cela ne fut pas du goût de la Jeunesse. Elle se mobilisa aussitôt, constitua un syndicat afin de porter l’affaire devant le parlement de Toulouse aux motifs, d’une part, que les prix de l’Aigle et du Serpent constituaient depuis plus de deux siècles un de ses droits reconnus par des lettres patentes royales et confirmés à plusieurs reprises ; d’autre part, que la délibération était irrégulière car votée par un conseil formé de quatre consuls et huit conseillers politiques quant il eut fallu réunir en assemblée générale vingt-quatre conseillers politiques renforcés d’un certain nombre des principaux habitants députés par quartiers97.

  • 98 Ils existaient dans de nombreuses villes aussi, à Carcassonne par exemple, dans la ville basse.

68L’Aigle, le jour de l’Ascension, se tirait avec une arbalète, le Serpent, le jour de Pentecôte, avec une arquebuse. Ces jeux, institués pour exercer au maniement des armes, n’étaient initialement pas réservés aux jeunes gens98. Les vainqueurs, en dehors du prestige et du titre de roi, ne tiraient aucune autorité sur les autres compétiteurs. On ne retiendra pas ici le vice de forme mis en avant par les syndiqués : ils en appellent à l’ancienne constitution municipale où soixante-six votants des quartiers élisaient six consuls. Ni la signification que peut revêtir la substitution de l’excellence dans des exercices guerriers par celle des lettres. Seulement le nombre des « originaires et habitants de la ville » qui se présentaient « comme la majeure partie des jeunes gens » de celle-ci : quatre-vingt-onze, dont la qualité ou la profession de quatre-vingt-sept d’entre eux sont mentionnées (cf. tableau).

Qualité ou profession des membres du syndicat de l’Aigle et du Serpent

Qualité ou profession des membres du syndicat de l’Aigle et du Serpent
  • 99 Cf. supra, note 20.

69Trois groupes d’importance comparable sont représentés. Le premier correspond à la classe à laquelle le conseil de ville était en train de confier le commandement de la garde bourgeoise (29 membres), le second aux artisans du drap et du cuir (30 membres), le troisième aux autres métiers relevant des confréries saint Éloi, sainte Catherine, etc. (28 membres)99. Ils appellent plusieurs observations : l’absence totale de travailleurs de terre, brassiers, bouviers ou bergers qui habitaient en ville ou dans les domaines ruraux du terroir ; l’importance de la représentation des gens de négoce alors que les procureurs et les notaires apparaissent frileux dès que s’engage une action devant le parlement de Toulouse – mais Jean Vidal, secrétaire du juge mage compense avantageusement leur réserve – ; la forte présence des métiers du textile et des boulangers. Les syndiqués s’engageaient à supporter les frais de la procédure, des démarches effectuées par leur syndic. Est-ce la raison pour laquelle nombre de métiers, aux effectifs moins fournis, moins aisés, disposaient d’un seul représentant dans le syndicat ? On perçoit néanmoins clairement qui concourait les jours de l’Ascension et de la Pentecôte.

  • 100 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 38, 10 octobre 1785.
  • 101 Le conseil de ville se divise devant la plainte de la Jeunesse, sollicite l’avis de l’intendant qui (...)

70Dernière observation, et non des moindres : cette « majeure partie des jeunes gens » ne comprenait pas seulement des gens... jeunes. L’ancien officier dont il est fait mention n’est autre que Bernard Barthe, effectivement ancien officier du régiment de Beaujolais, le tenancier de l’académie de jeu... qui approchait de la cinquantaine100 ! D’autres hommes d’âge mûr figurent parmi les signataires. Ceci est-il de nature à affaiblir l’intérêt de la liste ? Elle montre combien, à la fin du XVIIIe siècle, toutes les classes d’âge aimaient encore rivaliser lors de ces concours ; combien surtout, le terme Jeunesse peut être extensif, comme si les débordements et l’irrespect demeuraient les attributs de son comportement. Indirectement, aussi, elle dévoile de nouvelles solidarités que nous ne pouvions déceler et leur complexité101.

Conclusion

71La chronique de l’effervescence juvénile justifie l’intervention et le sentiment d’impuissance exprimé par le premier consul de Limoux en 1750 : la Jeunesse serait la principale, sinon l’unique responsable des désordres citadins. Les plaintes des victimes et les procès-verbaux consulaires nous donnent à voir une gamme à peu près exhaustive des types de conduites et des formes de vacarme, de dérision, d’irrespect ou de violence rapportés ailleurs, aussi bien dans les villages proches de la ville que dans le reste de la province. Avec quelques nuances cependant qui distinguent la petite ville des villages où les plaintes contre les cabarets, les violences faites aux prêtres, sont beaucoup plus nombreuses. Pour ces dernières, les effectifs considérables des confréries de pénitents expliquent-ils les relations moins conflictuelles avec les desservants de paroisses ?

72En raison le l’importance de la population, de la diversité des activités, de l’espace urbain partagé entre Grande et Petite Ville, Limoux n’est pas sujet à ces divisions radicales en deux partis hostiles comme on en voit quelques exemples en Languedoc. Plus que de délinquance avérée et endurcie, que la lecture des affaires portées devant le présidial ne ratifie pas, parlons plutôt de turbulence, de dissipation, termes qui permettent de mieux rendre compte des phénomènes auxquels on assiste, de mieux percevoir l’attitude et le discours consulaire. Les désordres où la Jeunesse est seule impliquée – il faut mettre à part les charivaris et les chansons où la participation est beaucoup plus large – concernent essentiellement les métiers auxquels se joignent les clercs de procureurs et les garçons employés chez les négociants, groupe numériquement important mais relativement étroit socialement. Ils appartenaient à la strate médiane de la société, entre les « fils de famille » auxquels il est fait allusion sans qu’ils ne soient jamais nommément désignés et les gens de la terre dont il n’est jamais question, comme s’ils n’existaient pas. Peut-on aller jusqu’à parler d’exclusion du jeu social pour ces derniers ? Ils ne sont pas représentés au conseil de ville en effet, ne semblent pas être admis à participer au carnaval, ne concourent pas aux jeux de l’Aigle et du Serpent. Un seul corps les admettait, les confréries de pénitents, mais à une place modeste.

73La Jeunesse – il faut employer le pluriel – reproduit la stratification sociale, ce qui oblige à lire les réflexions des consuls avec distance, d’autant, on le pressent sans toujours le distinguer nettement, que nombre de tensions entrevues sont alimentées et compliquées par la division en deux de la ville de part et d’autres de l’Aude, la transformation du régime municipal dont la Petite Ville fait les frais, le désaccord entre les deux confréries de pénitents.

74Reste la police et le maintien de l’ordre que les consuls ont la plus grande peine à assumer car ils ne pouvaient compter sur aucune force extérieure. Est-ce parce que la patrouille bourgeoise cessa ses rondes au cours du second tiers du siècle ? Limoux n’est pas la seule localité languedocienne à réclamer une garde bourgeoise. L’autorisation d’en constituer une intervient tard, en 1779, après que la ville eut été équipée d’une brigade de la maréchaussée. Mais celle-ci ne fit pas preuve d’une grande efficacité. Les troubles juvéniles révèlent clairement les hésitations à l’égard du maintien de l’ordre à la fin du XVIIIe siècle.

Annexes

Chanson102

1

Despeÿ cinq ans de mariatgé
Es aqui coumo un niquois
Sensé fa cap de mainatgé
Farios creiré qu’es de bois
O La, La, Lirideto, la, o. La La Lidirito

Après cinq ans de mariage
Le voici comme un niais
Sans avoir fait aucun enfant
Tu croirais qu’il est en bois
O La, La, Lirideto, La, o. La La Liridito

2

Commençeu per l’embucairé
qual fieulet segur antat
per d’estuch el nou n’a gairé
Mes de boïnos dieux ba sap

Ça a commencé par l’emboucheur
Qui a le sifflet bien greffé
D’étui il n’en a pas trop
Mais de limites dieu le sait

3

Coujoul de pla pauc de causo
Bostré cor ses irritat
Si sas cornas bous fau nauso
foutex los al gourg mairal

Couillon de bien peu de choses
Votre cœur s’est irrité
Si ses cornes vous font la nique
Foutez-les dans le grand gouffre

4

Digos qu’es aquo? que boutos?
Boulios un Boussi tout nau
A tu ray las grandos routos
deboun pas te fairé poau

Dis-donc qu’est-ce ? Que racontes-tu ?
Tu voulais un morceau tout neuf
Allons donc les grandes routes
Ne doivent pas te faire peur

5

As troubat un boun confrairé
Tes saput apareilla
Bous boli croumpa un araïre
A la fiere que bendra

Tu as trouvé un bon confrère
Tu as su t’appareiller
Je vous achèterai un araire
À la foire qui viendra

Le Noubel opera de Cornanel. Le nouvel opéra de Cournanel

Airs

1

La Castagnero

La marchande de marrons

D’uno trop lounguo souffrenço
Qui poüira prené piétat?
Ha ! quant ma fenno m’ouffensso
Per soun infidelitat
Toutis risoun de ma peno
Alloc de plagné moun sort
Moun mal, dins le clot me meno
Et mai riran quant sio mort

D’une trop longue souffrance
Qui pourra prendre pitié ?
Quand ma femme m’offense
Par son infidélité
Tous rient de ma peine
Au lieu de plaindre mon sort
Mon mal à la fosse me mène
Et en plus ils riront quand je serai mort

2

Quant al cantou de la goutino

Quand au bord du grand fossé

Atal dix en sa tristo mino
Certain marit
Que se bex de la coiuÿoulino
Le frount claûfit
Sa moiüllé qu’es pas mal poupino
Sap que li cal
Per amaga la pesoüillino
Un bel froun...

Ainsi parle avec sa mine triste
Certain mari
Qui se voit de la tromperie
Le front rempli
Sa femme qui est pas mal potelée
Sait qu’il lui faut
Pour cacher les poux
Un front beau

3

C’était ainsi

C’était ainsi

Tal quél besex
Abex tort de le prené án tisso
Tal quél besex
Si met soun bounet de trabex
Esproubarex l’éu sa malisso
Es un bieil souldat de milisso
Tal que besex

Tel que vous le voyez
Vous avez tort de le prendre en grippe
Tel que vous le voyez
S’il met son bonnet de travers
Vous connaîtrez vite sa colère
C’est un vieux soldat de milice
Tel que vous le voyez

4

Le branle

Le branle

Deja le coucût coumensso sa tournado
Canto l’albado
Content fier, & gaï
Oungan parès abant le mes de mai
Roussignolet ta serenado
Nous fas langui, nés qu’un pegous
Le cant dal coucut es pu...

Déjà le coucou commence sa tournée
Il chante l’aubade
Content fier et gai
Cette année il paraît avant le mois de mai
Petit rossignol ta sérénade
Nous fait peine, tu n’es qu’un fâcheux
Le chant du coucou est peu

5

Amusén l’assemblado

Amusons l’assemblée

doussomen agitado
margot se rejouis
Canto l’amour son cor se trefouzis
Quitol marit, et bol d’aûtris bouçis

Doucement agitée
Margot se réjouit
Elle chante l’amour son cœur saute de joie
Elle quitte le mari et veut d’autres morceaux

6

Al jardin de mon père

Au jardin de mon père

Al jardin dé Cytère
D’abord s’en ba danssa
I sara la premiero
Res nou pot l’arresta
Garax coussi es fiero
Mon dious ques l’aûgero
È paû quaban de tourna
Trabucara
Si bex d’un bél
È joubé pastourél
Le fioulet
Sara la derniero
Et jalous marit
N’aura un res...

Au jardin de Cythère
Elle va d’abord danser
Elle y sera la première
Rien ne peut l’arrêter
Regardez comme elle est fière
Mon dieu qu’elle est légère
Peut-être qu’avant de revenir
Elle trébuchera
Si elle voit d’un beau
Et jeune pastoureau
Le sifflet
Elle sera la dernière
Et le mari jaloux
N’aura rien

7

Je viens de faire la boubanço

Je viens de faire bombance

Quité pot quita sensé peno
Plazé d’amour
Sios estaquat ama cadeno
La neit, el joun
Et fai que moun cor sio toutjour
Animat d’un tendré re...

Personne ne peut quitter sans peine
Le plaisir d’amour
Tu es attaché avec une chaîne
La nuit, le jour
Qui fait que mon cœur est toujours
Animé d’un tendre encore...

8

Lo patron que la menabo

Le patron qui la menait

tourmentado dal mariatgé
a son atgé es pla doumatgé
soun marit la bol fidelo
me sapelo, me sapelo

Tourmentée par le mariage
C’est bien dommage à son
âge Son mari la veut fidèle
Mais s’appelle, mais s’appelle

9

A l’aragou trabaillou

Ils travaillent à l’Aragou

Couÿoul toun cor se fatcho
Quel nostré sio charmat
È so que mai l’enratjo
Que disoun la bertat
Ta sienso es pas prou bouno
Per aquestis quartiés
Vaitén a Carcassouno
Arpenta d’escaliés

Cocu ton cœur se fâche
Que le nôtre soit charmé
Et ce qui l’enrage le plus
C’est qu’on dise la vérité
Ta science n’est pas assez bonne
En ces quartiers
Va-t-en à Carcassonne
Arpenter des escaliers

10

Das pelerins de Saint Jaques

Des pèlerins de Saint-Jacques

Aquos finit podi pas biéuré
Qu’un sort cruél
Perqué boulex que m’ané escriouré
A Cournanel
Desque besex que soun rendut
Ba poudex fairé
Messieurs digax que soun coucût
Mes que ba soun pas gairé

Ceci dit je ne peux vivre
Qu’un sort cruel
Pourquoi voulez-vous que j’aille m’inscrire
À Cournanel
Puisque vous voyez que je suis rendu
Vous pouvez le faire
Messieurs dites que je suis cocu
Mais que je ne le suis pas trop

11

Le drapeau

Le drapeau

Marchén d’un cor jouÿoux
Anén fairé las hounoux
Archibos de Cournanel
Oubrissex bous libré tant bel
Jamai nou y aura gût
De coucut
Quajo fait mai detrein
Et soun sein
Valdra mai qu’un tresor
Qualqué sio escrit en lettro d’or

Marchons d’un cœur joyeux
Allons faire les honneurs
Archives de Cournanel
Ouvrez vos livres si grand
Jamais il n’y aura eu
De cocu
Qui ait fait plus d’embarras
Et son histoire
Vaudra plus qu’un trésor
Il faut que ce soit écrit en lettre d’or

12

Reveillez-vous belle endormie

Réveillez-vous belle endormie

Juro d’aban la confrairio
Que te reçeu per t’ounoura
De nou quitta soun armaïrio
Quant te caldrio d’aïcha escana

Jure devant la confrérie
Qui te reçois pour t’honorer
De ne pas abandonner ses armoiries
Quand bien même il faudrait t’étrangler

13

Hé ! maman que je l’ai échappé belle

Hé ! maman que je l’ai échappé belle

Qu’un plasé d’estré d’aquesto rengueto
Miquel
Et Gabriel
Pourtax aichi forsso blanquetto
Qu’un plasé destré d’questo rengueto
Si babio sapût
ÿeou n’aurio pas tant atendût

Quel plaisir d’être de cette troupe
Michel
Et Gabriel
Apportez force blanquette
Quel plaisir d’être de cette troupe
Si je l’avais
su Moi je n’aurais pas autant attendu

14

La cansou de Cournanel

La chanson de Cournanel

Trinquen bité a la santat
Dal noubel confrairé
De nostro communaûtat
Qual qué sio le pairé
Celebren à soun hounou
Aquesto journado
Qu’es dins aqueste cantou
La pûs renommado

Trinquons vite à la santé
Du nouveau confrère
De notre communauté
Il faut qu’il soit le père
Célébrons en son honneur
Cette journée
Qui est dans ce canton
La plus renommée

15

Il faut aimer c’est la loi de Cÿtere

Il faut aimer c’est la loi de Cythère

Sios reberat dious de la couÿoulino
Tu, quas marix as fait tant de fabours
Signa qualqu’un quajo l’humou mutino
Toutjour praquél sios le pûs aboudouns

Sois vénéré dieu des couillons
Toi, qui aux maris a fait tant de faveurs
S’il en est un qui ait l’humeur festive
Que toujours tu lui en sois plus généreux

Notes

1 Arch. dép. Hérault, C 6756.

2 G. Levi, J.-C. Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident. 1. De l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, Seuil, 1996, p. 277-328.

3 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24-38.

4 Arch. dép. Hérault, C 6755-6761. Ce ne sont le plus souvent que des doubles des plaintes couchées dans les registres de la police municipale.

5 Limoux est siège de sénéchaussée depuis 1642. Les procédures civiles et criminelles ne sont conservées qu’à partir de 1673.

6 Arch. dép. Hérault, C 6696-6889. À titre d’exemple : N. et Y. Castan, Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècles), Gallimard/Julliard, coll. « Archives, 1981 ; D. Fabre, « Familles. Le privé contre la coutume », dans P. Ariès et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée. 3. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1985, p. 543-579 ; P. Salvadori, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1996 ; J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, notamment chap. XI, « Jeunesse, Jeunesse... », p. 441-482.

7 Les plus anciens, du Vivarais, datent de 1728. Ils concernent des affaires de contrebande.

8 Le cahier de doléances du tiers état de la sénéchaussée de Limoux en donne un bon exemple : article 4 des « vœux généraux » : « que la liberté civile et individuelle soit assurée par l’abolition de toutes lettres closes, lettres d’exil ou ordres arbitraires quelconques, qu’il soit seulement permis aux pères et mères et ascendants de l’avis de quatre des plus proches parents, de solliciter des ordres supérieurs pour faire arrêter leurs enfants ou descendants qui se livreraient à des vices déshonorants pour leurs familles... », cf. G. Larguier et alii, Cahiers de doléances audois, Carcassonne, Association des Archives de l’Aude, 1989, p. 348.

9 L’officialat de Limoux, membre du diocèse religieux de Narbonne, et le diocèse d’Alet, constituaient un même diocèse civil.

10 Arch. dép. Hérault, C 6755, 3 mars 1743, le curé donne le nom de onze d’entre eux.

11 Une plainte, une dénonciation en tous points identiques à Montfort : « profanation des jours consacrés au service divin », débauches nocturnes, fréquentation des cabarets à des heures indues, indécences à l’église, « voleries, incendies, incestes publics avec cohabitation des parties », Arch. dép. Hérault, C 6695 (1788).

12 Ibid., C 6760, 4 novembre 1784.

13 Ibid., C 6761, 4 novembre, 13 décembre 1785.

14 Les exemples de rivalités entre jeunesses de villages voisins sont nombreux : rixes entre les jeunesses de Campoussi et de Sournia qui risquent de mal tourner lors de la fête locale (Arch. dép. Hérault, C 6694) ; querelles anciennes entre les jeunes de Saint-Julia et de Saint-Féréol (C 6695), etc.

15 Ibid., C 6757, 26 novembre 1752. D’autres cas : danses à Bélesta le jour de la fête locale malgré l’opposition du sieur de Niort (C 6759, 1763), etc.

16 Ibid., C 6694, des jeunes de Sournia venus à Rasiguière, plainte du curé de Planèze, 23 octobre 1784. Cette participation se demandait aussi dans le Conflent voisin, en pays catalan, cf. la contribution de Christophe Juhel.

17 Ibid., plaintes contre des danses, la perturbation de cérémonies, de processions à Latour-de-France, à Montfort, à Rouvenac, à Pratx, à Routier (C 6693, 6758, 6761) ; injures, mauvais traitements, contre les curés de Arques, Fosse, Feste-et-Saint-André, Saint-Couat, Saint-Féréol, Rennes, Bugarach (C 6694, 6695, 6755, 6757, 6758), jets de pierre contre un prébendier du chapitre d’Alet (C 6693), etc.

18 Une néanmoins : les Doctrinaires qui tenaient le collège se plaignent de vitres cassées à coups de pierre (Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 38), mais un grave contentieux les oppose alors à la Jeunesse, cf. infra.

19 8 000 avance un consul en 1787, ce qui est probablement trop généreux (Arch. dép. Hérault, 6769, 22 février 1787) ; cf. M.-C. Roederer, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et démographique. 11, Aude, Paris, éd. CNRS, 1979, p. 299. Les chiffres donnés à la veille de la Révolution sont assez discordants, vont de 5 000 à 6 500 habitants. Sur Limoux pendant la période moderne : G. Larguier, chapitres IX, X, XI, dans J.-L. Abbé, Histoire de Limoux, Toulouse, Privat, 2009, p. 93-144.

20 Arch. dép. Aude, 28 C 16, 884 cotes en 1785, dont 144 de veuves. Celles-ci sont indiquées entre parenthèses : nobles, officiers, bourgeois : 67 (34) ; officiers du diocèse et employés de la ville : 31 (3) ; gradués : 16 (1) ; notaires et procureurs : 22 (2) ; huissiers : 8 (1) ; maîtres d’école et de musique : 10 (2) ; marchands-fabricants : 45 (7) ; savonniers, teinturiers : 15 (2) ; marchands détailleurs et marchands droguistes : 55 (5) ; petits marchands et colporteurs : 19 (3) ; apothicaires, chirurgiens, barbiers : 20 (4) ; marchands de faïence, verre, eau-de-vie, vitriers : 8 (1) ; tanneurs et blanchers : 17 (1) ; Saint Éloi (métiers des métaux) : 43 (2) ; cordonniers et savetiers : 27 (1) ; meuniers et boulangers : 45 (9) ; rentrayeurs et boutonniers : 19 (1) ; couturières : 8 (8) ; Sainte Catherine (maçons, charpentiers, menuisiers...) : 43 (7) ; foulonneurs, pareurs, affineurs : 51 (8) ; tisseurs, retorseurs : 25 (1) ; cardeurs, drosseurs, fileuses : 10 (2) ; laveurs, batteurs, escardasseurs : 16 (1) ; vignerons (il s’agit principalement de brassiers), potiers de terre : 169 (27) ; jardiniers, métayers, bouviers : 30 (1) ; valets et domestiques : 41 (10) ; auxquels s’ajoutent 12 individus dont les officiers du présidial.

21 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 32, 30 août 1763 ; 4 E 206/FF 36, 21 janvier 1778, 25 décembre 1779 ; 4 E 206/FF 38 : grave insécurité, 9 avril 1786 ; Arch. dép. Hérault, C 6760, 12 avril 1780. Les étrangers n’étaient cependant pas toujours vus d’un mauvais œil. Au mois de janvier 1785 trois cents personnes, hommes et femmes, empêchent les cavaliers de la maréchaussée d’emmener deux vagabonds qui refusaient de donner leur nom, J. Nicolas, op. cit., p. 365. Un cas typique d’attention portée aux pauvres qui se retrouve lors des quêtes faites dans la ville au profit de l’hôpital qui les accueillait ; les gens d’âge mûr, les femmes aussi, interviennent, pas seulement la jeunesse impliquée dans les débordements, uniquement masculine.

22 Les blanchers apprêtaient les peaux de moutons, de chevreaux, de veaux morts-nés. La Blanquerie désignait le quartier où l’on travaillait le cuir.

23 Arch. dép. Hérault, C 6755, 26 juin 1743 ; Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24, 13 juillet 1743.

24 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36, 30 juin 1778.

25 Ibid., 4 E 206/FF 38.

26 Arch. dép. Hérault, C 6761, 21 février 1787.

27 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 32, 26 décembre 1757.

28 Ibid., 4 E 206/FF 34, 8 mai 1774. Jean Magret, brassier, se plaint de sa fille, courtisée par la Jeunesse ; celle-ci s’est sauvée quand il l’a menacée de la faire enfermer au quartier de force de la ville (4 E 206/FF 29, 15 août 1759).

29 Arch. dép. Hérault, C 6757, 16 mai 1751. Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 29 : évasion de deux filles (1757). D’autres entreprises similaires sont connues en Languedoc, ainsi à Béziers en 1746, où l’on perce des murs afin d’enlever des filles du refuge ; Arch. dép. Hérault, C 6696.

30 C’est différent à Narbonne, par exemple G. Larguier, « La femme à Narbonne au XVIIIe siècle d’après les registres de la police municipale », dans La Femme dans l’histoire et la société méridionales, LXVIe congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Narbonne, 1994), p. 276-293.

31 Souligné dans le registre de police.

32 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 38, 25 décembre 1785.

33 Ibid., 4 E 206/FF 29, 8 avril 1757.

34 Arch. dép. Hérault, C 6755, 29 juillet 1744.

35 Ibid., C 6755, mémoire non daté.

36 Ibid., C 6756, 5 octobre 1750.

37 Arch. dép. Aude, B 4024. Ces désagréments n’empêcheront pas Dufour de demeurer à Limoux : il effectue au cours des années suivantes les études préparatoires et les plans des aménagements envisagés par le conseil de ville (4 E 206/BB 16).

38 « Tout ceci est pour toi, Dufour cocu ».

39 L’opéra aura une postérité, deviendra, en 1775, Las Leis del Grand Cornelius ame le discours dal general des couïouls (« Les Lois du grand Cornelius avec le discours du général des cocus »).

40 Sur la diffusion des airs à la mode dans les campagnes, très rapide après leur création, un bon exemple en Rouergue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : J. Delmas, « Écrivains du Rouergue », dans Venance Dougados et son temps. André Chénier - Fabre d’Églantine, S. Caucanas et R. Cazals éd., Carcassonne, Les Audois, 1995, p. 69-79.

41 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 34, ainsi celui dont est victime Jean Charles Raymond procureur au présidial et sa femme (août 1773).

42 Arch. dép. Hérault, C 6756, 5 octobre 1750.

43 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36, 20 août 1781.

44 Des conduites du même type dans N. Castan, « Contentieux social et utilisation variable du charivari à la fin de l’Ancien Régime en Languedoc », dans Le Charivari, J. Le Goff et J.-C. Schmitt (dir.), Paris, EHESS, 1984, p. 197-205.

45 Arch. dép. Hérault, C 6760, 9 mai 1783. Il joint le texte de la chanson à son placet. À la lecture, elle n’est pas salace et peu injurieuse, sinon par allusion.

46 J. Nicolas, op. cit., grille de dépouillement, p. 545.

47 Arch. dép. Hérault, C 6755.

48 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 34, 6 janvier 1775 ; B 4050, 9 janvier 1778, etc.

49 Ibid., 4 E 206/FF 33, 11 décembre 1771 ; B 4023.

50 Arch. dép. Hérault, C 6760, 9 septembre 1779.

51 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36, 30 juin 1778.

52 Ibid., 4 E 206/FF 33, 6 juillet 1764.

53 Ibid., 4 E 206/FF 33, 14 octobre 1771.

54 La décision d’équiper la ville de réverbères n’interviendra qu’à la fin de l’année 1786 : délibération du 24 décembre 1786, 4 E 206/BB 17.

55 Arch. dép. Hérault, C 6756, 5 octobre 1750.

56 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 34, 11 novembre 1773, 6 janvier 1775, etc.

57 R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 4-8 ; D. Fabre et C. Camberoque, La Fête en Languedoc. Regards sur le carnaval aujourd’hui, Toulouse, Privat, 1977 ; U. Gibert, « La partie des meuniers ou Le carnaval de Limoux », Folklore, 1972.

58 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24, texte transcrit intégralement dans R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 4-5.

59 E. Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter (1595-1599) (Le siècle des Platter II), Paris, Fayard, 2000, p. 167-170.

60 Id., p. 173.

61 Arch. dép. Aude, B 4050, 9 janvier 1778, un joueur de viele.

62 Arch. dép. Hérault, C 6759, 15 février, 16 mars, 2 avril 1763, pièces partiellement retranscrites dans R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 6.

63 Arch. dép. Hérault, C 6759, 2 avril 1763. Mais tous les danseurs ne sont pas masqués ni ne sont membres des bandes.

64 Id.

65 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 33, 14 février 1771 ; FF 34, 2 mars 1775 ; Arch. dép. Hérault, C 6759.

66 Arch. dép. Hérault, C 6759, 2 avril 1763.

67 Id.

68 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 24, 22 juin 1744.

69 Ibid., FF 34, 3 avril 1775 ; FF 38, 6 mars 1786.

70 Arch. dép. Hérault, C 6759.

71 Ibid., C 3759, 2 avril 1763 ; Arch. dép. Aude, B 4050, 14 septembre 1778 ; 4 E 206/FF 29, 8 avril 1757 ; FF 38, 6 février 1785. Ces bals qui réunissaient les jeunes des deux sexes n’étaient pas rares, on en a des témoignages ailleurs, cf. R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 15.

72 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 29, 8 avril 1757.

73 Ibid., 4 E 206/FF 34, 11 novembre 1773 ; FF 36, 9 septembre 1779 ; FF 38, 25 août 1785, 15 avril 1786.

74 Ibid., 4 E 206/FF 24, 25 avril 1757.

75 Ibid., 4 E 206/FF 36.

76 Arch. dép. Hérault, C 6755, 26 juin 1743.

77 Arch. dép. Aude, 4 E 206/AA 52, 4 E 206/BB 7, 17 novembre 1731.

78 Ibid., 4 E 206/24. Les sergents sont un vitrier et un teinturier, parmi les soldats se trouvent un charpentier, un boucher, un brassier, un laveur de laine, un maçon : un éventail plus large que dans la patrouille bourgeoise créée ultérieurement. Son effectif est très réduit : un homme de patrouille pour 500 habitants environ, soit beaucoup moins qu’à Toulouse où, au milieu du XVIIIe siècle, il y avait environ un dizenier pour 100 habitants, J.-L. Laffont, « La police de voisinage à la base de l’organisation policière des villes de l’Ancienne France », Annales de la recherche urbaine, no 83/84, septembre 1999, p. 23-31, p. 24.

79 Arch. dép. Hérault, C 6760. Quillan en obtient une également en 1782 (cf. C 6694) : une réponse à l’inquiétude grandissante et la mise en place progressive sur tout le territoire de forces de sécurité. Sur les gardes bourgeoises au XVIIIe siècle : S. Bianchi et R. Dupuy (dir.), La garde nationale entre nation et peuple en armes. Mythes et réalités, 1789-1871, Rennes, PUR, 2006 ; A. Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au XVIIIe siècle », Annales de la faculté des lettres de Nice, 9-10, 1969, p. 241-277, republié dans A. Corvisier, Les Hommes, la Guerre, la Mort, Paris, Économica, 1985, p. 221-257 ; J.-L. Laffont, Policer la ville, Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, thèse, université de Toulouse-Le Mirail, 1997. Cette création, ainsi que celle de Quillan, va à l’encontre de l’idée avancée par A. Corvisier de la suppression du service de garde et de guet à la fin du XVIIIe siècle (« Quelques aspects des milices... », p. 254) ; cf. également : G. Larguier : « Police, encadrement policier, sécurité dans la ville. Narbonne, XVIe-XVIIIe siècle », Mélanges François-Paul Blanc, à paraître

80 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 37, 18 avril 1780.

81 En 1789, lors des trois jours d’émeute des 3-5 mai, le conseil municipal convoque la garde bourgeoise pour maintenir l’ordre (4 mai), G. Larguier, 1789 dans la sénéchaussée de Limoux, Limoux, 1989, p. 124.

82 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 33.

83 Ibid., 4 E 206/FF 34, 14 avril 1773.

84 Ibid., B 4023.

85 C.-M. Robion, La confrérie des pénitents blancs de Limoux, 1597-1792, mémoire de maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, 1986 ; Idem, « Les confréries de pénitents dans les pays d’Aude, XVIe-XVIIIe siècles », Bulletin de la Société d’Études scientifiques de l’Aude, 1986, p. 55-64.

86 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 36.

87 Ibid., 4 E 206/FF 37, 27 juin 1783.

88 Arch. dép. Hérault, C 6761.

89 G. Larguier, « Les voies difficiles de la représentation sur la frontière des Pyrénées : l’assiette diocésaine d’Alet-Limoux, XVe-XVIIIe siècles », Contributions to european parlementary history, Bilbao, 1999, vol. LXXIX, p. 135-158 ; Histoire de Limoux, chap. IX et X.

90 R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 21.

91 La capitation range les habitants par classes en effet.

92 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 38, 4 avril 1786. Une borde est une métairie.

93 Ibid., 4 E 206/FF 33, 11 décembre, quatre sont mentionnés ; FF 36, 20 août 1783 ; FF 38, 15 avril 1786.

94 Ibid., 4 E 206/FF 32. Le texte est reproduit intégralement dans R. Cazals et P.-G. Richard, op. cit., p. 32-33 ; M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989, 458 p.

95 J.-L. Abbé (dir.), op. cit., p. 138. Désespérant de se voir représentés au conseil de ville comme précédemment, les habitants de la Petite Ville constitueront un syndicat à la fin de l’année 1775 afin de porter l’affaire en justice.

96 Arch. dép. Aude, 4 E 206/BB 16.

97 Ibid., 4 E 206/GG 234, 14 juin 1780. La Jeunesse fait valoir un règlement des commissaires du roi aux États de Languedoc de 1680, une ordonnance sur requête du parlement de Toulouse du 10 mai 1717.

98 Ils existaient dans de nombreuses villes aussi, à Carcassonne par exemple, dans la ville basse.

99 Cf. supra, note 20.

100 Arch. dép. Aude, 4 E 206/FF 38, 10 octobre 1785.

101 Le conseil de ville se divise devant la plainte de la Jeunesse, sollicite l’avis de l’intendant qui dans un premier temps avait autorisé la délibération. Celui-ci interdit la poursuite du procès, commande en 1783 le rétablissement des prix de l’Aigle et du Serpent ainsi que le paiement des frais engagés par la Jeunesse ; 4 E 2006/AA 71, 79 ; 4 E 206/BB 16.

102 Arch. dép. Aude, B 4024. J’ai bénéficié pour la transcription et la traduction de la compétence de Jean Courrent.

Table des illustrations

Titre LIMOUX EN 1789
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Qualité ou profession des membres du syndicat de l’Aigle et du Serpent
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search