Versione classicaVersione mobile

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

Les rivalités entre les chirurgiens et les médecins au XVIIe siècle

Jean-François Belmonte

Testo integrale

1Durant les XVIIe et XVIIIe siècles l’art de guérir se décline au pluriel : les médecins, docteurs, exercent aux yeux de tous un art majeur alors que les autres praticiens de la médecine, objets du mépris des docteurs, sont censés n’exercer qu’un art mineur. C’est partiellement en raison de cette rivalité que n’existe pas encore un art de guérir avec des domaines complémentaires, mais des arts de guérir avec une branche dominante comprenant des ramifications inférieures.

2L’art de guérir, considéré comme « majeur », est la médecine qui consiste à soigner les maux internes, alors que la chirurgie qui traite les maux externes est considérée comme un art « mineur ». Il est au demeurant une autre pratique considérée comme encore inférieure par les docteurs en médecine : l’art de préparer les potions médicinales.

  • 1 Dicton populaire : « Le médecin d’Angleterre, le Chirurgien de France et l’Apothicaire d’Allemagne (...)

3Cette distinction et cette hiérarchie entre les arts de guérir ne sont pas seulement le fait des praticiens des arts médicaux mais également celui de la population elle-même1. Toutefois, dans la vie courante, au moins dans les campagnes, une seule et même personne pratique et cumule avec plus ou moins de succès l’ensemble des techniques de guérison.

4L’État monarchique, soucieux de modernisation, inaugure rapidement une politique de promotion et de rationalisation des professions de santé en commençant par la plus immédiatement utile, la chirurgie, ce qui ne manque pas d’irriter fortement les médecins dont les prétentions au monopole scientifique se voient alors contrariées. Ils vont tout tenter pour maintenir leur monopole universitaire et leur suprématie sociale vis-à-vis des praticiens de la chirurgie qui voudraient échapper à la position subordonnée dans laquelle les docteurs entendaient les cantonner. Les communautés de chirurgiens vont dès lors solliciter l’appui et la reconnaissance de l’État (I), pour assurer leur promotion sociale, ce qui exacerbe les rivalités entre ces deux branches de l’art de guérir (II).

I. La reconnaissance royale de l’art chirurgical rallume la querelle entre les médecins et les chirurgiens

  • 2 L’art chirurgical retrouvera toutes ces lettres de noblesse grâce à Louis XIV suite à son opératio (...)

5Ayant déjà, depuis longtemps, pris leur distance avec les praticiens de la chirurgie, les médecins ne leur accordent plus de crédit dès lors qu’à leurs yeux ils poussent l’abaissement jusqu’à s’associer aux barbiers au sein de la confrérie de saint Côme en 1655. Cette hostilité méprisante n’empêche nullement les rois de France de manifester à maintes occasions leur confiance aux chirurgiens qui occupent toujours une place importante auprès d’eux2. Cette attitude a pour effet d’exacerber les rancœurs entre les deux professions.

6Ainsi, les docteurs en médecine considèrent que l’acquisition du titre de chirurgien ou de maître chirurgien place les praticiens de l’art mécanique sous leur autorité hiérarchique (B) en raison de leur formation moindre (A).

A. L’accession à la chirurgie

  • 3 Par décision du Parlement de Paris, 1655-1656, les communautés des maîtres chirurgiens et des barb (...)

7C’est au milieu du XVIIe siècle que les chirurgiens et les barbiers s’associent pour former la confrérie de Saint-Côme3 et que les collèges de chirurgie apparaissent à Paris et dans les villes les plus importantes du royaume. Pourtant, alors qu’une partie des chirurgiens est formée dans ces collèges, il en va autrement dans les zones rurales des provinces de France comme en Roussillon.

  • 4 Ibid., p. 30
  • 5 F. Vidal, Les chirurgiens du Roussillon au XVIIIe siècle, EPHE, 1979, p. 28.

8S’il existe des praticiens éminents de l’art mécanique, ils restent installés dans les grandes villes et enseignent dans les collèges4. Dans les campagnes, à côté des chirurgiens qui peuvent être qualifiés de légaux, il existe une multitude de métiers qui exerce l’art chirurgical sans avoir suivi de formation, ainsi les arracheurs de dents et autres barbiers achalandant5.

  • 6 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1139, statut et règlements pour les chirurgiens des provinces, (...)
  • 7 Un maître chirurgien ne peut avoir plus d’un apprenti.

9Les chirurgiens s’expriment en français. Par leurs interventions manuelles, ils s’apparentent aux métiers mécaniques, débutent par un long et coûteux apprentissage chez un maître selon le modèle corporatif6. Au terme de cet apprentissage, l’élève chirurgien passe un examen oral très simple, par questions-réponses, en présence de docteurs en médecine et de maîtres chirurgiens. Le médecin lui délivre alors une « maîtrise de chirurgie » qui l’autorise à exercer, avec des compétences manifestement limitées. Dans les zones rurales du royaume, là où l’enseignement de saint Côme ne parvient pas, l’accession au grade de chirurgien reste formellement plus simple ; le maître apparaît comme la figure paternelle qui transmet son savoir à son apprenti qui sera, dans la plupart des cas, intégré au groupe des maîtres chirurgiens qui se réunissent en jurande à cette fin7.

  • 8 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1139, statut et règlements pour les chirurgiens des provinces. (...)

10Un aspirant à la maîtrise de chirurgie ne peut présenter son chef-d’œuvre s’il est âgé de moins de 20 ans pour un fils de maître, de 22 ans pour les autres. Bien plus qu’une limitation d’âge il existe aussi, pour accéder à la maîtrise, un filtrage relatif à l’expérience. En effet, tout aspirant, après avoir effectué son apprentissage chez un maître appartenant à la communauté des chirurgiens de la ville où il exerce, doit s’acquitter de 3 ans d’expérience auprès de celui-ci ou de 2 ans auprès d’un chirurgien major dans un hôpital militaire d’une ville frontière comme Perpignan8.

  • 9 Statut et règlements pour les chirurgiens des provinces..., titre III, art. XXII, XXIII, XXIV et X (...)

11Accéder à une carrière chirurgicale sans avoir acquis le titre de maître chirurgien reste possible si l’on suit l’un des deux cursus suivants : être accepté comme garçon chirurgien ou apprenti par un maître chirurgien d’un hôpital, ou comme externe après avoir porté une requête au bureau de l’hôpital et obtenu l’autorisation des maîtres chirurgiens du lieu9.

  • 10 Article 23. Il faut attendre mai 1768 où de nouveaux édits royaux vont redéfinir le corps des expe (...)
  • 11 La fusion des barbiers du poil et des perruquiers donnera naissance au coiffeur.

12Dans les deux cas, le garçon chirurgien peut obtenir au bout de 6 ans une maîtrise sans en avoir passé toutes les épreuves. Au XVIIIe siècle, plus spécialement à Paris dès 1699, les aspirants à la maîtrise de chirurgie qui ne parviennent pas à valider leur examen ont la possibilité de devenir experts des dents. Dans les provinces du royaume il faudra attendre un édit royal de 1731 : « L’aspirant qui n’aura pas bien répondu dans son second examen et aura été jugé incapable ne pourra pas bénéficier des prérogatives des maîtres (chirurgiens) mais il lui sera cependant permis de faire la barbe et le poil, d’arracher les dents et d’exercer les autres fonctions de ce genre. Il ne pourra pas même saigner ni faire aucune autre opération de la chirurgie, sous peine d’amende »10. Outre les deux catégories de barbiers que nous venons de définir, il en existe une troisième, celle du barbier du poil qui n’a besoin d’aucune maîtrise pour exercer et ne pratique pas d’acte chirurgical11.

13Une autre voie d’accès à la chirurgie permettait l’exercice en toute légalité aux praticiens les moins qualifiés, celle des chirurgiens privilégiés. Lorsqu’un maître chirurgien tenant boutique de barbier décède et laisse derrière lui une veuve, celle-ci peut disposer comme elle l’entend de la boutique ainsi que du fonds de commerce. Elle peut disposer des murs et utiliser le fonds de commerce, à savoir la chirurgie.

  • 12 F. Vidal, op. cit., p. 35. Bail de location en date du 28 septembre 1688 : « Cession de privilège (...)

14Il ne faut pas oublier la différence qui existe entre un chirurgien et un barbier chirurgien. Le premier peut pratiquer tout acte chirurgical alors que le second ne peut effectuer que des saignées, des bandages, et soigner les fractures. La location d’une boutique et plus particulièrement du fonds de commerce du barbier-chirurgien est un droit qui concerne aussi bien les veuves de chirurgiens que les barbiers-chirurgiens âgés. C’est donc grâce au privilège du corps des barbiers existant avant la fusion des barbiers et des chirurgiens imposée en 1656 qu’un individu, par la location d’une boutique de barbier-chirurgien, peut exercer l’art chirurgical sans avoir subi d’examen et sans avoir de maîtrise. De plus, comme cette pratique est admise et légale, le nouveau barbier-chirurgien, chirurgien privilégié, n’a pas à être inquiété pour la pratique de son art par les collèges ou les jurandes des maîtres chirurgiens. Le chirurgien privilégié n’est astreint qu’à une seule contrainte : payer la location de la boutique et verser une cotisation au corps des chirurgiens de la ville où il compte exercer12.

15Toutes ces voies d’accès à la carrière chirurgicale confortent les docteurs en médecine dans leur sentiment de supériorité à l’égard des chirurgiens qu’ils ne se privent pas de proclamer.

B. La hiérarchisation des corps de métiers dans l’art de guérir

16Au XVIIe comme au XVIIIe siècle, la société d’Ancien Régime reste profondément chrétienne, même si d’aucuns ont signalé un recul de la religiosité dû aux idées nouvelles véhiculées par les Lumières. Cette prégnance du religieux sera exploitée par les médecins pour démontrer la supériorité de la médecine sur la chirurgie.

  • 13 Guy Patin (1601-1672) fut élu doyen de la Faculté de médecine de Paris le 4 novembre 1650, et fut (...)
  • 14 F. Vidal, op. cit, p. 41.
  • 15 Il apparaît important de rappeler que sous l’Ancien Régime tous les corps de métiers bénéficient d (...)

17L’un des premiers à se servir de la religion et de ses saints pour justifier la hiérarchie des corps de métiers des arts de guérir a été Guy Patin lorsqu’il explique que « saint Luc l’a remporté sur saint Côme »13. C’est une victoire de l’évangéliste sur le saint martyr, note François Vidal14. Plus encore, c’est la justification par la religion et la prééminence des saints qui assurent la protection des corps de métiers que la médecine est l’art principal de guérir alors que la chirurgie, au même titre que ses saints, n’occupe qu’une position subalterne15.

18Dès lors, nombre de médecins s’empressent, en s’appuyant sur les saints protecteurs, de mener une véritable campagne diffamatoire contre les chirurgiens. La querelle, commencée à Paris, atteint rapidement toutes les provinces de France, diffusée par des médecins ravis de pouvoir ternir la réputation des chirurgiens devant la population. En effet, contrairement aux chirurgiens, nombreux sont les saints qui protègent les médecins et l’exercice de leur fonction.

  • 16 « Il y a un livre, écrit Audry, un calendrier même des saints médecins. Que les chirurgiens souffr (...)

19L’une des plus grandes fiertés des médecins, au XVIIe siècle, est le nombre important de saints qui ont exercé l’art de la médecine ainsi que la place qu’occupent ces derniers auprès de Dieu16. Les chirurgiens répondent à la prétention des médecins en mettant en avant tous les saints qui ont pu pratiquer l’art chirurgical comme : saint Cyr d’Alexandrie, le grand saint Jean « qui guérissait les corps et les âmes », sainte Agathe, spécialiste de la chirurgie mammaire, saint Julien, saint ange, saint Grégoire le Grand, saint François de Paule « qui était chirurgien et appliquait des poudres sur les ulcères », saint Juvenal, saint Bernardin « qui avait pansé les pestiférés de Sienne », saint Paul de Tarse « qui, mordu par un serpent, s’était soigné lui-même », enfin l’Archange Gabriel « qui avait ôté la taye des yeux de Tobie ».

  • 17 Le prévôt de la jurande, Jérôme Delanoue, publie en 1715 le « Calendrier des Saints Chirurgiens », (...)

20Finalement l’argument dirimant qui stoppa l’instrumentalisation des saints par les médecins pour tenter de hiérarchiser le corps médical à leur profit fut celui du prévôt de la jurande, Jérôme Delanoue : « Arrive en tête de l’hagiographie chirurgicale Dieu le Père qui, dans l’histoire de l’humanité, a le premier exécuté, avec une parfaite réussite, une thoracoplastie. Magnifique bilan opératoire grâce auquel nous avons depuis nos charmantes compagnes. La circoncision, voulue par lui, est bien un acte chirurgical. Que les médecins baissent le ton, le Créateur a mis, au moins chronologiquement, la chirurgie à la première place »17. Les médecins vont dès lors changer d’argumentation et rappeler l’excellence et la supériorité indiscutable de leur formation sur celle des chirurgiens.

21En effet, les médecins suivent des études universitaires, soutiennent une thèse de doctorat, portent robe et bonnet carré et ne délivrent leurs diagnostics qu’en latin. À l’inverse, les chirurgiens restent des artisans, assez proches des barbiers et des rebouteurs. Ceux-là ne manquent pas de rappeler à ceux-ci qu’ils sont dépourvus de culture et tiennent le plus souvent boutique de barberie. Ceci n’est pas tout à fait vrai dans les villes les plus importantes du royaume où les chirurgiens pratiquent exclusivement l’art chirurgical, du moins le plus souvent. À l’inverse, dans les provinces et les campagnes de France, les chirurgiens tiennent boutique de barbier et exercent parallèlement les deux métiers.

  • 18 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, C 1140, 15 juin 1737.

22Alors que les médecins n’exercent leurs fonctions qu’au sein des villes, les chirurgiens pratiquent sur l’ensemble du royaume et sont souvent, pour la population paysanne, les seuls référents dans l’art de guérir. Par conséquent, dans les zones rurales, la population fait appel à toute personne susceptible de guérir. Ainsi, lorsqu’il est demandé à l’intendant du Roussillon de faire un inventaire des métiers de santé présents dans la province, il n’y parvient que très difficilement. En effet, dans la même liste, apparaissent les barbiers, les chirurgiens, les perruquiers et les sages femmes18.

  • 19 Ibid., 2 B 904, 31 mai 1732, un docteur en médecine, Joseph Ceilles, este en justice contre les ch (...)

23Parce qu’ils prétendent être des savants alors que les chirurgiens ne sont que des praticiens, les médecins se proclament au-dessus des chirurgiens, confortés dans leur position par le simple fait qu’un chirurgien ne peut prescrire de médicament ni pratiquer une intervention sans la prescription et l’autorisation écrite d’un médecin, même pour effectuer un simple bandage19. Le chirurgien ne peut dès lors exercer son art que sous la tutelle d’un médecin.

  • 20 Dans la province du Roussillon on comptait 7 hôpitaux militaires : Perpignan, Collioure, fort de B (...)
  • 21 Archives dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1541.

24Il suffit, pour illustrer ce propos, d’étudier la hiérarchie existant dans les hôpitaux militaires du Roussillon20. À la tête de l’hôpital est le personnel de direction composé du médecin de l’armée, du directeur et du contrôleur ; les chirurgiens sont écartés du personnel de direction. Quant au domaine médical, figurent en haut de la pyramide les médecins ordinaires et extraordinaires suivis des chirurgiens et des apothicaires. Force est de constater que, même au sein du personnel médical d’un hôpital, le chirurgien est en situation subordonnée. Cette position subalterne est renforcée par le fait qu’il est en charge du bon déroulement des repas et goûte les aliments avant qu’on les donne aux malades21.

  • 22 Ibid., 1 C 1139, statut et règlements pour les chirurgiens des provinces... : « .... Ne pourront a (...)

25Pour asseoir leur supériorité, les médecins invoquent enfin la valeur simplement locale de la maîtrise de chirurgie. Un maître chirurgien ne peut exercer son art que dans la localité où il a reçu son titre. Ainsi, un maître chirurgien qui exercerait à Perpignan alors qu’il n’a pas obtenu sa maîtrise auprès de la communauté de chirurgiens de la ville pratiquerait son art illégalement22.

II. Le positionnement social du chirurgien et du médecin résultat de cette rivalité

  • 23 Archives dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1800. « Les chirurgiens de la campagne ont un chef qui s’ap (...)

26Tirant orgueil de la qualité de sa formation ainsi que de sa position sociale, le corps des médecins va user de toute son influence pour maintenir les chirurgiens dans leur situation subalterne en leur interdisant d’accéder au plus haut grade universitaire, celui de docteur (A). La province du Roussillon possède une particularité quant à l’obtention de la maîtrise de chirurgie : le contrôle de ce grade y est assuré par un médecin, le protomédic23 (B).

A. La réticence des docteurs en médecine à ouvrir le doctorat aux praticiens de l’art mécanique

27Même si leurs compétences sont encore bien inégales, les maîtres chirurgiens poursuivent leur ascension sociale due en grande partie à toute une série d’édits et d’arrêts royaux dont l’objectif est de garantir une meilleure formation et la promotion des futurs maîtres chirurgiens.

  • 24 F. Vidal, op. cit., p. 27.

28L’édit de Marly, de mars 1707, a pour but de mieux encadrer la formation des aspirants à la maîtrise de chirurgie en fixant les matières d’enseignement obligatoires et le nombre d’examens pour obtenir ce titre. L’aspirant doit obligatoirement passer huit actes, à savoir : l’immatriculation, la tentative, le premier examen, la semaine d’ostéologie, la semaine anatomique, la semaine des saignées, la semaine des médicaments, le dernier examen24.

29C’est ainsi que, malgré la protestation des médecins, Louis XV créa en 1748 un collège appelé Académie de chirurgie.

  • 25 Cet édit ne s’applique véritablement qu’aux chirurgiens réunis en communauté ou en jurande. Concer (...)
  • 26 « Les maîtres reçus dans une communauté pourront se faire agréer dans une autre, en subissant un s (...)

30Afin de rehausser le niveau des maîtres chirurgiens des campagnes du royaume un édit royal daté du 12 avril 1749 instaure la bonne pratique de la langue latine et offre par là-même le statut de maître ès arts25. Ce n’est qu’en 1750 cependant que va être supprimée une pratique bien connue du milieu chirurgical pour obtenir facilement la maîtrise en chirurgie : obtenir d’abord une maîtrise dans une jurande de chirurgien réputée pour sa facilité d’accès. Une fois ce titre acquis, le nouveau praticien passe une agrégation afin de pouvoir exercer dans la ville qu’il désire26. Une lettre patente du 31 décembre 1750 mettra fin à cette commodité en stipulant dans son titre VII :

  • 27 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1139.
  • 28 Ibid., 1 C 1140, enquête de l’intendant 1736.

31« Les chirurgiens qui n’auraient été reçus que pour exercer leur art dans les bourgs et les villages ne pourront être admis à aucune agrégation, mais seront tenus, s’ils veulent exercer dans les villes, de subir tous les examens et de satisfaire toutes les conditions »27. Cette accession moins laxiste au titre de maître chirurgien est devenue une réelle nécessité afin de mettre un terme aux carrières chirurgicales entreprises sans formation adéquate comme le relève, dans le Roussillon, une enquête de l’intendant ; « ... les chirurgiens de la province de Roussillon reçoivent des abonnements à la barbe et à la saignée »28.

  • 29 « Ce privilège ne cessa qu’en 1768 », F. Vidal, op. cit., p. 36.

32Enfin, l’usage de la location de boutique pour pratiquer l’art chirurgical est abandonné au XVIIIe siècle29. Cette aberration héritée des coutumes des corps de barbiers a eu pour effet de permettre aux barbiers-chirurgiens les plus incompétents d’exercer leur art en toute légalité et sans être inquiétés par la communauté des chirurgiens à laquelle ils appartenaient.

  • 30 À noter que les barbiers-perruquiers conservent quelque chose de savant qu’ils tiennent de leur an (...)
  • 31 U. Fardeau, Mémoires d’un chirurgien sabreur, Le Coufray-Macouard, éd. anne Faucou, Pierre Gourdin (...)

33Pour en terminer avec les modifications apportées à l’obtention du titre de maître chirurgien et à l’amélioration de leur formation, il faut mentionner la séparation totale des chirurgiens avec les barbiers et les perruquiers. Au cours de leur réception, les premiers font serment d’exercer leur art, « sans mélange de profession mécanique, comme barberie et commerce »30. Ils s’efforcent également d’imposer un strict numerus clausus31.

  • 32 F. Vidal, op. cit.
  • 33 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1140, c’est le chirurgien major de l’hôpital militaire de Perp (...)

34Toutefois, la rupture entre les chirurgiens et les barbiers n’est réellement consommée sur toute l’étendue du royaume qu’en 177832. L’accès des maîtres chirurgiens des bourgs et des villages à une solide formation est concrétisé par des études universitaires dans les villes qui le permettent. Pour que l’université de Perpignan put offrir un enseignement au futur chirurgien il faudra attendre la création d’une chaire d’anatomie, le 2 mai 1723, dispensée une année durant en latin, une seconde en français33.

35Cet enseignement est suivi aussi bien par les élèves en chirurgie que par les élèves en médecine. Dès lors, nombreux sont les élèves chirurgiens ou les chirurgiens issus de l’université qui caressent l’espoir d’obtenir un doctorat en médecine. Or il n’existe pas de doctorat en chirurgie et un doctorat en médecine nécessite 3 ans d’études en faculté de médecine. Pourtant, ce titre permettrait à des chirurgiens de devenir docteurs en médecine, d’échapper à la tutelle des médecins et d’obtenir la qualité de bourgeois honoré.

  • 34 P. Izarn, l’Université de Perpignan et les chirurgiens du Roussillon de 1759 à 1793, p. 216, Arch. (...)

36Pour toutes ces raisons, les médecins n’entendaient pas ouvrir le doctorat en médecine car cela remettrait en cause la hiérarchie des métiers de l’art de guérir comme la tutelle exercée par les médecins sur les chirurgiens. Au surplus, le doctorat permettait d’obtenir la qualité de bourgeois honoré, statut très prisé en Roussillon. Il existait, au demeurant, une autre limitation à l’accession au grade de docteur en médecine mentionnée dans l’article XIII des statuts de la faculté de médecine du 9 février 1765 : « nul ne sera reçu au grade de bachelier ou de docteur s’il a exercé un art mécanique »34.

  • 35 F. Vidal, op. cit., p. 75.
  • 36 F. Vidal, op. cit., p. 100. Le seul privilège qu’il m’ait été donné de relever qui soit spécifique (...)

37Il faut toutefois nuancer cette maxime car le chirurgien titulaire du titre de maître ès art depuis l’arrêt royal de 1756 a la qualité de noble bourgeois avec tous les privilèges que cela implique35. Cependant, cet arrêt royal n’a jamais été appliqué dans la province du Roussillon et les chirurgiens n’ont jamais eu accès à ce statut. Il n’en demeure pas moins que les chirurgiens du Roussillon bénéficiaient de quelques privilèges. Ainsi, ils ne payaient aucune taxe hormis la capitation36.

  • 37 À Perpignan seulement deux chirurgiens ont pu obtenir le grade de docteur en médecine, Bertrand Ca (...)

38Un chirurgien pouvait tout de même accéder au grade de docteur en médecine à condition d’abandonner l’art mécanique, c’est-à-dire l’art chirurgical37.

B. Le protomédic, faire-valoir du contrôle de l’art chirurgical par les docteurs en médecine

  • 38 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1140

39Le protomédic, médecin honoré par le roi pour ses services rendus, a en charge l’inspection des chirurgiens du Roussillon. Le protomédic est une particularité de la province du Roussillon conservée après son annexion au royaume de France. Le chirurgien est encore soumis à l’autorité des médecins car le protomédic est membre de ce corps. En outre, ceux qui attribuent le droit d’exercer la chirurgie et le statut de maître chirurgien sont les consuls de Perpignan38.

  • 39 Ibid., 1 C 1140, l’édit royal de 1710 confirme la place primordiale du Premier chirurgien.
  • 40 Ibid., 1 C 11 39.

40Dans le reste du royaume toute accession à la maîtrise de chirurgie doit être effectuée en présence des lieutenants nommés par le Premier chirurgien. Ce personnage joue un rôle primordial dans la rédaction des statuts de la communauté des chirurgiens. Il a la qualité de conseiller du roi et sa fonction lui confère la noblesse39. Ce n’est toutefois que par un édit royal de 1723 que le Premier chirurgien devient « le chef et garde des chartes, statuts et privilèges de la Chirurgie sur les communautés des chirurgiens du royaume sans exception d’aucune province ni colonie »40.

41Cette concurrence dans le contrôle de la maîtrise de chirurgie en Roussillon va inévitablement conduire à des tensions entre le protomédic et le Premier chirurgien. Alors que dans l’ensemble des provinces du royaume apparaît un nouvel officier, le chirurgien juré qui remplace le lieutenant du Premier chirurgien du roi, par les édits de 1691 et de 1692, le Roussillon déroge à la règle. En effet, il n’y a jamais eu de lieutenant du Premier chirurgien en Roussillon, par conséquent de chirurgien juré.

  • 41 Ibid., 1 C 1140.
    Ibid., 1 C 1139, statut et règlement pour les chirurgiens des provinces..., Titre (...)
  • 42 Ibid., 1 C1140.

42L’un des premiers éléments de la tension entre le Premier chirurgien et le protomédic est la déclaration de septembre 1723 qui permet au Premier chirurgien de nommer dans toutes les provinces du royaume des lieutenants qui valident l’obtention de la maîtrise41. Pendant 36 ans aucune solution ne sera trouvée. Il faut attendre l’édit du 31 mars 1759 pour que soit précisé le mode de nomination du protomédic : « le titre de protomédic sera réservé au doyen de la Faculté de Médecine de Perpignan ; en outre, nul ne pouvait pratiquer la chirurgie en Roussillon qu’après avoir suivi durant deux ans au moins les cours d’anatomie, d’opération et de bandages, sous la direction du professeur titulaire de ce cours et du démonstrateur. [...] après quoi munis d’un certificat de présence ils pourraient se présenter pour obtenir des lettres de maitrise devant les consuls de Perpignan s’ils désiraient exercer en ville, devant le protomédic s’ils se retiraient à la campagne »42.

  • 43 Ibid., statut du chirurgien lieutenant, 1 C 1139.
  • 44 Ibid.

43Il résulte de cela que le protomédic reste un docteur en médecine car le doyen de la faculté de médecine ne peut être que docteur. Là où dans les autres provinces du royaume le lieutenant du Premier chirurgien est un maître chirurgien qui valide la délivrance de la maîtrise43, en Roussillon selon une coutume séculaire la validation reste à la charge du protomédic, dans les villages et la campagne, des consuls à Perpignan. Pour qu’un lieutenant du Premier chirurgien soit établi à Perpignan il faudra attendre 1776 et une lettre-patente qui confirme les privilèges des consuls quant à la délivrance de la maîtrise de chirurgie44.

  • 45 Ibid.

44Suite à cela, le Premier chirurgien demande que le lieutenant soit présent à la délivrance des maîtrises de chirurgie des villes comme de celles des campagnes. Ceci conduit à d’autres affrontements juridiques entre le protomédic qui se sent lésé et le Premier chirurgien qui tente d’imposer le même mode de délivrance de la maîtrise de chirurgie dans toutes les provinces de France. Ce conflit s’arrête avec une lettre-patente de 1779 qui maintient le protomédic dans ses fonctions mais oblige la présence à l’examen de maîtrise du lieutenant du Premier chirurgien et de ses confrères45.

Conclusion

  • 46 Y. Leon, op. cit.

45À la fin du XVIIIe siècle nombre de lois et de décrets ont contribué à déstructurer les corps de métiers ainsi que l’université. Nous pouvons citer la loi d’Allarde de mars 1791 qui instaure la liberté d’exercer tout métier sous réserve de payer une patente, supprime les maîtrises et les jurandes ; la loi Le Chapelier de juin 1791 qui supprime toute forme d’association professionnelle ; le décret d’août 1792 dû à la Convention qui supprime les facultés de médecine46. Ainsi, n’importe qui eut la possibilité de devenir médecin ou chirurgien en s’acquittant d’une simple patente.

46Toutefois, au XVIIIe siècle, c’est un lieu commun chez les esprits éclairés de réclamer la réunion de la médecine et de la chirurgie. Ajoutons en outre que la promotion de la chirurgie se fit au détriment de l’autorité et de l’indépendance des sages-femmes. À la fin de l’Ancien Régime, la nouvelle profession de médecin-chirurgien avait aussi pris en charge le domaine des accouchements.

Note

1 Dicton populaire : « Le médecin d’Angleterre, le Chirurgien de France et l’Apothicaire d’Allemagne ».

2 L’art chirurgical retrouvera toutes ces lettres de noblesse grâce à Louis XIV suite à son opération réussie d’une fistule anale. On peut rappeler le souvenir de Ambroise Paré, chirurgien de quatre Valois, auquel Henri II fit décerner un diplôme par le Collège de France, J.-P. Poirier, Ambroise Paré : un urgentiste au XVIe siècle, Paris, 2005.

3 Par décision du Parlement de Paris, 1655-1656, les communautés des maîtres chirurgiens et des barbiers ont été réunies, F. Vidal, La querelle médecins-chirurgiens au XVIIIè siècle, édité par le CDF, p. 1.

4 Ibid., p. 30

5 F. Vidal, Les chirurgiens du Roussillon au XVIIIe siècle, EPHE, 1979, p. 28.

6 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1139, statut et règlements pour les chirurgiens des provinces, établis ou non établis en Corps de Communauté, Titre V, art. XXXVI : « Les brevets d’apprentissage seront de deux ans sans interruption... ».

7 Un maître chirurgien ne peut avoir plus d’un apprenti.

8 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1139, statut et règlements pour les chirurgiens des provinces..., Titre V, art. XXXII et XXXVIII. L’article XLIV implique que « les aspirants à la Maîtrise seront obligé de présenter... une requête à laquelle sera joint l’ensemble de leurs certificats de vie et de mœurs, de religion catholique, apostolique et romaine et ceux de services ».

9 Statut et règlements pour les chirurgiens des provinces..., titre III, art. XXII, XXIII, XXIV et XXV.

10 Article 23. Il faut attendre mai 1768 où de nouveaux édits royaux vont redéfinir le corps des experts pour les dents, énoncer cette fois-ci des matières d’enseignements et spécifier les épreuves auxquelles seront soumis ceux qui veulent devenir experts pour les dents, dont voici quelques articles :
art. 126 : Ceux qui voudront ne s’appliquer qu’à la cure des dents seront tenus avant d’en faire l’exercice, de se faire recevoir au dit Collège de chirurgie en la qualité d’expert (cela existait déjà depuis 1699),
art. 127 : Ne pourront aucuns aspirants être admis à la dite qualité d’expert s’ils n’ont servi deux années entières et consécutives chez l’un des maîtres en chirurgie ou chez l’un des experts établis dans la ville et faubourgs de Paris, ou enfin, sous plusieurs maîtres ou experts des autres villes pendant trois années,
art. 128 : Seront reçus les dits experts en subissant deux examens en deux jours différents dans la même semaine, ils seront interrogés le premier jour sur la théorie et le second sur la pratique des dits exercices. S’ils sont jugés capables dans ces examens ils seront admis à la dite qualité d’expert en payant des droits et en prêtant serment entre les mains de notre Premier Chirurgien ou de son Lieutenant ». Y. Leon, L’exercice illégal de la médecine en Ille-et-Vilaine au 19e siècle, EPHE, 1991.

11 La fusion des barbiers du poil et des perruquiers donnera naissance au coiffeur.

12 F. Vidal, op. cit., p. 35. Bail de location en date du 28 septembre 1688 : « Cession de privilège de tenir boutique ouverte de chirurgien au Faubourg Saint-Antoine par Hélène des Champs, veuve de Henri Content, maître chirurgien à Paris, à Gérard d’Esboignes pour y travailler du dit art de chirurgie sans pouvoir être inquiété par les jurés du dit art, moyennant la somme de 120 livres », Minut. Cent. Notaires de Paris, XXVIII 6. Cette pratique de bail de location s’applique aussi bien à Paris qu’à l’ensemble du royaume.

13 Guy Patin (1601-1672) fut élu doyen de la Faculté de médecine de Paris le 4 novembre 1650, et fut prorogé dans ses fonctions un an plus tard, le 4 novembre 1651, jusqu’au 2 novembre 1652 où Paul Courtois lui succéda. L. Jestaz, Édition critique des lettres de Guy Patin conservées dans le manuscrit Baluze 148 de la Bibliothèque nationale de France, École des Chartes, 2001. Cette remarque eut lieu après la fusion imposée par le parlement de Paris en 1656 de la communauté des barbiers et de celle des chirurgiens.

14 F. Vidal, op. cit, p. 41.

15 Il apparaît important de rappeler que sous l’Ancien Régime tous les corps de métiers bénéficient de la protection d’un saint comme saint Luc pour les médecins, saint Côme et saint Damien pour les chirurgiens ou encore sainte Apolline pour les dentistes.

16 « Il y a un livre, écrit Audry, un calendrier même des saints médecins. Que les chirurgiens souffrent qu’on les y renvoie ! On les prie, de leur côté, de montrer le calendrier des saints chirurgiens », F. Vidal, op. cit, p. 41.

17 Le prévôt de la jurande, Jérôme Delanoue, publie en 1715 le « Calendrier des Saints Chirurgiens », F. Vidal, op. cit, p. 41.

18 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, C 1140, 15 juin 1737.

19 Ibid., 2 B 904, 31 mai 1732, un docteur en médecine, Joseph Ceilles, este en justice contre les chirurgiens de la ville d’Arles qui prescrivent des médicaments sans l’aval d’un médecin licencié. L’arrêt rendu condamne les chirurgiens qui se rendent coupables de vente de médicaments à une amande de 500 livres dont la moitié ira au roi et l’autre à la Faculté de Médecine de Perpignan.

20 Dans la province du Roussillon on comptait 7 hôpitaux militaires : Perpignan, Collioure, fort de Bellegarde, fort des Bains, Prats-de-Mollo, Villefranche, Mont-Louis, Salses.

21 Archives dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1541.

22 Ibid., 1 C 1139, statut et règlements pour les chirurgiens des provinces... : « .... Ne pourront aussi les chirurgiens reçus pour une ville ou il y aura Communauté, s’établir dans une autre ville où il y aura Communauté, sans se faire agréger en icelle, ainsi qu’il sera ordonné au Titre des Agrégations ; et pareillement ceux qui auront été reçus pour une ville où il n’y a point de communauté, ne pourront s’établir dans aucune ville où il ait communauté sans s’y faire recevoir dans la forme qui sera prescrite au Titre des Réceptions... ».

23 Archives dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1800. « Les chirurgiens de la campagne ont un chef qui s’appelle le Protomédic, lequel succède aux Protomédecins créés dans toute l’Europe pour veiller à la santé de chaque province et lequel se continue en Roussillon, depuis qu’il a le bonheur d’estre sous la domination du Roi de France. Ce protomédic est nommé par brevet du roi et est ordinairement une récompense que le roi donne aux médecins qui ont travaillé à ses armées et dans ses Hôpitaux. Il suit les Statuts qui ont été faits par les Universités, confirmés par les lois et en conséquence fait par arrêts au Conseil Supérieur du Roussillon. Le Roi donne à ce Protomédic l’inspection des chirurgiens de la Campagne et par conséquent un petit droit lors de leur Maitrise lesquels sont examinés par deux chirurgiens en présence du Protomédic, lequel sur l’avis des examinateurs leur accorde des lettres s’ils sont trouvés capables, les dites lettres sont valables pour tout le Roussillon. Il n’y a nul appointement à cette charge que le droit ci-dessus nommé et il est obligé dans un pays chaud comme le Roussillon sujet toutes les trois ou quatre années de maladies épidémiques de se transporter ».

24 F. Vidal, op. cit., p. 27.

25 Cet édit ne s’applique véritablement qu’aux chirurgiens réunis en communauté ou en jurande. Concernant les chirurgiens non pourvus de la maîtrise ès art, ils pouvaient devenir maîtres chirurgiens associés au corps des maîtres ce qui leur permettaient de bénéficier de la plénitude des droits des chirurgiens collégiés, F. Vidal, op. cit., p. 29.

26 « Les maîtres reçus dans une communauté pourront se faire agréer dans une autre, en subissant un seul examen de trois heures et en payant le quart des droits ordinaires », ibid., p. 34.

27 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1139.

28 Ibid., 1 C 1140, enquête de l’intendant 1736.

29 « Ce privilège ne cessa qu’en 1768 », F. Vidal, op. cit., p. 36.

30 À noter que les barbiers-perruquiers conservent quelque chose de savant qu’ils tiennent de leur ancienne union avec les chirurgiens : jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ils suivirent des cours à l’Académie de chirurgie.

31 U. Fardeau, Mémoires d’un chirurgien sabreur, Le Coufray-Macouard, éd. anne Faucou, Pierre Gourdin, Joseph-Henri Denécheau, 1999, p. 41.

32 F. Vidal, op. cit.

33 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1140, c’est le chirurgien major de l’hôpital militaire de Perpignan qui assure le cours d’anatomie.

34 P. Izarn, l’Université de Perpignan et les chirurgiens du Roussillon de 1759 à 1793, p. 216, Arch. dép. Pyrénées-Orientales, D 16, 1, 1767

35 F. Vidal, op. cit., p. 75.

36 F. Vidal, op. cit., p. 100. Le seul privilège qu’il m’ait été donné de relever qui soit spécifique à la ville de Perpignan concernant les chirurgiens est qu’ils sont exemptés des corvées d’entretien des routes, Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1545.

37 À Perpignan seulement deux chirurgiens ont pu obtenir le grade de docteur en médecine, Bertrand Carcassonne en 1768 et Jean Massot en 1774, mais cela ne s’est pas effectué sans tension et sans l’appui de la justice. Voir à ce sujet Arch. dép. Pyrénées-Orientales, D 14 et D 15/1 ainsi que P. Izarn, L’Université de Perpignan et les chirurgiens du Roussillon de 1759 à 1793, p. 216 à 218.

38 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1140

39 Ibid., 1 C 1140, l’édit royal de 1710 confirme la place primordiale du Premier chirurgien.

40 Ibid., 1 C 11 39.

41 Ibid., 1 C 1140.
Ibid., 1 C 1139, statut et règlement pour les chirurgiens des provinces..., Titre Premier des Droits et Prérogatives du Premier Chirurgien, article III : « Le lieutenant du premier chirurgien dans chacune Communauté des Chirurgiens, sera toujours choisi par le premier chirurgien dans le nombre de trois Maîtres d’icelle Communauté, ou aggrégés à icelle, qui lui auront été présentés par les Maires et Consuls... ».

42 Ibid., 1 C1140.

43 Ibid., statut du chirurgien lieutenant, 1 C 1139.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Y. Leon, op. cit.

Autore

Doctorant en histoire du droit, université de Perpignan Via Domitia

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search