Version classiqueVersion mobile

Tautavel

 | 
Michel Martzluff
, 
Aymat Catafau
, 
Martin Galinier

La mise en valeur du patrimoine autour de la Caune de l’Arago et de l’Homme fossile

Albert Pla raconte

Cyr Descamps

Texte intégral

1Ce témoignage a été recueilli le 10 mars 2000 lors d’un entretien que m’a accordé l’ancien maire de Tautavel. N’ayant pas d’enregistreur, j’ai pris des notes sur un carnet, et suis retourné quelques jours plus tard à Tautavel pour lire ma mise au propre. Ce qui m’a permis de corriger ou d’ajouter quelques points de détail. Je l’ai classé dans mes archives en me disant que l’essentiel était de conserver précieusement ces souvenirs qui contiennent des informations inédites sur l’histoire du Musée de Tautavel et les réflexions savoureuses d’un homme qui n’a pas été simple témoin mais véritablement acteur de sa réalisation. Albert étant décédé en 2008, Andrée ne s’est pas opposée à la publication d’un texte qui rend un hommage mérité à son mari, tout en me priant de laisser de côté les témoignages qui pourraient aujourd’hui avoir des incidences polémiques dans le village. Ce qui fut fait.

2Albert Pla est né en 1929. Il n’est pas de Tautavel, mais réside dans le village depuis 1953, date de son mariage avec une Tautavelloise de souche. Il a été pendant près de quarante ans, jusqu’en 1997, le patron du Café de la Place, et s’est occupé simultanément de ses vignes.

3Avant 1964, il n’a entendu parler ni de préhistoire, ni de la Cauna de l’Arago comme grotte préhistorique : les fouilles sauvages menées depuis les années 50 par différents amateurs n’ont pas été connues des villageois, qui ne s’en préoccupaient guère. Faut-il mettre ce désintérêt sur le compte de précautions particulières qu’auraient pris les fouilleurs, en traversant discrètement le village, ou en passant par Vingrau ? Ou tout simplement sur le fait que creuser dans un abri qui sert temporairement de bergerie ne porte préjudice à personne...

4À partir des fouilles officielles d’Henry de Lumley (première campagne en 1964), il a bien sûr été au courant de l’activité archéologique menée à la grotte, et s’y est intéressé en qualité de conseiller municipal (il est élu en 1965) et de manière encore plus directe quand il a été maire (1967). Ses informateurs en préhistoire, outre Henry et Marie-Antoinette de Lumley et les équipes de fouilles qui se sont succédées à chaque campagne, annuelle depuis 1964, sont des personnalités connues. Il cite particulièrement Jean Dausset et son épouse, Jean Dorst, Yves Coppens, Jean Chavaillon, Donald Johansson, Maurice Taïeb, Mary Leakey, Richard Leakey, André Leroi-Gourhan... Que du beau monde ! Il a une reconnaissance particulière envers Jacques Labeyrie, qui lui a consacré de longues heures pour l’initier aux « sciences annexes » de la préhistoire.

5En 1967, des problèmes internes survenus dans le conseil municipal vont entraîner deux démissions, dont celle du maire Louis Landric. Après des élections partielles, c’est Albert Pla, âgé à l’époque de 38 ans, qui est élu. Il en est le premier surpris. Il sera maire pendant dix ans (1967-1977), s’étant représenté en 1971 où il recueille 76 % des voix mais pas en 1977, pour des raisons sur lesquelles il va revenir longuement.

6Or donc, en juillet 1971, après des découvertes paléontologiques de premier plan (mandibules humaines) faites en 1969 et 1970, Robert Brandi, technicien hors pair qui fouille avec les de Lumley depuis de nombreuses années, dégage dans le sol G une rangée de trois molaires. Il pense que l’os maxillaire était par-dessus et poursuit la fouille tout autour, se rendant compte au dernier moment que le fragile palais se trouve là, en place : le crâne est renversé et il pourrait être complet... À partir du 22 juillet, date de la découverte, les fouilles vont avoir lieu d’une manière continue, avec une présence permanente sur le site jusque vers le dix août, quand le crâne sera entièrement dégagé. On le descend de la grotte et c’est Albert qui va le conserver quelques jours chez lui dans un local fermant bien à clef, car la maison louée par la famille de Lumley n’offre pas la même sécurité.

7Le crâne est remonté à la grotte vers le 15 août pour une série de photos, où la demi-mandibule de 1969 est mise « en position » sous le crâne (on a su très vite qu’il ne s’agissait pas du même individu). Le professeur Jean Piveteau était présent à cette reconstitution et, quand Albert le reverra, onze ans plus tard, au congrès de paléontologie humaine de Nice, il s’entendra dire par l’illustre savant : « Je me souviens de vous : je n’oublierai jamais votre terrasse à l’ombre des platanes-mûriers ! »

8C’est cette découverte du premier Européen, ou plus exactement de la plus ancienne face connue d’Européen, qui va impulser le projet d’un musée de site. Mais, comme le dit Albert, « Il fallait d’abord s’assurer qu’il s’agissait bien de l’Homme de Tautavel et non de l’Homme de l’Arago ». En d’autres termes, qu’il s’agissait d’un fossile nouveau et non d’une espèce ou sous-espèce déjà connue : l’étude préliminaire, publiée dans le Courrier du CNRS d’octobre 1971, tranche en faveur d’un Homo erectus tautavelensis dont le fossile exhumé en juillet sera le prototype.

9Début novembre 1971, Henry et Marie-Antoinette sont donc à Tautavel pour discuter du projet avec le maire. Par une belle journée d’automne, tous les trois se rendent à Castelnou, magnifique village des Aspres où avait lieu une cargolade. Ils se trouvent assis à la table voisine de celle où étaient déjà installés le sénateur Léon-Jean Grégory, président du conseil général des Pyrénées-Orientales, et le peintre Camille Descossy. La conversation s’engage et –très vite– les convives vont faire table commune. Henry de Lumley parle de son projet de musée avec éloquence et enthousiasme. Après le repas, le sénateur emmène ses commensaux visiter, dans les hauts du village, un mas qui vient d’être luxueusement restauré par un cousin du général de Gaulle (piscine toute en marbre...), pour une somme astronomique à l’époque.

10Le soir même, ayant regagné son bureau du conseil général, le président Grégory téléphone à l’architecte qu’il croit le plus apte à concevoir un projet de musée. La conversation va être brève :

11— Allo, ici Léon-Jean Grégory, je t’appelle pour la construction d’un musée à Tautavel.

12— Je t’emmerde !

13Il faut préciser que ledit architecte était en état d’imprégnation alcoolique pratiquement tous les jours, surtout dans la soirée... Il est quand même intéressant de noter la promptitude de la réaction du président du conseil général, qui va prendre à cœur ce dossier et sera pour beaucoup dans la construction du musée.

14En fin de compte, c’est le cabinet Blanc-Dauvergne-Rigail qui va être retenu. Pour mieux intégrer le bâtiment à son environnement, on va le recouvrir de dalles calcaires du pays. L’architecte connaît en Espagne deux tailleurs de pierre de grand talent, le père et son fils : ce sont eux qui s’occuperont de la première tranche et, encore aujourd’hui, on peut juger comparativement de la qualité de leur travail.

15Revenons au projet de musée qui, en 1971, n’est pas encore définitivement sur les rails. Et ça ne va pas être facile : il n’y a pas de précédents pour un « musée de site » de préhistoire créé sur initiative et fonds municipaux dans une petite commune (Tautavel compte alors environ 800 habitants). Pourtant Albert Pla s’est informé. Il a visité dans l’Aveyron le musée de Conques, récemment inauguré par le président Pompidou, et a appris que ce musée, où est exposé le trésor de l’abbaye, avait fait dans l’année 30 000 entrées, gratuites il est vrai.

16À Tautavel, les difficultés de tous ordres, mais surtout d’ordre courtelinesque, vont s’accumuler. Le projet du cabinet Blanc est introduit fin 1971. Il s’agit d’un dépôt de fouilles avec salle d’exposition et le devis se monte à 380 000 F. Huit mois après, il revient avec la mention « refusé » et les motifs de ce refus forment un catalogue haut en couleur : il ne faut pas parler de « salle d’exposition » mais « salle de présentation », le local dénommé « WC réservé au public » aurait dû être mentionné « WC » tout court, etc.

17Fin 1972, un deuxième projet est mis sur pied, cette fois-ci avec un devis de 450 000 F. Entre-temps, Henry de Lumley a été promu maître de recherches au CNRS et les démarches sont facilitées : M. Poneau, directeur des Musées de France, est devenu accessible alors que précédemment l’interlocuteur au ministère était plutôt un membre de son équipe... Des modifications sont demandées et, finalement c’est un troisième projet, de 650 000 F, qui sera déposé en 1973 et agréé. Le permis de construire est obtenu début 1974 et les travaux vont commencer cette même année.

18En 1975, on décide de franchir le pas et d’édifier un vrai Musée et non plus un dépôt de fouilles amélioré. Cela permet de porter la subvention du ministère de la Culture à 195 000 F, pas loin du tiers du budget global. Somme jugée insuffisante par Albert Pla qui tient le raisonnement suivant : sur les 650 000 F du bâtiment auxquels s’ajoutent 220 000 F pour l’aménagement des abords, la commune reverse 200 000 F de TVA. L’État est donc redevable au moins de cette somme, pas un franc de moins !

19Le montage financier va être grandement facilité en 1976 quand la mission d’aménagement du littoral, que supervise Philippe Lamour, décide de s’occuper également de l’arrière-pays. Cela vaudra une subvention de 200 000 F, à laquelle s’ajoutent près de 100 000 F donnés par le préfet de région. Un bail emphytéotique est signé avec l’État.

20Revenons un peu en arrière car, si les travaux de gros œuvre ont pu être achevés en 1976, cela n’a pas été sans peine au niveau du conseil municipal. En 1974, alors que l’adjudication des travaux était déjà réalisée, une partie des conseillers voulaient encore changer l’affectation des crédits du Musée, dont ils ne percevaient pas l’intérêt, au profit d’une piscine, d’une salle de bal ou de tout autre investissement jugé plus raisonnable... Albert Pla estime qu’à l’époque 85 % de la population ne le suivait pas et, pour rendre compte de cet état d’esprit, il évoque un mauvais souvenir. Un soir où l’orchestre de Tain l’Hermitage est venu animer un bal de plein air, il se met à pleuvoir... Les choses vont s’arranger car la pluie ne dure pas mais, rentré chez lui, il reçoit plusieurs coups de fil :

21— On va danser au Musée ce soir ?

22demandent les correspondants courageusement anonymes avant de raccrocher sèchement.

23En mars 1977 a lieu le renouvellement du conseil municipal. Pour ne pas risquer un désaveu de ses concitoyens, Albert Pla décide de ne pas se représenter. C’est Pierre Vidal qui conduit la liste et il est confortablement élu. Commence alors une « période intermédiaire » comme on dirait en chronologie pharaonique, où l’on ne sait plus qui fait quoi. Le Musée existe, avec quelques vitrines que Jean Abélanet a aidé à aménager –il sera nommé conservateur l’année suivante –mais n’est pas ouvert officiellement, et on cherche encore à donner une autre affectation au local : salle de réunion, bibliothèque...

24En fin de compte, le maire va démissionner et sera remplacé par un tout jeune conseiller municipal, Guy Ilary, employé au Crédit Agricole. On est en 1978. Une des premières tâches du nouveau maire est de reprendre le dossier Musée ; celui-ci est introuvable. Il faudra reconstituer tant bien que mal divers documents pour relancer l’aménagement muséographique et faire que tout soit prêt pour l’inauguration. Celle-ci intervient enfin le 23 juillet 1979 en présence d’Anne-Aymone Giscard d’Estaing. Le « premier musée », qui couvre 250 m2, est en place et fonctionnera jusqu’en 1992, date à laquelle se substituera le « grand musée », d’une superficie décuplée. Mais ceci est une autre histoire.

25Albert Pla ne cache pas son admiration pour Henry de Lumley et sa puissance de travail. « Cet homme ne dort jamais » remarquait sa belle-mère qui, habitant en face de la maison louée par le chercheur marseillais, pouvait constater que la lumière restait allumée pratiquement toute la nuit... La contrepartie est qu’il est très exigeant vis-à-vis de ses collaborateurs, n’ayant pas toujours conscience de l’effort qu’il leur demande.

26En 1978, la décision est prise de fouiller trois mois de suite, du 1er juin au 31 août, alors qu’auparavant on ne fouillait qu’en juillet. En juin, l’équipe est réduite, composée de quelques anciens (Vera Geleijnse, Abdoulaye Camara, Young Chul Park...) ; en juillet, c’est l’équipe habituelle qui s’installe ; en août, il y a quantité de nouveaux, encadrés par trop peu d’anciens, qui ont du mal à avoir l’œil à tout. Un jour de la fin du mois d’août, Henry se plaint d’un certain relâchement des encadreurs... Il faut qu’Albert attire l’attention sur le travail exténuant fourni depuis de longues semaines par les mêmes fouilleurs pour que le « patron » comprenne que la machine humaine peut avoir des limites.

27La même année 1978, une délégation soviétique conduite par le professeur Guerassimov se rend sur la fouille. Les explications d’Henry de Lumley sont traduites par l’interprète Andreï. Albert est présent pendant toute la visite, qui dure de dix heures du matin à deux heures de l’après-midi : il faudra quatre heures complètes, remarque-t-il, pour faire comprendre aux collègues venus de l’Est la nécessité de fouiller avec des outils de dentistes et des pinceaux, alors qu’eux-mêmes sont habitués à des instruments plus rudimentaires...

28L’ancien maire souligne aussi le fait que, s’il a initié le projet de Musée avec le professeur de Lumley, on doit à son successeur Guy Ilary d’avoir mené à bien sa construction et sa promotion. Cet établissement, bientôt renforcé par un centre de recherches (le CERP) puis un Palais des Congrès, est à l’origine du développement spectaculaire du village, dont le nom est aujourd’hui mondialement connu. Cela aussi est une autre histoire.

29Nous pouvons ajouter que, pendant une trentaine d’années, le Café de la Place que tenaient Albert et Andrée Pla a été non seulement le centre du village, mais l’endroit incontournable où il fallait se rendre pour avoir les dernières nouvelles des fouilles et des découvertes, rencontrer sans les déranger les équipes et les visiteurs. Les fouilleurs pouvaient laisser leurs bagages, se faire adresser du courrier, appeler ou répondre au téléphone alors que n’existaient pas encore les portables... Un lieu d’une extrême convivialité, que ne sont pas prêts d’oublier tous ceux qui ont eu la chance de s’y arrêter un moment. Albert ne manquait aucune conférence, participait à des congrès parfois lointains et sa bibliothèque personnelle s’enrichissait en permanence d’ouvrages scientifiques donnés ou acquis. À l’inverse du discours souvent direct et péremptoire des fortes personnalités locales, il ajoutait à une grande finesse d’esprit une bonne dose de sagesse, ce qui lui évitait d’étaler de réelles connaissances acquises sur le tas.

30L’établissement a été vendu le 1er janvier 1998 et son patron, bientôt septuagénaire, s’est retiré dans une maison du village où ses nombreux amis étaient toujours cordialement accueillis. Il est décédé chez lui le 3 novembre 2008. Ses obsèques ont vu toute la population se rassembler pour s’incliner sur la tombe de celui qui, par son action et sa persévérance, a métamorphosé Tautavel.

Au centre, Albert Pla dans la Caune de l’Arago, le 15 août 1971. À sa gauche, Marie-Antoinette et Henry de Lumley et à sa droite le professeur Jean Piveteau et son épouse ainsi qu’Émile Montagné à l’époque conseiller général et maire d’Estagel

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search