Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Première partie. Les politiques sportives, des interrogations du local à la dimension géopolitique.

Géopolitique du football en Corse

Marianne Lefevre

Texte intégral

  • 1 V. Sinet, 1984, « Le mémorial des Corses », sous la direction de F. Pomponi, tome 5, éd. Christine (...)
  • 2 Le capitaine du SCB en 1993, le président du SCB en 1994, le président du Football Club de Calvi e (...)

1En Corse, le football, sport le plus pratiqué, revêt deux visages : l’un glorieux, est synonyme de réussite et de fête avec un palmarès digne de celui de clubs de grandes villes. Le SECB (Sporting Etoile Club Bastiais), figure au « premier plan du football continental »1 avec trois finales de Coupe de France, deux perdues en 1972 et 2002 respectivement contre l’ΟΜ et Lorient, une troisième gagnée en 1981 au détriment des Verts, et en 1978 la finale européenne de l’UEFA contre le club hollandais d’Eindhoven. Pour une ville de 40 000 habitants, le « petit Poucet du championnat » est alors pourvu d’une Ligue comprenant à peine 7 000 licenciés. Puis durant la saison 2002-2003, les deux premiers clubs insulaires entrent à nouveau en division 1 et le SECB, devenu le SCB, est en finale de coupe de France après dix huit ans de première division de 1968 à 1986. Le football insulaire revêt aussi un visage de drame et d’ombre en 1992 avec la catastrophe de Furiani faisant dix-sept morts et plus de deux mille blessés, associant désormais dans les représentations du football européen l’agglomération bastiaise aux deux villes endeuillées de Bruxelles et Sheffield, frappées par les tragédies du Heysel et de Hillsborough. Une image assombrie par la violence omniprésente dans l’île de ces dernières décennies, qui n’épargne pas le milieu du football : assassinats de président de club ou de capitaine d’équipe2, des affaires impliquant des dirigeants de clubs comme le SC Bastia, condamnés par la justice. Affaires impliquant dans la décennie 90 le grand banditisme et la mouvance indépendantiste radicale qui font bon ménage, dans un contexte de crise et de recul des instances publiques nationales.

  • 3 Didier Rey, Les limites du football identitaire et La Corse et son football 1905-2000, Ed. Albiana (...)

2Une île qui présente de nombreux paradoxes : des réussites sportives sans rapport avec l’importance démographique d’agglomérations dotées de petits stades privés (pour le SCB jusqu’en 1992), rudimentaires et vétustes, bénéficiant de statuts dérogatoires en division 1 ou 2 ; des clubs qui conservent une identité ancrée sur leur assise urbaine, « Les Bleus » à Bastia pour le SCB, « Les Rouges et les Blancs » à Ajaccio pour l’ACA (Athletic Club d’Ajaccio), alors qu’à échelle régionale se banalise un sentiment identitaire corsiste et se renforce une autonomie territoriale insulaire avec la mise en place de quatre réformes institutionnelles spécifiques en vingt ans ; alors que ses deux principaux clubs ont conservé leur sigle anglo-saxon à l’heure d’une corsisation de la toponymie et des sigles associatifs, ils représentent « la Corse » pour les supporters insulaires de « l’intérieur » et de « l’extérieur » lors de victoires sur le continent ou de finales de coupe de France et d’Europe, en 1972, 1978, 1981 ou 2002. Comme le relève l’historien Didier Rey, « d’où vient ce décalage entre un particularisme hautement revendiqué d’une part, et de l’autre pareille incapacité à le formuler au plan footbalistique à travers le prisme valorisant d’une sélection officielle ou officieuse ? »3. Comment expliquer que cette revendication identitaire s’exprime toujours à échelle urbaine et ne revêt un caractère régional qu’épisodiquement lors de forts enjeux sportifs ? La persistance de deux clubs rivaux à échelle insulaire à Bastia et Ajaccio, mais aussi dans la seule agglomération ajaccienne ou l’ACA professionnel n’a toujours pas fusionné avec le GFCA amateur, n’hypothèque t-elle pas une telle éventualité de club régional ? D’autre part, le bon fonctionnement d’un club professionnel n’exclue t-il pas une équipe de joueurs « corsisés », « sang pour sang corses », promue par les nationalistes ? La création d’une équipe identitaire régionale n’aurait-elle pas été perçue comme une remise en cause de l’appartenance nationale ?

3Dans un contexte de décentralisation et de croissance des pouvoirs régionaux et locaux, cette activité sportive ne témoigne t-elle pas dans sa propre évolution, de la recomposition des partis traditionnels légitimistes, du renforcement des néoclans corsistes, de l’influence voire la pression de la mouvance nationaliste, et d’un Milieu insulaire réactivé, à antennes méditerranéennes et internationales, qui a décidé aussi de « travailler au pays » ? Comment l’activité footbalistique à travers ses deux principaux clubs témoigne t-elle de la crise civique, politique et sociale de toute une île en « dérive » révélée dans son ampleur lors de la catastrophe de Furiani, impliquant des forces politiques, civiles et sportives à échelles insulaire et nationale ? En quoi la reconstruction et l’aménagement d’un stade comme celui de Furiani sont-ils les révélateurs d’une situation géopolitique locale complexe, marquée par des dysfonctionnements et des rivalités de pouvoir qui remettent en cause épisodiquement l’existence du SCB et parfois l’assise politique de certains élus ?

Identité, football et territoires

  • 4 Marianne Lefevre, Démocratie et Géopolitique en Corse, Hérodote 2ème et 3ème trimestre 1993, n° 69 (...)
  • 5 Francis Pomponi, Histoire de la Corse, Hachette, 1979, page315.
  • 6 José Martinetti, Insularité et marginalité en Méditerranée occidentale, L’exemple corse, Le Signet (...)

4Avec seulement 260.000 habitants, soit l’équivalent d’un quartier de Marseille, l’île est dotée de deux petites entités urbaines de 40.000 à 50.000 habitants, villes dont la rivalité s’affiche lors de derbies mouvementés. Une région insulaire, naturellement Région au niveau national et européen, et difficilement Région au niveau local avec sa chaîne de montagne qui n’est franchissable que par de rares cols de plus de 1 000 mètres, barrière montagneuse qui pèse toujours sur l’organisation économique et géopolitique du milieu insulaire dépourvu de capitale régionale pouvant animer une dynamique sportive renforcée à l’échelle de l’île4. Les élus de Corse-du-Sud comme ceux de Haute-Corse ne s’entendent-ils pas toutes tendances politiques confondues, pour doter leur département d’une infrastructure lourde nouvelle convoitée de part et d’autre de la grande chaîne centrale ? En 1975, la bi-départementalisation comme sous le Premier empire5, institutionnalise cette division calquée sur la dynamique politique, économique et sportive, respectant les territoires de pouvoir des deux clans dominants : le RPR Jean-Paul de ROCCA Serra, implanté en Corse-du-Sud et le radical de gauche François Giacobbi en Haute-Corse. Une division maintenue après le referendum local de 2003 où la majorité de la population refusa l’instauration d’une « collectivité unique », surtout dans les villes de Bastia et d’Ajaccio dont la rivalité est plus que jamais d’actualité. « La rivalité entre deux centres, justes moyens, et de plus mal intégrés au réseau urbain français, la Corse n’ayant « qu’une esquisse de réseau urbain, explicable par l’absence de la population (la troisième ville, Porto-Vecchio, n’a que 10 000 habitants), ainsi que par le retard historique de l’urbanisation insulaire »6.

5Bastia, capitale économique de l’île, dotée d’un vaste hinterland comprenant toute la Plaine Orientale et le Nord-est de la Corse, se tourne vers la Toscane, la Ligurie et vers l’Europe, tandis qu’Ajaccio, enclavée à l’abri de son golfe, capitale administrative et touristique, regarde vers la France et la Sardaigne. Ces deux petites entités urbaines du littoral ne sont pas complémentaires, d’où des infrastructures doubles en matière de transport, d’administration, d’éducation nationale, de santé et d’infrastructures sportives. La partition entre « Pomonte » (« L’En-deça » des Monts) et « Cismonte » (« L’Au-delà » des monts), de part et d’autre du col de Vizzavona (1 163m), témoigne d’une Corse coupée en deux dans la distribution des pouvoirs, et des clubs de football. Il n’y a pas de grand stade à échelle régionale en Corse. Rivalité également entre Ajaccio et Bastia pour l’implantation du siège social de la Ligue corse de football. Les programmes européens d’INTERREG rendent compte à leur tour de cette partition, la Corse-du-Sud se tournant vers la Sardaigne et le Latium, la Haute-Corse s’associant avec la Toscane et la Ligurie. Seul le programme d’IMEDOC, qui ne repose sur aucun flux d’échange entre Sardaigne, Corse et Baléares, comprend l’île de Corse dans son entité régionale. Depuis, les Baléares ont rejoint l’eurorégion « Pyrénées Méditerranée ». Il y a opposition entre la volonté de construire un espace autonome régional qui s’inscrit dans un processus de construction européenne, de rationalisation des structures administratives insulaires, et de renforcement des pouvoirs locaux, et l’antagonisme de deux départements qui se tournent le dos par le relief et le vécu. Comment dans ces conditions entretenir de grands clubs de football ? Et mobiliser un grand nombre de supporters ?

  • 7 Selon l’historien Francis Pomponi, dans A la recherche d’un invariant historique : la structure cl (...)
  • 8 Pièves : anciennes circonscriptions religieuses datant du Moyen-Age ; premières unités administrat (...)
  • 9 José Gil, La Corse entre la Liberté et la Terreur, La Différence, 1984.

6Car les supporters jouent un rôle déterminant dans la promotion des clubs urbains de football insulaires, amateurs ou professionnels, souvent portés au niveau de l’élite à l’image de ceux de leur environnement méditerranéen : dotée d’un double héritage de francité et d’italianité, l’animation des stades corses est sur le modèle des villes italiennes ou du Midi marseillais. 15 000 supporters corses de l’« intérieur et de l’extérieur » se rendent au match retour de demi-finale de coupe de l’UEFA à Turin en 1978, et entretiennent le « spiritu corsu » qui aux yeux de Victor Sinet caractérise les footballeurs corses. Pour le sociologue José Gil, une dynamique segmentaire de type méditerranéen résulte de la lutte des envies (invidia7) de famille à famille, village à village et piève à piève8 ; « pensée segmentaire qui procède par divisions et séparations déterminées par des oppositions, qui ne conçoit pas de nuances entre deux blocs rivaux et qui de ce fait méprise ceux qui cherchent à se situer entre les deux... car s’opposer équivaut à s’affirmer totalement. Il suffit donc de s’affronter à un adversaire quel qu’il soit, pour être soi »9. Au lendemain de la catastrophe de Furiani, les supporters de Bastia se mobiliseront en masse pour que le club survive.

  • 10 Déclaration en 1920 de Raymond Flaissières, maire de Marseille, citée dans le Mémorial des Corses, (...)
  • 11 Le Sporting Etoile Club Bastiais devient le Sporting Club Bastiais, évitant ainsi la faillite.

7Il faut prendre aussi en compte les Corses de « l’Extérieur » : 200.000 à 300.000 dans l’agglomération marseillaise, la « première ville corse »10, dotée de l’ΟΜ auquel les supporters « de l’Intérieur », en particulier ceux d’Ajaccio, sont très attachés, ou ceux de Nice, Cannes et Toulon. Beaucoup de cadres sportifs de leurs clubs sont d’origine insulaire ou en relations étroites avec l’activité du football en Corse, tel Rolland Courbis venu entraîner le club ajaccien de l’ACA parvenu en première division lors de la saison 2002-2003 ; des supporters mais aussi de grands journalistes sportifs comme Victor Sinet (« France Football », « l’Equipe ») qui ne manque jamais de promouvoir les clubs insulaires ; ou de grands avocats comme J. Louis Boorlo, originaire de Lozzi, « sauveur » du SCB bastiais en faillite à la fin des années 8011.

Le rattachement des clubs à leur ville et à leurs forces politiques

  • 12 Didier Rey, opus cité, p ; 92.
  • 13 Didier Rey, opus cité, p.92.
  • 14 Didier Rey, opus cité, p. 103.
  • 15 Didier Rey, 2003, p.51.

8Il existe en Corse deux équipes professionnelles concurrentes et compétitives à échelle nationale, le Sporting Club de Bastia (SCB), et l’Athlétic Club ajaccien (ACA) ; tous deux sont à l’origine des clubs amateurs de quartiers. Ces derniers ont fusionné à Bastia, donnant le SCB dont l’influence va s’étendre dans le « Grand Bastia » qui dès les années 60 s’organise en structure intercommunale de District. Le stade du club de Bastia est localisé sur la commune périurbaine de Furiani. Inversement, à Ajaccio où une structure d’intercommunalité ne se mettra en place qu’en 2001 avec une communauté d’agglomération, s’affrontent deux clubs, l’ACA et le GFCA (Gazelec Football Club ajaccien), club mythique dans les années 60 au même titre que le SCB, pour ses multiples victoires au championnat de France amateur. En Corse, un club se rattache d’abord à sa ville et à ses forces politiques, et non à l’ensemble insulaire. C’est le règne du campanilisme. Dans les années 30, il y a une « mainmise définitive d’une des fractions de la bourgeoisie locale sur l’institution »12 avec le banquier Victor Lorenzi, qui dirigera le club pendant trente neuf ans, un avocat membre d’une des plus grandes familles bastiaises et le directeur de l’usine de cigarettes JOB. La « création de l’ACA à Ajaccio se plaçait dans une perspective plus économique en rapport avec le tourisme et les résidents étrangers hivernaux »13. Fondé sous la présidence d’honneur du préfet et du député maire bonapartiste d’Ajaccio, l’ACA a un public à la fois populaire et élégant. D’où l’intérêt du parfumeur François Coty pour ce club lorsqu’il se présente à la mairie d’Ajaccio : « il est patent que, autour de l’ACA, et plus généralement du football ajaccien, gravitèrent nombre de personnalités liées à François Coty et, au-delà, à François Pietri »14. Dans les années 60, ce sont les antennes urbaines des grands clans traditionnels qui investissent chaque club : Parti Bonapartiste à Ajaccio, le Mouvement Radical de Gauche du député maire Jean Zuccarelli à Bastia qui présidera la Ligue corse de football. Ces rivalités entre Bastia et Ajaccio se traduisent lors de rencontres sportives par des « interventions intempestives du public », un « public bruyant et souvent violent »15.

  • 16 Marianne Lefevre, « Langue, terre et territoire en Corse » dans « Langues et territoires », Hérodo (...)
  • 17 José Rossi, 1992, p.59
  • 18 Corse Matin du 7 janvier 2001.
  • 19 Victor Sinet, 1984, p.387.
  • 20 Victor Sinet, opus cité.
  • 21 Victor Sinet, opus cité.

9Le concept de territoire limité par des frontières est intraduisible en langue corse. Celui de terre est employé par la classe politique insulaire16. Pour José Rossi de la droite corsiste, « les liens passionnels des Corses avec leur terre sont un des facteurs les plus originaux et les plus complexes de l’identité corse »17. Les nationalistes emploient la notion de « terre », du responsable autonomiste Max Simeoni, affirmant être « enraciné à la terre de Corse » dans sa définition du régionalisme aux législatives de 1967, aux cinq formations indépendantistes réunies à Corte le 8 janvier 2001 en vue de former un mouvement commun pour « la souveraineté de notre peuple sur sa terre et son indépendance »18. Si le caractère insulaire de la Corse est perçu de l’extérieur, sur la carte, à échelle nationale ou internationale, il existe peu sur place de représentation d’un territoire régional : ce dernier est compartimenté en de multiples micro régions, animées dans le passé par des villages ruraux, en partie à l’origine d’une classe politique éclatée et divisée, et où se confrontent des forces politiques rivales à toutes les échelles de pouvoir. Ces divisions se reflètent dans le monde du football, même à l’échelle des quartiers, l’ACA de la bourgeoisie ajaccienne et le GFCA plus ouvrier n’ayant jamais pu fusionner. Seules les victoires unifient la population insulaire autour d’un club qui symbolise alors son particularisme et sa réussite. La Coupe de France en 1972 opposant le SECB à l’ΟΜ a pour la première fois été une manifestation de football identitaire, ponctuée de drapeaux corses. Mais le club bastiais représentait tout autant l’ensemble des supporters insulaires qu’une minorité régionaliste utilisant ce tremplin sportif pour promouvoir sa doctrine nationaliste d’inspiration ethnique. Selon Victor Sinet, originaire d’Albitreccia en Corse du Sud, « la performance du SECB au premier plan du football « continental » est tout à fait conforme au potentiel d’une ethnie qui, de tout temps, s’est singularisée par un comportement sortant de l’ordinaire, prouvant qu’on peut être minoritaire sans pour autant sombrer dans l’immobilisme »19. Ce journaliste régionaliste, « militant » du mouvement autonomiste, relève également les drapeaux bleus frappés à la tête de maure dans les rues d’Ajaccio et de Bastia, de Marseille et de Nice, de Toulon et de Montpellier : « à nouveau la colonie insulaire vivait au rythme du football »20. Il n’y a jamais eu d’équipe de Corse : en 1967, c’est à l’initiative de Juste Fontaine, déclarant « je veux des vrais corses et non une sélection des meilleurs joueurs de l’île »21, qu’une équipe sélection corse est opposée aux tricolores. Si sa victoire contre l’équipe nationale fut à l’origine de l’annulation par Juste Fontaine des autres rencontres amicales prévues avec les sélections régionales, elle entraîna à échelle insulaire un sentiment de réhabilitation du football pratiqué par les clubs en Corse. Cependant, mettre en place une formation régionale n’a jamais été envisagé par les responsables sportifs et politiques de l’île.

  • 22 L’Equipe du 20 mai 1972.

10Période de « victimisme » dans les années 60 selon Didier Rey, en fait affirmation de l’appartenance nationale dans un contexte d’antagonisme entre « Paris et la province ». Lors du match opposant en 1972 le SCB et le club de Lens en demi-finale de Coupe de France, marqué de part et d’autre par des incidents, la réaction des représentants du clan républicain de gauche zuccarelliste en place à la mairie de Bastia, est relatée par le journal l’Equipe, dans un compte rendu du conseil municipal de Bastia réuni en session extraordinaire « pour alerter le gouvernement sur ce racisme déguisé dont sont actuellement victimes les footballeurs corses en déplacement sur le continent. Il a même cru devoir rappeler au gouvernement que, en plusieurs occasions, les Corses ont défendu les frontières du nord de la France aux côtés des continentaux »22.

11À l’apogée électorale des nationalistes corses obtenant près de 25 % des suffrages aux élections territoriales de mars avril 1992, la catastrophe de Furiani le 5 mai de la même année a mis en évidence la force du lien national entre l’île et le continent : elle a suscité un élan de solidarité immédiat et massif dans le midi méditerranéen et à échelle nationale.

  • 23 Corse Matin du 14 mai 2002 ;

12Le deuxième statut d’autonomie interne aboutit à un renforcement des deux clubs et non à une équipe régionale. La perspective de la mise en place d’une collectivité unique agréée par les élus nationaux et régionaux, support envisageable pour une équipe régionale, a été refusée par referendum local en 2003. La revendication d’un club régional au sein de la FIFA, sur le modèle de la Polynésie ou de la Nouvelle Calédonie, est récente et émane des seuls indépendantistes. L’incident du stade de France en mai 2002 où une infime minorité d’indépendantistes siffle la Marseillaise, sur fond de revendication par le FLNC d’une série d’attentats sur l’île, a provoqué la réaction indignée de tous les élus insulaires proclamant leur attachement à l’hymne national et rappelant la mémoire de tous les Corses morts pour la France, excepté les nationalistes dont les déclarations furent abondamment commentées par les media nationaux. Tandis que le principal club de supporters bastiais « Testa Mora » rappelait que les « 25 000 corses présents au stade étaient restés dignes et calmes, en ne causant aucun incident ni avant, ni pendant, ni après le match »23.

  • 24 Victor Sinet, opus cité.

13Le professionnalisme implique la présence croissante d’équipes constituées de joueurs « extérieurs » à l’île. Du temps du parrainage des clans traditionnels, les joueurs étaient en majorité d’origine insulaire ; ce n’est plus le cas aujourd’hui pour les deux clubs professionnels. Dans ces conditions, il y a antinomie entre le credo ethnique nationaliste rejetant les « étrangers » et une compétitivité possible de ces clubs.. Depuis la décennie 70 où le SCB s’intègre dans la logique de compétition nationale et de professionnalisme, les joueurs « de souche » sont devenus minoritaires, voire parfois absents. Lorsque l’ACA devient champion de France 2ème division et monte en 1ère division en 1967, Victor Sinet relève qu’ « il y avait de tout dans l’équipe de Muro » (entraîneur argentin), des Argentins, des noirs d’Afrique et du bout du monde, Nordistes ou méridionaux, et des Corses »24. Le Sporting Club de Bastia a gagné ses heures de gloire avec des joueurs aussi talentueux que Djazic et Rep.

Les néoclanismes libéraux dans les décennies 70 et 80 et les mouvements nationalistes indépendantistes dans la décennie 90

  • 25 Kyrn n° 67, août-septembre 1976, page 88.

14Jusque dans la décennie 60, le clanisme traditionnel investit les clubs de football. A Bastia, dans les années cinquante, avec le radical de gauche Jean Zuccarelli qui depuis les années trente s’intéresse au football et au SCB, à Ajaccio avec les élus du parti bonapartiste. Ces deux formations politiques urbaines ont la particularité d’être autonomes au sein de leur clan respectif. Les deux grands chefs de clan, implantés l’un au sud dans la région de Porto-Vecchio, l’autre dans l’intérieur montagnard du Vénacais, s’intéressent peu au football. François Giacobbi, président du conseil régional et président du conseil général de Haute-Corse, laisse entendre que s’il aimait contribuer, pour une large part aux nécessités du SECB et témoigner ainsi de son attachement au football insulaire, il n’en préconisait pas néanmoins une politique de sagesse, politique qui consiste à ne pas vivre au-dessus de ses moyens25.

  • 26 Kyrn n° 67, août-septembre 1976, page 88

15La branche autonome et urbaine de Bastia du vieux clan giacobbiste, est menée par la famille Zuccarelli dont les élus PRG sont associés dans la gestion de la ville avec le parti communiste qui détient le siège de premier adjoint, alliance peu fréquente au niveau municipal. Le radical de gauche Jean Zuccarelli, un temps président de la ligue corse de football, a poursuivi son action en faveur du SCB au Conseil général, à la mairie de Bastia, puis au district du « Grand Bastia » : « entretenir un club professionnel dans une ville de 55 000 habitants est un luxe qu’il faut préserver avec d’autant plus de force que les spectacles sont rares » déclare-t-il en révélant une aide de la municipalité de 250 000F pour l’année en cours26. L’entrée du club dans le football professionnel en 1965 pousse les pouvoirs de la nouvelle droite libérale et corsiste à s’intéresser aux clubs de football dans les années 70 et 80.

Néoclanisme et football identitaire

16Le dynamisme économique des années 60, avec le développement du tourisme et la mise en valeur agricole de la plaine orientale, engendre des richesses et de nouveaux espaces d’influence où tentent de s’implanter des pouvoirs économiques locaux indépendants des clans traditionnels, revendiquant une représentation politique et « moins d’Etat ». Ces socioprofessionnels du tourisme et du BTP appartiennent majoritairement à une droite libérale et corsiste recrutée dans la petite bourgeoisie des agglomérations insulaires et vont jouer un rôle déterminant dans la vie footbalistique du Grand Bastia.

  • 27 M. Lefevre, 1996, pp.24-54.

17Représentants de la société civile, appartenant ou apparentés aux partis RPR ou UDF, sans héritage dynastique, ils tentent de s’emparer du pouvoir dans l’agglomération urbaine de Bastia et sur un littoral en pleine expansion démographique et économique. Ce néoclanisme d’essence libérale n’a plus besoin exclusivement de l’Etat pour distribuer des emplois et prétend en créer27. Il a fait le choix d’un développement économique fondé sur des activités spéculatives touristiques sur fond de décentralisation et d’intégration européenne. Le football devient un facteur de mobilisation et de ralliement des électeurs. Le SCB avec le professionnalisme, est perçu comme une entreprise dotée d’un stade privé.

  • 28 Kyrn n° 351, du 29 mars au 4 avril 1991, p.5.
  • 29 Kyrn n° 67, août-septembre 1976, page88.

18Ces néoclanismes se constituent autour de personnalités implantées dans les communes méridionales du Grand Bastia, parfois rivales bien qu’appartenant à la droite majoritaire : Borgo, Lucciana, et Furiani, sont les zones d’influence des trois plus grands entrepreneurs de Haute-Corse. A Borgo s’implante le RPR Paul Natali ; il n’appartient pas au vivier traditionnel des responsables politiques locaux exerçant une profession libérale de médecin ou d’avocat, et témoigne à lui seul d’une mutation structurelle de la classe politique insulaire. Il détient un grand pouvoir économique à titre privé avec Le « groupe Natali », qui obtient de nombreux marchés d’Etat et de collectivités territoriales, et à titre public avec les leviers de commande de la Chambre de commerce et d’industrie de Haute Corse, puis en 1992 avec la présidence du Conseil Général. Comme il le souligne lui-même, « les affaires et la politique peuvent faire bon ménage »28. Homme de terrain, il est devenu une personnalité connue dotée d’une image de réussite grâce à la présidence du SCB de 1973 à 1979, durant l’épopée victorieuse de la coupe européenne de l’UEFA 1977-1978 qui lui servira de tremplin dans sa carrière politique à échelle départementale. Conseiller général de Borgo, il se présentera une première fois et sera élu en quatrième position aux élections régionales de 1986-1987 sur la liste RPR-CNI, qui obtient plus de 70 % des suffrages dans la commune de Borgo dont sa femme est premier magistrat. Il devient vice-président de l’Assemblée de Corse. L’aire d’influence de ce notable est la zone économique la plus dynamique de la Corse, qui s’étend sur toute la partie sud du Grand Bastia, là où s’implantent les nouvelles activités tertiaires. Pour ce président du S.E.C.B qui est alors en première division, « la philanthropie a ses limites, seuls nous n’en sortirons pas »29. C’est sous sa présidence que sera recrutée une vedette venue de l’extérieur, le yougoslave Dragan Djazic, et conservé l’entraîneur Pierre Cahuzac, artisan du succès du club amateur ajaccien du G.F.C.A durant les années 60.

  • 30 Kyrn n° 351, du 29 mars au 4 avril 1991, page 29

19De son côté, Jean-François Filippi Président du SCB de 1989 à 1992, maire RPR de Lucciana, commune périurbaine de plus de 3 000 habitants au sud de Bastia et membre du Conseil économique et social, est à la tête d’une vingtaine de sociétés dans le domaine touristique : transports, location de voitures, hôtel, commerce et immobilier. Contrairement à Paul Natali, cet homme d’affaires qui a dès sa jeunesse baigné dans le milieu sportif de la compétition automobile, reconnaît ne pas « manager (son club) comme une entreprise, il y a trop d’impondérables, trop d’inconnus »30. Analyse qui ne sera pas démentie par la catastrophe de Furiani qui va remettre en question l’existence même du club alors qu’il vient de parvenir en demi-finale de coupe de France contre l’OM. En juin 1991, il menace de démissionner du comité directeur qu’il préside depuis dix huit mois pour cause de pressions et plastiquages qu’il qualifie de politiques « car leur source est de philosophie raciste et xénophobe ».

20François Vendasi enfin à la tête d’une des plus grosses entreprises de travaux publics de Haute-Corse, est basé dans la commune de Furiani dont il deviendra le maire PRG en 2001. Président du SCB de 1982 à 1985, longtemps rattaché au clan traditionnel Giacobbi, ce représentant du nouveau courant corsiste de gauche, est devenu en 2002 l’adversaire du député maire républicain PRG de Bastia aux élections législatives dans la première circonscription de Bastia. Sa société, condamnée en 2006 par décision du Conseil de la concurrence relative à des pratiques mise en œuvre par son entreprise dans le cadre du marché public de travaux pour la reconstruction du stade à Furiani, est devenue l’un des sponsors du club bastiais. Le maire de Furiani est deviendra sénateur en juin 2005.

  • 31 La Corse Votre Hebdo du 12 janvier 2001, n° 79.

21Les mouvements nationalistes indépendantistes investissent à leur tour, à partir de la décennie 90, les équipes dirigeantes du SCB et de l’ACA. Il y a prise de pouvoir des deux grands clubs de football professionnels par les nationalistes, l’ACA pour le MPA-FLNC canal habituel en 1991 à Ajaccio, et le SCB pour la Cuncolta Naziunalista-FLNC canal historique en 1993 à Bastia. Alors qu’ils représentent des supports privilégiés d’embrigadement de la jeunesse et que leurs présidents pourraient promouvoir la création d’une équipe « nationale corse », ils appliquent comme les partis traditionnels ou néoclanistes corsistes, les règles de division territoriale de l’île. Est-ce révélateur d’un échec du nationalisme corse resté minoritaire à tous les scrutins électoraux régionaux, contrairement à ceux du Pays basque ou de Catalogne pourvus de clubs emblématiques ? Un club sportif en première division est une entreprise lucrative : le SCB qui attire 6 000 spectateurs en moyenne au stade de Furiani en janvier 2002 emploie 80 personnes. Son budget en 2000, en partie subventionné, s’est élevé à 112MF31. Les transferts de joueurs de même que les droits de transmission télévisée des matchs de rencontre, peuvent représenter une source de profit non négligeable.

Les clubs insulaires, reflets des scissions entre nationalistes

22À partir d’une revendication identitaire se proclamant « apolitique », les nationalistes corses ont recherché un consensus ethnique « contre les clans, hors des partis, pour la Corse » ; dénonçant une « colonisation de peuplement » et une « population allogène », ils font coïncider groupe ethnico-national et organisation politique. Or les équipes professionnelles, évoluant en division 1 ou 2, sont désormais composées d’éléments « allogènes » peu susceptibles à leurs yeux de représenter l’identité corse. Ils ne peuvent faire partie ni de la « communauté de sang » revendiquée dans les décennies 70 et 80, ni de celle de « destin » qui lui succède dans leurs revendications de reconnaissance de « peuple corse », leur séjour étant limité à des saisons sportives. D’où leur préférence proclamée avant la décennie 90 pour un club amateur comme le GFCA comportant une majorité de joueurs « de souche ».

23Cette prise d’influence puis de pouvoir des deux grands clubs insulaires reflète les divisions et la scission entre courants nationalistes ; l’un localisé à Ajaccio, le Mouvement pour l’autodétermination (MPA), surnommé dans l’île le « mouvement pour les affaires », qui s’empare de la direction de l’ACA en 1991, l’autre à Bastia, la Cuncolta Naziunalista qui prend la tête du SCB en 1993, après le drame de Furiani. En fait, il y a alliance informelle entre les néoclanismes de la droite libérale et corsiste et les différentes factions nationalistes : celle du MPA et de Paul Natali se concrétise avec une politique concertée entre la CCI de Haute-Corse et celle de Corse-du-Sud désormais présidée par le suppléant du leader du MPA aux régionales de 1992. Les membres du FLNC-Canal Habituel et de sa vitrine légale, devenus des acteurs économiques, rejettent officiellement la violence ; une paix civile est en effet devenue indispensable pour beaucoup d’entre eux devenus des hommes d’affaires dont les intérêts convergent désormais avec ceux des chefs du néoclanisme libéral corsiste. Les partisans du « contre l’Etat » ont rejoint ceux du « moins d’Etat », tandis que la Cuncolta-FLNC canal historique se rapprochait de Jean-François Filippi dont ils assuraient le service d’ordre. D’où « l’affaire Sozzi » qui marque une rupture dans l’histoire du nationalisme corse. Elle engendre au sein même de la Cuncolta une division en plusieurs courants, et pose pour la première fois aux nationalistes directement visés, le problème de la violence : en août 1993, le FLNC-canal historique revendique publiquement l’assassinat d’un de ses militants, Robert Sozzi ; ce nationaliste dont un proche est mort dans la catastrophe de Furiani, aurait dénoncé les liens entre l’organisation clandestine et le président du SCB et remis en cause le silence de la Cuncolta après le drame. Les rivalités de pouvoir entre toutes ces factions ennemies qui s’affrontent lors d’une « guerre nationalo-nationaliste », feront officiellement plusieurs dizaines de morts.

24La promotion des clubs sera assurée grâce à la participation de grands groupes locaux de distribution comme Unigros, affilié au groupe Printemps, implanté aussi dans les Bouches du Rhône, dont un des dirigeants, ancien inspecteur principal des impôts, est un passionné de football et de l’OM, mais aussi un proche des nationalistes et sera inquiété lors de l’enquête financière portant sur le « système Pieri ».

Gestion des clubs et recours aux méthodes clandestines

25Pour relever le club, le SCB va employer les mêmes méthodes envers les autorités nationales du football et la société sportive insulaire que celles utilisées par les organisations clandestines armées dans leur rapport de force avec l’Etat. Le manque de puissance financière est remplacé par la pression clandestine. La recherche d’un sponsor important conduit à ce que le voyagiste Nouvelles Frontières soit racketté et devienne le plus important partenaire du SCB avec 3MF par an, après une « efficace » campagne d’attentats. Les pressions du club de Bastia exercées sur la FFF inspirées du mode d’action des organisations nationalistes, lors du différend entre le SCB et le club de Monaco, s’avèrent cependant moins fructueuses, ne faisant pas le poids face aux intérêts financiers en jeu du club monégasque et du championnat garantis par la FFF.

26Avec la montée de haines identitaires et d’un nationalisme xénophobe, le racisme s’exprime désormais dans les stades sur le modèle italien. En mai 2005, lors du match contre Istres, une partie des supporters du SCB s’en prendra à des joueurs d’origine africaine du camp adverse et de son propre camp. Deux footballeurs brésiliens de l’ACA seront agressés à la sortie d’une discothèque après un match pourtant victorieux contre Créteil en février 2007. Des rapports de violence et de terrorisme dans l’île dont témoigne l’assassinat du capitaine de l’équipe du SCB auquel aurait été reproché son appartenance au MPA durant le conflit entre nationalistes, et de son président en 1994 pour des affaires d’aménagement de station d’épuration d’ordures ménagères ; en effet, Jean-François Filippi, sera assassiné à la veille du procès de Furiani en 1994. En janvier 2004, le juge Courroye lance une enquête financière visant le chef nationaliste Charles Pieri, dirigeant du FLNC-canal historique en Haute-Corse, poursuivi pour « abus de biens sociaux et recel » au préjudice du Sporting ; enquête désormais officiellement étendue au SC Bastia.

Le football reflet de la crise insulaire, civique, politique et sociale

  • 32 Discours à Ajaccio du président de la République Jacques Chirac le 9 février 1998.
  • 33 P. Tafani, 1992, p.262.

27Dans la décennie 90, l’île est entrée dans la spirale d’une dérive économique, civique et sociale qui sera qualifiée de « dérive mafieuse » en février 1998 par le président de la République après l’assassinat du préfet Claude Erignac32. « Rien ne pouvait apparaître plus significatif de l’état de la Corse et de l’autorité publique dans l’île que le drame qui a fait tant de victimes, au stade de Furiani, le 5 mai 1992 : « un président de club, homme politique, et l’un des rares entrepreneurs de l’île de surcroît, qui consent à accueillir un excédent de supporters dans un stade vétuste pour « rendre service » ; une société (née de la privatisation d’un servive municipal niçois) qui assemble à la va-vite à l’abri de tout contrôle, un échafaudage qui se révèlera mortel ; une commission de sécurité dont la décision d’interdire le match est rapportée, une fois de trop, « à titre provisoire » ; un maire, celui de Furiani, placé devant le fait accompli ; l’« extraterritorialité » du Sporting Club de Bastia ; un secrétaire général de préfecture dont la signature est « contrefaite » ; un préfet dépassé et marginalisé ; des intermédiaires occultes et multiples, aux attributions indéfinies, et une fraude sur la billetterie, alimentant on ne sait quelle caisse noire »33. Résultat : 17 morts et plus de 2 100 blessés.

  • 34 Le Monde du 8 mai 1992.

28La catastrophe de Furiani illustre la dérive des rapports entre organismes sportifs, institutions, entreprises et individus. Le 22 avril 1992, la FFF avait décidé de suspendre Furiani pour le match de quart de finale de coupe de France contre Nancy, puis revenait sur sa décision après les protestations bastiaises. La sécurité du stade ayant été dangereusement dépassée, les dirigeants du SCB en vue du match de demi-finale contre l’OM décident d’agrandir la capacité d’accueil de son stade de 8 000 à 18.000 places, en dix jours34. Ce drame illustre aussi le recul de la puissance publique d’Etat avec la mise en place de statuts dérogatoires dans tous les domaines, institutionnel ou sportif, et la perte par l’Etat de son pouvoir de contrôle alors que se met en place le statut Joxe d’autonomie interne. Le renforcement des pouvoirs locaux s’accompagne aussi d’une hausse d’influence des groupes de pression illégaux et d’intérêts particuliers, à toutes les échelles de pouvoir. Outre le directeur technique de la société responsable de la construction de la tribune effondrée, sont inculpés au lendemain du drame le président du SCB, le président et le directeur général de la Fédération Française de Football, le président de la commission centrale de la Coupe de France, des membres de la Ligue corse de football, le maire de Furiani, le directeur de cabinet du préfet et le directeur départemental de l’Equipement.

  • 35 M. Lefèvre, 1996, opus cité, pp.24-54.

29Cette dérive civique et politique se double d’une dérive économique35. Tous les secteurs publics et économiques sont touchés dans la décennie 90 par le terrorisme et le banditisme, les organismes territoriaux sont en faillite (Rapport de la Commission d’enquête parlementaire Glavany 1998). Les assurances ne veulent plus s’engager en Corse. Le problème est devenu tel que les parlementaires insulaires ont demandé à rencontrer le ministre de l’Economie et des Finances le 21 décembre 1994 pour réclamer la mise en place d’un « système où l’on légifère ». L’Etat est mis en cause puisqu’il ne garantit plus la sécurité des biens et des personnes. La principale victime de cette dérive est la jeunesse insulaire qui a toujours vécu dans un état de violence et de nouvelles mentalités se sont forgées durant les décennies 70, 80 et 90. Dans une première phase, les clandestins du FLNC sont des héros dont la cible privilégiée est l’école, avec le plasticage des résidences de professeurs et la remise en cause des programmes nationaux devant être corsisés. Des badges glorifiant la lutte armée sont vendus dans les kiosques ; le « Ribellu », homme sans visage et armé d’un fusil mitrailleur, figurant sur les vêtements, les cahiers de classe, les voitures, est devenu un mythe dans l’île. Cette illusion groupale devient communautariste dans les domaines politique et sportif. Le héros gangster et l’argent facile dans une deuxième phase supplantent le mythe du clandestin sans en abandonner les accessoires. Tout devient rapport de force et chaque match est un combat, tandis que se banalise un phénomène de xénophobie voire de racisme qui s’exprime dans les stades, contre les joueurs de football « extérieurs », d’origine continentale ou africaine. La Ligue de football professionnel et la FFF ont porté plainte contre X après les incidents racistes lors de la rencontre Bastia Istres comptant pour la 35ème journée de Ligue 1 en mai 2005.

  • 36 Corse Matin du 13 juillet 1992.
  • 37 Le Monde du 29 décembre 2002.

30Les responsables de la justice attachent une attention particulière au blanchiment de l’argent sale et aux investissements de loisirs dont il est capital de détecter la provenance. Pour le Procureur de la République à Bastia, « tous les ingrédients d’une dérive mafieuse sont réunis avec la collusion entre l’administratif le politique et la délinquance »36. Dans ce contexte, un club de football devient un enjeu déterminant pour les responsables nationalistes à plusieurs titres : c’est une entreprise qui peut être lucrative en première division, attire la jeunesse et revêt une image de réussite dans une île en pleine crise. François d’Aubert, en novembre 1992, fait état de « l’influence croissante de la Mafia dans l’hexagone en liaison avec les milieux locaux ». Le 27 décembre 2002, le président de la Ligue corse de football reproche à ce député UMP associant football et blanchiment d’argent, d’« être flou dans ses propos très incisifs sur le football insulaire et le blanchiment d’argent »37.

L’aménagement des infrastructures du stade Armand Cesari de Furiani

  • 38 Corse Matin du 23 juin 1992.

31La catastrophe de Furiani dans une île en état de choc pose la question de l’avenir du Sporting Club de Bastia et de la construction d’un nouveau stade pour remplacer celui de Furiani. Tandis que se mettent en place un « collectif des victimes du 5 mai » opposé à la reconstruction du stade sinistré, et un vaste mouvement de solidarité de la population insulaire, des villes du Midi méditerranéen et de la France entière, des supporters du Sporting ne peuvent se résoudre à voir leur équipe leader du championnat de deuxième division ne plus rejouer dans ce stade mythique. Le quotidien régional Corse Matin lance en juin 1992 une consultation auprès de ses lecteurs pour faire connaître leur avis aux différentes autorités : administration, collectivités, responsables du football afin « qu’elles prennent leurs responsabilités en tenant compte de leur opinion ». Et obtient 4 500 réponses à 90 % positives pour que le SCB continue et pour la construction d’un nouveau stade. La commission culture de l’Assemblée de Corse, sollicitée pour une demande de financement exceptionnelle évoquée par le Sporting de Bastia « concernant sa survie au sein du football français », est favorable à une aide financière « avec le concours des autres collectivités sollicitées, mairie de Bastia et conseil général de Haute-Corse »38.

32La situation politique s’avère privilégiée pour envisager la construction d’un grand et « vrai » stade après des années de demande de dérogations pour l’utilisation d’installations vétustes par un club propriétaire resté durant 18 ans en première division. Le parti traditionnel zuccarelliste PRG au pouvoir à Bastia, est bien représenté dans la vie politique insulaire et nationale : le maire de Bastia, Emile Zuccarelli, est ministre des PTT dans le gouvernement Bérégovoy. Son père, président du District urbain devenu le 25 novembre 1992 propriétaire des installations sportives de Furiani, est Jean Zuccarelli, qui toute sa vie a mené une politique sportive comme élu et au sein de la Ligue corse de football en faveur du développement de ce sport à Bastia. Ce pouvoir local est relayé par celui de l’Etat, qui a constitué une cellule interministérielle après le drame ; il s’engage dans le projet de construction d’un stade à édifier dans l’agglomération bastiaise, « par solidarité du gouvernement en faveur de la Corse », et eu égard à la carence des infrastructures de l’île en général et de Bastia en particulier. Le District de la ville est désigné comme « grand patron » de ce dossier particulier. Seules les instances départementales perdues par le clan giacobbiste en 1992 avec un Conseil général désormais présidé par Paul Natali de la droite néoclaniste libérale et corsiste, fera preuve de modération.

33Dès 1992, se constitue un partenariat associant le District, l’Etat, la Région, le département de la Haute-Corse et la ville de Bastia. Le District lance un concours d’architectes en concertation avec la LCF, la FFF et la LNF, sur une structure offrant une capacité d’accueil de 10 000 à 15 000 places assises, à réaliser en plusieurs phases ; il envisage une prise en compte de 40 % du coût par l’Etat, soit le même effort que celui consenti aux villes accueillant des rencontres de coupe du monde. Le projet d’un stade d’une capacité de 15.000 places garantissant ainsi l’homologation par les instances fédérales, mais aussi l’adaptation des installations pour les grands spectacles de plein air absentes dans la région bastiaise, d’un coût de 43MF, est retenu par le jury (de 4 000 à 6 000 spectateurs pour les matchs de football).

  • 39 La Corse du 6 décembre 1993.

34Le Sporting est redevenu compétitif avec des finances assainies, et se place en tête du championnat de France de deuxième division. Pour François Nicolaï, jeune entrepreneur du bâtiment, ancien joueur du Sporting, et issu d’une vieille famille bastiaise attachée au SCB, l’objectif est de retrouver la 1ère division. Sous la coupe de la Cuncolta Naziunalista qui investit le club en 1993, il fait appel aux collectivités de région et du département, et surtout à l’Etat ; et fait preuve de « victimisme » : « l’Etat n’a jamais rien fait pour que la Corse soit dotée du stade qu’elle mérite ». Il annonce un sponsor, Nouvelles Frontières39.

  • 40 La Corse du 6 mars 1994.
  • 41 J.M Rossi et F. Santoni, Pour solde de tout compte, Denoël, 2000.

35Mais « pour faire du football, il ne suffit pas d’avoir une équipe », « pas de stade, pas de division 1 » déclare le président de la Ligue nationale de Football en déplacement à Bastia40. Vont alors s’opposer l’antenne urbaine bastiaise zuccarelliste du parti traditionnel républicain giacobbiste et le pouvoir montant des nationalistes de la Cuncolta Naziunalista-FLNC canal historique qui en 1993 investissent la direction du SCB. Son président, François Nicolaï, forte personnalité, a succédé à Jean-François Filippi. Dans ce contexte, Charles Pasqua ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire entame des pourparlers avec la vitrine légale de ce mouvement clandestin dont il reçoit régulièrement le chef de Corse-du-sud41. Les élus du District et les dirigeants du SCB n’ont pas les mêmes objectifs : les élus veulent aménager un grand stade en plusieurs phases, dans des délais de procédures incompressibles, tandis que les représentants du club envisagent l’abandon de ce projet au profit d’un stade hors normes et dérogatoire rapidement opérationnel. Le club doit pouvoir s’appuyer sur une moyenne de 5 000 spectateurs par match afin d’équilibrer son budget et bénéficier le plus tôt possible des droits de retransmission de la TV très lucratifs pour le club.

  • 42 Corse Matin du 8 mars 1994.
  • 43 Corse Matin du 8 mars 1994.
  • 44 La Corse du 2 mars 1994.

36Dans ce contexte, Jean Zuccarelli, président du district, recherche un consensus : s’il n’abandonne pas le projet initial de grand stade, il en appelle à l’arbitrage de l’Etat pour obtenir une aide financière pour des aménagements augmentant la capacité du stade, et une dérogation provisoire afin de permettre au SCB d’évoluer dès la saison 1994-1995 en première division s’il gagne ce droit sur le terrain : « Bastia ne dispose pas du réservoir de spectateurs équivalent aux autres villes du continent. Et il a le droit d’accueillir les meilleures formations de France. Au nom de quoi serait-il exclu ? Préfèrerait-on la densité des spectateurs à la qualité des joueurs ? »(...) « J’espère que l’Etat se souviendra que nous faisons partie intégrante de la France et qu’il le rappellera aussi aux instances nationales du football »42. Le Conseil d’administration du SCB se prononce quant à lui pour un « projet plus modeste et plus en rapport avec la pratique du football. En réduisant les normes, l’on diminuerait d’autant le coût et l’on permettrait dans un délai raisonnable d’avoir un stade digne d’un club professionnel mais correspondant aussi à la réalité économique et démographique de la Corse »43. Le président du club est reçu au ministère par Charles Pasqua le 5 janvier 1994 qui lui affirme que « la réalisation du stade était, pour lui, l’une des priorités en matière d’aménagement en Haute Corse »44.

37Une commission de travail le 28 mars 1994 adopte un projet de 8 700 places qui s’inscrit dans le cadre du futur stade de 15.000 places, réalisable en trois mois à condition d’obtenir les autorisations nécessaires de la part des services administratifs de l’Etat : « Charles Pasqua douzième homme » titre le Corse Matin du 21 avril 1994 ; accélération de la procédure, financement plus important de l’Etat, « mise d’un bémol à l’intransigeance des instances nationales du football ». La question du nouveau stade est devenue « une affaire d’Etat ». Ce projet de 80MF est accepté par la ministre de la Jeunesse et des Sports (Michèle Alliot-Marie) en présence des présidents de la FFF et de la LNF le 19 avril 1994, avec une part de l’Etat de 40 % du coût total du projet Navari. Mais les délais de travaux ne peuvent être respectés, des matchs doivent être joués sur un stade extérieur, soit des pertes pour le SCB. Les élus ont-ils les moyens de financer ces infrastructures, « un stade digne de ce nom » ? Pour la première tranche estimée à 32MF, l’Etat a décidé dans le cadre de l’enveloppe de financement des stades de la coupe du monde, d’octroyer 35 % des crédits soit 11MF. La Collectivité Territoriale de Corse et le conseil général de Haute-Corse sont sollicités à hauteur de 16,5 %. Mais les dirigeants du Sporting monté en première division en juin 1994, font pression pour limiter les travaux afin que le chantier du stade soit modulé en fonction des seuls intérêts du club.

  • 45 La Corse du 2 août 1994.

38Le District de Bastia de son côté qui ne veut pas s’écarter du projet présenté à l’Etat et désire réaliser en entier la première tranche, propose une aide financière au Sporting de 1,2MF. Le district et le club s’entendent sur le projet de construction d’une tribune parrainée par le préfet, très impliqué dans la réalisation de ce projet ; et qui souligne le « caractère exceptionnel de l’intervention de l’Etat », cette « mesure provisoire portant sur la première phase des travaux », étant l’« aboutissement d’un long travail qui a associé le District de Bastia, la municipalité de Furiani, les services de l’Etat et les instances nationales du football (...) ça reste du football camping, mais quand même un 4 étoiles »45 déclarent le membre de la commission nationale des terrains et équipements et le vice-président de la commission nationale de sécurité de la FFF.

  • 46 Journal de la Corse, semaine du 22 au 28 avril 2005.

39Un projet de « vrai » stade réalisé en quinze ans, dont la maîtrise d’ouvrage dans sa phase terminale, sera assurée par la Communauté d’agglomération de Bastia qui le confiera à l’architecte bordelais Pierre Ferret tenu de respecter ce lieu de mémoire et « conserver l’âme de Furiani » : rendre hommage aux victimes de mai 1992 et aux anciennes gloires que sont Papi, Rep et autres Djazic »46.

Conclusion

40Le football en Corse est un des reflets de la société insulaire et de ses mutations. Il témoigne du paradoxe d’une île sous-peuplée à forte identité mais territorialement divisée, dotée de deux clubs de football rivaux, à l’image des deux villes moyennes de Bastia et Ajaccio. Des clubs devenus compétitifs à échelle nationale, voire européenne, lors de la mise en valeur économique touristique de la Corse à partir de la décennie 60, investis par une nouvelle classe politique néoclaniste et urbaine d’hommes d’affaires soucieux de popularité et d’image de réussite. En particulier le SCB qui parvient à mobiliser l’ensemble des supporters corses lorsqu’il joue en première division sur le continent, alors que se banalise un sentiment identitaire culturel et politique à échelle insulaire. Le drame de Furiani a mis en évidence le dysfonctionnement d’une société où l’Etat s’est désengagé dans un processus accéléré de décentralisation, et un contexte de montée progressive de pouvoirs illégaux. Avec la gestion de dirigeants nationalistes, demeurés minoritaires sur le plan électoral, le mode de fonctionnement du club s’est calqué sur celui des organisations clandestines où terrorisme, affairisme, et gangstérisme feront bon ménage. Depuis 2004, la dénonciation du « système Pieri » a fini de discréditer le grand club bastiais et a entraîné une désaffection, voire un rejet des supporters. Les deux équipes corses professionnelles de football sont aujourd’hui reléguées en deuxième division, n’étant plus de surcroît en mesure de faire face aux enjeux financiers de clubs nationaux et internationaux.

41Dans un contexte de mondialisation des activités footbalistiques et d’autonomie croissante des pouvoirs politiques insulaires majoritairement corsistes, le désengagement de l’Etat dans une île économiquement pauvre et en « dérive », doublé du déclin de ses pouvoir-relais, (les grands clans traditionnels pourvoyeurs de subventions), n’a t-il pas ramené et réduit les clubs insulaires à des enjeux strictement locaux ?

Notes

1 V. Sinet, 1984, « Le mémorial des Corses », sous la direction de F. Pomponi, tome 5, éd. Christine Bonneton.

2 Le capitaine du SCB en 1993, le président du SCB en 1994, le président du Football Club de Calvi en 1996.

3 Didier Rey, Les limites du football identitaire et La Corse et son football 1905-2000, Ed. Albiana 2003

4 Marianne Lefevre, Démocratie et Géopolitique en Corse, Hérodote 2ème et 3ème trimestre 1993, n° 69/70.

5 Francis Pomponi, Histoire de la Corse, Hachette, 1979, page315.

6 José Martinetti, Insularité et marginalité en Méditerranée occidentale, L’exemple corse, Le Signet, 1989.

7 Selon l’historien Francis Pomponi, dans A la recherche d’un invariant historique : la structure clanique dans la société corse, « Pieve e Paesi », Ed. du CNRS, Paris, 1978

8 Pièves : anciennes circonscriptions religieuses datant du Moyen-Age ; premières unités administratives qui ont cédé la place aux cantons actuels (La Corse, une région insulaire, CNDP, CRDP de la Corse, 1986).

9 José Gil, La Corse entre la Liberté et la Terreur, La Différence, 1984.

10 Déclaration en 1920 de Raymond Flaissières, maire de Marseille, citée dans le Mémorial des Corses, page 450, tome 6.

11 Le Sporting Etoile Club Bastiais devient le Sporting Club Bastiais, évitant ainsi la faillite.

12 Didier Rey, opus cité, p ; 92.

13 Didier Rey, opus cité, p.92.

14 Didier Rey, opus cité, p. 103.

15 Didier Rey, 2003, p.51.

16 Marianne Lefevre, « Langue, terre et territoire en Corse » dans « Langues et territoires », Hérodote n° 105, 2er trimestre 2002, p.38-59

17 José Rossi, 1992, p.59

18 Corse Matin du 7 janvier 2001.

19 Victor Sinet, 1984, p.387.

20 Victor Sinet, opus cité.

21 Victor Sinet, opus cité.

22 L’Equipe du 20 mai 1972.

23 Corse Matin du 14 mai 2002 ;

24 Victor Sinet, opus cité.

25 Kyrn n° 67, août-septembre 1976, page 88.

26 Kyrn n° 67, août-septembre 1976, page 88

27 M. Lefevre, 1996, pp.24-54.

28 Kyrn n° 351, du 29 mars au 4 avril 1991, p.5.

29 Kyrn n° 67, août-septembre 1976, page88.

30 Kyrn n° 351, du 29 mars au 4 avril 1991, page 29

31 La Corse Votre Hebdo du 12 janvier 2001, n° 79.

32 Discours à Ajaccio du président de la République Jacques Chirac le 9 février 1998.

33 P. Tafani, 1992, p.262.

34 Le Monde du 8 mai 1992.

35 M. Lefèvre, 1996, opus cité, pp.24-54.

36 Corse Matin du 13 juillet 1992.

37 Le Monde du 29 décembre 2002.

38 Corse Matin du 23 juin 1992.

39 La Corse du 6 décembre 1993.

40 La Corse du 6 mars 1994.

41 J.M Rossi et F. Santoni, Pour solde de tout compte, Denoël, 2000.

42 Corse Matin du 8 mars 1994.

43 Corse Matin du 8 mars 1994.

44 La Corse du 2 mars 1994.

45 La Corse du 2 août 1994.

46 Journal de la Corse, semaine du 22 au 28 avril 2005.

Auteur

Marie-Anne Lefèvre : Maître de Conférences, Université Via Domitia Perpignan, UMR MTE.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search