Version classiqueVersion mobile

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

Les tailleurs perpignanais aux XVIIe et XVIIIe siècles

Alain-Jacques Perez-Couffe

Texte intégral

  • 1 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc, Perpignan, 1996, p. 598 ; « Textile et travail des (...)
  • 2 Tailleurs, en catalan se dit sastres ou sartres. Une ordonnance énumère les diverses parties du vê (...)
  • 3 La corporation désigne les communautés de métiers. La communauté des maîtres tailleurs, comme les (...)

1Les métiers du textile roussillonnais, malgré le déclin de cette industrie au XVe siècle et la concurrence languedocienne1, restent l’un des points forts de l’activité productive locale2 et s’organisent en corporation3.

  • 4 G. Larguier, « Les Lumières dans la ville », L’Université de Perpignan au XVIIIe siècle, 1996, p.  (...)
  • 5 1 J 471, 1769/1772, livres de comptes d’un marchand d’étoffes, faisant apparaître les commandes sp (...)
  • 6 E. Martin Saint-Leon, op. cit., p. 408.
  • 7 1758 : 1 C 1052 (Elne comptait 7 maîtres tailleurs, Ille-sur-Têt 16) ; 1775 : 1 C 816 ; 1767 : 1 C (...)
  • 8 Après une chute sévère de sa population Perpignan dépasse à nouveau 10 000 habitants après 1730, a (...)
  • 9 13 500 habitants au premier recensement détaillé de 1774, P. Wolff, Histoire de Perpignan, Privat, (...)
  • 10 L. Fonquernie, Paraître au XVIIIe siècle, Acteurs, vecteurs et enjeux de la mode dans la capitale (...)
  • 11 E. Boileau, Le Livre des Métiers, Bibliothèque des Arts, Sciences et Techniques, 1879, p. 35.

2La fiscalité qui la presse suggère d’ailleurs sa santé économique et l’importance de ce groupe d’artisans, si influant en France par son pouvoir politique et économique4. À l’époque moderne, le métier de tailleur est réservé aux hommes : les tailleurs confectionnent tous les habits dits du dessus, font les raccommodages et les pièces spéciales comme les escarpins5. À Perpignan, la confrérie comprend également les fripiers6, à Arles-sur-Tech les tisserands et les cordonniers, à Ille-sur-Têt les cordonniers. On comptait 500 tailleurs environ dans la province de Roussillon en 1759, à Perpignan 75 en 1758, 99 en 1767, 79 en 1775 qui employaient 51 apprentis7 pour une population de 13 000 habitants environ8. En comparaison, il y en avait une dizaine dans la ville de Prats-de-Mollo pour 2 500 présentés à 80 % par les tisserands et les tailleurs, tailleurs qui font partie non de la fabrique du textile mais de l’habillement ; habillement qui a ses traditions locales. Alors qu’en 1630 le Roussillon appartient encore à l’Espagne, la mode est fortement influencée par la mode française après l’annexion. En 1661, Louis XIV lui-même s’y intéresse et déclare au président du Conseil souverain que : « Sa Majesté veult et entend que tous les habitants de la ville de Perpignan, comme la capitale du pays, et qui par conséquent doit donner l’exemple aux autres, soient dorénavant vêtus à la françoise »9. Pour Laurent Fonquernie, il s’agit là d’une volonté probable d’assimiler la population au nouveau royaume10. Le pouvoir royal s’efforce, surtout à partir du XVIIe siècle, de donner des règlements uniformes11. Il faut préciser que les maîtres tailleurs ne sont pas les seuls à vivre de ces professions. En effet, les apprentis, les compagnons et les veuves de maîtres vivent également de ce métier.

  • 12 L’histoire culturelle de la province du Roussillon au XVIIIe siècle est jalonnée par des recherche (...)
  • 13 4 E 43.
  • 14 A. Drape, op. cit., p. 103.

3Perpignan est distribuée en quatre paroisses, dont la paroisse Saint-Jean, la plus huppée, et Saint-Mathieu peuplée d’artisans dont de nombreux maîtres tailleurs12. La confrérie des tailleurs est l’une des plus anciennes de la ville. Ses statuts remontent à 152213 et s’ils sont très rigides, s’ouvrent peu à peu au XVIIIe siècle. Mais seuls les maîtres tailleurs ont le privilège de fabriquer et de vendre des habits neufs ou d’occasion confectionnés dans leur propre office ou venant d’ailleurs14. La clientèle extérieure paraît très limitée, la principale étant de proximité, la rue ou le quartier.

4Il s’agit de montrer ici de quelle façon le métier de tailleur est organisé au XVIIIe siècle dans la ville de Perpignan (I) et d’aborder la question de l’accès au métier (II).

I. L’organisation corporative

5La corporation des maîtres tailleurs, régie comme les autres corporations par ses statuts (A), est un facteur essentiel de l’économie locale. Elle paie des taxes comme les autres mais doit veiller à ses intérêts (B).

A. Hiérarchie des métiers du textile et réglementation intérieure du corps des tailleurs

  • 15 3 E 22/163, certificat d’apprentissage établi le 16 novembre 1727 par maître Diego ; 3 E 9/375, ce (...)
  • 16 J. Ribes, Haut et moyen Vallespir au fil du temps, Perpignan, 1981, p. 33.
  • 17 1 B 1589, Joseph Bomas, maître tailleur contre Joseph et Felix Guardia fils de maître Guardia cito (...)
  • 18 Cf. II B.

6Les corporations se trouvent en possession de droits bien définis et d’une situation incontestée dans la ville. Leur caractère obligatoire les met en situation de monopole collectif et elles détiennent un pouvoir de règlementation du travail (conditions de l’apprentissage, de l’engagement, salaires), de la production (normes de qualités, règles de l’art) et de la commercialisation (mesures, conditions de paiement)15. Ces corporations souvent riches sont représentées de droit au niveau politique où elles imposent des décisions jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. À noter toutefois que la corporation des drapiers perpignanais était beaucoup plus puissante que celle des maîtres tailleurs16. Elles ont la responsabilité de la qualité des produits vis-à-vis du public et assurent à leurs membres la propriété collective des techniques, des procédés et des modèles. Ce faisant, elles garantissent à leurs membres un domaine d’activité qui porte sur une catégorie de biens ou de services dont le regroupement constitue la spécialité professionnelle. Elles représentent les intérêts collectifs17, car des litiges pour étendre ce domaine et gagner ce que nous appelons aujourd’hui des parts de marché, opposent les maîtres entre eux, aux métiers voisins également, ce qui explique que les communautés de la ville sont souvent en conflit avec les communautés foraines18. La corporation a un rôle de police, contrôle la fabrication, surveille étroitement l’accès à la maîtrise.

  • 19 2 B 1555, la confrérie des maîtres tailleurs de Perpignan contre les trois confréries de jardinier (...)
  • 20 2 B 1571, procès devant le Conseil souverain entre Jeanne Béguin et la confrérie des maîtres taill (...)
  • 21 2 B 1571, lettres patentes d’Henry IV, données à Fontainebleau au mois de novembre 1602, « ayant é (...)

7De même, les confréries perpignanaises ont l’obligation d’acheter leurs matières premières aux autres confréries perpignanaises. Les maîtres tailleurs doivent acheter leurs tissus aux maîtres drapiers. Chaque confrérie a des obligations envers ses consœurs en vertu de privilèges reconnus19. Ceux-ci peuvent être accordés par le roi soit à une commune du royaume soit à une autre nation20. En « vertu des privilèges accordés à la nation suisse » par une lettre de Henry IV, les femmes peuvent « travailler dans cette ville et dans tous les lieux du Roussillon, les métiers de tailleur pour femme »21.

  • 22 4 E 43, « contrat en date du 20 juin 1707 entre Thomas Icra tailleur de la dite ville de Perpignan (...)
  • 23 2 B 1409, la confrérie applique une sanction envers des maîtres tailleurs condamnés par le Conseil (...)
  • 24 4 E 1, serments des surposés des confréries de Perpignan.

8Ainsi, comme l’indiquent les statuts, le corps de métier des tailleurs a le privilège et l’exclusivité de pouvoir confectionner les habits du dessus, les vendre, les raccommoder, les transformer. Le corps perpignanais des tailleurs fait partie de la même confrérie que celle des chaussetiers. Ce monopole est personnel, géographique puisque seuls les membres habitant la ville peuvent exercer, ouvre un droit exclusif de fabriquer les produits de leur spécialité. Ces statuts assurent ainsi la discipline professionnelle ainsi que l’existence et l’action des métiers organisés22, une garantie contre l’excès de concurrence, un gage de solidarité pour les producteurs et une police interne23 car tous les membres du métier sont tenus, en bonne conscience, de dénoncer les infractions aux règles24.

  • 25 112 Edt, BB 8, fo 34 (3 juin 1527). « Tant en dies de dimenges com de festes per Santa Mara Iglesi (...)
  • 26 2 B 892, arrêt du Conseil souverain (25 novembre 1720).

9De même, ces statuts réglementent la durée du travail. Les dispositions concernant celle-ci se bornent à l’observation des fêtes religieuses. Le travail est interdit le dimanche et les jours fériés pour obéir aux prescriptions de « nostra santa iglesia »25. Lorsqu’il y a une procession, les surposés ordonnent la fermeture de toutes les boutiques de la confrérie afin qu’elle y participe. D’autre part, quand un maître tailleur décède, tous doivent cesser le travail pour assister aux obsèques. La confrérie condamne les contrevenants à peine de 50 livres d’amende même si une tolérance est accordée pour faire les habits des morts26. Dans ce cas, les tailleurs peuvent travailler le dimanche et les jours de fête.

10Le régime des communautés de métiers est donc un système de statuts légaux qui définissent, d’une part les droits et les obligations des trois principales catégories de membres, apprentis, compagnons, maîtres, d’autre part le métier en tant que tel et ses représentants : les prohoms, les surposés, les trésoriers. Ils assurent la défense des intérêts de la profession auprès des municipalités.

  • 27 A. Drape, op. cit., p. 43.
  • 28 F. Serrurier, op. cit., p. 801.

11Ainsi, les prohoms, d’après Alphonse Drape, correspondent aux bourgeois de chaque confrérie qui composent, à coté du seigneur et du baille, une sorte de conseil oligarchique27 : « ils ne constituent en rien une caste à part, quelque chose comme les ancêtres des bourgeois », seule « leur situation de fortune suffisait à leur conférer des prérogatives et une supériorité de droit... »28.

  • 29 4 E 1, serment des surposés des confréries de Perpignan ; 2 B 1522, livre de la confrérie saisi pa (...)
  • 30 2 B 1522, livre de la confrérie.
  • 31 E. Martin Saint-Leon, op. cit., p. 321.

12En revanche, les surposés doivent veiller au bon fonctionnement du corps et gérer ses biens. Ils sont chargés de visiter les maîtres, de vérifier la qualité des ouvrages, de présider les cérémonies d’entrée dans la corporation. Élus par l’assemblée des maîtres et confirmés par les autorités publiques, leur mandat est d’un an. Ils définissent l’ordre du jour des réunions de la confrérie qui se tiennent après convocation chez l’un d’eux29. Lors de ces réunions, ils choisissent le trésorier qui est sous leur étroit contrôle, rendre ses comptes devant eux. Ils convoquer l’assemblée quand un apprenti désire passer sa maîtrise30, sont les gardiens des livres de la confrérie, s’occupent de la répartition de la capitation31.

  • 32 2 B 1522. En 1727, Ignace Carrera est nommé trésorier de la corporation des tailleurs.
  • 33 2 B 1522, livre de la confrérie...

13Le trésorier a un rôle important bien que subordonné aux surposés. Il doit veiller à la gestion des revenus et des dépenses, rendre des comptes32 « tous les jours en la maison des surposés pour prendre les ordres pour ce qui concerne les affaires de la confrérie » et « sa charge l’oblige en ses biens présents et avenir »33. De plus, le trésorier a un devoir de secret, fait la promesse avant l’entrée dans ses fonctions de ne rien dévoiler. Aussi, cette charge n’est-elle pas confiée à tous. Avant toute nomination on examine la réputation, les bonnes mœurs, le savoir du pressenti. Comme les autres, la fonction est fermée aux maîtres tailleurs non originaires de Perpignan. Après chaque nouvelle élection, un inventaire est établi, soumis à l’approbation de la confrérie, le trésorier sortant le communiquant à son confrère entrant. Si la nomination constitue une réelle reconnaissance des pairs, la charge reste lourde et les maîtres tailleurs essayent souvent d’y échapper. Mais le trésorier nouvellement élu ne peut s’y soustraire, est forcé de se maintenir avec les surposés et les prohoms. Ils sont malgré leur tutelle un maillon essentiel de l’organisation de la confrérie.

  • 34 1 C 921, abonnement du premier et second vingtième avec les deux sols pour livre du dixième en ver (...)

14Les maîtres tailleurs Perpignanais sont un facteur de l’économie locale, par leur prospérité et leur influence34. Cette corporation paie comme les autres les taxes mais doit également veiller à son développement.

B. Les recettes et la répartition des taxes dans la confrérie

  • 35 2 B 1522, livre de la confrérie...

15Chaque promotion dans la vie d’un artisan est marquée par des rites de passage, c’est-à-dire une épreuve et une cérémonie de réception donnant lieu à un droit d’entrée ou de « vinage ». Ces droits d’entrée, les amendes perçues par les trésoriers dans le cas de fraude et les droits sur les productions foraines, constituent les revenus de la corporation. La confrérie reçoit également de ses membres des dons, des rentes constituées. Des quêtes publiques sont effectuées lors de messes à l’intention d’un membre. Cet argent est destiné à entretenir la maison du métier, à la célébration des fêtes, à des manifestations collectives35.

  • 36 112 Edt, HH 7, fo 19 vo, « Qalservol jove o persona que’s volra posa per apranent de dit offici ha (...)
  • 37 Ce droit d’entrée paraît faible comparé au prix d’une veste et d’une culotte (ensemble) qui est de (...)
  • 38 Les propines sont des pourboires.
  • 39 2 B 1522, livre de la confrérie...

16L’apprenti paie toujours des droits d’entrée à la confrérie dont les maîtres exigent le recouvrement et sont responsables vis-à-vis de leurs confrères. Sans cela ils ne pouvaient en recevoir36. Ce droit d’entrée montre un corps de métier fermé aux gens extérieurs à la ville. A contrario, il facilitait l’accès à la maîtrise aux natifs de la ville qui jouissaient d’une taxation plus avantageuse que les forains. Les fils de maîtres de Perpignan étaient exempts du paiement du flambeau, du droit d’apprentissage, du drapeau37. Les fils de forains devaient « la moitié des propines38 touchants aux susdit maître et un flambeau de cire blanche de poids de 6 livres et un livre de cierges et 6 livres 6 sols 8 deniers pour le droit du drapeau et apprentissage »39.

  • 40 C. Juhel, La fiscalité directe en Roussillon sous l’Ancien Régime, 1659-1789, Thèse droit, univers (...)
  • 41 1 C 793-864, mise en place de la première capitation en Roussillon (1695-1715).
  • 42 M. Marion, Histoire financière de France depuis 1715, t. 1 (1715-1789), Paris, 1914, p. 10.
  • 43 1 C 815-817, répartition de la capitation de la confrérie des maîtres tailleurs.

17La capitation40, nouvel impôt royal direct établi en 1695, supprimé en 1698, rétabli en 170141, devient peu à peu un impôt de répartition effectuée à l’intérieur du métier42. Par exemple, en 1774, 711 livres 14 sols « à laquelle somme la dite confrérie se trouve taxée, tant pour le principal de la capitation, que pour la réunion des offices municipaux et autres impositions extraordinaires, conformément à l’ordonnance de Monsieur le subdélégué général de l’Intendance du Roussillon et Comté de Foix nommé par le Roy en date du 14 mai 1774 »43. Les maîtres tailleurs payaient pour eux et leurs garçons (1 livre 10 sols pour chacun d’eux). L’éventail au sein du corps était large. En 1775, un seul maître, Louis Caylou, payait plus de 20 livres, 9 étaient taxés entre 12 livres 10 sols et 20 livres, 12 entre 7 livres 10 sols et 12 livres, 14 entre 5 livres 10 sols et 7 livres, 39 entre 1 livres 10 sols et 5 livres. 3 n’étaient pas imposés.

  • 44 C. Juhel, op. cit., p. 305.
  • 45 1 C 917-921, abonnement du premier et second vingtième avec les deux sols pour livre du dixième...

18Le vingtième, impôt établi en mai 1749 en remplacement du dixième, touchait tous les revenus des redevables44. Cette taxe permet donc d’apercevoir les revenus individuels des tailleurs45. Il n’existait pratiquement personne qui fut taxé moins d’une livre chez les maîtres tailleurs mais il est intéressant de noter qu’il n’y en avait plus aucun qui le fut au-delà de 30 livres à partir de 1780. Cela laisserait penser que la profession rencontrait des difficultés. Sur les 114 maîtres tailleurs de 1760, 81 paient moins de 9 livres. 51 % néanmoins payaient plus de 5 livres alors qu’en 1785 56 % étaient taxés à moins de 5 livres, 35 % entre 1 et 3 livres. Ceci prouve qu’au sein même d’un même corps de métier, existaient de grosses différences de revenus. Par exemple, le plus gros écart de cote du vingtième se trouvait être entre Michel Taille et Jacques Crouzat. Le premier payait 26 livres, le second 9 sols.

II. L’accès à la profession

19Afin de comprendre l’accès au métier de maître tailleur, la confrérie, forte de sa réputation, met en place comme les autres corporations un apprentissage (A). Pour être digne du métier, en faire respecter la notoriété, la corporation va jusqu’à traduire en justice un fils de forain qui la compromet (B).

A. De l’apprentissage à la maîtrise

  • 46 J. Trogno, Les confréries en Roussillon aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, mémoire de maîtrise, 19 (...)

20Le principe fondamental est de distinguer le maître qui a le droit de vendre au public et se rémunère grâce au prix de la vente, appelé également marchand pour cette raison, et le compagnon salarié qui ne doit pas être payé pour sa production (c’est-à-dire à la pièce) mais pour son temps de travail. Les compagnons sont en général tous engagés le même jour de l’année, celui de sainte Lucie46, à terme fixe, pour une durée d’un an, ce qui n’empêche pas qu’ils puissent être réengagés par le même maître plusieurs années durant. Le compagnon peut également réaliser un chef-d’œuvre. Dès que celui-ci est reçu par ses maîtres, il peut s’établir. Un seul compagnon aurait obtenu sa maîtrise au XVIIIe siècle à Perpignan si l’on en croit le livre de la confrérie.

21Les compagnons se distinguent de ce fait des ouvriers, désignés sous le nom de journaliers. Le journalier travailleur recruté pour faire face à un besoin temporaire de main-d’œuvre peut travailler dans n’importe quel corps à condition que ce ne soit pas à long terme. Mais il reste considéré comme sans qualification.

  • 47 2 B 1522, livre de la confrérie...
  • 48 4 E 43, les témoignages sont principalement fondés sur la pratique religieuse « catholique, aposto (...)
  • 49 Les fils de maîtres tailleurs perpignanais ne doivent pas de droit d’entrée, à l’inverse, un droit (...)
  • 50 4 E 1, serments des surposés des confréries...
  • 51 2 B 1522, livre de la confrérie...
  • 52 2 B 1522, les exemples de chefs-d’œuvre sont multiples : 13 juin 1719, réalisation d’une poche par (...)
  • 53 A. Drape, op. cit., p. 91 sq.

22En dehors de ces catégories, existent les apprentis placés par leurs parents. Leur arrivée dans la corporation est soumise à des conditions47. L’âge du jeune apprenti oscille entre 12 et 20 ans. Il doit être de bonnes vie et mœurs, une enquête de moralité sur son compte étant effectuée. Elle se fonde principalement sur les témoignages de l’entourage48. De plus, il doit avoir un père titulaire de la maîtrise de maître tailleur. S’il veut exercer à Perpignan son père doit y tenir un office. L’apprentissage a un coût pour le maître, qui le répercute par un droit d’entrée49. Les fils de maîtres tailleurs ne sont pas soumis à ce paiement ce qui crée une hérédité de fait et ce principe se retrouve dans toutes les autres confréries perpignanaises. L’apprentissage est un acte fort et donne une grande responsabilité au maître car l’apprenti est sous son autorité et il doit, tel un bon père de famille, l’élever au savoir du métier50. Le maître tailleur doit le nourrir, le vêtir, le soigner quand il est malade, a évidemment l’obligation de lui apprendre tous ses secrets professionnels. Le maître est responsable de l’apprenti et, pour ce faire, doit déclarer son entrée à la confrérie deux jours après l’acte d’apprentissage établi devant notaire51. Cet apprentissage se fonde sur un contrat qui définit la durée de placement et les tâches à exécuter. Le candidat à la maîtrise doit travailler quatre ans chez un maître et être ainsi reconnu par tous ses pairs52. Un contrôle de qualité de son savoir-faire est effectué dans le but de ne pas porter atteinte à la notoriété de la profession dans la région53. Ce contrôle est établi par la suite par la confrérie qui veille à la bonne renommée des tailleurs exerçant sur Perpignan. L’apprenti doit une totale obéissance à son maître. Son apprentissage passe par toutes les petites tâches d’exécution que l’on peut trouver dans un commerce. En effet, si l’apprenti s’enfuit de la maison du maître, ses parents doivent le faire revenir sous peine d’amende. Il lui est interdit de travailler chez d’autres maîtres tailleurs que celui avec lequel il s’est engagé.

23Pour passer maître, il faut donc justifier de l’aptitude à le devenir et ceci par la production d’un certificat d’apprentissage et par la réalisation d’un « chef-d’œuvre ».

  • 54 4 E 1, serment des surposés des confréries...
  • 55 2 B 1522, acté par maître Jaubert, 24 novembre 1722.
  • 56 4 E 43, il s’agit ici d’un imprimé type qui concerne des contrats de maîtrise. Il y est indiqué «  (...)
  • 57 R. Rodriguez, op. cit., p. 31.
  • 58 2 B 1522, livre de la confrérie...

24Ce certificat d’apprentissage et le « chef-d’œuvre » sont les clés principales à l’accession à la profession de maître tailleur. Ce chef-d’œuvre est soumis au contrôle des pairs. Même si des avantages pécuniaires sont octroyés aux enfants de maîtres de la ville, la confrérie par son contrôle limite le nombre des apprentis, ce qui est par essence même un contrôle de la concurrence au sein de la corporation. Le certificat d’apprentissage est établi à la fin de celui-ci et atteste des quatre ans passés auprès d’un maître. De même, comme le prévoient les statuts de la corporation et après l’obtention du certificat d’apprentissage, le jeune apprenti effectue le « chef-d’œuvre »54 qui lui donne accès à la maîtrise et lui permet d’exercer la profession de tailleur55. Ainsi, à titre d’exemple, Ignace Brial, jeune garçon tailleur né à Pia, présente le 24 novembre 1722 son « chef-d’œuvre », une robe. Brial a pour parrain Jean Gros, maître tailleur à Perpignan, et prohom dans la confrérie. Le 21 juillet 1744, Joseph Prim présente, accompagné de son parrain, son « chef-d’œuvre » qui est une culotte de drap de terre. Le rôle du parrain est important car, si celui-ci n’est pas son maître, il est l’accompagnateur de la cérémonie de l’apprenti où le chef-d’œuvre est contrôlé par les autres maîtres tailleurs de la confrérie. Le passage de l’examen pour obtenir la maîtrise se déroule de la même manière pour tous56. Ici, un rituel d’initiation est visible, où le jeune maître tailleur doit prêter serment57 : comme Ignace Brial qui « accepte la dite maîtrise et promet d’être obéissant aux dits supposés et à leur successeurs, qu’il gardera et observera les privilèges, ordinaires et coutumes de ladite communauté ont fait et sont tenus et obligés de faire... »58.

  • 59 Cf. infra B II.
  • 60 2 B 1525, procès interdisant à un maître tisserand d’exercer en tant que maître pareur.

25Ce principe assez fermé peut être perçu comme un régulateur de la concurrence, car une distinction géographique est faite entre ceux provenant de la ville et les forains, c’est-à-dire des campagnes. Ceci entraîne le procès d’Ignace Brial59. À savoir également qu’il est impossible d’exercer d’autres métiers que celui pour lequel la maitrise est obtenue60.

B. Un fraudeur : Ignace Brial

  • 61 F.-P. Blanc, Les Magistrats du Conseil Souverains du Roussillon 1660-1789, thèse droit, université (...)

26En 1748, la communauté des tailleurs intente un procès à Ignace Brial, au motif qu’il n’a pas respecté les statuts de la confrérie. Après plusieurs années de pratique illégale, car Ignace Brial a accédé à la fonction de trésorier où les fils de forains ne sont pas admis, les dirigeants de la communauté des tailleurs se sont rendus compte de l’infraction qui est le non respect de l’hérédité foraine. L’affaire passe devant le Conseil souverain sous l’audience d’André Cappo61. Afin de défendre ses droits, Ignace Brial prend comme avocat maître Soustich, qui avait été précédemment l’avocat de la confrérie. Les registres de la confrérie sont remis au conseiller qui après étude déclare : « celui-ci exerce son métier de maître tailleur dans la dite ville de Perpignan, activité qu’il pratique alors même qu’il est fils de tailleur forain ». Feu son père, prénommé également Ignace, était lui aussi maître tailleur, mais à Pia.

  • 62 2 B 1522, extrait des registres de la cour de la capitainerie générale du Roussillon, André Cappo (...)
  • 63 2 B 1522, livre de la confrérie...

27L’enquête de qualité est menée sur plusieurs points62. Ignace Brial a payé le droit d’entrée en sa qualité de forain63, de même lors du passage de sa maîtrise. L’acte ne porte pas l’expression « admis et agrégé maître tailleur de la ville et confrérie », ce qui lui interdit d’exercer le métier en ville. De même, le mot « ville » n’apparaît pas dans l’acte de maîtrise, comme dans tous les actes dédiés aux forains. Enfin, le terme forain avait été rayé sur l’acte à quatre endroits. Ce qui suppose une aide venue de l’intérieur de la confrérie, à moins qu’il n’ait lui même biffé ces termes lorsqu’il exerçait la fonction de trésorier qui lui donnait accès aux documents. Les questions soulevées par le conseiller dans ce procès sont : « est-ce qu’un forain a le droit d’exercer dans la ville de son apprentissage » ? La réponse fut oui à la condition de payer l’équivalent de cinq fois le droit d’entrée à la maîtrise, et surtout d’avoir l’accord de la confrérie. À la question du conseiller : « les forains ont-ils le droit d’avoir des fonctions au sein de la confrérie ? », la réponse fut négative. Ignace Brial, après la fermeture de son office, l’ouvrira à nouveau et exercera son métier sans plus être inquiété, mais renoncera à toute fonction au sein de la confrérie.

28Si nous nous en tenons à la vision anti corporative des économistes et aux cahiers de doléances, on reproche à la corporation de rendre difficile l’accès à la profession de maître tailleur : fermeture de droit (exercice du métier réservé aux héritiers, seuls les fils ou les gendres pouvaient devenir maître à leur tour), fermeture de fait (impossibilité de la mobilité sociale dans les corporations, les héritiers disposent d’un temps plus court d’apprentissage, payement d’un droit d’entrée dans le métier pour les fils de forain). Il est possible de dire que même si cette profession connaissait quelques difficultés, la documentation prouve que ce corps savait se maintenir au XVIIIe siècle.

Notes

1 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc, Perpignan, 1996, p. 598 ; « Textile et travail des pauvres en Languedoc et en Roussillon au XVIIIe siècle à travers trois exemples : Narbonne, Perpignan, Montpellier », « De la fibre à la fripe ». Le textile dans la France méridionale et l’Europe méditerranéenne (XVIIe-XXe siècle), Montpellier, 1998, p. 167 ; C. Sala, Franc-maçonnerie et sociabilité en pays catalan au siècle des Lumières : un particularisme de frontière, Canet, 2005, p. 14 sq.

2 Tailleurs, en catalan se dit sastres ou sartres. Une ordonnance énumère les diverses parties du vêtement « le bliau, la gramasia, la capa, la cortardia, le gardacors, la flotxa ab tirapitz, les causes fobrades ». (Le bliaut, l’habit de deuil, la cape, le gilet, le bustier, les habits fins, les collants), A. Drape, Recherches sur l’histoire des corps d’arts et métiers en Roussillon sous l’Ancien Régime, Paris, 1898, p. 103.

3 La corporation désigne les communautés de métiers. La communauté des maîtres tailleurs, comme les autres communautés, est une association obligatoire dotée d’une personnalité juridique, d’une réglementation sociale et technique, d’un pouvoir disciplinaire, dont font légalement partie toutes les personnes exerçant publiquement les mêmes activités professionnelles dans une circonscription territoriale définie. La confrérie désigne une association formée par des laïques en vue d’exercices de piété, de charité et de dévotion.

4 G. Larguier, « Les Lumières dans la ville », L’Université de Perpignan au XVIIIe siècle, 1996, p. 31 sq. ; E. Martin Saint-Leon, Histoire des corporations de métiers, Paris, 1897, p. 501 ; A. Maba, Les consulats du Roussillon (1659-1789), une institution particulariste au service de la centralisation monarchique, thèse droit, université de Perpignan, 2000, p. 177-217.

5 1 J 471, 1769/1772, livres de comptes d’un marchand d’étoffes, faisant apparaître les commandes spéciales pour les offices de tailleurs.

6 E. Martin Saint-Leon, op. cit., p. 408.

7 1758 : 1 C 1052 (Elne comptait 7 maîtres tailleurs, Ille-sur-Têt 16) ; 1775 : 1 C 816 ; 1767 : 1 C 1051, mémoire du baille Joseph Llamby, arrêt du 23 août 1767.

8 Après une chute sévère de sa population Perpignan dépasse à nouveau 10 000 habitants après 1730, atteint

9 13 500 habitants au premier recensement détaillé de 1774, P. Wolff, Histoire de Perpignan, Privat, 1985, p. 99.

2 B 90, lettre du président Fontanella à Louis XIV, 1662.

10 L. Fonquernie, Paraître au XVIIIe siècle, Acteurs, vecteurs et enjeux de la mode dans la capitale de la province de Roussillon (1680-1795), Canet, 2004, p. 5.

11 E. Boileau, Le Livre des Métiers, Bibliothèque des Arts, Sciences et Techniques, 1879, p. 35.

12 L’histoire culturelle de la province du Roussillon au XVIIIe siècle est jalonnée par des recherches universitaires stimulantes et riches sur les intellectuels perpignanais, M. Bartoli-Robinat, Les intellectuels roussillonnais et les Lumières de 1730 à 1789, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Perpignan, 1996, p. 205 ; C. Sala, op. cit., p. 12.

13 4 E 43.

14 A. Drape, op. cit., p. 103.

15 3 E 22/163, certificat d’apprentissage établi le 16 novembre 1727 par maître Diego ; 3 E 9/375, certificat d’apprentissage pour l’office du maître tailleur Pujol, par maître Jaubert (26 octobre 1750) ; 3 E 10/69, certificat d’apprentissage établi par maître Costa (11 décembre 1750).

16 J. Ribes, Haut et moyen Vallespir au fil du temps, Perpignan, 1981, p. 33.

17 1 B 1589, Joseph Bomas, maître tailleur contre Joseph et Felix Guardia fils de maître Guardia citoyen noble et avocat au motif d’injures écrites à son encontre. Joseph Bomas a le soutien de sa confrérie.

18 Cf. II B.

19 2 B 1555, la confrérie des maîtres tailleurs de Perpignan contre les trois confréries de jardiniers des paroisses Saint-Jacques, Notre-Dame de la Réal, Saint-Mathieu.

20 2 B 1571, procès devant le Conseil souverain entre Jeanne Béguin et la confrérie des maîtres tailleurs pour non application des privilèges. En effet, les maîtres tailleurs de Perpignan doivent par leurs alliances perpétuelles des privilèges à la nation suisse.

21 2 B 1571, lettres patentes d’Henry IV, données à Fontainebleau au mois de novembre 1602, « ayant égard aux grands services qu’ils avaient rendu à la couronne de France ». Une femme ne pouvait être maître tailleur. Elle ne peut être que couturière, mais la veuve, les fils ou filles d’un maître décédé ont le privilège de tenir la boutique du défunt moyennant une autorisation des surposés, sous peine d’une amende de 5 livres. La famille du défunt est aidée du baylet qui est l’ouvrier. Ce valet représente le maître, il doit jurer aux surposés que tout son travail sera au profit de la veuve et de ses enfants. 2 B 1571, procès devant le Conseil souverain entre Jeanne Béguin et la confrérie des maîtres tailleurs, pour non application des privilèges.

22 4 E 43, « contrat en date du 20 juin 1707 entre Thomas Icra tailleur de la dite ville de Perpignan et la confrérie des maîtres tailleurs de la présente ville... ».

23 2 B 1409, la confrérie applique une sanction envers des maîtres tailleurs condamnés par le Conseil souverain pour irrespect envers un confrère. Jean Salvan est condamné par le Conseil souverain à verser 83 livres pour avoir blessé et injurié le 19 janvier 1708 la dame de Jacques Olive prohom de la confrérie des maîtres tailleurs, à payer également 2 livres 4 sols à la confrérie. 2 B 1563, Joseph Xaubet, maître tailleur de Perpignan et second surposé de la confrérie contre Guillaume Romiu et Damien Poncet, maîtres tailleurs. Ils sont condamnés par le Conseil souverain pour faux témoignages envers Joseph Xaubet et non application d’ordres, emprisonnés en 1768.

24 4 E 1, serments des surposés des confréries de Perpignan.

25 112 Edt, BB 8, fo 34 (3 juin 1527). « Tant en dies de dimenges com de festes per Santa Mara Iglesia. », « Aussi bien les dimanches que les jours de fêtes de la Sainte Mère Église ».

26 2 B 892, arrêt du Conseil souverain (25 novembre 1720).

27 A. Drape, op. cit., p. 43.

28 F. Serrurier, op. cit., p. 801.

29 4 E 1, serment des surposés des confréries de Perpignan ; 2 B 1522, livre de la confrérie saisi par le Conseil souverain, « Maître Joseph Thomas notaire de la ville de Perpignan et secrétaire de la confrérie des maîtres tailleurs ».

30 2 B 1522, livre de la confrérie.

31 E. Martin Saint-Leon, op. cit., p. 321.

32 2 B 1522. En 1727, Ignace Carrera est nommé trésorier de la corporation des tailleurs.

33 2 B 1522, livre de la confrérie...

34 1 C 921, abonnement du premier et second vingtième avec les deux sols pour livre du dixième en vertu des arrêts du Conseil des 7 Juin 1757 et 16 Juin 1782 sur le corps et confrérie de la ville de Perpignan, tant pour les maisons qu’il y possède que pour son commerce ou industrie et les autres biens fonds situés dans la viguerie de Roussillon et Vallespir qui n’ont point été compris dans les différents rôles qui composent la Viguerie », 1784 ; C. Sala, op. cit., p. 12.

35 2 B 1522, livre de la confrérie...

36 112 Edt, HH 7, fo 19 vo, « Qalservol jove o persona que’s volra posa per apranent de dit offici haye de pagar à la dita confraria deu sous de intrada, y que ningu mestre examinat no pugue rebre ningu apranent, que primer haye fet pagar dits deu sous a dita confraria » sinon « haye de pagar del seu propri, dits deu sous ». « N’importe quel jeune homme ou n’importe quelle personne qui voudra entrer en apprentissage dudit métier, doit payer à la dite confrérie dix sous de cotisation et aucun maître d’apprentissage ne peut recevoir aucun apprenti sans lui avoir au préalable fait payer dix sous a la dite confrérie sinon qu’il doive payer les dix sous personnellement ».

37 Ce droit d’entrée paraît faible comparé au prix d’une veste et d’une culotte (ensemble) qui est de 22 livres 50 sols ; G. Barris, Histoire d’un terroir saintongeais, Pays et Terroirs, 2001.

38 Les propines sont des pourboires.

39 2 B 1522, livre de la confrérie...

40 C. Juhel, La fiscalité directe en Roussillon sous l’Ancien Régime, 1659-1789, Thèse droit, université de Perpignan, 2000, p. 304.

41 1 C 793-864, mise en place de la première capitation en Roussillon (1695-1715).

42 M. Marion, Histoire financière de France depuis 1715, t. 1 (1715-1789), Paris, 1914, p. 10.

43 1 C 815-817, répartition de la capitation de la confrérie des maîtres tailleurs.

44 C. Juhel, op. cit., p. 305.

45 1 C 917-921, abonnement du premier et second vingtième avec les deux sols pour livre du dixième...

46 J. Trogno, Les confréries en Roussillon aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, mémoire de maîtrise, 1975, p. 14-20.

47 2 B 1522, livre de la confrérie...

48 4 E 43, les témoignages sont principalement fondés sur la pratique religieuse « catholique, apostolique et romaine ».

49 Les fils de maîtres tailleurs perpignanais ne doivent pas de droit d’entrée, à l’inverse, un droit d’entrée est dû par les fils de forains.

50 4 E 1, serments des surposés des confréries...

51 2 B 1522, livre de la confrérie...

52 2 B 1522, les exemples de chefs-d’œuvre sont multiples : 13 juin 1719, réalisation d’une poche par Michel Tarrius ; autre chef-d’œuvre présenté le 21 juillet 1744 par Joseph Prim (une culotte de drap)...

53 A. Drape, op. cit., p. 91 sq.

54 4 E 1, serment des surposés des confréries...

55 2 B 1522, acté par maître Jaubert, 24 novembre 1722.

56 4 E 43, il s’agit ici d’un imprimé type qui concerne des contrats de maîtrise. Il y est indiqué « Nous Jean Lafita, conseiller du Roy, et baille de la ville de Perpignan : Certifions a tous ceux qu’il appartiendra, que Nicolas Commuxat nous ayant produit en témoins Honarat Aspafa et Miguel Guol iceux moyennant le serment par eux entre nos mains prêté, on dit et déclaré connaitre le dit Commuxat, qu’il est natif de la ville de Perpignan diocèse d’Elne, qu’il est bon catholique, apostolique et romain, nous ayant fait apparaître d’ailleurs qu’il et bon et fidele serviteur du Roy et désirant le dit Commuxat à ce qu’il nous a dit passer maître chaussetier en ladite ville. Nous ayant égard au susdit, n’empêchons de par le Roy que le dit Comuxart soit admis et passé maître dudit métier, ni qu’il soit agrégé dans la confrérie des maîtres chaussetiers de ladite ville, si les surposés et maîtres d’icelle l’en trouvent capable, en foy de quoy nous luy avons expédié le présent certificat et permission. Fait à Perpignan en 1722 régnant très chrétien et très glorieux prince Louis XV par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre ».

57 R. Rodriguez, op. cit., p. 31.

58 2 B 1522, livre de la confrérie...

59 Cf. infra B II.

60 2 B 1525, procès interdisant à un maître tisserand d’exercer en tant que maître pareur.

61 F.-P. Blanc, Les Magistrats du Conseil Souverains du Roussillon 1660-1789, thèse droit, université de Toulouse 1, 1999, p. 5 sq.

62 2 B 1522, extrait des registres de la cour de la capitainerie générale du Roussillon, André Cappo conseiller au Conseil souverain.

63 2 B 1522, livre de la confrérie...

Auteur

Doctorant en histoire du droit, chargé de cours, université de Perpignan Via Domitia

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search