Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Seconde partie. Le sport, des pratiques sociales au coeur de nouvelles territorialités.

Entre « Soccer » et « Fútbol », pratiques et territoires du football dans les métropoles américaines

David Giband

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons par commodité le terme européen de « football » pour désigner ce que les Américains (...)
  • 2 Selon F. Frier, 2005 : « Le football (soccer) n’est pas exactement pernicieux, mais il est le symb (...)
  • 3 En 1988, l’ancien quaterback de l’équipe de Buffalo, et membre du parti républicain, Jack Kemp, dé (...)

1Longtemps aux Etats-Unis, la pratique et les espaces du football1 ont été apparentés à un sport ethnique, dont la diffusion confidentielle se limite aux quartiers des immigrants hispaniques. Certains attribuent l’hostilité du pays au football à un mode de résistance à la mondialisation (Foer, 2005). Le football agirait aux Etats-Unis comme un répulsif culturel à la mondialisation comparable au mouvement « anti-mal bouffe » en France2. Markovits et Hellerman (2001) ont montré que l’exception américaine dans le champ sportif tient à la combinaison de deux dimensions : l’une économique et l’autre géographique. Au modèle libéral étasunien, dont l’application sportive se matérialise dans la structuration des sports en ligues et clubs franchisés, s’ajoute dès le début du xxème siècle l’immensité d’un territoire qui pénalise l’organisation d’un championnat national. D’autres, comme Szymanski et Zimbalist (2005), attribuent l’hostilité des Américains au football à une forme d’embourgeoisement. Le football, tel qu’il se pratique au début du xxème siècle, apparaît comme un sport de prolétaires, propres aux quartiers populeux des villes industrielles et porteur de valeurs socialistes, incompatibles avec l’esprit américain3. Cette vision initiale, portée par les médias nationaux depuis près d’un siècle, est régulièrement renouvelée par une partie de la littérature scientifique qui assimile volontiers ce sport à sa dimension ethnique, lui conférant l’image d’un sport minoritaire et ethnocentré. Or, l’essor spectaculaire du nombre de clubs et de licenciés depuis près de quinze ans dans les grandes métropoles, comme dans les petites villes du pays, infirme cette injonction caricaturale, souvent à caractère xénophobe et nationaliste. Le constat d’une progression de la pratique et des équipements est par ailleurs confirmé par la littérature scientifique (Bale et Vertinsky, 2004). Loin d’être un sport confidentiel, le football rassemble près de 16.750.000 licenciés dans plus de 221.000 clubs, autant que le sport roi : le base-ball. Bien que la production scientifique en géographie du sport aux Etats-Unis reste marginale (Bale, 2003), des travaux récents témoignent de l’importance de la pratique du football dans l’ensemble de la société étasunienne, notamment dans les banlieues résidentielles des grandes métropoles, de sa durabilité ainsi que de la complexité des modes d’ancrage territorial qu’il véhicule (Danielson, 2001 ; Price et Whitworth, 2006).

2Partant de l’exemple de la région métropolitaine de Philadelphie, l’intention de cet article est de montrer que les processus de territorialisation du football à l’œuvre dans les espaces de banlieue ne relèvent ni d’une pratique marginale, ni du seul fait ethnique. Au contraire, ces processus se partagent entre un mouvement « d’hétérolocalisme » (Zelinsky et Lee, 1998) à base ethnique et des formes inédites d’enracinement local dans les espaces résidentiels suburbains de la classe moyenne blanche via la pratique féminine et périscolaire. Ce qui dément l’affirmation d’un sport marginal dépendant des modes de résidentialisation des minorités hispaniques dans les quartiers ghettos. Les raisons sont à chercher d’une part, dans l’ancienneté de la pratique sociale et culturelle de l’espace footbalistique et d’autre part, dans l’implication des collectivités locales de banlieues (communes, townships et comtés) pour ce sport de proximité. Derrière l’apparente dispersion et la multiplicité des espaces de la pratique du football en banlieue, se dissimulent des processus singuliers et durables d’organisation sociospatiales.

Sports et territoires aux Etats-Unis : un questionnement scientifique marginalise

  • 4 Voir les travaux de L. Ravenel (1998), F. Grosjean (2004), ou ceux de R. Keerle (2006).
  • 5 In M. Price et C. Whitworth, 2004, p 170.
  • 6 In J. Bale, 2003, p 1.

3Alors qu’en France, la géographie du sport s’intègre pleinementà la recherche en géographie au travers de réflexions globales (Mathieu et Praîcheux, 1987 ; Augustin, 1996) et d’approches thématiques4, la situation aux Etats-Unis semble moins enviable. Comme le notent M. Price et C. Whitworth (2006), la géographie du sport aux Etats-Unis se situe encore à la marge de la production scientifique et « pâtit d’un déficit de respectabilité académique »5. La géographie du sport a subi la critique d’une partie de la communauté géographique. M. Dear (1988) affirmait naguère que la géographie ne peut être « qu’économique, sociale et politique », suggérant au passage que « la géographie du sport n’est pas centrale dans la structure et l’explication du savoir géographique »6. Le peu d’intérêt de la géographie universitaire américaine face au sport se retrouve également dans la lecture du « Dictionary of human geography » (Johnston, Gregory et Smith, 1994). La géographie du sport ne dispose dans cet ouvrage de référence que d’une entrée modeste et incomplète. Constat que confirme l’important ouvrage de Gaile et Wilmott (2004) consacré à l’épistémologie et à l’histoire récente de la géographie aux Etats-Unis.

4Les interrogations géographiques sur le fait sportif et l’émergence d’une réflexion scientifiquement structurée sont un fait récent que l’on peut dater de 1989 à l’occasion de la publication de l’ouvrage de John Bale : « Sports Geography ». S’inscrivant dans une approche culturaliste, et empruntant de nombreux concepts au postmodernisme, cet ouvrage jette les bases d’une géographie du sport aux Etats-Unis, et dresse un tableau complet du fait sportif au travers de l’analyse des liens unissant sports, paysages, espace et pratique sociale. Si l’ouvrage de J. Bale ne revendique pas l’ancienneté de la recherche en géographie du sport aux Etats-Unis, il se singularise par une ambition heuristique et épistémologique forte qui n’hésite pas à emprunter des voies nouvelles : comme la dialectique sport / paysage ou le détour par les théories de la régulation pour explorer l’importance de la mondialisation du phénomène sportif.

  • 7 Géographe à la Oklahoma State University, F. Rooney, présenté comme le père de la géographie du sp (...)

5Précédant le livre de J. Bale, celui de F. Rooney « A geography of american sports. From Cabin Creek to Anaheim » (1974) avait en son temps innové, mais sans l’ambition scientifique de celui de J. Bale7. Par la suite, d’autres géographes se sont intéressés au sport, pour une approche à la marge à vocation illustrative pour l’explication de phénomènes globaux. A. Pred (1981, 1985) ou P. Gould utilisent le sport comme une illustration associée à l’utilisation de méthodes quantitatives. Des géographes radicaux, comme D. Harvey (2000), abordent par allusion le sport sous l’angle de la reproduction matérialiste et spatiale de la sphère capitaliste globale. Dès les années 1980, la tendance est à classer cette thématique dans le champ fourre tout de la « recreational geography » (Hall, 1999), mêlant tourisme, loisirs, sports, objets d’étude perçus comme autant de sous thématiques de la géographie urbaine (L. Mitchell et R. Smith, 1985). Le peu d’intérêt des géographes tranche avec l’abondante production scientifique en sociologie et en anthropologie. Parmi ces travaux, certains défrichent des thématiques très géographiques. C. Springwood (1996), sociologue, s’est penché sur l’étude des paysages du base-ball, analysant le sens des lieux produits par la pratique de ce sport. D’autres, regroupés autour de la revue « Sociology of sports », comme R. Boshier (2004) s’intéressent aux diasporas du sport et aux migrations de sportifs, rappelant certains travaux de géographes français comme ceux de L. Ravenel sur la migration des footballeurs professionnels. Dans les années 2000, le succès grandissant des travaux en sociologie et en éducation du sport pousse plusieurs géographes à intégrer le fait sportif dans leur thème de recherche. Dans la lignée de l’ouvrage de Charles Euchner (1994), l’approche du fait sportif se limite à la description du mouvement de délocalisation des équipes professionnelles des grands sports nationaux affectées par le « flying franchise syndrome » (F. Chambers, B. Page, C. Zaidins, 2003). Quelques rares études se consacrent à des sujets nouveaux, comme D. Alderman et alii (2003) qui explorent la « transculturalité » des courses automobiles de la NASCAR mettant en lumière le « savoir géographique » particulier des acteurs de ce sport. Dans le sillage de J. Bale, plusieurs auteurs lient sports, fait ethnique, mouvement migratoire et dimension métropolitaine.

Les espaces du football dans les métropoles américaines : de la dimension culturaliste à l’approche sociospatiale

6Peu de géographes américains s’intéressent à la diffusion spatiale du sport dans les grandes métropoles (Danielson, 2001), particulièrement lorsqu’il s’agit de sports présentés comme non américains comme le football (soccer). Le dépouillement des principales revues de géographie américaine témoigne du désert scientifique consacré au sport en général et au football en particulier ; ce qui paraît surprenant tant l’expansion de la pratique et la diffusion spatiale du football depuis 1994 constituent une réalité visible des grandes métropoles du pays. Les rares publications relèvent d’ouvrages confidentiels, s’inscrivant dans des thématiques propres à la géographie culturelle (D. Arreala, 2006) ou à l’étude des mouvements migratoires (M. Cronin, D. Mayall, 1998). Il faut attendre l’étude de M. Price et C. Whitworth (2004) qui lient l’analyse de la diffusion spatiale du football et le fait ethnique au travers de la dimension culturelle et ethnocentrée de la pratique des espaces du football dans les banlieues de Washington. Partant de l’étude ethnographique des ligues amateurs de football hispaniques, ces deux géographes révèlent la place centrale des espaces du football dans la construction de réseaux sociaux et les formes d’interaction sociale et spatiale qu’ils induisent.

  • 8 M. Price et C. Whitworth considèrent la répartition spatiale des ligues amateurs de football comme (...)
  • 9 R. Keerle, 2006, p 233-235.

7A la différence de ces auteurs, inscrivant leur approche dans une double dimension culturaliste et postmoderne8, et bien que partageant les mêmes terrains de recherche, notre article se situe dans une démarche de géographie sociale où l’analyse du football s’effectue par le prisme de la pratique sociale, des représentations, des conflits et des formes de contrôle social ou politique qu’il induit dans un territoire donné (G. Di Méo, P. Buléon, 2005). En géographie sociale, le sport est considéré au travers de ses rapports avec la totalité sociale et ses manifestations territoriales. « Considérer le sport comme une dimension d’action spécifique dans la société conduit à interroger la nature de cette spécificité et les relations existant entre le domaine d’action et la totalité sociale »9. Le sport peut ainsi être accepté comme un « médiateur territorial » qui participe à la (re)production d’espaces.

8Nous postulons l’idée que le football aux Etats-Unis se situe dans une dimension post-ethnique (au sens de D. Hollinger, 1995) dont la matérialité géographique (dispersion et multiplicité des espaces de la pratique en banlieue) relève d’une structuration sociospatiale plus complexe que ne le montre la seule analyse de la pratique des groupes ethniques. Les espaces du football contribuent certes à la construction de réseaux sociaux et à l’éclosion de formes d’interactions sociales et spatiales pour certains groupes minorisés. Mais, celles-ci tiennent moins au fait culturel qu’aux processus de changement métropolitain marqués par l’ampleur de la transition postfordiste qui reconfigurent en profondeur les formes de localisation des espaces sociaux. La compréhension de la répartition géographique du football aux Etats-Unis ne peut se réduire à la seule explication culturaliste qui induit l’idée d’un sport ethnique. Elle doit, d’une part, prendre en compte la dimension historique, révélant l’ancienneté de la pratique et l’importance de la transition urbaine de type postfordiste (exurbanisation, éclatement des espaces de vie, mobilités généralisées) ; et d’autre part, intégrer toute la diversité des pratiques du football dépendant à la fois de facteurs macro économiques (la mondialisation du football), de choix politiques (les stratégies des villes de banlieue de se positionner en faveur de ce sport de proximité) et de changements sociaux (essor de la pratique féminine et périscolaire). Les pratiques multiples, les représentations sociales, culturelles ou ethniques du football, les attitudes et les valeurs associées à ce sport participent à la (re)production d’espaces sociaux différenciés dans les banlieues des métropoles étasuniennes.

Figure 1 : Répartition par comté des licenciés des clubs de football, région de Philadelphie.

Figure 1 : Répartition par comté des licenciés des clubs de football, région de Philadelphie.

(Source : PAGS League, ICS League, SJS League, 2006 et 2007)

D’un sport social à un sport « post-ethnique » : l’exemple de la région de Philadelphie

9La région de Philadelphie représente un exemple particulièrement intéressant de l’évolution sociospatiale du football dans une grande métropole américaine. En un siècle, ce sport évolue du statut de sport « social » et ethnique, dépendant des modes d’organisation de la ville industrielle, à un sport « post-ethnique », reflet des modes d’organisation spatiale d’une métropole « postindustrielle » marquée par la fragmentation et la diversité des ordres sociospatiaux. Par « post ethnique », on entend un sport dont la pratique et les formes de structuration sociospatiale ne sont pas attachées aux minorités ethniques mais relèvent d’une dimension cosmopolite (Hollinger, 1995). Pour faire simple, le football aux Etats Unis n’est plus le sport réservé des minorités fraîchement immigrées mais un sport pleinement intégré à la société américaine. Toutefois, ces propos sont à minorer. Même si la dimension ethnique n’est plus exclusive, le football s’étant ces quinze dernières années largement américanisé, elle fonctionne encore comme un marqueur identitaire, notamment pour les populations hispanophones.

Un sport social : des quartiers de l’industrie textile à la proche banlieue pavillonnaire

  • 10 L. Oliver (1996) rapporte que les premières formes de pratique du football à Philadelphie sont cel (...)
  • 11 Il s’agit des grandes organisations caritatives qui, dans une optique hygiéniste et morale, œuvren (...)

10À l’instar des autres villes industrielles de la côte est, le football fait son apparition à Philadelphie au début des années 1880 avec les vagues d’immigrants écossais et allemands (L. Oliver, 1992, 1996). Pratiqué de façon anarchique par ces immigrés de fraîche date dans les quartiers industriels de la ville10, le football est rapidement récupéré et encadré par les associations caritatives et le mouvement des « social reformers »11. Ces groupes d’inspiration chrétienne (protestants et puritains, issus des Eglises presbytériennes et Quaker) utilisent le football comme un outil d’encadrement social et hygiéniste de la jeunesse des quartiers ouvriers qu’elle structure en « clubs ». L’organisation en clubs permet d’encadrer une population jeune supposée « déviante », et facilite la transmission de valeurs morales (sens du travail et de l’effort, esprit de la communauté, solidarité). Dès le début du xxème siècle, la structuration en clubs se calque sur l’organisation sociale et ethnique des quartiers industriels de la ville. La ville industrielle et son organisation en petits quartiers nationaux et ethniques (quartiers écossais, allemands, suédois, irlandais...) servent de cadre au déploiement des clubs. Le football est accepté comme un sport « ethnique » ; l’ethnicité faisant ici référence aux groupes nationaux d’appartenance des immigrants (L. Oliver, 1992). La diffusion géographique s’effectue à partir des quartiers de l’industrie textile du Nord Ouest de Philadelphie (quartiers allemands et écossais de Germantown, Cardington, Nicetown et Horroyak), via les centres sociaux et les maisons d’accueil des immigrants ; puis à partir des clubs (souvent dans les mêmes locaux que les centres d’accueil), vers les autres quartiers industriels du centre-ville (industrie textile et mécanique), de l’ouest (industrie agroalimentaire) et du sud (chimie et construction navale). Le patronat industriel accueille favorablement un sport dont l’organisation, reposant sur une partition géographique (club de quartier) et ethnique (club écossais, allemand...), éloigne les ouvriers du militantisme syndical. Seuls les quartiers italiens et irlandais du Sud de la ville résistent partiellement à ce mode d’organisation territoriale du football. L’archidiocèse catholique limite la diffusion d’un sport considéré comme protestant et anglo-saxon (pratiqué à l’origine par les immigrés allemands, Scandinaves et écossais). Le succès venant très rapidement, les clubs présents à l’échelle du petit quartier industriel et ethnique se structurent en ligues à l’échelle des grands districts urbains de la ville (ligue germanique des quartiers du Nord Est, ligue écossaise des quartiers Ouest), permettant l’organisation de compétitions locales et régionales.

  • 12 La Lighthouse est une des plus anciennes et plus importantes « bountyful ladies » (organisations c (...)

11Certaines associations caritatives assument un rôle prépondérant. La Lighthouse12, en l’espace d’une décennie, essaime plus d’une centaine de clubs dans les quartiers ouvriers du Nord ouest de la ville qui, dès les Jeux Olympiques de 1912 et la recherche de joueurs pouvant intégrer l’équipe nationale, serviront de base à la création d’équipes semi-professionnelles puis professionnelles. La Lighthouse fournit le modèle organisationnel de base : un club au recrutement local et ethnocentré, divisé en groupes d’âge fédérant plusieurs équipes, servant au recrutement d’une équipe (semi) professionnelle. Chaque club dispose d’un terrain d’entraînement et d’équipements connexes (vestiaires, douches, salles des sports) que la communauté du quartier peut mobiliser pour d’autres usages (fêtes de quartier, fêtes religieuses, foires). Les clubs associent dans leur nom l’origine ethnique ou nationale et le quartier industriel d’appartenance, comme : le Germain Hungarian Dub, les First Germans ou les équipes encadrées par le patronat industriel (le Bethlehem Steel and Fleischer Yarn). L’encadrement social et urbain des débuts se poursuit dans les années 1930 par l’essor de la pratique dans les collèges, lycées et universités de la région. Le football facilite l’intégration des nouveaux arrivants. Les années 1940 marquent l’arrêt de la progression du football, dû aux années de guerre et à l’interruption de l’immigration européenne, particulièrement germanique.

Un sport post ethnique ? Les banlieues résidentielles blanches, territoires du « soccer ».

12Les années 1960 inaugurent des changements majeurs dans la pratique et l’organisation du football dans la région de Philadelphie. L’arrivée de nouvelles vagues d’immigrés européens dans les années 1950 permet la modernisation du football dans les plus grands clubs de la ville au travers du recrutement d’anciens joueurs professionnels allemands, hongrois, néerlandais ou Scandinaves. L’échec de la politique nationale de professionnalisation du football associée à la migration en banlieue et à l’américanisation des anciens groupes ethniques modifie la donne. Le football disparaît presque complètement des espaces urbains centraux, peuplés désormais par des Afro-américains, et trouve une nouvelle base géographique d’implantation : les banlieues résidentielles. En disparaissant des quartiers ethniques centraux, le football change progressivement de patronyme : du football (terme européen) il s’affirme pleinement comme « soccer » avec son installation dans les banlieues résidentielles blanches.

13Des années 1960 aux années 1980, le football émerge progressivement comme un sport de proximité à la pratique spécifiquement suburbaine. Les années 1980 puis 1990 (avec le succès de la coupe du monde de football) témoignent de l’essor spectaculaire en banlieue ainsi que dans les espaces ruraux. Les nouveaux territoires suburbains de Pennsylvanie et du New Jersey, et leur cohorte de petites villes et de lotissements résidentiels, deviennent les nouveaux territoires de la pratique du « soccer » ; sport américanisé qui en se développant en banlieue perd sa dimension et ses origines ethniques pour devenir un sport suburbain, élément identitaire des petites villes et des espaces pavillonnaires. Pendant que les années 2000 marquent l’irruption de nouveaux acteurs (les populations hispanophones récemment immigrées) pour d’autres pratiques sociales et spatiales du « fútbol ».

Le fondement territorial des ligues et des clubs : une partition géographique et ethnique

  • 13 Nous laissons de côté les ligues professionnelles.

14L’organisation contemporaine du « soccer » dans la région métropolitaine de Philadelphie se caractérise, comme pour nombre d’autres métropoles, par un fonctionnement en ligues à l’assise territoriale bien définie. Les ligues amateurs13 fédèrent sur une sur une base locale un ensemble variable de clubs amateurs pour lesquels elles organisent des championnats et des tournois. Elles gèrent l’affectation et l’entretien des terrains et équipements. Six ligues se partagent dans la région métropolitaine de Philadelphie près de 170 équipes amateurs et 60.000 licenciés (tableau 1), selon une double partition géographique et ethnique. Deux ligues, destinées aux hispaniques, couvrent la partie sud de la métropole (anciens comtés industriels de Delaware, Etat de Pennsylvanie, et de New Castle, Etat de Delaware, fig.3). Les quatre autres ligues, ethniquement indifférenciées, mais servant une population majoritairement blanche, se partagent les comtés de la banlieue résidentielle entre Pennsylvanie et New Jersey, selon les comtés d’enregistrement des clubs auprès des services administratifs locaux (fig.2). La South Jersey Soccer League s’étend sur les comtés résidentiels du New Jersey (Camden, Gloucester et Burlington), partie orientale de la région métropolitaine. La Delco Soccer League présente une implantation privilégiée dans les comtés de la première couronne de la banlieue ouest et sud-ouest (comtés de Chester, Delaware, et Montgomery). L’Intercounty Soccer League couvre les comtés périurbains et les zones rurales sous influence de l’ouest et du nord-ouest (comtés de Montgomery, Bucks, Lehigh, Berks, Lancaster et York). Enfin, la ligue féminine (Philadelphia Area Girls Soccer) s’étend sur la partie Est et Nord-Est de la première couronne de banlieue. Ces délimitations, loin d’être rigides, se chevauchent en fonction des décisions des clubs d’adhérer à telle ou telle ligue pour des raisons de commodités géographiques ou sportives (choix d’un championnat plus relevé).

Tableau 1 : Ligues et clubs de football dans la région métropolitaine de Philadelphie

Tableau 1 : Ligues et clubs de football dans la région métropolitaine de Philadelphie
  • * Approximation ; source : PAGS League, ICS League, DS League, SJS League, 2006)

(Note **)

15Chaque ligue fédère un nombre très variable de clubs en fonction de l’amplitude géographique de la zone de recrutement, de sa densité résidentielle et de son caractère ethnique. Les plus petites ligues, par l’assise géographique ou par le nombre de clubs et de licenciés, sont à chercher du côté des ligues hispaniques. En revanche, le nombre élevé de clubs (45) affiliés à l’Intercounty Soccer League s’explique par l’amplitude de sa couverture spatiale (à cheval sur les espaces suburbains et ruraux). La Delco soccer league et la South Jersey Soccer League, couvrant des territoires d’amplitude et de composition résidentielle similaire (banlieues pavillonnaires), fédèrent un nombre presque égal de clubs (respectivement 31 et 33).

16Un second niveau de distinction s’opère entre les petites ligues « typées » (dans un registre ethnique ou de genre) et les grands ligues « généralistes » (indifféremment ouvertes à la pratique masculine et féminine par exemple) ; celles-ci regroupent 65 % des clubs et 92 % des licenciés.

17L’analyse en fonction du nombre de licenciés tend à distinguer les petits clubs (moins de 100 licenciés) hispaniques et féminins des grands clubs généralistes. Ces derniers se partagent en deux groupes. Un premier ensemble caractérise les clubs regroupant de 200 à 400 licenciés pour une pratique ludique, périscolaire et faiblement orientée vers la compétition (pas d’équipe prestige). Les grands clubs (plus de 1 000 licenciés) forment un second groupe. Ils associent équipes amateurs, équipes semi professionnels, football extérieur et football en salle, et disposent d’infrastructures complètes (plusieurs stades d’entraînement, des équipements connexes : piscines, salles de musculation...). Sept clubs accueillent plus de 2 000 licenciés. Il s’agit de très grands clubs suburbains, pionniers du football en banlieue depuis les années 1960 ou 1970, fondés par d’anciens joueurs professionnels européens. Leur rayonnement ainsi que leur recrutement dépasse la sphère de la ville ou du comté d’implantation pour atteindre une dimension régionale.

18Quelle que soit la ligue d’appartenance, le football apparaît comme un sport de la banlieue pavillonnaire, clairement marqué dans sa pratique et ses représentations par l’attachement aux espaces suburbains. Deux zones d’ombre se distinguent. En premier lieu, la ville de Philadelphie, berceau historique du football régional, conserve quelques clubs prestigieux (sept) dans les quartiers huppés du Nord Est de la ville. Le football est absent du reste de la ville, qu’il s’agisse des quartiers blancs, noirs ou asiatiques. La part des clubs et des pratiquants à Philadelphie représente moins de 10 % des licenciés (pour 30 % de la population métropolitaine). En second lieu, les communes pauvres, peuplés de minorités afro-américaines, de la proche banlieue industrielle sont dépourvues de clubs et d’équipements. Dans un cas comme dans l’autre, ces absences sont à replacer dans une dimension ethnique. Les raisons sont d’abord à chercher dans l’histoire du football régional, structurée autour des populations immigrées européennes qui en ont fait un instrument de cohésion et d’intégration à la société étasunienne, mais aussi d’exclusion pour les populations noires. Ensuite, il convient d’évoquer la distance des quartiers centraux des minorités trop éloignés des infrastructures sportives et de la densité compétitive de banlieue pour autoriser l’émergence d’une pratique régulière.

La dimension spatiale des clubs : une typologie par la pratique

19Si l’on reprend la typologie proposée par F. Grosjean (2004), quatre types de clubs peuvent être différenciés en terme de pratique : les clubs de convivialité d’adulte (clubs de la Police, des Pompiers, clubs internes à une entreprise), les clubs à vocation élitiste (disposant d’une équipe semi professionnelle ou professionnelle), les clubs d’encadrement au quotidien (clubs pour la pratique enfantine et adolescente) et les clubs typés de la pratique féminine et hispanique. Indépendamment du type de club, la dimension spatiale des clubs traduit plus leur enracinement dans un espace local que la finalité de la pratique, même si celle-ci pondère les critères de proximité (comme la dimension ethnocentrée des clubs hispaniques). La plupart des clubs recrute leurs membres dans un espace de proximité résidentielle, à l’exception des clubs hispaniques. Ces derniers, représentant moins de 2 % des pratiquants, recrutent au sein de l’espace régional élargi, renvoyant l’image de ligues de football « hors sol ». La proximité et l’enracinement local n’interviennent pas dans les choix, alors que prédomine l’appartenance ethnique et la volonté d’un entre soi culturel.

20Les clubs d’encadrement au quotidien présentent une dispersion très large des clubs dans l’espace métropolitain, couvrant les étendues pavillonnaires de banlieue ainsi que les marges rurales de l’ouest et de l’est de l’agglomération métropolitaine (fig.2). Il s’agit typiquement de clubs modestes de petites villes, où le football apparaît comme un élément fort de l’identité locale. Ces clubs reflètent la composition raciale et sociale de leur zone d’implantation ; c’est-à-dire un sport de Blancs, pour un public jeune (enfants et adolescents) et en majorité féminin (près de 60 % des licenciés des clubs locaux hors ligue féminine). La proximité (la zone de recrutement reste inférieur à 10 Km) et le choix élargi des pratiques répondent à des fonctions multiples et partagées : convivialité, encadrement péri scolaire, compétition. Les clubs de convivialité d’adulte sont les moins nombreux (une dizaine). Ils attirent des joueurs venus au football tardivement, souvent après la pratique active d’un autre sport, pour une aire de recrutement éclatée et se localisent souvent sur les lieux de travail (services de pompiers, de policiers, grandes entreprises). Les clubs élitistes pratiquant un football d’excellence sont également peu nombreux (une dizaine). Leur localisation se partage entre le berceau historique des quartiers nord ouest de Philadelphie, où ils renvoient l’image d’un sport universitaire réservé à une élite sociale, et quelques très grands clubs de banlieue, clairement engagés dans la voie de la compétition dont le recrutement déborde la région métropolitaine.

La bipolarisation du football de banlieue

21Si l’on fait exception du « football d’excellence » et du « football au travail », tous deux minoritaires par le nombre de clubs et de licenciés, en termes d’implantation géographique, de dynamique sociale, culturelle et de pratique, le marché du football régional prend un caractère bipolaire marqué : le « soccer » des espaces pavillonnaires blancs de l’ouest, du nord ouest et de l’est, et le « fútbol » hispanique de la banlieue industrielle sud.

Le soccer des banlieues blanches : une structure sociale « inversée »

22Avec 120 clubs et près de 58.000 licenciés, le football est bien enraciné dans les espaces résidentiels de la banlieue de Philadelphie, faisant jeu égal avec le base-ball. Le « bon enracinement » du football dans les banlieues résidentielles des classes moyennes blanches de Philadelphie n’a rien de surprenant et n’est pas non plus le résultat de « l’effet coupe du monde 1994 ».

23Non seulement la création des ligues et des clubs précède de longue date cette événement (tableau 1), certes majeur et qui a servi localement d’accélérateur, mais en outre le football démontre des capacités surprenantes d’adaptation aux espaces de la banlieue pavillonnaire. Précisons que la diffusion du football dans la banlieue de Philadelphie s’opère dès les années 1960 en synchronie avec les formes d’étalement pavillonnaire dans les comtés ruraux de Pennsylvanie (Montgomery, Bucks, Chester). La création des clubs amateurs et la diffusion de la pratique (via l’encadrement péri scolaire des jeunes enfants et adolescents) se fait à l’instigation d’anciens joueurs professionnels européens qui suivent le white flight. D’anciens joueurs professionnels comme Hans Peter (fondateur de l’Intercounty Soccer League en 1960) ou Rudy Fisher (fondateur de la Delco en 1978) jettent les bases géographiques (des ligues régionales de banlieue) et sportives (une pratique centrée sur la petite enfance dans des clubs de proximité) de la diffusion du football à partir d’un canevas associant un club local et une petite ville ou une communauté résidentielle. Trois anciens joueurs européens assument une responsabilité déterminante : H. Peters (néerlandais) dans les communes de Hilltown, Lower Southampton et Levittown, R. Fischer (Allemand) à Horsham et J. Hunter (écossais) à Abington. Présentant l’expansion démographique de la banlieue ouest, ces trois joueurs proposent un modèle d’organisation simple (une ville, un club) permettant une pratique sportive de proximité encadrée par des joueurs de haut niveau. Ces premiers efforts réalisés dans les comtés de Montgomery et de Bucks au travers de clubs pionniers (comme le Kirkwood Soccer Club, le Warrington Soccer Club ou l’Upper Dublin Soccer Club) trouvent un large écho auprès de populations anciennement ethniques qui voient dans la pratique du football un héritage culturel et identitaire autant qu’un mode d’engagement familial dans la nouvelle communauté résidentielle à bâtir.

Figure 2 : La répartition des clubs de football (hors ligues hispaniques)

Figure 2 : La répartition des clubs de football (hors ligues hispaniques)
  • 14 Selon F. Foer (2005), plus de la moitié des pratiquants amateurs du football sont issus de foyers (...)

24Les modalités d’encadrement administratif du football jouent un rôle essentiel. Contrairement aux autres sports pour la jeunesse (baseball, football américain ou basket-ball), dont l’organisation est solidement encadrée par des acteurs institutionnels (services municipaux de la jeunesse de type : City Recreation Department, ou encore par les universités et les collèges universitaires), le football dépend dans son organisation, sa gestion et son développement du seul engagement parental. F. Foer (2005) resitue cet engagement parental suburbain dans l’héritage du mouvement de la contre culture des années 1960. L’enthousiasme parental pour le football en banlieue est apprécié comme une extension de l’esprit de la contre culture par une partie des classes moyennes qui voit dans le football un sport faiblement marchandisé, à la pratique mixte, qui permet de s’éloigner du conformisme social ambiant et dont les règles limitent la violence et les comportements individualistes. Ce qui expliquerait la structure sociale « inversée » du football aux Etats-Unis. Alors que dans le reste du monde, le football est un sport des classes populaires, il s’affirme en Amérique, dans la poursuite de la contre-culture, comme le sport des classes moyennes14.

Engagement parental et enracinement local

25Le fonctionnement des clubs, et à un degré moindre des ligues, relève d’un modèle autogéré autour du volontariat et de l’implication parentale, conférant au football de banlieue une dimension familiale et micro locale assumée et revendiquée. Le choix d’un encadrement libre des ligues et des clubs facilite l’essaimage des clubs dans les petites villes « champignons » des années 1970 et 1980 au travers de l’implication parentale. Espace du football, espace résidentiel et espace de l’implication individuelle et familiale se confondent dans une même dynamique englobante. Le volontariat et l’engagement parental constituent la structure sociale de base du football de banlieue autant que sa dimension spatiale première, c’est-à-dire celle d’un sport de proximité attaché à l’espace résidentiel et affectif de la petite ville de banlieue. La présence parentale se manifeste aux différents moments de la vie du club : la gestion quotidienne, la présence dans les instantes dirigeantes des clubs et des ligues, la vie sociale connexe à la vie du club (fêtes, manifestations sportives, culturelles). A partir de ce modèle d’organisation familiale, la progression du football s’effectue, dans les années 1970 et 1980, selon un double mouvement. D’une part, en tâche d’huile, à partir des clubs pionniers et prestigieux, et d’autre part au rythme de la progression du front pavillonnaire vers les espaces ruraux.

26A l’origine, le développement du football prend appui sur la pratique féminine. Les premiers clubs se créent dès 1960, suivis par la création de ligue féminine en 1964.

27L’espace féminin du football couvre alors les nouveaux espaces pavillonnaires des comtés de Montgomery et de Bucks (Pennsylvanie). Le base-ball et le basket-ball, très présents grâce à l’encadrement scolaire, attirent selon des filières bien définies un public masculin de l’école primaire aux collèges universitaires. Le football trouve son public auprès des jeunes filles et adolescentes qui dans les années 1960 sont les grands oubliées des sports collectifs. Le succès du football auprès du public féminin dans le temps péri scolaire s’étend à l’ensemble des banlieues pavillonnaires de la région des années 1970 et 1980, puis dès 1980 aux populations masculines. Sport athlétique et ludique, il nécessite un engagement physique moindre que le football américain et accueille les enfants de tous sexes dès la petite enfance (quatre ans), contrairement aux autres sports, généralement accessibles vers six ou sept ans. L’inscription mixte des garçons et des filles, facilitant la gestion parentale de l’emploi du temps familial et des mobilités de loisirs, explique en partie le succès en banlieue.

28Le football s’intègre rapidement à la société suburbaine car il reproduit l’ identité locale ainsi qu’une certaine forme d’ordre sociospatial. Le football prospère dans de petites villes suburbaines à l’identité forte et à haute valeur imageante, celles de la « small town America » (Bryson, 1990). Ce cliché dépeint l’image d’Epinal de la petite ville traditionnelle, présente dans l’imaginaire américain : espace de quiétude, lieu du conformisme social et familial porteur de valeurs américaines (l’ordre moral, le sens du travail, la sécurité, la vie familiale). Le football agit dans l’identitaire collectif de banlieue comme le sport de la petite ville (porteur des « vrais » valeurs américaines), à la différence des grands sports urbains (Danielson, 2001), souvent à connotation ethnique (le Basket-Ball et les Afro-américains), ou sports spectacles (le football américain) véhiculant des comportements déviants (ivrognerie, violences, obscénité des publicités). Ces critères moraux jouent à plein dans des espaces historiquement marqués par le puritanisme quaker et presbytérien.

29L’essor du football peut être replacé dans un contexte plus global marqué par l’importance des changements sociologiques, économiques et identitaires des petites villes du pays (Mattson, 1997). Plusieurs travaux mettent l’accent sur l’émergence d’usages consuméristes mais aussi sur la réactivation identitaire de l’espace de la petite ville et de son bassin de vie qui accélèrent les changements dans les registres sociaux, récréatifs et patrimoniaux (Bryers, 2000). Clairement rattaché au mythe de la « small town America », le football est associé à la qualité de la vie, à la communauté locale et au « sense of place ». En revisitant le mythe de la « small town », le football re-qualifie l’espace local, et le différencie des banlieues monotones (« Anywhere USA »). Club de la pratique périscolaire et ludo-sportive, le club de football répond aux aspirations élargies de la classe moyenne de banlieue (en intégrant la pratique féminine, ludique, périscolaire, la compétition). Il reproduit l’imagerie territoriale ambiante ; sport de la petite ville, le football fonctionne comme un sport familial, de proximité, attaché aux racines locales. Dans l’imagerie suburbaine, il se construit en mobilisant deux figures locales, l’une géographique (la petite ville), l’autre sociale (la communauté locale). D’un point de vue social, il légitime l’ordre local, celui de la petite communauté résidentielle blanche, espace familial conforme aux valeurs américaines. L’espace du football fonctionne comme le lieu de la reproduction d’un certain conformisme local. Ce qui constitue un paradoxe majeur pour un sport dont les raisons de la pratique se fondent initialement sur le refus du conformisme social ambiant par une partie des héritiers de la contre-culture des années 1960.

30Dans ce processus, le « coach » (l’entraîneur) joue un rôle important. Il fonctionne comme la figure sportive locale (aux responsabilités sportives, pédagogiques et morales) et comme une figure de la vie locale au même titre que le pasteur, le maire ou le petit patron. Dans son travail, il entretient l’identité territoriale (l’équipe de football est dans certaines petites villes la seule équipe), et il intervient dans la vie quotidienne de la communauté résidentielle (négociation avec les élus, travail pédagogique avec les enseignants et les parents, engagement dans la vie associative). La présence familiale est omniprésente dans la dimension spatiale du football de banlieue. Elle se manifeste physiquement autour du stade, lieu de la pratique sociale familiale et de voisinage (accompagnement des enfants, organisation de pique-niques, de barbecues) et dans le club (implication dans la gestion). L’espace du football déborde du terrain sur ses abords où se construit une socialisation parentale, reproduisant celle du voisinage. Les abords du stade facilitent, par exemple, l’intégration des nouveaux arrivants. Il peut être vu comme l’extension du voisinage où se poursuit la proximité sociale et se forge l’identité locale. Le football fonctionne ainsi comme un espace de vie sociale à travers la mobilisation parentale dans les évènements sportifs (présence aux entraînements, aux compétitions), et comme support d’activités extra sportives (fêtes de quartier, de paroisse, foires, manifestations culturelles). Le terrain de football se singularise comme un des lieux de la vie quotidienne de la petite ville au même titre que le Mall, le parc public ou l’école.

31Dans ce processus d’ancrage local, le football bénéficie de l’appui des collectivités locales, qu’il s’agisse des petites villes mais surtout des comtés. Echelon institutionnel très important dans les espaces suburbains et ruraux, aux compétences élargies (police, pompiers, éducation), le comté assume un rôle de premier plan dans le champ sportif. Dès les années 1960, les autorités des comtés de Montgomery, Bucks et Chester établissent des politiques d’encadrement du football au travers de la construction de multiples stades de proximité. Parallèlement à cela, les comtés organisent et gèrent l’attribution des terrains aux ligues, en fonction d’un système d’enregistrement des ligues auprès des services du comté. Le comté affecte un nombre et une durée d’utilisation des terrains à chacune des ligues présentes sur son territoire. Sport familial, le football fait l’objet de politiques d’encadrement très favorables de la part des comtés, ce qui tranche avec la politique de construction de grands équipements pour les équipes prestigieuses des sports spectacles à Philadelphie.

Le « fútbol » des banlieues hispaniques : hétérolocalisme et espaces mémoriels

  • 15 Banlieues ouvrières dortoirs datant des années 1930 et 1940.

32L’expérience comme les espaces du football des populations hispaniques diffèrent de ceux des populations blanches. Précisons que les populations hispanophones ne se sont installées que récemment dans la région métropolitaine de Philadelphie à la faveur de l’immigration à destination des foyers métropolitains du nord-est, et en fonction d’opportunités nouvelles d’emplois dans les secteurs du commerce, de l’hôtellerie et de la restauration (casinos d’Atlantic City et grands centres commerciaux de Cherry Hill et King of Prussia). Il s’agit d’une immigration tardive (depuis la fin des années 1980) de ressortissants principalement mexicains, originaires de la région de Puebla s’installant dans les anciennes « bedroom communities »15 des vieilles banlieues industrielles de l’est (New Jersey) et du sud (Delaware) de la région. Bien que tardive, leur installation dans la région prend désormais l’allure d’une croissance exponentielle ; ces populations avec un peu moins de 60.000 personnes disposent du taux de croissance le plus élevé de la région (pour la période 2000-2006, source US Census), variant de +133 % pour le comté de Bucks à +600 % pour celui de Montgomery. A l’instar d’autres groupes de néo-immigrants, les modes de résidentialisation des Hispaniques tranchent avec les modèles explicatifs de l’écologie factorielle. Les modes actuels de résidentialisation se caractérisent par trois éléments : une installation privilégiée en banlieue loin des quartiers ethniques d’accueil traditionnel (type ghetto ou barrio, un immigrant sur deux s’installe dans un quartier résidentiel de banlieue blanc ou racialement mixte), lieux de résidence et de travail sont déconnectés de même que les lieux de consommation et de vie sociale (associative, sportive, religieuse ou culturelle), et une demande sociale renouvelée qui s’opère moins en services sociaux de base qu’en services d’accompagnement (programmes d’intégration linguistique par exemple ou demandes de subventions pour des associations sportives et culturelles). Qualifiés « d’hétérolocalisme » par W. Zelinsky et B. Lee (1998), ces comportements font référence aux populations récemment immigrées qui, ayant des origines ethniques ou nationales communes, adoptent immédiatement un mode d’habitat dispersé en banlieue, tout en parvenant à rester unies par toutes sortes de moyens, dont les association culturelles et sportives.

33Créées à la fin des années 1990, les deux ligues hispaniques encadrent une cinquantaine de petits clubs et, bien que localisées administrativement dans les comtés de Delaware et New Castle (fig.3), recrutent sur l’ensemble de la région. La Delaware Latino Soccer League, la plus ancienne et la plus importante, fédère quarante clubs et près de 600 licenciés exclusivement mexicains. Alors que l’autre ligue, plus petite et plus récente, Li Fucad, accueille une population plus diverse (bien que les Mexicains soient majoritaires). Elle se présente comme la ligue de football « pan-hispanique » accueillant Boliviens, Honduriens ou Nicaraguaiens. À l’inverse des classes moyennes blanches, dont la pratique est ancrée dans la proximité résidentielle, il n’existe pas de concordance entre espace de résidence et espace de la pratique. La dispersion et le faible volume des populations hispaniques dans la région interdisent la structuration d’une pratique de la proximité ; ce qui confirme l’hypothèse de comportements « hétérolocalistes » évoqués précédemment. Par ailleurs, les clubs se concentrent dans deux comtés du sud industriel de la métropole. Cette hyper concentration tient à deux facteurs. Premièrement, il s’agit des premiers espaces d’installation des immigrants mexicains. Deuxièmement, la disponibilité des terrains de football s’explique par l’abandon ou le dédain des autres groupes ethniques pour des espaces de la vieille banlieue industrielle, perçus comme dévalorisés. L’absence de conflits d’usage avec les populations blanches et afro-américaines facilite la fixation des ligues et clubs hispaniques dans ces espaces résidentiels et sportifs de la relégation. La plupart des terrains occupent d’anciens terrains vagues industriels ou sont à proximité immédiate de sites industriels polluants. Complexes pétrochimiques, terminaux portuaires, industries métallurgiques ou déchetteries industrielles constituent le paysage quotidien des terrains de football installés le long de la vallée de la Delaware.

Figure 3 : La répartition des clubs de football des ligues hispaniques

Figure 3 : La répartition des clubs de football des ligues hispaniques

De la nécessité culturelle au travail mémoriel

34Le rapport au football, à sa pratique et à ses espaces diffère de celui des classes moyennes blanches. Beaucoup d’immigrants hispaniques considèrent le football comme une « nécessité culturelle », selon les mots de Dan Garber, président de la Major Soccer League (principale ligue professionnelle). La pratique du football apparaît comme la possibilité de nouer des relations sociales au sein de la communauté nationale d’origine, pendant que les espaces des ligues (terrains, stades, locaux associatifs) fonctionnent comme des lieux créateurs d’activités multiples, que l’on peut subdiviser en trois catégories : culturelles, mémorielles, de socialisation.

35En premier lieu, les ligues permettent la création temporaire mais régulière d’espaces culturels, familiers où se reconstruit une identité nationale et une « hispanicité » revendiquée, ainsi qu’une appartenance commune dans une aire métropolitaine sans lieux permanents d’interactions sociales pour ces néo-immigrants (de type barrio ou quartiers ethnique). Les terrains de football sont l’occasion les jours de match (samedi et dimanche) de manifestations culturelles hautes en couleur, où pèle mêle on retrouve l’affirmation d’une appartenance nationale (drapeaux mexicains), des défilés populaires (religieux, enfantins ou festifs de type carnavals ou fêtes nationales), mais où s’affirme aussi une culture hispanique du football différente de celle des Etasuniens. Cette dimension culturelle se retrouve jusque dans la façon de jouer et le type de jeu pratiqué, présenté comme le « vrai football », plus riche, plus fin et plus technique que la façon nord américaine. En valorisant un type de jeu d’excellence, c’est aussi une identité nationale et une forme d’hispanicité qui sont revendiquées. Les terrains de football deviennent ainsi des lieux à haute valeur sportive ajoutée dans des espaces résidentiels et industriels dévalorisés.

36Comme l’ont montré M. Price et C. Witworth (2004) pour l’exemple de la banlieue de Washington, les espaces des ligues de football hispaniques fournissent plus qu’une identité culturelle ou nationale commune, ils agissent comme un tiers espace, tel que le défini E. Soja (1989) ; c’est-à-dire ni un espace vécu (premier espace, celui de l’expérience quotidienne), ni un espace perçu (second espace, celui du filtre culturel), mais un tiers espace à vocation mémorielle. Cette vocation mémorielle se situe au cœur des espaces du football où la pratique de ce sport permet de réactiver une hispanicité visible ainsi qu’une identité nationale voire locale, celle de la région voire du village d’origine. La plupart des clubs regroupe leurs adhérents en fonction des lieux d’origine, les équipes adoptant le nom du village d’origine. Ainsi les équipes prennent pour nom : Tenancingo, Azteca, Puebla, ou encore Base de Lungo. Le temps d’un match ou d’un entraînement, les espaces du football facilitent la remémoration de l’espace d’origine dont on partage souvenirs et images avec les autres membres. La sur-valorisation du type de jeu hispanique participe aussi d’une idéalisation de la vie au pays, élément structurant de la construction identitaire de ces populations aux Etats-Unis.

37Enfin, les espaces des ligues constituent pour ces immigrés de fraîche date des espaces de socialisation qui apportent, pour une population souvent célibataire, des formes régulières de communication et d’échanges. Le club, mais surtout le terrain de football du dimanche, servent de lieu d’échange d’informations sur les conditions d’emploi, de logement, ou de transactions diverses (vente de voitures d’occasion par exemple). Ils fonctionnent comme des lieux d’interaction sociale pour des individus dont la participation au club constitue bien souvent la seule forme de vie collective. Le terrain de jeu dominical facilite aussi la mise en place de soutiens collectifs et de solidarités, permettant la levée de fonds pour envoyer au pays ou aider un membre du groupe.

  • 16 Proximité dans l’état du Delaware de grandes exploitations maraîchères.

38Les temporalités de la pratique s’éloignent de celles des classes moyennes blanches. On observe une forte variabilité saisonnière dans la pratique du football entre l’hiver et l’été. Les conditions climatiques (important enneigement, froid) associées à l’absence de terrains couverts (contrairement aux clubs des banlieues blanches mieux équipés) limitent la pratique de novembre à avril. Ces fluctuations tiennent surtout à la part importante de travailleurs saisonniers parmi les licenciés dans les secteurs du bâtiment, de l’agriculture16 et des espaces verts. La pratique dans un club hispanique à la forte identité nationale revêt une importance particulière pour des travailleurs migrants et le plus souvent isolés.

39Finalement, alors que les espaces de résidence et de travail fonctionnent comme des lieux d’expérience de la vie en Amérique et de confrontation à des altérités multiples (identitaires, ethniques, sociales, culturelles), les espaces du football fonctionnent comme des lieux de mise à distance de la société englobante, comme des espaces de l’entre soi où la dimension mémorielle et identitaire reste omniprésente. La pratique du football comme les espaces associés à ce sport participent à l’évidence à la construction identitaire de ces groupes de néo-immigrants pour lesquels le football entretient le lien avec l’espace de départ et fournit une forme de fierté locale et d’identité forte dans l’espace métropolitain philadelphien. Cette double dimension mémorielle et identitaire explique les refus des dirigeants des deux ligues d’intégrer la fédération de football de la côte Est. Espaces d’inclusion identitaire et nationale, les espaces du football apparaissent donc aussi comme des espaces d’exclusion.

Pour conclure : La question identitaire au cœur de la dimension territoriale du football de banlieue

40L’opposition entre « soccer » et « fútbol » n’est pas seulement celles des mots, elle oppose des groupes sociospatiaux (anglophones et hispanophones), des pratiques sportives (perceptibles dans les types de jeux), des imaginaires territoriaux (celui de la petite ville contre l’espace mémoriel du pays de départ) et des territoires métropolitains (banlieue industrielle contre banlieue pavillonnaire). Elle révèle aussi des inégalités dans l’accès aux équipements (équipements bien dotés d’un côté, plus grande difficulté à accéder de l’autre à des terrains) ; alors que paradoxalement les équipes hispanophones et anglophones ne se rencontrent presque jamais sur un terrain de football ! Sport de banlieue, le football se singularise par la dualité marquée de ses formes de territorialisation. Quelque soit le groupe concerné, bien plus que pour les autres sports pratiqués dans la région, l’identité figure au cœur de la dimension territoriale du football de banlieue. À l’identité consensuelle et locale des quartiers résidentiels des classes moyennes s’oppose l’identité imageante et mémorielle des groupes hispaniques. Loin d’être un exemple isolé, l’organisation territoriale du football dans la région de Philadelphie témoigne de la diversité des modes d’appropriation territoriale et des relations différenciées à l’espace sportif.

Notes

1 Nous reprenons par commodité le terme européen de « football » pour désigner ce que les Américains qualifient de « soccer ».

2 Selon F. Frier, 2005 : « Le football (soccer) n’est pas exactement pernicieux, mais il est le symbole des Etats-Unis jetant à la poubelle leur tradition de rester à l’écart des mouvements du monde » p 50.

3 En 1988, l’ancien quaterback de l’équipe de Buffalo, et membre du parti républicain, Jack Kemp, déclarait dans un discours devant le congrès - contre la tenue de la coupe du monde de football aux Etats-Unis - que le football (soccer) était « un sport européen et socialiste » contrairement au football américain : « un sport démocratique et capitaliste ».

4 Voir les travaux de L. Ravenel (1998), F. Grosjean (2004), ou ceux de R. Keerle (2006).

5 In M. Price et C. Whitworth, 2004, p 170.

6 In J. Bale, 2003, p 1.

7 Géographe à la Oklahoma State University, F. Rooney, présenté comme le père de la géographie du sport en Amérique du Nord, est l’un des rares géographes américains à consacrer l’intégralité de sa production scientifique à l’étude du phénomène sportif.

8 M. Price et C. Whitworth considèrent la répartition spatiale des ligues amateurs de football comme « l’expression dynamique du tiers espace telle que défini par E. Soja », p 169.

9 R. Keerle, 2006, p 233-235.

10 L. Oliver (1996) rapporte que les premières formes de pratique du football à Philadelphie sont celles d’un sport de rue pratiqué au hasard dans les rues, ruelles et terrains vagues des quartiers de l’industrie textile du nord ouest de la ville.

11 Il s’agit des grandes organisations caritatives qui, dans une optique hygiéniste et morale, œuvrent au travers d’actions sociales auprès des populations immigrées (scolarisation, logement social, encadrement culturel, religieux ou sportif).

12 La Lighthouse est une des plus anciennes et plus importantes « bountyful ladies » (organisations caritatives protestantes) de la ville. Fondée en 1893 pour l’assistance aux populations immigrées installées dans les quartiers de Kensington et de North Philadelphia, elle continue à intervenir dans les quartiers pauvres de la ville au titre de programmes éducatifs, sportifs et de développement économique pour les populations noires et hispaniques.

13 Nous laissons de côté les ligues professionnelles.

14 Selon F. Foer (2005), plus de la moitié des pratiquants amateurs du football sont issus de foyers aux revenus supérieurs à 50.000 $ par an, ce qui les situe dans la partie supérieure des classes moyennes.

15 Banlieues ouvrières dortoirs datant des années 1930 et 1940.

16 Proximité dans l’état du Delaware de grandes exploitations maraîchères.

Notes de fin

* Approximation ; source : PAGS League, ICS League, DS League, SJS League, 2006)

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search