Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mineurs, minorité. Jeunes, jeunesse en Roussillon et en Languedoc, XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Les jeunes protestants dans la principauté d’Orange pendant l’Ancien Régime

Françoise Moreil

Texte intégral

  • 1 P. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, 1973, 502 p., p. 21.
  • 2 F. Moreil, « Coexistence dans la principauté d’Orange au XVIIe siècle », Liame, Université de Mont (...)
  • 3 E. Arnaud, Les protestants de la principauté d’Orange, Paris, 1884, 2 volumes, 565 et 414 p. ; Com (...)
  • 4 M. Venard, « Les legs charitables dans les testaments du XVIe siècle à l’Isle-sur-la-Sorgue et à C (...)
  • 5 A. Eurich, « La charité et les conflits confessionnels dans la principauté d’Orange au XVIIe siècl (...)
  • 6 C.-F. Hollard, F. Moreil, La Principauté d’Orange du Moyen âge au XVIIIe siècle, Mémoires de l’aca (...)
  • 7 G. Levi, J.-C. Schmitt, Histoire des jeunes en Occident, Paris, 1996, 378 p.
  • 8 P. Ariès, op. cit. ; J. Gélis, M. Laget, M.-F. Morel, Entrer dans la vie, Paris, 1978, 246 p. ; J. (...)

1Cette étude présente les jeunes gens depuis le berceau jusqu’au mariage, tant les garçons que les filles, autant ceux qui appartiennent aux milieux populaires que les notables dans le cadre de la société réformée de la principauté d’Orange pendant l’Ancien Régime. Cette histoire s’inscrit entre guerres et occupations diverses pendant les tourments d’un difficile XVIIe siècle, dans un cadre institutionnel particulier où les populations se retrouvent dans une situation d’identification très nette accompagnée de la défense constante de leur foi, pendant toute leur vie. Vérifions si la « jeunesse est toujours l’âge privilégié du XVIIe siècle »1 grâce à de multiples sources, consistoriales et notariales dans cette enclave bi-confessionnelle2. La principauté d’Orange a été étudiée au XIXe siècle3, puis au XXe siècle par Marc Venard4, Amanda Eurich5 et au cours d’un colloque récent6. Signalons toutefois la difficulté de retrouver ces jeunes gens dans les archives car ils sont rarement désignés en tant que tels à cause de leur minorité sauf dans quelques actes comme les apprentissages7. Les grandes étapes d’une vie avec l’enfance, les apprentissages et le mariage, sont présentées8.

I. Une enclave bi-confessionnelle9

1. Les institutions

  • 10 R. Moulinas, « Orange », in L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 930-9 (...)
  • 11 W. F. Leemans, « Conflits religieux à Orange à l’époque de la Réforme », Provence historique, t. 3 (...)
  • 12 L’ordonnance de Villers-Cotterêts ne s’applique pas dans ce territoire extérieur au royaume de Fra (...)
  • 13 Une étude démographique précise manque encore.

2La principauté d’Orange est un petit État souverain, d’une superficie de deux cent cinquante km2, presque enclavé dans l’État pontifical d’Avignon et du Comtat Venaissin et limitrophe du royaume de France par le Rhône. En 1545, ce territoire entre par héritage dans la famille des Nassau. La ville principale, Orange, peuplée d’environ trois mille habitants au XVIe siècle, détient tous les pouvoirs : siège d’évêché, résidence du gouverneur qui gère la principauté avec le parlement créé en 1471, et, depuis 1365, la ville possède une université10. Elle a des liens économiques avec les bourgs voisins de Courthézon, Jonquières et Gigondas. La Réforme s’est implantée très tôt dans une société en mutation où s’est développée une nombreuse classe de marchands, d’artisans et de professions libérales11. Environ un tiers de réformés et deux tiers de catholiques vivent dans cette principauté12. Au XVIIIe siècle, la population est passée à environ dix mille habitants13.

2. L’édit de 1607

  • 14 C. Feuillas, « Tolérance dans la principauté d’Orange » in L’édit de Nantes : un compromis réussi  (...)
  • 15 Arch. com. Orange (ci-après ACO), AA 6.
  • 16 S. Durand, Les villes en France XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Hachette, 2006, p. 47-59.
  • 17 R. Sauzet, Contre-réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle. Le diocèse de Nî (...)
  • 18 O. Christin, « La coexistence confessionnelle, 1563-1567 », Bulletin de la société d’histoire du p (...)

3Après des décennies de guerres de religion et cinq textes similaires, le prince Philippe-Guillaume octroie à ses sujets un édit dont le but est la paix à l’extérieur et l’ordre à l’intérieur après la réconciliation évoquée dans le préambule par « oubliance des troubles passés »14. Le principe sur lequel repose ce texte, proche de l’édit de Nantes, est l’égalité entre les deux cultes, ce qui entraîne le partage de toutes les institutions. Des paragraphes spécifiques sont consacrés aux ecclésiastiques des deux groupes sur les règles concernant le détail des dîmes, payées par tous les fidèles, les sermons, leurs relations avec la justice, les mariages. D’autres articles codifient les points litigieux de la vie quotidienne concernant les jours de travail et ceux qui sont chômés, l’utilisation de libelles ou de chansons scandaleuses, l’interdiction des ligues, les enlèvements des enfants et les crimes. Quant aux réformés, sept points traitent spécifiquement des consistoires, du serment prêté par ses membres au prince, des finances, des temples, des mariages et des testaments. En cas de litige, tous doivent recourir à la justice princière qui est l’instance suprême pour faire respecter la stricte égalité15. Dans le royaume limitrophe, cette situation de partage politique entre les deux camps se retrouve dans des villes du royaume voisin16, comme Nîmes17 mais aussi Nyons18.

  • 19 K. P. Luria, Sacred boundaries : religious coexistence and conflict in early-modern France, Washin (...)
  • 20 M. Venard, « Protestants et catholiques à Orange : entre sûreté et égalité », L’édit de Nantes, sû (...)

4Après tous les troubles du XVIe siècle, la coexistence confessionnelle, garantie par l’État, se révèle être la seule solution dans la principauté comme dans toute l’Europe19. Dans ce système, toutes les institutions sont partagées à égalité avec un strict respect20. Depuis les précédents édits de pacification qui avaient été octroyés, une nouvelle habitude de fonctionnement s’est mise en place. C’est le cas du parlement, du collège, des consulats, des conseils politiques des cités du territoire qui sont peuplées de réformés ; la capitale bien évidemment sera étudiée et aussi, plus particulièrement Courthézon, où les registres du consistoire sont toujours conservés, au contraire de ceux d’Orange qui ont disparu lors de la Révocation. À Jonquières, ne résident que quelques familles protestantes et aucune à Gigondas.

  • 21 A. de Bouärd, « Le fonds des notaires d’Orange à la bibliothèque vaticane », Mélanges d’Archéologi (...)
  • 22 J. Chetail, « Quelques indications sur le notariat dans la principauté d’Orange », Provence histor (...)

5Les registres notariés représentent, à eux seuls, environ quatre kilomètres linéaires des archives départementales installées dans le cadre prestigieux du Palais des papes d’Avignon. Parmi ceux-ci, les registres concernant la principauté d’Orange pour l’Ancien Régime sont environ au nombre de mille quatre cents21. Le notariat de la principauté se répartit entre les quatre études d’Orange, une à Courthézon et une autre à Jonquières22.

  • 23 Arch. com. Courthézon (ci-après ACC), GG 16, GG 17, GG 18. Que le maire et son équipe soient remer (...)
  • 24 F. Moreil, « Récit de la révocation de l’édit de Nantes dans la principauté d’Orange » : les avent (...)
  • 25 F. Moreil, « Les consistoires de la Principauté d’Orange (XVIe-XVIIe siècles) », colloque internat (...)

6Les registres du consistoire de Courthézon qui couvrent les années 1617-1702 sont les seuls subsistants de la principauté23. De plus, le dernier registre de Courthézon présente une particularité extrêmement rare en terre francophone car, bien qu’interrompu en 1685 lors de la Révocation, il est réouvert en 1697 par le pasteur Aunet qui réinstalle son Église après les douze années qu’il a passées en prison depuis 1685 et l’interdiction faite à ses fidèles de pratiquer leur religion. Ce registre est tenu à jour jusqu’en 170124. La dernière occupation des troupes françaises est fatale à ces réformés qui partent, alors, vers les terres septentrionales du lointain mais accueillant Brandebourg25.

  • 26 A.-M. de Cockborne, « Courthézon, actes de baptêmes, mariages, sépultures », Cercle généalogique d (...)
  • 27 ACC, BB 7, fo 68.
  • 28 ACC, GG 17, fo 203vo.

7La capitation de 1697 permet de relever les noms de 1 579 personnes dont une centaine de vignerons qui n’apparaissent jamais dans les documents réformés26. En 1709, lors du « grand hiver », 1 613 personnes sont recensées dans le registre du conseil de ville27. Quelle est la proportion des protestants ? Selon les documents émanant des protestants courthézonais eux-mêmes, la cote financière de 1665 pour la construction du temple mentionne les noms de cinquante-deux contribuables28 ; soit deux à trois cents personnes, selon le nombre des enfants par familles, soit un cinquième de l’ensemble des habitants. Cette population réformée est numériquement inférieure aux catholiques mais supérieure socialement car, dans ces décennies du XVIIe siècle, elle se compose plutôt de notables et d’artisans.

II. Le temps de l’enfance

1. Autour de la naissance

  • 29 J. Gélis, Les enfants des Limbes. Mort-nés et parents dans l’Europe chrétienne, Paris, 2006, 96 p.
  • 30 ACC, GG 17, fo 246.
  • 31 ACC, GG 17, fo 55.

8Dans cette terre marquée par la Réforme, l’entrée dans la société chrétienne s’effectue par le baptême qui est le premier sacrement pour les calvinistes. La sagefemme payée par la ville, Françoise Gondefroi, prête serment entre les mains du viguier « de servir tant riches que pauvres » en décembre 1601. La parité exige pour chaque confession deux sages-femmes en 1622, puis quatre en 1651 car la population augmente. Elles n’ont plus la possibilité d’ondoyer depuis l’interdiction de Calvin qui souhaite l’éradication des pratiques superstitieuses comme celle des sanctuaires à répit29. Les registres de baptêmes sont tenus par les pasteurs mais aussi par les anciens qui les déchargent comme en 1671 à Courthézon30. La cérémonie du baptême se déroule dans l’un des deux temples de la principauté dans un délai plus ou moins long après l’accouchement qu’il est difficile de vérifier en absence de la datation de la naissance qui n’est pas souvent indiquée. En 1642, Éléonore de Georges est invitée par le consistoire à faire baptiser son neuvième enfant, une fille prénommée Marie, trois semaines après l’accouchement car elle semble avoir tardé selon la remarque des anciens de Courthézon31.

  • 32 A. Fine, Parrains, marraines, la parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994, 389 p.
  • 33 J. R. Watt, « Calvinism, childhood and education : the evidence from the Genevan consistory », Six (...)
  • 34 F. Moreil, « Une arrivée retardée, les Orangeois à Berlin en 1704 », G. Braun, S. Lachenicht (dir. (...)
  • 35 F. Moreil, « Le récit de la révocation de l’édit de Nantes... », art. cit.

9On peut relever les prénoms32 qui témoignent d’un choix scripturaire conforme aux instructions de Calvin. En effet, à Genève, les prénoms des saints passent de 43 % à 3 % pour les garçons et de 49 % à 2 % pour les filles33. Par contre, il est impossible de connaître le délai qui fut nécessaire pour éradiquer les prénoms catholiques car il ne subsiste plus aucun des registres du XVIe siècle dans la principauté. Dans une étude portant sur les 127 prénoms masculins, Jean et Jacques arrivent en première position34 : Jacques 16, Jean 14, François 11 et en dessous de 10, Pierre 8, Claude, Louis, Antoine, Daniel à 7 occurrences ; Étienne et André 6 fois. Les prénoms suivants ne figurent qu’à un seul exemplaire, Adam, Balthazard, Charles, Christophe, Denis, Esprit, Gabriel, Gaspard, Georges, Guillaume, Hector, Honoré, Jean-Louis, Marc, Michel, Phinéas, Simon, Thomas, Isaac. Parmi les 99 prénoms féminins les plus usités apparaissent à plus de 10 mentions trois prénoms, Catherine 13, Jeanne 12 et Magdelaine 10 ; en dessous, Françoise et Marie 7, Suzanne et Marguerite 6, Anne 5, Judith 4, Lucrèce et Marianne 3. L’éventail du prénom à occurrence unique est aussi large que chez les hommes, Alexandrine, Amélie, Antoinette, Constance, Denise, Esther, Eve, Félice, Hélène, Jaquette, Jacqueline, Joasine, Marthe, Pauline, Philiberte, Sibylle. Les enfants du pasteur Gaspar Martin, ancien capucin, sont prénommés Françoise, Jacques, Marthe, Jean. Le fils du sieur Reynaud de Berguerolles porte celui de son parrain, Constantin de Zuylichem, plénipotentiaire du prince en 1665. Les enfants reçoivent aussi les prénoms des princes ou des nobles locaux, Amélie, Fréderic-Henri, Guillaume, Olympe, Diane, Esprit, Éléonore, Philiberte, César, Lucrèce, Josine qui est celui de l’épouse du gouverneur Valckembourg, ou encore ceux des pasteurs Jean d’Espagne ou Étienne Aunet35. La gamme se révèle extrêmement variée même en respectant les consignes du fondateur.

2. Le cas particulier des enfants trouvés

  • 36 ACO, GG 308. Tous mes remerciements à Claude-France Hollard qui m’a signalé ce document.

10En 1665 un accord est pris entre les quatre recteurs de l’hôpital des pauvres qui concerne une « bastarde » trouvée le matin « sans aucune marque de la religion en laquelle elle est née ». Ils décident donc « pour le bien de paix et l’advenir » que les enfants « sans marque seront baptisés le premier dans l’une des religions et le second dans la religion différente » et de le noter dans un registre tenu par le secrétaire de la communauté, heureusement pour les historiens36 ! Cette petite baptisée dans la foi réformée porte le prénom de Jeanne qui n’est pourtant pas celui de sa marraine, Olympe Coste, et encore moins celui de son parrain, Gabriel Convenent. Au total, quatorze enfants sont inscrits jusqu’en 1686. C’est à la fois peu numériquement mais bien révélateur du système bi-confessionnel dans lequel la principauté vit depuis 1607. Les enfants sont un réel enjeu entre les deux confessions qui ont trouvé cette solution pour éviter les conflits. Cette liste s’arrête en 1686, car cette année est celle de l’arrivée de la Révocation et de l’inutilité désormais de ce partage des enfants trouvés puisqu’ils deviennent tous catholiques, malgré la présence des réformés dans cette région.

3. Les enfants illégitimes

  • 37 K. Spierling, « Putting order to disorder : illegitimate children their parents and the consistory (...)
  • 38 ACO, BB 35, fos 32-33.

11Il n’y en a aucune trace dans les registres du consistoire, ce qui laisserait supposer que ces réformés soient devenus sages ; peut-être ? En tout cas, l’absence d’archives consistoriales du XVIe siècle ne permet pas de voir comment le contrôle social se met est place comme c’est le cas à Genève où, finalement, les enfants illégitimes sont déclarés dans les villages français proches de la ville de Calvin37. Dans un compte rendu d’un conseil de ville en 1699, est évoqué l’affaire d’une domestique enceinte, venue d’un village voisin, car les consuls craignent qu’elle n’abandonne son bébé et qu’il soit alors à la charge de l’hôpital ; on apprend, par la suite, que le père est le fils aîné de Mme d’Aubignan, probablement catholique d’ailleurs car il est originaire d’un petit village proche et comtadin. Le conseil décide de ne pas la renvoyer à cause de la rigueur de la saison hivernale ; en définitive, en mars, la maîtresse se déclare prête à payer les gages de la servante enceinte38.

4. L’enfance heureuse de Madame Du Noyer39

  • 39 Madame Du Noyer, Mémoires, annotées par Henriette Godwyn, Paris, Le Mercure de France, 2005, p. 30 (...)

12Cette jeune Nîmoise est confiée par son père, devenu veuf, à sa tante maternelle qui réside à Orange. Certes, dans le souvenir de la femme adulte exilée en Hollande qui rédige en 1703 ses mémoires, ce temps passé est empreint d’une double nostalgie, celle de la petite fille heureuse dans sa famille et celle de la protestante libre de pratiquer sa foi avant le triste temps de la Révocation : « Orange était dans ce temps-là un séjour enchanté » où elle vécut depuis sa sixième année jusqu’à l’âge de douze ans, soit de 1669 à 1675. Écoutons-la évoquer ses jeux, les visites des personnages importants comme celle du conseiller de Bérighen à qui elle récita des vers ou encore celle de la grande duchesse de Toscane, fille du duc d’Orléans, sur la route du retour pour Paris en 1675. Elle réussit à entrer dans la demeure de cette princesse qui lui donna le contenu d’une belle corbeille de fruits confits dans son tablier ; sa tante ne crut son récit qu’en voyant ces fruits. La jeune Anne appartient à l’élite sociale et n’a probablement pas les mêmes jeux que les enfants du peuple. Elle sait lire et écrire et a acquis une certaine culture puisqu’elle connaît des poèmes et les sermons d’un pasteur, ami de sa tante. Est-ce sa tante ou son oncle qui les lui ont appris ou bien a-t-elle bénéficié des leçons d’un maître particulier, comme les garçons ?

5. Les orphelins

  • 40 ADV, 3 E 35/326, fo 75.
  • 41 ADV, 3 E 51/241, fo 439vo.
  • 42 ADV, 3 E 51/169, fo 78.
  • 43 ADV, 3 E 35/236, fo 1, 3/I/1627.

13Ils sont mentionnés dans les testaments des parents, d’abord des pères : Pierre Jartoux, un cordonnier malade, signe de façon maladroite, le 29 août 1673, et décède quelques jours après ; il demande à être enterré dans le cimetière de « ceux de la religion chrestienne reformée », et désigne comme héritière universelle sa femme Laurette Deville qui devra « faire apprendre un métier à son fils Pierre tel qu’elle jugera estre agreable à son fils et pourra vendre vigne pour payer l’apprentissage »40. Le fils est âgé de 5 ans seulement. Un pasteur Jacques Piélat, malade en août 1641 : « charge sa femme d’elever honnestement sa famille comme une bonne mère peut et doit donner à ses males un mestier et vacation honnorable lorsqu’ils seront parvenus en aage capables »41. Un autre pasteur et ancien conseiller au parlement de Grenoble, Charles de Vielheux, avant de décéder en octobre 1649, répartit de façon originale « tous ses livres en hébreu, grec et latin à son fils Acatius, ceux en français et italien à sa fille » ! Si son fils veut suivre des études de théologie, sa mère lui donnera jusqu’à 3 000 livres pour ce but. Dans une clause spécifique, le mourrant permet à sa femme de choisir comme héritier la fille ou le garçon qui recevra alors les deux tiers des biens ; la mère doit les « entretenir en sobriété et discipline chrétienne »42. En 1627, une veuve d’un pasteur, Anne de Beaucastel, laisse dans son testament pour son fils aîné une somme de 300 livres pour « estudier aux lecons publiques de philosophie et de théologie... plus tous les livres du père (qu’elle avait donc gardés) ou l’argent de la vente »43. Cette femme se comporte en chef de famille, soucieuse d’assurer au mieux l’avenir de son fils selon le souhait du père, même décédé.

III. Le temps des apprentissages

14Pour les parents survivants, le souci constant est l’avenir de leurs enfants d’abord dans le domaine scolaire ou intellectuel.

A. De la petite école à l’université

1. Les débuts

  • 44 A. Walch, « Prier en famille chez les catholiques et les protestants avant la révocation de l’édit (...)
  • 45 ACC, GG 17, fo 251.
  • 46 ACC, GG 17, fo 77.
  • 47 ACC, GG 17, fo 117.
  • 48 ACC, GG 17, fo 18.
  • 49 ACC, GG 17, fos 92, 186-187.

15En premier, les rudiments sont enseignés par le maître d’école payé par le consistoire. Son rôle est de faire apprendre le catéchisme qui est la base de l’éducation religieuse fondamentale pour ces calvinistes44. Chez les protestants, cet enseignant assure souvent aussi les fonctions de chantre, de lecteur et de sonneur de cloches dans les petites communautés. En 1672, après le décès du titulaire, les membres du consistoire de Courthézon énumèrent les qualités requises pour le nouveau : « avoir une bonne plume, enseigner l’arithmétique et un peu du latin »45, afin de donner une instruction de qualité à leurs garçons. Si le candidat ne présente pas ces caractéristiques, ils ne l’engagent pas, ce qui se produit en 164846. Une liste de dix-neuf noms peut être établie pour une durée de quatre décennies, soit une moyenne de deux ans de présence. L’instabilité semble la règle car il faut bien avouer que les cent cinquante livres annuelles versées ne permettent pas de mener un train de vie dispendieux ; même si ces lecteurs demandent cinq sols pour enseigner la lecture et dix sols pour l’écriture par élève en plus47. Parfois, leur comportement n’est pas apprécié par les parents vigilants : en 1635, un père, membre du consistoire, se plaint du précepteur Pariat car il bat les élèves et a arraché des cheveux à son fils48. En 1664, les absences répétées de Louis Bonnet originaire de Mérindol ne sont pas supportées, ni l’attitude de Chabond qui, finalement, abjure et ensuite « est retourné au bourbier comme la truye lavée sestant fait prestre et ayant abandonné sa femme et ses enfants » selon la note du secrétaire de séance dans la marge49.

2. Le collège et l’académie réformés d’Orange

  • 50 E. Arnaud, Les protestants de Provence et de la principauté d’Orange, Paris, 1884, 2 vol., 565 et (...)
  • 51 A.-M. Duport et F. Moreil, Religions et éducation à Nîmes, les vicissitudes du collège et de l’aca (...)
  • 52 ACO, BB 32, fo 87, 2 novembre 1676.
  • 53 ACO, GG 79.

16Malheureusement peu d’archives subsistent de cette institution créée en 1573 par le frère du prince, Ludovic de Nassau, qui rétablit l’université50. C’est donc une création princière, comme à Orthez ou à Sedan, dont la survie est essentielle pour maintenir les églises réformées. En effet, la concurrence est vive avec, à Avignon, la présence du collège jésuite fondé en 1565 par le cardinal-légat Alexandre Farnèse ; la réputation de cet établissement est si grande que même des enfants des protestants nîmois viennent s’inscrire dans cette institution catholique ! En 1583, par un édit, Guillaume de Nassau place le collège sous l’autorité d’un bureau composé des ministres, des régents, du consistoire et du président ou d’un conseiller du parlement. Le financement est prévu par une somme destinée à payer les pasteurs et les quatre régents, prise sur les biens catholiques confisqués. On peut supposer que cet établissement fonctionnait vraisemblablement comme celui de Nîmes puisque Jean de Serres, l’illustre helléniste et frère du célèbre agronome, fut principal de ces deux institutions, d’abord à Nîmes où il rédige un règlement51. En l’absence de tout texte équivalent dans la principauté, on en est réduit à des conjectures et à supposer qu’il y avait introduit la même organisation. Par contre, la ville décerne tous les ans un prix aux élèves méritants ; ils sont récompensés par des livres achetés pour un montant de trente livres selon les décisions prises en conseil52. Le régent de la cinquième classe, Giraud Boissié, catholique, tient la comptabilité des leçons dispensées à ses élèves, autant réformés que catholiques, qu’il loge aussi de 1669 à 1674. Parmi la dizaine d’écoliers dont il s’occupe annuellement figure le nom du propre fils du principal réformé, Jean Guib. Le catalogue de ses quarante-quatre livres montre un homme pétri de culture latine, possédant les ouvrages de Plutarque, Virgile, Cicéron, Horace53.

  • 54 ADV, 3 E 35/236, fo 2.
  • 55 D. Bourchenin, Étude sur les académies protestantes..., op. cit.

17L’académie réformée, lieu de formation des futurs pasteurs, naît en 1561, soit deux ans après celle de Genève, le modèle calviniste. C’est la réponse apportée à une forte demande d’éducation de la part des élites urbaines, désireuses d’accéder à l’idéal humaniste apparu pendant ce siècle. Dans les registres du synode dauphinois revient régulièrement la mention de la part versée par les Églises de la principauté pour l’académie de Die. Dans les registres de délibération du conseil de ville, seuls émergent les noms de quelques principaux et professeurs54. Les régents viennent souvent de Nîmes comme Charles d’Aubus, car les échanges sont nombreux entre les deux établissements, bien intégrés dans le réseau scolaire réformé. Les liens sont aussi très forts avec l’académie de Die, créée en 160455. Il est difficile de préciser davantage le rôle de l’académie d’Orange en l’absence d’archives. Ce collège et cette académie attirent les jeunes désireux d’accéder ensuite à des charges publiques.

  • 56 Traduction : la vertu et l’érudition sont les semences et la nourriture de l’académie, in Jean de (...)
  • 57 M. Millet, Notes sur les imprimeurs d’Orange et les livres sortis de leurs presses, Valence, 1877, (...)

18Durant cette période, arrive comme nouveau pasteur dans la cité d’Orange Jean de Serres, frère de l’illustre agronome. Riche d’une grande expérience, il exerce là pendant dix ans jusqu’à sa mort en 1598. En effet, il a été pédagogue des enfants de l’hôpital de Genève lors de ses études. Puis il a enseigné au collège de Lausanne avant d’être demandé en 1578 par les Nîmois comme recteur de leur collège. Quatre ans plus tard, il a rédigé pour cette institution un nouveau règlement en latin ; pour lui, « Virtus et eruditio sunt Academiarum semina et messis »56. C’est donc un vrai pédagogue qui arrive et apporte tous ses soins à l’académie orangeoise en faisant venir de Nîmes un imprimeur, Sébastien Jacqui57.

L’université58

  • 58 M. Vidor-Borricand, L’université d’Orange, Aix, 1977, 130 p. ; A. Yrondelle, Histoire du collège d (...)
  • 59 A.-M. Duport et F. Moreil, Religions et éducation à Nîmes..., op. cit.

19En 1365, une université est fondée à Orange par une bulle de l’empereur Charles IV qui crée des chaires de droit canon et civil, de médecine, de philosophie logique et de grammaire ; c’est la transformation en université du studium qui existait depuis 1268. Ensuite, le pape Urbain V confirme ces privilèges. Les amis de Jean de Serres occupent des fonctions à l’université, grâce à ses recommandations, Allary en tant que trésorier et le juriste François du Barry comme enseignant de droit car « les escolliers veulent estudier en lois ». Il semble certain que Jean de Serres applique dans l’académie orangeoise les mêmes principes éducatifs qu’à Nîmes59. Il assume la charge de recteur, enseigne la théologie, fait partager à ses étudiants son immense savoir d’helléniste brillant. Son collègue et ami, le pasteur Sébastien Julien, lui succède. Leurs fils reçoivent, en 1611, leurs diplômes de docteurs en droit.

Le « mi-partiment »

20En 1607, l’édit du prince Philippe-Guillaume autorise le libre exercice de deux religions et partage toutes les institutions entre catholiques et réformés pour les « réconcilier à une parfaite union et concorde » ; l’université et le collège sont confirmés, mais le collège, exclusivement protestant, est rendu bi-confessionnel. Les enseignants sont donc choisis moitié parmi les catholiques et moitié parmi les protestants et cette situation perdure jusqu’en 1703. Tous les établissements réformés subissent ce « mi-partiment ». Il en est de même à Nîmes en 1634. Les membres de deux confessions cohabitent malgré tout. Un libraire est installé en 1631. David Derodon, venant de l’académie de Die, enseigne la philosophie de 1639 à 1650. Samuel Sorbières, neveu de Samuel Petit, brillant pasteur nîmois, est principal de 1650 à 1652. Lui succèdent un Écossais, Jean-Frédéric Guib et son fils, Henri, qui exercent durant les difficiles décennies 1680-1719.

21Le retour à un certain calme permet une augmentation des effectifs des étudiants. À l’université, les juristes sont chaque année les plus nombreux : une vingtaine ; en 1619 leur nombre s’élève même jusqu’à 42. Les médecins et théologiens sont rarement plus de deux. Le recrutement n’est pas seulement local, mais s’étend du Languedoc aux Alpes. Par lettres patentes de 1634, Louis XIII permet à tous les docteurs et gradués d’Orange d’être admis comme avocats dans tous les parlements du royaume comme tous les gradués des universités françaises. Une longue querelle commence car les autres universités refusent de reconnaître les titres universitaires orangeois.

3. Le devenir de l’université et du collège

22Durant l’occupation française de 1685 à 1697, l’évêque est à nouveau chancelier de l’université. Les protestants, comme Guib, ont fui ou se sont convertis de force. En 1697, par le traité de Ryswick, le prince Guillaume, devenu en 1688 roi d’Angleterre, recouvre sa principauté où il rétablit la situation antérieure bi-confessionnelle. En 1702, Guillaume d’Orange meurt sans héritier direct ; sa principauté finit par revenir à Louis XIV qui, depuis longtemps, désire supprimer dans son royaume catholique cette enclave qu’il avait déjà occupée trois fois durant le XVIIe siècle. Le collège est alors confié aux doctrinaires en 1716 jusqu’à la Révolution.

23L’université d’Orange se trouve donc intégrée pour la première fois dans les structures royales françaises. Le chancelier Pontchartrain déplore, en 1702, que « rien de tout ce qui est prescrit par les édits et les déclarations du roi soit pour le temps des études soit pour les examens soit pour les thèses » n’y soit respecté. Elle doit donc revoir ses statuts, ce qui ne se produit qu’en 1718. Elle est dirigée par un chancelier, toujours l’évêque en titre. Le recteur est nommé annuellement par tous les membres ; il y a aussi un trésorier, un secrétaire et un bedeau qui porte fièrement en tête des cortèges la belle masse d’argent, symbole de l’université. Ils adoptent le même costume que leurs collègues français.

24Malgré tout, il semble bien que l’université d’Orange soit assez laxiste avec les règlements ; les registres sont antidatés et remplis de feuilles volantes, faciles à dissimuler. Est-elle une véritable université ou bien un lieu où il est très simple de devenir docteur « à la fleur d’Orange » ? La modicité des coûts des grades explique probablement l’afflux des étudiants malgré sa mauvaise réputation : pour le baccalauréat, 24 livres, comme pour la licence, mais 88 livres pour le doctorat, soit la moitié des frais de l’université de Montpellier, ou encore 33 fois moins qu’à Paris...

  • 60 Jean de Serres, op. cit., § 48 ; traduction : la piété, âme de l’érudition.

25Ainsi l’université d’Orange connut plusieurs transformations, révélatrices des troubles : une fondation impériale médiévale, une concurrence avec un collège protestant au XVIe siècle, puis au XVIIe siècle un partage avec les réformés qui se maintiennent pendant plus d’un siècle avec un autre modèle pédagogique ; un XVIIIe siècle contesté par les universités françaises. C’est une présence très originale pour l’université d’Avignon que cette « sœur » si bigarrée, à si peu de distance de la cité des Papes ! Malgré tout, la leçon de l’humaniste Jean de Serres a été entendue « pietas, anima eruditionis »60.

  • 61 ACC, GG 17, fo 83, en janvier 1650.
  • 62 ACC, GG 16, fo 146.
  • 63 ACC, GG 16, fos 76-78.

26L’école est un enjeu car certains parents réformés placent leurs enfants chez ceux « de l’église romaine » ; ils sont alors convoqués devant le consistoire et doivent les retirer et surtout demander réparation aux anciens61. Ces parents récalcitrants sont punis par l’interdiction de participer à la communion comme à Pâques 1627 pour les époux Charolle62. C’est Pierre Mandin en 1617 qui est appelé devant le consistoire à cause de sa fille placée dans un établissement catholique et il récidive en 1621 avec son fils qui finit par abjurer et alimenter quatre pages du registre63. Les Orangeois ne sont pas seuls à avoir cette attitude. Une douzaine de cas de protestants nîmois peut être relevée chez les Jésuites d’Avignon dans les registres du consistoire !

B. Les apprentissages manuels et professionnels

  • 64 ADV, 3 E 51/407, fo 454, accordé à Antoine Faure placé chez Pierre Galabin, « maistre chirurgien »
  • 65 ADV, 3 E 51/241, fo 488vo.
  • 66 ADV, 3 E 51/407, fo 165.
  • 67 ADV, 3 E 51/61, fo 549.
  • 68 ADV, 3 E 51/432, fos 259-261.
  • 69 ADV, 3 E 51/430, fos 59-261.

27Le consistoire aide financièrement les jeunes à se former en payant leur apprentissage, soit dans dix-neuf cas trouvés uniquement dans les registres de notaires. En effet, les anciens du consistoire accordent des aides en faveur des jeunes qui sont placés chez des maçons (quarante-cinq livres pour trois ans), un broquier (trente-six livres pour deux ans), un serrurier (soixante livres pour trois ans), des cardeurs en laine ou en filoselle (une vingtaine de livres pour un an), un tailleur (trente-trois livres pour un an et demi). La somme la plus élevée est donnée pour un apprentissage de chirurgien (cent livres pour trois ans)64. Le plus grand nombre travaille dans le secteur le plus actif, le textile, soit onze en tout. En 1641, Jacques Maurran devient apprenti chez Jacques Serenc tailleur d’habits selon le contrat signé par sa mère, veuve pour trois ans et quarante livres payées par le consistoire65. Les filles ne sont pas oubliées non plus comme Jacqueline Estienne confiée à Marthe Gabet pendant deux ans pour un coût de soixante-six livres, « pour apprendre à coudre et blanchir le linge fin »66. Cinq autres filles, placées dans des conditions semblables, apparaissent dans les pages du notaire Firmin ; ces filles représentent un tiers des dix-neuf contrats signés par les anciens. À chaque fois, la date de la délibération consistoriale est mentionnée comme preuve de la décision ou peut-être pour pouvoir s’y reporter en cas de vérification. Les membres du consistoire peuvent distribuer ainsi de telles aides financières grâce aux legs laissés par chaque calviniste mourant. Cette clause apparaît en deuxième position dans les testaments réformés. Par contre, une noble, Françoise du Barry, a légué en 1626 aux pauvres réformés une forte somme (cent livres) destinée à former un jeune et gérée par le trésorier du consistoire67. Le 28 juillet 1700, un pasteur malade, Jean Convenent, dicte son testament laissant deux cents livres aux pauvres de l’Église réformée de cette ville68 ; son frère Gabriel donne cinquante livres pour l’apprentissage des garçons ou pour doter deux pauvres filles69.

  • 70 ADV, 3 E 51/432, fo 277.
  • 71 ADV, 3 E 51/61, fo 558.
  • 72 ADV, 3 E 51/241, fo 430. Ph. Duhamel, Sur les pas d’un marchand protestant de la principauté d’Ora (...)
  • 73 ADV, 3 E 51/170, fo 269.

28Les apprentissages d’enfants appartenant à un autre milieu social sont aussi riches d’informations. Après le décès de ses parents, Jean Gamondet est élevé par son oncle maternel qui lui fait apprendre à lire et à écrire ainsi que l’arithmétique « avec autant de soin que s’il avait été son enfant... maintenant qu’il est dans un aage de parfaite connaissance » ; tous les deux signent un acte notarié où l’oncle, marchand, lui verse douze louis d’or pour son voyage « en pays estrangers pour tacher de se perfectionner dans le négoce »70. En 1627 le fils du pasteur Ferrand de Rosans en Dauphiné vient apprendre le métier d’orfèvre avec Daniel Jollet pendant quatre ans dans la principauté contre soixante livres71. En 1641, Mathieu Reyne, marchand de tissus, accueille Louis Marin de Saint-Paul-les-Trois-châteaux pendant trois ans contre cent vingt livres avec une clause spéciale pour se rendre deux fois à la foire de Lyon dont le maître règle les frais une année et l’apprenti la deuxième72. Cette même clause concernant les foires de Lyon se retrouve dans le contrat signé entre Jean Gabet et le marchand Pierre Agnel en 1652 pour deux ans seulement et deux cents livres73. On peut se demander pourquoi le montant est différent malgré une durée plus courte que pour Pierre Reyne.

C. Les apprentissages ludiques

  • 74 M. Ruel, Les chrétiens et la danse dans la France moderne XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 2006, 457 p.
  • 75 AC C, GG 17, fo 76.

29La danse considérée comme un « scandale » est interdite par le pasteur devant le consistoire74 ; ce thème revient quatre fois en quatre-vingts ans. En 1621 plusieurs pages du registre traitent du bal où se sont rendues deux jeunes filles accompagnées de la mère de l’une d’elles qui appartiennent toutes à élite locale75 ; ce grand bal était organisé en l’honneur du prince du Portugal, neveu du prince d’Orange et gouverneur de la principauté, et permet de comprendre la tentation, même pour des calvinistes à la foi solide.

30L’aire de jeu du palemard, une sorte de jeu de boules, est remise en état en mai 1633 selon le désir du nouveau gouverneur qui est le propre beau-frère du prince et des mentions du bail reviennent régulièrement pendant les conseils de ville, en 1644 il est concédé pour une durée de 8 ans contre une somme de 24 écus à Joseph Bernard ; il est fait aussi mention du jeu de mail arrenté à Palhot qui, malade en 1647, ne peut payer la rente ; en 1655 à Vidau Robert pour 6 ans.

IV. Le temps du mariage

1. Les filles pauvres

  • 76 ADV, 3 E 51/448, fo 408.

31Les anciens aident douze filles pauvres à se marier en leur offrant une dot de trente livres environ. En décembre 1700, lors de son contrat de mariage avec le cordonnier Gabriel Counil, Laure Cherfils fait bien noter, avec fierté, son apport personnel de trente livres auxquelles s’ajoute une somme semblable « promise par Messieurs du consistoire »76. Le consistoire, lui, veille avec soin autant aux dots des filles, une dizaine de cas entre 1698 et 1701, qu’aux apprentissages des garçons grâce aux legs réformés qui sont une source incomparable de renseignements en l’absence de registres du consistoire d’Orange. Malgré la faiblesse du montant de ces dots, la signature d’un acte notarié permet de laisser une trace utilisée par les historiens intéressés par ces petites gens plus difficiles à répertorier. Le but est de maintenir la cohésion du groupe en entourant les plus faibles économiquement afin d’éviter des conversions. Ce sont les mêmes mécanismes qui sont utilisés par chaque communauté au profit de ses propres coreligionnaires.

2. Les rares mariages mixtes

  • 77 ACC, GG 17, fo 38.
  • 78 ACC, GG 17, fo 77vo, 25 novembre 1648.
  • 79 ACC, GG 17, fos 255-257.
  • 80 W. F. Leemans, op. cit., p. 351.
  • 81 W. F. Leemans, op. cit., p. 360-361.

32Ainsi, à Courthézon, sur les quatre-vingt-dix-huit unions réformées célébrées de 1631 à 1672, treize seulement sont mixtes ou « bigarrées » selon le terme en usage dans le sud-ouest ; il s’agit de six hommes catholiques qui s’unissent à des protestantes et de sept femmes protestantes épousant des « papistes ». Simon Deidier, avocat réformé, qui a autorisé en avril 1639 son fils à épouser une catholique, doit faire « réparation publique » devant le consistoire pour faire pardonner sa faute77. En novembre 1648, donc un mois avant la Cène hivernale, le sieur du Bousquet vient faire sa réparation publique en avouant un mariage mixte, il est vrai sous la pression conjointe du pasteur et du conseiller de Montmirail78. Plus tard, le consistoire se montre beaucoup plus sévère pour André Garnier qui est suspendu publiquement de la Cène pour un motif semblable79. En effet, l’apothicaire Garnier, qui a occupé les fonctions d’ancien pendant dix-sept années et connaît fort bien les interdictions de la Discipline, reçoit malgré tout son gendre chez lui, ce qui semble être un facteur aggravant. Toutefois, la peine est levée deux mois après sa repentance. Dans ces exemples de couples mixtes, la situation des enfants peut se présenter de façon variable : Jean-Jacques de Lapise épouse en 1661 Alix Marres, catholique, et leurs enfants sont tous baptisés dans la religion de leur mère ; un des fils, Joseph, devint même prêtre80. Laure de Vesc, réformée, épouse Annibal de Bimard qui abjure en 1680 et est enterré en 1698 dans la chapelle de Notre-Dame de la Miséricorde. Pour continuer de pratiquer sa foi huguenote elle s’exile à Genève après le décès de son époux. D’ailleurs, leur fille Marie, née en 1679, est baptisée réformée et leur fils Jean, né après la conversion de son père, est lui, baptisé catholique. Le partage confessionnel est très marqué dans cette famille81. À travers ces quelques exemples, le système de parenté montre une frontière religieuse assez étanche, à l’intérieur même des familles.

  • 82 ADV, 3 E 51/449, fo 475.
  • 83 R. Mentzer, « La place et le rôle des femmes dans les églises réformées », Archives des sciences s (...)

33À la fin du XVIIe siècle, parmi une cinquantaine de contrats de mariage signés dans cinq études entre 1698 et 1702, un seul cas d’union mixte se présente en 1701 entre le catholique Jean Autrand et la protestante Isabeau Gauthier, tous les deux originaires du même village dauphinois mais installés à Orange : c’est elle qui, prévoyante, demande d’inscrire la promesse suivante avec serment du futur époux de « la laisser vivre aussy bien que la famille qu’il plaira à Dieu leur donner dans ladite religion chrestienne réformée sans trouble ni empeschement »82. Pourquoi cette jeune femme issue d’un milieu simple avec une dot de cent livres, juge-t-elle utile de faire noter cette exigence par le notaire ? Est-ce le contexte de la Révocation qui lui fait prendre cette précaution si importante pour elle qu’elle juge nécessaire de l’inscrire dans l’acte notarié ? À travers cet exemple, le rôle des femmes apparaît comme fondamental83. L’homogénéité de la population huguenote est assez remarquable, même quand elle n’est pas originaire de la principauté comme dans ce cas.

V. Un cas de violence contre un enfant

  • 84 Bibl. mun. Ceccano, Avignon, ms. 2914, fo 766. Je remercie Claude-France Hollard de m’avoir commun (...)
  • 85 Bibl. univ. de Leyde, ms A 11 ; tous mes remerciements à Anton van der Lem, conservateur, pour son (...)

34En juillet 1663, le jeune Louis Villeneuve, fils d’un soldat de la garnison et âgé de huit ans, est accusé d’avoir commis une action répréhensible dans la chapelle du château, (il aurait uriné dans le calice utilisé par les Capucins) ; il est d’abord emprisonné une semaine et condamné à être fouetté publiquement, torse nu par le bourreau, venu exprès d’Avignon ; durant sa procession expiatoire le dimanche à l’heure du culte, il est aussi forcé de porter un cierge pesant douze livres avec arrêt devant les cinq églises catholiques pour demander pardon, suivi de quatorze soldats encadrés de deux sergents ; sur la place de la cathédrale, les tambours invitent la population à contempler la sanction ; trois jours après l’événement dans une lettre qui reste sous forme de brouillon avec de nombreuses ratures traduisant son émotion indignée, le réformé Jean Sauzin, ancien greffier du prince, avertit les autorités hollandaises de « ce très cruel supplice » ; il montre la désapprobation des spectateurs attristés et même parmi ceux ci « beaucoup de catholiques romains scandalisés de voir faire une action si violente et scandaleuse un saint jour de dimanche... ni l’histoire ni la mémoire de nos plus anciens citoyens ne scauroient fournir aucun exemple »84. Sauzin souligne que ce supplice fut accompli sur cette pauvre victime, « sans aucune forme de justice et sans preuve ». Deux ans plus tard, ce délit n’a pas été oublié par les membres de l’Église réformée qui adressent au représentant du prince, Zuylichem, un mémoire pour lui demander un arrêt réparateur du parlement afin d’« ôter l’opprobre de sa personne »85. C’est un très rare témoignage qui concerne un jeune garçon victime des troupes de Louis XIV.

VI. La famille Garagnon sur les routes de l’Europe

  • 86 Impossible de connaître précisément la date de son baptême car il n’y a pas de registre paroissial (...)
  • 87 ADV, 3 E51/399, fo 374, 24/2/1682.
  • 88 ADV, 3 E 51/415, août 1683, fo 393.
  • 89 F. David, « Les colonies des réfugiés protestants en Brandebourg-Prusse (1685-1809) », Bulletin de (...)
  • 90 F. Félix, Die Ausweisung der Protestanten aus dem Fürstentum Orange 1703 und 1711-13, Bad Karlshaf (...)
  • 91 Archives de l’Église Française de Berlin, 752, Rep 4, 620, vol. 1. Un grand merci à l’archiviste R (...)
  • 92 Geheimes Staatsarchiv Preussicher Kulturbesitz Berlin, Rep, I, 213, B/4 ; un reichstaler se divise (...)

35En 1703, quittent Orange Jacques Garagnon, originaire de Villeperdrix en Dauphiné86, marchand-revendeur établi à Orange depuis au moins vingt ans, avec sa femme Isabeau Jean, originaire de Mollans en Dauphiné qui a été servante chez le pasteur Gondran et leurs deux fils. Le contrat est signé le 24 février 1682 dans la maison du ministre qui veille sur sa domesticité87. La dot se monte à trois cents livres, ce qui est relativement élevé pour une servante ! Grâce à cet argent, Jacques Garagnon peut même acheter l’année suivante une vigne appartenant au cordonnier Michel Establet dans le terroir d’Orange, d’une valeur de 45 livres88. Il signe d’autres actes comme témoin ; il n’est donc pas illettré mais certainement pas capable d’écrire couramment. Sur les huit enfants nés entre 1682 et 1696 deux seulement survivent, Louis et Jean-Charles, le dernier. Comme tous les exilés orangeois, ils sont d’abord accueillis en 1704 à Halberstadt89, colonie où Jacques se remarie le 1er mars 1705 car sa première épouse est décédée durant l’une des étapes de ce périple, à Zurich90. Dans l’interrogatoire devant la commission berlinoise des réfugiés, il déclare être âgé de soixante ans91. Un corpus de cinq lettres échangées entre les membres de cette famille permet de suivre leurs pérégrinations sur les routes d’Europe92. C’est l’illustration de la vie difficile d’une diaspora. Deux lettres dictées à un compagnon par Jacques sont adressées à sa deuxième femme, Lucrèce Lucette, originaire de Nyons. L’une de juin 1705, alors qu’il est allé tenter sa chance à Berlin où il a « bien vendu sa marchandise » ; il reviendra vers elle dès qu’il aura touché son argent ; il évoque son fils « qu’il soit sage et bien obéissant ». Dans la seconde, rédigée en août 1706 à La Haye, il relate un trajet jusqu’en Angleterre pour retrouver sa belle-sœur « point trouvée ». Puisqu’il n’a pas « trouvé d’occupation », il lui annonce son retour à Berlin où ils sont installés à présent. Ce corpus est complété par son testament solennel daté du 16 septembre 1709 car il est malade depuis une semaine au moins. Au début de l’acte, il fait mentionner cette phrase : « m’y etant réfugié pour cause de relligion », puis un legs pour les « pauvres français de la relligion réformée du lieu où Dieu me faira la grace de déceder 2 reichstaler ». Il a encore la force de signer ce texte bien qu’« etant attaqué d’un mal très dangereux ». Le testament est ouvert le 26 septembre devant les deux héritiers et des témoins dont Alexandre Albi, maître gantier, originaire d’Aix-en-Provence ; peut-être est-ce lui le maître du jeune Garagnon, apprenti gantier ? Le mois suivant, un inventaire après décès est dressé par le même notaire pour payer les dettes qui s’élèvent à vingt-et-un écus. Deux petits livres de psaumes sont répertoriés parmi ses affaires, qu’il devait lire puisque sa femme est illettrée. Au total, c’est un ensemble de pauvres objets, tous usés et de peu de valeur qui est partagé entre la deuxième épouse pour les deux tiers et pour le dernier tiers son fils qui est son héritier universel. L’absence de mention du fils aîné laisse supposer un décès survenu après leur arrivée à Berlin. La mort du père, sûrement usé par cet exode, laisse ce jeune garçon de treize ans seul avec sa belle-mère qui devient son unique famille. Des liens forts se tissent qui apparaissent dans les trois lettres adressées à sa belle-mère qu’il écrit lui même, à la différence de son père. Sept ans après le décès du père, la première de septembre 1716, donne quelques nouvelles de son apprentissage à Halberstadt : « en coumancement que jetes isi for triste de voy que jetes elogne de vous mais cet qui me consolle que si nous somes elogne de lors nous le somes pas damitiee ». Ces mots simples et rares trahissent de façon poignante et pleine de pudeur toute la peine de ce jeune homme. Par la deuxième datée du mois de mars de l’année suivante, il annonce qu’il se trouve à Brunschwig et a rencontré une jeune fille dont le prénom n’est pas indiqué mais le montant de la dot par contre y figure. Voici comment il la présente à sa belle-mère « cet un for sage et bonn cretienne laquelle se bien travaillée et bien menagere, elle parle et ecrit fort bien an aleman et francois enfin elle a toute le perfetion... elle a deux cents reichstaler content et une chambre garnie comme la mode alemande quoyque le pere ette francois » et tapissier en haute lisse de son altesse. Il lui demande donc la permission de l’épouser car il est seulement âgé de vingt-et-un ans. De plus, il ajoute la précision suivante : « lui ayant écrit quatre lettres depuis son départ de Berlin » ; ces lettres sont restées apparemment sans réponse car sa belle-mère est illettrée. Dans une troisième et dernière lettre non datée et non localisée, il mentionne la naissance de quatre enfants, deux filles décédées, une, Sophie, toujours vivante, qui porte le même prénom que la reine de Prusse et un petit garçon, âgé d’un an dont elle est la marraine et qui est prénommé Jacques comme son grandpère. Le ton de cette dernière lettre est très affectueux « pour vous assurer de la continuation de mon obeissance et de mon amythie ; je vous diray ma chere merre que jay eseu le bon heur de temps en temps de recepvoir de vos chers nouvelle par des jeans qui sont venus de berlain ». Cette remarque comme celle de la deuxième lettre montrent les difficultés de communication dues, d’abord par la distance et ensuite par les différents niveaux d’alphabétisation entre des catégories sociales populaires. C’est tout à fait incidemment que sont évoqués des relais représentés par des Français réfugiés, très probablement qui se déplacent entre les différentes colonies, entre Jean Garagnon et sa belle-mère. Lucrèce Garagnon a-t-elle vu ses petits-enfants ? Elle meurt en 1729 toujours à Berlin après avoir été servante. Ses biens, plus nombreux et de plus grande valeur qu’en 1709, sont vendus par les directeurs de la maison d’Orange comme ses cinq bagues et sa ceinture d’argent pour une somme de seize reichstaler et ses vêtements sont distribués aux autres pauvres. Elle avait dû garder soigneusement tous ces papiers qui se retrouvent à présent dans les archives allemandes. Cette famille, par ses allers-retours en Europe, est tout à fait révélatrice du nomadisme qui atteint les expatriés dans la deuxième partie de leur vie errante. Finalement, le fils Garagnon reste en Prusse après s’être marié avec une Française qui est déjà plus intégrée car elle parle allemand. Le choix du prénom de Sophie pour sa fille qui appartient à la première génération née sur le sol du refuge témoigne d’une intégration en cours dans le contexte particulier du refuge. Ces rares écrits conservés donnent un caractère tout à fait exceptionnel à cette famille exilée.

36Depuis le baptême jusqu’au mariage, la vigilance des réformés pour protéger les plus faibles économiquement et pour les entourer par charité chrétienne ne faiblit pas. Bien entendu, le but est de garder unis tous les membres du groupe afin d’éviter toutes trahisons préjudiciables surtout dans un contexte de conversion. Le résultat se révèle positif puisqu’en 1703, tout un peuple, dont la moitié est composée par les jeunes, fuit en masse vers la Suisse plutôt que de se convertir.

Notes

1 P. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, 1973, 502 p., p. 21.

2 F. Moreil, « Coexistence dans la principauté d’Orange au XVIIe siècle », Liame, Université de Montpellier, à paraître.

3 E. Arnaud, Les protestants de la principauté d’Orange, Paris, 1884, 2 volumes, 565 et 414 p. ; Comte A. de Pontbriand, Histoire de la principauté d’Orange, Paris, 1891, 466 p. ; L. Duhamel, « Les chroniques d’un notaire d’Orange 1518-1567 », Annuaire administratif, historique, statistique, 1881, Avignon, p. 1-168.

4 M. Venard, « Les legs charitables dans les testaments du XVIe siècle à l’Isle-sur-la-Sorgue et à Courthézon », Provence historique, no 138, 1984, p. 441-450 ; Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle, Paris, 1993, 1281 p.

5 A. Eurich, « La charité et les conflits confessionnels dans la principauté d’Orange au XVIIe siècle », Mémoires de l’académie de Vaucluse, VIII série, t. VII, 1998, p. 56-67.

6 C.-F. Hollard, F. Moreil, La Principauté d’Orange du Moyen âge au XVIIIe siècle, Mémoires de l’académie de Vaucluse, t. IV, 2006, 199 p., colloque international de l’Université d’Avignon, juin 2005.

7 G. Levi, J.-C. Schmitt, Histoire des jeunes en Occident, Paris, 1996, 378 p.

8 P. Ariès, op. cit. ; J. Gélis, M. Laget, M.-F. Morel, Entrer dans la vie, Paris, 1978, 246 p. ; J. Gélis, L’arbre et le fruit, Paris, 1984, 611 p. ; « L’individualisation de l’enfant », P. Ariès, G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, 1999, Paris, p. 303-318.

9 P. Delsalle, A. Ferrer, Les enclaves territoriales aux temps modernes, XVI-XVIIIe siècles, Besançon, 2000, 448 p., où sont évoquées les enclaves du Comtat Venaissin et des États du pape, mais aucune page n’est consacrée à la principauté d’Orange.

10 R. Moulinas, « Orange », in L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 930-931.

11 W. F. Leemans, « Conflits religieux à Orange à l’époque de la Réforme », Provence historique, t. 38, fascicule 151, janvier-mars 1988, p. 3-10.

12 L’ordonnance de Villers-Cotterêts ne s’applique pas dans ce territoire extérieur au royaume de France. Les registres paroissiaux pour la ville d’Orange sont assez lacunaires.

13 Une étude démographique précise manque encore.

14 C. Feuillas, « Tolérance dans la principauté d’Orange » in L’édit de Nantes : un compromis réussi ? Une paix des religions en Dauphiné-Vivarais et en Europe, P. Bolle (dir.), Grenoble, 1999, p. 156-168.

15 Arch. com. Orange (ci-après ACO), AA 6.

16 S. Durand, Les villes en France XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Hachette, 2006, p. 47-59.

17 R. Sauzet, Contre-réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle. Le diocèse de Nîmes, de 1598 à 1694, Lille III, 1978, p. 187-201. P. Chareyre, Le consistoire de Nîmes, 1561-1685, thèse, Université de Montpellier, 1987, 4 vol.

18 O. Christin, « La coexistence confessionnelle, 1563-1567 », Bulletin de la société d’histoire du protestantisme français, octobre-novembre-décembre 1995, t. 139, p. 489.

19 K. P. Luria, Sacred boundaries : religious coexistence and conflict in early-modern France, Washington D. C., Catholic University of America Press, 2005, p. 3-26.

20 M. Venard, « Protestants et catholiques à Orange : entre sûreté et égalité », L’édit de Nantes, sûreté et éducation, colloque international, M.-J. Lacava, R. Guicharnaud (dir.), Société Montalbanaise d’Étude et de recherche sur le protestantisme, Montauban, 1999, p. 51-67.

21 A. de Bouärd, « Le fonds des notaires d’Orange à la bibliothèque vaticane », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 1910, t. 30, École Française de Rome, p. 209-257.

22 J. Chetail, « Quelques indications sur le notariat dans la principauté d’Orange », Provence historique, janvier-mars 1969, t. 19, p. 85-87.

23 Arch. com. Courthézon (ci-après ACC), GG 16, GG 17, GG 18. Que le maire et son équipe soient remerciés pour leur accueil.

24 F. Moreil, « Récit de la révocation de l’édit de Nantes dans la principauté d’Orange » : les aventures du pasteur Aunet 1685-1697 », Bulletin de la société d’histoire du protestantisme français, t. 147 (2001), no 3, p. 425-434. Le professeur Raymond Mentzer prépare un inventaire des registres des consistoires pour toute la France.

25 F. Moreil, « Les consistoires de la Principauté d’Orange (XVIe-XVIIe siècles) », colloque international sur les consistoires, Pau, juin 2005, Bulletin de la société d’histoire du protestantisme français, t. 153, octobre-novembre-décembre 2007, p. 505-524.

26 A.-M. de Cockborne, « Courthézon, actes de baptêmes, mariages, sépultures », Cercle généalogique de Vaucluse, décembre 1996, no 12, p. 8.

27 ACC, BB 7, fo 68.

28 ACC, GG 17, fo 203vo.

29 J. Gélis, Les enfants des Limbes. Mort-nés et parents dans l’Europe chrétienne, Paris, 2006, 96 p.

30 ACC, GG 17, fo 246.

31 ACC, GG 17, fo 55.

32 A. Fine, Parrains, marraines, la parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994, 389 p.

33 J. R. Watt, « Calvinism, childhood and education : the evidence from the Genevan consistory », Sixteenth Century Journal, XXXIII/2, 2002, p. 438-456 ; « Childhood and youth in the Geneva consistory minutes », Calvinus praeceptor Ecclesiae, papers of the international congress on Calvin research, Genève, 2004, p. 41-62.

34 F. Moreil, « Une arrivée retardée, les Orangeois à Berlin en 1704 », G. Braun, S. Lachenicht (dir.), Hugenotten und deustche Territorialstaaten, München, Oldenbourg Verlag, 2007, p. 85-106, collection de l’Institut historique allemand de Paris.

35 F. Moreil, « Le récit de la révocation de l’édit de Nantes... », art. cit.

36 ACO, GG 308. Tous mes remerciements à Claude-France Hollard qui m’a signalé ce document.

37 K. Spierling, « Putting order to disorder : illegitimate children their parents and the consistory in reformation Geneva », colloque Avignon, Dire l’interdit : vocabulaire de la censure, Brill, à paraître.

38 ACO, BB 35, fos 32-33.

39 Madame Du Noyer, Mémoires, annotées par Henriette Godwyn, Paris, Le Mercure de France, 2005, p. 30-33.

40 ADV, 3 E 35/326, fo 75.

41 ADV, 3 E 51/241, fo 439vo.

42 ADV, 3 E 51/169, fo 78.

43 ADV, 3 E 35/236, fo 1, 3/I/1627.

44 A. Walch, « Prier en famille chez les catholiques et les protestants avant la révocation de l’édit de Nantes », Famille et spiritualité protestante, A. Joblin, J. Sys (dir.), Arras, 2006, p. 9-22 ; M. Carbonnier-Burkard, « Les variations protestantes », Histoire des pères et de la paternité, J. Delumeau, D. Roche (dir.), Paris, 2000, p. 169-191.

45 ACC, GG 17, fo 251.

46 ACC, GG 17, fo 77.

47 ACC, GG 17, fo 117.

48 ACC, GG 17, fo 18.

49 ACC, GG 17, fos 92, 186-187.

50 E. Arnaud, Les protestants de Provence et de la principauté d’Orange, Paris, 1884, 2 vol., 565 et 414 p.

51 A.-M. Duport et F. Moreil, Religions et éducation à Nîmes, les vicissitudes du collège et de l’académie réformée XVIe-XVIIIe siècles, Nîmes, 1995, 84 p. ; D. Bourchenin, Étude sur les académies protestantes en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1882, 468 pages.

52 ACO, BB 32, fo 87, 2 novembre 1676.

53 ACO, GG 79.

54 ADV, 3 E 35/236, fo 2.

55 D. Bourchenin, Étude sur les académies protestantes..., op. cit.

56 Traduction : la vertu et l’érudition sont les semences et la nourriture de l’académie, in Jean de Serres, Academiae Nemausensis leges, Nîmes, 1582, 63 p., exemplaire de la Bibliothèque municipale de Nîmes. F. Moreil, « Le testament de Jean de Serres », L’édit de Nantes : un compromis réussi ? Une paix des religions en Dauphiné-Vivarais et en Europe, P. Bolle (dir.), Grenoble, 1999, p. 103-115.

57 M. Millet, Notes sur les imprimeurs d’Orange et les livres sortis de leurs presses, Valence, 1877, 77 p. ; Notice sur l’université d’Orange, Avignon, 1878, 44 p.

58 M. Vidor-Borricand, L’université d’Orange, Aix, 1977, 130 p. ; A. Yrondelle, Histoire du collège d’Orange depuis sa fondation jusqu’à nos jours (1573-1909), Paris, 1912, 352 p. ; F. Moreil, « L’université d’Orange et le défi protestant », L’université d’Avignon, naissance et renaissance 1303-2003, Arles, 2003, p. 144-147.

59 A.-M. Duport et F. Moreil, Religions et éducation à Nîmes..., op. cit.

60 Jean de Serres, op. cit., § 48 ; traduction : la piété, âme de l’érudition.

61 ACC, GG 17, fo 83, en janvier 1650.

62 ACC, GG 16, fo 146.

63 ACC, GG 16, fos 76-78.

64 ADV, 3 E 51/407, fo 454, accordé à Antoine Faure placé chez Pierre Galabin, « maistre chirurgien ».

65 ADV, 3 E 51/241, fo 488vo.

66 ADV, 3 E 51/407, fo 165.

67 ADV, 3 E 51/61, fo 549.

68 ADV, 3 E 51/432, fos 259-261.

69 ADV, 3 E 51/430, fos 59-261.

70 ADV, 3 E 51/432, fo 277.

71 ADV, 3 E 51/61, fo 558.

72 ADV, 3 E 51/241, fo 430. Ph. Duhamel, Sur les pas d’un marchand protestant de la principauté d’Orange (1594-1646), Mémoire de Master 1, sous la direction de Françoise Moreil, université d’Avignon, 2008, 208 p.

73 ADV, 3 E 51/170, fo 269.

74 M. Ruel, Les chrétiens et la danse dans la France moderne XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 2006, 457 p.

75 AC C, GG 17, fo 76.

76 ADV, 3 E 51/448, fo 408.

77 ACC, GG 17, fo 38.

78 ACC, GG 17, fo 77vo, 25 novembre 1648.

79 ACC, GG 17, fos 255-257.

80 W. F. Leemans, op. cit., p. 351.

81 W. F. Leemans, op. cit., p. 360-361.

82 ADV, 3 E 51/449, fo 475.

83 R. Mentzer, « La place et le rôle des femmes dans les églises réformées », Archives des sciences sociales des religions, 2001, t. 46 (113), p. 119-132.

84 Bibl. mun. Ceccano, Avignon, ms. 2914, fo 766. Je remercie Claude-France Hollard de m’avoir communiqué son texte inédit sur Sauzin.

85 Bibl. univ. de Leyde, ms A 11 ; tous mes remerciements à Anton van der Lem, conservateur, pour son accueil.

86 Impossible de connaître précisément la date de son baptême car il n’y a pas de registre paroissial pour ces années à Villepredrix.

87 ADV, 3 E51/399, fo 374, 24/2/1682.

88 ADV, 3 E 51/415, août 1683, fo 393.

89 F. David, « Les colonies des réfugiés protestants en Brandebourg-Prusse (1685-1809) », Bulletin de la société d’histoire du protestantisme français, t. 140, janvier 1994, p. 111-142.

90 F. Félix, Die Ausweisung der Protestanten aus dem Fürstentum Orange 1703 und 1711-13, Bad Karlshafen/Bern, 2000, p. 131.

91 Archives de l’Église Française de Berlin, 752, Rep 4, 620, vol. 1. Un grand merci à l’archiviste Robert Violet.

92 Geheimes Staatsarchiv Preussicher Kulturbesitz Berlin, Rep, I, 213, B/4 ; un reichstaler se divise en 30 silbergroschen et un silbergroschen en 12 pfennig.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540