Version classiqueVersion mobile

Consommateurs et consommation

 | 
Nicolas Marty
, 
Antonio Escudero

La mode des indiennes à Marseille à travers la consommation des couvertures de lit et des robes de chambre (1664-1693)

Olivier Raveux

Résumé

Cette contribution s’intéresse aux thèmes de la mode et de la consommation dans la Méditerranée de l’époque moderne à partir d’une étude sur les couvertures de lit et les robes en chambre en indiennes à Marseille durant le dernier tiers du XVIIe siècle. L’histoire de ces deux produits offre une clé de compréhension des racines et de l’ampleur du succès de la mode des textiles asiatiques en Europe au cours de cette période. L’analyse porte aussi bien sur les aspects relatifs à la fabrication de ces cotonnades que sur les aspects touchant aux grandes circulations commerciales et à la vente au détail après les travaux de finition. Ce papier cherche aussi à mettre en lumière l’importance des connections et des intermédiations entre les deux continents, et, au niveau local, entre vendeurs et acheteurs, entre grossistes et détaillants, entre marchands et fabricants et entre les boutiquiers et leurs clients.

Texte intégral

  • 1 Deux exemples : Gasch Tomás (2011) et Perez García (2011).

1Si les thèmes des consommations et des modes textiles dans l'Europe moderne ont donné lieu à de nombreuses publications, peu d’entre elles ont pris la Méditerranée pour cadre d’analyse. Quelques travaux récents ont pourtant démontré l’intérêt de cet espace sur ces sujets, par le biais d’enquêtes sur la diffusion des produits, l’intermédiation marchande et les comportements consuméristes1. Le but de cet article est d’apporter une contribution à ce rattrapage historiographique par une étude sur les indiennes à Marseille durant le dernier tiers du XVIIe siècle.

2Pour qui cherche à comprendre l’histoire des indiennes dans l'Europe moderne, Marseille se présente comme un observatoire pertinent, tout d’abord pour des raisons liées au produit. À l’image de Londres, Paris ou Amsterdam, la cité phocéenne a fait partie de ce groupe de villes précocement gagnées par la « furie » des indiennes et a même été la première à se lancer dans une production de substitution aux importations asiatiques. L’intérêt du cas marseillais réside également dans l’existence d’un fonds d’archives bien connu mais insuffisamment exploité : les inventaires après-décès. Un travail sur cette source, notamment sur les années les mieux documentées (1664-68, 1680-81 et 1692-93), permet d’obtenir, sinon des résultats définitifs, du moins quelques avancées et des éléments de réflexion.

3Pour que cette étude reste dans des dimensions raisonnables, des choix ont été faits. L’analyse voulant s’ancrer dans les recherches d’histoire connectée, la question était de savoir comment et avec qui les interconnections entre les mondes asiatiques et marseillais avaient joué dans la vogue des indiennes à Marseille. Il ne s’agissait toutefois pas de réserver l’enquête au seul négoce international. Nous avons également cherché à identifier tous les acteurs locaux impliqués dans la fabrication de la mode, dans l’offre comme dans la demande, depuis les petits métiers de l’artisanat jusqu’aux consommateurs. Nous voulions aussi étudier les ressorts artistiques de la mode et ses conséquences sur la culture matérielle (renouvellement des tissus, nouveaux usages et élargissement des répertoires décoratifs…). Nous avons donc tenté de prêter attention à la qualité des toiles, aux motifs et couleurs qu’elles portent, l’objectif final étant d’approcher les goûts marseillais et, si possible, de les comparer avec ceux d’autres villes européennes. Enfin, nous avons centré nos analyses sur deux produits en indienne : les couvertures de lit – également appelées vannes dans les sources – et les robes de chambre. Leur importance dans les secteurs de l’ameublement et de l’habillement validait ce dernier choix.

1. Un tissu, deux produits

  • 2 Lemire (2003) ; Riello (2010) ; Lemire et Riello (2008) ; Riello et Parthasarathi (2009).

4Le succès des indiennes à Marseille durant les années 1660-1690 s’inscrit dans une période de forte croissance des exportations de cotonnades asiatiques vers l'Europe. Les raisons de ce phénomène sont multiples : avantages économiques et hygiéniques du coton ; dynamisme des réseaux marchands eurasiatiques ; changements sociaux dans les sociétés européennes et attrait de ces dernières pour les fleurs exotiques et les motifs décoratifs floraux ; capacité des artisans orientaux à suivre les goûts occidentaux…2 La vogue marseillaise de la robe de chambre et de la couverture de lit en indienne, deux éléments de la culture matérielle asiatique, illustre parfaitement cette histoire. Les deux produits ne connaissent pourtant pas les mêmes trajectoires. Alors que la consommation de robes de chambre rencontre un succès soudain, l’adoption de la couverture de lit en indienne est un bon exemple du lent processus de familiarisation avec les cotonnades peintes et imprimées.

2. Le commerce d’importation des indiennes à Marseille

  • 3 Cf. tableaux 1, 2 et 3.

5Les cotonnades asiatiques arrivent en Provence par deux routes à la fois complémentaires et concurrentes. La première est transocéanique et draine les tissus indiens par le cap de Bonne-espérance et les relais de Londres et d'Amsterdam. Ce trafic est l’affaire des compagnies européennes des Indes orientales, surtout l’English East India Company et la Verenigde Oostindische Compagnie, et repose sur la présence de correspondants anglais et hollandais à Marseille. Un chiffre démontre leur efficacité : en 1686, la ville reçoit environ 50.000 pièces de coton des Indes. La seconde voie est plus ancienne mais reste essentielle : c’est la route méditerranéenne. s’y distinguent les négociants marseillais et arméniens. en 1686, ce sont presque 12.500 pièces de cotonnades asiatiques qui sont expédiées depuis Smyrne et Alep. La comparaison avec le chiffre des compagnies des Indes ne doit pas être trompeuse. Contrairement au commerce transocéanique qui amène nombre d’étoffes blanches, il s’agit ici de toiles imprimées. Les conséquences de cette dualité des routes et de cette diversité des réseaux marchands sont majeures pour Marseille. Les indiennes y sont massivement présentes et disponibles dans une ample gamme de modèles et de prix, depuis les produits soignés de l’Inde et de Perse jusqu’aux toiles communes du levant3.

  • 4 J. Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, t. III, 1730, p. 326-471. Estima (...)

Tableau 1 : cotonnades blanches, peintes ou imprimées aux Indes et expédiées vers Marseille par les compagnies anglais et hollandaise des Indes orientales en 1686 (estimations d’après les données du négociant Gaspar Carfueil) 4

Nombre de balles

Nombre de pièces

Baftas et assimilées

90

9.000

Bengales et assimilées

55

5.500

Bétilles et assimilées

35

7.000

Guinées

140

4.200

Mauris

45

5.400

Mouchoirs divers

17,5

3.500

Percales

12,5

2.500

Salampouris

140

11.200

Sauveguses

27,5

2.750

Total

562,5

51.050

  • 5 Bibliothèque Nationale de France (BnF), ms fr. 7.174, Mémoire d’Ortières sur les échelles du levant (...)

Tableau 2 : envois d’indiennes par les marchands français depuis Alep et Smyrne vers Marseille (1686)5

Longueur de la pièce ou nombre de mouchoirs

Nombre de pièces

Empire ottoman

Boucassins de smyrne

 ?

1.200

Indiennes d’alep et de diyarbakir

 ?

300

Mouchoirs peints d’alep

12 par pièce

1.000

Perse

Indiennes de Perse

56 pans

1.231

Indiennes d’Ispahan

54 ou 56 pans

1.500

Indes (longues pièces)

Indiennes varas

11 pics

500

Chafarcanis petites

11 pics

400

Chafarcanis grandes

16 pics

600

Serongis

14 pics

2.000

Calankars

7 pics

200

Indes (tapis et mouchoirs)

Tapis de lit

 ?

100

Tapis serongis

 ?

600

Tapis demi-calankars

50

Tapis calankars

3,5 pics

100

Mouchoirs chevelis

3 par pièce

2.000

Mouchoirs ordinaires

12 par pièce

700

Mouchoirs cassaris

15 par pièce

100

Total

-

12.581

  • 6 Archives dép. des B-d-R (ad13), 355 E 454, fol. 360 v.

Tableau 3 : Indiennes dans l’inventaire des biens de la marchande marseillaise Jeanne Montagne en août 16836

Quantité et type de pièces

Prix à l’unité (livres et sous)

Indiennes en pièces

607 d’Ispahan

14 l.

68 calankars

13 l.

99 serongis

9 l. 10 s.

153 d’Ispahan à fond noir

8 l.

10 lisats peintes à smyrne

8 l.

27 d’Ispahan ordinaires

7 l.

66 varas fines

6 l.

350 varas avec partie de rebut

5 l.10 s.

22 charfacanis

4 l.10 s.

276 de diverses sortes de qualité grossière

3 l.10 s.

220 boucassins « à double teinture »

3 l.10 s.

415 boucassins de qualité commune

2 l.15 s.

Couvertures de lit

20 grandes de Perse

30 l.

1 avec broderie autour

25 l.

8 de guinées blanches

25 l.

7 grandes de Marseille

13 l.

3 de boucassins avec broderies

11 l.

14 du levant ordinaires

10 l.

45 moyennes de Marseille

10 l.

Robes de chambre

19 de calankars pour homme et femme

25 l.

9 de tapis d’indiennes demi-calankars

11 l.

80 de boucassins communs

7 l.

41 d’été pour homme et femme

8 l.

  • 7 Irwin (1959), p. 57.
  • 8 Styles (2000), p. 133.

6Amener ces cotonnades était une chose. Les vendre en était une autre. Jusqu’aux années 1650, le produit tarde à s’imposer sur les marchés européens. Il séduit par la solidité et la vivacité de ses couleurs mais reste finalement boudé à cause de ses fonds colorés appuyés et de ses motifs trop typés culturellement7. Si la situation change, c’est sous l’effet des politiques menées par les compagnies des Indes, qui mettent en place une production asiatique adaptée aux goûts européens. Il faut rappeler ici le rôle précurseur de l’English East India Company, qui entame une politique d’ajustement des productions dès 1643, quand les directeurs londoniens demandent à leurs agents en Inde de prendre les toiles dont les motifs s’accordent le mieux aux goûts des consommateurs britanniques8. en 1662, une nouvelle étape est franchie avec l’envoi d’échantillons pour imitation. Enfin, vers 1670-1680, ce sont désormais des artisans britanniques qui sont dépêchés en Inde pour former les artisans locaux aux attentes des clients occidentaux.

  • 9 BnF, sup. fr. 3.191, « Manuscrit de Roques » (1678), fol. 184-192 et ms fr. 7.174, « Mémoire de Mon (...)
  • 10 Les lettres envoyées de Smyrne par la maison marseillaise Tiran & Rampal entre 1679-1683 (AD13, 9 B (...)
  • 11 La même source mentionne le marchand Fabron devant partir en Perse durant l’été 1679 « pour aller f (...)
  • 12 BnF, ms fr. 7.174, « Mémoire de l’état présent du négoce de Smyrne » (1688).

7Les commerçants marseillais installés dans les Échelles du levant et les réseaux marchands communautaires asiatiques jouent un rôle similaire dans cette transformation des productions orientales. Plusieurs écrits permettent de saisir l’importance de l’intermédiation marchande arménienne à Sironj, en Inde, et à Ispahan, en Perse, dans la fabrication d’indiennes pour les marchés européens, dont une partie finit chez les tailleurs provençaux en vêtements ou en couvertures de lit9. Certains Marseillais présents à Smyrne et à Alep font travailler des artisans arméniens ou grecs « à façon », à partir d’échantillons ou de recommandations précises10. D’autres tentent de maîtriser leurs approvisionnements à Ispahan de la même manière11. Les Provençaux finissent même par ouvrir des manufactures d’indiennes en orient, comme Pierre Chaulier à Smyrne vers 168012. Les négociants marseillais ou en affaires avec Marseille ont développé les capacités de répondre avec plus d’efficacité et de rapidité à la demande des consommateurs phocéens, voire même à la susciter. En Provence comme ailleurs, la mode des indiennes s’est constamment appuyée sur ce puissant ressort.

3. La robe de chambre : une innovation de produit

  • 13 Cf. la célèbre formule de Daniel Defoe évoquant les pratiques des élégantes en Angleterre: “the chi (...)
  • 14 Lemire (2011), p. 44-45.
  • 15 La pièce est présentée pour la première fois en 1670

8C’est durant la seconde moitié du XVIIe siècle que l’indienne cesse d’être uniquement un produit d’ameublement en Europe. Elle quitte sols, tables et murs pour habiller les populations, les plus fortunées d’abord13. Ainsi, la robe de chambre devient « l’expression matérielle d’un idéal rationnel, définissant une masculinité érudite, savante et touchée par le succès »14. L’image que tente de se forger avec ce vêtement Monsieur Jourdain, le bourgeois gentilhomme de Molière, rappelle avec force cet élément15. Très rare dans les années 1660, la robe de chambre affirme sa présence à Marseille dans les années 1670-1680 et se retrouve dans plus de 20 % des inventaires après-décès locaux des années 1692-1693. Ce phénomène s’inscrit donc pleinement dans la chronologie européenne du succès de ce vêtement.

  • 16 Sources des tableaux 4, 5, 7 et 8 : AD13, 2 B 802-803 et 805-807.

Tableau 4 : couvertures et robes de chambre en indienne dans les inventaires après-décès marseillais16

Période

Nombre d’inventaires

Avec couvertures

 % du total

Avec robes de chambre

 % du total

1664-1668

375

199

53,07

2

0,005

1680-1681

112

72

64,28

20

17,86

1692-1693

228

164

71,93

47

20,61

  • 17 McKendrick (1982), p 9-33.

9Les premières décennies de diffusion de la robe de chambre à Marseille correspondent à la théorie de l’imitation établie par Neil McKendrick pour expliquer le développement de la consommation dans l'Angleterre du XVIIIe siècle17. L’usage de ce nouveau produit textile s’est en effet étendu en descendant l’échelle sociale, à mesure que les habitudes de consommation des catégories les plus aisées étaient imitées par un nombre croissant de personnes issues de milieux moins fortunés. Ce sont d’abord quelques rares hommes du négoce qui en font l’acquisition. Situation somme toute logique : les marchands formaient le groupe le plus sensible à la nouveauté des produits de consommation, notamment ceux arrivés par les Échelles du levant, socles de la prospérité commerciale locale. Les années 1670-1680 sont celles d’une certaine démocratisation, en partie portée par les milieux marchands, le monde de la mer et celui de l’arsenal des galères. Là encore, nous retrouvons le rôle moteur des groupes en contact direct avec l’orient et les orientaux.

Tableau 5 : groupes sociaux détenteurs de robes de chambre en indienne d’après les inventaires après-décès (profession du mort ou du mari de la défunte)

1664-1667

1680-1681

1692-1693

Nobles, ecclésiastiques et professions juridiques

0

1

3

Négoce (négociants, censaux, capitaines de navires…)

2

3

8

Arsenal (capitaines, comités, argousins…)

0

3

6

Marins, matelots, pêcheurs…

0

3

6

Boutique, atelier et manufacture

0

9

16

Totaux professions connues

2

19

39

Professions inconnues

0

1

8

Totaux

2

20

47

10Si la théorie de l’imitation et l’idée d’une superposition entre la hiérarchie sociale et celle des consommateurs ont été critiquées par nombre d’historiens de la consommation depuis maintenant une vingtaine d’années, le cas marseillais semble offrir un bel exemple de diffusion sociale verticale d’un produit textile. Au début des années 1690, à défaut d’être incontournable, la robe de chambre est utilisée dans toutes les couches de la population marseillaise, du marin jusqu’au noble, et par tous les types de consommateurs, hommes et femmes, enfants et adultes. La société locale s’est approprié le vêtement.

  • 18 Cf. tab. 3.
  • 19 AD13, 2 B 806.

11La mode de la robe de chambre ne doit pourtant pas être uniquement perçue comme une uniformisation des comportements et des attentes des consommateurs. Elle est aussi la marque d’une distinction sociale qui existe dès le départ, et se maintient à travers les matières utilisées pour la fabrication du produit. Jusqu’au début des années 1680, la robe de chambre est taillée dans des toiles communes, le plus souvent des boucassins de Smyrne. C’est à partir de ce moment que la présence des perses et des calankars se fait plus fréquente. L’éventail de qualité – et donc de prix – des étoffes permettant de fabriquer les robes de chambre, parfaitement saisissable dans l’inventaire de la boutique de la marchande Jeanne Montagne en 168318, offre à certains acheteurs le moyen d’affirmer leur place au sein de la société locale par une consommation de luxe. C’est le cas du censal royal Gaspard Guilhaud, dont l’inventaire après-décès de 1692 contient une « robe de chambre d’homme de calankar doublée d’un armoisin couleur rose, ladite indienne à fond blanc avec son coton »19.

4. La vanne en indienne : un changement de modèle de consommation

  • 20 Cf. Lemire (2011), chap. 5.
  • 21 Teissier (1904), p. 10.
  • 22 Lemire (2011).

12Comme les travaux de Beverly Lemire l’ont démontré, les couvertures de lit en indienne atteignent l'Europe dès le début du XVIe siècle20. On en trouve d’ailleurs en Provence dès cette période, à l’image de cette « toile peinte de singes et autres personnages » présente dans la chambre du conseiller au Parlement François Guérin à Aix en 152221. Longtemps réservés aux élites en quête d’exotisme, ces dessus de lit symbolisent l’irruption de la culture matérielle asiatique dans les intérieurs occidentaux. Stimulé par l’attention croissante des sociétés occidentales pour l’espace réservé au sommeil et le potentiel hygiénique du coton, leur succès s’accélère au XVIIe siècle22. Dans cette histoire, le cas marseillais affiche une remarquable précocité.

  • 23 Cf. tab. 4.

13Dès le milieu des années 1660, les couvertures de lit en indienne sont présentes dans les foyers d’une grande partie de la société marseillaise, puisqu’elles se trouvent dans plus de la moitié des inventaires après-décès locaux23. Au début des années 1680, ce sont près des deux tiers qui en contiennent et ce chiffre est porté aux trois quarts pour les années 1692-1693. Le processus de remplacement des couvertures de laine de Provence ou du Languedoc est sinon opéré, du moins en phase d’achèvement. La diffusion des dessus de lit en indiennes pour les années 1664-1693 n’est donc pas, à l’inverse des robes de chambre, l’histoire d’un nouveau produit mais celle de la finalisation d’un changement de modèle de consommation. La couverture de lit en indienne a déjà un long passé en Provence et le processus de démocratisation de son usage est plus poussé que pour la robe de chambre.

  • 24 Sur ce thème, cf. la sociologie de la distinction de Pierre Bourdieu.
  • 25 Cf. tab. 3.

14Dans ces conditions, la possession d’une couverture de lit en indienne permet-elle encore de se distinguer socialement ? Au cours des années 1660, les vannes se fabriquent à une écrasante majorité à partir d’indiennes levantines et sont des produits de qualité inférieure, accessibles par leurs prix à de nombreuses catégories de la population. Trois décennies plus tard, la couverture de lit tend néanmoins à redevenir ce qu’elle était au XVIe siècle : un signe de distinction sociale et culturelle24. L’élargissement de la qualité des tissus qui servent à la fabriquer a créé un large éventail de produits et de prix25. La détention de vannes en indienne des Indes ou de Perse marque l’appartenance aux catégories sociales supérieures, tandis que la couverture « commune du levant » reste réservée aux catégories populaires. Elle est du ressort de la consommation ostentatoire. L’histoire des couvertures de lit a alors rejoint celle des robes de chambre.

5. De la mode asiatique… à la mode de Marseille

15Si le rôle du négoce international dans la mode des indiennes en Europe doit être souligné, le succès de ces toiles se jouait aussi sur les lieux mêmes de consommation, dans les ateliers et les boutiques, par les travaux de finition et l’intermédiation marchande de proximité. Cette importance du local finit par s’incarner dans une fabrication marseillaise de substitution aux importations asiatiques. La ville de Marseille s’approprie les tissus et vêtements en indienne jusque dans sa production identitaire. La mode, normes et comportements temporaires de consommation, devient aussi une fabrication pérenne et ancrée sur un territoire.

6. Diffusion et acceptation par le commerce et le travail de proximité

  • 26 Cf. tab. 3.

16La mode est affaire d’offre et de demande. L’étude de la mise sur le marché des produits par les négociants est bien incomplète sans l’analyse des caractéristiques de la vente aux particuliers. C’est dans le commerce de détail et l’acte final de consommation que se dévoilent les goûts des consommateurs et se construisent les orientations du commerce de gros. Le boutiquier se doit d’anticiper les attentes des consommateurs afin de composer avec discernement ses stocks. Il doit saisir les réactions de ses clients sur les produits qu’il propose, être capable de comprendre les raisons du choix ou du rejet de ses articles. saisir la mode des robes de chambre et des couvertures de lit en indienne à Marseille dans les années 1664-1693 passe donc par l’étude des inventaires de magasin et celui de la marchande Jeanne Montagne, dont le niveau de fortune nous dit qu’elle se trompait peu dans ses choix, nous offre un tableau partiel mais riche d’informations26. La boutique est aussi le lieu où les consommateurs se forment et s’informent, en se dotant de compétences d’expertise sur les marchandises et en prenant le pouls des nouveautés, des modes dans l’enfance.

  • 27 AD13, 13 B 33, 12 décembre 1667, fol. 6 v°.
  • 28 AD13, 13 B 36, fol. 390 v° et 13 B 37, fol. 411

17Peut-on saisir la mode des couvertures de lit et des robes de chambre à Marseille en se focalisation sur la figure du marchand, que celui-ci agisse au niveau international ou local, dans une simple boutique ? Il faut prêter attention à tous les maillons de la chaîne reliant le producteur au consommateur. Les vannes et les robes de chambre ne sont que rarement achetées telles quelles en orient. L’étude des manifestes des navires entrés dans le port phocéen et des correspondances des négociants spécialisés dans le textile ne livre que d’occasionnelles mentions de ballots contenant ces produits. C’est à Marseille même que le travail de finition s’opère par les artisans locaux, à partir d’étoffes en pièces. Il faut dès lors souligner le rôle des tailleurs qui coupent et ajustent les vêtements, et des vannières, qui cousent et bourrent de coton les couvertures. Deux exemples tirés des fonds du tribunal de commerce de Marseille sur les vannières mettent en lumière ce monde encore mal connu. En décembre 1667, Anne Pourrière est attaquée en justice par une de ses clientes, Anne Deporrade, pour avoir rembourré de mauvais coton deux couvertures de lit27. En octobre 1675, Magdeleine Bellière est en litige avec le marchand arménien Melchion de Nazar pour le paiement de cotonnades indiennes, matières premières des vannes qu’elle livre au commerce28.

18Au final, les métiers marseillais s’inscrivent pleinement dans les circuits de diffusion des couvertures de lit et des robes de chambre. Ils participent à leur enracinement dans la culture locale en y apportant une valeur ajoutée et en matérialisant, par leur savoir-faire, les attentes des consommateurs locaux. Les deux produits font vivre un nombre croissant d’artisans et d’ouvriers et opèrent la fusion des intérêts entre le commerce de ces toiles venues de loin et l’économie locale.

7. L’appropriation par l’imitation

  • 29 AD13, B 54, arrêts du Parlement de Provence de 1662

19Au milieu du XVIIe siècle, le succès naissant des indiennes à Marseille est contemporain de la création d’ateliers cherchant à les fabriquer sur place. La vanne est le produit-phare de ces producteurs locaux et c’est même sous le nom de « cartiers et vanniers » que les fabricants d’indiennes et de cartes à jouer de la ville tentent de fonder une confrérie en 166229. Dès cette période, les Marseillais fabriquent même « à la mode », à la manière, de Marseille. Les caractéristiques techniques et artistiques définissant cette production locale restent encore assez mystérieuses. Elles témoignent néanmoins d’une certitude : par la production, par la copie inventive, les cotonnades imprimées font désormais partie non seulement de la culture matérielle mais aussi de l’identité artisanale des Marseillais.

20L’indiennage est-il né à Marseille d’une volonté de remplacer les importations orientales ? Dans un premier temps, il s’agissait surtout de pallier l’irrégularité des approvisionnements du levant. Durant le deuxième tiers du XVIIe siècle, le commerce des indiennes, dont la consommation était déjà prometteuse à Marseille, était constamment contrarié par les guerres et épidémies qui sévissaient en Méditerranée. La création de fabriques en Provence était devenue nécessaire. Le retour à une plus grande régularité des échanges à partir des années 1660 n’avait pas fait disparaître la jeune industrie. Celle-ci avait même gagné en force. L’effet de la mode avait joué : la volonté de répondre avec une efficacité et une rapidité accrues aux attentes des consommateurs locaux validait et renforçait cette industrie de substitution aux importations orientales. Encore fallait-il qu’elle soit capable de produire à l’identique des fabrications asiatiques.

  • 30 Homburg (1999) p. 221 et Raveux (2009).
  • 31 Un exemple : en août 1679, le fabricant arménien Dominique Ellia promet à son associé Hugues Grand (...)
  • 32 AD13, 392 e 102, fol. 1.214 et Raveux (à paraître).
  • 33 Puech (1887), p. 133-134.

21L’industrie marseillaise arrive à maturité technique à partir des années 1669-1672, avec la venue d’indienneurs arméniens de Constantinople, Diyarbakir et Smyrne, porteurs des technologies orientales mal maîtrisées par les producteurs européens30. Ceux-ci travaillent d’abord entre eux, puis se mettent rapidement à produire pour des entrepreneurs marseillais ou s’associent avec ces derniers31. Les connaissances se diffusent d’autant plus facilement que les arméniens embauchent aussi des ouvriers locaux32. Ces compétences acquises par Marseille se remarquent dans la diffusion qui en est faite en des lieux voisins, notamment pour la production des couvertures de lit. en 1682, le Marseillais André roux s’installe en Arles et engage des ouvriers pour la fabrication de vannes « à la mode qui courra ». A Nîmes, en 1683, les frères Guigon engagent le Marseillais Pierre Salindres, formé auprès des indienneurs arméniens de Marseille, « pour peindre les toiles et vannes à la façon du levant »33.

8. Une mode à l’exportation ?

  • 34 Un exemple avec la « liste des navires partis de Marseille pour les côtes d’Espagne et d’Italie (16 (...)
  • 35 ACM, BB 356.

22Le sud de la France n’est pas la seule région à tirer profit des savoir-faire récemment acquis par les Marseillais. Le port phocéen exporte vers l’Italie et l'Espagne des robes de chambre et, plus encore, des vannes, dont certaines sont estampillées « à la mode de Marseille ». Le phénomène est de grande ampleur et il suffit d’étudier les cargaisons des navires pour l’apprécier. Les exemples abondent pour Naples, Gênes, Livourne, Barcelone, Cadix et Valence34. certains fabricants locaux se sont même spécialisés dans ces produits d’exportation, comme le révèle une enquête de la fin des années 168035 : Antoine Ollivier se consacre à la fabrication de vannes à partir de guinées et de percales pour Livourne ; Jacques Chastaing et Joseph Roux, quant à eux, travaillent sur des produits plus élaborés, des couvertures de lit piquées en indiennes, pour les marchés italiens et espagnols… Dans des proportions plus ou moins importantes, tous les fabricants marseillais se sont installés sur ce créneau rémunérateur. L’industrie marseillaise a-t-elle su imposer dans des cités voisines la mode qui courrait chez elle ? Les villes méditerranéennes ont-elles choisi de s’approvisionner par le port provençal par manque de liaisons régulières avec les Échelles du levant ? Une hypothèse n’exclut pas l’autre, à l’exception du port de Livourne, bien relié à Alep et Smyrne par les vaisseaux anglais et hollandais. Ce dernier cas permet dès lors une troisième explication : les compétences des artisans marseillais et l’intensité des relations commerciales entre le port phocéen et ses voisins italiens et espagnols permettaient aux Provençaux de répondre avec plus de rapidité et plus d’exactitude à la demande de produits en indiennes dans cette zone de la Méditerranée.

  • 36 Elle y envoie plus de 1.400 pièces d’indiennes au cours des années 1675-1676 (tab. 6).
  • 37 Le 5 octobre 1691, par exemple, Grégoire de constant charge 19 grandes vannes du levant et deux pet (...)
  • 38 Dans l’inventaire des biens laissés en héritage par Arattone di Arachelle à son frère Ovanes en 167 (...)

23Dans ces exportations, on note une nouvelle fois l’importance des marchands issus de communautés confessionnelles. Ainsi, pour les exportations vers Livourne, la maison des négociants juifs Villareal & Attias, se distingue dans les années 167036. Les arméniens ne sont pas en reste, notamment dans les envois vers Gênes. On citera ici le rôle de Grégoire de constant dans les années 1680-169037 et peut-être celui de la famille Arachel, dès les années 167038. Une étude plus poussée permettrait de mieux saisir le travail de ces intermédiaires ajustant la production marseillaise aux demandes espagnoles et italiennes.

  • 39 AD13, 394 e 29, Polices de chargement de Villareal & compagnie, fol. 36-42.

Tableau 6 : pièces d’indiennes envoyées de Marseille à Livourne par Villareal & Cie (1675-1676)39

Date de chargement

Quantité

Désignation des produits

19.01.1675

30

« indiennes »

12.02.1675

116

« toiles peintes »

15.03.1675

70

« toiles peintes »

22.03.1675

131

« toiles peintes façon indienne »

12.08.1675

40

« vannes peintes »

2.09.1675

123

« toiles peintes »

6.09.1675

38

« toileries et vannes »

28.09.1675

156

« toiles peintes »

21.10.1675

78

« toiles peintes » et « robes de chambre »

27.10.1675

39

« robes de chambre »

30.04.1676

200

« indiennes et autres toileries et mouchoirs »

20.08.1676

25

« vannes peintes »

7.09.1676

55

« couvertes peintes »

7.09.1676

100

« robes de chambre et cotillons de toiles peintes »

18.09.1676

60

« robes de chambre »

26.09.1676

31

« couvertes d’indiennes et robes de chambre »

22.10.1676

60

« couvertes peintes »

4.11.1676

30

« vannes peintes »

26.11.1676

33

« couvertes peintes »

9. Les goûts des consommateurs

24Exportés ou consommés sur place, les produits en indienne fabriqués à Marseille sont encore mal connus. Les descriptions de stocks de boutiques nous disent peu de choses sur leurs caractéristiques.

25L’absence d’indiennes héritées du XVIIe siècle et dont nous pouvons être certains de leur vente à Marseille est un lourd handicap pour qui cherche à connaître les contours de la consommation dans le port phocéen. Quelques éléments trouvés dans les inventaires après-décès permettent néanmoins de brosser un premier tableau et de situer les goûts des Marseillais dans l’ensemble européen.

10. Les couleurs : la victoire du rouge

26Tout d’abord, les couleurs. Est-il possible de savoir celles qui étaient à la mode ou celles dont les marchands testaient le potentiel auprès des consommateurs ? Pour les robes de chambre en indienne, deux mentions seulement sont à disposition : une d’entre elles est une perse « verdasse » ; l’autre est de « couleur amarante ». Maigre résultat. Les couvertures de lit offrent heureusement plus de renseignements. L’échantillon est restreint mais permet quelques commentaires. Pour ce produit, les choix des couleurs ne paraissent pas très tranchés au milieu des années 1660, si ce n’est pour le rejet du bleu. Puis, en quelques décennies, le rouge semble s’imposer comme couleur dominante. Comment expliquer ces deux caractéristiques ? Marseille fait-elle preuve d’originalité ou de conformisme dans les espaces français et européen ?

Tableau 7 : couleurs des fonds des couvertures en indienne dans les inventaires après-décès marseillais

1664-1667

1692-1693

Amarante

2

-

Couleur de feu

1

-

Feuillemorte

2

2

Feuillemorte et vert

3

-

Gris

-

1

Jaune

2

2

Rouge

4

11

Vert

2

1

Violet

-

1

Noir, obscur ou sombre

1

2

Couleur(s) non précisées

3

2

  • 40 Pardailhé-Galabrun (1988) et Mitchell (2009).

27Afin de comparer les inclinations des Marseillais, nous disposons des enquêtes menées par David M. Mitchell et Annick Pardailhé-Galabrun sur les tissus utilisés dans les intérieurs parisiens et londoniens de l’époque moderne40. Les éléments rassemblés par ces deux auteurs sur les couleurs des tentures de lit de la seconde moitié du XVIIe siècle nous sont ici particulièrement utiles. À Marseille, nous ne retrouvons pas, comme dans les foyers parisiens de la même époque, l’importance du vert. Les différences avec Londres sont également notables. Comme à Paris, le vert y avait de l’importance, avant de faiblir face à la montée en puissance du bleu. Le constat d’une hétérogénéité des choix dans les espaces européens paraît s’imposer mais les raisons expliquant cette diversité des goûts relatifs aux couleurs restent mystérieuses. En revanche, il est possible d’émettre des hypothèses pour les choix marseillais.

  • 41 Archives nationales, Paris, B III 234, Mémoire sur l’état du négoce dans le levant, 1682.
  • 42 Raveux (2009) et (à paraître).

28En matière de couleurs, la perception et les préférences relèvent avant tout de facteurs sociaux et culturels. Et c’est bien ainsi qu’il faut lire le rejet du bleu dans les intérieurs phocéens. Le bleu indigo est la couleur des cotonnades qui servaient à habiller les marins, les artisans et autres gens du peuple à Marseille41. Cette couleur avait donc une connotation sociale marquée et ne pouvait répondre à la volonté d’une décoration soignée pour les espaces de l’intimité domestique. Les préférences de couleurs ne relèvent pas de l’unique jeu du social et du culturel. Elles sont aussi le résultat de développements économiques et techniques. Ainsi le succès du rouge, bien repérable dans la Marseille des années 1692-1693, est sans aucun doute lié à l’acquisition par les fabricants locaux, grâce aux arméniens, de savoir-faire dans les techniques d’impression à la garance avec l’alun42.

11. Les fonds et les dessins

  • 43 Lemire (2003), p. 69 et Riello (2009), p. 337-338.
  • 44 Irwin (1955), p. 109.

29Les goûts en matière d’indiennes ne se résument pas à une affaire de couleurs. Les motifs et leur mise en valeur jouent aussi un rôle déterminant. L'Europe et l'Asie n’ont pas les mêmes penchants en la matière. Les européens préfèrent les motifs floraux sur fond blanc alors que les Indiens optent souvent pour un travail en négatif sur des fonds lourds et sombres43. L’écart est lourd de conséquences. Ainsi, en 1643, l'East India Company fait part à son agent de surate du rejet par les consommateurs anglais de ces dessus de lit « with sad red grounds »44. Sur cette question des motifs et des dessins, les goûts des Marseillais rejoignent ceux des anglais. Pour le confirmer, nous disposons d’un remarquable document avec le registre de la correspondance active de la maison de commerce phocéenne Tiran & Rampal à Smyrne pour les années 1679-1683. En partie spécialisée dans l’achat-vente d’indiennes pour les négociants marseillais, cette firme recevait les ordres de ses clients et les informait des potentialités des produits disponibles.

  • 45 AD13, 9 B 175, lettre à G. Rampal du 12 juin 1679.
  • 46 AD13, 9 B 175, lettre à F. Garnier du 21 juillet 1679.
  • 47 AD13, 9 B 175, lettre à J. Tiran du 10 novembre 1679.

30Dans cette correspondance, l’attachement au « très joli dessin » est omniprésent, même pour des toiles communes du levant. L’expression est ainsi précisée pour l’achat de boucassins à double couleur, matières premières pour la fabrication de couvertures de lit communes45. La finesse du trait prévaut. Deux éléments facilitent la beauté des dessins, et donc l’écoulement des indiennes à Marseille. Le premier est le fond blanc et c’est d’ailleurs contre des indiennes de ce type que la firme troque le plus souvent sa marchandise la plus précieuse, du corail. En juillet 1679, le marchand Tiran informe son cousin et client François Garnier de l’achat, pour son compte, de 200 pièces d’indiennes véritables « de très jolis dessins », en ajoutant : « il est vrai que la plus grande partie sont à fonds blanc (…) »46. Cette analyse est confirmée par les données sur les couvertures de lit dans les inventaires après-décès marseillais. Par l’action des réseaux marchands et des fabricants locaux, le pourcentage des vannes à fond blanc augmente de manière conséquente, pour passer d’un tiers à plus de 60 % en moins de trente ans. Le second élément est la taille des motifs floraux. Il faut qu’ils soient grands et la correspondance emploie d’ailleurs le terme spécifique de « grand feuillage »47.

  • 48 N’ont été conservées que les couvertures dont la couleur de fond est stipulée. Ainsi, les mentions (...)

Tableau 8 : % de couvertures en indienne à fond blanc dans les inventaires après-décès marseillais48

Fond blanc ou minime

Fond de couleur(s)

 %

1664-1667

10

20

33,33

1692-1693

34

22

60,71

  • 49 Jacques Savary des Bruslons (1730), p. 607.

31Nous trouvons là un ensemble d’éléments pérennes dans les préférences européennes. Au début du XVIIIe siècle, Jacques Savary des Bruslons ne manque pas d’écrire dans son Dictionnaire Universel du commerce à propos des indiennes : « (…) que la toile soit fine, les couleurs fines et les dessins jolis et fins ; elles doivent être à fond blanc »49. À la fin des années 1760, le fabricant mulhousien Jean Ryhiner tient le même discours et définit ainsi la beauté d’une indienne :

  • 50 Musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse, Manuscrit de Jean Ryhiner (1766).

« Rien ne caractérise tant la beauté d’une pièce de toile peinte que l’élégance du dessin. Tout paraît gauche sans cela, la blancheur du fond, la vivacité des couleurs (…). L’une des grandes beautés des pièces c’est que les dessins doivent être assez grands pour que les répétitions de la planche ne soient pas trop multipliées dans un petit espace de toile »50.

  • 51 Ferrières (2004), p. 241.

32C’est sur cette base qu’il faut expliquer le succès du répertoire artistique végétal indo-persan à Marseille durant ces années 1664-1693. Les imprimés de grands motifs fleuris sur fond blanc s’imposent et deviennent un élément fort de la culture matérielle provençale jusqu’à la fin du XIXe siècle51.

12. Genres des consommateurs et usages

33Au-delà des couleurs et des motifs décoratifs, il reste à saisir avec plus de précisions, surtout pour les robes de chambre, les usages de ces produits et les groupes qui les consommaient. Etait-ce un produit pour les hommes, les femmes ou les enfants ? Se portaient-elles uniquement dans l’intimité ? Vêtement d’hiver ou d’été ? Nous n’avons pas pour Marseille l’équivalent du journal de mode parisien Le Mercure galant pour répondre avec précision à ces interrogations mais l’étude des robes de chambre présentes dans les inventaires après-décès permet de répondre en partie à ces questions.

  • 52 L’inventaire du tab. 3 montre que c’est même souvent un vêtement unisexe.

34Si ce produit textile est utilisé par les enfants et les adultes, par les hommes et les femmes52, il reste avant tout un vêtement féminin. Sur les 31 propriétaires connus de robes de chambre, 23 sont des femmes. Cet élément tranche avec l’image masculine du port de la robe de chambre créée par Molière, à travers monsieur Jourdain. Ces vêtements sont utilisés en hiver comme en été et semblent former deux catégories. À quatre reprises, nous les trouvons doublés de crépon noir et trois fois fourrés de bourre de coton. Faut-il y voir les caractéristiques d’une distinction entre robes de chambre d’hiver et robes de chambre d’été ? La mention « été » n’est présente qu’une seule fois et le vêtement peut être à la fois doublé et fourré comme c’est le cas pour cette

« robe de chambre d’homme de calankar doublée d’un armoisin couleur rose, ladite indienne à fond blanc avec son coton »

35déjà signalée plus haut. Nous pensons néanmoins l’explication cohérente et l’inventaire des magasins de la marchande Jeanne Montagne semble d’ailleurs le confirmer.

  • 53 Kirkness (1971), p. 201.

36D’autres éléments nous échappent. Ainsi, il est difficile de dire si la robe de chambre se cantonne à Marseille à la sphère de l’intime durant le dernier tiers du XVIIe siècle. À Paris, ce ne fut pas le cas. Nous savons que les élégantes commencent à s’y montrer en public avec ce vêtement sur les épaules53. de nouvelles sources devront être mobilisées pour aller plus loin et saisir plus finement la mode des indiennes à Marseille.

***

37À Marseille, l’arrivée massive et diversifiée de cotonnades asiatiques durant le dernier tiers du XVIIe siècle répondait aux volontés de distinction et d’imitation de populations croissantes de consommateurs. Offrant les attraits de la nouveauté et du renouvellement, la couverture de lit et la robe de chambre sont devenues des articles à la mode, ce dernier terme devant être pris dans ses deux acceptions. les deux produits ont créé une succession de normes et de pratiques passagères, visant à satisfaire les besoins des groupes leaders en matière de consommation textile puis suscitant, par émulation, une diffusion de ces biens dans les catégories sociales « suiveuses ». Dans le même temps, par le travail de finition, d’imitation et de copie au niveau local, la culture matérielle marseillaise s’enrichit de nouveaux savoir-faire. La ville revendique une manière propre de fabriquer les cotonnades imprimées et leurs produits dérivés. Les deux articles en indienne sont devenus socialement et culturellement indispensables.

38Pour saisir les ressorts de leur succès, il faut être attentif à toutes les étapes de commercialisation et de fabrication : les artisans asiatiques, qui répondent aux attentes et aux goûts des consommateurs européens ; les réseaux marchands internationaux, qui mettent en circulation de nouveaux produits et créent de nouveaux choix pour les consommateurs ; le monde de la boutique et de l’artisanat, qui ajuste localement, au sens propre comme au sens figuré, l’offre à la demande ; et, au final, les clients qui structurent la mode par leurs comportements. Il faut également saisir la diversité et l’ampleur des connexions et des intermédiations mobilisées, entre deux continents, entre vendeurs et acheteurs, entre gros et détail, entre marchands et fabricants ou artisans, entre boutiquiers et clients… Toutes ces articulations permettent à la mode de s’appuyer sur une économie de la variété et de la nouveauté, construite sur des flux de mieux en mieux contrôlés de tissus, de savoir-faire et d’informations. Les histoires marseillaises de la couverture de lit et de la robe de chambre en indienne au XVIIe siècle donnent à voir, par leurs caractéristiques générales comme par leurs traits originaux, l’importance du champ méditerranéen dans l’étude de la consommation et de la mode textiles dans l'Europe moderne.

Bibliographie

FERRIERES, M. (2004), Le Bien des pauvres : la consommation populaire en Avignon, 1600-1800. Paris, Champ Vallon.

FLOOR, W. (2006), “The import of Indian textiles into Safavid Persia”, Eurasian Studies, V, p. 107-141.

FUKASAWA, K. (1987), Toilerie et commerce du Levant d’Alep à Marseille. Marseille, CNRS.

GAGEN, J. (1993), Colour and Culture. Practice and Meaning from Antiquity to Abstraction. London, Thales & Hudson.

GASCH TOMÁS, J. L. (2011), “Textiles asiáticos de importación en el mundo hispánico, c. 1600. Notas para la historia del consumo a la luz de la nueva historia trans-« nacional »” in MUÑOZ NAVARRO, D. (ed.), Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. València, Universitat de València, p. 51-79.

HOMBURG, E. (1999), “From colour maker to chemist: episodes from the rise of the colourist, 1670-1800” in FOX, R., NIETO GÁLAN, A. (dir.), Natural Dyestuffs and Industrial Culture in Europe, 1750-1880. Canton, Watson Pub. Group, p. 219-237.

IRWIN, J. (1959), “Indian textile trade in the seventeenth century: IV Foreign Influences”. Journal of Indian Textile History, IV, p. 57-64.

KIRKNESS, W. J. (1971), Le français du théâtre italien d’après le recueil de Gerhardi, 1681-1697. Genève, Droz.

LEMIRE, B. (2003), “Domesticating the exotic: Floral culture and the east India calico trade with England, c. 1600-1800”. Textile: A Journal of Cloth and Culture, I/1, p. 65-85.

LEMIRE, B. (2011), Cotton. Oxford-New York, Berg.

LEMIRE, B., RIELLO, G. (2008), “East & West: Textiles and Fashion in Early Modern Eeurope”. Journal of Social History, p. 887-916.

MCKENDRICK, N. (1982), “The consumer revolution of eighteenth-century England” in MCKENDRICK, N., BREWER, J., PLUMB, J. (eds.), The Birth of a Consumer Society. The Commercialization of Eighteenth-Century England. London, Europe Pub., p. 9-33.

MITCHELL, D. M. (2009), “‘My purple will be too sad for that melancholy room’: Furnishings for Interiors in London and Paris, 1660-1735”. Textile History, 40/1, p. 3-28.

PARDAILHÉ-GALABRUN, A. (1988), La naissance de l’intime ; 3.000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles. Paris, PUF.

PEREZ GARCÍA, M. (2011), « Les échanges transnationaux et la circulation des nouveaux produits en Méditerranée occidentale au XVIIIe siècle ». Histoire, Economie & Société, XXX/1, p. 39-55.

PUECH, A. (1887), « Les nîmois dans la seconde moitié du XVIIe siècle ». Mémoires de l’Académie de Nîmes, X, p. 71-211.

RAVEUX, O. (2009), “The Birth of a New European Industry: l’indiennage in Seventeenth-Century Marseilles” in RIELLO, G., PARTHASARATHI, P. (eds.) (2009), The Spinning World. A Global History of Cotton Textiles, 1200-1850. Oxford, Oxford University Press, p. 291-306.

RAVEUX, O. (à paraître), “The orient and the dawn of Western industrialization: Armenian calico printers from Constantinople in Marseilles (1669-1686)” in BERG, M., HODACS, H., GOTTMANN, F., NIERTRASZ, C. (eds.), Goods from the East: Trading Eurasia, 1600-1830. London, Palgrave-Macmillan.

RIELLO, G. (2009), “The Indian Apprenticeship: The Trade of Indian Textiles and the Making of Europeans Cottons” in RIELLO, G., TIRTHANKAR, R. (eds.), How India Clothed the World: Cotton Textiles and the Indian Ocean, 1500-1850. Leiden, Brill, p. 309-346.

RIELLO, G. (2010), “Asian Knowledge and the Development of Calico Printing in Europe in the Seventeenth and Eighteenth Centuries”. Journal of Global History, 5, p. 1-28.

STYLES, J. (2000), “Product Innovation in early Modern London”. Past and Present, 168, p. 124-169.

TEISSIER, O. (1904), Meubles et costumes (XVIe-XVIIIe siècles). Paris.

Notes

1 Deux exemples : Gasch Tomás (2011) et Perez García (2011).

2 Lemire (2003) ; Riello (2010) ; Lemire et Riello (2008) ; Riello et Parthasarathi (2009).

3 Cf. tableaux 1, 2 et 3.

4 J. Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, t. III, 1730, p. 326-471. Estimations calculées à partir des fourchettes proposées pour les balles et le nombre de pièces par balle.

5 Bibliothèque Nationale de France (BnF), ms fr. 7.174, Mémoire d’Ortières sur les échelles du levant (1686). Le pic fait 0,67 mètre et le pan de Marseille 0,252 mètre.

6 Archives dép. des B-d-R (ad13), 355 E 454, fol. 360 v.

7 Irwin (1959), p. 57.

8 Styles (2000), p. 133.

9 BnF, sup. fr. 3.191, « Manuscrit de Roques » (1678), fol. 184-192 et ms fr. 7.174, « Mémoire de Monsieur d’Ortières touchant les échelles du levant » (1686), fol. 460 ; Fukasawa (1987), p. 43 et Floor (2006), p. 119.

10 Les lettres envoyées de Smyrne par la maison marseillaise Tiran & Rampal entre 1679-1683 (AD13, 9 B 175) permettent de saisir le travail à façon et les envois d’échantillons (lettres à G. Rampal du 5 août 1679 ; à J. Tiran des 10 et 26 novembre 1679 ; à F. Boulle des 28 mars, 5 mai et 24 juin 1682).

11 La même source mentionne le marchand Fabron devant partir en Perse durant l’été 1679 « pour aller faire faire de belles indiennes » (lettre à J. Tiran du 21 juillet 1679).

12 BnF, ms fr. 7.174, « Mémoire de l’état présent du négoce de Smyrne » (1688).

13 Cf. la célèbre formule de Daniel Defoe évoquant les pratiques des élégantes en Angleterre: “the chintz was advanced from lying upon their floors to their backs” (Weekly Review, january 1708).

14 Lemire (2011), p. 44-45.

15 La pièce est présentée pour la première fois en 1670

16 Sources des tableaux 4, 5, 7 et 8 : AD13, 2 B 802-803 et 805-807.

17 McKendrick (1982), p 9-33.

18 Cf. tab. 3.

19 AD13, 2 B 806.

20 Cf. Lemire (2011), chap. 5.

21 Teissier (1904), p. 10.

22 Lemire (2011).

23 Cf. tab. 4.

24 Sur ce thème, cf. la sociologie de la distinction de Pierre Bourdieu.

25 Cf. tab. 3.

26 Cf. tab. 3.

27 AD13, 13 B 33, 12 décembre 1667, fol. 6 v°.

28 AD13, 13 B 36, fol. 390 v° et 13 B 37, fol. 411

29 AD13, B 54, arrêts du Parlement de Provence de 1662

30 Homburg (1999) p. 221 et Raveux (2009).

31 Un exemple : en août 1679, le fabricant arménien Dominique Ellia promet à son associé Hugues Grand « de luy aprandre son secret pour peindre les indiennes comme ont les peints au Levant sans qu’il puisse fere mistere », cf. Raveux (à paraître).

32 AD13, 392 e 102, fol. 1.214 et Raveux (à paraître).

33 Puech (1887), p. 133-134.

34 Un exemple avec la « liste des navires partis de Marseille pour les côtes d’Espagne et d’Italie (1680-1683) (ACCM, I 1) : en janvier et juillet 1680, le Saint-Joseph part pour Naples avec « une caisse de vane » puis « trois caisses indianne & robe de chambre » ; en septembre 1683, la Sainte-Anne pour Gênes avec « une balle robbe de chambre » ; en janvier 1680, le Notre-Dame de Mont carmel vers Cadix avec « 6 balles couvertes » ; en janvier 1683, le Saint-Antoine pour valence avec « une balle vannes ».

35 ACM, BB 356.

36 Elle y envoie plus de 1.400 pièces d’indiennes au cours des années 1675-1676 (tab. 6).

37 Le 5 octobre 1691, par exemple, Grégoire de constant charge 19 grandes vannes du levant et deux petites sur le vaisseau Notre-Dame du rosaire en partance pour Gênes (ACCM, c 123).

38 Dans l’inventaire des biens laissés en héritage par Arattone di Arachelle à son frère Ovanes en 1678 à Gênes, on trouve de nombreuses robes de chambre en indienne (Belleza Rosina, Cataldi Gallo (1993), p. 72-73). Au même moment, Arapié d’Arachel est marchand-fabricant d’indiennes à Marseille. Tous devaient vraisemblablement appartenir à la même famille. Cf. Raveux (à paraître).

39 AD13, 394 e 29, Polices de chargement de Villareal & compagnie, fol. 36-42.

40 Pardailhé-Galabrun (1988) et Mitchell (2009).

41 Archives nationales, Paris, B III 234, Mémoire sur l’état du négoce dans le levant, 1682.

42 Raveux (2009) et (à paraître).

43 Lemire (2003), p. 69 et Riello (2009), p. 337-338.

44 Irwin (1955), p. 109.

45 AD13, 9 B 175, lettre à G. Rampal du 12 juin 1679.

46 AD13, 9 B 175, lettre à F. Garnier du 21 juillet 1679.

47 AD13, 9 B 175, lettre à J. Tiran du 10 novembre 1679.

48 N’ont été conservées que les couvertures dont la couleur de fond est stipulée. Ainsi, les mentions du type « en indienne rouge » n’ont pas été retenues car il est difficile de savoir si la couleur porte sur le fond ou sur les motifs. En revanche, les couvertures « à fleurs blanches » ont été comptabilisées car l’expression signifie de facto un fond de couleur(s).

49 Jacques Savary des Bruslons (1730), p. 607.

50 Musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse, Manuscrit de Jean Ryhiner (1766).

51 Ferrières (2004), p. 241.

52 L’inventaire du tab. 3 montre que c’est même souvent un vêtement unisexe.

53 Kirkness (1971), p. 201.

Auteur

Ancien membre de la Casa de Velázquez à Madrid, est chargé de recherche au CNRS, affecté à l’UMR TELEMME (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme-Aix-Marseille Université). Ses recherches portent actuellement sur les circulations des produits, des hommes et des techniques entre l'Europe et l'Asie par la Méditerranée au cours de l’époque moderne. Il a récemment publié : “The Orient and the dawn of Western industrialization : Armenian calico printers from Constantinople in Marseilles (1669-1686)”, in Maxine Berg, Hanna Hodacs, Felicia Gottmann and Chris Niertrasz (eds.), Goods from the East : Trading Eurasia, 1600-1830, London, Palgrave-Macmillan, 2015 ; Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013, 280 p. (en direction avec Gilbert Buti et Michèle Janin-Thivos) ; et Les sociétés méditerranéennes face au risque. Économies, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2012, 380 p. (en direction avec Gérard Chastagnaret, Brigitte Marin et Carlo Travaglini).

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search