Version classiqueVersion mobile

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

Habitations et intérieurs des gens de métiers à Perpignan au début du XVIIe siècle

Benjamin Marty

Texte intégral

1C’est grâce aux inventaires après décès établis par les notaires à la demande d’héritiers ou de veuves désireuses de conserver leur dot et l’usufruit des biens de feu leur époux, qu’il a été possible d’appréhender les habitations et les intérieurs des gens de métiers de Perpignan au début du XVIIe siècle. L’échantillon constitué porte sur la période 1600-1610 durant laquelle seize notaires officièrent en même temps à Perpignan, rédigeant 86 inventaires post mortem de gens de métier. Lors de la prisée, le notaire établissait la liste des biens trouvés dans la maison. Nous nous intéresserons ici d’abord à l’échantillon des métiers rencontrés, aux localisations dans la ville, à la structure de l’habitation, au mobilier qui s’y trouvait. Ensuite nous ouvrirons les coffres et nous nous intéresserons à la vaisselle, aux objets de foi, de divertissement, aux armes, au linge de maison ainsi qu’aux vêtements des couples, laissant de côté les biens immeubles, les animaux domestiques et le numéraire.

2D’une pièce à l’autre, du gros mobilier au plus petit des bijoux caché au fond d’un coffre, l’inventaire post obitum n’oublie rien, livre l’image – un peu floue – d’un univers de vie qui révélait des manières d’être pour peu qu’on fut attentif à la nature, à l’éventail, à la valeur, à la qualité et à la localisation des objets.

I. Les métiers et leur localisation

Une diversité de métiers

3Les inventaires après décès de gens de métiers se répartissaient en cinq domaines d’activités pour la période étudiée : les secteurs du textile, du cuir, de l’alimentation avec vingt occurrences chacun, le bois (treize occurrences), les métiers du métal et de la pierre (huit et cinq artisans).

Tableau no 1. Métiers rencontrés dans les inventaires après décès

Tableau no 1. Métiers rencontrés dans les inventaires après décès

Les métiers dans la ville

4Si on excepte les tanneurs qui, en raison des nuisances de leur activité, habitaient le faubourg des blanqueries, le long de la Vassa, on peut les localiser dans les rues et les places des quatre paroisses.

  • 1 70 inventaires seulement mentionnent la localisation des maisons des défunts.

Tableau no 2. Nombre d’inventaires après décès dans les paroisses et le faubourg des blanqueries1

Saint-Jean

N.-D. de la Réal

Saint-Mathieu

Saint-Jacques

Les Blanqueries

29

8

10

18

5

Tableau no 3. Localisation des métiers par rues et places dans la paroisse Saint-Jean

Noms actuels des rues

Noms des rues en 1600-1610

Métiers représentés

Rue de la Barre

Carrer que va de la boria a la gallinaria

1 tailleur

Rue de la Cloche-d’Or

Carrer de las costureres

1 boulanger

Rue de la Fusterie

Carrer de la fusteria nova

2 bonnetiers, 1 cordonnier, 1 confiseur, 1 tailleur

Rue de l’Ange

Carrer dels angels/ carrer del portal del toro

1 bonnetier, 1 boutiquier de toiles

Rue des Augustins

Carrer de Na Sra de gratia

1 armurier, 1 serrurier

Rue des Fabriques-Couvertes

Carrer de las parairies cubertas

1 menuisier

Rue du Chevalet

Carrer del cavallet

2 selliers

Rue Mably

Carrer que va de las cases cremadas al portal de Nostra Senyora

1 pareur

Rue Mirabeau

Carrer de la tapinaria

1 boulanger

À l’intersection des rues de la Barre, des Trois Journées, des Marchands

Plaça de la gallinaria

2 boulangers, 1 cordonnier

Place de la Loge

Plaça de la llotja

1 cordonnier, 1 pareur

Place Gambetta

Plaça de la llana

1 pareur

Place Jean-Jaurès

Plaça de la boria

1 boulanger, 1 étameur

Carrer de la calceteria

1 argentier

Tableau no 4. Localisation des métiers par rues et places dans la paroisse Notre-Dame de la Réal

Noms actuels des rues

Noms des rues en 1600-1610

Métiers représentés

Rue Hyacinthe-Rigaud

Carrer dels ferrovellers

1 cordonnier

Rue Paul-de-Lamer

Carrer dels anechs

1 cordonnier

Rue Petite-la-Monnaie

Carrer petit del estudi major

1 boucher

Rue Petite-la-Réal

Carrer de las escolas vellas

1 boucher, 1 cordonnier

Place des Esplanades

Plaça de las carretas

1 charron

Place Hyacinthe-Rigaud

Plaça del blat

1 vannier

Place des Poilus

Plaça nova

1 boutiquier de toiles

Tableau no 5. Localisation des métiers par rues et places dans la paroisse Saint-Mathieu

Noms actuels des rues

Noms des rues en 1600-1610

Métiers représentés

Rue des Augustins

Carrer de Na Sra de gratia

1 cordier

Rue du Four-Saint-François

Carrer de sant francesc

1 cordier, 1 pareur

Rue Dugommier

Carrer gran

1 boulanger, 1 poissonnier

Rue du Puits-des-Chaînes

Carrer del pou de las cadenas

1 maçon

Rue François-Arago

Carrer de la panna

1 maçon

Rue Maréchal-Foch

Carrer dels torongers

1 boulanger

Place du Pont-d’en-Vestit

Plaça del pont d’en vestit

1 boulanger

Tableau no 6. Localisation des métiers par rues et places dans la paroisse Saint-Jacques

Noms actuels des rues

Noms des rues en 1600-1610

Métiers représentés

Rue d’en-Calce

Costa d’en calce

1 boulanger

Rue des Carmes

Carrer del portal d’elna

1 boucher

Rue du Ruisseau

Carrer de la regadora dels predicadors

1 pareur

Rue Émile-Zola

Carrer dels fabres

1 menuisier, 1 serrurier

Rue Fontaine-Neuve

Carrer de la font nova

1 cordonnier, 1 menuisier

Place du Puig

Plaça del puig

1 pareur, 3 tisserands

Les maisons

5Les inventaires après décès dépouillés ne s’étendent pas sur les caractères architecturaux de la maison. Les portes et fenêtres n’étaient pas mentionnées (puisque immeubles), les informations relatives à la disposition des pièces et au nombre de niveaux restent allusives. Ainsi, si le notaire mentionnait bien son passage d’une pièce à l’autre, jamais il ne précisait leur position les unes par rapport aux autres. Seul le nombre d’étages, donc de niveaux, est discernable.

Tableau no 7. Proportion des maisons de plain-pied ou à étage(s)

Maisons en rez-de-chaussée

Maisons à un étage

Maisons à deux étages

Maisons à trois étages

4,16 %

41,30 %

41,30 %

9,78 %

6Au vu de ces résultats, il apparaît que plus de 80 % de l’habitat perpignanais s’organisait alors sur un ou deux étages, plus rarement sur trois. Aussi, est-ce la fonction des pièces par niveau qu’il convient de tenter de discerner.

  • 2 Entrée (ou boutique).

7Le rez-de-chaussée était la partie de la maison la plus ouverte sur le monde extérieur. Là se trouvait l’entrada (ou botiga)2 qui combinait les fonctions d’atelier et d’échoppe. Les inventaires comportent précisément les outils des artisans, les matières premières souvent stockées dans la pièce même. En continu se trouvaient parfois un cellier, une étable, une remise, éventuellement accompagnées ou remplacées par une chambre, une salle, une cuisine, dans le cas des demeures de plain-pied.

  • 3 La mention dans les inventaires de mesures à vin laisse supposer la vente de vin à domicile.

8Finalement, 85 % des artisans perpignanais avaient installé leur atelier-boutique au rez-de-chaussée de la maison qu’ils occupaient. Par contre, ils n’étaient déjà plus que 43 % à disposer d’un cellier à ce niveau ; un rapport du simple au double avec l’atelier qui montre que la possession d’une réserve de vin, pour la consommation domestique ou pour la vente3, constituait un signe de confort voire d’aisance car cela impliquait la propriété de parcelles de terre. L’étable, enfin, restait le fait d’une minorité car 14 % seulement de l’échantillon considéré en possédait.

  • 4 La salle et la chambre.
  • 5 Arrière-chambre ?

9On accédait au premier étage par un escalier ou une échelle de bois. En les empruntant le notaire s’introduisait dans les pièces intimes où se déroulait la vie familiale. Ce niveau se divisait généralement en deux lieux de vie distincts : la sala et la cambra4. Parfois, dans 16 % des cas, la salle faisait aussi office de chambre et le notaire évoquait alors la cambra de la sala. Enfin, dans près de 9 % des inventaires étudiés, une reracambra5 permettait d’entreposer les coffres, les caisses de vêtements ainsi que le linge de maison.

10Le second étage se voyait généralement occupé par des chambres (21 % des cas) ou des remises (27 % des cas). Cette disposition, logique, repousse vers le haut la chambre qui n’est pas celle du couple ou la remise destinée au stockage du bois, des meubles, d’objets. Le troisième étage enfin, quand il y en avait un, s’utilisait pour des chambres (55 %), des remises (33 %), une cuisine ou un grenier (22 %).

11En conclusion, les artisans occupant une maison de plain-pied travaillaient et vivaient dans deux à trois pièces ; quatre à six pièces dans les maisons à un étage, cinq à huit pièces dans celles qui en avaient deux ; enfin les rares artisans propriétaires d’une maison de trois étages disposaient de six à dix pièces. De deux à dix pièces, l’éventail des habitations était large, le mobilier qu’elles renfermaient tout autant.

II. Le « gros » mobilier

Les meubles de convivialité

12Ils étaient au nombre de cinq : la table (taula ou buffet), la chaise (cadira), le tabouret (escambell), le banc (banc), le fauteuil (cadira de repos).

  • 6 « Table à ciseaux » (tréteaux).

13La table, certainement à quatre pieds, était toujours en bois, sans qu’on sache lequel, sauf quand il s’agissait de noyer (noguer). Ronde, carrée ou rectangulaire, son plateau était solidaire ou non de ses pieds. Dans ce dernier cas, elle était pliante et pour cela mentionnée sous le terme de taula de tisores6. Il n’est jamais fait mention de décoration peinte ou gravée. La chaise, dont la nature du bois n’est jamais précisée, avait une assise de paille ou de bois. Le tabouret de bois venait généralement en complément des chaises et des bancs. Ces derniers étaient souvent mentionnés parmi d’autres objets, ce qui confirme leur mobilité dans la pièce. Les bancs devaient être assez rudimentaires, faits de simples planches et de pieds, dans une essence courante, sans dossier ni accoudoirs que le notaire n’aurait pas manqué de mentionner. Du fauteuil, en bois aussi, il est impossible de préciser la forme et la finition mais sa fonction de repos était attestée par la présence d’accoudoirs. Parce que « superflu », ce dernier objet est un indice d’aisance.

Tableau no 8. Les meubles de convivialité

Tableau no 8. Les meubles de convivialité

14Le fauteuil ne représentait que 9 % de l’ensemble des meubles. On le trouvait toujours dans la salle, contrairement à la table, aux bancs, aux tabourets qui pouvaient être dans la salle ou dans la boutique/atelier. Les chaises se trouvaient soit autour de la table, soit rangées contre un mur.

Les meubles de travail et de rangement

  • 7 « Caisse de bâtarde » et « coffre de nonne ». Ces expressions devaient indiquer des volumes et des (...)

15Parmi les meubles de travail, on relève le plus couramment l’établi (tauler), le métier à tisser (teler). Le pétrin (pastera), présent dans tous les intérieurs, relevait davantage de l’usage domestique. Les meubles de rangement se répartissaient entre la caisse (caixa), le coffre (cofre), l’armoire (armari), le secrétaire (arquimesa), le vaisselier (escudeller, adreçador ou parador). Les inventaires après décès ne précisaient pas le matériau dans lequel ils étaient faits sauf, là encore, s’il s’agissait de noyer. Les caisses étaient parfois qualifiées de caixa de bastarda, les coffres de cofre de monja7. Le seul moyen de déterminer la qualité de meubles comme de l’armoire et le secrétaire résidait dans la présence ou non d’un décor peint ou gravé. Le vaisselier nous restera inconnu dans sa forme comme dans son ornementation : meuble à part entière posé sur le sol, accroché au mur, ou étagère plus ou moins élaborée ? Les documents restent muets sur le sujet.

Tableau no 9. Les meubles de travail et de rangement

Tableau no 9. Les meubles de travail et de rangement

16Tous métiers confondus, les meubles de rangement se décomposaient le plus souvent en quatre à cinq caisses et un à deux coffres. Les armoires, les vaisseliers, les secrétaires, rares, indicateurs d’aisance, se trouvaient au premier étage, contrairement aux établis toujours dans l’atelier ou boutique. Caisses et coffres, par contre, occupaient soit le rez-de-chaussée, servaient à stocker des outils, des matières premières, des pièces ouvrées, soit le premier étage, généralement dans la chambre et la salle, contenaient les objets de la vie quotidienne. Le pétrin était le plus souvent installé dans la chambre ou dans une petite pièce à part (le pastador).

Un meuble de repos : le lit

17Le lit, par ses dimensions comme par l’intérêt que portait le notaire à sa description, était l’élément majeur du « gros » mobilier. Il était considéré comme un ensemble indissociable, car on inventoriait à la suite le meuble et tous les éléments qui le recouvraient (sommier, matelas, draps, couvertures, etc.). Bien évidemment, il était placé dans la chambre ou dans une alcôve de la salle.

Tableau no 10. Les trois types de lits

Lit de planches et bancs

Lit de campagne

Lit à ciseaux

47,49 %

50,84 %

1,67 %

  • 8 3 E 1/5158 (11 août 1609), 3 E 1/5446 (22 avril 1604), 3 E 1/3714 (21 janvier 1604). Il s’agissait (...)

18Deux types de lit dominaient dans les demeures des gens de métier, à part quasi-égale : le « lit de planches et bancs » (llit de post i banchs) et le « lit de campagne » (llit de camp) ; le « lit à ciseaux » (llit de tisores) restant marginal car rudimentaire et certainement d’appoint8. Le premier était fait de planches de bois soutenues par deux petits bancs. De facture sommaire, il devait être facilement démontable. Le deuxième semble de meilleure facture puisque certains étaient ornés de demi-piliers ou de piliers, d’autres renforcés par des barres de fer et des vis.

Tableau no 11. Nombre de lits par maisons

Tableau no 11. Nombre de lits par maisons
  • 9 3 E 1/3522 (11 octobre 1604). Apparemment il s’agissait d’une apprentie.

19Dans les maisons, le nombre de lits variait de un à six. 40 % des foyers n’en possédaient qu’un, 30 % deux. Un seul lit sous-entendait : celui du couple ; deux lits laissait supposer la présence d’enfants encore au foyer. Au-delà, la présence de lits supplémentaires suggérait d’autres membres de la famille, un apprenti comme chez ce cordonnier chez qui l’on trouvait un llit de camp per la mossa9.

  • 10 L’expression rend au plus près le catalan esponera, le terme espona désignant le côté du lit ou la (...)
  • 11 3 E 1/6346 (23 avril 1609). On lit : una marfega plena de palla.

20Les éléments qui pouvaient composer la couche étaient les suivants : sommier (marfega), matelas (matalas), drap (llansol), couverture (flassada), traversin (travesser), oreiller (coixi), taie (coixinera), couvre-lit (vanova), « flanc-de-lit » (esponeres)10, moustiquaire (pavello), ciel de lit (cortinatge). Mais évidemment tous les gens de métier ne dormaient pas dans des lits si bien composés. Le sommier – plutôt une paillasse11 – était présent dans tous les types de lits, relayé pour un plus grand confort de sommeil par un ou deux matelas.

  • 12 Toile de maison, toile grossière.

21Tous les lits ne comportaient pas de draps. Mais, en général, le lit du couple en était toujours garni. Leur couleur n’était jamais précisée (blanc ?), contrairement à leur qualité, souvent qualifiée de tela de casa12.

  • 13 Quatre mentions de peaux animales recensées, seulement ; chez un menuisier, un armurier, un bâtier (...)

22Tous les lits, occupés comme inoccupés, comportaient des couvertures. La matière dont elles étaient faites n’est jamais mentionnée, hormis dans les cas (rares) de peaux animales13. Leur couleur, par contre, est notée pour 70 % d’entre elles : blanc (40 %), rouge (20 %), jaune (3,5 %), blanc rayé de noir (3 %), noir (1 %), bleu (0,5 %).

  • 14 « D’étamine noire ou rouge », 3 E 1/4626 (19 février 1603).

23Les taies d’oreiller, au contraire des traversins et des oreillers dont les documents ne signalaient qu’un remplissage de plumes, étaient souvent décrites dans leur matière comme dans leur décor ou couleur. Si certaines étaient faites en tela de casa et unies, d’autres étaient en gaze (ou coton) brodées d’estamenya negra ou vermell14.

  • 15 « Cinq draps qui servent de ciel de lit », 3 E 1/4926 (16 avril 1601).
  • 16 3 E 1/4014 (31 mai 1608).
  • 17 « D’un morceau de tiretaine violette et blanche », 3 E 1/4626 (19 février 1603).

24Les ciels de lit pouvaient être composés d’un ensemble de draps détournés de leur fonction première comme chez ce sellier dont le lit se fermait par cinq lensols (sic) que serveixen en lloc de cortinatge15, ou d’éléments de tissus qui protégeaient du froid. Les flancs de lit, qui cachaient la tranche des matelas et des sommiers, n’étaient que sommairement décrits par les notaires. Certains étaient ornés de dentelle16, l’un d’eux de un tros de tiratayna morada i blanca17. Les moustiquaires, en toile, complétaient le décor, tout en préservant les dormeurs des piqûres d’insectes. Ces trois dernières pièces constituaient des « éléments-seuils » qui, par le lit, distinguaient des niveaux d’aisance différents.

25Étonnamment, à côté de ces lits soigneusement décrits, le notaire passait très vite sur le berceau (bressola), se bornait à le noter sans le décrire, bien que 24 % des inventaires en fissent mention.

III. Les objets du feu et la vaisselle

Les objets du feu

26La cheminée, faisant partie des immeubles, n’était jamais décrite dans les inventaires. Sa présence, toujours dans la salle, apparaît « en creux » à travers la description des objets du feu. Ainsi, les pincettes (molls) servaient à déplacer les tisons, les chenets (cavalls de foc) soutenaient les bûches, la pelle (pala) permettait d’évacuer les cendres. Avec ces objets d’entretien du feu, on trouvait d’une part les anneaux (lleves) auxquels était accrochée la crémaillère (cremaller) et le crochet (ganxo) servant à moduler la hauteur du chaudron, d’autre part les pièces mobiles servant à la cuisson des aliments comme le réchaud à braise (fogo), le trépied (tres peus), le tourne-broche (aster), la broche (ast), le grill (graelles).

  • 18 3 E 1/3247 (28 septembre 1600).

27La cheminée n’offrait qu’un point de chaleur et de lumière. Pour réchauffer d’autres pièces de la maison, il fallait déplacer le feu, grâce à la chaufferette (escalfeta) ou au chauffe-lit (escalfa llit), généralement composés de fer ou de cuivre rouge (aram). Pour la lumière, trois objets étaient utilisés couramment : le chandelier (candalero ou canalobre), la lampe à huile (llantia ou llumaner), la lanterne (llanterna). Le plus courant, avec une moyenne de trois à quatre par maison, était le chandelier, généralement en laiton (llauto), très rarement en étain (estany). Les lampes à huile étaient confectionnées dans les mêmes alliages, sauf un cas rencontré de lampe à huile en verre18. Quant aux lanternes, bien que le matériau utilisé ne soit jamais précisé, on peut supposer qu’elles étaient en fer.

La batterie de cuisine

28Les objets nécessaires à la cuisine, pour la préparation ou la cuisson des aliments, constituaient un ensemble important par le nombre et la diversité des pièces qui le composaient. Les ustensiles de cuisine se subdivisaient entre ceux destinés à la préparation avant-cuisson des aliments : le mortier et son pilon (morter i sa mà), le hachoir (picolador), la planche à découper (tallador), la râpe à fromage (rahora), la lardoire (enllardadora), la meule (mola) et ceux permettant la manipulation et la cuisson de la nourriture : la palette (giradora), le couteau (ganivet), la cuillère (cullera ou llosa), le lèche-frite (greixonera).

Tableau no 12. Part des matériaux composant les ustensiles de cuisine

Bois

Fer

Laiton

Cuivre rouge

22,59 %

51,10 %

7,99 %

18,32 %

29Les mortiers étaient généralement creusés dans de la pierre (sans précision), du bois, ou du cuivre et d’autre métal. Les pilons étaient toujours en bois. Les autres ustensiles étaient façonnés dans le fer, le laiton, le cuivre rouge, le bois, certainement en fonction des capacités financières des individus. Sur l’ensemble de l’échantillon considéré, le fer était le matériau le plus courant (un objet sur deux), loin devant le bois utilisé pour un objet sur cinq. C’est dans la présence d’objets en laiton au sein de la batterie de cuisine que l’on cherchera les indices de distinction les plus pertinents.

  • 19 Il y avait aussi la panna castanyera pour les châtaignes.

30Les éléments de cuisson, quant à eux, étaient au nombre de six, répartis entre ceux qui assuraient une cuisson par grillage ou mijotage. Au rang des premiers, on trouvait le gril (graella) et la poêle (panna)19. Ensuite venaient le chaudron, le plat à cuire, la casserole, le godet à graisse et le couvercle occupant une place un peu à part dans cet ensemble d’objets à mijoter.

Tableau no 13. Part des matériaux composant les éléments de cuisine destinés à la cuisson

Terre

Fer

Laiton

Cuivre rouge

5,98 %

33,98 %

10,91 %

46,11 %

31Parmi les matériaux employés pour la cuisson des aliments, on ne peut que constater la prédominance de la vaisselle métallique sur celle en terre, inventoriée avec moins de précision il est vrai car souvent ébréchée et de médiocre valeur. L’époque des chaudrons en terre paraît déjà révolue en ville. En ce début du XVIIe siècle, le cuivre rouge est le matériau le plus employé, devant le fer.

  • 20 On ne peut savoir s’il s’agissait d’une argile à cuisson réductrice (donnant un fini de gris clair (...)

32Il est intéressant de noter qu’à un ustensile donné correspondait un matériau de prédilection. Les poêles et les plats à cuire étaient généralement en fer, les chaudrons (perols) et les casseroles en cuivre rouge, les godets à graisse et les couvercles en cuivre rouge ou en laiton, les ouilles (ollas) en terre20, parfois en fer. Il y avait donc, certainement pour des raisons d’oxydation, de résistance au feu, de transmission et de diffusion de la chaleur, de goût donné (ou non) aux aliments, une préférence pour les types de matériaux employés. L’aspect fonctionnel (gustatif ?) l’emportait sur l’aspect esthétique car cette vaisselle n’était pas destinée à la table.

La vaisselle de table21

  • 21 Dans les tableaux qui suivent, la première ligne exprime la part prise par chaque objet au sein de (...)

33La vaisselle de table se répartissait entre deux premiers ensembles d’objets : ceux destinés à contenir des liquides, ceux destinés à recevoir des solides.

34Pour stocker des liquides, on trouvait la jarre (gerra ou dorca) et la gargoulette (poal ou cantir). Pour les servir à table, on utilisait des carafes (brocal, aiguadera ou alburnia), des cruches (citra), des tasses.

Tableau no 14. Proportion des objets destinés aux liquides

Carafes

Cruches

Gargoulettes

Jarres

Tasses

0,06 %

4,53 %

0,89 %

2,74 %

0,06 %

0,74 %

54,65 %

10,78 %

33,09 %

0,74 %

35Pour recevoir des solides, c’est-à-dire manger et présenter des aliments, on employait des assiettes (plat), des écuelles (escudellas), des plats de services (gibrell, grasala, ensiamera, conca), des coupes (copa ou fruitera).

Tableau no 15. Proportion des objets destinés aux solides

Assiettes

Coupes

Ecuelles

Plats

63,76 %

1,16 %

11,56 %

2,33 %

81,94 %

2,14 %

14,86 %

1,06 %

  • 22 En catalan : citrell. Généralement associé à son récupérateur de gouttes : el estalvi.

36Un troisième groupe, de taille plus modeste, comprenait la salière (saler), le poivrier (pebrera), la burette à huile (citrell)22, le vinaigrier (vinagrera), la saucière (passadora de salsa) et le rafraîchisseur à liquides (refrescador).

Tableau no 16. La proportion des objets à condiments et « superflus »

Tableau no 16. La proportion des objets à condiments et « superflus »

37Un quatrième ensemble se composait d’objets en verre. Il était peu fourni. On y trouvait le flacon (flasco), la bouteille (ampolla), la carafe (garafo, aiguadera ou brocal), la tasse et le pot.

38On se rend ainsi compte que les objets de base étaient les cruches, les jarres, les assiettes, les écuelles, les salières, les burettes à huile. Les autres objets relevaient donc du « superflu » présent dans les intérieurs des plus aisés. L’ensemble des artisans préférait la possession d’une vaisselle destinée aux solides (39 %) et de la verrerie (41,5 %), devant le service des liquides (11,5 %) et les autres objets (7,5 %). Concrètement, il est flagrant que si les coupes en cuivre et les plats en bois faisaient partie du mobilier de table peu courant, il n’en restait pas moins que quasiment tous les gens de métier pouvaient en posséder. Par contre, saladiers et coupes à fruits étaient beaucoup plus rares. C’est ainsi dans la possession d’objets très spécifiques que s’affirmait le rang social des intérieurs : objets « à condiments » (poivriers, vinaigriers) ou rafraîchisseurs (de liquides).

  • 23 Une faïence originaire de Pise ?
  • 24 Céramique en provenance de Malaga.

39La part prise par chaque matériau était aussi un indice du niveau de vie des gens de métier. Ainsi, la vaisselle de terre se divisait en une « terraille » commune, certainement à cuisson réductrice ou oxydante, et une vaisselle de terre plus fine, dénommée pisa23 ou bien encore melica24 qui devait s’apparenter à une céramique à cuisson oxydante glaçurée. La vaisselle métallique, quant à elle, était de cuivre rouge, de laiton ou d’étain.

40Les gargoulettes ou les jarres étaient en terre ou en cuivre, les écuelles et les assiettes en étain ou en faïence, les cruches et les flacons en étain, les saladiers, les vinaigriers, les burettes à huile, les rafraîchisseurs et les coupes à fruits en cuivre, terre ou faïence.

Tableau no 17. Proportion des matériaux utilisés dans la vaisselle de table

Terre

Faïence

Cuivre

Laiton

étain

5,39 %

11,98 %

7,21 %

0,66 %

74,76 %

41La vaisselle métallique l’emportait donc largement (82,5 %), devant celle en terre (17,5 %). Mais si l’étain était largement répandu, c’est dans la possession d’une vaisselle de faïence qu’il faudra chercher l’indication discrète d’une plus grande aisance.

IV. Les objets religieux, profanes et guerriers

Les objets de la foi

  • 25 Les documents parlent des telas, précisent rarement la technique employée (a tempera ou al oli(...)
  • 26 Ces papers devaient être des gravures ou des peintures sur papier, de format affichette.
  • 27 Ces estatues étaient généralement en marbre (25 %), bois (20 %), plâtre (20 %) ; plus rarement en (...)
  • 28 Il devait s’agir de petits coffrets portatifs fermés par deux portes contenant la représentation e (...)
  • 29 Ces posts devaient être des planchettes de bois peintes ou sur lesquelles étaient collées des grav (...)
  • 30 Ces quadros (sic) devaient être des plaquettes gravées et/ou peintes, en terre, en argent, en bois
  • 31 À hauteur de 1 à 2 %, on trouvait aussi : Le Sacrifice d’Abraham, Adam et Eve au Paradis, L’Histoi (...)

42La foi s’exprimait dans les intérieurs perpignanais dont les deux tiers possédaient des objets à caractère religieux. S’affichant sur les murs de la salle et de la chambre, les toiles peintes25 (68 %), les « papiers »26, les statuettes27, (18 %) étaient les principaux éléments du décor religieux. Les retables et oratoires28 (8,66 %), les crucifix (5,3 %), les « planches »29, les « cadres »30, complétaient l’éventail des objets de piété visibles et participaient au décor de la maison. Les scènes les plus couramment évoquées en peinture étaient La Passion (36,5 %), La Descente de Croix (12,5 %), L’Enfant Jésus (11,5 %), L’Oraison aux champs (5 %), l’Ecce Homo (4 %)31.

  • 32 Ces jesusets devaient être de petites poupées, habillées de velours ou damas rouge ou vert, représ (...)
  • 33 3 E 1/3915.
  • 34 3 E 1/4135.
  • 35 3 E 1/3792.
  • 36 3 E 1/2545 (30 mai 1600).

43Plus intimes, parce que rangés dans les caisses et coffres, étaient les chapelets (rosaris ou saltiris) et les « petits Jésus »32. Placé avec, on trouvait parfois un livre : une Vie de Saint Antoine de Padoue chez un boulanger33, des Actes de Saint Sauveur chez un cordonnier34, des livres de confession chez un pareur35, enfin une Charte des Chapîtres de Jésus chez un serrurier36. Enfin, on trouvait aussi parfois dans ces meubles des bagues aux motifs religieux, des médailles, des scapulaires, des fioles d’eau bénite et des sceaux.

  • 37 Les autres saintes figurées dans les intérieurs étaient saintes Anne, Barbara (Barbe), Catherine, (...)
  • 38 Les autres saints figurés dans les intérieurs (1 à 2 % pour chacun) étaient Albert, Antoine, Antoi (...)

44Le culte des saints et des saintes fournissait 35 % des figurations religieuses. Il se répartissait entre images de saintes – sainte Madeleine (23 %), sainte Véronique (10 %) notamment37 – et images de saints : saint Jean-Baptiste (11 % des représentations), saint Hyacinthe, saint François (6 %), saint Jérôme (5 %), saint Jacques (4 %)38.

  • 39 La mention Notre Dame était évidemment la plus courante car la moins précise. Au rang des images d (...)

45L’iconographie mariale (20 % des images de piété) privilégiait l’image de Notre Dame (65 %). Venait ensuite Notre Dame du Rosaire (20 %), Notre Dame de la Conception (9 %), Notre Dame du Carmel, Notre Dame de Grâce, Notre Dame de Montserrat39.

Les objets profanes : les jeux et les livres

  • 40 3 E 1/2545 (30 mai 1600) et 3 E 1/3895 (5 avril 1601).

46Des objets de divertissement se rencontraient dans quelques rares inventaires. On relève ainsi une guitare chez un serrurier et chez un menuisier40.

  • 41 3 E 1/3527 (29 avril 1606).
  • 42 3 E 1/5158 (11 août 1609) : « un gitan et une gitane ».

47Au rang des représentations profanes, on peut citer trois tableaux évoquant Charlemagne accrochés aux murs d’un vannier41 ainsi qu’un tableau figurant un gitano i una gitana chez un pareur42.

  • 43 3 E 1/5446 (23 juillet 1604), 3 E 1/3904 (24 juillet 1604), 3 E 1/6551 (25 mai 1604).
  • 44 3 E 1/4010 (1er mars 1606).
  • 45 3 E 1/3137 (20 octobre 1608).

48Les jeux eux aussi étaient peu répandus puisque les seules mentions sont celles d’un jeu de dames chez un cordonnier, un menuisier et un boulanger43, d’un jeu de cartes chez un vannier44 et d’un sombrero de dona de Carnestoltes – un masque de carnaval ?45.

  • 46 Chez un brodeur se trouvait un libri ab... mostres de brocadura (un livre... avec des échantillons (...)
  • 47 Traduction du titre inconnue, 3 E 1/3915 (11 janvier 1608).

49Enfin, si l’on rencontrait parfois quelques livres de comptes ou d’échantillons46, le livre à proprement parler se croisait exceptionnellement dans ce milieu des gens de métier puisque le seul mentionné en dehors des livres de piété était Cas et sicas de Caristotil (sic), trouvé chez un boulanger47.

Les objets guerriers : les armes

50Les armes constituaient un type d’objet à part car leur vocation pouvait ne pas être seulement domestique, de défense de l’artisan et de sa famille, servir aussi à défendre la ville.

  • 48 Un serrurier « artillerius de sa majestat » (artilleur de sa majesté) possédait un fleuret (3 E 1/ (...)
  • 49 Les deux haches d’armes recensées étaient en possession d’un cordonnier, 3 E 1/5446 (23 juillet 16 (...)

51Elles se divisaient en quatre groupes : les armes de taille et d’estoc avec les épées (espasas), les dagues (dagas), les estocs (estocs), les hallebardes (alabardas et visarmas), les fleurets (florets)48, les haches d’armes (atxas d’armas)49 ; les armes de jet avec les arbalètes (ballestas), les arcs et les lances ; les armes de fracas avec les masses (patacas et massas) et les cognées (picassas) ; enfin, les armes à feu qui comprenaient les fusils de chasse (escopetas), les pistolets (pistolas), les tromblons (pedrinyals), les mousquets (musquets), les arquebuses (arcabuses).

Tableau no 18. Proportion des différents types d’armes

Taille et estoc

Jet

Fracas

Feu

54,40 %

6,27 %

2,09 %

37,24 %

52Les armes de taille et d’estoc (64 % d’épées, 20 % de dagues et 9 % de hallebardes) représentaient donc le gros de l’armement devant les armes à feu (54 % d’arquebuses, 23,5 % de fusils, 17 % de tromblons), les armes de jet (60 % d’arbalètes, 26,6 % de lances, 13,3 % d’arcs) ; les armes de fracas restant très rares.

53Il est difficile de déterminer si la possession d’une arme ou d’une autre pouvait renseigner sur le niveau de vie car la présence d’armes peu courantes est attestée dans des métiers aux inventaires peu fournis. L’arme restait donc un élément à part dans le mobilier des gens de métier.

V. Le linge de maison et les vêtements

Le linge de maison

54Le linge de table et de cuisine se composait de nappes (estovalles), de serviettes (servietas ou torcabocas), de torchons (aixugamans ou tovallons).

Tableau no 19. Proportion des différentes pièces du linge de maison

Nappes

Serviettes

Torchons

33,43 %

52,35 %

14,22 %

55En moyenne, les gens de métier perpignanais possédaient, pliés dans les coffres et caisses de la salle ou de la chambre de la maison, six nappes, douze serviettes, quatre torchons, ces derniers constituant les objets dont la possession signifiait l’accès à un niveau de vie (d’hygiène ici) supérieur. Mais il est évident qu’avec 86 % des pièces de linge de maison, les nappes et serviettes, donc une forme de « paraître ménager », l’emportaient sur ce qui relevait de l’hygiène corporelle.

  • 50 Partie la plus grossière de la filasse de lin ou de chanvre.
  • 51 Il s’agit peut-être du terliç, tissu de coton fait de croisures de serge.

56Les matières utilisées dans la confection de ce linge de maison étaient le chanvre (canem), le coton (coto), l’étoupe (estopa)50, le fil (de coton ou de chanvre), la ginesta (genet), le lin (lli), le montanya (sic), la « toile de maison » (tela de casa), le trellis51 et un tissu mélangé à base de coton et fil.

57Si les nappes et serviettes pouvaient étaient taillées dans chacun de ces tissus, les torchons n’étaient faits qu’en coton, étoupe ou toile de maison.

Tableau no 20. Proportion des matériaux utilisés dans le linge de maison

Tableau no 20. Proportion des matériaux utilisés dans le linge de maison

58Les fils (de chanvre ou de coton), le coton, le mélange coton et fil et la toile de maison étaient donc les matières de prédilection pour le linge de maison. À eux quatre ils procuraient 77 % des tissus utilisés.

  • 52 3 E 1/4006 (12 septembre 1602).
  • 53 3 E 1/4139 (16 mars 1604).
  • 54 3 E 1/4927 (14 juin 1602).

59Le linge d’hygiène, rangé avec celui de table et de cuisine, représenté par la serviette de toilette (tovallola) et le mouchoir (mocador), formait 8 % du linge de maison. Les gens de métier possédaient de deux à quatre serviettes tandis que les mouchoirs étaient fort rares. Seuls huit inventaires en font mention. Par contre, ils devaient être jolis, si l’on en juge par celui, brodé, d’un boutiquier52, celui à galon d’un tailleur53 ou celui brodé d’une résille de dentelle d’un cordonnier54.

Les vêtements masculins

  • 55 Les vêtements masculins étaient toujours pliés dans une caisse ou un coffre différent de celui de (...)

60Généralement rangés dans une caisse ou un coffre de la chambre (parfois dans la salle)55, le vêtement masculin se composait de pièces variées. La garde-robe masculine « idéale » aurait pu comprendre un chapeau (sombrero), barratina, un col rapporté (cabeç), une toque (toca), des chemises (camisas), un pourpoint (gipo), des manches (manegues), une veste (ropilla ou robeta), une cape (capa), un manteau (arruelo), un pardessus (cuera), des chausses (calses), une culotte (saraguell), des hauts-de-chausses (greguesces), des bas (baixos ou mitges), des chaussettes, des guêtres (polaynes ou antipares), des bottes, des brodequins (borseguins) et des chaussures (sabates).

  • 56 3 E 1/4008 (28 avril 1603).
  • 57 3 E 1/3717 (12 mai 1608).
  • 58 3 E 1/4137 (2 juillet 1603).
  • 59 3 E 1/3714 (21 janvier 1604).
  • 60 3 E 1/4135 (19 avril 1603).
  • 61 3 E 1/6342 (17 décembre 1608).
  • 62 3 E 1/3527 (9 janvier 1606).
  • 63 3 E 1/3717 (30 janvier 1608).

61Mais tous les gens de métier ne possédaient pas un assortiment aussi complet. Peu d’inventaires précisaient cependant ce qu’était un habit (un vestit). Chez un bâtier on trouve deux habits composés d’une cape, de chausses, d’une veste et d’un pourpoint56 ; chez un armurier : chausses, veste, pourpoint et chemise57 ; chez un maçon : chausses, veste et ses manches58 ; chez un autre maçon : veste sans manches, haut-de-chausses et cape59 ; chez un cordonnier : cape, veste, haut-de-chausses, chapeau et pourpoint60 ; chez un sellier : veste avec ses manches, chausses61 ; chez un tailleur : manteau, veste, chausses62 ; chez un boucher : manteau, haut-de-chausses et veste63.

62Au total, un chapeau, deux chemises, un pourpoint, deux vestes, une cape, une paire de chausses, une paire de bas, composaient la garde-robe de base masculine ; les autres pièces ou accessoires constituant les précieux indices d’un passage d’une manière de paraître à une autre, supérieure.

63Quant aux matières, la laine (83 %) et le cuir (6 %) étaient les plus utilisées pour confectionner des vêtements, devant la soie, le lin, le coton. Les dix tissus et le matériau les plus courants étaient la bure (14,5 %), l’étamine (10 %), le monachi, la tela de casa, le cuir (6 %), le contrai (5,5 %), la raixa (5 %), le cordellat (4,5 %), la toile de coton (4,5 %), le camelot (4 %). Ils représentaient 71 % de l’ensemble des tissus utilisés pour confectionner des vêtements sur les 31 relevés dans les inventaires. Enfin, vingt-deux nuances coloraient ces vêtements masculins. Les sept plus courantes – le noir (49,5 %), le blanc (12,5 %), le gris (11 %), le brun (7,5 %), le « foie de porc » (3,5 %), le bleu (3 %), le jaune (2,5 %) – représentaient 90 % de l’ensemble des teintes portées par les hommes.

Les vêtements féminins64

  • 64 Pour une étude plus détaillée sur le sujet : B. Marty, « Les vêtements et les parures des femmes d (...)

64C’est aussi dans la chambre du couple qu’un coffre ou une caisse renfermait la garde-rode de la maîtresse de maison. La garde-robe idéale aurait pu se composer d’un manteau sans col (mantell de scot), d’une cape, d’un corsage (cos) avec manches (manegues), d’une casaque (casaca), d’une jaquette (xaqueta), de robes (saia) et de jupes (faldilla ou fandilla), auxquels il aurait fallu ajouter les accessoires : coiffe (coffia ou escoffio), chapeau, résille (gandalla), col rapporté (cabeç), ceinture (sinta), chaussures, pantoufles et bourse avec étui.

65Là encore la réalité n’avait rien à voir avec cette garde-robe idéale. La plus courante comportait un manteau, une à deux chemises, un à deux corsages, autant de paires de manches, une robe, deux ou trois jupes, une à deux paires de chaussures, des pantoufles ainsi que quelques accessoires et bijoux que l’épouse d’artisan perpignanais rangeait soigneusement dans son coffre. Au-delà de cette garde-robe courante, la multiplication de certaines pièces d’accessoires et de bijoux marquaient la distinction.

  • 65 « Couleur des plumes du paon » ?

66Quant aux matières utilisées, la laine l’emportait largement (75 %) sur la soie (18 %), le coton (4 %). Les douze tissus les plus couramment utilisés étaient l’étamine (12 %), le taffetas et la raixa (10 %), le drap (9,5 %), le camelot (8 %), la bure (7 %) ; le contrai, la tellila, le satin, la serge, le coton et le cadis représentant de 5 à 3,5 % de l’ensemble des tissus mentionnés dans les inventaires. Enfin, il faut évoquer ici les couleurs qui agrémentaient les tenues féminines : le noir (33 %), le vert (11 %), le blanc (8 %), le gris (8 %), le bleu (6 %), le paonatxo65 (6 %), le rouge (5,5 %), le jaune (5,5 %), étaient les principales couleurs rencontrées.

67Les inventaires après décès, au travers de listes impressionnantes parfois d’objets du quotidien saisis par la main du notaire, révèlent des manières de faire, de vivre, de dormir, de se nourrir, de se vêtir, d’être, donc de paraître.

68En parcourant la boutique-atelier du défunt, le cadre du travail ouvert au public s’exprimait dans le recensement des outils et des matières premières employées. Dans le cellier ou l’étable se révélaient les réserves de nourriture (dont une part était commercialisable). En montant à l’étage, la vie familiale, intime, pieuse aussi, s’offrait à la vue du tabellion. Dans la salle d’abord, où un mobilier de petite hauteur et uniquement pratique (table, tabourets, coffres, jarres posés à même le sol, etc.) occupait l’espace, les meubles ne prenaient de la hauteur que lorsque la situation financière était plus assurée comme l’attestaient une armoire ou un vaisselier. Seuls « ornements » : des images, le plus souvent pieuses, accrochées aux murs, permettaient de redresser le regard. Entre les meubles en bois et la vaisselle métallique, ce sont des teintes sombres (brun, marron), aux reflets mats (gris de l’étain, rouge du cuivre) que l’on devait percevoir. En passant dans la chambre, c’est là encore un univers de lignes plutôt horizontales que l’œil devait saisir, entre les coffres, les caisses de linge de maison et de vêtements. Le lit seul, si le niveau de vie le permettait, pouvait offrir une certaine verticalité dans l’occupation de l’espace grâce au ciel de lit qui parfois l’ornait. En matière d’objets, qu’ils fussent du feu ou de l’alimentation, c’est par l’accumulation et l’accession à des matériaux plus onéreux ou plus fragiles que l’on affirmait son niveau de vie et là que se situaient les seuils de passage entre niveaux d’aisance. En matière d’objets de piété, l’accumulation et l’accession à certains objets de meilleurs facture révélaient aussi le niveau de richesse de la maisonnée. Il en allait de même bien entendu avec le linge, qu’il fut de maison comme pour se vêtir puisque c’est au travers du nombre et de la qualité des matières que l’on pouvait juger de l’état de fortune du couple. À l’extérieur, semble-t-il, l’épouse donnait mieux à voir l’état de fortune par les tissus choisis, les accessoires, les bijoux portés, le mari se fondant dans des matières sobres et des couleurs sombres.

69Chacun de ses inventaires nous donne à voir des manières de vivre différentes d’une maison à l’autre. « À chacun son chez-soi » pourrait-on affirmer trivialement tout en révélant en même temps la difficulté que l’historien rencontre à établir une hiérarchie de fortune d’un métier à l’autre, d’une famille à l’autre tant les intérieurs sont différents. Ce n’est qu’en prêtant attention aux détails évoqués précédemment qu’une forme de stratification sociale se laisse entrevoir. Ainsi, dans le Perpignan du XVIIe siècle naissant, il semble que les métiers de l’alimentation et du travail du cuir tenaient le haut du pavé, devant ceux du textile et du travail des métaux qui occupaient une strate médiane, tandis que les artisans travaillant le bois ou la pierre semblaient les moins fortunés.

Notes

1 70 inventaires seulement mentionnent la localisation des maisons des défunts.

2 Entrée (ou boutique).

3 La mention dans les inventaires de mesures à vin laisse supposer la vente de vin à domicile.

4 La salle et la chambre.

5 Arrière-chambre ?

6 « Table à ciseaux » (tréteaux).

7 « Caisse de bâtarde » et « coffre de nonne ». Ces expressions devaient indiquer des volumes et des formes spécifiques de caisse et de coffre.

8 3 E 1/5158 (11 août 1609), 3 E 1/5446 (22 avril 1604), 3 E 1/3714 (21 janvier 1604). Il s’agissait de lits de toile ou de sangles reliées à des pieds croisés.

9 3 E 1/3522 (11 octobre 1604). Apparemment il s’agissait d’une apprentie.

10 L’expression rend au plus près le catalan esponera, le terme espona désignant le côté du lit ou la ruelle.

11 3 E 1/6346 (23 avril 1609). On lit : una marfega plena de palla.

12 Toile de maison, toile grossière.

13 Quatre mentions de peaux animales recensées, seulement ; chez un menuisier, un armurier, un bâtier, un serrurier (3 E 1/3247, 3 E 1/3717, 3 E 1/3137, 3 E 1/3802).

14 « D’étamine noire ou rouge », 3 E 1/4626 (19 février 1603).

15 « Cinq draps qui servent de ciel de lit », 3 E 1/4926 (16 avril 1601).

16 3 E 1/4014 (31 mai 1608).

17 « D’un morceau de tiretaine violette et blanche », 3 E 1/4626 (19 février 1603).

18 3 E 1/3247 (28 septembre 1600).

19 Il y avait aussi la panna castanyera pour les châtaignes.

20 On ne peut savoir s’il s’agissait d’une argile à cuisson réductrice (donnant un fini de gris clair à noir) ou d’une argile à cuisson oxydante (donnant une couleur rouge-orangé ou beige).

21 Dans les tableaux qui suivent, la première ligne exprime la part prise par chaque objet au sein de son groupe, la seconde la part de chaque objet au sein de l’ensemble de la vaisselle de table.

22 En catalan : citrell. Généralement associé à son récupérateur de gouttes : el estalvi.

23 Une faïence originaire de Pise ?

24 Céramique en provenance de Malaga.

25 Les documents parlent des telas, précisent rarement la technique employée (a tempera ou al oli [à l’huile]).

26 Ces papers devaient être des gravures ou des peintures sur papier, de format affichette.

27 Ces estatues étaient généralement en marbre (25 %), bois (20 %), plâtre (20 %) ; plus rarement en jais (15 %), pierre (10 %), ivoire (5 %), argent doré (5 %).

28 Il devait s’agir de petits coffrets portatifs fermés par deux portes contenant la représentation en deux ou trois dimensions de l’invoqué(e). Seule exception : un retable semblable à ceux des églises, de modestes dimensions car logé dans la niche d’un mur, se trouvait chez un étameur (3 E 1/5447).

29 Ces posts devaient être des planchettes de bois peintes ou sur lesquelles étaient collées des gravures.

30 Ces quadros (sic) devaient être des plaquettes gravées et/ou peintes, en terre, en argent, en bois.

31 À hauteur de 1 à 2 %, on trouvait aussi : Le Sacrifice d’Abraham, Adam et Eve au Paradis, L’Histoire du Fils Prodigue, La Salutation des Anges, L’Adoration des Mages, La Nativité, Le Christ « quand Il tire les Saints Pères des Lumières », le Christ « quand il ressuscite le fils de la veuve », La Cène, Le Chemin de Croix, Le Mont du Calvaire, La Résurrection.

32 Ces jesusets devaient être de petites poupées, habillées de velours ou damas rouge ou vert, représentant l’Enfant Jésus.

33 3 E 1/3915.

34 3 E 1/4135.

35 3 E 1/3792.

36 3 E 1/2545 (30 mai 1600).

37 Les autres saintes figurées dans les intérieurs étaient saintes Anne, Barbara (Barbe), Catherine, Catherine de Sienne, Marguerite, Suzanne.

38 Les autres saints figurés dans les intérieurs (1 à 2 % pour chacun) étaient Albert, Antoine, Antoine de Padoue, Bartholomé, Bernard, Christophe, Étienne, François, François de Paule, Jacques, Joseph, Laurent, Luc, Marc, Martin, Matthieu, Onuphre, Sébastien.

39 La mention Notre Dame était évidemment la plus courante car la moins précise. Au rang des images de la Vierge, il faut citer aussi la présence d’un tableau représentant la montagne de Montserrat (3 E 1/5158).

40 3 E 1/2545 (30 mai 1600) et 3 E 1/3895 (5 avril 1601).

41 3 E 1/3527 (29 avril 1606).

42 3 E 1/5158 (11 août 1609) : « un gitan et une gitane ».

43 3 E 1/5446 (23 juillet 1604), 3 E 1/3904 (24 juillet 1604), 3 E 1/6551 (25 mai 1604).

44 3 E 1/4010 (1er mars 1606).

45 3 E 1/3137 (20 octobre 1608).

46 Chez un brodeur se trouvait un libri ab... mostres de brocadura (un livre... avec des échantillons de broderie), 3 E 1/4015 (15 septembre 1609).

47 Traduction du titre inconnue, 3 E 1/3915 (11 janvier 1608).

48 Un serrurier « artillerius de sa majestat » (artilleur de sa majesté) possédait un fleuret (3 E 1/3802).

49 Les deux haches d’armes recensées étaient en possession d’un cordonnier, 3 E 1/5446 (23 juillet 1604).

50 Partie la plus grossière de la filasse de lin ou de chanvre.

51 Il s’agit peut-être du terliç, tissu de coton fait de croisures de serge.

52 3 E 1/4006 (12 septembre 1602).

53 3 E 1/4139 (16 mars 1604).

54 3 E 1/4927 (14 juin 1602).

55 Les vêtements masculins étaient toujours pliés dans une caisse ou un coffre différent de celui de l’épouse. Par contre, les chemises de l’époux étaient séparées du reste de ses vêtements, toujours rangées avec les nappes et les serviettes.

56 3 E 1/4008 (28 avril 1603).

57 3 E 1/3717 (12 mai 1608).

58 3 E 1/4137 (2 juillet 1603).

59 3 E 1/3714 (21 janvier 1604).

60 3 E 1/4135 (19 avril 1603).

61 3 E 1/6342 (17 décembre 1608).

62 3 E 1/3527 (9 janvier 1606).

63 3 E 1/3717 (30 janvier 1608).

64 Pour une étude plus détaillée sur le sujet : B. Marty, « Les vêtements et les parures des femmes d’artisans et de marchands de Perpignan au début du XVIIe siècle », Le Roussillon de la Marca Hispanica aux Pyrénées-Orientales (VIIIe-XXe siècles), Actes du LXVIIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Perpignan, 1995, p. 475-484.

65 « Couleur des plumes du paon » ?

Auteur

Archives départementales de l’Aude

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search