Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Première partie. Les politiques sportives, des interrogations du local à la dimension géopolitique.

Politiques sportives en région stéphanoise : réflexion sur la temporalité des territoires sportifs

Stéphane Merle

Texte intégral

1Nous proposons ici une réflexion sur les temporalités des territoires et des politiques sportives, ou comment le sport permet de mettre en avant et de confronter différentes échelles temporelles de production des territoires sportifs. Elle a pour cadre la région stéphanoise, c’est-à-dire la ville-centre et ses grands équipements, son identité de ville sportive construite sur la durée, et les communes périphériques de l’agglomération (plus au sens spatial et fonctionnel qu’institutionnel). L’étude est centrée sur les équipements structurants qui concentrent les enjeux et les moyens financiers des partenaires publics (au premier rang desquels les communes, mais aussi la communauté d’agglomération, le conseil général...). Elle s’inscrit dans un travail de thèse axé sur les politiques et aménagements sportifs, sur leur inscription dans diverses temporalités faisant apparaître des logiques de production d’espaces sportifs différenciées selon les systèmes d’acteurs et les stratégies socio-spatiales. En privilégiant les constructions sur le long terme et les héritages, nous partirons de quelques exemples d’aménagements sportifs pour mettre en lumière les rapports entre les temporalités des pratiques et des politiques publiques, donc des équipements sportifs à l’interface des deux. Un premier point sera consacré à la construction des grands équipements et espaces sportifs stéphanois sur le long terme, largement hérités des initiatives privées de la société industrielle locale, un second à une confrontation aux logiques politiques et sportives du court terme, et un dernier à l’émergence récente de pôles sportifs d’agglomération hors de la ville-centre.

Saint-Etienne ou l’inscription sur un temps long des grands équipements sportifs en ville

Une tradition sportive et des initiatives propres à la société industrielle locale

2Sans rentrer dans le détail du poids des héritages, il apparaît que l’identité sportive stéphanoise repose sur une tradition sportive populaire propre à cette ville industrielle, au poids du mouvement sportif ouvrier structuré à l’échelle des quartiers stéphanois. Comment parler d’espaces sportifs construits sur un long terme sans évoquer les jeux de boules répartis dans tous les quartiers de la ville, ces jeux où s’exprime depuis plus d’un siècle la boule lyonnaise, dans près de 100 lieux différents, des grandes amicales laïques aux petites sociétés de quartier en passant par les quelques patronages catholiques ou le boulodrome municipal couvert (sans oublier les places publiques de la ville qui ont accueilli des centaines de concours jusqu’aux années 1950, témoin d’une autre inscription dans la ville que les seuls équipements). Même si la boule lyonnaise est en perte de vitesse aujourd’hui, notamment face à un sport « concurrent » de diffusion nationale, la pétanque (qui la remplace dans plusieurs sociétés boulistes traditionnelles), les milliers de boulistes représentent bien une tradition sportive des plus anciennes, presque immuable dans ses rituels et ses aménagements sportifs (des jeux de boules dont la gestion a été reprise depuis longtemps par la municipalité). Plus confidentielle et de tradition ouvrière plus discutable quant aux origines d’une pratique elle-même héritée au xixème siècle des sociétés de jeu de l’arc assez élitistes (dans la société proto-industrielle), la sarbacane reproduit une évolution similaire, d’ampleur moindre car ses logiques de sportivisation sont moins poussées, d’où son statut récent de jeu sportif presque patrimonialisé, entretenu aujourd’hui dans quelques sociétés et écoles de la ville.

  • 1 Depuis les multiples courses sur route jusqu’aux grandes manifestations sportives (Tour de France (...)

3L’identité sportive stéphanoise ancrée dans un long terme, c’est également la mémoire de sports majeurs dans la ville et la constitution de grands équipements sportifs plus éphémères : nous faisons ici référence au cyclisme, en lien avec toute une industrie du cycle développée dès la fin du xixème siècle. Répondant à une demande populaire de sport-spectacle, les industriels du cycle stéphanois font construire dans les années 1920 un grand vélodrome d’hiver sur le modèle parisien, qui s’impose sur le plan sportif comme haut-lieu du cyclisme sur piste (complétant la richesse des pratiques cyclistes locales1), mais échoue sur le plan économique. Racheté puis géré par la ville dès les années 1930 jusqu’à sa destruction faute de sécurité (et de modernisation) en 1961, il devient un palais municipal des sports, accueillant compétition de masse (boules, basket) et sport-spectacle en tout genre (cyclisme bien sûr, moto, boxe, catch, basket). Attaché à une vision idéalisée de la société industrielle locale des années 1920-1960, le vel d’hiv est depuis sans cesse remis en avant, même de manière approximative par les sportifs stéphanois et les municipalités successives, faisant l’objet de projets d’aménagement récurrents : la politique sportive actuelle ne peut se comprendre qu’en tenant compte de logiques socio-sportives et politiques ancrées sur du long terme.

  • 2 Ainsi, dans la vallée de l’Ondaine, plusieurs clubs actuels sont issus des sections du puissant Om (...)

4Nous pourrions également évoquer dans ce poids des milieux industriels de la région stéphanoise les nombreuses initiatives des grandes entreprises industrielles du secteur dominant des mines et de la métallurgie : dès les années 1930 dans l’Ouest minier, les compagnies minières aménagent des terrains et stades de football (à Firminy ou Roche-la-Molière, acquis et modernisés depuis par les municipalités suite au désengagement de ces entreprises dans les années 1960-70), tandis qu’à Saint-Etienne les Houillères, nationalisées ensuite après 1945, construisent un stade omnisports et une piscine, non sans lien avec tout un mouvement sportif corporatif structuré2.

  • 3 Merle Stéphane, 2005, « Saint-Etienne : l’image de marque d’une ville par le sport », in Bouchet P (...)
  • 4 Merle Stéphane, 2004, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne, un ‘monument’ du sport local  (...)

5Mais l’exemple d’aménagement sportif lié à un contrôle des élites économiques locales sur le développement sportif local est celui du stade Geoffroy Guichard, tant pour ce qu’il représente dans la ville et depuis l’extérieur (selon le triptyque « un club, un stade, une ville »3), que pour son histoire en elle-même qui traduit bien les évolutions du sport de haut niveau et de ses équipements. Nous avons là un haut lieu sportif, durablement inscrit dans la ville, souvent assimilé à une vitrine pour la ville, notamment lors des grands matches du club résident, l’ASSE, et de grandes manifestations sportives, tels l’Euro 1984 puis la Coupe du Monde 1998. Construit en 1931 par la famille Guichard sur un terrain vague à la périphérie de la ville, à une époque où l’équipe professionnelle de l’ASSE n’existait pas encore et où le rugby dominait au sein de l’ASS (association héritée du club d’entreprise du Casino), il s’impose comme un grand stade incontournable, sans cesse « amélioré » selon des conceptions architecturales et fonctionnelles évolutives et selon des modes de gestion différents : d’abord comme équipement privé et patrimoine familial jusqu’en 1965 (géré par la famille Guichard à travers une filiale de Casino), puis comme équipement public géré par la ville de Saint-Etienne jusqu’en 2001 où le relais est pris par la communauté d’agglomération Saint-Etienne Métropole. L’épopée sportive des Verts dans les années 1970, pilotée par le président du club R. Rocher (dirigeant autoritaire et ambitieux, issu du petit patronat industriel stéphanois, en voie d’ascension sociale), en fait un haut-lieu du sport-spectacle, approprié de multiples manières et qui fait, depuis plusieurs années, l’objet d’un processus de patrimonialisation, tant réel qu’idéel4.

  • 5 Plusieurs grands espaces sportifs stéphanois attestent d’une évolution globale des logiques socio- (...)

6D’autres grands aménagements sportifs ont cette force du passé et une présence actuelle importante dans le paysage sportif stéphanois, toujours hérités des initiatives de la société industrielle locale : le grand complexe sportif de l’Etivallière, le plus prestigieux de la ville actuelle, est ainsi un héritage de l’espace sportif le plus ancien et déjà le plus prestigieux, tel un palimpseste sportif lié d’abord aux acteurs privés de 1892 à 1925 (la haute bourgeoisie stéphanoise, rubanière, puis la moyenne bourgeoisie qui lancent les premières sports modernes dans le cadre de ce parc sportivo-mondain), puis aux municipalités successives et à leur politique sportive elle-même ancrée dans les stratégies politico-sportives globales (socialisme municipal des années 1920, Front Populaire, régime de Vichy, République gaullienne)5.

Le poids des politiques sportives publiques : l’interprétation locale de modèles nationaux

7Le parc de l’Etivallière montre donc bien ces temporalités successives, de politiques sportives nationales réinterprétées par les acteurs publics locaux, conduisant à l’aménagement de grands ensembles sportifs. Après des années de projets, de mise en attente, d’hésitations sur l’envergure des aménagements à partir de trois petits ensembles sportifs (le parc clos de mur, un stade de football et athlétisme et un ensemble de terrains de football), le complexe sportif de l’Etivallière voit le jour au cours des années 1960-1970 au cœur de la dynamique nationale d’équipement sportif. Mais plus que la simple reproduction locale du modèle national du complexe sportif pour assurer le sport de masse (grâce à l’équipement collectif garantissant le service public des sports), l’aménagement sportif de l’Etivallière est bien ancré dans la politique municipale de M. Durafour, élu en 1965 (premier adjoint depuis les années 1940), qui vise à moderniser la ville et changer son image de ville noire, en assignant au sport une vocation précoce de marketing urbain (essentiellement par le haut niveau sportif). Même en tenant compte des remaniements qui remettent en cause les projets ambitieux de patinoire, de tennis couverts et surtout de grand stade (sachant que le stade G. Guichard, tout proche, est municipalisé et modernisé à cette époque), l’essentiel des travaux tient aux stades d’athlétisme, le stade prestigieux du haut niveau et du sport-spectacle avec sa tribune, et le stade de la Chaléassière pour l’entraînement et la compétition de masse (plus des terrains de football, basket, tennis, boules, etc).

8Ce grand complexe sportif polyvalent, inauguré par des championnats de France d’athlétisme en 1972, mis en évidence comme vitrine sportive de la ville dans un quartier nord-est désormais plus valorisé par ses équipements sportifs que par ses nombreuses usines voisines, est positionné comme complémentaire du second grand complexe sportif stéphanois, Méons. Ce dernier est plutôt dédié au sport de masse, tel un héritage de l’ensemble de terrains de football aménagés dans les années 1950 sur un vaste terrain vague (en partie dédié à l’exploitation minière et à l’hébergement de populations immigrées, après avoir servi de champ d’aviation), modernisé et complété de terrains de sports collectifs puis d’installations cyclistes grâce aux subventions nationales issues des lois-programmes d’équipement sportif dans les années 1960.

9Dans ce relais d’acteurs publics Etat-municipalité, le cas stéphanois montre l’aménagement de nombreux équipements sportifs de base, en fonction de tendances globales sur le long terme (terrains de football depuis l’entre-deux-guerres, puis gymnases et terrains de sports collectifs autres comme basket-hand-volley, puis piscines et courts de tennis), faisant croître le patrimoine sportif de manière progressive même si les années 1960-1970 attestent d’un effort sans précédent grâce à la dynamique nationale. Déjà réinterprétée au niveau local pour l’aménagement des grands complexes sportifs, la politique publique d’équipement sportif fait l’objet depuis les années 1970 et surtout 1980 de modifications importantes quant à la place donnée au sport dans la société et dans l’aménagement urbain. Nous dégageons pour simplifier deux logiques guidant les aménagements sportifs dans des temporalités assez courtes, à l’échelle d’une dizaine d’années maximum : d’une part les ruptures politiques, d’autre part les modes sportives.

Des politiques d’aménagement sportif confrontées à des logiques du court terme

Le poids des ruptures politiques locales : la place du sport dans la ville en débat

  • 6 D’un côté, la construction de gymnases dans les quartiers avait commencé avant 1977, dans la dynam (...)

10Au-delà des discours dissociant le sport et la politique et affirmant l’apolitisme du sport, il est indéniable qu’une politique sportive publique ne peut faire l’économie du temps électoral : des projets se pensent et se réalisent à l’échelle d’un ou deux mandats, surtout au sein des municipalités qui deviennent dans les années 1970-1980 les acteurs décisifs de l’aménagement sportif. A Saint-Etienne, l’alternance de municipalités de droite et de gauche en 1977 et 1983, montre des ruptures, des tournants, des retours en arrière, selon différentes conceptions du sport dans la société et dans l’aménagement urbain, pour simplifier centrées sur un débat entre logiques de centralité et de proximité pour les équipements sportifs. L’arrivée d’une municipalité de gauche entre 1977 et 1983 casse le modèle d’aménagement sportif par de grands équipements sportifs centraux (au sens de la centralité du complexe sportif qui accueille les compétitions et les clubs sportifs déterritorialisés par rapport aux logiques traditionnelles d’ancrage dans une vie de quartier) : elle succède à la municipalité Durafour (1965-1977) et son ambitieuse politique d’équipements sportifs, encouragée par les décisions prises au niveau national (depuis la première loi-programme d’équipement sportif en 1961), développée dans toute la ville et en particulier dans le Nord-Est : achat et modernisation du stade G. Guichard, aménagement de complexes sportifs avec stade d’athlétisme moderne, piscine olympique, palais des sports, etc. Nous l’avons suggéré, ces grandes réalisations servent autant le développement du mouvement sportif stéphanois que l’image de marque de la ville (telle une stratégie marketing précoce et assumée pour effacer l’image de ville noire et mettre en avant la modernité). L’arrivée de la municipalité du communiste Sanguedolce en 1977 montre une rupture politico-sportive forte, surtout dans les discours, autour du sport de masse, de petits équipements dans les quartiers assurant une proximité avec le cadre de vie immédiat, même si les réalisations effectives du début des années 1980 nuancent cette rupture politique sportive6. Outre les nombreuses réalisations à l’échelle des quartiers (gymnases, petits terrains de sports collectifs, réaménagement de jeux de boules), quelques opérations d’envergure plus importante sont menées avec toute la force symbolique associée à une localisation privilégiée, celle d’espaces urbains jusque-là délaissés, souvent des quartiers de grands ensembles en voie de marginalisation progressive, sans oublier la force symbolique des équipements choisis, dans des disciplines en voie de démocratisation. Parmi ces équipements aux significations socio-spatiales prépondérantes, citons le complexe tennistique de Montreynaud et la piscine de la Cotonne, inaugurés respectivement en 1981 et 1982 dans deux quartiers de grands ensembles, censés assurer un service public des sports uniforme et éviter une dégradation d’image à l’échelle locale. De même, symboliquement face aux grands complexes sportifs du Nord-Est (Etivallière et Méons), la municipalité Sanguedolce lance l’aménagement d’un troisième complexe, à l’Ouest, au pied d’un terril minier (Michon, qui associe surtout courts de tennis et terrains de football).

11Le retour d’une municipalité de droite en 1983, confirmé en 1989, montre une autre rupture et la mise en évidence d’autres priorités dans l’aménagement sportif de la municipalité, notamment le retour aux stratégies de marketing urbain (Pichot, 1999) grâce aux grands équipements. Les deux plus importants, tant par l’investissement engagé que par les enjeux socioculturels, sont le golf municipal, aménagé à partir de 1986 à la place d’une ancienne décharge, au cœur de l’Ouest minier stéphanois (le 18 trous est inauguré en 1994, après d’importants travaux et une première inauguration du 9 trous en 1989, attirant une farouche opposition de la gauche locale). Le second équipement est le complexe gymnique S. Berland pour l’accueil du Pôle France de gymnastique féminine, inauguré en 1992 suite à l’implantation d’un centre permanent d’entraînement et de formation en 1985, en lien avec le grand club gymnique local l’Indépendante stéphanoise. Sans entrer dans le détail des systèmes d’acteurs locaux supportant ces projets, retenons leur inscription dans des tendances lourdes émergentes : il s’agit pour la nouvelle municipalité de se démarquer du processus de banalisation en cours avec l’équipement sportif de base au niveau national, entrant alors dans une stratégie de diversification de l’offre sportive qui introduit une différenciation territoriale (grâce au haut niveau sportif d’un côté, au sport-loisir prestigieux d’un autre côté), renforcée au niveau local par le poids de la désindustrialisation (effacement d’un soutien fort au développement sportif, y compris sur la gestion des équipements). Dans un contexte de décentralisation qui ne touche qu’indirectement mais assez fortement le sport, les années 1980 marquent l’avènement d’une municipalisation du sport et des projets d’aménagement sportif : ces derniers émergent du niveau local, des communes en priorité qui financent leurs équipements par contractualisation avec les niveaux supérieurs de collectivité territoriale. Dans le cas stéphanois, cela passe par des projets qui dépassent l’enjeu sportif, qui utilisent le sport à d’autres fins que lui-même (notamment pour le golf dont la communication repose moins sur l’offre sportive que sur l’enjeu urbanistique de revitalisation d’un quartier déprécié par son ancienne occupation minière, avec opérations immobilières associées), en tenant compte des modes sportives nationales puisque le golf stéphanois est lancé en 1986 au cœur de la période d’aménagement des golfs publics. Nous sommes bien dans l’émergence d’une ville post-industrielle, voire post-moderne dans le sens où un individualisme de masse accompagne la montée de l’hédonisme, où donc se développent des pratiques libres, voire auto-organisées, selon des modes sportives à plus ou moins court terme (selon une innovation sportive permanente), ce qui questionne les politiques d’équipement sportif traditionnelles.

Le poids des modes sportives : la question des pratiques de sport-loisir en ville

  • 7 Surtout depuis les années 1990 puisque dans les années 1980, les premières pratiques libres s’acco (...)
  • 8 Précisément la piscine à vague de Saint-Chamond, innovante en 1983, et le Nautiform d’Andrézieux-B (...)

12Sur ce second point, l’élargissement des pratiques sportives et l’éclatement du système des sports traditionnel depuis une vingtaine d’années constitue sans aucun doute un défi pour les politiques publiques du sport, en région stéphanoise comme ailleurs (Augustin, 2002). La montée en puissance de sports-loisirs, au départ dits californiens puis élargis à des pratiques allant de sports auto-organisés en milieu urbain jusqu’aux activités physiques de plein nature (APPN), remet plus ou moins en cause la culture sportive dominante - phénomène qui fait encore largement débat depuis les travaux d’A. Loret (Loret, 1995) - associé à un zapping sportif qui questionne les politiques municipales d’aménagements sportifs. Outre le constat d’équipements sportifs majoritairement inadaptés à ces nouvelles pratiques et formes de pratiques7, l’étude de ces politiques à Saint-Etienne montre des difficultés à prendre en compte ces nouveaux sports, par exemple le « football de pied d’immeuble » ou le basket de rue, mais surtout les sports de glisse urbain comme le roller. Certes, sur ces premières pratiques libres de sports collectifs, la municipalité stéphanoise réagit de manière « conventionnelle » en aménageant des plateaux multisports de proximité pour éviter les conflits d’usage des espaces publics, parfois accompagnés d’une politique municipale d’animation sportive comme au moment de la Coupe du Monde de football 1998 (par l’opération « y’a pas qu’le foot dans la ville » en réponse à une communication sportive très centrée sur le football à Saint-Etienne). Mais de manière plus générale, spécifiquement sur la glisse urbaine, nous analysons plutôt la réponse politique comme relative à un esprit de résistance à ces tendances ludiques : Saint-Etienne apparaît comme une ville sans urbanisme ludique, éloignée de la notion de ville festive (en témoigne la rigidité de l’offre des piscines municipales, limitée aux piscines standardisées des années 1960-1970, sans réaction ou presque face aux piscines ludiques aménagées en périphérie dans les années 1980-19908).

  • 9 Qui de fait laisse place à de larges mais inégales initiatives locales. Le nombre de « riders » ét (...)
  • 10 Sauf exception comme pour le bi-cross stéphanois, structuré depuis les années 1980 autour de Saint (...)
  • 11 Qui ne gère que quelques grands équipements sportifs d’intérêt communautaire (sans générer de véri (...)

13Dans le cas du roller, si en terme de pratiques Saint-Etienne suit la mode nationale au début des années 2000 avec d’un côté la pratique de club, au sein du cercle des patineurs stéphanois (né en 1983 dans la mode du patin à roulette, relancé par le roller en ligne à la fin des années 1990, aussi bien en fitness qu’en street hockey ou en roller acrobatique, devenant Saint-Etienne roller), d’un autre côté la pratique libre, plus informelle (dans divers espaces publics, y compris en centre-ville, pratique formalisée lors des randos-roller du vendredi soir, comme dans d’autres agglomérations françaises), il en est différemment pour la politique de gestion de ces pratiques. Depuis une dizaine d’années, la municipalité hésite entre une approche traditionnelle de normalisation par l’orientation sportive et les clubs d’une part, et l’accompagnement hésitant d’une pratique libre d’autre part. En fait, non seulement le roller est perçu comme une mode éphémère qui ne doit pas susciter de grands aménagements, mais encore le sport se trouve rarement intégré dans la réflexion sur le réaménagement des espaces publics, une pratique urbanistique pourtant fortement développée par la municipalité. Ainsi, en 2000 est construit un roller skate-parc, de conception simple (sept modules dont un module central, un « lanceur » et un module vague, au départ prêtés par la municipalité marseillaise sur deux mois), sur le site de la Plaine Achille (déjà dévolu aux sports-loisirs mais plus d’intérieur : piscine, patinoire, bowling). Ce premier aménagement, sans grande réflexion sur les pratiquants et les lieux potentiellement investis, n’est qu’une réponse locale banale à une réflexion nationale9 et il faut attendre 2006, sur la pression d’une demande sociale inscrite dans la durée, pour qu’un autre aménagement soit proposé, une piste spécifique au sein du parc des sports de Méons (en fait une simple piste goudronnée à l’intérieur de la piste cycliste des années 1980). Quant aux randos-roller, d’abord encadrées par la police municipale dans une stratégie de contrôle de la pratique jusqu’en 2002 (année où le club bénéficie de 25 staffeurs formés par le principal club lyonnais), elles sont gérées comme l’ensemble des pratiques du roller par le club Saint-Eienne roller (mais aussi les Diables verts dissocié de ce dernier pour le street hockey). A une vision positive, valorisant le caractère populaire et festif, parfois carnavalesque (dans l’idée que par la randonnée urbaine, la ville devient un lieu d’expression et cesse d’être un agrégat de non-lieux), s’oppose une vision négative, celle de nombreux aménageurs, élus et décideurs locaux, confrontés à cette extension de la pratique dans les espaces publics urbains, dans les lieux passants en particulier. Le club reste la matrice de l’action publique locale en faveur des sports et dans ce type de sports, d’orientation très ludique et assez faiblement structurée autour du haut niveau10, le soutien de la municipalité stéphanoise est plus timide que pour les grands sports individuels et collectifs où les clubs stéphanois évoluent au haut niveau, largement grâce à la politique sportive locale (gymnastique, cyclisme et athlétisme d’un côté, grâce respectivement au Pôle France, à l’ECSEL et au Coquelicot, les cinq grands sports collectifs d’un autre côté, grâce aux clubs professionnels de l’ASSE et du SEB, enfin au CASE pour le volley, hand et rugby). Il s’agit pour la grande ville de s’affirmer à l’échelle locale et régionale par le sport de haut niveau médiatisé donc avec des retombées d’image mais aussi un développement économique potentiel (surtout pour le football avec le rôle de vitrine joué par le stade G. Guichard, suscitant diverses consommations lors des matches et des visites organisées par la ville en dehors de ce temps sportif). Mais sur ce point qui assigne au sport une fonction de distinction territoriale affirmée récemment, d’autres logiques socio-politiques et sportives viennent à l’échelle de l’agglomération bouleverser cet « ordre sportif établi » où la grande ville monopolise grands équipements, clubs et manifestations : à travers l’émergence du pôle sportif périphérique d’Andrézieux-Bouthéon en moins de vingt ans, c’est toute la politique sportive stéphanoise qui est questionnée, à l’échelle communale comme à l’échelle intercommunale avec la mise en place de la communauté de communes puis d’agglomération de Saint-Etienne Métropole11.

L’émergence rapide de pôles sportifs d’agglomération face au poids de la grande ville

  • 12 Confirmant ainsi le dissidence du Sud de la Plaine du Forez vis-à-vis d’une agglomération stéphano (...)
  • 13 Dès 1983, la municipalité définit ses orientations pour le sport (tennis couverts, nouveau terrain (...)

14Le cas de cette commune d’Andrézieux-Bouthéon est plutôt original à l’échelle d’une agglomération puisqu’en misant sur le sport, de masse puis rapidement de haut niveau et le sport-loisir, la municipalité andrézienne est parvenue à intégrer le sport au projet de ville et à structurer un pôle sportif de premier plan au niveau régional, accompagnant un mouvement de périurbanisation qui en région stéphanoise pénalise la grande ville en lui ôtant ses forces vices (les jeunes ménages des classes moyennes et supérieures qui constituent la majorité des licenciés de haut niveau, voire également les dirigeants sportifs). Située au nord de l’agglomération, d’environ 10 000 habitants, Andrézieux-Bouthéon ne fait pas partie de la communauté d’agglomération Saint-Etienne Métropole (comptant pourtant 43 communes et 390 000 habitants) ; au contraire elle a fondé, au même moment que la création de l’intercommunalité stéphanoise au milieu des années 1990, avec la commune voisine de Saint-Galmier, la communauté de communes du Pays de Saint-Galmier12. Si ses équipements sportifs correspondent aujourd’hui à ceux d’une ville de 50 000 habitants et attirent des sportifs et des spectateurs de presque toute l’agglomération, c’est que son potentiel fiscal (grâce aux zones industrielles) et le dynamisme de son maire François Mazoyer (élu de 1983 à son décès brutal en 1995) ont suscité une politique de valorisation urbaine par le sport. Précisément, après une fusion communale dans les années 1960 (Andrézieux et Bouthéon) puis la construction d’un quartier HLM dans les années 1970 (la Chapelle, situé entre les deux anciens bourgs), la commune devait se fixer une identité et un projet de ville : le maire a misé dans les années 1980 sur le sport et la jeunesse. Comme le quartier de la Chapelle avait des espaces disponibles et une population jeune en difficulté d’intégration sociale, le choix d’équipements sportifs de qualité à cet endroit permettait de valoriser le quartier et la commune, d’autant plus qu’un lycée était souhaité par le maire (obtenu en 1986 et inauguré en 1990)13. Le second mandat (1989-1995) porte sur des équipements de qualité et structurants, attractifs pour le Sud de la Plaine du Forez : c’est l’aménagement du complexe nautique Nautiform lancé en 1989 et inauguré en 1992, une piscine sport-loisir complétée d’un centre de remise en forme dès 1993, qui devient vite un équipement-phare pour la commune. Mais c’est aussi par une politique du sport pour tous, au sein de divers clubs encouragés sur un plan financier et matériel, qu’Andrézieux-Bouthéon devient en peu de temps une commune sportive, attirant même des sportifs stéphanois (par exemple dans les clubs de tennis et d’athlétisme).

  • 14 Ainsi, dans les années 2000, les quatre clubs cités ci-dessus représentent deux tiers des 500 000 (...)

15Le renforcement du complexe sportif des Bullieux se poursuit par le dernier projet du maire F. Mazoyer en 1995 : un Palais des sports dans une approche intégrée (allié à un centre d’hébergement et des salles de sport spécialisées, tout en modernisant le stade d’athlétisme et les courts de tennis à proximité). C’est la nouvelle municipalité Schalk qui l’inaugure en 1998, après trois ans de projet et travaux, non sans tensions sur le poids des grands clubs par les équipements mis à disposition et les subventions (ALS en basket, ASF en football, TCAB en tennis et FAC en athlétisme). D’un projet sportif associé à l’échelle communale à un projet de ville pour limiter l’éclatement urbain et donner une identité à une périphérie urbaine, Andrézieux-Bouthéon est passée à une ambition tout autre, dans une connivence à peine cachée avec les grands clubs pour structurer le haut niveau (depuis l’entraînement dans des installations prestigieuses jusqu’au soutien à de grandes manifestations sportives comme le tournoi de tennis Challenger 42, cinquième tournoi français en dotation), sans oublier l’attractivité des grands équipements de sport-loisir (d’où le projet de stade d’eaux vives lancé en 2006)14. C’est donc plus vers une politique d’image et du haut niveau que s’oriente la municipalité Schalk réélue en 2001 : cela passe plus par une valorisation des équipements à travers surtout de grandes manifestations (par exemple la Fed Cup en avril 2003 en plus du tournoi Challenger en février) que par de nouveaux équipements. En moins de vingt ans donc, cette commune s’est constituée en pôle sportif périphérique, au-delà du processus classique de diffusion spatio-temporelle liant sport et urbanisation. Même si cela n’est rarement présenté ainsi par les élus et les dirigeants sportifs locaux, des phénomènes de concurrence se sont installés entre Saint-Etienne et Andrézieux-Bouthéon, que des partenariats tentent d’apaiser, par exemple entre l’ASSE et l’ASF en football (limité dans les faits car en 2005/06, les deux clubs sont adversaires dans la même poule en CFA) mais surtout pour le handball avec la fusion des deux grands clubs locaux (la section handball du grand club omnisports stéphanois CASE et le club andrézien) pour former Saint-Etienne Andrézieux Handball. Ainsi, de même que temporalités sportives et temporalités des politiques publiques peinent à s’associer, les logiques territoriales du mouvement sportif ne sont pas celles des découpages institutionnels : aucun rapprochement entre collectivités locales, donc entre politiques sportives publiques, n’est envisagé entre Saint-Etienne et Andrézieux-Bouthéon, que ce soit au niveau communal ou intercommunal (si ce n’est dans le cadre du SCOT Loire-Sud, dont le sport est pratiquement absent des réflexions).

16Sans revenir sur les logiques temporelles évoquées jusqu’à présent, nous pouvons évoquer pour conclure d’autres liens entre temporalités sportives et politiques publiques du sport. Si les municipalités et les structures intercommunales sont de plus en plus confrontées à des problèmes de réhabilitation d’équipements anciens et au maintien d’une identité sportive locale (avec le hiatus grandissant entre sport de masse et sport de haut niveau), un point fort s’affirme depuis quelques années : les politiques de gestion/ rationalisation du temps sportif. Outre la question ancienne des plannings d’équipements sportifs, c’est au-delà de cet aspect pratique tout un enjeu socio-politique autour des modalités de pratiques à privilégier, notamment le sport de haut niveau en concurrence avec d’autres modalités de pratiques sportives. Ainsi, les temps de compétition fédérale régulière, de grande compétition exceptionnelle, donc aussi d’entraînement classique et spécifique, se superposent avec les temps du sport-loisir (au sein de clubs sportifs ou non) et les temps du sport-scolaire, plus contraignants. Des ajustements complexes sont possibles et demandent une grande réflexion de la part de la puissance publique, selon des processus de régulation difficile à instaurer dans des systèmes d’acteurs de plus en plus complexes. Bien souvent, dans les tensions entre monde sportif et monde politique, la puissance publique peine à engager une véritable régulation à travers le rapprochement des intérêts publics, alors que le rapprochement entre clubs sportifs contourne ces biais institutionnels.

Notes

1 Depuis les multiples courses sur route jusqu’aux grandes manifestations sportives (Tour de France passant dès 1903, Paris/Saint-Etienne puis Paris/Nice) en passant par les sorties cyclotouristes initiées par Vélocio dès les années 1890 et multipliées dans l’entre-deux-guerres, puis les courses sur piste au vieux vélodrome en plein air de l’Etivallière.

2 Ainsi, dans la vallée de l’Ondaine, plusieurs clubs actuels sont issus des sections du puissant Omni-club de l’Ondaine constitué de 1963 à 1989 grâce au soutien des comités d’établissement du grand groupe métallurgique local (devenu Creusot-Loire en 1970).

3 Merle Stéphane, 2005, « Saint-Etienne : l’image de marque d’une ville par le sport », in Bouchet P. et Sobry C, Management et marketing du sport : du local au global, Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, p. 143-166.

4 Merle Stéphane, 2004, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne, un ‘monument’ du sport local ? », Géocarrefour, n° 3, p. 213-222.

5 Plusieurs grands espaces sportifs stéphanois attestent d’une évolution globale des logiques socio-politiques de production d’équipement sportif en France : la piscine en plein air de Grouchy lancée sous le Front Populaire, le parc des sports scolaires de Villeboeuf près des deux lycées de centre-ville, lancé sous la période de Vichy et achevé dans les années 1950, l’ensemble sportif polyvalent de la Plaine Achille (palais des sports, halle omnisports et piscine couverte de taille olympique) dans les années 1960, etc.

6 D’un côté, la construction de gymnases dans les quartiers avait commencé avant 1977, dans la dynamique nationale, et d’un autre côté la municipalité Sanguedolce investit grandement pour la modernisation du stade G. Guichard, d’abord dans l’accompagnement des ambitions sportives du président Rocher, puis avec le soutien de l’Etat dans la préparation du Championnat d’Europe 1984 (pour plus de 80 millions de francs).

7 Surtout depuis les années 1990 puisque dans les années 1980, les premières pratiques libres s’accommodent des espaces sportifs et des espaces publics existants, tel le jogging pratiqué dans les parcs des sports et les parcs urbains, à Saint-Etienne comme ailleurs (complétés de quelques parcours de santé).

8 Précisément la piscine à vague de Saint-Chamond, innovante en 1983, et le Nautiform d’Andrézieux-Bouthéon en 1992, elle aussi précurseur sur l’attractivité des sports-loisirs à l’échelle supra-communale. Sur les six piscines stéphanoises en 2000, une a fermé (la plus ancienne et la plus petite), une est destinée aux clubs et aux scolaires, une est en cours de réhabilitation profonde depuis 2002 (non sans débats sur le type de piscine à envisager, le Maire ayant tranché en 2006 pour une piscine couverte classique, confirmant son service public rendu à l’échelle des quartiers sud-est), enfin une a été modernisée en 2002 avec un bassin extérieur ludique, avec toboggan.

9 Qui de fait laisse place à de larges mais inégales initiatives locales. Le nombre de « riders » étant insuffisant à Saint-Etienne, estimé à 300 jeunes, la municipalité ne juge pas opportun d’aménager un espace fermé et payant comme à Gerland, préférant laisser l’initiative privée potentiellement se développer.

10 Sauf exception comme pour le bi-cross stéphanois, structuré depuis les années 1980 autour de Saint-Etienne bi-cross, qui bénéficie d’une piste dans le parc des sports de Méons depuis cette époque et surtout qui organise depuis une dizaine d’années le bi-cross indoor en décembre au parc des expositions de la Plaine Achille grâce à un aménagement temporaire, piste et tribunes, accueillant plus de 1 500 coureurs et 5 000 spectateurs en deux jours).

11 Qui ne gère que quelques grands équipements sportifs d’intérêt communautaire (sans générer de véritable politique sportive intercommunale), à savoir le stade G. Guichard de 2001 à 2005, plus deux complexes sportifs depuis (celui du centre de formation de l’ASSE et celui de l’ASPTT, par opportunité foncière et pour sauver un club et un patrimoine sportifs menacés par le désengagement des entreprises-mères).

12 Confirmant ainsi le dissidence du Sud de la Plaine du Forez vis-à-vis d’une agglomération stéphanoise gardant par ses attaches industrielles des liens avec les vallées du Gier à l’Est et de l’Ondaine à l’Ouest.

13 Dès 1983, la municipalité définit ses orientations pour le sport (tennis couverts, nouveau terrain de football, maison des sports, accompagnés d’un renforcement de l’OMS et des subventions aux associations) mais c’est en 1986 que commence le véritable aménagement du complexe sportif des Bullieux (lieu-dit à côté de la Chapelle), d’abord en complétant les « équipements de base » avec une orientation sport-loisir pour ce premier mandat : boulodrome, courts de tennis, agrandissement du gymnase, mini-golf, parcours de santé, mur d’escalade dans le cadre d’une opération Habitat et Vie Sociale, salle de squash.

14 Ainsi, dans les années 2000, les quatre clubs cités ci-dessus représentent deux tiers des 500 000 euros de subventions aux associations sportives, soit moins d’un tiers pour la trentaine d’autres clubs car 10 % des subventions sont réservées pour les évènements sportifs exceptionnels dont le Challenger 42 (que le maire s’efforce de garder sur sa commune malgré les rumeurs de la presse locale sur une concurrence avec Saint-Etienne).

Auteur

Stéphane Merle : Professeur agrégé, docteur en géographie, Université Jean Monnet Saint Etienne, CRENAM.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search