Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

La réglementation des métiers de peintre, doreur, sculpteur et brodeur dans la province du Roussillon (1698-1727)

Julien Lugand

Texte intégral

  • 1 Dès septembre 1698 le collège a pour secrétaire un notaire perpignanais - le plus souvent Honorat (...)

1L’histoire sociale de l’art – l’étude des métiers, du goût, de la culture ou du statut social des artistes... – est un courant qui a depuis maintenant plusieurs années renouvelé les connaissances en histoire de l’art. S’intéressant d’abord aux collections, au mécénat et aux débats théoriques des grands foyers artistiques et culturels – Venise, Rome, Florence, Paris, Delft... – les études ont ensuite opéré un basculement vers la province et des villes ou des régions longtemps considérées comme secondaires – la Bretagne, l’Auvergne, le Roussillon – pour ne citer que ces quelques exemples français. Dans le cadre de cette journée d’études consacrée aux métiers, nous souhaitons évoquer la réglementation des métiers « artistiques » – la peinture, la sculpture, la dorure, la broderie – dans la province du Roussillon de 1698 à 1727 telle qu’elle apparaît au travers des délibérations du collège Saint-Luc découvertes à ce jour1.

  • 2 Concernant la création du collège en 1630, puis sa refondation en 1698, cf. J. Lugand, « Els pinto (...)
  • 3 J. Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Canet, 2006, en particul (...)

2Dans le Roussillon de l’époque moderne, les métiers de peintre, de doreur, de sculpteur et de brodeur, sont réglementés par un collège. En 1630, les peintres et les sculpteurs, associés auparavant à d’autres métiers, décidèrent de se réunir sous la protection de saint Luc. Du fait des événements, ce premier collège ne dura pas. Il ne fut recréée qu’en 1698, accueillant, en plus des peintres et des sculpteurs, les doreurs et les brodeurs2. La structure retenue est identique à celle régentant les autres métiers de la province : un collège dirigé par un recteur, parfois suppléé d’un syndic pour les affaires judiciaires, auxquels s’ajoute un bedeau chargé de l’entretien de la chapelle, le collège étant placé sous la protection d’un saint patron (saint Luc). La seule exception concerne l’absence de trésorier, cette charge n’existant que dans les collèges où les membres sont beaucoup plus nombreux3.

  • 4 Le sujet n’est pas neuf. Dès le XIXe siècle, Alphonse Drapé dans son étude des corps d’arts et mét (...)

3Les soixante-cinq délibérations rassemblées forment un corpus homogène, une source d’informations précieuses, permettant de formuler plusieurs remarques sur ces métiers4. La première concerne la réglementation elle-même ; la seconde les conséquences – sociales, économiques autant que culturelles – qu’elle eut sur les artistes.

Une réglementation protectionniste

  • 5 J. Lugand, op. cit., note 3.

4L’approbation des statuts du collège Saint-Luc par les consuls de Perpignan (1698) permit à ses membres de librement contrôler leurs métiers5, ce qu’ils ne manquèrent pas de faire. À lire la documentation rassemblée, on est en effet frappé du protectionnisme permanent dont ils font preuve. Le but est clair : se protéger de la concurrence extérieure par l’utilisation d’outils contraignants – l’apprentissage obligatoire, le passage de la maîtrise pour exercer le métier, le recours systématique au procès en cas de contestation... Cette posture se révélera particulièrement efficace.

  • 6 3 E 3/797, fo 164 vo.
  • 7 Le procès entre Joan Guadanyor est conservé dans le fonds du baillage de Perpignan, (10 Bp 762 ; p (...)

5Dans un premier temps, ces mesures s’adressent aux maîtres étrangers ainsi qu’aux maîtres perpignanais travaillant à l’intérieur et à l’extérieur du Roussillon. Pere Pinya, doreur originaire de Limoux, compagnon de Joan Escriba dès 16986, ne sera admis au collège que le 29 mai 1701 (doc. 7). Trois années de patience, qui ne reflètent nullement la lenteur de l’administration ; plutôt une mauvaise volonté des confrères. Car, à titre de comparaison, Josep Badell, apprenti doreur en 1698, est admis dès le 20 juin 1698 (doc. 1). Leur différence ? Le premier est languedocien, le second perpignanais. Citons encore, parmi les nombreux litiges évoqués au cours des réunions, les cas de Joan Guadanyor et de Pere Pourrot. Membres du collège depuis sa fondation en 1698, ils sont tous deux poursuivis en 1703 (docs. 15, 17)7 pour d’obscurs retards de paiement de cotisation. La machine judiciaire se met en marche. Le verdict est implacable : Pere Pourrot est condamné ; les meubles de Joan Guadanyor sont saisis et vendus aux enchères (doc. 20). La cotisation ? Un prétexte. On souhaite en fait qu’ils cessent de travailler en deux lieux – Perpignan et Olot pour le premier ; Perpignan et Narbonne pour le second.

6Ce contrôle très strict se double rapidement d’un protectionnisme vis-à-vis de ceux dont la famille est étrangère au métier. On favorise l’endogamie, le schéma de reproduction sociale. Il n’est que de lire le nom des membres du collège pour constater le phénomène : Guerra, Bonet, Barussa, Nègre, Navarre... Tous sont liés d’un point de vue familial – père-fils, oncle-neveu, beau-père-gendre. François Manjolet, pourtant originaire de Perpignan, mais fils d’un serrurier, ne sera admis qu’au terme d’un long procès (docs. 33, 45, 46, 50). Et le collège le lui fait payer : ce n’est que trois ans après son admission qu’il obtiendra l’autorisation d’ouvrir boutique (doc. 55).

7Mais ce protectionnisme, aussi zélé soit-il, ne peut tout. En 1703, le collège s’oppose à l’installation, à la cathédrale, du retable de l’Immaculée-Conception sculpté par Llatzer Tremulles le jeune, un artiste barcelonais (doc. 15). En vain : un collège de métier n’est rien face au puissant chapitre. Dans les faits, son efficacité se limite, socialement, aux autres artisans de la ville ; géographiquement, à Perpignan et ses proches alentours. En 1718, le peintre Joseph Fabre demande à être enfin admis au collège. Il en avait fait la demande en janvier 1699 ! (doc. 41). En vingt ans, personne ne l’a empêché de travailler à Céret, Vinça et de s’installer ensuite à Prades. La remarque vaut pour toutes les dynasties installées hors de Perpignan – les Ribot à Olette, les Purxet à Vinça ou Ille, les Gasch à Prats-de-Mollo, les Cuballer à Saint-Laurent-de-Cerdans. Le collège n’a les moyens ni financiers ni humains de battre la campagne à la poursuite d’éventuels fraudeurs.

Les conséquences

8Ce milieu fermé, étroit, n’a rien exceptionnel. C’est le lot de toute communauté de métier, de toute « corporation », qui cherche à conserver ses privilèges, tout au moins ses prérogatives, pour se protéger de la concurrence. Ce qui est plus remarquable, ce sont les conséquences économiques, sociales, culturelles de ce protectionnisme sur les membres du collège.

9La première est de conforter les peintres, doreurs, sculpteurs et brodeurs dans une condition très artisanale. Intégrés à la « troisième main » (bras mineur) de la ville, avec les autres artisans et les journaliers, ils sont assimilés aux professions manuelles. Certes, depuis 1622, il existe au sein de ce bras mineur deux niveaux : le plus bas, celui des menestrals, dont le métier est vil et mécanique et qui s’organise en corps ; au-dessus, celui des artistes i homens de plassa à l’activité honorable qui se regroupent en collège. Mais la reconnaissance d’une activité « honorable » est à tempérer. La hiérarchie retenue par les consuls de Perpignan pour réglementer les processions dans la ville à partir de 1729 le prouve : on retrouve les « chirurgiens (ensuite les) apothicaires, droguistes, orfèvres, marchands, perruquiers-barbiers, peintres et brodeurs, marchands-garnisseurs, gantiers, boutonniers-enjoliveurs ». Aucune distinction n’est faite entre artisans et « artistes ». On est loin des grands débats théoriques initiés depuis la Renaissance, en Italie. Même l’accès aux charges consulaires que leur autorise ce rang d’artistes i homens de plassa, ne se vérifie qu’à une reprise, avec la désignation du brodeur Michel Bonet comme cinquième consul de Perpignan en 1719 (doc. 42).

  • 8 Pour le fils de Joan Escriba, 3 E 7/227 ; le fils de Lluis Generes est désigné sous cette qualité (...)

10La seconde conséquence est l’absence d’ascension sociale et d’enrichissement qui s’explique par cette condition très modeste. Les cas de réussite sociale sont exceptionnels et se limitent à de rares descendants : le doreur Joan Escribà et le sculpteur Lluis Generes qui auront chacun un fils docteur en droit8. Et encore ces exemples restent liés à des circonstances exceptionnelles : ces deux artistes ont rassemblé un patrimoine confortable à la faveur d’héritages successifs. Car la seule activité de peindre, dorer, broder ou sculpter ne permet pas de s’enrichir. Parmi les membres du collège, rares sont les propriétaires de leur maison. Surtout, la plupart est contraint d’exercer une autre activité pour survivre : vente de vin, d’huile, affermes de la glace, de boulangerie... Les délibérations fourmillent de témoignages des difficultés matérielles des maîtres. Lors du paiement de la cotisation annuelle, d’une taxe, de frais pour ester en justice, la majorité des confrères demande des échéances pour s’acquitter de la quotte-part qui leur incombe. À de nombreuses reprises, ils déclarent se trouver « dans la difficulté » ; les minutes des arrêts civils du Conseil souverain de Roussillon mentionnent plusieurs demandes de « reconnaissance officielle de pauvreté » faites par des membres du collège Saint-Luc.

  • 9 Sur Rigaud, nous renvoyons à la thèse d’A. James-Sarazin, Hyacinthe Rigaud, École Pratique des Hau (...)

11Ainsi, en Roussillon, aux XVIIe et XVIIIe siècles, la peinture, la dorure, la sculpture ou la broderie ne sont pas des métiers qui enrichissent et qui élèvent socialement ceux qui les pratiquent. La très grande majorité des membres du collège reste dans la condition modeste dont ils sont issus. Paradoxalement, le seul artiste reconnu par la société roussillonnaise de l’époque – Rigaud fait citoyen honoré de la ville de Perpignan en 17099 – fera sa carrière hors de la province.

12Ce que ces délibérations traduisent, c’est la mise en place d’une réglementation contraignante ayant pour seul objectif de protéger ses membres de la concurrence. S’agissant d’activités « artistiques », on peut s’en étonner. Au même moment, dans de grands foyers culturels, ne crée-t-on pas des Académies pour émanciper les artistes du carcan collégial ? De nombreux peintres, sculpteurs ou brodeurs n’exercent-ils pas librement leur métier ? N’obtiennent-ils pas une reconnaissance sociale et économique ? Certes, mais il faut également abandonner ces images d’Épinal. À cette période, le phénomène de libéralisation se limite à quelques grandes villes. Et il rencontre des résistances remarquables : les confréries vénitiennes, les guildes des Pays-Bas, les métiers jurés de Paris... qui s’opposent sans distinction à cette évolution. Au début du XVIIIe siècle, c’est l’Académie qui reste l’exception.

13Si on devine, à la lecture des délibérations, les conséquences sociales et matérielles de ce protectionnisme sur les membres du collège, on soupçonne moins les conséquences artistiques. Empêcher des artistes étrangers de s’installer – même temporairement – éviter que des Perpignanais se forment à l’extérieur de la province, ou réalisent des commandes hors du Roussillon..., c’est réduire l’horizon visuel et culturel des artistes. La conséquence est immédiate : une moindre émulation qui se perçoit au niveau stylistique. Les peintres flamands, les sculpteurs bourguignons, les brodeurs barcelonais du XVIe siècle, ont disparu. La création s’enferme dans un artisanat d’art stéréotypé aux motifs répétitifs. Ce qui est étonnant, c’est que ce système fermé, étroit, reléguant les maîtres à une condition artisanale, est souhaité, entretenu : pas de protestation, de volonté d’émancipation. À la reconnaissance sociale, ils préfèrent une profession protégée dont ils pensent qu’elle les sert plus qu’elle ne les contraint.

Délibérations du collège Saint-Luc

14Doc. 1
1699, 20 juin.
Maîtrise de doreur de Joseph Badell.
112 Edt 67, fos 180 vo-181.

15IDi[c]t[e] die 20 juny 1699,
Los molt ill[ustre]s sen[yo]rs consuls, lo en ordre segon absent, Anthoni Guerra major de dies pintor, rector del collegi de pintors, esculptors, dauradors y brodadors.
Llois Generes, Fran[cis]co Negre, Joan Godonyor, Pere Dausi, Aloy Malet, Anthoni Guerra minor, Rafel Barussa, Gaspar Farigle, Miquel Bonet, Geronim Ortosol, tots pintors, esculptors, dauradors y brodadors resp[ecti]ve del collegi de la p[rese]nt vila. Convocats y congregats en la aula del concell secret de la p[rese]nt casa consular, attes que per relatio del dit Guerra, pintor predit, en nom, voluntat y interventio de tres les alt nomenats, consta que Joseph Badell, daurator natural de la p[rese]nt vila, ha complit tant en la provas testimonial de la practica, vida y bons costums, quant altrement juxta las ordinations per dits molt Ill[ustre]s sen[yo]rs consuls al dit collegi concedides, attes aixibe que per relatio del dit Guerra, au dit nom, ha constat de la idoneitat y sufficiensa del dit Joseph Vadell, prestat pimer per ells lo solit jurament en ma y poder del molt sen[yo]r Ill[ustre] consul en cap prescrits les demes molt Ill[ustre]s sen[yo]rs consuls han aprobats a banch, com ab thenor del present acte, aproban y abonan al dit Joseph Vadell per daurador de la p[rese]nt vila y com ha tal vila esser tingut y reputat y aixi apregat al dit collegi de pintors, dauradors, esculptors y brodadors y que gise y fuhesca, gisar y fruhir, puga y dega, de dits las perrogativas preheminentias y hans que gisan y frueixen les demes dauradors de la dita present vila, e lo dit Joseph Vadell reprahant a les dits molts Ill[ustre]s sen[yo]rs consuls y demes sen[yo]rs alt nomenats, jura a nostre Sen[yo]r Deu, en ma y poder del molt Ill[ustre] sen[yo]r consul en cap p[rese]nt. Los demes sen[yo]rs consuls, en virtut del qual conve y prome que en lo exercici y regimen de dit offici se haura be y llealment y que servara les ordinations del dit collegi, y fara y complirà tot lo que les dauradors del dit collegi son tinguts y obligats fer complir y guardar de quibus.
Testes Fran[cis]co Vige llibrater, Pere Martir sine verguer, y jo Rovira secrett[ary].

16Doc. 2
1700, 14 février.
Les frais de création de la confrérie, 5O doublons d’or, ont été payés par la communauté des prêtres de la cathédrale Saint-Jean. Cette somme a été remboursée par Joan Escribà qui reçoit, une rente annuelle du collège. Ses membres paieront chaque année leur part au doreur. Quittance de Louis Ribera, sculpteur et recteur, à Joan Escribà, qui paie le jour-même sa part.
3 E 3/770, fo 76-79 vo.

17Die 14 february 1700 P[er]p[i]ni[ani] Regnante,
Nos Ludovicus Ribera sculptor et rector collegy pictorum, dauratorum, sculptorum et brudatorum p[rese]ntis villa P[er]p[i]ni[ani], Antonius Guerra pictor major dierum, Ludovicus Generes scultor, Michael Anglada scultor, Michael Bonet brudator, Hyeronimus Hortosol daurator, Petrus Daussi daurator, Antonius Guerra dierum minor pictor, omnes collegiati honor[abilis] collegy pictorum, dauratorum, escultorum et brudatorum pr[ese]ntis oppidi P[er]p[i]ni[ani], dictum honor[abilis] collegium seu majorem et saniorem partem illius facientes celebrantes et representantes convocati et congregati in domo dicti honor[abilis] Ludovici Ribera scultoris, rectoris que pradicti ubi al[ia]s prosimilibus et alys dicti honor[abilis] collegy negotys peragendis et pertractandis solitisumus convocari et congregari (precedente licentia et potestate nobis concessa die p[rese]nti per mag[nifi]cum Dominicum Llembi V.I.D burgensem honoratum et matriculatum ac bajulum presentis oppidi P[er]p[i]ni[ani]) scientes et attendentes honor[abilis] Joannem Scribà dauratorem presentis oppidi (attenta potestate per presentem collegium seu verius per nos nomine dicti collegy ipsi attributa) accepisse ad forum censualis pro subveniendis necessitatibus ipsius collegy a Admodum Reverenda Comunitate dominorum presbiterorum parroquialis Ecclesia Sancti Joannis Ipsius oppidi summam seu quantitatem quinquaginta auri dupplarum ad rationem undessim librarum frantia pro duppla cum fidejussionibus Francisci Negra, Michaellis Bonet, et Antony Guerra dierum majoris pro ut latissime aparet cum instr[ument]o recepto in posse honor[abilis] Honorati Sunyer nott[ary] publici collegiati et mercatoris matriculati ipsius oppidi prima die mensis dezembris 1698, scientes etiam et attendentes postea cum instr[ument]o recepto per nott[ary] publicum infr[ascript]um die secunda dezembris ipsius anni p[rese]ntem collegium fecisse et firmasse dictis Scribà, Negra, Bonet et Guerra instr[ument]um indempnitatis in forma ratione dicti censualis, scientes etiam et attendentes dictum Joannem Scribà et suis proprys peccunys luisse et quitasse dicto Admodum Reverendo comunitati dominorum presbiterorum Sancti Joannis supradictum censsuale pro ut clare constat cum instr[ument]o recepto per dictum Sunyer nott[ary] die vigesima nona decembris proxime preteriti, scientes etiam et attendentes dictum Joannem Scribà nobis requisivisse et ad p[rese]ns requirere aut ipsi dandi et solvendi supradictas quinquaginta auri dupplas aut novam censualis impositionem faciendi supradictarum quinquaginta auri dupplarum et cum nihil magis justum quam per nos ipsi promissa integriter tenere et servare tam nomine dicti collegy quam nomine nostro proprio et cum ad p[rese]ns in dicto collegio peccunia aliqua non inveniantur ad dictam quantitatem solvendam et satisfaciendam ideo gratis tam nomine dicti collegy quam per nos et nostros heredes et successores quoscumque instr[ument]o tamen gratia luendi et quitandi mediante vendimus et ratione hujusmodi venditionis noviter imponimus (attenta luitione supradicta) statuimus creamus et assignamus tam in et super omnibus et singulis bonis nostris insimul et insolidum quam p[rese]ntis collegy vobis dicto Joanni Scriba dauratori et collego dicti collegy ibidem p[rese]nti et vestris duas auri dupplas cum dimidia ad rationem undessim librarum frantia pro duppla censuales annuales rendales et perpetuales de censuali mortuo vulgariter nuncupatas dandas solvendas prestandas atque portandas tam nostris et nostrorum proprys sumptibus expenssis et interesse quam dicti collegy ac risca periculo et fortuna nostris et nostros a dicti collegy in pecunia numerata extra tabulam et banchum vobis et vestris dicto Scribà et in domo vestra solita residentia et habitationis dummodo tamen sit intus p[rese]ntes comitatus in una tantum solutione anno qualibet sienda die prima Augusti (attento quod supradicta comunitas Sancti Joannis dicta die prima Augusti dictu[s] censsuale recipiebat et recuperabat) et incipiemus primam facere dare solvere atque portare solutionem dicta die prima Augusti proxime venturi et sich a cetero absque aliqua dilatione subpena et scriptura terty danda foro cum renuntiatione propry fori facultate semel et pluries variandi juditium cum salarys assuetis promittimus insuper dictum censuale capibreviare et recognoscere toties quoties pena quinquaginta solidorum dicta monetta pro qualibet vice danda ut supra et incontinenti et penes pro francho et libera alodiali Hac itaque facimus sicut melius icedendo jurament de quibus juribus nullo jure Hanc autem venditionem creationem et novam dicti censualis impositionem vobis et vestris facimus pretio dictarum quinquaginta auri dupplarum ad supradictam rationem quas penes uos de volontate nostra retinvistis et retinetis in solutum consimilium in quibus vobis tenemur causis et rationibus supradictis et sich renunsia et legi qua et si plus promittimus dictum censuale bonum facere tenerique de evictione pro quibus et dampnis obligamus vobis dicto Scribà et vestris tam omnia et singula bona nostra et cujuslibet nostrum insimul et insolidum quam redditus et emolumenta dicti collegy renunsia legi sive juri dicenti generalem obligationem non valere nech non spatiotrium vel quatuor mensium dilationis quinquenali et oblationi libelli longe sive longissime centenario et immemoriali prescriptioni ac ferys et nundinis et omnibus alys gratys privilegys juribus legibus et legitimis auxilys premissis quovismodo obvi antibus jurantes per quod juramentum non adstringimus nos nech nostros ad dandum et solvendum dictum censuale Die a diata fed ad complenda omnia alia supradicta juxta supradictorum omnium sceriem et thenorem. Testes qui infra. Et ego Honorati Albafulla nott[ary].

18Dicta die et incontinenti,
Ego Joannes Scribà daurator praedictus gratis, per me et meos, facio et firmo vobis supranominatis collegiatis p[rese]ntibus et dicto Collegio et successoribus illius instrum[entum] gratia luendi et quitandi supradictum censuale in forma convenio que promitto quod quotiescumque requisitus fuero seu mei requisiti fuerint a vobis dictis collegiatis seu illius successoribus satisfactus prius in dictis quinquaginta auri dupplicibus ad supradictam rationem qua ut preffertur sunt pretium dicti censualis pentionibus et porrata illius ach salario instr[ument]i numerando extra tabulam et banchum, quas solvere possitis in una tantum solutione faciam et firmabo seu mei facient et firma bunt vobis et vestris seu in dicto collegio successoribus instrum[entum] luitionis dicti censualis absque aliqua dilatione pro quibus et dampnis obligo omnia et singula bona mea renuns[ia] juran[te]s.
Testes Josephus Scribà sartor, Emmanuel Butaller juvenis scultor P[er]p[i]ni[ani] ambo et ego Honorati Albafulla nott[ary].

19Die 15 praedictorum Per[pinia]ni Regnante,
Honor[abilis] Ludovicus Ribera scultor et ad presens rector praedicti collegy de dauradors, pintors, brodadors, y scultors p[rese]ntis oppidi dicto nomine gratis firmavit apocham dicto honor[abilis] Joanni Scribà dauratori praedicto p[rese]nti de triginta libris et undessim denarys monetta frantia ad rationem trium argenti regalium pro libra qua sunt pro conssimilibus sibi solvere spectantibus pro sua cota parte luitionis et quitationis supradicti censualis pentionis duarum auri dupplarum cum dimidia masso vero prety et proprietatis quinquaginta auri dupplicium ad rationem undessim librarum frantia pro dupplice, facto legitimo computo ad rationem decem et octo collegorum componensium ad presens dictum collegium nomina quorum sunt scilicet scultorum Ludovici Generes, Francisci Negra, Michaellis Anglada, Gasparis Faritgla, Ludovici Ribera, Josephi Sunyer, Dominici Pellisser, nomina pictorum Antony Guerra majoris dierum, Antony Guerra dierum minoris, Joannis Godonyor, Raphaellis Barussa, nomina dauratorum Joannis Scribà, Alody Malet, Petri Daussi, Geronimi Hortosol, Franciscus Monader, Josephi Badell, et brudatoris Michaellis Bonet, habitis scilicet terdessim libras septem solidos et septem denaris frantia, cum monetta argenti realiter numerando, et residuas decem et septem libras très solidos et quatuor denarios que se li ha fet compenssatiò per consemblants se lin avia de donar y pagar tant per guastos avia fets contra lo dit collegi per fersse imposar lo sobredit censsal quant altrament. Dequibus renunsia. Et nihilominus volvit et expresse concenssit quo ad partem dicti Scribà cancellari lineari et anullari sich et taliter quod. Renunsia. Jurantes.
Testes honorabilis Petrus Dupre, Just Pistre botiguery ambo p[rese]ntis oppidi. Et ego Honorati Albafulla nott[ary].

20Doc. 3
1700, 15 février.
Acte d’imposition de la rente annuelle imposée sur le collège des peintres, doreurs, sculpteurs et brodeurs de la ville de Perpignan par Joan Escribà, doreur de Perpignan.
3 E 3/770 (minute insérée, non folioté).

21Universis et singulis serium presensium inspectoris attestur et fidem facio ego Honoratus Albafulla Guitart notarius publicus collegiatus oppidi Perpiniani Elnen[sis] Dioce[sys] tenens et possedens meis titulis publicus omnes escripturas alterius Honorati Albafulla etiam nottary publici Collegiati ejusdem oppidi patris mei quod instrumento recepto per dictum patrem meum die decima quarta february millessimo septingentessimo honor[abilis] Ludovicus Ribera esculptor et rector collegy pictorum, dauratorum, sculptorum et brodatorum dicti oppidi, Antonius Guerra major dierum pictor, Ludovicus Generes sculptor, Michael Anglada sculptor, Michael Bonet brodator, Hyeronimus Ortozol daurator, Petrus Daussy daurator, Antonius Guerra dierum minor pictor omnes collegiati in dicto collegio, nomine dicti collegy enpereos en successors eorum imposuerum in favorem honor[abilis] Joannis Scribà dauratoris ejusdem collegy quoddam censuale pensionis annua duamm auri duplicium cum dimidia massa vero praty et proprietatis quinquaginta auri duplicium ad rationem undecim librarum monetta francia pro duplice in pede cujus quidem censualis impositionis instrumenti subdie antem decima quinta pradictorum mensis et anni est et adinvenitos quoddam publicum appocha instrumentum cujus thenor sie se haber = Die decima quinta february millessimo septingentessimo Perpiniani Régnante Invictissimo et Gloriosissimo Prinicipe Ludovico decimo quarto dei gratia Francia et Navarra Rege Christianssimo honorabilis Ludovicus Ribera sculptor et ad presens Rector praedicti collegy de dauradors, pintors, brodadors y sculptors prasentis oppidi dicto nomine gratis firmavit appocham dicto honor[abilis] Joanni Scribà dauratori pradicto présenti de triginta libris et undecim denarys monette francia ad rationem trium regalium argenti pro libra qua sunt pro consimilibus sibi solvere spectantibus pro sua cota parte luisionis et quitationis supradicti censualis pentionis duanum auri duplarum cum dimidia masso vero praty et proprieatis quinquaginta auri duplicium ad rationem undecim librarum Francia pro duplice, facto legitimo computo ad rationem decem et octo collegorum compenentium ad presens dictum collegium nomina quiscun sunt, scilicet sculptorum Ludovici Generes, Francisci Negra, Michael Anglada, Gasparis Faritgla, Ludovici Ribera, Josephi Sunyer, Dominici Pellisser, nomina pictorum, Antony Guerra dierum minoris, Joannis Godonyor, Raphaelis Barussa, nomina dauratorum, Joanni Escriba, Alody Malet, Petri Daussy, Hyeronimi Ortozol, Francisci Monader, Josephum Badell, et brudatoris, Michaellis Bonet habitis scilicet terdecim libras septem solidos et septem denarios francia cum monetta argenti realiter numerando et residuas decem et septem libras très solidos et quatuor denarios que se ly ha fet compensatio per consemblants se ly avia de donar y pagar tant per guastos avia fets contra lo dit Collegi per ferse imposar lo sobredit censal quant altre. De quibus, renun[cia], et nihilominus voluit et expresse consensit quo ad part dicti Scriba cancellari lineari et anulla sich et taliter quod renun[cia], juran[te]s. Testes honorabilis Petrus Dupré, Just Pistre botyguery ambo presentis oppidi, et ego Honorat Albafulla nott[ary].

22Doc. 4
1700, 19 ocobre.
Michel Bonet, brodeur, est élu recteur.
3 E 3/799, fos 295-296.

23Le dix neuf octobre mil sept cens à Perpignan, Régnant très chrétien, très victorieux et très glorieux Prince Louis quatorzième, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre.
Convoqué et congregé le collège des peinctres, escolteurs, daurateurs, et brodeurs de la p[rése]nte ville, à la maison du sieur Louis Ribera escolteur et recteur du dit collège avec permission ce jourd’huy en écrits accordée pour le Magnifique Dominique Llamby, conceiller du Roy, docteur ez loix, et baille de la p[rése]nte ville dans laquelle convocation ont esté p[rése]nts : Louis Ribera escolteur et recteur dudit collège, Antoine Guerra Maieur peinctre, Louis Generes escoltor, François Negra escolteur, Gaspar Faritgla escolteur, Antoine Guerre meneur peinctre, Rafael Barussa peinctre, Gérome Hortosol daurateur, Michel Anglada escolteur, Michel Bonet brodeur, Aloy Malet daurateur, François Monader daurateur, Pierre Daussi daurateur.
Tous collégiés dudit collège, le dit collège ou du moins la plus grande partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants auxquels, comme il est dit convoqués, a esté faite pour dit recteur la proposition suivante.

24Messieurs,
la cause que vous aves esté convoqués est pour nous représenter comme le l’endemain de la feste de s[ai]nt Luc notre patron, qui est ce jourd’huy, selon les ordinations au dit collège accordées, tout consécutivement après avoir célébré un office de mors se doit faire et procéder à la nouvelle élection et nomination de recteur pour le bon gouvernement et régime du p[rése]nt collège et pour dit fet le dit Louis Ribera recteur pradit à mis en terne Messieurs Rafael Barussa peinctre, Gérome Hortosol daurateur, et Antoine Montells brodeur ainssi que vous vous servirez délivérer ce que vous trouveres à propos.
Laquelle proposition entendue a esté delivéré pour la plus grande partie du dit collège que la ditte terne est bien et duement faite quand aux perçonnes de Rafael Barussa et de Gérome Hortosol, mais non point à la perçonne de Antoine Montells pour n’avoir jamais péyé aucuns maux ni charges du présent collège ni comparu en aucune assamblée, ni même à esté jamais convoqué, et qu‘ainssi à la plasse du dit Montells soit mise la perçonne de Michel Bonet brodeur.
E[t] tout conséqutivement à esté nommé pour la plus grande partie du dit collège en recteur Michel Bonet brodeur, lequel Bonet présent en vertu du serment qu‘il a presté à notre Seigneur Dieu et à ces S[ai]nts quatre évangiles, a accepté la ditte charge de recteur et aussi convient et promet se porter bien et duement durant l’administration d’icelle, regarder l’utile et éviter le dangereux. Desquelles choses, témoins, Emmanuel Botaller jeune escolteur, Joseph Scribà tailleur de P[er]p[ign]an et Julien Selva praticien.

25Doc. 5
1700, 7 novembre.
Les confrères ayant payés leur part de la rente sont remboursés. Il est décidé de rembourser le capital de la rente et pas seulement les intérêts annuels.
3 E 3/799, fos 323-324.

26Le 7me novembre 1700 à Perpignan Régnant,
Convoqué et congrégé le collège des peintres, brodeurs, escolpteurs et daureurs de la p[rése]nte ville de P[er]p[ign]an, dans la maison du sieur Michel Bonet recteur du dit collège, en vertu de permission audit collège accordée ce jourd’huy par le Magnifique Dominique Llambi, conceiller du Roy, docteur ez loix, bourgeois noble et baille de ditte ville dans laquelle convocation et congrégation ont esté p[rése]nts :
Michel Bonet recteur, Antoine Guerra majeur peintre, Francois Monadié daureur, Francois Negra escolteur, Michel Anglada escolteur, Louis Ribera escolteur, Aloy Malet daureur, Gérome Hortosol daureur, Gaspar faritgla escolteur, Antoine Guerra meneur Peintre, Pierre Daussi daureur, tous collégiés du dit collège, le dit collège ou la plus grande partie d’icelluy faisants et représentants e[t] faite pour dit Bonet la proposition suivante. Messieurs,
la cause pour laquelle vous avez été assemblez, c’est pour vous représenter que avec l’assemblée tenue le second jour du mois de dézembre mil six cens nonante huit feut par le dit collège délivéré que pour pouvoir quitter et redimer les cinquante louis d’or que Jean Scribà au nom du dit collège prit de la très révérent[e] communauté d[e] prêtres de l’église parroissiale de S[ai]nt-Jean de la p[rése]nte ville, chaque collegié deuroit donner chaque année douze livres monoye de France, peyables sçavoir de trois en trois mois trois liures jusques à ce que se trouveroit les d[its] cinquante louis d’or affin de pouvoir quitter le dit censsal, ainssi que de présent se trouveroit quelqun des collégiés dudit collège qui n’auroit encore rien donné donc seroit fort juste et raisonnable délivérer (si vous trouvés bon) que dittes douze livres feussent rembourssées à ceux qui se trouveroint les avoir satisfaites, et que d’hors en avant ne se peyât aucune chose pour raison dudit censsal si non que dit censsal en cas de quittation se peyât des rentes et émoluments dudit collège non obstant la ditte délivération pour tout ce que vous vous servirés délivérer ce que vous trouverés à propos.
Laquelle proposition entendue, a eté pour tous d’un commun accord délivéré de la même manière qu’à eté proposé. Desquelles choses à eté requis le praticien bas escrit en retenir contract. Témoins Joseph Scribà tailleur de la p[rése]nte ville, François de Diu laboureur et Honoré Albafulla pratitien qui.

27Doc. 6
1701, 29 mai.
Admission au collège du doreur Pere Pinya et du sculpteur François Drullet.
3 E 3/800, fos 243-244.

28Le 29me May 1701 dans Perpignan Régnant,
Convoqué et congregé le collège des peintres, escolteurs, brodeurs, et daureurs de la p[rése]nte ville de Perpignan dans la maison du sieur Antoine Guerre majeur, peintre, doyen du dit collège d’ordre du dit Guerre attendu qu’il est dehors la ville, en vertu de permission à dit collège, le jour présent accordée, pour le magnifique Dominique Llamby, docteur en droit, bourgeois noble, conseiller du Roy et baille de ditte ville, dans laquelle convocation et congrégation ont esté présents : le dit Antoine Guerre doyen, Louis Generes escolteur, Jean Scribà daureur, François Monader daureur, François Negra escolteur, Louis Rivera escolteur, Michel Anglada escolteur, Jean Godanyor peintre, Gaspar Faritgla escolteur, Rafael Barusse peintre, Pierre Daussi daureur, Antoine Guerre meneur peintre, Gérome Hortosol daureur.
Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy, faisants, célébrants et représentants, auxquels ainsi convoquez à esté faite pour dit Guerre doyen la proposition suivante.
Messieurs,
la cause que je vous ay fait convoquer est pour vous représenter comme François Drullet, garçon escolteur, et Pierre Pinya, garçon daureur, nous auroint humblement supplié qu’attendeu qu’ils ont fait le temps de la pratique, et qu’ils ont fait recevoir l’information par devant monsieur le baille de la p[rése]nte ville, comme ils sont bons catoliques, apostoliques et romains, et aussi bons serviteurs du Roy, et avoir fait apparoitre de leur chef d’oubre, les voloir admettre dans notre collège affin de pouvoir jouir de tous les honneurs, salaires et prérogatives que nous jouissons selon les estatuts d’icelluy, offrant payer tous les frays et salaires qui ont accoutumé payer ceux qui se sont agréger au p[rése]nt collège.
Laquelle proposition entendue a esté pour tous delivéré qu’attendu que les dits Drullet et Pinya ont fait apparoitre de leur information, chef d’oubre et voyant quils s’offrent payer tous les frais e[t] dépens qui ont accoutumé payer ceux qui ont vouleu être agréger au p[rése]nt collège, que à ces causes les dits Drullet et Pinya soint agréger et admis, comme de p[rése]nt les agrègent et admettent au dit collège, jouissant de tous les honneurs, salaires et prerogatives que jouissent ceux qui composent dit collège selon les estatuts et règlements d’icelluy. Lesquels Drullet et Pinÿa présents, en vertu du serment par eux presté conviennent et promettent s’apporter bien e[t] duement et obéir aux ordres du recteur qui de p[rése]nt est, et à l’avenir sera, et payer tout ce que par le présent collège sera resolu e[t] ordonné. E[t] ainsi l’ont promis et juré. E[t] conséqutivement les dits surnommés ont déclaré et déclarent être contents e[t] satisfaits des dits Drullet et Pinÿa, de tous les salaires, propines e[t] flambeaux appartenants au p[rése]nt collège selon les estatuts et règlements. Desquelles choses on m’a requis rettenir contract. Témoins Jean Puig pratitien de nott[aire], Joseph Scribà vedeau du dit collège et moy Honore Albafulla nott[aire].

29Doc. 7
1701, 11 juin.
Accès à la maîtrise du doreur Pere Pinya.
112 Edt 68, fos 47 vo-48 vo.

30[En marge] Examen de peintre Pierre Pinya
Les très Illustres seigneurs consuls, les troiziesme et cinquiesme absents,
Anthoine Guerra major doyen du collège de peintres, doreurs, escolpteurs et brodadors, François Nègre, Michel Anglada, Louis Ribera, Gaspar Farigle, Anthoine Guerra meneur, Pierre Dauci, Rafel Barussa. Tous peintres, escoulpteurs, daureurs et brodedors resp[ectiv]e dudit collège assemblés dans la sala du conc[ei]l secret de la maison de ville de Perpignan attandu que par relation du dit Anthoine Guerra, au nom et du consentement et volonté de tous les cy-dessus nommés peintres, escolpteurs, daureurs et brodadeurs. Consta que Pierre Pinya, jeune doreur natif de la ville de Limous, a acompli tant en la preuve et testimonial de sa practique, vie et bones costumes, que autrement suivant les ordinations au dit collège accordées. Attandu aussy que par relation du dit Anthoine Guerre doyen, a consté de la suffisante intelligence et capacité dudit Pierre Pinya, presté par iceux et chaschun d’iceux le serment acoustomé entre les mains du dit Ill[ustr]e premier consul. Les autres présents hont approuvé et aloué le dit Pierre Pinya pour daureur publich de la p[rése]nte ville et comme tel veulent estre tenu et reputé. Et ainsin agrège au dit collège de peintres, daureurs, esculpteurs et brodadors de la p[résente] ville pour jouir et user des droits, privilèges et prerrogatives que jouissent et peuvent jouir ceux agrégés au dit collège. Et le dit Pierre Pinya remerciant aux dits seigneurs consuls de son agrégation, juré a nostre Seigneur Dieu entre les mains du dit Ill[ustr]e seign[eu]r premier consul en vertu duquel serment convient et promet qu’il s’aportera bien en l’exercice de la dite art de daureur, et servera et gardera les privilèges de dit collège et faira tout ce que les autres daureurs d’icelle sont tenus et obligés garder et observer. Dont acte. Tesmoins Jean Camps, Jean Minyart viguier et moy Charles Rovira secrétaire.

31Doc. 8
1701, 2 octobre.
Part de chacun des confrères pour la saint Luc. Il est décidé que sa célébration se ferait à présent au couvent des Dominicaines de Perpignan plutôt qu’à l’église Notre-Dame de la Real.
3 E 3/800, fos 287-288.

32Le 2me octobre 1701 dans Perpignan Régnant,
Convoqué et congregé le collège de peintres, escolteurs, brodeurs, et daureurs de la p[rése]nte ville de Perpignan dans la maison du sieur Michel Bonet, brodeur, de présent recteur du dit collège, d’ordre du dit recteur, en vertu de permission en écrits accordée par le magnifique Dominique Llamby, docteur en droit, bourgeois noble, conceiller du Roy et Baille de ditte ville dans laquelle convocation ont esté p[rése]nts : le dit Michel Bonet recteur pradit, François Negra escolteur, Jean Scribà daureur, Jean Godanyor peintre, Aloy Malet daureur, Louis Ribera escolteur, Antoine Guerra meneur peintre, François Monader daureur, Michel Anglada escolteur, Rafael Barussa peintre, Jean Pinya daureur, François Drullet escolteur,
Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi convoquez à esté faite pour dit Recteur la proposition suivante.
Messsieurs,
la cause par laquelle vous avez esté convoquez est pour vous représenter comme la feste de saint Luc notre patron et du p[rése]nt collège se trouve être le 18ème du mois courant pour le jour duquel le présent collège doit célébrer sa festivité, et comme pour la célébration d’icelle selon l’Item dix e[t] neuf de nos ordinations chaque collégié doit donner dix jours auparabant de ditte festivité trois livres france affin de satisfaire et payer les frais d’icelle, et comme ditte festivité se célèbre en l’Eglise collégiale de Notre-Dame de la Réal, ainssi vaudroit mieux la changer à l’église du couvent de Sainte-Chaterine de Sena, pour le profit du présent collège, et ainssi vous se représente affin de délivérer ce que vous trouverez à propos, et payer aussi les dittes trois livres chacun comme est dit.
Laquelle proposition entendue a esté delivérer que ditte feste se faisse au dit couvent de Sainte-Catherine de Sena pour moins dépens et profit du p[rése]nt collège avec toute la pompe que trouveront à propos les collégiez que pour cet effect seront nommez lesquels conjointement avec dit recteur porteront compte de tout ce quils auront dépencé, tant pour raison de ditte feste, que pour le office de mors que le l’endemain de ditte feste se célèbre, s’offrant chacun payer pour sa cote part ce qu’elle aura coûté. Et conséqutivement ont esté pour ces fins nommées les perçonnes des sieurs François Monader et Jean Godanyor Desquelles choses, témoins Joseph Scribà tailleur, Jean Puig pratitien de nott[aire] tous de P[er]p[ign]an et Julien Selva qui.

33Doc. 9
1701, 19 ocotbre.
Joan Escribà, doreur, est élu recteur.
3 E 3/800, fos 309-vo.

34Le 19me octobre 1701 à Perpignan Régnant,
Convoqué et congrégé le collège des peinctres, escolteurs, daurateurs, et brodeurs de la p[rése]nte ville à la maison du sieur Michel Bonet brodeur et recteur du dit collège avec permission ce jourd’huy en écrits accordée pour le Magnifique Dominique Llembi, conceiller du Roy, docteur ez loix et baille de la p[rése]nte ville, dans laquelle convocacion ont esté p[rése]nts : le dit Michel Bonet recteur, les sieurs Antoine Guerra majeur peinctre, François Monader daurateur, François Negra escolteur, Michel Anglada escolteur, Jean Godonyor peinctre, Antoine Guerra meneur peinctre, Pierre Daussi daurateur, François Drullet escolteur, Pierre Pinya daurateur.
Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou du moins la plus grande partie d’iceluy faisants, célébrants et représentants, auxquels comme il est dit convoquez à esté faite pour dit recteur la proposicion suivante.
Messieurs,
la cause que vous avez esté convoquéz, c’est pour vous représenter comme le l’endemain de la feste de s[ai]nt Luc notre patron qui est ce jourdhuy, selon le troisieme chapitre de les ordinacions au dit collège accordées tout conséqutivement après savoir célébré un office de mors se doit faire et procéder à la nouvelle élection et nominacion de recteur pour le bon gouvernement et régime du p[rése]nt collège, et pour dit fait, le dit Michel Bonet recteur pradit à mis en terna messieurs Jean Escribà daurateur, Jean Godonyor peintre, et Michel Anglada escolteur ainsi que vous vous servirez délivérer ce que vous trouverez à propos.
Laquelle proposicion entendue à esté delivéré pour la plus grande partie dudit collège que la ditte terne est bien et deuement faite. Et tout consécutivement à esté nommé pour la plus grande partie dudit collège en recteur Jean Escribà de cet acte absent. Desquelles choses, témoins Joseph Escribà tailleur, Jacques Regis cordonnier, tous de la p[rése]nte ville de Perpignan et Julien Selva nott[aire] qui.

35Doc. 10
1702, 8 janvier.
Répartition du paiement de la capitation.
3 E 3/801, fos 308-311.

36Le huit[iè]me janvier 1702 dans Perpignan Régnant,
Convoqué et congregé le collège des peintres, daureurs, bodeurs, y escolteurs de la présente ville de P[er]p[ign]an dans la maison du sieur Jean Scribà daureur la présente et curente année recteur du dit collège, d’ordre du dit Scribà en vertu de permission en scrits accordée le jourd’hier par le Magnifique Dominique Llemby, docteur ez loix, bourgeois noble, conceiller du Roy et baille de di[tt]e ville dans laquelle convocation et congrégation ont esté présents : le dit Jean Scribà daureur recteur, Anthoine Guerra majeur peintre, Louis Generes escolteur, François Monader daureur, François Negra escolteur, Michel Bonet brodeur, Michel Anglada escolteur, Jean Godanyor peintre, Louis Rivera escolteur, Rafael Barussa peintre, Gérome Hortosol peintre, Aloy Malet daureur.
Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy faisants célébrants et représentants auxquels ainssi convoquez à esté faite par dit recteur la proposition suivante.
Messieurs,
La cause par laquelle vous avez esté convoquez, est pour vous représenter comme Monsieur l’Intendant de la présente Province m’auroit envoyé, en la ditte qualité, une lettre, laquelle est comme s’en suit. Peintres, daureurs, escolteurs à Perpignan le 20ème decembre 1701, Messieurs la cour m’ayant ordonné (Inseratur) [répartition de la capitation], et ainssi vous vous servirez résoudre, comme trouverez à propos.
Et tout incontinent apprès avoir entendu lire la ditte lettre par le practitien du nott[aire] subsigné à esté délivéré pour tous d’un commun accord que tant la capitation de la p[rése]nte année que de l’année passée, attendeu qu’elle n’est point payée, soint satisfaites le plus tost qu’on pourra, et pour faire le répartiment des dittes capitations à esté délivéré, sçavoir par dit Scribà recteur, que chacun paye également c’est à dire tant l’un que l’autre, pour dit Guerra le même, pour dit Generes le mesme, pour dit Monader quil soit fait un tall premier, second e[t] troizième, nommant pour chacun une personne affin que chacun paye selon sa possibilité, pour Negra comme Scribà, pour dit Michel Bonet comme Scribà, pour dit Godanyor ut Monader, pour dit Rivera ut Scribà, Barussa que le tall se faisse comme le Roy l’a fait ; pour dit Hortosol ut Monader, et par dit Malet ut Monader et pour recevoir dittes capitations ont esté nommées les personnes de Louis Rivera et Rafel Barussa, conjointement avec dit recteur, leur donnant pour ce plein et puissant pouvoir. Desquelles choses ont requis le pratitien soubsigné en retenir contract. Témoins, Julien Selva nott[aire], Honofre Malega pratitien de nott[aire] et Honoré Albafulla et Guitart practitien qui au nom.

37Doc. 11
1702, 24 avril.
Michel Bonet rend les comptes de son année de rectorat.
3 E 3/801, fos 372-vo.

38Le 24e avril 1702 dans la ville de Perpignan Régnant,
Convoqué et congrégé le collège des peintres, daureurs, escolteurs et brodeurs de la présente ville de P[er]p[ign]an dans la maison du sieur Jean Scribà, daureur du dit collège, la présente et courante année recteur d’icelluy d’ordre du dit Scribà avec assistance personelle du Magnifique Dominique Llamby, docteur ez loix, bourgeois noble, conceiller du Roy et baille de dite ville, dans laquelle convocation et congrégation ont esté présents : le dit Jean Scribà recteur, Anthoine Guerra encien Peintre, Louis Generes escolteur, François Monader daureur, Michel Bonet brodeur, Michel Anglada escolteur, Louis Ribera escolteur, Rafel Barussa peintre, Gérome Hortosol peintre, Aloy Malet daureur et François Drullet escolteur.
Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou du moins la plus grande et saine partie d’icelluy faisants célébrants et représentants auxquels ainssi convoquez à esté faite par dit recteur la proposition suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle vous avez esté convoquez est pour vous représenter comme le dit sieur Michel Bonet souhaiteroit donner ses comptes de tout l’argent qu’il a receu du temps qu’il a esté recteur du dit collège. Et incontinent les dits collégiez ont délivéré que les dits comptes soint receus, attendeu qu’il se trouve être présent. Et conséqutivement le dit Bonet a donné ses comptes devant dit collège avec lesquels a fait apparoitre avoir receu pour raison de ce que dessus la somme de cent vingt huit livres dix sols et cinq monnoye de france, et avoir dépencé pour dit collège cent seize liures dix sols, ainssi que fait légitime calcol le dit Bonet reste devoir au dit collège la somme et quantité de douze livres dix sols et cinq de dite monnoye, laquelle quantité convient et promet donner et payer au dit collège, dans un mois à compter de ce jourd’huy en avant sans dilation ni détardement aucun à peine et scriture de tiers dénonssable à toutes cours au sor desquelles se soumet, et à son propre sor renonce pour tout ce qu’il a obligé tous ses biens avec serment. Et tout ensuite les dits collégiez (sans préjudice néantmoins de dite quantité confessée devoir) luy ont fait fin et diffinition pour être les dits comptes bien et duement donnez avec promesse de ne les jamais repéter ains au contraire. Desquelles choses, témoins, Honoré Albafulla et Guitart, Honofre Malega prat[i]t[ien] de nott[aire], et moy Honoré Albafulla nott[aire].

39Doc. 12
1702, 6 novembre.
Antoine Guerra le jeune, peintre, est élu recteur.
3 E 3/801, fo 304-vo.

40Le six[iè]me novembre 1702 dans Perpignan Régnant,
Convoqué et congrégé le collège des peintres, daureurs, brodeurs et escolteurs de la p[rése]nte ville dans la maison du sieur Jean Scribà daureur, recteur du dit collège, d’ordre du dit Scribà en vertu de permission en scrits, accordée par le magnifique Dominique Llemby, docteur ez loix, bourgeois noble, conseiller du Roy et baille de la ditte ville, dans laquelle convocation et congrégation ont esté présents : le dit Jean Scribà, Antoine Guerra majeur peintre, Louis Generes escolteur, François Negra escolteur, Michel Anglada escolteur, Michel Bonet brodeur, Louis Ribera escolteur, Antoine Guerra meneur peintre, Gérome Hortosol daureur, et Pierre Pinya daureur, tous collégiez du dit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants, auxquels ainssi convoquez à esté faite par dit recteur la proposition suivante.
Messieurs, la cause par laquelle vous avez esté convoquez est pour vous représenter comme chaque année, le l’endemain de la feste de Saint Luc, patron du dit collège, apprès célébré l‘office de morts selon le trois[iè]me chapitre de nos ordinations, se doit procéder à la nouvelle nomination de recteur (ce que pourtant la présente année n’a peu être fait à cause que dit jour le dit collège ne s’assembla point, étant cependant convoqué) pour le bon gouvernement et régime du dit collège. Et pour cet effait, le dit Scribà a mis en terne Messieurs François Negra, Raphael Barussa et Antoine Guerra meneur peintre, desquels pour être la ditte terna bien et duement faite à esté nommé et élu, pour la plus grande partie des dits collégiés, le dit sieur Antoine Guerra luy donnant tout le pouvoir que de droit à ces antécesseurs a esté donné. E[t] présent le dit Guerra en vertu du serment qu’il a presté à notre Seigneur Dieu et à ces Saints quatre évangiles accepte la ditte charge de recteur en vertu duquel convient et promet se porter bien et duement durant l’administration d’icelle, regarder l’utile, et éviter le dangereux. Desquelles choses, témoins Jean Puig prat[i]t[ien] de nott[aire], Joseph Scribà tailleur et bedeau du dit collège. Et Honoré Albafulla et Guitart practitien qui au nom.

41Doc. 13
1703, 2 août.
Geronim Hortosol, peintre, est nommé syndique, chargé du recouvrement de la rente annuelle.
3 E 3/801, fos 195-196.

42Le 2e août 1703 dans Perpignan Régnant,
Convoqué et congrégé le collège de peintres, brodeurs, escolteurs et daureurs de la p[rése]nte ville de P[er]p[ign]an, dans la maison du sieur Antoine Guerre meneur peintre de sa Magesté catholique, recteur dudit collège, en vertu de permission au dit collège accordée ce jourd’huy par le magnifique Dominique Llamby, conceiller du Roy, docteur es loix, bourgeois noble et baille de ditte ville, dans laquelle convocation et congrégation ont été présents, Antoine Guerre meneur peintre, recteur du dit collège, Antoine Guerre majeur peintre, Jean Scribà daureur, François Negra escolteur, Michel Bonet brodeur, Michel Anglada escolteur, Aloy Malet daureur, Pierre Pinya daureur, Gérome Hortosol daureur et Louis Ribera escolteur. Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants, auxquels ainssi convoquez a esté faite par dit régidor la proposition suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle je vous ay fait assembler, est pour vous représenter comme le dit sieur Scribà nous demende les pentions annuelles jusques à présent deues du censsal que le dit collège luy fait annuellement de pention annuelle vingt sept livres dix sols monnoye de France, et ainssi voiez de délivérer ce que vous trouverez à propos.
Laquelle proposition entendue a esté pour tous les dits collégiez d’un commun accord délivéré qu’affin de pouvoir payer une pention du dit censsal, les collégiez qui composent le p[rése]nt collège soint tenus et obligez donner et payer chacun d’iceux pour tout le p[rése]nt mois d’aoust, un escu en pièce le recouvrement duquel argent fairont le dit sieur recteur, et le bas nommés par lesquels leur sera faite quittance, les chargeant de faire le payement au dit sieur Scribà de l’argent qu’ils recevront en retirant quittance, et de l’argent qui leur restera en donneront à la fin de l’année bon et loyable comptes. Et conséqutivement, pour assister au dit sieur recteur en toutes les affaires concernantes à dit collège, et faire le dit recouvrement a esté nommé le dit sieur Gérome Hortosol en sindich du dit collège, lequel p[rése]nt accepte la ditte charge en laquelle convient et promet se porter bien et deuement et faire tout ce que semblants sindichs sont tenus et obligez, tant de droit que de consuétude, et aussi bien convient et promet donner bon et loyable compte de la recepte de dit argent. Dont acte. Témoins Joseph Scribà, tailleur et bedeau du dit collège, Jean Puig prat[i]t[ien] de nott[aire], tous de la p[rése]nte ville et moy Honoré Albafulla nott[aire].

43Doc. 14
1703, 19 octobre.
François Nègre, sculpteur, est élu recteur et Louis Ribera, sculpteur, est nommé syndique.
3 E 3/801, fos 203-204.
Le 19e octobre 1703 en Perpignan Régnant,
Convoqué e[t] congrégé le collège de peintres, daureurs, brodeurs, e[t] esculteurs de la p[rése]nte villa dans la maison du sieur Antoine Guerra meneur, peintre, e[t] recteur à présent du p[rése]nt collège, d’ordre du dit sieur Guerra, en verteu de permission en scrits accordée par le magnifique Dominique Llambi, d[octeu]r ez loix, bourgeois noble, conceiller du Roy et baille de la p[rése]nte ville le présent jour. Dans laquelle convocation et congrégation ont assisté e[t] esté présents le dit sieur Antoine Guerra recteur peintre, Antoine Guerra entien peintre, Louis Generes esculteur, Michel Anglada esculteur, Michel Bonet brodeur, Louis Ribera escolteur, Gérome hortosol daureur, Pierre Pinya daureur, Rafel Barussa peintre.
Tous collégiés, le dit collège ou la plus grande partie d’icelui faisans, célébrants, e[t] représentants auxquels ainssi convoqués à esté faite par dit sieur Guerra recteur la proposition soivante.
Messieurs,
la cause par laquelle vous aves esté convoqués est pour vous représenter en premier lieu comme touts les anys, le landemain de la feste du glorieux sainct Lluch, nostre patron e[t] du présent collège, après avoir célébré l’office de mors, selon le troisième chapitre des ordinations du présent collège se doit prosséder à la nouvelle nominnation de recteur pour le bun regime du p[rése]nt collège. E[t] pour cet effaict le dit Guerre au dit nom à faist terne ou nomination de trois perssonnes qui composent le p[rése]nt collège laquelle a esté présentée aux dits collègues pour en estre faite nomination d’una pour servir de recteur la présente année. En second lieu qu’il seroit nécessaire e[t] de toute utilité pour les efaires du p[rése]nt collège faire nomination d’un des messieurs qui composent le dit collège pour sindique, pour touts les efaires du dit collège, sur les quels points vous estes priés resudra se que boun vous samblara. Par lesquels sieurs colleguas, après avoir aprové la terna du dit Guerra, a esté nommé par pluralité de voix (par les dits sieurs collègues) en recteur du p[rése]nt collège, le sieur François Negra esculteur, luy donnant tout plein e[t] pouissant pouvoir, e[t] les mesmes honeurs et prorrogatives, que tant de droit comme de consuétude, à esté donné à ses prédécesseurs en dit charge jusques au p[rése]nt jour. E[t] présent le dit sieur François Negra, le dit charge acceptant, en verteu du serment qui ha presté à nostre Seigneur Dieu JesuChris, e[t] à ses quatre seincts évangiles ha promis, e[t] promet de se aporter bien et deuhement en dit charge, la utilité du dit collège regardant e[t] la inutilité évitant. Et quant au second point à esté par le dit collège nommé en sindique le sieur Louis Ribera, avech tous les honeurs selaires e[t] prerrogativas, pour tous les afaires du dit collège, prometant que tout ce qui faira le dit sindique le avoir pour agréable et ne révoquer soubs obligations de tous les biens rentes e[t] reveneux du p[rése]nt collège. Dont acte. Témoins mestre Joseph Colomer serrurier, Joseph Escriba talleur tous de la p[rése]nte ville et moy Honoré Albafulla nott[aire].

44Doc. 15
1703, 31 octobre.
Répartition entre les membres du collège de l’impôt sur la paille. Le collège rencontre des problèmes financiers en raison, d’une part du procès l’opposant au doreur Joseph Badell et aux Pellisser père et fils, de l’autre du paiement de la rente annuelle.
Le collège décide d’intenter un procès au chapitre de Perpignan qui a commandé un retable au sculpteur barcelonais Lazare Tremulles le Jeune.
Il est convenu de poursuivre Pere Pourrot qui fait des travaux de peinture à Perpignan sans payer les charges obligatoires au collège.
3 E 3/801, fos 225-226 vo.

45Le 31e octobre 1703 dans Perpignan Régnant,
Convoqué et congrégé le collège des peintres, brodeurs, escolteurs et daureurs de la p[rése]nte ville dans la maison du sieur Joseph Negra escolteur, la p[rése]nte et courante année recteur de dit collège, d’ordre du sieur Negra, en vertu de permission en scrits accordée par le magnifique Dominique llamby, docteur ez loix, bourgeois noble, conseiller du Roy, et baille de ditte ville dans laquelle convocation et congrégation ont assisté et esté présents le dit sieur Joseph Negra recteur, Antoine Guerra majeur peintre, Louis Generes escolteur, Rafel Barussa peintre, Aloy Malet daureur, Jean Scribà daureur, Michel Bonet brodeur, Gérome Hortosol daureur, Antoine Guerra meneur peintre du Roy Catolique, Gaspard Faritgla escolteur, Pierre Pinya daureur.
Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants, auxquells ainssi convoquez à esté faite par dit recteur la proposition suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle je vous ay fait assembler est pour vous représenter les propositions suivantes pour lesquelles vous delivérerez ce que trouverez à propos.
Premier point,
comme le dit sieur baille de la p[rése]nte ville demande que incessement le présent collège paye la paille qui est accoutumée tous les ans payer, pour le cervice de sa Magesté, sçavoir tant celle de présente et courante année, que des arrerages qui jusques à présent deubs, faute dequoy il fairoit éxéqution au présent collège et autres procédures convenables.
Second point,
que le présent collège tient necessité d’argent pour pouvoir payer tant les dépens du procès qu’il apporte contre Joseph Badell, et père et fils Pellicer, que pour payer une pention du censsal que annuellement le dit collège fait au dit sieur Scribà daureur, ce que vous se représente pour delivérerer ce que vous trouverez à propos.
Troisième point,
que la très r[é]v[ere]nte communauté de prêtres de l’église paroissiale de Saint-Jean-Baptiste de la p[rése]nte ville, fait apporter un nouveau retable de la citté de Barcelone pour mettre à la chapelle Notre-Dame-de-la-Conception de ditte église lequel a esté fait par Latzer Tremujas escolteur de la ditte cité de Barcelone. Lequel Latzer le voudroit faire monter ou mètre ce qu’il ne peut faire en force du chapitre quinzième des ordinations du dit collège faites vingt trois[iem]e octobre 1698, et comme pour la poursuite de cet affaire les dits sieurs recteur et Louis Ribera sindique doivent dépencer l’argent, qu’à ces causes le dit collège leur promette avoir pour agréable tout ce que par eux sera fait et depencé pour dit fait, et de leur remboursser tout l’argent qu’ils auront avancé pour dit collège.
Quatrième point,
que Pierre Purrot, peintre résident en la p[rése]nte ville, ne douteoit point faire des peintures dans la p[rése]nte ville sans payer aucune chose au présent collège, de la manière payent les collégiez d’icelluy. Que aussi bien se trouvent quelques-uns du présent collège qui travaillent hors la p[rése]nte ville sans qu’ils payent ni aydent à soupporter les meaux et charges dudit collège de la manière qui payent les collégiez qui travaillent en la p[rése]nte ville, et comme cela ne soit juste seroit nécessaire les constraindre à les faire payer et par conséquent faire quelque poursuite contre iceux, mais comme cela ne se puisse faire sans le consentement du p[rése]nt collège, à ces causes vous êtes priez résoudre ce que vous trouverez à propos.
Lesquelles propositions entendues a esté résolu pour la plus grande partie sçavoir, pour le premier point, que ladite paille soit payée incessemment au dit sieur baille faisant un taill lequel deura être fait par le sieur recteur, Michel Bonet, Jean Scribà, et Gérome Hortozol en enchargent pour cet effect le dit sieur recteur et sindique.
Pour le second point a esté résolu, en premier lieu, que pour pouvoir payer les frais du dit procès tous les collégiez du dit collège payeront tous les mois chacun une livre France, payable à l’avance, et quand à ce qui regarde de ce qui est deu du censsal du dit sieur Scribà, soit payé la moitié pour le jour de la Noël, et l’autre moitié pour le jour de Pasque de Résurrection tous prochains, et que pour pouvoir faire le dit payement soit fait un tall, les sieurs recteur, et Louis Ribera sindique, de la manière trouveront à propos leur donnant tout pouvoir.
Pour le trois[ièm]e point a esté délivéré que ditte poursuite soit faite, donnant tout pouvoir au dit sieur recteur et sindique et que l’argent qu’ils fairont apparoitre avoir avancé leur sera remboursé par le p[rése]nt collège. Pour le quatrième point, a esté résolu qui soit fait de la manière a esté proposé, donnant pouvoir au dit sieur recteur et sindique. Et conséqutivement les dits collégiez de leur bon gré et certaine science, ont cancellé et annulé l’obligation faite par le dit sieur Michel Bonet au présent collège, par acte recu en pouvoir du nott[aire] soubsigné le 24e avril 1703, laquelle étoit de douze liures dix sols et cinq deniers france attendu que le dit Bonet leur a fait apparoitre avoir tout payé et satisfait voulant le dit acte être cancellé, affin qu’en aucun temps ne puisse porter aucun préjudice audit Bonet ni être utile au dit collège et ainsi l’ont juré. Témoins Jean Puig prat[i]t[ien] de nott[aire], Jean Augé garçon mareschal tous de la p[rése]nte ville, et moy Honoré Albafulla nott[aire] et secrét[aire].

46Doc. 16
1703, 27 novembre.
Répartition entre les membres du collège de la capitation : le recteur et le syndique sont chargés de négocier son montant auprès de l’Intendant puisque plusieurs des confrères sont dans l’impossibilité de payer la somme demandée.
La proposition du recteur, de payer la rente annuelle à Joan Escribà, est acceptée.
3 E 3/801, fos 227-228.

47Le 27e jour du mois de novembre 1703 dans la ville de Perpignan diocèse d’Elna Régnant, Convoqué e[t] congrégé le collège de peintres, brodeurs, daureurs, et sculteurs de la p[rése]nte ville de Perpignan dans la maison du sieur François Nègre, esculteur de la mesme ville et la p[rése]nte année recteur dudit collège, de ordre du dit sieur recteur, en vertu de permission en scrits accordée le jour présent par le magnifique Francois Jordi Lobeirach, jutge du baille de dite ville (pour se trouver absent de la p[rése]nte ville le magnifique Dominique Llembi, d[octeu]r ez lois, bourjois noble, consillier du Roy e[t] baille de dite p[rése]nte ville). Dans la quelle convocation e[t] congrégation ont assisté e[t] esté présents. Le dit sieur recteur, Anthoine Guerra majeur peintre, Michel Anglada escolteur, Michel Bonet brodeur, Louis Ribera sculteur, Jean Godonyor peintre, Anthoine Guerra meneur peintre du Roy Catholique, e[t] Gérosme Ortosol daureur.
Tous collégiez dudit collège, le dit collège ou la plus grande partie faisants, célébrants, et représentants, auxquels ainsi convoqués a esté faicte par dit sieur recteur la proposition soivante.

48Messieurs,
la cause par laquelle on ha fet vos assambler est pour vous représenter deux points. Le premier est qu’il hi ha quelques jours que le sieur soubbaille de la p[rése]nte ville, d’ordre dudit sieur baille, a donné à moi un rolle pour faire le recouvrement de la capitation, que le p[rése]nt collège doit payer la p[rése]nte et courante année, important la summa et quantité de deux cents trois livres sept sols et onse deniers monoye de France, et aynsi vous priez résudra de la maniera voudrez soitfaite.
Second point,
vous estes bien cerviores comme le p[rése]nt collège fait e[t] faire dut annuelement au sieur Jean Escribà nostre collègue, un censsal ou constitution de rente pension annuelle deux pistoles et demi, à raison onse liures france chacune, et de capital sinquante pistoles à dita raison par vilore de vente, création et nouvelle imposition du dit censsal faicte par le p[rése]nt collège en faveur dudit Escribà par acte resseu par le nott[aire] soubsigné le 14e fevrier 1700. Et pour ce, il mi sable qu’il seroit mieux rachepter ou acquiter le dit censsal que non le soufrir, affein que nos héritiers soint en repos e[t] hors de obligation, voyant que la plus part des collégiez s’en vont du présent paihis et ainsi vous servirez résudra se que bon vous semblera.
Les quelles propositions entendues, à esté pour tous d’un commun accord délivéré que la ditte capitation soit payée et que avant de faire le recouvrement ils soient nommées deux personnes pour se conférer avec Monseigneur l’intendant et luy représenter que le p[rése]nt collège est dans l’impossibilité de pouvoir payer la quantité qu’on leur demande pour la ditte capitation à cause qu’il y à des collégiez qui sont hors du p[rése]nt pays et d’autres qui sont morts et qu’ainssi il aye la bonté de leur vouloir relever quelque chose, nommant en suite pour raison du susdit les dit recteur et Louis Ribera sindique leur donnant tout pouvoir. Et quand au second point à esté pour tous d’un commun accord délivéré (à la réserve par le dit sieur Jean Godanyor lequel à dit qu’il ne se trouvoit point dans la commodité) qu’affin que les collégiez qui composent le p[rése]nt collège et successeurs d’iceux soint hors d’obligation que pour cella le dit censsal soit redimé et acquitté au dit sieur Scribà, payant chaque collegié ce que montera pour sa cotte part. Desquelles choses ont requis le prat[i]t[ien] soubsigné retenir acte. Témoins Jean Puig, Joseph Pocoret tous prat[i]t[ien]s de nottaire et Honoré Albafulla et Guittart prat[i]t[ien] qui au nom.

49Doc. 17
1703, 18 décembre.
La rente annuelle est payée à Joan Escribà.
Joan Guadanyor, peintre, s’étant installé à Olot, et n’ayant pas payé sa part, le collège procède à la saisie de ses meubles. Le collège autorise le recteur et le syndique d’intenter un procès à ce peintre afin qu’il paye sa part.
3 E 3/801, fos 259-260.

50Le 18e décembre 1703 dans la ville de Perpignan,
Convoqué et congrégé le collège des peintres brodeurs daureurs et escolteurs de la p[rése]nte ville, dans la maison du sieur François Negra escolteur et la p[rése]nte et courante année recteur, en vertu de permission en scrits accordée par le magnifique Dominique Llamby docteur es loix, bourgeois noble, conseiller du Roy et baille de ditte ville, dans laquelle convocation et congrégation ont assisté et esté présents le dit sieur recteur, Antoine Guerra majeur, Louis Generes, Jean Scribà, Michel Anglada, Louis Ribera, Michel Bonet, Antoine Guerre meneur peintre du Roy Catolique, Gérome Hortozol, Pierre Pinya. Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi convoquez a esté faite par dit recteur la proposition suivante.

51Messieurs,
vous estes bien certiorez, et inorer ne pouvés, comme avec la dernière assemblée tenue par dit collège datée du 27e novembre dernier, feut delivéré que le censsal ou constitution de rente que le dit sieur Scribà reçoit, et recevoir doit annuelement le premier du mois d’aoust, tant sour les biens des collégiez que sour les rentes et revenus du dit collège, par titre de vente et nouvelle imposition du dit censsal faite par le p[rése]nt collège en faveur du dit sieur Scriba par acte receu en pouvoir du nott[aire] soubsigné le 14e février, feut loué et acquitté payant chaque collegié sa cotte part. Ensuite le dit sieur recteur ayant seu que le sieur Jean Godanyor collégiez du présent collège se voudroit transporter de la présente ville à la ville d’Aulot en Catalogne, hors l’obéissance de sa Magesté, à ces cauzes le dit sieur recteur sachant que le dit Godanyor ne tenait que des meubles et une maison hipotéquée à un censsal (pour être un des obligez au dit censsal), feut en obligation de luy faire cézir les dits meubles (de peur qu’il ne se les emportat, voyant qu’il ne fait qu’aller et venir de ditte ville d’Aulot à la présente ville) pour obtenir le payement tant de sa cotte part à luy appartenante à payer pour la luition et acquit d’icelluy, que pour la part appartenante à payer pour le même sujet à feu Damien Godonyor, collégié du dit collège, son honcle, obligé aussi au dit censsal pour en tenir le dit Jean Godonyor beaucoup des meubles, comme ce prouverait fort facilement pour lesquelles causes et raisons le dit recteur intenta procès en la cour de baillage de la p[rése]nte ville contre le dit Jean Godonyor. Pour ce que vous vous servirez résoudre ce que vous trouverez à propos et plus convenable. Laquelle proposition entendue a esté pour tous d’un commun accord délivéré que le dit Jean Godonyor payera seulement la part à luy appartenante à payer tant pour raison des pentions jusques à présent deues, que pour la luition et acquit d’icelluy, payant néantmoins tous les frais et dépens que jusques à présent se sont faits en dit procès, et que la part de son honcle le dit collège s’obligera comme de présent s’oblige la payer. Déclarant qu’en cas le dit Jean Godonyor ne vuille payer les dits frais et dépens, qu’en tel cas le dit procés soit continué jusques à santence diffinitive et royalle éxéqution d’icelle inclusive, donnant pour ce plein pouvoir au dit recteur, et Louis Ribera sindique dépenssant tout l’argent sera nécessaire. Dont acte. Témoins, Joseph Pacoret prat[i]t[ien] de nott[aire], Galderich Negra garçon escolteur. Et Honoré Albafulla et Guitart prat[i]t[ien] qui au nom.

52Doc. 18
1704, 17 janvier.
Paiement de la rente annuelle.
3 E 4/118, fos 6-vo.

53Le 17e janvier 1704 à Perpignan Régnant,
Le sieur Jean Scribà doreur de la présente ville de Perpignan de son bon gré a fait quittance au sieur Louis Ribera, sculpteur du dit Perpignan, tant en son nom propre que comme sindique du corps et collège des peintres, sculpteurs, daureurs et brodeurs du dit Perpignan présent, d’une part de vingt sept liures dix sols monnoye de france ou franchs au dit sieur Scribà deues pour une pencion eschue le premier aoust 1702 pour raison de ce censal ou rente constituée de pencion annuelle de semblable somme et de fonds et capital de cinq cents cinquante liures de la dite monnoye, que touts les ans le dit sieur Scribà en semblable jour, et terme reçoit et a acoustumé de recevoir sur les biens rentes reveneus et émoluments du dit collège, collégas et particuliers d’icelluy et d’un chacun d’eux, et d’autre part de huict liures quinze sols et quatre deniers de la dite monnoye de france au dit sieur Scribà aussy deues pour touts les fraix et despends (à la reserve du droit du Roy) faits en l’éxécution instée par le dit sieur Scribà contre le dit sieur Ribera en dits noms. Lesquelles deux sommes le dit Sieur Scribà confesse avoir eues et receues à ses volontés.
Desquelles se tient pour content et satisfait, renonceant a l’exception de n’avoir icelles eues et receus et en a fait la présent quitance et tout de mesme le dit sieur Scribà, sans aucune éviction ou garantye n’y restitucion des deux sommes a fait et donné au dit sieur Ribera en dits noms lieu et cession vers et contre les biens, rentes, reveneus émolumens du dit collège, collégas et particuliers d’icelluy, et d’un chacun d’eux pour le recouvrement de trente six liures cinq sols et quatre deniers de la dite monnoye de France à laquelle somme revienent les dites deux sommes bloytées. Faisant ses choses comme mieux dire, cédant et transférant le dit sieur Scribà au dit sieur Ribera touts droits et mettant le dit sieur Scribà au dit sieur Ribera à son lieu et plasse quand aux dits droits et ainsin l’a promis et juré. Témoins Isidore Tersols praticien de notaire, Antoine Artigas garson cirurgien de Perpignan et moy Joseph Jofre notaire.

54Doc. 19
1704, 28 janvier.
Répartition de la capitation : les membres rappellent que certains faisant office de soldats, le pouvoir pourrait faire preuve de clémence pour le paiement de celle-ci, car ils estiment qu’il s’agit-là d’une forme d’impôt.
3 E 3/802, fos 109-110.

55Le 28e Janvier 1704 dans la ville de Perpignan Régnant,
Convoqué et congregé le collège des peintres, brodeurs, daureurs et escolteurs de ditte ville, dans la maison du sieur François Negra, recteur du dit collège, d’ordre de luy même en vertu de permission ce jourd’huy verbalement accordée pour les choses bas escrites seulement par le magnifique Dominique Llamby, docteur ez loix, bourgeois noble, conseiller du Roy, et baille de ditte ville, dans laquelle convocation et congrégation ont assisté et esté présents le dit sieur François Negra, Louis Ribera, Antoine Guerra majeur, Antoine Guerra meneur peintre du Roy Catholique, Louis Generes, Jean Scriba, Michel Anglada, Gérome Hortosol, Aloy Malet, Gaspard Faritgla, Raphael Barussa, Pierre Pinya. Tous collégiez du dit collège, le dit collège ou du moins la plus grande et saine partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi convoquez à esté faite par le dit recteur la proposition suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle je vous ay fait assembler est pour vous représenter comme Monseigneur de Ponte, compte d’Albaret, Intendant du présent pays, m’a envoyé une lettre de sa propre main signée datée du vingt trois[ièm]e du courant, estant contenu en icelle de faire une répartition de la capitation que le p[rése]nt collège doit donner et payer la présente et courante année. Le theneur de laquelle lettre est comme s’en suit. A Perpignan, le 23 janvier 1704, Messieurs ayant reçeu l’ordre du Roy, Inceratur [répartition de la capitation], et ainssi vous n’avez que délivérer ce que bien vous semblera.
Et incontinent ayant entendeu la lecture de ditte lettre, à esté pour la plus grande parrtie délivéré, que la ditte capitation soit payée et que pour fasiliter le recouvrement il soit fait un taill à cinq bras nommant pour faire et lever icelluy les dits sieurs Jean Scribà, Raphael Barussa et Gaspard Faritgla, conjointement avec le regidor leur donnant tout pouvoir. Lesquels avant de faire la ditte répartition auront la bonté de se présenter à dit s[ieu]r Intendant pour le prier de leur vouloir relever quelque chose, attendu que tous les jours ne font que monter la garde pour le cervice de sa Magesté les uns comme soldats et les autres comme officiers, et voyant qu’il y a quelques collégiez qui sont hors du présent pays, et d’autres qui sont morts et qu’ainssi il aye la bonté d’avoir égard au cy dessus exposé. Dont acte. Témoins Joseph Pacoret prat[i]t[ien] de nott[aire], Guillaume Laporta metre cordognier et moy Honoré Albafulla Guitart nott[aire] qui au nom.

56Doc. 20
1704, 8 juin.
Il est convenu de racheter la moitié du capital sur lequel le collège paie une rente annuelle. Il est demandé aux autorités de pouvoir procéder à la vente aux enchères publiques des biens meubles de Jean Guadanyor qui avaient été saisis.
Il est interdit, sous peine d’amende, de proposer une œuvre à moindre prix lorsque le contrat est déjà signé avec un autre confrère.
3 E 3/802, fos 149-150 vo.

57Le 8e Juin 1704 à Perpignan Régnant,
Estant assemblé le collège d’esculpteurs, brodeurs, peintres et doreurs de la p[rése]nte ville de P[er]p[ign]an dans la maizon du s[ieu]r Negra esculpteur, et la p[rése]nte année recteur dudit collège en force de la permission audit collège accordée par le Magnifique François Jordi Labeyrach docteur ez loix et juge au siège ballif de la p[rése]nte ville durant l’absense de Magnifique Dominique Llembi, d[octeu]r ez loix, et baille de la p[rése]nte ville ce jourdhuy en laquelle assemblée ont intervenu et ont esté présans le dit François Negra recteur susdit, Antoyne Guerra majeur d’âge peintre, Jean Escrivà doreur, Michel Anglada esculpteur, Michel Bonet brodeur, Louis Rivera esculpteur, Aloy Malet doreur, Antoyne Guerra meneur d’âge peintre du Roy Catholique, Rafael Barussa peintre, Pierre Pinya doreur, Joseph Sunyer esculpteur, Gaspar faritgla esculpteur.
Tous collégiés audit collège la plus grande partie d’iceluy, faizants en représentants auxquels ainsi assemblés a esté faite par le dit Negra recteur les propozitions suyvantes.
Premier point,
Messieurs la cauze pour laquelle vous avez esté assemblés est pour vous repransanter que le p[rése]nt collège estant chargé de peyer annuellement au sieur Jean Scribà un censal pencion et rente annuelle de deux pistoles et demy douze livres piesse, et de cinquante louis d’or de fonds et capital. Lequel a esté impozé, crée et constitué par dit collège en faveur de d[it] Scribà par acte retenu par le nott[aire] soussigné. Le seroit bon et à propos que les collégiés du p[rése]nt collège payassent un chacun la quantité d’une pistole et demy a ditte raizon payable prestement le mois de novembre prochain au dit recteur, affinque la ditte somme fust employée pour la luytion et quitation de la moitié ou plus du susd[it] censal estant à ces fins le dit collège et collegiés d’iceluy déchargés de la dite moitié ou plus du susdit censal. Second point,
le présant collège apporteroit cauze et plet en la cour du baillage de la p[rése]nte ville contre Jean Godonyor en qualité d’héritier et légitime successeur et pocesseur de tous les biens qui furent de feu Damien Godonyor peintre, son oncle, pour les causes et raizons contenues audit procès, en vertu duquel le p[rése]nt collège auroit fait saizir entre les mains et pouvoir de T... fermier de la maizon dud[it] Jean Godonyor, quelques meubles et effets dudit Godonyor desquels se constitua caucion le sieur Antoyne Guerra meneur d’âge, descrits et continués en l’inventaire fait par Charles Morat huyssier. Lesquels meubles de jour en jour suzent et dissipent et diminuent de leur valeur. C’est pourquoy seroit nécessaire présanter requ[est]e au juge du baille affin de vouloir donner permisson au p[rése]nt collège pour procéder à la vente au publich enchères de tous les d[its] meubles et iceux délivrés au plus offrant et l’argent en proviendra estre delivré au p[rése]nt collège offrant le dit collège le dit argent rendre et restituer à la personne que par le dit juge sera indiqué ou passer la dite somme en compte et déduction de ce que le dit Godonyor doit et est obligé au p[rése]nt collège.
Troisième point,
L’expérience nous apprend tous les jours qu’entre les collégiés du présent collège se suscitent et originent beaucoup de troubles à cause que quand quelqun de ceux qui composent le p[rése]nt collège a accordé et passé obligation de quelque entreprise de retable ou autres choses pour certain prix ne manque que autres collegiés qui par anvition voulent causer quelque trouble s’offrant faire la d[ite] entreprise pour un prix plus médiocre de ce qu’est accordé, et que pour éviter et remédier au susdit de cejourdhuy en avant aucun collegié, apprès que aura esté faite quelque entreprise, ne pourra se présanter ny offrir faire la d[ite] entreprise pour autre prix sous la peine de deux cent livres France aplicable à utilité du p[rése]nt collège.
Par lesquels collegiés d’une voix, à la rézerve du s[ieur] Rafael Barussa lequel a declaré consentir en aucune manière à faire le dit remboursement sinon qu’il prétend peyer la pencion dud[it] censal, a esté résolu quand au p[remie]r point qu’ils s’offrent peyer chacun deux la d[ite] pistole et demy comme cy dessus est dit expozé à peine de tiers et obligation de tous leurs biens. Sur le second a esté d’un commun accort délivéré que soit demandée la permission avec la d[itte] offre et les d[its] biens vendus comme demes est propozé, à la rézerve dud[it] Barussa qu’a dit ny point consentir. Quant au troizième et dernier point a esté par tous rendu, à la rézerve dudit sieur Rivera lequel a declaré hy protester expressement d’autant qu’il a dejà accordé l’entreprize du retable major du lieu de Corbera, comme il a esté cy dessus proposé a la rézerve que quand aucun collegié aura fait quelque entreprise, soit par escripture privée ou contract, d’hors en avant soit obligé incontinant icelle faite le dénoncer au recteur dud[it] collège affin d’éviter tout trouble et empêchement. Desquelles choses, témoins Jean Puig pra[t]i[tien] de nottaire, Joseph Escrivà m[estr]e tailleur tous de P[er]p[igna]n. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

58Doc. 21
1704, 12 octobre.
Répartition pour le paiement de la capitation.
3 E3802, fos 181-vo.

59Le 12e octobre 1704 à Perpignan,
Estant assemblé l’honor[able] collège de peintres, brodeurs, daureurs et sculpteurs de la ville de P[er]p[igna]n dans la maizon du s[ieu]r François Negra, sculpteur, et la courante année recteur dud[it] collège, en force de permission ce jourd’huy par escrit obtenue du magnifique François Balanda, d[octeu]r es loix, et autre des juges au siège ballif de la p[rése]nte ville, par l’abzance du noble Dominique Llenbi, d[octeu]r es loix et baille de la p[rése]nte ville, dans laquelle assemblée ont este p[rése]nts et ont intervenu le dit sieur Negra recteur, Antoine Guerra majeur d’âge, Michel Anglada, Michel Bonet, Louis Ribera, Antoyne Guerra meneur d’âge peintre du Roy catholique, Aloy Malet, Pierre Pinya. Tous collegiés, agrégés audit collège, la plus grande et majeur partie d’iceluy faizant et représentant, auxquels ainsi assemblés a esté faite par le d[it] s[ieu]r recteur la propo zition suivante.
Messieurs,
la cauze pour laquelle vous avez esté assemblés est pour vous represanter comme le sieur baille de la p[rése]nte ville m’a demandé par plusieurs fois la paille, laquelle le p[rése]nt collège a coutume donner par le service de sa Majesté, ainsi je vous prie délibérer ce que vous trouverez agréable.
Laquelle proposition ouÿe a esté délibéré par tous les d[its] collégiés, unanimes et concordes, que la ditte paille soit péyée et que pour cet effet soit fait un taill égal, lequel sera péyé par les collégiés qui composent le présent collège, esgalement nommant pour cest effet, pour faire le recouvrement de d[it] taill, le recteur que pour l’on se trouvera dud[it] collège, luy donnant à cest effet tout pouvoir. Desquelles choses, témoins Jaques Xinxet prat[i]t[ien], Joseph Escrivà m[estr]e tailleur tous de P[er]p[igna]n. Et Honoré Albafulla et Guitart nott[aire] qui au nom.

60Doc. 22
1704, 20 octobre.
Rafael Barussa, peintre, est élu recteur.
3 E 3/802, fos 183-184.

61Le 20e octobre mille sept cens quatre dans la ville de Perpignan diocèze d’Elne Régnant, Estant assemblé l’honor[able] collège de peintres, doreurs, brodeurs et esculpteurs de la présant[e] ville de Perpignan, dans la maizon du sieur François Negra, m[estr]e sculpteur, et la courante année recteur dudit collège, apprès avoir obtenu permission par escrit cejourdhuy du noble François Jordi escuyer, docteur ez loix, et juge au siège ballif de la présante ville par abzanse du noble Dominique Llenbi, aussi escuyer, et baille de la présante ville. Dans laquelle assemblée ont esté presans et ont intervenu en personne le dit sieur François Negra, recteur susdit, Antoine Guerra mâgeur d’âge, Louis Generes, Jean Escrivà, Michel Bonet, Antoyne Guerra meneur d’âge peintre du Roy Catholique, Aloy Malet, Rafel Barussa, Pierre Pinya. Tous collégiés dudit collège, la plus grande partie d’iceluy faizant et reprézentant, auxquels ainsi assemblés à esté faite par le dit sieur recteur la propozition suyvante.
Messieurs,
le motif et cause pour lequel vous aves esté assemblés est pour vous représanter comme tous les ans en pareill et semblable temps et apprès la feste de S[ai]nt Luch patron du collège, le présant collège a accoutumé s’assembler pour procéder à nouvelle élection et nomination de recteur dud[it] collège en force de l’article troizième des ordinations du présant collège pour le bon régime d’iceluy apprès avoir le dit sieur recteur fait terne et nomination de trois collegiés dud[it] collège, laquelle à esté présantée aux dits collegiés pour estre faite nomination d’une personne du présant collège pour servir de recteur d’icelui, sur quoi je vous prie délibérer ce que bon vous semblera à plus grande utilité dudit collège. Laquelle propozition ouÿe, et apprés avoir approuvé la terne présantée par le dit s[ieu]r recteur, à esté par la plus grande partie des dits collégiés, nommé et élu en recteur dud[it] collège pour la présante année au sieur Rafel Barussa, lequel jouira de tous les honneurs, prorrogatives que ses prédecesseurs, tant de droit que de coutume ont jouy. Et icy présant le dit sieur Rafel Barussa agréant la ditte élection à sa faveur faite en vertu du serment par luy cy-bas presté à nostre Seigneur Dieu et à ses quatre s[ain]ts évangiles, par l’appozition de sa main droite sur ces présantes a promis se bien et loyalement porter en la ditte charge et procurer tout ce qui sera utile aud[it] collège et éviter tout ce qui luy pourroit estre pernicieux et domageux, comme aussi rendre bon et loyal compte aud[it] collège à la fin de son administration soubs obligat[ion] de ses biens avec serment. Et ensuite a esté déliberé par tous les d[its] collégiés, conformément que parce que le dit collège donnoit et peyoit tous les ans au bedeau dud[it] collège pour toutes les juntes et festivités la somme de huyt franchs. C’est pourquoy se donnera et peyera seulem[en]t aud[it] bedeau pour chaque junte dix sols France et pour la feste de S[ain]t Luch complies, office cantar, six réaux argent. Desquelles chozes ont requis le nott[aire] soussigné en retenir le présant acte. Témoins Jaques Xinxet prat[i]t[ien], Emanuel Batallé garçon sculpteur tous de P[er]p[igna]n. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

62Doc. 23
1704, 22 octobre.
Paiement de la rente annuelle.
3 E 6/12, fos 143-144.

63Le 22e octobre 1704 en Perpignan Rég[na]nt,
Le sieur Jean Escriba doreur de cette ville de Perpignan de son bon gré et certaine sciance a confessé et confesse avoir eu et receu du sieur Louis Ribera, sculpteur du dit Perpignan, en qualité de sindic passé du collège des pintres, sculpteurs, doreurs et brodeurs de la dite ville de Perpignan icy présant, la somme de douze livres seize sols et cinq deniers monoye de France à raizon de trois réaux d’argent pour chaque livre qui sont sçavoir, sept livres six sols et huit deniers à compliment de celles vingt sept livres dix sols de la dite monnoye pour une pension de censal de pension annuelle de pareilles vingt sept livres dix sols que tous les ans, à perpetuité, en argent comptant, hors tout lieu de dépost en une seule paye faisable le premier du mois d’aoust le dit sieur Jean Escriba reçoit et acoustume recevoir sur le dit collège et particuliers d’icelluy, par titre de vante, et nouvelle imposition, création et assignation dudit censal par le dit collège et particuliers d’icelluy au dit sieur Escriba faite par acte receu par le sieur Honoré Albafulla nott[aire] du collège de la ville de Perp[ign]an le 14e février 1700. Et les restantes cinq livres neuf sols et 9 deniers pour les dépands contre les biens du dit Ribera en la susdite qualité faits pour le recouvrement des dites sept livres six sols et huit deniers, sçavoir quinze sols pour les lettres d’exécution et coppie d’icelles, une livre six sous et huit deniers pour la coppie de l’acte d’imposition du dit censsal, quatorze sols et huit deniers pour le droit du Roy de la dite exécution, deux livres pour la vacation du serjant, et treize sols cinq deniers pour les droits de controlle de la dite saizie, lesquelles a eues et receus en argent comptant et prézances du soubstitut du nottaire soubsigné, et témoins cy-après nommés en monnoye d’or et d’icelles se tient pour content et satisfait renonçant à l’exception de n’avoir eues ny receues et du denier non compté et luy en fait la présente quittance. Et néantmoins par pacte exprès, sans aucune éviction ny restitution, de la dite somme ny obligacion de ses biens. Le dit sieur Jean Escriba a fait et fermé au dit sieur Louis Ribera, en la susdite qualité icy, comme il est dit présent et à ses héritiers, et successeurs lieu et cession vers et contre les biens d’un chacun des particuliers du dit collège pour le recouvrement de la dite somme par le dit Ribera en la susdite qualité au dit sieur Escriba payée par les raizons susdites. Lesquelles choses fait et faire entend, cédant et transférant tous les droits et actions le mettant pour cet effect en son lieu et place affin qu’il puisse demender, exhiger et recevoir des dits collègues et d’un chacun d’iceux les dites douze livres seize sols et cinq deniers de la dite monnoye de la mesme manière que le dit sieur Escriba le pouvoit auparevant de luy faire la présante quittance et à cet effect faire quittances, dénoncer peines de tiers, pister, écecutions et autres choses utilles et nécessaires. Desquels droits e[t] actions s’en depuille, et nul devers soy ny de ses héritiers en réserve et au dit sieur Ribera en envestit, et ainsy l’a promis et juré. Tesmoins le sieur Antoine Llimos marchand droguisste habitant au lieu de Baixàs, Joseph Farré menuisier de cette ville de Perp[ign]an. Et moy Raymond Garriga nott[aire].

64Doc. 24
1704, 3 novembre.
François Nègre, ancien recteur, et Louis Ribera, ancien syndique, rendent les comptes de leur activité.
Louis Ribera demande à quitter ces fonctions.
3 E 3/802, fos 189-190.

65Le 3 novembre 1704 à P[er]p[igna]n Régnant,
Estant assemblé l’honor[able] collège de peintres, doreurs, brodeurs et sculpteurs de la ville de P[er]p[igna]ndans la maizon du sieur Rafael Barussa, recteur dud[it] collège, et de son ordre avec l’assistence du noble Dominique Llenbi, escuyer, d[octeu]r es loix, con[seille]r du Roy et baille de la p[rése]nte ville, dans laquelle assemblée ont este présans et ont intervenu en personne le d[it] s[ieu]r Rafael Barussa recteur, Antoyne Guerra majeur d’âge, Jean Escrivà, François Negra, Louis Ribera, Aloy Malet, Gérosme Hortozol, Antoyne Guerra meneur d’âge peintre de sa Mag[es]té Catholique, Michel Bonet, Pierre Pinya, Joseph Sunyer. Tous collégiés dud[it] collège, la plus grande partie d’iceluy faizant et reprézentant auxquels ainsi assemblés a esté faite par dit s[ieu]r recteur la propozition suivante.
Messieurs,
la cause pour laquelle vous aves esté convoqués et assemblés est pour vous représenter que le sieur Louis Ribera sindique du présant collège et le s[ieu]r François Negra recteur l’année dernière du prézant collège devoint donner les comptes de tout ce qu’ils ont receu et peyé comme sindique et recteur et conséqutivement sy le p[rése]nt le trouve à propos sans notte d’infamie révoquer led[it] s[ieu]r Ribera dud[it] pouvoir de sindique sur ce que vous estes priés résoudre de la meilleure manière vous trouverés à propos.
Lesquels ouÿe ditte propozition ont rézolu que les d[its] s[ieurs] Ribera et Negra l’un apprès l’autre donnent à présant les d[its] comptes en présance dud[it] collège. En vertu de laquelle rézolution tout inconti[nent] led[it] s[ieu]r Louis Ribera a donné ses comptes en vertu desquels a fait pleinement apparoistre avoir receu jusques le p[rése]nt jour pour et au nom de dit collège la somme et quantité de trante six livres douze sols France et avoir peyé la quantité de trante une livre deux sols et huyt deniers de la d[itte] monoye ainsi que faite computation de ce qu’il a receu avec ce qu’il a peyé avons trouvé led[it] Louis Ribera deboir au p[rése]nt collège la somme de cinq livres neuf sols et quatre lequel Ribera ayant veu ce qu’il restoit deboir à repondu qu’il le remboursseroit à un chacun des sieurs collégiés qu’il avoit receu. Et le d[it] collège inconti[nent] a rézolu que le d[it] Ribera peyera la d[ite] somme présantement au d[it] collège et pour luy au s[ieu]r recteur lequel Ribera a demendé au p[rése]nt collège luy accorder deux mois à compter de ce jourdhuy en avant pour pouvoir satisfaire lad[it]e somme et luy donner tout pouvoir de exiger en recouvrer de tous ceux qui se trouveront débiteurs au taill fait l’année du rectorat du sieur Negra lequel collège luy a accordé pour faire le d[it] peyement les d[its] deux mois comme auussi luy a donné et donne pouvoir aud[it] Ribera de recouvrer de tous ceux qui sont débiteurs aud[it] tall par toutes voyes de justice en cas de besoing lequel Ribera a promis et promet donner et peyer au d[it] collège dans deux mois à compter du p[rése]nt jour en avant les d[ites] cinq livres neuf sols et quatre sans delai à peine de tiers et obligat[ion] de ses biens. Et conséqutivement le d[it] s[ieu]r Negra a donné ses comptes en vertu desquels a fait apparoistre avoir receu par compte de d[it] collège pendant le d[it] temps de son rectorat la somme et quantité de trante trois livres France et avoir péyé la quantité de trante six livres seize sols et dix de d[itte] monoye ainsi que fait légitime calcul des entrées avec d[ittes] sorties avons trouvé le d[it] Negra estre créancié et le d[it] collège a luy débiteur en la somme de trois livres seize sols et dix deniers laquelle somme luy à esté tout incont[inent] en p[rése]nces des témoins et moy nott[aire] soussigné par le d[it] collège peyées en argent comptant ainsi que ont fait et font aux dits Negra et Ribera (moyennant que d[it] Ribera peyera ce qu’il a reste relicataire comme cy dessus est dit) fin et diffinition des d[its] comptes en forme avec promesse de ne leurs demender aucone choze pour raizon du susd[it]. Et conséqutivement sans note d’infamie entre les d[its] collégiés révoqué et révoquent le d[it] Ribera de sindique du p[rése]nt collège sans préjudice comme cy dessus est dit du recouvrement de ceux qui doivent du dit tall voulant le p[rése]nt acte estre fait avec toutes les clauses et renun[ciations] à ce nécessaires avec serment. Témoins Joseph Escrivà m[estr]e tailleur bedeau dud[it] collège, Jean Puig prat[i]t[ien] de nott[aire]. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

66Doc. 25
1704, 29 novembre.
Répartition de la capitation.
3 E 3/802, fos 213-214.

67Le 29e novembre 1704 à Perpignan dioc[èse] d’Elne Régnant,
Estant assemblé l’honor[able] collège de peintres, brodeurs, doreurs et sculpteurs de la p[rése]nte ville de Perpignan, dans la maison du sieur Rafel Barussa, peintre la présente et courante année recteur du dit collège, apprès avoir obtenu permission par escrit cejourdhuy accordée par le noble Dominique Llenbi, escuyer et baille de la p[rése]nte ville. Dans laquelle convocation ont esté présans et ont intervenu en personne le dit s[ieu]r Barussa recteur susdit, Antoyne Guerra majeur d’âge, Jean Escrivà, François Negra, Louis Ribera, Michel Bonet, Antoyne Guerra meneur d’âge peintre de sa Magesté Catolique, Pierre Pinya, Louis Generes, tous collégiés dud[it] collège, la majeur partie d’iceux faizant et représentant auxquels ainsi assemblés a esté faite par led[it] s[ieu]r recteur la propozition suyvante.
Messieurs,
la cause pour laquelle vous aves esté convoqués et assemblés est pour vous représanter comme Monseigneur l’Intendant de la p[rése]nte Province a envoyé au p[rése]nt collège une letre signée de sa propre main, dattée du premier du courant mois, portant ordre du peyement de la somme de deux cent quatre livres quatre sols et six monnoye de France, pour la cotte part que le p[rése]nt collège doit supporter pour raizon du droit de capitation de la courante année laquelle letre est de theneur suivant. À Perpignan Inseratur [répartition de la capitation]. Ainsi je vous prie délibérer de la manière il faut que le p[rése]nt collège se prene pour procéder au peyement dudit droit et à la répartition d’iceluy à la plus grande utilité et moins dommage du p[rése]nt collège. Laquelle proposition ouÿe à esté par tous les susd[its] collégiés délibéré que lad[it]e somme de 204 [livres] 4 [sous] 6 [deniers] soit péyée, et que pour cest effet soit fait un tall et répartition nommant pour cest effet entalladors le sieur Barussa recteur susdit, Jean Escrivà, Ant[oine] Guerra meneur d’âge et Michel Bonet. Desquelles choses, témoins Jaques Xinxet prat[i]t[ien], Joseph Escrivà m[estr]e tailleur tous de P[er]p[igna]n. Et moy Honoré Albafulla nott[aire] et secrett[aire].

68Doc. 26
1705, 19 octobre.
Gaspard Faritgle, sculpteur, est élu recteur.
3 E 3/803, fos 218 vo-219 vo.

69Le 19e 8bre 1705 à Perpignan,
Faicte la assemblée de collège des sieurs peintres, brodeurs, esculteurs, e[t] daureurs de la p[rése]nte très fidelle ville de Perpignan, dans la maison du sieur Raphael Barussa peintre e[t] la p[rése]nte année recteur dudit collège de ordre du dit M[onsieu] r recteur, aihant fait aparoistre de la permission en escrits concedée par le magnifique Dominique Llenbi, bourgeois noble, d[octeu]r ez loix, conceillier du Roy et baille de la p[rése]nte ville, en laquelle convocation et congrégation ou assemblée ont esté présents : le dit sieur Rafael Barussa recteur, Llouis Generes esculteur, Jean Escribà daureur, François Negre esculteur, Michel Bonet brodeur, Aloy Malet daureur, Gérosme Ortosol daureur, Anthoine Guerra peintre, Michel Anglada esculteur, Gaspar Farigle esculteur, Pierre Pinya daureur, Dominique Pellisser esculteur. Tous collègues de dit collège, le dit collège ou la plus grande partie d’icelui faisants, célébrants e[t] représentants auxquels ainssi convoqués a esté par le dit sieur recteur faita la proposition soivante.
Messieurs,
tous les anys, le landemain du glorieux S[ain]t Lluch (nostre patron) le p[rése]nt collège acostoume se convoquer e[t] asssembler affein de faire nouvelle élection de rector soivant les ordinations du p[rése]nt collège, pour el bon regime d’icelui, et ainssi vous estes priez vouloir prosséder par vots secrets à la dite nouvelle nommination de recteur. Laquelle proposition entendeue a esté tout incontinent prossédé à la nouvelle nomination de nouveau recteur pour servir la présente année et a esté nommé pour pluralité de voix le sieur Gaspar Fricle esculteur, avech touts les honeurs, selaires et prorrogatives. Lequel p[rése]nt le dit charge acceptant ha promis se apporter bien et deuhement pendent le temps de son rectorat, la utill[it] é dudit collège e[t] ses collègues procurant e[t] l’inutile évitant, e[t] faire tout ce que par ses prédessesseurs en dit charge ont fait tant de droit que de consuétude et observer et faire observer les ordinations dudit collège pour tout ce que ha obligé e[t] obliga touts ses biens avech serment. Tesmoins Joseph Escribà andador de dit collège, François Bel rostisseur touts de la p[rése]nte ville e[t] moy Honoré Albafulla nott[aire] et secrett[aire].

70Doc. 27
1710, 26 octobre.
Michel Bonet, brodeur, est élu recteur.
3 E 3/808, fos 335-vo.

71Le 26e 8bre 1710 à P[er]p[ign]an,
Assemblé le collège de sieurs peintres, daureurs, esculteurs, et broudeurs de la p[rése]nte ville en la maison du sieur Gérosme Ortosol daureur de la p[rése]nte ville la présente année recteur dudit collège, aihant pour ces feins obtenue permission en scrits le jour p[rése]nt accordée par M[onsieu]r Jean Lafita, conseillier du Roy et baille de la p[rése]nte ville, en laquelle assemblée ont esté p[rése]nts : le dit sieur Ortosol recteur, François Negra esculteur, Louis Ribera esculteur, Michel Bonet brodeur, Dominique Pellisser esculteur, Pierre Pinya daureur. Tous de la p[rése]nte ville, le dit collège ou la plus grande partie de icelui faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi convoqués a esté faite la propossission comme s’en suit.

72Messieurs,
la cause par laquelle habes esté convoqués est pour vous représenter comme le parel jour, le p[rése]nt cors acotoume de nouveau faire nomination de nouvel recteur pour le boun regime du présent cors, et ainssi voyez de faire nominacion de nouvel recteur pour le boun régime du p[rése]nt cors et ainssi voyez de faire la nominacion de celui qui trouverez plus à propos. Laquelle proposission entendue a esté par pluralité de voix nommé en regidor le sieur Michel Bonet lequel p[rése]nt, acceptant le dit charge, ha promis de se aporter bien et deuhement en le régime de sa sarge, la utilité du p[rése]nt collège procurant et la inutilité évitant, et faire et de la mesme manière que jusques au p[rése]nt par ses prédessesseurs a esté fait et observé pour tout ce que ha obligé tous ses biens, et ainssi l’a promis et juré. Témoins Charles Peresols andador du p[rése]nt collège, Denis Marande boulanger, tous de la p[rése]nte ville et moy Honoré Albafulla nott[aire].

73Doc. 28
1711, 25 octobre.
François Negre, sculpteur, Géronim Hortosol et Rafael Barussa, peintres, rendent les comptes de leur année respective de rectorat.
François Guerra, peintre, demande à être admis au collège.
Il est décidé que l’on continue a payer la rente annuelle à la veuve du doreur Joan Escribà, en qualité d’héritière universelle des biens de son mari, de choisir un avocat pour le collège. 3 E 3/809, fos 384-385 vo.

74Le 25e 8bre 1711 à Perpignan dioc[èse] de Elna Régnant,
Assamblé le collège des sieurs esculteurs, brodeurs, peintres et daureurs de la présente ville de Perpignan, de ordonanssa du sieur Louis Ribera, esculteur, et la présente annee recteur dudit collège dans la maison du dit sieur Ribera recteur, avech permission accordé par Monsieur Jean Lafita, conseiller du Roy et baille de la présente ville, et avech assistenssa personella du dit sieur baille en laquelle assamblée ont esté présents : le dit sieur Louis Ribera recteur, François Negra esculteur, Michel Bonet brodeur, Gérosme Ortosol daureur, Pierre Pinya daureur, Pierre Andreu Marcer esculteur. Tous esculteurs, brodeurs, peintres et daureurs de la p[rése]nte le dit collège ou la plus grande partie d’icelui faisants, célébrants, et représentants, assemblés en la maison du dit sieur recteur auxquels ainssi assamblés a esté faite par le dit sieur recteur la proposition suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle vous habez esté assamblés est pour vous représenter quelques points sur lesquels vous estes priés résoudre le fahedor.
Premier point, que messieurs Negra, Ortosol, Bonet et le sieur Rafael Barussa peintre qui ont été recteurs de présent collège deuvoint donner leurs comptes des antrées et sorties de leurs respective any.
Second point, le sieur François Guerra, peintre de la présente ville, deuvroit se passer pour pouvoir tréballer dans la p[rése]nte ville, lequel aurait demandé quelque temps pour se pouvoir préparer pour payer les fraix nécessaires et acostumés et ainssi voyez délibérer le fahedor.
Troisième point, Maria Escribà et Conill veuve à feu sieur Jean Escribà, daureur du présent collège, auroit fait demandé par acte de summatio au présent collège de lui recognoistre et capbreure en qualité de usufructuaire des biens de dit feu son mari laissa avech son dernier testament par lui fait et ordonné en pouvoir du sieur Joseph Angles et Ruera, nott[aire] et mercadier matriculé de la p[rése]nte ville le 17e 7bre 1701, et thenanssière des dits biens par concertasion de son adot, icelui censsal pencion annuelle deux pistoles et demi de onse franchs piessa et de capital cinquante pistoles de or à dita raison par le p[rése]nt collège audit feu son mari, vandeu, crée et nouvellement imposé par acte resseu par le nott[aire] soubsigné le 14e février 1700, et de lui peyer les pencions échues de icelui jusques au p[rése]nt jour, ce qui demanderoit avech dépands, sour que vous délibérerez le fahedor.
Sour les quelles propossissions a esté délibéré par tous d’un commun acord savoir sour la première que les dits Negra, Ortosol, Bonet et Barussa donnent leurs comptes des entrées et sorties de leur temps de rectorat et que chacun peye de sa bourssa ce que se trouvira à devoir par son any.
Sour le second, que le dit sieur Guerra sera obligé à se passer dans sis mois à compter du p[rése]nt jour et avant, lequel temps le présent cors lui acorde de gracia et sans conséquenssa, obligant audit Guerra de passer acte de obligacion et promessa de se passer a la fein des dits sis mois (lequel acte devra passer le jour mercredi prochain au p[rése]nt collège par debant le nott[aire] et secrett[aire] soubssigné, le tout à ses frais et dépands) passé lequel temps, et ne passant le dit contract, le dit sieur recteur lui pouisse faire et fassa fermer son estude et le priver de treballer de peintre.
Sour le troisième point a esté délibéré que le dit censsal soit reconeu à la dite veuve au dit nom de usufructuaire, et lui soint peyées les pencions échues jusques au présent jour, lui faisant acte de recognoissassa sans préjudisse des premières et anssiennes obligacions, en forme au nom du présent collège et ses collègues, nommant pour cet effet en sein pour passer le dit acte de recognoissanssa com de p[rése]nt nommant le sieur Michel Bonet brodeur et collègue du p[rése]nt collège présent pour tout cela soulement, lui faisant acte de sindicat en forma. Et lui donnant tout plein pouvoir, tel que l’ha le p[rése]nt collège, et obliger les biens, rentes et émoluments du p[rése]nt collège et ses collègues, prometant le tout sçavoir pour agréable et ne révoquer soubs obligacions des dits biens, rentes et émoluments de p[rése]nt collège et ses collègues en forma et avech sermant.
Et tout en suite, voyant que le p[rése]nt collège est manque de advocat pour les efaires du p[rése]nt collège, a esté délibéré qu’il soit nommé un advocat pour le p[rése]nt collège qui serve avech les mesmes salaires et honeurs que l’antessesseur advocat qui estait du p[rése]nt collège, et tout en suite a esté nommé en advocat le sieur François Sasseras et Segaleras, d[octeu]r es droits. Dont acte. Témoins Charles Peresols m[estr]e tisserand de lin, Ferreol Espanya pages, tous de la p[rése]nte ville et moy Honoré Albafulla nott[aire].

75Doc. 29
1711, 26 octobre.
Paiement de la rente annuelle.
3 E 4/77, fos 318-319.

76Le 26e octobre 1711 à Perpignan Régnant,
Sieur Michel Bonet, brodeur de cette ville de Perpignan, sindique et procureur pour les choses bas écrites spécialement et légitimement constitué par le collège des sieurs peintres, doreurs, brodeurs et esculpteurs de la présente ville de Perpignan, par acte retenu par sieur Honoré Albafulla nott[aire] du collège de Perpignan, le jour d’hayer, apert du certificat par dit sieur Albafulla fait dont la teneur ensuit, inseratur et consuatur [paiement de la rente], fait et faire doit et accoutumé à damoiselle Marie Escribà et Conill, veuve du feu sieur Jean Escribà, doreur de la présente ville de Perpignan, tenutaire des biens et héritage de son dit mari pour sa dotte. Et usufructuaire des mêmes biens par iceluy délaissé avec son dernier nuncupatif testament retenu par le notaire soussigné le... deux Louis d’or et demy a raison d’onze livres monnoye de France piesse de censal que la dite damoiselle aux dits noms reçoit sur tous les revenus et émolumens de dit collège, rentes, revenus et émoluments d’iceluy singuliers et particuliers du dit collège par titre de vente et nouvelle imposition de dit censal faite par dit collège au dit Escriba, par acte receu par sieur Honoré Albafulla, notaire du collège le quatorzième février mille sept cens. C’est pourquoy, par le dit collège, luy, ses collègues et leurs successeurs convient et promet à dite damoiselle Marie Escribà et Conill aux dits noms icy présente que le dit collège, luy, ses héritiers et successeurs, donneront, payeront, presteront et porteront chaque année à perpétuité en argent contant, hors tout lieu de dépost le premier aoust les dites deux pistolles et demy à raison d’onze livres monoie de France, chacune commençant à faire porter et prester la première solution et paye le dit jour premier aoust prochain, et ainsy chaque année à perpetuité à pareil jour et ce en paix sans dilation sous peine et écriture de tiers, applicable à toutes cours auxquelles se soumet, et soumet le dit collège à leur propre for, renonce avec faculté de varier d’instance, salaires accoutumés, promet ne firmer de droit, ny uzer de grâces, mais bien reconnoitre le dit censal, toutes fois et quantes, sous la peine de cinq livres de dite monnoye applicable comme dessus le présent acte sera fait en forme suivant et conformément l’estille du notaire soussigné en pareils actes mettre accoutumées à quoy, et touts dépens a obligé et oblige tous les rentes du dit collège et de chaque collègue, insimil et insolidum présents et à venir, renonçant au dit nom à la centenaire et immémorialle prescription et à tous autres droits et loix avec serment. Témoins les magnifiques Antoine Lassus et Baster bourgeois, le d[octeu]r es loix Jean Hogueras, tous deux de Perpignan. Et moy Joseph Angles & Ruera nott[aire].

77Doc. 30
1711, 28 octobre.
Admission de François Guerra, peintre, au collège.
3 E 3/809, fos 388-389.

78Le 28e 8bre 1711 [à] P[er]p[igna]n Régnant,
Assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, esculteurs, et brodeurs de la p[rése]nte ville de Perpignan, de ordonnanssa du sieur Louis Ribera, esculteur, et la p[rése]nte année recteur dudit collège. Dans la maison du dit sieur recteur, en laquelle pour parels et autres effaires le dit collège ha acostoumé et accostouma se convoquer et assambler avech permission et personelle assistenssa de Monsieur Jean Lafita, conseillier du Roy et baille de la p[rése]nte ville, en laquelle ont assisté et esté présents : le dit sieur Louis Ribera recteur esculteur, François Negra esculteur, Michel Bonet brodeur, Gérosme Ortosol daureur, Rafel Barussa peintre, Gaspar Farigle esculteur, Pierre Pinya daureur. Tous esculteurs, daureurs, peintres et brodeurs de la p[rése]nte ville, le dit collège ou la plus grande partie de icelui faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi assemblés a esté faite par dit sieur recteur la propossission soivante.
Messieurs,
la causa par laquelle vous habez esté assemblés est pour vous représenter que le sieur François Guerra, garsson peintre de la présente ville, et fils légitime et naturel de feu vieux Anthoine Guerra, peintre du p[rése]nt collège, se seroit présenté affein de obéir a ce que par le p[rése]nt collège fout delibéré avech la dernière assemblée teneue le vingt cinquième du courant, et de passer l’acte de la manière fout resolue par le dit collège ou autrement de se passer incontinent si le présent collège lui voulut accordé seta grassa.
Laquelle propossission entendue a esté delibéré que le dit Guerra se présente incontinent et qu’ils offrent le passer tout incontinent et cela sans consséquensse de autres qui voudront se passer et agréger au p[rése]nt collège.
Et tout incontinent le dit Guerra s’est présanté, et ha prié estre humblement aux dits sieurs peintres, daureurs, esculteurs et brodeurs le voluer passer et agréger au p[rése]nt collège avech tous les honeurs, selaires et prerrogatives que les autres qui composent le dit collège. Et les dits sieurs veu la prière du dit Guerra, et considérant qu’il est fils de me[s]tre collègue et qu’il treballe perfectement de peintre, en verteu du présent acte, de leur bon gré et sans conssequenssa, le dit sieur François Guerra présent hont passé et passent en peintre de la présente ville et collège du présent cors, avech tous les honeurs, selaires et prerrogatives qui juissent ceux qui composent le p[rése]nt collège. Et tout incontinent le dit François Guerra (apres havoir très humblement remerssié aux dits sieurs) acceptant le dit honeur ha promis et promet au dit sieur recteur et p[rése]nt collège de se bien et deuhement aporter en son ofisse et en faira peyer tous les meaux et charges et comme les restants collègues pour tout ce que ha obligé et obliga touts et un chacuns ses biens présents et à venir avech sermant. Et de mesme ensuita ha promis et promet donner et peyer a la quesse du p[rése]nt collège, tant pour raison des flambeaux et arjant se doit donner, la summe et quantité de quarante livres douse sols franssa, sçavoir pour la quessa vingt et cinq franchs, et pour les deux flambeaux quinze franchs douse sols, du jour p[rése]nt à sis mois prochains et cela en paix sans dilation et peine de tiers pour tout ce que en ha obligé et obliga tous ses biens. Avech sermant. Témoins Charles Peresols mestre tisserand à lena, François Tusseira garsson tisserand du lieu de Estuer et moy Honoré Albafulla nott[aire].

79Doc. 31
1712, 28 décembre.
Modalités pour le paiement de la capitation.
3 E 3/810, fos 365-v.

80L’an 1712 et le 28e jour du mois de Xbre Régnant,
En la maison du sieur Louis Rivera, escoulpteur et recteur du collège des escoulpteurs de la p[rése]nte ville de P[er]p[ign]an. Le dit collège a esté assemblé et acoustume s’assembler pour semblables affaires touchant audit corps. En laquelle assemblée ont esté présens en personne en ladite maison. Premièrement, le dit sieur Louis Rivera recteur dudit collège, le sieur François Negra escoulpteur, le sieur Michel Bonet brodeur, le sieur Gaspar Fariclas escoulpteur, le sieur Gérosme Hortozol doreur, le sieur Pierre André Marcé escoulpteur, le sieur Pierre Pinya doreur, le sieur François Guerre peintre. Faisant les dits sieurs cy dessus nommés la plus part du dit corps et a esté faite la propozition suivante par le dit sieur Louis Rivera escoulpteur, sçavoir que Mon[sieu]r l’Intendant de cette Province demanderoit du p[rése]nt corps la somme de cent dix livres, y compris deux sols pour livre pour quelque droit que le Roy demanderoit, et que pour cest effect avant de peyer par le dit corps la dite somme quil soit preconisé. Premièrement de quelques collègues débiteurs audit corps dudit corps et d’autres persones les sommes par eux deues audit corps. Et que pour cela il seroit nécessaire d’avoir une ordonance dudit Mon[seigneu]r l’Intendant pour avoir la main forte pour recouvrer les dites sommes deues audit corps. Et que pour cela le dit recteur faira un extrait pour représenter audit M[onsieu]r l’Intendant. Lesquels ainsy assemblés ont dit le suivant : sçavoir le dit recteur du dit collège et touts unanimement et conformément, qu’il soit fait de la manière qu’il a esté cy devant propozé par le dit s[ieu]r Louis Rivera recteur. Et que pour cela le dit corps luy donne tout pouvoir pour escrire quelques letres à iceux qui se trouvent domicilliées hors la p[rése]nte ville pour recouvrer les dites sommes deues audit corps. Desquelles choses ont requis acte. Témoins François Barrera m[estr]e tailleur de la p[rése]nte ville, Charles Peresols m[estr]e tisseran de lin aussi de la p[rése]nte ville. Et Sébastien Gavardo qui au nom.

81Doc. 32
1712, 15 juin.
Accès à la maîtrise de François Guerra, peintre.
112 Edt 69, fos 115 vo-116.

82[En marge] Pintre, Guerra
Le 15 juin 1712,
Les très illustres messieurs les consuls tous cinq,
Llois Ribera recteur du collège de pintres, sculpteurs, brodadors et dauradors de la p[rése]nte ville, François Nègre esculpteur, Gaspar Faritgle escolpteur, Gaspar Farigla escolpteur, Gérosme Ortozol daurador, Rafel Barussa peintre, Miquel Bonet brodador, tous peintres, brodeurs et sculpteurs et doreurs de cette ville de Perpignan, convoqués dans la sala du conc[ei]l secret de la maison consulaire, attendu que par relation du s[ieu]r Louis Ribera, recteur susdit, au nom et de la volonté dessus les dits peintres, brodeurs, sculpteurs et doreurs il apert que François Guerra, natif de la p[rése]nte ville, a compli et prouvé son testimonial de practique, vie et bounes coustumes, suivant les statuts et ordinations par les prédecesseurs des dits très Ill[ustres] consuls au dit collège accordées, attandu aussi que par relation dudit s[ieu]r Louis Ribera, rectur susdit, a consté de la idonéite et capacité dudit Guerra ayant par iceux presté le serment acoustumé entre les mains de M[onsieu]r le premier consul présents, les autres, en vertu du p[rése]nt acte, ont approuvé pour peintre publich et examiné dud[it] collège le dit François Guerra et comme tel veulent être tenu la repute et agrège au dit corps pour jouir et fruir des honneurs et prerrogatives accordées aux pintres du dit collège. Et présant le dit François Guerra remerciant les dits très Ill[ustres] consuls jure a nostre Seigneur Deu entre les mains de M[onsieu]r le premier consul p[rése]nt en vertu duquel serment promet, observe les privilèges et statuts dudit corps et qu’il faira et comptera tout ce que les m[estr]es peintres dudit corps sont tenus et obligé garder et observer. Dont acte. Tesmoins Jean Capius, Jean Minyart viguiers et moy Charles Rovira.

83Doc. 33
1713, 21 décembre.
Répartition de la capitation.
Il est décidé que le collège condamné dans un procès l’opposant à François Manjolet, garçon peintre, et Joseph Racout, garçon apothicaire, prenne les conseils de deux avocats pour juger de la viabilité de poursuites.
Admission de Félix Escribà et Jean Casadevall, doreurs, au collège.
3 E 3/812, fos 294-295.
Le 21e décembre 1713 à Perpignan Régnant,
Estant assemblé le collège des peintres, brodeurs, daureurs et sculpteurs de cette ville de Perp[ign]an, dans la maison de la damoiselle Marie Scribà veuve du s[ieu]r Jean Scribà, daureur dudit collège, d’ordre et mendement du s[ieu]r Joseph Sunyer scolpteur et la p[rése]nte et courante année recteur dudit collège, obtenue au préalable la permission du sieur Jean Lafita par sa Majesté très chrétienne baile de la d[ite] ville, en laquelle ont assisté et esté présents, le dit sieur Joseph Sunyer, François Negra scolpteur, Raphael Barussa peintre, Gérosme Hortosol doreur, Pierre André Mercer scolpteur, François Negra peintre, Emanuel Fadié sculpteur, Louis Baixa sculpteur. Tous dudit collège, le dit collège ou la plus grande et saine partie d’icelluy faisants, célébrants, et reprézentants auxquels a esté propozé par dit sieur Sunyer recteur les propozitions suivantes.
En premier lieu, que ledit sieur baille luy auroit envoyé un cartel contenant que ledit collège s’assembleroit pour faire le taill ou repartition de la capitation de l’année 1713 incessamment, pour la quantité de 90 [livres] France que le dit corps auroit esté taxé, comme aussi les deux sols pour livre et que étant fait icelluy seroit apporté chez luy pour etre examiné et visé par Monseigneur l’Intendant faute de quoy faire ledit sieur recteur y seroit contraint à son propre.
Second point, qu’au procès et cause que le dit collège apportoit par devant les très Illustres sieurs Consuls de cette d[ite] ville contre François Manjolet, garçon peintre, et Joseph Racout, garçon apott[icaire], pour les cauzes et raisons y contenues auroit esté faite sentence par dits sieurs consuls le 4e du courant avec laquelle le dit Menjolet auroit esté dechargé du payement de l’amende de 50 [livres] contre luy prétendue, et de même auroit esté déclaré que le procès verbal de saizie du 14e octobre dernier et tout ce qui se étoit ensuivi nul et de nul effet, ayant esté accordé audit s[ieu]r Racout pleine main levée des chozes saizies par le dit verbal. Et le plus pire que le dit sieur recteur auroit esté condemné aux dépens qu’aucoint esté fait à la poursuitte dudit procès revenant à la somme de 20 [livres] 14 [sous] 4 [deniers] y non compris l’extrait et registre de l’audiense du 27e octobre dernier et de l’enqueste du 9e 9bre dernier sur quoy vous aurez la bonté d’y donner votre sentiment.
Trois[ièm]e point, que les sieurs Félix Scribà et Jean Casadevall garçons daureurs de cette ville désireroint être agrégés et admis audit collège, pour jouir des honneurs et prerrogatives d’icelluy selon les ordinations et règlements, à conditions néanmoins qu’ils ne prétendent payer sinon seulement ce qui se trouvent obligés payer les fils de maitres dudit collège, d’autant que quand le dit collège a esté estably se trouvoint deja exercer ledit art de daureur.
Sur lesquelles propositions a esté délivéré savoir, quand au premier point, pour tous d’un commun accord que la ditte repartition et taill soit fait incessamment, attendu qu’il s’agit pour le service de sa Majesté ayant nommé pour procéder à la ditte repartition les dits sieurs recteur, Louis Ribera, Raphael Barussa et Gérosme Hortosol, leur donnant tout pouvoir. Quand au second point, a esté aussi délivéré que soint nommées, comme de présent nomment, les personnes des dits sieurs recteur, Michel Bonet et Raphael Barussa pour prendre le conceil de deux avocads pour savoir si le dit collège se peut appeler de la dite sentence, et en cas que dits sieurs avocat soint d’advis et conseil de s’en appeler qu’a cet effet s’en doivent appeler ou autrement étant d’un advis contraire satisfaisant et payent les dits dépens de l’argent se trouve actuellement en pouvoir du dit collège. Quand au trois[ièm]e point, a esté aussi délivéré pour la plus grande partie que dits s[ieu]rs Scribà et Casadevall soint agrégés audit collège de la manière qu’ils demmendent à condition qu’ils ne dérogent et s’en prenent contre les ordinations et règlements dudit collège. Dont acte. Témoins Charles Perezols tisserand à lin, Joseph Borrell m[estr]e menuisier. Et Honoré Albafulla et Guitart nott[aire] qui au nom.

84Doc. 34
1713, 22 décembre.
La demande d’admission au collège de Jean Casadevall, doreur, est acceptée.
Le collège donne l’autorisation à Pere Pinya, doreur, de faire des misteris et autres figures de cartons.
3 E 3/812, fos 296-297.

85Le 22e Xbre 1713 à Perpignan Régnant,
Assemblé le collège des sieurs peintres, brodeurs, doreurs, sculpteurs de la p[rése]nte ville de Perpignan, d’ordre du s[ieu]r Joseph Sunyer scolpteur et la p[rése]nte année recteur du dit collège, en la maison de damoiselle Marie Scribà veuve de feu s[ieu]r Jean Scriba vivant doreur et collègue du p[rése]nt collège, ayant obtenu à ses fins la permition accordée par M[onsieu]r Jean Lafitte, conseiller du Roy et baille en la p[rése]nte ville, en laquelle assemblée ont esté p[rése]nts : le dit s[ieu]r recteur, François Monadié doreur, François Negra scolpteur, Michel Bonet brodeur, Louis Rivera scolpteur, Gérosme Ortosol doreur, François Guerre pintre, Pierre Pinya doreur, Pierre André Marcé scolpteur, Raphael Barousse pintre, François Negra pintre, Gaspar Maison brodeur, Emanuel Fadié scolpteur, Emanuel Boutaller scolpteur, Louis Bache scolpteur. Tous collègues du p[rése]nt collège, le dit collège ou la plus grande partie d’icelluy faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi assemblés à esté faitte par le dit s[ieu]r Sunyer la proposition comme s’en suit.
Messieurs, la cause par laquelle vous aves esté assemblés est pour vous représenter que le s[ieu]r Jean Casadevall, garçon doreur de la p[rése]nte ville soiteroit estre passé et agrégé au p[rése]nt corps en ditte qualité de doreur, avec tous les honeurs, salaires et prerrogatives ayant à ses fins fait appravoir de touts les requisits nécessaires suivant les estatuts. Laquelle proposition entendue à esté délivéré par tous d’un comun accord que le dit soit passé et agrégé, comme de p[rése]nt passent et agrègent au p[rése]nt corps en qualité de m[estr]e doreur avec tous les honeurs, salaires, prerrogatives, si et de la même manière qui jouissent ceux qui composent le p[rése]nt collège moyenant que le dit paye à la caisse du présent corps incontinent la somme de soixante livres de France et à tous les collègues et autres qui ont droit de propine, les gans qui ont accoutumé se donner pour ceux qui se passent et agrègent au p[rése]nt collège à quoy p[rése]nt le dit Jean Casadevall à accepté et accepte les dits honeurs et en conséquance à promis et promet de se porter bien et duement et de supporter et payer les maux et charges du dit collège, cy et de la même manière que les autres collègues comme aussi de donner et payer les dittes soixante livres de France et les dits gans pour tout ce que a obligé et oblige tous ses biens avec serment. Et concéqutivement le dit s[ieu]r Sunyer, recteur, de son bon gré et certaine science a fait et fait quittance au dit à ce présent des dites soixante livres de France desquelles l’en tient quitte et promet les restituer et rendre à la fin de son rectorat pour ce que a obligé tous ses biens avec serment. Et conséqutivement les s[ieu]rs Raphael Barousse et Gérosme Hortosol p[rése]nts déclarent qu’ils se démettent en force du p[rése]nt de la proteste qu’ils firent par reçu par le nottaire sou[ssig]né le... contre les fils dud[it] s[ieu]r François Negra, Louis Rivera et Michel Bonet, comme aussi se démettent et départent de la permission accorda le p[rése]nt collège au s[ieu]r Pierre Pinya de pouvoir faire misteris et autres choses de figures de carton que par le p[rése]nt collège lui a esté accordé dont acte. Témoins Joseph Massota practicien de nott[aire], Charles Peresols m[estr]e tisserant à laine. Tous du dit P[er]p[ign]an. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

86Doc. 35
1714, 25 avril.
Le collège annule une reconnaissance de dettes de 100 livres françaises que lui avait faite Louis Baixa, sculpteur. En contrepartie, il s’engage à arrêter ses poursuites contre le collège. Charles Peresols, bedeau du collège étant décédé, François Barrera, tailleur, est nommé à cette fonction.
3 E 3/812, fos 189-190 vo.

87Le 25e avril 1714 à Perpignan,
Assemblé le collège des sieurs esculteurs, peintres, daureurs et brodeurs de la p[rése]nte ville de Perpignan, de ordre de sieur François Negra esculteur et doyen de dit collège par absenssa du sieur Joseph Sunyer esculteur et la p[rése]nte année recteur de dit collège, aihant à ces feins obtenus permission en scrits accordée le jour présent en la maison dudit sieur Negra, en laquelle assamblée ont assisté et esté présents : le dit sieur Negra doyen, Michel Bonet brodeur, François Guerre peintre, Louis Ribera esculpteur, François Negra peintre, Pierre andré Marcé esculteur, Gaspar Mason brodeur, Emmanuel Fadié esculpteur, Emmanuel Butaller esculpteur. Tous collégiés de la p[rése]nte ville ou la plus grande partie de icelui faisants, célébrants et représentants, auxquels ainsi assamblés a esté par le dit sieur François Negra, doihen, faicta la propossission suivante.

88Messieurs,
la cause par laquelle vous habes esté assamblés est pour vous représenter que comme vous sabez, il y aurait plet et cause entre le sieur Louis Baixa, metre esculpteur, et le présent collège en demandant d’une part, et le présent collège défandant, de autre, en la cour de baillage de la p[rése]nte ville (le quel plet et cause présentement est pendant) avech le quel le dit Baixa auroit prétendu et prétendrait le présent collège estre condamné et compillé de lui conceller, linéer et annuler leste de debitoire de cent livres, de trois réaux plata la livre, par lui faist en faveur du présent collège en occasion se passa et agréga au dit collège, apert par acte resseu en pouvoir de nott[aire] soubsigné le... ce qui aurait prétendeu avech condempnation de tous dépands, doumatges et intérest, fundant sa prétention en forssa d’un des chapitres des ordinations du p[rése]nt collège. Et le p[rése]nt collège auroit prétendeu, et prétendroit le contraire pour certaines raisons dediliés au dit procès et cela non obstant auroit prétendu le dit collège estre le dit Baixa éxécuté pour le recoubrement des dites cent livres de france avech condempnation de tous dépands. Mes cela non obstant le dit Baixa auroit représenté que moihenant que le p[rése]nt collège lui cancellasse le dit acte de débitoire, il se laisserait perdre touts les frais et dépansse de argent par lui jusques le p[rése]nt jour pour raison dudit procèsfaicts.
En second lieu, se représente à vous, Messieurs, que Charles Peresols, vedeau du présent collège seroit mort par le dessés duquel mestre François Barra, metre tailleur de la p[rése]nte ville, auroit prié très humblement lui vouluer accorder la dite plasse de vedeau par la mort dudit Peresols, se offrant de servir le p[rése]nt collège bien et deuhement et dit de la millieur lui seroit possible ce avech les mesmes salaires que le dit Peresols servi. Sour lesquels poins a esté délibéré par pluralité de voix savoir, sour le premier que, attendeu que le dit Baixa vout se acontenter que moihenant que le p[rése]nt collège lui cancelle le dit acte de débitoire des dites cent livres franssa par lui confesser devoir au p[rése]nt collège par acte resseu en pouvoir du nott[aire] soubssigné le... il renunsserait au dit plet et cause et ne demanderoit aucuna cosa de frais et dépands par lui peyer pour raison de dit plet et causa que attendeu la offra que le dit Baixa faita et en non autrement, en forssa du p[rése]nt cancellant et anullant le dit acte de débitoire, voulant et consentant que a jamès pouisse valoir au p[rése]nt collège ni aux successeurs de icelui ni nouire au dit Baixa ni aux siens avech sermant. Et quant au second point, qu’ils nomment en forssa du p[rése]nt vedeau du p[rése]nt collège dit François Barrera avech tous les honeurs, selaires, et prerrogatives si et de la mesme manière que le dit Charles Peresols et non devantage, et cela pendant le boun plaisir du p[rése]nt collège, à quoi présent (avech la dita maniera) le dit Barrera accepta l’oneur lui ont fait, leur en rendant grasses et conssécutivement hont donné pouvoir au sieur Negra duihen pouvoir poursouivre jusque à sentenssa diffinitive le procès et causa que le p[rése]nt collège aporte en la cour de baillage de la p[rése]nte ville contra le sieur Jean Godonyor, comme aussi de révizer tous les fets que fourent de Drullet de procès en pouvoir du sieur Laporta, nott[aire], greffier de la cour du baillage, lui donnant tout pouvoir. Dont acte. Témoins Joseph Molins m[estr]e boulanger, Guillaume Laporta mestre cordognier tous de la p[rése]nte ville. Et moi Honoré Albafulla nott[aire].

89Doc. 36
1714, 26 avril.
Emmanuel Butaller, sculpteur, paie le reste de la somme qu’il doit pour les frais de son admission au collège.
3 E 3/782, fos 194-vo.

90Le sieur François Negra scolpteur de cette ville de Perp[ign]an, doyen du collège des sieurs peintres, brodeurs, daureurs, scolpteurs de la même ville, et en cette qualité faisant pour le dit collège pendant l’absence du sieur Joseph Sunyer scolpteur et la p[rése]nte et courante année recteur dudit collège, au dit nom, de son bon gré, à fait et fait quittance au sieur Emmanuel Butaller scolpteur dudit collège, à ce présent, de trante livres monnoye de France et font en solution et paye de pareille somme que dit sieur Butaller resta devoir audit collège pour raison de son agrégation par acte retenu en pouvoir du nott[aire] soub[sig]né le 30e octobre 1713 continué au libre des assemblées de même collège, lesquelles a eues et réellement receues au veu du nott[aire] soub[sig]né et témoins cy apprès nommés avec monnoye d’argent par propres mains dudit Butaller. Desquelles se tient pour contant et satisfait, renonceant à l’exception et luy en fait quittence. Témoins Joseph Molins m[estr]e boulangier, Guillaume Laporta m[estr]e cordognier tous dudit Perp[ign]an et moy Honoré Albafulla nott[aire].

91Doc. 37
1716, 16 avril.
Le recteur fait lecture d’une ordonnance royale portant interdiction de certains produits tels que le carton et la mousseline.
3 E3/814, fos 210-211.

92L’an 1716 et le seizième avril a Perpignan, dioc[èse] de Elne, Régnant très chrestien et très puissant Prince Louis Quinzième par la grasse de Dieu Roy de Franssa et Navarre, Assemblé le cors des sieurs peintres, brodeurs, esculpteurs et daureurs de la présente ville de Perpignan ou leur collège de ordre de sieur Rafael Barussa, peintre, et la présente année recteur du dit collège, dans la maison de sa propre demeure avech permission accordée par monsieur Jean Lafita, conseillier du Roy et baille de la présente ville, en laquelle maison et assamblée ont assisté et esté présents : le dit sieur Rafel Barussa recteur, François Negra esculpteur, Louis Ribera esculpteur, Pierre André Marcé esculpteur, François Guerra peintre, Gaspar Masson brodeur, Emmanuel Fadié esculpteur, Emmanuel Butaller esculpteur. Le dit collège ou la plus grande partie de isselui, faisans, célébrans et représentans auxquels ainssi assamblés a esté faicte par le dit sieur recteur la propossission suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle habes esté assamblés est pour vous représenter qu’il me aurait esté notifiée una ordonanssa de sa Magesté très Chrestien a faicte à Paris le vingtième janvier de la présente année mil sept cens seize, publiée et afissée en la présente ville par ordonanssa de Monseigneur de la nouvelle par sa dite Magesté, Intendant aux présents Comptés de Roussillon, Conflent et Cerdaigne Française, le quinsième mars de la mesme année mile sep cens seise, touchant prohibision des marchandises de carton, moussolines et autres choses ennonssées an la dita ordonnanssa, de laquelle et chapitres contenues en issella ha esté fait lectoura à vous par le nottaire soubsigné, et ainssi vous estes priés résudra le fahedor.
Laquelle propossission entendue, a esté delibéré qu’ils se conforment à la dita ordonanssa en tout ce par tout. Dont acte. Estant présents par tesmoins Francois Barrera mestre tailleur, Jean Cathala laboureur de la présente ville de Perpignan qui ont signé ensemble avech parties, à la réserve dudit Jean Cathala qui ha declaré ne savoir signer de ce en quoi, et moy Honoré Albafulla nott[aire].

93Doc. 38
1717, 19 octobre.
Pere Pinya, doreur, est élu recteur.
3 E 3/815, fos 271-272.

94L’an 1717 et le 19e jour du mois d’octobre à Perpignan Régnant,
Assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, sculpteurs et brodeurs de la p[rése]nte ville de ordre du sieur Gaspard Maison, brodeur, et la p[rése]nte année recteur du dit collège et dans la maison de sa propre demeure aihant optenue permission du s[ieu]r Jean Lafita, conseiller du Roy et baille de la présente ville, accordé le présent jour en laquelle pour parels et autres affaires le présent collège ha acostoumé se convoquer et assambler en laquelle assamblée ont assisté et esté présents : le dit sieur Gaspard Maison recteur, François Negra sculpteur, Michel Bonet brodeur, Jean Godonyor peintre, Louis Ribera sculpteur, Rafael Barussa peintre, Pierre André Marsser sculpteur, François Negra mineur d’âge peintre. Tous brodeurs, peintres, sculpteurs et daureurs de la présente ville, le dit collège ou la plus grande partie de icelui faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi assamblés a esté par le dit sieur recteur faicte la propossission come s’en suit.
Messieurs, la cause par laquelle habes esté assamblés est pour vous représenter que tous les ans le p[rése]nt collège acostouma se assambler pour faire nouvelle nominassion de nouveau recteur du présent corps le p[rése]nt jour, pour le boun regime du dit collège et ainssi vous avez la bonté nommer celui qui trouverez à propos de ceux qui sont descrits à la présente terna qui sont sieurs Louis Ribera, Jorge Pinya daureur et François Guerra peintre de laquela terna a esté nommé par pluralité de voix en recteur le sieur Piere Pinya, daureur de la présente ville, et collègue du p[rése]nt collège, lequel présent remersiant premièrement à dits sieurs l’honeur lui ait fait, a accepté et accepte le dit charje et en consséquenssa ha promis et promet de se aporter bien et deuhement en son charje de recteur pendant son rectorat, tant de droit que de consuétude, et faire si et de la mesme manière que par ses entécesseurs au dit charge hont fait tant de droit que de consuétude pour tout ce que en ha obligé et oblige tous et uns chacuns ses biens présens et avenir, et ainssi ha promis et juré. Estant présents pour tesmoins François Barrera mestre tailleur, Paul Troye mestre tisserant, soye tous de la p[rése]nte ville de Perpignan, lesquels ont signé conjointement avec les sieurs cy dessus dits collègues. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

95Doc. 39
1717, 24 octobre.
Répartition de la capitation.
3 E 3/815, fos 273-vo
L’an 1717, et le 24e du mois d’octobre à Perpignan dioc[èse] de Elna Régnant,
Assamblé le collège des sieurs peintres, daureurs, brodeurs et sculpteurs de la p[rése]nte ville de ordre de sieur Pierre Pinya daureur, et la présente année recteur de dit collège, dans la maison de sa propre demeure en laquelle pour parels et autres affaires le dit collège ha acostoumé de se convoquer et assambler en laquelle assamblé ont assisté et esté présents : le dit sieur Pierre Pinya recteur, François Negra majeur d’âge sculpteur, Jean Godonyor peintre, Louis Ribera sculpteur, Pierre Andreu Mercer sculpteur, François Guerra peintre, François Negra mineur d’âge peintre, Gaspar Maison brodeur. Tous peintres, sculpteurs, brodeurs et doreurs de la p[rése]nte ville, le dit collège ou la plus grande partie de icelui faisants, célébrants et représentants,
auxquels ainssi assamblés a esté par le dit sieur recteur la propossission suivante. Messieurs,
la cause par laquelle habes esté assemblés est par vous représenter que Monsieur Picon, Intendant par sa Magesté très Chrestienne du présent pahis, lui auroit envoyé una ordonnanssa la theneur de laquela est comme s’en suit. De par le Roy Jean Batiste Louis Picon soit INSERE [paiement de la capitation] et ainssi vous estes priés resudra le fahedor.
Laquelle propossission entendue a esté délibéré par tous que la dite somme soit satisfaite et peyée et que le taill ou repartition sera faite par tous le corps assamblés. Dont acte. Etant présents par témoins, François Barrera mestre tailleur, sieur Joseph Masson, practitien de nott[aire] qui ont signé ensemble avech les sieurs cy dessus. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

96Doc. 40
1718, 19 octobre.
Jean Godonyor, peintre, est élu recteur.
3 E 3/816, fos 275-276.

97Le 19e du mois de octobre 1718 à Perp[igna]n et dans la maison consulaire Régnant,
Assamblé le collège des sieurs peintres, daureurs, sculpteurs et brodeurs de la p[rése]nte ville de ordre et avech permisssion de sa Seigneurie et avech assistanssa personelle du très Illustre sieur Michel Bonet, brodeur, et la p[rése]nte année consul cinquième de la p[rése]nte ville, en laquelle assemblée ont assisté et esté présents, le dit très Illustre sieur Michel Bonet, sieur Pierre Pinya, daureur, et la p[rése]nte année recteur du dit collège, François Negra esculpteur, Jean Godonyor peintre, Louis Rivera sculpteur, Rafel Barussa peintre, Pierre Andre Mercer sculpteur, François Guerra peintre, François Negra peintre, Gaspar Maison brodeur, Emanuel Fadié sculpteur. Tous esculpteurs, brodeurs, peintres et daureurs de la p[rése]nte ville le dit collège, ou la plus grande partie de isselui, faisants, célébrants et représentants auxquels ainsi q’assamblés a esté faite par le dit très Ill[ustr]e sieur Michel Bonet, conssul en ordre cinquième, la propossission suivante.
Messieurs, la cause par laquelle habes esté assamblés, est pour vous représenter que tous les ans le l’andemain du glorieux s[ain]t luch nostre protecteur, le p[rése]nt collège acostoume se assambler pour faire nouvelle nomination de recteur de p[rése]nt corps pour le boun regime de p[rése]nt collège, et ainssi vous estes priés voluer nominer un de ceux qui sont descrits en la terna qui vous se présent les noms, des quels sont François Negra majeur, Jean Godonyor, Jean Casadevall, de laquelle terna a esté nommé en recteur par pluralité de voix le sieur Jean Godonyor, peintre, lequel p[rése]nt, remerssiant premièrement l’honeur que ce mesieurs luy ont fait, ha accepté et accepte le dit charge, et en consséquensse ha promis et promet de se aporter bien et deuhement en dit charge de recteur pendent son temps de recturat, tant de droit que de consuétude, et faire si et de la mesme manièra que par ses prédecesseurs en dit rectorat hont acostoumé de faire pour tout ce que ha obligé et oblige touts ses biens p[rése]nts et esdevenidors. Et ainssi ha promis et juré. Estant présens par tesmoins François Barrera mestre tailleur, Pierre Lapallisa huissier de la monnoye, lesquels se sont signés coniointement avech dits sieurs collègues. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

98Doc. 41
1718, 25 décembre.
Joseph Fabre, peintre, est admis au collège.
3 E 3/816, fos 277-278.

99Assemblé le collège des sieurs peintres, doreurs, esculpteurs et brodeurs de la p[rése]nte ville, de ordre de sieur Jean Godonyor, peintre et la p[rése]nte année recteur du p[rése]nt collège, dans la maison de sa propre demeure aihant à ces feins optenue permission accordée par le sieur Jean Lafita, conseillier du Roy et baille de la p[rése]nte ville, accordée le jour d’hier en la quelle samblée ont assisté et esté p[rése]nts, le dit sieur Jean Godonyor, peintre, recteur, François Negra esculpteur, Louis Ribera sculpteur, Rafel Barussa peintre, Pierre Pinya daureur, Pierre Mercer esculpteur, François Guerra peintre, François Negra peintre, Gaspar Maison brodeur, Emanuel Fadié sculpteur, Louis Baixa sculpteur et Jean Casedevall daureur.
Tous collègues et du p[rése]nt collège, le dit collège ou la plus grande partie de isselui faisants, célébrants et représentants, auxquels ainssi assamblés a esté par le dit s[ieu]r recteur faite la propossission suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle habé esté assemblés est pour vous représenter que s[ieu]r Joseph Fabra, peintre, se seroit présenté le vingt dusième janvier de l’année 1699 affein de estre admis au p[rése]nt collège comme il apert de dit acte de assembler de dit jour et any lequel est au libre de p[rése]nt collège, ce de isselui a esté par le secrett[aire] soubsigné faite lectoure à vous, lequel Fabre désireroit estre entièrement admis au p[rése]nt collège comme peintre avech tous les honneurs, se ofrant complir entièrement à tout ce que par lui fout promis avech dit acte de assembler et ainssi vous estes priés résudre le fahedor.
Laquelle proposission entendue a esté délibéré que le dit sieur Jospeh Fabre soit admis, comme de présent l’admetent en collègue de p[rése]nt collège, en qualité de peintre avech tous les honneurs, salaires et prerrogatives si, et de la mesme manière que jouissent les autres collègues qui composent le p[rése]nt collège tant de droit que de consuétude, moyenant que le dit Fabre compte à tout le contenu en dite déliberation du 22e janvier de 1699. A quoi présent le dit sieur Joseph Fabre remerssiant premièrement a dits sieurs ha promis et promet complir entièrement à tout le contenu en dite déliberation pour tout ce que ha obligé et oblige tous ses biens présents et avenir à peine de tiers. Et pour plus grande sûreté, pour tout ce que dessus en donne et nomme en caussion et prinsipeau teneu se oblige pour tout ce que dessus, le sieur François Negra majeur de aja, esculpteur et collègue de p[rése]nt collège, lequel p[rése]nt à la prière et amour de dit sieur Joseph Fabra se est volontièrement constitué et constitue en causion et principeau teneu et oblige pour tout ce que dessus par ledit Fabre promis tant avech lui que sans lui et tant en vie que en mort, pour tout ce que ha obligé et oblige touts ses biens p[rése]nts et avenir avech la meme peye de tiers renunssant à la authentique des caussions et tous en semble à toutes loix droits et grasses à eux et chacun de eux favorables et ainssi l’ont promis et jurés. Déclarant le présent collège habuir resseux les dits quatre flambeaux cire blanche. Dont acte. Estant présents pour tesmoins François Barrera mestre tailleur, Jean Quinta mestre espartier, tous de la p[rése]nte ville qui ont signé avech tous les dits sieurs collègues. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

100Doc. 42
1719, 20 février.
Maîtrise de brodeur de Michel Bonet.
112 Edt 70, fos 67-69 vo.

101[En marge] Maitrisse de brodeur, Bonet
Le 20 février 1719,
Les très illustres M[essieu]rs,
Anthoine Lassus et Baster, Don Dominique de Perarnau, Jean Llutir, et Michel Bonet consuls assemblé avec l’illustre Joseph Depena, 3e consul absant, Jean Godonyor recteur, peintre, François Nègre escolpteur, Rafel Barussa peintre, Francois Guerra peintre, Pere Pinya daureur et Gaspar Trescasas brodeur.
Tous esculpteurs, brodeurs, peintres et doreurs de la p[rése]nte ville, attandu que par relation du dit Jean Godonyor, au nom, consentement et volunté de tous les sus dits esculpteurs, brodeurs, peintres et doreurs, a consté que Michel Bonet, natif de la p[rése]nte ville, fils de l’illustre Michel Bonet brodeur et cinquiesme consul de la p[rése]nte ville, est de bonne vie, mœurs et religion catholique, apostolique, romaine, attendu aussi que par relation du dit Godonyor, le dit Michel Bonet a compli en la preuve de son testimonial de sa practique et examen, nous suppliant de le vouloir agréger a leur corps et de le faire jouir de tous les honneurs, privilèges et prerrogatives accordées aux maistres dud[it] corps, ayant par iceux presté le serment en tel cas requis et accoustumé. Pour ce, les dits très Illustres M[essieu]rs les consuls, attendu ce que dessus en vertu du présent acte, ont agrégé et agrègent le dit Michel Bonet au dit corps des escolpteurs, brodeurs, peintres et doreurs de la p[rése]nte ville, voulant que de si en avant puisse tenir boutique ouverte, dans cette ville de P[er]p[ign]an, de brodeur, et jouir de tous les honneurs, privilèges, franchises et prerrogatives que jouissent et jouir peuvent les maistres du dit corps. Et présent, le dit Michel Bonet et Sant Marti remerssiant à la Senyoria de la dite agrégation, jure à nostre Seigneur Dieu entre les mains de Monsieur le premier consul, présents les autres, en vertu du quel serment promet se bien comporter en l’exercisse de brodeur et d’observer les privilèges et estatuts du dit corps, et faire tout ce que semblants maistres du dit corps sont obligés faire, garder et observer. Présents pour témoins François Vila, François Capus, témoins signés avec les parties et moy Charles Rovira, s[ecrétai]re souss[ig]né.

102Doc. 43
1719, 12 octobre.
Anthoine Barussa, peintre, et Anthoine Negre, sculpteur, sont admis au collège.
3 E 3/817, fos 198-199 vo.

103Le 12e octobre 1719 à Perpignan dioc[èse] d’Elne Régnant très chrestien et très puissant Prince Louis quinsième par la grasse de Dieu Roy de Franssa et de Navarre,
assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, brodeurs et sculpteurs de la présente ville, dans la maison et de ordre du sieur Jean Godonyor, peintre, et la présente année recteur de dit collège aihant à ces feins optenue permission en scrits accordée le présent jour par monsieur Jean Lafita, conseillier du Roy et baille de la présente ville, en laquelle ont assisté et esté présents. Le dit sieur Jean Godonyor recteur, François Negra esculpteur majeur d’asge, Louis Ribera sculpteur, Rafel Barussa peintre, Jorge Pinya daureur, Pierre Andre Marcer sculpteur, François Guerra peintre, Jouseph Ribera sculpteur, François Negra peintre, Michel Bonet brodeur, Gaspar Maison brodeur, Emmanuel Fadié sculpteur. Tous collègues de présent collège, le dit collège ou la plus grande partie de isselui faisans, célébrans et représentans auxquels ainssi assemblés a esté faite par le dit sieur recteur la propossission suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle habes esté assemblés est pour vous représenter que les sieurs Anthoine Negra, garsson esculpteur, et Anthoine Barussa, garsson peintre, fils de collègues du p[rése]nt collège, souhaiteroint être passés et agrégés au présent collège et jouhir de tous les honneurs, salaires et prerrogatives qui jouissent les sieurs collègues de présent collège, et ainssi vous estes priés résudre le fahedor.
Laquelle propossission entendue a esté délibéré par le dit sieur recteur qu’ils soint passés et agrégés au p[rése]nt collège de la manière qui se trouve en les ordinations du p[rése]nt collège faites le vingt troisième de octobre mile six cens nonanta huit. Le sieur Francois Negra, qu’ils soint passés si et de la mesme manière qui fout delibéré par le p[rése]nt collège par acte resseu par le nott[aire] soubsigné le quatrième mars mil sept cents tretse. Sieur Bonet ut Negra ; Ribera idem, Barussa idem, Pinya idem, Guerra idem, Mercer idem, Ribera idem, Negra idem, Maison idem, Fadié idem. Et incontinent les dits ci-dessus dits collègues ainssi assamblés ont agrégé, et passe, agrègent, et passent au présent collège les dits sieurs Anthoine Nègre en mestre esculpteur, et le dit sieur Anthoine Barussa en peintre, lesquels passant en la dite qualité de fils de mestre et comme au dit acte du quatrième mars 1713. Lesquels p[rése]nts, acceptent l’honeur leur ont fait et hont promis et promètent de se bien et deuhement et de suporter les meaux et charges du p[rése]nt collège si et de la mesme manière que les collègues qui composent et composeront le p[rése]nt collège pour tout ce que ont obligé et obligent tous et uns chacuns leurs biens chacun par ce qui lur consserna. Avec serment. A quoy près les sieurs François Negra et Rafel Barussa se sont volontièrement constitués et constituent en caussions pour tout ce que dessus par les dits leurs fils promis, chacun par son fils, pour tout ce que ont obligé et obligent, touts leurs biens en la forma susdita renonssant à toutes loix droits et grasses et ce avech serment. Etant présents pour tesmoins François Barrera mestre tailleur, Pierre Vilanova mestre chapeillier tous de la p[rése]nte ville qui ont signé avech les dits s[ieu]rs collègues Negra et Barussa. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

104Doc. 44
1719, 19 octobre.
François Guerra, peintre, est élu recteur.
Louis Ribera et François Negre, sculpteurs, Gaspard Maison, brodeur, sont nommés auditeurs des comptes.
3 E 3/817, fos 202-203.

105Le 19 8bre 1719 à Perpignan dioc[èse] de Elna Régnant,
Assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, brodeurs et sculpteurs de la présente ville de Perpignan, dans la maison du sieur Jean Godonyor, peintre de la p[rése]nte ville, dans sa propre demeure comme recteur du dit collège, en laquelle pour parels et autres effaires le dit collège ha acotoumé se convoquer et agréger, aihant a ses feins optenue permission accordée le présent jour par Monsieur Jean Lafita, conseillier du Roy, et la présente année baille de la présente ville. En laquelle ont assisté et esté présents le dit sieur Jean Godonyor recteur, sieurs François Negra esculpteur, Louis Ribera esculpteur, Rafel Barussa peintre, Jorge Pinya daureur, François Guerra peintre, François Negra peintre, Joseph Ribera esculpteur, Gaspar Maison brodeur, Emmanuel Fadié sculpteur, Anthoine Nègre sculpteur, Anthoine Barussa peintre. Tous collègues de dit collège, le p[rése]nt collège ou la plus grande partie de isselui faisants, célébrants et représentants auxquels ainssi assemblés a esté faiste la propossission suivante.
Messieurs,
la causa par la quelle habes esté assamblés est pour vous représenter que tous les ans le l’andemain du Glorieux Sant Lluch nostre protecteur, le présent collège se accostoume se convoquer et assambler pour faire nouvelle nomination de nouveu recteur, et ainssi vous estes priés résudre le fahedor.
Laquelle propossission entendue, a esté délibéré estre fait en la forma acostoumée, et incontinent par pluralité de veux, a esté nommé par recteur le sieur (de la terna qui ont esté le sieur Louis Ribera esculpteur, François Guerra peintre, Emmanuel Fadié sculpteur) François Guerra, peintre, qui ha teneu sis vois, sieur Fadié cinq, et sieur Ribera una. Lequel sieur François Guerra à ce présant acceptant le dit honneur ha promis, en verteu du sermant par lui prêté, de se bien et deuhement se aporter et faire ci et comme par ses prédécesseurs jusques au présent jour tant de droit que de faict a esté faist pour tout ce que ha obligé et oblige tout ses biens et ainssi ha promis et jouré.
Et ensouite, pour auditeurs de comptes les sieurs collègues qui ont teneu administration des rentes et reveneus du présent collège, ont nommé en auditeurs de comptes les sieurs François Negra esculpteur, Louis Ribera sculpteur, et Gaspar Maison leur dounant tout pouvoir tel quel he le présent collège. Dont acte. Etant présents par tesmoins, François Barrera mestre tailleur de la p[rése]nte ville, Pierre Palau du lieu de Seinte Locadie de la Cerdaigne Francoise qui ont signé avech dits sieurs collègues. Et moi Honoré Albafulla nott[aire].

106Doc. 45
1720, 18 août.
François Manjolet, garçon peintre, n’est pas admis au collège, puisqu’il n’a pas délivré de preuve d’apprentissage.
3 E 3/818, fos 363-vo.

107Le 18e août 1720 à P[er]p[igna]n dioc[èse] de Elna Régnant,
Assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, brodeurs, et esculpteurs de la p[rése]nte ville dans la maison du sieur François Guerra, peintre, et la p[rése]nte année recteur dudit collège, en laquelle pour parts et aussi faire le dit collège ha acostoumé se assambler, aihant ces feins optenu permission de M[onsieu]r Jean Lafita, conseillier du Roy, et baille de la p[rése]nte ville le jour présent, en laquelle assemblée ont assisté et esté présents. Les sieurs François Guerra recteur, peintre, François Nègre esculpteur majeur de aje, Michel Bonet brodeur, Jean Godonyor peintre, Louis Ribera esculpteur, Jorge Pinya daureur, André Mercé esculpteur, François Negra mineur peintre, Gaspar Maison brodeur, Emmanuel Fadié esculpteur, Anthoine Negre esculpteur. Tous issi présens, le dit collège ou la plus grande partie de isselui faisants, célébrants, et représentants auxquels ainssi assemblés a esté par le dit sieur recteur faite la propossission suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle vous habes esté assemblés est pour vous représenter que François Manjolet, natif de la p[rése]nte ville, haurait prié au présent collège de lui vouluer accorder plasse pour se pouvoir passer peintre et agréger au présent collège, et ce de la mesme manière est convenu en le Item dizième des ordinations du p[rése]nt collège du vingt troisième octobre mile six cents quatre vingt dix huit, et ainssi vous estes priés resudre le fahedor.
Laquelle propossission entendue a esté delibéré par tous, d’un comun acord, qu’ils refusent au dit Manjolet sa demande pour ne avoir aucun droit et que, avant toutes choses, il fasse aprouver del acte de son aprentisaje comme il est prouvé par l’artigle sysième des ordinations accordées au p[rése]nt collège. Témoins Anthoine Domenech mestre baster, François Barrera vedeau du p[rése]nt collège, lequel Domenech ha déclaré ne savoir signer, de ce enquis et les autres se sont signés. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

108Doc. 46
1720, 22 août.
François Manjolet, garçon peintre, qui a intenté une requête contre le collège qui a refusé son admission, sera poursuivi en justice.
3 E 3/818, fos 369-vo.

109Le 22e août 1720 à Perpignan,
Assemblé le collège des sieurs pintres, daureurs, brodeurs, sculpteurs de la p[rése]nte ville, de ordre de sieur François Guerra, peintre, et la p[rése]nte année recteur du dit collège, dans la maison du dit sieur recteur, ayhant à ces fins optenu permission accordé par Monsieur Jean Lafita, conseillier de Roy, et baille de la p[rése]nte ville, le présent jour en laquelle ont esté présents : le dit sieur recteur, François Nègre sculpteur, François Negra peintre, Jean Godonyor, Pierre Andre Marsser esculpteur, Gaspar Maison brodeur, Emmanuel Fadié sculpteur, Anthoine Nègre sculpteur. Tous collègues du p[rése]nt collège, le dit collège ou la plus grande partie de isselui, faisants, célébrants, et représentants auxquels ainssi assamblés a esté faite la propossision suivante.
Messieurs, la cause par laquelle vous habez esté assambler, est pour vous représenter que François Manjolet, le vingtième du présent moy et any que dessus, nous auroit fait notifier una requesta contre le présent collège, avech laquelle auroit prétendu si et comme en icelle se contient de laquelle a esté faite au p[rése]nt collège lecture et ainsi vous estes priés delibérer le fahedor.
Laquelle proposition entendue, et aihant entendu la lectura de la dita requesta et ordonansse et tout le contenu en icelle, ha esté délibéré par tous d’un comun acord, que le dit fait et cause soit poursuivie jusques à sentensse définitive et royale, exécussion inclusive, nommant pour ce fait pour poursuivre le dit fait et causa les sieurs François Negra et Emanuel Fadié leur donant tout pouvoir qu’ha le p[rése]nt collège, à eux et chacun de iceux dépansant tout le convenable e[t] nécessaire, leur donnant pouvoir de faire un tall et estat egau de papier que besoin sera encore les collègues de p[rése]nt collège leur donant tout pouvoir tel que ha le p[rése]nt collège et de faire iceux en cas de refus et everdemant par tous les ricours de justice, les nommant leur pouvoir non seulement pour le p[rése]nt fait et cause, mais encore de tous pleids et causes de p[rése]nt collège meux ce mouvoir. Témoins Pierre Carriera tisserand à soie, François Barrera mestre conseillier de la p[rése]nte ville, lesquels ont signé, la réserva de dit Carriera qui ha déclaré ne savoir signer. Et moy Honoré Albafulla nott[aire].

110Doc. 47
1720, 8 septembre.
Pierre Navarre, sculpteur, est admis au collège.
3 E 3/818, fos 373-374.

111Le 8e septembre 1720 à Perpignan Régnant,
assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, esculpteurs et brodeurs de la p[rése]nte ville de P[er]p[ign]an, de ordre du sieur François Guerra, peintre, et la p[rése]nte année recteur de dit collège, et dans la maison de sa propre demeure en vertu de permission accordée par M[onsieu]r Jean Lafita, consseilier du Roy, et baille de la p[rése]nte ville le p[rése]nt jour, en laquelle, pour pareils et autres efaires ont acostoumé de se assambler, en laquelle assemblée ont esté présents : sieurs François Guerra, peintre, et la présente année recteur du présent collège, François Nègre esculpteur, Michel Bonet brodeur, Jean Godonyor peintre, Rafael Brussa peintre, Jorge Pinya daureur, André Marcer esculpteur, François Nègre meneur peintre, Anthoine Nègre esculpteur, sieur Gaspar Maison brodeur. Tous collègues du p[rése]nt collège, le dit collège ou la plus grande partie de isselui, faisans, célébrans et représentans auxquels ainssi assamblés a esté faite la propossission suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle habes esté assamblés, est pour vous représenter que sieur Pierre Nabarra, garson esculpteur domisilié de la p[rése]nte ville, désireroit estre agrégé et passé au p[rése]nt corps et estre mestre esculpteur de la p[rése]nte ville, offert donner et peyer au p[rése]nt collège, outre et au-delà des propines acostoumées aux sieurs advocat, procureur, secrettaire et vedeau, lesquelles propines offre donner et peyer outra et au-delà des dites cent livres franssa et ainssi voyez delibérer le fahedor.
Laquela proposission entendue, a esté par tous de un commun accord delibéré que le dit Pierre Nabarra soit admis au p[rése]nt corps moihenant que le dit Nabarra peye pour le p[rése]nt collège la somme de cent trenta deux livres monnaye de franssa de trois réaux plata la livra franchas, pour le p[rése]nt collège, ce que le dit Pierre Nabarra peye les propinas acostoumées aux sieurs advocat, procureur, secrett[aire] et vedeau du p[rése]nt collège incontisnent, et avant estre admis, lequel Pierre Nabarra ha accepté et accepta la dita ofra et incontinent ha péyé arjant comptant dites cent trenta deux livres franssa avech onse escus de dix livres dix sols franssa chacun, quatre louis d’argent une piesse de trenta cinq sols et un sol de valeur de cinq sols, et ha promis de peyer les propines extraordinayres en argent comptant. Lesquelles cent trenta deux livres franssa hont resté entre les meins de dit sieur recteur, en depôt, pour peyer maux de p[rése]nt collège, ainssi que en la maniera susdite hont accepté et acceptant le dit Pierre Nabarra en collègue et esculpteur de p[rése]nt collège, lui ayhant faist grasse de ce que le dit que le dit Nabarra devoit peyer de bon arjan au p[rése]nt collège, lequel Nabarra ha accepté la grassa lui en fait et ha promis de ne demander au p[rése]nt collège aucune chose tant a p[rése]nt que à l’avenir pour quelque cause et raison que se soit, ce qu’il se départ en forsse de p[rése]nt de tout et quelque droit que lui pouisse et compter de apartenir, pour quelque cause et raison que ce soit, et ha promis de suporter de p[rése]nt jour en avant et peyer tous les meaux et charges de p[rése]nt collège, et faire et peyer tout de mesme que les autres collègues, pour tout ce que ha obligé, obliga tous et chacuns ses biens p[rése]nts et avenir, et en ha donner en caussion pour tout ce que dessus par lui promis le sieur Michel Bonet brodeur, le quel p[rése]nt à la prièra et boun amour de dit Nabarra, se est voulontièrement constitué et constitue en caussion et prinssipeau teneu, ce oblige pour tout ce que ha obligé et obliga tous ses biens renunsant à la autentique des caussions et tous en semble, à toutes loix, droits et grasses, à eux et chacun de eux favorables et ainssi l’ont juré. Et le dit sieur Guerra recteur ha pris les dits cent trenta deux livres franssa, avech la spessa de monnaye ci dessus et ha promis restituer et rendre toutes foix et quantes en soit requis, soubs obligation de touts ses biens. Avech sermants. Témoins Francois Barrera bedeau du p[rése]nt collège, le sieur d[octeu]r es loix Jean Pierre Bous qui ont signé. Et moi Honoré Albafulla nott[aire].

112Doc. 48
1720, 19 octobre.
Emmanuel Fadié, sculpteur, est élu recteur.
3 E 3/818, fos 389-390.

113Le 19e 8bre 1720 à Perpignan dioc[èse] de P[er]p[ig]na[n] Régnant,
assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, brodeurs et esculpteurs de la p[rése]nte ville, de ordre du sieur François Guerra, peintre, et la p[rése]nte année recteur dudit collège, en la maison de sa propre demeure, en laquelle pour parts et autres afaires le dit collège ha acostoumé se convoquer et assambler, aihant à ces feins optenue permission en escrits acordée par Monsieur Jean Lafita, conseillier du Roy, et baille de la p[rése]nte ville le jour présent, en laquelle assamblée ont esté présents : le dit sieur François Guerra recteur, sieurs François Negra sculpteur, Jean Godonyor peintre, Emanuel Fadié esculpteur, Jean Casadevall daureur, Anthoine Negra sculpteur, Anthoine Brussa peintre, Pierre Nabarre sculpteur, Monsieur Gaspar Maison brodeur, Pierre Andre Marser sculpteur. Tous collègues du dit collège, ou la plus grande partie de icelui faisans, célébrants et représentants aux quels ainssi assamblés a esté faite par le dit sieur recteur la propossission suivante.
Messieurs,
la cause par laquelle habes esté assamblés est pour vous représenter que tous les ans, le l’endemain de nostre patron saint Luch, le présent collège acotoume se convoquer pour faire nouvelle nomination de recteur pour le bon régime de p[rése]nt collège et ainssi vous estes priés résudre le fahedor. Laquelle propossission entendue a esté par tous délibéré estre fait en la manière a coustume. Et tout incontinent a esté mis en terna les sieurs Michel Bonet brodeur, Gaspar Maison brodeur, et Emanuel Fadié esculpteur, et aihant rechercher les voix de tous les dits sieurs collègues, a esté trouvé le sieur Gaspar Maison havoir une voix, et les autres voix heurent le sieur Emmanuel Fadié esculpteur, lequel p[rése]nt ha accepté le dit charge et honeur et ha promis de l’aporter bien et deuhement, et faire si et comme par les prédessesseurs jusques au p[rése]nt jour a esté fait, tant de droit que de consuétude pour tous ce que ha obligé tous ses biens et ce avech sermant. Témoins François Barrera m[estr]e coutellier, Anthoine Domenech mestre bastier tous de la p[rése]nte ville de Perpignan, tous lesquels ont signé à la réserve de dit Domenech qui a déclaré ne savoir signer. Et moi Honoré Albafulla nott[aire].

114Doc. 49
1720, 15 novembre.
Ordre des Consuls de Perpignan à Louis Ribera, sculpteur, de rembourser les frais de la saint Luc au Sacristain des Augustins de Perpignan.
112 Edt 70, fo 136.

115François Vila, viguier de la maison de ville a fait commendement dordre des très Illustres Consuls au s[ieu]r Louis Ribere, esculteur de cette ville, de payer aux reverents pères sacristain des Augustins la somme qui luy est deue pour la feste de s[ain]t Luch, à peine d’estre exécuté et de vingt livres d’amende.

116Doc. 50
1721, 24 mars.
François Manjolet, peintre, est admis au collège, conformément à la sentence du conseil sou verain.
3 E 3/818, fos 421-422.

117Assamblé le collège des sieurs peintres, daureurs, brodeurs et esculpteurs de la p[rése]nte ville, de ordonanssa du sieur Emanuel Fadié, esculpteur de la p[rése]nte ville et la présente année recteur dudit collège, et en la maison de la propre demeure, en forssa de permission accordée par Monsieur Jean Lafita, conseillier du Roy et baille de la p[rése]nte ville, le vingtième du courant en laquelle assemblée ont esté p[rése]nts : le dit sieur recteur, François Negra esculpteur, Jean Godonyor peintre, Rafel Barussa peintre, Pierre Marssé esculpteur, François Guerra peintre, Anthoine Barussa peintre. Tous collègues de dit collège, le dit collège et la plus grande partie de isselui faisants, célébrants et représentants, auxquels ainssi assemblés a esté faite la propossission comme s’en suit.

118Messieurs,
la cause par laquelle vous havez esté assemblés est pour vous représenter que monsieur François Manjolet, garsson peintre de la p[rése]nte ville, désireroit estre agrégé au p[rése]nt collège, comme est aporté par arrest de Nous, Seigneurs du conseil souverain de la p[rése]nte ville, rendeu le dizième février de la présente année, et ainssi vous estes priés rendre le fahedor. Laquelle propossission entendeu, a esté délibéré que le dit François Manjolet soit admis comme de présent admetent au p[rése]nt corps avech tous les honeurs, comme ceux qui composent le p[rése]nt collège et comme il est aposé au dit arrest, en verteu de quoy pouisse jouhir de tous les selaires, honeurs et prerrogatives que jouissent ceux qui composent le dit collège, lequel Manjolet ha accepté et accepte le dit honneur et ha promis de bien et deuhement aporter et de peyer les maux et charges de p[rése]nt collège si et comme les autres collègues pour tout ce que ha obligé tous ses bienset en ha donné en caussion et principal et obligé François Manjolet mestre serrurier de la p[rése]nte ville son paire, lequel p[rése]nt s’est volontairement constitué et constiue en caussion et principeau teneu et obligé pour tout ce que dessus par le dit son fils promis pour tout ce que en ha obligé tous ses biens. Avech serment. Témoins Joseph Santamaria mestre manousier, Marin Coll mestre manousier aussi tous de la p[rése]nte ville qui ont signé ensemble avec les dits paire et fils Manjolet et les autres sieurs qui ont su signer, et moy Honoré Albafulla nottaire et secrett[aire] du p[rése]nt collège.

119Doc. 51
1721, 26 octobre.
Louis Ribera, sculpteur, est élu recteur.
3 E 3/818, fos 541-vo.

120Le 26e octobre 1721 à Perpignan Régnant,
Estant assemblé le collège des sieurs peintres, daureurs, brodeurs et sculpteurs de cette ville de P[er]p[ign]an, dans la maison du sieur Emanuel Fadié, sculpteur, et la courante année recteur dudit collège obtenue par un préalable, la permission du sieur Jean Lafita par sa majesté très chrétienne baile de la même ville, en laquelle ont asisté et esté p[rése]nts : dit sieur Emanuel Fadié, François Nègre sculpteur, Jean Godonyor peintre, Louis Ribera sculpteur, Raphael Barussa peintre, François Guerra peintre, Gaspar Maison brodeur. Tous dudit collège auxquels a esté proposé par dit sieur recteur que comme tous les ans le l’endemain de la feste de Saint Luc, patron dudit collège, cellui cy accoustume s’assembler pour procéder à la élection d’un nouveau recteur. Et partant qu’ils ayent la bonté à y procéder en la forme ordinaire. Et dite proposition entendue, faite lecture de la terne présentée par dit sieur Fadié composée des s[ieu]rs François Negra, Louis Ribera et Raphael Barussa, a esté élu et nommé pour la plus grande partie d’icelluy Louis Ribera sculpteur, avec tous les honeurs, salaires et prerrogatives attachés à lad[it]e charge. Lequel à ce p[rése]nt a accepté et conséquence convient et promet de faire et accomplir entièrement tout ce que ses prédecesseurs en la ditte charge ont fait et obtenue tant de droit que de consuétude. Dont acte. Témoins François Barrera bedeau dudit collège, Dominique Laffarga m[estr]e tailleur qui ont signé avec dits sieurs collégiés. Et Honoré Albafulla et Guitart nott[aire] qui au nom.

121Doc. 52
1721, 7 novembre.
Les précédents syndiques et recteurs rendent leurs comptes.
Il est décidé d’acquérir un coffre où seront conservées toutes les archives et pièces nécessaires aux différents procès que le collège intente actuellement.
3 E 3/818, fos 571-572.

122Le 7e novembre 1721 à Perpignan Régnant,
Estant assemblé le collège des s[ieu]rs peintres, escolteurs, doreurs et brodeurs dans la maison et d’ordre du s[ieu]r Louis Ribera, escolteur, et la présente année recteur d’icelluy, obtenue au préalable la permission du s[ieu]r Jean Lafita, par sa Majesté baille de la ditte ville, y ayant assisté dit s[ieu]r Ribera escolteur, François Negra escolteur, Jean Godonyor peintre, Gaspar Maison [brodeur], Pierre André Mercer escolteur, François Guerre peintre, Anton Barusse peintre, François Majolet peintre, Pierre Navarre escolteur, Joseph Cantaire escolteur. Tous dudit collège, la plus grande et saine partie d’icelluy, eu egard à ceux qui sont absents de cette ville, faisants et représentants auxquels ainssy assemblés a esté proposé par dit s[ieu]r recteur le suivant.

123En premier lieu, que comme plusieurs qui ont esté recteurs ou sindichs du p[rése]nt collège, en ses qualités, auroint fait le recouvrement de plusieurs sommes sens que pourtant ils en ayent donné aucun compte, ce qui est fort préjudiciable au dit collège, partant seroit bon de nommer des commissaires pour qu’ensemble avec dit s[ieu]r recteur puissent les obliger à rendre compte de ce qu’ils ont exigé et rettiré pour compte dudit collège, et qu’au cas à leur prière ne puissent les obliger leur donner pouvoir de les y contraindre et obliger en justice au dit s[ieu]r recteur jusques à sentance deffinitive, donnant à cet effet au dit s[ieu]r recteur tout le pouvoir pour ce nécessaire, et tel que le p[rése]nt collège a et luy appartient aux fraix et dépends du même collège et comme il se trouve qu’en dit collège ny a point de fonds, être permis au dit s[ieu]r recteur et commissaires de faire une taxe en la forme ordinaire.
En second lieu, que comme il se trouve que depuis que le p[rése]nt collège est étably, cellui-cy a inisié différents procés lesquels rolleront d’un cotté et d’autre, partant comme ce sont des piesses fort nécessaires à conserver, et pour qu’à l’avenir en puisse les trouver facillement, par tant il seroit fort nécessaire de faire un coffre fermant à clef pour y mettre non seullement les procès, mais encore tous les autres papiers nécessaires et utilles au même collège, lequel coffre sera gardé par le s[ieu]r recteur pendant son année laquelle finie deura le remettre au nouveau recteur par lequel sera faitte une décharge au s[ieu]r recteur passé qui luy remettrà le dit coffre, au pied de l’inventaire qui sera tous les ans fait de tout ce qui se trouvera dans le dit coffre.
Sur lesquelles propositions a été délibéré sçavoir, quand à la première, que le sieur recteur puisse faire donner comptes à ceux du p[rése]nt collège qui doivent en donner, et au cas qu’à sa prière ne puisse les y obliger, en ce cas il soit permis de demmender main forte aux M[onsieu]rs les consuls de cette ville, pour que de cette manière les y puisse obliger et non autrement, nommant enssuitte pour passer les dits comptes et en faire la diffinition, s[ieu]r Raphael Barussa, Gaspar Maison, Pierre André Mercer et François Manjolet, leur donnant tout pouvoir.
Et quand à la seconde proposition, a esté délibéré que, dès que les dits comptes seront donnés, au cas il y ait quelque reliquat au proffit dudit collège, en ce cas que le dit coffre soit fait aux fins susdits, à la condition néanmoins qu’an cas quelque collègue eut besoin de voir quelque papier, que le s[ieu]r recteur ne puisse leur reffuser sens déplacer. Desquelles choses ont requis acte. Témoins Joseph Massotta prat[i]t[ien] de nott[ai]re, sieur Jean Aymar clerch du diocèse d’Elne habitant au dit P[er]p[ign]an qui ont signé avec parties et le nott[ai]re.

124Doc. 53
1722, 29 octobre.
Gaspard Maison, brodeur, est élu recteur.
3 E 3/820, fos 330-331.

125Le 29e octobre 1722 à Perpignan dioc[èse] de Elne Régnant,
Assemblé le collège des sieurs esculpteurs, peintres, daureurs et brodeurs de la p[rése]nte ville dans la maison et de ordre de sieur Louis Ribera, esculpteur, et la p[rése]nte année recteur dudit collège, aihant à ces feins optenue permission accordée par M[onsieu]r Jean Lafita, conseilier du Roy et baile de la p[rése]nte ville le p[rése]nt jour, en laquelle assamblée ont esté présents : le dit sieur Louis Ribera recteur, sieurs Rafael Barussa peintre, Jorge Pinya daureur, Pierre André Mercer esculpteur, François Negra peintre, Gaspar Maison brodeur, Emmanuel Fadié esculpteur, Anthoine Negra sculpteur, Anthoine Barussa peintre, François Manjolet peintre, Joseph Cantaire esculpteur, Joseph ribera esculpteur. Tous esculpteurs, brodeurs, peintres et daureurs, le dit collège ou la plus grande partie de dit collège, avec isselui, faisans, célébrants et représentants auxquels ainssi assamblés a esté faite par le dit s[ieu]r recteur la propossission suivante.

126Messieurs, la cause par laquele vous habez esté assemblés est pour vous représenter que tous les ans, le p[rése]nt collège acotoume se convoquer en assambler pour faire nouvele nominasion de recteur de p[rése]nt collège et ainssi vous estes priez résudra le fahedre.
Laquelle proposision entendue, a esté délibéré estre fait en la forme acostumé. Et tout incontinent le dit sieur Louis Ribera, recteur, ha presanté sa terna en laquelle ont esté descrits et consinués les noms des sieurs Rafel Barussa peintre, Pierre Pinya daureur, Gaspar Meson brodeur, et faite perquisission de voix ou sufrages par escriture de un chacun donnés a esté nomer le sieur Barussa haber quatre sufrages, le sieur Pinya deux, et le sieur Maison cinq, ainssi que le dit sieur Meson a este nomé en recteur du p[rése]nt collège par pluralité de voix, avech tous les honeurs et salaires acostoumés lequel présent ha accepté et accepte le dit charje, et ha promis de se bien et deuhement aporter pendant son année le faire si et comme par les ancêtres au dit honeur hont acostoumé faire tant de droit que de consuétude et la fin de son rectorat donner bonnes et loials comptes et le relicat restitouer pour tout ce que en ha obligé, et oblige touts et chacuns ses biens p[rése]nts et à venir, et ainssi pour tout ce que dessous he obligé et oblige touts ses biens et ce avech serment. Témoins François Barrera vedeau, Anthoine Bastide brassier de la p[rése]nte ville, lequel Bastide ha declaré ne savier signer de ce enquis et tous les autres qui ont seu signer et sont signés, et moy Honoré Albafulla nott[aire].

127Doc. 54
1723, 19 octobre.
Joseph Cantayre, sculpteur, est élu recteur.
3 E 4/173.

128Le 19 8bre 1723 à P[er]p[ign]an, a etté assemblé l’honorable collège des peintres, doreurs, sculpteurs et brodeurs de la présente ville de P[er]p[ign]andans la maison du sieur Maison recteur, en charge en force de la permission par écrit de M[onsieu]r Lafita, baille de ce aujourd’huy, dans laquelle assemblée ont esté présents : le dit sieur Gaspar Maison brodeur, Louis Ribera esculpteur, Jordi Pinya doreur, Pierre André Mercer sculpteur, Francois Manjolet peintre et Joseph Cantayre esculpteur. Tous faizant et représentant le dit collège a etté faicte par le dit sieur recteur la proposition suivante.
Messieurs,
nostre collège a droit, tout les ans, de faire élection d’une personne de n[ostr]e collège qui régise et gouverne les affaires d’iceluy, ainsy je vous prie de faire lad[it]e nomination de recteur. Sur quoy ayant receu tout les sufrages a etté par la plus grande partie dud[it] collège délibéré, et éleu en recteur, le sieur Joseph Cantayre aux honeurs, tribus et prerrogatives accordés aux recteurs dud[it] collège. De tout ce que dessus a etté retenu acte. Témoins Antoine Andrieu fournisseur, Nicolas Cumurrac m[estr]e tailleur, signé avec les parties. Et moy François alday no[tai]re de lad[it]e ville sous[sig]né.

129Doc. 55
1724, 21 mars.
Accès à la maîtrise du peintre de François Manjolet et autorisation à Joseph Cantayre, sculpteur, d’ouvrir boutique.
112 Edt 71, fo 44 vo-45 vo.

130[En marge] Maîtrise de sculpteur et pintre, Cantayre et Manjolet.
Le 21e jour du mois de mars 1724 dans Perpignan,
Les très illustres Don Antoine de Camprodon, Jacinte Ferran, Michel Cruzat, et Bathelemy Gasch la courante année consuls de la très fidelle ville de Perpignan ensemble avec l’Illustre Joseph de Jordy consul second absent. Sur l’exposition qui nous aurait esté faitte par Joseph Cantaire m[aîtr]e sculpteur de la présente ville, passé par le corps des mètres sculpteurs, doreurs, brodeurs et pintres de la présente ville depuis trois ans, le dit corps l’auroit crée recteur dudit corps, et comme il ne pouvoit exercer cette charge ny tenir boutique ouverte sans la permission des dits très Ill[ustre]s consuls comme aussy sur l’exposition qui auroit esté faitte par François Manjolet qu’il se trouveroit pintre passé par le dit corps en lannée 1721 sans depuis qu’il aye tenu boutique ouverte, attendu qu’il conste que les susdits Cantaire et Manjolet sont de bonne vie mœurs et de la Relligion Catholique et apostolique Romaine, et qu’ayant esté reçeus au dit corps par les collégiés d’icelluy, et par conséquent accompli aux règlements, et estatuts d’icelluy ils auroient supplié de leur permettre de tenir boutique ouverte en publiq, et jouir de tous les honneurs et prerrogatives attribuées audit corps de la mesme manière que les autres mestres jouissent et ont droit de jouir. Et partant, les dits très Ill[ustre]s en verteu du présent acte ont agrégé les dits Cantaire et Manjolet audit corps et en conséquence leur ont permis de tenir boutique ouverte en publiq avec tous les honneurs, privilèges, et prerrogatives accordées au corps des mestrès sculpteurs, brodeurs, doreurs et pintres, et présent les dits Cantaire et Manjolet remerciant les dits très Ill[ustre]s consuls ont presté leur serment entre les mains de l’Ill[ustre] premier consul les autres présents en verteu duquel ils ont promis de se bien comporter en l’exercice de leur respective art et garder et observer les estatuts et règlements dudit corps et faire tout ce que semblants brodeurs, sculpteurs, doreurs et pintres ont accoutumé faire et observer. Présents pour témoins Francois Vila, Francois Lapus viguier qui ont signé avec les dites parties, et moy not[aire] et s[ecrétai]re soussigné.

131Doc. 56
1724, 16 mai.
Décision de payer les habits du bedeau.
3 E 4/144, fos 85 vo-86 vo.

132Le 16 may 1724 à Perpignan,
A etté assemblé l’honorable collège des peintres, sculpteurs, doreurs et brodeurs de lad[it]e ville dans la maison du sieur Cantayre, recteur dudit collège, en force de la permission par écrit de M[onsieu]r Lafita, baille de ce aujourd’huy dans laquelle assemblée ont été présents. Le dit sieur Joseph Cantayre recteur, Jean Godonyor peintre, Louis Ribere sculpteur, François Guerra peintre, Gaspar Maison brodeur, et François Manjolet peintre, a etté faitte par le recteur en charge la proposition suivante.
Messieurs,
nostre collège doit entretenir le bedeau d’une robe, chapeau, collet, et manxetes, et comme à présent la robe dud[it] bedeau est hors de service, et que nous n’avons ny chapeau, collet ny manchettes, vous aurés la bonté de delibérer ce que vous jugerés à propos. Sur quoy a etté par tous delibéré que les dits sieurs recteur et Gaspar Maison auront la bonté d’avoir le soin de faire faire une robe pour le dit bedeau honeste, et un chapeau, collet et manchettes, et les fraix seront payés égallement par chacun des collègues faisant à cet effect un rolle dans lequel tous les collègues y seront compris pour leur quottité égalle, et seront en cas de reffus de payement éxecuttés pour le montant de leur quotité. De tous lequel dessus en ont requis acte, ce qui leur a etté octroyé par moy not[ai]re sous[sign]é. Témoins François Barrera m[estr]e coutelier, Lorens Bressa habitant à Perpignan, signés avec les parties. Et moy François Alday not[ai]re sous[sign]é.

133Doc. 57
1724, 18 mai.
François Barrera, bedeau du collège, atteste avoir prévenu tous les membres du collège de la tenue d’une assemblée.
3 E 4/145, fos 149-vo.

134Le 18 may 1724 à Perpignan,
François Barrera bedeau du collège des peintres, sculpteurs, doreurs, et brodeurs de cette ville fait relation à moy, not[ai]re sous[sign]é, comme icy à la requisition du sieur Joseph Cantayre, recteur au dit collège, convoquer le 15e du courant tous les peintres, sculpteurs, doreurs, et brodeurs du dit collège pour se trouver le landemain seize du courant à une heure de relevée dans la maison audit sieur Cantayre, pour traitter des affaires concernant le service du Roy et celuy dudit collège, et qu’il se transporta en personne dans touttes les maisons des dits sieurs peintres, sculpteurs, brodeurs, et doreurs, de tout ce que dessus en a requis acte à la requette dudit sieur Cantayre, ce qui luy a etté octroyé par moy not[ai]re sous[sign]é. Témoins le sieur Antoine Tou marchand de Perpignan, Jean Bonavila habitant à la ditte ville signé avec le dit Barrera. Et moy François Alday not[ai]re sous[sign]é.

135Doc. 58
1725, 18 août.
Paiement de la rente annuelle.
3 E 4/145, fos 149-vo.

136Le 18 aoust 1725 à Perpignan,
Le magnifique Jean Escriba, docteur ez loix de la ditte ville, en quallitté d’héritier universel de feu sieur Jean Escriba, doreur de la ditte ville, son père, de son bon gré a confessé avoir eu et receu au veu de moy notaire soussigné et témoins bas nommés du sieur Louis Ribere, esculpteur de la ditte ville, en quallitté de sindich du collège des peintres, esculpteurs et doreurs de la ditte ville, payant de ses propres denniers icy présent et acceptant, la somme de trente sept livres monnoye de France et ce sçavoir vingt sept livres dix sols pour une pention de censal de pareille somme échue le premier du courant, que tous les ans le dit jour le dit sieur Escriba reçoit au dit nom sur le dit collège des dits sieurs peintres, doreurs et esculpteurs et d’un chacun de ceux qui composent le dit collège solidairement en force de la nouvelle création du dit censal consentie par le dit collège en faveur de dit sieur Escriba, par acte receu par m[estr]e Honoré Albafulla notaire le 14 fevrier 1700. Et neuf livres dix sols pour les arrérages deus au dit sieur Escriba pour raison de deux pentions du dit censal, de la quelle somme le dit sieur Escriba, au dit nom, comme bien contant et satisfait en a quitté et quitte le dit sieur Ribere au dit nom. Et néanmoins sans aucune eviction ny obligation des biens ny restitution des denniers le dit sieur Escriba, au dit nom et subrogé, en son lieu, droit, place, privilège et hipotèque le dit sieur Ribere au dit nom, et ce pour se faire rembourser de tout ce quil paie au-delà de sa cotitté par tous les maistres qui composet le dit collège, et, cohobligés au dit censal, le mettant à cet effet à son lieu, droit, place, privilège et hipotèque luy cédant tous les droits et actions qui luy compétant, et autrement pour tous autres a luy plus utilles et aventageux. Et ainsy l’a promis et juré. Témoins Jean Salgas brassier de Labastide, François Ros prat[i]t[ien] de nott[aire], signés avec les parties. Et moy François Alday notaire soussigné.

137Doc. 59
1725, 4 septembre.
Joseph Cantayre, sculpteur, paie à Louis Ribera, sa part et celles des autres collègues de la pension annuelle. Celui-ci lui donne procuration pour se faire rembourser.
3 E 4/145, fos 159-vo.

138Le 4 septembre 1725 à Perpignan,
Le sieur Louis Ribera sindich du colège des pintres, sculpteurs, doreurs, et brodeurs de la ditte ville de son bon gré a confessé avoir eu et receu, au veu de moy not[ai]re sous[sign]é et témoins bas nommés, du sieur Joseph Cantayre, sculpteur de la ditte ville icy présent, et aceptant la somme de douze livres onze sols dix denniers monnoye de France, et ce pour parelle somme par le dit sieur Ribera paiée au sieur Jean Escriba pour les arrérages et partie de la pention courante d’un censal de vingt sept livres dix sols en pention, au payement des quels arrérages et pentions le collège des pintres se trouve obligé, et chacun de ceux qui le compose et solidairement ainsy qu’il appert de la quittance receue par moy not[ai]re sous[sign]é le 18 aoust dernier, de laquelle ditte somme comme bien content et satisfait en a quitté et quitte le dit sieur Cantayre. Et néanmoins sans aucune éviction ny obligation de biens, ny restitution des denniers le dit s[ieu]r Ribera, au dit nom, a mis et subrogé le dit s[ieu]r Cantaire en son lieu, droit, place, privilège et hipotèque pour se faire, faire rembourser de la ditte somme qu’il luy a payée par la présente quittance, par tous les contribuables au payement du dit censal luy cédant à ces fins tous les droits et actions qu’il a, et peut avoir au dit nom, et qui lui furent cédés par le dit s[ieu]r Escriba par le dit acte dudit jour 18 aoust dernier. Et ainsy l’a promis et juré. Témoins les sieurs Galderich Briu clerc de procureur, François Ros prattissien de notaire signés avec les parties. Et moy François Alday not[ai]re soussigné.

139Doc. 60
1726, 9 août.
Paiement de la rente annuelle.
3 E 4/146, fos 150-vo.

140Le 9e aoust 1726 à Perpignan,
Damoiselle Marie Escriba, veuve à feu sieur Jean Escriba doreur de la ditte ville, de son bon gré à confessé avoir eu, et receu avant ces présentes, à son consentement et volonté du s[ieu]r Louis Ribera, sculpteur de la ditte ville icy présent, et acceptant, la somme de trente quatre livres sept sols sept denniers monnoye de France, et ce sçavoir vingt sept livres dix sols pour une pention de censal de pareille somme échue le premier du courant que tous les ans le dit jour lad[it]e damoiselle Escriba reçoit sur le collège des sieurs peintres, doreurs et sculpteurs de la ditte ville, et d’un chacun d’eux qui le composent solidairement suivant l’acte receu par m[estr]e Honoré Albafulla, notttaire, le 14 fevrier 1700, quatre livres dix huit sols un dennier pour les dépends de l’éxécution à luy faitte par la ditte dam[oise]lle Marie Escriba contenus dans les lettres d’exécution comme sont controllé, scellés de dittes lettres, droits du Roy, et fraix du greffier, et deux livres dix neuf sols six deniers pour le con[tro]lle du verbal d’exécution et sallaire du sargent. Lesquelles sommes bloties ensemble importent lad[it]e première somme de 34 [livres] 7 [sous] 7 [deniers]. Dont quittance. Rennonceant à l’exception de l’argent non compté et non receu. Et néanmoins la ditte dam[oise]lle Escriba sans éviction, ny obligation de biens, ny restitution des denniers a mis et subrogé le dit sieur Ribera en son lieu, droit, place, privilège et hypotèque pour faire rembourser par les autres maitres du collège des sieurs peintres, doreurs, et sculpteurs de la ditte somme cy dessus luy cédant à ces fins tous droits, et actions, et ainsy l’a juré. Témoins Jean Pujol huissier de la monnoye, Bonaventure Climens habitant de P[er]p[ign]an, signés avec les parties. Et moy François Alday not[ai]re de la ditte ville soussigné.

141Doc. 61
1726, 14 août.
Joseph Cantayre, sculpteur, paie plusieurs parts de la pension annuelle à Louis Ribera, syndique du collège, suite à la requête de ce dernier qui lui donne procuration pour, à son tour, se faire rembourser par les autres maîtres du collège.
3 E4/146, fos 151 vo-152 vo.

142Le 14e aoust 1726 à Perpignan,
Le sieur Louis Ribera, sculpteur de la ditte ville, de son bon gré a confessé avoir eu et receu, avant ces présentes, à son consentement et volonté du sieur Joseph Cantayra, aussy sculpteur de la ditte ville icy présent, et acceptant, la somme de quarante quatre livres huit sols monnoye de France, et ce sçavoir trente quatre livres sept sols sept denniers, pour laquelle somme exécution luy a etté faitte d’ordre de M[onsieu]r le juge du baillage de la ditte ville, à la requette dudit Ribera, le 9e du courant, ainsy qu’il appert des lettres de rigueur émanées en la cour des tiers du dit baillage, et pour les causes et raisons déduittes, et expliquées dans les dittes lettres sept livres douze sols cinq denniers pour les dépends ennoncés dans les dittes lettres controlle d’iceux, droit du Roy, et scellé des dittes lettres, et deux livres huit sols pour le sallaire et controlle du procès verbal de la ditte exécution et saizie en datte du 13 du courant. Lesquelles trois sommes bloties ensemble importent laditte premiere somme de 44 [livres] 8 [sous]. De laquelle somme comme bien content, se satisfait en a quitté, et quitte le dit sieur Cantayra, rennonceant à l’exception de l’argent non compté, et non receu. Et néanmoins le dit sieur Ribera, sans aucune éviction ny obligation des biens, ny restitution des derniers amis, et subrogé en son lieu, droit, place, privilège et hypotèque le dit sieur Cantayra pour le faire rembourser de la ditte somme de 44 [livres] 8 [sous] par les autres maitres dudit collège d’esculpteurs, doreurs et peintres de la ditte ville, ou par tous autre qu’il appartiendra, luy cédant à ces fins tous droit et actions, et ainsy l’a juré. Témoins François Desperieres huissier au conseil souverain de Roussillon, le sieur Patrice Palau alguazil aud[it] conseil, signés avec les parties. Et moy François Alday not[ai]re de la ditte ville.

143Doc. 62
1726, 10 septembre.
Joseph Cantayre, sculpteur, se fait rembourser par Michel Bonet, brodeur, la somme avancée par le premier et représentant la part de ce dernier pour le paiement de la rente annuelle.
3 E 4/176.

144Le 10 7bre 1726 à Perpignan,
Le sieur Joseph Cantayre, sculpteur de lad[it]e ville, de son bon gré a confessé avoir eu et receu en argent comptant au veu de moy, notaire soussigné et témoins bas nommés, du sieur Michel Bonet brodeur de lad[it]e ville icy présent et acceptant, la somme de vingt une livres dix huit sols neuf denniers monnoye de France, et ce sçavoir dix livres huit sols trois denniers, pour laquelle somme exécution luy a etté faitte en qualité de caution du s[ieu]r Pierre Navarre, sculpteur de lad[it]e ville, pour reste de la pention du censal que le collège des sieurs peintres, doreurs et brodeurs de cette ditte ville font à la dam[oise]lle Marie Escriba, veuve, et pour les dépends par led[it] Cantayra payés au s[ieu]r Louis Ribera, ainsy qu’il appert des lettres de rigueur émanées de la cour des tiers du baillage de lad[it]e ville, à la requette dud[it] Cantayra le 17 aoust dernier, huit livres dix neuf sols pour les dépends quottés dans les d[ittes] lettres, et deux livres onze sols six denniers pour le sallaire du sargent qui dressa le verbal de la d[itte] exécution, et pour le con[trol]le d’iceluy. Lesquelles trois sommes blotées ensemble importent la d[itt]e première somme de vingt une livre dix huit sols neuf denniers. Dont quittance. Et néanmoins le dit sieur Cantayra sans aucune éviction ny obligation des biens, ny restitution des denniers, a mis et subrogé en son lieu, droit, place, privilège et hypotèque le dit s[ieu]r Bonet pour se faire rembourser de la d[itt]e somme par le d[it] Navarre son principal, ou par les autres maitres qui composent led[it] collège ou par qu’il appartiendra. Luy cédant à ces fins tous droits et actions, et ainsy l’a promis et juré.
Tesmoins les sieurs Mathieu Millet clerc de procureur, Joseph Auziel procureur collégié, signés avec les parties. Et moy François Alday not[ai]re de lad[it]e ville sous[sign]é.

145Doc. 63
1726, 10 septembre.
Michel Bonet, brodeur, se fait rembourser par François Guerra, peintre, la part de la rente que ce premier a payé pour lui.
3 E 4/176.

146Le 10 7bre 1726 à Perpignan,
le sieur Michel Bonet, brodeur de lad[it]e ville, de son bon gré a confessé avoir eu et receu en argent comptant au veu de moy not[ai]re sous[sign]é et témoins bas nommés du s[ieu]r François Guerra, peintre de lad[it]e ville, la somme de vingt trois livres quatre sols neuf denniers monnoye de France, pour pareille somme payée par le dit au s[ieu]r Joseph Cantayra par led[it] Michel Bonet, suivant la quittance à luy faitte par le dit Cantayra ce jourd’huy et un peu avant le présent acte receu par moy not[ai]re sous[sign]é, pour laquelle somme ledit Cantayra avoit obtenu lettres de rigueur de la cour des tiers du baillage de lad[it]e ville du 17 aoust dernier et vingt six sols pour le con[tro]lle et sallaire de lad[it]e quittance. De laquelle d[itt]e somme comme bien content et satisfait en a quitté, et quitte le dit s[ieu]r Guerra. Et néanmoins le dit s[ieu]r Bonet sans aucunne éviction ny obligation des biens ny restitution des denniers, a mis et subrogé en son lieu, droit, place, privilège et hypotèque ledit sieur Guerra pour se faire rembourser de lad[it]e somme par les autres maitres du collège des sieurs peintres, doreurs, sculpteurs et brodeurs de lad[it]e ville, ou part qu’il appartiendra. Luy cédant à ces fins tous droits et actions et ainsy l’a promis, et juré.
Témoins les sieurs Mathieu Millet clerc de procureur, Jean Tessolt prat[i]t[ien] de not[ai]re, signés avec les parties. Et moy François alday not[ai]re de lad[it]e ville sous[sign]é.

147Doc. 64
1726, 10 septembre.
Quittanceinverse.
3 E 4/176.

148Le 10 7bre 1726 à Perpignan
le sieur François Guerra, peintre de la ditte ville, de son bon gré a confessé avoir eu et receu en argent comptant au veu de moy, notaire soussigné et témoins bas, du sieur Michel Bonet, brodeur de lad[it]e ville icy présent, et acceptant, la somme de vingt quatre livres dix sols neuf denniers monnoye de France et ce sçavoir vingt trois livres quatre sols neuf denniers pour pareille somme aud[it] sieur Bonet payée par led[it] s[ieu]r Guerra suivant la quittance à luy faitte par le dit s[ieu]r Bonet ce jour d’huy et un peu avant ce présent acte receu par moy nottaire soussigné et pour les causes et raisons ennoncés dans lad[it]e quittance. Et vingt six sols pour le controlle, et salaire de la ditte quittance. Lesquelles deux sommes blotées ensemble font lad[it]e première somme de 24 [livres] 10 [sous] 9 [deniers]. Dont quittance. Et néanmoins sans aucune eviction ny obligation des biens ny restitution des denniers, le dit sieur Guerra a mis et subrogé en son lieu, droit, place, privilège et hypotèque le dit sieur Bonet pour se faire rembourser à lad[it]e somme par les autres maitrès dud[it] collège des sieurs peintres, doreurs, sculpeurs et brodeurs de lad[it]e ville, ou part qu’il appartiendra. Luy cédant à ces fins tous droits et actions, et ainsy l’a promis et juré.
Témoins les sieurs Mathieu Millet clerc de procureur, Jean Tessols prat[i]t[ien] de not[ai]re signés avec les parties. Et moy François Alday not[ai]re de lad[it]e ville sous[sign]é.

149Doc. 65
1727, 21 avril.
Quittance de Gaspar Maison à différents membres du collège pour remboursement de leur part respective.
3 E4/147, fos 153-155.

150Le vingtunième avril mil sept cens vingt sept à Perpignan,
le sieur Michel Bonet, brodeur de la ditte ville, de son bon gré a confessé avoir eu, et receu avant ces présentes à son consentement et volonté, des sieurs François Negra sculpteur, Jean Godonyor peintre, Jordi Pinya doreur, Pierre André Mercé sculpteur, François Nègre peintre, Anthoine Negra sculpteur, Emmanuel Fadié sculpteur, Antoine Barussa, Louis Baixa sculpteur de Coulioure, Gaspar Maison et Pierre Navarre sculpteur, tous de la ditte ville les dits François Negra, Mercé, Fadié, et Navarre icy présents, et acceptant, et les autres absents du présent acte, la somme de vingt quatre livres dix sols neuf denniers, et ce pour pareille somme par le dit sieur Bonet payée au sieur François Guerre, peintre de la ditte ville, suivant sa quittance faite audit sieur Bonet par acte receu par moy nottaire soussigné le dixième septembre mil sept cens vingt six, et pour les causes et raisons déduites dans la ditte quittance, et un peu avant icelle le dit sieur Bonet fit aussy quittance le même jour receu par moy nottaire soussigné au dit sieur Guerre de la somme de vingt trois livres quatre sols neuf denniers, pour pareille somme par le dit sieur Bonet deue au sieur Joseph Cantayre, et pour la quelle ditte somme ledit sieur Cantayra avoit obtenu lettres de rigueur de la cour des tiers du baillage de la ditte ville le dix septième aoust mil sept cens vingt six. Et en premier lieu le dit sieur Cantayra fit quittance audit sieur Bonet de la somme de vingt une livre dix huit sols neuf denniers, sçavoir dix livres huit sols trois denniers pour reste de la pention du censal que la damoiselle Marie Escriba, veuve, reçoit sur le dit collège, et sur les personnes qui le composent solidairement, et pour laquelle ditte somme exécution avoit etté faitte audit sieur Bonet en qualitté de caution dudit sieur Navarre, huit livres dix neuf sols pour les dépends quottés dans les lettre de rigueur dudit jour dix sept aoust mil sept cens vingt six, et deux livres onze sols six deniers pour le sallaire du sargent qui dressa le verbal de la ditte saizie et exécution, et pour le controlle d’icelluy, lesquelles trois sommes blotées ensemble importent la ditte première somme de vingtune livre dix huit sols neuf denniers, et auparavant le sieur Louis Ribera, sculpteur de la ditte ville, fit quittance au dit sieur Cantayra receue par moy nottaire soussigné le quatorsième aoust mil sept cens vingt six de la somme de quarante quatre livres pour l’éxecution frais et dépends faits par ledit sieur Riberra contre ledit Cantayre, pour exiger payement de la pention dudit censal de la damoiselle Escriba, payée par le dit Ribera à la ditte damoiselle Escriba, la ditte exécution et lettres de rigueur en datte du neuf dudit mois d’aoust mil sept cens vingt six. De laquelle ditte première somme de vingt quatre livres dix sols neuf denniers ledit sieur Bonet comme bien content et satisfait en a quitté et quitte les cy-dessus nommés, rennonceant à l’exception de l’argent non compté, et non receu, et néanmoins ledit sieur Bonet sans aucunne éviction, ny obligation des biens ny restitution des denniers a mis et subrogé en son lieu, droit, place, privilège, et hypotèque les cy-dessus nommés pour se faire rembourser de la ditte somme de vingt quatre livres dix sols neuf denniers par eux luy payées pour les causes et raisons y ennoncées, par les sieurs Joseph Fabre, peintre du présent collège abitant à la ville de Prada, et François Monader peintre et doreur du même collège habitant à Millas cohobligés au susdit censal. Leur cédant à cet effet tous droits et action. Et ainsy l’a promis et juré. Témoins Bonaventure Laplana maître menusier, Joseph Paulet jardinnier, qui a signé avec les parties. Et moy François Alday nottaire de la ditte ville soussigné. Ledit Laplana a déclaré ne sçavoir signer de ce enquis.

Notes

1 Dès septembre 1698 le collège a pour secrétaire un notaire perpignanais - le plus souvent Honorat Albafulla, parfois François Alday très rarement Ramon Garriga. Nous avons ajouté aux délibérations du collège découvertes dans le minutier de ces notaires les réceptions à la maîtrise retranscrites dans les Llibres de Totis. Signalons que nous n’avons pas trouvé de documents après 1727. Peu auparavant, les confrères avaient décidé de commander un coffre où ranger tous les documents concernant le collège.

2 Concernant la création du collège en 1630, puis sa refondation en 1698, cf. J. Lugand, « Els pintors i el seu notari. La creació del col. legi de Sant Lluch de Perpinyà (16301698)  », Notaris, homes i papers. El Nord català als segles XIII-XVIII, Afers, 58, 2007, p. 655-673.

3 J. Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Canet, 2006, en particulier le premier chapitre.

4 Le sujet n’est pas neuf. Dès le XIXe siècle, Alphonse Drapé dans son étude des corps d’arts et métiers en Roussillon montrait que les nombreuses archives conservées permettaient d’obtenir une étude précise des métiers - autant du point de vue de la réglementation que des réelles conditions d’exercice. Ensuite, pour l’exemple particulier du collège Saint-Luc, Marcel Durliat puis Bruno Tollon ont mentionné les informations que révélaient ces documents. Nous transcrivons ici l’ensemble des délibérations découvertes à ce jour (toutes sont issues du fonds des Archives départementales des Pyrénées-Orientales).

5 J. Lugand, op. cit., note 3.

6 3 E 3/797, fo 164 vo.

7 Le procès entre Joan Guadanyor est conservé dans le fonds du baillage de Perpignan, (10 Bp 762 ; pour la sentence ; 10 Bp 666), sous le titre de Piesses de la cause que le recteur du corps des esculteurs, pintres et doradors de la present ville de Perpignan aportan contre Jean Guadanyor peintre de cette ville (1703).

8 Pour le fils de Joan Escriba, 3 E 7/227 ; le fils de Lluis Generes est désigné sous cette qualité lors de l’inventaire des biens de son père en 1711, 3 E 3/809.

9 Sur Rigaud, nous renvoyons à la thèse d’A. James-Sarazin, Hyacinthe Rigaud, École Pratique des Hautes Études, 2003.

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540