Version classiqueVersion mobile

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

« Migrants, au boulot ! » Ou comment colmater les brèches démographiques des espaces économiques dans la Catalogne moderne1

Joan Peytavi Deixona

Texte intégral

  • 1 Cette communication reprend certains points qui sont développés quant à la recherche plus générale (...)
  • 2 Antroponímia, poblament i immigració a la Catalunya moderna, De la identitat patronímica als Comta (...)

1Entre le XVe et le XVIIIe siècle, avec une intensité qui a varié selon la conjoncture sur ce temps long, les travailleurs immigrés arrivaient en masse, mais ils s’y implantaient toujours de manière équilibrée. J’ai passé de nombreuses années de ma vie à les scruter, les observer, les analyser mais combien d’angles restent-ils à attaquer les concernant ?2

2Le contexte démographique de la Catalogne du bas Moyen Âge et de l’époque moderne est bien peu reluisant sur ce long terme. Depuis les grandes épidémies du deuxième tiers du XIVe siècle et les mauvaises récoltes qui s’y rattachent, les difficultés démographiques sont à l’ordre du jour de manière récurrente sur près de trois cent cinquante ans. Les reprises naturelles sont constamment mises à mal par de longs épisodes pesteux, « lo contagi », et ceci dans un contexte politique qui cause parfois de grands préjudices à la population (« Révolution catalane » du dernier tiers du XVe siècle, guerres de Trente Ans et de Séparation ou des Segadors, affrontements franco-espagnols durant quasiment toute la seconde moitié du XVIIIe siècle).

3À ceci s’ajoutent des difficultés chroniques de subsistance et souvent encore un climat méditerranéen qui peut amener sécheresses, crues, invasions d’insectes, etc. Pour couronner le tout, une marginalisation politique de la Couronne d’Aragon à partir du règne de Charles Quint, les problèmes frontaliers – très prégnants en Roussillon, porte d’entrée de l’Empire –, la piraterie et le bandolerisme, phénomène à la fois politique et social : il ne fait pas très bon vivre dans la Catalogne bas médiévale et moderne... De ce fait par exemple, entre le milieu du XIVe et le début du XVIe siècle, le pays perd près de 35 % de sa population (1376 : 420 000-460 000 habitants ; 1497 : 260 000 habitants).

4Pour palier ces carences démographiques et donc le manque de main-d’œuvre, le renouvellement naturel est trop souvent insuffisant et on a donc recours aux migrants. Ici, le migrant traditionnel est le gavatx, l’étranger venant du nord, le Français. Mais un Français qui n’en est pas vraiment un, si ce n’est sa condition de sujet du roi de France : en réalité, c’est un Occitan, languedocien, gascon, auvergnat du sud ou limousin méridional.

5Devant la situation de la population catalane, autochtones et immigrés ont tous des raisons de s’entendre et les travailleurs saisonniers venus toujours majoritairement de l’ouest d’une ligne Puy de Dôme-Béziers, du piémont pyrénéen béarnais aux Corbières, d’Armagnac, du Quercy, de Rouergue, des diocèses de Tulle ou Limoges, etc. comprennent bien vite les intérêts à rester pour toujours. Ils partent de régions tenues pour et effectivement surpeuplées car comparativement moins affectées par les épidémies (Pyrénées, Comminges, Armagnac, Foix, etc.) ou pour fuir les guerres de religion (Béarn, Couserans, Foix, etc.) sans oublier que depuis toujours, pour beaucoup d’entre eux, la péninsule ibérique et en particulier la Catalogne a été l’exutoire naturel des trop-pleins démographiques, comme c’est le cas des Rouergats, des Auvergnats, des gens des Corbières ou du pays de Foix, quand les premières régions et villes du grand Languedoc ont été pleines. Il convient encore de souligner la facilité d’adaptation linguistique entre occitanophones et catalanophones. Et puis la sempiternelle raison du migrant économique qui croit que, quoi qu’il advienne, la vie sera meilleure ailleurs, quand par exemple le système d’héritage le pousse hors de la maison familiale.

6Le mouvement est surtout fort entre le deuxième tiers du XVIe siècle et la fin du XVIIe siècle – s’étirant encore un peu pour des raisons de proximité naturelle jusqu’au début du XVIIIe dans la partie de Catalogne devenue française, à savoir le Roussillon.

  • 3 Traduire les deux synonymes naturalesa et naturalitat par « naturalisation » fait quelque peu tomb (...)
  • 4 En fr. « natif ».
  • 5 En fr. « lettres de naturalisation ».
  • 6 Cf. les études complémentaires de Núria Sales, « Naturals i alienígenes », De Tuïr a Catarroja. Es (...)

7Il est encore intéressant de rappeler les conditions et autres dispositions qui permettent la naturalisation comme catalan, ce que l’on appelle à cette époque la naturalesa ou la naturalitat3 de catalan. Grâce à un mariage avec un ou une natural4, avec un ou une « de nació català », l’immigrant peut obtenir au bout d’un certain laps de temps – généralement entre trois et cinq ans – des lletres de naturalitat5 qui prouvent son temps de résidence sur ces terres6.

  • 7 Assemblée constituée du souverain et des représentants des différents ordres (estaments) du royaum (...)
  • 8 Aussi appelée Generalitat, émanation permanente des Corts qui veillait à la bonne application des (...)

8Les Constitutions de Catalogne avaient déjà défini dès la réunion des Corts7 de 1365 la naturalesa, l’état de catalan, une définition peaufinée et parachevée lors des assemblées de 1419-1422, 1537, 1547 et 1552, comme l’explique l’analyse de Núria Sales : pour être catalan, il faut être natif de Catalogne, ou fils ou petit-fils de Catalans domiciliés dans le Principat et les Comtés. Les mêmes textes précisent en outre qu’il est possible d’obtenir les susdites lletres de naturalitat après accord des Corts et promulgation par la Diputació del General8. Cela étant, il arrive souvent que la première génération n’ait pas beaucoup de droits, malgré la délivrance des lletres. Un droit du sol avant l’heure, avant de le penser et de le définir plus clairement au siècle des Lumières...

9Les causes locales ou générales de l’émigration brièvement brossées ici ne peuvent expliquer à elles seules la venue constante et la présence ponctuellement massive des immigrants dans la Catalogne moderne. Il y a forcément d’autres facteurs qui attirent les gens ici. Le contexte de l’époque en fournit deux. D’une part, un marché du travail important, c’est-à-dire un besoin réel de main-d’œuvre, de l’autre un salaire plus élevé que dans le pays d’origine. En résumé, un emploi bien payé.

10La solution démographique, née de cette nécessité, se retrouve dans tous les secteurs de la société catalane y compris quand la situation va mal à la fois pour les locaux et les immigrants. On parvient alors à des « solidarités » d’intérêts partagés au-delà des états qui dominent la zone – quand par exemple ceux-ci rentrent en conflit. Cette cohésion conjoncturelle mais souvent naturelle vécue tout au long des siècles exprime mieux que n’importe quel autre modèle les relations nécessaires entre Catalans et Occitans.

11Dans le contexte des dénombrements de francesos, contemporains des affrontements modernes entre monarchies, les Catalans se positionnent fréquemment contre l’application des décrets royaux et expriment des réticences à les rendre effectifs : en termes de rentabilité ou tout au moins par intérêt propre, la mise en place de ces ordres générerait de toute manière des déséquilibres économiques et sociaux. Parallèlement, il en découle l’intérêt vital de l’immigrant occitan, vecteur de travail.

  • 9 En fr., « utile, profitable pour le pays ». En catalan, la terra renvoie à la Catalogne, dans le s (...)
  • 10 Trad. : « Le 4 octobre 1552 [erreur du rédacteur pour 1542], Don Joan [de Acuña, gouverneur du Rou (...)

12Il n’est pas non plus fortuit que l’on se batte avec l’autorité administrative pour conserver les bergers et les vachers, les mossos, ouvriers ou gens de maison, jusqu’aux clercs ou aux maîtres d’écoles, parce qu’ils sont « útils a la terra »9. En 1542, dans l’ordre d’expulsion qui sera de fait suivi de peu d’effets, le capitaine général de la frontière septentrionale met en avant ces arguments pour justifier de garder les immigrés : « A quatre de octubre MDLII, Don Joan [de Acuña] que per quant és utilós a la terra que Anthoni Marçal francès de les scoles de Prada de Conflent no se’n vage per çò no li sie fet empaix ni maltracte y per seguretat li manam fer· lo present de nostre segell segellat y de mà de nostre secretari referendat fet en Perpinyà a quatre de octubre de mill sinch cents sinquanta y dos. Altre per Arnau masip de Miquell Calva de Prada, altre per Joan Regne macip de Francesch Martí de Prada, Joan per Joan Atells mosso, ítem per Pere Laveria mosso, ítem per Anthoni Rival mosso, Item per Joan Vergès majoral, ítem per Gallardet pastor, ítem per Joan Desclaryana pastor, ítem per Bernat pastor, ítem per Arnau de Capàs pastor, ítem Joan Pastissó traginer de Joan Delmau »10.

13Ceci dit, de nombreux indices portent à penser que peut-être dès la fin du XIVe et plus sûrement dans la première moitié du XVe, on peut voir les débuts d’une immigration par implantation d’étrangers dans les masos rònecs, les fermes abandonnées. Il existe donc une immigration antérieure de moindre intensité. Mais celle-ci est contrariée et entravée par les luttes entre seigneurs et paysans propriétaires, à savoir les guerres remences. On sait même que pendant la deuxième moitié du XVe siècle on a pu assister à une migration somme tout réduite dans le sens contraire : des Catalans ont fui les malheurs du moment. Cela étant, la demande de main-d’œuvre de l’époque est plus importante au sud qu’au nord des Pyrénées. Qui plus est, comme les villes ou les bourgs ne sont souvent constitués que de regroupements d’artisans issus de la population rurale à un endroit donné, la demande de professionnels y est également à souligner.

14Finalement, il faut aussi mettre en avant un argument essentiel pour aider à comprendre cette venue : le salaire. La formidable arrivée à partir des années 1520 de l’or américain amorce le fameux Siècle d’or hispanique. L’évolution vers l’augmentation des salaires se fait rapidement : une demande importante de produits manufacturés, le développement de la construction navale et des commandes de biens d’équipement et de consommation de la part des colons américains et, bien entendu, l’afflux d’or et d’argent. La péninsule ibérique connaît une expansion économique sans précédent. Mais les métaux précieux s’échappent dans toute l’Europe et en particulier vers la France, l’Angleterre ou les Pays-Bas, provoquant une hausse des prix dans le continent. Les salaires peuvent suivre ou pas cette tendance à la hausse et dans le second cas, c’est-à-dire plus concrètement si l’augmentation se fait de manière échelonnée, les créations d’entreprises de type précapitaliste augmentent, ce qui n’a pas lieu dans les royaumes hispaniques où les salaires se maintiennent élevés et où on commence à noter un retard économique en ce sens. Mais ces rémunérations encore élevées exercent une attraction irrésistible sur les étrangers – et l’information a alors passé les frontières.

  • 11 Les Mauvais Usages étaient les droits féodaux que la paysannerie considérait à juste titre comme a (...)
  • 12 Contrat ou bail emphytéotique.

15Pour laisser la voie encore plus libre à l’immigration, la Sentence Arbitrale de Guadalupe supprime en 1486 les Mals Usos11 qui affectaient gravement les paysans de remences. Ceux-ci se retrouvent dorénavant libres de l’assignation à la terre (adscripció) et obtiennent la liberté de personne et de possession de biens. Cette sentence permet de multiplier les possibilités de contrats dans toute la hiérarchie paysanne, du journalier ou bracer jusqu’au métayer ou au pagès. L’installation des travailleurs immigrés était facilitée par les administrations municipales ou les représentants du roi ou du seigneur, par le truchement des establiments12 que l’on rencontre souvent dans les archives notariales des XVIe et XVIIe siècles.

16Toutes ces remarques précédentes portent le chercheur au questionnement fondamental suivant : comment, pour de simples raisons de communication, de pauvres immigrants ont pu connaître l’existence d’un marché du travail ? Comment ont-ils été au courant des possibilités offertes, par exemple, par la fameuse Sentence et ses conséquences ? Il convient de mettre en avant le rôle de l’immigration saisonnière comme vecteur de l’information entre zones d’émigration et d’immigration : les chemins de la migration naissent et produisent leur effet, et donc si les hommes circulent, quelques idées ou informations – favorables à l’installation des immigrants – peuvent également transiter. Avant les arrivées de ces travailleurs non spécialisés lors des siècles modernes, on peut aussi supposer que les commerçants ou les artisans occitans établis au XVe siècle et au début du XVIe siècle ont pu et ont su générer une demande à leur propre marché du travail d’origine parce qu’ils connaissaient les lieux où aller recruter du personnel.

17Cela étant, ce qui représente aussi à mon avis et certainement davantage étant donné les sources détaillées un facteur d’installation, de fixation définitive et par conséquent d’intégration, c’est bien le mariage. Il est clair et évident que l’arrivée constante et quasi régulière d’une population étrangère dans un pays a depuis toujours posé et pose de sérieux problèmes. Cependant, dans le cas qui nous occupe, la migration des Occitans en Catalogne a fonctionné semble-t-il grâce au système somme toute assez équilibré de l’offre et de la demande. Je crois qu’il est important de souligner à nouveau que la véritable transfusion sanguine entre les deux versants des Pyrénées est, en terminologie mathématique, nécessaire et suffisante. La Catalogne a eu besoin de bras pour se redresser et se refaire une santé économique et les divers pays occitans du royaume de France qui participaient à l’émigration cherchaient alors des débouchés démographiques.

18En ce sens, l’intégration, bien qu’elle ne se fasse pas forcément sans heurts, ne paraît pas être un problème majeur ici et à ce moment-là. Comment ne pas penser raisonnablement que toutes ces populations ne se soient pas intégrées rapidement à la seule vue du nombre d’installations définitives et réussies que sont les mariages ? Et la Catalogne – dans certains endroits plus que d’autres, comme l’Ampourdan, le Maresme, Barcelone, le Roussillon, etc. – constitue un excellent exemple de ce mélange de populations. D’autre part, il semble évident que le nombre important, pour ne pas dire parfois supérieur, des nouveaux arrivants par rapport aux locaux débouche presque obligatoirement sur une cohésion sociale forcée, si on ne veut pas entrer en conflit. Les autochtones sont bien obligés – tout au moins in fine – d’accepter ces nouveaux venus parce qu’ils en ont besoin et vice versa. Il est donc naturel que pour la bonne marche des communautés du pays, l’entente ait été au moins la condition sine qua non.

19Finalement, il manque à décrire la raison de tout cela, la réalité de l’activité professionnelle, le motif de leur venue. Malgré les spécialisations, l’émigrant occitan comme très souvent est surtout un homme à tout faire, en commençant bien sûr par ce qui est le plus difficile et le plus pénible. Mais sur ce chemin de la migration, la volonté de trouver du travail et un bon salaire domine tout autre type de préoccupation.

20Si on se réfère à ladite activité, on observe tout d’abord une constance et une régularité à travers toute la période étudiée : la venue d’une population de ruraux avec tout son éventail de travailleurs de la terre, à savoir des journaliers et des bergers en tout genre et l’immigration d’une population plus spécialisée en termes de métier, des artisans, ouvriers d’atelier, comme les menuisiers, cordonniers, serruriers, teinturiers, tailleurs, tisserands, épiciers, forgerons, bourreliers, des ouvriers de la bouche, comme les boulangers, les bouchers, les pâtissiers, les aubergistes, ou encore de petits employés en tout genre, criats, mossos, portefaix et autres commis. Localement, en Roussillon, il peut être anecdotique mais intéressant de noter la présence d’immigrants jardiniers (hortolans) en zones de cultures d’irrigation (regadiu) ou de sombrerers, dans les localités à l’activité liée aux militaires implantés pour cause de frontière.

21Il faut encore signaler que l’arrivée des immigrants dans l’ensemble catalan se fait la plupart du temps à un âge jeune : qu’il provienne de quelque secteur d’émigration que ce soit, la moitié a entre 11 et 20 ans et un quart à un tiers a entre 21 et 30 ans. Cela étant – on le voit clairement par exemple en analysant la liste de 1637 ou en faisant divers sondages dans les registres paroissiaux ou notariaux –, il semble bien que le secteur pyrénéen et pré-pyrénéen envoie plus de jeunes que celui plus septentrional de l’Auvergne ou le Limousin.

  • 13 En fr. : bergers, chefs des bergers, bouviers, vachers, chevriers, porchers.

22Mis à part la majorité des travailleurs de la terre, ceux de l’élevage vont de pair et toute la hiérarchie spécialisée de pastors, majorals, boers, vaquers, cabrers, porquers13 et autres sont les plus nombreux. Ceux-ci sont en majorité originaires des Pyrénées, zone d’économie de montagne où les troupeaux constituent le travail d’une grande partie de la population. Ces régions pyrénéennes ont souvent comme référent d’échange agricole et commercial le royaume d’Espagne. L’activité saisonnière qu’ils ont pu développer porte à penser que c’est parmi eux que l’on doit chercher les initiateurs des chemins de la migration. Parmi ces saisonniers, il ne faut pas oublier, même s’ils sont plus difficilement classables dans les catégories professionnelles, la présence et le rôle incontournable des muletiers (traginers), les véritables transporteurs routiers d’antan, qui véhiculent une bonne part de l’activité économique et des idées parmi les petites gens, ces fameuses informations dont je parlais plus haut.

23Les travailleurs du bois et de la construction concentrent le contingent le plus abondant des spécialistes. Dans une première branche d’activité, les menuisiers (fusters), tonneliers (boters), les fabricants de comportes (semalers ou semalaires) ou de cercles (roders) et les dérivés, charrons, charretiers (carreters), scieurs (serradors), etc., essaiment dans de nombreuses localités. La seconde catégorie concerne la branche de la construction, des mestres de casa – ancienne dénomination des maçons – ou peirers – comme on les appelle en Roussillon avec un mot d’origine occitane –, les tuiliers (teulers), les tailleurs de pierre (picapedrers ou pedrers). Une grande proportion de ceux qui arrivent vient de la zone d’émigration la plus lointaine (évêchés de Cahors, Limoges, Tulle ou Clermont).

24En provenance du secteur languedocien ou du Massif central, nombreux sont les cordonniers, qui s’installent plutôt dans les villes ou les gros bourgs. Dans le secteur textile et la confection, il convient de souligner pour les conséquences économiques qu’ils génèrent l’abondance de tisserands (teixidors, tixedors), de drapiers (paraires) – plutôt les employés que les patrons, ceux-ci sont les industriels locaux –, de tailleurs d’habits (sastres). L’entrée de ces fabricants ou techniciens du textile ouvre aussi la voie à des échanges appréciables de leurs propres productions en Catalogne. Dans un monde catalan déjà puissant dans ce secteur, mais par moments en déclin, cet apport redonne de l’impulsion et permet de déboucher sur de nouvelles opportunités de marché : le patronat, les mestres d’ofici, voient ici d’un bon œil cette arrivée et pour ceux-là l’intégration est plus rapide – même si le protectionnisme des locaux bat son plein.

25Autre grand domaine de l’économie catalane, le monde du fer qui reçoit surtout des Pyrénéens. Forgerons (ferrers), cloutiers (clavetaires), serruriers (manyans, serrallers), chaudronniers (calderers), etc., auxquels il faut adjoindre tout le personnel si emblématique qui entoure la célèbre forge catalane – charbonniers (carboners) et bûcherons (bosquerols) –, participent au grand mouvement et dans de grandes proportions du Canigou au Pallars. J’ajoute entre parenthèses que le grand besoin de main-d’œuvre dans cette branche couplé à la nécessité d’une professionnalisation avérée, faisait venir des gens de beaucoup plus loin mais en quantité moindre, des Génois, des Basques, des Suisses et parfois même des Saxons, experts dans ces techniques. Avec quelques Portugais et quelques Castillans, des Aragonais sur les confins du ponant, tous ont été localement et ponctuellement les « autres » immigrants peu nombreux qu’a connu le pays.

26Les marchands et autres négociants (botiguers, negociants) ont une importance relative dans le contingent des migrants en termes de quantité. Mais elle n’est en rien secondaire au sens qualitatif étant donné qu’elle participe fortement du moteur de l’économie catalane et que, d’autre part, lesdits marchands peuvent fixer des chemins de migration, en particulier ceux qui sont au bas de la hiérarchie sociale de ces services, à savoir les traginers. Ils favorisent ainsi le commerce – licite ou illicite, c’est-à-dire contrôlé ou non – de la région d’origine ou au contraire défendent les intérêts de celle qui les accueille dans un but de réussite économique. Ceux-là traduisent d’ailleurs les limites des expulsions : les « riches » commerçants ne sont pas foule dans ces listes, les autorités ne semblant pas avoir un intérêt à les bannir, on s’en doute.

27Les Occitans se retrouvent aussi dans les métiers à mi-chemin entre commerce d’approvisionnement et d’alimentation directe, les aubergistes (hostalers). L’hostal, de l’auberge à la taverne en passant par le restaurant, est un lieu de rencontre des autochtones, des étrangers et des voyageurs et aussi des soldats, souvent dans les endroits frontaliers un espace pour toutes sortes d’activités encore une fois légales ou illégales. On perçoit clairement la présence visible de taverniers (taverners) et hostalers occitans, qui de cette manière se trouvent encore à l’interface entre le natif méfiant et l’étranger plus ou moins accepté, plus le travailleur que moins le soldat. Pour en avoir une description, lisez les pages de Thomas Platter lors de son voyage de Montpellier à Montserrat en janvier 1599. Pour en obtenir des données il suffit de se plonger dans les archives notariales qui décrivent par le menu les affermages d’hostal, les déclarations d’incidents divers ou de transit et dépôt de marchandises comme par exemple à l’hostal de la Barca du Boulou, tenu très souvent par un Occitan au cours des siècles modernes, etc.

28Enfin, il ne faudrait pas oublier de parler des clercs occitans qui depuis le Moyen Âge – depuis les XIIe et XIIIe siècles et ses guerres politico-religieuses de la croisade albigeoise jusqu’aux affrontements entre catholiques et huguenots au XVIe – intègrent les rangs du clergé catalan. Personnages clefs de la société d’Ancien Régime, les prêtres sont des moteurs de l’immigration, ils sont des fondateurs de chemins parce qu’ils jouent un rôle d’autorité au sein de la structure familiale et qu’ils sont donc un facteur tangible du mariage. Tous les recensements et fogatges médiévaux et modernes (1497, 1515, 1553) mettent en évidence leur omniprésence sur l’ensemble du territoire catalan. Il est évident que cette immigration aux XVIe et XVIIe siècles plus particulièrement est liée aux problèmes religieux internes au royaume de France, souvent cités plus haut. La Catalogne et une partie de la péninsule ibérique leur servent d’échappatoire comme c’était le cas au XIIIe siècle – et comme ce le sera au moment de la Révolution française, pour la Catalogne restée espagnole.

  • 14 Peintres et doreurs en Roussillon, Perpignan, 2006, 272 p.
  • 15 J. Lugand, « Els pintors i el seu notari. El col.legi de Sant Lluc de Perpinyà (1630-1698) », revu (...)

29Pour en terminer avec ce rapide panorama professionnel, les nouvelles recherches faites par les historiens de l’art ont également et amplement mis en évidence que l’art en Catalogne à toutes les époques avait pu produire un art catalan d’inspiration et d’influence internationale, ceci du fait que les artistes de nombreux pays se sont retrouvés ou ont été appelés en Catalogne. L’art y est donc devenu original parce qu’il a crée la diversité selon les époques, et ce grâce au rôle positif de la migration et du mélange des genres. Parmi eux des Occitans mais cette fois-ci perdus dans la diversité des provenances (Flamands, Français, Lorrains, Bourguignons, etc.). L’afflux de commandes et la multiplication des ateliers ont attiré ces étrangers. Julien Lugand, historien de l’art, a montré par l’étude des documents notariaux cette volonté, à l’instar des autorités, de se prémunir parfois contre les « étrangers »14. Par exemple, lors de la création du collège de peintres et doreurs à Perpignan en 1630, les statuts évoquent clairement que pour entrer il faut être « natural del principat de Cathalunya y comptats de Rosselló y Serdanya », même si parmi les membres fondateurs on compte Guillem Andreu, un Normand de Rouen !... Pour ce qui est des étrangers à la Catalogne, on s’attarde longuement avec deux paragraphes pour statuer sur le sort qui les attend (examens, droits d’entrée, donations à la confrérie, quotas)15.

  • 16 Cf. notes 1 et 2.

30Mais la recherche n’a pas de répit et le chantier, même s’il est bien entamé, n’en comporte pas moins des manques que les historiens pourront combler à l’envi. Les droits des migrants, l’évolution réelle de leur salaire, leur poids économique réel dans l’activité nord-catalane, restent par exemple des travaux qui pourraient être complétés voire vraiment entrepris. Même si j’ai pu affiner leur nombre ou traiter de leur « intégration » somme tout réussie dans certains travaux16, on pourra encore préciser pendant longtemps leur poids démographique et donc économique ; les décomptes ne s’arrêtent jamais car des fonds sont mis à jour régulièrement. Espérons que des voies s’ouvrent en ce sens à partir de cette ébauche.

Notes

1 Cette communication reprend certains points qui sont développés quant à la recherche plus générale sur la question dans mon article « La migration occitane en Catalogne moderne : mise au point et mise à jour », Actes du Congrès de l’Association des catalanistes de France, Béziers, 24.11.2007, en cours de publication courant 2009.

2 Antroponímia, poblament i immigració a la Catalunya moderna, De la identitat patronímica als Comtats catalans (s. XVI-XVIII), thèse de doctorat, Université de Perpignan, 2002, 1517 p. En cours de publication, Institut d’Estudis Catalans, Barcelone, 2009.

3 Traduire les deux synonymes naturalesa et naturalitat par « naturalisation » fait quelque peu tomber dans un anachronisme mais permet de comprendre et de ne pas confondre avec le sens d’« origine » ou « nationalité ».

4 En fr. « natif ».

5 En fr. « lettres de naturalisation ».

6 Cf. les études complémentaires de Núria Sales, « Naturals i alienígenes », De Tuïr a Catarroja. Estudis sobre institucions catalanes i de la Corona d’Aragó (segles XV-XVII), Catarroja-Barcelone, 2002, p. 95-126 ; J. Cantarel, « L’accès de l’étranger à la vie municipale et au pouvoir citadin conditionné à une intervention royale aux XVIIe et XVIIIe siècles en Languedoc et en Roussillon », Pouvoirs municipaux et pouvoir royal en Roussillon et en Languedoc XVIIe-XVIIIe siècle, G. Larguier (coord.), Perpignan, 2006, p. 11-24 (ce dernier travail est davantage axé sur l’exemple languedocien).

7 Assemblée constituée du souverain et des représentants des différents ordres (estaments) du royaume (ou de chaque royaume de la Confédération catalano-valenciano-aragonaise), avec des attributions législatives, administratives, économiques et judiciaires. Souvent maladroitement traduit en français par le castillanisme cortes, une assemblée qui n’a pas, loin s’en faut, les mêmes attributions.

8 Aussi appelée Generalitat, émanation permanente des Corts qui veillait à la bonne application des Constitutions et autres droits catalans depuis le milieu du XIVe siècle. Par la suite, et jusqu’en 1714, la Generalitat jouait le rôle de gouvernement catalan.

9 En fr., « utile, profitable pour le pays ». En catalan, la terra renvoie à la Catalogne, dans le sens de pays ou patrie.

10 Trad. : « Le 4 octobre 1552 [erreur du rédacteur pour 1542], Don Joan [de Acuña, gouverneur du Roussillon, accorda] parce qu’il est utile au pays à Anthoni Marçal, Français, des écoles de Prada de Conflent de ne pas s’en aller et qu’ainsi on ne lui fasse aucun empêchement ni aucun mauvais traitement et pour sa sécurité nous ordonnons de lui remettre notre seing scellé et authentifié de la main de notre secrétaire fait à Perpinyà le 4 octobre 1552. Idem pour Arnau domestique de Miquell Calva de Prada, idem pour Joan Regne domestique de Francesc Martí de Prada, [idem pour] Joan domestique de Joan Atells, lui-même serviteur, idem pour Pere Laveria serviteur, idem pour Anthoni Rival serviteur, idem pour Joan Vergès contremaître, idem pour Gallardet berger, idem pour Joan Desclaryana berger, idem pour Bernat berger, idem pour Arnau de Capàs berger, idem [pour] Joan Pastissó muletier de Joan Delmau », J. Peytaví Deixona, Catalans i occitans a la Catalunya moderna (comtats de Rosselló i Cerdanya, s. XVI-XVII). Presentació històrica i transcripció del fogatge català de 1553, del registre de la taxa del Batalló de 1643 i de les dues llistes dels immigrants occitans de 1542-1543 i 1637, a la zona de la Catalunya del Nord, Barcelone, 2005, vol. 1, p. 354-355.

11 Les Mauvais Usages étaient les droits féodaux que la paysannerie considérait à juste titre comme abusifs, par exemple, l’eixorquia, ponction au tiers que faisait le seigneur sur l’héritage d’un paysan mort sans descendance ou la remença personal, qui obligeait le paysans à la servitude de la terre et au paiement d’un droit en cas d’abandon du mas où il travaillait, droit affectant individuellement le paysan, sa femme et ses enfants.

12 Contrat ou bail emphytéotique.

13 En fr. : bergers, chefs des bergers, bouviers, vachers, chevriers, porchers.

14 Peintres et doreurs en Roussillon, Perpignan, 2006, 272 p.

15 J. Lugand, « Els pintors i el seu notari. El col.legi de Sant Lluc de Perpinyà (1630-1698) », revue Afers, 58, Catarroja, 2007, p. 655-673.

16 Cf. notes 1 et 2.

Auteur

Professeur, CREC-IFCT, université de Perpignan Via Domitia, Institut d’Estudis catalans, Barcelone

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search