Version classiqueVersion mobile

Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles

 | 
Gilbert Larguier

Avant-propos

Gilbert Larguier

Texte intégral

  • 1 Des Gens de Métiers aux Sans-culottes, XVIIIe -début XIXe siècle, Colloque Albert Soboul, vingt an (...)

1Après Pouvoirs municipaux et pouvoir royal en Roussillon et en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècles) ; Les communautés et l’argent. Fiscalité et finances municipales en Languedoc, Roussillon et Andorre (XVe-XVIIIe siècle), et Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon (XVIIe-XVIIIe siècles), le thème choisi pour la 4e journée d’Histoire – Histoire du droit de l’université de Perpignan s’est porté sur les métiers et les gens de métiers. Il se prête au travail en commun entre historiens et historiens du droit, comme les thèmes précédents est peu cultivé depuis des lustres par la recherche portant sur la période moderne. Peu de chose a été publié récemment dans notre zone d’élection en effet, si ce n’est Des gens de métiers aux Sans-culottes, hommage rendu en 2002 à Albert Soboul par la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine de Nîmes et du Gard, qui traite principalement de Nîmes, d’Avignon, dans la perspective de l’avènement de la Révolution1.

2Cette vacuité relative est-elle à mettre en relation avec l’intérêt peu empressé pour les strates intermédiaires de la société ? La terre et les paysans, les gens de négoce, la noblesse, mobilisent, beaucoup moins l’artisanat et le petit commerce. Les gens de métiers, pourtant, sont une des composantes les plus stables de la société urbaine, dont l’analyse conduite dans la durée montre les points forts de l’activité, ses transformations, les nouveautés. L’apparition des cafetiers, des perruquiers au centre des villes au XVIIIe siècle signale de nouveaux goûts, de nouvelles consommations, celle des tonneliers l’essor de la viticulture.

3Insiste-t-on suffisamment sur l’aspect suivant, banal au premier abord : le monde des métiers est le seul à jouir d’une organisation qui s’inscrive dans la durée par le biais des corporations ou des confréries ? La vie professionnelle avec ses dimensions religieuse et familiale est pourtant moins bien connue qu’on le croit souvent, en dépit de quelques journaux et mémoires passés à la postérité. Peu de livres de confréries ont été conservés, encore moins de bannières derrière lesquelles les métiers se rangeaient lors des processions. Tous les métiers ne jouissaient pas du même lustre, de la même attention, des autorités urbaines ou du pouvoir royal. Chacun constituait une micro-société originale avec son assise dans la ville, sa clientèle, son recrutement. Le cas des « gens du livre », imprimeurs et libraires, quasiment tous originaires du nord ou de l’est du royaume, est tout à fait représentatif à cet égard. Aussi n’est-il pas inutile de revenir sur les parcours professionnels depuis le plus jeune âge, l’apprentissage, jusqu’à l’accès à la maîtrise, sur les stratégies de transmission, les conflits internes ou les rivalités avec d’autres métiers. Ces dernières informent très finement sur la place et le rang auxquelles ils prétendaient dans la cité, ainsi les disputes entre les médecins et les chirurgiens où les justifications des parties touchaient à la création et à l’ordre du monde.

4Ce champ d’études serait ample déjà. On peut l’élargir encore en recherchant la distribution des activités dans la ville, la valeur des maisons possédées et leur localisation dans les paroisses et le long des rues ou en pénétrant à l’intérieur des maisons à l’occasion d’inventaires après décès. Cela ne suffit pas encore. On peut s’intéresser à d’autres aspects : à la production, à l’esprit de corps de milieux en voie de s’étoffer comme celui de la justice à la suite de la création du Conseil souverain en 1660, ou encore à de nouveaux venus qui entreprennent de développer leurs négoce ou industrie. L’analyse patiente des statuts, des brevets de maîtrise, des généalogies d’artisans, des commandes et des œuvres ouvre parfois des perspectives inattendues, donne la clé de la compréhension de phénomènes difficilement mesurables, ainsi l’épais dossier concernant le collège saint Luc de Perpignan qui rassemblait les peintres, les sculpteurs, les doreurs et les brodeurs : les règles instituées, la propension des maîtres à réserver l’accès du métier à leurs descendants ou alliés, n’ont-elles pas contribué à affaiblir l’élan créateur qui a couvert le Roussillon d’œuvres majeures au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle et au début du siècle suivant ? Certes, la moindre église de village, la moindre chapelle de confrérie, en était décorée. On peut s’interroger cependant en observant la baisse de qualité de la production artistique une fois passée la décennie 1720-1729.

5Essoufflement là, qui tiendra à d’autres raisons aussi : la pénétrations de nouveaux courants artistiques et de la pensée, par de multiples voies, l’épuisement au sud des Pyrénées aussi d’où étaient venus plusieurs des artistes les plus remarquables ; essor à côté. La création du Conseil souverain de Roussillon a retenu l’attention, moins les gens de justice, dans leur ensemble, qui gravitaient autour, en très forte augmentation au cours du XVIIIe siècle. Ne comptait-on pas moins d’une centaine d’avocats auprès du Conseil à la veille de la Révolution quand ils n’étaient qu’une quarantaine un demi-siècle plus tôt ? Aussi, n’est-il pas étonnant qu’un esprit de corps se crée au fil des ans au sein du Conseil souverain dont les manifestations les plus significatives – face au pouvoir royal et à ses agents – ne sont pas toujours celles qu’il était possible d’afficher publiquement.

6Quant aux juifs, venus comme marchands de mules après 1740, rapidement en affaires avec d’importants manieurs d’argent, leur installation permanente à demeure reste peu visible. En contrepoint, cependant, ils révèlent l’organisation de la ville, des gens de métiers attentifs à maintenir leurs positions acquises, à débusquer tout soupçon de nouvelle concurrence.

7Métiers et gens de métiers reste donc un chantier prometteur, les contributions nourries de dépouillements originaux rassemblées ici le donnent à voir, qui va très au-delà du « mécanique », c’est-à-dire des arts de la main où on les confine trop souvent. Dynamiques économique, urbaine, sociale dont ils sont les meilleurs indicateurs s’y retrouvent intimement mêlés, de même que les courants de la vie matérielle et spirituelle, sans parler des œuvres d’art, souvent les seuls témoignages directement perceptibles de ces temps révolus.

Notes

1 Des Gens de Métiers aux Sans-culottes, XVIIIe -début XIXe siècle, Colloque Albert Soboul, vingt ans après, tenu à Nîmes le 12 octobre 2002, Société d’Histoire Moderne et Contemporaine de Nîmes et du Gard, Nîmes, 2004, 157 p.

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search