Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Seconde partie. Le sport, des pratiques sociales au coeur de nouvelles territorialités.

Les territoires du windsurf et du kitesurf sur le littoral de Cerbère à Leucate

Claire Boulé

Texte intégral

1Une partie du littoral du Languedoc Roussillon, s’étirant de Cerbère (Pyrénées-Orientales) à Leucate (Aude), est un haut lieu européen de la pratique du windsurf et du kitesurf (figure 1). La croissance de la pratique, les modalités de fréquentation des sites, les territorialités développées génèrent des conflits d’usage dans un contexte de médiocre encadrement politique et institutionnel. Un long cordon sableux, délimité au Sud par la côte Vermeille et au Nord par les falaises du Cap Leucate, fournit une configuration idéale, quasi unique en Méditerranée, pour la pratique des sports nautiques de glisse. Les conditions météorologiques se prêtent particulièrement aux sports à voile et permettent de les pratiquer toute l’année. Ce littoral a connu d’importantes mutations en terme d’urbanisation depuis les années 60, modifiant paysages et usages de l’espace. Les sports nautiques font désormais partie prenante de la vie de ces territoires en mutation permanente depuis une vingtaine d’années, au même titre que des activités plus anciennes : ostréiculture, tourisme... Bien que la légitimité de ces sports de glisse ne soit pas contestée (le SAGE de l’étang de Leucate les intègre dans ses propositions et procédures d’intervention), la croissance de la pratique, les conflits d’usage avec d’autres acteurs invitent le géographe à conduire une réflexion plus large sur les territoires de ces sports de nature et leur intégration dans les schémas locaux d’aménagement et de planification.

2Le propos de ce travail consiste à comprendre pourquoi ces lieux de pratique du windsurf et du kitesurf méritent une gestion à part entière, intégrée à celle du littoral. Dans un premier temps, nous présenterons le windsurf et le kitesurf en tant que sports loisirs, c’est-à-dire en tant qu’Activités Physiques de Pleine Nature (APPN). Puis suivra une présentation des sites investis et du processus de territorialisation en cours. Nous rappellerons que plusieurs acteurs agissent ou sont impliqués, d’une manière ou d’une autre dans le développement des territoires de ces sports, contribuant à leur complexité territoriale. Enfin si le littoral de Cerbère à Leucate apparaît comme un terrain privilégié pour ces activités, aucun niveau institutionnel ni outil de planification n’autorise dans cet espace une organisation spatiale pertinente et intégrée de ces pratiques, alors même que la demande sociale tend à se diversifier et à se complexifier.

L’essor des sports de glisse sur le littoral roussillonnais

3Depuis l’apparition du surf sur les côtes californiennes dans les années 50 jusqu’à l’invention du kitesurf, les loisirs nautiques se sont toujours démarqués des autres sports par leur caractère individuel. Sports de glisse, ils font partie d’une mouvance qui prend corps dans les années 80 et dont les concepts sont issus de la contre-culture du surf. Leur développement s’est accompagné d’une multiplication des territoires, en particulier sur les littoraux où les conditions sont réunies pour favoriser une mise en tourisme par le sport.

La diffusion des sports nautiques : les littoraux au premier plan

4L’essor du windsurf et du kitesurf s’accompagne d’une multiplication des lieux de pratique : on cherche toujours un nouveau site où les conditions physiques permettent de naviguer. C’est de cette manière que des territoires, jadis délaissés pour les médiocres conditions de vie ou leur difficile mise en tourisme, sont aujourd’hui devenus des lieux de villégiature pour un nombre de pratiquants estimé à 15 millions de windsurfeurs, dont 2 millions en France et 7 300 licenciés de kitesurf. En parallèle à l’individualisation des activités, on assiste à un renouveau parmi les pratiques sportives. La « grande transition sportive » d’Alain Loret (1995) correspond aux décennies 1980-2000, cette période pendant laquelle les sports se pratiquent de plus en plus en plein air, loin des salles de gymnastique payantes ou des stades aux limites perpendiculaires : on parle alors des Activités Physiques de Pleine Nature (APPN). La nouvelle vague de la conscience environnementale et d’une consommation plus « écologique » envahit petit à petit les modes de vie au début des années 90 et les APPN se placent dans le prolongement du culte de la nature et de ses bienfaits ; « l’opinion publique découvre que le modèle industrialiste fondé sur l’accumulation nourrit un déséquilibre dans le ménage de la nature et de l’homme » (B. KALAORA, 2000).

5Né à Hawaï, le windsurf a rapidement été importé sur les côtes européennes et aux Etats-Unis où il s’est bien développé. À la recherche de tous les lieux susceptibles d’être battus par les vents, les pionniers ont arpenté les côtes en quête de spots devenus mythiques. Le kitesurf, plus récent, s’est d’abord contenté des lieux de pratique de windsurf, même si les besoins sont sensiblement différents. Seules les façades littorales répondent aux exigences toujours plus précises des pratiquants : un vent suffisamment fort, le plus régulier possible et qui souffle fréquemment, des températures clémentes et si possible des vagues.

  • 1 C’est le cas dans le Languedoc-Roussillon tant que les côtes n’ont pas été assainies dans les année (...)

6« La plage, le cordon littoral, les deltas, ont longtemps été négligés1 par le tourisme, voire déserts car ils étaient de médiocre sites portuaires, exposés à la houle, au vent, parfois bordés de cordons dunaires ou de lagunes. » (A. GAMBLIN 1998). Paradoxalement, ce sont ces caractéristiques qui ont attiré les sports nautiques comme le windsurf et le kitesurf. Au début du windsurf, sa répartition pouvait être répertoriée en zones à travers l’Europe, les Etats-Unis et quelques archipels du Pacifique ou de l’Atlantique. Aujourd’hui, on ne peut plus donner de limites précises à la présence du kitesurf et du windsurf sur les littoraux : toutes les côtes sont touchées par le « phénomène », avec plus ou moins d’importance selon les tendances du pays à accueillir ou non un tourisme sportif.

Activités de pleine nature, prise de conscience et besoin d’espace

7La conscience environnementale se développe et les pratiques sportives n’y échappent pas. Pour preuve, l’élaboration de chartes et la mise en place d’actions visant à réduire l’impact des activités physiques sur l’environnement montrent à quel point l’enjeu a pris toute son importance pour les nouvelles générations.

8Ainsi, les fédérations sportives sont invitées par le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) à élaborer leur propre Agenda 21 selon des objectifs tels que l’intégration du concept de développement durable dans toutes les actions mises en œuvre. L’organisation de grandes manifestations sportives intègre aujourd’hui la problématique de gestion des déchets et de la consommation d’énergies, la gestion environnementale est devenue incontournable. Plusieurs organismes internationaux ont vu le jour ces dernières décennies : par exemple le label « Ecoflag », dépendant du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, est le récent symbole du respect de l’environnement à travers les manifestations sportives.

9Le monde sportif est soucieux de son éthique, se veut porteur de valeurs et même les sports de glisse qui se disent souvent en dehors des normes et des contraintes sont concernés par cette prise de conscience générale que l’espace dans lequel on évolue n’est pas figé et que ces pratiques sportives ne sont parfois pas sans conséquence. « Propre, proche de la nature, le Windsurf développe les valeurs modernes des « nouveaux « sports de la tribu Glisse » (www.funboardtour.com). Bien sûr, ce genre de concept ne prime pas face aux règles financières qui dominent bien souvent le monde sportif, et le respect de l’environnement devient alors un atout en vogue qui fait vendre.

Processus de territorialisation et multiplication des lieux de pratique

10A ce stade du travail, il semble nécessaire de rappeler la définition précise de cet espace : le littoral est une bande de terre où le continent entre en contact avec la mer ou l’océan, mais davantage qu’une simple ligne de contact ; on admettra ici qu’il s’agit d’un espace dont la largeur varie selon les influences que peut avoir la mer sur la terre et inversement. La topographie et la géomorphologie des côtes conditionnent en grande partie cette zone. La mobilité des personnes et le moindre coût des moyens de transports les plus rapides permettent une connaissance accrue des caractéristiques de chaque spot. C’est ainsi que des plages ou des îles bercées par les vents sont devenues l’emblème de ces sports nautiques : Ho’okipa et Maui (Hawaï), Essaouira (Maroc), Fuerteventura et Lanzarote (Canaries, Espagne), Cabarete (République Dominicaine), Tarifa (Espagne), et bien d’autres.

11La France dispose de ses propres spots de la Méditerranée à la Manche : l’Almanarre (Var), Carro (Bouches-du-Rhône), Gruissan et Leucate (Aude), La Torche (Finistère), etc... Autant de lieux, ou de villes parfois, réputés pour leurs conditions favorables à la pratique du kitesurf et/ou de windsurf, et dont les photographies et évènements se succèdent dans la presse et autres médias spécialisés.

12Le processus de territorialisation qui va de pair avec la fréquentation d’un spot, ajoute souvent une valeur à un espace déjà prisé, et les alentours des lieux de pratique deviennent des territoires de rêves, de villégiatures, mais aussi de vie et d’idéal pour bon nombre de ces sportifs. « On assiste (...) à une étonnante conquête des espaces naturels maritimes(...) La recherche de multiples ailleurs est aussi provoquée par le fait que la société urbaine génère une multitude de lieux sans âme, les non lieux décrits par Marc Augé. » (J-R Augustin, 1994). Le littoral offre alors tout ce que recherchent les sportifs en mal d’espace : des sites naturels et ludiques qu’ils s’approprient lorsqu’ils en font un spot. Précisons que par le mot « spot », on désigne usuellement le lieu le plus favorable sur l’espace littoral pour la pratique d’un sport de glisse. Un spot se caractérise par de nombreux éléments dont l’orientation de la plage et son exposition à la houle, le sens de la déferlante (s’il y en a un) ainsi que la nature et la forme du fond qui influent sur la puissance et la forme des vagues en fonction de la houle. De nombreux sports nautiques utilisent ce terme : le surf et ses dérivés, le windsurf, le kitesurf ou la plongée.

13Le processus de territorialisation qui mène à l’appropriation d’un espace par ces pratiques sportives commence par la reconnaissance des conditions physiques locale et par la recherche d’un accès au plan d’eau (véhicules et matériel obligent) si prometteur. Si les premières sessions, souvent le fait de sportifs habitants la région, sont concluantes, le bouche-à-oreille, et aujourd’hui les moyens de communication les plus rapides, aidant, font connaître les caractéristiques du site qui porte d’ailleurs le nom que ses pionniers ont choisi et diffusé. La localisation géographique ou les abords déterminent souvent ce nom qui fait le tour de la planète à travers les cartes éditées dans la presse ou les sites Internet spécialisés.

14En général, ceux que l’on voit le plus souvent naviguer sur ce « spot », c’est-à-dire à n’importe quelle saison, et assez régulièrement, font partie des « locaux », les autres sont considérés par ces mêmes locaux comme des touristes. Spatialement, cette relation se traduit par une répartition précise sur le « spot » : les véhicules des locaux sont stationnés là où l’accès au plan d’eau est le plus aisé, toujours au même endroit, ou bien comme au Goulet (figure 1), les nationalités sont réparties par groupes, ce qui témoigne d’une forme de hiérarchie implicite. Sur l’eau en revanche, les différences n’existent plus qu’entre les niveaux des sportifs, les débutants se concentrant prés des plages, les autres s’éloignant aisément pour tirer de grands bords ou surfer les vagues.

15Après observation, il semble que l’on peut tirer de l’ensemble des lieux de pratique une organisation générale. Un spot est constitué de : un premier accès pour véhicules (route ou chemin, entretenu ou non) ; une zone de stationnement (places marquées au sol, talus, arrières dunes et autres) ; une zone « tampon », non loin des véhicules et dédiée au matériel (peut être très restreinte suivant la configuration des lieux, en zone urbaine par exemple) ; un accès piéton jusqu’à la zone de mise à l’eau ; sur l’eau, une zone de navigation, délimitée ou non, légale ou non.

16La limite septentrionale de cette étude est Leucate, village dont le territoire s’étend de La Franqui, au pied des falaises de calcaire, jusqu’au lido de l’étang de Salses-Leucate. La limite Sud correspond à celle de 1 côte Vermeille jusqu’au Cap Cerbère. Entre ces deux zones rocheuses, un cordon dunaire long d’environ 40 km modelé au gré de la dérive littorale et des vents est entrecoupé de zones urbaines que constituent les stations balnéaires. Avec plus de 200 jours de vent par an, cette région n’accueille pas autant de sportifs par hasard et deux vents y dominent :

  • La tramontane : flux de Nord-Ouest, relativement sec, soufflant régulièrement avec de fortes rafales qui atteignent fréquemment les 100km/h (50 nœuds environ).
  • Le marin : flux d’Est / Sud-Est, air plutôt humide qui accompagne généralement les dépressions ; sa régularité et sa force moyenne en font un vent idéal pour la pratique du kitesurf.

17Dans ce secteur du Golfe du Lion, si les vagues permettant la pratique du surf sont peu fréquentes, une houle accompagne et/ou succède généralement une dépression. Cette houle peut permettre la pratique de la discipline « vague », en windsurf comme en kite.

Les pratiquants : usages et effets territoriaux

18L’observation des usages des pratiquants des territoires du windsurf et du kitesurf conduit à dessiner des profils sociaux, qui varient cependant selon les spots. A chaque type de territoire en effet correspondent des usages précis. La territorialisation dépendant également des mentalités et modes de vie, ils peuvent être des facteurs déterminants des types d’occupation spatiale.

Quand loisirs riment avec « classe moyenne »

19En moyenne, moins de 7 % des windsurfeurs sont à la recherche d’un emploi, il en est de même pour 9 % des kitesurfeurs. Ce constat révèle aussi l’importante représentation des « classes moyennes » parmi ces sportifs. En effet, 36 % sont des salariés de la fonction publique. Les employés de la fonction publique semblent plus enclins à pratiquer le windsurf et le kitesurf. L’aménagement du temps de travail plus souple dans que le secteur privé et la mise en place des 35 heures favorisent cette prédominance. Toujours est-il que les retraités et les fonctionnaires réunissent à eux seuls 56 % des pratiquants de windsurf. Ces résultats semblent mettre en exergue le fait qu’il faille du temps libre assuré si l’on veut être sûr de pouvoir naviguer quand on veut. Car contrairement à beaucoup d’autres activités physiques de nos jours, le windsurf et le kitesurf ne peuvent se pratiquer qu’en plein jour, nécessitent un certain temps d’installation (le temps de gonfler l’aile ou de gréer, d’enfiler une combinaison et de se mettre à l’eau).

Figure 1 : Les caractéristiques des lieux de la pratique du Windsurf et du Kitesurf de Leucate à Cerbère.

Figure 1 : Les caractéristiques des lieux de la pratique du Windsurf et du Kitesurf de Leucate à Cerbère.

L’image d’un sport jeune pour des pratiquants qui le sont moins : le cas du windsurf.

20S’il est vrai que la presse spécialisée met systématiquement en avant l’image d’un sport très jeune, la réalité est tout autre : les moins de 20 ans ne sont pas majoritaires. Contrairement à beaucoup d’autres sports de glisse (comme le snowboard ou le skateboard), le windsurf et le kitesurf sont pratiqués par une majorité d’hommes âgés de 25 à 50 ans. Les questionnaires permettent d’évaluer la moyenne d’âge des windsurfeurs à 35 ans, et celle des kitesurfeurs à 26 ans.

source : L’auteur

21Ces résultats s’expliquent par le coût de ce sport auquel il faut intégrer celui du transport. Sans l’aide de leurs parents ou de sponsors, les plus jeunes peuvent difficilement subvenir à ces dépenses. Entre 20 et 25 ans, les plus représentés sont ceux qui consacrent tout à leur passion. Dans beaucoup de cas, ces sportifs travaillent dans les surfshops de la région ou sont intérimaires : des situations professionnelles souvent peu stables, mais qui leur laissent du temps pour naviguer.

22Dans les Pyrénées-Orientales et à Leucate, si l’on peut apprendre à tout âge, par des stages en pleine saison par exemple, aucun club ou école n’assure un suivi annuel. Alors que tous les autres sports possèdent des structures d’apprentissage et d’entraînement ouvertes à l’année, on ne peut être encadré pour apprendre le windsurf ou le kitesurf qu’entre les mois de mai et septembre. Ce manque de structure contribue à expliquer la pénurie de jeunes windsurfeurs ou kitesurfeurs dans la région.

23Selon les âges des pratiquants, les usages spatiaux ne sont pas les mêmes. En effet, lorsqu’ils n’habitent pas la région, les sportifs logent majoritairement en camping. Nombreux sont ceux qui possèdent une résidence secondaire dans les environs, ce qui révèle un niveau de vie correspondant aux classes moyennes. 15 % utilisent un véhicule aménagé. Les hôtels sont très peu représentés parmi les types de logements : l’inadaptation de ces établissements à l’encombrement du matériel peut-être une explication.

24La figure 3 montre la diversité des origines géographiques des pratiquants de windsurf et kitesurf. Si les locaux sont très bien représentés (habitants les Pyrénées-Orientales et l’Aude : 40 % des sportifs présents), la part des Français habitant d’autres départements n’est pas négligeable (22 %), notamment la Haute-Garonne. Parmi la population étrangère, les Allemands sont les plus nombreux, devant les Belges, les Hollandais et les Suisses qui comptent pour 16 % des windsurfeurs et/ou kitesurfeurs ; il s’agit des pays Européens n’offrant guère de conditions idéales à la pratique de ces sports, mais dont la population dispose d’un pouvoir d’achat. Les 6 % restants se composent en majorité de ressortissants des pays de l’Europe de l’Est.

source : L'auteur

Usages et effets localisés des sports de glisse dans la zone littorale

Les surf shops des P. O. et Leucate : une économie bien implantée dans la région

25L’impact économique de ces sports sur la zone étudiée peut se chiffrer en nombre de magasins, mais aussi d’écoles avec lesquelles ils collaborent. Le tout se traduit par des chiffres d’affaires, des licences, et des emplois. Outre les salariés permanents des établissements ouverts à l’année, le kitesurf et le windsurf génèrent des emplois saisonniers. Les chiffres d’affaires des surf shops de la région seraient les plus importants de France. Ouverts à l’année (suivant un rythme différent en fonction des saisons et des périodes de vacances), ils assurent l’animation du sport local et servent de relais. Certains sont aussi ouverts le dimanche matin, un point notable alors qu’il s’agit de loisirs pratiqués par le plus grand nombre pendant les week-ends. Le succès de ces magasins en tant que facteur économique réside donc dans leur parfaite adaptation à la demande.

26Les services offerts aux adeptes de sports nautiques, comme les écoles et clubs de plage, sont présents sur tout le littoral étudié, mais ne sont ouverts qu’une courte partie de l’année (de juin à septembre dans la plupart des cas). Uniquement saisonniers, les clubs de plage proposent souvent des cours, des stages ou encore le gardiennage du matériel. Ces structures ne sont pas adaptées à un marché pérenne.

27Concernant les effets sur le logement, 12 % des sportifs choisissent le camping (où le mobile-home tend à remplacer la tente), et 11 % la location de studios ou appartements. Parmi la population de windsurfeurs âgée de plus de 50 ans, un phénomène de sédentarisation est observé. Autrefois adeptes du camping, un bon nombre d’entre eux a acquis une résidence secondaire au plus prés de leur « spot » favori. Le kitesurf étant plus récent, on ne peut encore conclure à la même tendance.

Entre conscience écologique et tourisme de masse

28Friands d’espaces naturels, les touristes, comme les locaux, déclarent accorder une importance primordiale à la qualité de l’environnement qui constitue leur « spot ». Cela semble faire partie intégrante des plaisirs de la navigation en windsurf comme en kitesurf : gréer sous les tamaris ou à l’abri des pins d’Alep (Pinus halepensis) pour ensuite côtoyer les goélands et les sternes naines. Donc, en plus de se pratiquer en pleine nature, ces deux sports ne demandent rien de plus que l’énergie éolienne et un plan d’eau, de quoi en faire de véritables modèles écologiques. D’ailleurs, en réponse à la question : « pensez-vous que la pratique de ces sports peut avoir un impact sur l’environnement ? », aucune des personnes interrogées n’a répondu « oui » et la réponse fréquente ressemblait à « (...) de toute façon, on ne peut pas faire de mal, ce sont des sports écologiques (...) ». En terme d’impact sur l’environnement, ces sports impliquent bien plus qu’une simple présence de leurs pratiquants. Multiplié par le nombre de passionnés qui occupent les « spots » en particulier en période estivale, on imagine bien que cette forme de tourisme sportif ne peut être sans conséquence. Certains sites concentrent une plus grande quantité de déchets domestiques que d’autres. Ainsi, une concentration de camping-cars qui restent sur un « spot » plus de 24 heures s’accompagne de la production d’une grande quantité de déchets. Le Goulet ou La Mine sont malheureusement des exemples en la matière (Figure 1).

29La fragilisation des sites se traduit tout d’abord par une forme d’érosion des sols due au creusement et par une réduction de la densité du couvert végétal. Le passage répété des véhicules, ainsi que le piétinement engendre en effet un creusement et un élargissement de ce qui devaient être d’étroits passages jusqu’aux plages (il serait intéressant de réaliser un suivi photographique des zones les plus touchées). Ainsi, on peut observer que dès que les accès ne sont plus matérialisés par une route goudronnée ou un balisage quelconque, ce sont les sportifs qui ont « créé », après plusieurs années de fréquentation, des chemins et même un sens de circulation où de faibles témoins de végétation servent de rond-point ou délimitent des emplacements (comme dans un camping...).

Pluralité des acteurs et incapacités à élaborer une gestion concertée

30Au regard de la diversité des demandes sociales (sportives, touristiques, écologistes), l’aménagement des « spots » des Pyrénées-Orientales et de Leucate ne constitue pas le seul aspect du développement de ce tourisme sportif, il s’agirait plutôt de sa composante la plus remarquable. L’autre partie, moins visible, consisterait en un développement intégré et cohérent des sports comme le windsurf et le kitesurf dans l’économie locale.

Les exemples de Leucate et Le Barcarès : entre politique d’accueil et de rejet

31Dés l’apparition de la planche à voile en Languedoc-Roussillon, Leucate, (2 732 habitants), concentre nombre de spots d’exception. C’est ici que se sont installées les premières surf shops. Succès aidant, la commune s’est rapidement tournée, presque malgré elle, vers la pratique des sports à voile (char à voile, windsurf, et maintenant kitesurf). Si Leucate symbolise aujourd’hui un paradis du windsurf et du kitesurf, ce n’est pas un hasard ; les décisions des élus y ont contribué, ainsi que l’accueil d’un événement aux retombées médiatiques internationales comme le Mondial du Vent. Depuis 1997, il réunit chaque année en avril un public de plusieurs milliers de personnes autour des plus grands champions de windsurf et kitesurf. C’est aussi une occasion pour les grands fabricants de matériel de faire tester leurs nouveautés.

32Si la politique accueillante de Leucate envers les pratiquants de windsurf et kitesurf a favorisé le développement de ces sports et de leurs territoires, la collectivité doit désormais faire face aux conséquences de la surfréquentation. Plusieurs types d’actions ont été mises en place : la construction récente d’aires de stationnement aménagées pour des camping-car qui sont tenus de s’y installer au moins à partir de 20h ; l’édition d’un guide des spots destinés aux windsurfeurs et kitesurfeurs et rappelant les principaux éléments indispensables à une navigation sereine.

33Au début des années 80, la commune du Barcarès se voulait ouverte à la pratique de ces sports, mais surtout friande de l’image qu’ils véhiculent en terme de marketing territorial ; elle lance alors le slogan « Le Barcarès, Station Glisse ». Les changements politiques ont été accompagnés de changement de public. Les constructions se multiplient et le territoire de la commune prend une valeur marchande à laquelle s’intéressent les élus. Les conséquences de plusieurs années d’orientation unique en matière de tourisme de masse modifient la donne, mais sa vocation dédiée au tourisme familial ou plutôt âgé n’empêche pas les adeptes de sports nautiques d’apprécier les lieux.

La faiblesse des fédérations et l’absence de prise en compte départementale

34Parmi les acteurs susceptibles de jouer un rôle dans le développement spatial de ces sports, figurent les fédérations. La Fédération Française de Voile (FFV) et la Fédération Française de Vol Libre (FFVL) étant les représentants officiels de ces sports, leurs images les intéressent, la sécurité de leurs pratiquants également... dans la mesure où ils sont licenciés. En effet, les fédérations ne prennent en compte que les besoins des sportifs détenteurs d’une licence, ce qui réduit les possibilités pour des sports par nature individuels ; la licence implique d’ailleurs souvent la participation à une compétition peu compatible avec l’approche hédoniste des pratiquants rencontrés dans nos enquêtes. Qui plus est, l’absence d’école de windsurf dans les Pyrénées-Orientales explique la non-implication de la FFV dans la pratique locale (il n’existe qu’un club agrée, l’Ecole Française de Voile à Saint-Cyprien, mais il n’est ouvert qu’au printemps et en été). Il est surprenant d’entendre dire qu’ « on ne pratique pas de windsurf dans le département » (Cf. le Comité de Voile) ; « pas de licencié » signifie « pas de sport ». Le Comité de Voile de l’Aude ne semble pas plus agir en faveur du windsurf que celui des Pyrénées-Orientales.

35Oeuvrant en faveur d’une gestion intégrée des espaces de pratique des sports de nature, les Commissions Départementales des Espaces Sites et Itinéraires (CDESI) ont été établies dans chaque département par la loi du 6 juillet 2000, relative à l’organisation et la promotion des activités physiques et sportives. Aucune CDESI n’a été mis en place pour l’heure dans les Pyrénées-Orientales. Selon les services du Conseil Général, les modalités d’application de la loi posent problème. Elle englobe la gestion de tous les sports de nature, y compris les sports motorisés ! Reste à savoir si les Pyrénées-Orientales sont prêtes à s’investir autant que les départements « pilotes » comme la Drôme ou l’Ardèche qui ont mis en place cette gestion concertée ?

36Les Plans Départementaux des Espaces Sites et Itinéraires sont restreints localement par l’aspect administratif de leurs limites, pourtant les sports de pleine nature (et d’autant plus les sports nautiques) ne se cantonnent pas aux limites communales et débordent des frontières départementales, étant tributaires des conditions météorologiques. Fort de ce constat, on pourrait envisager de modifier le champ d’action des PDESI alors remplacés par des plans Régionaux. Les territoires se multipliant au gré des déplacements des sportifs, les plans de gestion pourraient suivre ces mobilités sportives.

Conclusion

37Le développement des APPN a mené plusieurs géographes (Jean-Pierre Augustin, Pascal Mao, ou encore Jean Rieucau) à s’interroger sur ces nouveaux territoires et des groupes d’études se sont constitués autour de ce qu’on appelle aussi les « sports de nature ». L’alliance du sport et du milieu naturel met en exergue, comme toute forme d’utilisation de l’espace, les questions d’enjeux et d’intérêts. Le windsurf et le kitesurf se pratiquent en pleine nature, incarnent une nouvelle génération de loisirs alliant nature, technologie et technique, mais surtout plaisir et satisfaction personnelle. Les évolutions des littoraux aujourd’hui (démaigrissement des plages), ainsi que la législation en vigueur (loi littoral de 1986) ne laissent plus envisager les aménagements de la même manière qu’il y a 30 ans. Ce constat conduit à l’idée que les sports nautiques peuvent faire partie d’une gestion cohérente des espaces littoraux. Dans les Pyrénées Orientales et à Leucate, l’état des sites de pratique et le manque d’organisation (spatiale et économique) du windsurf et du kitesurf réclament une attention soutenue de la part des élus comme du monde sportif. Education, sensibilisation, communication, gestion, mais surtout coopération, apparaissent comme les conditions sine qua non à un développement maîtrisé. Car à l’allure où se diffuse le kitesurf dans la région, les néo-territoires se multiplient et les conflits d’usage vont grandissant (écologistes, ostréiculteurs, touristes). Une analyse précise des éléments à prendre en compte (milieu naturel, paysage, activités humaines et conflits d’intérêts), ainsi qu’un suivi régulier permettraient d’établir un plan de gestion intégré à une politique de développement durable du littoral.

Notes

1 C’est le cas dans le Languedoc-Roussillon tant que les côtes n’ont pas été assainies dans les années 1960.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les caractéristiques des lieux de la pratique du Windsurf et du Kitesurf de Leucate à Cerbère.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende source : L’auteur
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende source : L'auteur
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Claire Boulé : Chargée de mission à la Fédération française de Surf, et doctorante en Géographie, Université Bordeaux 3.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search