Version classiqueVersion mobile

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

Métiers et propriété à Perpignan au XVIIIe siècle : une géographie socioprofessionnelle

Jérôme Chastan

Texte intégral

  • 1 J. Sagnes (dir.), Nouvelle histoire du Roussillon, Perpignan, 1999.
  • 2 A. De Roux, Perpignan, de la place forte à la ville ouverte, Xe-XXe siècle, Perpignan, 1996.

1Au XVIIIe siècle, Perpignan est une ville en reconstruction, après un terrible XVIIe marqué par la guerre, les épidémies, les révoltes. Perpignan entre dans le royaume de France en fort mauvais état, avec une population tombée à 5 000 habitants environ. Le but premier est donc de reconstruire la ville et d’y relancer l’activité. Or, le développement des échanges est freiné par la proximité de la frontière avec l’Espagne. À l’instar de la région, la ville est organisée comme un espace défensif par Vauban, ce qui donne une place très importante à l’armée. Cela correspond cependant à un énorme effort de construction, avec 500 maisons construites environ1. Cependant, la fin de la guerre et la mise en place du Pacte de famille à la fin du XVIIe siècle font de la région un enjeu moins important : le Roussillon reste un finistère encore mal relié au reste du royaume. De plus, la liaison avec le sud des Pyrénées se réduit avec la reprise en main de la Catalogne par le nouveau roi d’Espagne Philippe V en 1716. Tout cela tend à présenter Perpignan au XVIIIe siècle comme une cité en reconstruction, qui ramène sa population à environ 10 000 habitants vers 17502, mais une ville caractérisée par une faible activité et un relatif isolement.

  • 3 L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996 (rééd. 2005).
  • 4 A. Zysberg, La monarchie des Lumières : 1715-1786, Nouvelle histoire de la France moderne, t. 5, Pa (...)

2Aussi, est-il intéressant d’analyser cette situation à l’aune de sources précises pour tenter de voir quelle était la réalité exacte et dans quelle mesure elle pesait sur l’organisation et l’activité de la ville. Dans cette optique, les sources fiscales peuvent offrir de précieux renseignements. Notre étude s’appuie sur l’une d’elle, un registre du Dixième. Impôt créé par Desmaretz en 1710 pour financer l’immense effort de guerre lié à la guerre de Succession d’Espagne, il devait prélever un dixième du revenu des propriétés foncières. Outre qu’il présentait l’avantage de s’appliquer théoriquement à tout le monde, cet impôt ignorant la société d’ordres obligeait les propriétaires à déclarer leurs patrimoines et leurs revenus3. Combattu par le clergé et les pays d’États, supprimé en 1717 par Noailles, rétabli puis retiré à nouveau en 1736, il fut remis en place en 1741, moment où de nouveaux rôles furent confectionnés. Cet impôt demeure jusqu’en 1749, date de son remplacement par le Vingtième. Lors de sa dernière année de perception, le Dixième rendit 40 millions de livres4.

  • 5 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1570.

3Le registre qui sert de base à cette étude date du milieu de cette dernière époque et porte l’intitulé suivant : « Etat des maisons qui composent la ville et le faubourg de Perpignan avec noms des propriétaires, leurs qualités, résidence et le produit annuel desdites maisons suivant qu’elles soient louées ou par estimation »5. Il recense tous les biens, du palais au simple jardin, classés par paroisse (une partie pour chacune des quatre paroisses et une pour le faubourg et les tanneries), avec l’impôt correspondant, mais aussi le propriétaire et sa profession. Seuls sont répertoriés les propriétaires, qui apparaissent plusieurs fois s’ils possèdent plusieurs biens. À l’intérieur des paroisses, le registre est classé par coronels, unité de découpage correspondant généralement à une douzaine de maisons, héritée de l’insula romaine. Le grand intérêt de cette source est, qu’en plus de l’indication sur l’occupation et l’organisation foncière de la ville, elle nous permet de la relier aux métiers afin de donner une photographie socioprofessionnelle de Perpignan au milieu du XVIIIe siècle. Il est alors possible d’orienter notre réflexion vers plusieurs pistes : quelles catégories de la population ont accès à la propriété à Perpignan dans les années 1740 ? Quels renseignements cette source nous donne-t-elle sur les hiérarchies de patrimoine entre les métiers et au sein des métiers ? Comment se répartissent ces catégories socioprofessionnelles dans la ville ? Essayer de répondre peut nous permettre d’avoir une idée de l’organisation sociale de la ville et de ses activités principales.

4Pour cela, nous commencerons par la question de l’accès à la propriété à Perpignan à cette époque. Cela nous amènera à une réflexion sur les différences de richesse foncière entre les métiers et à l’intérieur des métiers. Enfin, il restera à en donner une vision à l’échelle de la ville, en analysant la façon dont les métiers s’y répartissent.

I. Accéder à la propriété à Perpignan : un privilège à la portée de beaucoup ?

5Le premier intérêt de notre document est de montrer le rapport entre le nombre de maisons et celui des propriétaires à Perpignan. En confrontant ces données à un registre de capitation, nous pourrons établir un taux d’accès à la propriété foncière selon les métiers avant de donner une vue d’ensemble de l’accès à celle-ci par métier.

A. Un nombre important de propriétaires

  • 6 Ibid., 1 C 570.
  • 7 Ibid., 1 C 570.
  • 8 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, p. 179.

6Le relevé que nous étudions recense 2 252 édifices : 2 144 maisons, 74 bâtiments ou collectivités (dont 8 payent l’impôt, la plupart des bâtiments publics et religieux étant exemptés), 34 biens sans valeur (en ruine, abandonnés...). Notre étude se concentre sur les 2 144 maisons payant l’impôt, qui se répartissent ainsi : 646 maisons dans la paroisse Saint-Jacques, la plus importante, 344 dans celle de La Réal, 559 dans la paroisse Saint-Jean, 511 à Saint-Mathieu. 84 habitations sont recensées dans les faubourgs et les tanneries6. Le revenu brut annuel des logis de toute la ville est évalué à 126 748 livres7. L’édifice dont la taxe est la plus élevée coûte 1 000 livres à son propriétaire, soit deux fois plus que le bâtiment abritant le consulat. Cette demeure appartient au lieutenant colonel de Chavigné, elle est située au cœur de la paroisse Saint-Jean. Le logement le moins taxé rapporte 2 livres à l’administration des impôts. Le produit annuel moyen d’une maison perpignanaise est de 59 livres environ. La médiane, c’est-à-dire la valeur de la maison située à l’exact milieu du classement, est de 36 livres. Cela donne l’image d’une ville en reconstruction, qui remplit de nouveau son espace à l’intérieur des remparts, avec des écarts de richesse comparables à d’autres villes du royaume. À Lyon, les registres de capitation (rappelons qu’ils ne reposent pas seulement sur les biens fonciers) vont de 2 à 420 livres, pour une valeur moyenne de 12 livres8. Ces remarques nous amènent à la question centrale, celle des propriétaires.

  • 9 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 570.

7Les résultats donnés par l’étude du registre sont surprenants : pour 2 144 maisons, on recense 1 739 propriétaires différents. Cela donne une proportion de 81 % de propriétaires différents sur la ville. Il n’existe qu’un seul cas de propriété partagée (deux propriétaires pour une maison). Par contre, une partie des propriétaires possède plusieurs maisons : 298, soit 17 % d’entre eux. Ils possèdent 701 maisons, soit un tiers des maisons, ce qui amène à conclure que 403 maisons sont louées en totalité9. La plupart de ces propriétaires possèdent deux habitations, mais un conseiller du Conseil souverain, nommé Desprès, en a 8. Enfin, on ne voit pas de grande différence d’une paroisse à l’autre, comme le montre le tableau suivant :

Tableau 1. Nombre et proportion de propriétaires par paroisse

Paroisses

Nombre de maisons

Nombre de propriétaires

Proportion

Saint-Jean

559

462

82,8 %

La Réal

344

279

81,1 %

Saint-Jacques

646

554

85,6 %

Saint-Mathieu

511

381

74,6 %

Faubourg

84

61

70,9 %

Total

2 144

1 737

80,9 %

8Malgré des taux plus faibles à Saint-Mathieu (le faubourg est moins représentatif, vu sa petite taille), le taux de propriétaire reste très élevé partout. Il est probable que les crises du XVIIe siècle, qui ont largement vidé la ville, ont donné à beaucoup l’opportunité de se constituer un patrimoine immobilier lorsqu’elle s’est à nouveau remplie en récupérant des maisons abandonnées ou endommagées. Ce résultat, déjà intéressant, n’est qu’une base de départ. Tout l’intérêt de ce travail réside dans la possibilité d’intégrer les métiers des propriétaires à la réflexion.

B. Accès à la propriété et métiers

  • 10 Ibid., 1 C 1570.

9Une telle proportion de propriétaires implique que l’accès à la propriété va très au-delà des couches les plus aisées de la société citadine. Reste à savoir jusqu’à quelles catégories. Or, si on observe des professions à faibles revenus, le résultat est assez frappant : 194 jardiniers sont propriétaires de 234 maisons, autant de manœuvres, bergers et brassiers pour 210 demeures10. Un domestique est même propriétaire de deux maisons, ainsi que deux fossoyeurs et quatre cuisiniers, des catégories habituellement exclues de l’accès à la propriété. On peut donc voir que les propriétaires perpignanais sont issus de toutes les couches de la société, de la noblesse au négoce, à l’artisanat, et même aux brassiers. Il faut cependant s’interroger sur la proportion d’accès à la propriété dans ces différents métiers ; surtout, bien évidemment, les catégories les moins aisées.

  • 11 Ibid., 1 C 917.

10La comparaison avec une source fiscale touchant toute la population, propriétaire ou non, s’avère éclairante pour réaliser cette analyse. L’impôt le mieux adapté à ce besoin est la capitation : créée en 1695 pour financer la guerre de la Ligue d’Augsbourg, elle s’applique aux trois ordres et s’évalue en fonction de l’état social selon 22 catégories. De plus, au milieu du XVIIIe siècle, la capitation est fixée dans le cadre des métiers, ce qui facilite la comparaison avec notre source. Avant toute chose, il faut signaler qu’il existe des différences entre le registre de la capitation et celui du Dixième. Le rôle de capitation est classé par corporations de métiers. Ainsi, des professions ou qualités comme les nobles, les avocats ou les riches marchands n’y sont pas recensées. Mais ceci n’est pas un problème central, puisque la question de l’accès à la propriété ne se pose pas pour ces catégories. Dans l’autre sens, les confréries contribuables à la capitation comportent, dans leur grande majorité, des membres propriétaires d’une maison (émargeant au Dixième). De rares exceptions existent, comme les marchands drapiers, dont 33 sont recensés pour la capitation11, ou les roquers, qu’on pourrait rapprocher des brassiers. Un premier examen montre que l’accès à la propriété concerne pratiquement toutes les catégories professionnelles de la ville.

  • 12 Il s’agit de petits commerçants.

11On peut alors analyser l’accès à la propriété de différents métiers. Pour ce faire, choisissons plusieurs professions de conditions différentes afin de les comparer : apothicaires et droguistes, dont les propriétés sont d’une valeur élevée, mais aussi maçons, jardiniers et hommes de place12, catégories moins aisées. Le résultat apparaît clairement sur le graphique 1. Ces courbes sont composées de dix confréries représentatives de l’échelle d’accès à la propriété à Perpignan. C’est pourquoi la courbe en pointillés, illustrant les résultats du tableau no 1, suit une trajectoire descendante régulière. Or, il n’en est pas de même pour la seconde courbe. Celle-ci porte sur la valeur fiscale médiane des maisons recensées à l’occasion du Dixième pour les catégories sélectionnées. Nous utiliserons cette variable en priorité par rapport à la moyenne, qui donne une vision moins juste. Or, la comparaison de la courbe de l’accès à la propriété avec celle de la valeur des maisons donne des résultats surprenants, même si des nuances doivent être apportées. Ainsi, la valeur des propriétés des apothicaires est faussée par le grand nombre de maisons qu’ils possèdent. Si on retient pour calculer la médiane seulement les maisons les plus taxées de chacun, sans doute celles qu’ils occupent, on monte à 140 livres. En effet, quand on observe les résultats, même si certaines catégories (apothicaires, droguistes, rôtisseurs) se détachent, richesse et accès à la propriété ne vont pas forcément de pair. Ainsi, les cordonniers et les hommes de place, malgré une valeur médiane plus élevée, accèdent moins à la propriété que les jardiniers ou les hôtes (hôteliers), chez qui le rapport entre contributeurs à la capitation et propriétaires dépasse 50 %.

  • 13 F. Depech, Les confréries de jardiniers à Perpignan au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, universi (...)

12Ainsi, l’accès à la propriété n’est pas exclusivement lié à la richesse. À quoi attribuer un accès aussi important pour des gens exerçant des métiers modestes ? Concernant les jardiniers, il faut souligner la très bonne organisation de la confrérie. Ancienne, très structurée, elle compte 150 propriétaires pour plus de 300 membres. Leur condition est assez proche de celle des brassiers, bien que plus élevée. Ils sont l’élément principal de la population de la paroisse Saint-Jacques. Ce métier, caractéristique de Perpignan, connaît un renouveau depuis les travaux de Vauban qui avait dévié le cours de la Basse pour lui faire traverser les jardins de Saint-Jacques. Dans d’autres villes, de petits agriculteurs de ce type vivraient dans une précarité comparable à celle des brassiers. À Perpignan, ils sont une composante importante de la société, voire même un de ses symboles, comme l’ont démontré des études sur le sujet13.

Graphique 1. Rapport entre accès à la propriété et richesse foncière

Graphique 1. Rapport entre accès à la propriété et richesse foncière

13Tout ceci nous permet de voir que la société perpignanaise connaît un certain dynamisme et profite des opportunités qu’offre la relance de la ville. Cela débouche même sur de véritables stratégies foncières, comme on peut le voir à travers le cas des propriétaires multiples.

C. Des propriétaires multiples à tous les étages de la société

  • 14 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1570.

14Nous avons déjà vu qu’environ 400 maisons appartenaient à des personnes possédant plusieurs demeures dans la ville. Il est intéressant de se demander quels types de métiers étaient intéressés. Le patrimoine moyen représentait 2,5 maisons par propriétaire multiple14. Mais il vaut mieux se pencher sur des exemples précis. Quand on regarde ceux dont le nom revient le plus souvent, c’est-à-dire les plus gros propriétaires, les résultats sont étonnants : le conseiller Desprès, remporte la palme du plus grand nombre de maisons avec 8 demeures (5 à Saint-Jean, une à La Réal, 2 à Saint-Jacques, pour un impôt total de 910 livres et une valeur médiane de 120). Rien d’étonnant, sauf que derrière lui, avec 7 maisons mentionnées dans le registre, nous trouvons un maçon, Claude Tarrit. L’imposition de ses maisons va de 6 à 55 livres, pour une médiane de 25 (une maison à Saint-Jean, 3 à La Réal, 3 à Saint-Mathieu). On pourrait penser que la profession de maçon facilite l’acquisition et la remise en état de maisons, surtout en période de reconstruction de la ville. Cependant, un boucher, Pierre Rivell, possède 5 maisons, taxées de 6 à 24 livres. Ainsi, on rencontre des propriétaires multiples dans toutes les couches de la société. Chacun fait avec ses moyens, mais des gens de métier modeste parviennent à se constituer un patrimoine. On peut même souligner l’existence de stratégies foncières, certains préférant disposer de moins de maisons, mais de plus grande valeur. Un autre boucher possède ainsi une seule maison, imposée 90 livres, soit davantage que les 5 maisons de Pierre Rivell. Tout ceci nous amène à réfléchir sur le comportement foncier par catégorie professionnelle.

  • 15 Ibid., 1 C 1570.

15On pourrait penser que le dynamisme foncier est lié à la richesse. Les résultats nous invitent à nuancer cette impression. En effet, les professions de justice et de haute administration, plus lourdement imposées, présentent un dynamisme foncier (rapport entre nombre de maisons et nombre de propriétaires) moins important que celui des mercaders, moins riches, au patrimoine quasi-équivalent à celui des artisans de l’équipement et du bâtiment. Ces derniers cherchent davantage à se constituer un patrimoine que les hauts fonctionnaires, souvent originaires d’autres régions, ou que les aristocrates locaux, déjà pourvus en terres ou ailleurs. Enfin, les résultats concernant les jardiniers confirment ce que nous avons dit sur l’organisation de la confrérie, avec 187 maisons pour 150 propriétaires15.

16L’accès à la propriété est ouvert à une bonne partie des gens de métiers de la ville. On peut donc réfléchir à travers ce phénomène sur les hiérarchies professionnelles dans la ville.

II. La richesse foncière à Perpignan : quelles hiérarchies ?

17L’accès à la propriété a montré un caractère particulier de la ville, sans doute lié à sa régénération. La richesse foncière peut également nous renseigner sur l’échelle des différents métiers à Perpignan. Cela peut se faire à deux niveaux : une analyse entre les métiers, une analyse à l’intérieur de chaque métier.

A. Recensement des métiers « propriétaires » : quelles catégories ?

18Afin d’analyser correctement les hiérarchies professionnelles qui pourraient ressortir de ce document, il s’agit de faire d’abord un recensement des métiers mentionnés, puis de les classer en grandes catégories. L’exercice est délicat, mais permet une lecture plus claire de la composition socioprofessionnelle de la ville. Le registre que nous étudions recense près de 150 métiers, titres ou qualités. Pour plus de clarté, nous réduirons cet ensemble à neuf grandes catégories : métiers de l’administration, de l’artisanat, du commerce, de la médecine, travailleurs manuels, paysans, militaires, membres du clergé, nobles. Nous ajouterons à cet ensemble toutes les personnes répertoriées dont le métier ou la qualité n’est pas mentionnée. Par les exemptions dont elles bénéficient, ces trois dernières catégories sont sous-représentées, mais n’entrent pas dans le cadre de notre étude, centrée sur les métiers. Nous partirons de ces grandes catégories, forcément approximatives, avant de mener des analyses plus détaillées à l’intérieur de certains corps de métiers.

B. La richesse foncière : quelle hiérarchie entre métiers ?

19Nous avons remarqué qu’une grande partie des maisons était détenue par les artisans, jardiniers et brassiers. Portons maintenant notre réflexion sur la richesse foncière de ces catégories. On peut y parvenir en comparant le nombre de propriétaires par catégorie et le montant de l’impôt qu’ils paient.

20La comparaison des deux graphiques montre des résultats nettement différents. Ainsi, les paysans et les hommes de peine ont un poids financier deux fois moins important que celui des administratifs, alors que ces derniers comptent deux fois moins de propriétaires. Cette comparaison, enrichie d’une analyse de la valeur moyenne des maisons, permet de dessiner une première hiérarchie : sans surprise, les catégories les plus riches sont la noblesse rentière, l’administration, le négoce, le haut clergé. On touche là aux limites de l’analyse par grandes catégories, qui manque inévitablement de finesse. Il faut alors s’intéresser à une réflexion plus fine, à l’échelle des métiers.

21Pour cela, nous utiliserons le graphique 4, plus détaillé, sous la forme d’un nuage de points. Chaque point correspond à un métier, rattaché par son symbole à sa catégorie. Il permet de représenter le nombre de maisons possédées et la valeur médiane de ces maisons. On peut ainsi avoir à la fois une vision d’ensemble et le détail par métier, ce qui permet de mieux appréhender la diversité dans chaque catégorie et d’affiner la hiérarchie qui s’en dégage.

Graphique 2 : nombre de maisons possédées par catégories socioprofessionnelles

Graphique 2 : nombre de maisons possédées par catégories socioprofessionnelles

Graphique 3 : moyenne de l’impôt payé par catégories socioprofessionnelles (en livres)

Graphique 3 : moyenne de l’impôt payé par catégories socioprofessionnelles (en livres)

Graphique 4 : nombre de maisons et médiane de chaque groupe professionnel

Graphique 4 : nombre de maisons et médiane de chaque groupe professionnel

22Cette représentation permet de voir les étages de la société perpignanaise que nous renvoie notre document. Elle confirme la suprématie de la noblesse et de la haute administration, constituées de groupes de propriétaires nombreux et aisés. Les métiers du négoce viennent ensuite. Le nombre de maisons qu’ils possèdent reste toutefois limité. Suit la masse des artisans, de conditions plutôt moyenne, formant un groupe nombreux et assez homogène, à la différence des professions administratives, caractérisées par une grande diversité de condition. Le clergé et l’armée occupent une position médiane, mais leur sous-représentation dans ce type de source limite grandement l’analyse. Au bas de l’échelle, on trouve enfin les groupes nombreux et besogneux des hommes de peine et des paysans, qui sont néanmoins propriétaires de leur habitation.

23Soulignons néanmoins que ces résultats, notamment la médiane, peuvent être biaisés. C’est le cas pour les catégories dont les membres possèdent plusieurs maisons ; l’estimation des maisons à louer faisant chuter la valeur médiane de leur patrimoine immobilier. Ainsi, si on garde pour ces propriétaires multiples seulement la valeur de la résidence la plus fortement taxée, qu’on présume être la résidence principale, la médiane peut s’élever fortement : elle passe de 76 à 120 livres pour les mercaders, de 42 à 140 livres pour les apothicaires. Cela dit, cette information ne bouleverse pas forcément nos résultats, étant donné qu’elle révèle aussi les limites de la capacité financière de ces professions, et que nobles et clergé voient leur patrimoine nettement sous-évalué ici en raison des exemptions ou des biens possédés hors de la ville.

24Au total, on parvient à ce résultat : une élite (médiane comprise entre 76 et 150 livres) composée essentiellement de professions de la haute administration et de nobles, ainsi que de négociants et mercaders, assez peu nombreux cependant, possédant 20 % des maisons, payant 40 % de l’impôt. Si l’on ajoute que les membres de la haute administration sont des nobles de robe, la domination de la noblesse sur la ville est très nette. De plus, les négociants, peu nombreux, se constituent un patrimoine en achetant des maisons d’un prix peu élevé. Beaucoup sont des boutiquiers (droguistes, rôtisseurs, libraires) peu tournés vers le grand commerce. Perpignan apparaît ainsi comme une ville caractérisée par des élites administratives, symbolisées par son Conseil souverain, un commerce limité par la situation d’angle mort de la ville et de la province remontant au siècle précédent.

25La catégorie intermédiaire (médiane comprise entre 36 et 60 livres) regroupe une vingtaine de professions différentes, de toutes catégories : professions médicales, petite administration, mais surtout les artisans. Dans cette masse se constituent des hiérarchies : les métiers du fer et les tailleurs apparaissent comme les plus aisés, alors que les métiers du cuir, du bois ou les boulangers ont un patrimoine foncier un peu moindre, mais encore très correct, alors que des métiers comme celui de cordonnier sont souvent au bas de la hiérarchie. Les métiers de l’artisanat constituent une vraie particularité : une très bonne organisation, de nombreux propriétaires, et pour certains des revenus tout à fait appréciables, marqués par un impôt élevé ou l’acquisition de plusieurs habitations. Ces métiers semblent symboliser la reconstruction de la ville dans un marché limité au local, mais qui parvient à un certain dynamisme, et permet à la ville de reprendre sa superficie et sa population d’avant les crises du XVIIe siècle, faute de décoller comme les villes commerçantes de l’époque.

26Reste la masse des paysans et hommes de peine (médiane entre 15 et 30 livres), dont la richesse foncière se situe au-dessous de la moyenne urbaine : 27 % des maisons, 27 % des propriétaires, mais à peine 11 % du montant de l’impôt. On trouve dans ce groupe les artisans les moins bien rémunérés, comme les métiers du bâtiment, qui se signalent cependant par un très bon accès à la propriété, signe sans doute de la bonne organisation de ce métier ainsi que de la possibilité de remettre en état des maisons inhabitables sans travail personnel. La présence des artisans du textile, secteur très porteur dans beaucoup d’endroits, peut surprendre, mais souligne la faiblesse des débouchés du négoce local. Les brassiers, véritable prolétariat, embauchés à la journée, sont 150 à posséder un bien foncier, ce qui est surprenant, mais la faible valeur de ces biens souligne le caractère modeste de cette propriété. Reste la catégorie la plus nombreuse avec les artisans, les professions agricoles. Concentrée essentiellement dans la paroisse Saint-Jacques, leur grand nombre est déjà une originalité en soi pour une ville du XVIIIe siècle : on y retrouve des pages, c’est-à-dire des paysans propriétaires de leur terre, au nombre d’une vingtaine, de condition assez inégale, mais surtout des jardiniers. Cette confrérie, un des symboles de la ville, montre à travers ce registre sa puissance, avec 150 propriétaires d’une condition légèrement supérieure à celle des brassiers. Dans d’autres villes, ce type de métiers aurait sans doute connu une condition nettement plus précaire.

27Tout cela nous donne une photographie intéressante de la hiérarchie socioprofessionnelle de Perpignan au milieu du siècle. Cependant, il sera intéressant de préciser les écarts qui peuvent exister au sein d’un même métier.

3. Quelles hiérarchies au sein des métiers ?

28Commençons par une catégorie parmi les mieux placées dans la hiérarchie perpignanaise, les mercaders. Leur patrimoine foncier est d’une grande diversité, avec des maisons dont l’impôt va de 12 à 300 livres. Nous ne garderons, nous avons vu pourquoi, que les maisons les plus fortement taxées de chaque personne, présumées être leur résidence principale. Ce tri effectué, on remarque encore une grande diversité de condition. La valeur médiane des impositions est de 100 livres, la maison la plus chère coûte 300 livres à son propriétaire, du nom de Bertrand, alors que la moins chère n’est taxée que 12 livres. On peut alors diviser la profession en plusieurs catégories : 15 personnes paraissent très aisées, avec une imposition dépassant 150 livres, 14 relativement aisées, avec des maisons imposées entre 70 et 130 livres, 8 aux maisons imposées à moins de 60 livres. Ainsi, si la grande majorité des mercaders vit dans une condition entre l’aisance et la richesse, avec pour preuve supplémentaire de nombreuses acquisitions de maisons en ville, certains mercaders vivent dans des maisons d’une valeur équivalente à celles d’un petit artisan ou d’un jardinier, et les écarts de revenus vont de 1 à 15. Cela confirme le faible nombre de riches négociants à Perpignan.

29Passons maintenant à un métier de condition intermédiaire dans la ville, de l’artisanat. Ainsi les menuisiers, qui possèdent 33 maisons dont l’impôt va de 3 à 130 livres pour 27 propriétaires, ce qui signifie que, contrairement aux mercaders, les menuisiers sont peu nombreux à posséder plusieurs biens fonciers. Là encore, on observe de grandes différences de conditions. La médiane du groupe est de 40 livres, on peut effectuer le découpage suivant : 4 personnes aisées, avec des maisons dont l’impôt va de 80 à 130 livres, 14 situées dans une tranche moyenne allant de 36 à 60 livres, 9 dont le bien est imposé à 30 livres et moins, la maison la moins cotée émargeant à 6 livres. La différence de condition avec les mercaders est frappante puisque les menuisiers les plus riches sont au niveau des mercaders moyens, mais on remarque tout de suite une certaine homogénéité avec une vingtaine de menuisiers, soit les deux tiers de l’effectif total, qui paie un impôt compris entre 30 et 60 livres, la majorité d’entre eux se situant autour de 40 livres.

30Peu de menuisiers habitent dans des maisons de peu de valeur, ce qui souligne la cohésion et la solidité de l’artisanat perpignanais.

31Enfin, reste à analyser un métier rangé vers le bas de la hiérarchie perpignanaise. Les jardiniers, par leur poids, pourraient paraître indiqués, mais leur localisation, largement dans la paroisse Saint-Jacques, pourrait biaiser l’analyse. Les brassiers permettront d’éviter cet écueil. Ils possèdent 161 maisons, dont l’impôt va de 3 à 50 livres. La propriété multiple étant peu répandue dans une catégorie où posséder un bien est déjà important, on compte 148 brassiers propriétaires. La médiane de ce groupe est de 18 livres. Le découpage peut se présenter de la façon suivante : un groupe de 11 brassiers relativement aisés, dont la maison est imposée de 30 et 50 livres, un ensemble médian de 98 individus dont l’imposition va de 15 à 25 livres. Enfin, en dessous de 15 livres d’imposition, se trouvent 41 petits propriétaires, dont une dizaine en dessous de 10 livres d’impôt. L’homogénéité est ici très importante, avec une centaine de personnes habitant des maisons dont la valeur est du même ordre. Une valeur assez basse, mais déjà importante pour une profession formant généralement un prolétariat urbain. De plus, certains possèdent des maisons d’une valeur comparable à celle d’artisans vivant correctement.

32L’échelle à l’intérieur de chaque métier montre que la diversité de situations se réduit au fur et à mesure que l’on va vers le bas de la hiérarchie. Malgré cela, une telle structure montre la bonne organisation des confréries, notamment dans l’artisanat, où beaucoup accèdent à la propriété et certains atteignent une certaine aisance.

33Au total, notre source donne de Perpignan au milieu du XVIIIe siècle l’image d’une ville dominée par des élites administratives, peu développée commercialement, mais dont la reconstruction a permis la consolidation de communautés d’artisans et de travailleurs agricoles dynamiques, organisées autour du marché local. Cela a permis à bon nombre d’entre eux d’accéder à la propriété. La « ville d’artisans et de paysans » dont parle Antoine de Roux apparaît clairement, avec des artisans qui ressembleraient presque à l’ébauche d’une classe moyenne. Il reste cependant à exploiter un dernier aspect de notre source : le classement par paroisse qui permet de donner à cette étude une dimension spatiale, de tenter de dresser une géographie socioprofessionnelle de la ville.

III. La hiérarchie sociale : quelle traduction géographique ?

34En effet, comment se distribuent géographiquement les maisons à Perpignan en fonction des métiers de leurs propriétaires ? Si, pour certains, la localisation est assez contrainte (le faubourg pour les tanneurs, Saint-Jacques pour les jardiniers), il est intéressant de réfléchir sur les logiques d’installation et les niveaux de richesse à l’échelle des paroisses.

A. Structures spatiales de la ville : des paroisses bien différenciées

35Notre registre est organisé en fonction des paroisses et des coronels. L’étude spatiale qui suit se fait à l’échelle de la paroisse, plus claire. Comme le montre le tableau 1, la taille des paroisses est comparable, à l’exception de celle de La Réal qui compte nettement moins d’habitations que les autres. L’accès à la propriété est du même ordre dans les quatre paroisses, même s’il est un peu moindre à Saint-Mathieu.

36Perpignan est une ville constituée essentiellement de maisons plutôt modestes. Un millier vaut moins de 30 livres alors qu’un peu plus de 100 dépassent 150 livres. La médiane globale est de 33 livres. La comparaison du poids fiscal des différentes paroisses est très éclairante : on constate un déséquilibre très net entre la paroisse Saint-Jean et les autres : avec un impôt total de 63 757 livres, les maisons de Saint-Jean sont plus taxées que tout le reste de la ville (20 623 livres pour La Réal, 18 409 pour Saint-Jacques, 16 264 pour Saint-Mathieu et 7 446 pour le faubourg). On voit que les impôts produits par les autres paroisses sont d’un montant comparable, bien que La Réal, avec moins de maisons, dépasse Saint-Jacques et Saint-Mathieu.

37Ainsi, afin de préciser ces résultats, il faut calculer le poids fiscal moyen par maison de ces paroisses. Les résultats sont éclairants : la paroisse Saint-Jean est nettement au dessus des autres, avec une valeur fiscale moyenne de 113,8 livres. Suivent le faubourg (moins représentatif vu le très faible nombre de maisons), proche géographiquement de Saint-Jean, avec une moyenne de 86,5 livres, la paroisse de La Réal (58,9 livres). Saint-Mathieu (31,7 livres) et Saint-Jacques (28,4 livres), présentent une richesse foncière beaucoup moins importante.

38La composition des paroisses confirme ces résultats : à Saint-Jean, à peine plus de 10 % des maisons ont une valeur égale ou inférieure à la médiane de la ville, alors qu’on y trouve la quasi-totalité des maisons dont la valeur dépasse 150 livres. À l’inverse, plus de 80 % des maisons de Saint-Jacques ont une valeur égale ou inférieure à la médiane urbaine, alors qu’à peine 2 % des maisons dépassent 1 100 livres de valeur fiscale. Au-delà de la richesse globale ou moyenne, il existe donc une certaine homogénéité de valeur dans les paroisses. On peut donc diviser l’espace urbain en trois grandes parties : un secteur aisé, correspondant à la paroisse Saint-Jean et à une partie du faubourg, une partie médiane, de taille réduite, constituée par La Réal, une partie moins aisée et numériquement plus importante, englobant Saint-Jacques et Saint-Mathieu.

39Cette observation pose la question de l’organisation socio-spatiale de la ville : correspond-elle à la réalité d’une ville où les quartiers sont définis par la richesse, ou à celle d’une ville organisée selon les métiers ? En d’autres termes, la répartition par quartiers nous révèle-t-elle la hiérarchie des richesses ou la hiérarchie des métiers ? Pour répondre, il faut intégrer à notre réflexion spatiale les catégories socioprofessionnelles étudiées plus haut.

B. Composition sociale des paroisses : comment les métiers structurent-ils la ville ?

40À première vue, la source ne montre pas une répartition géographique clairement liée aux métiers. Trois font exception cependant. D’abord les jardiniers, regroupés pour leur grande majorité dans la paroisse Saint-Jacques, ce qu’on pourrait appeler l’espace agricole de la ville, qui en a conservé trace aujourd’hui. Ensuite, les tanneurs, concentrés dans le faubourg, en raison de la proximité d’un cours d’eau, la Basse, indispensable à leur activité, mais aussi des désagréments de leur profession (odeurs, déchets) qui entraînent sa localisation en périphérie de la ville. Enfin, 6 des 7 orfèvres mentionnés sont dans la même paroisse (Saint-Jean), 4 d’entre eux dans le même coronel (des prisons de la ville). Hormis ces exceptions, le patrimoine foncier des métiers de la ville s’avère très dispersé.

41Pour saisir cette réalité, analyser la composition socioprofessionnelle de chaque paroisse paraît indispensable. Cela permet de voir dans quelle proportion chaque métier occupe une paroisse, dans quelle mesure la répartition professionnelle correspond au niveau de richesse de chaque paroisse. Une première réponse est donnée par le tableau 2. En reprenant les catégories socioprofessionnelles établies plus haut, il permet de voir la proportion de propriétaires de ces catégories dans chaque paroisse, de confronter ces proportions à celles établies à l’échelle de la ville entière.

Tableau 2 : composition professionnelle des paroisses (en %)

Tableau 2 : composition professionnelle des paroisses (en %)

42L’analyse peut se faire à plusieurs niveaux : on peut d’abord souligner les proportions nettement supérieures à la moyenne de la ville, qui donnent une identité, une étiquette à la paroisse. L’exemple le plus évident est celui des professions agricoles à Saint-Jacques. On remarque aussi d’autres concentrations : des ouvriers et des hommes de peine à Saint-Mathieu, des artisans et commerçants dans le faubourg (même si le faible nombre de propriétaires y réduit la valeur du pourcentage), de la noblesse à Saint-Jean. Tous ces exemples confortent clairement la hiérarchie des métiers et des richesses, qui prendrait là une dimension spatiale.

43Cependant, mis à part les cas particuliers des paysans et des ouvriers, il est difficile de faire une lecture convaincante, car les différentes catégories sont réparties dans toutes les paroisses. Il faut donc mesurer cet étalement des métiers par paroisse (tableau 3). Ce tableau a en outre l’avantage de tenir compte du poids démographique des paroisses. Or, s’il permet de confirmer le déséquilibre de la structure socioprofessionnelle des paroisses Saint-Jacques et Saint-Mathieu, il souligne une grande diversité de métiers dans chacune d’elles, notamment à Saint-Jean et à La Réal. Ce dernier point peut étonner : qu’on y retrouve des catégories à forte imposition, comme les nobles, les professions commerciales, n’est pas étonnant. Par contre, la forte présence d’artisans dans cette riche paroisse peut davantage surprendre. De même, on retrouve des propriétaires de toutes les catégories dans les paroisses les moins aisées.

44Ceci conduit à deux conclusions : on peut difficilement soutenir une organisation de l’espace perpignanais en fonction des métiers, mis à part quelques activités marquées par de fortes contraintes de localisation, comme les jardiniers ou les tanneurs ; cette dispersion spatiale oblige à approfondir l’étude, en la portant à l’intérieur des différentes catégories.

Tableau 3 : répartition des métiers par paroisse (en %)

Tableau 3 : répartition des métiers par paroisse (en %)

45Il faut en effet se demander si les différences de richesse entre les paroisses se retrouvent à l’intérieur des métiers, si ces différences correspondent entre elles. Si c’était le cas, cela montrerait que l’espace perpignanais est davantage distribué en fonction de la richesse que des professions. Pour cela, nous analyserons le tableau 4, qui, paroisse par paroisse, reprend la valeur médiane des maisons possédées par une série de groupes de métiers de différents niveaux de richesse.

Tableau 4 : comparaison de la richesse foncière par paroisse au moyen des médianes (en livres)

Tableau 4 : comparaison de la richesse foncière par paroisse au moyen des médianes (en livres)

46Le constat est éloquent : quel que soit le métier ou la condition, les plus aisés habitent à Saint-Jean, parfois dans le faubourg ou à La Réal, les plus modestes à Saint-Jacques ou à Saint-Mathieu. Les écarts, très importants, vont parfois du simple au triple. On peut analyser ces différences à travers trois niveaux de lecture. D’abord avec les personnes dont la profession ou la qualité n’est pas mentionnée, qui souligne le fossé entre ces paroisses, ce qui reprend ce que nous avons déjà vu. Ensuite, on peut analyser des catégories hiérarchisées, avec des différences de condition importantes selon la fonction. Ainsi de l’armée ou de l’administration : les soldats propriétaires sont recensés à Saint-Jacques, alors qu’un lieutenant colonel possède une maison de grande valeur à Saint-Jean. Mais le niveau le plus intéressant concerne des catégories formées d’un même métier ou de métiers de conditions très proches. C’est le cas de ceux de l’hôtellerie (hôtes, aubergistes, cabaretiers). Là encore, le fossé entre les maisons de Saint-Jean et les autres est très important.

  • 16 Ibid., 1 C 1570.
  • 17 Profession se rapprochant de celle d’épicier.

47Tout ceci permet de conclure à une forte hétérogénéité des patrimoines au sein de la plupart des métiers, surtout dans le commerce et l’artisanat. Ces différences de condition, plus évidentes dans des corps hiérarchisés comme l’administration, l’armée ou le clergé, peuvent surprendre, d’autant que les travailleurs mentionnés sur les registres fiscaux exercent la même activité. En d’autres termes, il serait erroné d’affirmer que les maîtres vivent richement à Saint-Jean et les compagnons survivent à Saint-Mathieu car les mentions de statut au sein d’un métier sont très rares16. De plus, quand une mention est portée, elle infirme cette vision. Par exemple, un mangonier17 possédant une des maisons parmi les plus fortement taxées et vivant à Saint-Jean, Paul Lianes, est mentionné comme garçon mangonier.

  • 18 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1570.

48Ainsi, habiter à Saint-Jean semble un gage de réussite sociale dans la plupart des cas. Même quand on observe les catégories les plus modestes et les plus homogènes, comme les brassiers ou les jardiniers, le résultat est identique. Chez les brassiers, il n’y a que 22 propriétaires à Saint-Jean et à La Réal, contre 124 dans les deux autres paroisses. Malgré tout, les maisons les plus lourdement taxées (50 livres) et les médianes les plus fortes sont concentrées dans les deux paroisses les plus aisées18. Cela nous amène à réfléchir à l’existence de stratégies foncières, qu’on peut particulièrement observer chez les personnes possédant plusieurs maisons.

C. Des stratégies foncières ? Le comportement des propriétaires multiples

49Si nous suivons le même raisonnement, quelqu’un possédant des maisons dans plusieurs paroisses aura la plus belle à Saint-Jean. Des propriétaires aisés, issus de groupes fortunés auraient une majorité de maisons dans cette paroisse et à La Réal, alors que les plus modestes se contenteraient de Saint-Jacques et de Saint-Mathieu.

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

50Commençons par observer les catégories favorisées. Par exemple, l’individu qui possède le plus de maisons est le conseiller Desprès. Sur ses 8 maisons, 5 sont à Saint-Jean, une à La Réal et 2 à Saint-Jacques. La plus fortement taxée, à Saint-Jean, porte 250 livres d’impôt19. Un autre conseiller, nommé Coll, possède 3 habitations, 2 à La Réal, une à Saint-Jacques. La plus chère est à La Réal20. Les mercaders ont un comportement identique, comme Joseph Belmas, qui possède une demeure à Saint-Jean taxée 250 livres, une à la Réal 100, une à Saint-Mathieu seulement 36. Parmi les catégories moins fortunées, la situation est la même, à ceci près que l’accès aux paroisses Saint-Jean et La Réal est plus limité. Dans le cas de Pierre Bremon, brassier de son état, qui détient une maison à La Réal et une à Saint-Jacques, c’est la première qui a la valeur la plus élevée cependant. L’observation des poissonniers de la ville montre un comportement identique.

51Ces exemples témoignent de l’existence d’une stratégie immobilière des propriétaires multiples. Celle-ci permet de dresser un classement des paroisses, qui fonctionne dans la quasi-totalité des cas : la plus recherchée est Saint-Jean, on y retrouve les professions les plus influentes et les mieux placées dans la hiérarchie locale, mais aussi les personnes les plus fortunées des catégories moins prestigieuses, pour qui vivre dans cette paroisse est un gage manifeste de réussite et de promotion sociales. Ensuite viennent la paroisse de La Réal et le faubourg, où l’on retrouve nombre de professions intermédiaires, des personnes de condition moyenne commençant à posséder un patrimoine respectable, mais aussi des résidences appartenant aux plus gros propriétaires fonciers de la ville. Enfin, Saint-Jacques et Saint-Mathieu concentrent les professions les moins aisées, les propriétaires disposant d’un petit patrimoine ou commençant à s’en constituer un, en profitant des opportunités que les pertes démographiques de la ville dans les décennies antérieures ont pu offrir.

  • 21 Ibid.

52Cependant, outre la volonté de se constituer une rente immobilière avec plusieurs maisons, on décèle un autre comportement. On pourrait penser que les maisons les plus chères au sein d’une même catégorie appartiennent à des individus possédant plusieurs biens fonciers. Ce n’est pas toujours vrai. Sur 36 groupes sociaux comportant des propriétaires multiples, il y en a seulement 10 où l’un d’eux possède la maison la plus taxée21. De plus, ceci n’obéit pas à des critères de richesse : des catégories aisées et des catégories modestes figurent dans les deux schémas. Ce qui veut dire que dans près de trois quarts des cas, on distingue deux choix : de la qualité ou de la quantité. Or, on peut donner à cet aspect une dimension spatiale. Par exemple, chez les brassiers, catégorie modeste, les rares propriétaires à Saint-Jean n’ont qu’une maison, sont moins nombreux que ceux qui en possèdent plusieurs, souvent pour une valeur globale à peu près identique. Certains préfèrent donc ne posséder qu’une seule maison, mais à Saint-Jean, ce qui paraît plus difficile, plutôt que plusieurs à Saint-Jacques et à Saint-Mathieu.

53L’analyse spatiale du patrimoine foncier de la ville nous montre une ville caractérisée par de très importantes différences de richesse entre ses quartiers, par l’existence d’un véritable quartier aisé, autour de la cathédrale, de centres politiques et économiques, et de quartiers « pauvres » à la périphérie de la ville, englobant sa partie rurale. En outre, cette hiérarchie se retrouve au sein des professions, avec à tous les niveaux de la hiérarchie la volonté pour les plus riches de posséder leur demeure à Saint-Jean, quitte parfois à renoncer à se constituer un patrimoine de plusieurs maisons. On peut ainsi dire que le repeuplement de la ville de Perpignan au XVIIIe siècle est marqué par une forte différenciation sociale entre quartiers centraux et quartiers périphériques dont on voit encore les traces aujourd’hui.

54En conclusion, quelle image de la ville de Perpignan au milieu du XVIIIe siècle nous donne cette source fiscale ? Perpignan est souvent présentée comme une ville exsangue, située dans un angle mort entre le Languedoc et l’Espagne. Cette étude nous amène à nuancer cette vision : la ville s’est repeuplée, les espaces vides se sont à nouveau remplis, ce qui a donné à beaucoup de Perpignanais l’opportunité de devenir propriétaires. Nombre d’habitants, y compris dans les catégories les moins aisées, sont répertoriés comme possédant une, voire plusieurs maisons. Cet accès à la propriété souligne la réalité d’une ville au commerce peu dynamique, faute de débouchés importants ouverts, mais reposant sur un marché intérieur relativement solide autour de l’artisanat et des jardins, ainsi que sur la présence d’une administration importante, liée à la situation d’une ville frontalière et récemment intégrée au royaume. Enfin, ce repeuplement a affirmé une nette hiérarchie socio-spatiale de la ville, entre un centre aisé et des périphéries plus modestes, hiérarchie qui transcende les métiers et les professions. On retrouve ici les bases de la ville contemporaine.

Notes

1 J. Sagnes (dir.), Nouvelle histoire du Roussillon, Perpignan, 1999.

2 A. De Roux, Perpignan, de la place forte à la ville ouverte, Xe-XXe siècle, Perpignan, 1996.

3 L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996 (rééd. 2005).

4 A. Zysberg, La monarchie des Lumières : 1715-1786, Nouvelle histoire de la France moderne, t. 5, Paris, 2002.

5 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1570.

6 Ibid., 1 C 570.

7 Ibid., 1 C 570.

8 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, p. 179.

9 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 570.

10 Ibid., 1 C 1570.

11 Ibid., 1 C 917.

12 Il s’agit de petits commerçants.

13 F. Depech, Les confréries de jardiniers à Perpignan au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université de perpignan, 1997.

14 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1570.

15 Ibid., 1 C 1570.

16 Ibid., 1 C 1570.

17 Profession se rapprochant de celle d’épicier.

18 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1570.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

Auteur

Professeur agrégé, chargé de cours, université de Marne-la-Vallée

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search