Version classiqueVersion mobile

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

Les « gens du livre » en Roussillon au XVIIIe siècle : de la réception dans une communauté à la pratique des métiers du livre

Caroline Lentz

Texte intégral

1Les compétences qui participent à l’élaboration et à la fabrication d’un livre sont nombreuses. On ne parlera pas des efforts de l’auteur qui fait naître un manuscrit, mais bien de l’agrégation de savoir-faire et de qualifications pour que l’objet, le livre, véhicule de la pensée, s’offre aux lecteurs. Le livre est donc le fruit d’un labeur collectif, hiérarchisé. Il s’agit de métiers, au pluriel, coexistant dans un atelier d’imprimerie : s’y trouvent le maître, imprimeur et à la fois libraire le plus souvent, les ouvriers, les « compagnons ». À leur suite, toujours dans l’atelier, les apprentis, effectuent généralement les besognes les plus humbles. Mais c’est le maître qui est le point central de cet univers. Dans les grandes villes se distingue très nettement le libraire de l’imprimeur. Il joue plusieurs rôles à la fois, il est celui qui édite, qui prépare les textes qu’il choisit parfois d’imprimer et contrôle l’impression. Les imprimeurs, eux, jouent le plus souvent la partition technique et créent l’objet en étant fréquemment employés par l’un de ces grands libraires.

  • 1 C. Lentz, L’histoire du livre en Roussillon au XVIIIe siècle, Mémoire de Master 2 sous la directio (...)

2En province, la vie du livre implique un tout autre fonctionnement où la survie du moyen de subsistance prime sur les velléités artistiques du monde de l’édition. Le libraire de province est plutôt un simple étalant qui n’achète que ce qui se vend, tributaire des goûts et des moyens de la population environnante, sa clientèle potentielle, et préfère les livres d’écoulement rapide, souvent à caractère religieux, à ceux considérés comme savants et littéraires qui pourraient immobiliser dans leur boutique un capital non négligeable. Les imprimeurs, en province, associent en grande majorité l’art de l’imprimerie à la boutique de libraire. Outre les impressions, qui ne leur suffisent pas pour vivre car elles se restreignent aux travaux commandés par les intendances, les universités, ou autres administrations présentes dans la province, l’imprimeur-libraire offre donc à ses clients un choix d’ouvrages qui se révèle assez classique1. Qu’en est-il pour la province du Roussillon ? L’organisation de ces métiers rattachés au livre dans une province comme le Roussillon, ne peut s’appréhender sans évoquer la réglementation royale concernant le livre et son application au plan local (I), l’accession au métier dans cette province (II) et les différents types de concurrence que subit le maître (III).

I. Le métier d’imprimeur au XVIIIe siècle, entre réglementation royale et application locale : le cas de Perpignan

3Le développement de l’imprimerie amène dès le XVe siècle une série de réflexions de la part du pouvoir royal qui cherche à s’assurer un certain contrôle, voire une maîtrise de cet art pour encadrer la diffusion des idées dans le royaume. Les métiers du livre subissent donc cette volonté du pouvoir par la mise en place d’une nouvelle réglementation (A). Une surveillance s’exerce ainsi, plus ou moins effective selon les provinces (B) et les communautés d’imprimeurs-libraires présentes sur place (C).

A. Le Code de la librairie et de l’imprimerie dans le royaume de France...

  • 2 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, rendu obligatoire dans t (...)

4En tant que moyen propre à diffuser les idées à une vaste échelle, le livre a, depuis François 1er, beaucoup intéressé le pouvoir royal. Ce contrôle systématique culmine dans la première moitié du XVIIIe siècle. Les dispositions, toutes très minutieuses, que doivent respecter les artisans du livre dans le royaume de France à cette période sont transcrites dans un Code de la Librairie rédigé par d’Aguesseau en 1723 qui compile tout ce qui avait été prescrit précédemment dans ce domaine en y apportant des réformes importantes. Ce Code, qui restera en vigueur jusqu’à la Révolution, comprend des dizaines et des dizaines d’articles régissant ainsi le métier d’imprimeur, le commerce des livres et l’organisation des professions s’y rattachant. Ce règlement débute par l’exposé des privilèges nécessaires aux métiers d’imprimeur et de libraire. L’article premier rappelle que « les imprimeurs et les libraires sont censés et réputés du corps des suppôts de l’Université et séparés des arts mécaniques »2 et que leurs anciens privilèges leur sont conservés ; la communauté devant être exempte de certaines taxes, notamment des droits d’entrée et de sortie aux frontières sur les livres. Une fois ce statut posé, les articles du règlement reprennent les obligations liées aux métiers d’imprimeurs, de libraires, mais également de fondeurs de caractères, de colporteurs, de forains et de syndics de la librairie, et précisent les modalités de leur entrée en fonction, et les règles à respecter, notamment pour les livres prohibés.

  • 3 Ces formalités sont issues d’un code datant de 1626, et ont été reprises ensuite dans tous les cod (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid.

5Onze articles du Code énoncent les formes de réception des libraires et des imprimeurs ainsi que les principes fondamentaux inhérents à ces métiers à Paris d’abord, puis dans le reste du royaume. Le premier article fixe que pour tenir imprimerie ou boutique de libraire il faut avoir été reçu maître et que cette maîtrise ne peut être acquise qu’après quatre années d’apprentissage et au moins trois de compagnonnage. Les formalités des examens pour les réceptions3 précisent en outre que l’aspirant imprimeur ou libraire doit être « congru » en langue latine et savoir lire le grec, le tout établi par un certificat du recteur de l’Université. Il doit également fournir un certificat de catholicité ainsi qu’une information de bonne vie et mœurs. La maîtrise est ainsi obtenue après un dernier examen « sur le fait de la librairie » et après une épreuve « de leur capacité au fait de l’imprimerie et choses dépendantes »4. Le Code rappelle également qu’une imprimerie doit être composée de quatre presses au moins et de neuf sortes de caractères romains avec leurs italiques, et que l’imprimeur est astreint à imprimer sur du bon papier, en beaux caractères, avec le nom et la demeure du libraire qui aura fait faire l’impression. Pour assurer l’application de ces règles, les derniers articles concernant la réception des imprimeurs et des libraires imposent des visites du syndic et de ses adjoints de la communauté « au moins tous les trois mois »5. Les contrevenants à la religion, au service du roi, au bien de l’État, à la pureté des mœurs et à la réputation des familles doivent être déchus de leurs privilèges et déclarés incapables d’exercer leur profession.

  • 6 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

6Mais ce Code ne se limite pas à réglementer les métiers du livre, il restreint également le nombre des maîtres. En effet, les différentes qualités requises énoncées précédemment forment une première difficulté d’accession à la maîtrise, accentuée par la cherté du titre qui varie de mille livres pour un libraire à mille cinq cent livres pour un imprimeur à Paris, ce montant étant légèrement inférieur en province. L’autre manière de réguler l’activité des maîtres imprimeurs repose également sur le contrôle de leur nombre dans chaque ville et dans le royaume. Ainsi, en 1723 comme en 1739, quand trente-six imprimeurs sont autorisés à Paris, vingt-quatre le sont à Lyon, dix à Toulouse, trois à Marseille, tandis qu’une seule place est créée à Perpignan. En tout, entre 1723 et 1739, quarante-sept places sur cent dix sont supprimées dans des villes pourtant aussi importantes que Calais, Chinon, Castelnaudary, Libourne ou Lorient. Carcassonne, ville peuplée de quatorze mille habitants perd également son imprimerie alors que Narbonne, avec neuf mille habitants, ou Perpignan qui n’en compte alors pas davantage la conservent. La place demeure donc à Perpignan et un arrêt du conseil de 1742 en crée même une seconde6.

B.... et son application dans la province du Roussillon

  • 7 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313.

7Les deux arrêts du Conseil d’État privé fixant le nombre d’imprimeurs dans le royaume en autorisent donc un seul qui, dans un premier temps, sera Jean-Baptiste Reynier en 1734. On s’aperçoit pourtant que, dans notre province, ces arrêts tardent à être respectés, l’application locale des règlements de l’imprimerie et de la librairie étant peu rigoureuse. Le 11 décembre 1741 la requête des consuls de la ville de Perpignan réclamant l’établissement d’un autre imprimeur révèle qu’« il n’y a pas encore 15 ans que nous avions trois imprimeurs-libraires et tous y trouvaient à travailler »7.

  • 8 Ibid., 1 C 1313.
  • 9 Ibid., 1 C 1313.
  • 10 Ibid., 1 C 1313.

8C’est à la demande d’un imprimeur originaire de Verdun Guillaume-Simon Lecomte et de son associé l’imprimeur libraire toulousain Le Roux, que les consuls de la ville font cette requête et avouent, dans le but d’obtenir la création d’une seconde place, que les règlements de la librairie précédemment cités n’étaient pas strictement appliqués. Ainsi, Guillaume-Simon Lecomte qui demande à s’installer en 1742 à Perpignan, déclare avoir travaillé comme imprimeur chez Joseph Vigé qui exerçait sans autorisation mais « de notoriété publique » en 1720-17218. Les consuls expliquent par la suite qu’un problème de « mauvaise conduite » a mis deux imprimeurs hors d’état de continuer et que « le public est réduit à un seul qui ne peut suffire aux impressions des écritures publiques et qui est d’ailleurs si peu assorti en livres dont il exige même des prix exorbitants que les gens de lettres sont souvent obligés de se pourvoir à grands frais à Toulouse ou ailleurs, inconvénient non moins essentiel c’est que le sieur Reynier ne peut suffire aux ouvrages imprimés de la cour du conseil souverain, de l’Intendance, du clergé, des fermes, du barreau, de la police, et dans des circonstances les plus intéressantes nous nous trouvons exposés à devoir passer plusieurs mois sans pouvoir obtenir de lui l’impression, souvent même obligés de recourir ailleurs pour avoir expédition et meilleur marché »9. Le contrôle de la librairie et de l’imprimerie, pourtant exigé dès 1704 par le pouvoir royal, n’est donc pas très efficace dans la première moitié du XVIIIe siècle. La situation se redresse après la nomination de Lecomte comme second imprimeur de la ville par arrêt du Conseil de 1742. De plus, les états des imprimeurs établis depuis l’annexion révèlent que nos deux imprimeurs observent à la lettre le règlement, notamment en ce qui concerne le nombre de presses autorisées, les caractères et l’outillage nécessaire10. L’étude de leur parcours professionnel, de leur apprentissage à leur maîtrise, lorsqu’il nous est connu, permet également de constater et apprécier une formation généralement très complète, comme c’est le cas pour Guillaume-Simon Lecomte.

  • 11 Ibid., 1 C 1313.
  • 12 Arch. dép. Hérault, C 2812.
  • 13 Ibid., C 2807 et C 5512.
  • 14 Ibid., C 2807 et C 5512.
  • 15 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1545.

9Néanmoins, malgré une apparence de stabilité et de contrôle, quelques affaires révèlent l’existence d’une activité de contrebande. Déjà, en 1734, une lettre de Jean-Baptiste Reynier dénonce le non-respect de l’arrêt de 1723 par des particuliers et des corps qui « s’immiscent de vendre des livres »11. Le 28 février 1767 une saisie est effectuée à Narbonne. Il s’agit d’une caisse de livres, de soixante-dix-huit exemplaires brochés du quatrième tome des Œuvres complètes de Bossuet, provenant d’Avignon adressés à « Reynier, libraire de Perpignan pour qu’il les fasse passer à Madrid »12. Apparaît donc très clairement un réseau, qui prend sa source en Avignon, cité des livres contrefaits, et aboutit en Espagne via notre province et l’intermédiaire de la famille Reynier. D’autres affaires, à la fin du siècle, provoquent la déchéance également des Lecomte par un arrêt de 178213, et la mise au concours de sa place devenue vacante en 178714. Toujours dans les années 1780, un mémoire concernant la capitation du corps des imprimeurs-libraires fait par Jean Goully, libraire depuis 1772, en dit long sur le recrutement et la formation de certains des marchands libraires de Perpignan, lorsqu’il évoque « le sieur Richard aussi libraire dans cette ville à qui le sieur baille ne put rien faire comprendre de ce qu’il lui disait, parce que ce libraire est très borné et ne sait ni lire ni écrire »15. Les règlements sont globalement appliqués certes, mais les contrôles semblent peu effectifs, sans doute parce qu’il n’existe pas en Roussillon de « chambre syndicale », organe chargé des visites des imprimeries et librairies et du contrôle des balles de livres circulant dans le royaume, Perpignan dépendant de celles de Nîmes et de Montpellier.

10La mise en application après l’annexion d’une réglementation royale semble assez longue face à une communauté de « gens du livre » toujours en mouvement et qui ne se stabilise qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. La mise en œuvre de la volonté royale concernant l’accès au métier ne se fait semble-t-il pas après l’analyse attentive des provenances des artisans du livre. Qu’en est-il donc de cette agrégation d’artisans et de commerçants qui constitue l’accès principal au livre pour le public roussillonnais ?

C. La communauté des imprimeurs-libraires à Perpignan

11Les métiers du livre, de sa fabrication à sa vente, sont très diversifiés. La province du Roussillon, de la fin du XVIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, accueille en son sein principalement des imprimeurs-libraires-éditeurs, des estampers, et des relieurs. Mais peut-on véritablement parler d’un corps unifié, d’une communauté, concernant ces travailleurs du livre ? Cette question, du fait d’une succession quelque peu chaotique de ces « gens du livre » au cours des années précédant et succédant à l’annexion de la province par le royaume de France, semble avoir une réponse évidente. Pourtant, en étudiant les personnages liés au livre durant ces années et leur parcours on observe plutôt une certaine continuité dans l’organisation et le fonctionnement de ces métiers dans la province.

  • 16 Ibid., 1 C 1313.
  • 17 Pour plus de précisions concernant les époques antérieures voir le travail de J. Comet, « L’imprim (...)
  • 18 Ibid.

12Un mémoire envoyé au garde des sceaux en 173016 nous renseigne sur l’état de l’imprimerie depuis l’annexion, et expose que même si « l’arrêt de 1704 ne fixe qu’un imprimeur à Perpignan, il y en a toujours eu deux depuis que cette ville est à la France. Le premier s’appelle François Reynier. Il a succédé en 1690 à l’imprimerie de Louis Reynier son frère et de Hyerome Garcin, lesquels l’avaient acquise de Barthélemy Breffel, et celui-ci de Jean Bartau »17. Il est ajouté en outre que « ces différents particuliers n’ont jamais été pourvus des arrêts du Conseil »18. L’imprimerie roussillonnaise semble donc s’être maintenue et développée à partir de l’annexion en marge du contrôle royal, ou du moins avec son accord tacite, que ce soit dans le domaine de l’imprimerie ou de la librairie.

  • 19 J. Comet, « Rosembach. Étude sur les origines de l’imprimerie à Perpignan », Bulletin de la S.A.S. (...)

13À la fin du XVIIe siècle deux imprimeurs se partagent donc les tâches d’imprimerie et de librairie à Perpignan. Au début du siècle suivant, une famille va se distinguer dans un premier temps, celle des Reynier, qui va introduire, du fait de son monopole, une certaine stabilité dans cette longue suite de transmissions qu’a connu le commerce lié au livre en Roussillon depuis le XVIe siècle avec l’imprimeur Rosembach19. La mainmise des Reynier sur le livre roussillonnais s’estompe à l’arrivée de la famille Lecomte, l’oncle et le neveu, à partir des années 1740.

  • 20 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313, 112 Edt 1152 ; Arch. mun. de Perpignan AA 6, et J. Comet (...)
  • 21 Ibid., 3 E 3/870.
  • 22 L’imprimerie Tastu se perpétue tout au long du XIXe siècle. Pour plus de détails voir l’article de (...)

14Jusqu’au XVIIIe siècle, Perpignan, à l’instar d’autres petites villes du royaume et à l’inverse de grands centres d’imprimerie comme Lyon ou Paris, voit donc se succéder une série de maîtres, imprimeurs et libraires, souvent étrangers à la province, qui achètent et revendent les imprimeries roussillonnaises sans les transmettre à leurs héritiers. Il faut attendre l’arrivée de Corneille Reynier, imprimeur typographe originaire de Lyon qui prend la succession de Barthélemy Breffel en 1684, pour que s’installe ce que l’on peut nommer la dynastie des Reynier20. Son frère Louis lui succède en 1685, et après sa mort son frère cadet François reprend l’imprimerie jusqu’à ce que son neveu Antoine rachète l’imprimerie Vigé en 172721 et agrandisse l’affaire familiale. Son fils Jean-Baptiste hérite des deux imprimeries désormais fusionnées en 1733, et il obtient en 1734 le privilège d’être le seul imprimeur de la ville, ce qui lui permet de prendre le titre d’imprimeur du roi et d’arborer les armes du souverain sur son enseigne. Un de ses fils, Pierre, devient ecclésiastique. Le second, Joseph-François, est imprimeur en 1771. L’imprimerie Reynier est connue par la suite sous le nom de Tastu, car Pierre Tastu, beau-frère et compagnon imprimeur de Joseph François Reynier, reprend l’affaire après 178122.

  • 23 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313 et Arch. mun. de Perpignan, AA6.
  • 24 Ibid., 1 C 1313.
  • 25 Ibid., et Archives dép. Hérault, C 2807.

15Le monopole des Reynier s’est cependant achevé avec l’arrivée de Guillaume Simon Lecomte. Originaire de Verdun, ce dernier sollicite un brevet d’imprimeur vacant le 26 novembre 1742 qu’il n’obtient qu’en 1743, le temps pour lui de recevoir le brevet de Versailles et de prêter serment23. Un « état » des imprimeurs de 176824 nous apprend « qu’il n’a point d’enfants mais un neveu, Claude Lecomte, auquel il demande de transmettre sa place ». Claude lui succède en 1772, et l’on trouve mention de lui jusqu’en 1786, date à laquelle il est déchu et fuit en Espagne25. Les places de maître imprimeur se transmettent à Perpignan à l’intérieur de ces deux familles jusqu’en 1790, année de l’abolition des privilèges et des brevets d’imprimerie qui permet l’ouverture à la concurrence.

  • 26 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.
  • 27 Ibid., 1 C 1313.
  • 28 Ibid., 2 C 695 : « Déclaration privée de Lecomte qui atteste que le sieur Jacques Dupuy a fait qua (...)

16En matière de librairie, l’accès est nettement moins fermé, les magistrats municipaux décidant seuls si l’installation d’un libraire est utile à la ville. De fait, durant le XVIIIe siècle, ils ne refusent aucune demande d’installation de marchand-libraire, à qui il ne reste qu’à prêter serment pour « tenir boutique ouverte de librairie » et payer ses « droits de réception »26. Ainsi, hormis les Reynier et les Lecomte, on dénombre sept autres libraires à Perpignan au cours de cette période. Le premier est Antoine Rigaut, marchand de Toulouse qui s’installe en 1748 et meurt en 1762. Un état des libraires établis dans le département de Roussillon et pays de Foix de mai 1768 nous apprend également qu’à la même époque demeurait à Prades Jacques Dupuy, fils de commerçant du Conflent, libraire « sans aucun titre » et dont le commerce « est presque sans objet »27. Il sollicite un brevet d’imprimerie pour Prades, sans suite, puis devient libraire à Perpignan en 1768. On sait qu’il fit quatre années d’apprentissage et qu’il demeura quatre années supplémentaires à travailler chez Lecomte comme ouvrier typographe28.

  • 29 Ibid., 112 Edt 1152 et 1 C 1313.
  • 30 Ibid., 112 Edt 1152.

17Pierre Carbonne est connu comme garçon relieur, compagnon imprimeur chez Claude Lecomte et libraire en 176829. Originaire de Perpignan, il y meurt en 1785 et c’est sa veuve, Marie Bonafos, qui tient la boutique. Jean Goully, par la suite, libraire et relieur, obtient sa place de libraire en 1772, malgré l’opposition à sa nomination formulée par Lecomte et Dupuy30. Depuis 1780, et surtout après la déchéance de Lecomte, il cherche à obtenir une place d’imprimeur, ce qui se réalise en 1788, date à laquelle il prête serment, après la mort de la veuve Lecomte.

  • 31 Ibid., 112 Edt 1152.
  • 32 Ibid., 112 Edt 1152.
  • 33 Ibid., 112 Edt 1152.

18En 1783, Étienne Richard, marchand de livres et d’estampes de Narbonne, demande et obtient, contre l’avis de Goully31, une place de libraire à Perpignan, ville qu’il connaît par les foires franches auxquelles il participe. Sa résidence à Perpignan serait « favorable à sa santé et à son commerce »32. Jérôme Pesquer apparaît, quant à lui, à partir de 1784. Son parcours débute comme compagnon libraire imprimeur chez Reynier, il est également relieur33. Il réclame dans les années 1780, tout comme Goully, le brevet de Lecomte alors vacant. On lui connaît un apprenti en 1789. Enfin le dernier à s’établir, pour notre période, est Guillaume Villeneuve, perpignanais, en 1788, dont on ne sait presque rien.

  • 34 J. Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIe siècle, Paris, 1969, et R. Moulinas, L (...)
  • 35 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 854.
  • 36 Ibid., 1 C 854.
  • 37 Ibid., 1 C 854.

19Au fil du siècle donc, le commerce de librairie à Perpignan devient florissant et permet à plusieurs personnes d’en vivre. À priori seulement car on ne connaît pas le fonds de commerce de ces libraires, et si l’on fait la comparaison avec d’autres villes, comme Rouen ou Avignon, il n’est pas rare de constater que certains libraires considérés comme subalternes sont avant tout des marchands de papier34. Les suppliques concernant les corvées et la capitation témoignent pour certains d’une activité bien faible. Ainsi en est-il de Goully qui, le 20 février 1788, expose dans une lettre adressée au baille qu’« il ne tire plus aucun avantage de la librairie ; ses confrères ne lui prouveront certainement pas que depuis deux ans il ait seulement fait venir une caisse de livres, et que dans cet intervalle il en ait vendu d’autres que ceux que vous avez eu, Monseigneur, la bonté de lui faire vendre à M. le vicaire d’Argelès »35. Lecomte se plaint également en 1785 de faire « si peu d’ouvrage qu’il s’en faut de beaucoup qu’il ait besoin d’un compagnon puisqu’il ne fait presque rien »36. Des réclamations des veuves parviennent aussi fréquemment au baille de la ville, ainsi de Susanne Marie Renaud, la veuve de Claude Lecomte, ou encore de Marie Bonafos37. Ces plaintes, même si elles recèlent beaucoup de propension à la lamentation, laissent entrevoir que certains de ces personnages liés au commerce du livre survivent à peine.

20Toutefois, il faut tempérer l’ardeur que l’on aurait à imaginer un dynamisme lié au livre dans la ville au vu du nombre des personnes qui y participent, on ne peut pour autant nier l’existence d’indices montrant un métier qui se maintient et évolue au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

II. La réception des maîtres imprimeurs : l’accès au métier

21L’accession aux métiers du livre et la création de cette communauté sont donc très réglementés du fait même de la nature de l’objet qui fonde ce commerce auquel le pouvoir accorde une attention toute particulière. Pour s’assurer dès lors d’une pratique du métier respectueuse de la réglementation (C), une procédure de recrutement particulière est mise en place (A), qui s’achève par la réception des imprimeurs et des libraires par les consuls de la ville (B).

A. La procédure de recrutement

22Les places d’imprimeurs sont limitées comme on l’a vu et, au XVIIIe siècle, le monopole de deux familles complique l’accès à la maîtrise. Il faut préciser que les capacités seules ne suffisent pas pour être reçu dans le corps : le titre de maître s’achète également. C’est pourquoi il est souvent difficile aux compagnons d’y accéder, car, outre le fait que les places sont limitées, l’aspirant à la maîtrise doit verser au syndic une somme qui peut s’élever jusqu’à 1 000 livres pour être libraire, et 1 500 pour être imprimeur à Paris. Ce prix est nettement inférieur, entre 600 et 900 livres, lorsqu’il s’agit d’un fils ou d’un gendre de maître et en province les prix tendent aussi à être moins élevés.

  • 38 Ibid., 1C 1545, 854, 849, 817, 818, 850, et 112 Edt 1152.
  • 39 Ibid., 112 Edt 1152.

23En Roussillon, la procédure de recrutement demeure simple, du moins dans un premier temps, les imprimeurs se succédant durant le XVIIe siècle au gré des ventes et des rachats des imprimeries et de leurs presses. L’accord tacite des autorités laisse le champ libre à ces transferts sans autorisations officielles dans un premier temps, et il faut attendre les années 1730 pour que le nouveau règlement de la librairie et de l’imprimerie soit effectif dans notre province. Les rôles de la capitation ainsi que les ordonnances des consuls de la ville38 nous renseignent sur l’accession aux places à partir de cette période. Une fois la place octroyée par un arrêt du Conseil d’État, l’aspirant imprimeur adresse une supplique aux consuls de la ville, où il doit prêter serment au lieutenant général de police de « se comporter bien et fidèlement dans sa profession d’imprimeur libraire et de se conformer aux édits, déclarations, statuts et règlements du royaume rendus au sujet de l’imprimerie »39. Les consuls au vu de l’arrêt et des lettres de commissions ainsi que des conclusions du syndic de la ville, ordonnent l’enregistrement de ces mêmes lettres dans les registres de la maison consulaire et font procéder à la prestation de serment.

  • 40 Ibid., 1 C 1313.
  • 41 Ibid., 1 C 1313.
  • 42 Ibid., 1 C 1313.
  • 43 Ibid., 112 Edt 1152. L’existence de cet acte de démission ne fait pas de doute mais demeure introu (...)

24À Perpignan, les imprimeurs se succèdent de manière aléatoire jusqu’à l’arrivée des Reynier. Depuis Corneille, l’imprimerie se transmet en ligne collatérale, puis, à partir de François, en ligne directe à ses descendants. C’est à la suite de sa démission que Jean-Baptiste, son fils, reçoit l’autorisation de remplir la place ainsi laissée vacante, par un arrêt du conseil d’État du 31 août 173340. Cet arrêt ayant été enregistré en mai 1740 par les consuls de la ville il prête serment. À sa suite, Jean-François, son fils, demande et obtient en 1764 la place de libraire de Rigaut, décédé41. Il travaille alors déjà depuis dix ans chez son père qui lui cède à son tour son imprimerie en 177242. Jean-Baptiste, dès lors, travaille toujours dans l’affaire familiale mais n’a plus que le titre de « marchand-libraire »43.

  • 44 Ibid., 3 E 5/45.

25Le même processus se reproduit dans la famille Lecomte où Guillaume-Simon Lecomte a comme apprenti puis comme compagnon son neveu, Claude, à qui il cède l’imprimerie en 176944. La transmission s’effectue donc par démission ou cession de l’entreprise, sans attendre la mort quand il s’agit d’un transfert de maître à maître. Au décès du maître sans successeur, ou du moins sans successeur en âge de continuer l’activité, l’imprimerie passe aux mains de sa veuve qui maintient le commerce avec l’aide du ou des compagnons de son mari jusqu’à ce qu’elle puisse le transmettre à ses enfants. Dans certains cas, la veuve épouse un des compagnons de l’atelier et l’imprimerie connaît un nouvel élan. À Perpignan, on ne trouve pas d’exemple de ce genre. Les imprimeries se perpétuent sous le nom des veuves, comme la veuve de Claude Lecomte, qui meurt sans héritier. L’imprimerie passe alors à des mains étrangères, ici Jean Goully. Dans d’autres cas de figure, plus fréquents, les veuves transmettent l’imprimerie à un membre plus éloigné de leur famille, comme la veuve Figuerola qui transmet l’imprimerie à Joseph Vigé, son neveu, au tout début du XVIIIe siècle, ou encore comme Jean-François Reynier qui, en 1781, sans successeur en ligne directe, intéresse aux affaires familiales son beau-frère Pierre Tastu, comme indiqué précédemment.

B. La réception et leur place dans la ville

  • 45 Œuvre du dénommé Dufresne compagnon typographe, retranscrite in Typographes des Lumières, de Ph. M (...)
  • 46 Cf. supra.

26Les modes de réception sont simples, mais avant d’être reçu et de prêter serment l’aspirant imprimeur doit subir une vérification de ses capacités. Selon le Code de 1723, il lui faut présenter plusieurs attestations, de catholicité et bonne vie et mœurs d’abord, de connaissance du français bien sûr, du latin et du grec, obligatoires dans le métier depuis un édit de 1626. Or, les abus sont fréquents dans ce domaine. Un poème satirique du XVIIe siècle dénonçant le sort des compagnons imprimeurs et libraires évoque une manière couramment utilisée pour obtenir ce genre de certificat : « Je cours chez le recteur, qui de régent sévère/Devient traitable et doux en voyant le ducat/Que je lui mets en main pour son certificat »45. Il est donc assez aisé de contourner ce genre de formalité et il n’est pas rare de trouver des imprimeurs ou des libraires proches de l’analphabétisme, comme c’est le cas pour Étienne Richard à Perpignan46.

27Autres formalités très importantes dans le cadre d’une réception, ce sont les attestations de capacités rédigées par les différents maîtres qui ont employé le futur imprimeur ou libraire, en commençant par celui chez qui il a effectué son apprentissage de quatre ans obligatoires, et ceux chez qui il fut compagnon lors de son « tour de France ». L’aspirant imprimeur doit en dernier lieu démontrer son habileté devant un ou plusieurs imprimeurs-libraires en présence desquels il exécute une œuvre.

  • 47 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.

28Ainsi, en 1742, Guillaume-Simon Lecomte demande à faire procéder à l’examen de ses capacités pour pouvoir s’installer, en présence de Jean-Baptiste Reynier, alors seul imprimeur de la ville. Il présente une attestation de catholicité établie par le curé de l’église de Narbonne, puis enchaîne sur son cursus d’apprenti et de compagnon. Son parcours débute en 1719, en apprentissage pour quatre ans chez Didier Fanard à Verdun qui est « content de lui ». Depuis 1724 il travaille chez le sieur Besse imprimeur de Narbonne qui le dit « habile dans son art » et capable en français et latin mais qu’il ne sait que lire le grec. De plus, Lecomte ajoute qu’il « a travaillé ez années 1720 et 1721 sous le sieur Joseph Vigé imprimeur de cette même ville qui exerçait l’imprimerie sans y être authorisé par aucun arrest du Conseil et qui depuis est mort au service du roy d’Espagne et qu’il est encore de notoriété qu’il a travaillé chez Me Jacques Colombat imprimeur à Paris pendant deux ans aussi chez la veuve Desplas exerçant l’imprimerie à Nismes pendant environ quinze mois et dans plusieurs autres imprimeries du royaume »47.

  • 48 Ibid., 112 Edt 1152.

29En 1768, son neveu Claude adresse la même requête, mais cette fois Jean-Baptiste Reynier, assigné à comparaître, ne s’est pas présenté. Malgré tout, Claude Lecomte produit une attestation de catholicité, bonne vie et mœurs, rédigée par Barescut, curé de Saint-Jean à Perpignan, et donne le détail de ses différents emplois. En premier lieu, il présente son brevet d’apprentissage réalisé dans l’imprimerie et boutique de Guillaume-Simon Lecomte, son oncle, de 1753 à 1757, chez qui il est compagnon depuis 1761. Après son apprentissage il travailla successivement, en 1757 quelque temps à Narbonne, en 1760 chez Cuchet imprimeur-libraire de Grenoble pendant quatre mois, toujours en 1760 trois mois chez Godin en Savoie, en 1761 quatre mois chez Heidegger et compagnie, libraires-imprimeurs à Zurich, en 1762 six mois chez Collignon à Metz. Pour finir, il présente une attestation de Jaubert, jésuite professeur de grammaire au Collège de Perpignan, et de Balanda-Sicart recteur de l’Université littéraire de Perpignan admettant qu’il est congru en langue latine et qu’il sait lire le grec. Il prête serment devant les consuls en 177048.

  • 49 Ibid., 112 Edt 1152.
  • 50 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

30En 1770 toujours, c’est au tour de Jean-François Reynier de faire vérifier ses titres afin d’être reçu imprimeur en présence de Claude Lecomte, seul autre imprimeur de la ville et seul habilité à lui faire subir un examen. Il présente en premier lieu aux consuls ses lettres d’attestation de catholicité, bonne vie et mœurs données par Barescut, le curé de l’église Saint-Jean, puis une attestation de Joseph Raymond prêtre bénéficier de l’église Saint-Jean, docteur en théologie et principal du collège royal de Perpignan qui « l’a trouvé en état » sur les deux langues nécessaires à un imprimeur, le grec et le latin. Pour finir, son père atteste qu’il a fait son apprentissage d’imprimeur chez lui durant quatre ans et qu’il a ensuite continué à y travailler en tant qu’ouvrier pendant environ dix ans. Après examen, Claude Lecomte, alors présent pour vérifier ses capacités, reconnaît en lui « toute l’aptitude, expérience et capacité nécessaires pour s’acquitter avec distinction de l’art de l’imprimerie à la satisfaction du public et de tous ceux qui voudront l’employer »49. Jean-François Reynier, de par sa qualité de fils de maître n’a pas l’obligation de présenter un parcours aussi riche qu’a pu l’être celui de son père. En effet, le Code dispose que « les fils de maître auront les qualités requises pour être libraires ou imprimeurs sans avoir fait d’apprentissage, mais ils ne pourront être reçus maître s’ils n’ont les qualités requises en ceux qui doivent être admis à la maîtrise »50.

31Les modes de réception des imprimeurs perpignanais ne respectent donc réellement le Règlement de la librairie qu’à partir du début du XVIIIe siècle. Mais qu’en est-il de la façon dont ils exercent leur métier ?

C. La pratique du métier

  • 51 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.

32Les imprimeurs, une fois reçus, se doivent selon la formule du serment qu’il leur est demandé de prêter, de « bien et fidèlement se comporter en l’art de l’imprimerie et librairie et de se conformer aux règlements »51. Comment donc, à notre période, le métier d’imprimeur-libraire se pratique-t-il et quel type de commerce peut avoir lieu dans une province comme celle du Roussillon ?

  • 52 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.
  • 53 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313.
  • 54 Ibid., 1 C 1313.
  • 55 R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, 1987.

33L’établissement des imprimeurs, à Paris et dans les autres villes du royaume, implique, hormis la maîtrise et la prestation de serment, d’avoir le matériel complet précisé dans le Règlement. En effet, une imprimerie doit être composée « de quatre presses au moins, et de neuf sortes de caractères romains avec leurs italiques, depuis le gros-canon jusqu’au petit texte inclusivement »52. Sur ces mêmes presses, le Code exige que le nom de l’imprimeur qui en est propriétaire soit gravé, et défense leur est faite de les prêter ou les emprunter. Les différents « états » des imprimeurs libraires de la province servant à les contrôler nous apprennent ainsi que ces exigences sont respectées à Perpignan, puisque chaque imprimeur possède deux presses et les différents caractères demandés53. Les boutiques roussillonnaises respectent donc la norme en ce qui concerne le matériel. L’éventail des éditions qui sortent des presses perpignanaises nous indique ainsi que, pour notre période, la production d’ouvrages en Roussillon est modeste. Comme l’état des imprimeurs réalisé en 175854 à la demande des autorités pour contrôler ces métiers nous le signale, les imprimeurs vivent de travaux effectués pour la ville plus que de l’impression d’œuvres littéraires55 : « dans la ville de Perpignan, les imprimeurs ne font d’autres impressions que celles qui sont ordonnées par M. l’Intendant ; par le Conseil Souverain du Roussillon ; par M. le Commandant de cette province ; par M. l’Evêque ; pour les Mémoires et instructions de procès ; pour l’Université, et les impressions de cantiques à l’honneur de nombre de saints et de saintes pour lesquels le peuple a une grande dévotion. »

  • 56 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313 et J. Comet, art. cit.
  • 57 Ibid., 1 J 53.
  • 58 C. Lentz, L’histoire du livre en Roussillon au XVIIIe siècle, Mémoire de Master 2 sous la directio (...)
  • 59 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1314.
  • 60 Cf. supra.

34Entre 1701 et 1790, environ quatre-vingt ouvrages sont imprimés à Perpignan. Trente trois concernent la théologie, vingt-deux la jurisprudence et l’administration, dix la médecine, six les sciences naturelles, cinq sont des ouvrages commandés par l’Université, et quatre les belles lettres. Les presses roussillonnaises fonctionnent donc principalement pour les livres de piété et les besoins de l’intendance de la province. On ne connaît qu’un incident impliquant l’impression d’un ouvrage sans privilège royal56. En 1741, Jean-Baptiste Reynier imprime les Instructions spirituelles en forme de dialogues sur les divers états d’oraison suivant la doctrine de M. Bossuet, évêque de Meaux du père Caussade, jésuite, docteur en théologie, avec approbation de Mgr l’évêque d’Elne et de deux docteurs en théologie, et avec permission de M. Desprès, procureur général du roi au Conseil souverain de Roussillon. Le privilège manquant, le chancelier d’Aguesseau ordonne la saisie des exemplaires imprimés en 1742. Sur huit cent exemplaires, quarante sont saisis chez Reynier qui dans cette affaire a beaucoup à perdre. Finalement, le privilège sera accordé au père Caussade, et les livres seront vendus à Toulouse, Lyon et Nancy. Car si l’imprimerie perpignanaise se contente essentiellement de travaux pour les institutions locales, la librairie, elle, touche un plus grand nombre de personnes et rayonne même au-delà de la province. On connaît la manière dont se pratique le métier de libraire chez Guillaume-Simon Lecomte grâce à des extraits de ses livres de comptes57. Ce dernier imprime, vend, achète et revend de vieux livres, établit également un système de troc, de location et de prêt d’ouvrages58. L’analyse également d’un catalogue établissant le fonds de son commerce de librairie rédigé à la demande des autorités en 174359, nous permet de constater qu’il s’agit d’ouvrages principalement religieux, et que les lecteurs roussillonnais, comme beaucoup, se partagent entre enracinement dans la religiosité et la tradition littéraire par des classiques grecs et latins, et un certain goût pour des œuvres nouvelles peu controversées. Ce document réalisé pour l’intendance n’offre évidemment que ce que Lecomte veut bien montrer, et sa conduite postérieure amène à penser que sa boutique est mieux achalandée60...

35Le métier se pratique donc de manière assez semblable à ce qui a lieu dans les autres provinces du royaume. Les surveillances, plus ou moins effectives, laissent une bonne marge de manœuvre aux libraires quant à leur commerce, et une province, même excentrée comme le Roussillon, offre de quoi satisfaire la curiosité des lecteurs par des œuvres classiques ainsi que par quelques nouveautés.

III. L’atelier de l’imprimeur-libraire : l’entourage du maître

36Le métier d’imprimeur et de libraire est l’apanage du maître, mais le livre ne prend vie que dans l’atelier de la boutique, lieu d’activité d’une multitude de personnes qui travaillent à sa fabrication. Il y a d’abord la famille du maître, sa femme et ses enfants, voire ses beaux-fils, puis les compagnons (B) et les apprentis (A), mailles secondaires mais indispensables à l’élaboration de l’objet. D’autres personnes vivent encore alentour de ce commerce, ces autres « gens du livre », concurrents du maître de toutes sortes (C).

A. Le premier accès au métier : l’apprentissage, ou le socle de la base ouvrière

37Les métiers du livre sont clairement une affaire de famille. Les places étant limitées, la transmission des ateliers et de la maîtrise se fait essentiellement en ligne directe, par le fils du maître, mais également par les gendres. Cette maîtrise transmissible à la descendance moyennant des droits de rachats plus faibles favorise les monopoles familiaux voulus par les autorités car cela facilite leur surveillance. Mais autour du noyau familial du maître gravitent des ouvriers de toutes sortes, et à la base de cet édifice, tout en bas de l’échelle, se trouvent les apprentis. Le Code de la librairie réglemente entre autre les formes de l’apprentissage et les devoirs de l’apprenti. Celui-ci doit répondre à certains critères. En premier lieu être congru en langue latine et savoir lire le grec, mais il lui est également défendu d’être marié, de s’absenter du domicile du maître. Son apprentissage doit durer quatre années consécutives sous peine d’une forte amende si le maître abrège ce temps.

  • 61 N. Contat dit Le Brun, Anecdotes typographiques où l’on voit la description des coutumes, mœurs et (...)
  • 62 N. Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas ou le cœur humain dévoilé, édition de 1883 en 10 volumes (...)
  • 63 Ibid.

38L’apprentissage est payant. En contrepartie le maître s’engage à n’avoir qu’un apprenti à la fois, à lui apprendre le métier, à le nourrir et à l’habiller comme un membre de sa famille. Mais, comme dans de nombreux métiers alors, ces apprentis sont souvent traités avec peu d’égards et chargés de toutes les basses besognes de l’atelier. Le plus souvent, ils sont confrontés à un univers fermé et à des compagnons peu enclins à transmettre le métier à la jeune concurrence. Les apprentis, malmenés, apprennent sans doute plus le métier par l’observation que par les enseignements du maître et des ouvriers. L’exemple le plus éclairant du sort réservé aux apprentis imprimeurs est celui de Nicolas Contat, apprenti dans une imprimerie parisienne en 1730, qui, dans un récit sur sa vie, relate la dureté de la vie d’apprenti, obligé de dormir dans un réduit glacé, de se lever avant l’aube, de subir les brimades des ouvriers, les insultes du maître toute la journée, et surtout de n’être nourri que de « brouet insipide »61. Cet exemple édifie tout autant que ceux relatés par Nicolas Rétif ou par le nommé Dufresne62. On ne leur réserve d’abord que des tâches ingrates. Ce n’est qu’après deux ans qu’ils s’initient effectivement au métier. Rétif, malgré sa connaissance du latin qui lui permet de lire les épreuves, n’en est pas moins astreint à balayer l’imprimerie, à ramasser les lettres sous les pieds des ouvriers et les ordures, à « pourvoir à tous les besoins », à faire les commissions63.

  • 64 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152 et 1 C 1313.
  • 65 Ibid., 3 E 15/89.
  • 66 Ibid., 3 E 15/98.
  • 67 Ibid., 3 E 10/120.
  • 68 Ibid., 3 E 4/203.

39À Perpignan, on ne dénombre que peu d’apprentis. Jacques Dupuy, installé comme libraire en 1768 dans la ville, mentionne, comme nous l’avons vu précédemment, avoir été apprenti durant quatre ans chez Lecomte64. On connaît également deux apprentis chez Jean-François Reynier, le dénommé Pierre Pagès65, en 1783, fils de boulanger qu’il prend en apprentissage alors qu’il a quinze ans et, en 1788, François Barrera66, fils d’un procureur, âgé de dix-huit ans quand il entre à l’imprimerie. Jérôme Pesquer, quant à lui, marchand libraire relieur, emploie comme apprenti Pierre Valzer en 178967. Nous n’avons que très peu de renseignements sur ces garçons, voire aucun en ce qui concerne le déroulement de leur apprentissage et leur devenir une fois passés chez Reynier et Pesquer. Le fait que nous connaissions seulement quatre apprentis pour la fin de notre période vient sans doute de ce que les fils Reynier ont les qualités requises pour être imprimeur ou libraire sans apprentissage et travaillent depuis leur plus jeune âge avec leur père, alors que Claude Lecomte, neveu de Guillaume-Simon, fait son apprentissage et un « tour de France »68. Limiter le nombre d’apprentis est un moyen de réduire les coûts pour des imprimeurs dont les travaux de typographes peuvent être peu nombreux à certaines périodes.

40Après quatre années de formation, les apprentis sont en principe tenus de servir encore les maîtres, en qualité de compagnon cette fois, durant trois années. Ils deviennent donc des ouvriers qualifiés, en attente de s’établir comme maître dans leur propre atelier.

B. Les compagnons, rouage essentiel de l’atelier d’imprimerie

  • 69 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.
  • 70 H.-J. Martin, Le livre français sous l’Ancien Régime, Paris, 1987.
  • 71 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.
  • 72 Ph. Minard, op. cit.

41Le Code de la librairie qui régente la vie de l’atelier dans son ensemble évoque bien entendu les compagnons, de leur recrutement à leur accès à une place de maître. Ce sont principalement d’anciens apprentis du même maître, mais surtout des ouvriers en manque de places de maître imprimeur, ces dernières étant réservées à quelques privilégiés du monde du livre. Le règlement de la librairie indique que le choix des ouvriers est laissé à la discrétion du maître ou des veuves tenant imprimerie ou librairie. Ils ne peuvent quitter le patron pour qui ils travaillent sans donner de préavis au moins deux mois à l’avance et il leur est défendu sous peine d’amende de laisser un ouvrage inachevé lorsqu’ils partent69. L’imprimerie aux XVIIe et XVIIIe siècles voit grossir les rangs de ces ouvriers qualifiés qui demeurent condamnés à rester sous la coupe d’un maître. L’époque où un ouvrier peut, ne serait-ce qu’en province, gravir les échelons de la hiérarchie professionnelle et s’installer à son nom est révolue et la plupart d’entre eux se contentent d’aller de province en province chercher une place. Le seul moyen qui puisse leur offrir la possibilité de parvenir au grade de patron est encore d’épouser la veuve ou la fille d’un imprimeur. De plus, ces professionnels du livre sont confrontés au phénomène des alloués, ces ouvriers semi-qualifiés de l’imprimerie aux salaires plus bas, que les maîtres ont tendance à utiliser de manière ponctuelle et qui font une grande concurrence aux compagnons70. Le Règlement de 1723 officialise en quelques articles l’engagement des alloués, leur apprentissage en deux ans et leur inscription à la Chambre syndicale, mais ils demeurent à jamais des ouvriers, non des compagnons et doivent renoncer à la maîtrise71. Les compagnons sont donc victimes de la politique de restriction des places pour un contrôle plus effectif de la part du pouvoir royal. Dans les grandes villes, ils forment pourtant un groupe fort qui fait souvent parler de lui à travers des actions envers les typographes étrangers qui forment une autre menace pour leurs emplois72. En province, les petites imprimeries tentent de subsister avec, dans le meilleur des cas pour la plupart, un ou deux compagnons qui y travaillent lorsqu’il y a de quoi les employer, et qui, le reste du temps, tournent dans les ateliers des villes voisines.

  • 73 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.
  • 74 Ibid., 1 C 1545.

42À Perpignan, Jérôme Pesquer lorsqu’il demande à ouvrir une librairie dans la ville mentionne qu’il fut compagnon libraire chez la famille Reynier durant quelques années73. On peut s’interroger également sur les cas de Pierre Carbonne et de Guillaume Villeneuve, tous deux originaires de Perpignan, qui deviennent libraires dans la seconde moitié du siècle. Furent-ils apprentis ou compagnons dans une des imprimerie-librairie de la ville ? Nous ne pouvons l’indiquer tant les informations sur leur compte sont réduites. Il est très probable qu’ils aient été compagnons dans un atelier perpignanais car ces métiers nécessitaient des connaissances particulières. Il ne s’agit pas seulement de vendre des ouvrages, mais également de préparer un texte à imprimer et surtout de pouvoir saisir les désirs du public pour lui proposer les ouvrages qui l’intéressent. À l’occasion d’une supplique présentée par la veuve de Claude Lecomte aux consuls, en 1787, on apprend de celle-ci qu’elle a « un ouvrier qui travaille à ladite imprimerie » et que celui-ci « emporte presque tout le profit par le peu de travail qu’il fait »74. Le fait qu’il y ait peu de compagnons mentionnés pour l’imprimerie et la librairie roussillonnaise tient sans doute à la même raison que le faible effectif des apprentis. Le simple fait que les enfants de Reynier d’une part et le neveu de Lecomte d’autre part participent à la vie de l’atelier, révèle l’existence d’une main-d’œuvre déjà sur place et gratuite. De plus, les ateliers perpignanais ne produisaient sans doute pas assez d’ouvrages chaque année pour ajouter à leurs charges le salaire d’un ouvrier, comme c’est le cas pour la veuve Lecomte. C’est pourquoi, comme dans de nombreuses provinces où les ateliers peinaient à subsister, les maîtres de la ville de Perpignan n’employaient des compagnons qu’épisodiquement.

43Mais le monde des libraires et imprimeurs dans la province du Roussillon ne se limite pas à cet oligopole des Reynier, Lecomte et différents libraires ayant pignon sur rue au fur et à mesure que le siècle avance. Autour d’eux gravitent d’autres « gens du livre », ambulants pour la plupart, difficiles à cerner, qui leur font concurrence.

C. Les « autres » gens du livre

44Les premières formes de concurrence chez les imprimeurs-libraires se révèlent être les imprimeurs-libraires eux-mêmes. De l’apprenti, en passant par le compagnon et le maître, les places autorisées dans ce domaine sont si peu nombreuses que les rivalités naissent en premier lieu au sein même de la communauté. On a déjà évoqué les pratiques des ateliers qui tendent eux-mêmes à limiter le recrutement des apprentis et des compagnons pour éviter le manque de travail mais les imprimeurs et les libraires souffrent semble-t-il également de la pérennisation des boutiques de concurrents par les veuves de ces derniers.

  • 75 Ibid., 3 E 3/870.
  • 76 Ibid., 1 C 1545 et 1 C 854.

45Les femmes ne sont pas absentes de ce métier d’hommes. En effet, il est établi par le Code de la librairie que les veuves de maîtres peuvent exercer la continuité de l’imprimerie jusqu’à leur mort. Elles peuvent seulement perdre ce privilège en cas de remariage avec des gens sans qualités. À Perpignan, la veuve de François Vigé reprend l’imprimerie en 1714 avec son fils François avant de la vendre à la famille Reynier75. À la mort de Jean-François Reynier, l’imprimerie devient « veuve Reynier et Tastu », Tastu étant le nom du beau-frère de Jean-François Reynier, qui reprendra l’affaire seul en 1804. Il est fréquent également de trouver dans les rôles de la capitation des suppliques des veuves que le corps des imprimeurs-libraires comprend dans le tail de la capitation alors que comme veuves elles souhaitaient en être exemptées au vu de leur peu de revenus. C’est le cas de Susanne-Marie Renaud veuve de Claude Lecomte dans les années 1780, et de Marie Bonnafos, veuve de Pierre Carbonne qu’on exempte d’une taxe également en 178876.

46À Perpignan, le nombre grandissant de libraires au cours du XVIIIe siècle indique un commerce actif, qui permet à chacun d’exercer, même modestement, ce métier. Mais ces professionnels installés, tenant boutique, contrôlés par les autorités, sont confrontés à d’autres formes d’entrée du livre dans la province.

  • 77 Ibid., 112 Edt 1152.
  • 78 G. Bolleme, La bibliothèque bleue. Littérature populaire en France du XVIe au XIXe siècle, Paris, (...)

47Les marchands forains sont les premiers concurrents venant de l’extérieur. On peut mentionner en premier lieu Rigaut, marchand de Toulouse qui vient s’installer à Perpignan, mais surtout Étienne Richard, originaire de Narbonne, qui veut vendre des livres « comme il les y vend présentement depuis la dernière foire franche dans l’entrée de l’hôtel de ville où le concierge a voulu le luy permettre »77. Les foires sont un des nombreux moyens de diffusion des ouvrages dans le royaume. La vente y est en principe contrôlée, mais ce type de commerce offre des possibilités supplémentaires de diffusion d’œuvres subversives auprès du public, ou attire par la vente de livres d’un style plus populaire, comme ceux de la bibliothèque bleue78. Ces marchands présentent donc un intérêt tout particulier pour le lecteur à qui ils offrent des livres différents et moins coûteux.

  • 79 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.
  • 80 L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe (XVe-XIXe siècle), Paris, 1993.
  • 81 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.
  • 82 Ibid., 3 E 10/99.

48Un autre type de marchands ambulants exerce dans le monde du livre, les colporteurs. Ces derniers, difficiles à cerner, sont une réelle menace pour le pouvoir royal qui tente de limiter leur nombre à cent-vingt au début du XVIIIe siècle. Leurs obligations sont de ne vendre que des brochures de huit feuillets maximum, de savoir lire et écrire, et de se faire enregistrer comme colporteur79. Malgré les précautions prises par le pouvoir, les colporteurs restent un des moyens de propagation des œuvres illicites80, leurs circuits dans le royaume étant difficiles à contrôler. Il est rare en tout cas de pouvoir définir les types d’imprimés qu’ils transportent dans leurs malles. En Roussillon, deux cas apparaissent. Jean-Baptiste Reynier, en 1734, s’adresse à l’intendant car il a un différend avec Jean Hodou, marchand-colporteur81. De même, en 1776, dans l’inventaire après décès de Jacques Dupuy, il est fait mention d’un colporteur libraire en Espagne avec qui il fut en relation sans que soit précisé le nom de ce dernier82. Le monde des colporteurs demeure obscur tant les renseignements sur ces marchands sont faibles. On peut néanmoins estimer que la position frontalière de la province du Roussillon, avec ses débouchés sur la Catalogne, doit attirer ce genre de commerce.

49La communauté des « gens du livre » présente donc le visage d’une vaste corporation au vu des compétences variées nécessaires à la fabrication et à la vente d’un ouvrage. Cependant, elle montre également des faiblesses liées à son cloisonnement grandissant et à ses pratiques malthusiennes en ce qui concerne ses apprentis et ses compagnons. Les rivalités en son sein sont nettes et le métier tend à changer de ce fait même. En province, la situation est telle que les ateliers et les boutiques attachés à l’objet livresque reproduisent peu à peu le fonctionnement des grands ateliers parisiens où le maître tend à exploiter l’ouvrier tant qu’il en profite avant de s’en détacher. Hormis quelques privilégiés reconnus par le pouvoir, les métiers formant la vie du livre n’offrent que peu de possibilités aux aspirants imprimeurs et libraires, et le métier se perd un peu dans le flot de concurrence.

Conclusion

50Étudier ce qu’est l’imprimerie ou la librairie implique de rechercher quelle est la « vérité » du métier, son essence. Elle varie selon l’espace et le temps. Ce qui « fait » le métier à Perpignan n’est en rien comparable à ce qui le « fait » dans une autre province au même moment.

  • 83 R. Moulinas, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, 1974.

51La province du Roussillon sous l’Ancien Régime présente de nombreux particularismes liés à sa position géographique, à son histoire, aux intérêts politiques qu’elle suscite. Sur le plan culturel, son rattachement au royaume de France en 1659 eut pour effet de lui donner une quadruple dimension, française, catalane, castillane, latine. Dans ce contexte, le métier d’imprimeur et de libraire joue un rôle primordial dans la transmission culturelle, en priorité dans la pénétration des idées venues de France. La position des « gens du livre » est au cœur de ces bouleversements, et ces simples commerçants et artisans du livre offrent, par un examen de leur mode de travail, une réflexion plus globale sur la circulation du livre et la diffusion des idées. C’est au travers de ce type de constatation que se dessine peu à peu, concrètement, le visage d’une communauté. En Roussillon, de leur réception à leur pratique du métier, les imprimeurs-libraires respectent, à partir du début du XVIIIe siècle, les règles édictées par le pouvoir royal tout en s’adaptant aux particularités de la province. Si on ne peut pas parler d’une véritable originalité de la vie du livre en Roussillon, on peut néanmoins remarquer le dynamisme lié au livre au regard du nombre croissant de « gens du livre » qui s’y installent au cours du XVIIIe siècle. C’est une spécificité remarquable de la ville que de constater qu’elle permet aux Reynier, aux Lecomte, et aux sept autres libraires qui prêtent serment au cours du siècle, de vivre véritablement de leur commerce. Il est surprenant qu’une ville de la taille de Perpignan, de onze mille habitants environ en 1789, offre du travail à toute cette communauté, quand d’autres villes ont leurs imprimeries supprimées par le règlement de 1723, à l’exemple de Carcassonne peuplée pourtant de quatorze mille habitants. En comparaison Narbonne, avec neuf mille habitants, a une place d’imprimeur. Ce phénomène peut conduire à s’interroger sur la proximité des grands centres du livre que sont Lyon ou Avignon, véritables plaques tournantes du commerce de librairie où les contrefaçons et les interdits circulaient en grand nombre et où les ateliers d’imprimeries étaient légion83. De fait, le Languedoc, si vaste, ne présente que peu d’imprimeries et une ville proche comme Marseille, ne compte que trois imprimeurs.

52En définitive, sans avoir des modes de réception particuliers ni une pratique du métier originale, la communauté des « gens du livre » en Roussillon présente un caractère honorable. Si elle reste modeste elle n’en demeure pas moins active au sein de la province dont la population profite ainsi d’un accès au livre étendu.

Notes

1 C. Lentz, L’histoire du livre en Roussillon au XVIIIe siècle, Mémoire de Master 2 sous la direction de Gilbert Larguier, Université de Perpignan, 2006.

2 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, rendu obligatoire dans toute la France par arrêt du conseil du roi, le 24 mars 1723, in E. Werdet, Histoire du livre en France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, 4 vol., Paris, 1861, IIe tome, La transformation du livre manuscrit, depuis 1470 jusqu’à 1789 ; É. Martin Saint-Leon, Histoire des corporations de métiers, depuis leur origine jusqu’à leur suppression en 1791, Slatkine-Megariotis Reprints, Genève, 1976, chapitre VI. L’édit de 1691 divise les communautés en quatre classes. La première comprend « les Six Corps (apothicaires-épiciers, bonnetiers, drapiers, merciers, orfèvres, pelletiers), et dix-neuf autres corporations : affineurs d’or et d’argent, bouchers, batteurs d’or, barbiers-perruquiers, brasseurs, chirurgiens, chapeliers, charpentiers, imprimeurs-libraires, marchands de vin, maçons, maîtres en fait d’armes, paveurs, peintres, sculpteurs, tireurs d’or, tapissiers, teinturiers, tanneurs ». Pour la séparation des corps de métiers en différentes classes. Voir également d’A. Drape, Recherche sur l’histoire des corps d’arts et métiers en Roussillon sous l’Ancien Régime, Paris, 1898.

3 Ces formalités sont issues d’un code datant de 1626, et ont été reprises ensuite dans tous les codes, notamment celui de 1723 qui nous sert de base.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

7 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313.

8 Ibid., 1 C 1313.

9 Ibid., 1 C 1313.

10 Ibid., 1 C 1313.

11 Ibid., 1 C 1313.

12 Arch. dép. Hérault, C 2812.

13 Ibid., C 2807 et C 5512.

14 Ibid., C 2807 et C 5512.

15 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1545.

16 Ibid., 1 C 1313.

17 Pour plus de précisions concernant les époques antérieures voir le travail de J. Comet, « L’imprimerie à Perpignan, depuis les origines jusqu’à nos jours », Bulletin de la S.A.S.L. des P.-O., no 49, Perpignan, 1908, p. 239, ainsi que dans nos précédentes études, L’histoire du livre en Roussillon au XVIIIe siècle, op. cit., et « Le livre en Roussillon au milieu du XVIIIe siècle », Acte du colloque du 3 décembre 2005 aux Archives départementales à Perpignan, in Les Lumières en Roussillon au XVIIIe siècle, Hommes, Idées, Lieux, Gilbert Larguier (dir.), Perpignan, 2008, p. 119-134.

18 Ibid.

19 J. Comet, « Rosembach. Étude sur les origines de l’imprimerie à Perpignan », Bulletin de la S.A.S.L. des P.-O., no XXXVII, p. 417-440.

20 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313, 112 Edt 1152 ; Arch. mun. de Perpignan AA 6, et J. Comet, « L’imprimerie à Perpignan... », op. cit.

21 Ibid., 3 E 3/870.

22 L’imprimerie Tastu se perpétue tout au long du XIXe siècle. Pour plus de détails voir l’article de G. Bonnet, « Deux dynasties d’imprimeurs perpignanais : les Alzine et les Tastu, ou un demi-siècle de presse roussillonnaise (1800-1850) », Bulletin de la S. A. S. L. des P.-O., no XCIII, p. 73-103.

23 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313 et Arch. mun. de Perpignan, AA6.

24 Ibid., 1 C 1313.

25 Ibid., et Archives dép. Hérault, C 2807.

26 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.

27 Ibid., 1 C 1313.

28 Ibid., 2 C 695 : « Déclaration privée de Lecomte qui atteste que le sieur Jacques Dupuy a fait quatre années d’apprentissage » et « Déclaration privée par le même qui atteste que le sieur Dupuy a resté quatre années chez luy travaillant à l’imprimerie », le 3 juin 1771.

29 Ibid., 112 Edt 1152 et 1 C 1313.

30 Ibid., 112 Edt 1152.

31 Ibid., 112 Edt 1152.

32 Ibid., 112 Edt 1152.

33 Ibid., 112 Edt 1152.

34 J. Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIe siècle, Paris, 1969, et R. Moulinas, L’Imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, 1974.

35 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 854.

36 Ibid., 1 C 854.

37 Ibid., 1 C 854.

38 Ibid., 1C 1545, 854, 849, 817, 818, 850, et 112 Edt 1152.

39 Ibid., 112 Edt 1152.

40 Ibid., 1 C 1313.

41 Ibid., 1 C 1313.

42 Ibid., 1 C 1313.

43 Ibid., 112 Edt 1152. L’existence de cet acte de démission ne fait pas de doute mais demeure introuvable aux archives.

44 Ibid., 3 E 5/45.

45 Œuvre du dénommé Dufresne compagnon typographe, retranscrite in Typographes des Lumières, de Ph. Minard, N. Contat, D. Roche, Paris, 1989, p. 74-75.

46 Cf. supra.

47 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.

48 Ibid., 112 Edt 1152.

49 Ibid., 112 Edt 1152.

50 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

51 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.

52 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

53 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313.

54 Ibid., 1 C 1313.

55 R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, 1987.

56 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1313 et J. Comet, art. cit.

57 Ibid., 1 J 53.

58 C. Lentz, L’histoire du livre en Roussillon au XVIIIe siècle, Mémoire de Master 2 sous la direction de Gilbert Larguier, Université de Perpignan, 2006, et « Le livre en Roussillon au milieu du XVIIIe siècle », art. cit., p. 119-134.

59 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1314.

60 Cf. supra.

61 N. Contat dit Le Brun, Anecdotes typographiques où l’on voit la description des coutumes, mœurs et usages singuliers des compagnons imprimeurs, manuscrit de 1762, édité par Gilles Barber, Oxford, 1980, in Ph. Minard, Typographes des Lumières, Paris, 1989, et R. Dartnon, Le grand massacre des chats, Attitudes et croyances dans l’ancienne France, Paris, 1986, chapitre II et appendice.

62 N. Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas ou le cœur humain dévoilé, édition de 1883 en 10 volumes, Paris, in Ph. Minard, Typographes des Lumières, Paris, 1989, p. 74-83.

63 Ibid.

64 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152 et 1 C 1313.

65 Ibid., 3 E 15/89.

66 Ibid., 3 E 15/98.

67 Ibid., 3 E 10/120.

68 Ibid., 3 E 4/203.

69 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

70 H.-J. Martin, Le livre français sous l’Ancien Régime, Paris, 1987.

71 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

72 Ph. Minard, op. cit.

73 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.

74 Ibid., 1 C 1545.

75 Ibid., 3 E 3/870.

76 Ibid., 1 C 1545 et 1 C 854.

77 Ibid., 112 Edt 1152.

78 G. Bolleme, La bibliothèque bleue. Littérature populaire en France du XVIe au XIXe siècle, Paris, 1971.

79 Règlement pour la Librairie et l’Imprimerie de Paris, du 28 février 1723, op. cit.

80 L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe (XVe-XIXe siècle), Paris, 1993.

81 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 112 Edt 1152.

82 Ibid., 3 E 10/99.

83 R. Moulinas, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, 1974.

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search