Version classiqueVersion mobile

Les territoires du sport entre politiques et pratiques

 | 
David Giband
, 
Jean-Marc Holz

Acteurs, politiques et territoires du sport en question : Enjeux et perspectives de recherches

David Giband et Jean-Marc Holz

Texte intégral

  • 1 Au sens de M. Vanier, 1999.

1La relation dialectique entre politiques sportives et territoires occupe depuis plusieurs années une place non négligeable dans la recherche en sciences sociales (Augustin, 1995 ; Callède 2000 ; Charrier, 2002). L’intention de cet ouvrage, qui clôt un programme de recherches sur la question au sein de l’UMR FRE 3027, consiste à revenir sur cette relation en explorant certaines pistes jusque-là marginalisées ou peu exploitées comme : la territorialité des sports « extrêmes » ou nouveaux (comme le Kite surf, ou des sports que l’on n’attendait pas comme le football dans les banlieues américaines), la « fabrique »1 des politiques sportives des villes moyennes (à Perpignan et à Besançon), la géopolitique du sport ou encore la question de pratiques sportives et leurs territorialisations avec l’avancée en âge. On l’aura compris, l’ambition n’est ni monographique ni comparative, elle propose d’ouvrir en grand le champ de la réflexion et de croiser méthodes d’investigation, écoles de pensée et terrains d’études.

  • 2 Plusieurs thèses réalisées ou en cours ainsi qu’un nombre important de mémoires de master 1 et 2 o (...)

2Même si l’agglomération de Perpignan et, dans une moindre mesure, celle de Besançon ont fourni tout au long de ce programme des terrains privilégiés d’exploration2, cet ouvrage n’en restitue volontairement qu’une partie, témoignage de sa volonté d’ouverture. La même volonté d’ouverture et de croisement des approches a présidé à la conduite de ce programme de recherches ainsi qu’à la collation des textes ici présentés. Bien que l’approche en géographie sociale est revendiquée par un certain nombre de chercheurs engagés dans le programme (D. Giband, R. Keerle) ou d’auteurs (S. Merle), elle ne minore nullement des approches plus spatialistes (J-M. Holz, L. Ravenel, S. Roumiguié) ou géopolitiques (M-A. Lefevre). Loin de trancher en faveur de l’une ou de l’autre de ces approches, les textes ici réunis se distinguent par la diversité des regards et des référents théoriques qui ne nuit nullement à la cohérence de l’ensemble, stimulant au contraire la réflexion.

3Cet ouvrage est né d’une amitié de trente ans. Dès les années 1970, Jean Praîcheux (Université de Franche Comté) s’attachait, dans ses recherches et ses enseignements, à l’étude des loisirs (thème peu exploré à l’époque), et des loisirs sportifs en particulier. Il fonde le Centre d’études et de Recherches sur les Sports Olympiques (CERSO) - le premier dans ce domaine en géographie- et son équipe s’étoffe progressivement, s’adjoignant deux doctorants perpignanais. Notre UMR s’est ainsi intégrée au réseau informel des relations scientifiques amicales et fécondes, nouées autour du CERSO.

4L’ouvrage se partage en deux parties, correspondant aux deux axes de recherches engagés au sein de l’UMR. La première questionne les politiques sportives, portant une attention particulière à l’investigation dans les villes moyennes françaises. La seconde explore la question des territoires et des territorialités du sport à partir de l’analyse des acteurs engagés dans le processus sportif.

Les recherches en politiques sportives : diversité et questionnements

5Notre thématique de recherche, telle que présentée précédemment, intervient dans un champ scientifique déjà balisé. Une analyse de la littérature scientifique consacrée à la question montre que trois axes de recherches, à la chronologie imparfaite, balisent cette thématique.

6Un premier axe, que l’on qualifiera de fondateur (tant il se confond avec la période historique de recherches en sciences sociales sur le sport), envisage (mais sans exclusive) la question par le biais de la municipalisation des politiques sportives. Le territoire de référence se confond avec le territoire institutionnel national et celui des collectivités locales. Lancés dans les années 1980, ces travaux examinent, en pleine décentralisation, les rapports entre municipalisation des politiques locales et développement du fait sportif. Les écrits de J-P. Callède (1989) ont ouvert un large champ conceptuel et empirique, encore inachevé, en matière de traitement politique du sport, particulièrement à l’échelon municipal. Poursuivant cette approche, plusieurs auteurs, dont des économistes, se sont intéressés aux questions du marketing territorial et à la gestion / management politique et économique du fait sportif à différentes échelles territoriales. Les études lancées interrogent les structures intercommunales émergentes comme lieux inédits de fabrique des politiques sportives territoriales (Chaboche, 2001). Au-delà de la légitimité politique de ce nouveau maillage institutionnel, les travaux examinent les modalités de portage financier, opérationnel et institutionnel des équipements sportifs (Bayeux, 2006 ; Bourg et Nys, 2006). En parallèle aux recherches conduites en sociologie historique, la dialectique politiques sportives / aménagement du territoire a alimenté la réflexion de plusieurs géographes (D. Mathieu, J. Praîcheux, 1987 ; J. P. Augustin 1995). La question des équipements (Vigneau, 2006) rejoint un questionnement sur leur dynamique et leur répartition territoriale sur un espace donné : régional, intercommunal ou urbain (Charrier, 2002). Cette question occupe une partie des travaux parfois liés à des commandes institutionnelles (schémas d’équipements sportifs), pendant que plusieurs auteurs s’intéressent aux grands évènements et à leurs implications aménagistes (Augustin, Gillon, 2004).

7Un deuxième axe, marqué par les apports de la sociologie et de l’anthropologie, plutôt représenté en géographie sociale, s’est intéressé aux systèmes d’acteurs, aux représentations sociales induites par les politiques sportives (R. Keerle, 2002). Privilégiant une approche structuraliste, ces travaux questionnent le lien entre la production politique d’espaces sportifs à différentes échelles (du grand équipement au city stade de quartier) et les processus de requalification sociale et spatiale dès lors induits. Encore embryonnaire, cet axe de recherches soulève plusieurs questions. Il rappelle que les politiques sportives produisent du social autant que de l’équipement, et que les productions politiques dépendent d’un ensemble de jeux d’acteurs, de conflits d’intérêts, de représentations sociales et d’attitudes individuelles et de groupe qui rétroagissent sur la fabrique des espaces sportifs (Bale, 2003). Il interroge également les politiques sportives par le filtre des pratiques et des rapports au territoire sportif des individus.

  • 3 Nous utilisons le terme de gouvernance non dans le sens d’un concept opératoire, mais comme un moy (...)
  • 4 Voir à ce sujet le numéro spécial de la Revue de Géographie Alpine, 2006, Gouvernance et stations (...)

8Enfin un troisième axe, inspiré en partie de la sociologie politique et des travaux sur le management du sport, pose la question sous l’angle de la gouvernance3. A la suite de F. Gerbaux et de E. Marcepoil (2004) ou encore d’H. Gumuchian (2003), plusieurs géographes partant des modes de gestion des stations de montagne ont analysé au travers de partenariats public / privé, la mise en place de modes complexes de gouvernance sportive4. Dans un registre proche, d’autres auteurs (Erard, Ravenel, 2005) ont montré, à travers l’exemple des villes moyennes, que les choix politiques sportifs sont déterminés de façon croissante par les potentiels locaux (Helleu, 2003). Ces derniers organisent plus ou moins visiblement les modes de gestion sportive locale ainsi que l’élaboration de formes de gouvernance sportive. Intégrant le champ de la gouvernance, les politiques sportives territoriales facilitent le positionnement stratégique des villes tout comme l’image, voir l’imagerie territoriale, ainsi que l’identité locale. A ce titre, les exemples de Saint Etienne (les « Verts ») et de Perpignan (l’USAP) témoignent des stratégies mises en place dans des domaines parfois inédits (comme le patrimoine identitaire et social pour Geoffroy Guichard (Merle, 2005) ainsi que des effets négatifs que de telles stratégies peuvent induire.

Politiques sportives et dynamiques territoriales : enjeux et perspectives de recherches

9Quelque soit les orientations scientifiques retenues, ces trois axes questionnent les interrelations entre la structuration du champ des politiques sportives et les dynamiques territoriales (J-P. Augustin, 1995, 2002). Profitant des apports de ces différents courants sur le plan conceptuel et méthodologique, nous avons choisi de porter notre attention sur trois thématiques bien identifiées : les territorialités sportives et la place de l’acteur, les partenariats et la construction politique des territoires sportifs, et le sport accepté comme une ressource territoriale, base autant que prétexte à la conduite de politiques sportives localisées.

Territorialités et place de l’acteur

  • 5 Nous reprenons la définition de l’ethnicité proposée par F. Lorcerie (2003) qui envisage cette not (...)

10Les territorialités et la place de l’acteur constituent un premier axe de réflexion qui traverse nombre d’articles de cet ouvrage. Reprenant une approche de géographie sociale, D. Giband montre à partir de l’exemple de la banlieue de Philadelphie que les politiques sportives sont d’abord à ramener dans le champ de l’acteur non-institutionnel qu’il soit individuel (licencié, pratiquant) ou collectif (association sportive locale, fédération régionale). L’acteur, simple pratiquant, responsable associatif ou de ligues, est à concevoir comme un acteur territorialisé et agissant (Gumuchian, Grasset, Lajarge et Roux, 2003). Ce qui autorise à appréhender les politiques sportives, non sous le seul angle des relations institutionnelles prises dans le cadre normatif des politiques et budgets municipaux, mais dans le champ des interrelations d’acteurs. L’approche par la territorialité dans les banlieues américaines permet de balayer nombre d’idées préconçues et tend à montrer que l’acteur agissant se crée une « territorialité sportive propre » qui passe par un référentiel idéologique (le territoire sportif idéalisé des Hispaniques ou celui conformiste des classes moyennes blanches), par l’inscription quotidienne des pratiques sportives dans un cadre spatial donné et par la construction territoriale (la « fabrique territoriale » au sens de M. Vanier, 1999) de discours, de représentations territorialisées du sport. L’ensemble rétroagit de façon complexe et inégalement structurée sur l’élaboration des politiques sportives locales. Certains niveaux institutionnels de rang intermédiaire (comme les comtés aux Etats-Unis ou certaines structures intercommunales en France) profitent de l’occasion pour valider des choix d’équipements sportifs de proximité, affirmant leur singularité face aux politiques de type sports spectacles des villes centres ; et jouent sur la qualité des équipements pour opérer des distinctions selon un registre ethnique plus que sportif. La « territorialité sportive » s’apparente donc à une construction dynamique qui évolue au fil du temps, de l’avancement en âge des individus, du sexe, de l’appartenance ethnique ou de l’appartenance à un groupe social, économique, culturel voire communautaire. Des banlieues étasuniennes aux quartiers d’Ajaccio et de Bastia, l’ethnicité5 s’affirme comme une composante importante dans le construit des territorialités sportives. Toutefois, si l’ethnicité renvoie aux Etats-Unis à une dimension communautariste assumée et revendiquée, en revanche dans le cas de la Corse, elle est à envisager sous un angle xénophobe et ultra nationaliste.

11Explorant un pan original des pratiques sportives, celles des personnes âgées en Roussillon, M. Petiau interroge les liens entre pratiques sportives, territoires et avancement dans l’âge. L’essor des pratiques ludo-sportives et d’entretien physique pour les troisième et quatrième âges se traduit par une multiplicité des territorialités sportives qui se modifient, se rétractent, avec l’avancement dans l’âge. Partant de l’exemple du football dans les banlieues américaines, D. Giband rappelle qu’à l’instar d’autres domaines, l’implication des acteurs individuels dans le champ sportif est déterminée selon le degré d’investissement et de participation au processus local à l’œuvre. Dans le cas du football amateur de banlieue, l’implication parentale paraît déterminante dans la construction de territorialités sportives inédites mais fortement structurantes pour l’ensemble de la société locale. Cependant si l’implication parentale joue à plein pour les foyers issus des classes moyennes blanches dans une perspective individualiste, en revanche le poids du groupe minore les stratégies individuelles et conditionne largement les territorialités sportives à l’œuvre pour les populations hispaniques de Philadelphie. Les exemples français et étrangers évoqués montrent qu’il convient de distinguer les acteurs fortement engagés (élu, membre actif d’une association, pratiquant impliqué) de ceux moins impliqués (décideurs politiques faiblement engagé dans les questions sportives, pratiquant peu concerné). Associée à l’analyse discursive, l’étude des différents positionnements des acteurs dans les territoires sportifs (Giband, Keerle, Merle, Petiau, Roumiguié) permet de catégoriser les acteurs selon leur degré de territorialisation et d’implication.

12Le texte de M-A Lefèvre éclaire sous un angle différent la place accordée aux acteurs et aux processus de territorialité par le sport. Explorant, au titre d’une démarche géopolitique critique, la territorialité singulière des clubs de football professionnel d’Ajaccio (les Rouges et Blancs) et de Bastia (les Bleus), elle met en exergue l’absence de notion de territoire, supplantée en Corse par celle, plus polémiste et riche en dérives, de « terre ». En terme de territorialités, les deux clubs professionnels de l’île disposent d’un double ancrage : « terrien », au travers d’une composante urbaine (quasi clanique), et politicienne par le truchement de l’implication des forces politiques locales. L’identité sportive et « footballistique » en Corse offre le visage d’un localisme ethnocentré et clanique, perceptible dans les jeux complexes d’acteurs multiples (élus insulaires et nationaux, mafieux, indépendantistes). L’implication récente et forte des mouvements néo-nationalistes dans les clubs de football rappelle, en partie, la situation serbe décrite par F. Foer (2000) pour le Red Star de Belgrade. F. Foer dénonçait la collusion entre l’ultra nationalisme serbe, le hooliganisme urbain, les clubs de supporters et les mafias post-communistes dans la gestion du Red Star. Mais, comme le souligne M-A Lefèvre, l’identité et la territorialité par le football en Corse comportent aussi leur lot de paradoxes. Les deux clubs professionnels, qui représentent la Corse pour les supporters de « l’intérieur » et de « l’extérieur », par ailleurs enchâssés dans des territoires antagonistes et rivaux, conservent des sigles anglo-saxons alors que l’île est passée à la « corsisation » des toponymes et des associations ! Ce qui révèle en négatif, à l’instar de la Serbie ou de l’Irlande du Nord, les limites du football identitaire.

13Enfin, L. Ravenel, resituant les politiques sportives dans la dialectique sport spectacle / sport de proximité, met en avant le rôle singulier assumé par les ligues professionnelles. Sans être aussi affirmés qu’en Amérique du Nord, les choix qui se posent aux ligues témoignent du primat des impératifs marchands et de logiques spatiales afférentes autorisant l’émergence de politiques spatiales des ligues qui intègrent « l’examen conjoint des potentialités et de la concurrence, et raisonnent en fonction de la viabilité eu égard au bassin de clientèles ».

La question des partenariats et la construction politique des territoires sportifs : l’exemple des villes moyennes

14Si les interrogations concernant les constructions de partenariats ont fait l’objet d’un certain nombre de publications concernant les grandes villes et les métropoles internationales (Bennett, Spirou, 2006), les villes moyennes et les agglomérations intermédiaires sont un champ d’investigation encore à défricher. Contrairement aux grandes et très grandes agglomérations qui se sont dotées de véritables modèles de gouvernance sportive portés par des partenariats public / privé (la préparation des Jeux Olympiques à Atlanta et plus récemment à Londres et Paris en sont une illustration particulièrement éclairante), les villes moyennes présentent en la matière des enjeux et des singularités propres. Le contexte financier, politique et sportif (absence de grandes équipes, influence des réseaux associatifs et poids des fédérations moindre, importance et ancienneté des pratiques) des villes moyennes appelle d’autres formes de structuration stratégique, administrative, financière et in fine territoriale des politiques sportives locales.

15L’action des municipalités reste prépondérante, et invite à revenir sur les enjeux des villes moyennes en matière de politiques sportives. Plus denses qu’il n’y paraît, ceux-ci recouvrent deux problématiques. D’une part, les questionnements s’orientent vers le champ de l’intercommunalité et le passage d’une politique équipementière à des stratégies d’accompagnement des aménagements pour une politique sportive de proximité. D’autre part, se pose le problème de recherche de stratégie sportive dans le champ de la compétition et de positionnement au regard des potentiels sportifs locaux (tant humains que techniques). Face aux grandes agglomérations qui ont largement investi les grands sports médiatiques (football en tête), quel positionnement des villes moyennes face à des sports moins « coûteux » ? Les choix stratégiques adoptés par certaines villes moyennes, comme Limoges et le basket, privilégiant des sports moins marqués par le poids des « mass media » (handball, sports de plein air...), sont-ils la norme ? Comment s’effectuent les choix et les positionnements ? Par quels réseaux d’acteurs et pour quels modes de « gestion politique sportive » sachant que les partenariats public / privé (présents dans les grandes agglomérations) ou le rôle des grands sponsors (grandes entreprises notamment comme Casino à Saint Etienne) sont moindres ? En quoi ces choix modifient-ils ou influent-ils sur l’organisation territoriale des sports locaux (schéma d’équipements sportifs par exemple), déterminent-ils des volontés nouvelles de requalification spatiale (dans les quartiers sensibles, comme à Perpignan par exemple) ?

  • 6 Les querelles, entre le maire de Perpignan (UMP) et le président du Conseil général (PS), quant à (...)

16S. Roumiguié nous fournit dans son texte quelques éléments de réponse. Partant de l’analyse comparée des budgets sportifs municipaux de Perpignan et de Besançon, S. Roumiguié rappelle que ces collectivités restent les principaux bailleurs de fond du sport dans des régions périphériques et à dominante rurale. Dans l’un et l’autre des cas, si l’intervention municipale se justifie pour des raisons politiques, elle tient aussi à la médiocrité des financements privés et à l’absence de partenariats sportifs construits avec le secteur privé et les autres niveaux de collectivités territoriales. L’absence de partenariat avec le privé relève de situations économiques marquées dans les deux villes par la faiblesse du tissu industriel, qui historiquement aurait pu alimenter une tradition d’investissement privé du champ sportif. Quant à la médiocrité des partenariats entre niveaux de collectivités locales, les raisons sont aussi à chercher dans les querelles politiciennes, voire de personnalités comme à Perpignan, qui nuisent à la structuration des politiques sportives à l’échelle supra communale6. La « bonne échelle » du territoire politique du sport n’est donc pas encore à l’ordre du jour.

  • 7 Alors que le maire, ardent supporter de l’USAP, est également président de la communauté d’agglomé (...)

17Dans le même temps, les villes moyennes sont confrontées à des choix épineux, liés à la contraction des budgets publics, aux résultats des équipes, à la multiplicité croissante des demandes sociales, véhiculant une part d’indécision pouvant se révéler fatale à la réussite ou au maintien d’un club dans l’élite sportive nationale ou européenne. Les différents textes (Lefèvre, Merle, Ravenel, Roumiguié) nous montrent sans ambiguïté qu’il n’existe pas de modèle univoque de politiques sportives des villes moyennes, ni de modes standards de financement. Comme l’observe L. Ravenel, très souvent les choix décisionnels sportifs pour ce niveau de collectivités locales relèvent d’un amalgame complexe associant à des degrés divers : le poids réel et idéel du club dans son bassin de vie, l’importance des ressources sportives locales et une part d’incertitude. L’élaboration et la conduite par les villes moyennes s’apparentent à un long chemin semé d’embûches. Aux aléas financiers, à l’incertitude quant au type de sport élite à aider, s’ajoute la lourde charge des structures et équipements sportifs. Le patrimoine sportif, dont la gestion est encore largement municipalisée, pâtit des incertitudes et des querelles de cloche merle d’une intercommunalité rétive à l’adoption et à la pleine réalisation de la compétence sportive. Le sport reste le pré carré des communes, voire la chasse gardée de l’élu, et à ce double titre fonctionne comme un attribut fort de l’espace local. Le refus de construire un stade d’agglomération à Perpignan7 stigmatise ce déni d’intercommunalité sportive. De même, la récente attribution de la gestion du stade G. Guichard à la structure intercommunale peine à masquer l’absence d’une réelle stratégie sportive à l’échelle supra communale. Parfois, comme en Corse, la recherche d’une équipe professionnelle unique et la promotion d’un grand stade masquent des stratégies politiciennes en faveur d’une certaine construction territoriale promue par une frange du nationaliste corse.

18Loin de reproduire un quelconque modèle de gouvernance sportive, les villes moyennes hésitent, nous dit S. Merle, entre l’interprétation locale de modèles nationaux et l’innovation. Même lorsque les villes moyennes reprennent des modèles nationaux (comme ceux des complexes sportifs des années 1960 à Saint Etienne), la part d’autonomie locale ressurgit dans l’intégration et l’adaptation du modèle nationale à des stratégies sportives municipales construites dans le temps long. Il est vrai que la décentralisation n’affecte qu’à la marge les équipements et les politiques sportives, invitant à réaliser les reconfigurations politiques et institutionnels du sport à l’échelle intercommunale. Pour autant, malgré les enjeux et les potentialités qu’ouvre le territoire intercommunal, force est de constater, à l’instar de R. Keerle, que l’intercommunalité est le chaînon manquant des politiques sportives en France. Constat qui diffère de l’Allemagne où J-M. Holz souligne l’ancienneté et la plus grande pertinence en matière de rationalisation des politiques et des équipements sportifs locaux. Ce qui peut conduire, comme à Saint Etienne, à des rapports de configurations inversés, la ville centre pâtissant, malgré son ancienneté et son prestige, de l’émergence rapide de pôles sportifs d’agglomération en périphérie, bénéficiant de partenariats locaux mais fortement sectoriels.

19Quant à R. Keerle, au travers d’une mise en perspective épistémologique, il rappelle l’impérieuse nécessité de concevoir les politique sportives sous l’angle de l’acteur agissant, appelant les géographes à puiser dans les théories sociologiques et politistes. Partant d’un important corpus théorique, il souligne toute l’importance que l’on doit accorder, dès lors que l’on s’intéresse aux politiques sportives, à la question centrale de la « localisation », comme à celle de la « territorialisation » qui « doivent permettre de mettre en évidence comment les politiques sportives, ici celles des villes moyennes, contribuent aux processus de reproductions et régulations ».

20Loin des discours proclamant l’apolitisme du sport, S. Merle et M-A. Lefevre démontrent que toute politique sportive ne peut faire l’économie du temps électoral. L’exemple de la Corse témoigne, si besoin était, que l’investissement des politiques dans le sport est le miroir des rivalités de pouvoir. Quant à l’alternance gauche droite à la municipalité de Saint Etienne, elle induit son lot de ruptures et de changements, opposant un modèle d’aménagement sportif par de grands équipements centraux (droite) à un modèle valorisant les équipements de proximité et les réalisations à l’échelle des quartiers (gauche). A Perpignan, comme le souligne avec ironie S. Roumiguié, le sport sert de prétexte à des rivalités politiques d’un autre âge, opposant de façon caricaturale la droite perpignanaise à la gauche départementale ; chacune cherchant à récupérer sa part de « catalanité » véhiculée par le rugby, alors même que ce sport est globalement absent de la Catalogne espagnole, qui en matière identitaire lui préfère le football !

L’histoire comme construction, l’histoire comme illusion

21Dans plusieurs des textes (S. Merle, R. Keerle, D. Giband, M-A. Lefèvre, S. Roumiguié), l’histoire occupe une place centrale dans la construction des politiques sportives territorialisées. L’histoire intervient, en premier lieu, comme une construction nécessaire à la structuration des politiques sportives contemporaines. Analysant l’exemple stéphanois, S. Merle met finement en lumière la complexité, voire la collusion, des temporalités dans la fabrique des politiques et des territoires sportifs. A l’évidence, il n’existe pas de temporalité unique des politiques sportives qui s’articulerait bon an mal an aux calendriers électoraux ou compétitifs. Bien au contraire, le cas stéphanois montre que les aménagements sportifs s’inscrivent dans diverses temporalités qui donnent à voir des logiques de production d’espaces sportifs différenciés selon les systèmes d’acteurs et les stratégies sociospatiales. A l’identique, la mise en perspective de l’évolution du nationalisme corse et de la structuration des politiques sportives municipales dans l’île est riche en analyses. L’activité sportive corse témoigne dans son évolution de la recomposition des partis politiques locaux, et des changements au sein de la mouvance nationaliste.

22L’histoire apparaît, en second lieu, comme un affichage de type marketing, objet à Saint Etienne et à Perpignan, d’une performance rhétorique régulièrement entretenue. L’expression d’un « désir d’histoire » sportive (Dammame, 1994), manifeste dans les stratégies de plusieurs villes, procède par une sélection particulière des moments sportifs (on pense à la finale de la coupe d’Europe de football en 1976) qui font sens pour les « leaders » en charge de la définition des politiques sportives locales (municipalités, groupes de pression), et qui placent la ville (et par ricochet son projet sportif et urbain) dans une cohérence de long terme. Cette projection dans un imaginaire sportif historique, loin d’être une simple concession à l’air du temps, est au principe de certaines orientations de l’action urbanistique locale. L’organisation de la coupe du monde à Saint Etienne témoigne de la mobilisation d’un imaginaire sportif historique dans la légitimation des choix de planification, de construction d’équipements et d’esthétique urbaine. Ainsi, le stade emblématique de G. Guichard fait l’objet d’une patrimonialisation autant réelle qu’idéelle, et incarne, au travers de ses évolutions architecturales et gestionnaires, les changements des stratégies politico-sportives locales. De même à Perpignan, la « catalanité historique » invoquée (et disputée entre acteurs politiques au travers des engagements institutionnels auprès de l’USAP) ne fonctionne pas seulement comme une rhétorique identitaire plus ou moins construite, mais comme un préalable à certains engagements aménageurs ou financiers de la collectivité.

Le sport, ressource territoriale

23En fin de compte, l’un des points sur lequel convergent la plupart des auteurs de cet ouvrage, concerne l’acceptation du sport comme une ressource territoriale. La question du lien entre acteurs, territoires et ressources locales occupe une place significative en géographie (Di Méo, Buléon, 2005). Mais, peu de recherches ont pour l’heure investit le champ du sport comme ressource territoriale. Le sport comme ressource locale peut être acceptée de deux façons. L. Ravenel nous invite à concevoir celle-ci au travers des potentialités locales : les clubs, la vitalité des équipes, le dynamisme des dirigeants constituent autant de potentialités mobilisables par la collectivité territoriale (Ravenel, Durand, 2004). Ces potentialités locales diffèrent d’une ville à l’autre et fluctuent dans le temps, mais elles permettent, quelque soit le niveau de médiatisation du sport, d’élaborer une stratégie sportive, à orienter les décisions publiques (Helleu, 2003). Approche qui paraît nouvelle en France, alors qu’en Allemagne, comme le montre le texte de J-M. Holz, la recension précise et ancienne des équipements sportifs par les géographes allemands nourrit amplement la réflexion et l’action des décideurs politiques. L’autre façon d’appréhender le sport comme une ressource territoriale, qui n’est pas exclusive de la première, consiste à envisager la question sous un angle plus culturel. Si l’on reprend l’exemple stéphanois ou celui de Philadelphie, le sport (dans les deux cas le football) se présente comme une ressource sociale et culturelle, ancrée dans l’histoire locale, qui agit dans le présent dans la conduite des politiques publiques de façon consciente (et même inconsciente), et au travers du rattachement identitaire du sport à des territoires allant jusqu’à produire des processus de patrimonialisation. La mobilisation du sport comme une ressource locale à valoriser n’est donc jamais complètement nouvelle, elle s’inscrit dans un temps plus ou moins long et subit le poids d’héritages plus ou moins contraignants.

24On l’aura compris, cet ouvrage n’épuisera pas, loin s’en faut, la question. L’idée dominante, que nous proposons à travers sa lecture, consiste à interroger et à confronter des expériences différentes en la matière et des méthodes d’investigation qui peuvent se révéler complémentaires. A partir de ces expériences, quels enjeux apparaissent et quelles perspectives de recherches s’ouvrent, en particulier pour la géographie du sport ? Cet ouvrage a donc pour ambition d’ouvrir ce chantier, pour une géographie du sport qui s’annonce certes plurielle mais dynamique et fertile.

Notes

1 Au sens de M. Vanier, 1999.

2 Plusieurs thèses réalisées ou en cours ainsi qu’un nombre important de mémoires de master 1 et 2 ont appuyé la recherche et la réflexion des participants à cet axe de recherche.

3 Nous utilisons le terme de gouvernance non dans le sens d’un concept opératoire, mais comme un moyen de communication scientifique dans le débat interdisciplinaire (Jessop, 1999) ; la gouvernance s’apparente à nos yeux à « une des toiles de fond de l’approche des transformations d’échelle et fonctionne comme une hypothèse de lecture de ces transformations qui postule l’émergence des besoins de coordination et l’analyse de leurs variations politiques sans toutefois être paré des vertus d’un concept » (Négrier, 2005, p. 187).

4 Voir à ce sujet le numéro spécial de la Revue de Géographie Alpine, 2006, Gouvernance et stations de sports d’hiver, Tome 94, Vol.1.

5 Nous reprenons la définition de l’ethnicité proposée par F. Lorcerie (2003) qui envisage cette notion, dans une acception weberienne, sous un angle double : l’ethnicité désigne d’une part, une même origine géographique et d’autre part, le sentiment de partager une ascendance commune.

6 Les querelles, entre le maire de Perpignan (UMP) et le président du Conseil général (PS), quant à la récupération politique de l’USAP alimentent régulièrement les chroniques des journaux locaux.

7 Alors que le maire, ardent supporter de l’USAP, est également président de la communauté d’agglomération.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search