Versión clásicaVersión móvil

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Première partie. Les politiques sportives, des interrogations du local à la dimension géopolitique.

Les clubs de sport collectif de haut niveau dans les villes moyennes : les exemples de Perpignan et Besançon

Sébastien Roumiguie

Texto completo

1La stratégie sportive en direction des clubs de haut niveau n’est qu’un des aspects de la politique sportive d’une ville moyenne. L’objet de cette étude n’est pas de l’analyser dans son intégralité mais d’identifier la politique en faveur des clubs de haut niveau qui sert souvent de vitrine à la médiatisation d’une ville moyenne. La compréhension des divers mécanismes existant entre les villes moyennes et leurs clubs de haut niveau passe par un effort de définition.

  • 1 Elite, senior, jeune et reconversion.

2Les clubs de haut niveau n’ont pas, en France, une législation propre comme c’est le cas pour le sport ou les sportifs de haut niveau. Cette qualité s’obtient par l’inscription sur la liste des sportifs de haut niveau, éditée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports et de la Vie Associative. Ces sportifs sont répertoriés en quatre catégories1 dans l’optique de représenter la France lors de compétitions internationales officielles.

  • 2 Liste ministérielle du MJSVA sur la reconnaissance des disciplines de haut niveau en France.

3Les disciplines présentes au programme des Jeux Olympiques et Paralympiques sont qualifiées de haut niveau. A celles-ci, s’ajoutent les disciplines pour lesquelles la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau a reconnu le statut de haut niveau. Pour l’olympiade 2005-2008, le nombre de disciplines françaises reconnues de haut niveau est de 153 pour un total de 57 sports2. En revanche, aucun décret n’a été publié, à ce jour, pour déterminer la qualification des clubs de haut niveau. Elle est fonction de la libre appréciation des acteurs politiques locaux qui vont déterminer, à la faveur de critères subjectifs, le statut de club de haut niveau. Le manque d’objectivité dans la détermination des critères est lié à la taille de la ville et à la discipline. Un club de handball de troisième division n’a pas la même image dans une ville de 10 000 habitants que dans une grande agglomération, passant du statut de club emblématique à l’anonymat.

  • 3 Roger Brunet, 2000.

4Quant à la notion de ville moyenne, bien que ce niveau de la hiérarchie urbaine soit depuis longtemps défini en géographie3, elle reste relative pour les institutions et les associations qui n’utilisent jamais les mêmes critères démographiques pour la définir. Malgré diverses hypothèses avancées, la fourchette démographique, qui paraît la plus opportune pour caractériser une ville moyenne, oscille entre 50 000 et 150 000 habitants pour le pôle urbain. Parfois exclues ou intégrées dans la catégorie des villes moyennes, Besançon et Perpignan ont néanmoins, vis-à-vis de leurs clubs sportifs de haut niveau, des problèmes propres aux villes moyennes.

  • 4 114 900 habitants pour la ville de Besançon contre 116 700 habitants à Perpignan en 2005. L’aire u (...)

5Démographiquement comparables4, ces deux villes sont à la marge du territoire national et à proximité d’un espace frontalier. La comparaison suscite l’intérêt dans le sens où elles ont deux politiques sportives bien distinctes en faveur de leurs clubs de haut niveau.

6Les grandes agglomérations françaises ont des clubs de haut niveau dans une majorité de disciplines collectives sans connaître de lourds problèmes de financement. Les villes moyennes, en revanche, doivent opérer des choix car leurs ressources plus étriquées ne leur permettent pas de financer simultanément plusieurs clubs de haut niveau.

7Est-il possible pour une ville moyenne de posséder plusieurs clubs de haut niveau ? Faut-il faire le choix de plusieurs clubs de niveau national ou d’un seul de renommée internationale ? Ces questionnements vont permettre de réfléchir sur l’existence d’une politique sportive propre aux villes moyennes. Tout d’abord, Perpignan, imprégnée d’une implantation séculaire, s’affiche comme la ville du rugby. Ce sport est ancré dans son identité locale qu’elle tente de réaffirmer depuis le début des années 1990. La récente découverte par la ville de l’importance du sport, renforce le caractère complexe et peu structuré de la politique sportive perpignanaise. Les actions de communications en faveur de l’emblématique club de l’Union Sportive des Arlequins de Perpignan (USAP) et de la récente promotion des Catalans Dragons laissent peu de places aux autres disciplines.

8Ensuite, à Besançon, la pluridisciplinarité sportive se retrouve dans ses quatre clubs de haut niveau (tableau 1). Comme dans les grandes villes françaises, Besançon compte des clubs dans l’ensemble des disciplines collectives, à l’exception du rugby féminin. La différence est que l’essentiel des clubs ont un niveau faible avec sept clubs de la troisième à la cinquième division. A Perpignan, la situation ressemble davantage à celle d’une ville de 50 000 habitants qui n’a que très peu de clubs de haut niveau dont un seul en première division. Les grandes villes françaises, comme Toulouse ou Montpellier, ont la possibilité d’avoir de grandes équipes, aussi bien masculines que féminines, dans chacun des cinq principaux sports collectifs français.

Tableau 1. Comparaison des clubs de haut niveau de sports collectifs dans les villes moyennes et les grandes villes françaises.

Tableau 1. Comparaison des clubs de haut niveau de sports collectifs dans les villes moyennes et les grandes villes françaises.

Chiffres de la saison sportive 2005-2006, population des villes en 2005.

9Enfin, la politique des équipements sportifs répond à des enjeux économiques, politiques, et géographiques caractéristiques des villes moyennes. Ces villes ne peuvent pas avoir les mêmes structures que les grandes villes françaises mais elles doivent offrir des équipements capables d’accueillir leurs clubs de haut niveau.

Le sport à Perpignan : deux clubs de haut niveau objets de toutes les attentions

Le rugby, une discipline sportive historiquement ancrée

10Le premier club civil, le Stade roussillonnais, est fondé à Perpignan à la fin du xixème siècle. En 1902, il disparaît au profit de l’Association Sportive Perpignanaise ancêtre de l’USAP. Une scission intervient en 1912 et certains membres du club fondent le Stade Olympique Perpignanais.

  • 5 Excepté le challenge Yves du Manoir en 1994 qui est la « Coupe de France » du rugby, mais peu popu (...)

11Le premier titre national est remporté en 1914 et cinq ans plus tard, les deux clubs fusionnent pour créer l’Union Sportive Perpignanaise. Le club remporte deux titres supplémentaires en 1921 et 1925 mais voit la concurrence d’un second club perpignanais, les Arlequins. En 1933, ces deux clubs fusionnent pour former l’USAP. Le club gagne trois titres supplémentaires de 1938 à 1955. Cette date marque le dernier titre majeur remporté par l’USAP5 malgré deux finales du championnat de France et une finale de Coupe d’Europe depuis 1998. L’USAP, historiquement ancré dans la culture perpignanaise depuis quasiment un siècle, est le club emblématique de la ville de Perpignan, voire au-delà, car son hégémonie dépasse le cadre de la ville.

  • 6 11 titres et 10 coupes pour le XIII catalan, 6 titres et 6 coupes pour l’AS Saint-Estève.

12Depuis 2006, un club de rugby à XIII est devenu le second club de haut niveau de la ville de Perpignan. L’Union Treiziste Catalane a été fondée en 2000 par la fusion des deux grands clubs de l’agglomération perpignanaise : le XIII Catalan et l’Association Sportive Saint-Estève XIII. Ces deux clubs respectivement créés en 1934 et 1965 ont gagné 17 titres de champion de France et 16 coupes de France6. En 2006, l’équipe première prend le nom des Catalans Dragons pour participer à la Super League britannique. Les joueurs évoluent sous le statut professionnel ce qui fait entrer le club dans l’ère du sport business. En parallèle, l’UTC présente une seconde équipe en championnat de France, qui est composée de joueurs semi-professionnels.

13La fusion des deux clubs a bénéficié au XIII catalan puisque le club de la fin du xxè siècle était le XIII stéphanois, avec quatre titres de champion de France et quatre coupes de France, depuis 1990. Le club perpignanais n’a glané qu’une seule coupe et un championnat durant la même période.

  • 7 Atlas historique de la France contemporaine, 1966.

14L’implantation du XIII dans les Pyrénées Orientales a été plus tardive que celle du rugby à XV. Il faut attendre la veille de la seconde guerre mondiale et surtout la seconde moitié du xxè siècle pour voir se développer une discipline, présente à l’origine dans le sud ouest et les environs de Lyon7. L’enracinement de ces deux clubs dans l’histoire du sport perpignanais incite les collectivités à pratiquer une politique d’aides financières.

Deux clubs se partagent 75 % des subventions municipales

15A Perpignan, les aides destinées à l’USAP se présentent sous trois formes (Fig 1). La ville a accordé en 2005 :

  • 45 735€ pour des missions d’intérêt général qui sont des actions en faveur des jeunes de quartiers.
  • 459 250€ en prestations de services auxquels il faut retrancher 139 107€ au titre de la redevance d’occupation du stade Aimé Giral. Les prestations de services sont relatives à des actions de communication telle que le logo de la ville sur le maillot de l’USAP, dans l’enceinte du stade ou sur les documents de promotions. La convention de partenariat assure la présence de joueurs lors de manifestations organisées par la ville, l’achat de places pour les matches à domicile ou encore la mise à disposition d’un salon privé pour les réceptions. Ces deux sommes sont destinées à la SASP8 USAP, soit un montant de 365 878€.
  • 290 000€ en faveur de l’association de rugby USAPR.

16Cette méthode n’est pas exclusive à la collectivité perpignanaise car toutes les villes l’utilisent pour subventionner leurs clubs de haut niveau.

Fig 1. Les subventions de la ville de Perpignan et du Conseil Général des Pyrénées Orientales aux associations sportives en 2005.

Fig 1. Les subventions de la ville de Perpignan et du Conseil Général des Pyrénées Orientales aux associations sportives en 2005.

17Délibérations du Conseil Municipal de la ville de Perpignan et des sessions du Conseil Général des Pyrénées Orientales, 2005.

  • 9 La loi n° 94-679 du 8 août 1994.

18Depuis 19949, les collectivités n’avaient plus la possibilité de subventionner des clubs professionnels.

  • 10 Essentiellement sous forme d’achat de billets ou d’espaces publicitaires.
  • 11 Loi n° 99-1124 du 28 décembre 1999.

19Les collectivités locales qui souhaitaient pouvoir continuer à aider les clubs sans tomber dans des pratiques irrégulières, avaient parfois recours à l’achat de prestations de services aux clubs10 dont le montant était limité à un pourcentage de recettes des clubs. En 199911, les collectivités territoriales et les établissements publics de coopération intercommunale ont récupéré la faculté d’attribuer des subventions aux clubs professionnels. Ces subventions ne peuvent être versées que pour des missions d’intérêt général et doivent faire l’objet d’une convention.

20La subvention de la ville en faveur de l’UTC d’un montant de 139 215€ est effectuée sous la forme d’une convention de partenariat. Celle-ci permet à la ville d’apposer son logo sur le maillot du club. Les joueurs doivent en échange proposer des actions auprès des jeunes dans les quartiers défavorisés.

21Le Conseil Général a toujours affirmé son soutien à l’USAP par le biais des subventions ou des rénovations du stade Aimé Giral.

  • 12 Délibération du Conseil Général des Pyrénées Orientales, n° 37 le 30 juillet 2004.
  • 13 Délibération du Conseil Général des Pyrénées Orientales, n° 46 le 13 février 2006.

22En 2004, la collectivité a renforcé son soutien au club avec la signature d’un partenariat. Souhaitant bénéficier de l’image du club emblématique du département, la collectivité a acquis les droits d’image qui s’élèvent à 500 000€ par saison sportive pour une durée de trois saisons, jusqu’en 2006-200712. L’intégration des Catalans Dragons en Super League britannique a amené le Conseil Général à acquérir des droits d’image auprès de la SASP Dragons Catalans pour la saison 2005-2006. Le montant du marché est de 150 000€ pour la saison sportive 2005-200613.

Fig 2. Le budget de l’USAP depuis 2002.

Fig 2. Le budget de l’USAP depuis 2002.

Ligue Nationale de rugby.

23Les subventions adressées par la région Languedoc-Roussillon montrent que l’attractivité de l’USAP dépasse le cadre de la ville de Perpignan et des Pyrénées orientales. Les 63 120€ versés en 2005, font de l’USAP, l’association sportive la plus subventionnée devant le club de handball nîmois (34 506€). En raison d’une faible médiatisation, l’UTC est un des rares clubs de rugby à XIII à percevoir une aide régionale. Avec seulement 4 000€ en 2005, le club est à la dixième place des associations sportives roussillonnaises, loin derrière l’USAP, l’USAT basket-ball et Canet 66 natation.

  • 14 Augmentation du nombre d’heures de diffusion, de l’audience et de la fréquentation dans les stades

24Depuis la professionnalisation, décidée par l’International Rugby Board en 1995, le rugby à XV commence à connaître les mêmes dérives financières que le football. La médiatisation14 et l’augmentation des droits télévisés entraînent la hausse des ressources des clubs du Top 14 et de la Pro D2. L’USAP qui a vu son budget passer de cinq à dix millions d’euros en quatre années a dégagé, en 2006, plus d’un million d’euros de bénéfices nets. (Fig 2).

  • 15 JF. Bourg et JF Nys, 2006.

25Tous les clubs de rugby du Top 14 perçoivent des subventions de la part des collectivités territoriales15. A Perpignan, les subventions publiques représentent plus de 10 % des ressources du club. Le bénéfice net, dégagé par l’USAP, en 2006, correspond à la valeur totale du financement public. Les collectivités doivent-elles subventionner, dans de telles proportions, des clubs dont le budget dépasse les 10M€ ? (Fig 3).

Fig 3. La part du financement public dans le budget des clubs de rugby français. (Part des collectivités en 2004/05 et montant du budget des clubs en 2005/06).

Fig 3. La part du financement public dans le budget des clubs de rugby français. (Part des collectivités en 2004/05 et montant du budget des clubs en 2005/06).

JF. Bourg et JF. Nys, 2006.

  • 16 Financement des clubs sportifs p 163.
  • 17 Ville de Perpignan, Conseil Général des Pyrénées Orientales et Conseil Régional Languedoc-Roussill (...)

26Á l’exception de la communauté d’agglomération de Montpellier qui verse près de 2,8M€ au MHRC soit 40 % du budget du club, la part des collectivités dans les autres clubs représente 10 %, ou moins. A Perpignan, le financement public est estimé à 11 %16, mais d’après les subventions des trois collectivités17 en 2005, la part du financement public serait voisin de 13,5 %.

  • 18 Pour la retransmission des matches, et notamment pour le premier match à domicile contre Wigan, le (...)
  • 19 Le premier match à domicile des Catalans Dragons a attiré 10 000 spectateurs dont plus de 1 000 Br (...)
  • 20 Hôtellerie, restauration, et taxes d’aéroport principalement.

27L’intégration de l’UTC en Super League avec l’apparition des droits télévisés18 a augmenté le budget du club, passant de 1,5 à 4M€. Une nouvelle ligne aérienne Perpignan-Manchester a été ouverte en mars 2006 afin de faciliter les déplacements des supporters anglais19. D’après un rapport de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Perpignan, le déplacement des supporters anglais a entraîné une dépense de plus de 5M€ dans l’économie roussillonnaise20.

28Ces deux clubs sont à une des périodes les plus prospères de leur histoire, et pourtant ils centralisent l’essentiel des dépenses publiques. Ce financement est accentué par la représentation que se forge la population roussillonnaise du rugby à XV et du rugby à XIII.

Tableau 2. Classement des fédérations sportives dans le Doubs et les Pyrénées Orientales, selon le nombre de licenciés en 2004.

Tableau 2. Classement des fédérations sportives dans le Doubs et les Pyrénées Orientales, selon le nombre de licenciés en 2004.

Ministère de la jeunesse et des sports et de la vie associative, 2005.

Un processus de représentation guidé par la médiatisation des « deux rugbys »

  • 21 Sondage réalisé en 2004 par S. Roumiguié, à Perpignan, auprès de 63 personnes. Les sondés devaient (...)

29En 2004, un sondage réalisé auprès de la population perpignanaise a montré que la place du rugby à Perpignan était surestimée21. Le rugby à XV est apparu comme la discipline ayant le plus de licenciés selon 89 % des personnes interrogées alors que les 11 % restants l’ont placé en deuxième position. En réalité, le rugby à XV figure loin derrière le football, la pétanque et le tennis (tableau 2).

30Le rugby à XV dans les Pyrénées Orientales, et notamment l’USAP, est surmédiatisé au point que la population le considère comme la discipline la plus pratiquée.

31Le rugby à XIII français n’intéresse pas la population dans la mesure où c’est un sport qui compte moins de 10 000 licenciés en 2004. Sa pratique est très régionalisée puisque seuls 22 départements ont au moins un club et seulement sept départements regroupent plus de 300 licenciés. Il n’est pas étonnant de trouver un grand club dans les Pyrénées Orientales puisque c’est le département qui compte le plus de licenciés, se situant en 13ème place au niveau départemental. Il y a un décalage entre la définition ministérielle du sport de haut niveau et la réelle portée médiatique du rugby à XIII. Faut-il parler de club de haut niveau pour une discipline qui n’est qu’à la 59ème place nationale en terme de licenciés ? (Fig 4).

Fig 4. La place du rugby à XIII en France en 2004.

Fig 4. La place du rugby à XIII en France en 2004.

Ministère de la jeunesse et des sports et de la vie associative, 2005.

32La faible attractivité du rugby à XIII rejaillit sur les Catalans Dragons qui manquent de reconnaissance au niveau national. L’émergence récente de ce club soulève des interrogations quant à la politique sportive de la ville de Perpignan. S’agit-il d’un club de haut niveau perpignanais ? Est-il apparu par une réelle volonté politique locale ? Les communes de Perpignan et de Saint-Estève ont-elles pris le risque de développer ce club pour en faire un représentant du rugby à XIII français ?

33La médiatisation des Catalans Dragons vient en priorité de l’appui de la Fédération Française de rugby à XIII. Celle-ci était désireuse d’une part, de commencer à rattraper le retard du rugby à XIII français sur le rugby à XIII britannique, et d’essayer de faire décoller une discipline qui perd chaque année des licenciés.

34Est-ce que ce récent intérêt pour le rugby à XIII correspond à une réelle volonté politique de voir le XIII se développer ? Est-ce que cette situation masque un enjeu financier symbolisé par l’entrée du club en Super League ? La politique des équipements sportifs de la ville de Perpignan apportera une réponse à ces questionnements.

35Bien que le rugby à XIII soit un sport méconnu en France et que son représentant dispute un championnat étranger, la discipline est surmédiatisée dans la presse quotidienne locale.

  • 22 Enquête réalisée en janvier 2007 par S. Roumiguié, afin de calculer la représentation des discipli (...)

36Une étude en 200622 montre que 69 % des pages sportives roussillonnaises de l’Indépendant, concernent le rugby à XV et le rugby à XIII. Qui peut remettre en question le financement d’un club deux fois plus médiatisé que le football dans la presse locale ? Malgré l’absence de titres de l’USAP, depuis plus de 50 ans et la faible attractivité du rugby à XIII, la surmédiatisation locale justifie le financement public.

37Le second atout utilisé par les collectivités, afin que ce financement ne souffre d’aucune contestation, est l’encouragement du regain identitaire.

Les clubs de haut niveau perpignanais, vecteurs de l’identité catalane

38Depuis que le maire de Perpignan, en 2001, a choisi comme slogan de la ville : « Perpignan, la catalane », la ville a décidé de faire de l’USAP son vecteur de communication de la catalanité. Le Conseil Général a également adopté le slogan « les Pyrénées Orientales : l’accent catalan de la république française » et profite des déplacements de l’USAP pour promouvoir l’identité catalane à travers les produits du terroir roussillonnais.

  • 23 Colloque : « le sport, outil de communication des collectivités territoriales », organisé par le C (...)
  • 24 Communauté Autonome espagnole.

39Le sport est un outil puissant de communication des collectivités territoriales. Celles-ci utilisent leurs clubs sportifs afin de se donner une image positive et dynamique23. Les acteurs politiques locaux ont ajouté à ce vecteur une identité à laquelle s’associe un grand nombre de citoyens des Pyrénées Orientales. Le slogan n’est pas sans lien avec le club de rugby auquel il s’est associé. La ville se redonne une identité catalane, en se rapprochant de la Catalogne24.

40Le rugby, sport méconnu en Espagne, commence à intéresser cette population par l’hégémonie du club perpignanais.

41L’USAP est régulièrement diffusé sur TV3 et Canal 33, deux chaînes de la télévision catalane. Des partenariats économiques ont été signés avec le FC Barcelone en 2003. L’organigramme de l’USAP fait état d’un administrateur des relations avec l’USAP-Barcelone. Ce club est destiné à la formation sur place et doit alimenter l’USAP en joueurs prometteurs. Le second but est de faire de l’USAP-Barcelone un des meilleurs clubs d’Espagne de rugby. Les objectifs de ce partenariat sont de développer le rugby en Catalogne, de bénéficier de l’image d’un des plus grands clubs de football européen et de recevoir un financement supplémentaire en contrepartie de la formation de joueurs.

  • 25 Robert Marty, 1998.

42Malgré l’organisation des Jeux Olympiques à Barcelone en 1992, l’événement sportif local a été l’arrivée de l’USAP en finale du championnat de France de rugby à XV en 1998. Le parcours de l’USAP a permis à la population de prendre conscience de l’existence d’un grand club de rugby. Malgré la défaite en finale, le parcours de l’USAP a entraîné le déplacement de plus de 40 000 personnes à Paris avec la mise en place de TGV spéciaux25.

43Bien que de nombreuses personnes non catalanes encouragent le club, combien se reconnaissent dans le processus d’identification véhiculé ? Ce regain identitaire, n’est pas lié au club car il est à une période de son histoire où le nombre de joueurs catalans est insignifiant dans son effectif.

  • 26 Comme le championnats italien ou le Super XIV en hémisphère sud.

44La récente professionnalisation du rugby fait que les clubs vont de plus en plus puiser dans les autres équipes françaises et surtout étrangères26. Malgré cet amalgame entre l’USAP et la catalanité on est à l’opposé de ce qu’il se passe dans le club de football espagnol de l’Athletic Bilbao qui ne compte que des joueurs basques dans son effectif. Le rugby à XIII n’est pas épargné par ce processus identitaire. En 2000, les deux grands clubs locaux ont fusionné pour s’appeler l’Union Treiziste Catalane. En 2006, le choix du nom des Catalans Dragons pour intégrer la Super League n’est pas sans lien avec l’identité que véhiculent les collectivités, alors qu’en Angleterre, le club français est appelé les Catalans.

45Sur fond de récupération politique et identitaire, les collectivités territoriales délaissent les autres aspects de leur politique sportive au profit des deux clubs de haut niveau perpignanais. L’USAP est un des meilleurs clubs français d’une discipline décrite comme étant la plus attractive après le football. Les Catalans Dragons sont les seuls représentants français du plus grand championnat de rugby à XIII au monde. La stratégie de communication masque une politique sportive peu structurée et critiquée, mais qui fait de Perpignan une des villes moyennes françaises les mieux représentées par ses clubs de haut niveau.

Á Besançon, quatre clubs de haut niveau à l’origine d’une indécision politique

La pluridisciplinarité : source de l’absence d’un emblème sportif

  • 27 Auxquels il conviendrait d’ajouter le Besançon Skating club qui était en Ligue Magnus de hockey su (...)

46A Besançon, le problème est différent car la ville compte historiquement quatre clubs de haut niveau27 et se trouve devant un problème de choix de financement.

  • 28 La CFA correspond à la quatrième division de football.

47Créé en 1904 sous le nom de Racing Club Franc-Comtois, le Besançon Racing Club (BRC) est, pour la saison 2006-2007, en Championnat de France Amateur28. En 2003 le club était en Ligue 2, mais a dû déposer le bilan pour cause de déficit. Il reste le club emblématique de la ville car il est le seul club français à être resté durant 40 années en deuxième division sans jamais connaître de montée ni de rétrogradation.

48Apparu en 1922 sous le nom de Vesontio Fémina le basket à Besançon est représenté par le Besançon Basket Comté Doubs (BBCD). Le club est remonté à la fin de la saison 2005-2006 en Pro A de basket-ball, mais son statut de club ascenseur et son maigre budget ne vont pas lui permettre de s’inscrire durablement dans l’élite du basket-ball français. Preuve en est sa 17è place au classement sur 18 clubs à la fin de l’année 2006.

49Le handball à Besançon est né en 1952 sous les traits du HandBall Club Bisontin jusqu’à la création en 1970 de l’Entente Sportive Bisontine (ESB) par Vincent Fuster. Le club enchaîne les bons résultats, et ce n’est qu’en 1992 qu’une séparation aura lieu par le biais de Jacques Mariot qui décide de séparer les deux sections masculines et féminines.

50En 2006, l’ESB Féminin n’a plus les résultats de la fin des années 1990 ou du début des années 2000 qui l’a vu en 2003 remporter le championnat de France et la Ligue des Champions. En 2006-2007, l’ESBF n’est plus qu’un club de milieu de tableau du championnat de France et n’a déjà plus rien à jouer si ce n’est éviter une relégation.

51Après avoir évolué dans le championnat de France de première division lors de la saison 1996-1997 puis six saisons d’affilée en deuxième division jusqu’en 2003, l’ESB Masculin se maintient en 2006-2007 dans le championnat de France national, équivalent de la troisième division de handball.

Les critères d’objectifs : la réussite supposée d’une politique de financement

52Chacun des clubs bisontins se heurte à un problème de médiatisation que ce soit un club de quatrième division dans une discipline surmédiatisée ou un club champion d’Europe en 2003 dans une discipline ignorée des médias. Les multiples rétrogradations du BBCD ne lui permettent pas de contribuer à la médiatisation de la ville de Besançon. Une ville de cette taille peut-elle compter quatre clubs de haut niveau sans se heurter à des problèmes de financement ?

  • 29 Le club de football stagne en National (troisième division) depuis des années. La Section Paloise, (...)

53Ainsi, la ville de Pau était jusqu’en 2005 dans le même cas de figure. Dans le Béarn le subventionnement des trois clubs de haut niveau a montré les difficultés financières et les risques encourus par ce choix29. La municipalité bisontine n’a que trois options possibles concernant la politique en faveur des clubs de haut niveau :

  • Continuer à accorder le même montant de subventions mais seulement à un ou deux clubs de haut niveau, entraînant le déclin des deux autres. Cette solution pourrait lui permettre d’être de nouveau médiatisée par les deux clubs choisis mais en provoquant une vive contestation des deux clubs mis à l’écart. L’histoire du sport bisontin a montré que l’apogée d’un des clubs s’est faite à un moment où les trois autres ont décliné. La surmédiatisation d’un des clubs ne pourra se faire qu’au détriment des autres clubs de haut niveau.
  • Augmenter le budget sport afin d’apporter un financement supplémentaire à chacun des clubs de haut niveau. Cette option paraît peu envisageable dans la mesure où les élus, malgré l’importance qu’ils consacrent au sport, n’en font pas un domaine d’intervention prioritaire. Pourquoi valoriser le subventionnement des clubs de haut niveau au détriment des politiques du logement, de l’emploi ou des transports ?
  • Subventionner les quatre clubs de haut niveau en étant conscient que cet apport ne sera pas suffisant pour qu’un club contribue à la médiatisation de la ville.

54Après avoir opté pendant des années pour ce dernier point, c’est sans surprise qu’en 2004 la ville a dû faire face au redressement financier de ses quatre clubs.

55Afin d’attribuer des subventions équitables à chacun de ses quatre clubs de haut niveau, la ville de Besançon a mis en place en 1989 les contrats d’objectifs « sports collectifs ». Ces contrats ont été longtemps considérés comme une grande réussite par une majorité de villes françaises qui, devant le succès obtenu, ont décidé de les adopter à leur tour. A Besançon, ils sont modifiés en 2002 pour prendre en compte les évolutions souhaitées par les clubs et les élus. Les conditions d’attribution de l’aide financière municipale résultent de l’addition des éléments suivants :

  • Une subvention annuelle de base déterminée en fonction de cinq critères (l’impact médiatique, le classement du club, le nombre de joueurs, la difficulté d’accession et le niveau de jeu). Les disciplines sportives sont évaluées en appliquant un coefficient de 1 à 10 à chacun des critères30. La multiplication des critères entraîne la cotation de la discipline allant de 1 à 100 000 points. La cotation détermine la tranche de subvention annuelle de base (16 tranches). Celle-ci va de 11 525€ à 740 902€ en dernière tranche pour les clubs cumulant plus de 65 000 points. (Tableau 3).
  • Une dotation supplémentaire pour des actions spécifiques à l’animation et à la formation. En fonction de sa participation à des actions d’éducation, d’intégration ou de cohésion sociale, l’association peut se voir attribuer une dotation « animation » de 5 % sur sa subvention de base. Si le club privilégie la formation sportive et professionnelle des jeunes il peut bénéficier d’une dotation « formation » de 8 %.
  • Une dotation « Coupe d’Europe » est attribuée à un club participant à une compétition européenne pour un montant de 55 000€. Ce versement n’a concerné que l’ESBF à partir de 2002.
  • Une situation intermédiaire en cas de relégation pour permettre à un club rétrogradé de bénéficier des mêmes aides et obtenir toutes les chances de remonter ou au minimum d’éviter une seconde descente consécutive.
  • 31 Les droits télévisés, les sponsors ou les subventions des autres collectivités.

56Devant les limites du système, les contrats d’objectifs ont été modifiés car les subventions étant adressées au club élite, le déficit rejaillissait sur la section amateur, jeune, ou féminine. Ces contrats d’objectifs ne s’appliquent pas à un club intégré dans une société anonyme excluant le cas du BRC. Le budget du club et les autres sources de financement31 ne sont pas pris en compte.

57Les contrats d’objectifs ont surtout montré leur limite en 2004-05 lorsque les quatre clubs de haut niveau ont dû faire face à un redressement financier. Ils se sont révélés inefficaces devant cette situation de crise car si les contrats d’objectifs avaient été appliqués, aucun club n’aurait pu éviter le dépôt de bilan. Les contrats d’objectifs furent considérés comme un outil prépondérant de la non contestation financière des clubs sportifs auprès d’une collectivité. Ils sont un frein à la réussite sportive d’un club et au développement médiatique d’une ville.

58Les évolutions du sport de haut niveau et de ses règles économiques ont amené la ville à redéfinir ses conditions d’intervention et à faire évoluer les principes contractuels. Les modifications de réglementation sur le financement des clubs sportifs professionnels ainsi que la situation financière des clubs bisontins incitent la ville à abandonner les contrats d’objectifs. Besançon adopte en 2005 les contrats de développement sportif pour une période de trois saisons. Le budget du club est désormais pris en compte permettant un calcul précis des réels besoins des clubs.

59La ville va adresser en premier lieu la subvention à la partie amateur du club et non l’inverse pour ne pas entraîner la section amateur dans la chute de la section élite. Le versement des subventions, par trimestrialisation, n’est effectif qu’à partir du moment où le club fournit les documents réclamés par la ville, justifiant la plénitude financière du club. Un comité local de contrôle de gestion est constitué pour la validation des comptes.

Tableau 3. Les contrats d’objectifs pour les clubs bisontins de haut niveau.

Tableau 3. Les contrats d’objectifs pour les clubs bisontins de haut niveau.

Source : Contrats d'objectifs de la ville de Besançon : 2002-2007.

60Enfin, un accord est passé entre la ville et la Direction Nationale des Contrôles de Gestion qui est une garantie supplémentaire pour éviter la rétrogradation financière des clubs.

Une politique d’aide à défaut de développement

61En 2004-2005, la ville de Besançon a effectué une dépense nette en faveur de ses quatre clubs de haut niveau de 1 266 000€. Elle dépense davantage pour ses quatre clubs de haut niveau que la ville de Perpignan pour la totalité de ses associations sportives (Fig 5).

Fig 5. Les subventions de la ville de Besançon aux associations sportives en 2005.

Fig 5. Les subventions de la ville de Besançon aux associations sportives en 2005.

Source : Délibérations du Conseil Municipal de la ville de Besançon, 2005.

  • 32 BRC 140 000€, BBCD 30 000€, ESBF 40 000€ et ESBM 40 000€.

62En 2005-2006, les subventions en faveur des quatre clubs de haut niveau ont atteint 1 410 107€. Les contrats de développement sportif n’ayant pas été prévus pour combler les déficits financiers des clubs, la ville a dû accroître ses aides. Sur les 1 410 107€ de subventions, 250 000€ furent destinés au redressement financier32(Fig 6).

  • 33 100 000€ pour le BBCD et 40 000€ pour l’ESBF.

63La ville de Besançon n’est pas la seule collectivité à aider les clubs de haut niveau. En 2005, la région Franche-Comté a versé 140 000€ aux clubs de haut niveau bisontins33. Elle s’est engagée dans des prêts de 130 000€, sans intérêts, remboursables en deux ans pour le BRC, l’ESBF et le BBCD. Elle a mis à disposition, de l’ESBF et du BRC, des emplois tremplins.

  • 34 107 000€ au BRC, 135 000€ à l’ESBF, 51 500€ à l’ESBM, et 215 000€ au BBCD.

64La même année, le Conseil Général du Doubs a versé 508 500€ aux quatre clubs de haut niveau34. Le département du Doubs attribue moins d’argent aux quatre clubs de haut niveau bisontins que le Conseil Général des Pyrénées Orientales n’en donne à l’USAP.

Fig 6. Subventions de la ville de Besançon en faveur de ses clubs de haut niveau en 2005.

Fig 6. Subventions de la ville de Besançon en faveur de ses clubs de haut niveau en 2005.

Source : Délibérations du Conseil Municipal de Besançon, 2005.

65Afin de ne plus voir ses clubs confrontés à la DNCG, la ville a entrepris des prévisions budgétaires en calculant la subvention nécessaire à la stabilité financière des quatre clubs.

  • 35 Il s’agit d’une dotation théorique car en réalité le montant total est toujours légèrement supérie (...)

66Jusqu’en 2008, les prévisions sont comprises entre 1 090 000€ et 1 300 000€35 selon les cas d’accessions et de rétrogradations du BRC et de l’ESBM. La ville a considéré qu’entre 2005 et 2008, l’ESBF resterait en première division et serait européen et le BBCD se maintiendrait en Pro B. La ville n’a calculé ses subventions qu’à partir des résultats du BRC et de l’ESBM qui avaient, selon elle, le potentiel sportif d’accéder à la division supérieure. L’année suivante, la ville a dû constater que le BRC et l’ESBM sont respectivement restés en quatrième et troisième division. L’ESBF s’est maintenu en première division de handball féminin mais n’a pas participé à la Coupe d’Europe et le BBCD, contre toute attente, est monté en Pro A. Un entretien avec le chargé des sports de la ville de Besançon a été très révélateur quant à la gêne que suscite la montée du BBCD en Pro A, un an après avoir essuyé un déficit financier. Cette promotion remet en cause les prévisions budgétaires destinées au club. La ville espérait un équilibre financier du BBCD qui, selon elle, passait par une stabilité sportive, en Pro B, durant les trois années suivantes.

67La dépendance des clubs de handball et de basket-ball français, vis-à-vis du financement public, rend prépondérante l’attribution d’une subvention qui est pourtant la seule recette d’un club à ne pas être obligatoire. (Fig 7).

Fig 7. Part moyenne du financement public dans le budget des clubs français en 2005.

Fig 7. Part moyenne du financement public dans le budget des clubs français en 2005.

Source : Sports et territoires, n° 83, Novembre 2006.

  • 36 Les trois clubs de sports de salle ainsi que le club de football qui, évoluant en CFA, sont dépend (...)

68Les clubs bisontins de haut niveau trouvent dans les subventions des collectivités leur source de financement principale36. Si les collectivités réduisent les aides, ces clubs risquent d’être en difficulté financière car les sports de salle et la quatrième division de football n’attirent que très peu d’investisseurs privés. En revanche, un subventionnement accru peut amener ces équipes dans les premières places des championnats français.

69Le BBCD, par exemple, peut-il devenir un des grands clubs de basket français sans un lourd financement public alors qu’il y a souvent corrélation entre le budget des clubs et les résultats sportifs ? (Tableau 4).

70Pour les clubs de basket-ball, un budget élevé n’assure pas forcément une place parmi les premiers, comme c’est le cas pour Dijon ou Chalon-sur-Saône. En revanche, aucun club ayant un budget inférieur à 3M€ (9 clubs sur 18) ne figure parmi les six premiers du championnat. En handball, la même année, les cinq clubs ayant le budget le plus élevé occupent les cinq premières places.

71Le lien entre le budget des clubs et leur possibilité d’accession fait que les clubs à maigre budget n’ont aucun moyen de rivaliser. Les subventions attribuées aux associations bisontines permettent à ces clubs de survivre mais en aucun cas de se développer. Le budget du BBCD en 2006-2007 est de 2,1M€, soit le 17ème du championnat de France. Le club occupe à mi-saison la 17ème place devant Reims qui a également le plus petit budget de la Pro A. La ville de Besançon vient de prouver en quelques mois que son indécision en terme de sport de haut niveau a failli entraîner la relégation financière de ces quatre clubs. Lorsqu’elle prend l’initiative de faire des propositions budgétaires en fonction des résultats sportifs des clubs, elle révèle son manque de discernement et d’anticipation.

Tableau 4. Relation entre le budget et le classement des clubs en basket-ball et handball. (En millions d’euros, saison 2005-2006).

Tableau 4. Relation entre le budget et le classement des clubs en basket-ball et handball. (En millions d’euros, saison 2005-2006).

Données de la Ligue Nationale de basket-ball et de handball, 2006.

72Que ce soit sous forme de subventions, de prêt ou de mise à disposition de personnel, la dépendance des quatre clubs de haut niveau, envers les collectivités est renforcée. Le fait d’avoir pris cette décision concernant le redressement financier des quatre clubs montre deux éléments :La ville et la population sont liées à ces quatre clubs qui ont eu un passé glorieux à des périodes bien distinctes dans l’histoire du sport bisontin.

73Le manque de décision politique de la ville va rendre de plus en plus délicate sa situation vis-à-vis des clubs de haut niveau. La médiatisation d’un club bisontin ne pourra se faire qu’au détriment d’un, voire de deux autres. Si aucun choix n’est fait, la ville ne pourra en aucun cas faire parler d’elle par le biais de ses clubs de haut niveau. Besançon préfère miser sur ses clubs de discipline individuelle ou sur l’organisation de manifestations sportives afin de se donner une image sportive et dynamique.

Les lieux de la pratique sportive de haut niveau : des équipements à la charge des collectivités

74Le subventionnement des clubs de haut niveau n’est pas le seul domaine d’intervention à être un obstacle à la politique sportive des villes moyennes. Les structures abritant les clubs de haut niveau sont elles aussi à la charge des collectivités. Celles-ci doivent répondre aux problèmes liés à la construction, la rénovation et au fonctionnement des équipements ainsi que la désignation du club résident. Dans chacune de ces communes, deux équipements sportifs sont révélateurs de la situation complexe des villes moyennes. Il s’agit des deux stades de rugby Aimé Giral et Gilbert Brutus à Perpignan et du Palais des sports et du stade Léo Lagrange à Besançon.

Un stade d’agglomération à Perpignan ?

75La ville de Perpignan, peut-elle supporter la concurrence d’un second club, en raison de l’hostilité entre les deux présidents ? Cette inimitié est à l’origine de la politique d’équipements sportifs de la ville de Perpignan. L’affluence affichée lors des matches à domicile, oblige les Catalans Dragons à ne pas utiliser le stade Jean Laffon, dont la capacité est limitée à 3 000 places. L’équipe ne peut pas continuer à jouer à Aimé Giral, stade dévolu à l’USAP Le problème de l’utilisation du stade a été récurrent tout au long de la première année de Super League. Les Catalans Dragons n’ont pas toujours utilisé le stade Aimé Giral et ont dû se rendre à Carcassonne, Narbonne et Canet en Roussillon. Compte tenu du déplacement en masse des supporters anglais, le manque à gagner pour la ville est important lorsque les Dragons ne jouent pas à Perpignan.

76L’enceinte attitrée des Catalans Dragons est le stade Gilbert Brutus, historiquement utilisé pour le rugby à XIII. L’obsolescence de la structure demande une importante rénovation de la part des collectivités.

77Si la ville de Perpignan avait voulu faire de l’UTC un club emblématique et porteur pour le rugby à XIII en France, elle n’aurait pas attendu l’intégration du club en Super League pour décider de rénover le stade. Or, les travaux de rénovation ont été décidés lors de l’annonce de l’intégration du club en Super League. Ils ont commencé dans le courant de l’année 2006 pour une livraison, début 2007, au premier match de la deuxième saison de Super League. Le stade Gilbert Brutus aura une capacité de 6 000 places assises pour un montant total de 4M€ d’investissement. Ces travaux ont été décidés avec tant de retard que le club a fini sa première saison en Super League en n’ayant pas joué un seul match dans son stade et très peu dans sa ville. L’intégration des Catalans Dragons en Super League a une durée limitée à trois saisons soit deux années pour utiliser le stade Gilbert Brutus. C’est l’appui de la fédération française qui a permis aux Catalans Dragons d’intégrer le plus prestigieux championnat de rugby à XIII. Les travaux du stade ne sont le résultat que de Γ attractivité financière que représente la Super League pour la ville de Perpignan. Les partenariats effectués au profit de la SASP Dragons Catalans sont l’objet d’une récupération politique.

78« Comment se fait-il que l’on ait pas construit un stade d’agglomération à Perpignan ? » Cette réflexion d’un inspecteur de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports des Pyrénées Orientales soulève le problème majeur de la politique des équipements sportifs dans ce département.

79Les deux stades de rugby de Perpignan sont situés au nord de la ville sur la rive gauche de la Têt, insérés dans des quartiers fortement urbanisés.

80A la fin des années 1990, il a été question de l’extension du stade Aimé Giral ou de la construction d’un nouveau stade. Deux sites furent avancés pour la construction. Le premier, au sud de la ville, à proximité du Moulin à vent et le second, au nord, près de l’échangeur autoroutier (carte 1). Prétextant une construction coûteuse, la ville a décidé d’opter pour la rénovation des deux structures.

81Le stade Aimé Giral a subi de multiples rénovations depuis 1997. Cela a concerné les trois tribunes du stade, la construction des virages, une boutique, des loges, un restaurant, etc. La capacité du stade est actuellement de 13 500 places dont 10 000 assises. La prochaine rénovation de 2007, portant sur la construction d’une quatrième tribune, va faire du stade Aimé Giral un des plus grands équipements du Top 14 avec 16 500 places. Le futur agrandissement du stade et la précédente rénovation de la tribune honneur représentent plus de 10M€ de financement public. Le montant de cet investissement montre qu’une ville de la taille de Perpignan, avec une agglomération proche des 200 000 habitants, aurait dû opter pour la construction d’un stade d’agglomération. Mais des choix politiques et des querelles extra-sportives ont conforté la ville dans l’optique de la rénovation.

82La Communauté d’Agglomération de Perpignan Méditerranée est la plus grande structure intercommunale de France, en terme de population, à ne pas avoir choisi la compétence sport et notamment celle relative à la gestion et à la construction des équipements sportifs. Les compétences de l’Etablissement Public de Coopération Intercommunale ajoutées à la rivalité des deux clubs de haut niveau rendent complexe le choix du stade d’agglomération.

83Un des arguments avancé par la ville, afin de ne pas opter pour la construction, est l’exemple de la ville du Mans, où la construction du nouveau stade va dépasser les 50M€. Mais la réalisation du stade de la Licorne à Amiens en 2000 ou celle du stade Parsemain à Istres en 2005 sont la preuve que l’on peut réaliser des structures de 12 000 à 17 000 places pour un montant de 11M€. Une somme équivalente aux deux récentes rénovations du stade Aimé Giral. La proximité des habitations derrière la quatrième tribune rendra un nouvel agrandissement impossible. L’absence de parking, la difficulté d’accès ainsi qu’une desserte inefficace des transports en commun auraient dû être des facteurs déterminants dans la construction d’un nouvel équipement.

84Le directeur général de l’USAP considère que la rénovation de 2007 n’empêchera pas la nécessité d’un nouveau stade en 2010. Il n’y aura pas suffisamment de sièges pour les spectateurs et les nouveaux partenaires du club n’auront plus la possibilité d’avoir une place de parking. Qu’en sera-t-il de l’espace disponible pour afficher les sponsors ? Le stade Aimé Giral va être un des plus beaux stades de rugby français en 2007, mais il risque d’être abandonné par son club résident.

85Pourquoi entreprendre la rénovation d’un stade qui sera obsolète dans quatre ans ? L’agglomération de Perpignan, après 2010, va probablement posséder quatre stades par manque d’anticipation politique. Si la ville de Perpignan accepte de réaliser un nouveau stade en 2010 pour l’USAP, que va-t-il advenir des trois autres enceintes ? Mais le rejet d’un nouveau stade au nord de l’agglomération pourrait entraîner le déclin économique d’un club qui n’a plus rien à vendre aux nouveaux investisseurs.

Carte 1. Quelques équipements sportifs à Perpignan : absence de logique géographique.

Carte 1. Quelques équipements sportifs à Perpignan : absence de logique géographique.

Les équipements de haut niveau à Besançon : entre critique et manque d’anticipation

86Une capitale régionale telle que Besançon devrait être en mesure de posséder, pour ses clubs de haut niveau, un équipement couvert et un stade. Un club de basket-ball de Pro A et un club de football, qui souhaite revenir en National dès la saison 2007-2008, sont en droit de demander des équipements correspondant à leur statut. Le Palais des sports, qui abrite le BBCD et l’ESBF, a été construit en 1967 et a demandé, au début des années 2000, une importante rénovation. Comme à Perpignan, la question de l’équipement d’agglomération s’est posée. A la fin des années 1990, la municipalité s’est interrogée sur la possibilité de construire un nouveau Palais des Sports à la périphérie de la ville. Ce projet avait l’avantage d’être corrélé à la politique des transports en améliorant l’accessibilité par le réseau de bus et la construction de parkings. Mais en 1999, la ville se voit confier par la fédération française l’organisation des championnats du monde de handball de 2001. Le délai devient trop court pour la construction d’un nouveau Palais des sports et la ville décide d’opter pour la rénovation. Afin de répondre au cahier des charges de la fédération internationale de handball, la ville se voit contrainte de réaliser des travaux pour que l’équipement soit aux normes. Ces travaux d’un montant de 500 000€, nécessaires à l’organisation d’une telle manifestation, confortent la ville dans la rénovation du Palais des Sports.

87La ville a eu le choix entre deux options et a renoncé à la construction qui aurait permis de faire émerger une structure de 4 500 places minimum, pour un montant d’environ 18M€. Elle a opté pour la rénovation d’un montant de 11,5M€ représentant plus de la moitié du prix d’une structure neuve. Cette rénovation a largement dépassé les appels d’offre qui avaient été fixés par la mairie à hauteur de 6M€ hors taxe. Le prix est très élevé, en comparaison d’une structure neuve, et le Palais des Sports n’est pas aux normes internationales pour le volley-ball en raison d’une hauteur de plafond insuffisante. En revanche, la ville peut accueillir des matches amicaux ou de type exhibition et des matches internationaux de handball et de basket-ball. Selon le quotidien local, la rénovation a été un mauvais choix politique à plusieurs titres. Elle a consisté à rajouter des vestiaires et des salles pour les joueurs ainsi que des locaux administratifs. Le parquet a été refait ainsi que le panneau des scores. Mais, la rénovation est inachevée puisque les journalistes n’avaient qu’un étroit espace de travail pour les matches de Pro B. Qu’en est-t-il en 2006-2007 alors que le BBCD est en Pro A ? La table de marque, où les arbitres notent toutes les données du match, se situe sur la table réservée aux journalistes. Il n’y a pas de billetterie automatique et les loges ne sont pas isolées, les spectateurs se situant juste au-dessus. Les difficultés d’accès au Palais des Sports n’ont pas été prises en compte par la ville lors de la rénovation. Le journal a utilisé cet argument pour que la ville construise des aires de stationnement, car les parkings autour du Palais des Sports sont insuffisants.

  • 37 Une commune de 6 050 habitants en périphérie de Périgueux dont le club de basket-ball était dans l (...)

88Le quotidien local émet donc une triple critique à l’encontre du choix de la rénovation, du travail de l’architecte, et d’un coût très élevé compte tenu du résultat obtenu. Le président du club de Boulazac37 qui profite des déplacements de son équipe, afin de construire une structure équivalente dans sa commune, s’interroge sur la qualité de cette rénovation : « Je ne comprends pas comment les collectivités ont pu dépenser autant d’argent pour faire ce qui a été fait à Besançon ».

89Á l’inverse du Palais des Sports, la situation actuelle du stade Léo Lagrange n’est pas liée à un choix discutable, mais à un manque d’initiative. Le stade a été construit à la veille de la Seconde Guerre Mondiale englobant un vélodrome et une piste d’athlétisme. En 1994, lors du test-match de rugby France-Canada, la commission de sécurité avait déjà interdit l’ouverture d’une tribune pour des raisons de sécurité. En 1999, la ville a voulu entreprendre une démolition du « stade historique » avec la disparition du vélodrome et d’une des tribunes les plus obsolètes. La ville a lancé un concours d’architecture pour un stade de 20 000 places jusqu’à l’approbation d’un premier projet d’une tribune de 7 000 places seulement, car l’appel d’offre était dépassé. Durant la même période, le Conseil d’Etat publie un décret qui n’impose plus aux villes françaises la construction d’un stade de 12 000 places minimum pour les clubs de Ligue 2 et de 20 000 places pour la Ligue 1. La ville décide de revoir ses propositions et d’abandonner le projet. En 2007, la situation est inchangée puisque le stade requiert toujours une importante rénovation. À la différence du Palais des Sports, il n’a pas été question pour la ville de délocaliser le stade Léo Lagrange. Il se situe dans un espace sportif structuré en compagnie de la piscine Mallarmé, du stade d’athlétisme et du Palais des Sports (carte 2).

Carte 2. Les équipements de haut niveau à Besançon : un espace sportif structuré.

Carte 2. Les équipements de haut niveau à Besançon : un espace sportif structuré.

90Lorsque le BRC, retrouve la Ligue 2 en 2003, contre toute attente, le stade n’est toujours pas rénové. La ville ne peut pas décider de reconstruire le stade à ce moment-là puisqu’elle va priver le club d’une moitié de stade, sur une période qui aurait vu l’affluence augmenter.

91La redescente du BRC en National, l’année suivante, renforce l’indécision de la ville car l’affluence d’un club de football de troisième division ne nécessite pas la rénovation d’un stade. Il faut néanmoins trouver une solution pour un club qui, en fonction de son échelon sportif, saura se contenter d’un projet moins ambitieux. La nouvelle descente du club en CFA confirme cette décision.

92La ville lance un nouveau concours d’architecture, mais le projet retenu concerne la construction d’une seule tribune de 3 500 places. Les quatre tribunes du stade vont être démolies et la capacité du stade va être portée à 12 000 places. Les trois autres tribunes seront des gradins métalliques dont la pérennité pourrait coïncider avec les résultats sportifs du BRC. Si le club ne retrouve pas le niveau professionnel, il se peut que ces structures provisoires s’inscrivent dans la durée, d’autant que, d’après la mairie, elles sont d’une durée de vie de 40 ans. Pourquoi proposer un concours d’architecture aboutissant à une proposition d’une grande qualité visuelle, contigu à des structures métalliques qui vont occuper les trois-quarts du stade ? Selon la mairie « lorsque le stade est rempli on ne voit pas ces structures métalliques », mais l’affluence du BRC en CFA oscille entre 800 et 1 000 spectateurs par match.

  • 38 Par exemple la ville de Montpellier possède le stade de la Mosson de 35 000 places pour son équipe (...)

93Comme pour le financement des clubs de haut niveau, la construction des équipements sportifs est un problème atypique aux villes moyennes. Les grandes villes françaises ont des équipements de qualité que ce soit les stades ou les équipements couverts38. A Perpignan et Besançon, les choix sont souvent critiquables et parfois les problèmes ne trouvent aucune solution, entraînant un retard croissant des villes moyennes sur les grandes villes françaises.

94La ville de Perpignan a refusé d’opter pour un stade d’agglomération et a choisi de rénover deux structures vieillissantes, afin d’accueillir ses deux clubs de haut niveau. Deux rénovations qui, à court terme, vont se révéler inutiles ou insuffisantes suivant les résultats sportifs des Catalans Dragons et l’augmentation croissante de la fréquentation du stade Aimé Giral.

95Á Besançon, le choix de la rénovation du Palais des Sports est vivement critiqué et le stade Léo Lagrange n’est toujours pas rénové en 2007. Dans ces deux villes, l’argument financier est toujours utilisé pour justifier la rénovation à la construction d’un nouvel équipement. Le niveau du club est également fonction de la politique menée par la ville. Par exemple, à Besançon, la rénovation du stade Léo Lagrange dépend des résultats du BRC ou à Perpignan la rénovation de Gilbert Brutus qui n’a été entreprise qu’avec l’intégration des Catalans Dragons en Super League. Ce sont deux obstacles que ne connaissent pas les grandes villes françaises comme la ville de Montpellier qui vient de construire un stade neuf pour son club de rugby, sans réellement prendre en compte la possible rétrogradation du club en Pro D2.

Conclusion

  • 39 La CAGB est composée de 59 communes pour une population totale de 170 696 habitants en 1999.

96A Perpignan, l’USAP est le club emblématique de la ville. Il concentre la majorité des initiatives publiques locales, que ce soit par les partenariats, les subventions ou les rénovations d’équipements. Le fait qu’il n’y ait pas de compétence sportive au sein de l’agglomération renforce cette dépendance vis-à-vis des collectivités décentralisées. Les clubs ou équipements sportifs dont la reconnaissance dépasse le seul cadre de la ville devraient être gérés par la communauté d’agglomération. Le cas de l’UTC est différent, car si le club ne dispute plus la Super League en 2009, quelle sera l’attitude des collectivités ? Le choix de la compétence sport par la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon39 n’a que peu d’influence sur l’implantation des équipements sportifs, en raison de la macrocéphalie du pôle urbain. La commune la plus peuplée de l’agglomération dépasse à peine les 3 000 habitants. Tous les clubs et équipements sportifs de l’agglomération se situent à Besançon, rendant inutile la moindre gestion intercommunale. L’absence d’emblème parmi les quatre clubs de haut niveau est à l’origine du dilemme des élus bisontins. Ceux-ci espèrent que la promotion ou la chute d’un club s’opèrera par les résultats sportifs et non par une volonté politique, comme par exemple l’annonce de la diminution des subventions.

97L’existence d’une politique sportive propre aux villes moyennes est mise en doute par les exemples de ces deux communes. La ville de Besançon a quatre clubs de haut niveau, des clubs individuels de haut niveau, et un éventail exhaustif d’équipements sportifs. Elle développe le sport de masse et organise de grandes manifestations sportives. Cette politique sportive ressemble à celle des grandes villes françaises puisque tous les domaines sont abordés. La ville souhaite développer tous les sports collectifs mais n’en a pas les possibilités financières. Malgré son impartialité et sa longue tradition en matière de politique sportive, son dilemme à financer les quatre clubs de haut niveau rejaillit sur son image. La ville de Perpignan a délaissé des domaines d’intervention comme les équipements sportifs, les manifestations sportives ou le sport de masse. Elle a la même politique sportive qu’une commune de 20 000 habitants qui, dans l’optique d’une reconnaissance médiatique, n’aurait fait le choix que d’un seul club sportif. Doit-on prendre en compte la politique de récupération concernant l’UTC, dont la trop récente promotion nuit à une analyse en profondeur de la politique sportive perpignanaise ? Qu’adviendra t-il lorsque l’UTC ne sera plus en Super League ?

98Malgré l’attribution inéquitable dés subventions, le conflit politique autour de l’USAP, la récupération identitaire de la catalanité, l’abandon du club de football et la récente promotion de l’UTC pour des raisons financières, le bilan est positif pour la ville. Sans avoir de politique sportive clairement définie, Perpignan, est considérée comme une ville sportive grâce à ses deux clubs de haut niveau. Les carences en matière de politique sportive sont compensées par une stratégie de communication non dissimulée, mais d’une grande efficacité.

99En fonction de la politique sportive pratiquée en faveur des clubs de haut niveau et du résultat obtenu, l’interrogation demeure sur la politique sportive qui doit être menée par les collectivités publiques.

Notas

1 Elite, senior, jeune et reconversion.

2 Liste ministérielle du MJSVA sur la reconnaissance des disciplines de haut niveau en France.

3 Roger Brunet, 2000.

4 114 900 habitants pour la ville de Besançon contre 116 700 habitants à Perpignan en 2005. L’aire urbaine concentre 222 381 habitants à Besançon et 249 016 habitants à Perpignan.

5 Excepté le challenge Yves du Manoir en 1994 qui est la « Coupe de France » du rugby, mais peu populaire.

6 11 titres et 10 coupes pour le XIII catalan, 6 titres et 6 coupes pour l’AS Saint-Estève.

7 Atlas historique de la France contemporaine, 1966.

8 Société anonyme sportive professionnelle.

9 La loi n° 94-679 du 8 août 1994.

10 Essentiellement sous forme d’achat de billets ou d’espaces publicitaires.

11 Loi n° 99-1124 du 28 décembre 1999.

12 Délibération du Conseil Général des Pyrénées Orientales, n° 37 le 30 juillet 2004.

13 Délibération du Conseil Général des Pyrénées Orientales, n° 46 le 13 février 2006.

14 Augmentation du nombre d’heures de diffusion, de l’audience et de la fréquentation dans les stades.

15 JF. Bourg et JF Nys, 2006.

16 Financement des clubs sportifs p 163.

17 Ville de Perpignan, Conseil Général des Pyrénées Orientales et Conseil Régional Languedoc-Roussillon.

18 Pour la retransmission des matches, et notamment pour le premier match à domicile contre Wigan, les moyens mis en place furent à la hauteur de l’événement avec un écran géant de 32m2, plus de 60 techniciens et 15 caméras. Télé Sky a diffusé la rencontre en Angleterre, Nouvelle-Zélande, Australie, aux Etats-Unis et dans les Caraïbes. Toutes les rencontres des Catalans Dragons disputées à domicile furent diffusées sur Sport +, touchant un bassin d’audience de 3,7 millions de foyers français.

19 Le premier match à domicile des Catalans Dragons a attiré 10 000 spectateurs dont plus de 1 000 Britanniques.

20 Hôtellerie, restauration, et taxes d’aéroport principalement.

21 Sondage réalisé en 2004 par S. Roumiguié, à Perpignan, auprès de 63 personnes. Les sondés devaient répondre à la question : « Quels sont, d’après vous, les trois sports qui comptent le plus de licenciés dans les Pyrénées Orientales ? ».

22 Enquête réalisée en janvier 2007 par S. Roumiguié, afin de calculer la représentation des disciplines sportives dans la presse locale. Seules les pages sportives roussillonnaises du dimanche et du lundi ont été utilisées pour toute l’année 2006.

23 Colloque : « le sport, outil de communication des collectivités territoriales », organisé par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale, à Canet en Roussillon le 14 novembre 2006.

24 Communauté Autonome espagnole.

25 Robert Marty, 1998.

26 Comme le championnats italien ou le Super XIV en hémisphère sud.

27 Auxquels il conviendrait d’ajouter le Besançon Skating club qui était en Ligue Magnus de hockey sur glace au début des années 2000 et qui a été rétrogradé pour redressement financier.

28 La CFA correspond à la quatrième division de football.

29 Le club de football stagne en National (troisième division) depuis des années. La Section Paloise, en rugby à XV, qui a été rétrogradé à la fin de la saison 2005-2006, en Pro D2, se retrouve à mi-saison prête à descendre en Fédérale 1 (troisième division). L’Elan Béarnais, en basket-ball, qui a été pendant longtemps le plus grand club du basket français se situe aujourd’hui dans les profondeurs du classement de Pro A, non loin de Besançon. A l’exception de l’Elan Béarnais, la situation des clubs s’explique par un financement insuffisant.

30 Par exemple, dix points sont attribués lorsque la médiatisation de la discipline est très importante et un point lorsqu’elle est quasi inexistante.

31 Les droits télévisés, les sponsors ou les subventions des autres collectivités.

32 BRC 140 000€, BBCD 30 000€, ESBF 40 000€ et ESBM 40 000€.

33 100 000€ pour le BBCD et 40 000€ pour l’ESBF.

34 107 000€ au BRC, 135 000€ à l’ESBF, 51 500€ à l’ESBM, et 215 000€ au BBCD.

35 Il s’agit d’une dotation théorique car en réalité le montant total est toujours légèrement supérieur (2005 : 1 410 107€). Les quatre clubs perçoivent au cours de l’année des subventions pour l’organisation de manifestations, le fond d’aide au sport ou des subventions exceptionnelles qui ne sont pas comprises dans la dotation prévisionnelle.

36 Les trois clubs de sports de salle ainsi que le club de football qui, évoluant en CFA, sont dépendants du financement des collectivités.

37 Une commune de 6 050 habitants en périphérie de Périgueux dont le club de basket-ball était dans la même poule que Besançon en 2005-2006.

38 Par exemple la ville de Montpellier possède le stade de la Mosson de 35 000 places pour son équipe de football, le stade Yves du Manoir, en fin de construction, d’une capacité de 12 726 places pour son équipe de rugby et deux salles de 5 000 et 3 000 places pour les équipes de handball et de volley-ball.

39 La CAGB est composée de 59 communes pour une population totale de 170 696 habitants en 1999.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1. Comparaison des clubs de haut niveau de sports collectifs dans les villes moyennes et les grandes villes françaises.
Leyenda Chiffres de la saison sportive 2005-2006, population des villes en 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 106k
Título Fig 1. Les subventions de la ville de Perpignan et du Conseil Général des Pyrénées Orientales aux associations sportives en 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 140k
Título Fig 2. Le budget de l’USAP depuis 2002.
Leyenda Ligue Nationale de rugby.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 62k
Título Fig 3. La part du financement public dans le budget des clubs de rugby français. (Part des collectivités en 2004/05 et montant du budget des clubs en 2005/06).
Leyenda JF. Bourg et JF. Nys, 2006.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 71k
Título Tableau 2. Classement des fédérations sportives dans le Doubs et les Pyrénées Orientales, selon le nombre de licenciés en 2004.
Leyenda Ministère de la jeunesse et des sports et de la vie associative, 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 138k
Título Fig 4. La place du rugby à XIII en France en 2004.
Leyenda Ministère de la jeunesse et des sports et de la vie associative, 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 96k
Título Tableau 3. Les contrats d’objectifs pour les clubs bisontins de haut niveau.
Leyenda Source : Contrats d'objectifs de la ville de Besançon : 2002-2007.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 570k
Título Fig 5. Les subventions de la ville de Besançon aux associations sportives en 2005.
Leyenda Source : Délibérations du Conseil Municipal de la ville de Besançon, 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 106k
Título Fig 6. Subventions de la ville de Besançon en faveur de ses clubs de haut niveau en 2005.
Leyenda Source : Délibérations du Conseil Municipal de Besançon, 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 73k
Título Fig 7. Part moyenne du financement public dans le budget des clubs français en 2005.
Leyenda Source : Sports et territoires, n° 83, Novembre 2006.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 81k
Título Tableau 4. Relation entre le budget et le classement des clubs en basket-ball et handball. (En millions d’euros, saison 2005-2006).
Leyenda Données de la Ligue Nationale de basket-ball et de handball, 2006.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 151k
Título Carte 1. Quelques équipements sportifs à Perpignan : absence de logique géographique.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
Título Carte 2. Les équipements de haut niveau à Besançon : un espace sportif structuré.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/514/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 69k

Autor

Sébastien Roumiguié, Doctorant en géographie, Moniteur allocataire Université Via Domitia Perpignan, UMR MTE.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search