Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Première partie. Les politiques sportives, des interrogations du local à la dimension géopolitique.

Une problématique de géographie sociale pour l’analyse des politiques sportives des villes moyennes françaises

Régis Keerle

Texte intégral

  • 1 « La géographie sociale ne peut être qu’une géographie de l’action et des acteurs » (Séchet, in Sé (...)

1Le simple fait de prétendre proposer un modèle d’analyse géographique des politiques sportives suppose d’expliciter les rapports que le géographe peut entretenir avec la science politique, discipline que l’on aurait plus volontiers attendu a priori sur ce terrain d’étude, surtout dans une perspective généralisatrice. Même si la science politique ne semble pas se caractériser par une volonté d’étanchéifier ses frontières aussi forte que d’autres disciplines, ses liaisons avec la géographie restent à développer. Précisons d’emblée que ce texte s’appuie sur une thèse envisageant le développement théorique d’une géographie sociale basée sur l’action (Keerle, 2002), orientation dont la pertinence a été récemment rappelée par R. Séchet1, ceci dans le cadre d’une globalisation de la géographie (Berthelot, 1996, 116). C’est ainsi que l’exploration de l’action publique s’est avérée nécessaire pour y rendre compte de la dimension spatiale du phénomène sportif. Elle est une des principales formes des sommes d’actions qui expliquent les régularités des types d’expression de cette dimension, lesquelles doivent permettre à notre sens d’orienter les analyses monographiques tout en s’en nourrissant. À tel point qu’il serait aujourd’hui très difficile de proposer par exemple une analyse des politiques sportives des villes moyennes européennes, y compris en restreignant l’acception de ce qualificatif aux Etats dont le niveau de développement est suffisamment proche pour que la notion de ville moyenne incite à la comparaison. C’est que les modèles nationaux du sport, et donc des politiques sportives, partiellement issus de la sédimentation des actions politiques dans chacun des Etats, continuent à justifier des approches nationales hors de toute tendance naturalisatrice.

2S’il est ainsi pertinent de comparer des politiques sportives en France ou les politiques sportives de deux ou plusieurs Etats, ce que ne se privent pas de faire des non-géographes, et ce dont la géographie pourrait se féliciter si elle était à cette occasion reconnue à sa juste valeur, qu’en est-il de la référence aux villes moyennes ? Notre thèse proposait un croisement entre types de lieux de pratique (ville, nature et culture) et échelles de prise en compte de leur dimension sociale. A l’échelle locale, le registre politique de l’action y était analysé à travers le cas de Montpellier, ville en quête de métropolité. Deux axes de travail y ont été privilégiés, celui de la politique sportive de la ville et celui de la place du sport dans le projet de ville. Résumons les fondements théoriques de ce cadre de lecture qui nous semble pouvoir être adapté aux situations et contextes des villes moyennes.

3Appréhender la situation et les processus d’évolution du phénomène sportif susceptibles d’expliquer sa dimension spatiale nécessite de s’appuyer sur une théorisation sociale. Notre thèse a proposé de considérer le sport comme un champ idéologique polarisé par des appareils animés par des individus et des groupes sociaux, ces derniers étant positionnés selon les circonstances comme agents ou acteurs œuvrant à la reproduction/transformation de ce champ. Dans cette perspective, elle distinguait en particulier les dimensions politiques des acteurs en combinant approches sociologiques et politistes pour leur analyse.

4Emprunter le cadre d’analyse des politiques publiques à la science politique paraît donc le moyen le plus sûr de mener une analyse des politiques sportives permettant de dépasser les enseignements d’une monographie, qu’il s’agisse ou non du cas des villes (moyennes), dans une perspective d’ouverture interdisciplinaire.

5Appréhender la ville comme un objet spatial ne conduit pas nécessairement à engager une démarche spatialiste. Nous considérons la ville « comme une unité spécifique de production et de reproduction d’un modèle social intégrant l’innovation et le conflit dans un processus cumulatif, tout en limitant la portée destructrice pour la stabilité du système » (Rémy, Voyé, 1981, 204). Cette production-reproduction d’un modèle social, qui, lorsqu’elle est suffisamment programmée, peut être qualifiée de « projet de ville », soit la forme la plus récente prise par le gouvernement municipal en France, prend des formes diverses selon les caractéristiques des objets spatiaux considérés (taille de la ville, échelle d’action, dynamiques démographiques et économiques de l’espace englobant...).

6C’est à l’articulation de ces trois directions de recherche que le développement qui suit est consacré, sa première partie permettant de baliser les voies d’une description géographique du phénomène sportif tel qu’il s’exprime dans les villes (moyennes).

Faiblesse des outils de connaissance à l’échelle nationale et nécessité d’une approche par les acteurs

7Comme l’a remarqué P. Duran, « toute action publique n’incarne pas nécessairement une politique, pas plus qu’elle ne s’inscrit obligatoirement dans une politique ou un programme d’action. On parle aisément de politique de la montagne, de politique de la jeunesse ou du tourisme, car il y a là un enjeu symbolique, sans que pour autant la vérité des interventions de la puissance publique renvoie une autre image que celle d’une action fragmentée et sans grande cohérence » (Duran, 1999, 32). Ce texte vise donc en particulier à prémunir la géographie du risque de surinterprétation en relevant d’abord la faiblesse relative des connaissances actuelles..

8Faute d’avoir élaboré un référentiel sectoriel de son action dans le champ du sport, l’Etat français s’est contenté d’intégrer l’idéologie sportive dans le référentiel global du « modèle républicain » (Noir, 1993, 91) sous sa forme officialisée depuis la IVème République. Néanmoins, l’organisation du sport dans la société française, influencée par la notion de service public, se traduit dans l’espace par certaines régularités dérivées des règles de droit public auxquelles est soumise cette notion, la continuité (territoriale), l’adaptation (aux nouveaux « besoins ») et l’égalité (d’accès à la pratique). Mais ces régularités idéelles ne peuvent se matérialiser dans l’espace concret que si le financement que cette matérialisation suppose est mobilisé à cet effet. L’analyse des « variations sportives des territoires » (Haumont, 1995, 51) des villes moyennes nécessite donc de connaître les modalités du financement public du « système d’offre des pratiques d’exercice corporel » (Michon, 1995, 593), lesquelles constituent une des variables des déterminants économiques de la pratique, et, par défaut, permettent d’apprécier le rôle laissé ou confié aux financements privés. Faut-il rappeler que les pratiquants sont les premiers financeurs directs de la pratique et donc que les inégalités sociales dans l’accès à la pratique ne peuvent être atténuées que par une action publique orientée dans ce sens ? La géographie sociale qui « reste une géographie engagée » ne peut éluder ces questions sociales (Séchet, in Séchet, Veschambre, 2006, 14).

9Toutes les analyses du financement du sport montrent que les communes sont, de loin, les principaux financeurs publics du sport. Le géographe friand de comparaison peut heureusement s’appuyer sur les travaux relatifs à ce financement par les collectivités locales, lesquels permettent de conclure à « la diversité des situations » (Charrier, 2002, 75). Au-delà des difficultés méthodologiques de construction des données que comportent les enquêtes sur cet objet (Charrier, 2002), il faut remarquer que cet outil de comparaison doit être utilisé avec précaution. Ainsi, si le budget communal des sports, exprimé en pourcentage, baisse régulièrement en fonction de l’augmentation de la taille de la ville, il ne faudrait pas conclure trop vite à une importance moindre du secteur dans la politique ainsi mesurée. Par exemple, le coût d’un équipement n’est que partiellement rapportable à la taille de la commune puisqu’il existe un coût minimal pour un équipement donné, quelle que soit sa taille, et la différence entre le coût des équipements rapporté au nombre d’habitants selon la taille des villes peut être lié à la présence d’équipements produits par le secteur privé, d’autant plus probable que la ville est importante, si l’on fait confiance à la capacité d’expertise basée sur le marché que développent les investisseurs privés.

10Cependant, les données concernant les engagements financiers des communes présentent l’immense avantage de permettre de relativiser les discours tenus sur le sport par les responsables locaux, tels qu’ils sont apparus, par exemple, dans l’enquête nationale réalisée en 1997 par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale sur les politiques sportives des villes de plus de trois mille habitants. Celle-ci faisait en effet apparaître que « quelle que soit la taille de la commune, les finalités des politiques sportives communales sont proches » (Haschar-Noé, Bayeux, 1998, 80). Les objectifs d’éducation et d’intégration auraient ainsi été privilégiés, mais les chiffres collectés par D. Charrier avaient déjà révélé que les sommes destinées à « l’animation sociale » en 1994 ne représentaient que 3,65 % du total des subventions... Aujourd’hui encore, comment imaginer que les finalités des politiques sportives communales puissent être proches quand la dispersion statistique des budgets sportifs par habitant des villes reste importante ? On voit bien ici « l’impérieuse nécessité de rapporter les discours politiques aux choix budgétaires des collectivités locales » (Charrier, 2002, 6).

11L’incertitude relative des connaissances sur cet objet n’empêche pas le passage hardi d’hypothèses de travail à des formulations relatives aux processus en cours. Dans sa communication aux Vèmes journées du management du sport, D. Charrier a ainsi pu distinguer plusieurs tendances (« la professionnalisation croissante de l’emploi sportif... l’évolution du financement du sport de haut niveau... l’engagement probable, mais difficile, du système sportif dans les stratégies de développement local », Charrier, 2002, 77-81) appelant « une augmentation importante du financement du sport par les collectivités locales » (ibid., 82). Sa faisabilité passe par la capacité des acteurs sportifs à démontrer la rentabilité économique, politique et sociale des dépenses sportives : qu’en est-il donc de la rationalisation des politiques publiques sportives ?

12Il faut d’abord noter que cette question s’est imposée avec l’évolution du contexte des actions municipales, « de la décentralisation passive (l’Etat est le décideur, et la municipalité l’administrateur) à la fin du xixème siècle, en passant par la décentralisation active (l’Etat délègue une part du pouvoir à la municipalité, chargée de la réalisation ou application des programmes d’équipements) caractéristique du deuxième quart du xxème siècle, pour parvenir en cette fin de siècle à une repolarisation (la municipalité devenant le noyau central de la mise en œuvre de sa politique sportive, se voit dans l’obligation de modifier ses schémas directeurs politiques, économiques, sociaux...), décentralisation qui, à l’heure actuelle, tend à glisser vers une intercommunalité croissante » (Dulac, Chifflet, Raspaud, 1995, 401). De manière plus générale, la décentralisation a suscité une telle complexité des situations qu’en 2002 « les états généraux du sport concluaient à une nécessaire clarification de l’intervention des collectivités » (Bayeux, 2006, 43) sans parvenir à convaincre le législateur de suivre cet avis.

13Ainsi, aujourd’hui, à part quelques exceptions comme les équipements scolaires, dédiés aux communes, chaque collectivité garde sa liberté d’action. Quant à la rationalité de ces actions, voire leur élévation au statut de politique, un auteur-expert considère que « le concept de politique sportive est en fait assez récent. En conséquence, les méthodes de gestion en ont souvent été empiriques » (Lhéraud, 2002, 34). Aujourd’hui encore, « en dépit d’efforts anciens et convergents, déployés par les associations d’élus, le Centre national de la fonction publique territoriale, les universitaires et les bureaux d’étude spécialisés, elles [les politiques sportives] restent peu formalisées » (Charrier, 2002, 5). Cette courte évocation des acteurs concernés par le souci de rationalisation indique à la fois le risque de bascule de l’analyse dans le sens d’un management non anthropologique (Corneloup, 1999) et la nécessité de disposer d’un cadre théorique permettant au moins de rendre compte de la configuration des acteurs et de leurs actions. Par exemple, il existe en France un réseau qui contribue à coder l’action politique des communes dans le domaine du sport à l’échelle nationale, celui des Offices Municipaux du Sport (O.M.S.), regroupés dans une fédération (F.N.O.M.S.). Mais si ses actions ont connu quelques succès, la F.N.O.M.S. n’est pas encore parvenue à accéder aux « cercles de la décision » (Muller, 2003, 40) dans le domaine du sport à l’échelle nationale. La diffusion de son modèle d’action, baptisé « projet sportif local » en 1992, reste très aléatoire. C’est ainsi qu’un adjoint au maire de Villeurbanne, président de son office du sport et membre du conseil d’administration de cette fédération, a signalé que « sur le département du Rhône, deux communes sur deux cents soixante treize, se sont lancées dans cette procédure » (Devinaz, 2002). Si notre préoccupation théorique est donc justifiée, complétons d’abord notre évocation de la décentralisation par celle de l’intercommunalité.

14La loi Chevènement de 1999, qui a introduit le sport comme compétence optionnelle au niveau intercommunal, peut susciter la rationalisation des politiques sportives, en particulier dans le cas de réhabilitation d’équipements coûteux. Pour autant, imaginer que « les politiques sportives intercommunales devraient rapidement se formaliser » (Charrier, 2002, 76), n’était-ce pas faire preuve d’un optimisme excessif ? L’exemple de Montpellier nous avait laissé penser que la dynamique de recompositions des territoires enclenchée par la réforme de l’intercommunalité ne ferait qu’aboutir à la captation des profits symboliques de l’agir territorial par de nouveaux notables supracommunaux.

15Les communications présentées lors de la journée d’étude organisée par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale à Angers en 2006 ont permis de confirmer la plausibilité de cette remarque prospective. En effet, la loi oblige les établissements publics de coopération intercommunale à définir l’intérêt communautaire dès lors qu’une compétence sportive est adoptée, sans préciser la forme de cette définition. Un inventaire partiel a permis d’identifier plusieurs catégories de critères utilisés à cet égard, son auteur, membre de l’association « Sports et territoires » insistant par ailleurs sur la nécessité d’un ordonnancement idéal du triptyque « définition de la politique sportive, définition de l’intérêt communautaire, décisions des transferts nécessaires » (Vergnes, 2006). Par ailleurs, le secrétaire général de l’Assemblée des communautés de France a pu signaler la « persistance d’un décalage très important entre le « juridique » (la présence aux statuts d’une compétence ayant trait aux pratiques sportives) et la « pratique », soit l’intervention réelle des communautés, lié à la ressource politique que représente le milieu sportif » (Abuli, 2006). Au total, la situation est celle d’« une implication réelle et une réflexion sur les différents axes d’une politique sportive réservée à une avant-garde d’à peine 15 % à 20 % de la totalité des communautés » (Abuli, 2006). Au total, toutes les dissonances repérables dans la connaissance de l’objet justifient la proposition d’une démarche méthodologique plus précise pour rendre compte de sa complexité et de sa dimension géographique.

Schéma n° 1 : Un cadre d’évaluation comparative des politiques sportives municipales

Schéma n° 1 : Un cadre d’évaluation comparative des politiques sportives municipales

Source : Régis Keerte, 2007 (d'après Bouchet P., 1996, page 97)

Schéma n° 2 : La configuration du sport dans la ville

Schéma n° 2 : La configuration du sport dans la ville

16On se limitera ici à employer un vocabulaire admis par la science politique et à signaler quelques-unes de ses traductions possibles dans le langage de notre discipline, sans entrer dans un objectif d’explicitation des termes employés dans ses débats internes. De même, les critiques que nous avons pu émettre dans notre thèse quant à la manière dont le cadre théorique que nous empruntons a été alimenté ne seront pas reprises ici. Enfin, on privilégiera les réflexions applicables au cas des villes moyennes.

  • 2 L’emploi des guillemets signale la première référence à une expression écrite dans le schéma.

17Afin de développer le modèle d’analyse annoncé, nous proposons d’adapter le cadre théorique utilisé par P. Bouchet pour l’étude des politiques sportives dans un cadre intercommunal, celui de l’agglomération grenobloise. Pour mener cette étude, l’auteur a choisi de s’appuyer sur le cadre d’analyse des politiques publiques proposé par B. Jobert et P. Muller. Ce modèle de fonctionnement d’une politique publique ayant « été surtout conçu pour étudier des politiques ministérielles » (Bouchet, 1996, 65), il a réintroduit dans l’analyse deux autres concepts, celui du « contexte d’intervention »2 (voir schéma n° 1) qui « spécifie dans le temps et dans l’espace, les dynamiques propres qui influencent une autorité politique dans l’élaboration et la mise en œuvre de ses politiques publiques » (ibid.), et celui du « champ d’intervention », qui définit « les supports des interventions réalisées dans le secteur considéré » (ibid.). Conçu ainsi, le contexte d’intervention peut aisément être traduit, au moins provisoirement, comme une acception politiste de l’espace-cadre et support de la reproduction des sociétés mais aussi enjeu de l’action politique tel que la géographie sociale conçoit ce concept multiforme (Aldhuy, Ripoll, Séchet, Veschambre, à paraître). Renvoyons à des opérations de traduction interdisciplinaires ultérieures et déployons notre présentation.

18Les dimensions historique, géographique, démographique et l’obédience politique sont quelques-unes des variables retenues par l’auteur au sein du contexte d’intervention comme susceptibles de « différencier les stratégies des politiques sportives municipales du fait même de leur cohabitation ou de leur coexistence sur un territoire » (Bouchet, 1996, 68). Arguons que le territoire ici visé peut aussi bien être celui d’une agglomération que le territoire national, et réservons le traitement de ses dimensions « géographique » et « démographique » à la dernière partie de ce texte, comme d’ailleurs celui du champ d’intervention.

19La dimension historique doit être entendue sous plusieurs acceptions. Si globalement elle concerne l’évolution démographique et socio-économique des villes, ainsi que l’interrogation relative à la continuité des actions politiques menées, elle peut aussi permettre de dresser un « état du référentiel sportif ». Celui-ci gagnera à être apprécié par rapport à un « référentiel sportif “traditionnel” des communes essentiellement axé sur le plein emploi des équipements dits de “base” par les associations sportives (à vocation compétitive) et scolaires (à vocation éducative) et par le respect des normes urbanistiques nationales dans la dotation en patrimoine (nombre de mètres carrés, d’espace ou d’équipements, par habitant) » (Bouchet, 1996, 75) tel qu’il a pu être conçu lors de « la période des lois de programme (1960-1975) » (ibid.). Idéalement la situation au moment des élections municipales de 1977, donc avant la décentralisation, devrait constituer le point de départ de l’analyse.

20La pertinence du facteur de l’obédience politique, conçue sous la forme de l’opposition entre municipalités de « droite » ou de « gauche », a été démontrée par P. Bouchet dans le cas de l’agglomération grenobloise, « les premières s’investissant plus sur le haut niveau, le sport loisir et le sport pour tous (...) les secondes sur le sport de masse, la jeunesse ou le socio-éducatif » (Bouchet, 1996, 283). Bien entendu, elle doit être nuancée et complexifiée selon les situations analysées.

21Les quatre autres indicateurs permettant d’apprécier le fonctionnement d’une politique publique sont traités de manière plus classique en référence à la théorie d’origine. Ainsi, l’étude du « rapport global/sectoriel [ici, sportif] » permet à l’auteur de distinguer des situations où le secteur sportif fait l’objet d’une politique municipale « intégrée » ou « sectorielle », et se trouve en « croissance » ou en « déclin ». Les « médiateurs sportifs » rendent ce rapport global/sectoriel « intelligible aux acteurs en présence » (Jobert, Muller, 1987, 71) et le transforment en objet d’intervention publique par « l’élaboration du référentiel sportif ».

22Afin de préciser la mise en évidence de la dynamique des politiques publiques, « l’état du référentiel sportif » d’une politique municipale est d’abord décomposé par P. Bouchet en trois sous-éléments : « référentiel global », « référentiel sectoriel » et « opérateurs de transaction » (équivalents des « médiateurs »).

  • 3 Rappelons la remarque de J.-M. Offner : « les spécialistes de l’urbain ressentent peu d’attirance (...)

23La catégorie du référentiel global est probablement la plus complexe à préciser, particulièrement dans le cas du sport, d’une part parce que les analyses de la traduction en science politique de l’action dans la ville restent rares3, d’autre part en raison de la place de ce concept dans la théorie d’origine. Ce référentiel est en effet défini comme « une image sociale de toute la société » (Jobert, Muller, 1987, 65), ce qui suppose, pour une adaptation pertinente à l’échelle infra étatique ici considérée, un éclaircissement de la notion de société locale. Par ailleurs, puisque « la caractéristique fondamentale du référentiel global est d’être contradictoire » (Jobert, Muller, 1987,65), il est probable que toute politique sportive se trouvera tiraillée entre des impératifs contradictoires (santé et performance, par le biais du problème du dopage par exemple), dès lors qu’elle ne se limite pas à l’application mécanique des objectifs des acteurs dominants du mouvement sportif tels que le Comité National Olympique et Sportif Français (C.N.O.S.F.). En parallèle à une vision globale de ce type dans le cadre des villes moyennes, il semble utile de distinguer les relations envisagées entre la ville et son environnement institutionnel, en particulier à l’âge du développement de l’intercommunalité. Il serait donc pertinent, pour opérer des comparaisons entre politiques sportives municipales dans un cadre intercommunal, d’utiliser par exemple l’opposition « collaboration-coopération » / « concurrence » entre communes d’une agglomération ou d’un pays.

24Le caractère contradictoire du référentiel sectoriel, dont le degré de réalité ne doit pas être plus anticipé, ni supposé nécessairement plus faible que pour le référentiel global, nous paraît exacerbé par la prétention à l’hégémonie de l’idéologie sportive dans le champ des pratiques corporelles, qui est très marquée dans la société française. Théoriquement, aucune ville ne peut ainsi se permettre de négliger ni le sport de compétition (selon sa taille) ni le « sport pour tous ». La comparaison des budgets, entre secteurs comme entre villes, peut évidemment fournir un critère d’analyse utile à cet égard, mais il existe des seuils en deçà desquels le soutien à une équipe (ou à des sportifs), sinon professionnelle, du moins de haut niveau peut devenir inopérant. La précision de l’analyse dépend alors de la connaissance des dynamiques des champs des disciplines sportives concernées.

25Pour l’analyse de ce référentiel, la dimension empirique du travail de P. Bouchet a mis en évidence l’intérêt du recours à des critères comme le mode de gestion des équipements et les choix de soutien aux associations. A notre sens il serait ainsi intéressant de comparer les soutiens aux clubs fédéraux unisports et ceux aux clubs de fédérations affinitaires. Rappelons en effet qu’un débat relatif aux conceptions du sport s’est déroulé lors de la période 1997-2000, laquelle s’est conclue par le vote d’une loi sur le sport donnant par exemple la possibilité aux fédérations et associations de jeunesse et d’éducation populaire de mettre en place des règles de pratique adaptées (taille des terrains de jeu, durées des compétitions, modes de classement, type de matériel utilisé adapté au niveau physique des pratiquants...), cette disposition ayant été abrogée par une nouvelle loi sur le sport en 2003. Il serait aussi pertinent, pour opérer des comparaisons entre politiques sportives municipales, d’utiliser par exemple la tension entre « municipalisation du sport » et « autonomie des acteurs sportifs ».

26Enfin l’analyse de l’action des opérateurs de transaction, lesquels « réalisent cette opération d’encastrement du référentiel sectoriel dans le référentiel global qui est en quelque sorte l’acte fondateur d’une politique publique » (Bouchet, 1996, 74), doit être menée avec minutie. En effet, D. Charrier, résumant les études nationales qu’il a conduites pour les différents ministères chargés du sport depuis 1990, a pu conclure au « caractère résiduel des politiques sportives » (Charrier, in Boutet, Charrier, 2000, 5), ce qui confirme la nécessaire vigilance face au risque de surinterprétation de la réalité de la politique ainsi incarnée (cf. Duran, cité supra).

27Cet état du référentiel sportif inclut « l’état des relations de pouvoir au sein de l’élite dirigeant le secteur », lequel est considéré comme « stable », en « changement progressif ou radical ». En effet, si ce sont bien les médiateurs qui construisent ce « leadership sectoriel » (Jobert, Muller, 1987, 74), l’élaboration du référentiel sportif ne pourra se traduire avec succès sous forme de politique concrète que s’il existe une adéquation minimale entre leurs objectifs et les « exigences de la structure de pouvoir interne au secteur » (ibid., 131).

28La « mise en œuvre » de la politique publique, dont les « procédures » peuvent être exprimées sous forme de valorisation différentielle des éléments du champ d’intervention, passe donc par un « système d’intervention » qui n’est pas sans participer à l’élaboration du référentiel sportif. L’auteur a repéré cinq grands types d’agents au sein de ce système d’intervention : adjoints aux sports, services des sports, O.M.S., commissions sportives municipales et organismes para-municipaux. La dimension critique de la géographie sociale est ici particulièrement sollicitée puisque si les responsables d’O.M.S., personnels de la fonction publique territoriale, membres du service des sports... peuvent délivrer des messages à prétention rationalisatrice en direction des élus, ceux-ci ne peuvent évacuer la prise en compte des dimensions symboliques du phénomène sportif. Par ailleurs, les évolutions des conditions des pratiques, de compétition comme de loisir, sont toujours susceptibles de déjouer les scénarios proposés, comme plusieurs exemples l’ont déjà montré.

29In fine, la qualification de « l’évolution des politiques sportives municipales » dans une période donnée résulte de la combinaison de celles du référentiel sectoriel et du rapport global/sectoriel. Au total, cette schématisation, toujours perfectible, constitue un guide analytique précieux pour la mise en œuvre d’une recherche de géographie sociale de l’action publique.

De l’analyse des politiques sportives à la géographie sociale de l’action publique

30« S’inscrire dans la géographie sociale, c’est interroger les logiques de la construction des politiques publiques mais aussi les aléas, évolutions et différenciations de leur mise en œuvre ». (Dodier, Séchet, 2007). Cette posture justifie que l’on développe les approches monographiques dans une perspective comparative, ces deux objectifs étant ici partiellement dédoublés tout en conservant leur caractère unitaire.

31Quoiqu’elle ait pu être qualifiée comme « un objet réel non identifié » (Brunet, 1997, 13), la ville moyenne, quelle que soit la taille visée par ce qualificatif (entre vingt ou trente mille et cent ou deux cents mille habitants), évoque en France une classe d’établissements urbains trop petits pour espérer accéder un jour au statut de métropole, mais suffisamment grands pour connaître la nécessité de projets de développement spécifiques, même ces projets ne peuvent que rarement être autonomes. Si l’on a pu proposer de « passer de l’idée de projet de ville à l’idée de projet de pays » (Brunet, 1997, 23), les deux termes ont vite été reliés et l’intercommunalité constitue un des moyens de cette liaison.

  • 4 Dans l’épistémologie analytique de J.-M. Berthelot, le phénomène que nous étudions (les politiques (...)

32Nous considérons donc ici que le « projet de ville » s’appuie sur différentes politiques sectorielles, dont la « politique sportive » (voir schéma n° 2), et se matérialise en particulier, par le biais de la forme urbaine, dans le cadre de « projets urbains », lesquels peuvent englober des « équipements » sportifs. Quant à la théorisation globale de la notion de projet de ville, signalons que divers auteurs l’ont choisie comme objet d’étude, mais « la ville en projet » (Guichard, 1996, 35), dans la dimension matérielle de sa réalisation, reste une boîte noire peu explorée, tant sont nombreux les requis disciplinaires qui seraient nécessaires à sa modélisation. Les analyses de l’action publique, qui bénéficient d’une position avantageuse dans cette perspective, ne s’intéressent pas prioritairement à la place tenue par l’espace concret dans les projets politiques. Il est donc très rare qu’elles fournissent, à l’échelle d’une commune, des propositions empiriques pouvant servir d’univers de « donation secondaire » (Berthelot, 1996, 33)4 utiles aux géographes. Ceux-ci, même lorsqu’ils souhaitent échapper à la posture du héros de l’espace, sont donc souvent tentés (contraints ?) de s’appuyer sur les formes produites pour développer leurs analyses, au risque de réifier outre mesure l’impact des projets réussis. Ceci étant, comment analyser la manière dont les villes moyennes peuvent intégrer leurs politiques sportives dans leurs projets de ville ?

33Puisque « la géographie sociale ne commence que lorsque le géographe s’implique dans l’analyse du rôle de l’espace en tant qu’enjeu stratégique (pour la société) et tactique (pour les acteurs au quotidien) dans la reproduction des sociétés et les régulations sociales » (Séchet, 1998, 212), la question de la « localisation », comme celle de la « territorialisation » doivent permettre de mettre en évidence comment les politiques sportives, ici celles des villes moyennes, contribuent à ces reproductions et régulations.

  • 5 Ce qui est une manière d’indiquer qu’aucun acteur n’est a priori prisonnier d’un seul champ ou d’u (...)

34Divers enjeux peuvent ici être évoqués, auxquels répondent les actions visant à faciliter l’accès aux pratiques sportives destinées aux différents publics des groupements sportifs, des « scolaires » aux « inorganisés » et aux « clubs ». De même, les différentes formes d’animation sportive qui favorisent aussi la « sociabilité » des habitants de la ville moyenne résultent de « la logique identitaire en bonne place dans les stratégies de développement des villes moyennes » (Commerçon, Goujon, 1997, 8), laquelle « vise à proposer une image attractive du cadre de vie » (ibid.). La prise en compte des mobilités des habitant-e-s visés par ces stratégies suppose alors que l’on s’intéresse également aux trajectoires des individus qui peuvent parfois accéder au rang d’acteurs dans la société locale, dans ou à travers5 leur engagement dans le champ sportif. Ces trajectoires peuvent conduire à des positions diverses, qu’elles soient celles du champion local, du dirigeant de club ou du membre du système d’intervention, voire du groupe des médiateurs de la politique sportive municipale. Il s’agit là de diverses formes de participation, voire d’intégration à la formation socio-spatiale locale (Di Méo, 1991), dont la géographie française commence seulement à préciser la diversité.

35L’intégration de la politique sportive dans le projet de ville suppose aussi celle des évènements sportifs dans la politique de communication. Cet ancrage des événements sportifs dans l’espace urbain, peut prendre la forme de la construction ou du réaménagement des équipements qui lui sont destinés et de l’innovation ou du renouvellement de la toponymie permettant d’en garder une trace dans la ville. De même, l’intégration des équipements dans la « forme urbaine » de la ville constitue un autre signe de l’intégration du rapport global/sportif dans la politique municipale.

36L’analyse comparative des politiques sportives des villes moyennes en géographie sociale suppose de faire apparaître les différences à caractère spatial qui contribuent à expliquer les divergences des choix politiques effectués selon les lieux. Cette approche dialectique de la dimension spatiale des sociétés amène à rendre compte des effets de lieu (Frémont, Chevalier, Hérin, Renard, 1984), étant entendu que nous englobons, dans une lecture personnelle de ce concept, l’effet de taille et l’effet de culture locale, la culture ne constituant à notre sens que du social suffisamment structuré pour pouvoir faire l’objet d’une transmission dans le cadre de la dynamique sociale.

37Les situations géographique et démographique, nonobstant le flou inhérent à ces expressions, jouent donc un rôle considérable pour expliquer ces divergences. Il semble en effet difficile de comparer les politiques sportives de villes moyennes isolées et de communes englobées dans des agglomérations de grande taille ; peut-être même serait-il nécessaire de traiter à part le cas des villes moyennes de la région parisienne, ou tout au moins d’une partie d’entre elles. Rappelons en effet que dans une agglomération urbaine, l’effet du processus aspirant de l’organisme urbain de taille majeure, qui est parfois un effet de métropolisation, joue à plein, malgré les risques de désorganisation, voire de conflit identitaire que suscite souvent le changement de nom ou/et de localisation d’un club et des équipements qu’il utilise.

38C’est ainsi que onze des 21 villes de plus de cent mille habitants non représentées dans une partie de l’élite sportive (définie par la présence d’un club en championnat de première division, pour quatre sports et de deuxième pour le football) en 2005-2006 appartiennent à l’agglomération parisienne (Bourg, Nys, 2006, 95). Quant à la ville moyenne isolée, sa situation en zone de montagne ou sur le littoral, par exemple, peut évidemment infléchir les choix politiques effectués, en particulier en liaison avec les enjeux touristiques. Les cas de La Rochelle et d’Antibes, également non représentés dans l’élite sportive parmi les villes de 52.000 à 100.000 habitants l’évoquent clairement, celui de Fort-de-France étant encore plus spécifique. Par ailleurs, le renouvellement de l’élite inhérent au modèle sportif français (et européen), qui constitue une des formes des « contraintes externes » s’exerçant sur les choix de la politique sportive, a conduit, en quatre saisons sportives, au remplacement de 18 clubs, donc 18 villes, par d’autres en son sein (Bourg, Nys, 2006, 96).

39Mais attribuer globalement ces situations d’absence de l’élite sportive à des variables telles que « choix politique, priorité accordée au sport de masse ou à d’autres secteurs de la vie de la cité, volonté de communiquer par l’événement dans d’autres domaines » (Bourg, Nys, 2006, 95) reste une hypothèse. Sa validation requiert l’apport de la géographie, cette discipline dont le langage révèle souvent un « primat de la contextualisation (présence nécessaire d’entités et de relations réelles historiquement assignables) » (Berthelot, 1996, 147) et la structure argumentative un « primat de l’étayage empirique sur la logique déductive » (ibid.). De même est-elle est bien placée pour expliquer les constructions, processus et ancrages identitaires des cultures sportives locales, lesquels conditionnent aussi le succès des politiques entreprises.

40L’importance démographique de la ville conditionne donc elle aussi une part de la démarche méthodologique de l’analyse puisque, par exemple, l’évolution du champ sportif conduit à une concentration progressive des clubs de l’élite des championnats sportifs dans les villes de grande taille, et plus particulièrement dans les agglomérations métropolitaines (Durand, Ravenel, 2002). Ce processus touche cependant les sports de manière différenciée, en raison de leur inégal degré de professionnalisation : la taille de la population de la ville du club médian de la première division du championnat décroissait ainsi, en 2005-2006, de 191 mille habitants pour le football à 116 mille pour le basket, 91 mille pour le volley, 65 mille pour le rugby et 63 mille pour le handball (Bourg, Nys, 2006, 93).

41Les informations relatives à cette dimension de l’analyse restent cependant dispersées et fragmentaires. D’où l’intérêt de multiplier les travaux de terrain relatifs à la configuration des acteurs des champs sportifs locaux, aux contextes d’intervention des politiques sportives. C’est ce que nous projetons de réaliser sur plusieurs villes moyennes de Bretagne et plus généralement de l’ouest de la France.

Conclusion

42Le politologue C. Sorbets, s’interrogeant, dans sa conférence de conclusion au colloque de Bordeaux, « sur les conditions requises pour qu’une seule discipline traite le champ d’objet sport dans sa complexité ou devienne un radical de traitement transdisciplinaire » (Sorbets, 1995, 749) a pu annoncer « le temps des géographes » (ibid., 752). Mais il avertissait également quant aux limites de cette promotion disciplinaire : « devenant sociologique [la géographie] tendra parfois à réifier, parfois à nominaliser les choses par la façon de s’en saisir » (Sorbets, 1995, 753). Tout l’enjeu de la globalisation de la géographie à laquelle aspire la géographie sociale est justement de maîtriser son ouverture disciplinaire et de parvenir à un dialogue interdisciplinaire en se gardant de la banalisation et de la balkanisation des termes (Berthelot, 2001) qu’elle emploie, comme c’est trop souvent le cas en géographie.

43Ne pas réifier l’action politique et ses territoires, ni les projets de ville des villes moyennes, ne pas nominaliser le sport : autant de précautions nécessaires à l’exploration des politiques sportives par la géographie sociale. L’approche par les acteurs qui décident et ceux qui mettent en œuvre ces politiques, comme celle des individus qui en sont les destinataires doit ainsi être combinée avec une attention aux processus d’évolution du champ sportif dans lequel ces actions les inscrivent.

44Les villes moyennes françaises, quelles que soient les spécificités de leur environnement, sont placées dans une situation particulière face aux évolutions récentes du champ sportif. Dans un contexte où les illusions relatives à l’unité de l’idéologie de ce champ se dissipent, il serait souhaitable qu’elles développent des projets d’émancipation corporelle et identitaire de leurs habitants dans lesquels la dimension compétitive serait ramenée à sa juste place.

Notes

1 « La géographie sociale ne peut être qu’une géographie de l’action et des acteurs » (Séchet, in Séchet, Veschambre, 2006, 10).

2 L’emploi des guillemets signale la première référence à une expression écrite dans le schéma.

3 Rappelons la remarque de J.-M. Offner : « les spécialistes de l’urbain ressentent peu d’attirance pour ce que l’on regroupera par facilité sous le vocable de science politique et administrative » (Offner, 1987, 327).

4 Dans l’épistémologie analytique de J.-M. Berthelot, le phénomène que nous étudions (les politiques sportives) nous est « donné » à travers divers types de langages. Ces langages de donation peuvent être « primaires » (faits présentés sous diverses formes) ou « secondaires » (résultant d’une explication antérieure de ces faits, éventuellement par une discipline différente, et qui, si elle est scientifique, constitue un « langage d’exposition » du phénomène étudié). Ces explications sont commandées par des « langages d’interprétation » (cf. Berthelot, 1996).

5 Ce qui est une manière d’indiquer qu’aucun acteur n’est a priori prisonnier d’un seul champ ou d’une seule structure.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search